Issuu on Google+

Eau Courant


EAu Courant

Introduction Nous vivons à une époque où le temps fait toujours les gros titres et les unes des journaux. En 2012, les citoyens de la France ont survécu la sécheresse pendant l’été et les inondations juste deux mois plus tard. L’eau se sert le foyer principal de notre attention, elle se sert la force la plus pertinente de notre vie. EAu Courant présente une multitude des études sur le thème de l’eau qui ajoutent à la discussion de sa puissance dans notre vie. Divisée en trois parties, l’exposition coule au travers de l’histoire et du témoin de l’eau, en posant quelques questions qui sont associées avec l’eau et ses états. La première question posée concerne l›idée de l’eau comme une masse sur laquelle il est possible de traverser et qui connecte les langues et les cultures. La deuxième question est posée au sujet des défis de l’eau, y compris des effets manipulateurs : destructeurs, déformants et surréalistes. La troisième est de l’eau plus calme, réparatrice, une eau qui nettoie les sentiments et l’âme. Enfin, la dernière rubrique avance le point final qui situe l’exposition en contexte. Cette rubrique discute la tentative de trouver assez d›eau pour maintenir la vie. Cela met en évidence le conflit entre la vie et la mort ceux qui sont rencontrés par certaines personnes presque quotidiennement.

Cette exposition a été organisée par le groupe conservateur Sollertia en collaboration avec Museums Sheffield et The Millennium Gallery.


Frontières Le voyage pour moi, ce n’est pas arriver, c’est partir. C’est l’imprévu de la prochaine escale, c’est le désir jamais comblé de connaître sans cesse autre chose, c’est demain, éternellement demain. Roland Dorgelès Lorsque les états se divisent et se définissent de l’un l’autre, depuis longtemps l’eau se sert en tant que frontière naturelle et arbitraire. Une masse d’eau a la capacité d’être si immense qu’elle est perçue d’être un moyen de dissuasion aussi puissant que celui d’un mur en briques, ou même celui d’un poste de contrôle avec le fil de fer barbelé. Pendant des études sur la relation entre l’eau et la population humaine, menés par les artistes du monde francophone, deux motifs se répètent encore et toujours. Ces motifs sont ceux de l’eau comme moyen de séparer, ou l’eau comme moyen pour voyager. Les œuvres choisies pour ouvrir l’exposition allument la discussion sur comment l’eau interagir avec le mouvement de l’humanité – sur la façon dont elle divise et bloque, mais aussi sur la façon dont elle dirige et unie. Naturellement, cette discussion lie bien avec les questions d’actualité sur l’immigration. En 2009, la France a accueilli près de 100 000 immigrants à ses rivages, dont 40 pour cent sont venus de l’Afrique. Pour une grande majorité des immigrants clandestins, la Méditerranée est le seul chemin à une vie meilleure. Mais le voyage est périlleux, lorsque de nombreux bateaux vacants sont découverts chaque année – l’équipage et passagers tous noyés.


Conflit «Il faut se méfier de l’eau qui dort.» Proverbe française Située à la même salle de Frontières, la rubrique de Conflit conduit la discussion au sujet des propriétés de l’eau vers le sujet des effets physiques qu’elle inflige à l’humanité. Les œuvres choisis pour ce thème contribuent à la discussion sur ces effets, y compris des études sur l’isolement, l’insuffisance (qui est répété dans Hydropolitique), la violence, et la déformation de la perception. Les conflits et défis présentés par une masse d’eau sont une continuation des idées rélatives aux frontières, celles qui sont étudiées par le thème précédent. Cependant, Conflit se concentre sur l’eau comme un symbole d’isolement, ce qui est exploré par les gouaches d’Anne Brégeaut. La question si cet isolement soit une force négative ou positive est celle qui est ouverte à l’interprétation. Philippe Ramette utilise les idées sur l’eau comme un matériau qui isole dans ses mises en scènes puisque le poids de la mer le suspend, pour créer une image qui semble surnaturelle et donc aliénante. Lorsque vous lisez le mot conflit, il se peut que vouz pensiez au défi violent et d’affrontement. Ces préconceptions sont relevées par des autres œuvres de Conflit, par exemple Boules de neige de Pierre Ardouvin démontre bien comment un objet façonné d’eau peut présenter aussi un défi physique, ce qui dépend de la motivation et de l’intention du forgeur.


Purification «Loué sois tu mon Seigneur pour soeur eau qui est très utile et humble, précieuse et pure.» François D’Assise L’eau est la nécessité la plus pure de la nature. De l’égouttement constant d’un ruisseau au flux et reflux rythmique de la marée, la motion de l’eau fluide est synonyme avec l’idée de l’enlèvement des impuretés. La purification joue un rôle central à la pratique religieuse, aussi bien des autres habitudes rituelles. Le baptême du Catholicisme, le wudu avant la prie islamique, et le misogi du Shintoisme – tous ces rituels sacrés tournent autour de la croyance humaine dans l’eau comme un matériau qui nettoie. L’eau fluide, tel que le Gange sacré, est considérée purifiante par la culture Hindou puisqu’ils croient qu’elle absorbe les impuretés et puis les enlève. La puissance de l’eau de purifier et de nettoyer est telle que c’est de l’opinion que l’eau transmet des qualités médicinales, physiques et métaphysiques. L’étude de Philippe Pons sur les thermes hongrois examine la façon dont les lieux des bains sont pour le développement intellectuel et social autant que la relaxation physique. Cependant, le concept plus violent d’érosion n’est pas loin des discussions sur la capacité de l’eau à nettoyer. Cette idée est celle sur laquelle Patrick Tourneboeuf dirige son regard, et celle qui est juxtaposée à l’impression tranquille totale des photographies. L’érosion, elle se peut soit au début une force violente, mais surtout elle est une force qui est naturelle.


Hydro Politique «L’eau lave mais l’argent rend propre» Massa Makan Diabaté L’hydropolitique est un terme relativement nouveau. Le terme est formulé par John Waterbury dans son livre Hydropolitics of the Nile Valley au sujet de la politique, des problèmes principaux qui concernent l’eau, et des éléments socio-économiques qui sont provoqués par son force. 40 pour cent du monde n’ont pas assez d’eau pour survivre. Le manque d’eau propre concerne un milliard de gens, et par résultat un enfant meurt chaque 20 seconds à cause d’une maladie associée avec l’eau sale. Pendant les 20 ans prochains, la quantité d’eau disponible va baisser de 30 pour cent. Nous pouvons considérer l’eau comme « le pétrole prochaine », donc le monde dirige son attention sur tels pays que Le Canada, le Chili, la Norvège, la Colombie, et le Pérou qui sont riches en eau. Les pays pauvres en eau comprennent le Royaume-Uni, la France, l’Inde et les pays de l’Afrique du nord. La partie finale de cette exposition examine ces problèmes fondamentaux qui touchent tous. Elle explore les questions qui arrivent de ‘l’eau comme produit’ au travers des oeuvres qui suscitent une réaction morale, tout en agissant lui-memes. Ces oeuvres sont-elles le journalisme où l’art ? En plus, les artistes questionnent la façon dont on utilise l’eau dans le monde occidental. Comment pouvez-vous changer la façon dont vous utilisez de l’eau ?


EAu Courant Millennium Gallery, Arundel Gate, Sheffield, S1 2PP L’exposition est organisée par le groupe conservateur Sollertia.

Pour plus d’information, contactezvous à sollertia@btinternet.com La brochure est désignée par Sollertia, Imprimée par B&B Printing

©Tous droits réservés



EAu Courant Visitor Guide