Issuu on Google+

Des pieds, des mains Re c u e i l d e s t e x t e s s é l e c t i o n n é s p o u r l a c ré a t i on du spectacle théâtral Qu a n d l’ é c r i t p re n d l a p a role C o n c o u r s ré g i o n a l d’ é c r i t ure 2  0 1 3 accueil et promotion


accueil et promotion 5, rue Samson 18 000 Bourges 02 48 70 99 23 accueil-et-promotion@wanadoo.fr


Depuis 1996, la dynamique régionale d’écriture accompagne la démarche de formation d’adultes pour lesquels le lire/écrire n’est ni habituel ni aisé, en leur offrant un espace d’expression, de reconnaissance et d’échange à travers le concours d’écriture. C’est la possibilité de s’exprimer librement en s’appropriant de façon nouvelle la langue qu’ils utilisent tous les jours. En 2013, le thème proposé était « des pieds, des mains ». 284 participants de 22 structures de la région Centre, s’en sont emparé, accompagnés dans les ateliers d’écriture par leurs formateurs. Parmi 271 reçus, les 30 textes de ce recueil ont été sélectionnés par le jury régional pour la création du spectacle théâtral « Quand l’écrit prend la parole », mis en scène et présenté à Bourges en avril 2014 par la compagnie Pace en collaboration avec la compagnie de cirque « Le nez dans les étoiles ». Patiemment, les participants ont choisi, saisi du bout des doigts puis façonné et poli de leurs mains les mots pour partager avec nous leurs réflexions, leurs rêves ou leurs souvenirs… la poésie simple qui fait la richesse de la vie. Au fil de la lecture, c‘est également le plaisir de participer à une aventure collective que l’on devine.


Quelle aventure, en effet, pour les participants d’expérimenter la difficulté et le plaisir d’écrire en atelier, de voir les textes publiés et joués au théâtre ! Une aventure émaillée de rencontres avec les artistes, auteurs et comédiens, avec d’autres participants venant d’horizons différents, avec les lecteurs et les spectateurs. Pour certains encore, l’aventure de monter sur les planches aux côtés des comédiens… Cette volonté d’ouvrir des espaces de rencontre et de parole, de mettre en lumière des adultes que leurs difficultés conduisent plutôt à choisir l’ombre, anime tous les acteurs de cette action. Si l’année 2 013 déclarée « Illettrisme, grande cause nationale » donne une résonance particulière à notre travail, nous sommes convaincus que la mobilisation doit se poursuivre audelà afin de permettre à ceux pour qui cela est encore difficile, de se sentir reconnus et investis du pouvoir de « Prendre la Parole » et avec elle une place légitime dans notre société. Sophie Noc coordinatrice de la dynamique régionale d’écriture


Des pieds des mains Avec des pieds et des mains, on peut représenter le genre humain. D’après la Bible, Dieu avec ses mains a créé l’homme, donnant ainsi origine à l’aventure humaine. Les mains représentent le travail, la créativité, le génie, tandis que les pieds symbolisent la longue marche commencée par l’homme depuis sa création, pour arriver jour après jour à un progrès continu. C’est en marchant et même en combattant que sont nés les peuples et les nations ; ces dernières existent par le travail et le chemin accomplis. Se servant de ses pieds et de ses mains, l’homme a réalisé des chefs-d’œuvre et de grands ouvrages : les Pyramides, les magnifiques châteaux de la Loire, la Joconde, la Tour Eiffel, l’avion, etc… Pour la première fois au monde, représentant l’humanité entière, Neil Armstrong en 1969 a marché sur le sol lunaire et a laissé ses empreintes de mains et de pieds pour l’éternité. 5


C’est avec cet esprit que tous les hommes doivent marcher les pieds sur terre, sans plus jamais se combattre et se donner idéalement la main pour continuer en paix cette merveilleuse aventure dans le monde. Francesco D’Ambrosio

6


Les jeunes en 2 013 Vers 7 heures ils ont du mal à poser le pied par terre, la douche, le brossage, le gel, le maquillage et gymnastique des mains : portable, ordinateur, calculatrice et enfin chocolat chaud. Ensuite départ pour le lycée à pied ? Non, en voiture, à vélo ou en bus pour étudier. À midi retour à la maison pour déguster le couscous avec les mains. L’après-midi sports, travail des mains et des pieds, basket, football, gymnastique, natation, couture. Et ensuite le soir repos bien mérité les mains derrière la tête et les pieds sur le canapé. Naïma – Djémila – Fatima – Radia – Fatima – Mimouna – Aïcha – Fatima – Afida – Ismiah – Fatima – Dabia – Fatna

∫ 7


Une journée à la campagne en 1955 À 4 heures du matin, le paysan et sa femme partaient aux champs à pied, faucher l’herbe. Ils la ramassaient après l’avoir attachée avec la corde qui brûlait les mains. Ils ramenaient cette herbe à la maison, les pieds endoloris après 10 kilomètres, pour nourrir les animaux. Ensuite, ils vont écraser le blé à la meule, chercher le bois, préparer le feu, faire le pain pour toute la famille… Oh, les pauvres pieds, sans chaussures… A midi, un peu de repos. L’après-midi, les pieds et les mains sont de nouveau au travail : chercher de l’eau à la fontaine, nourrir les animaux, préparer la laine sur le métier à tisser, pour faire des djellabas, chechias, couvertures… Que de durs travaux ! Le soir, le henné était le bienvenu pour soulager les bobos des pieds et des mains. Sabuha Yesiltas, Fatima Louh, Fatoma Lamdaoui, Zoulika El Ouali, Fatima Lamkadmi, Djamila Bintouhami, Radia El Attabi, Aïcha Chakir

∫ 8


Les femmes lèvent le poing parce qu’elles sont en colère. Elles veulent être libres, libres de parler, de chanter, de danser, libres de sortir avec les copines, d’aller en pique-nique, de passer le permis, de voyager. Et aussi de travailler. Zahra Seghrouchni Fanta Diakhaby Paulina Gonçalves Rose Derilien Hadda Boussaha Saliha Zouai

9


Les grues Les grues passent deux fois dans le ciel à Châteauroux, au printemps et avant l’hiver. Elles ont deux pays, elles n’ont pas de pieds, mais elles volent. Elles viennent d’Espagne, du Maroc, d’Algérie, de Tunisie. Là-bas, il y a des orangers, des pêchers, des amandiers, des figuiers de Barbarie. Au pied de la montagne on voit les grenadiers. Moi, je suis venue de là-bas en train, mes pieds ont marché sans fin. J’aime bien la France. Car ici il n’y a pas de guerre. La vie est calme. Mes enfants sont nés en France. C’est le pays de la liberté. Ici, les femmes ont des droits.

10


Au travail aussi, on a des droits. Je trouve que les gens sont très gentils avec moi. Alors comme les grues j’ai deux pays. J’aimerais bien avoir des ailes Pour aller plus souvent dans mon pays et revenir en France. Fatiha Elfarr Sahra Koufane Habiba Serrar Rabia Zaghour

11


Des pieds et des mains Donne tes mains pour y poser mon inquiétude Le cœur serré dans ma solitude Puisse le monde se taire un moment Que mon âme retrouve sa sérénité Si tous les pieds du monde pouvaient se donner la main Dans un élan de solidarité Mais ce n’est pas pour demain. Ghizlane Jelloul

12


Petites mains et mains ridées Lui caresser la main pour l’encourager lui tenir la main et marcher à son rythme lui dire d’attendre et cela le fâche l’écouter parler de sa journée, de ses souvenirs l’entendre répéter la même histoire lui tenir la cuillère pour l’aider à manger l’accompagner au lit et remonter sa couverture lui lâcher la main et le regarder faire ses premiers pas lui lâcher la main pour la dernière fois. Karima Charif

13


Haïkus Soleil de septembre brille Marche à deux Main dans la main Beau ciel bleu Bord de mer Traces des pieds qui se suivent Les pieds tapent le sol Mains fraîches Températures froides Un paradis perdu Les pieds dérangent les pierres Les mains tremblantes Samia Elhadj Saïd

14


Quand j’entends : des mains, des pieds J’ai vu dans mes pensées un soir quand j’étais enfant. J’ai lu un livre et ma mère est revenue de son travail très fatiguée. Elle s’est couchée sur le canapé mon père s’est assis à côté d’elle et en silence il a pris les pieds de ma mère dans ses mains et il a fait le massage sans mots. Mais les mains de mon père ont dit : Je te comprends, je sais que tu es très fatiguée.

15


Je veux prendre ta fatigue sur moi. Je t’aime. Ma mère a regardé les mains de mon père sans mots pour dire : Merci, tu es aussi très fatigué après ton travail. C’était la plus belle conversation d’amour sans mots avec les mains et les pieds en silence un soir. Jérémie Ponikwia

16


journée nationale du pied C’est bien la première fois que je me lève du pied droit ! Aujourd’hui est un grand jour, une grande première ! Pour une fois je ne traîne pas les pieds pour me lever. Oh ! non ! Elle ne va pas mettre ses escarpins aujourd’hui ! La dernière fois, ça a fini par un sparadrap et des ampoules ! Pitié ! Sors plutôt les baskets, les roses bien confortables, celles que tu mets pour aller faire du sport. Les chaussettes, pareil… les synthétiques qui me font transpirer, pas question ! Je veux du 100 % coton par un beau jour de juin comme aujourd’hui. Je veux encore un peu marcher dans l’herbe humide, sentir sous ma plante le velouté de la rosée, être parmi les roses, la lavande et les fleurs de tournesol qui sentent si bon. Ça y est, j’ai mes baskets. Je suis prêt ! Direction la gare de Dreux où je fais le pied de grue en attendant le train. Je vois des collègues chaussés de ballerines, sandales, mules, mocassins, sabots. Tiens ! Il y en a même un qui porte déjà des méduses ! Ça sent les vacances. Ah ! tiens, voilà Gaston qui a laissé respirer ses pieds, tout l’hiver mon copain SDF les a enroulés dans des sacs en plastique… 17


Quand on n’a pas d’argent, on a des idées. Tiens ! Y a même Johnny avec ses inséparables Santiag, un vieux cow-boy solitaire ! Marie-Agnès, elle, a un plâtre avec plein de dessins et de signatures dessus. Qu’à cela ne tienne ! On l’embarque en chaise roulante ! Dans le train on regarde défiler les gares Houdan, Plaisir, Versailles. Enfin, la gare Montparnasse : tout le monde descend. On arrive dans une immense salle qu’on appelle la Salle des pas perdus. Quel drôle de nom ! Ils ne sont jamais perdus, nos pas ! Ils ont toujours servi aux hommes à aller quelque part. Ici, à Paris, mes collègues courent, font des pas longs, ils sont toujours pressés et stressés. 14 heures. Tout le monde à la Bastille ! Des milliers de paires de pieds nous y attendent déjà. On a sorti les banderoles. « Mort aux escarpins », « A bas les chaussures serrées », « Laissez-nous respirer ! », « Vive le coton », « Nénettes en baskets », « Pieds qui puent : plus jamais ça », « Halte au mépris ». D’autres chantent dans des hauts-parleurs sur l’air d’une publicité bien connue « On se lève pour baskets, baskets… ».

18


Pour tenir les banderoles et drapeaux, heureusement, nos amies les mains sont venues nous donner un coup de main. Elles aussi crient des slogans « Mains dans la main avec les pieds », « Pieds et mains, même combat », « Egalité de traitement », « Solidarité pieds-mains ». L’une d’entre elles s’approche de moi, timide et gracieuse. Elle voit que je suis tout échauffé. Elle me propose un massage. Ce n’est pas de refus. Sa caresse est douce comme de la soie, ça chatouille et ça gratouille… Je suis tout chose… - Comment tu t’appelles ? Je lui demande. - Manuelle, me répond-elle. Mon cœur bat de plus en plus fort. Quelle bonne idée cette rencontre des pieds et des mains ! Djamila Ramdan, Genna Thinel, Lahem Choukri, Rachida Lazaar, Marie-Agnès Guerard, Valérie Fouaux

19


L’espoir guide ses mains Dans son atelier, à peine éclairé, au fond du Limousin, Jean Eudes sculpte dans le bois, de ses mains rugueuses, depuis plus de cinquante ans, jour après jour, la femme de ses rêves. Sous ses longs cheveux apparaissent un visage d’ange, de grands yeux, de longues mains fines. Élégamment drapée dans une robe de bal s’ouvrant sur de jolies jambes et des pieds nus il l’admire chaque soir, puis s’endort profondément. Elle apparaît dans ses songes, elle danse, elle chante, elle lui tend la main pour s’envoler avec lui. Afouadas Khadija, Samira Amtot, Dehbia Moumou, Fatima Benhakak, Naïma Oulghazi, Khadija Baniabss, Latiffa El Korchi, Ryuko Kalafate, Khadija Oulghazi, Saïda Zourari

20


Conseil pour un jardin grand comme la main Pour faire pousser la plante des pieds c’est plus dur que les pieds de tomates. Il faut avoir la main verte, un peu d’eau, un peu de soleil. Pas besoin d’aller aux antipodes, gardez les pieds sur terre. Fatima Bakir

21


Vendanges à la main Sécateur à la main j’agrippe les grappes je coupe le raisin que je mets dans le seau rajustant mon chapeau. Le seau que je donne à mon pote qui porte la hotte. Il en a plein les bottes ! Il arpente le coteau entre boue et cailloux de haut en bas et de bas en haut. Le hotteur s’achemine cahin-caha au pied du tracteur défaillant devant sa hauteur « se benne » lui-même parfois emporté par le poids de sa hotte. A 2 ou 3 dans la cuve on piétine le raisin rouge qui nous laisse les pieds noirs, 22


le raisin blanc qui nous laisse tout collant. On écrase, on malaxe, on foule, on souffre, on est saoul ! Un si petit grain une belle gueule de bois un breuvage des dieux. David Dion, Sylvie Arous, Véronique Egrot, Rabha Halbaoui

Les pieds de jasmin de Germain Germain Mainpiet n’était plus un gamin, il avait fait du chemin, retraité des chemins de fer. Maintenant sa main verte pouvait bichonner ses pieds de jasmin. Il les tenait en forme à s’en user les mains, toujours à pied d’œuvre, mais chaque matin il aimait surtout, sur la pointe des pieds, épier son voisin Pierro Lamaint qui se préparait aussi au concours 23


du plus beau pied de jasmin, l’ayant remporté l’an dernier haut la main. C’en était de trop pour Germain, lui qui travaillait d’arrache-pied. Un jour, sa jalousie lui fit perdre pied : il mit les pieds dans le plat et piétina les pieds de jasmin de Pierro. Pierro un peu sur le pied de guerre, lui dit : « Mais que faistu piètre ami ? Tu t’es levé du pied gauche ou quoi ? Faire des pieds et des mains pour des pieds de jasmin ! » Germain assis sur un trépied le visage caché dans les mains, s’excusa de son piètre comportement. Pierro s’étant levé du bon pied accepta ses excuses. Après une bonne poignée de main, un jardin remis sur pied, qu’il sentait bon le jasmin ce petit village de St-Germain en pied ! Valérie Da Cruz

24


Ce matin je me suis réveillée très tôt pour arriver à l’heure à mon entretien d’embauche. Après avoir pris ma douche et mon petit déjeuner, je suis partie prendre le métro. A ma grande surprise mes pieds ne voulaient pas marcher dans la bonne direction, ils partirent en direction de la station des taxis. Soudain ma main droite, elle a ouvert la porte du taxi et je me suis retrouvée assise à l’intérieur de la voiture. Alors j’ai dû donner l’adresse et on est parti. Arrivée à la destination j’ai dû payer le voyage, j’ai respiré fort en pensant comment allait se dérouler l’entretien. Une fois devant le monsieur il a tendu sa main mais ma main a fait un pied de nez. Le monsieur très surpris m’a regardé bizarrement et m’a invitée à m’asseoir. Je me suis excusée pour mon comportement et on a commencé à parler. Mais d’un seul coup mon pied en dessous de la table a frappé ce monsieur aux jambes.

25


Alors, très fâché contre moi, il m’a invitée à partir, l’entretien c’était fini. Mais je ne pouvais pas partir parce que mes pieds ne voulaient pas. L’homme a appelé un agent de sécurité, qui m’a prise par le bras et m’a emmenée à la porte. En arrivant à la sortie ma main droite une fois encore a fait un pied de nez au monsieur de l’entretien. C’est comme ça que je me suis retrouvée encore sans travail et j’espère que mes pieds ne s’entêteront plus et mes mains ne perdront plus les pédales. Alicia Rochina

26


Des pieds et des mains Avec nos pieds on marche sur notre chemin, on rêve, on espère et on croise les doigts pour réussir notre destin. Avec les mains on prend celles que tu me tends pour pouvoir t’apporter plus d’amour et d’espoir pour encore plus de rêve. Et encore plus d’espoir à croire en toi ! Les pieds donnent l’envie d’aller plus loin, d’aller voir ce qu’il y a derrière ce bout de chemin. Si tu chutes t’auras toujours tes deux pieds et tes deux mains pour te relever. Quoi qu’il arrive t’auras toujours la tête haute et l’envie d’avancer encore plus loin, on n’apprend qu’avec ses erreurs. T’as la chance de pouvoir te battre face à tout ça. Donc sers-toi de tes pieds et de tes mains, Dieu t’a créé avec ce corps-là pour ça. Julie Di Paolantonio

27


Une main Qui passe par là Une autre main Qui arrive par ici Mais où vont ces mains. Une main qui part à droite Et une autre qui part à gauche Où vont-elles ? Que vont-elles faire ? Que se passe-t-il ? Des mains qui se baladent Des pieds en promenade Des mains et des pieds Mais que font-ils ? Des pieds en promenade Dans l’herbe fraîche du matin Ils profitent du bon temps En liberté On se promène Loin de tout 28


Regardez-nous Des pieds qui se baladent Pour aller rencontrer Un mystère Refrain Des mains, des pieds ensemble Ensemble allongés dans l’herbe Qui discutent ensemble Loin de tout En liberté Laisser leurs empreintes Un souvenir entre eux Qui ne disparaîtra pas Une journée en liberté Qui restera gravée entre eux. Refrain Gwenaëlle Tonnelier

∫ 29


La course Un jour, quand je vivais en Sierra Léone, à 20 ans, mon petit frère est venu me voir et m’a dit : « tu as vu les nouveaux voisins ? Il y a une fille, elle est très jolie ! ». Le lendemain je l’ai rencontrée dans l’escalier ; je lui ai demandé où elle habitait, elle a répondu qu’elle habitait à côté de chez moi. Elle avait 17 ans. Je lui ai dit qu’elle me plaisait beaucoup, que j’étais amoureux d’elle mais elle n’a pas répondu tout de suite ; j’ai insisté et elle m’a dit d’attendre la réponse après deux semaines. Au bout d’une semaine, je l’ai invitée au sport de mon lycée où je faisais de l’athlétisme. J’ai participé à la course de cent mètres et j’ai gagné ma course grâce à elle. Quand j’ai pris ma médaille, je la lui ai donnée. Après je n’avais plus besoin de sa réponse, je savais qu’elle était à moi. Kabba Kamara


Il a tout fait J’ai connu mon mari quand j’avais 18 ans. Il était très amoureux de moi, mais moi je n’étais pas amoureuse de lui. Il me cherchait tout le temps, il me téléphonait mais je ne répondais pas et moi je ne voulais pas le voir. Il est allé parler à ma tante pour qu’elle essaie de me convaincre. Elle m’a dit : « Ne sois pas bête, il est gentil, il est beau, tu dois te marier avec lui ! » mais j’ai refusé. Alors, il est allé parler à ma meilleure amie qui m’a dit : « Qu’est-ce que tu as ? Il est gentil, il est beau, il est étudiant, tu vas tomber amoureuse de lui mais ce sera trop tard parce qu’une autre fille va le prendre, réfléchis bien ». Et lui, il me disait : « Je ne laisserai pas tomber, je ne vais pas te lâcher ! ». Quand j’ai eu 19 ans j’avais assez réfléchi et je suis tombée amoureuse de lui. Morena Da Silva B. Muhongo

31


Révolution plantaire Marcheurs, mes pairs, debout ! C’est l’heure du réveil ! Abandonnons lacets et semelles sanguinaires, Godasses, escarpins, brodequins tortionnaires ! Retrouvons tous la joie d’exposer nos orteils Ivres d’espace, et nus, et fiers, au grand soleil ! Trépignons sur les pierres, piaffons dans la poussière ! Tassons le sol du talon, dansons dans la lumière, Enfin libres du carcan des godillots de guerre ! Retrouvons la caresse de l’herbe et de la terre, Enfonçons dans l’eau pure nos chevilles ouvrières ! Ne tardons plus, bottons le train au modèle rouge, Ensanglanté et empesté, couvert de « Xouge » ! Serena Ceccotti

32


Ensemble ! Je m’appelle « mains » et lui « pieds ». Nous sommes d’importantes parties de votre corps. Nous allons vous parler un peu de ce que nous pouvons faire. Mains :  Je sais faire beaucoup de choses. Pieds : Mais moi aussi. Mains : Moi je peux faire de bonnes choses mais j’aime aussi les mauvaises. Pieds : Moi aussi bien sûr. Mains : Oui, mais toi tu as besoin de moi, pour te lever, pour te couper les ongles, pour te mettre tes chaussettes et tes chaussures. Pieds : Oui, je te remercie pour tout ça. Mais moi aussi je t’aide pour jouer au tennis, au billard, au golf ou au rugby. Sans moi ce serait difficile pour toi, mais pas impossible.

33


Mains : Oui c’est vrai. Je suis indispensable. Regarde, si tu es cassé tu as encore besoin de moi pour tenir tes béquilles. Pieds : D’accord, nous arrêtons de nous disputer. J’ai besoin de toi et tu as besoin de moi. Mains : Oui, c’est vrai. Allez, viens avec moi. Nous allons faire de belles choses ensemble. Subramani Jayaraman

34


Les mains qui remplacent les yeux, la voix. Les mains qui expriment la joie, la colère comme les mains vives des méditerranéens. Les mains caresses, les mains coup de poing. Les mains sur le cœur pour parler des sentiments. Les mains qui se serrent. Les mains d’artiste, mains gracieuses, mains créatives, mains fatiguées du travailleur, mains franches et mains hésitantes, mains propres et mains sales. Ah… ces mains contradictoires… Pauvre main ! Mais c’est la vie ! Ça vaut le coup ! Coup de pied aussi parfois mais toujours pieds sur terre ! Anastasia Stan, Pzena Krasnic, Wisal Boye-Ldieu, Ingrid Chacqueneau, Magalie Berthomier, Joël Pilate

35


Mon voyage vers le bonheur : au creux de mes mains Quand j’étais enfant, j’ai tenu dans mes mains ma poupée, un petit tracteur ou un rat pour jouer, un bébé pour le câliner, ma petite sœur pour le décès de mon père, un caillou pour le jeu de la marelle. Quand j’étais triste, j’ai tenu dans mes mains une fleur pour me changer les idées, mes enfants pour me consoler, ma maman pour me rassurer et lui demander de m’aider, ma fille pour la serrer sur mon cœur. Quand j’étais heureux, j’ai tenu dans mes mains, des pommes pour travailler, pour les manger, des biberons pour téter, des enfants pour les faire téter, de l’eau pour nager, un livre pour lire une belle histoire, un stylo pour écrire, ma valise pour voyager, mes enfants pour les rassembler autour de la table. Aujourd’hui, je tiens dans mes mains, un cahier, un agenda pour lire et écrire de belles histoires, un chéquier pour payer les factures, une lettre pour la poster, mon portable pour appeler ma sœur au pays, ma petite fille pour m’amuser avec elle. 36


Demain, je tiendrai dans mes mains mon porte-monnaie pour faire mes courses, des légumes pour cuisiner le poulet, mon fils pour qu’il devienne un grand joueur de foot, mon sac pour aller voir mon frère en Hollande, un cadeau pour ma fille qui va avoir un bébé. Souad Charrou, Mohamed El Badri, Hoeun Chiv, Khaddouj Guibane, Djema Boulgourt, Sassia Bouzid, Tariq Ayadi, Ahmed Lafraikh

Le gamin et son lapin Oh ! Le lapin est en train de piétiner le jardin Eh ! Gamin, enlève le poil que tu as dans la main et arrête de me casser les pieds pour venir me donner un coup de main et ainsi mettre ce lapin dans son clapier. Monique Muller

∫ 37


C’est l’histoire d’un casse pied qui faisait des pieds de nez qui parlait avec ses mains qui n’y allait pas de main morte qui se levait toujours du mauvais pied qui mettait les pieds dans le plat il devait se reprendre en main un pied c’est tout BLA BLA BLA… Christian Leclerc

∫ Parler avec les mains Laver les mains Les doigts des mains Le jardin avec les mains Bailler derrière la main Romain avec les mains et les doigts dans le nez Haut les mains et les mains sur la tête 38


Les mains en l’air Un pied de nez A cloche pied Les mains devant Les mains derrière Les mains aux fesses Casser les pieds Pieds et poings liés T’as perdu pied Taper des mains Les pieds au mur Bête comme tes pieds Prendre son pied Coup de pied aux fesses Avoir un poil dans la main. Romain Garcia

39


Un joueur lance le ballon de basket. Avec ses pieds ? Non ! Avec ses mains ! Le copain rattrape le ballon de basket. Avec ses pieds ? Non ! Avec ses mains ! Le copain met le ballon dans le panier. Avec ses pieds ? Non ! Avec ses mains ! Parce que, de toute façon même si l’arbitre le voulait bien, ces joueurs ne peuvent pas jouer avec leurs pieds… Parce qu’ils sont handicapés. Nathalie Ministrot

40


Des pieds célèbres ont foulé la lune Des mains en ont écrit l’histoire Des pieds ont marché sur la lune Des mains l’ont effleurée Des pieds américains ont dansé Sur cette belle planète Des mains américaines O. K ! Pascale Camard

41


La main sur le cœur, les pieds sur terre Je fais des mains et des pieds Je veux y arriver Mes pieds me servent à avancer, mes mains me donnent de la joie quand j’écris. J’ai la rage et la volonté d’aller toujours plus loin pour effacer mes difficultés. Quand je baisse les bras, mes pieds vibrent et je repars pour réussir. Cindy Dallois


les participants âˆŤ

43


Afida Afouadas Khadija Agharbi Tamimount Aghjli Khadija Agraou Fatima Aïcha Airapetyan Arman Albaret Jason Alphonse Norell Amirovi Théa Amtot Samira Anandout Mouniamalle Arous Sylvie Arthur Sagagamzrie Ayadi Tarik Aydemir Aysel Ayouch Khadija Babillot Mickaël Bakir Fatima Baniabss Khadija Barathon Laëtitia Baudu Rémi Bdjaryan Tatiana Belakbir Merieme Benabbou Hafida Benaouda Farid Benhakak Fatima Benhamma Nasrine Benkreira Houaria Benzitoune Fatima Benzitoune Loubna Benzitoune Mina

Benzouzou Najat Berthelot Christiane Berthomier Magalie Bintouhami Djamila Boissel Jacques Bony Juliette Bostmambrun Josiane Bouakhil Fatima Boukhouda Khadija Boulgourt Djema Boury Anaïs Boussaha Hadda Boussibti Halima Bouzid Nouara Bouzid Sassia Boyeldieu Wisal Bozbnik Güler Breton Jean Brimboeuf Virginie Brinon Andrée Bruant Alexandra Camara Fode Camara Sekou Camard Pascale Ceccotti Serena Chacqueneau Ingrid Chaham Naziha Chaker Malika Chakir Aïcha Charpentier Didier Charrou Souad Chatelin Etiennette

44

Chiv Hoeun Charif Karima Choukri Lahcen Chwal Claude Cilgin Aysel Cilgin Semra Conte Abdoulaye Coulabaly Mariata Coulon Claire Couturier Nicole Credeville Julie D’ambrosio Francesco Da Cruz Valérie Da Silva B. Muhongo Morena Dabbia Dabert Héloïse Dabhi Aïcha Dallois Cindy De Chastonay Nathalie Decrock Christelle Degneault Vincent Delage Christian Derilien Rose Deroy Jean-Pierre Dery Patrick Deschatres Chantal Dhiaf Marwa Di Paolantonio Julie Diakhaby Fanta Dion David Djamila


Djennat Khera Dogan Zeynep Dougmane Fadma Egrot Véronique El Amari Rachida El Attabi Radia El Badri Mohamed El Farr Fatiha El Hadhiq Karima El Idrissi Choumicha El Korchi Latiffa El Ouali Zoulika Elhadj Saïd Elhadj Saïd Samia Eminyan Susanna Fanny Fatima Fatna Fatoma Fitch Keith Florent Forest Claude Fouaux Valérie Fouquer Sylvie Froc Lindsay Gaddi Aïcha Gaillard Elisabeth Ganga Maricica Garcia Romain Gartioux Isabelle Gibault Maryse Girault Nathalie

Goncalves Paulina Goncalves Sandra Goualin Benoit Goudinoux Dany Guerard Marie-Agnès Guibane Khaddouj Guyot Natacha H. Habert Gaël Halbaoui Rabha Hamidi Yamina Hammadi Fatima Hermelin Pierre Heu Va Hoang Dze Na Hotter Jean-Jacques Husson Robert Ibrahimi Wahidullah Idbathar Khadija Ismyan Jayaraman Subramani Jelloul Ghizlane Jeulin Katia Jolivard Pierre Jolo Das Baleerani Joumard Cédric Kalafate Ryuko Kamara Kabba Katraoui Fatima Keita Maimouna Khatchatrian Maria Klokocinac Snezana

45

Koksal Hanim Koufane Zahra Krasnic Prena Kubis Katarzyna Kurbanmagomedova Oumrail Kuzbyt Christine Lafraikh Ahmed Lambert Joaquina Lamdaoui Fatoma Lamkadmi Fatima Lamnaouar Jamila Layaoui Saadia Lazaar Rachida Lazrek Aïcha Le Bris Kheira Lebon Catherine Lebon Nathalie Leclerc Christian Lemkhayer Lekbira Lemkhayer Latifa Lenglet Xiu-Yang Linds Deolinda Louglayal Khadija Louh Fatima Luneau René M. Maazouzi Kaoukab Mabaonzatiantia Joana Magomadova Résida Malika


Malsagova Olga Mamou Barta Mana Messaouda Marques Joaquina Martins Rafael Jessica Massolin Stella Maurize Marie-France Menzer Nadgette Merabti Patrice Michenet Christian Migliorini Florent Mimouna Ministrot Nathalie Moulin Janine Moumou Dehbia Muller Monique Nader Sabour Naïma Nely Marie-Christine Neraoui Aïcha Nhim Simone Noulin Rémi Nuratunkyan Asik Oganessian Lamara Otmani Rkia Oubrahim Brahim Ouhmanna Souad Oulghazi Khadija Oulghazi Naïma Ozdamarlar Gönül Ozdemir Nafiye Panasyan Anjel

Parot Cassandra Pasquier Laure Pathmanathan Sayanthini Philippon Robert Phlay Savath Pichereau Marie-Noëlle Pigeau Micheline Pilate Joël Poissonnier Mireille Ponikwia Jérémie Potin Micheline Radia Ramdani Djamila Ranaivoson Rahelison Victor Renaud Constantin Riffet Johnny Rigault Christelle Rigault Claude Rochina Alicia Roger Isabelle Rouquette Didier Roy Anita Ryahi Kenza Saadallah Zelika Saadaoui Hnia Sabuha Yesiltas Sahraoui Khadija Said Astiana Saifi El Djohar Salmi Rachida Salmon David

46

Saoudi Ouahid Sayamath Khamtou Seba Ourdia Seghrouchni Zahra Selimovic Cica Serrar Habiba Sevdasiz Gönül Shakhnazarou Valéri Stan Anastasia Tamazit Fatima Tayoub Karima Thevenin Cyril Thinel Genna Tligui Malika Tonnelier Gwenaelle Tsikiev Yakra Uselli Ginette Vallet Romain Vernet Axel Vethavanam Markandu Villequenault Afsa Wallart Dylan Wilk Steven Wingerter Robert Zaghour Rabia Ziadi Zahia Ziani El Khatiri Khadra Zouai Saliha Zourari Saïda


achevé de composer en garamond corps 10 puis d’imprimer sur papier ivoire 80 gr par les mille univers à l’automne deux mille treize (4e de couverture sur un dessin de philippe Géric)


Un grand silence, la neige qui craque l’un derrière l’autre, mes pieds dans les traces de ses pieds, main dans la main… Invités à participer au 18e concours régional d’écriture organisé par Accueil et Promotion sur le thème « Des pieds, des mains », des adultes en formation au sein de 22 structures de la région Centre, ont pris La Parole et nous offrent leurs textes. Au fil des semaines de cet agenda, derrière des mains qui caressent, s’unissent ou se déchirent, et des pieds déterminés, légers ou fatigués, nous devinons des auteurs généreux et sincères engagés dans la (re) conquête de l’écrit comme instrument de leur liberté et de leur dignité.


Agenda 2014 supplement