Issuu on Google+

Ministère des Droits des femmes Direction générale de la cohésion sociale Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes

Synthèse de l’actualité 15 novembre 2013

Spécial 25 novembre Comme chaque année, nous publions dans cette rubrique spéciale, consacrée à la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, une sélection d’actions nationales ou organisées dans les territoires. Un recensement plus large est disponible en ligne sur notre site.

« Violences envers les femmes, la formation des professionnel-le-s, une urgence publique » Les femmes victimes de violences ont besoin de trouver de l’aide auprès des professionnel-le-s de la police et de la gendarmerie, de la justice, de la santé et des travailleuses sociales et travailleurs sociaux. La formation des professionnel-le-s est donc indispensable pour un meilleur repérage et une prise en charge adaptée. Le ministère des Droits des femmes et la Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et de lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF), en partenariat avec l’Université Pierre et Marie Curie - Paris 6, organisent une après-midi intitulée « Violences envers les femmes, la formation des professionnel-le-s, une urgence publique », le mercredi 20 novembre à Paris. Un focus particulier sera fait sur « Le besoin de formation des étudiants en médecine » avec la présentation des résultats d’une enquête nationale réalisée sous l’égide de l’Association nationale des étudiants en médecine de France, l’UPMC-Paris 6 et la MIPROF. Trois courts-métrages pour comprendre les mécanismes de la violence, repérer et prendre en charge les femmes victimes, seront également présentés à l’occasion de cet évènement. Retrouver le programme sur notre site

Deuxième conférence mondiale d’INTERPOL sur le trafic d’êtres humains A Lyon, le 14 novembre, la ministre des Droits des femmes, porte-parole du Gouvernement, Najat VALLAUD-BELKACEM, a ouvert la 2e Conférence mondiale d’INTERPOL sur le trafic d’êtres humains. Cette conférence avait pour objectif de lutter contre toute forme de traite des êtres humains. Najat VALLAUD-BELKACEM a rappelé que la traite est un crime qui touche particulièrement les femmes : 79 % des victimes de la traite dans le monde sont en effet l’objet d’exploitation sexuelle. Retrouver ici la vidéo et le texte intégral de l’intervention de la Ministre


Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple En juin dernier, la Délégation aux victimes du ministère de l'Intérieur a rendu publics les chiffres de l'étude nationale sur les morts violentes au sein du couple pour l'année 2012 (synthèse du 10 juin 2013). Au cours de l’année 2012, 174 personnes sont décédées (148 femmes et 26 hommes), victimes de leur partenaire ou ex-partenaire de vie (conjoint, concubin, pacsé ou ex-dans ces trois catégories). Le document est disponible sur le site du ministère de l’Intérieur. Télécharger l’étude nationale sur les morts violentes au sein du couple

Le CNIDFF et le réseau des CIDFF mobilisés contre les violences faites aux femmes Comme chaque année à l’occasion du 25 novembre, le Centre national d’information sur les droits des femmes et des familles (CNIDFF) et le réseau des CIDFF se sont mobilisés contre les violences faites aux femmes. Le réseau des CIDFF informe plus de 50 000 femmes victimes de violences sexistes par an, des demandes d’informations dont le nombre a augmenté de 40 % entre 2005 à 2010. Engagé au quotidien dans la lutte contre les violences faites aux femmes, le réseau des CIDFF présente sur l’ensemble du territoire de nombreuses actions pour informer et sensibiliser le public, les professionnelle-s, les élu-e-s, les pouvoirs publics, les entreprises et les médias aux problématiques liées aux violences faites aux femmes. Cette année, les CIDFF mobiliseront des milliers de personnes, grand public et professionnel-le-s, dans plus d’une centaine de manifestations (rencontres-débats, projections de films, journées de formation, expositions, partenariats avec les médias régionaux) contre les violences faites aux femmes : violences au sein du couple, viols, mariages forcés, violences sexistes au travail, mutilations sexuelles, prostitution...

« Sensibiliser aux violences faites aux femmes étrangères et immigrées » Six associations nationales réunies, le Centre national d’information sur les droits des femmes et des familles (CNIDFF), la Fédération nationale GAMS (Groupe pour l'abolition des mutilations sexuelles, des mariages forcés et autres pratiques traditionnelles néfastes à la santé des femmes et des enfants), Voix de femmes, la Cimade (Comité inter-mouvements auprès des évacués), l’Agence de développement des relations interculturelles pour la citoyenneté (ADRIC) et le Mouvement du Nid, tiendront une conférence de presse sur le thème « Sensibiliser aux violences faites aux femmes étrangères et immigrées » le mardi 26 novembre à 10 heures au CNIDFF à Paris.

Moselle : colloque « Violences sexuelles, comprendre pour mieux accompagner » A l’initiative de la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité de Moselle, les deux Centres d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) de Moselle et le Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S) de l’Université de Lorraine, organisent un colloque « Violences sexuelles, comprendre pour mieux accompagner » le lundi 25 novembre à l’Université de Lorraine. Cette journée est organisée avec les représentants des ministères de la Justice et de l’Intérieur, le Centre hospitalier régional de MetzThionville, le Service universitaire de médecine préventive et les associations œuvrant pour la lutte contre les violences faites aux femmes dans le département. Les interventions rendront compte des mécanismes sociaux dans lesquels s’ancrent les violences sexuelles, mais elles permettront également d’identifier un certain nombre de ressources professionnelles (des politiques sociales au cadre juridique et législatif en passant par les outils d’accompagnement social et procédures médicales) utiles à l’accompagnement des victimes de violences sexuelles. Pour en savoir plus sur le colloque et retrouver le programme

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 2


Bourgogne : conférence sur les « Enfants et jeunes exposé-e-s aux violences conjugales » La Délégation régionale aux droits des femmes et à l'égalité de Bourgogne, en partenariat avec le Centre national de la fonction publique territoriale et l'Ecole nationale des greffes, organise une conférence-débat le mardi 26 novembre sur le thème « Enfants et jeunes exposés aux violences conjugales. Comprendre pour protéger et prévenir : l'efficacité d'une approche globale, et partagée entre les professionnels ». Cette journée de rencontre entre les actrices et acteurs de la prise en charge des problématiques de violences conjugales (magistrat-e-s, parquetière-er-s, avocat-e-s, médecins, professionnel-le-s de la protection de l'enfance, de la protection judiciaire de la jeunesse, associations d'accompagnement des victimes de violences conjugales et de prise en charge d'auteurs…) a pour objectifs d’appréhender les différentes dimensions, sociologiques, psychologiques et juridiques liées à la notion d’enfant-exposé-e ; de partager une grille de lecture commune dans la compréhension, l’analyse et l’évaluation des situations d’enfants-exposés ; et d’envisager ensemble les modalités d'intervention et les outils adaptés pour accompagner les enfants-témoins et prévenir la naissance du lien enfant témoin/auteur de violences. Le programme s'articulera autour de la présentation du « Focus : les enfants exposés aux violences conjugales en Bourgogne » (2013) à l'initiative de la plate-forme d'observation sanitaire et sociale de Bourgogne et de l'intervention de Nadège SEVERAC, auteure du rapport de l'Observatoire national de l'enfance en danger (ONED) sur « les enfants exposés à la violence conjugales, recherches et pratiques ». Retrouver l’information et le Focus sur notre site

Orne : une semaine de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes A l’initiative de la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité, les services de l’Etat dans l’Orne, le Conseil général de l’Orne, la Mairie d’Alençon et l’ensemble du tissu associatif local, organisent une semaine de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes du lundi 25 au samedi 30 novembre à Alençon. De nombreuses manifestations spécialisées sont prévues : concours d’affiches pour les collèges, les lycées, les associations et structures d’insertion (avec expositions des productions et prix du public), précédés de sessions de sensibilisation, animations dans les centres socioculturels, conférences pour les professionnel-le-s (sur les violences conjugales et les violences au travail). Une grande partie de ces événements se déroulera à la Halle aux Toiles, où des expositions seront également mises à disposition du grand public et des permanences auront lieu chaque jour. Les 75 personnes les plus attentives gagneront deux places pour le concert de Lisa LEBLANC, jeune talent québécoise le samedi suivant. Par ailleurs, parce que lutter contre les violences faites aux femmes, c’est aussi participer à leur plus grande visibilité dans la société, une conférence sur les femmes et la musique, du théâtre de rue (La compagnie Play) et un ciné-débat auront lieu dans les différents lieux culturels d’Alençon. Dans la même optique, le monde sportif alençonnais se mobilisera le samedi 30 novembre à la Plaine des Sports, lors d’une fête du sport féminin. C’est avant tout à un large public, et sur les thèmes élargis du sexisme ordinaire, du respect entre les femmes et les hommes, que les partenaires se mobiliseront une semaine entière à l’occasion du 25 novembre. Retrouver l’information sur le site de l’Etat dans l’Orne

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 3


Sarthe : « on s’engage contre les violences faites aux femmes » Le 13 novembre, Pascal LELARGE, préfet de la Sarthe a présenté à la presse, en présence des différents partenaires, le programme des manifestations (spectacles, expositions, débats, projections…) qui seront organisées en Sarthe à l’initiative de la Mission départementale des droits des femmes et à l’égalité, du mercredi 19 au samedi 30 novembre. Retrouver le programme sur le site de l’Etat dans la Sarthe

Hauts-de-Seine : « Violences sexistes et sexuelles : comprendre pour agir » La mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité des Hauts-de-Seine et l’unité territoriale de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE), ainsi que de nombreux partenaires, organisent un colloque le mardi 26 novembre sur le thème « Violences sexistes et sexuelles à l’égard des femmes dans les relations de travail : Comprendre pour agir dans les Hauts-de-Seine ». Au programme, des interventions du Procureur de la République, du Défenseur des droits, de la DIRECCTE Unité territoriale 92, d’une avocate spécialisée en droit social, de l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail, des associations départementales spécialisées dans l’accompagnement des femmes victimes de violences, d’une médecin du travail et d’autres acteurs et actrices du monde de travail/emploi (syndicats, entreprises...). Pour en savoir plus sur le site « Egalité en Ile-de-France »

Rencontres « Femmes du monde » en Seine-Saint-Denis « Protéger la mère, c’est protéger les enfants » est le thème des 9e rencontres « Femmes du monde » en Seine-Saint-Denis contre les violences faites aux femmes. Les violences conjugales provoquent chez les femmes, et leurs enfants qui en sont les covictimes, des traumatismes durables. C’est pourquoi l’Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, avec ses partenaires, met en place des dispositifs spécifiques d’accompagnement et de protection des mères et de leurs enfants. Mêlant paroles d’expert-e-s de la Justice, de la pédopsychiatrie, des services sociaux et des professionnel-le-s de terrain, une journée de débats, le mardi 19 novembre, proposera un éclairage à la fois théorique et pratique sur cette problématique. Des actions sont par ailleurs programmées dans tout le département jusqu’au 6 décembre. Retrouver le programme sur le sir du département de Seine-Saint-Denis

« Victimes, auteurs et enfants témoins », une conférence dans le Var Laurent CAYREL, préfet du Var, ouvrira, le lundi 25 novembre, une conférence organisée à la Villa Aurélienne à Fréjus sur le thème « Des violences conjugales aux violences intrafamiliales : victimes, auteurs et enfants témoins ». Cette conférence organisée à l’initiative de la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité, s’adresse aux professionnel-le-s du département confronté-e-s au quotidien, à l’accueil, à l’écoute, au soutien, à la prévention, au suivi et à la prise en charge des femmes victimes de violences avec ou sans enfants. Trois temps forts ponctueront la journée : « Une affaire à trois : les racines de la violence dans la sphère des relations intimes » ; « Protection et accompagnement de la femme, suivi de l’auteur et de l’enfant » et « La nécessité du travail en réseau de professionnel-le-s spécialisé-e-s ».

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 4


Troyes : « Les femmes du bus 678 » contre les violences L'Association d'aide aux victimes d'infraction, de médiation pénale et de réinsertion sociale (AVIM-RS), Solidarité Femmes Aube et le Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDF), en partenariat avec la mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité de l’Aube entre les femmes et les hommes organisent une soirée cinéma avec la projection du film « Les femmes du bus 678 » (synthèses des 30 mai, 15 juin 2012 et 13 mai 2013), le lundi 2 décembre à 20 heures au Cinécity de Troyes. Cette projection sera suivie d’un débat animé par Marie-France Casalis, viceprésidente du Collectif féministe contre le viol (CFCV). Tous les bénéfices de cette soirée seront reversés à la lutte contre les violences faites aux femmes dans le département de l’Aube.

Rose pour les filles et bleu pour les garçons Spécialisée dans les actions de sensibilisation à l’égalité entre les femmes et les hommes et contre l’homophobie autour de ses spectacles, la Compagnie Confidences (synthèse du 31 août 2011) jouera la pièce « rose pour les filles et bleu pour les garçons » de et avec Rosa Ruiz et Enrique Fiestas le lundi 2 décembre à 19 h 30, au Théâtre 13 / Jardin à Paris. Cette représentation, qui s’inscrit dans le cadre des événements organisés en partenariat avec la Mairie du 13e à l’occasion la journée contre les violences faites aux femmes, sera suivie d’un débat. L’entrée est libre et sans réservation.

Montreuil : festival féministe « Elles résistent » Le Festival féministe « Elles résistent » contre les violences masculines se déroulera du mardi 26 novembre au 1er décembre. Plus de quarante artistes femmes et lesbiennes se réunissent pendant six jours contre les violences masculines faites aux filles, aux femmes et aux lesbiennes. Au programme de ce festival qui se tiendra à « La Parole Errante » à Montreuil il y aura des expositions, du théâtre, des performances, des débats, des films et des concerts. Retrouver le programme du festival

« Agissez contre le viol ! Utilisez la Convention d'Istanbul ! » La Coordination française pour le Lobby européen des femmes organise le lundi 18 novembre après-midi à Paris, un évènement consacré à la promotion du baromètre sur le viol mis en place par le Lobby européen des femmes et à la Convention d'Istanbul. Intitulé « Agissez contre le viol ! Utilisez la Convention d'Istanbul ! », en présence de nombreuses responsables politiques, dirigeante-s associat-ives-ifs, d'expert-e-s français-e-s et européen-ne-s de l'observatoire européen sur les violences envers les femmes.

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 5


Action institutionnelle Neuf Territoires d’excellence et déjà 230 actions concrètes pour l’égalité professionnelle Le 12 novembre, un an après le lancement des expérimentations « Territoires d’excellence », Najat VALLAUD-BELKACEM, ministre des Droits des femmes a réuni avec l’Association des régions de France, les président-e-s et vice-président-e-s des neuf régions partenaires des « Territoires d’excellence pour l’égalité entre les femmes et les hommes » (Aquitaine, Bretagne, Centre, Ile-de-France, La Réunion, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Poitou-Charentes et RhôneAlpes). Dès son entrée en fonction, la ministre a tenu à associer les collectivités territoriales à son action pour les droits des femmes. C’est la raison pour laquelle elle a lancé le programme « Territoires d’excellence » (synthèses des 7 mars et 13 mai 2013). Cette initiative vise à construire localement, des réponses concrètes et innovantes aux racines des inégalités professionnelles. Ces neuf régions, ainsi que des organisations syndicales et des représentants des employeurs se sont ainsi associés, aux côtés du ministère, pour offrir : un meilleur accompagnement des PME et TPE dans la construction de l’égalité, une forte promotion de la mixité professionnelle des métiers et des filières, et une réduction de l’éloignement du marché du travail des bénéficiaires du congé parental sans solution d’emploi à la sortie. Un an après le lancement de ce travail, les neuf président-e-s et représentant-e-s de régions se sont retrouvés au ministère pour un échange avec la presse, afin de dresser un premier bilan concret de ces expérimentations dans chacun de leurs territoires. Une plaquette de présentation des « Territoires d’excellence » et un répertoire des actions en régions ont été diffusés et mis en ligne à cette occasion. Retrouver l’information, le répertoire des actions et la plaquette sur notre site

Conseil supérieur de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Par arrêté de la ministre des Droits des femmes, porte-parole du Gouvernement, en date du 31 octobre 2013 (Journal officiel du 15 novembre), modifiant l'arrêté du 2 avril 2013 portant nomination au Conseil supérieur de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (CSEP), Lidwine CHARBEAU-MANSART est nommée membre du CSEP, en qualité de représentante suppléante des employeurs, sur proposition du Mouvement des entreprises de France (MEDEF), en remplacement de Sophie QUENTIN.

Un engagement sans faille pour l’accueil du jeune enfant La publication des nouveaux chiffres concernant l’accueil du jeune enfant par l’Observatoire national de la petite enfance (ONPE) confirme le constat que le Gouvernement avait dressé à l’issue de la mobilisation pour la petite enfance et la parentalité (« Au Tour des Parents », synthèses des 9 novembre 2012, 22 janvier et 12 février 2013) : « Environ un enfant sur deux de moins de 3 ans n’a pas accès à un mode d’accueil et les inégalités territoriales sont toujours aussi importantes, allant, selon les départements, de 9 à 85 places pour 100 enfants ». Dans un communique titré « Un engagement sans faille pour l’accueil du jeune enfant », Dominique BERTINOTTI, ministre déléguée chargée de la famille, rappelle que ce constat a guidé la rédaction de la nouvelle Convention d'objectifs et de gestion (COG), signée en juillet dernier entre l’Etat et la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) après les annonces du gouvernement relatives à la rénovation de la politique familiale le 3 juin dernier (synthèse du 10 juin).

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 6


Prix Irène Joliot-Curie 2013 : quatre femmes d'exception récompensées Le Prix Irène Joliot-Curie, destiné à promouvoir la place des femmes dans la recherche et la technologie en France, est organisé depuis plus de dix ans par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et la Fondation d'entreprise du Groupe EADS. Le jury de l'édition 2013 du Prix Irène JoliotCurie (synthèse du 10 juin), présidé par Catherine CESARSKY, Haute conseillère scientifique au Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et membre de l’Académie des sciences et co-présidé par Claudie HAIGNERE, Présidente d’Universcience, et Jean-François BACH, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, a choisi de récompenser quatre femmes d'exception. La cérémonie de remise des prix 2013 aura lieu à Paris le mardi 19 novembre. Les prix seront remis par Geneviève FIORASO, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en présence de Najat VALLAUD-BELKACEM, ministre des Droits des Femmes, et de Marwan LAHOUD, Directeur de la stratégie et du marketing du Groupe EADS. Retrouver les lauréates et les informations sur le prix

Jurisprudence : règles destinées à favoriser l’égal accès des femmes et des hommes Un arrêt du Conseil d’Etat en date du 10 octobre 2013 relatif aux règles destinées à favoriser l’égal accès des femmes et des hommes a été mis en ligne sur Légifrance. Le Conseil d’Etat a été saisi par la Fédération française de gymnastique, qui soutenait que des dispositions en annexe au code du sport étaient entachées d’illégalité et souhaitait les voir abrogées. Le Conseil d’État fait droit à cette demande estimant en premier lieu que « si le principe constitutionnel d’égalité ne fait pas obstacle à la recherche d’un accès équilibré des femmes et des hommes aux responsabilités, il interdit, réserve faite de dispositions constitutionnelles particulières, de faire prévaloir la considération du sexe sur celle des capacités et de l’utilité commune ». Le Conseil d’Etat rappelle que le législateur est seul compétent pour adopter les règles destinées à favoriser l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats, fonctions et responsabilités mentionnés à l’article 1er de la Constitution. Retrouver l’arrêt sur Légifrance

L’Etat en Midi-Pyrénées s’engage à réaliser l’accompagnement des PME vers l’égalité Après l’Aquitaine (synthèse du 8 novembre), c’est la région Midi-Pyrénées, qui s’engage à réaliser l’accompagnement des PME avec un grand groupe, GDF-SUEZ, à la suite des conventions signées par la ministre des Droits des femmes avec de grandes entreprises nationales le 9 avril dernier (synthèse du 15 avril). L’Etat et la CGPME Midi-Pyrénées soutiennent donc GDF SUEZ pour développer des partenariats locaux avec les PME et TPE, afin d’accélérer les synergies en matière d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, que le groupe considère comme une source de performance économique. Le Préfet de région, à travers la Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité (DRDFE), la direction de GDF SUEZ et la CGPME Midi-Pyrénées ont organisé une journée de mobilisation des entreprises PME et TPE, le 7 novembre à Toulouse. Marc CHAPPUIS, le Secrétaire général aux affaires régionales (SGAR) auprès du préfet de région, à ouvert cette journée notamment pour rappeler que Midi-Pyrénées est inscrite dans la dynamique des territoires d’excellence de l’égalité professionnelle femmes-hommes et pour déconstruire les stéréotypes sexistes à l’œuvre dans le monde du travail. La troupe « Théâtre à la carte » a illustré ensuite ces stéréotypes de genre par des saynètes réalistes dans lesquelles chacune et chacun a pu se trouver confronté-e dans le cadre du travail ou même se reconnaître. Deux tables rondes, l’une sur la place de l’égalité professionnelle femmes-hommes dans les clauses sociales des procédures d’achat public, l’autre autour de bonnes pratiques menées dans des entreprises de Midi-Pyrénées, ont permis des échanges fructueux, prémices à de futurs accompagnements de PME, renforcés par les réseaux de l’égalité qui se sont créés à cette occasion entre les acteurs des territoires départementaux.

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 7


Nouvelles nominations au SDFE Trois nouvelles nominations à signaler au SDFE, les chargées de missions départementales de la Haute-Marne et de Paris, et une chargée de mission « Etudes et évaluations » au sein du service central.

Céline LAHITETE a été nommée Chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l'égalité au sein de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) de la HauteMarne le 16 septembre dernier. Elle est titulaire d’une licence de droit privé (option droit du travail), d’un master I « droit privé », et a suivi une formation au Centre de préparation à l’administration générale (CPAG) à l’Institut d’études politiques (IEP) de Bordeaux. Céline LAHITETE est attachée d’administration (Institut Régional d'Administration de Metz - formation interministérielle - 2009). Après ses stages au Lycée Levassor à Dombasle sur Meurthe et au Secrétariat général de la Direction départementale de l'équipement et de l'agriculture de Nancy, elle a été nommée gestionnaire au Collège Geneviève DE GAULLE-ANTHONIOZ, établissement public local d’enseignement (EPLE) aux Bordes (Loiret). Céline LAHITETE a également été formatrice pour des concours administratifs et vice-présidente de l'association professionnelle des gestionnaires du Loiret (AGEPLE45). Saïda BELAID a été nommée Chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes les hommes à la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) de Paris le 1er octobre. Après l’obtention de sa licence de relations internationales (Institut des hautes études internationales), et du diplôme d’Etat relatif aux fonctions d’animation (DEFA), elle commence sa carrière comme directrice de la maison de quartier des Bergeries, puis directrice adjointe du service jeunesse de la ville d’Asnières-sur-Seine. En 2003, Saïda BELAID intègre le corps des conseillers d’éducation populaire et de jeunesse du Ministère de la jeunesse et des sports. Les missions relatives à la politique de la ville et aux politiques de jeunesse qu’elle conduit à la Direction Départementale de Jeunesse et des Sports de l’Essonne l’amènent à occuper plus tard le poste de déléguée du Préfet sur le quartier de la Grande Borne à Grigny (Préfecture de l’Essonne). Elle rejoint en 2011 la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale d’Ile de France (DRJSCS) où elle sera chargée de politiques éducatives territoriales et de la politique de la ville. Engagée dans le milieu associatif auprès des populations immigrées, Saïda BELAID reste fortement marquée par les valeurs et les grands principes de l’Éducation populaire. Le 14 octobre, Aurélie LATOURES a rejoint l’équipe de Guy-Pierre PEYREIGNE (synthèse du 26 août) au bureau de l’animation et de la veille du Service des droits des femmes et de l’égalité en tant que chargée des études et des évaluations. Docteure en science politique du Centre d’études d’Afrique Noire et des Pays du Sud (CEAN) à l’Université Bordeaux IV, elle est également titulaire d’un diplôme de l’Institut d’études politiques de Bordeaux (IEP) (« Services publics », option internationale), et d’un diplôme d’études approfondies (DEA) « Analyse politique de l’Afrique Noire et des Pays du Sud ». Aurélie LATOURES a été tout d’abord allocataire de recherche pour l’Ecole doctorale de sciences politiques de Bordeaux et, dans ce cadre, a réalisée cinq missions de recherche au Mali et deux missions de recherche au Kenya sur les politiques de lutte contre l’excision, puis attachée temporaire d’enseignement à l’IEP de Bordeaux. Elle a également été consultante pour l’association Genre en Action, assistante de projet volontaire pour Tostan-France et consultante volontaire pour Médecins du Monde sur la thématique des violences faites aux femmes. Depuis mai 2009, Aurélie LATOURES était chargée de mission thématique « promotion des droits et lutte contre les violences sexistes » au sein de la Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité de la région d’Ile-de-France., Aurélie LATOURES s’est vue confier la prochaine édition des « Chiffres clés de l’égalité ». Nous leur souhaitons à toutes les trois la bienvenue au SDFE !

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 8


Département du Nord : lancement du 1er trophée des agricultrices Afin de promouvoir l’implication des agricultrices du Nord dans la promotion de leur métier, la Commission des Agricultrices du Nord et l’Association Novagri organisent, pour la première année, le Trophée Départemental des Agricultrices du Nord : « Des Agricultrices bien dans leurs Bottes ! » avec le partenariat de la mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité et la direction départementale de la cohésion sociale du Nord. Ce concours souligne l’importance du travail réalisé par les femmes en agriculture, leur dynamisme et les projets innovants qu’elles mettent en place. Il fera aussi connaître les différentes facettes du métier et, pourquoi pas, incitera les jeunes à s’installer et à s’investir dans l’agriculture. Le dossier de candidature a été envoyé à toutes les agricultrices du Nord, qu’elles soient cheffes d’exploitation, conjointes ou associées travaillant sur l’exploitation. Elles sont invitées à présenter leur projet dans une des quatre catégories : « Agriculture et Innovation », « Agriculture et Savoir-faire », « Agriculture et Territoire », et « Agriculture et Engagement ». Les candidatures seront ensuite examinées début janvier et les prix seront remis lors d’une cérémonie dans le courant du premier trimestre 2014. A suivre.

Le rapport annuel 2012 de l’EIGE est disponible Le rapport annuel 2012 de l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes (EIGE) est disponible sur le site des publications de l’Union européenne. Le rapport précise les objectifs de l’EIGE, et la priorité donnée en 2012 aux violences sexistes. Il souligne également « l’importance des statistiques fiables ». Un focus est fait sur « l’indice d’égalité de genre ». Le budget de l’EIGE pour 2012, s’élevait à 7 741 800 euros. En 2012, l’Institut a employé une cinquantaine de personnes et, depuis janvier 2013, il s’est installé dans ses locaux permanents dans la maison de l’Union européenne.

Création du Comité ONU Femmes France Les comités nationaux pour ONU Femmes sont des organisations non gouvernementales indépendantes, qui appuient la mission d'ONU Femmes grâce à des programmes dynamiques d'adhésion, de mobilisation et d'éducation du public sur ONU Femmes et les questions mondiales relatives aux femmes, ainsi que par le biais de collectes de fonds en faveur des programmes d’ONU Femmes à travers le monde. La Directrice exécutive d’ONU Femmes, Phumzile MLAMBO-NGCUKA, a salué le lancement du comité national d’ONU Femmes France. Le comité français ONU Femmes s'est en effet officiellement installé le 14 novembre. Cette association de loi 1901 rejoint les 16 autres comités nationaux déjà existants. Dans la conférence de presse de présentation, sa présidente, Miren BENGOA, a souligné que le comité français ONU Femmes se fixait trois objectifs prioritaires : « donner une meilleure visibilité à l'agence onusienne en France », « se faire le relais des campagnes thématiques d'ONU Femmes », et « mobiliser des ressources pour ses propres actions et celles d'ONU Femmes à l'international ». Donner à l'organisation les moyens de travailler est « un énorme défi », a expliqué Fanny BENEDETTI, directrice exécutive du comité français. Le site Internet du Comité a été ouvert dans la foulée. Suivez le fil bleu… Découvrir le Comité France d’ONU femmes

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 9


Egalité, non discrimination, féminisme Le genre revient « à la une »… « La question du « genre » a pris une place jusque-là inédite en France », souligne La Croix du 12 novembre. Le quotidien souhaite aider ses lectrices et lecteurs à « y voir plus clair dans le débat actuel » et à « comprendre les enjeux du « genre » ». « Certains politiques veulent promouvoir « l’identité de genre », des citoyens pourfendent ce qu’ils appellent la « théorie du genre », alors qu’à l’université, les « études de genre » prennent du galon » souligne le quotidien catholique qui propose sur le sujet un dossier spécial de huit pages. Le journal se penche régulièrement sur ces questions et semble assez optimiste sur l’évolution de la société. Le 13 novembre, La Croix publiait un article sur les petits garçons qui, dans le sillage de leurs pères, investissent de plus en plus la cuisine familiale. Le journal faisait alors écho au dossier de trois pages qu’il avait publié le 4 septembre, « Les couples se mettent au ménage », reprenant la théorie de la sociologue Christine CASTELAIN MEUNIER, selon qui, « entre devoir et plaisir, les tâches domestiques sont mieux partagées au sein du foyer et tout le monde y gagne ». On signalera également le dossier central des Idées en mouvement, le mensuel de la Ligue de l’enseignement de novembre, intitulé « Egalité femmes-hommes : L’école se donne-t-elle un genre ? ». Le dossier aborde la question de l’égalité entre femmes et hommes sous l’angle de l’éducation et de la scolarité. « Les stéréotypes de genre se construisent très tôt », comme l’explique en ouverture de dossier, la psychologue Françoise VOUILLOT, « ce qui se traduit par une hiérarchisation des sexes dès le plus jeune âge »… Manuels scolaires, orientation, présence des femmes dans les associations étudiantes, parcours professionnels… autant de sujets abordés par ce dossier, qui s’achève par un entretien avec Najat VALLAUD-BELKACEM, ministre des Droits des femmes, qui présente le projet de loi-cadre sur l’égalité femmes-hommes.

Hubertine Auclert : nouvelle étude sur la place des femmes dans les manuels scolaires Dans le cadre du Salon européen de l'éducation, le Centre Hubertine Auclert présentera les résultats de l'étude sur la place des femmes dans les manuels scolaires 2013, portant cette année sur les manuels de Français en Seconde générale, technologique et professionnelle. A cette occasion sera remis le Prix du Centre Hubertine Auclert au manuel le plus méritant. Cette année le « Prix d'excellence égalitaire Hubertine Auclert » sera-t-il décerné, alors qu’il n'a jamais pu l'être jusqu'à présent ? Pour le savoir, rendez-vous à midi sur le Stand de la Région Ile-de-France le jeudi 21 novembre ! Par ailleurs, une exposition intitulée « Manuels Scolaires, en avant l'égalité ! », initiée par le Centre Hubertine Auclert, sera visible sur le stand de la Région tout au long du Salon.

« L'open data au service de l'égalité femmes-hommes » Le mardi 19 novembre, dans le cadre du cycle de conférences « Hubertine est une geek », le Centre Hubertine Auclert traitera de la thématique de « L'open data au service de l'égalité femmes-hommes ». Autour d'Henri Verdier (directeur d'Etalab, établissement chargé de la plateforme d'open-data du gouvernement français), différent-e-s expert-e-s françaises et étrangères discuteront des données libres, de leur usage et de leur impact dans l'évolution de notre société, et des conséquences et opportunités qu’elles peuvent avoir pour les femmes et les hommes. Pour en savoir plus sur la conférence sur le site d’Hubertine

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 10


« Cerveau, sexe et préjugés » Une conférence PRESAGE se tiendra le mercredi 27 novembre. Catherine VIDAL, neurobiologiste, directrice de recherche à l’Institut Pasteur, viendra s’exprimer sur le thème « Cerveau, sexe et préjugés ». L'objectif de cette conférence est de donner à comprendre le rôle de la biologie, mais aussi l'influence de l'environnement social et culturel dans la construction de nos identités de femmes et d'hommes. Pour en savoir plus sur le site de présage

Stéréotypes de sexe : présentation des travaux du Laboratoire de l’égalité Une signature du Pacte sur les stéréotypes par les dirigeant-es de grandes organisations aura lieu le jeudi 21 novembre au Salon de l’éducation à Paris Expo (synthèse du 8 novembre), en présence de Najat VALLAUD-BELKACEM, ministre des Droits des femmes. Le Laboratoire présentera les conclusions des travaux menés depuis un an dans les trois ateliers de son Laboratoire des stéréotypes (éducation, médias et travail) et neuf propositions destinées à faire reculer les stéréotypes sur les femmes et les hommes et à construire une culture commune de l’égalité. Retrouver la présentation sur le site du laboratoire

Olympisme, mathématique, science, littérature : La Barbe sur tous les fronts ! Nous profitons de l’action de La Barbe lors de l’Université populaire de la gastronomie (lire page 13) pour publier notre maintenant traditionnel récapitulatif trimestriel des actions du groupe féministe. Le 10 septembre, l’association livrait un scoop à « tous les rédacteurs sportifs de France » et révélait, avant tout le monde, le genre du prochain président du Comité international olympique (CIO). Vous avez deviné : un Homme. « Car l’Homme, et lui seul, reçoit depuis la nuit des temps les clefs du temple olympique d’un autre mâle, avec pour mission de défendre les nobles et puissantes valeurs du sport et le viril esprit olympique », se moquent les militantes. Plusieurs actions ont ensuite rythmé cet automne : « Trente ans de mathémachismes », pour célébrer l’anniversaire de la Société des mathématiques appliquées et industrielles (SMAI) le 8 octobre ; envoi d’un message de salutations aux participants d’un forum organisé à Bruxelles par Le Nouvel Observateur (« le Nouvel Conservateur ») pour « Réinventer l'Europe » (90 % d’hommes blancs âgés en moyenne de 60 ans) le 10 octobre ; intervention le 16 octobre à la Faculté des sciences pharmaceutiques et biologiques lors du colloque « Parmentier : la science au service du bien public », pour féliciter avec force ironie les participants (13 hommes sur 14 intervenants) : « si la science est femme c'est pour mieux inspirer ces grands hommes » ; et, enfin, le 4 novembre, jour de remise du Prix Goncourt 2013, 18 militantes de La Barbe ont mené une double action à l’intérieur et à l’extérieur du célèbre restaurant Drouant, afin de dénoncer « l’institution patriarcale incarnée et perpétuée par le Prix Goncourt et le prix Renaudot, à l’instar de tous les autres prix littéraires au demeurant ». Fidèles à leur ironie, elles ont mis à jour la force d’inertie de l’institution à travers les âges, que le jury soit peu ou prou masculin : « en 110 ans, et 109 prix remis, vous avez honoré 99 fois de mâles et talentueux écrivains. Si d’aventure cette année vous cédiez à l’insidieuse pression qui vous est faite de juponiser vos choix, nous ne saurions vous en tenir rigueur. Nous savons que votre vénérable association est animée d’une saine camaraderie, d’une vigoureuse complicité et d’une vertueuse et solide indépendance, loin des jacasseries, des papotages, des péroraisons sans raison de vos mères et de vos sœurs ».

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 11


Statut des femmes : du fourneau au boulot « Les affiches publicitaires ou politiques racontent, depuis cent ans, l’évolution du statut des femmes » souligne Le Monde du 9 novembre. Le quotidien consacre une pleine page au statut des femmes : « du fourneau au boulot ». « Que de chemin parcouru entre la mère au foyer à l’ancienne et l’actuelle femme active » (illustrations ci-dessous : à gauche : affiche des groupes féministes de l'enseignement laïque de 1923 ; à droite : affiche de la CFDT vers 1975). Retrouver l’article en ligne sur le site du Monde

Un siècle après la Grande Guerre : « Pas de paix sans femme » En Belgique, le Vrouwenraad (« Assemblée des femmes ») a publié, avec le soutien de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH), une brochure pratique « La force des femmes, une chance pour la paix, Actions autour de la Résolution 1325 » reprenant des idées d’actions destinées à toute personne concernée par les femmes et leur rôle dans les processus de paix, la reconstruction de la communauté et du pays et la prévention des conflits. « Il est impossible de créer une paix durable sans atteindre l’égalité des droits et des chances pour les femmes », a expliqué Magda DE MEYER, la présidente du Vrouwenraad, lors de la présentation de cette brochure qui explique ce point de vue et propose dix actions. « Dans le cadre de la commémoration des 100 ans de la Grande Guerre, ce manuel se révèlera sans aucun doute être un instrument très pratique, une source d’inspiration qui encourage à agir. Il est important de ne pas oublier que les femmes étaient elles aussi concernées par cette guerre, en tant que mères, en tant qu’épouses, mais également en tant que réfugiées, résistantes, ouvrières, infirmières ou encore journalistes », a-t-elle conclut. Retrouver l’information et la brochure sur le site de l’IEFH

« L’Allemande tout feu tout femmes » Nous évoquions dans notre synthèse du 8 novembre l’initiative de la journaliste et militante féministe allemande Alice SCHWARZER, qui a mobilisé 90 personnalités pour une campagne « Nous exigeons l’abolition de la prostitution ! », relayé par le magazine féministe Emma fondé par Alice SCHWARZER. M le Magazine du Monde consacre deux pages de portrait à « L’Allemande tout feu tout femmes ». « A 70 ans, (elle) continue la lutte », souligne l’hebdomadaire, qui voit en Alice SCHWARZER, « un lobby à elle seule (…) qui parvient régulièrement à imposer ses idées au cœur du débat public allemand ».

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 12


Egalité dans la vie professionnelle La parité entre les femmes et les hommes chez Euro Disney Prenant les devants sur la loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes, Euro Disney vient de signer avec trois syndicats son quatrième accord depuis 2004 sur la parité au sein de l’entreprise qui emploie14 000 salariés. Trois syndicats - CGT, CFDT et CFTC - ont signé le texte, soit la majorité des voix syndicales de l’entreprise. Le contenu de l’accord concrétise des avancées sur la parité, notamment en termes de recrutement, de rémunération, sur la conciliation entre vie personnelle et familiale ou encore la formation. Les points forts de cet accord ont été révélés dans l’édition du Parisien Seine-et-Marne du 12 novembre. « Accord égalité hommes-femmes à Disney » souligne Entreprise & Carrières le même jour.

« La cuisine a-t-elle un sexe ? » Le 9 novembre, sept activistes du groupe féministe La Barbe se sont invitées à l’Université populaire de la gastronomie de Tours. Selon l’association, ces rencontres consacrent « la domination des hommes aux fourneaux » ; « au comité de pilotage et à la cérémonie de doctorat Honoris Causa de cette « université populaire », on comptait 92 % d’hommes, et 79 % des interventions gastronomiques étaient masculines ». Pour La Barbe, « depuis le Paléolithique, la toque n’est fièrement porté que par des chefs exhibant virilement spatule et fouet » ! L’association rappelle les chiffres dans son dossier de presse : « Le machisme en matière de gastronomie est une donnée de base : 94 % des chefs cuisiniers sont toujours des hommes ! (…) En 2011, les hommes représentent 558 des 571 chefs étoilés, soit 98 %. Sur les 13 cheffes étoilées, 12 d’entre elles ont une seule étoile ». La féminisation du monde gastronomique (synthèses des 19 octobre 2009, 7 janvier, 8 mars 2011, 21 février et 15 juin, 18 novembre 2012 et 17 mai 2013) serait-elle aussi lente que le reste du monde professionnel ? C’est également la question que pose, avec humour, l’édition du guide Fooding 2014 qui vient de sortir. « Le Fooding, version moderne et anglo-saxonne de la gastronomie est un mouvement dont l’ambition est de mettre la gastronomie à la portée de tous » rappelle Yolaine DE LA BIGNE sur le site d’Europe 1. « Comme chaque année, le guide nous offre 800 adresses succulentes mais avec cette fois-ci un bonus fort bienvenu dans ce milieu hyper machiste de la cuisine, un dossier, intitulé « la cuisine a-t-elle un sexe ? ». La réponse est très savoureuse, c’est non, évidemment ! ». Au menu du dossier de Fooding des articles comme « Le temps des butchefs » ou « Faites vous queer dans l’œuf ». Le 14 novembre, Les Nouvelles News nous signalent une note d’espoir : après la Suisse, c'est en Belgique qu'une femme, Arabelle Meirlaen, décroche, pour la première fois, le titre de « cheffe de l'année » décerné par le guide Gault & Millau.

L’Ecossaise Margaret BUCKINGHAM, troisième femme couronnée par le CNRS La médaille d’or 2013 du CNRS, l’une des plus prestigieuses distinctions scientifiques françaises, a été décernée à la biologiste Margaret BUCKINGHAM, spécialiste du développement des cellules musculaires. Troisième femme lauréate de la médaille d’or du CNRS depuis sa création en 1954 (après Christiane DESROCHE-NOBLECOURT en 1975 et Nicole LE DOUARIN en 1986), elle a réalisé « un parcours d’excellence scientifique », selon la ministre de la recherche, Geneviève FIORASO, « convaincue que cette médaille d’or servira de modèle et incitera des jeunes femmes à s’engager dans des carrières scientifiques » (La Croix du 20 septembre, Le Monde du 13 novembre).

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 13


Parité et vie politique Deuxième édition du Forum national des femmes politiques Quatre mois avant les élections municipales de 2014, la deuxième édition du Forum national des femmes politiques organisée par Femmes & Pouvoir se déroulera les vendredi 29 et samedi 30 novembre à l’Hôtel de l’Industrie à Paris. Elle réunira 300 élues venues de toute la France. Créée en 2012, Femmes & Pouvoir a pour objectif d'inspirer et d'encourager les femmes dans leur carrière politique. Après une première édition centrée sur le thème de l'innovation (synthèse du 31 août), la deuxième édition s'articule autour du thème « Des ambitions citoyennes » et accueillera, entre autre, les deux candidates à la Mairie de Paris, Nathalie KOSCIUSKO‐MORIZET et Anne HIDALGO. « A l’approche des municipales de 2014, la parité, loin d’être atteinte, reste un enjeu majeur de ces élections et l’occasion idéale pour féminiser et renouveler le personnel politique français », estime Femmes & Pouvoir. « Pour résoudre ce problème, 300 élues de toute la France et de tous les partis participeront aux débats et ateliers du Forum Femmes & Pouvoir pour penser de nouvelles solutions pour la progression de la parité politique en France ». Chantal JOUANNO, Laurence ROSSIGNOL, Sophie AUCONIE, Isabelle DEBRE, Nora BERRA et de nombreuses personnalités politiques se mobilisent à cette occasion pour revendiquer « une augmentation et une normalisation de la place des femmes en politique ». Retrouver toutes les informations sur le site de femmes et pouvoir

Ces femmes politiques dans le viseur des racistes « Les insultes racistes à l'encontre de Christiane Taubira (synthèse du 8 novembre) ont provoqué la colère de la classe dirigeante », estime L’Express sur son site, « mais la garde des Sceaux n'est pas la seule cible de ces attaques. Retour sur ces femmes politiques françaises victimes de xénophobie ». Et le journal de citer Najat VALLAUD-BELKACEM (L’Express l’avait déjà signalé dans son édition du 13 novembre), Rama YADE ou Rachida DATI. L’hebdomadaire revient également sur les menaces proférées par des membres du Front national contre une de leur candidate (qui a depuis quitté le parti d’extrême droite), Nadia PORTHEAULT. Enfin, signalons que dans Libération du 14 novembre, c’est encore une fois une femme, Viriginie DESPENTES, écrivaine et cinéaste, qui adresse un texte émouvant à Christiane TAUBIRA : « C’est vous, madame, la « belle et haute voix » ».

Chili : la socialiste Michelle Bachelet arrive en tête de la présidentielle L'ex-présidente socialiste du Chili et ancienne directrice d’ONU Femmes, Michelle BACHELET, est arrivée largement en tête du premier tour de la présidentielle chilienne, dimanche 17 novembre (synthèses des 29 mars, 1er et 25 juillet). Elle affrontera sa rivale de droite, Evelyn MATTHEI, lors d'un second tour le 15 décembre, après avoir échoué à dépasser les 50 % des voix nécessaires pour éviter le face-à-face. La plupart des journaux avaient consacré des enquêtes et reportages sur ces élections (Le Soir du 17 octobre, Libération, La Croix et Madame Figaro du 15 novembre. Et, alors que Le Monde du 15 novembre a choisi de dresser le portrait de Barbara FIGUEROA, « le nouveau visage du syndicalisme chilien », qui « à la veille de la présidentielle, (…) est devenue incontournable », nous retrouvons dans L’Humanité du 14 novembre, Camila VALLEJO (photo ci-dessus - Synthèses des 5, 23 septembre, 28 octobre et 23 novembre 2011) l’une des « jeunes à l’assaut des institutions ». L’ancienne cheffe de file du mouvement étudiant était en effet candidate aux élections législatives qui se tenaient également le 17 novembre au Chili.

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 14


Egalité dans la vie personnelle et sociale Remise du rapport du HCE sur l’IVG Suite à la remise du rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh), sur le droit à l’interruption volontaire de grossesse (synthèse du 8 novembre), Osez le féminisme ! a publié un communiqué (12 novembre) pour saluer ce rapport ambitieux. « L’IVG doit être pleinement reconnue comme un droit, et non comme une dérogation ! », s’exclame l’association qui invite les parlementaires « à s’emparer de ces mesures pour les introduire dans une proposition de loi, ou dans le cadre de la loi égalité ». « Nous appelons également le gouvernement, en particulier le ministère de la santé et le ministère des droits des femmes, à se saisir de ce rapport au plus vite, afin que l’IVG soit enfin un droit pleinement reconnu et accessible à toutes » écrit OLF. Le 8 novembre, le Centre national d’information sur les droits des femmes et des familles (CNIDFF) avait aussi diffusé un communiqué de presse titré « Pour un accès plein et entier au droit à l’IVG » pour soutenir le rapport du Haut conseil. « Ce droit acquis de hautes luttes se doit en effet d’être reconnu comme un droit à part entière », estime le CNIDFF. Par ailleurs, Fatima LALEM, adjointe au maire de Paris, s’inquiétait le même jour de l’action des anti IVG tels que « Alliance Vita » et les catholiques intégristes, qui, selon elle, « sont en train de monter en charge et attaquent le droit à l’IVG et les préconisations du rapport sur les réseaux sociaux ». Deux hebdomadaires sont également revenus sur le sujet. L’Humanité Dimanche du 14 novembre souligne que les obstacles à l’IVG perdurent, et titre, « IVG : le retour des voyages en Angleterre ? ». De son côté, La Vie du même jour, consacre son éditorial à « l’autre débat » sur l’avortement. Le magazine catholique regrette que l’on efface des textes légaux « toute reconnaissance du caractère particulier de l’avortement », pour en faire un « acte médical comme un autre » et estime que le Gouvernement veut « évacuer le dernier obstacle (à l’IVG) en récusant la notion de détresse ».

Grossesse et usage de substances psychoactives Le plan gouvernemental de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT) a orienté ses efforts vers les populations qui, pour des raisons sanitaires ou sociales, sont les plus exposées aux risques et notamment les femmes enceintes consommatrices de substances psychoactives. Un guide concernant l’usage de substances psychoactives durant la grossesse a été publié par le Réseau de prévention des addictions (RESPADD) avec le soutien financier de la MILDT, la Direction générale de la santé (DGS), la Fédération addiction et la Mutuelle nationale des hospitaliers. Ce guide est un support de référence pour les professionnel-le-s engagé-e-s dans la prise en charge et le suivi des femmes usagères de drogues avant, pendant et après la grossesse. Télécharger le guide sur le site de RESPADD

Une conférence pour une couverture plus importante du sport féminin Sport et Citoyenneté organise une conférence sur le thème « Femmes, sport et médiatisation : pour une couverture plus importante du sport féminin », le mercredi 27 novembre, en partenariat avec le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), avec le soutien du ministère des Sports et de la Fondation du sport français Henri Sérandour. Sport et Citoyenneté a créé en 2010 un réseau d'expert-e-s européen-ne-s sur le thème de la médiatisation du sport féminin. Leurs contributions ont été réunies dans un ouvrage collectif intitulé « Femmes, Sport et Médiatisation en Europe : la Directive Télévision Sans Frontières, pour une couverture plus importante du sport féminin » qui sera distribué lors de la conférence. Cet événement a vocation à présenter les résultats de cette publication, et débattre des enjeux de la médiatisation du sport féminin. Pour en savoir plus et s’inscrire sur le site de Sport et Citoyenneté

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 15


Lutte contre les violences Ne pas parler du disque de Bertrand CANTAT Dans son édition du 15 novembre, 20 Minutes a choisi de ne pas parler du nouveau disque de Bertrand CANTAT, mais de la façon dont les médias parlent du nouveau disque de Bertrand CANTAT. « Le musicien sort un album dont les médias ne savent pas trop comment parler », explique le quotidien gratuit qui souligne également que « la sortie de l’album semble compliquée à gérer » pour Barclay. Et de rappeler qu’« initialement prévue le 25 novembre, elle coïncidait avec la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes », l’annonce a été accompagnée d’un « bad buzz » (synthèse du 30 septembre). De fait, la sortie de l’album n’a fait l’objet d’aucun plan de communication. « Dans plusieurs rédactions, le malaise divise les journalistes » révèle 20 Minutes, ce qui se sent à la lecture de différentes critiques… « Il y a ceux qui pensent qu’il ne faut plus faire de promotion pour CANTAT, par respect pour la famille de Marie TRINTIGNANT. D’autres qui veulent en parler, mais sans complaisance. Et enfin ceux qui pensent qu’il convient de ne parler que de la musique et non plus des affaires judiciaires ». Et l’un d’eux de rappeler que « tous les trois jours une femme meurt en France sous les coups d’un homme. CANTAT est une ligne de cette statistique et rien d’autre ». « Statistique qui sera absente de la plupart des chroniques musicales à paraître ces prochains jours », souligne 20 Minutes.

Au Yémen, la longue lutte contre les mariages précoces Annoncée à la une de son édition du 14 novembre (« Mariées de force à huit ans : le fléau du Yémen »), Le Monde consacre une page à la lutte engagée par le pays le plus pauvres de la péninsule Arabique contre les mariages précoces. Le quotidien annonce que la Conférence du dialogue national va examiner un texte portant à 18 ans l’âge minimum pour contracter une union. Dans ce pays, où les organisations non gouvernementales (ONG) estiment que 14 % des filles sont mariées de force avant l'âge de 15 ans, et 52 % avant 18 ans, « la nouvelle a pris l'allure d'une petite révolution » indique Le Monde qui publie un reportage sur la situation, que résume un député islamiste, « ouvert au débat » : « Le problème n'est pas dans les lois. Il est dans les esprits. Nous devons avant tout éduquer les gens. Alors on pourra régler les principaux problèmes sociaux dans les zones rurales, dont l'illettrisme ».

Nous reviendrons dans notre prochaine synthèse sur les toujours nombreuses réactions et prises de position sur la lutte contre le système prostitutionnel

Culture, communication « Wajma, une fiancée afghane » « Wajma, une fiancée afghane », un drame de Barmak AKRAM avec Wajma BAHAR et Mustafa ABDULSATAR, sortira en salle le mercredi 27 novembre. Selon le synopsis, « Wajma, adolescente afghane, vit librement à Kaboul et se prépare à des études supérieures lorsqu’elle tombe sous le charme de Mustafa, jeune serveur qui semble très amoureux d’elle. Ils sont espiègles et passionnés, mais aussi prudents face aux règles de la société qu’ils enfreignent ». Ce film afghan retrace alors la trajectoire de cette jeune femme moderne qui va être obligée d'avorter dans un pays étranger, car elle est en proie au poids de la tradition, dans une société résolument conservatrice.

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 16


Des photographes subliment des femmes handicapées « Ils ne montrent pas le handicap, mais la femme. En FrancheComté, un collectif de photographes professionnels a pris ce parti. Une démarche qui permet aux modèles de se retrouver avec leur corps meurtris ». Le site Culturebox présente le projet de l’Association pour la reconnaissance et l’épanouissement de la femme en situation de handicap (AREFH). A partir de cette expérience, l’association franc-comtoise va créer une exposition photographique itinérante composée d’une série de portraits sélectionnés parmi ceux réalisés. Pour en savoir plus sur le projet

Et maintenant… les sexygénaires… « Au-delà de 45 ans, êtes-vous toujours bankable ? » se demandait Madame Figaro dans une enquête sur les femmes de plus de 45 ans et le travail, à l'occasion du 9e Women's Forum (synthèse du 22 octobre). « Bankable » (ou rentable), on ne sait pas, mais Le Nouvel Observateur, dans son édition du 7 novembre, se penche lui aussi sur la génération des baby-boomers à l’aube de leur septième décennie… Le sociologue Gérard MERMET, jadis explorateur avisé de leur entrée en société de consommation, leur a trouvé un nom : « les sexygénaires »… néologisme que Le Nouvel Observateur reprend en une en choisissant une femme (Fanny ARDANT) pour illustrer le sujet… Pourquoi pas un homme ?

« Femmes, mangroves et coquillages de l'île de Siberut » Pour la prochaine séance du séminaire « Sexe et Genre : pour un dialogue interdisciplinaire au carrefour des sciences de la vie et des sciences humaines », le vendredi 22 novembre, l’Institut Emilie du Châtelet, accueillera Ariadna BURGOS, du laboratoire « Eco-anthropologie et ethnobiologie » (CNRS-MNHN), qui présentera le fruit de ses observations et des échanges réalisés auprès des femmes pêcheuses-cueilleuses dans la mangrove de l’île de Sibérut (Indonésie) à l’occasion de deux terrains entre 2010 et 2011. Durant neuf mois, la scientifique a suivi ces femmes, ce qui lui a permis de comprendre comment elles parviennent à utiliser leur milieu et à agir sur lui. Pour en savoir plus sur le site de l’IEC

Pour information, cette synthèse est réalisée à partir d’alertes d’actualité internet, de la surveillance des sites institutionnels français, ainsi que d’une sélection de sites associatifs francophones, des informations et documents reçus par le bureau de l'animation et de la veille et d’une sélection de la presse quotidienne et hebdomadaire nationale. - Photos © DR Direction générale de la cohésion sociale – Service des droits des femmes et de l'égalité entre les femmes et les hommes Bureau de l'animation et de la veille - dgcs-sdfe-synthese@social.gouv.fr - http://www.femmes-egalite.gouv.fr/

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 15/11/2013 - 17


DGCS - SDFE Synthèse actualité 2013 11 15 (3)