Page 1


U n, deux. B onjour, bonsoir, bon appétit, J e ne vais pas faire dans la

bonne nuit à tous et à toutes. dentelle et mon vocabulaire sera probablement approprié à la situation actuelle. Mais tout d'abord, plaçons le décor, le contexte, et c'est loin d'être des arbres tout feuillus tout verts avec des fleurs bleues et des pommes qui tombent sur les têtes des physiciens.

B ienvenue

dans le numéro deux du fanzine que tout le monde se bouffe les orteils en l'attendant : le Néant Progressif . Poursuivons ainsi sur notre lancée :

C 'est l'hiver. I l fait froid. ON SE LES PÈLE, QUOI. E h ben vous savez quoi ?

J'ai une idée. Si on était des robots, on aurait pas froid. A moins que le glandu qui nous ait fabriqué n'aie eu la formidablement conne idée d'inventer des capteurs de température afin de ne pas être jaloux de notre ignorance du trop chaud ou du trop froid. N on, disons qu'on est tranquilles, qu'on se dore la carlingue au soleil alors qu'il fait 5° à tout péter. Disons qu'on est même pas fatigués de courir le 500 mètres, 10 minutes le temps de charger la batterie et c'est passé ! B ref, on peut imaginer que c'est fantastique, non ? Et tout ça a une base : c'est la technologie . D it comme ça, ça fait classe, mais en fait la technologie, c'est pas forcément évolué. Pour un homme des cavernes qui se balade à poil avec une massue, quand il a découvert le feu c'était L'EUPHORIE. C'était les prémices de l'Iphone. C'était les prémices de la PS3. E nfin c'était un début de technologie, quoi. E t le thème de ce numéro, vous l'avez deviné c'est ?...

La technologie , patate. Ps : Excuse moi de t'avoir traité de patate, lecteur.


À suivre...


Étude des machines à café par le professeur Zekovski

N

ous sommes l'hiver, le vent qui n'est alors que glace volante qui vous fouette le visage et vous pénètre le corps jusqu'aux os. Vous rentrez enfin dans un bâtiment. Il fait meilleur et vous apercevez une machine à café dans un coin qui n'a l'air de rien comme ça. A près avoir fouillé vos poches pour y dénicher, dans une prière aux divinités de la monnaie trainante, de quoi vous payer juste un coup de chaud, vous nourrissez l'objet qui, toujours l'air de rien, vous regarde bêtement avec sa tête d'objet objetesque. Vous aurez beau le secouer, le frapper ou lui parler en danois, rien n'y fera, vous repartirez bredouille dans le froid glacial avec au cœur le profond sentiment d'avoir été vaincu.

C ette

scène vous paraît anodine? Allons, ne vous laissez pas berner. Un œil attentif aura forcément remarqué les intentions cachées derrière. C e genre de situation est le meilleur moyen de saper le moral d'un quidam non-averti. Son moral et sa volonté. C'est lorsque l'humain a le plus besoin de ce réconfort caféïné pour affronter la dure et arrasante réalité de son existence existentielle que la fourbe machine lui ôtera ce renfort et par le biais, toute sa motivation et son courage (ou alors sa monnaie). S i ça ne se limitait qu'à cela, cela serait déjà bien assez. Mais au cas où vous ne le sauriez pas encore le jus de ces monstres métalliques est (sinon une abjecte mixture coupée avec de l'eau chaude) un mélange étudié pour rendre addictif au possible le pauvre consommateur que vous êtes. (A l'instar des porte-clefs, mais je vous en entretiendrai une autre fois.) Ainsi donc, vous finirez par être obligés de revenir vous y abreuver, et ce malgré le nombre de fois où vous avez pu vous faire enculer. (De quoi faire rouler Pavlov dans sa tombe.)

V ous

ne voyez toujours pas où je veux en venir? Enfin, ça crève les yeux! Les machines à café, ces horribles créatures au corps de métal et au sang corsé de produits outranciers, préparent dans le plus grand et inavouable de secrets un vil complot qui a pour objectif la perte de l'humanité! Elles réduisent déjà à néant nos forces mentales par ce genre de procédés aussi répétitifs qu'une chaîne de montage Fordiste. Et il est plus qu'évident que ce projet d'envergure mondiale est financé par les larges gains qu'elles acquièrent en escroquant continuellement l'argent des honnêtes gens, ne manquant jamais une occasion pour vous piquer votre café ou votre monnaie! (Sur une pièce de deux euros toujours!) V ous ne me croyez pas? Un peu de bon sens, ouvrez les yeux! Vous avez forcément déjà remarqué qu'elles ne fonctionnent pas toutes de la même manière. Certaines donnent plus de café, d'autre moins de sucre, ou encore un café moins bon. Si cela n'est pas la preuve qu'elles ont toutes une personnalité différente et donc une conscience propre à elles, alors que vous faut-il!? V ous constaterez également qu'elles ont toutes développé une stature et une armure capables d'encaisser les mous et faiblards coups de pied, seules représailles que l'on s'autorise parfois à leur asséner. (Celles de chez moi ont même trouvé la parade pour récupérer même la monnaie qu'elle vous rendent! Si si!)

M aintenant

que vous êtes au courant il apparaît désormais à vos yeux


avertis qu'elles ont commencé à envahir notre univers. In-filtrées un peu partout, à commencer par nos lieux de travail, elles prolifèrent à la surface de la planète. (Mais pas seulement!) S i cela leur permet d'augmenter le revenu de leur cruel dessein, elles gagnent aussi l'occasion d'espionner les esprits humains. Tout le monde parle et discute devant une machine à café! Quelle meilleure apparence que celle-là donc pour glaner toutes les informations dont on a besoin? Ne vous demandez donc désormais plus pourquoi le café est si long à la préparation. (préférez prendre un café court du coup.) E t maintenant que vous avez assimilé cette idée, considérez le nombre de ces machines à cafter également installées dans les bureaux des plus grandes entreprises jusqu'à ceux du gouvernement. Ca fait froid dans le dos n'est-ce pas?

P renez O ui, un

garde à présent! Car le pire reste encore à venir. jour les machines à café retourneront sur leur planète avec le fruit acide de leur cruelle besogne d'où elles prépareront patiemment leur ultime attaque. Et pendant ces longues décennies, pauvres de nous, nous serons privés sans savoir pourquoi de cet objet qui jadis faisait partie intégrante et importante de notre quotidien. Dès lors nous les garderons dans notre mémoire, et au fil des générations dans l'inconscient collectif de l'espèce. Oui, vous l'avez deviné, les machines à café brilleront par leur absence et nous, pauvres humains perdus, les aurons en aberrante adoration. Elles seront plus que jamais partout, dans les livres, les fresques et d'ignominieuses religions fanatiques. Et ce moment venu, tout sera prêt pour leur grand retour. Elles débarqueront en masse pour nous asservir, et le crépuscule de l'humanité sera enclenché tel un odieux mécanisme dans lequel on vient d'introduire sa pièce de monnaie.

M ais

tout n'est pas encore perdu! Le temps nous reste encore, mais il nous est compté. Nous devons agir maintenant pour le salut de l'humanité et la préservation des homards à poil long. « Q ue faire? » Me direz-vous. Si nous les attaquons de front les machines Sauron de par leur œil rouge et sans paupière que leur plan est découvert. L e principe est bien entendu de parvenir à se passer de cette drogue caféine qu'on avale au quotidien sans arrêt et qui en retour nous avale le porte-monnaie. La seule solution que j'entrevois est d'autant plus subtile que son ampleur est grande. A problème d'envergure, solution appropriée. J e propose à tout le monde de courir simultanément et quotidiennement dix minutes par jour en direction de l'Ouest, ceci afin de faire ralentir le rythme de rotation terrestre. Ce faisant, en espaçant le lever du coucher du Soleil, nous parviendrons à obtenir de plus longues journées durant lesquelles le stress sera doucement diminué et effacé proportionnellement à la consommation de café qui en résulte. Ainsi plutôt que de se décaler d'une heure deux fois par an, nous auront un même cadran pour une journée d'à peu près trente heures. (Encore négociable.) S ur la base d'une journée de trente heures selon mes calculs, nous nous retrouvons avec deux heures de travail additionnelles, mais beaucoup plus gérables étant donné qu'on y gagne également deux heures de repos et deux heures de plus à gaspiller devant la télé. (ou ce qui vous en tient lieu.)

Remarque:

Ces changements d'horaires ne sont pas applicables aux pôles où les jours durent 6 mois et où de toutes façons les gens auront besoin de café pour se réchauffer.


D ésormais

j'en appelle à chacun de vous, aux chefs d'états à tous les responsables et aux homards à poil long. Le monde compte sur vous! Le temps tourne et nous devons agir vite! Asséchons les ressources de ces cruelles machines les premiers avant que cela ne soit notre tour et montrons-leur qui est-ce qui choisit la quantité de sucre dans son café !

V oilà,

encore un mystère découvert par une salvatrice étude. Sur-ce, merci et au revoir chers petits amis. La prochaine fois je vous expliquerai comment Kennedy a été assassiné par une noisette mexicaine dépressive.

Z ekovski.


C 'était

Un

webzine fait PAR des tordus POUR des tordus (mais pas que). C ouverture

+ « Margarita » : Sushi.

E dito « «

U NDEAD

I nnovations «

D ie «

: Kamy.

Inc. » : Goku.

innovantes » : Mousqueton. Augen » : Lætitia.

K on'

» : Shimi.

I llustration «

É tude

: Sérune.

des machines à café par le professeur Zekovski » : Zekovski

M ise I dée,

en page : Hesk.

concept du Néant progressif : MistériaXIII?

L ogo

: LightChaol et Sushi.

Néant Progressif #2  

Le deuxième numéro du webzine le plus néantequement progressif de la planète.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you