__MAIN_TEXT__

Page 1

ART’O Mag #9 E R I A

RS E IV

N N EA

EDITORIAL EXPOSITIONS LITTERATURE

2ÈM

SCULPTURE PHOTOGRAPHIE SKETCHBOOK AGENDA

ÉTÉ 2017

Le magazine de1 l’Association Les ART’Ochtones - Monaco


2

#sommaire


ART’O Mag #9 P. 5 - É D IT O R IA P. 10 - 11 P. 12 - 17 -

L - M IR A BELL

P. 6 - 9 RETROS

- EXPOS IT

ION - JEA

P E C T IV E

M-MARIE

E

FONDAC ARO - LA REFLEXIO GAUDE

N - VERM EER & HO OPPER MARC D’A P. 1 8 - 2 NGELO

1 - SCUL PTURE M IR A B E P. 2 2 - 2 LLE

5 - N A IS SANCE D ’U N O E U VRE - TO P. 26 - 27 M

- PHOTO GRAPHIE - STUDIO FALLS

P. 2 8 - 2 9 - SKET CHBOOK - M A R IL O U

P. 3 0 - 3 1 - IN S P IR AT IO N - TCHOB P. 32 - 33 A

- ART-TH ÉRAPIE FLOREN CE DUET

P. 3 4 - 3 5 - AGE NDA

P. 3 6 - 3 7 - EN BRE F


#ĂŠditorial


Deux années déjà ! Le temps et les saisons filent à toute allure, j’en ai le vertige.

Ce magazine fête son deuxième anniversaire, et sa petite équipe persiste et signe pour une année supplémentaire !

L’ART’O Mag était un pari, entre Tchoba et moi. C’est maintenant une belle aventure à laquelle je ne saurais me soustraire tant la conception de ce magazine fait partie de nous, de notre association et de ma vie d’artiste.

A l’occasion de cet anniversaire, je vous propose un retour sur image au travers des précédents numéros de l’ART’O Mag et, toujours, de belles découvertes artistiques.

Comme vous le savez, le Mag est, depuis son origine, publié sur la toile, plus précisément sur ISSUU et Calaméo. Ce numéro #9 et les prochaines éditions, seront enfin imprimés et distribués, par voie de presse, grâce au soutien de la Direction des Affaires Culturelles de Monaco.

La neuvième édition de votre ART’O Mag vient de paraitre. Une passerelle entre vous et nous.

Murielle VELAY-MICHEL alias MiraBelle

Peintre - Sculpteur

Présidente - Fondatrice

Association Les ART’Ochtones










J EAN -M ARIE FONDACARO 


EXPOSITION Centre Culturel La Coupole La Gaude 20 mai - 19 juin 2017 Le magnifique village de La Gaude présente, au sein du Centre Culturel La Coupole, notre talentueux ami sculpteur Jean-Marie Fondacaro. J’avais déjà évoqué le travail de cet artiste niçois hors norme, et je découvre à nouveau ses créations à la fois sensibles et fortes, où la matière, si présente, donne une âme particulière aux oeuvres monumentales.

#exposition

Parfois aussi le bronze se fait dentelle par la magie des mains de cet artiste pudique dont les oeuvres, elles, parlent fort, implorent ciel et terre, montent vers la voute céleste comme autant de prières. Alors courez voir cette exposition ! Vite ! Mirabelle Contact : jm.fondacaro@laposte.net Facebook : @FondacaroSculpteur






Marc D'Angelo nous livrera, dans le prochain Art'O mag, quelques notes prises lors de l'exposition Vermeer qui vient de se terminer à Paris. Son comparse, l’écrivain Stéphane Ghesquière* nous confiera une présentation du Maître de Delft et de quelques-unes de ses oeuvres ainsi qu’un réflexion sur son art. En attendant cette double livraison, je vous propose une version illustrée d'une des Réflexions de Marc D'Angelo : un parallèle entre le virtuose flamand et le peintre américain du XXème siècle, Edward Hopper.

#littérature #réflexion

Bonne lecture.

Mirabelle

* En 2014, Stéphane Ghesquière rédigeait une préface pour Jamais atteinte, nouvelle de Marc D'Angelo dont la couverture a été réalisée par Mirabelle. Préface aussi succincte que remarquable, aux yeux de l'auteur lui-même, qui découvrait, avec son lecteur, un véritable homme de plume. Stéphane s'est acquitté ensuite d'une non moins remarquable (quoique moins succincte) présentation du roman de Marc, Gamètes.

BIO EXPRESS Né en 1963 à Menton, Marc D'Angelo vit en travaille en banlieue parisienne.

Il publie, en 2009, son premier ouvrage, consacré à L'Étoile de Bethléem et la comète de Halley.

En 2015, plusieurs titres voient le jour : Une idylle, un poème en prose, et Jamais atteinte.

Puis une monographie sur l'Égypte et un recueil de Réflexions désignées comme des Aperçus de la Gnose. Dans La gravité comme voie, sa dernière parution, une proposition singulière nous est faite : considérer la loi de la gravitation comme le fondement d'une règle de vie "religieuse"…

Contact : www.lulu.com/spotlight/Egyptosophie


VERMEER ET HOPPER ____________________________________________________

"Ce qui s'en rapprocherait le plus, ce serait un Vermeer."                                                     Aldous Huxley

 

Si la Réalité suprême et fondamentale se situe en un Lieu unique,

qui est aussi, par le fait-même de son unicité, le Lieu de l'Immobile (ou qui est peut-être l'Immobilité elle-même), la peinture et la photographie devraient nous conduire, par l'interruption du mouvement qu'elles figurent et qu'elles célèbrent peu ou prou, vers cette Réalité.

Cependant, les images que nous proposent les peintres et les photographes, faites de matière au même titre que tout ce qui existe, ne peuvent échapper aux contraintes du mouvement, quand bien même elles sont en apparence fixes - puisque tout se meut, dans la matière inséparable de l'espace et du temps ; ainsi ces images ne parviennentelles pas, dans la très grande majorité des cas, à nous transporter au-delà de cette tenace illusion du mouvement qui est l’une des caractéristiques et l'une des composantes majeures du monde dans lequel nous vivons, et qui transparaît inévitablement dans les tableaux de ceux qui n’ont pas conduit leur recherche de l'Absolu jusqu’au point qui caractérise les deux peintres que nous voulons évoquer, à cet égard, comme des figures singulières. (Cette illusion persiste, à vrai dire, jusque dans certains des ouvrages produits par ceux qui ont obtenu le pouvoir de réaliser ce prodige dans d'autres manifestations de ce que l'on nomme alors, à juste titre, leur génie. Autrement dit, tous ne réussissent pas à tous les coups dans cette entreprise. Comme le disait Malraux : "Victor Hugo n'écrit pas Tristesse d'Olympio tous les jours.")

Considérer qu'une laitière, un astronome ou la ville de Delft sont les sujets des tableaux de Vermeer, ce serait évidemment s'en tenir à une considération superficielle : leur véritable sujet, ainsi que n'ont pas manqué de le relever divers observateurs, c'est la lumière. A l'instar d'un écrivain s’employant à construire un livre unique à travers tous ses livres, Vermeer, dans toutes ses toiles, ne traite pas d'autre sujet que celui-là.

(On peut noter que l'artiste, en œuvrant de la sorte, imite le Créateur accomplissant dans l'univers Son œuvre unique à travers d'innombrables formes par le fait même de la lumière.) Ce thème central est assorti néanmoins d'un thème-jumeau, ou plutôt de deux thèmes qui sont ses corollaires inséparables : le silence et l'immobilité.     13


#littérature

On peut identifier, dans les tableaux d'Edward Hopper, la même propension et la même aptitude à illustrer cette trinité qui fournit la trame des œuvres de son illustre prédécesseur hollandais : lumière-immobilitésilence. Une impression d'immobilité se dégage, comme une qualité frappante et fondamentale, des tableaux du peintre américain, et, comme chez Vermeer, il est aussi question directement de la lumière. Dans Summertime (détail ci-contre), ce n'est plus seulement la lumière qui est proposée comme sujet, mais sa perception. De même, bien sûr, dans Morning Sun (cidessous). Les sujets humains et matériels servent ici de supports, voire de prétextes, pour traiter de sujets divins et spirituels - ou plutôt de l'unique sujet divin et spirituel dont l'art ait à s'occuper : la révélation du sacré. Les deux peintres suivent, à cet égard, une démarche similaire. Peut-être décèlera-t-on entre eux une différence sur le plan du sentiment et de l'émotion - signe sans doute d'une différence entre leurs époques : tandis que la rencontre avec la lumière est synonyme, chez Vermeer, d'une sérénité, voire d'un brin d'amusement, il y a, chez Hopper, une connotation pathétique et peut-être une atmosphère dramatique.    Quant à l'impression de "solitude" qui émane des tableaux de Hopper et qui en est, pour beaucoup, l'un des principaux aspects (avec un côté "inquiétant" aux yeux de certains), elle n'est pas tant le témoignage ou le reflet de la solitude de l'homme moderne, égaré dans les mégapoles et représenté sur la toile par tel personnage, que l'évocation de la solitude profonde et grandiose de l'Adepte qui, lorsque la Réalité lui est révélée, se trouve en position de vérifier l'affirmation d'un maître du zen : "Il n'y a pas d'ego et rien en dehors de l'ego." Telle est, en effet, la situation tout à la fois sublime et abominable de celui dont le Moi est anéanti tandis qu'il constate simultanément que ce Moi lui-même embrasse tout... Cette solitude, on la retrouve aussi chez Vermeer, exprimée dans des termes plus délicats  parce que l'éloignement de la Présence divine n'avait pas encore été vécu par l'homme du XVIIème siècle jusqu'au point où Hopper l'a connu dans son temps. A l'époque flamande, lorsque l'artiste parvenait à lever le Voile pour contempler l'ineffable nudité de la Nature et capter l'essence de la conscience de ses semblables, sa propre conscience n'était pas soumise, par ailleurs, à la multitude épouvantable des stridences de l'industrie, de la technologie, de la consommation, de la confusion des messages et de la surabondance des sollicitations physiques, émotionnelles et psychiques qui assaillent Hopper et avec lui ses contemporains et ses proches descendants. Dans les tableaux de Hopper comme sur cette planète où nous sommes de plus en plus nombreux à cohabiter, dans les tableaux de Vermeer comme dans le monde spirituel où nous sommes unis avec le Tout, nous sommes, paradoxalement, de plus en plus seuls. 14


L

a perception de la lumière s'accompagne, dans la conscience de l'Adepte qui accède à l'État d'Amour et qui pénètre, peu ou prou, dans le "Lieu unique" et "seul situé", d'une "sensation de silence et d'immobilité". Dans son fameux livre traitant des effets de la mescaline (qui n'est autre, en fait, que le compte-rendu d'une expérience de la Réalité véritable ou de ce que l’auteur désigne, selon la terminologie bouddhiste, comme le Corps-Dharma du Bouddha) Aldous Huxley reconnaît l'œuvre de Vermeer comme l'un des meilleurs témoignages (et le meilleur, peut-être) de cette perception d’une réalité profonde, transcendante, supérieure à la "réalité ordinaire" (ordinairement reconnue comme véritable en lieu et place de celle qui l'est véritablement), et, parlà, d'une perception de la Réalité elle-même dont il a fait l'expérience, en cette occasion, plus particulièrement dans l'ordre du visuel.

Curieusement, alors que l'on peut établir un singulier parallèle entre les deux peintres, ils s'opposent sur un point :  la source de lumière est située par Hopper tantôt à droite tantôt  à gauche,  avec toutefois une préférence relativement marquée  pour la droite ; Vermeer opte toujours  pour la même provenance, du côté gauche  par rapport au peintre et au spectateur.

Ci-dessous, deux exemples de mises en parallèle de ces orientations opposées :

15


#littérature

Il

ne nous paraît pas impossible de penser que Vermeer attire surtout notre attention sur la lumière, tandis que  Hopper privilégie plutôt  le silence et l'immobilité, quand bien même il manifeste une insistance - pour ne pas dire une obstination - à vouloir rendre témoignage de la lumière solaire (Sunlight on Brownstores, Second Story Sunlight, Sun in an empty Room, Railroad Sunset... peuvent être cités, en plus des tableaux figurant ci-dessus et répondant au même critère). L'effet fondamental produit par la peinture d'Edward Hopper consiste en une fixation de l'attention ; cet effet semble  être  obtenu chez lui - si ce n'est recherché - plus nettement encore que chez son aîné. Chez l'un comme chez l'autre, l'esprit du spectateur se voit absorbé dans une concentration spontanée en direction de l'objet vers lequel se tourne le regard. Or, nous savons que la concentration de l'esprit est une condition sine qua non pour accéder aux niveaux de conscience transcendants et salutaires (par exemple, dans le yoga le samaddhi, dans le zen le satori). La "fixation de l'attention" - qui correspond à un état mental – se distingue de la "concentration de l'esprit", c'est-à-dire de l'opération conduisant à cet état ; la seconde est active, la première passive ou neutre. Sans doute pouvons-nous dire qu'il y a, d'une part, un effort pour concentrer l'esprit, et, d'autre part, un résultat produit par cet effort, dont l'effort lui-même est absent ou plutôt dans lequel l'effort et le non-effort se combinent ; cet état est provoqué ou du moins évoqué de façon significative par les œuvres des peintres dont il est ici question. Lorsque nous arrivons à cette fixation de l'attention, nous sommes en quelque sorte invités, de façon douce et impérieuse, par une force avec laquelle nous entrons en contact (et qui est intimement attachée à la Réalité suprême en même temps qu'à sa révélation), à pénétrer à l'intérieur des choses et à entrer en contact avec leur être. Le détail devient alors le Tout, et tout est reconnu comme étant être. Et nous sommes ainsi conduits, au sein des œuvres, à éprouver un véritable amour pour les créatures qui les peuplent (lesquelles peuvent être alors de simples objets ou même de taches de couleur) : cet amour peut et doit être défini comme "véritable" dans la mesure où il est bien l'Amour Luimême - un état - et non pas la recherche de cet Amour - c'est-à-dire un mouvement conduisant à cet état. La révélation picturale de l'immobilité nous affranchit de tout mouvement pour nous faire entrer dans l'immobile dans le seul état, le Lieu unique chanté par Milosz - et par-là même elle nous délivre de toute souffrance et de tout désir pour nous faire entrer dans la paix, de toute distraction pour nous faire entrer dans l'attention totale qui seule nous permet d'aimer vraiment les objets vers lesquels nous tournons nos regards. Pour l'homme dont les yeux sont illuminés, toute "chose" est reconnue comme "être". Vermeer et Hopper nous montrent certaines "choses" sous l'apparence qu'elles ont à ces yeux-là. Voilà la marque de leur génie particulier et, d'une manière générale, l'une des plus nobles vocations et des plus belles réussites de l'art.  16


MURIELLE VELAY-MICHEL ALIAS MIRABELLE PEINTRE, SCULPTEUR BIOGRAPHIE

MiraBelle est née à Monaco où elle vit, travaille et présente ses créations au sein de son atelier ouvert au public.

#sculpture

Passionnée par le dessin depuis l’enfance, elle aborde la peinture en 2003, fait sa première exposition quelques années plus tard, à Paris.

Boulimique de travail, cette autodidacte décomplexée enchaine les expériences créatives, les techniques et les collaborations.

Ma démarche est en constante évolution et ce n’est pas tant l’oeuvre réalisée qui m’intéresse mais le processus créatif. C'est en construisant, en détruisant et en construisant à nouveau que je crée. Pulvérisations, coulures, projections, lavages à grande eau, empâtements, brûlage. Après avoir réalisé des nus pendant de nombreuses années, je ne représente plus seulement des corps, mais leur histoire, la Vie. En 2012, MiraBelle fonde avec Tchoba, l'Association Les ART'Ochtones. Elle préside ce collectif d'artistes visuels de la Principauté de Monaco.

En 2015, l'artiste crée l' ART'O Mag - trait d'union entre les membres de son association et les amateurs d’art.

Sa passion pour la peinture la pousse encore et toujours à expérimenter le travail des matières et conduit tout naturellement Mirabelle vers la sculpture, en 2012, sous l'influence du sculpteur Mateo Mornar.

En 2013 elle fait fondre ses premiers bronzes. Cette série de travaux est aujourd’hui exposée en galerie, en France et à Monaco.


L

a découverte de cette noble matière qu’est la terre d’argile que l’on pétrit, que l’on façonne est très rapidement devenue une véritable passion. Après une année d'apprentissage, je me lance dans la production de la Série FRUITS DEFENDUS.

Adam, Eve et Fruit défend, dont les bronzes verront le jour au sein de la Fonderia Il Cesello à Florence, remportent un certain succès et sont présentés par la Galerie Eklektik - Monte-Carlo.

Fin 2015, je fais fondre une nouvelle série baptisée ATTITUDE,  en écho aux travaux de peinture que je réalise à la même période. Je plonge dans mes pensées à la recherche d'une certaine perfection dans l'inachevé et le corps, longiligne et s i m p l i fi é , s e f a i t m o u v e m e n t e t émotion..." Aujourd’hui j’ai le privilège d’être soutenue dans ma démarche artistique par Luc Moulinas de l’Association Be You Monaco. Ce parrainage m’encourage à pousser un peu plus loin mes limites, à me dépasser et me lancer dans la réalisation de grands formats, qui seront présentés à l’automne 2017.

e



C’est curieux la manière dont naissent mes sculptures…

Je réalise très rarement des dessins préparatoires, pas vraiment d’esquisses non plus. Je rêve en quelque sorte mes futures réalisations durant de nombreuses semaines avant de me lancer. Quelques tiges de fer, du grillage, de la paille, de l’argile auxquels sont donné, au gré de l’inspiration du moment un mouvement et puis il y a le long, très long travail de modelage, tellement prenant et passionnant.

#sculpture

J’adore malaxer la terre, la pétrir, j’aime sa consistance et son odeur. La figure en terre terminée, le séchage peut prendre jusqu’à trois semaines. Cette étape provoque souvent fissures et irrégularités que je "rattrape" en renforçant le modelage avec du plâtre, en collant certaines parties. La sculpture est ensuite apportée, telle quelle, sans cuisson préalable, à l’atelier de fonderie d’art, qui réalisera le moulage et la fonte, en bronze.

1


Le travail ne s’achève pas encore et le bronze passera de longues heures entre mes mains afin de mettre en valeur des détails. Certaines "imperfections" apporteront finalement de la vie au sujet d’autres aspérités, dues à la fusion du métal, seront poncées. Vient ensuite la patine. Elle peut être marron, vert de gris, noire…

Difficile de se lancer seule dans le travail des patines. Les patines de mes derniers sujets ont été faites en collaboration avec le sculpteur niçois Jean-Marie Fondacaro. Pour ma part, j’aime donner à mes bronzes une teinte vert de gris.

Le sujet est soigneusement dégraissé, légèrement poncé et, par un savant mélange de chimie - nitrate de cuivre, ammoniaque, soude, etc et de chaleur intense, il devient enfin vivant et organique.

21


THIERRY DE MASSIA

ALIAS

TOM


PEINTRE, SCULPTEUR, PLASTICIEN, WEBDESIGNER, COMPOSITEUR

#inspiration

BIO EXPRESS Issu des arts graphiques, Thierry de Massia alias « Tom Art » est un artiste autodidacte.

Il peint, sculpte, compose et écrit.

Passionné par les techniques informatiques liées aux arts, à la musique et aux mondes virtuels en 3D, Tom est capable de créer des assemblages à partir de matériaux de récupération, comme les composants électroniques, la pierre ou le bois flotté.

Musicien new age, ses compositions illustrent le plus souvent des clips, des courts métrages ou des récits.

22


I


 l était près de minuit, l'heure où l'artiste vit. Les créateurs dorment beaucoup, ou ne

dorment pas, ça dépend.

Ce soir-là, Tom ne dormait pas. Il a lu un message lui demandant si le challenge l'intéressait : réaliser un court-métrage en s’inspirant d'une nouvelle.

« Bien sûr ! »

Le projet débuta la nuit, sous une bonne étoile certainement !

Tom lut la nouvelle et immédiatement les images affluèrent dans sa tête.

« Je vois l'image ! »

C'est le principe de toute création, elle existe déjà quelque part, l'artiste la perçoit, l'attrape dans sa tête et lui donne une réalité.

« Quand je crée des dessins, je suis heureux ! »

Alors Tom prit ses crayons et ce papier au grain particulier. La technique du DNN (Dessin Naturel Numérique) est née ainsi, en crayonnant. Tom s'est inspiré de vieilles photographies, de paysages, de crayonnés divers. Son expérience de graphiste l’a poussé à améliorer ces coups de crayon en les travaillant numériquement grâce des logiciels open source. Les aspects rustres et naturels du crayon ont été transformés en créations 3D originales. Ces images numériques sont les nouvelles gravures du 21ème siècle.

Après la mise au point de cette technique, des dizaines d'images ont été créées pour constituer le court-métrage. Tom a ensuite mis sa casquette de réalisateur pour effectuer le

23


Le challenge exigeait plus encore. Il fallait une bande son émouvante. Tom est un artiste pluridisciplinaire qui a besoin d'exaltation. Celle-ci est venue en pleine nuit, doucement, avec la composition d'une musique. Des flûtes de Bolivie, des cordes, de l'émotion.

« Quand je crée une musique, je ne suis plus dans la réalité, plus rien n'existe à part la musique... »

Le texte a inspiré les dessins, les dessins ont inspiré la musique. Ainsi est né un courtmétrage.

Tom va continuer de créer, en innovant, en étonnant nos yeux et en touchant nos âmes. Il travaille actuellement à la mise en page graphique des dessins DNN du court-métrage, afin de préparer la maquette d'un ouvrage papier qui sera proposé à un éditeur.

Il faut que l'artiste soit heureux pour que les lecteurs et les spectateurs le soient.

L'art crée le bonheur. Merci l'Artiste !

Marianne Chabadi

Auteur

ILLUSTRATIONS

Images DNN du court-métrage "Life Blood" inspiré de la nouvelle "Le Sang de la Vie" de Marianne Chabadi.

BANDE-SON - "Le Sang de la Vie" - Thierry de Massia www.soundcloud.com/thierrydm/sang-de-vie

Marianne Chabadi est auteur. Elle termine actuellement un roman de science-fiction qui sera suivi par une pièce de théâtre. L'une de ses chansons vient aussi d'être mastérisée et sera lancée prochainement. Marianne collabore quotidiennement avec peintres et sculpteurs, s'inspirant de leurs oeuvres pour écrire des poèmes. Son recueil de poésie "Mélodies pour un Homme" est disponible sur Amazon.

Contact - Facebook : @MarianneChabadi 25


KEVIN TCHOBANIAN & JIM MARTIN PHOTOGRAPHES

BIO EXPRESS

#photographie

Kevin et Jim sont deux photographes de la Côte d'Azur (Monaco et Nice).

C’est il y a quelques années qu'ils se découvrent un attrait commun pour la photographie.

Ayant l’habitude de par leurs passés de musiciens de collaborer sur des projets artistiques, ils s'influencent mutuellement et s'entraident pour progresser, tout en essayant de cultiver leurs propres styles.

Le sens de l'esthétique et de la mise en scène est prépondérant dans leurs compositions photographiques ainsi qu'un goût poussé pour les couleurs.

C'est en 2017 qu'ils décident de mettre leurs compétences en commun afin de servir des projets d’envergure.

Ils lancent alors Falls Photographie avec l'objectif de couvrir des besoins artistiques (clips videos, shooting photos), familiaux (baptêmes mariages, anniversaires) ou professionnels, avec toujours la même ligne directrice : un sens poussé de l’esthétique.

Contact : www.fallsphotographie.fr Facebook : @FALLSPHOTOGRAPHIE

26


27


My Sketchbook

Marilou

28


Marilou

Marilou

Marilou

Croquis originaux rĂŠalisĂŠs sur palette Surface Pro 4 - mai 2017


Illustrations de Tchoba sur un extrait des paroles de la chanson La loi du marché de Cyril Mokaiesh.

Une chanson qui entre en osmose avec ses créations ; lorsque les émotions émigrent elles aussi ...

On vous laisse nos hivers

On vous laisse nos étés

De quoi vous distraire

Et nous faire tomber

#inspiration

On vous laisse nos hivers

Et notre dignité

De quoi vous distraire

Pour quelques années

On vous laisse nos frontières

Se refermer

Homme à la mer, émigré

Cap sur l’Angleterre

Depuis la Guinée

T'as le temps d’apprendre à nager

On vous laisse nos frontières

Se refermer

Sur la Méditerranée

Enfant de la guerre

Cherche un bout de terre

Pour apprendre à marcher

De quoi vous distraire

Pour quelques années

De quoi vous distraire

Pour vous en aller

De quoi vous distraire

Pour vous en aller

De quoi vous distraire

Et vous en aller

30


31


#art-thérapie

Les séances se déroulent, en petits groupes de 5 à 6 personnes, au sein des locaux de l’Association Les ART’Ochtones. 32


33


Florence DUET - Sculpteur EXPOSITION PERMANENTE, Galerie Gavart - Paris

EXPOSITION PERMANENTE, L’ARTelier - Monaco

FORUM DES ASSOCIATIONS CULTURELLES

Auditorium Rainier III - 10 et 11 juin - Monaco

Salon "Artistes du Monde" - 23/26 septembre - Cannes

#agenda

w w w . f l o r e n c e d u e t . c o m

Marie-Lys MICHEL - dessinateur - cartooniste FORUM DES ASSOCIATIONS CULTURELLES

Auditorium Rainier III - 10 et 11 juin - Monaco

EXPOSITION PERMANENTE, L’ARTelier - Monaco

w w w . f a c e b o o k . c o m / M a r i l o u

Charles FRANCH-GUERRA - Photographe EXPOSITION PERMANENTE, L’ARTelier - Monaco

www.frenchy02.deviantart.com

1


MIRABELLE - Murielle VELAY-MICHEL - Peintre - Sculpteur E X P O S I T I O N P E R M A N E N T E - E k l e k t i k G a l l e r y - Monaco

EXPOSITION PERMANENTE - Fashi on f or F lo or - Monaco

EXPOSITION PERMANENTE - Etude d’avocat Frank Michel - Monaco

FORUM DES ASSOCIATIONS CULTURELLES

Auditorium Rainier III - 10 et 11 juin - Monaco

EXPOSITION PERSONNELLE - MOV’IN - 6 avril - 6 août - Monaco

w w w . m i r a b e l l e a r t . c o m

TOM - Thierry DE MASSIA - Peintre - Sculpteur - Compositeur - Ecrivain EXPOSITION PERMANENTE - L’ARTelier - Monaco

FORUM DES ASSOCIATIONS CULTURELLES

Auditorium Rainier III - 10 et 11 juin - Monaco

w w w. j a m e n d o . c o m - t h i e r r y - d e - m a s s i a

TCHOBA - Joël TCHOBANIAN - Concepteur visuel EXPOSITION PERMANENTE - Le Mystic - Monaco

EXPOSITION PERMANENTE - L’ARTelier - Monaco

FORUM DES ASSOCIATIONS CULTURELLES

Auditorium Rainier III - 10 et 11 juin - Monaco

w

w

w .

t

c

h

o

b

a

.

c

2

o

m


6ème Forum des Associations Culturelles Auditorium Rainier III MONACO

#enbref

La Direction des Affaires Culturelles de Monaco vous invite à découvrir la richesse de la vie associative culturelle de la Principauté lors du sixième Forum des Associations Culturelles.

Les nombreuses associations présentes proposent de partager leurs passions et leurs activités dans divers domaines, tels que les arts plastiques, la musique, la danse…

Les ART’Ochtones seront présent les samedi 10 et dimanche 11 juin prochains, et exposeront de nombreuses créations : peintures, dessins, sculptures.


EXPOSITION - Mirabelle avril / août 2017 MOV’IN Monte-Carlo Mirabelle expose depuis le mois d’avril au sein du Showroom MOV’IN, à Monte-Carlo.

L’artiste présente une dizaine de créations , essentiellement des peintures de la Série Matrice - Voyage intérieur.

Contact : : 06 07 93 27 16

w w w . m i r a b e l l e a r t . c o m

#enbref


Qui sommes nous ?

"Les ART'ochtones" est une association d'artistes de Monaco née de la passion des arts visuels.

L'association regroupe des artistes créateurs, élabore des événements artistiques et des expositions. Elle sensibilise et apporte une médiation par les arts visuels.

Sa structure associe les artistes membres et membres d'honneur, les artistes collaborateurs, les médias, galeries, curateurs, collectionneurs, éditeurs, critiques d’arts, établissements scolaires et de soin, mécènes et le public non adhérent.

Le Bureau

CONSEIL D’ADMINISTRATION

• Présidente :

Murielle Velay-Michel alias MIRABELLE, peintre - sculpteur

Contact : 06 07 93 27 16

• Secrétaire Général :

Joël Tchobanian alias TCHOBA, créateur visuel

Contact : 06 40 62 45 86

MEMBRES ACTIFS par ordre d’adhésion

• • • •

Florence Duet, sculpteur

Charles Franch-Guerra, photographe

Thierry de Massia alias TOM, artiste visuel, compositeur, plasticien

Marie-Lys Michel alias MARILOU, dessinatrice - cartooniste

MEMBRE D’HONNEUR & COLLABORATEURS

• • • • • •

Lothar Guderian, plasticien, membre d’honneur

Marc D’Angelo, écrivain, poète, journaliste, membre d’honneur

Blaise Devissi, peintre - sculpteur

Christian Longinotti, peintre, dessinateur

Florence Dabezies-Fraisse, écrivain

Isabelle De Toytot, céramiste

MÉCÈNES

• • • • •

Daniel Boéri

Frédéric & Florence Dabezies

Brigitte Allner

Christine Rolfo-Fontana

Frank Michel

6


RESPONSABLES DE PUBLICATION

L’ A R T E L I E R

Murielle VELAY-MICHEL Joël TCHOBANIAN REDACTION MAQUETTE MISE EN PAGE Murielle VELAY-MICHEL

A ssociation L es ART’O chtones

OUVERT DU LUNDI AU VENDREDI de 10 h à 19 h sur rendez-vous

5,

ALLÉE

G UILLAUME A POLLINAIRE - L ES J ACARANDAS - M ONACO

B LOC B4 - 3 ÈME ÉTAGE

C ONTACT : 06 07 93 27 16

E MAIL : ARTOCHTONES @ GMAIL . COM

www.artochtones-monaco.com

ONT COLLABORÉ À CE NUMÉRO : Marc D’ANGELO Jean-Marie FONDACARO Marie-Lys MICHEL PHOTOGRAPHIE Archives ART’O Charles FRANCH GUERRA Marie-Lys MICHEL

MiraBelleArt&Design@

COUVERTURE GRAPHISME MIRABELLE- Art&Design©

IMPRESSION GS Graphic Service Monaco

Profile for MiraBelle - peintre-sculpteur - Monaco

ART'O Mag #9 - Eté 2017  

Le magazine de l'Association Les ART'Ochtones - Collectif d'artistes de Monaco

ART'O Mag #9 - Eté 2017  

Le magazine de l'Association Les ART'Ochtones - Collectif d'artistes de Monaco

Advertisement