Page 1

INGénieur de spécialité IC PARCE QUE conception rime avec innovation

Formation D’INGENIEUR SPécialité Ingénierie de lA CONception post BTS/DUT - sous statut étudiant ou par la voie de l’apprentissage

Innovation créativité

IC

Simulation

Prototypage rapide Gestion de projet

CAO

Formation assurée à l’InSIC, Institut Supérieur d’Ingénierie de la Conception de Saint-Dié-des-Vosges en partenariat avec l’Institut des Techniques d’Ingénieur de l’Industrie (ITII) Lorraine


8

RAISONS PERSONNELLES DE CHOISIR LA SPéCIALIté INGÉNIERIE DE LA CONCEPTION

13 2010

12

34 700 E

2000

1919

Repères 1919 : Création de l’Institut Métallurgique et Minier rebaptisé depuis Mines Nancy 2000 : Création de l’Institut Supérieur d’Ingénierie de la Conception et ouverture à SaintDié-des-Vosges de la Formation d’Ingénieur de spécialité Ingénierie de la Conception (FIIC) en parallèle à la Formation d’Ingénieur Civil des Mines (FICM) dispensée à Nancy 2010 : premiers apprentis diplômés

« Le diplôme d’une Grande École, renommée et prestigieuse, qui ouvre des possibilités de parcours à l’international. »

« Une formation d’avenir spécifique à Saint-Dié-des-Vosges, formation dispensée par une équipe d’enseignants-chercheurs disponibles. »

« La diversité de recrutement qui favorise le brassage des compétences et enrichit les échanges entre élèves ingénieurs. »

« L’opportunité de devenir ingénieur par la voie de l’apprentissage. »

FIIC en chiffres 21 étudiants et 15 apprentis diplômés en 2012 Salaire brut d’embauche en 2011 : 34 700 E

« La perspective d’emplois variés mais avec une spécialité reconnue. »

« Des promotions à taille humaine, gage d’une bonne intégration et d’une forte entraide. »

« Des travaux menés en équipe sur un site de pointe bénéficiant d’outils de conception et de prototypage rapide de dernière génération. »

Les candidats intéressés par les cursus d’Ingénieur de spécialité de Mines Nancy peuvent également découvrir la formation d’Ingénieur de spécialité Matériaux et Gestion de Production (FIMGP) : www.mines-nancy.univ-lorraine.fr

02

« L’assurance d’une insertion rapide dans le monde du travail, grâce à un an et demi d’expérience professionnelle. »


UNE VOIE

ROYALE APRèS BTS et DUT

Attentive aux besoins de l’économie, Mines Nancy propose deux formations de spécialité à destination des titulaires de BTS et de DUT. À Saint-Dié-des-Vosges, pôle d’excellence en Développement Rapide de Produit, elle forme en trois ans des ingénieurs de terrain en ingénierie de la conception.

Manque d’ingénieurs de terrain d’un côté. Souhait de nombreux diplômés de BTS ou de DUT d’évoluer vers des carrières d’ingénieur de l’autre... La spécialité Ingénierie de la Conception répond à ce paradoxe en s’appuyant sur une vraie proximité avec les industriels. Un partenariat qui plonge ses racines dans l’alternance, avec pour les élèves ingénieurs dix-huit mois de formation en entreprise, synonyme d’autant d’expériences professionnelles. Cette formation d’ingénieur se déroule à l’InSIC, Institut Supérieur d’Ingénierie de la Conception, Groupement d’Intérêt Public qui associe Mines Nancy, Mines Albi et le CIRTES, Centre Européen de Prototypage et d’Outillage Rapide. Elle fait l’objet d’un partenariat avec l’Institut des Techniques d’Ingénieur de l’Industrie (ITII) Lorraine. Localisée à Saint-Dié-des-Vosges, elle prépare aux métiers de l’industrie, avec une orientation marquée pour la conception de produits et d’outillages. Les débouchés naturels, même s’ils ne sont pas exclusifs se situent dans les secteurs de la plasturgie et de la mécanique. À l’issue de leur parcours, les élèves reçoivent le titre d’ingénieur de l’école des Mines de Nancy dans la spécialité Ingénierie de la Conception, un titre validé par la Commission des Titres d’Ingénieur (CTI) et qui confère à son titulaire le grade de Master.

Des valeurs partagées Ouverte aux élèves ingénieurs sous statut étudiant ainsi qu’aux apprentis depuis 2007, la spécialité Ingénierie de la Conception jouit d’une excellente image auprès des employeurs, PME-PMI et grands groupes. Les qualités qu’ils lui reconnaissent : l’équilibre formation à l’école et formation en entreprise, la connexion avec les réalités du monde industriel et l’ouverture à l’international que favorise la part d’enseignement accordée aux langues (20 % du cursus).

03


élèves ingénieurs,

OUI...

Parcours de prédilection des titulaires de DUT et de BTS attirés par les carrières d’ingénieurs, la formation de spécialité Ingénierie de la Conception emprunte avec réussite la voie de l’apprentissage depuis 2007.

Les recrutements en 1re année (moyenne)

Cursus éligibles BTS*

15 BTS

12 DUT

3 ATS

2 LP

1 PT

En 1re année, les étudiants qui intègrent la formation sont en grande majorité titulaires de DUT et de BTS dans les spécialités de la conception, de la mécanique et de la plasturgie. L’École recrute également des élèves des classes préparatoires PT, TSI, de Cycle Préparatoire Polytechnique (CPP) ou des classes préparatoires aux grandes écoles ATS (Adaptation Technicien Supérieur) et des titulaires de Licences Professionnelles (LP). Les promotions comptent une trentaine d’élèves ingénieurs sous statuts étudiant et apprenti. En 2e année, la formation s’ouvre aux étudiants ayant un niveau Master (M1) ou un titre ou niveau jugé équivalent dans une filière à caractère professionnel, en particulier aux candidats issus des formations ayant le Label des Instituts Universitaires Professionnalisés (Label IUP) ou délivrées par le Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM). Elle accueille également, dans le cadre de la formation continue, des techniciens d’entreprises titulaires d’un BTS ou d’un DUT et justifiant d’au moins trois années d’expérience professionnelle.

- Conception de produits industriels - Industrialisation des produits mécaniques - Conception et industrialisation en microtechniques - Conception et réalisation de carrosseries - Assistant technique d’ingénieur - Plasturgie - Design de produits - Étude et réalisation d’outillages de mise en forme des matériaux - Mise en forme des alliages moulés - Mise en forme des matériaux par forgeage - Maintenance industrielle - Mécanique et automatismes industriels

DUT*

- Génie mécanique et productique - Génie industriel et maintenance - Qualité, logistique industrielle et organisation - Science et génie des matériaux

CLASSES PRÉPARATOIRES ATS  SSES PRÉPARATOIRES CLA PT OU TSI CPP : LA PRéPA DES INP LICENCES PROFESSIONNELLES

Les clés de l’admission Personnalité, motivations, capacités d’évolution... À l’heure du recrutement, le dossier scolaire n’est pas le seul facteur qui entre en ligne de compte. En pratique, l’admission se fait après examen du dossier et passage devant un jury. Composé d’enseignants et d’intervenants issus du monde professionnel, celui-ci se prononce à la fois sur le niveau scolaire des candidats et sur leur motivation. C’est le classement établi à l’issue des entretiens qui conditionne l’intégration finale.

Renseignements et inscriptions

Les dossiers de candidature sont disponibles à partir de mi-mars sur le site de l’Institut : www.insic.fr Date limite de dépôt du dossier : fin avril • Résultats d’admissibilité : mi-mai • Entretiens avec le jury et admissions définitives : début juin • Les droits universitaires sont ceux de tout établissement public de l’enseignement supérieur.

04

* La candidature de titulaires de diplômes non cités est examinée au cas par cas.

VAE : une porte ouverte pour les salariés Le diplôme d’ingénieur de Mines Nancy spécialité Ingénierie de la Conception est également accessible par le biais du dispositif VAE mis en place par le Service Formation Continue de l’Université de Lorraine. En savoir + : www.fc.univ-lorraine.fr Une opportunité qui s’offre aux salariés pouvant justifier de trois années d’expérience professionnelle dans le domaine.


ET AUSSI

APPRENTI(E)S

Élèves ingénieurs à part entière, les apprentis bénéficient, c’est la condition de leur réussite, d’une alternance savamment orchestrée entre l’École et leur entreprise d’accueil.

Les conditions pour être admis(e) en 1re année dans la voie de l’apprentissage ? Être titulaire d’un DUT ou d’un BTS des spécialités de la conception, de la mécanique et de la plasturgie ; être âgé(e) de moins de 26 ans à l’entrée en formation ; avoir signé un contrat d’apprentissage de 3 ans avec une entreprise. Le recrutement se fait sur la base de l’examen du dossier scolaire, suivi d’un entretien oral. Mais le Conseil Pédagogique de la formation se réserve le droit de ne pas accepter un candidat à l’apprentissage dont l’entreprise d’accueil ne donnerait pas suffisamment de garanties en termes de tutorat ou de proposition de projet.

50 % Ouverte à l’alternance en 2007, la formation de spécialité Ingénierie de la Conception a diplômé en 2010 sa première promotion d’apprentis. Ces derniers représentent aujourd’hui près de 50 % des effectifs.

Tutorat : des échanges en continu

CFAI Meurthe-et-Moselle Meuse - Vosges

Espace Entreprise et Formation 10, rue Alfred Kastler - Site Saint-Jacques II 54320 Maxéville - tél. : 03 83 95 35 32 www.cfai-nancy.com

CFAI Moselle - CEFASIM

Espace Cormontaigne - 3, avenue Gabriel Lippmann 57970 Yutz - tél. : 03 82 82 43 80 www.cfai-moselle.com.fr

L’École organise les rencontres entre tuteurs industriels et tuteurs académiques. Ces échanges se déroulent alternativement en centre de formation, lieu d’apprentissage des savoirs et des savoir-faire et en entreprise, lieu d’acquisition des compétences et des capacités professionnelles. Le rythme : quatre rencontres en première et en troisième année, et deux en deuxième année. 

18 mois en entreprise Le calendrier de formation des apprentis prévoit une alternance de périodes académiques et de formation en entreprise de deux à six semaines, avec un stage de fin d’études de six mois, soient au total 18 mois en entreprise…

École - Industrie : les deux font la paire Un apprentissage réussi met en adéquation les besoins du monde professionnel et les exigences pédagogiques. Sur ce plan, la formation peut compter sur l’appui de l’Institut des Techniques d’Ingénieur de l’Industrie (ITII) Lorraine qui fédère partenaires académiques et partenaires industriels, principalement au travers de l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM) Lorraine. Les Centres de Formation des Apprentis de l’Industrie (CFAI) présents en Lorraine accompagnent les candidats dans leur recherche d’une entreprise d’accueil dès le recrutement, puis valident leur contrat d’apprentissage.

05


UNE PRIORITé

LA FORMATION

À Saint-Dié-des-Vosges, la formation en Ingénierie de la Conception est dispensée par une équipe pédagogique qui associe enseignants-chercheurs et intervenants industriels. Une garantie d’ouverture.

Aux 650 heures de cours académiques que compte chacune des trois années de spécialité, viennent s’ajouter séjours en entreprises et projets industriels. Un programme équilibré qui permet à l’élève ingénieur de gagner progressivement en compétences et en autonomie.

conception de produits, ils offrent à l’élève ingénieur l’occasion d’appliquer les méthodes et les outils de la filière numérique, en conception, simulation, calcul et réalisation de maquettes ou de prototypes. 

Sur le plan de l’organisation, les périodes de formation sont, en 1re année, communes aux étudiants et aux apprentis. Il en va autrement à compter de la 2e année. Les apprentis vivent alors leur alternance au rythme de 15 jours en école et 15 jours en entreprise et terminent en 3e année par un projet professionnel qui court sur tout le dernier semestre.

Saint-Dié-des-Vosges comme Nancy accorde une attention toute particulière à l’enseignement de l’anglais et à l’ouverture sur l’international. Les élèves ingénieurs sous statut étudiant ont l’opportunité d’effectuer leur stage industriel de 2e année dans de nombreux pays d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie. Ils peuvent aussi choisir d’accomplir leur 3e année de scolarité dans une université étrangère (Suède, Espagne, Allemagne, Canada…) ou dans une autre université française. Fait nouveau, les élèves ingénieurs, étudiants et apprentis recrutés en juin 2013 effectueront tous un séjour minimum de 10 semaines à l’étranger.

Créativité et initiative

Fers de lance de la formation, les projets industriels jouent un grand rôle dans le développement de la créativité et de l’esprit d’initiative. Liés au cours de

10 semaines à l’international

Double diplôme sans frontière Mines Nancy et la Hochschule de Mannheim ont conclu en 1994 un accord de double diplôme qui permet aux élèves ingénieurs germanistes d’effectuer 18 mois en Allemagne. À l’issue de leur cursus, les étudiants obtiennent le Master Maschinenbau de la Hochschule de Mannheim et le diplôme d’Ingénieur (grade de Master) de Mines Nancy, spécialité Ingénierie de la Conception. Ce programme a le soutien de l’Université franco-allemande.

Le sablier des enseignements

Volume horaire des enseignements par année 1re année

2e année

3e année

étUdiants créativité - innovation

15h 24h

40h

conception de produits

304h

management

114

176h 40h

46h

15h 28h

40h

336h

117h

h

enseignements scientifiques projets industriels

338h

126

h

100h

45h

120h

APPRENTIS créativité - innovation conception de produits

320h

management

118

enseignements scientifiques projets industriels

06

154

h

h

206h 40h

40h

38h

374h 60

h

140h


UNE FINALITé

l’ENTREPRISE

Né pour épouser les réalités du monde économique, le cursus est rythmé par les missions en entreprise, qui représentent à elles seules la moitié du temps de formation.

La formation en entreprise se positionne en parfait complément des enseignements généraux, scientifiques et technologiques et sert au mieux le projet professionnel de chacun. À charge pour le futur ingénieur de capitaliser connaissances théoriques et expériences professionnelles, qui viendront enrichir son offre de compétences. Sous statut étudiant, l’élève ingénieur effectue 3 stages de 4 à 6 mois et mène à bien 2 projets industriels. Autant d’occasions de parfaire sa connaissance du milieu professionnel au contact d’entreprises et dans des secteurs d’activités différents. Sous contrat pour une durée de 3 ans, l’apprenti ingénieur participe quant à lui concrètement à la vie de son entreprise d’accueil : politique de l’établissement, introduction de nouveaux outils, organisation des ressources humaines autour des projets, recrutement de nouveaux salariés…

Des partenaires économiques très impliqués Petites, moyennes ou grandes, locales ou internationales, les entreprises contribuent très activement au succès de la formation. Leur engagement prend de multiples formes : embauches d’élèves, participation directe à des enseignements, accueil de stagiaires et d’apprentis... Quelques grands noms : ACTARUS, AIRBUS INDUSTRIE, AKKA, ALTECO TECHNOLOGIES, AREVA, BACCARAT, BASEL TECHNIK AEROSPACE, CEA, DAM, CONVERTEAM, DAILLOT, DAUM, DELPHI, ECLATEC, FAURECIA, FIVES CRYOGÉNIE, FIVES NORDON, GANTOIS, GRUPO ANTOLIN, INTEVA PRODUCTS, MBDA, MEA, MECACHROME, MECAPLAST-ARIES, MERCEDES BENZ, MECMAS, NUMALLIANCE MACSOFT, PIERBURG, PRECILEC, PSA, PTP INDUSTRY, REALMECA, RENAULT, ROLEX, SAFRAN, SAINT-GOBAIN PAM, SIMEDA, SOGECLAIR, SOGEFI, STEELCASE, VHM HEINRICH, VOLVO TRUCKS, WAGON, 3D PROD…

Des cas concrets tirés de l’industrie Responsable de la division ingénierie d’Atelco Technologies, une société d’études et de réalisations industrielles de 22 personnes rattachée au groupe Sofimeca, Dany Michel est un partenaire de longue date de l’InSIC. En qualité d’intervenant extérieur, il apporte aux étudiants son éclairage industriel sur la gestion de projet : « En cours - une trentaine d’heures par an - les élèves ingénieurs sont invités à mettre en pratique un certain nombre d’outils et de méthodes, depuis la formalisation du besoin jusqu’à la résolution concrète du problème posé. » Rien à voir avec un manuel de formation : « On travaille sur des cas réels, directement tirés de notre expérience, l’objectif étant de parvenir à un résultat qui soit conforme voire qui dépasse les attentes du client. » En dehors des cours, Atelco Technologies accueille également des stagiaires en provenance de l’InSIC. Il arrive même que certains débutent leur carrière dans le groupe. Et de citer l’exemple de ce diplômé de la première promotion qui dirige aujourd’hui un bureau d’études à Nancy.

07


année

1

re

08

1

sept.

sept.

I

I

oct.

oct.

I

I

nov.

nov.

I

I

déc.

déc.

I

I

janv.

janv.

I

I

fév.

fév.

I

I

mars

mars.

I

I

Cycle d’alternance apprenti

Période en entreprise.

avril

avril

I

I

mai

mai

I

I

juin

juin

I

I

juil.

juil.

I

En 1re année, l’élève ingénieur effectue son stage dans un bureau d’études.

Stage d’Assistant Ingénieur : 4 mois

apprentis

I

août

e

2

août

sept

2

e

sept.

Méthodes et outils pour la CAO • Conception de produits de type ensemblier • Hygiène et sécurité • Eco conception • Développement durable • Mécanique des fluides • Modélisation et dimensionnement de pièces par éléments finis • Cotation fonctionnelle et tolérancement • Métrologie • Aspects marketing et évaluation globale des coûts • Matériaux composites, multimatériaux • Choix des matériaux • Procédés de mise en forme des matériaux métalliques • Application des principes de la rhéologie et de la thermique aux procédés de transformation des polymères • Optimisation pour la conception mécanique 

Méthodes d’innovation • Méthodes et outils de veille technico économique

année

Mini-projet : créativité

Séminaire de Mathématiques • Mathématiques • Méthodes numériques pour l’ingénieur • Physico Chimie des matériaux • Informatique • Thermodynamique, Énergétique, Transferts thermiques

Communication écrite, orale et visuelle • L’entreprise et son environnement • Gestion de Projet • Anglais

Introduction à la conception de produits • Ingénierie simultanée en conception • Analyse fonctionnelle et analyse de la valeur Méthodes et outils pour la CAO • Chaîne numérique et Prototypage rapide • Cinématique, Dynamique des systèmes mécaniques • Statique - Résistance des matériaux Mécanique des solides élastiques • Propriété industrielle et dépôt de brevet • Réglementation, Normalisation, Certification • Propriétés physico-chimiques et mécaniques des polymères • Propriétés et comportement des matériaux métalliques  • Procédés de mise en forme des polymères

re

année

statut apprenti

Base du design, créativité • Méthodes et outils de veille technico économique

année

Méthodes et outils pour la CAO • Conception de produits de type ensemblier • Hygiène et sécurité • Mécanique des fluides • Modélisation et dimensionnement de pièces par éléments finis • Métrologie • Matériaux composites, multimatériaux • Procédés de mise en forme des matériaux métalliques • Application des principes de la rhéologie et de la thermique aux procédés de transformation des polymères • Ingénierie simultanée

Méthodes d’innovation

Mini-projet : créativité

Séminaire de Mathématiques • Mathématiques Méthodes numériques pour l’ingénieur • Physico Chimie des matériaux • Informatique

L’entreprise et son environnement • Communication, affirmation de soi • Anglais

Introduction à la conception de produits • Analyse fonctionnelle analyse de la valeur • Méthodes et outils pour la CAO • Chaîne numérique et Prototypage rapide • Cinématique, Dynamique des systèmes mécaniques • Statiques • Résistance des matériaux • Mécanique des solides élastiques • Propriétés physico-chimiques et mécaniques des polymères • Propriétés et comportement des matériaux métalliques • Procédés de mise en forme des polymères

Base du design, créativité • Méthodes et outils de veille technico économique

statut étudiant

ARCHITECTURE DE FORMATION FORMATION ACADémique

FORMATION EN ENTREPRISE

étudiants

I

I

oct.

oct.

I

I

nov.

nov.

I

I

déc.

déc.

I

I

janv.

janv.

I

I

fév.

En 2e année, le stage en entreprise met l’accent

Stage d’Assistant

fév.

Période

Cycle


mars

I

I

avril

avril

en entreprise.

I

I

mai

mai

I

I

juin

juin

d’alternance apprenti

I

I

juil.

juil.

I

Ingénieur d’Études : 4,5 mois

sur la démarche de Recherche & Développement.

apprentis

I

août

année

mars

e

3

août

sept

3

e

sept.

I

I

oct.

oct.

I

I

nov.

nov.

10h

I

I

déc.

déc.

I

I

janv.

janv.

I

I

fév.

fév.

I

I Projet de fin d’études

Anglais

Conception Produit-Process • Simulation numérique de la mise en forme des matériaux plastiques • Simulation numérique de la mise en forme des matériaux métalliques • Usinage grande vitesse, outillage rapide

Innovation et développement technologique

année

Informatique • Mécatronique

Préparation et conduite d’une réunion • Critères de constitution d’une équipe projet • Compétences et ressources humaines • Gestion de Projet • Santé sécurité au travail • Économie d’entreprise • Anglais

mars

mars

50h

I

I

avril

avril

Cycle d’alternance apprenti

I

I

mai

mai

Projet 2A-3A

Cotation fonctionnelle, tolérancement géométrique • Mécatronique

Management d’une équipe de travail • Droit du travail Hygiène et sécurité • Création d’activités • Anglais

Optimisation pour la conception mécanique • Conception Produit-Process • Simulation numérique de la mise en forme des matériaux plastiques • Simulation numérique de la mise en forme des matériaux métalliques • Choix des matériaux, approche produit-procédés • Recyclage, écobilan • Modélisation et simulation du comportement des coques minces • Usinage grande vitesse, outillage rapide • Conception des assemblages, mécanique des contacts • Étude d’outillage d’injection et d’extrusion  • La gestion de Production 

Innovation et développement technologique

Projets 2A-3A

Informatique • Statistiques et plans d’expérience • Thermodynamique et thermiques • Automatique

Économie d’entreprise • Anglais • Travail en groupe, animation de réunion • Management de projet

Téléchargez le guide complet des enseignements sur www.mines-nancy.univ-lorraine.fr Rubrique : Formation Ingénieur de spécialité Ingénierie de la Conception > Téléchargez le syllabus.

Légende : volume horaire des enseignements

100h

200h

étudiants

étudiants

I

I

juin

juin

I

I

juil.

juil.

I

I

août

En 3e année, le futur ingénieur a en charge la responsabilité totale d’un projet.

Stage d’Ingénieur de Conception : 5 à 6 mois

apprentis

août

Période en entreprise.

Projet de fin d’études : 280 heures

09


SAINT-DIé-des-vosges

LE PLEIN DE TALENTS

Rien de tel qu’une entrée en matière réussie ! À Saint-Dié-des-Vosges, tout est réuni pour que l’élève ingénieur vive sa formation dans les meilleures conditions. 

Le plein de confiance

Promotion à effectif réduit, enseignants accessibles, agglomération à dimension humaine, à Saint-Diédes-Vosges, l’élève ingénieur bénéficie d’un contexte propice pour réussir ses études et entrer de plainpied dans le métier d’ingénieur.  Il est accueilli, en cœur de ville, dans un ensemble immobilier spécialement conçu pour la formation et dispose pour son hébergement d’une large offre de logements chez le particulier.

Le plein de stage

Deuxième bassin industriel français en termes de densité, principalement dans les secteurs de la plasturgie et de la mécanique, Saint-Dié-des-Vosges constitue un environnement exceptionnel pour les projets et les stages. Avec à la clé des perspectives de carrières dans des PMI innovantes ou dans de grands groupes industriels.

Le plein d’oxygène

Ville étudiante et vivante, par ailleurs capitale mondiale de la géographie, Saint-Dié-des-Vosges est située dans le Parc Naturel des Vosges. Un cadre de vie de qualité servi par des équipements diversifiés qui autorisent la pratique de nombreuses activités sportives : ski, équitation, escalade, randonnée, VTT, golf…

Le plein d’énergie

Partie prenante de la vie universitaire, l’association Indygo rassemble les élèves ingénieurs en formation à Saint-Dié-des-Vosges auxquels elle propose une multitude d’activités extrascolaires, culturelles, ludiques et sportives. À l’origine des principaux temps forts de l’année (gala de l’Institut, voyage de fin d’études, participation aux 24 heures de Stan, soirées étudiantes…), l’association entretient d’étroites relations avec la soixantaine de clubs et associations de Mines Nancy. Elle s’impose enfin comme un trait d’union essentiel entre les anciens élèves et les futurs ingénieurs.

Venir à Saint-Dié-des-Vosges par la route

• au départ de Paris : autoroute A4 • au départ de Strasbourg : autoroute A35 • au départ de Lyon et Luxembourg : autoroute A31

10

en train • 2 h 25 de Paris Est (TGV) • 50 min de Nancy (TGV) • 1 h de Strasbourg


Elève ingénieur en ingénierie de la conception, Sabah apprentie en 3e année et Julien jeune diplômé, reviennent avec enthousiasme sur leur parcours. Avant, pendant et après Saint-Dié-des-Vosges.

Mener de front un vrai emploi et de vraies études Sabah Massaoudi partage sa vie entre Strasbourg et Saint-Dié-des-Vosges. Un pied chez l’équipementier automobile Delphi et l’autre en 3e année à l’InSIC, en tant qu’apprentie. Après son BTS en conception microtechnique obtenu à Lyon, Sabah s’est tout naturellement tournée vers l’apprentissage, le meilleur moyen pour elle de financer ses études. Arrivée à Saint-Dié-des-Vosges en 2009, elle a appris dans un premier temps à mener de front un vrai emploi et de vraies études : « La première année, on passe beaucoup de temps à l’école,

ce qui ne m’a pas tellement changé. La différence est intervenue dès la 2e année. Après une longue journée en entreprise, il faut une certaine motivation pour se replonger dans les cours... Pour autant, quand la formation correspond à ce qu’on en attend, et c’est tout à fait le cas, il est plus facile de trouver ses marques ! » Sur le plan de l’ambiance à l’école, Sabah Massaoudi n’a connu aucune difficulté pour s’intégrer. « C’est un fait : à Saint-Dié-des-Vosges, étudiants et apprentis, on fait tous partie de la même promo ! »

Sabah Massaoudi - Promotion 2012

Un formidable esprit de groupe

Julien Bieber - Promotion 2011

Au cours de son stage de deuxième année, Julien Bieber a intégré SIMEDA médical au Luxembourg : un centre d’usinage de prothèses dentaires. Suite à son passage, l’entreprise a décidé de prolonger leur collaboration au cours du stage de fin d’études. Depuis le mois de septembre, il est embauché à plein temps dans l’entreprise. « Jusqu’en seconde, les études ne me motivaient guère, se souvient Julien. Une fois mon baccalauréat en poche, je me suis orienté vers un DUT génie industriel et maintenance. Frustré de ne pas avoir suffisamment de connaissances scientifiques, j’ai ensuite choisi de rejoindre une école d’ingénieurs... »

« Dans la filière FIIC, ajoute-t-il, les élèves ingénieurs viennent de divers horizons (DUT, BTS et prépa). Il y a un formidable esprit de groupe. Chacun apporte ses compétences, ce qui permet de s’entraider. » Ancien Président de l’association des étudiants, qui rassemble 90 élèves ingénieurs prêts à s’investir, Julien avoue avoir bien profité de ses années à Saint-Dié-des-Vosges. « C’est une petite ville jeune et dynamique, où les étudiants sont proches les uns des autres, ce qui nous vaut de n’être jamais seul. » Et d’ajouter : « La ville de Saint-Dié-des-Vosges, on pleure une fois quand on arrive et une fois quand on la quitte... »

11


LA TECHNOLOGIE à portée de main Sur le site de formation, à l’Institut Supérieur d’Ingénierie de la Conception, les élèves ingénieurs disposent de l’ensemble des outils nécessaires au Développement Rapide de Produit, outils qu’ils seront amenés à utiliser durant leur carrière.

L’Institut Supérieur d’Ingénierie de la Conception, hôte de la formation, est né à la fin des années 90 du rapprochement entre Mines Nancy, alors soucieuse d’ouvrir un parcours de spécialité en prise avec l’industrie, et du CIRTES, centre européen qui fait référence en matière de prototypage rapide et d’usinage avancé. C’est un Groupement d’Intérêt Public* auquel s’est jointe dès l’origine Mines Albi.

Recherche de pointe...

Qui dit formation, dit aussi recherche. Sur place, les treize enseignants qui animent la spécialité constituent les forces vives de l’Équipe de Recherche en

Mécanique et Plasturgie ((ERMeP) : une unité rattachée au LEMTA, Laboratoire d’énergétique et de mécanique Théorique et Appliquée commun à l’Université de Lorraine et au CNRS. C’est pour les élèves ingénieurs l’assurance de recevoir un enseignement actualisé qui coiffe toutes les étapes de la chaîne du Développement Rapide de Produit.

... et plateau technique à proximité

L’InSIC offre également aux futurs ingénieurs de spécialité un accès privilégié au meilleur de la technologie. Voisin de la plate-forme de prototypage rapide et d’outillage rapide du CIRTES, le Groupement d’Intérêt

Public dispose de son propre atelier de stratoconception®, équipé d’une machine-outil pour les matériaux tendres et d’une thermoformeuse. Il abrite aussi un équipement de numérisation par lumière structurée et un système immersif de réalité virtuelle. Un plateau technique piloté par une batterie de logiciels industriels, parmi lesquels CATIA V5 de Dassault Systèmes, Hyperworks d’Altair ou MATLAB de Mathworks. (*) Sous tutelle du Ministère de l’économie et des Finances et du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Un solide ancrage industriel et territorial Unique en son genre, l’InSIC bénéficie depuis sa création du soutien de la Fédération de la Plasturgie, de l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie, de la Fédération des Industries de la Mécanique, du Syndicat National du Caoutchouc et des Polymères, de groupes industriels leaders du secteur et de PMI lorraines innovantes. Il peut également compter sur une implication forte de l’Union Européenne et des collectivités territoriales, en particulier de la Ville de Saint-Dié-des-Vosges.

12


Le Développement Rapide de Produit crée l’événement C’est un rendez-vous qui fait date. L’InSIC et le CIRTES organisent depuis 2003 les Rencontres Internationales du Développement Rapide de Produit. Cet événement aborde régulièrement une thématique particulière : le design en 2007, le véhicule en 2008, les pièces composites en 2009... Au programme : séminaires scientifiques et technologiques, ateliers de démonstration et études de cas présentés par des entreprises de pointe. 

65 personnes « Aujourd’hui VirtuReal rassemble 65 personnes, ingénieurs, chercheurs et enseignants-chercheurs sur une plate-forme d’innovation de 6 000 m2. »

Du virtuel au réel : VirtuReal, un pôle comme nulle part ailleurs Créé en 1991, le Cirtes tire sa spécificité de deux axes de recherche, d’un côté, le prototypage et l’outillage rapide, de l’autre, la surveillance des processus d’usinage. Aux yeux de Claude Barlier, son fondateur et actuel Directeur Général, ce centre de R&D spécialisé a pour vocation première de doper l’innovation et le transfert de technologie en direction des PMI et des grands groupes. Pourquoi Saint-Dié-des-Vosges ? « Parce que c’est en Lorraine le bassin industriel le plus dense en termes de mécanique et de plasturgie et qu’en plus de cet ancrage industriel, nous avons pu bénéficier d’un fort soutien des collectivités locales et particulièrement de la ville. » « Dans les 10 premières années d’activité, nous avons mis en évidence des besoins importants en ressources humaines dans cette spécialité », ajoute-t-il. « Et nous nous sommes tout naturellement employés à y répondre. En 1997, nous avons créé une première formation de Master, suivie en 2000 d’une spécialité d’ingénieur pour laquelle nous nous sommes alliés à des partenaires de prestige, Mines Nancy et Mines Albi. » C’est l’origine de l’InSIC, devenu Groupement d’Intérêt Public et qui abrite depuis ces formations.

INORI, une plate-forme d’innovation nationale

Dans les années 2000, le développement des activités de R&D a également contribué à la création d’entreprises innovantes. Autour d’elles, du Cirtes et de l’InSIC s’est alors constitué VirtuReal. Ce pôle d’excellence regroupe aujourd’hui en un même lieu l’ensemble des maillons de la chaîne de Développement Rapide de Produit, de l’image jusqu’au prototype. Et il va encore monter en puissance grâce à la Plate-Forme d’Innovation INORI, qui vient d’être labellisée au plan national, suite à un appel à projets lancé par l’État, le Ministère du Redressement Productif et la Caisse des Dépôts. Forte de ses équipements de pointe, INORI permettra une collaboration plus étroite entre les industriels et les équipes de VirtuReaL lors des phases de tests et de mise au point : de quoi faciliter le passage de la R&D à l’Industrialisation de nouveaux produits.

Claude Barlier Directeur Général du Cirtes et Directeur de l’InSIC

13


PRÊT(E)

à partir à L’EMPLOI

À l’issue de sa formation, l’élève ingénieur dispose de solides arguments pour entrer de plain-pied dans le monde de l’entreprise, là où il le souhaite, car les ingénieurs de spécialité de Mines Nancy sont recherchés, même par temps de crise. 

Le niveau de rémunération augmente et le recrutement des ingénieurs fraîchement diplômés est très satisfaisant. Le recrutement se fait à 100 % en CDI et sous statut cadre. C’est une confirmation de l’attractivité de la formation, une preuve aussi que les relations partenariales entretenues par l’établissement avec les entreprises sont une garantie durable en termes d’insertion professionnelle.

Des profils recherchés

Acteurs de l’innovation dans l’entreprise, les Ingénieurs spécialisés en conception de produits sont particulièrement recherchés par les structures de moins de 500 salariés, Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) et PME/PMI. Sur les 3 dernières promotions, les jeunes diplômés occupent majoritairement des fonctions dans la cible du diplôme : le développement de produits. www.mines-nancy.univ-lorraine.fr

Des trajectoires à succès

34 700 euros en moyenne pour commencer

34 700 euros, c’est la rémunération brute moyenne constatée à l’embauche pour les jeunes diplômés en 2011 : un salaire en hausse par rapport à 2010, même si des disparités existent selon les entreprises, les régions et les pays.

70 % d’embauche 6 mois après la sortie de l’école

70 % des élèves diplômés en septembre 2011 ont trouvé leur premier emploi dans les 6 mois suivant l’obtention de leur diplôme. Tous ont été embauchés en tant que cadres. 17 % sont en recherche d’emploi, la moitié ayant refusé une ou plusieurs propositions. Les 13 % restants sont dans une autre situation. 63 % des anciens élèves en activité ont signé leur contrat de travail avant la fin de la formation.

Où se situe leur premier poste ?

Les 2/3 des diplômés intègrent une entreprise de moins de 500 salariés. C’est une donnée stable qui valide l’intérêt des ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) et PME pour les jeunes ingénieurs. Les diplômés 2011 ont trouvé du travail partout en France, avec un nombre d’expatriés qui reste identique d’une année sur l’autre.

Et après ?

18 mois après le diplôme, tous les anciens élèves ont occupé un emploi. 70 % ont une fonction en lien avec l’international. On note une évolution de la R&D vers d’autres fonctions plus applicatives et sectorielles des domaines de la mécanique vers les autres secteurs de l’économie. C’est le signe de leur capacité à s’adapter et à saisir les opportunités.

Secteurs d’activités : mode d’emploi (diplômés 2011)

Tous les diplômés en activité occupent des fonctions en lien avec le cœur de cible. 87 % se voient confier la responsabilité d’un projet.

Industrie automobile

14%

énergie

12%

44%

12% 6% 12%

médical design Industrie Ingénierie et Conseil en ingénierie

Source : enquête annuelle « Premier emploi » menée au cours du 1er trimestre 2012 par la Conférence des Grandes Ecoles. Taux de réponse : 88 %

14


Décollage réussi en jet privé « En entrant à l’InSIC, je n’avais pas de projet arrêté, ni de domaine de prédilection. J’ai donc mis mes stages à profit pour approcher des entreprises de tailles différentes, de cultures différentes, dans des domaines d’application différents : l’électronique chez Sony, la mécanique chez General Motors puis le génie civil dans le groupe français, Vinci... J’ai alors compris que c’était vers la conduite de projet que je devais m’orienter. » Son premier contrat de travail, Hugues Emmanuel Ritz le décroche dans l’aéronautique, avant même l’obtention de son diplôme. La société qui l’emploie, Jet Hugues Emmanuel Ritz Promotion 2006 aviation, compte 2 000 salariés et occupe General Manager - Basel un marché de niche : l’aménagement de Technik Aerospace jets privés. Après avoir débuté comme Ingénieur développement, puis accédé au poste de responsable des relations fournisseurs, il pilote au bout de deux ans une équipe de 17 concepteurs... Hugues Emmanuel a alors 27 ans et il décide de passer aux commandes. En septembre 2008, il crée, seul, Basel Technik Aerospace, toujours dans le secteur de l’aviation VIP et recrute en deux ans et demi, 12 ingénieurs chevronnés tous spécialistes de l’aviation d’affaire. « À l’instar d’un cabinet d’architecte, nous intervenons en amont, de la conception des plans jusqu’à la livraison, en passant par le suivi de fabrication et la coordination des différents corps de métier. » Le succès est au rendez-vous : aujourd’hui en pleine expansion, sa société dispose d’un carnet de commandes de rêve.

Un vrai tremplin

Quatre métiers en un !

Après son DUT de Génie Mécanique et Productique, Stéphane Auberger a rejoint l’équipementier automobile Delphi, comme technicien supérieur en charge du développement de pièces prototypes. C’est trois ans plus tard, à l‘heure de faire évoluer sa carrière, qu’il s’est engagé dans la voie de l’apprentissage avec l’appui de son employeur.

À l’issue de son DUT dans le domaine des Matériaux, Sophie Vanwaelscappel a suivi une Licence professionnelle parce qu’elle ne se sentait « pas prête à rejoindre une école d’ingénieurs ». Et puis, « l’envie d’en savoir plus a fait la différence ». Elle a intégré l’InSIC, motivée par la conception de produits, et s’est employée à y varier les plaisirs : un premier stage dans l’électroménager au cœur d’une usine SEB, un Sophie Vanwaelscappel deuxième dans un laboratoire de recherche Promotion 2005 de l’École des Mines d’Albi et pour finir Responsable du bureau d’études - VHM l’éclairage public et le mobilier urbain au sein du Groupe Indal. Une mission de fin d’études qui lui vaudra d’être finalement embauchée avant le diplôme. Depuis, Sophie Vanwaelscappel a rejoint VHM, une PME familiale de 180 salariés, située à Molsheim en Alsace. Responsable du bureau d’études, elle y pilote le développement de nouveaux produits, la veille concurrentielle et la recherche de concepts en matière d’éclairage public, de mobilier urbain, d’adduction d’eau et de fonderie... De quoi changer quatre fois de métier par jour ! »

« Je suis arrivé à Saint-Dié-des-Vosges en septembre 2007 et les trois premiers mois ont été difficiles. Le temps de réapprendre Stéphane Auberger à apprendre. Ce qui m’a aidé à passer le Promotion 2010 - Ingénieur cap ? L’entraide entre étudiants. À l’InSIC, conception mécanique Delphi Mecatronic Systems c’est quelque chose de fort : on n’est jamais seul dans son coin.  » En 2010, à l’issue de sa formation, « riche en simulation numérique et en prototypage rapide », Stéphane a retrouvé Delphi, cette fois comme ingénieur en conception mécanique : un poste qui lui vaut de gagner à la fois en responsabilités et en perspectives d’évolution de carrière.

15


conception & rédaction : abracadabra • design graphique : atelier ùbdesign • document non contractuel • imprimé selon les normes Imprim’vert sur papier PEFC, PRINT ENVIRONNEMENT • crédit photo : Mines Nancy - mars 2013

Campus Artem - CS 14 234 92, rue du Sergent Blandan 54042 Nancy cedex - France Tél +33 (0)3 55 66 26 00 Fax +33 (0)3 83 96 02 46 www.mines-nancy.univ-lorraine.fr

Institut Supérieur d’Ingénierie de la Conception 27, rue d’Hellieule - 88100 Saint-Dié-des-Vosges www.insic.fr - Directeur : Claude Barlier renseignements Directeur de la formation Arnaud Delamézière Tél +33 (0)3 29 42 18 21 - Fax +33 (0)3 29 42 18 25 arnaud.delameziere@insic.fr Association des élèves ingénieurs : Indygo Tél +33 (0)3 29 42 18 21- Fax +33 (0)3 29 42 18 25 indygo@insic.fr - www.indygo.fr En partenariat avec

Organisme d’accréditation

Label

Notre établissement de tutelle :

Notre réseau et marque

Notre alliance stratégique

Mines Nancy // Plaquette Formation Ingénieur de spécialité Ingénirie de la Conception  

Attentive aux besoins de l’économie, l’École des Mines de Nancy propose deux formations de spécialité à destination des titulaires de BTS et...