__MAIN_TEXT__

Page 1


T

H

E

A

R

T

O

F

F

JUSTIN ROSE, MAJOR CHAMPION

Big Bang Unico. UNICO column-wheel chronograph. In-house Hublot movement. 72-hour power reserve. King Gold case, an exclusive red gold alloy developed by Hublot. Ceramic bezel. Interchangeable strap by a unique attachment.

U

S

I

O

N


rue de la République – Gustavia 97133 SAINT BARTHELEMY F.W.I. Tél: +590 – (0) 590 27 67 22 Fax: +590 – (0) 590 27 84 01 caratstore@wanadoo.fr hublot.com


Anneaux (rings) Orbitale

Boutique Ng Création St Barth - 20 rue du roi Oscar 2, Gustavia - 97133 Saint Barthélemy - +590 510596


Lingerie - Beachwear - Ready to Wear


Villa Créole - St Jean - 97133 St-Barthélemy - Tel: 05 90 29 84 05 - Email: ilena2@wanadoo.fr


BIJOUX DE LA MER TAHITIAN AND AUSTRALIAN PEARLS Sold only at Bijoux de la Mer Gustavia • Rue de la République • Saint-Barthélemy +590 (0) 590 52 37 68 • Bijoux@epilog.com • bijouxdelamersbh.com


BIJOUX DE LA MER TAHITIAN AND AUSTRALIAN PEARLS Sold only at Bijoux de la Mer Gustavia • Rue de la République • Saint-Barthélemy +590 (0) 590 52 37 68 • Bijoux@epilog.com • bijouxdelamersbh.com


Malgosia Bela par Mikael Jansson – messika.com


Collection Move

Rue de la République - Gustavia 97133 SAINT BARTHÉLEMY tél. : +590-(0)590 27 67 22 caratstore@wanadoo.fr


Stranger Musical timepiece. Manufacture movement with silicium technology. Self-winding. 18 ct rose gold case. Limited Edition of 99 pieces. W W W . U LY S S E - N A R D I N . C O M


Photo/Michael Gramm - design/mapisbh@orange.fr

PATI DE ST BARTH


www.patidestbarth.com


Studio Crea Miss.W@me.com - © Nelson Alfonso - Golden Age LTD

The place to be for the cuban cigars and fine panama

FUMER NUIT GRAVEMENT A VOTRE SANTE


Villa Créole . Saint-Jean . 97133 Saint-Barthélemy Tel : 05 90 27 78 73 . Fax : 05 9027 66 89 . Email : jamsplace@wanadoo.fr


Lingerie - Beachwear - Ready to Wear


Villa Créole - St Jean - 97133 St-Barthélemy - Tel: 05 90 29 84 05 - Email: ilena2@wanadoo.fr


Bamboo S T

B A R T H

Shoes

Clothes

Hats

Pelican Beach • Saint-Jean • 97133 Saint-Barthélemy

✆ 05 90 52 08 82


Photo © Chrystèle Escure - Villa Eole St Barth


Photo © Chrystèle Escure

Pelican Beach • Saint-Jean • 97133 Saint-Barthélemy

✆ 05 90 52 08 82


Bamboo

S T

B A R T H

Photo © Chrystèle Escure


mandarineinc

PĂŠlican plage - St Jean - St BarthĂŠlemy - Tel : 05 90 27 57 50 - terra.mandarine@gmail.com

www.terramandarine.com


TERRA ST. BARTHS


BIJOUX

mandarineinc

pélican plage • st jean • st barthélemy • 05 90 29 85 44 • terra.mandarine@gmail.com www.terramandarine.com


Louis Armstrong was singing it: What a wonderful world! Fascinating and exhilarating, St Barthélemy has been turning heads for decades. Every neighbourhood, every street of this little corner of paradise bring back a memory, a meeting, a moment of happiness. Start your journey by observing, enjoy the unique and protected landscapes, let yourself be enchanted by our island’s charm. Throughout this 2016 Edition, we invite you to forget your sometimes hectic life, find your inner peace again, recharge your batteries and refocus on the essential: yourself. Welcome to Saint-Barthélemy, you’re at home. I love you. Louis Armstrong ne chantait-il pas « What a wonderful world » ? Fascinante, grisante… St-Barthélemy fait tourner les têtes depuis des décennies. Chaque quartier, chaque rue de ce petit coin de paradis nous évoque un souvenir, une rencontre, un moment de bonheur. Commencez votre voyage par l’observation, admirez les paysages uniques et protégés, laissez-vous envoûter par la magie de notre île. Oublier la vie parfois trop trépidante, retrouver la paix intérieure, se ressourcer, se recentrer sur l’essentiel, c’est à dire sur soi, voilà ce que nous vous proposons tout au long de cette Edition 2016. Bienvenue à St Barthélemy, vous êtes chez vous. Je vous aime. Emmanuel Cherki Publisher

46 . VIP Guide St-Barth 2016


Anse de Toiny - 97133 Saint-BarthĂŠlemy T. (590) 590 27 88 88 - F. (590) 590 27 89 30 - North America Toll-free. 1-800-680-0832 Email. reservations@letoiny.com - Web. www.letoiny.com


★ ★★★★

S T - B A R T H


FLAGSHIP STORE Boutique PIPIRI MC2 Saint-Barth 14, rue Général de Gaulle - Gustavia Tel: 0590 27 89 33 www.facebook.com/Pipiri-MC2-ST-BARTH


La Villa Créole • St-Jean • 97133 St-Barthélemy • Tel : 0590 52 46 29 email : lunett@wanadoo.fr


La Villa Créole • St-Jean • 97133 St-Barthélemy • Tel : 0590 52 46 29 email : lunett@wanadoo.fr


VERY INTERESTING PEOPLE

SHOPPING 84. Pain de Sucre

60. Alain Magras

142. Lolita Jaca

70. Faby Jaca

156. Pati de St-Barth

80. Gilles Alayrangues

164. Bijoux de la Mer

94. Lynda Jacques

___

104. Gipsea Family

LUXURY VILLA

120. Olivier Bernasconi

132. David & Olivier

112. Waka by Teck

138. Coats of Arms

114. So Bart Home

162. Jewels of the Sea

116. Suite Harbour

178. Luc Lanza

238. My Villa in Saint Barth

186. Guy Turbé

312. Villa Pasha

198. Sonia de Baya

___

78. 98.

St-Barth Properties

208. Jacques Dumas 216. Susan Snyder 222. Easyway 228. So Barts Home PUBLISHER / ADVERTISING

234. Nathalie Gumbs

Emmanuel Cherki . cherkiemmanuel@gmail.com Jonhatan Paul . jonathan.paul.co@gmail.com

240. Christine Daguy

ART DIRECTOR

248. Meat & Potatoes

Miss W . miss.w@mac.com

254. Julien Gréaux

EDITOR

Mathias Durand-Reynaldo . Cécile Lucot Mathieu Rached . Waldemar Bashevi-Diaz

260. Coccinella 266. Noé & Thomas Lédée

TRADUCTION US

Louis Rogé Mazure . IB Charneau

270. Cécile Lucot

PHOTOGRAPHER

274. Dominique Cellérier

Xavier Merchet-Thau . photostbarth@me.com

282. Mauro Giorgi

290. Grégory Fiore

304. Phil & Co ___

............................................

FIRST COVER . Vanita Rosa ............................................

Imprimerie C.E. . Tirage 20.000 exemplaires Dépôt légal à parution . ISSN en cours

............................................

Editing by SP VIP Guide St-Barth . B.P. 1121 . 97015 St-Barthélemy phone +590 690 28 14 07 Email the publisher cherkiemmanuel@gmail.com Check out our website www.vipguidestbarth.com Like Us on Facebook VIP Guide St-Barth Follow us on Instagram vipguidestbarth

8

1

n f

,P

En aucun cas le magazine VIP GUIDE St-Barth ne peut être tenu pour responsable des textes, illustrations, photographies qui lui sont confiés par des tiers. Leur envoi traduit l’accord de leurs auteurs pour publication. La loi du 11 mars 1957, interdit les copies et les reproductions destinées à l’utilisation collective. Toute représentation ou reproduction même partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droits, est illicite, et cause une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du code pénal.

56 . VIP Guide St-Barth 2016


La vie est un sport magnifique

Boutique Lacoste : Rue Bord de Mer Gustavia – Saint - Barthélemy


portraits

Alain Magras A visionary merchant

Alain Magras was born into a family of merchants and groomed from a young age to work in commerce, an introduction to what was to become his life-long calling. Today, he is the head of the AMC group (Alimentation Alain Magras et Companie), a business that has as an excellent reputation for the high quality of its services. Zulma, Alain’s great grandmother, is credited for opening the first family store, “Le Reduit” in 1890 in a little bungalow on the Gustavia hillside. In 1896, her first son, Joseph Alexis, (Alain’s grandfather) was born and soon followed a second son, Louis Francois. In 1922 Zulma opened a second, larger store called “Bazar vide-poche” (Empty your pockets Bazaar) where her two sons joined her new enterprise along with her grandsons, Alexandre and Georges (Alain’s father). When he was only 18 years old, Georges opened a small business in Corossol as well as a company that salted and exported fish to Guadeloupe. The two brothers opened a store together in Gustavia while Alexandre also opened one on his own called “Alma”. Several years later, as the family businesses continued expanding, Sully, Alain’s uncle, decided to separate from the others and opened “La Compagnie Commerciale du Port Franc”. Georges opened “GDM” and “AMC”, naming his son, Alain, manager. Alain was born in 1946. He had five sisters and one brother. He was a curious boy, always open to new

60 . VIP Guide St-Barth 2016

opportunities. He is devoted to the Catholic religion and respectful of its teaching of honesty and humanism. Gardening is a life-long gift from his mother, who gave each of her children a part of her garden to care for and love. Alain also helped his grandfather by taking care of their goats and cows and during vacations he would work at “Jamco,” the family store in Gustavia, weighing food, sifting flour and separating rotting fruits and vegetables from the fresh. When he was eleven years old, Alain Magras had the fortunate opportunity to leave St. Barth’s on a schooner filled with salt and animals to make the 24-hour journey to Guadeloupe in order to continue his education. When he recalls the experience, his strong memories and mixed emotions overwhelm him. He thinks of the adventure of a youngster coming from the arid island of St. Barth’s, without a natural water source, and discovering the lush forests and flowing rivers of Guadeloupe. Being far from his family taught him discipline and a sense of responsibility, which he passed down to his four children. Alain obtained a diploma, which would have allowed him to follow his dream of becoming an architect, yet he still had a yearning for business. He decided to continue his studies in commerce, and in December 1962 he returned to St. Barth for the opening of “Libre-Service Jamco” (today AMC) in Gustavia. He continued studying by correspondence, learning about hardware, tools, plumbing, electricity, wood… Helping him to fully integrate into the family business. He replaced old-fashioned refrigerators and stoves with modern gas and electric ones;

he and his uncle were the first to welcome oil tankers, assure service and maintenance to newly sold cars; and distribute Michelin tires. They were the first rental car company to serve gas from a Japy hand-pump. In 1966 Alain had, what he calls, his last vacation… His military service in Alsace. He traveled to Le Havre from Pointe-à-Pitre by way of the Antilles cruise ship and returned fourteen months later by caravelle from the Bourget airport via the Azores, then flew from Bermuda to Guadeloupe. Upon completing his service, on August 1, 1967, Alain returned to business in St. Barth’s, this time as a food wholesaler. As did many St. Barth’s citizens of his generation, Alain became involved in civic associations, promoting the importation of modern goods and services, which became the foundation of St Barth’s economic model still used today. In 1963, Alain along with his cousins and friends created “Amitié St-Barth”, one of the first sports and cultural associations on the island organizing events for hiking, sports, theaters and picnics. In 1966 he, Harold Magras and other V.A.T. teachers created a cinema-club. He helped with the construction of a fire station serving as a volunteer fireman, and in 1976 joined Michel Magras and Daniel Blanchard in creating a sailing school, today known as the St Barth Yacht Club. In 1978 he, Charles Magras and Jean-Paul Hervieux (the first archivist for the Department of Guadeloupe) organized a museum for the festivities of the Hundredth Retrocession. They also took part in the creation and design of the St. Barth crest. In commemoration of its 100 years, Alain,


portraits

along with Tage Hansson (Swedish representative), planted a tree at the foot of the Monument of the Dead as a memorial. Unlike his cousins Daniel, Nordeling, Christian, or Bruno and Michel who all went into politics, Alain decided to concentrate on growing his business. Faithful to his interests, he worked on the promotion of Loulou’s Regatta and other local sailing races. In 1966, along with Brooke Lacour and Francois Beret he promoted St. Barth as a gastronomic destination by creating “Le Festival Gastronomique Ile de St-Barth”. He also participated in the organization of the “La Route du Rosé” and the “Transat ag2r”. Finally, after several terms presiding over the “l’Union des Commercants” he and his cousin Raymond formed the “Chambre Economique Multiprofessionelle” for which he was the first president.

Photo ©Xavier Merchet-Thau

In 1976 Alain married Anne-Marie Gumbs and they had two sons and two daughters. In 1988 he built the first food warehouse in Public allowing him to double the size of his retail space in Gustavia, adding a fresh fish counter and a space to sell flowers and plants. He admits that his passion for work, and his continued obsession with finding new innovations to satisfy his clients, took a toll on his family life. In 1995, Alain formed a partnership with his children, creating the company “Les p’tits bassins” made up of “AMC” and the “Minimart” in Lorient. Then in 1996 he added the “Cellier du Gouverneur” (wine and spirits store in Gustavia) and in 1999 the market in Anse des Cayes and finally in 2000 the “Superette de l’Aeroport” in St. Jean. Since 1990, well ahead of the trend, the Gustavia retail market added a line of organic foods, which has since grown tremendously. Twenty-five years later,

VIP Guide St-Barth 2016 .

61


portraits

Un commerçant visionnaire

Le “Rendez-Vous”, a new concept for St Barth, opened its doors at Les Mangliers in St. Jean offering organic foods, a gourmet grocer and space for showing photography and art while drinking home-roasted organic coffee and pastries from Carambole, light lunches and vegetarian salads. As the seeds were planted during his childhood, and the roots grew, developing his ambitions at a young age, Alain thinks he has accomplished his mission and hopes to take his foot off the gas peddle, and offer his children and nephews of the family’s 5th generation to take over, an investment for the family business to live on. Eternally dissatisfied, always with a new project, certainly Alain still has new surprises for us. We’re betting that they will remain part of the family story. n

Descendant d’une famille d’audacieux commerçants, le virus du commerce lui a été inoculé dès son plus jeune âge, un mal pour un bien qui lui permet d’être aujourd’hui à la tête du groupe AMC (Alimentation Alain Magras et Compagnie), une entreprise autant réputée pour son sérieux que pour la qualité de ses services. L’ouverture du premier commerce de la famille remonte à 1890, quand son arrière-grand-mère Zulma se distingue à l’époque en créant une petite échoppe au lieu-dit le Réduit, dans les hauteurs de Gustavia. Six ans plus tard, nait son premier fils, le grandpère d’Alain, Joseph Alexis suivi d’un second garçon, Louis François. En 1922, elle ouvre, sur la route située à la sortie de Gustavia, un second magasin plus grand, à l’enseigne du « Bazar vide-poche ». Elle y associe bien-sûr ses deux fils mais aussi ses deux petits-fils, Alexandre et Georges (le père d’Alain) âgés respectivement de 6 et 4 ans. Dès ses 18 ans, Georges est d’ailleurs émancipé pour ouvrir à son tour un petit commerce à Corossol ainsi qu’une entreprise de salaison de poissons qu’il exporte vers la Guadeloupe. De son côté, Alexandre, après avoir ouvert avec Georges un magasin à Gustavia et un second à St-Martin décide de créer la société ALMA. Quelques décennies plus tard, en 1987, la famille ne cessant de s’étoffer, Sully, l’oncle d’Alain, et Georges sépareront leurs affaires. Sully fondera la Compagnie Commerciale du Port Franc et Georges les sociétés GDM et AMC dont il confiera la gérance à Alain. Né en 1946, troisième enfant d’une fratrie de cinq filles et deux garçons, Alain Magras est un enfant à l’esprit ouvert et curieux qui a recherché

62 . VIP Guide St-Barth 2016

toute sa vie l’innovation. Armé d’une éducation donnée dans le respect de la religion catholique, il a toujours fait preuve d’honnêteté et d’humanisme. Passionnée de jardinage, sa mère transmet également à ses enfants l’amour et le respect de la nature, leur allouant un petit carré de jardin où chacun peut s’exprimer. Alain entretient avec elle le potager familial et s’occupe des animaux tout en participant avec son grand-père à l’élevage des cabris et des vaches ainsi qu’à l’entretien de ses jardins et de son verger. Pendant les vacances, il se rend souvent à la JAMCO, commerce familial à Gustavia, pour aider à la pesée des denrées reçues en vrac ou encore tamiser la farine et trier les pommes de terre et oignons abîmés. A onze ans, après le primaire, il fait partie de ces quelques privilégiés à quitter St-Barth pour poursuivre leurs études en Guadeloupe, un premier voyage hors de l’île effectué sur une goélette chargée de sel et d’animaux, périple qui pouvait durer plus de 24 heures ! Alain Magras évoque ses souvenirs avec toujours beaucoup d’émotion dans la voix, comme toutes ces premières fois qui restent à jamais inscrites dans la mémoire d’un homme. Celle, par exemple, où il a découvert la forêt et la rivière de l’île Papillon, jeune St-Barth arrivant d’une île aride sans cours d’eau. Il explique aussi combien ces années passées loin de sa famille l’ont marqué et lui ont permis d’acquérir une discipline de vie et un sens des responsabilités, qu’il a lui-même transmis à ses quatre enfants. Son BEPC en poche, il rêve de devenir architecte mais le gêne du commerce le démange. Il s’inscrit au cours Pigier à Point-à-Pitre afin de continuer des études de commerce. Quelques mois plus tard, le 2 décembre 1962, il revient à St-Barth pour l’ouverture du « Libre-Service JAMCO » de Gustavia (aujourd’hui AMC) et en avril de


portraits

l’année suivante, il décide de continuer ses études par correspondance pour intégrer la société familiale. Il fait alors ses armes dans de nombreux domaines comme la quincaillerie, l’outillage, la plomberie, l’électricité, la vente de bois… Il parcourt l’île pour remplacer les réchauds et frigidaires à pétrole par des cuisinières à gaz ou électriques. Il reçoit avec son oncle les premiers pétroliers, assure le SAV des voitures vendues par la société et distribue les pneus Michelin. Dans la première compagnie de location de voitures, il remplit les réservoirs en pompant l’essence de futs à l’aide d’une pompe à main Japy. En 1966, il se plait à dire qu’il prend ses dernières grandes vacances en effectuant son service militaire en Alsace dans le Génie. Il se rend au Havre depuis Pointe-à-Pitre embarquant sur le paquebot Antilles et repart quatorze mois plus tard en Caravelle de l’aéroport du Bourget vers la Guadeloupe via les Açores et les Bermudes. Libéré le 1er août 1967, il se replonge dans le commerce, cette fois dans la distribution alimentaire. Membre actif de cette génération de jeunes St-Barths qui participe assidument à l’importation du modernisme continental à travers la création d’une multitude de biens et de services devenus aujourd’hui les piliers du modèle économique sur lequel St-Barth puise ses forces et ses ressources, Alain Magras s’investit également dans le domaine associatif. Avec ses cousins et quelques amis, il crée en 1963 « Amitié St-Barth », une des toutes premières associations sportives et culturelles de l’île. Randonnées, sports, théâtre et pique-nique sont au programme. En 1966, il participe avec Harold Magras et d’autres enseignants V.A.T. à la création du ciné-club. Pour construire une nouvelle caserne de sapeurs-pompiers, il n’hésite pas à devenir pompier volontaire. Il est aussi

aux côtés de Michel Magras et Daniel Blanchard en 1976 pour la création du club de voile, aujourd’hui le St-Barth Yacht Club. En 1978 avec Charles Magras et Jean-Paul Hervieux (qui fut le premier archiviste du Département de la Guadeloupe) ils organisent un musée pour les festivités du centenaire de la rétrocession. Ensemble, ils sont également à l’origine de la conception de l’écusson de St-Barth. En commémoration de ce centenaire, Alain plante, avec Tage Hansson, le représentant suédois, l’arbre du souvenir près de l’ancien monument aux Morts. Alors que certains de ses cousins, tels Daniel, Nordleing, Christian ou d’autres comme Bruno ou Michel, s’engagent dans la politique, il préfère se concentrer sur le développement de sa société. Restant dans son domaine d’activités, il participera à la promotion de l’île aux Loulou’s Regatta, régates amicales qui sont certainement à l’origine des évènements voile créés depuis à St-Barth. En 1996 avec Brooke Lacour et François Béret, il conforte la destination gastronomique de l’île avec « le Festival Gastronomique île de St-Barth ». Il s’implique également dans la Route du Rosé et la Transat ag2r. Il tente une expérience avec Charles une saison dans l’hôtellerie-restauration au Yacht Club actuellement Consulat de Suède. Enfin, il préside pendant plusieurs mandats « l’Union des Commerçants » et avec son cousin Raymond, il met en place la Chambre Economique Multiprofessionnelle dont il devient le premier Président. En 1976 il se marie avec Anne-Marie Gumbs qui lui donne deux filles et deux garçons. Il avoue, au détriment de sa petite famille, avoir par passion travaillé sans relâche, animé par le souci permanent de la recherche de l’innovation avec toujours comme priorité la recherche de la satisfaction des clients. En 1988, la construction à Public d’un premier dépôt sec lui per-

met de doubler la superficie du libreservice avec bien-sûr de nouveaux rayons tels la poissonnerie et un rayon plantes et fleurs. En 1995, Alain s’associe à ses enfants pour créer la société « Les p’tits bassins » qui reprend le Minimart à Lorient, puis en 1996 le Cellier du Gouverneur (magasin de vins et spiritueux à Gustavia), en 1999 l’épicerie de la place à l’anse des Cayes, cédée récemment et en 2000 la superette de l’aéroport. Dès 1990, alors que la tendance bio n’en est qu’à ses balbutiements, le libre-service de Gustavia propose une petite sélection de produits Markal, un rayon bio et diététique qui n’a cessé de s’agrandir. Vingt-cinq ans plus tard, le « Rendez-Vous », nouvel espace bio implanté aux Mangliers à St-Jean est un concept novateur et unique à St-Barth qui réunit le bio et l’épicerie fine, offrant également un espace destiné à accueillir les expos de photos et de peinture et un espace zen où il est possible de consommer un café bio torréfié sur place accompagné de spécialités gourmandes de la pâtisserie Carambole ou bien déjeuner rapidement avec une des salades végétariennes bio proposées tous les midis. Respectueux de ses racines dont la sève nourrit ses ambitions depuis son plus jeune âge, Alain Magras pense « avoir accompli sa mission et aspire à lever le pied pour se consacrer à sa famille », offrant la relève à ses enfants et nombreux neveux de cette cinquième génération à s’investir pour la pérennisation des entreprises familiales. Eternel insatisfait, toujours plusieurs projets en tête, Alain nous réserve certainement des surprises. Gageons qu’elles resteront une histoire de famille ! n Cécile Lucot

VIP Guide St-Barth 2016 .

63


SAINT BARTH


WHEN YOU FIND

ATHATPIECE OF ART YOU LOVE, YOU ALSO FIND ANOTHER PIECE

OF YOURSELF. ALMOSNINO FINE ART Rue du roi Oscar II Gustavia Saint Barthélemy Dial from St Barth 05 90 27 52 16 International + 590 590 27 52 16 info@almosnino.net www.almosnino.net


SARAH PACINI • MES DEMOISELLES • CHARINA SARTE MAX & JEAN • IMAYIN • RICHARD GAMPEL


BOUTIQUE

DIVINE ST BARTH Villa Creole • St Jean • Saint-Barthelemy 05 90 27 53 74


Photo ŠXavier Merchet-Thau

portraits

70 . VIP Guide St-Barth 2016


portraits

Faby Jaca A little girl’s dreams

There is a little girl hidden inside Faby Jaca. It is obvious. A little girl who gets bored sometimes and feels the need, in order to distract her mind, to look for new ideas, new things. It is a perfectly normal but very efficient creative process that a lot of designers should apply when suffering from designer’s block. Faby’s success is not down to pure luck, it is the result of hard work coupled with a little bit of childhood that never really left the designer of the infamous Lolita Jaca brand (turning 20 this year). Born in Paris, she lands in St-Barthélemy at the beginning of the 90’s with an overwhelming need to change her life completely. She knows for sure that this paradise island will definitely fulfil her needs for air, nature and the ocean. It didn’t take her long to feel at ease. And by the way, let’s not forget that integration is more or less easy but in Faby’s case, it is something special as her name is forever linked to Saint-Barthélemy now. Moreover, she has now become, thanks to her collections, an ambassador for the island as her creations go far beyond our borders. But let’s go back a few years and try to understand how this beautiful adventure started. At the time, Faby was a publicist for the biggest production company in the world:

Universal. She was in charge of national and international artists such as Gainsbourg, Bashung, Elton John, INXS, Dire Straits or Sinéad O’Connor. Music was then an integral part of her life and also a second wind. What seduced her the most is probably mingling with such talented and outstanding human beings. She undoubtedly learned a lot from them. this is an experience that will prove to be very useful when drawing her own collections and getting inspired from such an extraordinary musical universe. When she arrived in Saint-Barthélemy, she knew that she had to follow a different professional path. She is starting from scratch which makes it even more difficult, but Faby is a woman of hope and faith who can build something out of nothing only using her strong will for changes and new things. She enjoys life in Saint-Barthélemy, a perfect place for her talent to blossom and begin the transformation. A Parisian friend suggested that she should meet the owner of a clothing boutique: Christiane Celle. The magic works and they instantly become very close. Christiane likes her original clothes and gives her a sales job at the boutique. as Jaca turns out to be an excellent salesperson, an offer of partnership is quickly made. This will never come to fruition but a seed has been planted and she now feels the need for independance. It will only take her a few weeks to set up her own boutique. She calls it “Peace and Love.” It is then

1992 and it is in that boutique that she will gain her confidence and learn her trade. In 1995, she creates Lolita Jaca. Lolita because she is a fan of Nabokov, of the Stanley Kubrick movie and also a vibrant tribute to the Serge Gainsbourg song. “Lolita” is of course the ultimate woman-child but she is more importantly the Eternal Femininity. The name was an obvious choice. She settles in the Carré d’or heights and will never move from there. Her boutique looks like her, it is a small and cosy boudoir completely selfmanaged. It is a laboratory that works on love and crushes where femininity is at the core of everything. Faby is a self made fashion designer who keeps learning everyday by using her instinct but most of all by listening to her customers. She quickly realises that quality is essential and that she needs to up her game. Saint-Barts is trending, the ever so prestigious clientele likes its comfort zone but is always on the look-out for more sophisticated products. In 1997, she gets some support from her sister Nanou who becomes the new Managing Director of the boutique. This providential help turns out to be very precious and the boutique is thriving. However, Faby is starting to seriously question herself. She enjoys her trade but wants to get involved even more. even tough she is extremely thorough in picking her outfits, she feels that her windows are still missing a “je ne sais quoi.” Following her sister’s advice, she starts to come up with a few designs of her own as they already used to transform and customize some of the items in the

VIP Guide St-Barth 2016 .

71


portraits

shop. Faby reminds her sister that she has no formal training in couture but goes shopping straight away for some fabric. She then fashions a kimono in a day, that she presents to her sister without thinking too much about it. 10 minutes later, she gets a call from her: “your kimono has been sold, your new life starts now. From now on you’ll be creating all of the designs” That’s how Faby Jaca became a fashion designer, even if she keeps working with other designers at the same time. It is a big commercial success and the boutique becomes a hit. in 2001 she focuses on her own creations and releases her first collection using fabrics from vintage indian saris. During the following seasons and years, she’ll quickly start to create her own printed fabrics, refining and finding her own style in the process. She uses fine materials which are light and easy to wear like coton, silk and lace. She creates a sensual and elegant style which is an open window to the world. Another beautiful meeting is going to influence her destiny. Zoe Coste, founder of the Reminiscence house, places a huge order for all of her retail outlets in the French Riviera. Faby thinks that she won’t have the necessary staff and infrastructure but once again reorganises everything and successfully complete the order. During the following years, with nice offers from big buyers, she will have her creations on sale up to 250 different outlets. But she knows that you can easily get lost in that kind of mass distribution and this is not her cup of tea at all. So, for the past two years, she’s been focusing solely on the 30 most beautiful addresses because they are such magnificent places. Faby has now something else in her mind. Her goal is to set up a business with her own Lolita Jaca boutiques in various places of the world. She is currently looking for investors. She knows her

72 . VIP Guide St-Barth 2016

life is made of meetings and hard work and she knows that her project is viable. The former publicist has since become a fearsome business woman. Her brand is now recognised by her peers. Lolita Jaca’s collections are feminine, chic, exclusive and elegant. the level of quality is second to none today. It is more than 40 different designs a year ranging in 7 different lines which can also be found in many, many printed fabrics (not to mention the embroidered unique pieces). If Faby has managed to achieve this success, it’s because she has always had other women’s points of view at heart without forgetting to consider their different tastes and styles. She has always managed to meet their demands by offering the widest range of choices in terms of form, color and textures without ever looking away from her own vision. Faby has been making women look even more beautiful than they already are for 20 years now and it has to be the ultimate achievement for a fashion designer. n

les rêves d’une petite fille Il y a une petite fille qui sommeille en Faby Jaca. C’est une certitude. Une petite fille qui s’ennuie quelquefois et qui éprouve le besoin pour se changer les idées… d’aller en chercher de nouvelles. Un processus de création parfaitement normal, et somme toute très efficace, que beaucoup de designers souffrant du syndrome de la page blanche devrait appliquer. Car la réussite de Faby n’est certainement pas dû au hasard, mais plutôt à sa persévérance

dans le travail couplée d’une petite part d’enfance qui n’a jamais tout à fait quitté la créatrice de la célèbre marque Lolita Jaca qui fête cette année son vingtième anniversaire. Native de Paris, elle arrive à St-Barthélemy au début des années 1990 avec un irrésistible besoin de changer radicalement de vie ! Ce besoin d’air, de nature et d’océan qu’elle ressent au plus profond d’elle, elle ne doute pas un seul instant que c’est sur cette petite île qui à tout d’un paradis qu’il sera assouvi. Et il ne lui faudra pas bien longtemps pour s’acclimater. D’ailleurs, soulignons le fait que la plupart des gens qui débarquent sur l’ile, s’intègrent avec plus ou moins de difficultés. Dans le cas de Faby c’est un peu spécial. On ne peut plus parler d’intégration, car son nom est à jamais indissociable de Saint-Barthélemy. Qui plus est, elle est aussi à travers ses collections, une ambassadrice de l’île, car ses créations dépassent largement les frontières insulaires. Revenons quelques années en arrière pour essayer de comprendre comment cette belle aventure a commencé. A l’époque, Faby était attachée de presse chez Universal, la plus grosse maison de productions au monde. Elle avait en charge des artistes français et internationaux : Gainsbourg, Bashung, Elton John, INXS, Dire straits ou encore Sinead O’Connor. La musique était son quotidien et son second souffle. Le fait de côtoyer toute la journée des gens très talentueux, mais aussi humainement remarquables, est sans doute ce qui l’a le plus séduit. Sans compter qu’elle a également beaucoup appris à leurs cotés. Une expérience qui lui sera très utile par la suite, quand elle commencera à dessiner ses collections, car elle puisera à de nombreuses reprises dans cet extraordinaire univers musical si inspirateur. Une fois à Saint-Barthélemy, elle sait qu’elle doit obligatoirement se réorienter professionnellement. C’est


portraits

d’autant plus difficile qu’elle part de zéro. Mais Faby fait partie de ces femmes porteuses de foi et d’espoir, qui animées par un profond désir de nouveautés et de changements sont capables de tout reconstruire. Et puis la vie à Saint-Barth lui plait. L’endroit l’épanouit et la transforme. Un ami à Paris lui avait conseillé avant de partir de rencontrer une femme qui tient une boutique de vêtements à Gustavia : Christiane Celle. La magie opère et elles deviennent aussitôt très complices. Cette dernière la complimente pour ses tenues originales et lui propose de travailler avec elle en tant que vendeuse. Voyant qu’elle se débrouille vraiment bien au niveau des ventes, elle lui propose très rapidement de s’associer. Cette association ne verra pas le jour, mais une petite graine a germé et lui donne des envies d’indépendance. Il ne lui faudra que quelques semaines pour monter sa propre boutique qu’elle nommera « Peace and Love ». Nous sommes alors en 1992 et c’est dans cette première boutique qu’elle fera ses armes. En 1995, elle crée Lolita Jaca. Lolita, car c’est une fan de Nabokov, du film de Kubrick et c’est aussi un vibrant hommage à la chanson de Gainsbourg. Bien évidemment, « Lolita », c’est la femme-enfant absolue, mais c’est surtout l’éternel féminin au sens le plus large. Le prénom s’impose de lui-même. Elle s’installe sur les hauts du Carré d’Or et n’en bougera jamais. La boutique est à son image, c’est un petit boudoir cosy qu’elle agence avec ses propres moyens. Elle se cherche, tâtonne, fonctionne au coup de cœur et y prône la féminité. Faby en autodidacte de la mode, apprend tous les jours, à l’instinct et surtout en étant à l’écoute de ses clientes. Très rapidement, elle se rend compte qu’elle doit tout miser sur la qualité et qu’il est essentiel de monter en gamme. Saint-Barth a le vent en poupe, la clientèle toujours plus prestigieuse aime son petit univers mais réclame

des choses plus raffinées. En 1997, elle se fait épauler par sa sœur Nanou qui devient alors directrice de la boutique. Cette aide providentielle lui est très précieuse, la boutique marche de mieux en mieux. Cependant, Faby commence sérieusement à se remettre en question. Elle apprécie son métier mais souhaite s’impliquer d’avantage. Bien qu’elle soit très pointue et rigoureuse dans la sélection de ses vêtements, il lui manque toujours un « je ne sais quoi » dans ses vitrines. Sa sœur lui suggère alors de créer quelques modèles, car elles avaient déjà pris l’habitude de transformer et personnaliser certains de leurs articles. Faby lui rétorque qu’elle n’a aucune formation en couture mais part aussitôt à la mercerie la plus proche pour acheter un coupon de tissu. Elle confectionne alors dans la journée un kimono et le rapporte à sa sœur pour lui montrer sans grande conviction. Dix minutes plus tard, celle-ci la rappelle et lui dit : « Ton kimono est vendu, ta nouvelle vie commence, à compter d’aujourd’hui, c’est toi qui dessinera tous les modèles  ! » C’est ainsi que Faby Jaca est devenu créatrice, même si en parallèle elle continue à travailler avec des designers. C’est un gros succès commercial et Lolita Jaca devient une boutique incontournable. En 2001, elle se concentre sur ses propres modèles et sort une collection très aboutie avec des tissus provenant de saris indiens vintage. Essentiellement des pièces uniques. Mais très rapidement, au fil des saisons, elle créera elle-même ses propres imprimés. En quelques années, elle affine et trouve enfin son style, elle utilise des matières nobles, légères et agréables à porter tel le coton, la soie et la dentelle et crée une mode, sensuelle, raffinée et ouverte sur le monde. Une autre belle rencontre va encore bousculer son destin. Zoé Coste, la fondatrice de la maison Réminiscence lui fait une commande magistrale pour l’ensemble de ses points de ventes sur la Cote d’Azur.

Faby pense ne pas avoir les infrastructures et le personnel nécessaires, mais encore une fois, elle se réorganise et c’est une nouvelle étape qu’elle franchit allégrement. Certaines années, de grosses acheteuses lui faisant de belles propositions, il lui arrivera même d’avoir jusqu’à 250 points de ventes !  Mais ce système de diffusion ne lui ressemble guère. Se perdre dans la grande distribution n’est vraiment pas sa panacée. Alors depuis deux ans, elle se concentre uniquement sur les 30 plus belles adresses, car se sont des emplacements magnifiques. Faby a maintenant une autre idée en tête. Son objectif est de monter ses propres boutiques Lolita Jaca dans certaines parties du monde. Elle est actuellement en recherche d’investisseurs. Elle sait que sa vie est faite de rencontres et de beaucoup de travail et ne doute pas un seul instant de la viabilité de se projet. L’ancienne attachée de presse est devenue une redoutable femme d’affaires. Sa marque est aujourd’hui reconnue par ses pairs. Les collections de Lolita Jaca sont féminines, chics, exclusives et élégantes. Le niveau de qualité atteint est aujourd’hui inégalé. C’est plus de 40 modèles par an qui sont déclinés en 7 gammes, ellesmêmes déclinées dans une multitude d’imprimés, sans compter les pièces uniques en broderies main. Si Faby est parvenue à ce résultat, c’est parce qu’elle a toujours tenue compte de l’avis des femmes qui n’avaient pas toutes les mêmes gouts et le même style. En répondant à leurs demandes, elle a toujours réussi à les satisfaire en leur proposant le plus large éventail possible de formes, de couleurs et de matières, tout en gardant une ligne bien définie. Voila 20 ans que Faby cherche à rendre les femmes encore plus belles et c’est sans doute la plus belle réussite d’un styliste… n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

73


Rue de France - Gustavia - 97133 Saint-Barthelemy Tel : (+59) 0590 87 72 21

Email : info@popstbarth.com www.popstbarth.com


Photo Laurent Benoit


portraits

Gilles Alayrangues

What can we do today to improve tomorrow? Gilles Aleyrangues could have been a landscaping architect, a fisherman or a motorbike racing driver. But he is none of the above. And it might be a good thing because he is now an emergency physician at the Saint-Barthélemy hospital.

Gilles might be a loner at heart but relationships with others are vital for him, as well as the notion of “Care”. His life has been made of twists and turns, meetings and travels. It is such an unusual path that it is worth discovering a bit. Born in Brive-la-Gaillarde and a native of the Corrèze region, Gilles Aleyrangues is very proud of his origins, but he didn’t stick around for long. Soon after his birth, his father gets a job as a teacher in Dakar. He has few memories of these years in Senegal but he feels that it still left some imprint on his mind. He spends the rest of his childhood in the suburbs of Paris but soon follows his dad again to London this time where he will attend the Lycee Français de Londres for his secondary education, still far away from the Corrèze region. It is during that period of his life that an old family heritage appears and takes over. He will soon embrace a medical career just like two of his uncles and his two grandfathers. this calling was so deeply rooted in him that it will never leave him to this day. Healthcare will now be a guiding thread throughout his life and as we will see, a sort of passport. Medicine will allow him to fulfil his need for travels, changes,

80 . VIP Guide St-Barth 2016

adventures, meetings and make a real globe-trotter out of him. For the next ten years, he will switch from being a general practitioner in rural areas of the centre of France to working in a general hospital. He works then, most of the time, at the Accident and Emergency department: his specialty. In order to fund his third cycle studies, he often takes part in emergency repatriations for private companies and spends long periods of time abroad. He becomes an “embassy doctor” in the Islamic Federal Republic of the Comoros, in Madagascar where he works for The World Health Organization to set up a program to fight malaria and filariasis which will later become the subject of his thesis. He then starts working for big private companies prospecting for oil and natural gas deposits. He is there to medically assist the staff but he also takes part in the search to satisfy his scientific curiosity. Working conditions are poor to say the least and the political situation in some of these countries doesn’t make things easier. He spends two demanding years in Tripoli and becomes one of the few foreign doctors allowed to work in an embargoed Libya. His task is to look after over 2,000 workers scattered on a few thousands kilometres square of land. He does extreme sanitary evacuations, often in inaccessible lands, having to ride between the dunes with an old 4x4 Toyota doubling up as a providential ambulance. It was a time of extreme adventures and calculated risks but still with a lot of stress and doubts, always waiting for a visa or a decision from the UN to open up a humanitarian corridor.

After Libya, he starts another job for an oil prospection program in the Rub al-Khali, an arid desert located between Saudi Arabia and Yemen. His missions are hard and dangerous but he always completes them. His experiences in the Arabic peninsula will prove to be too demanding and he then decides to put an end to his work there as things were getting too dangerous for this family man. Upon his return to France, he validates a diploma in Public Health which allows him to become a public health officer and an advisor for the Regional Hospital Agency of the Limousin area. Always looking to keep caring for people he still works as a practitioner at the hospital centre of Limoges at the same time. In 2006, he feels the need for a change. Taking the advice of a friend, he leaves for Saint-Barthélemy. This first trip makes him realize that there is something he can do there. He comes back and, like many others, will never leave the island. Looking at his career, one would think that this was a kind of early retirement under the sun but it was the opposite. His first challenge is having to work in the smallest hospital of France, but he knows the growth potential of the island. The local population is growing and more and more visitors are coming and they all need healthcare. Gilles feels that there is room for improvement in Saint-Barthélemy. First, he takes care of the organisation and safety of sanitary evacuations. Then, thanks to David Graham and with the support of Miss Jeanne Audy Rowland, the FEMUR and with private funds he brings new equipment to the hospital: a digital scanner and some high-tech x-ray and ultra sound machines. His


Photo ŠXavier Merchet-Thau

portraits

VIP Guide St-Barth 2016 .

81


portraits

other idea is even more ambitious, he wants to turn the Bruyn hospital into an all digital hospital. In other words, to set up a live connection to the world which would allow them to make a diagnosis remotely and collectively which would better the advice and care given to the patients. This is what is called a multidisciplinary assessment. Digitizing data is very important as it allows the creation of a computerized file for every patient. This is a major improvement for a small island lost in the middle of the ocean where specialists are not always available. You can’t practice medicine on your own today, the future is in sharing information because we are stronger together. This is Gilles Alayrangues’ fight. What is important is looking forward, looking back is no longer relevant. “What can we do today to improve tomorrow?” is the question at heart for him, even though there are structural, administrative and financial obstacles. Gilles is confident he will soon find generous donors who will provide the necessary funding. It is just a question of time now and a question of new ways of thinking. His “all digital” project is on its way to become a reality. So, this is a summary of the life of a man of passion and beliefs who loves life and most of all other people. A man who has always believed that the wildest dreams can become reality. Gilles Alayrangues is thus following the path of his friend and mentor David Graham who taught him that each of our thoughts is a reality; a force even stronger as it is forward, fair, generous and has no limits. You don’t necessarily need to visit the hospital to find an opportunity to meet this doctor. Just open your eyes. No doubt you will find him close to nature and very often on the roads, riding his motorbike. n

82 . VIP Guide St-Barth 2016

Qu’est ce que l’on peut faire aujourd’hui pour améliorer demain ? Gilles Alayrangues aurait pu être architecte-paysagiste, marinpêcheur ou pilote de moto de courses. Mais ce n’est pas le cas. Et finalement, ce n’est peut-être pas plus mal car aujourd’hui, il est médecin urgentiste à l’Hôpital de Saint-Barthélemy. Gilles a beau être un grand solitaire dans l’âme, le « rapport à l’autre » est pour lui essentiel, tout comme la notion de « prendre soin de ». Sa vie, faite de rebonds, s’est déroulée au hasard des rencontres et de ses déplacements. Son parcours est si atypique qu’il méritait vraiment qu’on s’y attarde… Né à Brive-la-Gaillarde et corrézien de souche, Gilles Alayrangues est très fier de ses origines. Pourtant, il ne restera pas bien longtemps dans la région ! Car à peine voit-il le jour, que son père est nommé enseignant à Dakar. De ses premières années passées au Sénégal il n’en garde que peu de souvenirs, mais avec le recul, il a l’intime conviction que certaines choses l’ont marqué là-bas de manière inconsciente. De retour en France, il passe tranquillement le reste de son enfance en banlieue parisienne avant de repartir pour l’Angleterre suite à une énième mutation de son père. Son adolescence, il la passera décidément bien loin de sa Corrèze natale. Ainsi, c’est au Lycée Français de Londres qu’il fera ses études secondaires.

A partir de là, un vieil atavisme familial va rapidement prendre le dessus. Malgré lui, (ou délibérémentd, allez savoir ?), il va très sérieusement embrasser une carrière médicale comme l’ont auparavant fait ses deux oncles et ses deux grands-pères. Cette vocation sera si définitivement ancrée en lui, que jamais plus il ne s’en éloignera. La médecine sera donc le fil conducteur de son existence et comme on le verra par la suite, un merveilleux passeport. A travers elle, il assouvira son goût pour les voyages et son ardent besoin de changements, d’aventures et de rencontres. La médecine fera de Gilles Alayrangues un globe-trotter par excellence. Ainsi pendant dix ans, il alterne des périodes d’activités aussi diverses que variées. Tantôt il exerce une médecine libérale de « campagne » qu’il affectionne tout particulièrement dans de petits villages du centre de la France, tantôt il travaille en milieu hospitalier. Le plus souvent, il est affecté aux services d’aide médicale d’urgence, sa grande spécialité. Mais très régulièrement, il participe à des missions de rapatriement sanitaire pour des sociétés privées ou effectue de longs séjours à l’étranger, pour financer ses études de troisième cycle. On le retrouve donc « médecin d’ambassade » en République Fédérale Islamique des Comores, à Madagascar où il travaille pour l’OMS à la mise en place d’un programme de lutte contre le paludisme et la filariose de Bancroft. Il en fera d’ailleurs son sujet


portraits

de thèse. Il travaille ensuite pour des compagnies privées de prospection pétrolière et gazière et déambule dans les déserts avec des équipes de 100 à 200 personnes, faisant de la géosismique à la recherche de gisements. Il suit les hommes sur le plan médical évidemment, mais prend également part aux recherches par curiosité et par intérêt scientifique. Les conditions de travail sont extrêmes et le contexte politique des pays traversés n’arrange guère la situation. Ainsi il passe deux années éprouvantes à Tripoli. Il fait partie de ces rares médecins étrangers autorisés à travailler dans une Libye sous embargo avec la délicate charge de s’occuper de plus de 2 000 ouvriers éparpillés sur un territoire de plusieurs milliers de kilomètres carrés. Il procède à des évacuations sanitaires complexes et intervient médicalement dans des contrées réputées inaccessibles, empruntant des chemins tortueux à travers les dunes, au volant d’un vieux 4x4 Toyota faisant office d’ambulance providentielle. Une période d’aventures extrêmes et de prises de risques calculées, mais avec en arrière-plan son lot de stress et d’incertitudes, toujours en attente d’un visa, d’une autorisation de l’ONU ou de l’ouverture effective d’un couloir sanitaire. Après la Libye, il part travailler pour un nouveau programme de prospection pétrolière dans le Rub al-Khali, un désert aride enclavé entre l’Arabie Saoudite et le Yémen. Il y effectue des missions extrêmement difficiles et périlleuses mais néanmoins menées à terme. Il sera si durement éprouvé par son expérience dans la péninsule arabique qu’il décide de tout arrêter de manière définitive ; estimant que cela devenait trop dangereux par rapport à sa situation de famille. Alors il rentre au pays et valorise un diplôme :

un DESS de Santé Publique qui lui permet de devenir médecin inspecteur de santé publique et fonctionnaire d’Etat. Il sera conseiller médical de l’agence régionale d’hospitalisation du Limousin. Toujours avec cette ferme volonté de « garder la main sur les patients », il alterne cette activité avec un poste de praticien hospitalier au CHU de Limoges.

donner le meilleur traitement qui soit. C’est ce qu’on appelle la consultation pluridisciplinaire. La numérisation des données est donc primordiale car elle permet la création d’un « dossier patient informatisé ». Une avancée majeure pour une petite île perdue au beau milieu de l’océan où les spécialistes ne sont pas forcément à disposition.

En 2006, il éprouve de nouveau le besoin de changer d’air. Sur la suggestion d’un ami, il part à Saint-Barthélemy. Suite à cette première visite, il se dit qu’il y a sans doute quelque chose à faire là-bas. Il y retourne une seconde fois et comme beaucoup… ne quittera plus jamais l’île. Au vu de son parcours, on pourrait légitimement penser que cette insularité est pour lui une forme de préretraite ou de mise au vert. Bien au contraire ! Quand il arrive à Saint-Barth, il se retrouve face au plus petit hôpital de France ! Mais il prend rapidement conscience du potentiel de développement de l’île. En effet, la population résidente augmente et elle accueille de plus en plus de gens « de passage » très proactifs en matière de santé. Pour Gilles, il devient primordial de faire grandir l’offre de soins de Saint-Barthélemy.

Aujourd’hui, on ne fait plus de médecine tout seul, l’avenir est dans le partage car on est plus efficace à plusieurs. Gilles Alayrangues se bat donc pour y arriver. L’important, c’est la prospective, il ne faut plus se tourner vers le passé. Pour lui, la question est : « Qu’est ce que l’on peut faire aujourd’hui pour améliorer demain ? ». Les freins sont d’ordre réglementaire, administratif et financier. Mais de généreux donateurs pourraient rapidement débloquer les capitaux nécessaires. Gilles est confiant. Ce n’est plus qu’une question de temps et de changement de mentalité. Son projet du « tout numérique » est en phase de concrétisation.

En tout premier lieu, il s’occupe de l’organisation médicale et de la sécurisation des évacuations sanitaires. Puis à l’initiative de Mr David Graham, avec le soutien de Mme Jeanne Audy Rowland, du FEMUR et de capitaux privés, il dote l’hôpital d’un scanner numérique ainsi que d’appareils de radiologie et d’échographie de très haute technologie. La troisième idée à laquelle il s’attache est encore plus ambitieuse : faire de l’hôpital de Bruyn un hôpital entièrement numérique. En d’autres termes, le connecter en temps réel au reste du monde et permettre grâce à ce procédé, de pouvoir faire des diagnostics à distance à plusieurs, d’orienter les patients et de leur

Voilà donc résumée en quelques lignes, l’histoire d’un homme de passions et de convictions qui aime la vie et les autres par dessus tout. Un homme qui a toujours cru que les rêves les plus fous n’étaient pas que pure utopie. Gilles Alayrangues marche donc sur les pas de son maître à penser et ami intime, David Graham, qui lui a appris que chacune de nos pensées est une réalité, une force d’autant plus grande qu’elle est en avance, juste, généreuse et sans limite ! Inutile de passer par la case « hôpital » pour trouver l’occasion de rencontrer ce médecin. Ouvrez simplement l’œil. Vous le trouverez à coup sûr au plus près de la nature, de l’océan et des éléments. Et plus souvent encore sur les routes… au guidon de sa moto. n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

83


Oris Aquis Small Second, Date Automatic mechanical movement Stainless steel case with crown protection Unidirectional, revolving top ring Water resistant to 50 bar/500 m www.oris.ch


portraits

94 . VIP Guide St-Barth 2016


portraits

Lynda Jacques Art has no boundaries You won’t be able to find a more enthusiastic and cheerful person than Lynda Jacques. This woman’s “joie-de-vivre” is only heightened by how easy it is for her to communicate and share

You’re here for a surprise. It is so vibrant and colourful that on opening day it literally stopped traffic, with people getting out of their cars to thank her. Lynda is a real oriental woman and this zest for life is probably rooted deep inside her genes and has been so for a long time. This enthusiasm and state of mind is fully passed on to her children without any restraint because, for Lynda, happiness is at the core of the family unit.

In December 2014, the “Eden Fine Art Gallery” opens on Roi Oscar II Street and people can discover and admire the resolutely “contemporary pop” works of art of Dorit Levinstein, Yoel Benharrouche, David Kracov, Nathan Elkanovich and Calman Shemi. And to the naysayers who could point out that it is mainly Jewish artists represented in her gallery, she answers that it probably is one of the last space for freedom of expression. That is Lydia in a nutshell: a straightforward woman who takes no prisoners. She likes to explain these artists lives and the paths they have taken and also to tell the story and the origins of their work. And these stories are truly beautiful.

It is not a coincidence if Lydia decided to open this incredible art gallery that she calls her little home. It is a trip to Israel that gave her the inspiration. Strolling through the streets of Tel-Aviv, she fed on exhibitions in art galleries and visits to various artists studios. She is mesmerized by this flow of creativity and she is captivated by the work of several painters and sculptors who all have something in common with her:

For instance, David Kracov is an ex animator for Disney Studios, he worked on the Lion King and was the only person authorised to draw the famous Warner Brothers “Looney Tunes” characters. This man has gold in his hands but he chose to follow a different road and became a legit artist using his talent to help children living in the most difficult conditions. Most of his work always feature a butterfly

her definitely positive views on life. If you ever doubt that, just walk past her art gallery.

Photo ©Xavier Merchet-Thau

a desire to share happiness and love for life. She has made her decision. Back in Saint-Barthélemy, it won’t take her long to open, with her husband, a space where she can put together all of the extraordinary Israeli artists she has just discovered.

VIP Guide St-Barth 2016 .

95


portraits

hidden or in clear view which is for him a symbol of freedom and a tribute to the children of the world. He has released a special series untitled “Lifesaving Art” to collect funds to help the evacuation of 2,600 children from the city of Chernobyl thanks to the Chabad’s Children of Chernobyl foundation. He is a true humanitarian artist, highly sought after nowadays. Yoel Benharrouche is a painter from Judea. One thing you should know, apart from the fact that he has an amazing pictorial talent, is that he is also a rabbi who knows all the biblical texts. With the history and religious roots of his country at heart, he gets inspired by the desert landscapes of his motherland as a backdrop to most of his paintings. But it takes a discerning eye to realise it as the result is so rich, lush and full of poetry that it looks more like the garden of Eden than an actual desert. His paintings are bright and colourful and instantly bring peace and tranquillity in a Picasso and Matisse kind of way. At the centre of the gallery stand two sculptures that bring a smile to every visitor’s face. You’ll have to give it a closer look to recognise two caricatured familiar faces. Dorit Levinstein is the genius artist behind these pieces, she is a graphic design graduate and attended the famous Tel Aviv “Avni-High Institute of Art”. They are sculptures of pop singers like Michael Jackson or recompositions of cult record covers like the famous Beatles’ Abbey Road. her multi-influenced work revisits the universe of Gaudi, Klimt or Niki de Saint-Phalle. Dorit Levinstein is a rising artist from the Israeli scene whose work is also highly sought after all over the world.

96 . VIP Guide St-Barth 2016

This is to say that the artists featured at the “Eden Project” are pretty unique. Lynda’s choices are based on instinct but also on her forthcoming travels. Wherever the destination may be, she’ll surely bring back the wackiest works of art and they’ll be full of vibrant colours as usual.

qui la caractérise est probablement ancrée dans ses gènes depuis fort longtemps. D’ailleurs, cet état d’esprit et ce dynamisme, c’est à très haute dose et sans retenue qu’elle le retransmet à ses enfants. Car chez Lynda, le bonheur dans cellule familiale est ce qu’il y a de plus sacrée !

“St-Barth’s houses are some of the most beautiful in the world. They are spacious, refined and well-designed. However, they lack something essential: colours. Someone had to do something about it and add a little bit of life, joy and colours in the mix. I do think it is my duty.” n

Alors ce n’est surement pas par hasard qu’elle a décidé d’ouvrir cette incroyable galerie d’art qu’elle surnomme affectueusement : « sa petite maison ». C’est lors d’un voyage en Israël que se fera le déclic. Flânant dans les rues animées de Tel Aviv, elle se nourri alors de visites et d’expositions dans diverses galeries et dans de nombreux ateliers d’artistes. Elle est immédiatement subjuguée par ce foisonnement de créativité et son regard est captivé par le travail de plusieurs peintres et sculpteurs qui ont tous un point commun avec elle : celui de distiller du bonheur et de donner le goût de vivre à son prochain ! La décision est donc prise, elle ne tergiversera pas longtemps. De retour à Saint-Barthélemy, elle ouvre avec son mari un lieu ou elle réuni tous les fabuleux artistes israéliens qu’elle vient de découvrir.

L’art sans frontières Il est difficile de trouver une personne plus souriante et plus enthousiaste que Lynda Jacques ! Cette femme a une joie de vivre particulièrement exacerbée et c’est avec une facilité déconcertante qu’elle arrive à vous communiquer et à partager sa vision de la vie résolument positive. Vous en doutez ? Passez juste devant la façade de sa galerie d’art. Vous allez être très surpris ! Il s’en dégage une exaltation et une profusion de couleurs qui sont telles, que les premiers jours d’ouverture, les voitures s’arrêtaient carrément au milieu de la route et on pouvait y voir les conducteurs en sortir pour la remercier. Il faut dire que Lynda est une vraie orientale et cette jubilation

C’est ainsi qu’en décembre 2014, lors de l’inauguration de « L’Eden Fine Art Gallery » rue du Roi Oscar ll à Gustavia, les visiteurs découvrent émerveillés les œuvres résolument « pop et contemporaines » de Dorit Levinstein, Yoël Benharrouche, David Kracov, mais aussi de Nathan Elkanovich et de Calman Shemi. Alors en réponse aux éventuels détracteurs qui pourraient s’étonner de n’y trouver en grande majorité, que des artistes de confession juive, elle leur rétorque que l’art est sans frontières et qu’il reste proba-


portraits

blement l’un des derniers espaces de liberté d’expression. Elle est comme cela Lynda, nature et franche. Elle n’a pas la langue dans sa poche et n’y va jamais par quatre chemins ! Au passage, elle n’hésite pas non plus à expliquer en détail la vie et le parcours de ses artistes ou de raconter l’histoire ou la genèse des œuvres qu’elle expose. Et c’est vrai qu’elles sont belles, les anecdotes qu’elle raconte : David Kracov par exemple est un ancien créateur d’animation tout droit sorti des studios Disney, il a notamment travaillé sur le Roi Lion. Il est également le seul autorisé à reproduire les célèbres personnages « Looney Tunes » de la Warner Brothers. Inutile de préciser qu’il a de l’or entre les mains. Mais plutôt que de se contenter de suivre cette voie, il a préféré devenir artiste à part entière et de mettre à profit son talent pour aider les enfants vivant dans des situations particulièrement difficiles. La majorité de ses œuvres contient toujours quelque part un petit papillon (caché ou visible) qui est pour lui un symbole de liberté et un hommage aux enfants du monde. En réalisant une série spéciale intitulé « Lifesaving Art », il a réussi à collecter des fonds qui ont permis d’aider plus de 2 600 enfants à évacuer la ville de Tchernobyl grâce à la fondation Chabad’s Children of Tchernobyl. Artiste humaniste par excellence, il est aujourd’hui collectionné par les plus grands. Yoel Benharrouche, quant à lui, est un peintre de Judée. L’une de ses particularités notables, en plus de son indéniable talent pictural, c’est qu’il est également Rabin ! Les textes bibliques n’ont pour lui aucun secret. Très attaché à l’histoire et aux racines

religieuses de son pays, il s’inspire inlassablement des paysages désertiques de sa terre natale comme toile de fond de la majorité de ses compositions. Mais il faut avoir l’œil averti pour s’en apercevoir, car le résultat est si riche, foisonnant et empreint de poésie, qu’on est plus proche du Jardin d’Eden que du véritable désert. Ses peintures sont lumineuses, colorées et procure instantanément de l’apaisement et de la quiétude, un peu à la manière d’un Picasso ou d’un Matise. Au beau milieu de la galerie trônent également plusieurs sculptures qui prêtent instantanément à sourire. Mais il faut les regarder très attentivement, car en deuxième lecture, on y reconnaît des figures familières aux traits caricaturés, et c’est l’éclat de rire assuré. Réalisées par l’artiste géniale Dorit Levinstein, diplômée en graphiste designer et issue du célèbre « Avni-High Institute of Art » de Tel Aviv, ces sculptures représentent des chanteurs « pop » comme Michael Jackson ou des reconstitutions de pochettes d’albums cultes, telle la très fameuse photo de l’album Abbey Road des Beatles. Ses œuvres abouties ont des influences multiples et revisitent complètement les univers de Gaudi, Klimt et de Niki de Saint-Phalle. Valeur montante de la scène artistique

israélienne, Dorit Levinstein est aussi collectionnée dans le monde entier. Vous l’aurez compris, les artistes représentés par « L’Eden Fine Art Gallery » ont donc un parcours bien singulier. Les choix de Lynda Jacques sont effectués en fonction de ses coups de cœur mais aussi de ses voyages à venir. Quelle que soit la destination, il est fort à parier qu’elle ramènera des œuvres plus délirantes les unes que les autres et (comme toujours), qu’elles seront particulièrement « colorées ». Elle s‘en amuse, et conclue avec malice : « Les maisons de Saint-Barth sont parmi les plus belles du monde. Elles sont spacieuses, épurées et bien agencées. Cependant, elles ont un seul défaut : le plus souvent, elles manquent cruellement de couleurs ! Il fallait bien que quelqu’un se préoccupe de ce problème et amène un peu de vie, de joie et de couleurs dans tout cela. Et bien je crois que c’est mon rôle ! » n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

97


Photo Laurent Benoit


Design: Miss.W@me.com - Photo ŠXavier Merchet-Thau

TraveLling many years over the ocean, I saw and felt a lot, wish you the same.


Gipsea Boutique . Tamarin Restaurant . Grande Saline . 97133 Saint Barthelemy . French West Indies


portraits

Gipsea Family An African wind on St-Barth

Eve and Pierre Guillaume and their three daughters Olympe, Luna and Iris are an endearing hippie-chic family. One foot on their sailboat, the other on St-Barth. They like sailing around the world and always bring back from their travels on the islands some beautiful ethnic objects. On the map, they have a favourite triangle: Porquerolles, Lamu and St-Barth. Pierre Guillaume is an experienced sailor, he is the proud owner of a 69 feet long aluminium racing sail boat called Kriss, an elegant, slim-lined beauty. Pierre hails from Porquerolles, the biggest of Hyères gulf’s three golden islands. An island whose shape closely resembles St-Barth’s. That’s where he learned how to sail and swore to stay faithful to this sense of freedom he discovered on his first little boat. When the other kids were playing in their room, he was sailing on the family boat and has never really landed since. He logically chooses the navy for his military service and he crosses the Atlantic for the first time aboard the legendary training ship “Jeanne d’Arc,” he discovers the Antilles and in 1971 St-Barth which will have a long-lasting effect on him. Back in the civil life, he buys a sail boat, a wooden ketch called “Bilou the smoke” and returns to St-Barth. He

104 . VIP Guide St-Barth 2016

is amongst the first visitors coming by the sea to discover the beauty of the island and like many, he will leave and regularly come back with various boats. Romon Beal, a retired schooner captain, used to always greet him with the same ironic but somewhat friendly question: “So how’s the wooden Navy?” For Pierre, St-Barth is an island of adventurers which perfectly fits his character since he has been sailing the oceans across the world for over 40 years just like Henri de Monfreid who travelled on the Red Sea and in the Horn of Africa for almost half a century. “St-Barth was a magnificent island” Pierre remembers fondly, he wishes things had not changed so much. “It’s called evolution and you can’t escape it” answers his wife Eve.

St-Barth is also the place where they met 20 years ago. The Parisian blond fell in love instantly with the charming sailor and boarded with him for a trip around the world via Tahiti. A year later, Olympe, their first daughter was born. With her, they are going to spend their time between the sea and the land of St-Barth. But Luna, the second born (18 this year), will be raised on the boat as she arrived at the beginning of a ten-year travel. This last trip around the world will take the Guillaume family from St-Barth to Lamu, Australia, Bali and Madagascar. They fall in love with this island (and its particular atmosphere) located off the North-East coast of Kenya. Lamu is also very unique, it is home of the Swahili culture (a culture

with combined influences from the African people but also from Arab and Indian merchants.) Lamu was listed as UNESCO World Heritage in 2001. Eve gets inspired by the look, the colours and the clothing of African women. She creates her first clothing line for women. A collection made in Kenya that she sells organising private sales at each stop they make, St-Barth included. It is a success and all the support she receives makes her want to carry on. In December 2014, the owner of the legendary restaurant “Le Tamarin” in Saline lets her use one of the little huts of the property and that’s how the “Gipsea” boutique was born. It is a family boutique, Olympe sells her own jewel collection and Luna is modelling in front of Iris’


portraits

VIP Guide St-Barth 2016 .

105


portraits

camera. Pierre is never far away, always keeping an eye on the women of his life. It is a very close family, the four of them came to the interview, complementing each other’s answers. The “Gipsea” boutique offers an ethnic line of “pret-a-porter” for women, men and kids complete with a selection of stylish accessories. Tuniques, dresses, cashmeres, caftans, shirts and scarves with African prints reinterpreted by Eve, safari bags, sunglasses, hats... There is a refined attention to details with necklines and belts embroidered with fine multicoloured glass pearls. The idea behind Gipsea is to get in touch with African tribes to set up a fair-trade agreement generating a regular income for the Maasai people for instance, a tribe that the family has learned to know and socialised with. For instance, they make big bags out of old dhow sails to support Somalian fishermen. Eve and Olympe also selected a few paintings from artists living in Kibera which is the second biggest slum in Africa after Soweto. Olympe helps with the running of the boutique but is also passionate about creating jewellery. In her little Nairobi workshop, she designs beautiful 18-carat gold pieces, earrings and rings inspired by African symbols: Ethiopian cross, cornucopia, seashells etc... You won’t be able to resist the temptation to wear one of these treasures from Africa; unique, ethnic and timeless. n

106 . VIP Guide St-Barth 2016

Un souffle africain sur St-Barth Eve et Pierre Guillaume, avec leurs trois filles Olympe, Luna et Iris, forment une famille bobo chic atypique et attachante. Un pied sur leur voilier, un autre à St-Barth, ils aiment naviguer autour du monde et rapporter de leurs voyages dans les îles de beaux objets ethniques. Sur la carte de bord, leur triangle de prédilection passe par Porquerolles, Lamu et St-Barth. Chez les Guillaume, il y a d’abord Pierre, marin émérite et fier propriétaire du Kriss, voilier de course de 21 mètres en aluminium, à l’allure élégante et élancée. Pierre est originaire de Porquerolles, la plus grande des trois îles d’Or du golfe d’Hyères, une île dont la forme ressemble étonnamment à celle de St-Barth. Dans ce golfe d’Hyères, il a appris à faire de la voile et s’est promis de toujours rester fidèle à cette liberté découverte sur son premier petit bateau. Depuis ces premiers bords tirés sur le navire familial à l’âge où la plupart des enfants jouent toujours dans leur chambre, il n’a jamais véritablement remis pied à terre. Bien entendu, il a effectué son service militaire dans la marine, et c’est sur le mythique navire-école Jeanne d’Arc qu’il a pour la première fois traversé l’Atlantique, découvert les Antilles et… en 1971, St-Barth, qui reste gravé dans sa mémoire. A peine libéré de ses obligations civiques, il achète un voilier, un ketch en bois baptisé « Bilou la fumée » et revient à St-Barth. Autant dire qu’il a fait partie des premiers visiteurs arrivés par la mer à

découvrir les charmes de l’île. Comme beaucoup, il larguera les amarres de nombreuses fois pour mieux revenir, avec différents bateaux. Romon Beal, capitaine de goélette à la retraite qu’il avait rencontré lors d’un de ses passages avait pris l’habitude de le saluer par cette question à la fois amicale et gentiment ironique : « Alors comment va la marine en bois ? » « St-Barth était une île d’aventuriers  » confie Pierre, une confidence qui lui va comme un gant, lui qui bourlingue sur tous les océans du globe depuis plus de quarante ans, tel Henri De Monfreid qui a navigué en Mer Rouge et dans la corne de l’Afrique presque un demi-siècle. Pierre conserve de beaux souvenirs, «  St-Barth était une île magnifique  » tout en ajoutant bien vite qu’il regrette les nombreuses transformations de la Belle. Ce à quoi sa femme Eve répond avec bienveillance « Cela s’appelle l’évolution, impossible d’y échapper ! »


portraits

VIP Guide St-Barth 2016 .

107


portraits

Eve et Pierre se sont rencontrés à St-Barth justement, il y a vingt-huit ans. La blonde parisienne tombe amoureuse du marin au charme fou et embarque sur son voilier pour un périple autour du monde passant par Tahiti. Un an après, la famille s’agrandit avec la naissance d’Olympe. Alors qu’avec leur aînée le couple a partagé son temps entre la terre de St-Barth et la mer, Luna la cadette, dix-huit ans cette année, a été élevée sur le navire car arrivée au début d’un voyage qui dura dix ans. Ce dernier tour du monde en bateau de la famille Guillaume les a menés de St-Barth à Lamu en passant par l’Australie, Bali et Madagascar. Ils tombent sous le charme de cette île à l’atmosphère si particulière située au large de la côte Nord-est du Kenya. Considérée comme le témoignage le plus abouti de la culture swahilie, issue des influences combinées des peuples africains et des marchands arabes et indiens, Lamu est unique, classée au patrimoine universel en 2001 par l’Unesco, l’agence des Nations unies pour le patrimoine. Inspirée par les femmes africaines, leur allure, les couleurs de leurs tenues, Eve dessine et réalise une première ligne pour les femmes, une collection fabriquée au Kenya qu’elle vend au gré de ses escales, dont St-Barth, en organisant des ventes privées. Le succès est au rendez-vous et les encouragements incitent la jeune femme à persister.

108 . VIP Guide St-Barth 2016

En décembre 2014, la propriétaire du mythique restaurant Le Tamarin à Saline lui propose l’une des petites cases de la propriété et ainsi la boutique Gipsea voit le jour. Une boutique familiale. Olympe y présente ses collections de bijoux ; entre deux révisions pour le bac (qu’elle prépare à l’aide des cours par correspondance du CNED) Luna joue les mannequins devant l’objectif d’Iris la photographe (qui participe ainsi à la création de l’image de la marque). Et Pierre n’est jamais très loin, gardant toujours un œil sur ses femmes ! D’ailleurs ils sont venus à quatre pour l’interview, les propos des uns complétant les explications des autres. Gipsea boutique propose un prêtà-porter ethnique pour femmes, hommes et enfants complété d’accessoires stylés. Tuniques, robes, cachemires, caftans, chemises et écharpes aux imprimés africains revisités par Eve, safari bags, lunettes de soleil, chapeaux… Les détails sont raffinés telles les encolures et les ceintures brodées de fines perles de verre multicolores. L’idée est de solliciter les tribus africaines afin de mettre en

place un commerce équitable générant une source de revenu pour les Massaï par exemple avec qui la famille a sympathisé. De vastes sacs réalisés à partir d’anciennes voiles de boutre aident les pêcheurs somaliens. Eve et Olympe ont également sélectionné les toiles d’artistes vivant à Kibera, le deuxième plus grand bidonville d’Afrique après celui de Soweto. Tout en étant associée au développement de la boutique, Olympe se passionne également pour la création de bijoux. Dans son petit atelier au cœur de Nairobi, elle réalise de belles pièces en or 18 carat, des boucles d’oreille et des bagues inspirées des symboles africains : croix éthiopienne, corne d’abondance, coquillages… Impossible de résister à la tentation de porter un de ces trésors venus d’Afrique, uniques, éthiques et intemporels ! n Cécile Lucot


portraits

VIP Guide St-Barth 2016 .

109


www.sobartshome.com


Les Galeries du Commerce, St-Jean Tél : +59 0590 511 213 97133 St-Barthélemy


Suite Harbour

Face au port, dans le charmant village de Gustavia, ‌

Located in the charming town of Gustavia, in the heart of the island‌


Photos © Tony Duarte - photography

Un magnifique appartement de trois chambres, parfaitement équipé ; murs végétaux pour une terrasse ensoleillée, ouverte sur le port de plaisance. Une décoration raffinée, un endroit privilégié pour de très belles vacances. Découvrez cet endroit et renseignez-vous. Location à la semaine, toute l’année. This magnificient fully-equipped, three bedroom apartment has a superb terrace, surrounded by beautifully verdant walls, overlooking the yacht harbor. This exquisitely decorated apartment is a very special place for a wonderful vacation. Find out more about this apartment. Available for rent by the week, all year round.

Suite Harbour

Tel +590 690 73 08 57 Email: martine.greaux@gmail.com • Website: suiteharbour.com


Photo ŠXavier Merchet-Thau

portraits

120 . VIP Guide St-Barth 2016


portraits

Olivier

The king of St Barts

Olivier Bernasconi discovers St Barts in 1997 when he came to see the woman who will become his wife and the mother of his two children.

He instantly falls in love with the island and they will often come back together until 2004 when he comes back on his own as we’ll see later. Olivier is an extravagant and very energetic person. He is a jack of all trades and can often be found where you don’t expect him. After college, he is called for his mandatory military service in the air force. He starts his career at the lower level in a supermarket and quickly becomes floor manager. But a disagreement with the direction ends his progression and he quits. He follows up with menial jobs like delivering the “Figaro” at night or as a door to door salesman offering cable TV subscriptions. He then discovers the world of hardware and software specialized in restaurant management for a while. His father in law takes him under is experienced wing and Olivier is now in the automobile business. He ends up running a 4,000 square meter car dealership in Paris selling vehicles made by Ford, Jaguar and Land Rover. He deals with bankers and big car manufacturers. Powerful people who would turn out to get in the way of his ambition as Olivier had the feeling that it was possible to sell these major brands online. However, he is too

early for the car industry’s mentalities and his start-up company has to stop trading under a powerful lobbying pressure. Even if he is a pioneer he has to face unexpected disappointments. He keeps working on new business plans as it is a time of freedom for the entrepreneurial world but this spirit of freedom will cost him his marriage and he goes back to St Barts on his own. Olivier gets noticed on the island when he opens “Square”, a famous caviar bar-restaurant located in the “Carré d’or.” that he sets up with the support of his ex-wife’s family. Situated in a prime location with only the most luxurious products and an international clientele, the restaurant is a big success. The famous Beluga caviar is served in 1,750 gr boxes, Cipriani pasta is all the rage, all washed down with Dom Pérignon. However, after trading for two years, Olivier accepts an offer he couldn’t refuse and lets go of the restaurant. He now has to bounce back and he is on the look-out for a new venture. He sets up a short-lived company that provided personalized yacht services and then starts working for the Territorial Committee of Tourism, he will become the founding Secretary alongside a well-known retailer and the president of the Hospitality Industry Association. However, this exciting position will turn out to be too “political” for our entrepreneur who feels he cannot express himself freely. He will quickly make way for someone else to replace him. While travelling across the Atlantic aboard the luxurious G4 private

jet, he has a revelation. When watching closely his host’s refined shirt, he realises that creating a Saint-Barthélemy branded collection of shirts could be a good idea. An idea born 40,000 ft above the Ocean. The name of the brand and the logo are created by the woman who is now sharing his life and who happens to be a professional designer. The logo is placed on the left breast of each shirt, with a big A that stands for “Ascony”, St-Barts’ GPS coordinates and the shape of the island. But they are also stamped with the Louis XIV royal crown, a touch of humour and selfmockery as his long hair and pompom moccasin shoes got him the nickname of Louis XIV. He creates a collection that he will distribute in all the most prominent places of the island: Cour Vendôme, at the Hotel Taiwana’s boutique and in a concept store in Gustavia. But people will really start paying attention after a fashion show at the Nikki Beach. The Ascony shirt becomes a must-have. Sales are booming which allows him to open his concept-store and this is how the “Ascony and Bart’s” adventure started. The boutique speaks for itself, it is refined and luxurious. The shirts are associated with different accessories: belts, colourful shoes and hats. But the “Ascony and Bart’s” universe is not just about Men’s pret-a-porter. In the boutique, you can also find a huge Cuban cigar collection reminiscent of the sycamore cigar humidors, poker and backgammon’s boxes and jewel boxes to complement what’s on offer. These products are often exclusive and

VIP Guide St-Barth 2016 .

121


portraits

Le Roi de Saint-Barth closely designed in collaboration with French manufacturers using the finest materials (crocodile and shagreen leather amongst others) and luxurious marquetry. The shop is located on the port between many restaurants, a strategic location that allows him to stay open late in the evening. This means that you can always stop by for a game of backgammon or to smoke a fine cigar. As an experienced businessman, Olivier also offers a customization service for his products. A tailor made option for his customers but also for the luxurious hotels and yachts that shall remain nameless. He also creates his own perfume, a scent with strong accents of cedar wood which will become the olfactory identity of the brand. The most surprising feature in the shop is Olivier’s exceptional plane parts collection: the ejection seat of a mirage IV, a Boeing 707 cabin, the kerosene tank of a French Navy’s Super-Etendard or the nozzle of a fighter-bomber aircraft’s engine with its original propellers. These hard-to-find memorabilia is on sale, should you need to decorate your new property. If you are up for it, you will only need your curiosity to enter into Olivier’s world and discover this seasons new designs, his latest shirt collection, a daring women shirt collection and jewel boxes designed with artists. And as he used to say with self-mockery: “The sun never sets on the creative spirit of the king.” n

Olivier Bernasconi est un homme haut en couleurs et très actif. Il évolue dans des domaines parfois diamétralement opposés et se trouve toujours là où on ne l’attend pas. Olivier Bernasconi découvre Saint-Barth en 1997, en rejoignant la femme qui deviendra son épouse et avec qui il aura deux enfants. Il tombe sous le charme de l’île ! Ils reviendront souvent ensemble, mais comme on le verra par la suite, en 2004 il reviendra seul. Olivier est un homme haut en couleurs, très actif ! Il évolue dans des domaines diamétralement opposés et se trouve souvent là où on ne l’attend pas. Avec un Baccalauréat C et un service militaire effectué dans l’armée de l’air comme officier de réserve, il fait ses premières armes dans la grande distribution au service de Carrefour ! Il commence en bas de l’échelle, sera chef de rayon puériculture, responsable d’un rayon chaussures puis chef du département femme. C’est une évolution rapide qu’un désaccord avec sa hiérarchie viendra contrarier. Il claque donc la porte et démissionne. S’ensuit des activités « alimentaires » comme livreur de nuit du quotidien « Le Figaro » ou encore vendeur en porte-à-porte d’abonnement de télévision par câble. Puis il découvre l’univers du matériel informatique au bénéfice d’un recrutement au sein d’une start-up familiale et celui du logiciel pour la gestion des restaurants. Mais très rapidement, Olivier change de braquet et se retrouve propulsé dans le monde des affaires automobiles

122 . VIP Guide St-Barth 2016

sous la houlette du coaching pointu de son beau-père ! Il dirige alors une concession parisienne de 4 000 m2, distribuant les marques Ford, Jaguar et Land-Rover. Ses interlocuteurs sont des banquiers et de puissants constructeurs. Des puissants qui auront raison de son ambition. Car Olivier pressentait qu’il était tout à fait possible de commercialiser également ces grandes marques par le biais d’internet. Mais le sujet arrive trop tôt dans les mentalités de la distribution automobile et sa start-up Explorauto.com, spécialisée dans la vente de voitures en ligne est démantelée suite à la pression d’un solide lobbying. Bien que précurseur, il va de rebondissements en déceptions. Les business-plans foisonnent, tout est permis, aussi bien au bureau qu’à la ville. Olivier fait quelques écarts de comportement qu’il paie cash ! C’est donc seul qu’il revient sur l’ile ! C’est avec le « Square », qu’on entend parler de lui pour la première fois à Saint-Barth. Suite à l’ouverture de ce fameux restaurant-bar à caviar situé au Carré d’Or, qui n’est vraiment pas passé inaperçu. Monté grâce au soutien de son ex-belle famille, cet établissement est une réussite grâce à un emplacement privilégié, de luxueux produits et une clientèle internationale. Le précieux Beluga est servi en boite de 1 750 gr, les pâtes de chez Cipriani font fureur et le Dom Pérignon coule à flot. Mais après deux années d’activité, une cession est organisée à la faveur d’une offre qui ne se refuse pas. Il faut alors rebondir ! Olivier active donc ses réseaux. Ce sont les équipages des bateaux qui lui permettent de lancer une éphémère activité de service aux yachts, avant


Photo ©Xavier Merchet-Thau

portraits

la poitrine gauche de chaque chemise, le logo rassemble un A pour ASCONY, les coordonnées GPS de St-Barth et la forme de l’île. Ses chemises sont aussi flanquées de la couronne royale de Louis XIV. Touche d’humour et d’autodérision, car à son arrivée sur l’île, avec ses cheveux longs et ses slippers à pompons, il se voit rapidement affublé du sobriquet de Louis XIV.

qu’il consacre son énergie au service de la création du Comité Territorial du Tourisme. Il en sera le secrétaire fondateur aux côtés d’un commerçant reconnu et de la présidente de l’association des hôteliers. Pourtant ce poste passionnant devenu trop « politique » bride la liberté d’expression de notre entrepreneur qui laissera rapidement sa place ! L’heure de la révélation a sonnée ! Olivier est invité par des amis à traverser l’Atlantique. A bord du G4, un luxueux jet privé, l’ambiance est feutrée, un détail attire son attention : le raffinement de la chemise de son hôte. Alors Olivier se dit « pourquoi pas ? » Pourquoi ne pas concevoir une collection de chemises pour Saint-Barthélemy ? C’est donc en plein ciel, à 40 000 pieds au-dessus de l’océan, que l’idée lui est venue. La marque et le logo seront trouvés par la femme qui partage aujourd’hui sa vie, brillante professionnelle du métier dont il écoute les précieux conseils. Placé sur

Il crée une collection qu’il place dans des lieux stratégiques de l’île. On retrouvera ses chemises Cour Vendôme, à la boutique de l’hôtel Taïwana et dans un concept store à Gustavia. Mais c’est au cours d’un défilé au Nikki Beach qu’Olivier fera véritablement le buzz. Les chemises Ascony deviennent alors un « must have », les ventes s’envolent lui permettant d’ouvrir l’actuel concept store. Ainsi se poursuit l’aventure « Ascony & Bart’s » telle qu’on la connait aujourd’hui. La boutique parle d’elle-même, la décoration fait le reste. En entrant, on est immergé dans une atmosphère luxueuse et raffinée. Les chemises sont associées à d’autres accessoires, des ceintures, des souliers colorés, des chapeaux. L’univers « Ascony & Bart’s » ne s’arrête pas au prêt-à-porter homme. Une volumineuse réserve de cigares cubains montre le ton, trait d’union avec les caves à cigares en sycomore. Des boîtes de jeux, de poker, des backgammons, des coffrets à bijoux complètent cette offre rare. Les produits sont souvent uniques. Ils sont le fruit d’une étroite collaboration avec des manufactures françaises. Les matériaux sont nobles, marqueterie, crocodile et galuchat entre autre. L’emplacement stratégique

du magasin sur le port, au milieu de nombreux restaurants, invite Olivier à rester ouvert tard dans la soirée. Il n’y a d’ailleurs pas d’heure pour s’arrêter chez Ascony & Bart’s, fumer un cigare cubain ou jouer au backgammon ! En véritable businessman avisé, il propose également un service de personnalisation des produits. Un véritable service « Tailor Made » pour ses clients, mais aussi pour les hôtels et les yachts de luxe dont on taira les noms. Il crée également son propre parfum, une fragrance aux senteurs de bois de cèdre qui est la signature olfactive de la marque. Le plus étonnant reste encore sa collection de pièces d’avions d’exception : le siège éjectable d’un mirage IV, une carlingue d’un Boeing 707, le réservoir de kérosène d’un Super Etendard de la Marine Nationale ou la tuyère du réacteur d’un chasseur Bombardier trônent au milieu du magasin parmi des pales d’hélices d’origine ! Autant de pièces introuvables qui sauront décorer votre nouvelle propriété. Si l’âme vous en dit, votre curiosité suffira pour embarquer à bord de son univers et découvrir les nombreuses nouveautés de la saison, la dernière collection de chemise pour homme, une audacieuse collection de chemises pour femme et des coffrets à bijoux en collaboration avec des artistes. Et comme il aime à le dire, toujours sur le mode de l’autodérision : Le soleil ne se couche jamais sur l’esprit créatif du roi ! n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

123


MEN FASHION, SHOES & ACCESSORIES - AVIATION ANTIQUES BACKGAMMONS - CUBAN CIGARS & HUMIDORS

HECTOR SAXE - ELIE BLEU - ASCONY & BART'S COLLECTION

RUE DU BORD DE MER

T. 0590 87 86 20

GUSTAVIA HARBOUR

97133 S AINT-B ARTHÉLEMY FWI asconysplace@gmail.com F ROM E UROPE : + 33 590 87 86 20 F ROM USA : 011 590 590 87 86 20

WORLDWIDE SHIPPING - 24/7 PRIVAT SHOPPING 06 90 55 47 74

www.ascony.net


En 1858, le style de ce qui sera un jour le « Pommery » est encore en devenir : à partir de cette date, les volontés et les goûts de Madame Pommery convergeront pour que naisse peu à peu ce style Pommery. Dans les années 1860, les vins de champagne offerts sur le marché sont des vins puissants, souvent très dosés et remontés en alcool. La mission qu’elle confie à Damas Olivier, son chef de cave est de mettre au point des assemblages plus raffinés, capables d’assurer des cuvées élégantes et équilibrées sans apport excessif de liqueur. Plusieurs habitudes de vinification en seront bouleversées : retarder les dates de vendange, avec les risques que cela comporte, pour ne récolter que des raisins à maturité équilibrée. Définir le style Pommery, identifiable et identifiant, en jouant de toutes les subtilités des crus ; choisir ces crus en fonction de leur qualité spécifique et s’y assurer des approvisionnements réguliers ; acquérir enfin dans le vin un fondu naturel équilibrant sa vivacité d’origine. Pour cette dernière et cruciale étape, c’est le cœur des crayères gallo-romaines du haut de la Butte Saint-Nicaise à Reims, face à la cathédrale, que choisira Madame Pommery pour offrir à ses vins une période beaucoup plus longue de bonification en cave. Cette maturation à l’abri de la lumière dans une température constante de 10 degrés offrira au champagne Pommery la finesse de sa bulle.

Domaine Pommery à Reims (France)

Les champagnes Pommery ainsi que les marques du groupe Vranken Pommery Monopole sont distribués sur l’ile de Saint-Barthélemy par Julien Schwartz Grand Fond - 97133 Saint-Barthélemy Tél : 0690 257 817 - Email : julienschwartzmanagement@gmail.com


portraits

David & Olivier The cool kids

the creation of their concept store has brought to St-Barth the shop it was missing and allowed them to reinvent their lives. David has had the idea in mind for a long time. “two years after I landed in St-Barth, I already had the vision of the boutique as it is now” David confesses. He was then part of the sales team of Pati of St-Barth and soon became the managing director of the St-Barth French West Indies brand. He stays convinced, for the next ten years, that St-Barth was missing a different boutique with a different masculine spirit. In November 2013, David and Olivier open the Pasha of St-Barth at the Guanahani. A year later, the boutique settles in Gustavia.

Made in France In the St-Barth hut they have chosen, you will only find young brands born and/or made in France like Le Slip Français, symbol of the French underwear, a small brand of socks made in Limoges, “Le Baigneur”, a soap maker based in the Paris area with a packaging that would make you think this brand was born during the post-war years, the Briston watches designed by the infamous Brice Jaunet, but also the St-Barth dog collars manufactured in France and even French Panama hats this winter! Without being an exclusive criterion for the boutique, the Made in France label is an important part of the shop’s identity. This matters a lot to David, “My motto ever since I was at school”. The “Made in France” label as a starting point for their desire to offer beachwear/loungewear products that are a little bit exclusive, that American customers probably don’t know and that locals can’t find anywhere else. This is the Pasha of St-Barth in a nut-

132 . VIP Guide St-Barth 2016

shell. This year, they stocked the high end “Robinson les bains” swimsuits that are only available in a strictly limited edition of 150 worldwide. They also introduced to the island the 100 percent French made niche perfume brand “Etat Libre d’Orange” with intoxicating scents named “Nothing” “Palaces Whore” or simply “Remarkable People.” The most striking thing about David and Olivier is that they work with their instinct and their heart. It’s as if they wanted to introduce to their customers the brands they wanted for themselves. They love what they do and they have created a boutique that looks like them.

David et Olivier In reality, the Pasha of Saint-Barth is a big achievement for both of them 15 years after leaving the main land. As far as David is concerned, living in St-Barth has always been an obvious choice. He arrived in 2001 and was right away at ease, “it almost felt like home.” His instinct told him that he needed to be self-employed as scary as that decision could be. “At first, I thought It wouldn’t work.” Olivier’s story is totally different. After obtaining diplomas in English and Hospitality, he discovers the Caribbean through a Royal Caribbean International cruise ship. Goodbye Bourges, hello Miami. “It is a dream come true when you are 20.” After a 6 month work contract with 16 hour shifts interrupted only by stops in various Caribbean islands, he settles in St-Martin because his friends swear that “It is a cool place and finding a job is easy here.” It was true. Straight after leaving the miles of carpet of big American cruise ships and at the age of 21, he finds a restaurant for sale in the middle of a coconut grove. It will be his for 14 years. “I have been extremely lucky and lucky to have parents who trusted me and lent me some

money even though they only saw pictures and were 8,000 kilometres away.” 3 years after meeting David, he sells the restaurant that regulars were calling “a little St-Barth in St Martin” and finally settles in St-Barth. David works in Gustavia, Olivier is a daytime manager at L’Esprit Saline but they both have only one thing in mind: to set up their own business; until the opportunity arises after much talking and dreaming. They do not think about it twice. “It’s something I had at heart, I knew that if I could open my own shop it would be called Pasha”. He quits his job at the end of October 2013 and at the beginning of November, the Pasha of St-Barth is open for business.”

2nd anniversary Today, the boutique is more than just a job for them, it is a way to express themselves and to fulfil their dreams. It is a precious thing and they know it. They are always on the look out for new designers, innovations, and new concepts. They have a real passion for the collections they import to the island and are always looking for new ones. “We have to meet all the designers we work with at least once.” It is very important to have a direct interaction, that’s what makes them people with a passion more than simple merchants. It is not a coincidence if a brand is represented in our boutique and there is a story behind every single item we put on sale. This year, the Pasha of St-Barth is turning two. Olivier has definitely left the hospitality industry to focus solely on the concept store. They now work together in this little St-Barth hut in Gustavia that they slowly turn into the temple of coolness. A dream come true when you are not even 40. n


Photo ŠXavier Merchet-Thau

portraits

VIP Guide St-Barth 2016 .

133


portraits

Garçons branchés En créant leur concept store, ils ont ouvert le magasin qui manquait à Saint-Barth et ont réinventé leur vie. L’idée est née très tôt dans la tête de David. « Deux ans après être arrivé à Saint-Barth, j’avais déjà en tête la boutique telle qu’elle est là », avouet-il. Il fait alors partie de l’équipe de vente de Pati de St-Barth et devient vite directeur de la marque St-Barth French West Indies. Reste que, pendant une dizaine d’années, son idée de départ persiste : il manque une boutique différente avec un esprit masculin différent. En novembre 2013, David et Olivier ouvrent le Pasha de St-Barth au Guanahani. Un an plus tard, la boutique s’installe à Gustavia.

Made in France Dans la case Saint-Barth qu’ils ont choisie, on trouve essentiellement de jeunes marques qui créent ou fabriquent en France : le Slip Français bien sûr, emblème du sous-vêtement made in France, une petite marque de chaussettes fabriquées à Limoges, « Le baigneur », artisan savonnier qui fabrique tout en région parisienne et dont les packagings font croire à une marque née dans l’après-guerre, les montres Briston créées par un certain Brice Jaunet, ou encore les colliers de chiens « St-Barth » faits dans l’Hexagone, et même cet hiver des chapeaux panama faits en France ! Sans être un critère exclusif, le « made in France » est une part importante de l’identité de la boutique. Quelque chose qui compte pour David, « mon leitmotiv depuis mes années d’école », dira-t-il. Le made in France comme point de départ, l’envie de proposer des produits beachwear/ loungewear un peu exclusifs, que les américains ne connaissent sans doute pas et que les locaux ne trouvent pas ailleurs, voilà comment on résumerait le Pasha de St-Barth. Cette année, ils

134 . VIP Guide St-Barth 2016

ont proposé les maillots de bain haut de gamme « Robinson les bains », qui ne produisent que des collections en édition limitée (150 pièces dans le monde maximum). Ce sont eux aussi qui ont fait venir « Etat Libre d’Orange », la marque de parfum de niche, 100% made in France, et dont les jus enivrants se nomment « Rien », « Putain des palaces », ou simplement « Remarkable people ». En fait, la chose la plus frappante, c’est que David et Olivier fonctionnent au coup de cœur. Un peu comme s’ils choisissaient de faire connaître à leurs clients les marques qu’ils auraient voulues pour eux. Ils aiment ce qu’ils font et ont conçu, sans le savoir, une boutique qui leur ressemble.

David et Olivier En réalité, pour l’un comme pour l’autre, le Pasha de St-Barth fait figure d’aboutissement, 15 ans après avoir quitté la métropole. Pour David, vivre à Saint-Barth a tout de suite été une évidence. Arrivé en 2001, il s’est senti tout de suite bien, « pas chez moi, mais presque », décrit-il. L’idée de se mettre à son compte relevait, elle, de l’instinct. Pas facile, malgré tout, de sauter le pas… « Je me disais que je n’y arriverais pas », avoue-t-il. Pour Olivier, l’affaire est tout autre. Jeune diplômé d’un BTS d’hôtellerie et de fac d’anglais, il découvre les Caraïbes à bord des bateaux de croisière Royal Caribean International. Au revoir Bourges, bienvenue Miami… « Le rêve, quand tu as 20 ans », avoue-t-il. Après 6 mois de bons et loyaux services, où les journées de 16 heures de travail sont entrecoupées d’escales dans les îles des Caraïbes, il rejoint St-Martin, un peu par hasard, parce que des amis lui promettent « que c’est sympa et qu’on y trouve du travail », se rappelle-t-il. Ils n’avaient pas menti. A peine quittés les kilomètres de moquette des bateaux de croisière américains, et à tout juste 21 ans, il trouve le sable d’une cocoteraie avec, au milieu, un restaurant à vendre. Ça sera le sien pendant 14 ans. « J’ai eu une chance incroyable et des

parents qui, à 8 000 km de là, m’ont prêté l’argent en voyant simplement des photos », sourit-il. En 2011, 3 ans après avoir rencontré David, il cède son restaurant dont ses clients disaient qu’il avait fait « un petit Saint-Barth à Saint-Martin », pour s’installer pour de vrai à Saint-Barth. David travaille à Gustavia, Olivier est manager du midi à l’Esprit Saline, et en se rasant le matin, tous deux ne pensent qu’à une chose : créer ensemble leur propre activité. Jusqu’au jour où, à force d’en parler, à force d’en rêver, l’occasion, la vraie, se présente. Aucune hésitation. D’ailleurs, le nom est déjà trouvé : « Pasha », en souvenir du bulldog français de David. « C’est très affectif pour moi, expliquet-il. Je m’étais dit que si un jour j’ouvrais mon magasin, je l’appellerais Pasha ». Il quitte son travail fin octobre 2013. Début novembre, le Pasha de St-Barth accueille ses premiers clients.

2ème anniversaire Aujourd’hui, la boutique est, pour eux, un peu plus qu’une activité professionnelle, c’est un moyen d’expression, et une source d’épanouissement. Autrement dit c’est précieux, et ils le savent. Sans cesse en quête de nouveaux créateurs et designers, attentifs aux innovations et aux nouveaux concepts, ils se passionnent pour les collections qu’ils font venir à Saint-Barth et guettent les prochaines. « On rencontre au moins une fois chaque créateur avec qui on travaille », explique David. Cet échange en direct c’est important, c’est en partie ce qui fait d’eux des passionnés, plus que des vendeurs. Aucune marque n’est là par hasard, à chaque article du magasin correspond une histoire. Cette année, le Pasha de St-Barth fête ses deux ans, Olivier a définitivement tourné la page de la restauration pour se consacrer à 100% au concept store. Ils travaillent désormais ensemble dans cette petite case Saint-Barth à Gustavia dont ils font petit à petit un temple branché. Le rêve à même pas 40 ans. n Mathieu Rached


Antoine Verglas, Road Trip, Edition of 15

NYC | ST BARTH | EAST HAMPTON clic.com


SACK’S

WINTER COLLECTION 2015.16

ETHNIC ROMANCE

La villa créole- St Jean - 97133 St Barthélemy - 0590 52 46 29 email: lunett@wanadoo.fr - website: angelsanddemons.fr - facebook: angels & demons


La villa crĂŠole- St Jean - 97133 St BarthĂŠlemy - 0590 52 46 29 email: lunett@wanadoo.fr - website: angelsanddemons.fr - facebook: angels & demons


Photo ŠXavier Merchet-Thau

portraits

138 . VIP Guide St-Barth 2016


portraits

Coats of Arms Polo shirts woven with History

They invented the Caribbean

The Beginning

luxury clothing.

It took them a year to develop the idea but it is now refined: to offer travellers a luxury product that he cannot find at home. They decide to create a collection that reflects the identity of the West Indies islands. Their key piece being a polo shirt “the casual piece of clothing of chic people” justifies Lorenzo. They dig in the coats of arms files and design the logos that will be embroidered with “the Rolls Royce of the embroidery machine.” They design 15 polo shirts in total. The St-Barth polo shirt is black and bears the coat of arms of Saint-Barthélemy, the latitude and longitude on the left sleeve and “1878” (date of the last official status of the island) on the right one. The concept is unique, the product of high quality (made with biodynamic Egyptian cotton). Their approach is based on the respect of human values and work (no child labour) and ecological (non toxic dye and wastewater recycling) ethics. Now they just need to meet their future clients. And that’s what they are going to do for the next two years. Dressed in their linen suits with panamas on with their creations inside their English leather suitcases, they have become the ambassadors of their newly created brand. Curacao, St Kitts, Tortola, Bermuda... they wear the corresponding polo shirt of each island even if they risk being mistaken for government officials as people are not used to seeing coats of arms on

Lorenzo and Richard are two daring partners. They are passionate, they are in love with the Caribbean and through their travels and hard work, they have set up in 2010 a clothing company and a concept. They have found a niche: the identity luxury product. The Coats of Arms polo shirts, embroidered with the Caribbean islands emblem, are not available worldwide but only in the geographical region they represent. They are newcomers in the globalized and formatted world of ready-made clothing and they are seen as pioneers with their emblematic products. After 5 years , they have about 20 points of sale in the West Indies and a concept store in Gustavia, opened in December 2014, where all of their designs can be found (polo shirts and bermuda shorts for men; pareos, scarves, dresses and other accessories for women; and also a kids collection.)

Coats of Arms The starting point comes from a surprising observation. In 2008, Richard is travelling in the Caribbean and wants to buy a polo shirt for his son, a pilot for Air France. He finds it impossible to find anything apart from the big brands polo shirts you can find everywhere. Lorenzo says: “He was looking for an identity luxury product and you could

not find any, in the Indian Ocean, in the Pacific and the Antilles.” Richard realises that flags are often used on commercial products, whereas coats of arms are usually for official buildings and documents. They are both unique, symbolic and historical so why not reinvent the way we use them?

The Meeting The idea becomes a reality when Richard and Lorenzo meet a year later in Guadeloupe at a housing convention. They chit-chat, talk about their love for the Seychelles islands and Richard mentions something about a project he has in the works. Timing is perfect for Lorenzo who has studied international trade. He is a man of challenges and concepts who likes to start things up and to achieve his objectives. He knows that in his current job, possibilities are limited. He works in the wooden house construction industry and knows all the steps in the production process; from the design office in France to the factories and wood cutting in Malaysia. He is ready to embark on a new professional venture. “Richard invited me, we talked about it and two months later I told him that I was quitting my job and starting up the brand with him” laughs Lorenzo.

VIP Guide St-Barth 2016 .

139


portraits

casual clothing. Using the coat of arms of a country is something you should do with caution, so they systematically approach the authorities to explain the concept and the brand and obtain some sort of approval. It is a question of common courtesy and working in harmony.

Dressed by the world Coats of arms design, quality clothing, high end final touches, local distribution. “Everything is more complicated” admits Lorenzo. It is harder and it takes longer but the approach is worth it. We want to tell a story, to create a cultural connection. That is what their slogan is all about: “Dressed by the world” which means that you are no longer dressed by a fashion designer but by the world. For Lorenzo and Richard, the apparel, its aesthetics, its quality, its historical and geographical attachment is what it’s all about. This commitment is everywhere. For instance, the polo shirts are not available in just any colours, pink or turquoise for the Bahamas because of the pink flamingos and the colour of the ocean floor and local houses, green for the luxurious Dominican Republic, red for Grenada with its spices and volcano. Today there are 3 different collections available: West Indies, Pacific and Indian Ocean and they are about to launch a fourth one: “Discovery.” And shortly a new one called “Make your Own” which will allow you to create your own personalised coat of arms. They are perfectionists, they are patients and they have a lot of “savoir faire.” Their project is getting bigger and staying true to their philosophy: “You can see a bag of money but you can’t see a bag of ideas” quotes Lorenzo. Ideas that became their signature. n

140 . VIP Guide St-Barth 2016

Des polos tissés d’histoire Ils ont inventé le vêtement de luxe des Caraïbes Lorenzo et Richard sont deux associés audacieux. Passionnés, amoureux des Antilles, bosseurs et voyageurs ils ont créé en 2010 une marque de vêtements et un concept. Leur créneau ? Le produit de luxe identitaire : les polos Coats of Arms, brodés des armoiries des îles Caraïbes, ne se vendent pas partout dans le monde, mais uniquement dans la zone géographique qu’ils représentent. Nouveaux venus dans l’univers mondialisé et calibré du prêt-à-porter, ils font figure d’aventuriers avec leurs produits emblématiques. 5 ans après, on compte une vingtaine de points de vente dans les West Indies et un concept store à Gustavia, ouvert en décembre 2014, qui abrite toutes leurs créations (polos et bermudas pour hommes ; paréos,  foulards, robes et autres accessoires pour femmes ; ainsi qu’une ligne enfants).

Coats of Arms Tout est parti d’un constat surprenant. En 2008, Richard est en voyage dans les caraïbes et veut ramener un polo pour son fils, pilote chez Air France. Impossible de dénicher autre chose que des polos de grande marque que l’on retrouve partout ailleurs dans le monde. « Il recherchait un produit de luxe identitaire. Ça n’existait pas, ni dans les Antilles, ni dans l’Océan indien, ni dans le Pacifique », raconte Lorenzo. A son retour, Richard se rend compte que les drapeaux sont largement utilisés sur des produits commerciaux, alors que les armoiries sont en général réservées aux bâtiments et documents officiels. A la fois uniques, symboliques et historiques, pourquoi ne pas réinventer leur usage ?

La rencontre Pour que l’idée prenne vie, il faudra la rencontre de Richard avec Lorenzo un an plus tard, au salon de la maison en Guadeloupe. Echange courtois, discussion sur les Seychelles que tous deux connaissent et quelques mots de Richard à propos d’un projet qu’il garde « dans le tiroir ». Pour Lorenzo, le timing est parfait. Titulaire d’un MBA en commerce international, homme de challenge et de concept, qui « aime lancer des choses et aller au bout de ses objectifs », il sait que dans son travail actuel, la construction de maisons en bois, les possibilités sont épuisées. Pendant 3 ans il a été envoyé sur tous les métiers de la chaine de production, du bureau d’études en France, à la préparation en usine en passant par la coupe de bois en Malaisie… il a envie de se projeter dans une nouvelle aventure professionnelle. « Richard m’a invité, on en a parlé, et, deux mois après, je lui ai dit « Ok, je quitte mon job, je lance la marque avec toi », raconte Lorenzo en riant.

Les débuts Ça leur prend un an pour développer le concept. L’idée est affinée : permettre à celui qui voyage de ramener un produit haut de gamme qu’il ne trouvera pas chez lui. Ils décident de créer une collection identitaire pour les îles des West Indies. Leur pièce phare est un polo, « le vêtement décontracté des gens chics  », justifie Lorenzo. Reste à récupérer et travailler les fichiers des armoiries pour créer leurs motifs qui seront brodés avec la « Rolls Royce des machines à broder ». Au total 15 polos sont conçus. Cela donne pour St-Barth : un polo noir arborant le


portraits

blason de Saint-Barthélemy, latitude et longitude sur la manche gauche, et « 1878 » (l’année du dernier statut officiel de l’île) sur la manche droite.  Le concept est unique, le produit, haut de gamme (coton d’Egypte poussé en biodynamie), leur démarche, attachée à des valeurs d’éthique humaine (pas de main d’œuvre infantile) et environnementale (pas de colorant toxique, participation de leurs partenaires au recyclage des eaux usées)... Il ne manque plus qu’à aller rencontrer leurs futurs clients. C’est ce qu’ils font pendant 2 ans. Costume en lin, panama, valise anglaise en cuir renfermant leurs créations, ils sont devenus ambassadeurs de leur marque naissante. Curaçao, St Kitts, Tortola, Bermuda… à chaque fois ils portent le polo de l’île où ils se rendent, quitte à être pris pour «  des officiels du gouvernement », rient-ils, tant les gens sont peu habitués à voir leurs armoiries

sur des vêtements de ville. De fait, toucher au blason d’un pays, c’est délicat. Alors, systématiquement, ils se présentent aux autorités afin de leur expliquer le concept et la marque, et de solliciter un « agrément ». Question de bienséance, et de travail en bonne intelligence.

Dressed by the world Travail des armoiries, qualité du vêtement, minutie des finitions, distribution locale… « Tout est plus compliqué », avoue Lorenzo. C’est plus long et plus difficile mais « moins creux dans la démarche, poursuit-il. On aime raconter une histoire, un lien culturel ». C’est ce que résume leur slogan « dressed by the world » qui traduit l’idée que c’est le monde, et non plus un créateur, qui vous habille. Pour Lorenzo et Richard, le vêtement, son esthétique, sa qualité, son attachement historique et géographique priment sur le reste. Cette approche se ressent à tous les niveaux de la marque. Les polos par exemple ne sont pas déclinés dans n’importe quelle couleur, mais sont

pensés pour coller à l’identité de l’île : rose ou turquoise pour les Bahamas à cause des flamants roses, de la couleur des fonds et des maisons, vert pour la luxuriante Dominique, rouge pour Grenade dont les épices et le volcan sont des symbôles. Aujourd’hui, 3 lignes existent : West Indies, Pacific et Indian Ocean. Une quatrième est en cours de lancement, « Discovery ». Et une autre, « make your own », permettra de créer son propre blason… Forts du savoir faire qu’ils ont acquis, perfectionnistes, patients, ils font grandir leur projet, fidèles à leur philosophie. « Un sac d’écus on le voit, un sac d’idées on ne le voit pas », cite Lorenzo. Des idées dont ils ont fait leur signature. n Mathieu Rached

Coats of Arms Rue du roi Oscar II 97133 Saint-Barthélemy

VIP Guide St-Barth 2016 .

141


Lolita Jaca Tara romper satin silk print vintage Deauville navy


Lolita Jaca Ciriana tunic eyelet cotton white


Lolita Jaca Jane dress eyelet cotton white


Lolita Jaca Ciriana tunic cotton & silk voile print Damask black


Lolita Jaca bohemian top mix chiffon and satin print FabergĂŠ beige


Lolita Jaca Fabiana kimono satin silk print floral Arabesque lagoon


Lolita Jaca Fleur dress satin silk print floral Arabesque mandarine


Lolita Jaca Capucine tunic lace crochet white


Lolita Jaca Aglae dress chiffon silk print FabergĂŠ beige


La vie ici... Pour vivre ici, il faut savoir : vivre sans clés, la por te ouver te. Accueillir le copain qui peut être maçon, pêcheur ou banquier. Aller voir un film à Lorient sous les étoiles et, s’il pleut, renverser sa chaise sur sa tête comme un parapluie. À la Toussaint rendre honneur aux anciens, aux amis disparus. À la lumière des bougies couvrir les tombes de fleurs. Il faut perdre la tête au Carnaval. À Pâques, retrouver les amis sur les plages et y passer la nuit dans un hamac. Et en août, bénir la mer. Se lever tôt, au chant des tour terelles, du coq du voisin, de la vague qui se brise, du petit grain matinal. L’air est rose, délicieusement frais, et le chat gourmand se frotte contre vos jambes. Les oiseaux sucriers chipent la cassonade du café et les tor tues dérobent quelques fruits entamés. Ici on conduit d’une main. De l’autre, on salue. On connait tout le monde, et tout le monde vous connaît. Les routes sont sinueuses, étroites, ça monte, ça descend, on croise des spor tifs à la petite foulée, des parents qui emmènent leurs enfants à l’école, des ouvriers qui démarrent leurs chantiers… Le soleil monte. Il chauffe le toit des cases et des maisons, et le monde qui s’affaire. Le soir, les enfants sor tent de l’école à côté de la plage, et les car tables s’éparpillent sur le sable blanc. Attention ! La vague va empor ter ton goûter ! La nuit arrive vite, précédée par la chorale assourdissante des minuscules grenouilles. On dîne tôt, souvent de dorade, de thon, de wahoo, de patates douces ou de plantains. Quand la lune éclaire comme en plein jour, on peine à trouver le sommeil. C’est l’heure où les pêcheurs à bord de leurs saintoises vont loin chercher le poisson du lendemain. Life here in St. Bar ts... Life in St. Bar ts means… Living without keys, leaving the door open. Being friends with a builder, a fisherman, a banker. Going to see a movie under the stars in Lorient. And if it rains, using your upside-down chair as an umbrella. On All Saints’ Day, paying homage to depar ted friends and ancestors. Covering their tombs with flowers by candlelight. Losing all inhibition at Carnival time. At Easter, meeting friends on the beach and spending the night in a hammock. And in August, blessing the sea. Getting up early, to the sound of doves cooing, the neighbor’s rooster crowing, waves breaking, a sudden morning rain shower. The air is tinged with pink and delightfully cool, as the ever-ravenous cat rubs against your legs. Bananaquits swoop in to steal the sugar laid out for coffee, while a tor toise makes off with a piece of fruit. People here drive with one hand, leaving the other free to wave at friends. Everyone knows everyone. The routes are narrow and winding, climbing and dropping back down as you pass joggers, parents taking their children to school, construction workers getting their equipment in order… The sun rises higher, warming the roofs of the cabins and houses, and the people who are out and about. In late afternoon, the children leave the school by the beach, strewing their book bags on the white sand. “Watch out! Your lunchbox will get washed out to sea!” Night falls quickly, announced by a chorus of hundreds of tiny frogs. People dine early, often on tuna, bream, wahoo, sweet potatoes or plantains. When the moon shines as bright as daylight, it’s hard to fall asleep. That’s when the fishermen head out in their saintoises, to net the next day’s catch.


PATI DE ST BARTH

Photo/Michael Gramm - design/mapisbh@orange.fr

St Jean / Villa Créole 05 90 27 59 06 Gustavia / Rue du Bord de Mer 05 90 27 78 04 Aéroport / First Floor 05 90 52 36 81

www.patidestbarth.com


1 4 , r u e du R oi Os c ar II, Gust av i a , Saint-B ar t hĂŠlemy w w w.co ats ofar ms.f r


Photo Š Michael Gramm


THOMAS WYLDE

Available exclusively at

C&J FASHION STORE • CHRIS SHOP VILLA CRÉOLE, ST-JEAN, ST-BARTHÉLEMY Tel +590 690 41 95 00 e-mail: chris@cjfashionsbh.com


portraits

Jewels of the Sea

Unique and timeless creations... A love story Maryvonne and Gérard Mignot have been living in St-Barth for 15 years and they are the mythical couple at the origin of the creation of “Les bijoux de la Mer” (The jewels of the Sea). Still as much in love as they were on their wedding day in 1957 and still very active, these two epicurean travellers have lived many lives. They’ve spent ten years sailing the Caribbean Sea and finally decided to settle down in St-Barth. In between two trips, Maryvonne would take long walks on the beaches of the islands the couple were visiting. She would collect seashells, pebbles, fossils and frosted glass pieces offered by the sea. That’s how the crafty artist would find the perfect raw material to create bracelets and necklaces she would give her family. And when mummy was visiting her children, who lived in the USA or Mexico, they would always organise private presentations of their mum’s latest designs for their friends who were always asking to purchase such unique jewels. Maryvonne is completely connected to nature and the love is mutual, she has a creative mind coupled with a very elegant and simple personality. In her first-aid kit you can only find powdered green clay and essential oil bottles. She embraces our planet’s generosity and she thanks the sea for giving her so many natural sources of inspiration. Maryvonne is putting all of her time and heart into her creations and it is a pure pleasure for her. She likes to use

162 . VIP Guide St-Barth 2016

semi-precious stones like turquoise because “the stone always convey a message. If you know how to listen, it speaks to you and tells you its secret.” While Maryvonne is concentrating on the creation of her necklaces and bracelets, Gérard manages the couple’s company while still sometimes giving a helping hand with the rolling of the leather laces. “Les Bijoux de la Mer” is the result of the love story of a couple in harmony with nature but it is also a family affair. The bohemian life they have given their nine children has become their lifestyle and their identity. They are always nearby, some just visiting their parents on the island, some living in St-Barth, some working at the boutique, others helping with manufacturing. During one of their travels to Polynesia, Maryvonne discovers the unique beauty of the Tahitian pearls and naturally add them to her creations. “When you wear a pearl, you give life back to it!” Maryvonne and her jewels are always one step ahead of copycats like a true artist who creates trends in fashion. In her collections you can find the silver grey pearl with multicoloured undertones but she also uses white and golden pearls. Pearls are natural and timeless and can be associated with seashells and 18 and 22 carat gold trinkets. The pearl has become a symbol for them, the symbol of the heart that holds the love for their children and grandchildren and the spiral, symbol of life and energy these two beautiful souls represent. In their boutique, rue de la République in the heart of Gustavia, her jewels are displayed on a bed of

pink sand, there are peacock feathers and fresh hibiscus flowers in the window. Raw materials enhance the beauty of Maryvonne’s creations. This unique style of jewellery has become in 10 years a landmark for those living or simply visiting St-Barth. n

Des créations uniques et intemporelles… Une histoire d’amour Arrivés à St-Barth il y a une quinzaine d’années, Maryvonne et Gérard Mignot forment un couple mythique à plus d’un titre à l’origine des Bijoux de la Mer. Toujours aussi amoureux que le jour de leur mariage en 1957 et toujours aussi actifs, ces deux épicuriens voyageurs ont changé de vie plus d’une fois, passant par exemple dix ans à vivre sur leur voilier en mer des Caraïbes, avant de décider de s’installer à St-Barth. Entre deux navigations, Maryvonne aimait faire de longues promenades sur les plages des îles que le couple visitait. Elle y ramassait les coquillages, les galets, les fossiles et les morceaux de verre dépoli que la mer lui offrait. L’artiste aux doigts de fée trouvait ainsi dans la nature une matière première parfaite pour réaliser bracelets et colliers uniques qu’elle offrait aux membres de sa famille. Et lorsque la maman rendait visite à ses enfants installés aux états-Unis ou au


portraits

Mexique, ces derniers s’empressaient d’organiser des présentations privées des dernières réalisations de leur mère, à la demande de leurs amis qui souhaitaient eux-aussi acquérir un de ces bijoux si originaux. Esprit créatif à la personnalité simple et élégante, Maryvonne est connectée à la nature et la nature lui renvoie son amour avec la même intensité. Celle dont la trousse à pharmacie n’est composée que de poudre d’argile verte et de flacons d’huiles essentielles embrasse la générosité de notre planète, remerciant la mer de lui procurer de si nombreuses sources naturelles d’inspiration. Maryvonne ne compte pas son temps, elle vit ses créations par pur plaisir. Elle aime travailler les pierres semi-précieuses telle la turquoise parce que « la pierre est toujours porteuse d’un message, si tu sais l’écouter elle te parle et te livre son secret » nous confie t-elle. Et pendant que Maryvonne concentrée dans la création de ses colliers et bracelets ne voit pas le temps passer, Gérard gère l’entreprise du couple tout en aimant mettre la main à la pâte de temps en temps en aidant à rouler les liens de cuir. « Les Bijoux de la Mer » est le résultat de l’histoire d’amour d’un couple en harmonie avec la nature, mais aussi une histoire de famille. Les neuf enfants ont vécu immergés dans une ambiance bohème devenue à la fois leur style de vie et leur identité. Ils ne sont jamais très loin, certains de passage sur l’île venus rendre visite à leurs parents, d’autres installés à St-Barth, les uns travaillant à la boutique, les autres aidant à la fabrication. Au cours d’un voyage en Polynésie, Maryvonne découvre la beauté singulière de la perle de Tahiti et naturellement elle l’inclut à ses bijoux.

« En portant une perle on lui redonne la vie ! » explique t-elle. Très souvent copiés mais jamais égalés, Maryvonne et ses créations conservent toujours ce temps d’avance des artistes qui, année après année, font les tendances de la mode. Ses collections mettent à l’honneur les perles grises irisées des couleurs de l’arc en ciel mais en fonction de ses coups de cœur, elle dessine aussi des modèles avec les perles dorées et les perles blanches. Bijoux authentiques et intemporels, les perles s’associent aussi aux coquillages et breloques en or 18 et 22 carats pour devenir porteurs de symboles forts. Le cœur bien-sur, ciment de cet amour pour la famille que porte le couple à

leurs enfants et petits enfants et la spirale, symbole de la vie et de l’énergie que véhicule ces deux belles âmes. Dans leur boutique écrin, située rue de la République au cœur de Gustavia, les bijoux sont présentés sur des lits de sable rose, les vitrines sont décorées de plumes de paon et fleuries d’ibiscus colorés, fraîchement cueillis du matin dans le jardin. Les matières naturelles, toujours, magnifient les créations de Maryvonne. Un style unique de bijoux qui est devenu en une décennie une véritable marque d’appartenance à la grande famille de ceux qui viennent en vacances ou qui vivent à St-Barth. n Cécile Lucot

VIP Guide St-Barth 2016 .

163


BIJOUX DE LA MER TAHITIAN AND AUSTRALIAN PEARLS Photos by Lisa Candela


BIJOUX DE LA MER TAHITIAN AND AUSTRALIAN PEARLS


Photo © Chrystèle Escure - Villas La désirade et Mer Soleil St Barth


Lei’l S T

B A R T H

37, rue de la République - Gustavia - 97133 Saint-Barthélemy - Tel 06 90 515 237 - Email : leilstbarth@icloud.com


Tél. 05 90 51 15 60 - Email: clo.stdby@yahoo.fr Aéroport Gustave III - 97133 Saint-Barthélemy


JAMIN PUECH JEROME DREYFUSS MEESHA ZOE KARSSEN SIMONA TAGLIAFERRI NUMERO 10 SHAINA MOTE DRIFTER ILARIA NISTR MALIPARMI GILDA MIDANI SUN BUDDIES

Tél. 05 90 51 15 60 - Email: clo.stdby@yahoo.fr Aéroport Gustave III - 97133 Saint-Barthélemy


Couleurs Provence

ART FOR UNUSUAL & PRECIOUS GIFTS Centre Commercial Vaval H St Jean 97133 Saint-Barthélemy H F.W.I Tel/Fax 05 90 52 48 51 H Email : couleurs.provençesbh@gmail.com H


Photo ŠXavier Merchet-Thau

portraits

178 . VIP Guide St-Barth 2016


portraits

Luc Lanza

Continuity of Le Toiny spirit

The reopening of the legendary hotel, Le Toiny has not gone unnoticed. The hotel has been revamped and the least we can say is that this was not done by half measures! Since its purchase by new owners well known on the island, the Reverend Charles Vere Nicoll and his wife Mandie, extensive renovations have been carried out. Whilst some might have wondered if this iconic pair had quietly retired, be rest assured! Le Toiny now has at its helm, a group of partners who form a close family. Charles and Mandie have teamed up with a small group of friends and have engaged two of the best: Charles Walker and Luc Lanza as “Managing Director” and “General Manager” respectively. So with this great team in place, it is unwise to assume that the hotel is resting on its laurels.

extraordinary protective cocoon, with guaranteed privacy and cherished by the exclusive clientele in search of tranquility, serenity and familiarity. This prestigious establishment, a member of the very selective network of “Relais et Châteaux” is distinguished by its willingness to blend into the environment. Thus, to the delight of its guests, the 15 Villa-Suites literally lose themselves, set in tropical gardens and offer a breathtaking view of the Caribbean Sea. This closeness to nature and the elements make it authentic, warm and rare and in perfect harmony with the traditions and style of St. Barth. It is true that in this refuge where time seems to stand still, we are far removed from the clamor of the city and nocturnal nuisances. This is also another feature of Le Toiny that could almost be described as “paradoxical”, since isolation is very relative... Indeed, the hotel is found less than 10 minutes from all activities!

Le Toiny remains a typical and atypical establishment. Moreover, the number Built in 1992, Le Toiny knew from of regular guests cannot be wrong the start to focus attention on the and bookings for the high season are fact that it was built on a relatively in full swing. The spirit of “Toiny” unknown aspect of St-Barthélemy: has been preserved. Luc Lanza and La Côte Sauvage. Even at that time, Charles Walker did not want to it was considered daring to build a compromise it with contemporary hotel so far from everything. But that decoration, which would have is precisely what made the success of distorted the essence of the place. The the hotel. Perched on the hills with key words were “rejuvenate but not its breathtaking scenery and located modernize.” Besides the rooms and in the heart of a protected area of​​ kitchenettes, redesigned by designer 17 hectares overlooking a palm Bee Osborn, they also had to optimize grove, Le Toiny turns out to be an the infrastructure. Therefore the

creation of a new reception, a new bar, a lounge, a library and a place of rest and relaxation was needed. The restaurant has also been completely redesigned, as has the beach, which has been refurbished and landscaped offering a “full beach service” with a small bar, and beach loungers in the shade of the “paillottes”. Restrooms, showers, and towels are also available. Here you can watch the surfers perform on the azure-blue ocean, an essential view from Le Toiny. These enhancements have changed boutique hotel life by creating hubs of activity for both day and evening. Because one thing is certain: the clientele could rightfully be looking for privacy and tranquility, but occasionally want to see a bit of the world, to enjoy a great atmosphere or to exchange views and chat with the staff. However, the essential characteristic of Le Toiny we shouldn’t forget (and it is probably the most successful of the luxury hotel concepts today) is that indefinable feeling of coming home... but also enjoying all the benefits, advantages and services of a hotel! Rarely have there been, especially in St. Barts, such large rooms. With their 85 m², the villa-suites are impressive. These large living areas, fully private and not overlooked, each have a pool and offer a sense of real intimacy. Everything has been designed to be comfortable. Similarly, at Le Toiny, the concept of “Room Service” is at the top of its game. In the evening, you just need to leave instructions

VIP Guide St-Barth 2016 .

179


portraits

La continuité de l’esprit du Toiny La réouverture du mythique hôtel Le Toiny n’est pas passée inaperçue. L’établissement a fait peau neuve et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela n’a pas été fait dans la demi-mesure ! regarding your specific requirements for the next day. In the morning, a few minutes before you wake, a table is set up on your terrace, your doorbell is rung to gently wake you and your breakfast is served! Same for lunch or dinner: If you prefer to eat in privacy, the restaurant is transposed and your lunch will be served directly in your villa-suite! With the Le Toiny staff, nothing is impossible, they are entirely devoted to the guests, and have in just a few months, created a family place with genuine conviviality. More than a hotel, it’s a slice of the charm of country homes bordering the sea, which have been subtly recreated. When asked, Luc Lanza described the new concept of Le Toiny in a few words, he replied without hesitation by a long series of attributes: “Elegant, classy, refined, comfortable, unique, intimate, wild, private, subtle, quiet and above all... Continuity of Le Toiny spirit.“ But he has also kept some unexpected surprises for you, such as the incredible small vehicles which serve as a shuttle to the beach, or the beautiful plantation... of pineapples on the edge of the newly landscaped tropical garden! And there are many more surprises to discover... n

180 . VIP Guide St-Barth 2016

Depuis son rachat par de nouveaux propriétaires bien connus sur l’ile, le Révérend Charlie Vere Nicoll et sa femme Mandie, de profonds travaux d’embellissement ont été effectués. Si certains s’étaient étonnés que ce couple emblématique parte tranquillement en retraite, les voilà rassurés ! Le Toiny à désormais à sa tête des partenaires qui forment une véritable famille. Car Charles et Mandie se sont associés avec un petit groupe d’amis et ont propulsé deux de leurs meilleurs éléments : Charles Walker et Luc Lanza, respectivement « Managing Director » et « General Manager ». Alors avec cette fine équipe, il ne fallait surtout pas s’attendre à ce que l’hôtel se repose sur ses lauriers. Construit en 1992, le Toiny a su, dès son ouverture, focaliser l’attention sur lui en mettant en avant un aspect relativement méconnu de St-Barthélemy : la Côte Sauvage. Déjà à l’époque, on avait trouvé audacieux de construire un établissement si éloigné de tout. Et c’est justement cela qui a fait le succès de l’hôtel. Perché sur les hauteurs avec ses paysages à couper le souffle et situé en plein cœur d’une zone protégée de 17 hectares surplombant une palmeraie, le Toiny se révèle être un extraordinaire cocon protecteur garant d’une intimité et d’une exclusivité toujours très prisées par une clientèle

de marque en quête de tranquillité, de désinvolture et d’insouciance. Ce prestigieux établissement membre du très select réseau « Relais et Châteaux » se démarque par une volonté affichée de se fondre dans l’environnement. Ainsi, ses 15 Villa-Suites se perdent littéralement pour le plus grand bonheur de ses hôtes, dans un jardin tropical et offrent un panorama grandiose sur la mer des Caraïbes. Cette proximité avec la nature et les éléments en font un lieu authentique, chaleureux, rare et en parfaite adéquation avec les traditions et le style Saint-Barth. Il est vrai que dans ce refuge où le temps semble s’être arrêté, nous sommes bien éloignés des clameurs de la ville et des nuisances nocturnes. C’est d’ailleurs une autre particularité du Toiny qu’on pourrait presque qualifier de « paradoxale », puisque l’isolement n’est que très relatif… En effet, on se trouve à moins de 10 minutes de toutes activités ! Bien évidemment on aurait pu craindre que le nouveau concept proposé amène à une standardisation voire une uniformisation nivelée par le haut, propre à certains grands hôtels. Il n’en est rien ! Bien au contraire. Le Toiny reste un établissement typique et atypique. D’ailleurs, les clients habitués ne s’y trompent pas et les réservations pour la haute saison battent leur plein. L’esprit « Toiny » a été préservé. Luc Lanza et Charles Walker ne voulaient pas se compromettre dans une décoration résolument contemporaine qui aurait dénaturé l’essence des lieux. Les maîtres-mots étaient « rajeunir et non pas moderniser ». Outre l’intérieur des chambres et des kitchenettes entièrement redessinés par le designer Bee Osborn, il fallait également optimiser les infrastruc-


Photo © Jean Philippe Piter

portraits

tures. Ainsi la création d’une nouvelle réception, d’un nouveau bar, d’un lounge, d’une bibliothèque et d’un lieu de repos et de détente s’imposait. Le restaurant à également été entièrement repensé, tout comme la plage qui a été réaménagée et agrémentée d’un « full beach service » avec un petit bar, une boutique, des transats à l’ombre de paillotes, des sanitaires, des douches et des serviettes sont également à disposition. De ce fait, vous pourrez contempler de plus près les surfeurs évoluer sur le bleu de l’océan, panorama essentiel du Toiny. Ces petits réaménagements ont changé la vie de l’hôtel en créant des pôles d’attractions tant en journée qu’en soirée. Car un constat s’imposait : la clientèle pouvait légitimement être en recherche d’intimité et de tranquillité, mais de temps en temps avoir envie de voir un peu de monde, de profiter d’une bonne ambiance ou de pouvoir échanger et discuter avec le personnel. Cependant, la caractéristique essentielle du Toiny qu’il ne faudrait surtout

pas oublier, et qui est à ce jour probablement le concept le plus abouti de l’hôtellerie de prestige, c’est cette indéfinissable sensation de se retrouver chez soi… tout en bénéficiant des avantages et des services d’un hôtel ! Rarement on aura vu, surtout à Saint-Barth), des chambres aussi grandes. Avec leur 85 m², les villas-suites en imposent. Ces grands espaces à vivre, entièrement privatifs et sans aucun vis-à-vis disposent chacun d’une vraie piscine et offrent une intimité qui atteint là son paroxysme. Tout a été pensé pour qu’on s’y sente bien. De même, au Toiny, la notion de « Room Service » atteint des sommets. Le soir, il suffit juste de laisser des instructions concernant les desiderata du lendemain. Au matin, quelques minutes avant votre réveil, une nappe est dressée sur la table de la terrasse, on sonne à votre porte pour vous réveiller tout en douceur, votre petit déjeuner est servi ! Idem pour le midi : Si vous préférez manger en toute intimité, le

restaurant se délocalise et vous êtes directement servi dans votre villasuite ! Avec le staff du Toiny, rien n’est impossible. Le personnel entièrement dévoué à la clientèle a su, en quelques mois, créer un endroit familial avec une réelle convivialité. Bien plus qu’un hôtel, c’est un peu du charme des maisons de campagne en bordure de mer qui a subtilement été recréé. Quand on demande à Luc Lanza de nous décrire en quelques mots le nouveau concept du Toiny, il nous répond sans hésiter par une longue série de qualificatifs  : «  Elégant, chic, raffiné, confortable, atypique, intime, sauvage, privé, subtil, calme et surtout…. Continuité. » Mais il vous réserve aussi quelques surprises inattendues, comme ces incroyables petits véhicules qui servent à faire la navette, ou encore cette belle plantation… d’ananas en lisière de plage ! Et tant d’autres à découvrir… n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

181


Rue du Général de Gaulle - Gustavia - 97133 St Barthélemy - 0590 29 85 59


Rue du Général de Gaulle - Gustavia - 97133 St Barthélemy - 0590 29 85 59


Photo ©Carreau


H

O

T

E

L

EMERAUDE PLAGE S A I N T

B A R T H E L E M Y

www.emeraudeplage.com Tel: +590 590 27 64 78 Fax: +590 590 27 83 08


portraits

Guy Turbé How to build your life Guy Turbé was one of the last of the great builder according to his peers. He comes from the small neighbourhood of Flamands and was born into a family established on the island since the beginning of the 19th century.

He was born when St-Barth was only a rock in the middle of the ocean. He always left a mark on people, his story and the challenges he courageously faced are a testament to the experience of many of his generation’s islanders. From the beginning to the end of his life, hard work and big projects have helped him create a life of human adventures and a nearly 60 year St-Barth saga. Everybody knows Guy Turbé as “the man with the 1000 projects,” always working, “today more than yesterday and less than tomorrow” as he liked to say. Guy was a visionary, a free man. He learned from an early age that “the early bird catches his future and business” At the age of 10, he asks his mum to buy him a hen from a neighbour. Little Guy was the king of his farmyard and he gave all his love to his beloved hen. He used to grow sweet potatoes and yam to feed it and proudly sell fresh eggs and chicks. Guy Turbé already understood the basic rules of what would make him one of the great St-Barth, always one step ahead and always thinking about the next one. He buys his first carpenter tools with his first savings and his chickens. Free at a time when the island’s kids were leaving school early, young Guy was eager to learn and was what people today would call “hyperactive.”

186 . VIP Guide St-Barth 2016

At a time when everything was possible and when Rockefeller had just discovered the island and its 2,000 residents, Guy, now in his teenage years, decide to learn a trade as soon as possible. Then came the first meeting that would change his life and make a man out of him. As a young and puny 17 year old, he would leave every morning at 4 with his mother to meet Eugene Blanchard the carpenter. This nice man knew that Guy would have a great future and took him under his wing to teach him everything he knew. Guy worked for free for the first year and then became an apprentice and started learning all the different trades in construction. He was so good at it that he soon became a full on employee and one of the best in Eugene Blanchard company. However, his freedom and entrepreneurial spirit were taking over and he felt the need to stand on his own two feet and follow his dreams. Visionary is really a word that sticks to Guy Turbé as he was one of the first to believe in St-Barth’s tourism development at a time when there was only one plane landing everyday. At 26, using all his savings from years of hard work, he buys from his parents a plot of land on baie des Flamands’ beach. Whit his audacity and passion, he builds two little beach houses that he rents on a weekly basis. This was a risky project that will get him started in the construction business, a passion that will never leave him. Earlier on he was seeing big things, always bigger. A second chance encounter is going to change his life. Two Canadians, Claude Michel and Jean Arnoux, who were staying in one of his bungalows become his friends. They push him to expand on Flamands beach. The three friends are now business partners and

it is the beginning of the first hotel on a St-Barth beach: “L’Hotel Baie des Flamands.” At 35 he demolishes his first bungalows and build the biggest hotel of the island with 24 rooms, full board and the first big swimming pool that all the kids of the island could use to learn how to swim. Guy Turbé was a real family man. He got all of his family working with him on the project. His dream of a family business came true. Guy bought back his partners’ shares to stay independent and live new adventures. Guy was a very discreet and secretive man but also extremely sensitive, simple and accessible. He always helped the young people of St-Barth and always supported their projects. With a wellknown flair for business, his advice was always taken and appreciated. Guy always left a mark on people’s hearts thank to his vision and spirit. His audacity and courage made him one of the first entrepreneur of St-Barth in the 70s. Guy always had a comb in his pocket but also a little green notebook to continually write down all of his new ideas. He was so elegant that he could pull off boarding a plane in sandals to go promote St-Barth, as a pioneer once again, in Miami or New York attending hospitality and tourism conventions. He was a wise businessman but most of all an ambassador of the island. His perfectly fitted and tailor made suits showed how much he understood the codes and common practices of the modern world, always ahead of his time and always ready to build new relationships and take on new challenges. The Flamands neighbourhood soon becomes too small and Guy and his construction company start building residential houses. He is very proud when two of his children, Monique and


portraits

VIP Guide St-Barth 2016 .

187


portraits

Hervé, decide to follow his steps. Guy taught them the values of hard work, high expectations and most of all that nothing should be taken for granted. Monique Turbé still remembers fondly when she was taking a break sharing a fruit juice and biscuits with him sitting on concrete blocks or in the cabin of a backhoe loader. Hervé and Monique trained themselves very early and even if their dad followed them with his experience, he never made it too easy for them. Guy Turbé was very generous but never showed his feelings and was very discreet but nevertheless extremely sensitive. He could be seen as someone who only had work on his mind. However he never shied away from praising, outside of the family circle, those who achieved big things without his help when they started like him at the bottom. After the construction of the Hotel Baies des Flamands and right in the middle of the 1976 oil crisis, Guy Turbé wants a more ambitious project, something bigger and crazier when tourism is a completely new thing in St-Barth. Guy leaves his Flamands bay for good and buys a plot of land on the Grand Cul-de-Sac beach. He wants to build an even bigger hotel between a lagoon and the Grand Cul-de-Sac pond, but this time, he will build it alone: the “St-Barth Beach Hotel” and later a smaller one: “L’Hotel de la Plage.” This was one of the riskiest gamble for Guy as this part of the island was wild and inhabited and everything had to be build. Le “St-Barth Beach Hotel” was a big single floor building with 36 rooms separated in a way that gave the illusion of independent bungalows with a magnificent bay view. He used the simple style of his first constructions, focusing on wide spaces to accommodate big families at a very attractive price. This big project showed once again what a pioneer and visionary he was. He built the first tennis court of the island and started developing water

188 . VIP Guide St-Barth 2016

sports for the first time, but also the first gym and fitness centre with a fantastic view on the Grand Cul-de-Sac bay. At the centre of the hotel was a restaurant “Le Rivage” which was one of the most renowned place on the island with its famous “lobster pasta” followed by some homemade vanilla rum. A little further down the beach he will turn the “Hotel de la Plage” into eight 2 bedroom villas to offer an alternative for a new, more exclusive, clientele. At Petit Cul-de-Sac, one kilometre away, Guy builds the “St-Barts’ Residencies”, a 23 (one to three bedroom) villas complex with more than seven swimming pools with a panoramic view over the ocean. And that’s how the young chicken farmer became the biggest entrepreneur of the island and one of the first employer and tourism promoter. However, Guy Turbé was still the same, visiting his properties in sandals or driving the backhoe loader. Guy only lived for his work and never took a holiday during his whole life so he could not stop there. In 1982, he creates “Turbé Car Rental” in order to meet the needs of his clients. His flair for business will do the rest: he creates the first promotional packages “Hotel + Car” at the cheapest price possible. This success attracted the competition but Guy always stayed

independent and always declined all of the partnership offers from the burgeoning big groups like Europcar, Avis, Hertz etc... Yet again, Guy Turbé was staying true to his values: simple and accessible but free and independent, the only leader of his company. However lucky Guy was, there were still tragedies in his life: hurricane Luis in 1995 left a lot of deep wounds on the ground and in the hearts, destroying completely the “Hotel Baie des Flamands” that he had built with his own hands. This happened after Hervé took over the management, financing important refurbishment works 25 years after its opening. His son taking over what he created made Guy very proud but tragedy was to strike again. On May 15th 2006, Hervé died at the age of 36. This loss was the biggest drama in his life. Hervé and his sister Monique were his pride, they both achieved success on their own by taking risks. Tired of responsibilities, feeling lonely without being able to express his sadness, he sells everything less than 8 months after his son’s death after a long life of hard work. He lets go of all the hotels, bungalows and car rental agencies and decide to step back. He lives in Toiny where he can look at the ocean he loved so much when he was younger. However, he kept waking up very early


portraits

as he always had, still following his rules. He rescued a wild rooster and would go feed him everyday. Nobody ever knew what he was sharing with his rooster, maybe Guy was telling him everything about his sorrow and dreams. Being just a landlord wasn’t making Guy very happy. To stop working and building was like dying for Guy Turbé. He wanted to leave his mark on the island, all the properties he sold had been demolished. Guy still wanted to pass down a legacy to his children. That’s when new ideas arrived.He decided to use his wealth to buy more land so he could leave his children a little bit of the island he loved so much.Guy has been building things on land all of his life and kept going using his experience. He could only live if he was making his dreams come true.He built two villas next to his house: villa “Panorama” and “Soleil Levant” and “Bellevue” in Marigot. Guy’s trademark was big spaces, concrete and simplicity with an open panoramic view. At over 70 and with 60 years of hard work, things had changed in the construction industry with new materials and new techniques but each villa he made always had his “touch” robust, spacious and very “St-Barts.” He could watch every morning his villas being built but the real estate business had changed and there were now over 400 villas available to rent on the island. Guy is essentially a builder and he never really took an interest in marketing. With a new fierce competition and having put interior design in other hands, he does not understand why renting his villas had become so difficult. It was a major concern as Guy had invested once again all of his savings. During the tourist season, his villas are empty. He is worried and having never ask anyone for help, Guy locks himself up in worries and a fear of failure. That’s when his daughter Monique Turbé decided to step up and come to the rescue.

Seeing her father in such a state of despair, she uses all of her strength and love to give him hope and happiness. Monique has a 30 year experience in renting her own luxury villas with success. Using her expertise, she is going to do what her brother did 23 years ago and completely renovate and refurbish her dad’s 3 villas to respond to the market requirements. From May to October 2014, she uses all of her powers and money to make sure the Turbé villas are competitive again. It was an instant success thanks to Monique’s network of professionals. Her concierge service company was bringing a little extra to the mix and Monique was bringing hope again to her father. Monique was a breath of fresh air for Guy and it was the biggest reward for her as her secretive and quiet dad was her mentor and her role model. Sadly, just as Guy had regained faith he learned that he had a serious illness and passed away 6 months later. Guy Turbé was one of the biggest builder of the Island. In a 60 year period, he created a rare and valuable heritage which would be hard to match for anyone today. Until his last days, he could admire his villas from his house, follow his legacy and be proud that people could enjoy it. Guy Turbé still had a lot of dreams. One of them was to set up a company with his daughter Monique. It was a way for him to contemplate a future, tis dream was his last hope. Shortly before his passing, he said to his daughter: “Ninique (the nickname he gave her), create your own real estate agency to look after my villas, you are the best at it.” Unfortunately, the old man never saw his dream come true but Monique Turbé kept her word and created “My Villa in St-Barth Real Estate” as a tribute to her dad. Every person on the island who ever met Guy Turbé has a story about him. A story about fishing (his other passion) or one of his extravagant habits. His life was a 60 year saga of

hard work that made St Barts what it is today. As he used to say: “Nothing comes for free. Only work and effort can bring success. The early bird catches the worm.”

Raymond Magras tribute “All of Guy’s friends, entrepreneurs, builders and all of the St Barts’ hotel business industry will remember him as the young hospitality industry pioneer of the 70s. A hard working man who never stopped, an honest man, administrator, ambitious and always leading several projects. A man with a big heart who, as a former member of our “Lions Club” would always let us use hotel rooms, meeting rooms or cars for our charities or seminars. Our club will always be thankful. Goodbye Guy, you were a great builder and you will now meet the supreme builder for eternity. May you rest in peace.”

Bruno Magras tribute (President of the COM) “On June 13th, after a long illness, Guy left us and Saint-Barthélemy is loosing one of his most loyal ambassador. Guy will be remembered as a tireless builder. He had no formal diploma but made it up with his intelligence. He started with nothing and was one of the first to understand that the future of our island was tourism development. He was always defending his opinions with great conviction. We often disagreed but Guy was first and foremost a faithful friend most. He was a very direct and generous man. May his legacy be a reminder for those who think that work is an unnecessary part of life.”

Jean Arnoux tribute (Guy’s associate in the 70s) Guy was more than an associate, he was most of all a true friend, a wonderful man, an honest worker. We got along very well, he had a gift for business and trustful relationships. Guy was the greatest visionary I met. Well done Guy.” n

VIP Guide St-Barth 2016 .

189


portraits

Comment construire une vie

Originaire du petit quartier de Flamands et descendant d’une famille établie sur l’ile depuis le début du XIXème siècle, Guy Turbé fut l’un des derniers et des plus grands bâtisseurs pour ses compatriotes. Né à une époque où St-Barth n’était qu’un caillou, l’homme n’a jamais laissé personne indifférent. Son histoire et ses défis relevés avec courage, reflètent à bien des égards l’expérience de nombreux St-Barths de sa génération. Car depuis toujours et jusqu’à ses derniers instants, le travail et les nouveaux projets de construction l’ont porté à repousser les limites du possible et créer ainsi une vie riche d’aventures humaines et une épopée St-Barth de près de 60 ans. Guy Turbé était connu de tous pour être l’homme aux 1 000 projets, un travailleur infatigable, « Aujourd’hui bien plus qu’hier, et bien moins que demain » comme il aimait à le dire.

190 . VIP Guide St-Barth 2016

Guy était un visionnaire, un homme libre. Il apprit très jeune que « l’avenir et les affaires appartiennent à ceux qui se lèvent au chant du coq ». A 10 ans, il demande à sa mère de lui acheter une poule chez une voisine. Le petit Guy était le roi de sa basse-cour et il donna tout son amour à sa poule qu’il chérissait comme son trésor. Il cultivait des racines locales, d’igname et de patate douce pour la nourrir, et fièrement il pouvait aller vendre des œufs frais et de beaux poussins. Guy Turbé avait déjà compris les bases qui firent de lui l’un des plus grands St-Barth, toujours un coup d’avance, toujours prévoyant le coup d’après. Avec ses premières économies et ses poules, il put acquérir ses tous premiers outils de charpentier. Libre, à une époque où les enfants de l’ile quittaient l’école très tôt, le jeune Guy était curieux d’apprendre et ce que l’on qualifierait aujourd’hui « d’hyperactif. »

aux 2 000 habitants, l’adolescent Guy décida d’apprendre un métier le plus rapidement possible. Puis, vint la première rencontre qui changea sa vie et lui fit devenir un homme. Jeune et chétif de 17 ans. Il partait tous les matins à 4 heures du matin accompagné de sa mère pour rejoindre le charpentier Eugène Blanchard. Ce brave homme comprit vite que Guy avait un grand avenir devant lui et il le prit sous son aile pour lui transmettre tout son savoir. Guy travailla d’abord bénévolement pendant près d’un an, puis devint jeune apprenti, apprenant également tous les autres corps de métier liés à la construction. Il travaillait si bien et si durement qu’il devint très vite salarié et l’un des meilleurs ouvriers de l’entreprise d’Eugène Blanchard. Mais la liberté et l’esprit d’entreprendre étaient plus forts que tout, le jeune homme voulut voler de ses propres ailes et assouvir ses rêves.

A une époque où tout était encore possible et où Rockefeller venait à peine de découvrir l’ile de St-Barth

Visionnaire, un mot qui reviendra toujours, Guy Turbé fut l’un des premiers à croire au développement


portraits

du tourisme à St-Barth, à une époque où l’ile de compter qu’une desserte aérienne par jour. A 26 ans, il décide de racheter un terrain appartenant à ses parents sur la plage de la baie de Flamands avec toutes les économies de ses années de travail et de privation. Avec l’audace et la passion qui le caractérisaient, il construit 2 petites maisons de location à la semaine, « les pieds dans l’eau ». Ce projet était très risqué mais cette première réalisation lançait Guy dans la construction, une passion dévorante qui ne le quitta plus jamais. Très vite, il voyait plus grand, toujours plus grand. Une deuxième rencontre fortuite allait une nouvelle fois changer sa vie. Deux canadiens, Claude Michel et Jean Arnoux qui séjournaient dans ses bungalows, se lièrent d’amitié avec Guy. Le contact est fait et ils l’incitent tous les deux à se développer et à s’agrandir sur la plage de Flamands. Les trois amis décident de s’associer ; c’est le début du premier hôtel sur une plage de St-Barth : l’hôtel Baie des Flamands. A 35 ans, il rase ses premiers bungalows et construit le plus grand hôtel de l’ile, avec 24 chambres, pension complète, la première grande piscine, qu’il mettait à disposition gratuitement aux jeunes de l’ile voulant apprendre à nager. Guy Turbé était un vrai chef de famille. Avec cet hôtel sur la plage, il employa toute sa famille dans ce projet et son rêve d’une entreprise familiale était né. Dès qu’il put racheter les parts de ses associés, Guy reprit son indépendance. L’homme fourmillait déjà pour de nouvelles aventures. Secret et très discret, l’homme n’était pas moins un hypersensible, accessible et simple. Nombreux sont les jeunes St-Barths venus lui demander conseils ou appuis dans leurs projets. Avec son sens inné des affaires, son avis était largement suivi et pour le moins entendu. Guy avait le regard et l’esprit qui marquaient le cœur de chacun,

son courage et son audace faisaient de lui l’un des premiers entrepreneurs du St-Barth des années 70. Guy ne se séparait jamais de son peigne pour être toujours impeccable ni de son petit carnet vert sur lequel il notait tout ce que son esprit le pousser à créer, encore et toujours. Il pouvait très bien prendre l’avion en « sandalettes » tant son élégance hors de son ile marquait les esprits, lorsqu’il fut encore un pionnier dans la promotion de St-Barth aux USA, à Miami ou à New York lors de congrès ou salons pour hôteliers et tours opérateurs. Bien qu’étant un homme d’affaires avisé, il se voulait avant tout ambassadeur de son ile. Ses costumes impeccables sur mesure montraient combien Guy avait compris les codes et usages du monde moderne, en avance sur son temps et toujours prêt à nouer de nouvelles relations pour relever de nouveaux défis. Très vite le quartier de Flamands devint trop petit et avec son entreprise de construction, il s’est mis à construire des maisons pour particuliers. Parmi ses enfants, quelle fierté lorsque deux d’entre eux, Hervé et Monique décidèrent de suivre seuls le même chemin que lui. Guy leur avait transmis la dureté du travail et l’exigence et que rien n’était jamais acquis. Monique Turbé se rappelle encore avec émotion de ces moments passés avec lui, des pauses goûter où Guy lui ouvrait sa boite de jus de fruit, les biscuits partagés, tous les deux assis sur les parpaings ou dans le tractopelle. Bien qu’étant attentifs à leurs parcours et pouvant leur apporter son expérience, Hervé et Monique se sont formés tous les deux très tôt et il n’y avait jamais de cadeaux injustifiés. Généreux avec les autres, Guy Turbé était discret dans ses sentiments et n’exprimait jamais ses émotions, un trait caractéristique de son hypersensibilité, pouvant laisser croire qu’il ne pensait qu’au travail toujours et encore. Mais dès qu’il pouvait

témoigner à des tiers, hors du cercle familial, il n’hésitait jamais à exprimer combien il était en admiration pour eux, et à ce qu’ils pouvaient réaliser sans lui, en commençant comme lui « au bas de l’échelle ». Après la construction de l’hôtel Baie des Flamands, Guy Turbé se lança dans un projet encore plus fou, encore plus audacieux et encore plus grand, alors que le tourisme venait à peine d’éclore à St-Barth, et en plein choc pétrolier, en 1976. Il quitta définitivement sa baie de Flamands pour aller vivre « au vent de l’ile » et acquérir une immense parcelle sur la plage de Grand Cul-de-Sac. Là, il a le projet fou de bâtir le plus grand hôtel de l’ile de l’époque entre lagon et étang de Grand Cul-de-Sac, les pieds dans l’eau, et cette fois-ci, il le construisit seul : Ce fut le « Saint Barth’s Beach Hotel », suivi très vite d’un établissement plus petit « L’hôtel de la Plage ». Ce fut le pari le plus risqué qu’il put prendre car cette partie de l’ile était pratiquement vierge et très sauvage et il y avait tout à construire. Le « Saint Barth’s Beach Hotel » était un long bâtiment d’un étage constitué de 36 chambres, en décrochements successifs donnant l’illusion de bungalows indépendants, donnant sur la baie magnifique. Il avait gardé le style simple de ses premières constructions, proposant avant tout des espaces immenses pour l’époque et un confort pouvant accueillir les familles nombreuses, à des prix toujours les plus attractifs. Sur ce projet gigantesque pour l’époque, il fut là encore un pionnier et un grand visionnaire : il construisit le premier terrain de tennis de l’ile, et le premier développement de sports aquatiques de l’ile (planches à voile, scooters des mers, ski nautique), la première salle de fitness et de gym de l’ile, avec une vue magique sur la baie de Grand Cul-de-Sac. Au centre de l’hôtel, il y avait le restaurant « Le Rivage », qui fut l’une des tables les

VIP Guide St-Barth 2016 .

191


portraits

plus prisées de l’ile, avec ses fameuses « pâtes aux langoustes » et son « rhum vanille », qui faisaient la réputation de l’établissement. Plus loin sur la plage, il transforma « l’Hôtel de la Plage » en 8 villas - suites de 2 chambres, afin de répondre aux demandes naissantes à l’époque d’une offre plus exclusives. A 1 km de ce Ressort, à Petit Cul-de-Sac, Guy construisit « Les Résidences St-Barth », un complexe de 23 villas de 1 à 3 chambres, avec plus de 7 piscines, donnant une vue panoramique sur l’océan. Ainsi le « petit éleveur de poules » était devenu le plus grand entrepreneur de l’ile et l’un des premiers employeurs et promoteurs touristiques. Mais Guy Turbé ne changeait pas et il se rendait quotidiennement en sandalettes dans ses établissements ou n’hésitait pas à monter dans son tractopelle dès que l’envie lui en prenait. La « success story » ne pouvait s’arrêter pour lui qui ne vivait que pour son travail et qui n’avait jamais pris un jour de vacances de toute sa vie. En 1982, il décida de créer sa propre compagnie de location de voitures, « Turbé Car Rental », afin de répondre aux besoins de ses clients débarquant sur l’ile pour se rendre dans ses établissements. Le sens inné des affaires fit le reste, il avait créé les premières offres promotionnelles « séjour + voiture» à des tarifs les plus attractifs possibles. Cette réussite fit des envieux et son besoin de liberté était tel, qu’il refusa systématiquement les offres de partenariats ou de rachat de grands groupes naissant (Europcar, Avis, Hertz...). Là encore, Guy Turbé respectait ses valeurs : simple et accessible, mais libre et indépendant, seul maitre à bord de son entreprise. La vie de Guy, bien que s’estimant « chanceux », connut quelques tragédies qui le marquèrent profondément : le passage du cyclone Luis en 1995 laissa de profondes blessures dans la terre et dans les cœurs, emportant et détruisant totalement « l’hôtel Baie

192 . VIP Guide St-Barth 2016

des Flamands » qu’il avait bâti de ses mains. Surtout après que son fils Hervé qui en avait repris la gestion après avoir financé seul d’importants travaux de rénovation et de redynamisation 25 ans après sa création. Que son fils reprenne son œuvre était une fierté pour le patriarche, mais la plus grande tragédie fut la disparition d’Hervé Turbé le 15 mai 2006, à l’âge de 36 ans. Cette disparition fut le drame de la vie de Guy Turbé. Pour tous, Hervé était la fierté de Guy avec sa sœur Monique car ils avaient tous les deux réussi seuls en ayant appris à prendre des risques. Fatigué par le poids des responsabilités et la solitude face à une tristesse qu’il n’arrivait pas à extérioriser, d’une vie de travail et de privation, Guy Turbé vend l’ensemble de son groupe moins de 8 mois après le décès de son fils. Hôtels, Résidences, agence de location de voitures, il décide de prendre du recul et va vivre à Toiny où il peut admirer chaque matin la vue de l’océan qu’il aimait tant plus jeune, quand il partait des journées entières à la pêche avec ses enfants. Chaque matin, il continuait à se lever « avec les poules », gardant son vieil adage d’un « avenir qui appartient à ceux qui se lève tôt ». Il avait recueilli un coq sauvage, qu’il avait apprivoisé et chaque matin il allait le rejoindre et le nourrir avec des sacs de maïs. Personne ne sut vraiment ce que Guy pouvait échanger avec son coq, mais il devait lui confier toutes ses peines et ses rêves quand il perdait son regard dans l’océan et se laissait bercer dans son hamac. Mais le vieux patriarche n’en avait pas fini, et l’idée d’être rentier le rendait plus malheureux, et Guy Turbé pour qui travailler et construire étaient la vie  ; arrêter c’était mourir. L’homme voulait laisser une trace sur son ile, toutes ces constructions vendues ont

été rasées. Le bâtisseur voulait transmettre à ses enfants une marque de son passage. C’est alors que le vieux lion repartit avec les idées que seul un passionné pouvait porter. Avec la fortune qu’il avait créé, qui suscitait jalousie et envie, il décida de recréer un empire de terres qu’il pourrait léguer le moment venu. Il racheta la pointe de Toiny, et d’innombrables terres de son ile qu’il aimait tant. Tout au long de sa vie, Guy avait acquis une science de la terre et avec son expérience, il pouvait encore se battre pour bâtir. Construire, c’était la vie pour lui, manier la terre et porter une idée à la réalité étaient le sens de son existence. Près de sa maison, il fit construire deux villas immenses (Villas Panorama et Soleil Levant) et construisit la villa Bellevue à Marigot. « La marque Guy Turbé », c’était les grands espaces, la force du béton, et la simplicité, ouvert sur des vues panoramiques. Certes à plus de 70 ans, et après 60 ans de travail acharné, les matériaux, les techniques avaient évolué, mais chacune des villas qu’il construisit avait la même « pâte » : robuste, immense, Saint-Barth. Chaque matin, il pouvait voir ses villas se construire, mais le marché immobilier avait changé et l’ile comptait désormais plus de 400 villas de location saisonnière. Bâtisseur, Guy ne s’était pas adapté aux nouvelles exigences des clients et avait déléguer à d’autres le soin des décorations de ses villas. Dans un secteur hyper compétitif, lui l’homme de la terre et aux succès uniques ne comprenait pas pourquoi ses villas ne se louaient pas, et ce fut pour lui une véritable inquiétude car il avait investi l’ensemble de ses économies. Voyant ses villas vides en pleine saison touristique, Guy était désemparé et homme n’ayant jamais demandé d’aide de quiconque, il se renfermait de plus en plus dans ses angoisses et la peur d’un échec.


portraits

Mais la dernière année de sa longue vie fut une année où ses rêves les plus fous le reprirent quand sa fille Monique Turbé décida de lui venir en aide. Voyant son père dans un tel désarroi, et n’ayant jamais pu imaginé une telle détresse, elle engagea toutes ses forces et son amour d’admiration pour lui redonner espoir et joie de vivre. Grande professionnelle et experte sur le marché très particulier des villas de luxe après une expérience riche de succès sur plus de 30 ans avec ses propres villas, elle fit comme son frère Hervé près de 23 ans auparavant avec l’hôtel Baie des Flamands, en rénovant et en décorant totalement les 3 villas de son père, pour les mettre aux exigences de la demande du marché. De mai à octobre 2014, elle engagea toutes ses forces et finança toutes les opérations et relança les villas Guy Turbé en novembre 2014. Pour Guy, ce fut un succès immédiat, Monique mit tout son réseau de professionnels à son service. Sa conciergerie dédiée « My Villa In St-Barth » apportait les services aux clients et Monique était fière de soulager son père et de lui redonner espoir. Pour Guy, sa fille était une « bouffée d’oxygène », ce fut pour elle la plus belle des récompenses, d’un homme secret et discret, mais qu’elle admirait. Il était son mentor et son exemple. Malheureusement, peu de temps après avoir repris goût aux défis, Guy apprit qu’il était atteint d’une grave maladie et il quitta les siens 6 mois après son diagnostic. Guy Turbé fut l’un des plus grands bâtisseurs de l’ile. En près de 60 ans

de travail, l’homme créa un patrimoine rare et unique, et un tel parcours reste impensable aujourd’hui. Jusqu’à ses derniers jours, il pouvait admirer ses villas depuis sa maison, suivre la transmission de son savoir, et fier que des clients puissent en profiter. Guy Turbé était un homme encore plein de rêves dont celui de créer une société avec sa fille Monique. Pour lui c’était la preuve qu’il y avait un avenir, ce rêve fut son dernier espoir. Peu de temps avant son départ, il dit à sa fille: « Ninique (surnom de Monique), crée ton agence immobilière et tu pourras t’occuper de mes villas. Tu es la meilleure là-dedans. » Hélas, le vieil homme ne put voir ce rêve pour se réaliser, mais Monique Turbé respectera sa parole en créant l’agence immobilière « My Villa in St-Barth Real Estate » en hommage à son père. Chaque personne habitant de l’ile, chaque St-Barth qui croisèrent Guy Turbé auront une anecdote à son sujet, sur son autre passion que fut la pêche ou ses habitudes cocasses. Sa vie fut une épopée qui accompagna le développement de St-Barth sur plus de 60 ans d’une vie dédiée au travail. Comme il aimait à le répéter sans cesse: « Rien n’arrive seul. Seul le travail et l’effort nous font réussir. L’avenir est pour ceux qui se lèvent tôt avec le chant du coq ».

Hommage de Raymond Magras « Tous les amis de Guy, les chefs d’entreprises, les bâtisseurs et hôteliers de St-barth, garderont de lui le souvenir du jeune précurseur des années 70

en matière d’hôtellerie, d’un travailleur « non-stop », d’un homme honnête, gestionnaire, ambitieux et la tête pleine de projets. Mais c’était aussi un homme de cœur qui ayant été membre de notre association « Lions Club », nous offrait chambres d’hôtel, salle de réunion et voitures pour nos œuvres, réunions et congrès. Notre club t’en remercie. Au revoir Guy. Bâtisseur tu fus, qu’il te soit accordé maintenant le repos que tu mérites, et de rencontrer le bâtisseur suprême pour l’éternité. »

Hommage de Bruno Magras (Président de la Collectivité de St-Barth) « Le 13 juin dernier, après une longue maladie, Guy s’en est allé. Saint-Barthélemy perdait, l’un de ses plus ardents défenseurs. Pour ceux qui l’ont connu et côtoyé, Guy laisse derrière lui, l’image d’un inépuisable bâtisseur. Des diplômes, il n’en avait pas, mais l’intelligence était chez lui, un don inné. Parti de rien il fut l’un des premiers à avoir compris que le salut de notre île passait par son développement touristique. Fort d’un caractère bien trempé, Guy ne perdait pas une occasion pour défendre contre vents et marées, ses opinions. Nombreuses ont été nos divergences, mais Guy était avant tout, un ami et jamais, nos relations n’ont été rompues. Rugueux dans le commentaire, généreux dans l’action telles étaient les qualités de l’homme. Puisse son image, servir à tous ceux qui pensent que le travail est une contrainte inutile de la vie. »

Hommage de Jean Arnoux (Premier associé de Guy Turbé dans les années 70) « Guy était plus qu’un associé, il était avant tout un grand ami et un homme merveilleux, grand travailleur honnête et intègre. Nous nous sommes très bien entendus tant il avait le don pour les affaires et les relations de confiance. Guy était le plus grand visionnaire que j’ai pu connaitre. Bravo Guy, ton ami Jean Arnoux. » n

VIP Guide St-Barth 2016 .

193


Studio Crea Miss.W@me.com - Photos : Xavier Merchet-Thau

BAYA HOME ACCESSORIES 23, rue du Général de Gaulle - Gustavia - 97133 - Saint-Barthélemy Tel +590 590 29 68 08 - Email : bayastbarth@gmail.com bayastbarth


portraits

Sonia de Baya Worldly woman Welcome to Sonia’s beautiful Baya boutique, where shoppers discover a treasure of irresistible merchandise brought from exotic places from all over the world… this is Sonia’s “universe”! As you enter, you will see, hanging on the back wall, a large photograph of a young Berber woman dressed in traditional, colorful costume. The photo was taken more than 100 years ago in a small Tunisian village and is witness to days gone by. This photo is Sonia’s prized possession, the precious symbol of her boutique and a reminder of her origins: Her father, Touareg, an artisan-merchant, who traveled the mountainous regions of Tunisia, searching for unusual treasures, and who influenced his daughter’s tastes and sense of home décor and design. And of her beloved grandmother, Baya, a woman of exceptional generosity, who raised her, and after whom Sonia named her boutique. Sonia is a worldly woman, a nomad who has journeyed to far-flung places. She greets clients barefoot, dressed in bohemian embroidered clothing… A reflection of the style of Baya. She will invite you to walk with her, surrounded by the subtle scent of jasmine and orange blossom as she shows you the myriad of objects and the dazzling assortment of colors, clothes and fabrics.

198 . VIP Guide St-Barth 2016

Sonia came to Saint-Barthélemy in 2012 after residing for years in Toulouse, France, where she had had a home-decorating shop. She immediately fell in love with the island and began working in its fine boutiques where her passion for home design was revived. Sonia opened Baya on the rue Général de Gaulle in Gustavia in December 2014 with the confidence that it would surely succeed. The boutique offers an extensive and carefully chosen selection of objects coming from a number of different resources, and, always, it is here that the artisan is king. Each piece has a history, every detail has a reason and everything she chooses has a commercial value corresponding to her ecological, ethical and social beliefs. From there we begin to understand the uniqueness of Sonia. She is sensitive, and greatly enjoys getting to know people. When looking over an object, the human imprint is more important to her than the object itself. She is not only interested in where it comes from, but also in how it was made. She works primarily with well-established artisans who work conscientiously with the environment and use natural and recycled materials. Her merchandise comes from many different places, but they each have a distinct objective. Each country, each region has its own specialty - candles come from Portugal, ebony-colored pottery from Ethiopia, rugs and large tapestries from Bolivia, baskets from

Senegal, pillows are made in the Moyen-Atlas mountains of Morocco, and lamps come directly from Egypt. Each lamp is made of either copperplate or black-oxidized copper. They are carefully hammered into shape, soldered and have millions of holes, each pierced by hand allowing the light to pass through. The work is delicate and precise. It’s difficult to find any seams. Baskets from India are woven from bamboo and dyed by partially soaking them leaving the colors progressive and random, following the threading of the natural fibers. Many objects, such as the baobabs from Madagascar, which were made from recycled gas cans, are fair-trade. The construction of a school was financed by their sales! And Sonia has so many more examples… For her, the choice of materials is important. They must be noble and natural… Linen canvasses, burlap, wool and banana fiber as much as the mango tree wood, the terra cotta and the leather. Going back to the source is validated. People today demand authenticity and expertise. More and more they appreciate these types of carefully created products. Everything found in Baya can be used in perfect harmony in St-Barth’s local homes and villas adding just a touch of originality, uniqueness and ethnicity. For those who appreciate the unity of nature, décor and far-flung lands, Baya is where it can be found. Sonia will take you there. n


Photo ŠXavier Merchet-Thau

portraits

VIP Guide St-Barth 2016 .

199


portraits

Citoyenne du monde et nomade La vitrine est déjà très belle, alors n’hésitez pas à entrer. Ca y est, vous y êtes ! L’univers de Sonia s’étale devant vous et sa boutique « Baya », ne manquera pas de vous surprendre. En premier lieu, une gigantesque photo accrochée sur le mur du fond. Le portrait hypnotique d’une jeune femme berbère en costume traditionnel qui vous regarde avec des yeux d’une profondeur intense. Pris il y a plus de 100 ans dans un petit village de Tunisie, ce portrait est mythique, c’est le témoignage d’un temps passé. Sonia le garde précieusement, il est l’emblème de sa boutique. Il lui rappelle ses origines, son père Touareg et sa grand-mère, une femme d’une bonté extraordinaire qui l’a élevée lorsqu’elle était petite. C’est la raison pour laquelle, symboliquement, la boutique porte son nom... Baya. Citoyenne du monde et nomade, Sonia vous accueille pieds nus, vêtue de tenues chamarrées à l’image de sa boutique. Telle une invitation au voyage, parler avec elle, c’est déjà partir un peu, et entrer dans sa boutique aux subtiles fragrances de fleurs d’oranger et de jasmin, c’est se projeter sans retenue vers un ailleurs… Sonia est arrivée à Saint-Barthélemy en 2012, après avoir passé de longues années à Toulouse. Elle s’est tout de suite plu sur l’île est s’est mise à travailler dans plusieurs boutiques. Mais très rapidement, sa passion pour la décoration a refait surface. Il faut dire qu’elle n’était pas une novice en la matière, elle avait déjà sa propre boutique en France. Son goût prononcé pour la décoration, elle le doit pour beaucoup

200 . VIP Guide St-Barth 2016

à son père, un artisan-commerçant. Celui-ci venait du nord de la Tunisie, une région rustique et montagneuse, où ensemble ils faisaient le tour des villages pour y dénicher de petits trésors manufacturés. Depuis, la passion ne l’a jamais quittée. Elle ouvre sa boutique à Gustavia rue du Général de Gaulle en décembre 2014 sans se douter de l’extraordinaire enthousiasme que vont susciter ses produits. Car Sonia opère une sélection rigoureuse de ses fournisseurs ! Alors évidemment l’artisanat y est roi. Chaque objet raconte une histoire, le moindre petit élément de décoration a un sens et le mobilier qu’elle choisit s’inscrit dans une logique commerciale juste et équitable en accord avec ses convictions écologiques, éthiques et sociales ! Partant de là, on commence véritablement à se faire une petite idée sur la personnalité peu commune de Sonia. Sensible, elle se nourrit de rencontres. A travers un objet manufacturé, c’est l’humain qu’elle perçoit avant le matériel. Elle cherche sa traçabilité, cherche également et avant tout, à savoir comment il est fabriqué. Elle travaille entre autre avec des artisans bien implantés qui ont une production locale et rationnelle et qui font particulièrement attention à l’environnement en utilisant des matériaux naturels ou recyclés. Ses articles sont de toutes provenances, mais très ciblés. Chaque pays, chaque contrée a sa spécialité. Les bougies viennent du Portugal, les poteries en terre couleur ébène d’Ethiopie, les tapis et les grandes pièces tissées de Bolivie, les panières du Sénégal, les coussins sont fabriqués dans les montagnes du Moyen-Atlas au Maroc et les luminaires arrivent directement

d’Egypte. Chaque lampe est constituée de cuivre étamé ou oxydé en noir. Elles sont patiemment mises en forme par martelage, soudées et percées à la main, de milliers de trous qui laissent passer la lumière. Le travail est si fin et régulier, qu’il est très difficile de percevoir la moindre soudure. On y trouve également des paniers en bambous tissés réalisés en Inde et teintés par trempage partiel, leur coloration est donc progressive et aléatoire, elle suit la capillarité naturelle des fibres. Certains objets sont directement issus du commerce équitable, comme ces petits baobabs de Madagascar, recyclés à partir de bidons d’essence usagés, et dont la vente a permis de financer la construction d’une école. Et tant d’autres exemples encore… Pour Sonia, le choix des matières est important. Les matériaux qu’elle sélectionne sont nobles et naturels. La toile de lin, de jute ou de laine, mais aussi la fibre de banane côtoient le bois de manguier, la terre cuite et le cuir. Un retour aux sources semble se confirmer. Les gens sont en demande d’authenticité et de savoir-faire. Une clientèle de plus en plus nombreuse apprécie ce type de produits, car ils s’intègrent et s’harmonisent parfaitement aux intérieurs cossus des villas et habitations de Saint-Barth en apportant une petite touche « originale, unique et ethnique. » Bref, vous l’aurez compris, si vous voulez concilier nature, déco et voyage, vous savez désormais où il faut vous rendre ! Mais méfiez-vous, Sonia vous emporte très rapidement vers de lointaines contrées… n Mathias durand-reynaldo


TIME TO GET A BIGGER BOAT?

Photo: thepalmer

SALES | BROKERAGE | CHARTERS

w w w. n g y a c h t i n g . c o m Bahia Mar Marina - Fort Lauderdale - USA - info@ngyachting.com - +(1) 786 246 9873


- Design: Miss W Photo ©

Contact: cell: +590 690 62 89 98 • fixe: +590 590 27 88 52


Contact: djfranckn@gmail.com • facebook/FranckNDJProducteur


Studio Crea Miss.W@me.com


Pour profiter au maximum de vos vacances à la neige, faites le choix d’un chalet de luxe dans le Parc Régional de Mont Grand-Fonds au Canada !   Chalet de luxe traditionnel en cèdre blanc, intérieur tout en bois, équipement haut-de-gamme et désign contemporain.  Un lieu d’exception au coeur des sapins et à 5mn des pistes, le Chalet Les Bouleaux est la promesse d’agréables moments de détente après le ski. Mont Grand-Fonds, c’est 335 m de dénivelé, un parc à neige haute voltige et 14 pistes et sous-bois où se donnent rendez-vous débutants et experts au cœur de la magnifique région de Charlevoix,  soit à environ 1h30 de la ville de Québec. La station se distingue par ses pistes variées, son enneigement exceptionnel et par la vue extraordinaire qui vous attend au sommet !

LES BOULEAUX

CHALET MONT GRAND-FONDS

Emilie et Franck Nicolas Email chalet : chalet.lesbouleaux@yahoo.com Site internet : www.mont-grand-fonds.com Téléphone : 06 90 62 89 98 06 90 20 66 47


portraits

Jacques Dumas Some things are meant to be

His dad is crazy about jazz and his mom is a tap dance teacher. Such an upbringing leaves its marks, nothing too serious but enough to move the body, heart, soul and ears of a little boy whose life would now be dedicated to music and music only.

Some people are born to follow a path for the rest of their lives. It is definitely the case for Jacques Dumas, the international DJ. But let’s go back in time: Jacques spends a quiet childhood in the Provence region, in the beautiful city of Aix-en-Provence. He listens to his dad’s records and takes his mom’s classes without knowing what his destiny will be. He soon breaks away from his dad’s tastes and is on the look out for his own, going through different phases: soul, rock, funk, disco, electro. He goes on a record collecting spree and starts to learn how to play the drums. These long sessions with his drumsticks in hands will teach him rhythm. At the age of 13 he throws his first party and naturally ends up behind the turntables. He has found his place. He goes to school and gets a 2nd year diploma in laws. He is on call every time there is a student party. He is an excellent host and organiser and soon his reputation will go far beyond the realms of his university. A DJ friend of his ask him to take over his job in a club. He accepts as he knows that music is a learning tool, an open window to the world, a formidable way to meet people but most of all, it is all about sharing and Jacques Dumas understands that.

208 . VIP Guide St-Barth 2016

In 1981, he goes to Paris. It is the beginning of the Mitterrand years, a time of changes and freedom, people want to party and have fun. It is the golden age for FM radio stations and little clubs open everywhere. However, Jacques Dumas is struggling. he goes from one job to the next, selling clothes and working in local markets. He sometimes plays in small nightclubs but nothing serious until 1984 when the manager of a gay club contacts him. He is also the owner of the famous “La Piscine” club. He starts a 2 year residency at the recently re-opened “Palace”, a legendary nightclub in the 70’s. Jacques Dumas is now an up and coming DJ, he is everywhere. He plays at the opening of the “Niels” on the Champs-Elysees where everybody wants to be seen. The kind of club that can really start a career. He is behind the release of 3 major hits of the time. First, a magical cover of “Your Song” by Billy Paul which sold over a million copies and then two crazy tunes by Big Soul “Le Brio” and “Hippy Shake” both double gold records. It is 1995 and the owner of the biggest clubs in Paris (the “Queen”, “Chez Castel” and the “Bus Palladium”) gets in touch with him. He works in these legendary clubs for 4 years. This self-taught DJ has now been playing in all of the biggest and most prestigious clubs of the country. In 1999, while on holiday in St-Barth, he realises that he has had enough of the Parisian life. This little bit of France in the middle of the ocean brings him peace and tranquillity. He likes the authenticity and simplicity of the island. He settles there and starts everything again from scratch. He begins as a resident DJ in order

to gain trust and confidence in the smallest club of Saint-Barth, the “Petit Club” and as the manager for the next 3 years. A fairly humble start but with Jacques you can expect the unexpected. He teams up with some friends and opens a place that would make its mark: “The Nikki Beach” and will be its head-promoter for the next 4 years. He then gets the urge to explore the night life of the new world and ends up running the “Bagatelle” in New-York for 5 years. In 2013, the city life takes its toll again and he comes back to St-Barth where he mixes for private parties and club nights at the Guanahani Hotel. He is thinking of a new idea and a meeting with his associate to be Franck Philips will speed things up: he is going to set up his own club and calls it the Modjo. The Modjo is the result of all these years of experience in nightlife, music, clubbing and entertainment mixed with his associate’s experience in fine dining. These two men don’t do things by half measures so it will take almost a year for the works to be completed. When it finally opened, everyone was dazzled by the subtle and refined design of the place which is like nothing ever seen before in the Caribbean. The Modjo is hard to describe. It is a strange mix between a private club, a lounge pub, a tea house, a Pullman wagon and a 4 star snack bar. The mood is intimate, with comfy sofas, draperies on the wall, leather smells, filled bookcases and dog and rhinoceros headed lights. Elegant, smart and affordable, the perfect combination dedicated to a clientele eager to be carried away and surprised by nightlife, its celebrations and music...


Photo ŠXavier Merchet-Thau

portraits

VIP Guide St-Barth 2016 .

209


portraits

Certaines personnes sont prédestinées Music is something Jacques Dumas can talk about for hours. He likes almost all genres, even the corniest ones as he thinks that everything that you can listen to is worth being heard. And contrary to what we might think, he is not entirely devoted to electronic music. What matters the most for him is musicians and instruments. He regrets (to the point of despair) that DJs have taken over musicians casting them as secondary players in the music scene when the opposite should have happened. “Basically, we are messengers. We are supposed to introduce new artists and talented musicians, it is the DJ’s function. When I started, electronic music changed everything and turned some DJs into superstars putting a shade on some very talented musicians. Too many people in the business are taking themselves too seriously when ultimately our fist mission is simply to make people dance. I have been utterly moved by many musicians but never by a DJ.” In a way, by mixing them, he is paying tribute to these musicians. Electronic music is not put forward at the Modjo. Jacques’ windows are as wide open as the musical direction of the Modjo with funk, soul and rock but also deephouse or soul-full on his nights off when he lets his friends take over the decks.“ The vocal and musical mood here is full of soul, heart, emotions and humanity. You have a drink, you have fun, you forget your worries and you escape the mundane. That’s what people are looking for, right?” Ditto... n

210 . VIP Guide St-Barth 2016

Un père fou de jazz et une mère prof de claquettes, évidemment, ça laisse quelques traces. Oh, rien de grave me direz-vous, mais c’est amplement suffisant pour marquer définitivement le corps, le cœur, l’âme et les oreilles d’un petit garçon qui ne vivra dès lors, que pour la musique. Certaines personnes sont prédestinées à trouver dès leur plus jeune âge le chemin qui les guidera pour le restant de leur vie. C’est très certainement le cas du Dj international Jacques Dumas. Mais revenons quelques années en arrière… Ainsi, le petit Jacques passe une enfance tranquille et sans histoire en Provence, dans la belle ville d’Aix. Il y écoute les 33 tours de papa et suit les cours de maman et ne se doute pas un seul instant du destin qui l’attend. Très rapidement il s’émancipe. Exit les disques familiaux ! Il les déniche maintenant lui-même et élargit alors considérablement son champ musical en passant par diverses phases : Soul, rock, funk, disco, électro. Il dévalise le disquaire du coin et ceux des environs et commence aussi à s’essayer à la batterie. Ces longs moments passés seul, les baguettes aux mains, vont parfaire son sens du rythme. A 13 ans, il organise sa première boum ou naturellement il trouve sa place derrière les platines. Dès lors, il ne la quittera jamais plus. L’école ? Sans trop d’enthousiasme, mais il passe son bac, commence des études de droit et un DEUG. A chaque fête estudiantine, on fait appel à lui. C’est un

animateur et un organisateur hors pair et sa réputation dépasse largement le cadre de l’université. Un jour, un ami qui travaille dans une boîte de nuit, lui demande de prendre le relais suite à un empêchement. Il ne se fait pas prier, car la musique est un bel apprentissage, une formidable ouverture sur le monde, un vecteur de rencontre, mais surtout, elle se partage ! Et ça, Jacques Dumas l’a bien compris… En 1981, il monte à Paris. Son arrivée coïncide avec le début des années Mitterrand. Un vent nouveau souffle sur la capitale, les gens veulent faire la fête et s’amuser. Les premières radios libres émettent enfin et de petits clubs et autres dancing pullulent dans chaque quartier. Pourtant, Jacques Dumas galère un peu. Il cumule les boulots, travaille sur les marchés et vend des fringues. De temps en temps il fait des remplacements dans des établissements de nuit sans grande envergure. Il mixe par intermittence, mais rien de bien sérieux. Il faut attendre 1984 pour qu’il soit enfin contacté par le patron d’un club gay, rue des Innocents, et là tout s’enchaîne car l’homme est aussi propriétaire de la « Piscine », une discothèque très courue à l’époque. Puis il fait la réouverture du « Palace », un club légendaire des années 70. Il y sera en résidence pendant 2 ans. Jacques Dumas est désormais un DJ de plus en plus demandé. A vrai dire, il est partout ! Il fait donc logiquement l’ouverture du « Niels » aux Champs Elysées où le tout Paris veut aller danser, le genre de club où l’on commence réellement une carrière. En parallèle, il lance coup sur coup, trois titres qui vont marquer leur époque. Une reprise magique de « Your song » par Billy Paul écoulée à plus d’un


portraits

million d’exemplaires et deux morceaux complètement déjantés de Big Soul, « Le brio » et « Hippy Shake », qui seront tous les deux double disque d’or. Dix années de faste s’achèvent donc en apothéose lorsqu’en 1995, il est contacté par Philippe Fatien, un très grand patron de discothèques, propriétaire du « Queen », de « Chez Castel » et du « Bus Palladium ». Des clubs mythiques ! Il y travaillera pendant 4 ans. A lui seul, Jacques Dumas aura écumé les plus grands clubs de l’hexagone, un parcours insensé pour un autodidacte de la musique. Pourtant en 1999, alors qu’il est en vacances à Saint-Barth, il se rend compte qu’il est fatigué de la vie parisienne. Ce petit coin de France au milieu de la mer l’apaise et le relaxe. Il aime le côté « root » et simple de l’île. Il s’y installe et recommence tout à zéro. Le maître des Dance-Floor officie donc dans le plus petit club de Saint-Barthélemy, le « Petit club ». Un an comme DJ, le temps de faire ses preuves et de mettre en confiance ses partenaires, puis pendant 3 ans comme manageur. Des débuts modestes donc, mais avec Jacques Dumas, il faut s’attendre à tout. Avec des copains, il fait l’ouverture en 2000 d’un établissement qui fera date : « Le Nikki Beach ». Il y sera le directeur artistique pendant 4 ans. Puis cédant à l’appel des sirènes du Nouveau-Monde, il rempile pour 5 ans dans une boîte New-Yorkaise, le « Bagatelle ». Et encore une fois, durant cet exil américain, il en profitera pour écumer tous les établissements de nuit de la grosse pomme. En 2013, rebelote ! La vie citadine aussi

cosmopolite soit-elle, le pèse. Retour à Saint-Barth où il enchaîne, toujours aux platines, soirées privées et piges à l’hôtel Guanahani. Mais une idée nouvelle commence à germer dans son esprit et c’est avec la rencontre de Franck Philips, son futur associé, qu’il la concrétise : monter son propre lieu, le « Modjo ». Le Modjo, c’est le résultat de toutes ces années d’expériences dans le milieu de la nuit, de la musique, du cubbing et de l’Entertainment, mais aussi de l’expérience de la restauration gastronomique acquise par son associé. Et comme les deux hommes ne font rien à la légère, le chantier du Modjo durera près d’un an ! A l’ouverture, tous seront subjugués par la décoration subtile et raffinée qui contraste radicalement avec tout ce qui s’est déjà fait dans les Caraïbes. Car Le Modjo est indéfinissable. C’est un croisement improbable entre un club privé, un pub « lounge », un salon de thé, un wagon « Pullman » et un snack Deluxe quatre étoiles ! Ambiance feutrée, canapés confortables, tentures aux murs, odeur de cuir, bibliothèque garnie, luminaires à têtes de chien et de rhinocéros… Elégant, chic et abordable, l’équilibre parfait au service d’une clientèle qui ne demande qu’à être « emportée et surprise » par l’univers de la nuit, de ses festivités et de la musique… Parlons musique justement, sujet intarissable pour Jacques Dumas. Ce qui est frappant chez lui, c’est qu’il les aime toutes, (enfin presque toutes), même les plus ringardes ! Car il part du principe que tout ce qui s’écoute est bon à entendre ! Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’est pas plus attaché que cela à la musique

électronique. Avant toute chose, il aime les instruments et les musiciens. Son grand regret (pour ne pas dire désespoir) c’est que les DJ aient pris un pas énorme sur les musiciens au point d’en faire des seconds rôles, alors que c’est tout le contraire qui aurait dû se passer. « A la base, on est des messagers. On est censés faire découvrir aux autres de nouveaux artistes et des musiciens talentueux, c’est le rôle du DJ. Quand j’ai commencé le métier, la musique électronique a changé la donne et a fait que certains d’entre nous sont devenus des stars vis-à-vis du public et ils ont fermé l’accès à la visibilité à de très nombreux musiciens ». Il poursuit : « Trop de gens dans le métier se prennent au sérieux alors que notre fonction première est quand même de faire danser les gens. J’ai croisé le chemin d’une quantité de musiciens qui m’ont fait vibrer, mais je n’ai jamais rencontré un seul DJ qui m’ait fait connaître cette sensation là ». Alors à sa manière, il leur rend hommage à travers ses mix. Le Modjo est définitivement un lieu où la musique électronique n’est pas une musique de premier plan. La fenêtre de Jacques Dumas est grande ouverte, si bien que le Modjo est hétéroclite avec une ligne directrice, funk, soul et rock, mais aussi Deep-House ou SoulFull les soirs où il ne joue pas et laisse la place à ses amis. « Il règne chez moi une ambiance musicale et vocale avec de l’âme, du cœur, des émotions et de l’humanité. On boit un verre, on s’amuse et on pense à autre chose et on s’évade. C’est ce que recherchent les gens non ? » Tout est dit… n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

211


Studio Crea Miss.W@me.com - photo Šbbtomas - fotolia.com


H I M A L A Y A N

C A S H M E R E

C O M P A N Y

en vente en excusivité dans la caraibe

G A L E R I E

A SI E

39, rue Samuel Fahlberg, Gustavia, 97133 Saint-Barthélemy - Tel +(59) 0590 520 901 jphsbh@gmail.com


Photo ŠDaniel Prudek - Fotolia.com

portraits

216 . VIP Guide St-Barth 2016


portraits

Susan Snyder Himalayan Cashmere Company

The Himalayan Cashmere Company began as a true labour of love, fuelled by the passion of a woman for indigenous hand weaving and fabrics in Nepal.

When Susan Snyder, a Detroit Arts Institute Alumni from Michigan, quits her job as Head of Press for Romeo Gigli in New York, in 1995, she went on a backpack tour to India and Nepal. To escape the shallow world, to become a creator, do something with her hands as she had learned from the Art School. What she found in Nepal was a country of great craftsmanship, but the very tradition she admired was at a turning point. What was lacking was a new generation interested in learning the techniques of weaving descended to them by their ancestors. After establishing some contacts with craftsmen, she flew back to America to collect the funds she needed to start her first sample collection. Soon enough, she was back and got the manufacturing unit going herself, to create pieces of clothing desirable for someone in Paris or New York. The Cashmere wool she worked with came from free running herds in Mongolia, but the yarn had to be hand spun with

old wooden wheels. Living nearby she worked night and day. Only because she was involved in all stages of the weaving process she learnt what it takes to deliver. Back in New York she was able to show her first collection to Martha Stewart, Donna Karan, Ralph Lauren and Calvin Klein. And she came back with a book of first orders big enough to work a season. No wonder the workshop did not look

like any other. There was a crippled bull which she gave a veritable home in the garden to save him from his deadly fate. Flowering Jacaranda trees and a Volleyball court turned the place into “more of an art studio than a factory�. Her human and friendly attire with the people explain why most of the craftsmen working with her today are the same as ages ago. To get her products known locally, she set shop in a beautiful old building

VIP Guide St-Barth 2016 .

217


portraits

that used to be the Snow View Hotel. The place was ideal to create a silent and aesthetic oasis within buzzing Kathmandu; the store became a meeting place for Expats, tourists and the local intellectual elite. What she achieved over the years was gaining respect from the leaders in the industry. Corgi Tyler, then the head buyer for Takashimaya in New York, put it like that: “The Himalayan Cashmere Company is famous for being able to reinvent the use of cashmere textiles every season and continues to surprise me whenever I look at their new collection.” Showing the collections two times a year in Paris, Susan Snyder established a clientele that includes the best boutiques from Japan to the US. Her textiles are shown and sold from the Metropolitan Museum of Modern Art in New York to hip ventures like Corso Como in Milan, 45 RPM in Tokyo and the Dover Street Market in London. Susan Snyder later set a sign for the next generation in handing over the Himalayan Cashmere Company to the workers: A gesture as unique as the products she continues to design and the second store she set up in Napa Valley, California. As Susan puts it: “I was blessed with the opportunity to found a company that created beauty out of a local tradition and refine it with global design skills. We, Westerners, are not meant to be here forever, we are only guests in Nepal that have to treat the country and the people with dignity and respect.” As one might say, where business plans come and go, a labor of love is here to stay. When Jean Pierre Hennequet discovered, on a Paris Show in 1998, Susan Snyder and her Himalayan Cashmere Company, it was a meeting of the minds. Jean-Pierre, since the seventies, in Africa and Asia, has taken somehow the same path to help survive and promote ancient craftsmanships that were to die. He became quite

218 . VIP Guide St-Barth 2016

knowledgeable, working for his stores “Ah!” (and later “L’Entrepôt,” the first concept store in France), so that he was appointed as an expert by the E.E.C., and sent to assist a number of Governments in Africa willing to preserve their culture and traditions, but also feeling the need to adapt them to western customers’ expectations. He offered Susan to partner and soon he opened a store with a special Himalayan Cashmere Company collection in an XVIIIth C courtyard rue Jacob, in the Faubourg St Germain. It was an instant success and there he showed Susans’ creations together with a rare selection of Himalayan antiques he had brought back from his visit to the workshop in Kathmandu. They quickly started plans to open new shops, in London and Los Angeles, but due to geographical distance between them they could never open them. However they stayed close friends since then all along. It was later only natural for Jean-Pierre Hennnequet to make space in his Gustavia “Galerie Asie”, in St. Barts, to present the newest HCC designs to the international clientele. n

Himalayan Cashmere Company Himalayan Cashmere Company a débuté au Népal comme une vraie histoire d’amour, nourrie par la passion d’une femme pour le tissage indigène et les tissus locaux. Quand Susan Snyder, diplômée de l’Institut d’Art de Detroit, Michigan, quitta son poste de responsable du bureau de presse de Roméo Gigli, à New York, en 1995, elle se lança dans un voyage sac au dos en Inde et au Népal. Pour échapper à un monde superficiel, pour devenir une créatrice, faire quelque chose de ses mains, bref avoir une activité plus conforme à l’enseignement reçu à l’Université. Ce qu’elle découvrit au Népal à son arrivée fût un pays riche de grandes traditions artisanales ; mais celle


portraits

qu’elle admirait le plus se situait à un tournant historique. Ce qui faisait défaut c’était l’intérêt des jeunes générations pour acquérir les techniques spéciales du tissage que leurs ancêtres avaient portées jusqu’à eux. Une grande opportunité ! Contribuer à faire revivre le caractère artisanal et authentique d’une tradition en cours de disparition, en créant une entreprise qui fonctionnerait exclusivement avec des métiers à tisser traditionnels.

Pour faire connaître localement son travail, Susan choisit d’ouvrir boutique dans un vieux bâtiment de Lazimpat, avec des escaliers en bois, dans ce qui était l’ancien hôtel « Snow View. » Un cadre idéal pour créer une oasis de calme et d’esthétique au milieu de l’agitation bourdonnante de la ville. Sa boutique devint un lieu de rendez-vous pour les expatriés, les touristes du monde entier et l’élite intellectuelle locale.

Après avoir noué des contacts avec des artisans locaux, Susan retourna en Amérique afin de réunir des capitaux pour créer sa première collection. Elle fût de retour assez vite et établit ellemême l’atelier, apprenant des tisserands comme elle leur apprenait : combiner leurs techniques traditionnelles et sa créativité artistique permit de créer de nouvelles pièces uniques, désirables aussi bien à New York qu’à Paris. La laine de cachemire utilisée venait de chèvres élevées en plein air en Mongolie, cardée à la main avec de vieilles roues en bois. Habitant sur place, Susan s’impliqua nuit et jour dans tous les stades de la production… Elle apprit ce qu’il faut faire pour tenir ses promesses ! De retour à New York elle put ainsi montrer la 1ère collection aux Martha Stewart, Dona Karan, Ralph Lauren et Calvin Klein. Et rentrer avec un carnet de commandes plein, suffisant pour assurer la saison. Bien sûr son atelier ne ressemblait à aucun autre. Il y avait un buffle handicapé, auquel elle avait donné une « maison » dans le jardin pour lui épargner un destin plus tragique. Des jacarandas en fleurs, un terrain de volley pour les employés le transformèrent rapidement en un « studio artistique plutôt qu’un lieu de production ». Grâce à son comportement humain et amical la plupart des artisans ayant commencé avec elle sont toujours là, ce qui a créé une continuité expliquant une partie du succès et du maintien de la qualité de production.

Ce qu’elle parvint à gagner, avec des années de travail et une qualité rare de produits en cachemire superbement réalisés, fut la reconnaissance des grands noms du secteur. Corgi Tyler, qui était le responsable des achats de Takashimaya à New York, résuma un jour la situation ainsi : « Himalayan Cashmere Company est célèbre pour sa capacité à ré-inventer à chaque saison l’usage du cachemire, et ils continuent de me surprendre à chaque fois que je découvre leur nouvelle collection. » Présentant ses collections deux fois par an à Paris, Susan s’acquit la clientèle des meilleures boutiques, du Japon aux Etats Unis : du Metropolitan Museum of Art de New York à des boutiques telles que Corso Como à Milan, 45 RPM à Tokyo ou le marché de Dover Street à Londres. Plus récemment Susan fit un geste inédit au Népal en apportant sa société à ses employés. Un geste aussi unique que ceux qu’elle continue de faire pour créer ses modèles, et que la seconde boutique qu’elle a ouvert à Napa Valley en Californie. Susan le dit elle-même : «  j’ai eu la grande chance de pouvoir fonder une entreprise qui créait de la beauté à partir de traditions locales, en la raffinant grâce à des capacités de design globales. Nous occidentaux ne sommes au Népal que des hôtes qui ont le devoir de traiter ce pays et ses habitants avec dignité et respect. » Et comme d’autres le disent : «  le produit

d’un business plan peut connaître beaucoup de variations ; mais le fruit d’un travail fait d’amour est là pour durer… » Jean-Pierre Hennequet découvrit Himalayan Cashmere Company sur un Salon à Paris en 1998. Ce fût avec Susan la rencontre de deux esprits faits pour s’entendre. Jean-Pierre avait, dès les années 70, œuvré en Afrique et en Asie à sa manière pour préserver et promouvoir d’autres traditions artisanales locales. Devenu un solide connaisseur du sujet, notamment pour ses magasins « Ah ! » en France, puis « L’Entrepôt » (1er concept store français) créé à Paris en 1977, il était devenu un expert auprès de la C.E.E. qui l’envoyait assister les gouvernements soucieux de préserver leur savoir-faire tout en les adaptant aux attentes des clients occidentaux, amateurs d’authenticité. Il était donc naturel qu’il soit immédiatement attiré par le travail de Susan au Népal, et admiratif des collections exceptionnelles créées par Himalayan Cashmere Company. Il proposa donc à Susan un partenariat et ouvrit une boutique exclusive dans une cour XVIIIeme de la rue Jacob à Paris, dans le Faubourg St Germain. Y furent vendus avec un succès immédiat les produits d’Himalayan Cashmere Company spécialement créés, complétés par de rares antiquités de l’Himalaya, découvertes sur place lors de sa venue à l’atelier. Et c’est très logiquement qu’un jour de 2014 il proposa à Susan d’accueillir une collection spéciale d’Himalayan Cashmere Company dans sa Galerie Asie à Gustavia, où la clientèle internationale peut désormais se procurer ces châles, étoles et plaids en cachemire d’exception. n

VIP Guide St-Barth 2016 .

219


portraits

Easyway Be reasonable... Demand the impossible

Saint-Barthélemy in 2002, he doesn’t have any particular goal in mind. He just knows that he has a 6 month contract in the hospitality industry to complete and then plans to go back to France straight away. But like many, he can’t resist the charms of the island... So it won’t be long until he is back on the airport tarmac. At the time, he doesn’t know that he has just found his new playground. Stephane Roche is self-reliant, resourceful and a hardworker. He quickly finds a job working for a service company and soon gets noticed for being a young man capable of sorting out any complicated situation. As he keeps getting busier, he decides to set up his own business. In 2007, he and his brother create Easyway-Sbh, a family business specialised in high end VIP services. At first, it was just about “Meet And Greet Services” as they noticed that the Juliana St-Martin airport is the biggest hub of the Caribbean and it handles 95% of all transfers to St-Barthélemy. Unfortunately, a lot of mishaps, delays and missing luggage happen. That’s when Stephane and his team intervene.

222 . VIP Guide St-Barth 2016

The main goal being to ensure a smooth and quick transfer for all the clients as soon as they land in St-Martin by simplifying airport procedures, thus avoiding customs, immigration, baggage handling and waiting at the desk and at check-in. In a nutshell: to shorten connection time and make sure that clients arrive on time and with all their luggage. At first that was his only job but Stephane Roche soon expands his range of services by getting in touch with all the hotels and estate agencies of the island to facilitate the direct transfer from the airport to the place of residence. Then, he gets an opportunity to directly offer a car rental service. Finally, he expands his activities to the whole Caribbean by hiring staff and using outside contractors. Easyway-Sbh quickly becomes a key player in the air transfer industry to and from St-Barth where its reputation is growing. The clients are satisfied but keep asking for more services. It then gets clear that Easyway-Sbh needs to get in the travel agency business in order to keep expanding its offer. It’s all done in 2012 and his travel agents start building bridges between St-Barth and the rest of the world as nothing is impossible anymore for them. Whatever the mode of transportation: international flights or commuting flights between islands, commercial or private planes, helicopter or boat. Coupled with the hotel or

Photo ©Xavier Merchet-Thau

When Stephane Roche lands in


portraits

VIP Guide St-Barth 2016 .

223


portraits

Soyez raisonnable… exigez l’impossible ! luxury villas booking, they can now offer a tailor made trip that meets all of the clients’ sophisticated demands. Stephane is a perfectionist and it is not enough for him, he needs something else: a concierge service. From now on, any extravagant request becomes possible thanks to the Easyway-Sbh team. The range of services is now infinite: passenger transport, private chauffeurs, island discovery tours, VIP table bookings in the most prestigious restaurants, private gourmet chefs, fine wine and food delivery, beach equipment rental, professional masseuses, hairdressers etc... The list is never ending. Easyway-Sbh goes even further by organising a “James Bond Day” with jet skiing, sea bobbing, paddling, out fly boarding followed by a relaxing break and a gourmet meal. Then it’s a scuba-diving class, a quad ride on the island or a scenic helicopter flight. It would be hard to find a time to get bored. There is also plenty of different activities for the ladies and the kids too as a new childcare and family support service is also offered. The concept is quite simple “How to get rid of the kids to have a quiet day with your partner without feeling bad about it.” Once again, Easyway-Sbh has the solution. Birthday planning, sport, manual or fun activities, babysitting at home, private teachers: everything is dedicated to their enjoyment and your peace of mind. n

224 . VIP Guide St-Barth 2016

Lorsque Stéphane Roche arrive à Saint-Barthélemy en 2002, il n’a aucune idée précise en tête. Il sait juste qu’il doit y rester 6 mois pour honorer un contrat en hôtellerie avant de retourner aussitôt en France. Mais comme souvent, St-Barth envoute et charme. Il ne faudra donc pas attendre très longtemps avant de le voir débarquer de nouveau sur le tarmac de l’aéroport. Et à l’époque, il est bien loin d’imaginer qu’il vient de trouver son nouveau terrain de jeu ! Autodidacte, débrouillard et travailleur, Stéphane Roche trouve rapidement un emploi au sein d’une société de services et il ne tarde pas à se faire remarquer auprès de la clientèle qui voit en lui un jeune homme capable de dénouer les situations les plus inextricables. De plus en plus sollicité, il décide lui-même de monter sa propre société. C’est donc en 2007, bientôt rejoint par son frère, qu’il crée Easyway-Sbh, une entreprise familiale aujourd’hui spécialisée dans le service VIP Haut de Gamme. Au départ, il n’était question que de « Meet And Greet Services » car le constat est simple : l’aéroport de Juliana à Saint-Martin est le plus grand Hub de la caraïbes et 95% des transferts à Saint-Barthélemy se font à partir de cette plateforme. Malheureusement les contretemps, les pertes de bagages et les retards à répétition sont assez fréquents. C’est là qu’intervient Stéphane Roche et son équipe. Le but principal étant d’assurer un transfert le plus rapide et le plus efficace possible des clients, dès leurs arrivée à Saint-Martin, en simplifiant toutes les formalités

aéroportuaires. Evitant ainsi l’immigration, les contrôles douaniers, la corvée des bagages, l’attente au comptoir et à l’enregistrement. Bref, raccourcir le temps de connexion entre deux vols et faire en sorte que les clients arrivent à bon port et avec l’intégralité de leur bagages. A l’époque, le travail s’arrêtait là, mais Stéphane Roche étoffe rapidement son offre. Premièrement, il se met en relation avec la majorité des hôteliers de l’île et des loueurs de villas afin de procéder au transfert direct de l’avion jusqu’au lieu de résidence. Puis arrive l’opportunité de proposer luimême la réservation de véhicules de location à sa clientèle. Enfin il agrandit son rayon d’action à l’ensemble de la Caraïbe en embauchant du personnel et en collaborant avec des prestataires extérieurs. Rapidement, la société Easyway-Sbh devient un acteur majeur dans le domaine du transfert aérien au départ et à destination de Saint-Barth, ou elle acquièrt une réputation toujours grandissante. Les clients sont conquis et ils veulent toujours davantage de services. Un nouveau constat s’impose : il devient évident qu’Easyway-Sbh doit se transformer en agence de voyage afin d’étendre sa gamme de services. C’est chose faite en 2012. Dès lors, les agents de réservation vont jeter des ponts entre Saint-Barth et le reste


portraits

A partir de là, l’équipe au grand complet d’Easyway-Sbh va prendre un malin plaisir à répondre à toutes les attentes, fussent elles les plus excentriques. Car avec Easyway-Sbh, le champ des possibles est véritablement exponentiel. Transport de personnes, mise à disposition d’un chauffeur privé, tour découverte de l’ile, réservation de tables VIP dans les restaurants les plus branchés, chef gastronomique à domicile, ravitaillement en vin et en produits d’exception, location de matériel de plage, masseuses professionnelles, coiffeur, etc… La liste est loin d’être exhaustive. Mais Easyway-Sbh va encore plus loin en organisant (entre autres) des « James Bond Day ». Au programme : jet ski, seabob, paddle, ouflyboard, suivi d’une petite pose relaxation et d’un repas gastronomique, puis enchainement direct avec un cours de plongée sous-marine, une expédition sur l’ile en quad ou un vol panoramique en hélicoptère ! Difficile de trouver le temps de s’ennuyer. Bien évidemment, il y a aussi des variantes pour les dames. Mais les enfants ne sont pas non plus en reste, puisqu’un nouveau service de garde d’enfants et

Photo ©Xavier Merchet-Thau

monde, car pour eux, plus rien n’est impossible. Peu importent les moyens de transport : que ce soit sur des vols internationaux ou pour des transferts inter-îles, en avions privés ou commerciaux, en hélicoptères ou en bateaux, couplés à des réservations d’hôtels ou de villas « grand luxe », ils organisent des voyages « sur mesure » en fonction des besoins et des demandes toujours plus pointues de leurs clients. Mais pour Stéphane Roche qui est lui-même très perfectionniste, ce n’est toujours pas suffisant. Il sent qu’il manque une dernière corde à son arc, et pas des moindres : une conciergerie !

d’aide à la famille est également mis à disposition. En gros le concept est simple : « Comment se débarrasser des vos enfants pour passer une journée tranquille avec votre conjoint sans états d’âme ! » Encore une fois, Easyway-Sbh vous apporte la solution. Organisation d’anniversaire, activités sportives, manuelles ou récréatives, service de baby-sitting à domicile, professeur particulier. Tout est entièrement dédié à leur plaisir… et à votre tranquillité ! Vous l’aurez compris, Easyway-Sbh c’est une seule adresse pour une quantité de prestations et de services de prestige, et l’assurance garantie que votre séjour à Saint-Barth sera réussi. Et allez savoir ce que prépare encore

Stéphane Roche. Car après avoir agrandi ses locaux du premier étage de l’aéroport en poussant peu à peu les murs des bureaux d’une célèbre compagnie aérienne, on n’est pas à l’abri qu’il ne déniche de nouvelles prestations de services. Pas étonnant d’ailleurs que la majorité des clients de l’agence soient des « repeat » et qu’ils recommandent chaudement les services proposés par Easyway-Sbh, Stéphane et sa « Dream Team » se pliant littéralement en quatre pour exaucer les rêves les plus fous de leurs clients les plus exigeants. Et ce, toujours dans la plus grande discrétion… n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

225


Infos & Reservation

Tel : 0590 279 179 - Fax : 0590 275 570 - contact@masterski-pilou.com


Photo ŠXavier Merchet-Thau

portraits

228 . VIP Guide St-Barth 2016


portraits

So Barts Home Real estate on a human scale

Interviewing a real estate agent can happen to be a little bit boring but it is not the case with Marco Valora. He tells it like it is straight away: “I need to warn you, I am probably not what you think I am, so don’t expect me to go all out. That’s not my style.” One can only agree as Marco doesn’t fit the stereotype of a real estate agent. Marco owns the smallest real estate agency of Saint-Barthélemy. A few well organised square metres with just enough space for two small desks. “It is not big but it’s enough for us to be able to work properly, we don’t need more space. We do not wish to compete with other agencies. We want to stay close to our clients and keep things on a human scale in order to be the only contact for each one of them.” He is not trying to sell you something or use false modesty. Marco is a man of integrity and principles. The first one

being discretion. There are no specific markings on the agency’s vehicles. This conscious lack of advertising allows them to be able to keep a neutral image for the potential seller or buyer of a plot of land or a villa. This makes a lot of sense as some of Marco’s customers do not necessarily want to be seen and identified on their way to visit a property. He also does not communicate in his window or on his website about the properties he has sold in the past as he prefers trust and confidentiality over communication and marketing. Marco is very cautious as he is aware that Saint-Barthélemy’s real estate market is very particular. Some properties are overpriced while others are underestimated. Whether you are selling or buying, Marco Valora’s honesty will definitely play in your favour. He treats all of his clients exactly the same. A deal must always be fair and suit all parts concerned. Apart from the financial side of things, heartfelt thanks from both parts at the end is the biggest gratification for him. He even stays in touch with most of his clients and follows up each sale. Marco Valora offers his support and experience and helps his clients deal with the collectivity, lawyers, banks... but also with the complicated legal and

financial intricacies of the island. His wife Stéphanie, who is a lawyer, is also here to help and the English-speaking clients can count on Anna Spennato, Marco’s assistant and sales rep, who studied for a long time in the USA. These are all the little things that make a difference. “I basically think that our clients’ needs and demands could very well be our own. For instance, I understand that a client who as spent many hours on a plane to come and see us, while on holiday, can find it more convenient to visit a property on a bank holiday or on a Sunday. My son and I always make sure we satisfy that demand. Property viewings are essential to him and are always well prepared . Only judging on paper or with a beautiful picture can be deceiving and you might find something interesting when it’s not. “I hate wasting people’s time. We make sure that our client has all the information he needs before every visit.” He offers many services and uses the latest technology in order to meet his clients’ needs. Thanks to a drone, you can now have 360° views of the island and of a property’s location from the comfort of your sofa in New York, Paris or Moscow. Marco Valora and his son Gianni also offer videos of the different car journeys their client may have to make, from the property to

VIP Guide St-Barth 2016 .

229


portraits

De l’immobilier à taille humaine the airport or to Gustavia for instance. However, with all the advances in technology, Marco honestly warns: “Nothing will ever replace the feeling you get during a visit. That’s what I like the most about my job. I put myself in my clients’ shoes and try to understand their vision, their project, their expectations. That’s what is driving us. What gives me a great pleasure is seeing in their eyes that they have found the property of their dreams.” That’s the way Marco is: an uncompromising professional. He knows how to empathise with his clients and listen to them. It is becoming rare nowadays and thankfully, it runs in the Valora family. It is also important to point out that, as a committed environmentalist, he always gives a share of his fee on each sale to the Natural Reserve of Saint-Barthélemy. This portrait of a small real estate agency can seem unreal, but you should go and see them or give Marco a call for an appointment and you will understand... n

230 . VIP Guide St-Barth 2016

Vous ne serez probablement pas surpris d’apprendre que l’interview d’un agent immobilier peut se révéler parfois passablement ennuyeuse. Dans le cas de Marco Valora, c’est tout le contraire. Il annonce d’emblée la couleur : « Je préfère vous prévenir, je ne suis probablement pas tel que vous m’imaginez. Alors ne vous attendez pas à ce que je sorte le grand jeu, ce n’est pas mon genre ». Sur ce point là, on ne peut que lui donner raison car Marco ne colle décidément pas à l’image galvaudée qu’on peut se faire d’un agent immobilier. Marco possède la plus petite agence immobilière de Saint-Barthélemy. Quelques mètres carrés bien agencés, avec juste ce qu’il faut de place pour deux petits bureaux. « Ce n’est pas bien grand, mais nous n’avons pas besoin de plus pour travailler. C’est largement suffisant. Notre but n’est pas de concurrencer certaines agences, mais de conserver notre sens de la proximité et de rester à taille humaine afin de pouvoir être l’unique interlocuteur de chaque client ». Le ton est donné et ne voyez là aucune démagogie ou fausse modestie de sa part. Marco est un homme intègre et a certains principes. Son premier mot d’ordre : la discrétion. Ainsi, les véhicules de l’agence ne sont pas marqués. Cette retenue publicitaire n’est pas sans fondement. En effet, rien n’est moins discret que de se présenter sur un terrain ou devant le portail d’une villa avec un véhicule qui trahit ostentatoirement les intentions d’un

vendeur ou d’un acheteur. Comme les clients de Marco Valora ne désirent pas forcement se montrer lors d’un trajet vers un bien à visiter, cette précaution est pleine de bon sens. De même, il ne communique pas non plus sur ses vitrines ou sur son site internet sur les biens qu’il a vendus car la confidentialité et la confiance de ses clients priment avant tout sur la communication et le marketing. Bien conscient du contexte très particulier de l’immobilier à Saint-Barthélemy, Marco redouble de vigilance. Certains biens sont vendus à des prix prohibitifs, comme d’autres peuvent avoir un potentiel sous-estimé. Mais que vous soyez vendeur ou acquéreur, la franchise désarmante de Marco Valora ne peut que vous être favorable. Ainsi, tous ses clients sont placés sur le même pied d’égalité. Une transaction doit être équitable et convenir à tous les protagonistes. Au-delà de l’aspect financier, un remerciement sincère des deux parties à la fin d’une transaction est pour lui sa plus grande satisfaction. Il continue d’ailleurs à entretenir de très bonnes relations avec la majorité de ses clients. Le suivi qu’il apporte à sa clientèle y est sans doute pour quelque chose. Marco Valora apporte son soutien et son expérience à ses clients et les


portraits

Photo ©Xavier Merchet-Thau

qu’ils se fassent une idée précise de l’emplacement désiré et de cibler au plus juste leurs attentes. Mais malgré tout le progrès, Marco préfère vous avertir avec franchise : « Rien ne pourra remplacer le ressenti d’une visite. C’est ce qui me plait le plus dans ce métier. Je me mets à la place de l’autre et j’essaie de comprendre sa vision, son projet, ses attentes, voilà des actions qui nous animent. Et lorsque je peux voir dans leur regard qu’ils ont trouvé la propriété de leurs rêves, cela me fait réellement plaisir ».

aide dans leurs différentes démarches auprès de la Collectivité, du notaire, des banques, mais également sur les plans juridique et fiscaux relativement complexes sur l’ile. Dans ces deux derniers cas, vous bénéficierez également de l’aide bienveillante de sa femme, Stéphanie, avocate. De même, les clients exclusivement anglophone pourront faire appel à Anna Spennato et se sentiront très à l’aise avec elle, car l’assistante et commerciale de Marco a longtemps étudiée au Etats-Unis. Ce sont évidemment toutes ces petites choses qui font la différence. « Je pars sur le principe que les attentes et les exigences de nos clients pourraient très bien être les nôtres. Je comprend aisément par exemple qu’un client qui a fait plusieurs heures d’avion pour venir nous voir tout en étant en vacances peut avoir envie, par convenance, de visiter un bien un dimanche ou un jour férié et nous nous faisons un devoir, mon fils et moi de satisfaire à sa demande ».

De même, les visites sont pour lui primordiales et il les prépare avec soin. Sur le papier ou à la vue d’une belle photo, on peut se méprendre sur un bien immobilier et le trouver intéressant. « Je déteste faire perdre du temps à quelqu’un. Nous faisons en sorte que le client ait une connaissance complète du produit avant d’effectuer une visite ». Pour répondre aux exigences de ses clients, il propose donc plusieurs services et fait appel aux dernières technologies de pointe telles que des photos et vidéos aériennes effectuées par des drones qui permettent de faire des visites virtuelles et d’avoir des vues inédites à 360° de l’ensemble de l’île et de l’implantation de la propriété convoitée. Le tout en restant tranquillement assis sur son canapé à New York, Paris ou Moscou !!! Marco et son fils Gianni Valora proposent également une vidéo des différents trajets en voiture que peuvent effectuer leurs clients, du bien proposé jusqu’à l’aéroport ou jusqu’à Gustavia, afin

Il est comme cela Marco, d’un professionnalisme sans faille qui force le respect. Et surtout à l’écoute et en empathie avec ses clients. Des qualités qui ont tendance à se perdre de nos jours et par bonheur, chez les Valora, c’est familial ! De même, très soucieux de l’environnement et en écologiste convaincu, il est important de préciser qu’à chaque transaction effectuée, Marco reverse une partie du montant des honoraires de la vente à la Réserve Naturelle de Saint-Barthélemy. Alors il est vrai que le tableau qu’on vient de vous brosser de cette petite agence immobilière peut vous sembler irréel. Mais allez y faire un petit tour ou prenez rendez-vous avec Marco par téléphone et vous allez tout de suite comprendre… n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

231


F LY A W A Y DISCOVER THE TRADEWIND SHUTTLE

First Class Scheduled Service | Private Charter Comfort, Convenience, Safety

C O N TA C T

1.800.376.7922 OUT S I D E T H E U S +1.203.267.3305 www.flytradewind.com


WITH US

S T B A RT H S T O P U E RT O R I C O | S T T H O M A S | A N T I G U A | N E V I S

T R A D E W I N D AV I AT I O N

A N G U I L L A | A N T I G U A | N E V I S | P U E RT O R I C O | S T B A RT H | S T T H O M A S B O S T O N | M A RT H A’ S V I N E YA R D | N A N T U C K E T | N E W Y O R K | S T O W E


Photo ŠXavier Merchet-Thau

portraits

234 . VIP Guide St-Barth 2016


portraits

Nathalie Gumbs NG Création St Barth

Nathalie Gumbs was an extraordinary little girl. When she was a kid, she couldn’t wait for her mum’s latest mail order catalogue to arrive so she could copy all the most beautiful jewels onto her sketchbook in many different variations.

It can sound like a simple children’s activity but it wasn’t. Nathalie was developing from a very young age her creativity and manual skills. This is probably how her passion for jewellery was born. Another important detail: Nathalie is a local girl. In fact, she comes from one of the oldest family of Saint-Barthélemy and is one of the last baby born in the small hospital of Gustavia. It is obvious that her ties to the island are strong. She lives a simple and happy childhood. Her dad is a carpenter and her mum a civil servant. She spends most of her time with her sister. They are very close and they leave together to study abroad. First in Guadeloupe, then in France, far away from their native island but always knowing she will come back one day. Nathalie Gumbs, after a classic school curriculum, majors in Jewellery and passes her certificate of professional competence. She spends one week at school and three weeks at the factory where she works on the assembly line with 10 co-workers all dressed in white coats. She quickly covers all the basics: casting, interior

and exterior cleaning, polishing, prong preparation and crimping. these were monotonous and repetitive tasks for run-of-the-mill jewels that will end up in supermarkets and cheap novelty stores. Nathalie knows that if she wants to progress, she needs to carry on studying in order to reach for the stars. She takes a sabbatical, comes back to Saint-Barthélemy and works in some of the most renown jewellery stores of the island which allows her to save enough money to carry on her studies. What she did not know is that her childhood dream is now going to influence her whole lifestyle and places of residence. She enrols in the prestigious “Gemological Institute of America” in New-York in order to get the “GIA design.” She learns how to create jewels from scratch and how to design them on paper with technical drawings and painted sketches. She is now fluent in English and starts to meet interesting people in a country that she discovers as she learns her trade. Nathalie is very independent, hard-working and dedicated and she takes on three highly advanced essential courses in a row to perfect her craftsmanship. In order to do so, she will have to leave the Big Apple and travel 5,000 miles to San Diego to pass her “GIA wax technique,” “GIA pearls grading” and “GIA gem identification coloured stones.” Nothing can stop her. As she is very resourceful, she manages to get

an au-pair job to pay for her classes. You could think that the hardest work was behind her but you’d be wrong. As Marilyn would sing “Diamonds are a girl’s best friend” and there is one last qualification missing from her track record in order to start working on her own and it’s the most prestigious of them all: the “GIA Diamond Grading”, the gold standard in jewellery. The only problem is that the course takes place in Florence, Italy and is being taught in Italian. It doesn’t matter, Nathalie leaves for Italy and learns the language in a month. Thanks to her hard work she will eventually pass with honours. At the age of 28, she is back in Saint-Barthélemy for good this time. She obviously works for the best jewellery stores of the island while presenting her creations in various boutiques. It will only take her two years to set up and open her own shop with the caring support of her family and the reliable advice of her boyfriend Jules. Jules is also a young entrepreneur and he made her dream come true by creating the perfect setting to showcase her collections. The “NG Creation St-Barts” boutique is a hit. Her customers are French, American, Russian, Brazilian and many locals. Being a local herself, she is firmly attached to her roots. She also offers unique collections and tailored creations, usually for local weddings and engagements. Her own designs constitute ten percent of sales. For the rest, she uses approximately ten different designers. Most of the time young women as she feels closer to them. She likes young and dynamic

VIP Guide St-Barth 2016 .

235


portraits

small French companies as they usually bring a lot to the table in terms of design and quality of the products. Nathalie’s hand-picked selection is based on her own sensibility. She is an official retailer for the trendiest brands like “Eternamé” and its oversized gems, paved with diamonds and sapphires or “Ginette NY” and its famous monogram (a small French brand getting a lot of attention) or “Gigi Clozeau” whose bracelets imbedded with precious resin beads are quickly becoming a “must-have.” A lot of young designers and up and coming brands are put together in her boutique and trust Nathalie to represent them. Morganne Bello, Vanrycke, Ofee, Garaude, Lisonia and Hanna Wallmark to name a few. These products are very popular and the connoisseurs are always back from one year to the next to look out for the latest designs. Word of mouth is doing wonders and Facebook is doing the rest. When you come in Nathalie’s boutique, you know that “you won’t leave with any ordinary jewel, it is an original selection for original customers.” Nathalie knows that her clients don’t want to wear the same jewels as the next person. The same goes for her own creations. Nathalie Gumbs’ style is inimitable and hard to describe. It is very classic with the finest materials (diamonds, gold and silver), her jewellery is refined, sophisticated and resolutely contemporary with a little “je ne sais quoi” of poetry and soul as reflected in her famous “Heart of St-Barth” reinterpreted each year in subtle variations. It is a very strong symbol for her because this heart shows her emotional attachment to the island and to her loved ones. n

236 . VIP Guide St-Barth 2016

NG Création St Barth Enfant, Nathalie Gumbs était une petite fille peu ordinaire. Elle n’attendait qu’une seule chose… (Non sans une certaine impatience) : que le facteur apporte enfin le dernier catalogue de vente par correspondance que sa maman avait commandé ! Pour une raison fort simple, y recopier systématiquement tous les plus beaux bijoux sur ses cahiers à dessins et les reproduire dans d’infinies variantes. Avec le recul, cette activité ludique pourrait sembler bien dérisoire. Il n’en est rien. Tel un auto-apprentissage, Nathalie développa ainsi, dès son plus jeune âge, son habilité manuelle et ses capacités de création. C’est probablement ainsi que sa passion pour la joaillerie débuta… Un autre détail a son importance, Nathalie est une véritable fille de l’île. Elle descend directement de l’une des plus anciennes familles implantée à Saint-Barthélemy et est l’une des toutes dernières à être née dans le petit hôpital de Gustavia. Son attachement insulaire est donc très grand. Son enfance est simple et heureuse, son père est menuisier et sa mère travaille à la sous-préfecture. Elle passe le plus clair de son temps en compagnie de

sa sœur, sa grande complice. Et c’est ensemble aussi qu’elles partent faire leurs études. D’abord en Guadeloupe, puis en France, bien loin de leur île natale, mais toujours avec la ferme intention d’y revenir. Nathalie Gumbs suit donc un cursus normal, puis fidèle à ses aspirations, se lance logiquement dans un CAP de bijouterie en métropole. Une semaine à l’école pour trois semaines à l’usine ! Ce travail à la chaîne, en compagnie de dizaines d’autres ouvrières en blouse blanche, elle en aura vite fait le tour : reprise de fonte, nettoyage intérieur et extérieur des pièces, polissage, préparation des griffes, sertissage. Bref, des tâches monotones et répétitives pour des bijoux sans grand intérêt qui finiront leur vie sur les étals de grandes surfaces ou dans les vitrines tape-à-l’œil de certains centres commerciaux. Nathalie sait pertinemment que si elle veut progresser dans cette voie, elle doit poursuivre ses études et viser encore plus haut. A 20 ans, elle prend une année sabbatique, rentre à Saint-Barthélemy et travaille dans plusieurs bijouteries renommées dans l’île. Ce qui lui permet de mettre un peu d’argent de côté afin de financer ses études supérieures. Mais elle est loin d’imaginer que la poursuite de son rêve d’enfance va


portraits

profondément influer sur sa manière de vivre et sur ses lieux de résidence… Ainsi, elle rentre à New-York dans le prestigieux « Gemological Institute of America  », afin de passer le «  GIA Design ». Elle y apprend à créer de toutes pièces des bijoux et de les mettre en volume par l’intermédiaire de dessins techniques ou d’ébauches exécutées à la peinture. Par la même occasion, elle apprend couramment l’anglais et commence à faire de très belles rencontres dans ce pays qu’elle découvre au gré de ses formations. Car Nathalie, indépendante, déterminée et travailleuse, enchaîne coup sur coup, pas moins de trois autres modules très pointus, indispensables pour parfaire son enseignement. Pour ce faire, elle prendra donc une nouvelle fois ses bagages, et franchira sans sourcilier les 5000 kilomètres qui séparent la « Big Apple » de San-Diego afin d’effectuer le « GIA wax technic », le « GIA pearls grading » et le « GIA gem identification colored stones »  ! Rien ne l’arrête. Débrouillarde, elle trouve une place de fille au pair pour financer ses cours. On pourrait croire que le plus dur est fait. Rien n’est moins sûr ! Comme le disait si bien Marilyn : « Diamonds are a girl’s best friend  !  » Une dernière qualification manque à son palmarès pour pouvoir voler de ses propres ailes et pas des moindres : le « GIA Diamond Grading ». La référence absolue en matière de diamant. Problème, les cours ont lieu à Florence et l’enseignement se fait uniquement en italien. Qu’à cela ne tienne ! Nathalie Gumbs part aussitôt en Italie et apprend la langue en moins d’un mois ! A force d’un labeur acharné, elle obtiendra haut la main son précieux diplôme.

A 28 ans, elle rentre définitivement à Saint-Barthélemy. Elle travaille bien évidemment dans les meilleures bijouteries de l’île, mais commence aussi à placer ses propres créations dans diverses boutiques. Il ne lui faudra pas plus de deux ans pour faire le grand saut et ouvrir sa propre boutique avec l’aide bienveillante de sa famille et les conseils avisés de son compagnon Jules. Lui-même jeune entrepreneur, il a su répondre à ses attentes en lui réalisant un écrin pour mettre en valeur ses collections. La boutique « NG Création St Barth » est effectivement une vraie petite merveille. Aujourd’hui, elle en est à sa troisième saison et elle cartonne. Ses clients sont français, américains, russes, brésiliens et beaucoup sont natifs de l’île. Enfant du pays, elle n’a jamais négligé ses racines. Elle propose donc toute une série de collections particulières et fait aussi beaucoup de sur-mesure. Le plus souvent pour des fiançailles ou des mariages locaux. Ses créations présentent à peu près dix pourcent de ses ventes. Pour le reste, elle fait appel à une bonne dizaine de designers. Le plus souvent des jeunes femmes  ! Question d’affinité, elle se sent proche d’elles ! En règle générale, les marques sont récentes, dynamiques et françaises car les petites sociétés apportent beaucoup au niveau du design et de la qualité des produits. Nathalie les sélectionne de manière drastique en fonction de sa propre sensibilité. Elle est d’ailleurs la dépositaire officielle des marques les plus tendances telles « Eternamé » et ses pierres démesurées, entourées de diamants ou de saphirs en pavage, ou Ginette NY et son fameux monogramme, la petite marque française qui commence sérieusement à faire parler d’elle, ou encore Gigi Clozeau, dont ses chainettes avec incrustation

de billes de résines précieuses sont en train de devenir un « must have ». Beaucoup de jeunes créateurs et de marques émergentes sont donc réunies sous cette même adresse et font entièrement confiance à Nathalie pour les représenter. On pourrait citer également, Morganne Bello, Vanrycke, Ofee, Garaude, Lisonia et Hanna Wallmark. Les connaisseuses ne s’y trompent pas et se les arrachent. Beaucoup reviennent d’une année sur l’autre pour s’enquérir des nouveautés ! Le bouche à oreille fonctionne très bien et facebook fait le reste. On rentre désormais dans la boutique de Nathalie Gumbs avec une seule certitude en tête : « On n’en ressortira pas avec un bijou quelconque, la sélection est originale pour des clients originaux ! » Nathalie sait pertinemment que ses clients ne veulent en aucun cas porter les mêmes choses. Il en est de même pour ses créations personnelles. Nathalie Gumbs a un style inimitable et indéfinissable : très classiques, toujours avec des matériaux nobles (diamants, or et argent), ses bijoux sont épurés, raffinés et résolument contemporains, sans oublier un « je ne sais quoi » de poésie et un petit supplément d’âme, à l’image de son fameux « Cœur de Saint-Barth » qu’elle décline chaque année dans de subtiles variantes. Une symbolique très forte pour elle, car c’est un cœur qui marque son attachement à son île et l’amour de ses proches… n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

237


Photo Š Xavier Merchet-Thau

Phone : + 590 590 51 35 10 contact@myvillainstbarth.com www.myvillainstbarth.com


Phone : + 590 590 51 35 10 contact@myvillainstbarth.com www.myvillainstbarth.com


portraits

Christine Daguy A regular in St-Barth where she regularly gives readings every year at the end of November since 1994, Christine Daguy is a psychic of international reputation, born with the extraordinary and precious gift of being able to read your future.

She has been living in Toulouse for 25 years and welcomes people seeking her advice in her parapsychology centre located on the famous Capitole square. Depending on the subject at hand, she uses direct clairvoyance (using pictures if the person concerned is not present), numerology and tarot reading. “I can describe someone’s personality and answer their questions even for people who passed away or disappeared. Even if psychic reading is her forte, chiromancy (also called palmistry) is still her favourite technique “Everything is written in the palm of your left hand, how many children you have, how long you will live, health, accidents and of course financial and romantic concerns.” She is first a parapsychologist but she is also an adventurer seeking freedom. She travels the world every year to go to the French overseas territories or to discover Asia or the Middle-East. Bali, Egypt, Mayotte, Reunion island, Mauritius, the islands of the French West Indies etc... She likes to enrich herself by meeting the world and its civilisations. And while on the move, her loyal and trusted clients can always contact her via e mail or over the phone. In 1990, while on holiday in Guadeloupe, she fortunately meets a childhood friend who lives on the island. Curious about her gift, he pushes

240 . VIP Guide St-Barth 2016

her to comeback to do readings and introduces her to a press officer who organises a series of radio shows on RFO, Radio Caraibes and Canal 10 (a local cable television channel that covers a territory up to Puerto Rico). It is an instant success, calls are pouring in from all the surrounding islands and people often jump on a plane to get a face to face reading. Her reputation speaks for itself. In 1987, Christine Daguy started her activity as a professional psychic reader. In 1990 she organises the first National Psychic Fair at the Parc des Expositions in Toulouse with 6,500 people attending. This same year and the following year she receives the “Lauriers d’Or” of clairvoyance in Biarritz. She is also elected vice president of the French National Psychic Federation. Her popularity increases and in 1991, she starts hosting a live weekly psychic television show on Télé Toulouse. Wishing to share her experience, Christine Daguy publishes a book in 1992 called “Two handed future.” She also organises a press conference in Cairo to announce the big earthquake that will happen a few months later. She goes from interviews to tv appearances, hosts “Two-handed,” a daily radio show about chiromancy on Europe 2 and appears in a weekly chat show on the first French TV channel. In 1994, Christine Daguy met the mayor of Eilat in Israel and drew attention again when she rightly predicted the signature of the peace treaty with Jordan. Her predictions turn out to be accurate to the day which opens even more doors for her. She comes first psychic-clairvoyant at the psychic forum in Paris and the press starts taking a real interest. In France, Polynesia, New-Caledonia, Mauritius or Guadeloupe, she amazes

Photo ©Xavier Merchet-Thau

Voyage into the future

with the accuracy of her predictions like the re-election of Jacques Chirac, the injury of Zinedine Zidane and the French football team loosing the world cup on January 1st 2002 on the RFO Mayotte TV news. In 2002, she is elected ambassador of French courtesy. She keeps travelling and sharing amazing predictions and in 2009, she publishes her second book entitled “two hands around the world.” A book that encourages you to travel and offers a practical guide to the different psychic techniques. She is often a guest on new year’s day TV edition of the news to announce her predictions for the year (that always happen on the given date). Christine regularly hosts psychic TV shows on K.M.T in Martinique and Canal 10 in Guadeloupe (excerpts can be found on YouTube). Both her books are available at Barnes library in Gustavia. And if you want to know more about her and her activities, you can go to www.daguy.com to follow her professional news and whereabouts. Christine Daguy will be in St-Barth from November 23rd to December 5th 2015 (06 90 32 29 27) and all year round on the phone +33 5 61 23 52 00 n


portraits

Voyage dans le futur Habituée de St-Barth où elle consulte chaque année fin novembre, en toute discrétion depuis 1994, Christine Daguy est une medium de renommée internationale, née avec ce don extraordinaire et précieux de pouvoir lire votre avenir. Installée à Toulouse depuis 25 ans, elle accueille les personnes qui viennent la consulter dans son centre de parapsychologie situé sur la célèbre place du Capitole. Suivant les sujets présentés, elle utilise la voyance directe (ou à partir de photos et documents lorsque les personnes ne sont pas présentes), la numérologie et les tarots. « Je peux décrire les traits de caractère de la personne et répondre à toutes ses interrogations, même sur des personnes décédées et disparues ». Bien que la voyance directe soit son domaine d’excellence, la chiromancie, également appelée « lignes de la main », reste sa technique préférée. « Tout est inscrit dans votre main gauche : le nombre d’enfants, la durée de votre vie, les maladies, les accidents, et bien sûr votre réussite financière et affective » précise t-elle. Parapsychologue - conseil à l’allure élégante et raffinée, Christine Daguy se révèle être également une aventurière éprise de liberté. Ainsi, elle traverse chaque année mers et océans pour se rendre dans les départements et territoires d’outre-mer quand ce n’est pas pour partir à la découverte de l’Asie ou du Moyen-Orient. Bali, l’Egypte, Mayotte, l’île de la Réunion, l’île Maurice, les îles des Antilles… Elle aime aller à la rencontre du monde et des civilisations qui ne cessent de l’enrichir. Pendant ses déplacements, ses clients avec qui elle entretient des rapports de fidélité et de confiance peuvent toujours la consulter par téléphone et par mail. C’est au cours d’un périple d’agrément en Guadeloupe en 1990 qu’elle tombe

par hasard sur un ami d’enfance résidant sur la belle île. Curieux de ses activités, il l’encourage à revenir consulter et la présente à une attachée de presse qui lui organise deux étés plus tard une série d’émissions de voyance en direct sur les chaines RFO, Radio Caraïbes et Canal 10, une chaîne de télévision locale de proximité accessible par le câble jusqu’à Porto Rico. Le succès est immédiat, les appels viennent de toutes les îles environnantes, le standard est rapidement saturé et il n’est pas rare que des personnes sautent dans un avion pour une consultation de visu ! Sa réputation, qui parle d’elle-même, fait d’ailleurs sa renommée. Christine Daguy a débuté sa carrière en 1987 quand elle a commencé à exercer professionnellement la voyance directe de haut niveau. En 1990, elle organise le premier Salon National de la Voyance qui attire 6 500 personnes au Parc des Expositions de Toulouse. Cette même année et la suivante, elle reçoit les «Lauriers d’Or» de la voyance à Biarritz. Elle est également élue viceprésidente nationale de la Fédération des Voyants de France. Dès ses premières prédictions, sa notoriété ne cesse de monter. A partir de 1991, elle anime pendant plusieurs années une émission hebdomadaire de voyance en direct sur Télé Toulouse. Souhaitant partager ses expériences, Christine Daguy publie en 1992 un premier livre « L’avenir à deux mains ». Elle organise également une conférence de presse au Caire pour annoncer le grand tremblement de terre qui surviendra le mois suivant. La medium enchaîne les interviews et les apparitions sur des plateaux télévisés. Elle présente « A deux mains », une émission quotidienne de chiromancie sur Europe 2. Et en 1993, Guillaume Durand lui demande de participer à son émission « Durand la nuit » diffusée sur TF1. En 1994, Christine Daguy fait à nouveau le buzz lorsqu’elle révèle au maire d’Eilat en Israël la signature du Traité de Paix avec la Jordanie. Ses prédictions s’avèrent

exactes au jour près, ce qui la propulse encore un peu plus sur le devant de la scène. C’est ainsi qu’elle est classée première medium - voyante au forum de la voyance à Paris. Les articles de presse élogieux retraçant son parcours se succèdent. Que ce soit en France, en Polynésie, en Nouvelle-Calédonie, à Maurice ou en Guadeloupe, la justesse de ses prédictions ne laisse personne indifférent. Telles ces étonnantes révélations qu’elle livre au cours du journal télévisé RFO Mayotte dont elle était l’invitée vedette le 1er janvier 2002 : la réélection du Président Jacques Chirac, la blessure du footballeur Zinedine Zidane et la défaite des Bleus ! Incorrigible voyageuse, élue en 2002 ambassadrice de la Courtoisie Française, elle est chargée de la communication internationale du cercle international arts, humanisme et courtoisie. Elle continue à explorer les continents tout en livrant d’étonnantes prédictions et en 2009, elle publie son deuxième ouvrage « Deux mains autour du monde ». Un ouvrage qui incite au voyage et dans lequel l’auteur présente un guide pratique des différentes techniques de voyance. Invitée aux journaux télévisés le soir du 1er janvier pour livrer les grandes prédictions de l’année (qui arrivent toujours aux dates annoncées), Christine anime régulièrement des émissions de voyance en direct sur les chaines K.M.T. en Martinique et Canal 10 en Guadeloupe dont des extraits sont disponibles sur YouTube. Ses deux livres sont en vente à la librairie Barnes à Gustavia. Et si vous souhaitez en apprendre davantage sur elle et ses activités, connectez-vous à son site Internet, www.daguy.com pour suivre son actualité professionnelle et ses déplacements. Christine Daguy sera présente à St-Barth du 23 novembre au 5 décembre 2015 (RV au 06 90 32 29 27) et toute l’année par téléphone au +33 5 61 23 52 00. n Cécile Lucot

VIP Guide St-Barth 2016 .

241


Ambassadrice de la courtoisie Française chargée de la communication internationale cercle international ”arts ,humanisme ,courtoisie.” Elue vice présidente de la fédération nationale des voyants de FRANCE en 1990.

Design: Miss.W@mac.com - clearviewstock

auteur des livres “L’avenir à deux mains” et “Deux mains autour du monde” aux Editions du soleil lagon.


Christine Daguy vous propose d’embarquer pour un voyage dans

votre futur MEdium internationale parapsychologue conseil

06 90 32 29 27 05 61 23 52 00 www.daguy.com


Le Cellier du Gouverneur

Louis Roederer exclusive dealer at St Barth TĂŠl: 05 90 27 99 93 Â cellierdugouverneur@hotmail.fr


portraits

Meat & Potatoes

Some chefs are more pragmatic than others That’s why when Jean-Charles heard on the radio that the pollution peak was so high in Paris that it was formally advised not to take babies out side in their buggies; he knew that he had to leave the city. He started looking at the classifieds straight away in order to find the providential ad that would allow him to escape and start a new life under the sun. This was 21 years ago, Jean-Charles was then a young conscientious dad but also a young cook who could not consider carrying on living under these atmospheric conditions. “And after all, people probably like food as much in Paris as in Saint-Barthélemy” he thought as he contemplates answering the ad of Maya Gurley, a famous restaurant owner of the island looking for a good cook. Without thinking twice, he packs his bags and takes his wife and kid to Saint-Barthélemy without even knowing at the time where to place it on a map. He starts working at “Maya” as soon as he arrives and will stay there for the next eight years. It was one of his best professional experiences as he shares with her the same passion for cooking. The starting point for Jean-Charles was a little cookbook published in the 50s, a rare edition that he kept going back to during his childhood spent in Sete on the south-west coast of France. Growing up next to the Mediterranean allowed him to master all the seafood products. A gastronomy of the sea that would necessarily ring true with the refined and demanding tastes

248 . VIP Guide St-Barth 2016

of Saint-Barthélemy’s clientele. He slowly gets used to the island while he starts making a name for himself. And getting used is easy when you are passionate about surfing and you can spend all your time off riding the waves. But his wife Estelle is only 20 and without a car and with a baby to look after 24 hour a day adjustments are going to be needed for her to enjoy her new life. After passing her driving licence, Estelle finds her professional path away from the catering industry working as a secretary and as a teacher assistant. And it was a good idea as Jean-Charles and two of his surfer friends decide to be their own bosses and set up their own restaurant: “L’Esprit”, a place that will quickly achieve cult status. Of course, it wasn’t easy at first but it will soon turn to happiness and freedom. Freedom to do whatever you want. It is priceless for Jean-Charles, he can now fully express his love for a world cuisine full of spices and diversity without compromising on the use of fresh quality products. However, this commitment means that, Saint-Barthélemy being an island, perishable goods supply is unreliable. And when you can’t find what you are looking for, you take what’s on offer. This means that there is a different menu everyday and you don’t know what’s going to be on your plate two days in advance and also that the carte has to be printed again every evening. The good thing is that inventiveness and resourcefulness are definitely on the menu. It is a hectic pace but thankfully interrupted by long surfing sessions at the Anse des Lézards which is the rallying point for the

three friends that they affectionately call “the office”. Surfing and food being their passion, while waiting for the waves, they debrief the previous night’s service and plan the following day’s menu. This adventure will last for a few years but will end up with JeanCharles running things on his own. “It was another time but what a fantastic time” he recalls. But Jean-Charles cannot rest and, acting on a whim in 2012, he sells everything and takes over the management of a new restaurant: “Meat & Potatoes.” And once again, the magic happens. He admits that the name is not the most poetic he could find, but the logo is actually even funnier. An impressive steer, probably Angus or Charolais, on a dark background. “Meat & Potatoes” is now a highly successful steak-house and offers the best grilled meat you can find in St-Barth. It’s all quite logical so far but what you should also know is that Jean-Charles’ restaurant is also the most vegan friendly place on the island which should have cost his marketing manager his job... No less than 15 different vegetables are available to complement the meat with 15 different sauces and condiments to choose from. And that’s without mentioning the vegetarian dishes, vegetable dahls and vegetarian steaks. There is a wide choice and ordering can be a little complicated so iPads are available to make it easier. And this time, to make it perfectly right, Jean-Charles hired his wife so they can finally work together. Estelle is now a waitress, floor supervisor, host and also the accountant. It is now a family affair and Maxime, the baby who


Photo ŠXavier Merchet-Thau

portraits

VIP Guide St-Barth 2016 .

249


portraits

escaped Paris’ polluted air has grown up and is now in the kitchen with his dad. As you can imagine, being raised by such a great chef, Maxime already knows what he is doing. Especially as he still felt the need to go to a catering school to improve his skills. Like his dad, he is a stubborn perfectionist and it didn’t take him long to master his dad’s famous “JC” carrot mash. Such a delicacy that one of the members of the Rolling Stones used to let him stay in his Village building in New-York for free in exchange for a weekly serving of the mash with a few curry prawns on the side. But let’s not forget the logo and his famous steer. Because at “Meat & Potatoes” the meat is second to none. And yet again there is a very wide selection: 1 kg Rib roast, 600 g Chateaubriand, Porterhouse Angus T-bone and even the delicate and sought-after Japanese “Wagyu” beef. It is fair to say that Jean-Charles knows his grilled meat and that “Meat & Potatoes” is a place you must visit when in St-Barth. One last detail: during the summer, his 16 year old youngest Cloé, who is about to study law, leaves the mainland to give a hand to her parents and brother. You can find her hosting, waiting tables and on dishwashing duties because if you are going to break some glasses, you might as well keep it in the family... n

250 . VIP Guide St-Barth 2016

Certains chefs sont plus pragmatiques que d’autres Ainsi, lorsque Jean-Charles apprend en écoutant la radio, qu’un pic de pollution est si élevé à Paris qu’il est formellement déconseillé de promener les bébés dans leurs poussettes, il ne songe qu’à une seule chose : quitter Paris ! A peine rentré chez lui, il allume donc son minitel et cherche frénétiquement sur le « 3615 code Eureka » une petite annonce providentielle qui lui permettrait de pendre le large sous les tropiques. C’était il y a 21 ans. Jean-Charles était alors un jeune papa consciencieux et cuisinier de son état (ce qui ne gâche rien), et pas une seule seconde il n’aurait songé à poursuivre cette vie citadine sous d’aussi épouvantables conditions atmosphériques. Après tout, probablement que les gens mangeaient tout autant à Saint-Barthélemy qu’à Paris, puisque le hasard qui fait si bien les choses lui mit entre les mains une petite annonce d’une célèbre restauratrice de l’île qui cherchait quant à elle… un très bon cuisinier ! Jean-Charles fait donc ses bagages sans trop se poser de questions et enmène avec lui femme et enfant, alors même qu’à l’époque, il n’est pas fichu de placer Saint-Barthélemy sur une carte du monde !

Tout juste débarqué, il se retrouve directement derrière les fourneaux de « Maya ». Il y restera 8 ans. Ce fut l’une de ses plus belles expériences car beaucoup d’affinités lient ces deux amoureux de la cuisine. En premier lieu, un petit livre de recettes du monde édité dans les années 50, une édition rare, que le jeune JeanCharles à consulté toute son enfance non loin d’autres fourneaux, ceux de ses parents originaires de la ville de Sète, au pied de la grande bleue. De cette méditerranée-là, il garde la parfaite maitrise du poisson, des fruits de mer, des coquillages, des calamars et autres poulpes… Bref, une gastronomie du grand large qui sent bon les embruns et l’air iodé et qui n’était pas pour déplaire aux palais raffinés et exigeants propres à la clientèle de Saint-Barthélemy. Ainsi, très rapidement il se fait un nom sur l’île et s’acclimate en douceur. D’autant plus qu’il passe presque autant de temps sur l’eau qu’en cuisine. Il faut dire qu’en plus de ses talents culinaires, Jean-Charles se passionne pour le surf. Et ce, au grand désespoir de sa femme Estelle, qui a tout juste 20 ans, sans permis, sans voiture et avec un bébé sous le bras 24h sur 24, commence à trouver le temps un peu long. Cependant, après quelques réajustements de rigueur, tout rentre dans l’ordre. Madame passe le permis et s’épanouit dans un


portraits

travail radicalement opposé à l’univers de la restauration, à savoir aide-éducatrice et secrétaire. Bien lui en prend ! Car entretemps, Jean-Charles et deux de ses copains surfeurs, décident de voler de leurs propres ailes et montent contre toute attente leur propre restaurant : « L’esprit ». Un établissement qui très rapidement… deviendra culte. Bien sûr, les débuts seront difficiles, mais s’ensuit une période de bonheur et de liberté. La liberté de faire tout ce que l’on veut. Et pour Jean-Charles, ça n’a pas de prix, malgré quelques contraintes et pas des moindres ! Adepte de la cuisine du monde, des épices et de la diversité, Jean-Charles s’emploi à n’utiliser que des produits de qualité et de toute première fraîcheur. La congélation et la lyophilisation, trés peu pour lui ! Ce noble choix n’est pas sans conséquence. Saint-Barth est une île et l’insularité, c’est bien connu, rend l’approvisionnement des denrées périssables passablement aléatoire ! A défaut de trouver les produits que l’on souhaite, on prend ceux que l’on trouve ! Résultat des courses, le menu est différent chaque jour et il est impossible de savoir avant la veille ce que l’on mangera le lendemain. Tous les soirs, il faut donc réimprimer une nouvelle carte ! Créativité, inventivité et débrouillardise sont donc de rigueur. Une cadence épuisante et un rythme infernal, heureusement entrecoupés par de longues sessions de surf à l’Anse des Lézards, le point de ralliement des trois compères passionnés de glisse et de restauration. Cette même anse qu’ils surnommeront affectueusement « le bureau », car en

attendant les vagues, ils en profitent pour faire le débriefing de leur service, tout en planchant sur la carte du lendemain. Cette belle aventure, cette franche camaraderie durera de très nombreuses années avant de s’achever en solo. Une autre époque, une époque formidable, se plaît-il à dire… Mais Jean-Charles a la bougeotte. D’un coup de tête, il décide de tout revendre et de prendre en gérance en 2012 un nouveau restaurant, le « Meat & Potatoes ». Et encore une fois, la magie opère… Bon il faut dire qu’il ne s’est pas trop cassé la tête pour le nom de son établissent, il l’avoue volontiers lui-même. C’est vrai qu’en anglais, la connotation n’est pas des plus flatteuses. Mais le plus drôle n’est pas tant le nom que le logo ! Un imposant bœuf, probablement Angus ou Charolais, sur un fond noir inquiétant. Effectivement, Meat & Potatoes est un steak-house dont la réputation n’est plus à faire. D’ailleurs, c’est probablement ici que l’on mange les meilleures grillades de Saint-Barth. Jusque là, c’est assez logique. Mais lorsqu’on apprend que le restaurant de Jean-Charles est également l’établissement le plus « Vegan » de l’île, on se demande s’il ne ferait pas mieux de renvoyer son conseiller en communication ! En effet, vous ne trouverez pas moins de 15 variétés de légumes en accompagnement de vos viandes, ellesmêmes accompagnées d’un choix de 15 sauces et condiments. Sans compter les assiettes végétariennes, les dahls de légumes et autres steaks végétariens. Le choix est exponentiel et les commandes peuvent être si compliquées qu’elles se font par iPad. Et pour être bien certain de ne pas se tromper, Jean-Charles à entretemps réussi à débaucher sa femme afin qu’elle travaille « enfin » avec lui. Estelle fait désormais le service, la gestion de salle, l’accueil et même la comptabilité ! L’entreprise est donc devenu familiale

et comme ça ne semblait pas suffire, Maxime, (le fameux bébé qui a échappé aux vicissitudes parisiennes et qui a depuis bien grandi) se retrouve lui même en cuisine aux côtés de papa. Il faut dire qu’il a été à bonne école, depuis tout petit qu’il traine dans les jambes de son père, il a par la force des choses pris un sacré tour de main. Ce qu’il ne l’a toutefois pas empêché d’approfondir ses connaissances dans une école hôtelière. Dans le genre têtu et perfectionniste, il tient bien de son père. D’ailleurs, il ne lui a pas fallu bien longtemps pour apprivoiser la fameuse purée de carotte « JC » de son paternel. Un gout si inimitable qu’un fameux musicien des Rolling Stones, en échange de cette purée quotidienne et de quelques crevettes au curry, le logeait à l’œil dans son immeuble du Village à New-York une fois par semaine ! C’est vous dire… Avec tout cela, on aurait presque oublié le fameux bœuf sur le logo. Ce qui pour un Steack-house (aussi vegan soit-il) serait préjudiciable. Alors oui, au Meat & Potatos, la viande est à tomber par terre. Et là encore, vous avez un choix qui dépasse les limites de l’entendement. Entre la cote de bœuf d’un kilo, le chateaubriand de 600 g, le T-bone Porterhouse Angus ou le très délicat et recherché bœuf japonais « wagyu » nourri à la bière et massé au saké, on peut sans démagogie affirmer que Jean-Charles en connait un rayon niveau grillades et que le Meat & Potatoes est effectivement un incontournable. Un dernier détail. L’été, Cloé, (la petite dernière de 16 ans qui s’apprête à faire des études de droit) rentre de métropole pour aider ses parents et son frère. On la retrouve donc en salle, au service et à la plonge, car quitte à casser des verres, autant le faire en famille… n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

251


Studio Crea Miss.W@me.com - Photo © WavebreakmediaMicro & © Sergey Novikov - Fotolia.com

You are one step away from a genuine Deep Tissue Massage.

DEEP TISSUE MASSAGE | RELAXATION MASSAGE | THAI MASSAGE CHIROPRACTIC | STRETCHING


LICENSED MASSAGE THERAPIST PHYSICAL THERAPIST CHIROPRACTOR

DEEP TISSUE MASSAGE RELAXATION MASSAGE THAI MASSAGE CHIROPRACTIC STRETCHING

HOTEL | VILLA | YACHT | OFFICE stbarthchiro@yahoo.com Cell:

0690 64 87 40


Photo ŠXavier Merchet-Thau

portraits

254 . VIP Guide St-Barth 2016


portraits

Julien Gréaux An American dream

Many people were doubtful but he knew that it was possible. Some people know how to take their destiny in hand with such commitment that they can make their wildest dreams come true. Julien Gréaux is number one at this game.

At the age of 7, this kid would be training under the watchful eye of his dad, a career military man, under the tropical heat of Ivory Coast or Tahiti. You’d have to see them in their improvised travelling sports gym practising Judo, Shotokan Karate or Boxing, anything goes. Far away from France and his native island of Saint-Barthélemy, with the pictures of his idols pinned to the wall, Julien was training and dreaming at the same time of becoming one of them. A few years later, he will start pumping iron, boosting his energy even more. At the age of 13, everything falls apart. His parents divorce and the family is separated. He comes back to the West Indies and his beloved dad is now away, too far away, in another regiment. His body is changing and so is his state of mind. Intensive martial arts practice brings him discipline and a very strong spirit and his new muscles, strength and confidence. He is now a teenager living with his mum in St-Barthélemy.

Some people give him looks as his unusual physique makes him stand out but he doesn’t care at all. He lives in a protective bubble, his own world, and his unwavering dedication commands admiration. His only motivation is becoming an actor, the “Next Action Hero.” At 17, he is scouted by a headhunter in his mum’s little sports club in Colombier. His physique amazes. He is being given a ticket to Miami and he ends up in front of the camera of the famous fashion photographer Bruce Weber. before he knows it, he finds himself on the front cover of the Italian Vogue. Two years later, he is in New-York and signs a contract with the prestigious “Boss Model” agency without even having a press book to show. He goes from one casting to the other. But Julien Greaux knows exactly what he wants and modelling is not really his thing. 6 months later he is back in St Barts working as a gardener. But, he is still dreaming about something different. As he is carrying his maintenance work in a villa, he suddenly drops his tools and realises that he is not on the right path. This is not how he will succeed. In 2002, he tries his luck and moves to California with 400 dollars in his pocket and a gym bag on his shoulder. The American dream is not an easy ride and he is going to struggle. He settles in Los Angeles, not far from Venice Beach which becomes his base as it is next to the “Gold’s Gym”, one of the biggest fitness club in the USA. He is so convincing that he manages to

get a pass allowing him to train for free and as much as he wants. He works as a bouncer for various nightclubs and does general security for the entertainment industry. The good thing about these jobs is that he gets to meet all the Hollywood VIPs and make new contacts. He also work in a youth hostel, 4 hours of cleaning and reception for a bed and a roof above it. 3 years of hardship but nothing compared to the years of flat sharing to follow with up to 4 people sharing the same room or having to sleep under a table for months. But across the hallway, he will find love. He falls in love with one of his flatmates, they get married and have a little girl. Life becomes easier and Julien Greaux is flying high. He is the coach of the stars and one of the most renown personal trainer in the USA. He becomes so famous that he appears in the cover of over 70 magazines. And amongst them Fitness RX several times. He is at the top of his game and it only took him 10 years. But he still thinks about being an action movie actor. Unfortunately, despite his numerous contacts in the entertainment and fitness industry, a breakthrough is still yet to come. He also feels disillusioned after having to deal with crooked producers and shady contracts. And in the meantime, his marriage falls apart. But Julien Greaux is a fighter, if he can’t find a part in a movie, he will write it himself. He is going to write and direct a short movie with the assistance

VIP Guide St-Barth 2016 .

255


portraits

An American dream of two young cinematographers: Mike Feenix and Pasquale Pagano who are also looking for fame and recognition. He directs himself in this amazing movie called “Parabellum.” He combines in one movie all of the classics of the genre: big guns, street fighting, stunts, car chases and other spectacular action scenes. He hopes that this movie will be his ticket to the big Hollywood studios and will convince a big producer to invest in a feature film. He is already in touch with studios like Europa Corp: Luc Besson’s production company. People are showing interest as told in a lovely article in the New-York times about this young French athlete’s story. Julien Greaux is already looking for a professional screenwriter to help him carry on his project. he even has the support of Jean-Claude Van Damne himself, a man he has known for ten years as he is his wife and daughter’s personal trainer. Julien is as good as two of his idols: Jason Statham and Mark Wahlberg because as far as physical condition is concerned, they are all three in the same weight class. He has now settled in Los Angeles but last spring, he came back to Saint-Barthélemy to present his short movie to the population. A way for him to thank the community for their financial support. But most of all to thank his mother who always believed in him. Julien may have big muscles but that does not mean he doesn’t have a big heart. n

256 . VIP Guide St-Barth 2016

Beaucoup doutaient, mais lui, il a toujours su que c’était possible. Certaines personnes ont le don de forcer leur propre destin avec un tel acharnement qu’il arrive que leurs souhaits les plus fous se réalisent. A ce petit jeu, Julien Gréaux les surpasse toutes. Imaginez cet enfant de 7 ans, s’entraînant sous le regard bienveillant de son père militaire de carrière, dans la chaleur tropicale de leurs maisons de Côte d’Ivoire ou de Tahiti. Il faut les voir, tous les deux, dans leurs salles de sport improvisées en fonction des différentes affectations paternelles. Judo, Karaté Shotokan, boxe, tout y passe. Bien loin de la France et de sa petite île natale de Saint-Barthélemy, il s’entraîne en rêvassant devant les posters de ses idoles punaisés aux murs. Quelques années plus tard, c’est de la fonte qu’il soulèvera et son énergie sera décuplée lorsqu’à 13 ans, tout volera en éclat. Le divorce de ses parents, l’éclatement d’une famille, le retour aux Antilles et l’éloignement d’un père tant aimé, toujours en partance pour quelque part, trop loin, ailleurs dans un autre régiment. Alors, inexorablement, son corps change et son état d’esprit aussi. La pratique intensive des arts martiaux lui apporte de la rigueur et un mental d’acier, tandis que son travail musculaire lui procure force et confiance. Le temps passe, l’adolescence prend le pas sur l’enfance et c’est le retour aux sources, à Saint-Barthélemy où il vit désormais avec sa mère. De fait, il dénote dans l’environnement local ou son physique hors-norme attire tous les regards, mais Julien Gréaux n’en a que faire. Il vit dans sa bulle, dans son petit monde intérieur et sa détermination sans faille impose le respect. Une seule chose le motive : devenir acteur, le « Next Action Hero ». A l’âge de 17 ans, il est repéré sur l’île par un

chasseur de têtes, dans le petit club de sport de sa maman à Colombier. Sa silhouette subjugue. On lui paye illico presto un billet d’avion et il se retrouve à Miami devant l’objectif du célèbre photographe de mode Bruce Weber. En moins de temps qu’il lui en faut pour s’en rendre compte, il se retrouve propulsé dans les pages du Vogue Homme Italien. Deux ans plus tard, il est à New-York et pousse la porte de la prestigieuse agence « Boss Model » qui lui signe un contrat sur le champ alors qu’il n’a même pas un book à présenter ! Il enchaîne les castings. Mais Julien Gréaux sait exactement ce qu’il veut et les photos de mode ne sont pas vraiment son truc, il rentre au bout de 6 mois à Saint-Barth où il devient jardinier. Là encore, ça cogite pas mal dans sa tête. Alors qu’il s’occupe de l’entretien d’une belle villa, il pose soudainement ses outils et prend conscience qu’il se trompe de voie. Jamais il ne réussira de cette manière. En 2002, il tente le tout pour le tout et part s’installer en Californie avec 400 dollars en poche et un sac de sport en bandoulière ! Le rêve américain n’est pas à la portée du premier venu, il en bavera. Ca aussi, il le sait. Il aménage à Los Angeles, non loin de Venice Beach qui devient son quartier général car il se trouve à deux


portraits

pas du « Gold’s Gym », l’une des plus grosses salles de fitness des Etats-Unis. Il est si convaincant qu’il parvient à se faire délivrer un pass pour s’entraîner gratuitement et à volonté. En parallèle, il travaille en tant que videur pour différentes boîtes de nuit, ou agent de sécurité dans l’événementiel. Ces jobs (parfois illégaux) ont néanmoins un atout. Ils lui permettent de côtoyer le « tout Hollywood » et de se faire un bon carnet d’adresses. Il travaille également dans une auberge de jeunesse : quatre heures de ménage et d’accueil à la réception en échange d’un toit et d’un lit. Trois ans de galère, mais rien comparé aux années de colocation qui vont suivre. Il se retrouvera jusqu’à quatre dans une seule chambre ! La promiscuité est si grande qu’il dort pendant des mois sous une table ! Mais au bout du couloir, il y a l’amour ! Il tombe amoureux de l’une de ses compagnonnes d’infortune. Ils se marient et ont une fille. La vie devient plus douce et Julien Gréaux a enfin le vent en poupe. Il coache les plus grands. Il est même devenu l’un des « personal trainers » les plus renommés d’Amérique. Sa popularité est telle qu’il fait plus de 70 couvertures de magazines, dont plusieurs fois celle du très célèbre FitnessRX ! Il est à l’apogée de sa carrière, en 10 ans, il a gravi tous les échelons. En parallèle, il n’oublie pas sa volonté de devenir acteur dans des films d’action. Malheureusement, malgré ses innombrables contacts, ses connexions par le fitness et le fait que tout le monde dans la profession le connaisse, il ne parvient pas à percer dans le milieu du cinéma. Et pour cause : contrats véreux, producteurs peu scrupuleux voire carrément

escrocs, il est désillusionné. Sans compter qu’entre temps, son mariage tombe à l’eau. Ce qui n’arrange pas les choses. Mais Julien Greaux est un battant. Qu’à cela ne tienne ! S’il ne parvient pas à trouver un rôle à sa mesure, c’est lui qui l’écrira ! Il entame alors un projet fou : réaliser de A à Z un court-métrage d’une vingtaine de minutes avec l’aide de deux jeunes cinéastes, Mike Feenix et Pasquale Pagano, qui cherchent eux aussi à se faire connaître auprès des professionnels ! Ce film génial où il se met lui-même en scène est intitulé « Parabellum ». Il condense à lui seul tous les classiques du genre : gros calibres, combats de rue, cascades, poursuites en voiture et autres scènes d’action très spectaculaires. Avec cette carte de visite absolument détonante, il espère enfin pouvoir déverrouiller les portes des grands studios et convaincre un gros producteur d’en faire un long métrage. Il commence à avoir de jolies touches, notamment du côté d’EuropaCorp, la maison de production de Luc Besson. Les gens sont de plus en plus convaincus, comme l’atteste un bel article que le New-York Times a récemment écrit sur l’histoire du jeune athlète français. Julien Gréaux est d’ors et déjà à la recherche d’un scénariste professionnel pour poursuivre en grand son projet de film. Il a même l’appui de Jean-Claude Van Damme « himself »

qu’il côtoie depuis près de 10 ans car il est le coach particulier de sa femme et de sa fille. Il faut dire que Julien n’a rien à envier à Jason Statham et à Mark Wahlberg, deux autres de ses idoles. Au niveau de leurs conditions physiques, rien à redire, ils boxent tous les trois dans la même catégorie ! Il vit désormais à temps plein à Los Angeles, mais au printemps dernier il a tenu à revenir à Saint-Barthélemy pour présenter son court-métrage à la population. Une manière de remercier la Collectivité pour le soutien financier qu’elle a apporté à son film. Et surtout pour remercier sa mère qui n’a jamais cessé de croire en lui. Julien Gréaux a beau avoir des bras d’acier, il n’en a pas moins le cœur tendre… n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

257


Studio Crea Miss.W@me.com


T I V O L I Budget Rent A Car - St-Barth Airport Counter: (+59) 0590 27 66 30 Reservation: (+59) 0590 29 62 40 Email: reservation@budgetstbarth.com www.budgetstbarth.com


portraits

260 . VIP Guide St-Barth 2016


portraits

Coccinella

What I denounce is my business After selling ice cream on a beach, donuts on markets, delivering dentures in a seaside resort and sorting out expired yoghurts in a Paris supermarket, Coccinella had to find something he really likes doing. It took some time and the road was bumpy.

Photo ŠOlivier Leroy

You could also find him advising the clientele of a fine lingerie boutique, in the foreign literature section of a big chain bookstore or filming young R&B wannabes for a TV music channel. Coccinella eventually found his way. He becomes a fashion designer and a hatter and begins making wedding hats and dresses. A vocation usually comes from nowhere but there is often a love story behind it. But let’s be careful as vocations and love stories have something in common: they don’t last forever. He arrives in the Caribbean by fluke, in Saint-Martin. He had not seen the island for 10 years and it is a disappointment. A lot of things have changed on the island, there is rubbish everywhere, on the roads and on the beaches. One morning, while walking on a side road, he notices a

small magnesium bolt on the ground. He picks it up and is surprised by its weight. The object is very light. Back at home, he gets the bolt out of his pocket and puts it on the dining table: it is the beginning of something new: mass collecting small objects found in the trash or on the ground. He assembles them, welds them, sticks them together into unlikely sculptures to report, according to him, the lack of ecological awareness in local politics. The timing is perfect as it is the election period. Coccinella becomes a real artist and exhibits his work for a month in the Collectivity hall so people passing by can realise how big the issue is. His realistic raw material sculptures draw a lot of attention and a second exhibit is commissioned for a few months later. As he is working on it,

VIP Guide St-Barth 2016 .

261


portraits

his godfather (a famous painter of the island) challenges him: “Stop making sculptures out of junk, take it to a higher level and paint! painting is the real thing!” Coccinella has never hold a paintbrush in his life but without thinking twice, he gets to work thinking that, after all, a painting is just a sculpture flattened on a canvas. In less than 15 days, he will have enough paintings for his exhibition, surprising all the people expecting sculptures. It is a success but he is far from being happy with his work. From then on, he will start perfecting his art as he knows that a painter has to find his style first, in order to be great. But Coccinella does not really care and starts painting what all the other painters don’t want to paint, don’t know how to paint or are too scared to paint. For the next 5 years, he paints only pornographic, politic or religious pictures in extensive details. Coccinella is cynical and likes provocation, he wants to shake people’s beliefs. “Art has no function and beauty is useless so you might as well use it to convey important messages.” This will become his motto. His first great coup dates back to 2010 when he manages to hang his unofficial portrait of the French president in the Louvre Museum without any authorisation. This artistic happening will result in Coccinella getting arrested by the police. He then paints a picture of the former pope on an electric chair in a life-sized composition called “Electro-Pope.”

262 . VIP Guide St-Barth 2016

Ce que je dénonce ne regarde que moi He will also put the Virgin Mary in a vintage 60s cigarette dispenser and make a group portrait of all the leaders of the Arab Spring; he paints young veiled women, vanitas with Masonic overtones, starving children or Maasai warriors in rubber boots holding umbrellas to draw attention on freedom of speech, global warming or the inconsistencies of mass market. When asked if he considers himself a socially conscious artist, he answers that he is most of all an opportunistic one. His paintings can be interpreted on different levels “Everybody can see and understand whatever they want in my paintings, what I denounce is my business but if you agree it is a bonus.” He has been spending half of his time in Saint-Barthélemy for the past few years, working in a confidential manner. As an original artist and as a maverick, he doesn’t have a website and is not very present on social medias. He works only when he feels like it, when the muse calls. You can try to order an original painting from him but he has to like you first and you might have to wait for a months even years to get the work delivered. However, he has an e-mail address for those who wish to contact him. His long literate answers are works of art of their own. And if you are lucky, you will find, as an attachment, pictures of this painting that common decency prevents us from publishing in this magazine. But you should take a look at them, they are worth it. n

Après avoir vendu des glaces sur les plages et des beignets sur les marchés, livré des prothèses dentaires dans une station balnéaire de province, trié des yaourts périmés dans les chambres froides d’un supermarché parisien, il fallait bien qu’un jour Coccinella se trouve une activité qui lui plaise un tant soit peu. En désespoir de cause, il chercha longtemps, poursuivant ainsi son drôle de parcours pour le moins chaotique. Par la suite, on le retrouva devant les cabines d’essayages d’une boutique de lingerie fine à conseiller des clientes indécises, puis dans le rayon « littérature étrangère » d’une librairie consumériste à dépoussiérer des ouvrages qui ne seront jamais lus ou encore derrière les caméras d’une grande chaîne de télé musicale à filmer d’éphémères starlettes du RnB. Le temps aidant, Coccinella finit par trouver sa voie. Il devient couturier ainsi que chapelier et commence à confectionner des robes et des chapeaux de mariées. Finalement, ça tient à peu de chose une vocation, et généralement il y a toujours une histoire d’amour derrière tout cela. Mais chut ! N’allons pas plus loin ! Car les vocations et les histoires d’amour ont une chose en commun… C’est qu’elles ne durent pas toujours. Les hasards de la vie le ramenèrent dans les Caraïbes, sur l’île de Saint-Martin


portraits

qu’il retrouve après 10 ans d’absence. Une fois sur place, il va de déceptions en déceptions. L’île a changé, elle est couverte d’immondices et pleine de détritus abandonnés sur les routes et les plages. Un matin, alors qu’il marche, il ramasse un boulon en magnésium sur le bord d’un chemin. Son poids le surprend, il est étonnamment léger. Le soir venu, il le ressort de sa poche et le pose sur la table à manger. Ce petit boulon sera le début d’un commencement : la collecte en grandes quantités de petits objets retrouvés dans les poubelles ou à même le sol. Il les assemblera, les soudera, les collera en d’improbables sculptures pour dénoncer selon lui le manque de conscience écologique au niveau environnemental dans la sphère politique locale. Nous sommes en pleine période électorale, ca tombe plutôt bien. Coccinella s’improvise artiste et expose ses œuvres pendant plus d’un mois dans le hall de la Collectivité afin que tous les gens qui passent se rendent compte de l’ampleur du problème. Ses sculptures très réalistes en matériaux de récupération marqueront tellement les esprits qu’on lui demande de faire une seconde exposition quelques mois plus tard. Alors qu’il est en train de la préparer, son parrain, un peintre renommé sur l’ île, lui lance un défi : « Arrête de sculpter avec tes poubelles, fait du grand art, peins ! La peinture, il n’y a que cela de vrai ! » Coccinella qui n’a jamais touché un pinceau de sa vie se met donc à l’ouvrage sans trop se formaliser, décrétant que la peinture n’est finalement jamais rien de plus que de la sculpture aplatie sur un morceau de tissu tendu. En moins de 15 jours, il peint suffisamment de toiles pour faire son expo et surprendra son monde

en exposant des peintures en lieu et place de ses sculptures tant attendues. Cependant, il est loin d’être satisfait du résultat malgré un certain succès d’estime. Dès lors, il passera le reste de son temps à parfaire son art. Conscient du fait que pour percer un peintre doit obligatoirement trouver son style, il préfère faire l’impasse sur cette affirmation et se met en tête de peindre tout ce que ses collègues ne veulent pas peindre, n’osent pas peindre ou ne savent pas peindre ! S’ensuit donc une période de 5 ans où il ne peindra que des tableaux pornographiques, politiques ou religieux avec un souci du détail extrêmement poussé. Grinçant, volontiers provocateur, Coccinella cherche obstinément à pousser les personnes qui regardent ses œuvres dans leurs derniers retranchements. Il affirme avec véhémence : « L’art ne sert à rien et la beauté est inutile, autant faire en sorte que cela serve à quelque chose en faisant passer des messages forts. » Il ne déviera jamais de son objectif. Son premier coup d’éclat remonte en 2010 quand il fait le portait non officiel du Président de la République Française qu’il ose exposer sans aucune autorisation au Musée du Louvre. Ce happening artistique n’aura que pour effet notable de se faire arrêter par les forces de l’ordre. Puis, pour des raisons personnelles, il peindra le précédent pape sur une chaise électrique dans une composition grandeur nature sobrement intitulée « Electro-Pope ». Il mettra également la Sainte-Vierge dans un ancien distributeur de cigarettes des années 60, fera un portrait de groupe de tous les anciens dirigeants du Printemps Arabe, peindra des jeunes femmes voilées, des vanités à connotations maçonniques, des enfants affamés ou

des guerriers Maasaï en parapluie et bottes en caoutchouc pour dénoncer tantôt la liberté d’expression, tantôt le réchauffement climatique ou encore les incohérences de la logique des marchés de masse. Quand on lui demande s’il se considère comme un artiste engagé, il répond qu’il est avant tout un artiste opportuniste. Ainsi, ses tableaux ont plusieurs niveaux de lecture. « Chacun voit midi à sa porte et veut bien comprendre ce qu’il peut dans mes tableaux. Ce que je dénonce ne regarde que moi, mais si vous y adhérez, tant mieux ! » Depuis quelques années, il réside la moitié de son temps à Saint-Barthélemy où il travaille de manière confidentielle. Artiste peu conventionnel et anticonformiste, il est probablement l’un des rares en France à ne posséder aucun site internet. Il ne communique pas davantage sur les réseaux sociaux et peint selon son bon vouloir au gré de son inspiration. Il lui arrive de travailler à la commande, mais en fonction de la tête du client, qui le plus souvent devra attendre plusieurs mois voire quelques années avant de voir l’aboutissement de son désir pictural. Cependant, tous ceux qui souhaitent entrer en contact avec lui, peuvent le faire en lui envoyant un petit message par courrier électronique. Il répond toujours et le plus souvent en renvoyant de longues missives grandiloquentes qui sont elles-mêmes de véritables petites œuvres d’art. Et avec un peu de chance, vous trouverez même en pièces jointes quelque photos de ses tableaux que la bienséance nous empêche de publier dans ce magazine ! Mais jetez-y un œil, elles valent largement le détour ! Contact: sxmcoccinella@gmail.com n Waldemar Bashevi-Diaz

VIP Guide St-Barth 2016 .

263


Photo Juan Arellano


Since 1984

Gustavia - Saint-BarthĂŠlemy FWI - +590 590 27 66 94 DiamondGenesis.com


portraits

Noé & Thomas Lédée St-Barts’ young sibling surfing champs They were born on February 11th, same day and month as American surfing legend Kelly Slater, the 11 time world surfing champion who holds more than 50 WTC wins. An all time record and a promising coincidence for the twins.

“My name is Noé Lédée, I am 12, I live in St-Barts and I am goofy footed (right foot forward on the board, left foot at the back)... And my name is Thomas, I am also 12 and I am natural footed (left foot forward, right foot at the back).“ Like most kids looking for extracurricular activities they have tried many sports before getting on a surfboard at the age of 7. Their parents Isabelle and Jeff explain that they did not like any of them. Any kid on the island has tried surfing once or twice, the twins joined the Ajoe Reefer Surf Club and it’s a revelation. They enjoy riding the waves on the island’s spots and even show talent for competition. In 2012, they enter the Guadeloupe championship and reach the finals, qualifying for the national competitions every year. In a kindred spirit, Thomas et Noé use their sibling bond to their advantage by sharing their experiences, training and supporting each other. It is a recipe for success never mind the temperature

266 . VIP Guide St-Barth 2016

of the water, cold or tropical. Their coach, David Blanchard, is never far, always encouraging and giving advice. The twins can also count on the support of their proud and admiring parents, especially their dad who has been surfing since the age of 16 who is delighted to be able to share his passion with his children. The family travels regularly to the mainland for the national competitions and the twins are always on the podium. They are always very close on the final ranking with a margin of only a few pointsor just one move. They have quickly been spotted by big companies looking to sponsor tomorrow’s best surfers. Rip Curl, their main one, welcomed them to their team, Daddy Seal provides the surfboards and Fcs the accessories (fins, boardbags, grips, leashes...) Thomas and Noé have also been selected 3 years ago to take part each year in the federal training organised by the French Surfing Federation in the Landes region with the top 10 young French surfers of their generation. They also use the opportunity to take part in the championships organised during the summer on the Atlantic coast such as the Rip Curl Groms Search and the Lacanau Pro. “It’s always cool to see our friends from the Landes, Basque

region or Reunion island and to ride a different kind of waves”. They keep earning titles: vice-champion in Guadeloupe in 2015, runner up on the Grom search circuit and winner of the 2015 Guadeloupe Cup. Thomas is first on the Federal ranking and Noé second with a difference of only a few points. Following the path of two other famous surfers from the Reefer Surf Club: their cousin Mario Lédée, French champion in 1997, and more recently Dimitri Ouvré, French champion in 2010. They prove once again that the training methods of the Lorient club are successful. They are both good pupils in secondary school. But once they’ve had their after school snack and before starting their homeworks they dive into the swimming pool where a surfboard is floating. Their dream is to take part in the World Championship Tour. For the moment, they keep practising their tricks on the waves of their favourite spot, Toiny, at the bottom of the family home. They both have their own style, Thomas likes tube riding and Noé prefers air reverses. They are children of the island born under a lucky star. n


portraits

Noé et Thomas Lédée

Les jeunes espoirs du surf made in St-Barth Ils sont nés un 11 février, le même jour et le même mois que le surfeur américain Kelly Slater, véritable légende vivante du surf qui détient onze titres de champion du monde et plus de cinquante victoires sur le circuit d’élite. Un record absolu et une coïncidence prometteuse pour les frères jumeaux. « Moi c’est Noé Lédée, j’ai 12 ans, j’habite St-Barth et je suis « goofy » (pour se lever sur une planche de surf, pied droit à l’avant, pied gauche à l’arrière)… Et moi Thomas, 12 ans aussi, je suis « regular foot » (pied gauche à l’avant, pied droit à l’arrière). » Avant de monter sur une planche de surf à l’âge de 7 ans, ils ont essayé de nombreux sports, comme tous les enfants en quête d’activités extra-scolaires. Mais rien ne leur plaisait vraiment nous expliquent leurs parents Isabelle et Jeff. Sur l’île les enfants exercent pratiquement tous un jour ou l’autre le surf, alors les jumeaux s’inscrivent au Reefer Surf Club de l’Ajoe et c’est la révélation. Ils prennent plaisir à surfer les vagues des spots de l’île et se révèlent même doués pour la compétition. En 2012 ils participent pour la première fois au championnat de Guadeloupe et arrivent en finale, comme chaque année qualifiés pour les coupes et autres compétitions nationales. Dans un esprit fraternel, Thomas et Noé mettent à profit leur gémellité pour partager leurs entrainements, leurs expériences, l’un motive l’autre. Une recette qui fonctionne bien et peu importe que la température de l’eau soit fraîche ou tropicale. Toujours près d’eux, leur entraineur David Blanchard, aussi professeur de surf du Reefer Surf Club conseille et stimule. Les jumeaux peuvent également compter sur le soutien fier et admiratif de leurs

parents et tout particulièrement de leur papa, surfeur lui aussi depuis ses 16 ans, ravi de pouvoir partager sa passion avec ses enfants. La famille se déplace régulièrement en métropole pour les compétitions nationales et les jumeaux montent à tous les coups sur le podium. Le classement des deux frères est toujours serré, se jouant à une manœuvre, quelques points. Les sponsors à la recherche des meilleurs surfeurs de demain les ont vite repérés. Rip Curl, leur sponsor principal, les a accueillis dans son équipe, la marque Daddy Seal leur fournit les planches et Fcs les accessoires (ailerons, housses, grip, leash…). Thomas et Noé sont également sélectionnés depuis trois ans pour participer chaque année au stage fédéral organisé par la fédération française de surf dans les Landes rejoignant ainsi les dix meilleurs jeunes surfeurs français de leur génération. Ils profitent également de leur passage dans le Sud-Ouest pour participer aux compétitions organisées pendant l’été sur la côte atlantique tel les Rip Curl Groms Search et le Lacanau Pro. « C’est toujours sympa de retrouver les copains basques, landais et réunionnais et surfer d’autres types de vagues » confirment les ados qui accumulent les titres : vice-champion de Guadeloupe 2015, 2ème du circuit Grom Search, 1er de la coupe de Guadeloupe 2015. Au classement fédéral 2015, Thomas est classé premier et Noé deuxième avec une différence de quelques points. Suivant ainsi les traces

de deux autres surfeurs réputés du Reefer Surf Club, leur cousin Mario Lédée, champion de France en 1997 et plus récemment Dimitri Ouvré champion de France 2010, ils démontrent une fois de plus que les méthodes d’entrainement du club de Lorient permettent l’émergence régulière de très bons surfeurs. Bons élèves, ils sont facilement rentrés en classe de cinquième en septembre 2015. De retour de l’école, une fois le gouter avalé et avant d’attaquer les devoirs, ils plongent dans la piscine où flotte une planche de surf. Leur rêve ? Participer au WTC, le championnat du monde de surf. Pour l’instant, ils travaillent leurs figures dans les vagues de leur spot préféré, Toiny, en bas de la maison familiale, avec chacun son style. Thomas aime faire des tubes alors que Noé préfère les « air reverse ». Des enfants des îles nés sous une bonne étoile ! n Cécile Lucot

VIP Guide St-Barth 2016 .

267


Rue Samuel Fahlberg - Gustavia - St-Barth - Tel : 05 90 29 87 91 - info@teck-sbh.com www.teck-sbh.com

Photo & Artwork: Miss W

teck D D D


DDD


portraits

Cécile Lucot Yoga as a way of life not part of her career plan. However, it became obvious eight years ago after a training in Val Morin, one of the biggest Indian ashram of North America in Canada. It was a 500 hour training, the culmination of 10 years of studying personal growth and practising yoga. Now a Sivananda yoga graduate, she was about to come back home and get back to her life but her teachers told her that she could not keep all of that knowledge to herself, it was time to share: “It was a revelation, as soon as I was back in St-Barts, I started offering yoga classes.” This is how her life changed, in a very natural way. The experienced journalist she used to be slowly made way for the yoga instructor she had become. It was more of an evolution than a drastic change of life, in harmony with her story and her personality. “I am thirsty for knowledge and my path is a little unusual” she admits. Even though she started as a Law student in Bordeaux, she quickly turned to communication studies and finally became a journalist. She starts by working for the prestigious “Elle” magazine and while on holidays with friends in St-Barts in 1995, she discovers the newly created “Journal de Saint-Barth.” She becomes the chief editor for a few months before being in charge of the “Magazine de St-Barth” and of the “Magazine de la famille St-Barth.” As a child, she dreamed of becoming an ethnologist to study people of the world and their way of life and being a journalist fits perfectly with that. Meeting, interviewing, telling a story... It goes well with her curiosity and thirst for discoveries. And she realises that exploring the outside world helped her “with the

270 . VIP Guide St-Barth 2016

exploration of the inside world and the understanding of life and human beings. Meditation is for me the real quest, to explore and understand life” she explains with a luminous smile. Today, she uses what she has been learning for the last 15 years (yoga, 6 years of learning with a shaman, Reiki training) to share and pass on her knowledge. She gives private lessons at home and group classes in the yoga studio she created in the ASCCO premises. “Yoga is a holistic science, an ancient art form based on a very subtle knowledge: knowing the body, the mind and the soul. Yoga stimulates muscle strengthening, stretching and relaxing of the physical body but also relieves emotions, cleanses the energy centres and rebalances them.” She likes to quote B.K.S Iyengar: “The practice of asanas purges the body of its impurities, bringing strength, firmness, calmness and clarity of mind.” At the end of a session, she likes to see the untied bodies but she also likes “to see faces change, more relaxed, with smiles appearing.” Her philosophy is to always adapt to the person in front of her, according to their stamina, wishes and needs. There is no such thing as a standard yoga class. During the pregnant women class, the aim is to make them feel better in their ever-changing bodies but also to make a connection with the baby they are carrying and to send him the first messages of love. Since last year, kids also have their group classes. It is a more playful form of yoga for extra-curricular activities for Gustavia’s schools or simply as a hobby for the youngsters. First, you have to explain to the parents that it is not about “keeping them in a lotus position with their eyes closed

Photo ©Xavier Merchet-Thau

Becoming a yoga instructor was

for an hour.” “We actually take them to a yoga adventure” she explains, “I give them a starting point like going to Africa to see the animals and from then on, the journey begins. The children create the story and everybody takes the posture of each animal they meet. After a first part of dynamic courses, the session ends with exercises based on concentration or breathing techniques and finally, a few minutes of relaxation. At the beginning of the semester, it is a challenging task but after a few sessions, the students learn discipline and can even take a first step towards meditation. Children are very receptive and, without realising it, these sessions make them touch and work on essential things like “body map, breathing, balance as well as non-violence, respecting each other and self-image.” And they keep asking for more which is a big reward for Cécile who only practiced yoga for self-development first but finally made it her job and a way of life that brings a lot of internal happiness. She even says that she is “happier today than when I was 20”. But it is better than this, she actually helps others become happier. n


portraits

Le yoga comme art de vivre Devenir elle-même « instructeur de yoga » ne faisait pas partie de son plan de carrière. C’est devenu une évidence il y a huit ans après une formation dans l’ashram indien le plus important d’Amérique du Nord, à Val-Morin au Canada. Elle y suivait une formation de 500 heures qui venait couronner dix ans d’études en développement personnel et de pratique assidue du yoga. Le diplôme de yoga Sivananda en poche, elle allait rentrer, reprendre sa vie, mais pour ses enseignants elle ne pouvait pas se contenter de garder toutes ces connaissances pour elle, le temps était venu de partager. « Ce fut un véritable déclic, se remémore-t-elle. Je suis rentrée à St-Barth et j’ai commencé à proposer des cours de yoga ». C’est ainsi que sa vie a changé, naturellement. La journaliste expérimentée qu’elle était a, petit-à-petit, fait de la place à l’instructeur de yoga qu’elle est devenue. On ne parlera pas d’un changement de vie radical mais d’une évolution de vie conforme à son histoire et à sa personnalité. « Je suis quelqu’un qui aime apprendre et, de fait, j’ai un parcours un peu atypique » avoue-t-elle. D’abord étudiante en droit à Bordeaux, elle obtient un DESS de droit des affaires, puis complète sa formation par des études de communication et devient finalement journaliste. Après avoir fait ses premières armes au contact de la rédaction parisienne du magazine Elle, elle découvre St-Barth en vacances avec des amis, en 1995, soit au moment de la création du Journal de Saint-Barth. Elle en devient la rédactrice en chef pendant quelques mois avant de prendre les rênes du magazine de St-Barth puis du magazine de la Famille Saint-Barth. Elle qui avait rêvé, plus jeune, d’être ethnologue pour s’intéresser aux peuples du monde et à leur manières de vivre, le métier de

journaliste lui va finalement comme un gant. Rencontrer, interviewer, raconter… Va de paire avec sa curiosité et son envie de découvrir. Mieux, elle réalise que c’est l’exploration de ce monde extérieur qui l’a aidée à « aller vers ce travail intérieur et cette compréhension de l’existence et de l’être humain. La recherche intérieure est pour moi la vraie quête, la réelle exploration de la vie », explique-t-elle avec un lumineux sourire. Aujourd’hui, elle puise dans ce qu’elle a acquis au cours des quinze dernières années (le yoga, ses six années d’enseignement avec un chaman, ses formations au Reïki) pour partager et transmettre. Son emploi du temps se répartit entre les cours particuliers en villa ou à domicile, et ceux, collectifs, qu’elle dispense dans le studio de yoga qu’elle a conçu dans les locaux de l’ASCCO. Le yoga est une « science holistique », décrit Cécile : « un art ancien fondé sur un savoir extrêmement subtil : celui du corps, du mental et de l’âme. Les séances stimulent le renforcement musculaire, l’étirement et la détente du corps physique tout comme elles soulagent les émotions, nettoient les centres énergétiques et les rééquilibrent ». Elle aime citer B.K.S. Iyengar : « La pratique des asanas débarrasse le corps de ses impuretés et amène force, fermeté, calme et clarté au mental  ». A la fin de la séance, elle apprécie bien sûr de voir les corps se délier, mais elle aime aussi « voir les visages changer, plus apaisés, des sourires se dessiner ». Sa philosophie, est de toujours s’adapter à la personne qu’elle a en face d’elle, selon son état de forme, ses envies et ses besoins. Il n’y a pas vraiment de cours type. Pendant les cours pour les femmes enceintes, l’objectif est de les faire se sentir mieux dans ce corps en pleine transformation, tout comme de se connecter avec le bébé qu’elles portent, « et lui envoyer, déjà, les premiers messages d’amour », décrit-elle.

Depuis l’an dernier, les enfants aussi ont leurs propres cours collectifs. C’est un yoga ludique qui s’inscrit dans le cadre des activités périscolaires des écoles maternelle et élémentaire de Gustavia, et qu’elle propose également en tant qu’activité extrascolaire. Il faut parfois commencer par expliquer aux parents qu’il ne s’agit pas de « maintenir leur enfant assis en tailleur les yeux fermés pendant une heure », sourit-elle. En fait, « on part en yoga aventure » explique Cécile. « Je leur donne un canevas de départ, comme partir en Afrique voir les animaux de la savane, et à partir de là, le voyage commence ». Les enfants brodent l’histoire et tout le groupe réalise les postures pour chaque animal rencontré. Après une première partie de cours dynamique, la séance se termine par des exercices axés sur la concentration ou le travail du souffle pour se terminer ensuite par quelques minutes de relaxation... En début de trimestre l’exercice est certes délicat, mais au bout de quelques séances, les élèves se disciplinent et peuvent même commencer une amorce de méditation. Les enfants sont très réceptifs et, sans s’en rendre compte, ces séances leur font approcher et travailler des choses essentielles, aussi bien « le schéma corporel, la respiration, l’équilibre, que la non violence, le respect des autres, et le regard sur soi ». Surtout ils en redemandent ! Une récompense pour Cécile, pour qui la pratique du yoga a d’abord été une étape dans sa quête de développement personnel, avant de devenir à la fois son métier et un art de vivre qui lui fait sentir beaucoup de joie en elle. Elle se dit d’ailleurs « plus heureuse aujourd’hui qu’à l’âge de 20 ans ». C’est bien mieux encore, elle aide les autres à le devenir. n Mathieu Rached

Contact 0690 65 89 17 lucot @orange.fr

VIP Guide St-Barth 2016 .

271


Photos ©Xavier Marchet-Thau ©Max Imrie


PRIVATE AND GROUP CLASSES ADULTS & KIDS

lucotcecile@orange.fr --- (011 59) 0690 65 89 17 www.access-stbarth.com/fr/services-st-barth/yoga/yoga-with-cecile.html


portraits

Dominique Cellérier Flat pack houses friend you’ve always wanted to have. A character straight out of a Bruce Springsteen or a George Brassens song. Always ready to party or give a helping hand. You can’t start talking about him without mentioning first his now legendary high sense of camaraderie.

Dominique has the features of a sailor who decided to make Gustavia his final destination. He does not cheat, and what you see is what you get. He is not one to embellish the truth as he knows that people accept him for who he is. He is a man of nature, he is nowhere and everywhere and as a free man, he always walks barefoot. He arrived on the island at the end of the 70s to spend his holiday with his uncle who is an architect and who will be the one who gives him his first job. And despite his nonchalant attitude, he is a hard worker. Having studied building construction he logically starts as a designer-planner and starts supervising construction sites under the guidance of his uncle. At the time, St Barts’ building market is booming. Dominique diversifies his skills and even starts a short-lived career in the air-conditioning industry. He then decides to move to Spain where he

274 . VIP Guide St-Barth 2016

works for a big real estate company. His time in Europe is just a phase because when you leave Saint-Barth, you always come back. It is the impact of Hurricane Luis that will speed up his return. His next project is a big one: To rebuild and renovate the Taiwana hotel completely. Around that time, another hurricane is going to affect Dominique’s life: Tina, who will soon become his girlfriend. She comes from Paris and is a very good interior designer which is a good thing since Dominique has had enough of concrete buildings and wants to move on. Together, with the help of a friend, they start importing furniture from Asia. They start with one container and many more will follow as the endeavour is an immediate success. He sets up a company: “Teck” specialised in importing modern furniture made of teak or other Indonesian wood. They will become pioneers in this business in Saint-Barthélemy but also in Guadeloupe, Anguilla, Santo-Dominguo, Saint-Martin and in Punta del Este in Uruguay where they open a big warehouse. They sometimes order little joglo houses or rice granaries that are completely dismantled and that they put back together for their clients. Dominique has a revelation, He is going to apply the same method to entire villas since it is possible to do so. With the help of an architect, Phillipe Stouvenot, he works on a first wooden house project. Having

Photo ©Xavier Merchet-Thau

Dominique Cellérier is the


portraits

VIP Guide St-Barth 2016 .

275


portraits

Des maisons en kit

dabbled in industrial design since he was a teenager, he easily adapts the blueprints of a house to turn it into a wooden construction. He takes his drawings to Asia to start manufacturing all the pieces of the puzzle. Because after all, it is just like a life-sized Meccano game. Indonesian people build their houses like they build their boats; they have big construction sites entirely dedicated to it. The technical drawings are meticulously studied and each piece of wood is cut with millimetre accuracy to perfectly fit together. Each house ordered is built once in Indonesia and then completely dismantled. Each piece is then numbered and carefully stacked in a container. When it has reached its destination, you just have to reassemble everything, using the construction plan like operating instructions. With limitless possibilities, you can always have the house chosen by a client pre-built in Indonesia and delivered a few months later in whatever style or kind of wood picked. Woods of various types are used, not just teak. You can also find dense exotic types like red wood, bangkirai or premium ironwood. These are hardwood that will age well under tropical conditions.

276 . VIP Guide St-Barth 2016

This kind of habitat is environmentally friendly on more than one level with their completely natural materials. They perfectly fit into their surroundings, are suited to a tropical climate and can withstand cyclone conditions. Dominique Cellérier’s houses are a lot more easy to live in than most of the bland, lookalike concrete ones but most of all, it takes almost no time to build them. The frame is completed in a matter of days and after one week you can start seeing the villa. That’s what is the most fascinating about this construction technique. Dominique and Tina have not given up the interior design part of their activity. Their Teck showroom in Gustavia is filled with furniture and decorative objects from all over the world. Some are also tailor-made and they collect them during their travels to the Philippines, Burma, Thailand or Vietnam as they are both avid travellers. And if you can’t find Dominique in his boutique, he is probably not very far. As a sailing enthusiast, he is never too far from a boat. He is easy to recognise: a big guy, barefoot and dreaming about long distance travels and luxurious wooden houses in separate parts. n

Dominique Cellérier, c’est le bon copain qu’on a tous un jour rêvé d’avoir. Celui qui semblerait tout droit sorti d’une chanson de Bruce Springsteen ou de Brassens. Toujours prêt à faire la fête, à tendre la main et à rendre service. Il est impossible de commencer son portrait sans évoquer de prime abord sa franche camaraderie aujourd’hui légendaire. Dominique, il a un peu la gueule d’un marin en escale perpétuelle. Un marin qui aurait fait de Gustavia son port d’attache. Dominique ne triche pas, son image est fidèle à lui-même. Il ne s’embarrasse pas à soigner les apparences. Il sait qu’on l’accepte tel qu’il est. C’est un homme du vent, de la mer et des éléments. Il est de partout et de nulle part. Et comme tous les hommes libres, il marche éternellement pieds nus… Dominique Cellérier arrive sur l’ile au début des années 70, en vacances chez son oncle architecte. Celui-ci a tout de suite compris qu’il fallait justement lui mettre le pied à l’étrier ! Premier contact avec Saint-Barthélemy et premier contact avec le monde du travail. Si, si ! Détrompez-vous. Car derrière son attitude nonchalante se cache un travailleur acharné. Lui qui a passé un bac technique dans le bâtiment, il devient logiquement dessinateur-projeteur et fait des suivis de chantiers sous la houlette de ce même oncle. C’est une époque où tout est à faire, tout est à construire. Saint-Barth est en pleine expansion. Alors Dominique touche à tout et fait


portraits

de la climatisation. Et puis un jour, il part. Il passera quelques années en Espagne où il travaillera pour un grand groupe immobilier. Cette période ibérique est une véritable parenthèse dans sa vie. Mais comme tous ceux qui ont un jour quitté l’île… il y retourne, car on retourne toujours à Saint-Barth. Pour Dominique, ce sera à la faveur d’un cyclone, où encore une fois, tout est à reconstruire. On le retrouve donc sur un gros chantier : la réhabilitation complète de l’hôtel Taïwana ravagé par l’ouragan Luis. Et c’est à peu près à ce moment qu’arrive également une autre tornade dans la vie de Dominique : Tina, celle qui deviendra très rapidement sa compagne. Originaire de Paris, c’est une décoratrice hors pair. Ca tombe bien, car Dominique commence à saturer de la construction en béton. Il souhaite passer à autre chose. Ensemble ils vont avoir l’idée par l’intermédiaire d’un ami commun, d’importer des meubles en provenance d’Asie. Un premier container arrive. Il sera suivi par beaucoup d’autres. Le succès est immédiat. Ils créent la société Teck, spécialisée dans l’importation de mobilier contemporain en teck et autres bois d’Indonésie. Ils feront partie des précurseurs à Saint-Barthélemy ainsi qu’en Guadeloupe, Anguilla, Saint-Domingue, Saint-Martin et à Punta del Este en Uruguay où ils ouvriront un grand entrepôt. Au hasard de leurs commandes, ils leur arrivent d’importer de petits joglos et des greniers à riz qui arrivent entièrement démontés: il ne reste plus qu’à les installer chez les clients. Partant sur ce principe, Dominique découvre qu’il est tout à fait possible de faire la même chose avec des villas entières ! C’est pour lui une véritable révélation.

Sous l’impulsion de l’architecte Philippe Stouvenot, un premier projet de maison en bois voit le jour. Pour Dominique, rodé depuis son adolescence à l’exercice des dessins industriels, c’est avec une facilité déconcertante qu’il adapte les plans de la maison pour en faire une construction en bois. Il part avec ses dessins sous le bras, direction l’Asie afin d’entamer la fabrication de toutes les pièces du puzzle ! Car il ne faut pas considérer cela autrement qu’un gigantesque mécano à échelle humaine ! Les Indonésiens sont un peuple de marins, ils construisent leurs maisons de la même façon qu’ils construiraient un bateau. Il existe là-bas de grands chantiers de constructions spécialement dédiés à cet usage. Les plans techniques sont minutieusement étudiés et chaque partie de bois est débitée et taillée au millimètre prêt. Tout s’emboite à la perfection. Chaque maison commandée est montée une première fois sur place, puis intégralement démontée. Les différents éléments sont numérotés puis soigneusement rangés dans des containers. Une fois arrivé à destination, il ne reste plus qu’à tout réassembler en se servant du plan de construction qui est fourni tel un mode d’emploi. C’est sans limite, quelle que soit la maison désirée par le client, il y a toujours la possibilité de la pré-construire en Indonésie et de se la faire livrer quelques mois plus tard. Peu importe le style, la finition ou le bois utilisé. Les essences sont très variées et ce n’est pas forcement du Teck qui est employé, mais plutôt des bois exotiques denses tel que le bois rouge, le bangkiraï ou le bois-de-fer issu de grumes de qualité premium. Des bois qui ont la particularité de bien vieillir en milieu tropical. Ce type d’habitat est écologique à plus d’un titre. Les maisons de bois sont entièrement réalisées en

matières naturelles respectueuses de l’environnement. Elles s’intègrent parfaitement dans le paysage, correspondent au climat et résistent évidemment aux cyclones. Agréables à vivre et bien plus harmonieuses que la plupart des constructions en béton qui manquent de personnalité et se ressemblent toutes, les maisons de Dominique Cellérier ont un autre avantage plus qu’appréciable : il faut très peu de temps pour les monter. En à peine quelques jours, l’ossature et la charpente sont mises en place, c’est très rapide. Au bout d’une semaine, cela ressemble déjà à une villa ! C’est un des aspects de cette méthode de construction qui fascine le plus les clients. Mais Dominique et Tina n’ont pas pour autant abandonné la partie décoration de leur activité, bien au contraire. Leur show-room Teck de Gustavia regorge de meubles et d’objets de décoration qui viennent du monde entier. Ils les font également faire sur mesure. Du mobilier qu’ils dénichent au fil de leurs voyages aux Philippines, en Birmanie, en Thaïlande ou au Vietnam en joignant l’utile à l’agréable car ce sont tout deux d’infatigables globe-trotters. D’ailleurs si vous ne trouvez pas Dominique dans sa boutique, n’allez pas le chercher bien loin. En grand passionné de voile, il n’est jamais trop éloigné d’un bateau. Sa silhouette est reconnaissable entre toutes. Un grand gaillard aux pieds nus, l’esprit déjà ailleurs, rêvant probablement de voyages au long cours ou de somptueuses maisons de bois toutes en pièces détachées. n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

277


www.kiwi.fr


Photo ©Mauro Giorgi

portraits

280 . VIP Guide St-Barth 2016


portraits

Mauro Giorgi

The Italian man who captures the light

A man of image(s) Photography has been a major part of Mauro’s life for a while. Back in Italy, he ran his own agency for 10 years, he created communication tools (catalogues, press-books, web projects, packaging...) for the biggest shoe companies. Fashion was his job and the Paris, Tokyo New York or Milan fashion weeks his working seminars. In other words, “images” and its aesthetics, what they show and what they tell, have always meant a lot to him. However, this doesn’t make him a photographer. He doesn’t even think he has a talent or an “eye” for photography, he takes pictures because he is simply passionate about it, just for his own satisfaction. A passion that gave him the opportunity to photograph Sheenai, the black model and muse of Marco Glaviano, superstar photographer of the 80s and 90s. Mauro says of Marco Glaviani: “He is a master”, he was one of the major photographers in the pre-digital age. “It was another world” says Mauro who worked at the age of 23 in Tel Aviv with Ron Kedmi on shootings where everything was taken on films. It means that “Marco Glaviano used to see things that didn’t exist, he was seeing reality before us.” He might

use the pictures he took of Sheenai for “Carla St-Barth”, the luxury shoe boutique he has opened last december. “You never know” he says with his charming Italian accent.

Saint-Barth He has been in St-Barthélemy for two years. In June 2013 he needed a break and landed here without knowing that he would eventually stay and set up a new project. But it wasn’t perfect at first “On the first day it was raining a little bit, I was discovering the island from the window of a small plane I took in Saint-Martin... I thought: “where am I?” he admits. He was leaving a busy life in Italy for a French island where he knew nobody. “I had the feeling I might be making a huge mistake by coming here.” 10 hours later and it is a different story: woken up at 4 or 5 in the morning, he walks barefoot from the Normandy Hotel to the Lorient beach. The dawn, the sea, the wind, the sand gave him a feeling that has never left him since. “It was magnificent. At that moment, I knew I had made the best decision of my life.” He doesn’t use his return ticket and soon meets Federico, a fellow Italian who has been in love with St-Barth for

15 years. He and his family happen to have been in the shoe business for 100 years and own a historical boutique in San Remo. They both speak the same language literally and business wise. “We had a chat and we started talking about why we were here and what he wanted to do,” recalls Mauro. They quickly talk about the opportunity to set up a luxury shoe boutique in St-Barth. Both men know the business, they have the right contacts. Mauro is driving operations here and Federico follows from Italy.

Carla St-Barth They have the project, they now need a name. It was Federico’s mother who was running the family boutique in San Remo. She passed away 4 years ago and her memory is still in Fernando’s heart, he loved her more than anything and if life is complicated since she’s gone, Saint-Barth means a lot to him as he feels good here. Mauro knows that and asks him: “What was her name?” “Carla.” The answer is like a revelation. And the former publicist decides right away “We will call the boutique “Carla St-Barth.” Now they need to give the brand its identity and to create a logo. Federico has a piece

VIP Guide St-Barth 2016 .

281


portraits

L’italien qui capte la lumière of paper with his mother’s signature on it and they already have in front of them what is going to become Carla St-Barth logo. Now it’s obvious, the brand is born. The race can start. At the end of May 2014, the company is officially created. In August, the works on the boutique begin, the Italian marble and the tailor-made furniture are shipped and on the 12th of December, shoes, bags and accessories are on display, ready for the opening of Carla St-Barth. The boutique has soon become a must-visit for any St Barts shopping spree and Mauro a delighted maestro. He then needs to create next season’s advertising campaign. For the previous one, he had the model posing on Gouverneur beach holding the bridle of a horse. This time, he will stay faithful to the Italian neo-realism directors he admires like Fellini, Visconti, Antonioni etc... The young woman with the horse will probably be replaced with a different model, a woman with a story he spotted and who inspired him. “Time will tell” he says as his pasta dish arrives at l’Isoletta where he is a regular. At the moment, the priority is designing an original shoe collection to complement Carla’s selection in December, but also the launch of the online store for the overseas customers of New York, Sao Paulo, Los Angeles... And who knows? maybe even Roma. The both of them have not only opened a boutique, they have created a brand. n

282 . VIP Guide St-Barth 2016

Un homme d’image(s)

Saint-Barth

La photographie a longtemps été une partie importante de la vie de Mauro. En Italie, pendant 10 ans à la tête de sa propre agence, il a créé les outils de communication (catalogues, pressbook, projet web, packaging…) des plus grandes marques de chaussures. La mode était son univers de travail, et les fashion week de Paris, New York, Tokyo ou Milan, ses séminaires professionnels. Autrement dit, « les images », leur esthétique, ce qu’elles montrent et ce qu’elles laissent dire, ont toujours compté pour lui. Ça ne fait pourtant pas de Mauro Giorgi un photographe, il s’en défend tout de suite. Il ne dira pas non plus qu’il a un œil voire du talent, mais simplement qu’il fait des photos « par passion », pour lui en somme. Une passion qui l’a conduit à photographier Sheenai, mannequin noire et muse de Marco Glaviano, photographe star des années 80/90. Mauro dit de Marco Glaviano « c’est un grand », il faisait partie des photographes qui comptaient, à une époque où tout se faisait en argentique. Et l’argentique « c’était un autre monde », explique Mauro qui, à 23 ans, a travaillé à Tel Aviv avec Ron Kedmi sur des shootings où tout se faisait sur pellicule. Ça signifie « que Marco Glaviano voyait des choses qui n’existaient pas, il voyait la réalité avant nous », poursuit-il. Cette série d’images avec Sheenai il l’utilisera peut être pour Carla Saint-Barth, la boutique de chaussures de luxe qu’il a ouvert en décembre dernier. « On verra », lâchet-il avec une moue d’incertitude et un accent italien qui lui colle à la peau.

Ça fait deux ans qu’il est arrivé à Saint-Barthélemy. En quête d’un break, et il a atterri ici en juin 2013 sans savoir qu’il y resterait, ni qu’il aurait si vite l’opportunité de monter un nouveau projet. Ça n’a pas commencé comme dans un rêve, « le jour de mon arrivée il pleuvait un peu, je découvrais l’île depuis le hublot du petit avion dans lequel j’étais monté à Saint Martin… j’ai pensé « mais je suis où ? », avoue-t-il sans honte. Il laissait une vie en Italie où, à midi, il y avait déjà « 30 ou 40 coups de téléphone » auxquels il n’avait pas pu répondre, pour une île des Antilles françaises où il ne connaissait personne… « J’ai eu le sentiment que je faisais peut-être une énorme bêtise en venant ici », confie-t-il. 10 heures plus tard, renversement de situation. Réveillé vers 4/5h du matin, il marche pieds nus depuis l’hôtel Normandie jusqu’à la plage de Lorient. Là, le spectacle de l’aube, le vent, la mer, le sable lui procurent une sensation incroyable qui ne l’a jamais quitté. Il en rit encore : « C’était magnifique. A ce moment-là, je me suis dit qu’en venant ici, j’avais pris la meilleure décision de ma vie ». Il ne prend donc pas l’avion retour et tombe rapidement sur Federico, italien comme lui et amoureux de Saint-Barthélemy depuis 15 ans. Le hasard veut que sa famille et lui soient dans la chaussure depuis 100 ans, propriétaires d’une boutique historique de San Remo. La langue, le milieu professionnel, les contacts… Les deux hommes parlent le même


portraits

langage et accrochent tout de suite. « On a discuté et on a commencé à parler de notre présence ici, de ce que chacun était en train de faire et de ce qu’il voulait faire », retrace Mauro. Très rapidement, il est question de l’opportunité de monter un magasin de chaussures de luxe à Saint-Barth. Les deux hommes connaissent leur affaire, ils ont les contacts, Mauro œuvre sur place, Federico suit depuis l’Italie.

Le projet en tête, il leur faut un nom. C’est la mère de Federico qui tenait la boutique familiale à San Remo. Disparue il y 4 ans, son souvenir est intact dans le cœur et la mémoire de Federico. En vrai, il l’aimait plus que tout, et si tout est difficile depuis qu’elle est partie, Saint-Barth lui apporte beaucoup, il se sent bien ici. Mauro sait tout ça lorsqu’il lui demande « comment s’appelait ta mère ? ». « Carla ». La réponse fait l’effet d’un flash. Et l’ex-publicitaire lance aussitôt « On l’appelle « Carla Saint-Barth ». Pourquoi pas ? Reste à définir l’identité de la marque, trouver un logo… Federico sort un bout de papier qui porte la signature de sa mère, ils ont sous les yeux ce qui va devenir le logo de Carla Saint-Barth. Cette fois c’est l’évidence, la marque est née. La course peut commencer. Fin mai 2014, la société est créée. Fin août, les travaux commencent, le marbre d’Italie et les meubles sur-mesure ne tardent pas à arriver. Et le 12 décembre, chaussures, sacs, accessoires,

Photo ©Jacques Zolty

Carla Saint-Barth

tout est en place pour l’ouverture de Carla Saint-Barth. La boutique est vite devenue l’une des étapes obligées du shopping à Saint-Barth, et Mauro un homme orchestre épanoui. Il y a la campagne de pub de la prochaine saison à créer. Pour la première il avait fait poser son modèle sur la plage de gouverneur tenant un cheval par la bride. Cette année, il sera davantage fidèle à la lignée des réalisateurs italiens néo-réalistes, les Fellini, Antonioni, Visconti… qu’il admire. La jeune fille au cheval laissera sans doute la place à un autre modèle, une femme avec une histoire, qu’il a

repérée et qui l’inspire, « on verra », lâche-t-il au moment où lui est servi un plat de pâtes, comme chaque midi, à l’Isoletta. Pour l’heure, la priorité est celle des modèles de chaussures que Federico et lui conçoivent et qui viendront étoffer la collection Carla en décembre, ou encore le lancement de l’e-boutique qui ravira les clientes retenues à New York, Sao Paolo, Los Angeles… et même à Rome ! Qui sait ? A eux deux ils n’ont pas simplement ouvert une boutique, il ont créé une marque. n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

283


photo © François Vochelle Photography


La Vie en Roses Your florist in St-Barts

Une équipe de professionnels à votre écoute pour des créations sur demande, compositions florales, bouquets, centres de table, mariage.

Les Hauts du Carré d’Or • Gustavia • 97133 Saint-Barthélemy Tél : 0590 27 92 80 • Fax : 0590 27 99 28 interflora.sbh@orange.fr • www.lavieenroses-stbarth.com


portraits

Grégory Fiore A modern day pirate Lost in my dreams of oceans and sailings, the voice of a bright eye child, her hair bleached by the sun, shouting “Pirate Captain” takes me back to reality. I happily realise that this is my life. I’m in Saint-Barthélemy on my new 50 feet sailboat “Fiore Di Mare,” a pirate hero in the eyes of my two and a half year old daughter. I was slightly older when I arrived on the small island of St-Barth in 1982. Everything was much different at the time, the airport was on the other side and while waiting for boarding, we used to play under the big “gum tree”, a nun was teaching us at the Sainte-Marie school in Colombier, we had, grilled Jack Mackerel for lunch, kids spoke patois for the vast majority and only had interest for the old rusty bell that rang the end of classes. Life gave me the chance to grow up and immerse myself in the local culture of this paradise. The sailing school was in front of the Anglican church of Gustavia, it was my first contact with the sea. I was attracted by the turquoise blue water of the harbour. However, I have to admit that my first tries at sailing were not very convincing and did not hint at a passion that would become my job. Over the years, I have enjoyed the pleasures offered by the Caribbean Sea. I have learnt windsurfing in St. Jean, at the Mistral club of the Filao Beach Hotel, called the Eden Rock today, owned at the time by a bunch of windsurfers. I naturally came to all the other water sports like surfing, kite surfing, spearfishing etc... In 2003 my destiny caught me up and wanted me to sail the Caribbean Sea.

288 . VIP Guide St-Barth 2016

I found myself aboard the “Prototype” next to the great captain Marc de la Gorgue de Rosny heading south down to Trinidad. The same boat he would sail to the Cap Horn a few years later during the “Prototype Expedition.” From then, I knew that I would be forever a slave of the seas and oceans. I finally turned my passion into my job and created my own company: “Fun Sea’ Stem.” My professional adventure started twelve years ago with a First 210 Spirit, the smallest sailboat of Bénéteau’s fleet. And then for many years the Sun Odyssey 42DS from Jeanneau was my travel companion. Maintenance costs were so high that I almost drowned a few times but again, the sea wanted me. I had the opportunity to meet Monique Turbé, owner of “My Villa in St-Barths” and together, we created a package offering her clients a sea trip during their stay. With this new partnership going, I completed my fleet with a Dufour 500, the reward for all my work and efforts during all these years. Today, I am the proud captain and owner of a magnificent 50 feet sailboat on this beautiful island but the real treasure for me is to have lived the glorious 80s in St Barts. Nowadays, the island has become a paradise for New Yorkers and high class travellers from all around the world. As soon as they arrive, they are snatched by this pearl of the Caribbean. The show starts when you land with this tiny airstrip nestled in the hollow of St Jean with brightly coloured water on the side, breathtaking views from every road corner, white sandy beaches, its French gastronomy and its luxury villas; everything blending in an illusory perfect harmony. In the meantime, in backstage, the local population is doing everything

possible to make sure that your stay is perfect. At the beginning of the season it is opening time for “dollar fishing.” Magician or freebooter, the modern day pirate will take some of your gold only to help him share his treasure with you. n

Un pirate des temps modernes Perdu dans mes rêves d’océans et de voiliers, la voix d’une enfant aux yeux clairs et cheveux décolorés par le soleil, criant « capitaine Pirate » me fait sortir de mes songes. Je réalise, avec bonheur, que c’est tout simplement ma vie, je suis à Saint–Barthélemy sur mon nouveau voilier de 15 mètres le « Fiore Di Mare », héros corsaire d’une petite fille de deux ans et demi, qui n’est autre que la mienne. J’étais à peine plus vieux qu’elle, lorsque j’ai débarqué pour la première fois sur cette petite île, en 1982. Tout était bien différent, à cette époque, l’aéroport se trouvait du côté de l’aviation civile, et en attendant l’embarquement nous jouions sous le gros pied de colle, une religieuse dispensait les cours à l’école Sainte-Marie de Colombier, la cantine scolaire servait des coulirous grillés (poissons de l’île), les enfants, pour la grande majorité, parlaient le patois et n’avaient d’intérêt que pour la vielle cloche rouillée qui sonnait la fin des classes. Les hasards de la vie m’ont donné la chance de grandir et de baigner dans la culture locale de ce paradis.


portraits

En 2003, j’ai été rattrapé par mon destin, qui me voulait navigant sur les mers. J’ai embarqué sur le voilier Prototype, aux côtés du valeureux capitaine Marc De La Gorgue De Rosny pour une traversée dans le sud jusqu’à Trinidad. Voilier a bord duquel il croisa le Cap Horn quelques années plus tard lors de « l’expédition Prototype ». Depuis ce jour, je savais que je serai à tout jamais captif des mers et des océans. Acceptant cela, j’ai fait de ma passion mon métier et crée ma compagnie Fun Sea’s Stem. Mon aventure professionnelle a donc commencé, il y a plus de douze ans, avec un first 210 Spirit, le plus petit voilier de chez Bénéteau. Puis pendant de longues années, le Sun Odyssey 42DS de chez Jeanneau a été mon compagnon de route. Les coûts élevés consacrés à l’entretien de mon bateau m’ont souvent conduit au bord de la noyade. Mais encore une fois, la mer n’était pas décidée à me « lâcher ». J’ai eu l’opportunité de rencontrer

Photo ©Xavier Merchet-Thau

L’école de voile, mon premier contact avec la mer, se trouvait face à l’église anglicane de Gustavia. J’étais attiré par le bleu turquoise de l’eau de la rade. Mais j’avoue humblement que mes premiers essais de navigation n’étaient pas forcément concluants et ne laissaient aucunement présager cette passion grandissante, qui me pousserait à en faire mon métier. Au fil des années, j’ai goûté aux différents plaisirs qu’offrait cette mer des caraïbes. J’ai pratiqué la planche à voile à Saint-Jean, au club Mistral du Filao Beach hôtel, l’actuel Eden Rock, appartenant à cette époque à une poignée de windsurfers. Tout naturellement, j’ai ensuite exploré les autres sports nautiques, tel que le Surf, Wind Surf, Kyte Surfing, Plongée sous-marine…

Monique Turbé, propriétaire de My Villa in Saint-Barths, et ensemble nous avons créé un package, proposant aux locataires des villas de bénéficier, lors de leur séjour, d’une sortie en mer. Fort de ce nouveau partenariat, en mai 2015, j’ai complété ma flotte par le Dufour 500. Ce Sloop de 15 mètres a donc été pour moi la consécration de mon travail, le fruit des efforts de toutes ces années. Aujourd’hui, je suis fier d’être le capitaine armateur d’un magnifique voilier de 50 pieds sur cette belle île des caraïbes, mais pour moi, le véritable trésor est d’avoir connu la splendeur des années 1980 à St-Barth. L’île, à présent, est devenue le paradis des New-Yorkais et des voyageurs haut de gamme du monde entier. Dès leur

arrivée, ils sont happés par cette perle des Caraïbes. Le spectacle commence à l’atterrissage, avec cette piste minuscule lovée au creux de Saint-Barth, bordée par des eaux aux couleurs chatoyantes ; ses vues imprenables à chaque coin de routes ; ses plages de sables blancs ; sa gastronomie française  ; ses villas de luxe, le tout s’accordant dans une illusion d’harmonie parfaite… Pendant ce temps, dans les coulisses, la population locale met tout en œuvre pour que leur séjour soit idéal. Le début de la saison annonce « l’ouverture de la pêche aux dollars ».   Magicien ou flibustier, le pirate des temps modernes vous soulage de quelques deniers, afin de mieux vous faire partager son trésor… n

VIP Guide St-Barth 2016 .

289


Design: Miss W - Photo Š Jacques Zolty

Route de saline - 05 90 52 46 10 - espritsbh@gmail.com www.access-stbarth.com / l-esprit-salines


restaurants

quelques suggestions pour le déjeuner

SOME SUGGESTIONS FOR THE LUNCH

lEntrées / Starters Salade de fenouil, mahi fumé, sorbet fenouil . Fennel salad, smoked local fish, fennel sherbet Gaspacho au basil, calamars sautés . Gaspacho with basilic and sauteed squids Club sandwich L’Esprit . L’Esprit club sandwich

lPlats / Main courses Pavé de thon jaune, plancha de courgettes au parmesan, sauge vierge Yellow fin tuna, virgin sauce, sauteed on plancha zuchinis with parmigiano Grosses gambas rôties, nouilles soba . Roasted big shrimps, japanese soba nooddles Burger de veau, émulsion parmesan . Veal burger, parmesan emulsion Cannelloni de calamars aux cacahuètes . Peanut calamari cannelloni

lDesserts Moelleux au chocolat, glace carambar . Chocolate cake, caramel ice cream Café gourmand . Coffee drink and pastries

Don’t forget L’Esprit at Home quelques suggestions pour le dîner

SOME SUGGESTIONS FOR THE DINNER

lEntrées / Starters Croustillants de canard à l’orientale . Oriental style crispy duck Raviole de champignons, gambas rôtie . Mushroom ravioli, roasted shrimp Salade de calamars et foie gras poêlé au caramel de soja. Calamari and soy caramel pan-fried foie gras salad

lPlats / Main courses Pavé de bar rôti, crumble, pignons et basilic. Roasted bass steak, pine nuts and basil crumble Ris de veau poêlés, millefeuille de Portobellos, asperges & butternut Sweetbreads, mushrooms, asparagus & butternut millefeuille Pigeon rôti, foie gras, céleri & pois gourmands . Roasted pigeon, foie gras, celeriac & snowpeas

lDesserts

Biscuit moelleux coco, Mousse au citron vert . Coconut moistcake, lime mousse Biscuit moelleux à la pistache, framboises et lichis . Pistachio moistcake, raspberries & lychee

L’Esprit VIP Guide St-Barth 2016 .

295


ROUTE DE SALINES - SALINES SAINT-BARTHÉLEMY

05 90 51 15 98

Email: mandpgrill@gmail.com


restaurants

QUELQUES SUGGESTIONS / SOME SUGGESTIONS

lCombo

Choice of 2 vegetables and 4 sauces Flank Steak for 2 people /650gr Rib of Beef for 2 people /1000gr Chateaubriand for 2 people /600gr

lChoice cut

Served with 1 vegetable and 1 sauce Flank Steak C.A.B /350gr Rib steak C.A.B /350gr Beef Tenderloin C.A.B /280gr T-bone Porterhouse Angus /450gr Marinated Crispy baby ribs Whole Duck breast Magret /430gr Rack of Lamb, fresh herbs (from NZ) Veal Chop /350gr

lKebab side

Served with 1 vegetable and 1 sauce Jamaican Style Chicken Kebab Lamb Kebab with fresh herbs Fish of the day Kebab Prawn Kebab Jamaican Style Tenderloin Beef Kebab

lVegan side A selection of 15 vegetables and sauces to choose from Vegeterian steak with a choice of vegetables from the a la carte menu

Every Thursday: Burger Party Our beef C.A.B (The certified Angus Beef®) is the very best angus beef available. You will taste the difference.

VIP Guide St-Barth 2016 .

297


LES BANANIERS Cuisine française

LES BANANIERS

Colombier - 97133 Saint-Barthélemy | Tel : (+590) 590 27 93 48 les bananiers@orange.fr | facebook.com/lesbananiers

Photo © Hugo Allard

& pizzas sur place ou à emporter


restaurants

QUELQUES SUGGESTIONS / SOME SUGGESTIONS

lNos Entrées Foie gras de canard maison, chutney de courgettes au poivre de Sichuan Homemade duck foie gras terrine, zucchini chutney with Sichuan pepper Velouté de giraumon, noix de St Jacques poêlée Pumkin soup with sauteed scallops Tataki de thon jaune au sésame, salade wakamé Tuna tataki with sesame and seaweed salad Trilogie de boudins sauce Créole Trilogy of sausage with Creole sauce

kNos Viandes Cuisse de canard confite maison, sauce au miel Homemade duck leg, honey sauce Notre fameux ris de veau au Loupiac « Chateau Gaudiet » Sweetbreads with Loupiac sauce Tournedos de filet de boeuf aux médaillons de foie gras façon Rossini Tournedos of beef Rossini with médaillons of foie gras

lNos Poissons Sea bass rôti, beurre vanillé Oven-roasted sea bass, vanilla butter Darne de dorade « pays » grillée, sauce Créole Local Mahi-Mahi steak, Creole sauce Brochette de baby langoustes grillées Grilled brochette of baby lobster

kPates et Risotto Risotto, pointes d’asperges vertes et petits pois Risotto with points of green asparagus and green peas

et une large selection de Pizzas Large selection of Pizzas

LES BANANIERS VIP Guide St-Barth 2016 .

299


restaurants

QUELQUES SUGGESTIONS / SOME SUGGESTIONS

lEntrées / Taps Beignets . Morue, viande, jambon,/fromage ou crevettes. Saucisse flambée Alheira . Recette traditionnelle portugaise : saucisse portugaise « Alheira » avec de la pomme cuite, cannelle, ail. Salade des Artistes du jour

lPoissons / Fish Morue Braz . Morue, pomme de terre paille, oignons. Morue des Artistes . Morue, chips maison, sauce à l’oignon. Morue Ze Do Pipo . Morue, purée maison, mayonnaise, sauce aux poivrons. Morue au four . Morue, pommes de terre, sauce chorizo/oignons/poivrons.

lViandes / Meat Entrecôte grillée Francesinha « La Petite Française » . Le Croque-Monsieur portugais : boeuf ou porc, fromage, sauce spéciale Francesinha. Filet mignon mariné aux palourdes . Servi avec des pommes de terre sautées. Accompagnement au choix : salade verte, frites ou riz.

lDesserts Salade de fruits Pana Cotta coulis de fruits rouges Molotof au caramel Tiramisu des Artistes Pudim . Flan au caramel portugais.

Les Artistes Lorient - 0590 27 52 52 VIP Guide St-Barth 2016 .

301


Photo © JP Piter


LIGHT UP YOUR

IMAGINATION WE WILL DO THE REST

FOR YOU

SLTIOGRHMT

EVENT-LIGHTING & PERMANENT INSTALLATIONS ELECTRICAL INSTALLATIONS

CELL 0690

712255 PHONE 0590 271388 storm.helge@wanadoo.fr


portraits

Phil & Co

A pictorial love story Phil is a photographer and Co his muse. Their meeting was meant to be. Co’s daughter lives in St Barts so they both left their hometown of Aix-en-Provence to come to see her for a short holiday. They fall in love with the island straight away and the photographer finds everything he needs to inspire him: a perfect lighting from morning to evening, magnificent landscapes and a very special atmosphere. After checking out a few locations, he soon realises that Saint-Barthélemy is the perfect place to express his passion. They knew that they had to come back. Phil starts taking pictures with his 35mm film Fujica camera as a teenager and as an amateur. What comes out of it is a dark and esoteric kind of photography. It is a lonely activity for a young man looking for his style and learning his trade at the same time. He has been taking pictures as a hobby and a passion for a while when the city of Aix-en-Provence gives him a job and he becomes a professional photographer. For the next 12 years, he is going to photograph local events or work for museums. After 12 years taking pictures fulltime, Phil is now a professional who even starts training the next generation of photographers. After finishing her art studies, Co works in an advertising agency and as a

304 . VIP Guide St-Barth 2016

graphic designer but suddenly decides to change her life. She starts setting up hairdressing and make-up salons and quickly becomes a beauty consultant for a big luxury goods and cosmetics company. But it’s only when meeting Phil that she finally feels complete. She settles down as love and wisdom come together. Meeting her will also bring changes to Phil’s life and his vision of photography. He has already switched to digital and uses computers for his work and knows how to edit pictures but now, he wants to go back to the basis and is looking for simplicity. The only modern items he is now using are the latest Hasselblad and a high end printer for his large art prints. It is more of an instinctive than a creative photography. Co is often the subject of his pictures, he gets inspired by her and feels that she frees him. He could easily earn a decent living as a wedding photographer but he is too stubborn and a perfectionist. He’d rather earn less and focus only on his art with his portraits and landscape pictures. Co is also getting inspired and in Saint-Barthélemy they will definitely find everything they need to feed their inspiration and imagination. n

Une histoire d’Amour et d’images Le premier est photographe. La seconde est sa muse. Ces deux là étaient donc faits pour s’entendre. La fille de Co vivant à Saint-Barth, ils sont tout deux venu la rejoindre d’Aix-en-Provence ou ils résident, le temps de courtes vacances. Durant ces quelques jours, le coup de foudre pour l’île fut immédiat et le coup d’œil du photographe aussi. Une lumière idéale du soir au matin, des paysages grandioses, une atmosphère particulière. Il a eu tôt fait de faire des repérages et de se rendre compte que Saint-Barthélemy était propice à la photographie. Ils savaient donc qu’ils allaient revenir… C’est dès l’adolescence, avec introspection et en amateur éclairé que Phil commence à prendre des clichés à l’aide d’un modeste boitier Fujica argentique. Il en résulte une photographie noire et quelque peu ésotérique. Activité au combien solitaire d’un jeune homme en devenir, passionné de technique et qui cherche inexorablement son style. La photo en amateur, il l’a longtemps pratiqué avant de devenir professionnel en acceptant un poste de photographe à la ville d’Aix-en-Provence. Ainsi, depuis près de 12 ans, il fait du


Photo ©Phil

portraits

reportage institutionnel, couvre des manifestations locales, des rencontres sportives et travaille pour des musées. Douze années d’expériences, employé à temps plein à faire de la photo, ça fini par faire de vous un professionnel aguerri. A tel point que maintenant, c’est lui qui forme une nouvelle génération de photographes. En parallèle, Co termine les Beaux Art de Luminy en communication, travaille dans une agence de pub, fait du graphisme et de la mise en page de catalogues. Puis, brusque changement de vie et de situation. Elle devient coloriste, monte plusieurs commerces de coiffure et de make-up et sera même physionomiste devant les portes des établissements de nuit les plus

selects de sa région ! Elle est désormais conseillère beauté pour une grande enseigne de luxe et de cosmétiques. Lorsqu’elle rencontre Phil, arrive le temps de la plénitude. Elle se pose enfin, car l’amour et la sagesse vont souvent de pair… Cette rencontre va également changer Phil et son approche sur la photographie. Voila bien longtemps qu’il est passé au numérique et qu’il s’est mis à l’informatique. Il a même été retoucheur photo pour les magazines et les catalogues de pub. Mais il se détache de plus en plus de Photoshop et des autres logiciels de retouches. Désormais, Il veut retourner aux sources et aspire à la simplicité, à l’essentiel. Sa seule concession à la

modernité, un Hasselblad dernier cri et une imprimante lui permettant de faire de très grands tirages d’art. Sa photographie est donc plus instinctive, plus créative. Co est souvent devant l’objectif, elle l’inspire et le libère. Lui qui pourrait très correctement gagner sa vie en faisant des photos de mariages, n’en fait qu’à sa tête. Têtu, perfectionniste, il préfère faire l’impasse sur des bénéfices plus conséquents et se consacre uniquement à son art, à ses portraits et ses paysages. Co aussi s’est prise au jeu. Elle s’est remise à la création artistique. Et nul ne doute qu’à Saint-Barthélemy, ils trouveront tout deux de quoi nourrir leur inspiration et leur imaginaire… n Mathias durand-reynaldo

VIP Guide St-Barth 2016 .

305


Photo ©Phil

portraits

306 . VIP Guide St-Barth 2016


portraits

Phil & Co

A pictorial love story

VIP Guide St-Barth 2016 .

307


BACK TO BASICS

Automatic model Electric or gas powered Distributed Exclusively by

autoluxdistribution@gmail.com


best dreams happen WHEN YOU’RE awake The


LANDSCAPING DESIGNS | MAINTENANCE | NURSERY

Saint-Jean Carénage • St-Barth • 06 90 64 87 57 • alex@leslataniers.com • www.leslataniers.com

Design Miss W - Photo ©M. Hermel

LES LATANI RS


Design: Miss W

5 bedrooms. An eagle nest with a 180° view overlooking St Jean bay, Anguilla & Sint Maarten. 5’ from Gustavia, Gourverneur, St Jean, Salines.


Rue Samuel Fahlberg, Gustavia 97133 St. BarthĂŠlemy info@sbpeurope.com - www.sbpeurope.com


Lisette

Ambre


Artwork: Miss W

La Pointe • Gustavia Tel 05 90 27 60 10 • Email: info@segecosbh.com


La Pointe | Gustavia Tel 05 90 27 60 10 Email: info@segecosbh.com


Design Miss W - Photo ©Roméo Balancourt - L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.


Gustavia, Saint BarthĂŠlemy FWI, +590 590 27 66 94 www.diamondgenesis.com


Grande Reverso Night & Day watch Eduardo Novillo Astrada, polo Champion, Winner of the Argentine Triple Crown.

Open a whole new world


Profile for Miss W

VIP Guide St-Barth 2016  

VIP Guide St-Barth 2016  

Profile for misswsbh
Advertisement