__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

Beat Vonlanthen

Conseiller d’ État fribourgeois.

« Il faut une jeunesse entreprenante » No 11 — Septembre-Novembre 2015


Ne faites pas l’économie de Liberté ABONNEZ-VOUS pour ne rien manquer de l’actualité économique locale et globale. par ex. Abo Numérique 12 MOIS pour 249.– plus sous www.laliberte.ch/abonnements


ÉDITO Edito Édito

03 03

MILO Bozic BOŽIĆ Milo Don’ t network ! Le prixbedeshy, la proximité

Milo Bozic, Rédacteur en chef Editor-in-chief Photo: Photo :Lara LaraVehovar Vehovar

bilier fribourgeois affiche une excellente santé – à l’image d’ailleurs du fiscalité By canton doing (finances so, we saines, learn of new Dear readers, Obtenir un logement locatif à modérée, faible taux de chômage developments in our field and make Fribourg n’est pas une sidémographique) – sureaccroissement we stay up-to-date. The power of forcément networking is et nécure, particulièrement en cette pécomparativement à la should situation de allow often overlooked by today’  s Secondly, networking riode de rentrée universitaire. Certes, surchauffe qui prévaut dans la région students. Indeed, networking is students to get insights from decision ces années, nouveaux zurichoise, de l’arc lémanique et plus makers outside the university oftendernières perceived as ade secondary immeubles sont sortis de terre, perrécemment dans les régions périphématter during academic life. (e.g. executives, entrepreneurs, polimettant ainsi de satisfaire une de- riques que to Neuchâtel, Yverdon ticians)telles in order offset professors’ Yet, investing a reasonable amount mande croissante, mais les places se ou encore La Chaux-de-Fonds. facto of time and putting boldness to perspectives and extend ipso D’ailmonnaient cher. Comptez environ leurs, les étudiants de Lausanne de good use can help you find great their open-mindedness. As weet all 750 francs pour un studio neuf de Berne sont de plus en plus nombreux opportunities to start out your career. know, there is no single truth. 2 18m près de 2’000 francsuniversity pour un àFinally, venir habiter à Fribourg d’une part The ou beginning of the networking is a ; continuous appartement 3.5 pièces toutto équipé desIndeed, raisons even pratiques la disactivity. after car academic semester is ade sensible time take pour en face de la chocolaterie Villars : des ponibilité des logements y est plus good resolutions. So, let’s build studies, new graduates have to create tarifs qui ont de quoi « vous laisser en élevée et, d’autre part, en raison du your personal network  ! Here is their own circle of acquaintances within plan ! should start building your coût moins onéreux que ces derniers organization. This is particularly true in why »you Prenons le cas du plateau de Pérolles représentent. Ce nonobstant, à mon large companies, such as financial instiown network: qui s’est littéralement métamorphosé avis, il est primordial que les acteurs First, networking is an excel- tutions, where a career depends greatly en seulement. ce marché (promoteurs, réon thedepeople you meet along the way. lentdeux way ou to trois buildannées a community of clés En effet,who certains promoteurs immoet,saying dans goes: une moindre mesure, As the You get out of it people support each other and gies biliers, flairant le bon coup, ont édifié les pouvoirs publics par l’octroi de share a mutual point of view and what you put in it. de nouveaux lotissements dans cette logements subventionnés) restent vireflection, a fortiori knowing the Have an excellent (networking) zone dense en»facultés sur la situation immobilière du semester! « human size  of our universitaires, Alma Mater. gilents hautes écoles et autres instituts de canton afin de garantir la bonne péformation. De surcroît, cette demande rennité de celui-ci, car comme le stiestudiantine est en constante augmen- pule si bien la « loi de la demande », tation chaque année et permettra donc même en considérant la faible élastiaux propriétaires fonciers de dégager cité : ceteris paribus, lorsque le prix des profits substantiels. d’un bien augmente, la quantité deIl est vrai que le marché de l’immo- mandée de ce bien diminue…

Sommaire SOMMAIRE Éditorial Editorial

03 03

Interview Interview

13 13

Professeurs Professeurs

04 04

Caricature Étudiants

18 17

Pour conclure

18

Le prix la proximité. Don’  t bede shy, network ! MiloBozic Božić Milo

Facteurs de succès dans le management Une Swissness des pratiques RH ? stratégique. Éric Davoine et Oliver Schröter Rudolf Grünig Smart living lab. De l’utilité des normes comptables. Stephanie Teufel Franck Missonier-Piera Le travail des enfants. Christelle Dumas

Sur le terrain

La patente qui divise. Junior Entreprise Fribourg (Jérôme Castella et Marc Vincent)

◀ Photo de couverture : Esther Roggero ◀ Photo de couverture : Agathe Seppey

10

Cristina Gaggini,conseiller directriced’Etat romande Beat Vonlanthen, d’economiesuisse. fribourgeois. ThomasButty Bato et Léa Ruppen Juliane

Levrat et Vonlanthen pour maintenir l’équilibre Bao Chau Nguyen et Lauranne Guillod linguistique. Simon Beuret Les enjeux relatifs à l’initiative populaire 1:12. Thomas Bato

La caricature économique. Simon Beuret


Professeurs

04

Rudolf Grünig

Professeur ordinaire de gestion d’ entreprise à l’ Université de Fribourg. Titulaire de la Chaire de Direction d’ Entreprise.

Facteurs de succès dans le management stratégique Bien que les entreprises investissent normalement beaucoup de temps et d’ énergie dans le management stratégique, le résultat est souvent peu satisfaisant. La raison en est la suivante : Les facteurs de succès ne sont pas pris en considération. L’ article qui suit présente les huit facteurs de succès du processus de management stratégique qui doivent impérativement être respectés. Le processus de management stratégique Une vue d’ ensemble du processus de management stratégique est présentée à la figure 1. Il en résulte que le management stratégique comprend trois tâches : • La planification stratégique fixe les lignes directrices sur le long terme. La charte et les orientations futures sont définies sur la base d’ une analyse stratégique. En ce qui concerne leur mise en œuvre, il est également important de définir des projets d’ implémentation. • La mise en œuvre des stratégies comprend, d’ une part, des mesures de réalisation qui sont directement dérivées des stratégies. Il s’ agit, par exemple, du développement de nouveaux marchés géographiques ou de nouveaux produits, ou encore d’  une augmentation des capacités de production. D’ autre part, la mise en œuvre des stratégies comprend souvent aussi des mesures d’ appui, telles que l’ amélioration des connaissances du personnel. • Le contrôle stratégique, de son côté, assure, d’ une part, le suivi de la mise en œuvre des projets et, d’ autre part, le contrôle des prémisses sous-jacentes aux stratégies sur la base d’ un système d’ avertisseurs précoces qui vérifie si l’ environnement change. Bien que les trois tâches de la planification stratégique forment un ensemble, elles n’ interviennent pas de façon consécutive. Il existe un chevauchement temporel. La mise en œuvre des

stratégies et le contrôle stratégique constituent des processus continus. Ce chevauchement dans le temps implique des interactions entre les trois tâches. Une distinction claire est impossible, non seulement entre les trois tâches du management stratégique, mais également entre le management stratégique et le management opérationnel. Alors que la planification stratégique repose sur des méthodes spécifiques et peut être clairement distinguée de la planification à moyen et à court termes, cette distinction ne peut pas être faite aussi facilement pour la mise en œuvre des stratégies et le contrôle stratégique. Il existe peu de méthodes pouvant être utilisées au niveau stratégique pour ces deux ▼ tâches. Les systèmes d’ avertisseurs précoces Figure 1 : Processus de management stratégique constituent la seule exception. Management stratégique Planification stratégique

Mise en œuvre des stratégies

Contrôle stratégique

Management opérationnel = Influences principales = Autres influences


05

Trois catégories de facteurs de succès

Comme le montre l’ expérience, le succès des stratégies dépend non seulement de leur contenu, mais également très fortement du processus de Au début des années 1960, l’ Américain Ronald management stratégique. Daniel, qui travaillait sur la conception de systèmes d’ information, observa que le succès Les remarques suivantes se concentrent sur la dépendait d’  un petit nombre de facteurs. troisième catégorie de facteurs de succès, les Il les appela «  facteurs critiques de succès  ». facteurs de succès spécifiques au processus de Aujourd’ hui, on parle la plupart du temps management stratégique. de «  facteurs de succès  ». Les facteurs de succès sont particulièrement imporLes huit facteurs tants dans le management stratégique. de succès du processus Leur prise en considération conduit généralement à la réussite du management stratégique. Cela signifie Les facteurs de succès du management straque l’ entreprise a la capacité de s’ adapter aux tégique décrits ci-dessous sont basés sur changements de l’ environnement et de continuer l’   expérience pratique de l’  auteur en tant à se développer. Comme le montre la La prise en considération des facteurs figure 2, trois catéde succès conduit généralement à la réussite gories de facteurs de du management stratégique. succès peuvent être distinguées dans le cadre du management stratégique. que membre de conseils d’  administration Une première comprend les « facteurs de succès et consultant en stratégie. Ils peuvent être généraux ». Ces facteurs de succès sont valables répartis en fonction des trois tâches du manapour toutes les branches et toutes les entreprises. gement stratégique. Ils sont identifiés grâce à des recherches empiriques. Le programme Profit Impact of Dans la planification stratégique, quatre Marketing Strategy (PIMS) constitue l’ étude des facteurs de succès devraient être considérés : facteurs de succès généraux la plus importante. • Il convient de choisir un processus aussi Des exemples de ces facteurs de succès sont la compréhensible et simple que possible. croissance du marché et la part de marché. Une Cela permet au groupe de planification de croissance du marché et une part de marché se concentrer sur les questions de fond, élevées conduisent pratiquement toujours à un plutôt que de devoir débattre de problèmes succès élevé de l’ entreprise. méthodologiques. La deuxième catégorie couvre les « facteurs • Les stratégies futures doivent être basées de succès spécifiques à une branche » sur des faits. Par conséquent, une analyse Ils s’  appliquent à une branche qui est stratégique approfondie est indispensable. définie de manière plus ou moins étroite. • En vue de la mise en œuvre et du contrôle Ils peuvent également être identifiés à l’ aide des stratégies, des objectifs quantitatifs d’ études scientifiques. Mais comme il existe sont à définir. Des descriptions qualitatives de nombreuses branches, la probabilité que des positions visées sur le marché et des des études empiriques récentes puissent être avantages concurrentiels ne suffisent pas. utilisées est relativement faible. C’ est la raison Sans objectifs quantitatifs, les stratégies et ► pour laquelle les facteurs de succès spécifiques à la branche sont généralement déterminés par Facteurs de succès l’ entreprise elle-même dans le cadre de sa planidu management fication stratégique. Par exemple, l’ emplacement stratégique et les marques automobiles représentées constituent deux facteurs de succès pour la branche des concessionnaires automobiles. Les deux premières catégories de facteurs de succès concernent le contenu des stratégies. La troisième catégorie de facteurs de succès ne concerne pas le contenu des stratégies, Facteurs de succès Facteurs de succès mais le processus. Ils sont nommés « facteurs spécifiques à la généraux de succès du processus de management strabranche tégique ». Leur prise en compte conduit à un management stratégique efficace et efficient.

▼ Figure 2 : Trois catégories de facteurs de succès du management stratégique

Facteurs de succès du processus de management stratégique


les projets de mise en œuvre ne seront pas assez contraignants. • Les directeurs responsables de la mise en œuvre des stratégies doivent être impliqués dans l’ élaboration des stratégies. Sans leur engagement personnel en faveur des stratégies futures, une mise en œuvre réussie est très difficile. Une stratégie de deuxième rang (« second best »), au bénéfice du soutien des responsables de la mise en œuvre aura beaucoup plus de succès que la meilleure stratégie qui est remise en question, voire même rejetée !

Le respect de ce facteur de succès semble évident. Cependant, la réalité montre que cela n’ est souvent pas le cas. Il existe toujours des conseils d’  administration et des directions d’ entreprise qui considèrent qu’ une stratégie approuvée se réalise ensuite par elle-même. • Un contrôle stratégique efficace est uniquement possible si le conseil d’ administration et la direction s’ engagent. Si le contrôle stratégique est régulièrement discuté lors de réunions de conseils d’ administration et de direction, une légère pression s’ exerce sur les responsables de projets pour la mise en œuvre. Ainsi, les projets de mise en œuvre ne seront pas mis de côté au profit des activités quotidiennes. En même temps, pour le conseil d’ administration et la direction, cela crée la possibilité d’ influencer la mise en œuvre de la stratégie.

Deux facteurs de succès concernent la mise en œuvre des stratégies : • Un nombre réduit de projets de mise en œuvre sont à aborder en même temps, ce qui permet de concentrer les ressources humaines et financières et d’ achever rapidement les projets. • Le succès des projets de mise en œuvre dépend principalement des Il existe toujours des conseils d’ administration et des qualifications du directions d’ entreprise qui considèrent qu’ une stratégie chef de projet. approuvée se réalise ensuite par elle-même. Il doit pouvoir apporter l’ expérience nécessaire et y consacrer suffisam- La prise en considération des huit facment de temps. Sans un chef de projet qui teurs de succès du processus de manaréponde à ces exigences, une stratégie ne gement stratégique ne garantit pas que pourra pas être réalisée. de bonnes stratégies seront élaborées et qu’  elles seront mises en œuvre de maEn ce qui concerne le contrôle stratégique, nière conséquente. Néanmoins, ne pas les il existe également deux facteurs de succès : prendre en compte mènera certainement à • Le premier facteur de succès est banal : un un management stratégique insatisfaisant. contrôle stratégique est nécessaire. Comme À cet égard, la prise en considération des facle disait Winston Churchill : « However teurs de succès du processus constitue une beautiful the strategy, you should condition nécessaire, mais non suffisante, occasionally look at the results  ». du succès stratégique. ■

06


Stephanie Teufel Source: iimt.

Professeurs

Smart Living Lab

Full Professor at the University of Fribourg. Holder of the Chair of Management in Information & Communication Technology

1

Demographic shifts and evolutionary changes arouse the need of new energetic solutions. New ways of thinking especially in regard to the energy and material consumption or the development of the built environment of the future are needed as quickly as possible. But not only technical aspects are playing a key role, also the human behaviour will be a major topic of this unique project in Fribourg. The intention of the smart living lab project is to conduct research in order to deliver solutions for future. It is a cutting-edge project based in Fribourg on the blueFACTORY site that combines several lines of research related to the built environment such as construction technologies, material sciences and renewable energy production systems, comfort, health and air quality as well as human behaviour, economics and law science. It gathers interdisciplinary and inter-institutional skills and research groups from the University of Fribourg, the School of Engineering and Architecture and the Ecole Polytechnique Fédérale Lausanne and proposes an experimental facility to develop innovative concepts and technologies related to the future living and work space. It aims to be a center of national scope, recognised at international level and involving a variety of players and institutions. Research from three Faculties The smart living lab not only contributes to developing knowledge linked to the built environment on a technical but also on a socio-economic and legal level. In these fields of research, the University of Fribourg will be contributing within the smart living lab. The University of Fribourg aims to develop a multi-disciplinary competence center for «  Energy cooperation  » and lively energy systems and to launch reflections on the future

of buildings and their inhabitants from a strong social and economic, human-centred and legal perspective, and also to study how people live, consume and interact and to propose adequate solutions to anticipate the future changes. Three research groups from different faculties at the University will bring their knowledge to the smart living lab project in the following subjects : 1. Economic & social impacts of the energy turnaround The international institute of management in technology (iimt) is part of the Faculty of Economics and Social Sciences and one of the three research groups involved in the smart living lab project. The iimt’ s research activities focus on people and habitats. The urban design of decentralised energy systems is the interplay of habitats and eventually of people for the highest energy sustainability at maximum mobility and interconnectedness. The energy turnaround amplifies by social, economic, and political aspects. Caused by demographic change and technological development, the integration and coordination of demand side impacts the organisation, markets, infrastructure and communication. Thereby, the traditional value chain alters to a value network providing the possibility to produce, exchange, and consume electricity on a local area. The Crowd Energy concept allows not only to share electricity among numerous members, ►

This is an interdisciplinary and inter-institutional excellence center for the built environment of the future, a unique research project. The prior text includes excerpts from, or, respectively, is based on the following smart living lab academic plan (May 2015). More information about the smart living lab project can be found on www.smartlivinglab.ch.

1

07


but also to provide an argument for a sustainable energy turnaround. It is predicted that the general phenomenon of crowds is a main driver. This new development generates several research directions. First, the new role and decision-making of the prosumer defines the exchange behaviour within and among crowd(s). It includes the psychological decision-making at a certain point, the accountability of electricity, or the value of electricity. Second, the generation of crowd scenarios is highly important in terms of predicting the impact on the overall network. This involves the calculation, weight, and validation and creates a set of plausible scenarios. Finally, energy systems security culture is on focus as future energy systems will be mainly driven by Information and Communications Technology (ICT). Due to the fact that the iimt has a long research history in information security culture, research findings will be included in the project. 2. Human-building interaction

be tested or specific methods to properly integrate environmental aspects in public procurement can be developed. Secondly, the smart living lab will become a competence center for the development of risk management procedures and expertise. Thirdly, within the smart living lab, new forms of contracts and the resolution of disputes can be developed, especially their procedures. A research on experimental environment The smart living lab will not only be a center for fundamental or applied research, it will also offer experimental facilities in order to assess from different perspectives (technical, user’ s acceptance, and environmental footprint) the efficiency and the perception of new developed technologies before entering the market. The research teams will be able to carry out hands-on and real-time tests on certain specific uses and technologies on this futuristic construction. A real laboratory designed to perform architectural and environmental experiments, whose goal is to optimize current techniques and to innovate. Furthermore, the project also intends to develop a smart living building, aiming to embody an ahead-of-its-time living and work space to host and support the mentioned research activities. The building itself will be an experimental tool for the researchers, giving them the opportunity to test new technologies and concept at a one-to-one

The second research group is composed of researchers from the Human IST center of the Faculty of Science. Their research activities will focus on Human-Building Interaction. It aims to understand human interactions in buildings and designing and evaluating interactive systems to improve inhabitants’  comfort and quality of life, reduce energy consumption, and increase social and energy awareness. Smart living lab contributes to developing knowledge also It combines expertise on a socio-economic and legal level. in computer science, psychology and sociology and aims at developing and evalua- scale. It will be possible to plug new technologies ting new interface technologies that are usable, or elements or test new interior designs in order to useful, and appealing to a broad section of assess their impact on users’  comfort or environpeople, and compatible with sustainability mental issues. The building will be able to reach criteria. In the Human-building interaction focus, very high environmental and climatic objectives two main research axes will be addressed. First and to evolve in order to integrate innovation ▼ the methods and tools to assess the human inte- that enables lowering its environmental impact. 3D inside view of ractions in buildings and to assess the comfort The ability to adjust a building to the users’ needs, smart living lab. of users, and second the interactive and visual to potential changes of function (such as offices Source: technologies to improve usability and comfort. being transformed into lodgings and vice-versa) smartlivinglab.ch 3. Construction law and regulation The third research group of the University of Fribourg which is part of the smart living lab are researchers from the Law Faculty. Their research activities and their contribution will focus on three different areas. Firstly, the regulatory aspects ; the smart living lab might develop new instruments that allow (or even promote) the use of new building products. New approaches in order to achieve more efficiency in administrative procedures can

08


as offices being transformed into lodgings and vice-versa) as well as to new standards, can be summed up into one word : flexibility. The smart living building will be an example of flexibility and its initial architectural design will enable its transformation all throughout its lifecycle while reducing environmental impacts, costs and time. In that sense, flexibility goes against the buildings’  obsolescence. Concrete actions will be undertaken to make sure that the results of the preliminary research will be respected during the design and construction of the smart living building. Hence, the involved research groups place a particular emphasis on confronting the results to field reality. The smart living lab is a unique opportunity to combine the knowledge and research finding of different fields of research and from international researchers. By hosting all researchers within the same building, it will foster their

15% sur ta première

collaboration potential and develop multidisciplinary approaches. With its research at top level, it will be an extraordinary chance for the canton of Fribourg and the University of Fribourg to take over a leading role in the field of innovation. Therefore this project is for the University of Fribourg and the three involved Faculties a unique opportunity to strengthen their fields of research and to position the research groups in the academic world. ■ Prof. Dr. Stephanie Teufel

Professor Stephanie Teufel is Director of the international institute of management in technology and holds the Chair of Management in ICT of Faculty of Economics & Social Sciences of the University of Fribourg. Within the smart living lab project, Prof. Teufel is member of the operational committee as representative of the University of Fribourg and project leader, and member of the ACAD research committee.

base

addon

économise 15% sur ta 1st base mood ? entre le code unimood lors de ton achat online

09


Professeurs

Christelle Dumas

Professeure d’ économie politique. Titulaire de la Chaire d’ Economie du Développement et d’ Histoire Economique.

Le travail des enfants En Afrique, environ 58 millions d’ enfants travaillent. Malgré une croissance stable et des réductions importantes de la pauvreté, cette proportion d’ enfants travailleurs ne diminue pas sensiblement. Le travail des enfants est un aspect assez celui des pays riches. Notamment, si l’ on se représentatif du sous-développement des pays concentre sur le lieu des échanges entre les pauvres. En effet, il est à la fois largement individus, le « marché », on s’ aperçoit que perçu comme dû à la pauvreté et susceptible son fonctionnement est souvent « imparfait ». de favoriser la persistance de la pauvreté. On regroupe sous le terme d’ imperfections Les enfants qui travaillent obtiennent en de marché l’ ensemble des mécanismes qui moyenne moins d’  éducation que les autres éloignent les marchés de la situation de et font donc partie, à l’  âge adulte, des concurrence pure et parfaite, traitée par les couches les plus pauvres de la population. économistes comme point de référence. On peut donc se demander quelles en sont les causes et Les imperfections de marché sont plus importantes quelle intervention dans les pays pauvres. permettrait de réduire le travail des enfants. Avant d’ aller plus loin, rappelons quelques faits. Les « asymétries d’ information », c’ est-à-dire L’ immense majorité du travail des enfants se le fait que les différents agents ne disposent situe en Asie et en Afrique. En Afrique, un enfant pas de la même information, est une source sur trois travaille. En Asie, un enfant sur six. d’  imperfection de marché. Elles ont été Surtout, 70 pour cent de ces enfants travaillent étudiées en économie de façon détaillée à la au sein de leur propre famille sur une exploi- suite des travaux de Stiglitz, Weiss ou Akerlof. tation agricole, loin de toute réglementation ou Ces derniers ont montré comment des échanges, de tout contrôle possible sur les conditions dans qui pourraient être profitables à l’ ensemble des lesquelles ils sont employés. Il est tout à fait parties, n’ ont pas lieu car les agents ne peuvent possible que ces activités physiques aient des vérifier l’ information disponible aux autres. conséquences néfastes non seulement en termes Le point-clé à comprendre est que l’ asymétrie d’ éducation mais aussi en termes de santé. d’ information n’ existe que dans un environLe fait que le travail des enfants ne diminue pas nement risqué. Prenons un exemple. Je suis en Afrique alors même que la pauvreté recule propriétaire terrien et je souhaite embaucher nous incite à chercher d’ autres causes possibles un travailleur. Bien sûr, je ne veux le payer au phénomène. Nous nous concentrons ici sur que s’  il effectue le travail correctement. les imperfections du marché du travail comme Mais les aléas sont nombreux : les sécheresses, cause possible du travail des enfants. les insectes et d’ autres fléaux peuvent sensiblement réduire la récolte. Comment décider du LES Imperfections paiement à effectuer à mon employé agricole ? de marché A-t-il réellement fait tout ce qui était possible pour limiter les pertes ? L’ ampleur L’ environnement économique des pays dits des variations de productivité et des « en développement » diffère grandement de variations de revenu est immensément plus

10


grande dans les pays en développement, notamment parce qu’ une grande part de l’ activité économique reste agricole. Les imperfections de marché, liées aux asymétries d’ information, sont donc plus importantes dans les pays pauvres. Par ailleurs, les marchés, fussent-ils concurrentiels, ne sont pas auto-suffisants. Il faut des institutions pour les soutenir. Dans les pays en développement, l’ absence, la lenteur, le coût ou la corruption du système judiciaire, entre autres, font que tout contrat est difficile à faire respecter. On sait, par exemple, que le marché du crédit est très imparfait dans les pays pauvres. Avant l’ avènement de la micro-finance proposée par Yunus, les

11

ménages pauvres ne pouvaient avoir accès à des prêts. En effet, obtenir le remboursement si l’ emprunteur faisait défaut était considéré comme impossible dans un contexte où les systèmes judiciaires sont lents et coûteux. Enfin, en sus des problèmes d’ asymétrie d’ information, mentionnons que les milieux ruraux fonctionnent très largement en vase clos, avec peu de différenciation de cultures, ce qui a pour conséquence que les besoins agricoles sont synchrones. Par conséquent, les ménages agricoles qui souhaiteraient embaucher de la main-d’ œuvre peinent à en trouver.

▼ À l’image de cette jeune fille marocaine, la proportion d’enfants travailleurs en Afrique ne diminue pas substantiellement.

Retenons donc que les marchés sont très imparfaits dans les pays en développement. ►

Source : Zouavman Le Zouave sur wikimedia.org.


Quelles en sont les conséquences sur les échanges ? Il faut donc relativiser l’ idée que la pauvreté est Nous pouvons reprendre l’  exemple de notre la cause essentielle du travail des enfants. Elle en propriétaire terrien qui souhaite embaucher de la « fait plus le lit » qu’ elle n’ en est la cause directe. main-d’ œuvre mais qui anticipe qu’ il sera confronté aux problèmes d’ asymétries d’ information. Il sait Interrogeons-nous maintenant sur le rôle que qu’ il devra supporter un coût de supervision élevé peut jouer le marché du travail dans ce contexte. s’ il veut s’ assurer que son employé fait effective- En présence d’ imperfections sur le marché du ment la tâche pour laquelle il a été embauché. Il doit travail et donc en présence de forts coûts de trandonc arbitrer entre ce coût (dit « de transaction ») et saction, les ménages ont intérêt à fonctionner en les gains à déléguer la tâche, c’ est-à-dire les gains autarcie et donc à exploiter le temps de travail des à l’  échange sur un marché qui, ici, est le marché du travail. Bien Il faut relativiser l’  idée que la pauvreté est sûr, les gains dépendent la cause essentielle du travail des enfants. de la différence entre le rendement de l’ emploi et le salaire qui doit être payé. Si les coûts de transac- enfants. En effet, la supervision nécessaire pour tion sont faibles, l’ employeur a quasiment toujours un travailleur du ménage est moindre que pour un intérêt à passer par le marché pour effectuer une travailleur extérieur car il a tout intérêt à bien effectâche profitable et donc à déléguer. Si au contraire tuer la tâche. Ceci a des conséquences fâcheuses : les coûts de transaction sont élevés, le proprié- une augmentation de la productivité se traduit certes taire terrien préfèrera plus souvent s’  acquitter par une augmentation de revenu mais aussi par lui-même de la tâche plutôt que d’ embaucher un une augmentation des incitations à travailler (tout travailleur. Dans ce cas, on peut considérer qu’ il comme une augmentation de salaire incite à une reste en autarcie, là où, si les marchés avaient hausse du temps de travail). En l’ occurrence, une été parfaits, il aurait eu recours à ces marchés. hausse de productivité peut induire une augmenLes coûts de transaction sur les marchés absorbent tation du temps de travail des enfants. Ceci est donc une partie des gains à l’ échange, échanges qui confirmé par des données tanzaniennes : lorsque les sont le fondement même de l’ économie, et a priori précipitations sont plus importantes et alors même du développement. Comment ces imperfections que les revenus des ménages sont plus élevés, les de marchés, notamment sur le marché du travail, ménages mettent plus leurs enfants à contribution. concourent-elles au travail des enfants ? Plus précisément, les ménages mettent d’ autant plus leurs enfants à contribution qu’ ils n’ ont pas UN marché du travail accès à un marché du travail actif. Les imperimparfait fections du marché du travail ont donc des effets négatifs sur l’ usage du temps des enfants. Ceci Tout d’ abord, il est clair que la pauvreté est un suggère une politique économique qui pourrait élément important du paysage. Le recours au diminuer le recours au travail des enfants : amétravail des enfants est largement motivé par liorer le marché du travail, tout comme on a le souhait de compléter un revenu insuffisant. inventé des programmes de micro-crédit pour Néanmoins, pour ce faire, il faut trouver à améliorer le fonctionnement du marché du crédit. employer les enfants. De fait, nous observons Il reste à inventer des programmes qui favorisetrès peu d’ emploi d’ enfants à l’ extérieur de la raient les échanges sur le marché du travail. Les famille ; les enfants sont pratiquement cantonnés, constructions de routes, la valorisation de moyens et c’ est heureux, à travailler au sein de leur de transports urbain-ruralMagazine sont des pistes à explorer. Annonce UNIÉCO ménage. Bien sûr, il existe des entreprises inter- Ces politiques de développement auraient probanationales qui emploient des enfants dans des blement des effets plus larges que juste sur le conditions indécentes et qui font régulièrement travail des enfants. ■ les gros titres des journaux, mais ce n’ est là que la partie émergée de l’ iceberg du travail des enfants. Par conséquent, un ménage qui veut faire travailler ses enfants doit trouver à les employer au sein de la famille et doit donc avoir des actifs agricoles Magasin  du  producteur   sur lesquels les employer. Les enfants sont bien Lu    Ve   09h00    18h00   souvent responsables du bétail et contribuent Sa   09h00    16h00   aussi à l’ exploitation des parcelles. En pratique, les ménages qui font travailler leurs enfants ne Roland  Morat  SA   Rte  de  Fribourg  49   sont pas les plus pauvres des pauvres mais bien 3280  Morat    www.roland.ch   ceux qui ont quelque moyen de subsistance.

12


Interview

juliane butty

Beat Vonlanthen Conseiller d’ État fribourgeois

bio rapide 1977 Maturité gymnasiale au Collège St-Michel 1986 Doctorat en droit à l’ Université de Fribourg, puis engagement par l’ Administration Fédérale en tant que responsable de la formation auprès du Délégué aux réfugiés du Département Justice et Police 1988 Collaborateur personnel du directeur de l’ Office fédéral des arts et métiers et du travail au Département Fédéral de l’ économie 1990 Vice-Directeur du Secrétariat d’ État à la Science et à la Recherche 1995 Entrée au Grand Conseil Fribourgeois 2004 Élu en tant que Conseiller d’ État fribourgeois à la Direction de l’ Aménagement du territoire, de l’ Environnement et des Constructions Depuis 2006 Conseiller d’ État fribourgeois, Direction de l’ Economie et de l’ Emploi

Introduction Conseiller d’ État de notre canton depuis plus de dix ans, Beat Vonlanthen, 58 ans, n’ a pas peur des défis. Après avoir relevé le Ice Bucket Challenge, il s’ engage dans la course pour le Conseil aux États, dont les élections auront lieu le 18 octobre. Fervent défenseur de l’ accès à la formation et de la jeunesse, l’ enthousiaste

mais pragmatique politicien rêve d’ un canton et d’  une Suisse innovants, compétitifs, durables et avant tout respectueux des valeurs humanistes. Entre deux réunions, le Directeur de l’ Économie et de l’ Emploi, nous fait part de sa vision de l’ avenir du canton et du pays en insistant sur notre rôle, à nous, la jeunesse !

13


14

Monsieur Vonlanthen, en tant que Directeur de l’ économie et de l’ emploi, pouvez-vous nous présenter en quelques mots le tissu économique fribourgeois ?

L’ innovation se retrouve en tête de la communication de toutes les stratégies, que ce soit celles des entreprises, des politiques ou même des associations. Comment pouvez-vous démontrer que Fribourg opte Nous comptons près de 20’000 entreprises dans pour une stratégie réellement engagée le canton de Fribourg. La construction, les ma- et ne joue pas simplement sur les mots ? chines et l’ agroalimentaire forment les secteurs phares. Notre économie est très diversifiée, ce qui Notre stratégie porte déjà ses fruits. Nous voulons constitue à la fois notre force et notre faiblesse. promouvoir la Blue Economy qui défend une En période de crise, il s’  agit d’  un atout. croissance en fonction des ressources disponibles, L’ économie du canton peut plus facilement faire respectueuse de l’ environnement et axée sur une face à une conjoncture faible. Mais quand le Fribourg a le taux de chômage le plus bas de climat est favorable, Romande. souvent seuls certains secteurs en profitent et non l’ ensemble du canton. Par ailleurs, Fribourg a diminution des émissions de CO2. Pour prendre le taux de chômage le plus bas de Suisse Romande. un cas concret, l’ arrivée du quartier d’ innovation Nos entrepreneurs sont très créatifs, fiables et blueFACTORY prouve la volonté du canton d’ opresponsables. Grâce à ces qualités, beaucoup ter pour l’ innovation. Ce parc technologique abrid’ entreprises fribourgeoises obtiennent des man- tera diverses plateformes innovantes. Il montre dats hors du canton. En matière de compétitivité, que Fribourg est à même de transformer les écueils Fribourg se classe au douzième rang des cantons en opportunités. En outre, il permet de renforcer la collaboration avec les institutions académiques suisses. Depuis 2013, il a gagné deux rangs. et les acteurs économiques d’ autres cantons. Selon vous, la prospérité du canton se Par exemple, la plateforme smart living lab joue sur la capacité du canton à innover. est née d’ une collaboration avec l’ EPFL et la

Suisse


Haute Ecole d’ Ingénieurs EIA. Cette plateforme nous a permis de devenir membre du Swiss Innovation Park, représentant une vitrine pour notre économie fribourgeoise. Nous espérons par ce biais attirer des entreprises étrangères et à hautes valeurs ajoutées. Ces nouvelles collaborations et nos stratégies pour promouvoir l’ innovation et la Blue Economy apportent du dynamisme et renforcent notre compétitivité.

Troisièmement, notre position en plein centre-ville revêt un atout indéniable. Cela facilite justement la coordination et l’  interaction entre les chercheurs, les entrepreneurs mais aussi la population. Quatrièmement, notre profil linguistique constitue une énorme chance. On utilise déjà l’  atout du bilinguisme mais pouvons encore mieux l’ exploiter. Je dis toujours aujourd’ hui, ce n’ est plus le bilinguisme mais le trilinguisme. Grâce à sa stratégie, aux liaisons entre ces différents protagonistes et à sa position, Fribourg peut jouer un rôle pont entre la Suisse Romande, la Suisse Allemande et l’ international.

La blueFACTORY apparaît comme le point d’ orgue du tournant pris par le canton vers l’ innovation et les technologies. Face aux parcs technologiques de Lausanne et Zurich, quelle est la Comment faire pour s’ assurer que la population fribourgeoise soutienne cette valeur ajoutée du projet fribourgeois ? dynamique ?

Premièrement, notre focalisation sur la Blue Economy permet de nous différencier. On est au début de ce développement mais je suis Nous voulons agir comme des pionniers en convaincu que les universités et les entreprises matière d’ innovation durable. Dans cette optique, vont nous suivre dans cette démarche. Il s’ agit nous serons le premier parc «  zéro carbone  ». cependant d’ impliquer l’ entier de la société. Nous ciblons avant tout trois centres de compé- À cet effet, nous avons par exemple lancé un tences  : le bâtiment intelligent, l’  impression concours d’ idées pour les activités que pourrait digitale et la plasturgie. Ainsi, la Blue Fribourg peut jouer un rôle pont entre la Suisse Economy formera le Romande, la Suisse Allemande et l’  international. cœur de notre identité. Deuxièmement, nous tirons profit de belles synergies. Citons, la héberger la blueFACTORY au début du projet. plateforme Innosquare, reliant le milieu Le concours était ouvert à tous; de nombreux académique représenté par l’ EIA et le milieu Fribourgeois n’ étant pas directement liés aux enentrepreneurial incarné notamment par des entre- treprises et académies partenaires y ont participé. prises importantes du canton telles que Meggitt ou Quelques unes des idées émises à cette occasion Liebherr. Ces firmes agissent dans le secteur ont d’ ailleurs pu être développées ! J’ espère des senseurs. Elles ont un réel intérêt à pouvoir que les Fribourgeois réaliseront que ce quartier profiter du savoir-faire et de la recherche de d’ innovation est une opportunité unique dont l’  EIA. Ces synergies permettront entre autres tout le monde peut et doit pouvoir profiter ! ▼ d’ augmenter notre compétitivité et notre capacité En effet, ce lieu doit être un site ouvert à la po- Photos de l'interview : à innover. De tels liens s’ avèrent fantastiques ! pulation et au monde et non une tour d’ ivoire. ► Esther Roggero

15


Il s’ agit d’ un centre d’ information, de recherche et d’ échanges également au service de la culture. Des événements pourront y être organisés. Tous les acteurs y ont leur place : entrepreneurs, chercheurs, étudiants, familles et enfants !

Vous vous engagez également pour l’ économie d’ énergie. Quelles mesures concrètes proposeriez-vous à une entreprise pour améliorer son bilan énergétique et son empreinte écologique sans entraver sa croissance ?

la qualité de vie des régions: l’ Ideal Index. Il se base sur divers critères tels que l’ espérance de vie, le nombre d’ habitants au m2, la pollution. En mai 2013, l’  Assemblée des Régions de l’ Europe (ARE) a accepté d’ utiliser cet indice. Cette année une douzaine de régions l’ ont utilisé, l’ année prochaine, elles devraient être cinquante. Pour l’ anecdote, j’ ai eu le plaisir de constater que Fribourg était mieux classé lorsqu’  on prenait en compte le critère de la qualité de vie plutôt que le PIB par habitant. En résumé, le PIB permet de mesurer la performance des régions mais il devrait être couplé avec un indicateur tel que l’  Ideal Index pour être pertinent.

Je suis convaincu que la plupart de nos entreprises s’ engagent déjà vers une stratégie d’ économie d’  énergie. Elles sont en effet conscientes que Vous souhaitez également promouvoir le l’  utilisation prudente des ressources permettra canton au niveau international en tissant de rester compétitif. Dans ce cadre-là, économie des liens avec d’ autres nations. Pour d’ énergie et croissance n’ apparaissent plus comme ce faire, vous vous êtes rendu en mai une contradiction. À moyen terme, les efforts dernier au Brésil : quels sont les résultats fournis pour réduire son empreinte écologique de cette rencontre ? payeront. Prenons à nouveau l’  exemple du smart living lab, qui a notamment pour but de Pour pouvoir se développer, le canton doit développer le secteur du bâtiment intelligent, ou impérativement coopérer avec d’ autres régions. encore les panneaux photovoltaïques produits Tout d’ abord, en ayant des liens avec d’ autres à Villaz-St-Pierre. Pour rappel, le secteur de cantons ou régions suisses. Nous sommes la construction prédomine dans le canton. membre de la Région Capitale Suisse qui Les entreprises de ce marché pourront Si l’ on veut créer une relation profonde et à long profiter de ces innovations et disposer terme, il faut se rendre dans ces régions, être présent d’  un avantage comet développer des contacts amicaux. pétitif de taille sur leurs concurrents. Pour répondre à votre question, je conseillerais regroupe cinq cantons et plusieurs grandes aux entreprises d’  investir dans les énergies communes collaborant pour développer des renouvelables ou les technologies durables et de stratégies communes. Ensuite, il y a les liens réduire leur consommation d’ énergie lorsqu’ elle avec l’ extérieur. Bien évidemment, il apparaît n’ est pas nécessaire, tout simplement pour rester opportun de collaborer avec des régions avec compétitif à l’ avenir ! lesquelles nous sommes proches d’ un point de vue géographique, économique et culturel. Par exemple, l’ Alsace représente une région En parlant de croissance, vous l’ avez dit partenaire clé. Nous avons pu développer des vous-même, «   le développement écono- collaborations en matière de formation, de mique le plus spectaculaire ne vaut rien recherche et notamment de mobilité électrique. s’ il ne profite pas au plus grand nombre   ». Mais, il y a également lieu de se rapprocher Que pensez-vous de l’ habitude prise de des pays émergents. À ce jour, Fribourg a établi toujours mesurer la richesse d’ une nation des liens avec la Chine et le Brésil. Nous avons en fonction de sa croissance  ? des relations privilégiées en Chine dans la province de Zhejiang. Cette région est souvent Je pense que la croissance est importante pour considérée comme la Silicon Valley asiatique et assurer la prospérité d’ un pays. J’ estime toutefois compte 54 millions d’ habitants. Enfin, en mai erroné de prendre uniquement le Produit Intérieur dernier, nous avons fait un voyage au Brésil. Brut (PIB) comme indicateur de bien-être. Selon Ce pays constitue une économie extrêmement moi, il faut conjointement avoir un focus sur la grande, avec un fort potentiel de consommation. qualité de vie. C’ est pourquoi, nous avons élaboré, Fribourg a un lien historique avec ce pays et plus il y a quelques années, avec Madame Paola particulièrement la région de Nova Friburgo, Ghillani, un nouvel indicateur destiné à mesurer construite par des émigrés fribourgeois.

16


Nous avons donc pensé qu’ une collaboration plus étroite pouvait être envisageable. Nous nous sommes rendus à São Paulo, Rio de Janeiro et Belo Horizonte. Le point d’ orgue de ce séjour fût un projet de coopération avec l’ État du Minas Gerais dont l’ objectif est d’ accroître notre collaboration en matière de commerce, formation et recherche. Construire ces liens demande du temps. Il est indispensable de connaître son partenaire. Si l’ on veut créer une relation profonde et à long terme, il faut se rendre dans ces régions, être présent et développer des contacts amicaux. Par ces partenariats, Fribourg peut renforcer sa place sur la scène internationale ainsi que dynamiser sa stratégie d’ innovation.

Vous êtes candidat aux élections pour le Conseil aux États cet automne. Comment organisez-vous votre campagne  ?

les êtres humains. Cette approche m’ apparaît très bonne. L’ humour permet d’ aller vers les gens avec une approche très positive et constructive.

Venons-en à nous les étudiants, quels rôles avons-nous à jouer dans le développement du canton en tant que pôle innovatif, durable et solidaire  ? Avant tout, je crois qu’ il est important que l’ État soit conscient du potentiel des jeunes et s’ en occupe. Je pense notamment à mettre en place des mesures pour pallier au chômage des jeunes. On perd en effet le potentiel de toute une génération. En outre, l’ inoccupation s’ avère très dangereuse. Pour revenir à votre question, votre apport passe par l’ approche innovante et beaucoup plus ouverte que vous pratiquez. Vous avez une manière de travailler beaucoup plus flexible. Vous ne voulez plus être confinés dans des structures d’  horaires strictes. Par ailleurs, vous avez des compétences dans des domaines d’ avenir comme la digitalisation.

Mon travail de Conseiller d’  État reste ma priorité. Cette candidature a deux motivations principales. Dans un premier temps, je L’ expérience du terrain et du monde désire promouvoir professionnel est primordiale pour réussir. les intérêts du canton auprès de la Berne fédérale. Pour ce faire, je pourrai tirer parti de Je vous encourage à donner des impulsions mon expérience dans l’ Exécutif cantonal. Dans un nouvelles au modèle actuel. Je compte sur vous second temps, j’ ai une vision pour l’ avenir de notre pour aller de l’ avant, vous former continuellement pays que j’ aimerais défendre. Personnellement, et avoir une approche entrepreneuriale. j’ ai une phrase de la Constitution fribourgeoise comme guideline  : «  agir en étant conscient de notre responsabilité envers les générations Conseil pour les étudiants : comment futures ». Bien que la Suisse soit un modèle de s’ assurer de répondre aux besoins du succès, celui-ci est en danger selon moi. Si l’ on marché pour trouver un emploi  ? veut assurer un avenir radieux à notre pays, il me semble important de se concentrer sur certains Mon conseil premier est de toujours avoir un enjeux. Ainsi, il me tient à cœur de promouvoir nos œil sur la pratique. L’ expérience du terrain et du jeunes, car ils tiennent les rênes du développement. monde professionnel est primordiale pour réussir. Je pense notamment au secteur de la digitalisation Ainsi, je vous invite à travailler ou effectuer des dans lequel ils « baignent ». De plus, la Suisse se stages à côté de vos études pour vous familiariser veut un pays fort, et cela tant qu’ il reste ouvert au avec la pratique. Avoir un esprit entrepreneurial, monde et travaille en collaboration avec l’ étranger. être flexible, ouvert aux autres et finalement avoir Les directions prises récemment m’ inquiètent. confiance en soi vous permettront de mettre toutes La Suisse a le profil pour jouer le rôle de pont les chances de votre côté pour réussir votre entrée entre les régions grâce à sa neutralité, sa position sur le marché du travail. ■ et surtout son humanisme.

L’ humour fait partie intégrante de votre campagne. Quelle place donnez-vous à l’ humour dans votre parcours ? Je pense important d’ être sérieux mais pas trop rigide dans sa façon de penser. J’ ai toujours en tête le slogan en quatre de l’ ancien Conseiller fédéral Adolf Ogi : Man muss enschen mögen, il faut aimer

17


Pour rire

Simon Beuret

 

   

    

               

      ! "#  $%&& 

18


Président D’ HONNEUR

Jean-Marc Sylvestre

Source : jeanmarc-sylvestre.com

Notre président d’honneur est Jean-Marc Sylvestre, journaliste français de la presse économique et également écrivain. Il a été de nombreuses années le spécialiste de l’économie pour les chaînes de télévision TF1, LCI (filiale du groupe TF1) et iTélé (filiale du groupe Canal+). En 2004, il a été décoré de l’ordre national de la Légion d’honneur. Pour l’anecdote, le journaliste avait officiellement interviewé Nicolas Sarkozy, alors Président de la République française.

Jean-Marc Sylvestre. Journaliste français.

Aujourd’hui éditorialiste sur Atlantico.fr, Jean-Marc Sylvestre est également l’auteur d’un blog économique influent (JeanMarc-Sylvestre.com) qui est visité par plus de 100'000 internautes par mois. En 2013, il est le coauteur de Tout va bien (ou presque) ! – La preuve en 18 leçons aux éditions Fayard.

Impressum Revue Uniéco Route Wilhelm-Kaiser 4 CH-1700 Fribourg

Rédacteur en chef Rédactrice Conception graphique Polygraphe Photographie Caricature Ont participé à ce numéro Corrections Conseiller en marketing et communication Président d’ honneur Soutien logistique Remerciements Tirage

Milo Bozic Juliane Butty Romain Collaud Meili Gernet Esther Roggero, Lara Vehovar Simon Beuret Milo Bozic, Juliane Butty, Christelle Dumas, Rudolf Grünig, Stephanie Teufel Jean-Maurice Délèze Crausaz & Partenaires SA Jean-Marc Sylvestre Radek Skupienski 31 Clothing, Amandine Lauber, Mary Grace Marcial 2 000 exemplaires

Impression Europ’ Imprim Swiss

REJOINS-NOUS SUR FACEBOOK

Créée en juin 2012 par Milo Bozic et Matthieu Seydoux (respectivement étudiants en management et en droit), l’ association Uniéco a pour but de promouvoir l’ information économique à travers un magazine trimestriel du même nom. Uniéco est distribué gratuitement sur le campus de l’ Université de Fribourg et à la Haute école de gestion de Fribourg.

19


Profile for Uniéco

Uniéco N° 11  

Uniéco a pour but de promouvoir l'information économique grâce à un trimestriel distribué gratuitement sur le campus de lʼUniversité de Frib...

Uniéco N° 11  

Uniéco a pour but de promouvoir l'information économique grâce à un trimestriel distribué gratuitement sur le campus de lʼUniversité de Frib...

Profile for milob
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded