Issuu on Google+

NEW

article in English for the first time!

Martin BRETTENTHALER Directeur général de Pavatex

« Instaurer un salaire minimum est une folie »

Photo de couverture : Alberto Celada

No 06 — Mai-Juillet 2014


facebook.com/uniecomagazine

Uniéco, une réflexion sur l'économie


03

MILO BOŽIC

ÉDITO

Un  serment  d’Hippocrate  pour  les  trader  ?

Milo BoĹžic, RĂŠdacteur en chef Photographe: Lara Vehovar

D’ordinaire,   les   gens   manifestent   pour  rĂŠclamer  plus  d’ÊgalitĂŠ,  protester   contre   la   violence   ou   encore   dĂŠnon-­ cer   le   racisme.   Pourtant,   aucune   de   ces  raisons  n’a  poussĂŠ  JĂŠrĂ´me  Kerviel   Ă    effectuer   une   marche   un   peu   parti-­ culière   en   dĂŠbut   d’annĂŠe.   En   effet,   l'ancien  trader  de  la  SociĂŠtĂŠ  GĂŠnĂŠrale   a   reliĂŠ   Rome   Ă    Paris   pour   s’insurger   ÂŤ   contre   la   tyrannie   des   marchĂŠs   Âť,   ceux-­lĂ    mĂŞmes   oĂš   il   spĂŠculait   sur   les   contrats   Ă    terme   et   indices   boursiers   ORUV GH OD FULVH ÂżQDQFLqUH GH Âą Pour   rappel,   le   Français   a   fait   perdre   4,9  milliards  d’euros  à  son  employeur   et  a  ÊtĂŠ  condamnĂŠ  le  19  mars  dernier  à   trois  ans  de  prison  ferme,  mais  n’aura   pas   Ă    payer   les   dommages   et   intĂŠrĂŞts   records   du   mĂŞme   montant,   volet   qui   fera   l’objet   d’un   autre   procès.   Nous   laissons   la   question   du   bien-­fondĂŠ   de   sa  repentance  à  l’apprĂŠciation  du  lecteur.     En   revanche,   l’   affaire   Kerviel   Âť   a   surtout  mis  en  exergue  les  risques  liĂŠs   Ă    l’utilisation   des   produits   dĂŠrivĂŠs  

1

(contrats   à   terme,   options,   etc.)   qui   ont   fait   l’objet   d’un   dÊveloppement   exorbitant   suite   à   l’avènement   du   Š FDSLWDOLVPH ¿QDQFLHU ª &HUWHV VXU un   plan   thÊorique,   les   produits   dÊri-­ YpV SHUPHWWHQW DX[ DFWHXUV ¿QDQFLHUV de  se  prÊmunir  contre  diffÊrents  types   de   risques   inhÊrents   à   la   plupart   des   WUDQVDFWLRQVpFRQRPLTXHV&HSHQGDQW l’   Êvidence   empirique      montre   que   l’utilisation   massive   desdits   produits   contribue   de   manière   très   limitÊe   à   rÊduire   les   risques   pour   l’   Êconomie   rÊelle    et  constitue  en  fait  un  facteur   d’instabilitÊ  pour  l’ensemble  de  l’Êco-­ nomie.   Dès   lors,   à   l’instar   de   ce   que   prÊconise   le   professeur   Rossi1   pour   les   Êconomistes,   ne   faudrait-­il   pas   exiger   un   serment   d’Hippocrate   Êga-­ lement  pour  les  opÊrateurs  de  marchÊ,   D¿QTXHFHX[FLFRQWULEXHQWDXŠELHQ commun      plutôt   que   de   servir   leur   propre   intÊrêt   de   court   terme,   visant   j UpDOLVHU WRXMRXUV SOXV GH SUR¿WV DX dÊtriment   de   la   durabilitÊ   du   système   Êconomique  ?

Rossi, S. (2013) Cinq ans après Lehman Brothers , L’Hebdo, 16 septembre.

SOMMAIRE Éditorial

03

Interview

14

Professeurs

04

Étudiants

18

Un serment d’Hippocrate pour les trader ? Milo BoŞic

Europe and economic theory. Heinrich Bortis Concurrence fiscale, chance ou menace ? Mark Schelker et Simon Berset

Sur le terrain

MĂŠthode agile, une gestion efficace du projet. Jean Hennebert DĂŠbat sur les salaires minimums. Anne Liechti

Martin Brettenthaler, CEO de Pavatex. Thomas Bato et Jean-StĂŠphane Yerly

Delphine Conus et Marc-Olivier Grivel Les rĂŠseaux sociaux et le monde du travail. Jean-StĂŠphane Yerly

10

Pour rire

La caricature ĂŠconomique. Simon Beuret

18


HEINRICH BORTIS

Š UniÊco - photo: Alberto Celada

PROFESSEURS

04 Full Professor, holder of the Chair of Economic Theory and Economic History at the University of Fribourg.

EUROPE AND ECONOMIC THEORY Based on theoretical reasoning this article suggests that a radically new conception of Europe is required to get out of the present economic and political crisis situation. Neo-liberal Europe must give way to a social-liberal Europe. “FACTS  ARE  SILENT,  ONLY  A   THEORY  MAKES  THEM  SPEAK�

Which   theory   is   more   plausible?   Theoretical   dis-­ cussions   and   the   occurrence   of   great   crises   stron-­ gly  speak  in  favour  of  classical-­Keynesian  political   This   proposition   is   due   to   the   German   economist   economy. (ULFK6FKQHLGHU¹(LQVWHLQZRXOGKDYHVXEVFULEHG HOPES  AND  DISAPPOINTMENTS   and  Keynes,  too.  Theory  is  indeed  fundamental  to   IN  EUROPE  SINCE  1990 understand  economic  phenomena,  most  important-­ ly   value   and   price,   distribution,   and   employment.   7KHRU\LVDOVRUHTXLUHGWRFRPHWRJULSVZLWKWKH $IWHU WKH GRZQIDOO RI 6RFLDOLVP DURXQG  HX-­ GHYHORSPHQWV LQ (XURSH VLQFH WKH EUHDNGRZQ RI SKRULD KDV RYHUZKHOPHG (XURSH 1HROLEHUDOLVP and   its   historic   realisation,   industrial-­cum-­finance   6RFLDOLVPDURXQG +RZHYHU no   unique   system   of   economic   theory   capitalism,   seemed   definitely   the   only   possibility   H[LVWV7ZRJUHDWWKHRUHWLFDOVWUDQGVKDYHHPHUJHG WRLQVWLWXWLRQDOO\RUJDQLVHWKHPRGHUQZRUOG1HR-­ in  the  course  of  history:  liberal  neoclassical  econo-­ classical-­Walrasian   equilibrium   economics   and   mics   and   social-­liberal   classical-­Keynesian   poli-­ its   Marshallian   supply   and   demand   developments   tical   economy.   Economics   is   derived   from  Adam   became  pensÊe  unique  in  economic  theory.  This  has   6PLWKœV YLVLRQ RI D VHOIUHJXODWLQJ HFRQRP\ ZLWK shaped   socio-­economic   institutions.   Globalisation   the  market  at  the  centre  and  the  state  relegated  to  the   ZDVJLYHQIUHHZD\DQGDJUHDWIUHHWUDGHDUHDDQGD LQVWLWXWLRQDOIUDPHZRUNVXUURXQGLQJLW,QSULQFLSOH VLQJOHFXUUHQF\ZHUHFUHDWHGLQ(XURSH+RSHVZHUH competitive   markets   solve   all   the   great   economic   KLJKPRUHLQWHQVLYHFRPSHWLWLRQZDVH[SHFWHGWR SUREOHPV6SHFLILFDOO\WKHUHLVDWHQGHQF\WRZDUGV lead  on  to  increasing  technical  progress,  higher  rates   full  employment.  Money  and  finance  are,  in  prin-­ RIJURZWKDQGOHYHOVRIZHOIDUH,QDQHRFODVVLFDO ciple,  unimportant  and  international  trade,  based  on   YHLQ WKH (XURSHDQ SROLF\ DSSURDFK ZDV HQWLUHO\ the   principle   of   comparative   costs,   greatly   contri-­ supply-­oriented. These  hopes  have  not  materialised.  Unemployment   butes  to  securing  peace. Political   economy   puts   the   social   process   of   pro-­ has   increased   considerably   and   income   distribu-­ GXFWLRQWDNLQJSODFHZLWKLQLQWHUUHODWHGLQGXVWULHV tion  has  become  markedly  more  unequal  in  Europe   DWWKHFHQWUHRIWKHHFRQRP\ZKLFKLQWXUQUHSUH-­ since   the   introduction   of   the   Euro.  Austerity   poli-­ sents  the  material  basis  of  society,  carrying  a  politi-­ FLHVKDYHJUHDWO\ZRUVHQHGWKHVLWXDWLRQ7KHVRFLDO cal,  legal,  social  and  cultural  superstructure.  Money   consequences   are   very   serious.   Poverty   increases   and  finance  play  a  crucial  role,  distribution  is,  posi-­ DQG D QHZ VRFLDO FODVV FRPHV LQWR EHLQJ WKH Pre-­ WLYHO\ D SUREOHP RI VRFLDO SRZHU QRUPDWLYHO\ RI cariat  (Guy  Standing).  The  situation  is  particularly   distributive  justice,  and  the  level  of  employment  is   dramatic   in   Greece.  An   eminent   and   most   respec-­ governed  by  effective  demand,  implying  that  sys-­ ted  Greek  economist,  Maria  Negreponti-­Delivanis,   tem-­caused  involuntary  unemployment  is  possible.   speaks   of   socio-­economic   genocide.   Globalisation   Effective  demand  increases  as  income  distribution   and  Europe  seem  to  be  a  blind  alley.  The  eminent   classical-­Keynesian   political   economist   Nicholas   becomes  more  equal.  


05 .DOGRU KDV DOZD\V DUJXHG WKDW WUDGHOLEHUDOLVDWLRQ UHDOL]HWKHLUSRWHQWLDOVRQO\based  on  and  through   DQGDVLQJOHFXUUHQF\IRUODUJHIUHHWUDGHDUHDVZLWK society.  Based  on  society  means  that  there  must  be   unequal  development  levels  of  individual  countries   preconditions  or  social  foundations  that  have  to  be   ZRXOG OHDG RQ WR FXPXODWLYH SURFHVVHV SURGXFLQJ there   if   all   social   individuals   are   to   be   given   the   more   inequality   and   higher   involuntary   Europe needs a new type of economic theory, classicalunemployment,   the   Keynesian political economy to wit, to shape institutions social   consequences   and socio-economic policies. EHLQJ D ZHDNH-­ ning   of   the   middle-­ FODVVHVJURZLQJSRYHUW\DQGWKHIRUPDWLRQRIYHU\ possibility   to   unfold   their   dispositions   and   to   ac-­ ULFKROLJDUFKLHV,QKLVYLHZLQFUHDVLQJUHWXUQVWR quire  capacities:  full  employment,  fair  distribution   VFDOH ± DYHUDJH FRVWV GHFOLQH DV RXWSXW LQFUHDVHV of  incomes,  a  public  education  system,  an  appro-­ ±LVWKHPDLQUHDVRQIRUWKHVHGHVWDELOLVLQJFXPX-­ priate   legal   system,   a   diversified   and   large   set   of   lative  processes,  compounded  by  Schumpeterian   cultural  institutions.  Through  society  signifies  that   technological  dynamism,  that  is,  the  ability  to  in-­ the  degree  of  perfection  of  the  social  individuals  is   WURGXFHQHZSURGXFWVDQGLPSURYHGWHFKQRORJLHV enhanced  through  social  activities:  common  aims   LQ YLHZ RI FRQTXHULQJ QHZ PDUNHWV 2Q DFFRXQW are  reached  through  cooperation  and  coordination   of  the  external  development  mechanism  based  on   as  is  the  case  in  an  enterprise,  a  football  team  or  an   H[SRUWVWKHVWURQJHUJHWVWURQJHUDQGWKHZHDNDUH RUFKHVWUD +RZHYHU WKH VRFLDO LV HYHU\ZKHUH IRU FUXVKHG,QWKLV'DUZLQLDQFRQWH[WLWLVIUHTXHQWO\ LQVWDQFH UHDGLQJ D ERRN PD\ SURGXFH QHZ LGHDV argued   that   the   countries   of   Southern   Europe   as   WKURXJKWKHLQWHUDFWLRQEHWZHHQDXWKRUDQGUHDGHU ZHOO DV )UDQFH DQG *UHDW %ULWDLQ PXVW FDUU\ RXW And  last  but  not  least,  society  and  the  state  form   UHIRUPVWRLPSURYHWKHLUFRPSHWLWLYHSRVLWLRQ,Q a  social  entity,  made  up  of  complementary  institu-­ fact,  these  countries  should  become  like  Germany,   WLRQV DQG LGHDOO\ GLUHFWHG WRZDUGV WKH ZHOORUJD-­ 6ZLW]HUODQG DQG 6FDQGLQDYLD ,I WKLV KDSSHQHG QLVHGVRFLHW\ZLWKLQZKLFKWKHVRFLDOLQGLYLGXDOV (XURSHDQGWKHZRUOGZRXOGLQD.DOGRULDQSHUV-­ may  prosper.   SHFWLYH OLWHUDOO\ JHW PDG 'XH WR OLPLWHG ZRUOG 7KLVVRFLDOOLEHUDOYLHZRIVRFLHW\DQGWKHVWDWHKDV HIIHFWLYHGHPDQGFRPSHWLWLRQZRXOGEHFRPHIHUR-­ a  very  important  implication  regarding  the  concep-­ FLRXV DQG WKH VWUXJJOH RYHU PDUNHW VKDUHV ZRXOG tion  of  Europe.  Liberalism  and  Socialism  are  uni-­ dramatically   increase.   The   external   development   YHUVDOLVWLFWKHVL]HRIWKHSROLWLFDOHQWLW\LVXQGH-­ PHFKDQLVPIDLOVEHFDXVHWKHZRUOGHFRQRP\LVD fined  and  unimportant,  the  EU  being  an  excellent   closed  system. H[DPSOH 6RFLDO /LEHUDOLVP KRZHYHU LPSOLHV D clearly  bounded  territory  for  each  state.  As  a  social   THE  WAY  AHEAD:  EUROPE  AS  A   entity,  the  nation  or  nationalities  state  is  a  complex   FAMILY  OF  NATION-­STATES V\VWHP RI LQVWLWXWLRQV GLUHFWHG WRZDUGV FXOWXUDO and   ethical   aims,   and   the   historical   realisation   of   (XURSH QHHGV D QHZ W\SH RI HFRQRPLF WKHRU\ ZHOORUJDQLVHG VRFLHWLHV LPSOLHV WKDW WKH VWULYLQJ FODVVLFDO.H\QHVLDQ SROLWLFDO HFRQRP\ WR ZLW WR IRUIXQGDPHQWDOYDOXHV±VRFLDOMXVWLFHWUXWKLQWKH shape   institutions   and   socio-­economic   poli-­ To be able to achieve high employment levels and an cies;;  moreover,  the  state   equitable distribution of incomes each country needs its must  be  given  pre-­emi-­ own currency. nence   again   through   the   rebuilding   of   states   DORQJ ± .H\QHVLDQ ± VRFLDO OLEHUDO OLQHV 6RFLDO VFLHQFHVYDULRXVFXOWXUDOYDOXHV±ZLOOJRRQLQD liberalism   is   the   political   philosophy   underlying   FRXQWU\ VSHFLILF ZD\ 0RUHRYHU WKH VL]H DQG WKH classical-­Keynesian  political  economy.  The  crucial   structure  of  government  expenditures,  the  taxation   feature   of   this   doctrine   is   to   conceive   man   as   an   system  and  the  distribution  of  incomes  must  be  such   essentially   social   being.   This   necessarily   implies   that   the   institutional-­technical   system   is,   broadly,   VHHLQJPDQDQGVRFLHW\DVFRPSOH[HQWLWLHV+RZH-­ EURXJKW LQWR OLQH ZLWK D system-­equilibrium   of   YHUVRFLDOOLEHUDOLVPGRHVLQQRZD\LPSO\WRWDOL-­ prices  and  quantities,  such  that  effective  demand  is   WDULDQLVP ZKHUH WKH LQGLYLGXDO LV HVVHQWLDOO\ DQ sufficient  to  buy  full-­employment  output.  This  ren-­ H[FKDQJHDEOH SDUW RI WKH VRFLDO PDFKLQH 2Q WKH ders  governing  extremely  complex.  Hence  the  state   contrary:   society   and   the   state   are   indispensable,   should  not  be  too  large  to  be  governable.  The  histo-­ EXW DQFLOODU\ WR WKH VRFLDO LQGLYLGXDOV ZKR FDQ ULFDOO\JURZQVPDOODQGPHGLXPVL]HG(XURSHDQŹ


06 states  admirably  fulfil  this  prerequisite. UHQF\¹.H\QHVœVBancor  ¹ZRXOGIRUFHGHILFLWand   ,Q D FODVVLFDO.H\QHVLDQ YHLQ GLVWULEXWLRQ DQG surplus  countries  to  undertake  efforts  to  bring  about   HPSOR\PHQW SROLFLHV ZRXOG EHFRPH FUXFLDOO\ D WHQGHQF\ WRZDUGV D FXUUHQW DFFRXQW HTXLOLEULXP important   again.   This   is   required   because   in   IRUHDFKFRXQWU\7KLVV\VWHPZRXOGHDVLO\DOORZIRU a   monetary   production   economy   there   is   no   D (XURSH RI VROLGDULW\ WKH ULFKHU FRXQWULHV ZRXOG WHQGHQF\ WRZDUGV IXOO HPSOR\PHQW DW DOO 7R transfer  real  resources,  financed  by  Bancor  loans,  to   be  able  to  achieve  high  employment  levels  and   economically  less  developed  countries. an   equitable   distri-­ bution   of   incomes   Keynes’s Bancor system would easily allow for a Europe each   country   needs   of solidarity: the richer countries would transfer real LWV RZQ FXUUHQF\ LQ resources, financed by Bancor loans, to economically larger   states,   regional   less developed countries. moneys  may  be  requi-­ red  to  pursue  regional   policies;͞   for   example,   in   the   United   Kingdom,   Europe   organised   along   Keynesian   social   liberal   Scottish  banks  may  issue  pound  notes  at  parity   OLQHV ZRXOG FRUUHVSRQG WR D Europe   des   patries,   ZLWK WKH (QJOLVK SRXQG EXW YDOLG LQ 6FRWODQG Adenauer  and  de  Gaulle  had  in  mind.  Each  country   only.   Hence   the   internal   employment   mecha-­ FRXOGSUHVHUYHLWVZD\RIOLIHZKLFKZRXOGJRDORQJ QLVP ZRXOG EHFRPH IXQGDPHQWDO DJDLQ (IIHF-­ ZLWKFXOWXUDOGLYHUVLW\$QGWKHPRELOLW\RILQGLYL-­ WLYHGHPDQGZRXOGEDVLFDOO\EHGHWHUPLQHGE\ GXDOVZRXOGEHQRSUREOHPZLWKQHDUIXOOHPSOR\-­ the  government  expenditures  and  by  household   ment  prevailing  in  each  European  country.   GHPDQG GHSHQGLQJ RQ WKH VSHQGLQJ SRZHU RI 7KHVRFLDOOLEHUDOYLVLRQRI(XURSHVHWRXWKHUHZRXOG the   population,   determined,   in   turn,   by   income   EH LQ OLQH ZLWK D SURSRVLWLRQ E\ -HDQ 0RQQHW Si   distribution.   c’Êtait  à  refaire,  je  bâtirais  l’Europe  sur  la  culture.   Anti-austerity protests in front of the Greek 7KH LQWHUQDO HPSOR\PHQW PHFKDQLVP ZRXOG VHW ,QDFXOWXUHEDVHG(XURSH*UHHFHSUHVHQWO\FUXVKHG parliament (29 June no  restrictions  on  international  trade.  Exports  and   DQGKXPLOLDWHGZRXOGWDNHDSODFHRIKRQRXUDJDLQ 2011). imports  may  be  in  equilibrium  at  any  level.  An  ap-­ EHFDXVHZLWKRXWDQFLHQW*UHHFHWKHUHZRXOGEHQR Source: Ggia on SURSULDWHO\LPSOHPHQWHGVXSUDQDWLRQDOZRUOGFXU-­ (XURSHDQGQRPRGHUQZRUOGŜ Wikimedia Commons.


Mark Schelker Professeur associÊ. Titulaire de la Chaire de Finances Publiques de l’UniversitÊ de Fribourg.

Š UniÊco - photo: Alberto Celada

MARK SCHELKER ET SIMON BERSET Š UniÊco - photo: Alberto Celada

PROFESSEURS

Simon Berset Doctorant et assistant à la Chaire de Finances Publiques de l’UniversitÊ de Fribourg.

CONCURRENCE FISCALE, CHANCE OU MENACE ? Que ce soit au niveau national ou international, le dÊbat sur la concurrence fiscale s’est rÊcemment intensifiÊ. ConsÊquence de la dÊtÊrioration des finances de nombreux États, les discussions portent principalement sur les mesures visant à limiter ce phÊnomène jugÊ indÊsirable. Depuis  plusieurs  annÊes  maintenant,  la  concur-­ FRQFXUUHQFH HQWUH HQWLWpV SROLWLTXHV &HWWH rence  fiscale  fait  l’objet  de  discussions  intenses   dernière  dÊcoule  du  fait  que  les  individus,  tout   tant   sur   le   plan   national   qu’international.   La   comme  les  entreprises,  cherchent  à  tirer  profit   Suisse   est   directement   concernÊe   par   cette   si-­ du  meilleur  compromis  entre  coÝts  et  bÊnÊfices,   WXDWLRQ'œXQF{WpOœ2&'(HWOHVPHPEUHVGH c’est-­à-­dire  entre  les  impôts  qu’ils  paient  et  les   l’UE  augmentent  la  pression  sur  la  Suisse  en  vue   biens  et  services  publics  mis  à  leur  disposition   d’abolir  les  rÊgimes  fiscaux  spÊciaux.  D’un  autre   HQFRQWUHSDUWLH2QUHOqYHTXHSOXVTXHVXUOD côtÊ,  le  peuple  suisse,  via  diffÊrentes  initiatives   seule   fixation   de   leurs   taux   d’imposition,   les   populaires,  s’est  prononcÊ  à  plusieurs  reprises  sur   juridictions  sont  en  concurrence  sur  le  rapport   des  mesures  visant  à  limiter  la  concurrence  fis-­ quantitÊ-­prix  et/ou  qualitÊ-­prix  du    panier    de   cale,  tant  cantonale  que  communale.  L’initiative   services  publics  offert.  Les  agents  Êconomiques   populaire   pour   des   La thÊorie – et surtout le bon sens – prÊdit que impôts   Êquitables,   soumise   au   peuple   fiscales les plus aisÊes se tourneront vers HQLOOXVWUHSDU-­ pratiquant moins de redistribution. faitement   cette   ten-­ dance.  Les  opposants   à   la   concurrence   fiscale   vÊhiculent   l’idÊe   que   dÊcidant  de  leur  lieu  de  rÊsidence  en  fonction   cette  compÊtition  entre  entitÊs  publiques,  d’une   ¹ HQWUH DXWUHV ¹ GH FH SDQLHU HW GH VRQ FR€W part,  favorise  le  nivellement  de  la  fiscalitÊ  (race   les   États,   mis   en   concurrence,   sont   naturelle-­ to  the  bottom)  et  d’autre  part,  tend  à  dÊmanteler   ment  incitÊs  à  offrir  les  meilleures  prestations   OH VHFWHXU SXEOLF &RQFUqWHPHQW HVWFH TXH OD publiques  au  prix  le  plus  bas.  Du  point  de  vue   concurrence  fiscale  favorise  certains  cantons  ou   de  la  thÊorie  Êconomique,  ce  phÊnomène  n’est   États  au  dÊtriment  d’autres  ?  Plus  gÊnÊralement,   SDV XQ SUREOqPH HQ VRL %LHQ DX FRQWUDLUH OD la  concurrence  reprÊsente-­t-­elle  un  danger  pour   concurrence   fiscale   favorise   l’allocation   opti-­ male   des   ressources   publiques,   les   autoritÊs   nos  sociÊtÊs  ? Êtant  contraintes  de  satisfaire  les  prÊfÊrences  des   LES  ENSEIGNEMENTS  DE  LA   citoyens  en  utilisant  leurs  ressources  de  manière   THÉORIE  ÉCONOMIQUE efficace.   Selon   cet   argument,   la   concurrence   fiscale  permettrait  d’aboutir  non  pas  forcÊment   Afin  d’apporter  quelques  ÊlÊments  de  rÊponse   à    moins  d’État  ,  mais  à    mieux  d’État  .   à   ces   questions   fondamentales,   il   est   d’abord   Le  rôle  du  secteur  public  ne  se  limitant  pas  à  la   nÊcessaire   de   comprendre   la   nature   de   la   SURGXFWLRQ GH ELHQV HW GH VHUYLFHV SXEOLFV Ś

les bases les États

07


l’analyse  doit  tenir  compte  d’autres  aspects  de   plus  Êtendue,  les  contribuables  font  face  à  des   la   concurrence   fiscale.   En   effet,   une   seconde   coÝts  de  migration  plus  ÊlevÊs,  ce  qui  les  rend   fonction  de  l’État  rÊside  dans  la  dÊfinition  et  la   moins   mobiles.   En   admettant   que   dÊmÊnager   mise  en  place  de  mesures  redistributives  garan-­ d’un  canton  à  l’autre  se  rÊvèle  plus  compliquÊ   tissant   une   certaine   ÊquitÊ   entre   les   individus   que  changer  de  commune  au  sein  d’une  même   d’une  sociÊtÊ.  Dans  un  contexte  de  concurrence   rÊgion,  on  comprend  que  l’Êchelon  cantonal  est   fiscale,  la  littÊrature  Êconomique  suggère  qu’il   plus  facilement  en  mesure  de  pratiquer  des  poli-­ peut  être  difficile,  pour  une  juridiction,  de  mener   tiques  redistributives. des  politiques  redistributives  entre  contribuables   &HWH[HPSOHQRXVSHUPHWGHWLUHUWURLVFRQFOX-­ fortunÊs  et  très  modestes.  En  supposant  une  forte   sions.  Premièrement,  la  vision  selon  laquelle  la   PRELOLWpGHVDJHQWVpFRQRPLTXHVODWKpRULH¹HW concurrence  fiscale  provoque  un  nivellement  de   VXUWRXW OH ERQ VHQV ¹ SUpGLW TXH OHV EDVHV ILV-­ la   fiscalitÊ   n’est   pas   Êvidente.   Deuxièmement,   cales  les  plus  aisÊes   se   tourneront   vers   Sur le plan international, la position dÊfendue par les grands les   États   pratiquant   États à fiscalitÊ dite ÊlevÊe – regroupÊs au sein du G8, du moins  de  redistribu-­ G20 ou de l’OCDE – s’apparente à celle d’un cartel. tion.   De   même,   les   personnes   se   trou-­ vant  dans  les  classes  de  revenus  infÊrieurs  auront   le  cas  suisse  met  en  Êvidence  le  rôle  crucial  que   une  prÊfÊrence  pour  les  juridictions  prônant  des   joue  le  cadre  institutionnel.  En  Suisse,  ce  der-­ politiques  plus  redistributives.  ThÊoriquement,   nier  permet  de  rÊpartir  les  fonctions  publiques   cela  signifie  qu’un  État  dÊsirant  mener  des  poli-­ entre  les  niveaux  de  gouvernement.  La  fonction   tiques  de  redistribution  prend  le  risque  d’attirer   de  redistribution  peut  donc  être  placÊe  entre  les   massivement  des  bas  revenus  et,  simultanÊment,   mains  des  Êchelons  supÊrieurs.  Finalement,  on   de  faire  fuir  les  hauts  revenus.  La  concurrence   remarque  que,  même  en  prÊsence  d’agents  Êco-­ fiscale,  renforcÊe  par  ce  jeu  de  migrations,  rend   nomiques  relativement  mobiles,  il  est  possible   L Union europÊenne difficile  la  mise  en  place  de  mesures  redistribu-­ de  mettre  en  place  des  politiques  de  redistribu-­ intensifie sa pression contre l'actuelle WLYHV &RPPHQW GqV ORUV SHUPHWWUH j OœeWDW GH tion.  Fort  de  ce  constat,  la  concurrence  fiscale   politique fiscale de la remplir  son  rôle  de  redistribution  des  richesses  ?   VœDYqUHXQPpFDQLVPHLPSRUWDQW&HOXLFLLQFLWH ConfÊdÊration. Avant  de  rechercher  des  alternatives,  voyons  si   les   gouvernements   à   se   conformer   aux   prÊfÊ-­ Source: fdecomite sur cette  conclusion  thÊorique  s’observe  aussi  clai-­ rences  de  leurs  citoyens  au  meilleur  coÝt. Wikimedia Commons. rement  dans  la  rÊalitÊ.

LE  CAS  SUISSE Force  est  de  constater  que  tous  les  États  dÊvelop-­ pÊs  mènent  d'importantes  politiques  redistribu-­ tives  quel  que  soit  le  degrÊ  de  mobilitÊ  de  leurs   contribuables.  La  Suisse,  bien  qu’elle  combine   une   situation   de   concurrence   entre   Êchelons   dÊcentralisÊs   (cantons   et   communes)   et   une   grande  mobilitÊ  des  individus  entre  ces  mêmes   entitÊs  politiques,  ne  fait  pas  exception  à  cette   règle.  D’ailleurs,  en  Suisse,  des  mesures  redis-­ tributives  sont  prises  non  seulement  au  niveau   des  dÊpenses  publiques,  mais  aussi  dans  les  for-­ mules   d’imposition   pratiquÊes   par   les   cantons   HWOD&RQIpGpUDWLRQ&HWWHREVHUYDWLRQTXHOTXH peu   surprenante   de   prime   abord,   nous   permet   de   mettre   en   Êvidence   un   argument   thÊorique   de  première  importance:  en  situation  de  concur-­ rence   fiscale,   la   fonction   de   redistribution   des   richesses  doit  être  organisÊe  et  appliquÊe  par  les   Êchelons  Êtatiques  supÊrieurs  (dans  le  cas  suisse,   SDU OHV FDQWRQV HWRX OD &RQIpGpUDWLRQ  &HOD s’explique  du  fait  que,  au  sein  d’une  juridiction  

08


09

LE  DÉBAT  ACTUEL  SUR  LA   SCĂˆNE  INTERNATIONALE Sur  le  plan  international,  la  position  dĂŠfendue   SDU OHV JUDQGV eWDWV j ILVFDOLWp GLWH pOHYpH Âą UHJURXSpVDXVHLQGX*GX*RXGHOÂś2&'( ÂąVÂśDSSDUHQWHjFHOOHGÂśXQFDUWHO(QVHPEOHFHV États   cherchent   Ă    neutraliser   la   concurrence   exercĂŠe  par  les  gouvernements  imposant  leurs   EDVHVILVFDOHVjGHVWDX[LQIpULHXUV&RPPHLO le  ferait  sur  tout  autre  type  de  marchĂŠ,  le  cartel   a  pour  objectif  la  coordination  des  prix  et  ce,   au  dĂŠtriment  des  consommateurs.  Dans  le  cas   prĂŠsent,  c’est  l’harmonisation  des  taux  d’impĂ´ts   qui   est   visĂŠe,   et   le   contribuable   qui   en   est   la   victime.   L’histoire   ne   s’arrĂŞte   cependant   pas   lĂ .  Quand  bien  mĂŞme  la  pression  exercĂŠe  par  ce   cartel  aboutit  à  une  entente  sur  les  taux  d’impĂ´ts,   il  y  a  fort  à  parier  que  la  concurrence  se  focalise   nĂŠanmoins  sur  d’autres  dimensions  des  rĂŠgimes   fiscaux.  MĂŞme  si  le  cartel  s’accorde  sur  les  prix,   ses  membres  sont  incitĂŠs  à  faire  usage  d’autres   LQVWUXPHQWV &HV GHUQLHUV GRLYHQW SHUPHWWUH d’appliquer   diffĂŠrents   traitements   fiscaux,   selon  les  individus  ou  les  entreprises  que  l’État   cherche  à  favoriser.  La  seule  harmonisation  des   taux   d’impĂ´ts   n’empĂŞche   donc   pas   la   course   aux  bases  fiscales  financièrement  intĂŠressantes   et  mobiles.  La  multiplication  des  exceptions  et   des  dĂŠductions  fiscales  tolĂŠrĂŠes,  les  fameuses   ÂŤ  niches  fiscales  ,  illustrent  parfaitement  notre   propos.  De  surcroĂŽt,  ce  type  de  mĂŠthodes  rend  les   systèmes  d’imposition  compliquĂŠs  et  opaques,  et   ceci  au  dĂŠtriment  de  la  majoritĂŠ  des  contribuables.   ,OHQUpVXOWHXQHFRQFXUUHQFHPRLQVWUDQVSDUHQWH

moins   efficiente   Êconomiquement,   et   même   dÊloyale. Dans   la   rÊalitÊ,   la   concurrence   fiscale   basÊe   sur   la   diffÊrenciation   des   traitements   est   très   largement   acceptÊe.   La   Suisse   a   mis   en   place   des   rÊgimes   distinguant   les   sociÊtÊs   de   domi-­ cile,  les  sociÊtÊs  mixtes  et  les  holding.  De  leur   F{WpOHVeWDWVPHPEUHVGHOœ8(RXGHOœ2&'( ne   sont   pas   en   reste.   A   titre   d’exemple,   de   nombreux   pays   europÊens,   parmi   lesquels   la   )UDQFH OD %HOJLTXH OHV 3D\V%DV Oœ(VSDJQH ou   le   Royaume-­Uni,   pratiquent   l’imposition   prÊfÊrentielle  des  produits  de  licence  (licence   box 'œDLOOHXUVFKH]QRXVODGLVFXVVLRQVXUOD troisième   rÊforme   de   l’imposition   des   entre-­ prises  va  dans  le  sens  des  pratiques  europÊennes.   D’un  point  de  vue  Êconomique,  ce  dÊveloppe-­ PHQWQœHVWPDOKHXUHXVHPHQWSDVVDWLVIDLVDQW,O serait  en  effet  prÊfÊrable  de  s’atteler  à  fixer  des   règles  rÊgissant  la  dÊfinition  des  bases  fiscales   et  limitant  les  dÊductions  et  autres  exceptions.   La   concurrence   pourrait   alors   s’opÊrer   sur   les   prix,  c’est-­à-­dire  sur  les  taux  d’impôts.  Ainsi,  les   systèmes   d’imposition   gagneraient   en   transpa-­ rence,  seraient  Êconomiquement  plus  efficients,   et  tendraient  surtout  à  une  moins  grande  discri-­ PLQDWLRQIDFHjOœLPS{WŜ  

Partager les savoirs Gemeinsam Wissen schaffen

Samedi"|"Samstag 20.09.2014 Plateau de PĂŠrolles, Fribourg!|!Freiburg Inscription en ligne!| Anmeldung unter www.unifr.ch/125 Main sponsor

Co-sponsor

Partner

COURSE DU JUBILÉ125 JUBILÄUMSLAUF"km 10


SUR LE TERRAIN

JEAN HENNEBERT

Chargé de cours et lecteur au Département d’Informatique de l’Université de Fribourg.

MÉTHODE AGILE, UNE GESTION EFFICACE DU PROJET La complexité et l’évolution rapide des technologies montrent les limites des méthodes traditionnelles de gestion de projet. Nous observons que les méthodes agiles prennent la relève dans nos entreprises, démontrant leur souplesse et une bonne adéquation par rapport aux contraintes des projets technologiques. Les  méthodes  classiques  de  gestion  de  projet  tentent   de   découper   le   travail   à   réaliser   en   phases   qui   se   succèdent  l’une  à  l’autre  selon  le  modèle  de  la  cas-­ cade&HVSKDVHVFRXYUHQWJpQpUDOHPHQWOHVWUDYDX[ de  spécification  complète  du  produit  à  développer,   d’estimation  et  de  planification,  de  modélisation,  de   réalisation,  de  tests,  de  déploiement  et  de  mainte-­ QDQFH&HWWHDSSURFKHHQSKDVHVHVWGHPRLQVHQ moins   adaptée   aux   nombreux   changements   qui   marquent  les  projets  à  caractère  innovant  ou  tech-­ nologique:  concurrence,  technologies  émergentes,   ou  encore  évolution  continue  des  besoins  et  attentes   GHVFOLHQWV&HVFKDQJHPHQWVLPSOLTXHQWXQHJHV-­ tion  plus  réactive  et  plus  souple  afin  qu’un  projet  se   termine  à  la  satisfaction  de  toutes  les  parties  enga-­ gées.  En  réponse  directe  à  ces  besoins,  les  méthodes   agiles  connaissent  actuellement  une  adoption  crois-­ sante  dans  les  entreprises  technologiques,  plus  par-­ ticulièrement  dans  le  développement  logiciel.  Elles   sont  ancrées  sur  quatre  valeurs  fondamentales.

LES  BIENFAITS  DE  LA   MÉTHODE  AGILE L’acceptation   du   changement   comme   paramètre   inhérent  au  projet  est  une  valeur  fondamentale  des   méthodes  agiles.  Le  changement  n’est  plus  considéré   comme  une  source  de  problèmes  mais  comme  une   dimension  inhérente  au  projet  qui  sera  intégrée  dans   la  méthodologie  de  gestion.  La  capacité  de  gérer  le   changement   en   cours   de   projet   sera   même   perçue   comme   un   avantage   concurrentiel   dans   certaines   situations.   Répondre   au   changement   implique   une   collaboration   permanente   avec   le   client.   Le   client   n’est   plus   quelqu’un   avec   qui   nous   négocions   des   prestations  à  travers  un  contrat,  il  devient  en  quelque  

sorte  un  membre  à  part  entière  de  l’équipe  du  pro-­ jet.   L’agilité   valorise   également   l’aboutissement   à   un   produit   fonctionnel   qui   est   adéquat   par   rapport   au  marché  et  qui  correspond  aux  attentes  des  clients.   Le  principe  est  de  mettre  en  place,  tout  au  long  du   développement,  un  mécanisme  de  feedback  itératif   avec  les  futurs  utilisateurs  du  produit.  Les  fonction-­ nalités  sont  remises  sur  le  plan  de  travail  tant  que  la   satisfaction   n’est   pas   atteinte.   Dans   cette   optique,   aucun  compromis  n’est  fait  sur  la  qualité  du  produit,   quitte  à  réduire,  chemin  faisant,  la  quantité  des  fonc-­ tionnalités  offertes.  Une  autre  dimension  importante   de  l’agilité  est  de  favoriser,  à  travers  un  ensemble   de  pratiques,  les  interactions  entre  individus  au  sein   de  l’équipe.  Le  verbal  et  le  visuel  sont  privilégiés  à   travers  des  rencontres  fréquentes  où  les  membres  de  

Scrum est un terme anglais qui signifie «  mêlée  » et qui s’inspire du rugby où toute l’équipe pousse le ballon (le projet) dans le but d’avancer. Source: PierreSelim sur Wikimedia Commons.

10


11 l’Êquipe  se  parlent,  Êchangent  et  n’ont  pas  peur  de   dynamique  et  de  limiter  le  besoin  de    protocoler     confronter  leurs  points  de  vue.   la  communication.  La  crÊation  incrÊmentale  du  pro-­ duit  à  travers  des  itÊrations  courtes  a  Êgalement  son   LES  PRATIQUES  DE  L’AGILITÉ lot  d’implications.  Les  Êquipes  agiles  favorisent  le   recrutement  de  profils  gÊnÊralistes  plutôt  que  de  spÊ-­ La  dimension  alÊatoire  liÊe  à  l’acceptation  du  chan-­ cialistes,  et  ce  afin  que  le  processus  itÊratif  ne  soit   gement  peut  engendrer  une  Êvolution  chaotique  du   jamais   stoppÊ   ou   mis   en   danger   par   l’absence   ou   projet.   Les   mÊthodes   agiles,   comme   par   exemple   la  non-­disponibilitÊ  d’un  membre  de  l’Êquipe.  Plus   Scrum,  compensent  cela  par  des  pratiques  extrême-­ spÊcifique  au  dÊveloppement  logiciel,  des  outils  et   ment  rigoureuses.  Le  travail  est  dÊcoupÊ  en    itÊra-­ pratiques  sont  utilisÊs  comme  l’automatisation  des   tions    de  durÊe  fixe,  typiquement  de  deux  semaines.   tests,  l’intÊgration  continue  ou  encore  la  programma-­ Une   fois   l’itÊration   dÊmarrÊe,   aucun   changement   tion  en  paire. n’est  permis,  il  doit  se  planifier  pour  l’itÊration  sui-­ vante.  L’itÊration  est  elle-­même  cadencÊe  à  travers   L’AVENIR  DES  MÉTHODES  AGILES des  sÊances  de  planification,  de  coordination  et  de   revue  dont  la  durÊe  et  le  contenu  sont  très  codifiÊs.   Les  mÊthodes  agiles  sont  maintenant  bien  prÊsentes   Par  exemple,  chaque  journÊe  commence  par  un  stand   dans  les  industries  suisses  et  plus  spÊcifiquement  dans   up  meeting,  une  sÊance  limitÊe  à  15  minutes  oÚ  tout   OHV7HFKQRORJLHVGHOœ,QIRUPDWLRQHWGHOD&RPPX-­ le  monde  est  debout,  et  oÚ  l’Êquipe  se  coordonne  en   QLFDWLRQ 7,& 1RXVHVWLPRQVTXHSOXVGHODPRLWLp rÊpondant  à  trois  questions  en  lien  avec  l’Êtat  du  tra-­ GHVSURMHWVLPSOLTXDQWOHV7,&VRQWGpVRUPDLVJpUpV vail.  Les  processus  et  les  outils  de  reporting  coÝteux   à   travers   des   mÊthodes   agiles.   L’adoption   est   plus   comme  les  rapports  d’activitÊs  et  les  procès-­verbaux   ÊlevÊe   dans   les   pays   anglo-­saxons.   La   mÊthode   la   sont  simplifiÊs  pour  laisser  place  aux  Êchanges  ver-­ plus  prÊsente  est  Scrum  pour  laquelle  des  formations   baux.  L’Êquipe  est  incitÊe  à  utiliser  des    radiateurs   certifiÊes  sont  offertes.  La  mÊthode  Scrum  est  Êga-­ d’information    qui  prennent  la  forme  de  tableaux  de   lement  enseignÊe  à  travers  certains  cours  dispensÊs   bord   tapissant   les   murs   de  l’espace  de  travail.  Le   Le client n’est plus quelqu’un avec qui nous nÊgocions but  est  de  rendre  transpa-­ des prestations à travers un contrat, il devient en quelque rentes   les   informations   nÊcessaires   à   l’organi-­ sorte un membre à part entière de l’Êquipe du projet. sation   de   l’Êquipe   et   à   l’avancement   vers   le   produit.   L’agilitÊ   vise   Êgale-­ à  l’UniversitÊ  de  Fribourg.  La  pratique  de  l’agilitÊ   ment  la  simplification  des  rôles.  Par  exemple,  Scrum   montre  Êgalement  ses  limites  dans  certains  contextes   identifie  uniquement  trois  rôles  à  travers  lesquels  les   de  projet.  Nous  voyons  apparaÎtre  des  Êvolutions  de   responsabilitÊs   et   tâches   sont   clairement   dÊfinies.   Scrum  vers  d’autres  paradigmes,  comme  par  exemple   La  taille  de  l’Êquipe  est  aussi  limitÊe,  typiquement   Scrumban  qui  est  une  altÊration  de  Scrum  incluant  les   XQHGL]DLQHGHSHUVRQQHVDILQGHFUpHUXQHFRKpVLRQ principes  de  Kanban  pour  gÊrer  les  dÊveloppements   à  flux  tendu.  D’autres  Êvolutions  de  Scrum  sont  Êga-­ lement  en  train  de  se  codifier,  entre  autre  vers  la  ges-­ tion  des  grandes  Êquipes  avec  les  concepts  Scrum  of   Scrums.  Finalement,  nous  observons  que  certaines   approches  plus  traditionnelles,  comme  par  exemple   Hermes,  Êvoluent  en  permettant  l’inclusion  de  pro-­ FHVVXVDJLOHVGDQVFHUWDLQHVSKDVHVGXSURMHWŜ MANIFESTE POUR LE DÉVELOPPEMENT AGILE

Nous valorisons: t-FTJOEJWJEVTFUMFVSTJOUFSBDUJPOTQMVTRVFMFT processus et les outils t%FTQSPEVJUTPQ�SBUJPOOFMTQMVTRVVOFEPDV mentation exhaustive t-BDPMMBCPSBUJPOBWFDMFTDMJFOUTQMVTRVFMB nÊgociation contractuelle t-BEBQUBUJPOBVDIBOHFNFOUQMVTRVFMFTVJWJ d’un plan Nous reconnaissons la valeur des seconds ÊlÊments, mais privilÊgions les premiers. Plus d’infos sur www.agilemanifesto.org


SUR LE TERRAIN

ANNE LIECHTI

LES SALAIRES MINIMAUX, DÉBAT DU 6 MARS 2014 Les salaires minimaux, ou la nÊcessitÊ, ou non, d’un revenu Êquitable pour tous les travailleurs, les consÊquences, tant positives que nÊgatives, sur le marchÊ du travail, et à plus large Êchelle sur notre Êconomie, ou les positions divergentes sur le sujet des diffÊrents partis politiques suisses. Voilà autant d’aspects abordÊs autour de cette thÊmatique lors du dÊbat du 6 mars dernier à l’Auditoire Joseph Deiss de l’UniversitÊ de Fribourg. 2UJDQLVp FRQMRLQWHPHQW SDU OœDVVRFLDWLRQ UniÊco  et  la  Fachschaft  de  Droit,  cet  ÊvÊnement   fut   un   franc   succès,   tant   du   point   de   vue   des   opinions   et   arguments   ÊchangÊs   que   du   public   nombreux   d’Êtudiants   fribourgeois,   qui   au   terme   du   dÊbat   n’ont   pas   manquÊ   de   montrer   leur   vif   intÊrêt   par   leurs   questions,   WDQW{W SRLQWXHV WDQW{W FULWLTXHV ,O IDXW GLUH que   la   qualitÊ   des   Êchanges   et   des   arguments   DYDQFpV ¹ WRXMRXUV RQ OH UHOqYHUD GDQV XQH DPELDQFH WUqV Š IDLUSOD\ ª ¹ WHQDLW ELHQ Êvidemment  aussi  aux  personnalitÊs  prÊsentes   ce   soir-­là.   DiffÊrents   acteurs   de   la   scène   politique   et   Êconomique   fribourgeoise   ont   en   effet   très   volontiers   rÊpondu   prÊsent   pour   se   prêter   au   jeu   du   dÊbat:   Ursula   Schneider-­ 6FK WWHO &RQVHLOOqUH QDWLRQDOH 36 -RKDQQD *DSDQ\ 9LFH3UpVLGHQWH -/5 &KULVWLDQ /HYUDW 3UpVLGHQW GX 36 HW &RQVHLOOHU DX[ (WDWV'RPLQLTXHGH%XPDQ9LFH3UpVLGHQWGX 3'&HW&RQVHLOOHUQDWLRQDO3LHUUH0DUFKLRQL &RQVHLOOHUJpQpUDO8'&jODYLOOHGH)ULERXUJHW 9LFH3UpVLGHQWGHO 8'&)ULERXUJ9LOOHDLQVL que   Sergio   Rossi,   Professeur   d’Êconomie   à   Oœ8QLYHUVLWpGH)ULERXUJ,QWURGXLWSDU6\OYDLQ Weber,  enseignant  post-­doctorant  à  l'UniversitÊ   de   Neuchâtel   et   spÊcialiste   de   l'Êconomie   du   travail,  puis  modÊrÊ  par  Serge  Gumy,  rÊdacteur   en   chef   adjoint   de   La   LibertÊ,   ce   dÊbat   a   en  

tous   les   cas   permis   aux   nombreux   Êtudiants   prÊsents   ce   soir-­là   de   confronter   les   thÊories   Êconomiques   assimilÊes   durant   leur   cursus   à   une   approche   plus   terre-­à-­terre,   issue   de   la   rÊalitÊ  du  terrain.

UNE  COLLABORATION   INTER-­FACULTAIRE Forts  de  cette  expÊrience  et  pleinement  satis-­ faits   de   cette   collaboration   très   fructueuse,   l’association  UniÊco  et  la  Fachschaft  de  Droit   songent   dÊjà   à   l’organisation   d’un   prochain   dÊbat,  auquel  ils  espèrent  encore  une  fois  ac-­ cueillir  un  public  nombreux  et  intÊressÊ.  L’asso-­ ciation  UniÊco  profite  de  remercier  l’ensemble   des  participants  à  ce  dÊbat  pour  leur  gÊnÊrositÊ   et  la  qualitÊ  de  leurs  interventions,  tout  comme   la  Fachschaft  de  Droit  pour  son  excellente  col-­ laboration.  Un  merci  particulier  aux  nombreux   Êtudiants  prÊsents  à  cet  ÊvÊnement,  dont  l’in-­ WpUrWQRXVUpMRXLWYLYHPHQW&HWWHUHQFRQWUHD permis  de  crÊer  des  liens  prÊcieux,  susceptibles   d’être   valorisÊs   dans   la   perspective   de   futurs   ÊvÊnements.

12


13

Photos du débat: Alberto Celada. Vidéo du débat réalisée par Unicam: http://vimeo.com/88714609. 1. Les participants ont joué le jeu du débat avec «  fair-play ». 2. Ursula Schneider-Schüttel, Conseillère nationale PS, Christian Levrat, Président du PS et Conseiller aux États et Sergio Rossi, Professeur d’économie à l’Université de Fribourg. 3. Dominique de Buman, Vice-Président du PDC et Conseiller national, Johanna Gapany, Vice-Présidente JLR, et Pierre Marchioni, Conseiller général UDC à la ville de Fribourg et Vice-Président de l'UDC Fribourg-Ville. 4. Quelques 300 étudiants étaient présents ce soir-là à l’Auditoire Joseph Deiss. 5. Questions, remarques: la parole au public au terme du débat ! 6. Christian Levrat à l’interview, au micro de Milo Božic, rédacteur en chef du magazine Uniéco. 7. L’apéritif – l’occasion d’échanger au terme du débat – a clos cette soirée en beauté.


INTERVIEW

THOMAS BATO ET JEAN-STÉPHANE YERLY

Martin BRETTENTHALER Directeur gĂŠnĂŠral de Pavatex

BIO RAPIDE 1996 UniversitÊ de Saint-Gall Licence en sciences Êconomiques 1993 Stagiaire dans le domaine du conseil en stratÊgie auprès de McKinsey & Company (Dßsseldorf) 1995 Stagiaire auprès de Goldman Sachs (Francfort) 1996–1998 Consultant au Boston Consulting Group (Munich et Paris) 1998–2004 Directeur des opÊrations du groupe HIAG (Bâle), spÊcialisÊ dans le bois 2004–aujourd'hui Directeur gÊnÊral et actionnaire de la sociÊtÊ Pavatex, spÊcialisÊe dans les matÊriaux isolants pour le bâtiment

INTRODUCTION Avril   bat   son   plein   après   une   longue   pause   hivernale.  Les  arbres  qui  longent  la  route  me-­ nant   à   l’entreprise   Pavatex   bourgeonnent   au   milieu  du  bourdonnement  perpÊtuel  de  l’usine   TXLWRXUQHjSOHLQUpJLPH&œHVWGDQVFHFDGUH SULQWDQLHU TXH 0DUWLQ %UHWWHQWKDOHU GLUHFWHXU du   groupe   Pavatex,   nous   accueille   pour   une   LQWHUYLHZ HQWUH GHX[ UHQGH]YRXV 6€U GH OXL

et  enrichi  de  ses  nombreuses  expÊriences  pro-­ fessionnelles,  ce  solide  entrepreneur  de  43  ans   nous  raconte  avec  passion  les  diffÊrents  aspects   de  son  entreprise  ainsi  que  son  train  de  vie  ef-­ frÊnÊ,  ponctuÊ  de  voyages.  Entre  ses  bureaux   à  Fribourg,  à  Zoug  et  en  France  et  sa  famille  à   %kOHLOQœHVWSDVWRXMRXUVpYLGHQWGHFRQMXJXHU OHWRXW,QWHUYLHZ

14


15

M. Brettenthaler, quel est votre parcours crise.  NÊanmoins,  les  changements  opÊrÊs  dans   la  politique  d’Êconomie  d’Ênergie  ont  permis  un   professionnel ? J’ai  effectuÊ  mes  Êtudes  à  l’UniversitÊ  de  Saint-­ *DOOHWjOœ,QVWLWXWGœÉtudes  Politiques  (Sciences   Po)  de  Paris.  En  parallèle  de  mes  Êtudes,  j’ai  eu   l’opportunitÊ  d’effectuer  plusieurs  stages  dans  des   entreprises  comme  McKinsey,  Procter  &    Gamble   et   Goldman   Sachs &HV GLIIpUHQWV VWDJHV PœRQW ouvert   l’esprit   et   donnÊ   l’occasion   de   travailler   avec  des  personnes  brillantes  et  vraiment  intÊres-­ santes.  À  la  sortie  de  mes  Êtudes,  j’ai  poursuivi   XQHFDUULqUHFKH]Boston  Consulting  Group,  une   entreprise  spÊcialisÊe  dans  le  conseil  en  stratÊgie.

GpYHORSSHPHQWGHODFRQVWUXFWLRQHQERLV&HWWH situation  nous  a  permis  d’afficher  une  croissance   des  ventes  intÊressante  depuis  plusieurs  annÊes.

Le renchÊrissement du franc suisse at-il eu un impact sur votre activitÊ ces dernières annÊes ?

Le   renchĂŠrissement   du   franc   a   ĂŠtĂŠ   catastro-­ phique  pour  notre  activitĂŠ  et  nous  en  subissons   aujourd’hui  encore  les  consĂŠquences.  Pour  vous   IDLUHXQHLGpHDORUVTXHGHQRVYHQWHVVRQW Comment ĂŞtes-vous arrivĂŠ chez Pavatex ? HIIHFWXpHVHQHXURGHQRVFKDUJHVpWDLHQW en  franc  suisse  avant  l'ouverture  de  notre  troi-­ En   fait,   je   me   prĂŠdestinais   Ă    une   carrière   dans   sième  usine  en  France.  De  plus,  l’arrivĂŠe  d’im-­ la   banque   d’affaires   ou   le   conseil   en   Le renchĂŠrissement du franc a ĂŠtĂŠ catastrophique pour stratĂŠgie.   Toutefois,   notre activitĂŠ et nous en subissons aujourd’hui encore les après   avoir   travaillĂŠ   consĂŠquences. quelques   annĂŠes   dans   le   conseil   en   stratĂŠgie,   j’ai   ressenti   le   besoin   de   travailler   portateurs   ĂŠtrangers   en   Suisse,   venus   profiter   dans  un  environnement  plus  ancrĂŠ  dans  la  rĂŠalitĂŠ   de  ce  franc  fort,  a  conduit  à  une  chute  des  prix   industrielle.  J’ai  donc  saisi  l’opportunitĂŠ  de  tra-­ GH3RXUIDLUHIDFHjFHWHQYLURQQHPHQWĹš YDLOOHUFKH]HIAG.    Au  sein  de  cette  entreprise,   je  me  suis  vu  confier  la  direction  de  l’une  de  ses   filiales,   Pavatex.   Puis,   lorsque   les   propriĂŠtaires   ont  voulu  se  sĂŠparer  de  Pavatex,  j’ai  rĂŠussi  à  ras-­ sembler  les  capitaux  nĂŠcessaires  pour  rĂŠaliser  un   management  buy-­out  avec  un  partenaire.

Pavatex, qu’est-ce que c’est ? Pavatex  est  une  entreprise  leader  sur  le  marchĂŠ   des   isolants   en   fibres   de   bois   de   haute   qualitĂŠ   pour   l’enveloppe   des   bâtiments.   Nos   produits   VRQW IDEULTXpV GDQV QRV WURLV XVLQHV GH &KDP Fribourg  ainsi  que  la  nouvelle  usine  en  France,   LQDXJXUpH HQ $YHF XQH SURGXFWLRQ HIIHF-­ WLYHGHÂśWRQQHVSDUDQQpHQRWUHXVLQHGH )ULERXUJHVWFHUWHVODSOXVSHWLWH ÂśWRQQHV j&KDPHW WRQQHVHQ)UDQFH PDLVSURGXLW des  matĂŠriaux  à  forte  valeur  ajoutĂŠe.  Nous  com-­ mercialisons  nos  matĂŠriaux  à  travers  le  nĂŠgoce  de   matĂŠriaux  de  construction.  Un  tiers  de  nos  ventes   est  rĂŠalisĂŠ  en  Suisse,  le  reste  principalement  en   (XURSH SRXU XQ FKLIIUH GÂśDIIDLUHV WRWDO GH  millions  de  francs.

Comment se porte le marchÊ de la construction actuellement ? De  manière  gÊnÊrale,  le  marchÊ  europÊen  est  en  


16 dÊfavorable,  nous  avons  donc  dÝ  nous  restruc-­ turer.  NÊanmoins,  l’inflation  ainsi  que  les  aug-­ mentations   de   salaires   auxquels   font   face   des   pays  comme  l’Allemagne  permettent  de  rÊduire   peu  à  peu  ces  Êcarts  de  coÝts.

Quelles sont les perspectives à court, moyen et long terme de Pavatex ? Avezvous encore des projets d’expansion ?

coÝts  de  l’Ênergie  Êlectrique  ont  toujours  ÊtÊ  un   avantage   stratÊgique   de   la   Suisse.   Nous   avons   toujours  pu  profiter  d’un  coÝt  d’ÊlectricitÊ  com-­ pÊtitif  vis-­à-­vis  des  autres  pays,  notamment  par   UDSSRUW j Oœ,WDOLH (Q HIIHW QRXV DYRQV GH WUqV bons  centres  de  recherche  en  Suisse  avec  notam-­ ment   l’EPFL   à   Lausanne,   l’ETH   à   Zßrich,   les   Fachhochschulen  et  toutes  les  autres  institutions   qui  reprÊsentent  un  avantage  pour  la  Suisse.  Fina-­ lement,  nous  trouvons  plus  facilement  du  finan-­ cement  en  Suisse  et  profitons  des  taux  d’intÊrêt   relativement  bas.  NÊanmoins,  le  coÝt  du  terrain  

À   court   terme,   notre   principal   objectif   est   d’utiliser   la   capacitÊ   additionnelle   de   pro-­ duction   que   nous   avons  crÊÊe  grâce   En France, les employÊs ont l’habitude de travailler dans à   notre   nouvelle   un environnement très hiÊrarchique, avec des règles usine   française.   claires et explicites mais avec moins d’autonomie. L’idÊe   n’est   ab-­ solument   pas   de   dÊlocaliser   la   production   de   la   Suisse   vers   en  Suisse  reste  très  ÊlevÊ  et  reprÊsente  donc  un   la  France  et  de  fermer  des  usines  mais  plutôt   inconvÊnient.   d’avoir   une   base   additionnelle   de   production   en  France.  À  moyen  terme,  nous  devons  nous   concentrer  sur  la    rÊpartition    du  marchÊ  afin   Que se passerait-il si la Suisse perdait que  nous  puissions  utiliser  et  optimiser  les  ca-­ les avantages que vous venez de menAvant d être entrepreneur, pacitÊs  existantes.  Sur  le  long  terme,  naturelle-­ tionner ? Martin Brettenthaler a notamment collaborÊ pour le ment  nous  avons  l’idÊe  de  lancer  de  nouvelles   Boston Consulting Group. Si  la  Suisse  ne  peut  plus  produire  avec  les  critères   initiatives   sur   des   produits   de   notre   gamme.   Nous  croyons  fortement  à  la  croissance  du  sec-­ que  je  vous  ai  expliquÊs,  nous  devrions  nous  faire  du   Photos de l interview: teur  de  la  construction  en  bois:  sur  ce  marchÊ   VRXFL&HFLHVWSDUWLFXOLqUHPHQWYUDLSRXUOHVSURGXF-­ Alberto Celada. il  y  a  de  nouveaux  produits  qui  se  dÊveloppent,   de  nouvelles  approches  et  il  est  tout  à  fait  envi-­ sageable   que   d’ici   cinq   ans   nous   Êlargissons   notre  champ  d’action.

Est-il difficile de rester concurrentiel en Suisse avec des coĂťts de production ĂŠlevĂŠs ? &HOD GpSHQG -H VXLV XQ JUDQG SDUWLVDQ GÂśXQH production   industrielle   et   d’une   ÂŤ   rĂŠindustria-­ lisation    en  Suisse.  À  vrai  dire,  je  suis  plutĂ´t   optimiste  car  nous  avons  en  Suisse  bon  nombre   de  facteurs  qui  penchent  pour  une  activitĂŠ  indus-­ trielle   forte.   Premièrement,   si   nous   regardons   nos   facteurs   de   production,   ceux-­ci   sont   plu-­ tĂ´t   intenses   en   capital   physique   qu’en   capital   humain.   Notre   entreprise   fribourgeoise   tourne   SDUH[HPSOHXQHpTXLSHGHQXLWGHVL[RX sept  personnes  suffit  à  faire  tourner  toute  notre   production.  Deuxièmement,  si  nous  prenons  les   coĂťts  de  production  du  personnel  qui  sont  plus   ĂŠlevĂŠs   en   Suisse   que   dans   les   pays   voisins   ou   ceux  de  l’Europe  de  l’Est,  il  faut  dire  que  ceux-­ ci  sont  largement  compensĂŠs  par  le  fait  que  nous   avons  des  employĂŠs  qui  sont  à  la  fois  fidèles  et   qui  s’investissent  beaucoup.  Troisièmement,  les  


17 tions  qui  seraient    dÊlocalisables    vers  d’autres   SD\VFRPPHOD&KLQHOœ,QGHRXOH%UpVLO3RXUHQ revenir  à  la  situation  en  Suisse,  je  suis  convaincu   qu’il   est   important   et   même   crucial   que   nous   gardions  une  industrie  diversifiÊe,  des  industries   process  telle  que  la  chimie  car  cela  reprÊsente  une   base  industrielle  qui  permet  en  dÊfinitive  d’avoir   des   industries   plus   pointues   d’un   point   de   vue   technologique.    

,QVWDXUHU XQ VDODLUH PLQLPXP GH œ IUDQFV HVW une  grande  erreur  voire  même  une  dÊmarche  dange-­ reuse  et  une  folie.  En  effet,  la  Suisse  doit  sa  rÊussite   Êconomique  et  sociale  à  son  système  libÊral  efficace   qui  rend  chacun  responsable.  Au  niveau  politique,   nous  observons  actuellement,  d’une  part,  la  droite   populaire   qui   tente   de   retourner   à   un      Îlot      de   6XLVVH GX ;,;H VLqFOH HW GœDXWUH SDUW OD JDXFKH qui  essaie  d’instaurer  en  Suisse  des  mÊcanismes  qui   n’ont  pas  fonctionnÊ  dans  d’autres  pays.

Avez-vous remarquÊ des diffÊrences de mentalitÊ dans les pays oÚ vous avez Pour conclure, quelles sont les compÊtravaillÊ ? tences requises pour être un directeur d’entreprise ? Absolument  !  Je  peux  avant  tout  parler  des  dif-­ fÊrences  entre  la  Suisse  et  la  France.  D’abord,   il  y  a  une  grande  diffÊrence  entre  la  Suisse  et  la   France  et  encore  davantage  entre  la  Romandie   et  la  France.  En  France,  les  employÊs  ont  l’habi-­ tude   de   travailler   dans   un   environnement   hiÊ-­ rarchique,   avec   des   règles   claires   et   explicites   mais  avec  moins  d’autonomie.  À  l’inverse,  en   Suisse,  les  employÊs  ont  plus  d’indÊpendance  et   UHFKHUFKHQWGDYDQWDJHjrWUHDXWRQRPHV&HWWH diffÊrence  s’explique  aussi  par  le  fait  que  nous   essayons  de  privilÊgier  la  responsabilitÊ  indivi-­ duelle   alors   qu’en   France,   nous   constatons   un   État  qui  dÊsire  assumer  beaucoup  de  responsa-­ bilitÊs  individuelles  des  citoyens.  

Sur le plan politique, en tant que chef d’entreprise, que pensez-vous de l’initiative populaire sur les salaires minimums prochainement votÊe par le peuple suisse ?

Les   qualitÊs   d’un   directeur   d’entreprise   sont   très   diffÊrentes   selon   le   type   d’entreprise,   la   situation   dans  laquelle  elle  se  trouve  et  le  secteur  d’activitÊ.   NÊanmoins,  tout  responsable  d’entreprise  doit  être   capable  d’adaptation  et  de  changer  de  style  face  aux   diverses  situations,  qu’elles  soient  positives  ou  nÊ-­ gatives.  Je  pense  Êgalement  qu’un  chef  d’entreprise   doit  toujours  faire  preuve  de  clartÊ  et  parfois  même   de  duretÊ  de  sorte  à  ce  qu’il  n’y  ait  pas  d’ambiguïtÊ.   Enfin,  tout  directeur  d’entreprise  doit  être  capable   de  maÎtriser  parfaitement  le  marchÊ  dans  lequel  son   HQWUHSULVHpYROXHŜ


ÉTUDIANTS

JEAN-STÉPHANE YERLY

Les rĂŠseaux sociaux ont-ils une influence sur la dĂŠcision des recruteurs ?

Delphine Conus

Marc-Olivier Grivel

Bachelor of Science in Business Administration.

Bachelor of Science in Business Administration.

HEG, deuxième annÊe.

HEG, deuxième annÊe.

Selon  moi,  les  rÊseaux  sociaux  peuvent  aider  à  se  faire   une  place  dans  le  monde  professionnel  à  condition  qu’ils   soient  bien  utilisÊs.  Toutefois,  il  faut  rester  vigilant  car   LOV SHXYHQW SURGXLUH OœHIIHW LQYHUVH &œHVW j QRXV GH garder  le  contrôle  de  ce  qui  est  publiÊ  car  l’information   GRQQpHSHXWFLUFXOHUWUqVUDSLGHPHQWVXU,QWHUQHWHWQRXV porter   prÊjudice.   De   ce   fait,   il   faut   Êviter   les   photos   compromettantes,  sÊlectionner  nos    amis    avec  soin  et   DYRLUSOHLQHFRQ¿DQFHDX[SHUVRQQHVjTXLQRXVGRQQRQVOH droit  de  voir  ce  que  nous  publions.  Personnellement,  je  ne   pense  pas  utiliser  les  rÊseaux  sociaux,  comme  Facebook   ou   Twitter,   pour   ma   vie   professionnelle,   mais   plutôt   ceux  qui  sont  crÊÊs  exprès  pour  le  monde  professionnel,   comme  par  exemple  LinkedInŜ

POUR RIRE

Prenons  l’exemple  de  Facebook:  une  personne  n’ayant   rien   à   cacher   n’aura   aucune   gêne   à   crÊer   un   compte,   tandis  que  des  personnes  plus  rÊservÊes  auront  tendance   à  dissimuler  leurs  informations.  De  leur  côtÊ,  les  patrons   d’entreprises  traquent  de  plus  en  plus  souvent  les  jeunes   sur  les  rÊseaux  sociaux  mais  ceci  n’a  pas  que  du  nÊgatif.   (QYRXVDI¿FKDQWVXUFacebookYRXVSHUPHWWH]DX[JHQV de  mieux  vous  connaÎtre  et  de  mettre  en  avant  votre  côtÊ        social   .   Un   directeur   engagera   plus   volontiers   une   personne  ouverte  d’esprit  qu’une  personne  cherchant  à   se  fondre  dans  la  masse.  De  plus,  si  vous  êtes  rÊticent  à   l’Êgard  de  FacebookYRXVSRXYH]WRXMRXUVYRXVLQVFULUH sur   LinkedIn   qui   reste   une   plateforme   professionnelle   SDUIDLWHSRXUYRXVPHWWUHHQYDOHXUŜ

SIMON BEURET

18


PRÉSIDENT D'HONNEUR

JEAN-MARC SYLVESTRE

source: jeanmarc-sylvestre.com

Notre  prÊsident  d’honneur  est  Jean-­Marc  Sylvestre,  jour-­ naliste  français  de  la  presse  Êconomique  et  Êgalement  Êcri-­ YDLQ,ODpWpGHQRPEUHXVHVDQQpHVOHVSpFLDOLVWHGHOœpFR-­ QRPLHSRXUOHVFKDvQHVGHWpOpYLVLRQ7)/&, ¿OLDOHGX JURXSH7) HWL7pOp ¿OLDOHGXJURXSH&DQDO (Q il  a  ÊtÊ  dÊcorÊ  de  l’ordre  national  de  la  LÊgion  d’honneur.   3RXUOœDQHFGRWHOHMRXUQDOLVWHDYDLWRI¿FLHOOHPHQWLQWHU-­ YLHZp1LFRODV6DUNR]\DORUV3UpVLGHQWGHOD5pSXEOLTXH française.  

Jean-Marc Sylvestre. Journaliste français.

Aujourd’hui   Êditorialiste   sur   Atlantico.fr,   Jean-­Marc   Sylvestre  est  Êgalement  l’auteur  d’un  blog  Êconomique   influent  (JeanMarc-­Sylvestre.com)  qui  est  visitÊ  par  plus   GH   LQWHUQDXWHV SDU PRLV (Q  LO HVW OH FR auteur  de  Tout  va  bien  (ou  presque)  !  –  La  preuve  en  18   leçons  aux  Êditions  Fayard.

IMPRESSUM

RĂŠdacteur en chef RĂŠdacteurs Conception graphique Directeur artistique Layout woman Ont participĂŠ Ă  ce numĂŠro

Photographie Caricature Corrections Conseiller en marketing et communication PrĂŠsident d'honneur Remerciements

Magazine UniĂŠco Route Wilhelm-Kaiser 10 CH-1700 Fribourg unieco@gmx.ch

Impression Europ’Imprim Swiss Rue du Château 7b CH-2022 Bevaix

Milo BoŞic Thomas Bato, Anne Liechti, Jean-StÊphane Yerly Romain Collaud AurÊlie Monnier NoÊmie Sandoz Thomas Bato, Simon Berset, Heinrich Bortis, Milo BoŞic, Delphine Conus, Marc-Olivier Grivel, Jean Hennebert, Anne Liechti, Mark Schelker, Jean-StÊphane Yerly Alberto Celada, Lara Vehovar Simon Beuret Jean-Maurice DÊlèze

Tirage 2000 exemplaires

Crausaz & Partenaires SA Jean-Marc Sylvestre Sergio Rossi

REJOINS-NOUS SUR FACEBOOK

CrÊÊe en juin 2012 par Milo BoŞic et Matthieu Seydoux (respectivement Êtudiants en management et en droit), l’association UniÊco a pour but de promouvoir l’information Êconomique à travers un magazine trimestriel du même nom. UniÊco est distribuÊ gratuitement sur le campus de l’UniversitÊ de Fribourg et à la Haute Êcole de gestion de Fribourg.

19


RECHERCHE... ...UN(E) PHOTOGRAPHE BÉNÉVOLE Maîtrisant un logiciel de retouche d’image

Tu es en charge de la photographie lors des différentes interviews ainsi que pour d’éventuelles illustrations d’articles.

Envoie ton CV à milo.bozic@unifr.ch


Uniéco N° 6