Page 1

10 2008 01_Cover.indd 1

24/09/08 11:02:04


VOTRE TÉLÉPHONE FIXE

ne sonne plus à la maison ? Alors, pourquoi continuer à le payer ? Désormais, vous téléphonez moins cher avec votre mobile !

Avec l’option VOX@home soir et weekend vous bénéficiez pour seulement 4 € par mois de 40 heures d’appels nationaux gratuits vers des numéros fixes nationaux et de tarifs très intéressants pour vos appels internationaux vers les pays d’Europe. Alors, pourquoi continuer à payer votre abonnement de 18,4 € ou 25,3 € auprès des P&T ?

Détails et conditions sur www.vox.lu

1RDV.indd 2

23/09/08 16:39:11


moskito.lu

40 heu r d’appe es

gratui ts ls

the world is mobile

1RDV.indd 3

23/09/08 16:39:55


1RDV.indd 1

22/09/08 17:20:51


Photo: David Laurent (Wide)

Fièvre automnale Il est de tradition, en octobre, d’assister à une véritable explosion des agendas culturels. Une fièvre automnale dont l’édition de septembre du city magazine Rendez-vous Luxembourg était déjà annonciatrice. Restait à conquérir l’espace public. Il sera pris d’assaut dès le 24 octobre et jusqu’au 30 novembre prochain, par le le Festival Arbres et Lumières: dix installations d’artistes ou collectifs d’artistes de renom – dont quatre Luxembourgeois. Cette manifestation, qui utilisera exclusivement de l’énergie verte, s’inscrit d’ailleurs dans le cadre centenaire de l’usine d’électricité de la Ville de Luxembourg. Le changement de saison et les tentations de fin d’année qui déjà se profilent nourissent le deuxième thème de votre magazine, les enseignes de luxe à Luxembourg. Et enfin, troisième grand sujet nous nous tournons vers les seniors et la Journée 60+ qui aura lieu le 7 octobre au Konviktsgaart, la Résidence Grande-Duchesse José­ phine Charlotte. Dans notre nouvelle rubrique Etats de service, Fernand Molitor, le préposé du Service des Forêts, vous donnera un aperçu des activités diverses de ce service. Ils couvrent près d’un quart du territoire de la Ville, à l’image de la forêt du Bambësch, véritable poumon vert de la Ville et plus grande zone de récréation et de loisirs de la capitale. Le portfolio de cette édition se compose de portraits de jeunes artistes de la ‘nouvelle scène’ artistique luxembourgeoise. Un échantillon des participants de l’exposition ELO – Inner Exile – Outer Limits, à voir au Mudam à partir du 11 octobre. Au chapitre culturel toujours, le festival de cinéma DirActors, dont la 2e édition aura lieu à la Cinémathèque, à l’Utopia et à Utopolis du 15 au 19 octobre, avec comme figure de proue la belle Emmanuelle Béart, ouvre votre rubrique City news. Nous vous livrons également les secrets de la pétanque sur glace, discipline qui connaît de plus en plus d’adeptes au Luxembourg, la rubrique International Community s’attaquant, pour sa part, à la très active communauté espagnole de Luxembourg. De jeunes artistes, une foule d’événements, du shopping de premier choix… Luxembourg prend, au travers de cette édition, de véritables airs d’été indien.

Autumn fever October traditionally brings an explosion of cultural events. An autumn fever which the September edition of Rendez-vous City Magazine Luxembourg has already announced. All that remained was to take over the public space. It will be hijacked from October 24th until November 30th by the Festival Arbres et Lumières: ten installations by well-known artists or groups of artists – including four from Luxembourg. The event, which will exclusively use green energy, also marks the centenary of the power plant of the City of Luxembourg. The change of season and the temptations at the end of the year contribute to the second theme of your magazine, luxury brands in Luxembourg. And finally, the third major issue we turn to is senior citizens and the Journée 60+ to be held on October 7th at the Konviktsgaart, the Residence of the Grand-Duchess Josephine Charlotte. In our new section, Etats de service, Fernand Molitor, manager of the service des Forêts, gives you an insight into the various activities of this department. They cover almost a quarter of the area of the City, including the forest of Bambësch, the real green lung of the City and the largest recreation and leisure area of the capital. The portfolio in this edition presents the portraits of young artists of the new artistic scene in Luxembourg. A sample of the participants in the exhibition ELO – Inner Exile – Outer Limits, to be seen at Mudam from October 11th. Still on a cultural note, the City news section begins with the cinema festival DirActors, of which the 2nd edition will take place at the Cinémathèque, the Utopia and Utopolis from 15th to 19th October, in the presence of the ever beautiful Emmanuelle Béart. We also share with you the secrets of petanque on ice, a discipline that Luxembourg is becoming more and more adept at. The International Community page devotes itself to the very active Spanish community in Luxembourg. Some young artists, wall to wall events and high class shopping... Luxembourg takes on, through this edition, the real feeling of an Indian summer. Happy reading! Paul Helminger, Mayor of the City of Luxembourg

Bonne lecture! Paul Helminger, Bourgmestre de la Ville de Luxembourg 5 02_p5_Edito.indd 5

25.09.2008 16:22:53 Uhr


Sommaire City Agenda The pocket size day-to-day agenda

Rubriques Find the monthly features in Rubriques

8 City News

Informations pratiques, nouveautés shopping, nouvelles adresses... Practical information, shopping news, new addresses and places to discover...

6 Agenda

Concerts, théâtre, danse, visites thématiques, Classement jour par jour

36 Expositions Musées, galeries, institutions... toutes les expositions du mois

46 Listing, cartes, adresses utiles Pour retrouver toutes les adresses des différents lieux en ville

62 International Community: Espagne 162 nationalities live in Luxembourg... including 3641 Spanish 162 nationalités cohabitent à Luxembourg... dont 3641 Espagnols

68 La pétanque qui rafraîchit Un sport qui serait un mélange entre la pétanque traditionnelle et le curling Petanque, a refreshing way to play A sport which is a mix between traditional petanque and curling

Highlights The highlights of events, exhibitions and the movie programme

118 Adresses utiles

Musées, institutions, théâtres, discothèques... Guide pratique

120 Etat de service

Rencontre avec Fernand Molitor, du Service communal des Forêts

74 Spectacle & Loisirs

94 Expositions

Encounter with Fernand Molitor from the Service communal des Forêts

Concerts, danse, théâtre, opéras...

Musées, galeries, institutions...

122 Prochainement

Chaque mois, un aperçu des événements et manifestations à venir

108 Cinéma

L’actualité à la Cinémathèque Les sorties dans les salles de cinéma de la capitale

6 03_p6_7_Sommaire.indd 6

25.09.2008 16:27:03 Uhr


Sommaire

Photo: Fabrizio Maltese

Magazine

Photo: Carole Parodi

The Magazine includes portraits, interviews, stories and a portfolio

In the midst of life The opportunities available to older people are highlighted by the Journée 60+ one-day event at the Konviktsgaart senior citizens’ home

Starting this October, Luxembourgers will be treated to a new event, the Trees and Lights festival

L’art s’invite dans les arbres Dès octobre, les Luxembourgeois auront le plaisir de découvrir un nouveau festival intitulé Arbres et Lumières

Photo: Andrés Lejona

20 Arboreal art illuminates

Auf welche Angebote alte Menschen können zurückgreifen, zeigt die Journée 60+ in der Seniorenresidenz Konviktsgaart

Photo: Julien Becker

40 Mitten im Leben

30 Fitting Rooms

50 Elo – Hello

Le photographe Julien Becker vous offre les visages de quelques ­artistes invités à l’exposition ELO (Mudam)

The photographer Julien Becker reveals the faces of some artists invited at the exhibition ELO (Mudam)

Les gérants de cinq boutiques incontournables nous font découvrir l‘univers de la marque qu‘ils représentent

The managers of five of these unmissable fashion boutiques help us discover the brand they represent

7 03_p6_7_Sommaire.indd 7

25.09.2008 16:27:16 Uhr


City News

Regards sur la ville Informations pratiques, nouveautés shopping, nouvelles adresses et endroits à découvrir... Les temps forts de l’actualité citadine sont recensés au fil de ces pages, véritables fenêtres ouvertes sur la capitale en mouvement. Practical information, shopping news, new addresses and places to discover... The major topics of the city news can be found on the following pages, displaying the capital in motion. Textes: Alexis Juncosa. Photo ci-contre: Andrés Lejona

8 04_p8_19_city_News.indd 8

25.09.2008 16:35:33 Uhr


City News

DIRACTORS

It takes two Renommé et repensé, le Festival DirActors se prépare à vivre, du mercredi 15 au dimanche 19 octobre 2008, sa seconde édition à Luxembourg-Ville. Membre co-fondateur de l’événement et historien du cinéma, Paul Lesch voit en l’évolution programmée de l’événement «une formidable opportunité pour la capitale et le pays». Découvert au cœur de l’année culturelle, celui que l’on appelait autrefois le DirActor’s Cut renouera avec un fil d’Ariane ouvert: la mise à l’honneur des acteurs devenus réalisateurs, et réciproquement. Paul Lesch: «C’est forcément quelque chose qui m’intéresse en tant qu’historien du cinéma. Notamment parce qu’au-delà des exemples actuels et récents – dont Sophie Marceau, Emmanuelle Béart, Juliette Binoche, Dani Levy, Guillaume Canet, Luc Feit – il y a un versant historique à la thématique: Orson Welles, Pierre Etaix, von Stroheim, Sjöström…». Outre un panorama de six à dix films internationaux inédits au Luxembourg, cette V2 compte s’appuyer tant sur des Cartes blanches en présence d’acteurs-réalisateurs internationaux que sur les rencontres avec le public et la presse. Paul Lesch: «La dimension actuelle du DirActors offre à ses participants et à tous les publics cibles (cinéphiles, grand public, jeunes, séniors…) une certaine proximité avec les invités. C’est une chance unique de rencontrer, d’échanger avec ceux qui font le cinéma, mais aussi de voir des films qui auraient, sans le festival, des difficultés à être distribués au Luxembourg». Et Paul Lesch de se réjouir, également, des séances scolaires réalisées dans le cadre de l’éducation à l’image: «On ne peut réellement apprécier le cinéma contemporain que lorsque l’on connaît son histoire. Le travail en direction des élèves est, en cela, d’une grande importance». L’industrie cinématographique nationale est, par ailleurs, partie prenante des festivités. Elle pourra, elle aussi, profiter de ces rencontres avec ces acteurs-réalisateurs et producteurs. Singulier de par sa vocation transfrontalière, ce DirActors sera également ponctué de Ciné-concerts. Cinq jours événements à découvrir dans le détail sur le site officiel. www.diractors.lu

Redesigned and renamed, the second edition of the DirActors Festival will take place from Wednesday 15th to Sunday 19th October 2008 in Luxembourg City. Member and co-founder of the event and film historian, Paul Lesch sees the developments scheduled for the event as “a tremendous opportunity for the capital and the country”. Discovered in the middle cultural year and formerly called DirActor’s Cut, it will focus on its original ‘open’ objective: honouring actors who become directors, and vice versa. Paul Lesch: “It is inevitably something that interests me being a cinema historian. Notably because of current and recent examples such as Sophie Marceau, Emmanuelle Béart, Juliette Binoche, Dani Levy, Guillaume Canet, Luc Feit – there is also an historical side to the theme: Orson Welles, Pierre Etaix, von Stroheim, Sjöström”. In addition to a series of six to ten international films new in Luxembourg, this V2 will both rely on Cartes blanches in the presence of international actor-directors and meetings with the public and press. Paul Lesch: “The current scope of DirActors offers its participants and all audiences (moviegoers, the general public, the young, senior citizens...) a certain proximity to the guests. It is a unique opportunity to see and interact with those who make the films, but also to see movies that would have had, without the festival, difficulty in being distributed in Luxembourg.” Paul Lesch is also pleased to offer educational sessions as part of an education to the image: “One cannot really appreciate the contemporary cinema until one knows its history. The work with the school children is therefore of great importance.” Driven by a large group of which Paul Lesch is a proud member (the national film industry being part of the festivities will also benefit from these meetings with the actor-directors and producers, editor’s note). Unique by its cross border participation, this DirActors will also include Filmconcerts. Five days of events can be discovered in detail on the official website. ­www.diractors.lu

9 04_p8_19_city_News.indd 9

25.09.2008 16:35:35 Uhr


City News M A R AT H O N

4e ING europemarathon Luxembourg

Photo: David Laurent (WIDE)

Il est déjà possible de s‘inscrire en ligne pour le 4e ING europe-marathon Luxembourg. Comme lors des années précédentes, le nombre limite des coureurs est fixé à 8.000. Face au succès croissant de l’événement, il est dès lors recommandé de s’inscrire très rapidement. Pour l’édition 2008, ce Night Run devrait, à nouveau, attirer plus de 100.000 visiteurs le long du trajet. Un festival de samba avec plus de 50 groupes débutera déjà deux jours avant la course. Un feu d’artifice illuminera les zones de départ et d’arrivée pour la fête de clôture. Par ailleurs, les coureurs pourront profiter des infrastructures de natation, sauna et massage du centre sportif D’Coque à Kirchberg. Inscriptions sur le site www.ing-europe-marathon.lu. Le premier échelonnement de prix court jusqu’au 20 novembre 2008 (marathon: 41 euros /  semi-marathon: 26 euros). Une réhabilitation en profondeur. A complete renovation. R E S TA U R AT I O N | R E S TA U R A N T S

Photo : Luc Deflorenne

Servi sur Um Plateau Served on Um Plateau

You can already enter the 4th ING europemarathon Luxembourg online. As in previous years, the numbers of runners is fixed at 8.000. Due to the continued growth of this event, it is recommended that you register as soon as possible. For the 2008 edition, this Night Run should attract again more than 100.000 spectators along the route. A Samba festival with more than 50 bands will begin two days before the race. A firework display will take place at the starting and finishing zones, during the closing party. The runners will also be able to enjoy the swimming, sauna and massage facilities of the D’Coque sports centre in Kirchberg. Register online at www.ing-europe-marathon.lu. Special prices if you register before 20th November 2008 (marathon: €41 / half-marathon: €26).

Actuellement baigné dans la poussière de sa réhabilitation, le légendaire restaurant Um Plateau s’apprête à revoir le jour, sous l’impulsion de Stéphanie Jauquet et Stéphane ­Brasseur, que l’on connaît notamment au travers de l’enseigne Wengé. Si la décoration sera entièrement repensée (via un subtil usage de fuchsia et de gris-brun), le nouveau mobilier s’appuiera sur ce qui a fait le succès de l’endroit: banquettes et tables rondes. Fort de son style Maison de maître, d’une ambiance 80-90’s, d’une terrasse refaite et de pas moins de 90 couverts développés sur deux niveaux, le Um Plateau développera une carte mariant les classiques (viandes, pâtes) et les fondamentaux de l’époque Roland Sunnen, farcis et gratins en tête. Convivial plus que gastronomique, l’établissement sera placé sous la tutelle directe de Stéphanie Jauquet. Aux fourneaux, on nous annonce l’arrivée de Stéphane, un second qui s’est fait la main pendant près de dix ans comme second sur un deux étoiles. Programmée dans les semaines à venir, cette ouverture risque de plonger dans l’impatience tous ceux qui connurent, ici, quelques mémorables soirées. Um Plateau, 6, plateau Altmunster, Luxembourg. T 26 47 84 26. www.wenge.lu

Currently covered in the dust of its renovation, the legendary restaurant Um Plateau is preparing to see the light of day again, led by Stephanie Jauquet and Stephane Brasseur, notably known through the brand Wengé. If the decor has been completely redesigned (with a subtle use of fuchsia and grey-brown), the new furniture will build on what has been the success of the place: benches and round tables. Based on a Maison de maître style, an 80’s-90’s atmosphere, a renovated terrace and no less than 90 covers over two levels, Um Plateau will offer a menu combining the classics (meat, pasta) and the fundamentals of the time of Roland Sunnen, mainly gratins and farcis. Convivial more than gastronomic, the restaurant will be placed under the direct supervision of Stephanie Jauquet. In the kitchen, we await the arrival of Stéphane, a second in command who has trained for nearly ten years as an assistant chef in a two-star restaurant. This opening, planned in the coming weeks, will be waited with impatience by all those who have spent some memorable evenings there. Um Plateau, 6, plateau Altmunster, Luxembourg. T 26 47 84 26. www.wenge.lu

10 04_p8_19_city_News.indd 10

25.09.2008 16:35:41 Uhr


1RDV.indd 1

25/09/08 10:05:34


Photo: David Laurent (WIDE)

City News

Un espace généreux pour les sneakers. Large space allocated to sneakers. SHOPPING

Extrabold: Taille XL Extrabold: Size XL Signe d’un succès mérité, le magasin Extrabold a récemment poussé les murs. En s’accaparant les anciens locaux d’Eurolines, ce conceptstore (Streetwear, streetart and design books) a choisi de déployer sur 150 m2 supplémentaires sa gamme d’articles avec, en premier lieu, une imposante collection de sneakers. Inscrite dans le prolongement direct de l’esprit maison (des objets uniques ou originaux, souvent conduits par une logique de collection, entre design et streetart), cette expansion a permis de concentrer, d’un côté, livres, chaussures et galerie d’art, et de l’autre, les vêtements et accessoires. Installés dans un cadre plus généreux, ouvrages et vêtements disposent désormais d’une meilleure exposition, les pantalons faisant même leur apparition. Mais les créatifs maison envisagent déjà de nouveaux développements, notamment au niveau des toys, un segment particulièrement prisé. Côté galerie, ne manquez pas, le 24 octobre prochain, le vernissage de l’exposition de Jaron Korvinus (19h), un artiste néerlandais qui manie la lumière comme d’autres le pinceau. Tout simplement superbe. Extrabold (ma-ve 10-19h, sa 10-18h), 24, avenue de la Liberté, Luxembourg-gare, T 26 64 96 03, www.extrabold.eu

As a sign of its deserved success, the shop Extrabold has recently expanded. In acquiring the former premises of Eurolines, the concept store (Street wear, street art and design books) has chosen to use an additional 150 m2 to display more products, firstly with an impressive collection of sneakers. In line with the spirit of the shop (unique or original objects, often gathered as a collection, between design and street art), this expansion has helped to focus, on one hand, on books, shoes and the art gallery, and on the other, on clothing and accessories. Presented in a much larger space, books and clothes are now better showcased; trousers have even appeared to the collection. But the creative owners are already considering new developments, particularly in terms of toys, a particularly prized segment. In the gallery, don’t miss the opening on 24th October of the Jaron Korvinus exhibition (7 pm), a Dutch artist who handles light like others handle a brush. Simply beautiful. Extrabold (Tues-Fri 10 am-7 pm, Sat 10 am-6 pm), 24, avenue de la Liberté, Luxembourg-gare, T 26 64 96 03, www.extrabold.eu

12 04_p8_19_city_News.indd 12

25.09.2008 16:35:42 Uhr


BMW EfficientDynamics

BMW Série 3 Touring

Moins d’émissions. Plus de plaisir.

www.bmw.lu

Voyez-vous une ferme abandonnée ?

Le plaisir de conduire

Ou votre prochain projet ?

BMW Série 3 Touring Nouvelle Génération. Chaque jour est à découvrir. La BMW Série 3 Touring Nouvelle Génération vous offre toute la polyvalence et l’espace souhaitables, plus l’agilité et le dynamisme que vous avez toujours désirés. Découvrez la finesse de ses nouvelles lignes, le raffinement de son nouvel intérieur et la générosité de ses équipements. Sans compter la sobriété exemplaire qui, grâce à BMW EfficientDynamics, en fait plus que jamais la référence de sa catégorie. Une voiture conçue pour être l’outil idéal de votre plaisir de conduire, et de toutes vos découvertes. Avec les contrats d’entretien avantageux BMW Serenity, votre BMW est maintenue en pleine forme. Votre BMW bénéficie durant 5 ans des services de mobilité BMW Mobile Care. Informations environnementales : www.bmw.lu

Consommation moyenne (l/100km)/émission CO2 (g/km) : 9,8-4,8/235-125 Arnold Kontz 184, Route de Thionville L-2610 Luxembourg Tél. 49 19 41-1 info@arnoldkontz.net.bmw.be www.arnoldkontz.bmw.lu

48320_S3_BMW8801_300x230_LU.indd 1

Bernard Muzzolini 2, Rue Jos Kieffer L-4176 Esch-sur-Alzette Tél. 57 26 26-1 info@muzzolini.net.bmw.lu www.muzzolini.bmw.lu

Carlo Schmitz 21, Rue de la Gare L-7535 Mersch Tél. 32 91 11 info@schmitz.net.bmw.lu www.schmitz.bmw.lu

Jeannot Schweig 6, Rue Principale L-9806 Hosingen Tél. 92 13 76 info@schweig.net.bmw.lu www.schweig.bmw.lu

20/08/08 14:55:55


City News SHOPPING

Le parfait acronyme The perfect acronym

Photo: Etienne Delorme

Encensées par la critique, portées par le gotha hollywoodien, les créations BCBG Max Azria trouvent leur origine en 1989, soit sept ans après l’installation du créateur français Max Azria aux Etats-Unis. Fondateur de la franchise Jess, il souhaitait alors s’orienter vers une certaine contemporanéité, en mariant la sophistication européenne à l’esprit américain. Cela se traduit aujourd’hui par une prédominance, dans ses collections, du tailleur et de la robe de soirée, l’établissement qui vient de s’ouvrir à Luxembourg en étant la parfaite illustration. Outre une sélection d’accessoires, tailleurs, jupes et pantalons se taillent également une place respectable dans la gamme disponible, avec pour argument massue des procédés de fabrication permettant d’offrir des articles d’une grande qualité à des prix particulièrement compétitifs. BCBG Max Azria, 65 Grand Rue, Luxembourg. www.bcbg.com

Praised by critics and worn by the cream of Hollywood, the designs of BCBG Max Azria have their origin in 1989, seven years after the French designer Max Azria moved to the United States. Founder of the franchise Jess, he wanted to move towards the contemporary, combining European sophistication with the American spirit. This is reflected today by a predominance in his collections of suits and evening gowns, the boutique which has just opened in Luxembourg being the perfect illustration of this. In addition to a selection of accessories, suits, skirts and trousers also play a large role in the range available, the main advantage being the use of manufacturing processes providing high quality clothing at very competitive prices. BCBG Max Azria, 65 Grand Rue, Luxembourg. www.bcbg.com

Une certaine contemporanéité. A contemporary spirit.

SHOPPING

Une mue réussie Récemment déplacé de la Grand-Rue pour rejoindre le cadre très approprié de la rue Louvigny, cet établissement en a profité pour renforcer sa gamme de produits, vêtements et accessoires. On retrouve le fond de catalogue soigné de la maison, les diffuseurs d’ambiance pour la maison, les produits l’Occitane, mais aussi des vêtements ethniques ou des parfums particulièrement haut de gamme. La Chrysalide Monde des senteurs, 9 rue Louvigny, Luxembourg. T 22 03 73. ma-ve 10-18h, sa 9h30-12h/14-18h.

Recently moved from the Grand-Rue to the very appropriate rue Louvigny, this shop used this opportunity to enlarge its range of products, clothing and accessories. You will still find the carefully chosen products that gave the shop its reputation, fragrance diffusers for the home, products by l’Occitane, but also ethnic clothing and top of the range perfumes. La Chrysalide Monde des senteurs, 9 rue Louvigny, Luxembourg. T 22 03 73. Tues-Fri 10 am to 6 pm, Sat 9:30 am to noon/2 pm to 6 pm.

Photo: Etienne Delorme

A successful change

Un transfert réussi. A successful move.

14 04_p8_19_city_News.indd 14

25.09.2008 16:35:47 Uhr


City News actualite | news

Du nouveau en ville Le CLAE organise, comme chaque année, un concours d’affiches tourné vers les artistes amateurs et professionnels. Le projet lauréat illustrera le 26e Festival des Migrations, des Cultures et de la Citoyenneté, qui se tiendra du 13 au 15 mars 2009 à LuxExpo. Date limite de dépôt de vos créations: le 3 novembre 2008. www.clae.lu. La chaîne de magasins Naturata, spécialisée dans les produits bio, part à l’attaque de la Grand-Rue, en lieu et place de La Chrysalide (lire par ailleurs). www.naturata.lu. Pour garantir vos déplacements lors de la Nuit des Musées, le 11 octobre, une navette d’autobus gratuite organisée par Routemaster asbl et le service des autobus de la Ville de Luxembourg assurera, comme chaque année, le transfert des visiteurs entre les différents lieux. Une navette adaptée aux personnes à mobilité réduite, Rollibus, desservira le Mudam, le Musée national d’histoire et d’art et le natur musée. www.statermuseeen.lu As every year, CLAE organizes a poster competition for amateur and professional artists. The project winner will design the poster for the 26th Festival des Migrations, des Cultures et de la Citoyenneté, to be held from 13th to 15th March 2009 at LuxExpo. Deadline for submission of your creations: November 3rd, 2008. www.clae.lu. The Naturata chain of stores specializing in organic products, settles in the Grand-Rue, instead of La Chrysalide (read elsewhere). www.naturata.lu. To ensure your travel during the Nuit des Musées, a free shuttle bus organized by Routemaster asbl and the City of Luxembourg bus service will, like every year, transfer the visitors between the different locations. A shuttle adapted for disabled people, Rollibus, will serve the Mudam, the Musée national d’histoire et d’art and the natur musée. www.statermuseeen.lu

Photo: EUROPA DONNA a.s.b.l.

Changes in the city

Image de l’édition 2007. A picture from the 2007 edition. I N I T I AT I V E

Course contre le cancer du sein Run against breast cancer EUROPA DONNA a.s.b.l. organise, le 3 octobre prochain, sa sixième Course contre le cancer du sein. Un événement de sensibilisation destiné tant aux femmes qu’à leur entourage, l’événement étant largement placé sous le signe de la convivialité. Infirmière et bénévole, Astrid Scharpantgen, la Coordinatrice du programme Mammographie, parle forcément en personne de terrain: «Cette manifestation permettra notamment de rappeler que l’accompagnement n’est pas que médical, mais qu’il est aussi social, psychologique, philosophique. Il s’inscrit dans un programme d’action national. Cette sixième édition est placée sous le thème Santé et Sport. Si le sport a de nombreuses vertus, il n’en a pas que pour les personnes en bonne santé. Il permet entre autres, dans le cas d’un cancer du sein, d’opérer un transfert de fatigue, de celle générée par la maladie à celle conduite par l’effort. C’est psychologiquement très réconfortant». Cette édition permettra également de rappeler que le cancer du sein touche des populations de plus en plus jeunes, d’où la présence, sur place, d’un important dispositif d’information et de renseignements. Outre la course elle-même «pour laquelle nous invitons nos participants à courir une heure, la distance étant adaptée à chacun», les festivités commenceront dès la veille, avec différentes animations au Glacis. Course contre le cancer du sein, samedi 4 octobre 2008 dans les Parcs de la Ville de Luxembourg. Départ au Glacis: joggers, 9h30-10h30. Walkers: 11h-12h. Animation et inscriptions au Glacis, vendredi 3 octobre de 17h à 22h. www.europadonna.lu. T 73 02 15

EUROPA DONNA a.s.b.l. organises, on 3rd October, its sixth run against breast cancer. A convivial event aiming at sensitizing women and their families. A nurse and volunteer, Astrid Scharpantgen, the coordinator of the Mammogram programme, obviously talks as someone who works in the field: “This event will notably allow us to remind people that the care is not only medical but also social, psychological and philosophical. It is part of a National Action Programme. The theme of this sixth edition is Health and Sport. Sport has many virtues, and not only for people in good health. It notably allows, in the case of breast cancer, a transfer of fatigue: from that generated by the disease to that driven by the effort. It is psychologically very comforting.” This edition will also remind us that breast cancer affects an increasingly young population, hence the presence on site of plenty of information and advice. Besides the run itself ‘for which we invite our participants to run for an hour, the distance being suitable for everyone’, the festivities will begin the day before, with different events in Glacis. Run against breast cancer, Saturday 4th October 2008 in the parks of the City of Luxembourg. Start at Glacis, joggers: 9:30 am-10:30 am. Walkers: 11 am-12 noon. Events and registration at Glacis, Friday 3rd October 5 pm to 10 pm. www.europadonna.lu. T 73 02 15

16 04_p8_19_city_News.indd 16

25.09.2008 16:35:50 Uhr


JOIN the club, man. mini clubman. the other mini. Become a new member of our club. The MINI Clubman is available starting at € 19,900 including VAT, air conditioning, 15” aluminium rims, radio and CD player. Naturally, the MINI Clubman range ­offers both petrol and diesel versions. CO2 emissions start at 109 g/km. Find membership tempting ? Don’t wait, visit Arnold Kontz now.

109-168 g/km

4.1-7.0 l/100km

mini ARNOLD KONTZ

186, Route de Thionville L - 2610 LUXEMBOURG Tel. : 49 19 41-1

MIN00903_300x230_JOIN_EN.indd 1

mini.lu

9/19/08 2:17:57 PM


City News

SHOPPING

Photo: Confédération luxembourgeoise du commerce

Rendez-vous incontournable tous les troisièmes dimanches du mois, le Glacismaart prendra à nouveau position Place des Glacis les 19 octobre et 16 novembre prochains, de 10 à 17h. Fleurs, fruits et légumes, jambons, poulets rôtis, ce grand marché du dimanche est également ouvert aux brocanteurs, marchands de vêtements et textiles; la journée se veut résolument festive et conviviale. A côté des étals des marchands de tous styles où les plus grands peuvent s’approvisionner tranquillement, un programme ludique est prévu pour les enfants. Infos: www.vdl.lu

The unmissable event on the third Sunday of every month, the Glacismaart will take place again in Place des Glacis on 19th October and 16th November, from 10 am to 5 pm. From flowers to fruit, vegetables, ham and roast chickens, this large Sunday market is also open to antique, clothing and textiles dealers; the day will be decidedly festive and friendly. Adults can shop in peace at stalls of all types while the kids are entertained by a programme of fun events. Info: www.vdl.lu

Photo: D. R.

Sunday market

Photo: Luc Deflorenne

Marché du dimanche

M A N I F E S TAT I O N | E V E N T

Champ de mines Minefield L‘association Handicap International organise, comme chaque année, sa traditionnelle Pyramide de Chaussures. Symbole de la mobilisation contre les bombes à sous-munitions, cette 9e édition aura lieu le 4 octobre 2008, place d’Armes. A quelques semaines de la signature du Traité international d’interdiction des sous-munitions, elle revêt un caractère particulier, c’est pourquoi tous les habitants du Luxembourg, mais aussi des pays alentours, sont invités à venir déposer leurs chaussures pour manifester leur soutien envers les victimes de mines anti-personnel et à sous-munitions. Sur place, participants et passants pourront découvrir plusieurs stands d’information, des expositions, des démonstrations de déminage, mais aussi signer la pétition ou assister au discours politico-satyrique d’Elisabeth Chuffart (12h, 14h et 16h). Animation d’échasses urbaines, boissons et restauration. Samedi 4 octobre 2008, de 10h00 à 18h00, place d’Armes. www.handicap-international.lu The association Handicap International organises, as each year, its traditional Pyramid of Shoes. Symbol of mobilisation against land mines, this 9th edition will take place on the 4th October 2008, in the place d’Armes. A few weeks before signing the International treaty to ban cluster munitions, it will take on a particular meaning. This is why all the residents of Luxembourg, but also of the surrounding countries are invited to donate their shoes to show their support for the victims of anti-personnel mines and cluster munitions. On site, participants and passers-by can visit information stands, exhibitions and see demonstrations of mine clearance, but also sign the petition and listen to the political/satirical speech of Elisabeth Chuffart (12 noon, 2 pm and 4 pm). Introduction to stilt walking, drinks and food. Saturday 4th October 2008, from 10 am to 6 pm, place d’Armes. www.handicap-international.lu

Plus de confort dans les bus. More comfort in buses MOBILITE | MOBILITY

Enlarge your bus Depuis le 15 septembre dernier, les autobus de la Ville de Luxembourg (AVL) adoptent un nouveau réseau. Pour plus de confort, plusieurs lignes diamétrales supplémentaires ont été mises en service afin que la majeure partie des usagers puissent rejoindre leur destination sans changer de bus. Les cadences et liaisons ont été augmentées et, dans la mesure du possible, l’itinéraire des lignes tant pour l’aller que pour le retour est resté identique. Enfin, pour éviter de nouvelles adaptations lors des travaux pour la mise en service du tram, la ligne de bus 1 a été introduite sur le futur tracé P+R Bouillon – Gare Centrale – Centre Hamilius – Kirchberg et pourra être remplacée le moment venu. Un dépliant expliquant ces changements a été édité par la Ville. www.vdl.lu Since September 15th, the buses of the City of Luxembourg (AVL) have adopted a new network. For more comfort, several more circular lines have come into service so that most users can reach their destination without changing buses. The frequency and routes have been increased and, where possible, the route for both the outward and return journey has remained the same. Finally, to avoid further disruption on the work for the tram system, the number 1 bus line has been introduced on the future route P+R Bouillon – Gare Centrale – Centre Hamilius – Kirchberg and will be replaced when the time comes. The City has published a leaflet explaining these changes. www.vdl.lu

18 04_p8_19_city_News.indd 18

25.09.2008 16:35:52 Uhr


Photo: David Laurent (WIDE)

City News

150 m2 de stockage en sous-sol. 150 m2 of storage in the basement. R E S TA U R AT I O N | R E S TA U R A N T S

Vers un espace millésimé A vintage space Lorsque Gildas Royer, sommelier incontournable au Luxembourg, annonce l’ouverture d’un espace consacré à Belair, le In Vino Gildas, il ne peut que susciter la curiosité et l’impatience de ceux qui font confiance, depuis 2001, à la société éponyme. Pas question, ici, de parler de vinothèque ou de bar à vin, les attentes sont ailleurs. Gildas Royer: «Nous avons repris le bail de l’ancien espace Rolex à l’Hôtel Parc Belair. Nous disposerons, dès le 15 octobre, de 130 m2 d’espace de vente, auxquels il faut ajouter 150 m2 de stockage en sous-sol. Nous allons faire de ce lieu un endroit unique, dédié à des événements autour du vin». Soirées viticoles, dégustations à thème chaque mois pour particuliers, groupes ou sociétés… Une approche qualitative tournée vers les amateurs éclairés comme les spécialistes. Gildas Royer: «J’aime comparer ce projet à une bibliothèque. On viendra ici consulter des vins, il y aura nécessairement un côté exclusif et même un programme de formation», explique-t-il. Il fallait un écrin pour ces ambitions. C’est à l’agence EGB que Gildas Royer a soumis sa vision: «Je souhaitais un cadre à la fois contemporain et chaleureux, capable d’évoquer la curiosité et la gourmandise qui animeront ce lieu. Il y aura notamment une table de cinq mètres de long, qui permettra de belles rencontres et de riches échanges». Un concept à découvrir, donc, dès le 15 octobre. In Vino Gildas, 105, avenue du Dix Septembre. T 44 19 72, www.invinogildas.com

When Gildas Royer, the incontrovertible sommelier from Luxembourg, announced the opening of a space in Belair, In Vino Gildas, it could only arouse the curiosity and impatience of those who have, since 2001, trusted his eponymous company. Here, no wine collection or wine bar, the expectations are of another kind. Gildas Royer: “We have taken over the lease of the former Rolex shop at the Hotel Parc in Belair. From October 15th, we will have 130 m2 of selling space, plus 150 m2 of storage in the basement. We will make this place unique, dedicated to events around wine.” Wine evenings, monthly themed tasting for individuals, groups or companies… A qualitative approach for enlightened enthusiasts as well as specialists. Gildas Royer: “I like to compare this project to a library. One comes here to consult the wines; it will necessarily be a bit exclusive and will also include training programmes”, he explains. This ambitious project needed a special haven. Gildas Royer submitted his vision to the EGB agency: “I wanted a place both contemporary and warm, able to evoke both the curiosity and gourmandise on which the project will be based. It will notably include a five meter table, allowing visitors to meet and actively exchange ideas.” A concept to discover from October 15th. In Vino Gildas, 105, avenue du Dix Septembre. T 44 19 72, www.invinogildas.com

19 04_p8_19_city_News.indd 19

25.09.2008 16:35:53 Uhr


CĂŠdric Le Borgne, Edition 2006.

05_p20_29_arbres_et_lumiere.indd 20

25.09.2008 16:22:12 Uhr


Festival

Arboreal art illuminate Text: Mike Gordon. Photo: Carole Parodi.

S

tarting this October, Luxembourgers will be treated to a new festival, the Trees and Lights festival, running from October 24 to November 30. Brought to Luxembourg from Geneva, through the enthusiastic patronage of a member of Luxembourg’s royal family, the festival promises to liven up the city as it moves into winter. Rendez-Vous talked to the organizers to learn what they had in mind. Ten lucky trees, dotted around the city centre, may not know it yet, but they are about to become the stars of a new contemporary art exhibit. Those ten trees will be the framework for the artistic vision of ten different artists, at ten different locations around the city centre. Julien Finkbeiner, director of Grand Chelem Management SA, has been producing the festival in Geneva since 2004, and co-ordinating the Luxembourg edition. “The concept is really to use the tree as a support for modern art. It’s something very unique.

In Europe, over the last five years, there have been a few festivals created around lighting. The most famous one is in Lyon. Fête des Lumières, in Lyon, it was in December 2007,” says Finkbeiner. “The idea was to take the tree as a support for modern art and to light that up so at the time of the year where trees are losing their leaves and the whole city is turning grey, we put life back into the trees, into the city.” The Festival Arbres et Lumières has been a fixture in Geneva since 2001, very popular with the inhabitants. It began as a response by a young architect to the mayor of Geneva’s call for ideas to liven up the town during the late fall. Grand Chelem Management took over from the architect when it became too much work. During that time, Prince Félix of Luxembourg, the Grand Duke’s second son, was working with Grand Chelem in Geneva and was involved in organizing festival. The Prince Englishthe version pages xx-xx really liked the concept and decided to devote himself  21

05_p20_29_arbres_et_lumiere.indd 21

25.09.2008 16:22:14 Uhr


Photo: HEAA

L’arbre à Palabres, Pauline Julier, Place Neuve,Edition 2007-2008.

 to bringing it to Luxembourg. Jean Reitz, of cultural organization Agence luxembourgeoise d’action culturelle, is co-ordinating the Luxembourg end of the festival. “The original idea was brought to us by Prince Félix of Luxembourg, who’s been working on this project in Switzerland, with Grand Chelem Management,” said Reitz. “He presented the idea to Luxembourg, knowing the City of Luxembourg is looking to somehow renew its Christmas lights. It was said it would be a good idea to present the first Trees and Lights festival here in Luxembourg.” City officials, including Mayor Paul Helminger, started discussions with Grand Chelem and the Prince about two and a half years ago, explained Finkbeiner, and delegations from Luxembourg have gone to see how the festival works in Geneva. Reitz explains that the City of Luxembourg saw the proposal as a great way to celebrate a somewhat under-appreciated, but vital milestone in the city’s history. “It’s a good choice, because exactly 100 years ago, the City of Luxembourg got itself an electrical system,” said Reitz. “So we’re also celebrating the centenary of the electrical plant of the City of Luxembourg. We’re putting the festival in this context because, without that, we couldn’t do it. Without light, it would be impossible.” The festival is to be inaugurated with a special public celebration on the evening of Friday, October 24th (see sidebar). The most common association one might have with lights in trees is the traditional Christmas tree. While one of the planned works features an unusual rendition of such a tree, Finkbeiner makes it very clear the festival is different. “Really, we are very different from a normal Christmas tree decoration,” says Finkbeiner.

“It’s definitely something very unique. We put constructions into the trees and sometimes there are sculptures in the trees, sometimes the sculptures are next to the tree. And light is always a part of the concept. Originally, the name was Christmas tree festival, in English. And so we changed it to Arbres et Lumières, because we didn’t want to have that strong link with Christmas trees.”

“ We are very different from a normal Christmas tree decoration.”

Finkbeiner explains that the Trees and Lights festival is intended to showcase contemporary art, but an art that keeps in mind the broad public that will be viewing it. “We’re trying to do something that is contemporary but not exclusive,” says Finkbeiner. “It is meant to be beautiful, people should just enjoy it. You don’t have to be an expert. For example, in the evening, when you’re going home from work and you have to take the bus, you might pass by a tree and it’s all lit up and it’s beautiful and colourful... We’re always trying not to shock people; we always try to make it as simple as possible to enjoy.” The first Luxembourgish festival will feature seven works that Finkbeiner says had “received a lot of positive feedback from all the visitors and the press” out of the 75 works produced over the past five years in Geneva. The remaining three works will be produced by artists from Luxembourg chosen by jury 

22 05_p20_29_arbres_et_lumiere.indd 22

25.09.2008 16:22:22 Uhr


1RDV.indd 1

24/09/08 14:38:23


Photo: Marc Bobillier

A festival night

Un festival nocturne

The first Luxembourg Trees and Lights festival gets under way with a public vernissage. Activities will feature the public unveiling of the tree-art, when, across the city, the lights in the trees are turned on for the first time at 7pm on October 24. Street performers, including fire-eaters, animators and musicians will be on hand to entertain near the art-works. Free hot tea and wine, coffee, hot chestnuts will be on offer, courtesy of the private event sponsors. Events around the trees will continue until late at night. The Luxembourg City Tourist Office will offer tours of the festival at 7pm, 7:30pm and 8pm, leaving in front of the City Hall in Place Guillaume II. The artists responsible for the installations will be on hand to discuss their work with the public. Organizers are offering a small train that will go from tree to tree, around the circuit, so that families with children can take the tour. It leaves at 7pm and again at 8pm from Place de la Constitution. If you miss the opening night, the LCTO will continue to offer tours on Tuesdays, Thursdays and Saturdays, leaving City Hall at 6:30pm each night. And there’s the do-it-yourself option – festival organizers have published a small guide to the festival that will be distributed from boxes in front of each tree.

Le premier Festival Arbres et Lumières du Luxembourg débutera par un vernissage public. Les animations proposées comprendront notamment le dévoilement public de ces arbres d’art qui seront illuminés dans toute la ville au même moment et pour la première fois le 24 octobre à 19 h. Artistes de rue, y compris des cracheurs de feu, animateurs et musiciens se chargeront de mettre de l’ambiance dans les rues à proximité des œuvres. Une distribution gratuite de thé et de vin chaud, de café et de marrons chauds sera proposée par les sponsors privés de l’événement. Les animations autour des arbres se poursuivront jusque tard dans la nuit. Le LCTO proposera des visites guidées du festival à 19h, 19h30 et 20h, au départ de l’Hôtel de Ville, Place Guillaume II. Les artistes ayant créé les installations seront présents pour discuter de leurs œuvres avec le public. Les organisateurs mettront à la disposition des visiteurs un petit train qui circulera d’arbre en arbre, afin de permettre aux familles avec enfants de découvrir l’ensemble des installations. Des départs sont prévus à 19h puis 20h, Place de la Constitution. Si vous n’avez pas pu assister à l’inauguration, le LCTO proposera chaque soir à 18h30 des visites guidées au départ de l’Hôtel de Ville, le mardi, jeudi et samedi. Vous pourrez aussi découvrir le festival par vous-même, les organisateurs ayant publié un petit guide du festival qui sera mis à la disposition des visiteurs près de chaque arbre.

 in a design competition. These artists are: Marco Godinho, Elvire Bastendorff, each working on their own project, and Roland Quetsch & Max Mertens, working together. Godinho’s Focusing Life will be at the Place de la Constitution: described as a hymn to life it involves two sets of installations on 23 trees surrounding the monument. Bastendorff’s work will use two trees on the Grand-Rue to support leaves of transparent Plexiglass lit by white LEDs. Quetsch and Mertens will feature their untitled inverted rotating Christmas tree on the Place d’Armes.

Energy Office (LEO) are the main private sponsors. Each tree is being sponsored by a separate private company, including many of Luxembourg’s more prominent companies. Finkbeiner says his company has taken great steps to minimize any wasted electricity from the lighting. “Everybody’s talking about energy these days and we don’t want to waste energy, just lighting up trees” he says. “So, what we’re trying to do it is we are working in two different directions. First of all we are working with LEO, using only green energy. Secondly, we are always working with engineers on reducing our energy consumption. In Geneva for example, over the last five years, we have reduced by a factor of 10 our energy consumption over the festival, only by using new technology, for instance using LED technology for lighting.” Finkbeiner isn’t sure the Trees and Lights festival could translate to a big city like London or Paris, but it works well in places like Luxembourg and Geneva, human-sized cities with plenty of trees and parks. He says the organizers have put all their energy into this festival, and hopes it proves as popular in Luxembourg as it has been in Geneva. “Sometimes we say that it’s a gift that we’re giving to the citizens of Geneva or Luxembourg,” Finkbeiner says. “We aim to make live a little bit more pleasant at a time where everybody is really busy, working long hours, when it’s getting dark and darker at night. We’re there to make life a bit easier at a time of the year where we give presents to one another - this is our Christmas gift to the citizens of Luxembourg!”

Prix Concours Photos, JC Deschamps – Koppàncen, La Treille, Edition 2007-2008.

“Over the last five years, we have reduced by a factor of 10 our energy consumption over the festival.”

During the festival, explains Jean Reitz, there will be a photo contest, in which anyone can submit a photograph of one of the trees. A jury will choose the best pictures, which will be published by one of the festival’s media sponsors. Still in the planning stages, but established in Geneva, is a system for voting for your favourite tree by SMS. Funding for the project comes in part from the City of Luxembourg, with the majority of the funding coming from several private sector sponsors. ArcelorMittal and the Luxembourg 24 05_p20_29_arbres_et_lumiere.indd 24

25.09.2008 16:22:22 Uhr


1RDV.indd 1

25/09/08 17:05:59


Photo: HEAA

Koppàncen, JC Deschamps, La Treille, Edition 2007-2008.

L’Art s’invite dans les arbres D

ès octobre, les Luxembourgeois auront le plaisir de découvrir un nouveau festival intitulé Arbres et Lumières qui se déroulera du 24 octobre au 30 novembre. Importé de Genève grâce à l’intervention enthousiaste d’un membre de la famille royale du Luxembourg, ce festival viendra animer la ville aux prémices de l’hiver. Rendez-Vous s’est adressé aux organisateurs afin d’en savoir plus sur ce projet. Bien qu’ils ne le sachent sans doute pas encore, dix arbres du centre-ville auront la chance de devenir les stars d’une nouvelle exposition d’art contemporain. Ces dix arbres serviront de support aux créations de dix artistes différents, en dix endroits différents du centre-ville. Julien Finkbeiner, directeur de Grand Chelem Management SA, chargé de la production de ce festival à Genève depuis 2004, coordonnera l’édition luxembourgeoise. «Le concept consiste à utiliser l'arbre comme support d'art contemporain. C'est quelque chose de vraiment original. Au cours des cinq dernières

années, quelques festivals utilisant la lumière ont été créés en Europe, le plus célèbre étant la Fête des Lumières de Lyon dont la dernière édition s'est tenue en décembre 2007», explique Julien Finkbeiner. «L'idée était de choisir des arbres qui

« Le concept consiste à utiliser l'arbre comme support d'art contemporain.»

deviendraient le support d'une æuvre d'art contemporain et de les illuminer afin de leur apporter un peu de vie – et par là même à la ville – pendant cette période de l'année où ils perdent leurs feuilles et où toute la ville devient grise». Le Festival Arbres et Lumières a été créé Genève en 2001 et est très populaire auprès de

26 05_p20_29_arbres_et_lumiere.indd 26

25.09.2008 16:22:33 Uhr


Ombres de Lumiere, JF Arnaud et JC Deschamps, Parc des Bastions, Edition 2007-2008.

On associe généralement de telles illuminations au traditionnel sapin de Noël. Bien que l’une des installations prévues consiste en une version très originale de ce type d’arbre, Julien Finkbeiner insiste sur l’originalité de ce festival. «Ce festival n'a vraiment rien à voir avec des illuminations de Noël classiques», précise-t-il. «Il s'agit vraiment de quelque chose de très original. Des constructions ou des sculptures seront installées dans ou près des arbres. Et la lumière fera partie intégrante du concept. A l'origine, le festival se nommait Christmas tree festival. Nous avons décidé de l'appeler Arbres et Lumières, parce que nous voulions éviter un lien trop fort avec l'image du sapin de Noël».

Photo: HEAA

ses habitants. Il s’agit à l’origine d’un projet conçu par un jeune architecte en réponse à l’appel d’offres du maire de Genève qui recherchait des idées pour animer la ville à la fin de l’automne. Le projet demandant trop de travail, Grand Chelem Management a alors pris le relais de l’architecte. A cette époque, le prince Félix de Luxembourg, second fils du Grand-Duc, travaillait avec Grand Chelem à Genève et participait à l’organisation du festival. Le prince appréciait beaucoup ce concept et décida de tout faire pour l’exporter au Luxembourg. Jean Reitz, directeur de l’Agence luxembourgeoise d’action culturelle, est chargé de la coordination de l’édition luxembourgeoise du festival. «A l'origine, le concept nous a été proposé par le prince Félix de Luxembourg qui travaillait sur ce projet avec Grand Chelem Management en Suisse», précise Jean Reitz. «Il a présenté cette idée au Luxembourg, sachant que la ville de Luxembourg cherchait à renouveler ses illuminations de Noël. Nous avons pensé que ce serait une bonne idée de créer le premier Festival Arbres et Lumières ici au Luxembourg». «Les élus municipaux, et notamment M. Paul Helminger, le maire de la ville, ont commencé à discuter du projet avec Grand Chelem et le prince il y a environ deux ans et demi» poursuit Julien Finkbeiner. Des délégations luxembourgeoises se sont d’ailleurs rendues à Genève pour en savoir plus sur le fonctionnement du festival. Jean Reitz explique que la Ville de Luxembourg a vu dans cette proposition le moyen idéal de célébrer un événement souvent mésestimé mais néanmoins crucial de l’histoire de la ville. «Ce projet est un excellent choix car il y a 100 ans exactement, la Ville de Luxembourg se dotait de son premier système électrique», déclare Jean Reitz. «Nous célébrerons donc également le centenaire de la centrale électrique de la Ville de Luxembourg. Nous avons situé le festival dans le cadre de cette célébration car sans ce système, ce festival n'existerait pas. Sans électricité,ce serait impossible». Le festival s’ouvrira sur une célébration publique spéciale qui se déroulera le vendredi 24 octobre au soir (voir encadré).

« Ce festival n'a vraiment rien à voir avec des illuminations de Noël classiques.»

Julien Finkbeiner explique que le Festival Arbres et Lumières a pour but de mettre en avant l’art contemporain mais un art qui a su garder à l’esprit qu’il était destiné au grand public. «Nous avons tenté de concevoir un projet d'art contemporain qui ne soit pas élitiste», explique-t-il. «Il fallait que ce soit beau, que les gens y prennent du plaisir. Pas besoin pour cela d'être un expert en art. Le soir, par exemple, en rentrant du travail en bus, vous pourrez passer près d'un arbre entièrement illuminé, magnifique et plein de couleurs... Nous nous sommes efforcés de ne pas choquer les gens; nous avons essayé de faire en sorte qu'il soit aussi simple que possible d'apprécier cet événement». Ce premier festival luxembourgeois comprendra notamment sept installations choisies parmi les 75 œuvres présentées au cours des cinq dernières années à Genève et qui ont, selon Julien Finkbeiner, «reçu un feedback très positif de la part de l'ensemble des visiteurs et de la presse».  27

05_p20_29_arbres_et_lumiere.indd 27

25.09.2008 16:22:37 Uhr


Photo: HEAA

RJVB, Artiste: Cecile Dupaquier, Place St Gervais, Edition 2007-2008.

 Les trois autres œuvres seront réalisées par des artistes luxembourgeois sélectionnés par un jury lors d’un concours. Ces artistes sont: Marco Godinho, Elvire Bastendorff, chacun d’entre eux travaillant indépendamment, et Roland Quetsch & Max Mertens, travaillant en collaboration. Le projet de Godinho, intitulé Focusing Life, sera situé Place de la Constitution: il se présente comme «un hymne à la vie» et comprend deux séries d’installations sur 23 arbres entourant le monument. L’œuvre de Bastendorff utilisera deux arbres de la Grand-Rue qui porteront des feuilles en plexiglas transparent éclairées par des lampes LED blanches. Et c’est sur la Place d’Armes que Quetsch et Mertens présenteront leur œuvre sans titre consistant en un «arbre de Noël inversé». Le festival comprendra également un concours photo au cours duquel chacun pourra soumettre une photographie de l’un des arbres, explique Jean Reitz. Un jury désignera les plus belles images qui seront alors publiées par l’un des sponsors média du festival. Déjà mis en place à Genève, un système permettant au public de voter par SMS pour son arbre préféré est à l’étude au Luxembourg. Le projet est financé en partie par la Ville de Luxembourg, la majorité des fonds provenant de différents sponsors du secteur privé. Les principaux sponsors privés sont ArcelorMittal et le Luxembourg Energy Office (LEO). Chaque arbre est sponsorisé par une entreprise privée différente, dont certaines des plus importantes du Luxembourg. Julien Finkbeiner précise que sa société a pris des mesures importantes pour éviter tout gaspillage d’électricité utilisée pour l’éclairage. «Tout le monde parle d'énergie en ce moment et nous ne voulions pas la gaspiller, juste éclairer les arbres» explique-t-il. «Nous avons donc tra-

vaillé selon deux axes différents. Premièrement, nous travaillons en collaboration avec LEO et utilisons uniquement une énergie verte. Deuxièmement, nous collaborons en permanence avec des ingénieurs pour tenter de réduire notre consommation d'énergie. A Genève, au cours des cinq dernières années, nous avons par exemple divisé par dix notre consommation d'énergie au cours du festival, uniquement en utilisant de nouvelles technologies, notamment les éclairages LED».

« Nous utilisons uniquement une énergie verte.»

Julien Finkbeiner doute que le Festival Arbres et Lumières puisse être transposé dans une grande ville comme Londres ou Paris, mais il fonctionne à merveille dans «des villes à taille humaine» comme Luxembourg ou Genève, qui disposent de nombreux arbres et parcs. Il nous explique que les organisateurs ont mis toute leur énergie dans ce festival et espère qu’il deviendra aussi populaire au Luxembourg qu’il l’est à Genève. «Nous nous disons parfois que c'est comme un cadeau que nous faisons aux habitants de Genève ou de Luxembourg», explique-t-il. «Nous souhaitons rendre leur vie un peu plus agréable à une période où tout le monde travaille beaucoup et où les journées de travail sont longues et qu'il fait nuit plus tôt le soir. Notre but est de rendre leur vie un peu plus facile et, au moment de l'année où tout le monde échange des cadeaux – c'est un peu notre cadeau de Noël aux habitants du Luxembourg»!

28 05_p20_29_arbres_et_lumiere.indd 28

25.09.2008 16:22:41 Uhr


1RDV.indd 1

23/09/08 9:41:01


06_p30_39_fashion_shops.indd 30

25/09/08 16:26:16


Fashion shops

Telles l‘avenue Montaigne à Paris ou l‘avenue Louise à Bruxelles, c‘est au coeur du centreville de Luxembourg que les plus prestigieuses griffes se retrouvent, avec pour mission d’offrir de la qualité, de l‘élégance et surtout du rêve. Les gérants de cinq boutiques incontournables du genre nous font découvrir l‘univers de la marque qu‘ils représentent. Plus qu‘un métier, c‘est une véritable passion qui les anime.

Fitting Rooms Textes: Laura Lopez. Photos: Andrés Lejona.

Like the Avenue Montaigne in Paris or the Avenue Louise in Brussels, it is in the centre of the City of Luxembourg that the most prestigious designers are gathered, offering quality, elegance and above all something to dream about. The managers of five of these unmissable fashion boutiques help us discover the brand they represent. More than just a job, it’s a real passion they share.

31 06_p30_39_fashion_shops.indd 31

26/09/08 10:11:25


Sonia Pires, directrice du magasin Hugo Boss. Director of the Hugo Boss boutique.

Un style unique qui s’inscrit dans l’air du temps C‘est en 2001 que la boutique officielle de la célèbre marque Hugo Boss ouvre ses portes au 25A rue Philippe II à Luxembourg. Depuis plus de huit ans, la maison offre un espace de 300 mètres carrés dédié à l‘élégance masculine. «Hugo Boss est implanté dans toutes les grandes villes et la demande est telle que c’est naturellement que la marque est présente au Luxembourg avec une boutique qui lui est entièrement dédiée», explique Sonia Pires, directrice du magasin. «Un gros travail de rajeunissement de la marque a été réalisé ces dernières années. Toutes les boutiques disposent d’un concept similaire et proposent tous les labels de la marque», précise-t-elle. Ainsi, Boss Sélection décline des costumes haut de gamme qui mélangent savamment le savoir-faire, la créativité et les matières nobles. Boss Black présente les modèles les plus classiques et les plus élégants tant au niveau du prêt-à-porter que de la maroquinerie. Boss Orange se caractérise par l’originalité de ses vêtements: chemises cintrées, large choix de jeans, de t-shirts et de sweats. Boss Green est davantage axée sur le sport (golf, tennis, etc.) et propose donc des vêtements de sport ultra-confortables tout en restant très stylés. «Chaque homme peut ainsi trouver le style qui lui convient le mieux en franchissant la porte de notre boutique Hugo Boss», souligne Sonia Pires. «La clientèle est assez diversifiée. Elle est le plus souvent locale et fidèle, sans oublier les clients de passage au Luxembourg ainsi que de nombreux frontaliers français, belges, allemands et néerlandais. La sélection des articles que nous proposons est réalisée essentiellement en fonction des demandes et des exigences de nos clients». Une grande importance est accordée à l’accueil et à la tenue impeccable du magasin qui résulte d’un travail d’équipe remarquable. Le large panel de choix et de styles qu’offre la boutique en matière de costumes, d’accessoires et de maroquinerie fait aussi partie du luxe de la marque. Hugo Boss, 25A, rue Philippe II, Luxembourg. T 26 20 25 50

A unique but trendy style In 2001, the official boutique of the famous brand Hugo Boss opened at 25A rue Philippe II in Luxembourg. For more than eight years, the shop has offered over 300 square metres devoted to male elegance. “Hugo Boss is present in all the large cities and the demand is such that it was natural for us to come to Luxembourg with a boutique entirely dedicated to the brand,” explains Sonia Pires, director of the shop. “Over the last few years, a lot of effort has been made to rejuvenate the brand image. All the boutiques are of a similar concept and offer all the ranges of the brand,” she explains. The Boss Selection collection offers top of the range suits that cleverly blend expertise, creativity and fine fabrics. Boss Black is a more classic and elegant range of ready-to-wear fashion and leather goods. Boss Orange is characterised by its originality: figure hugging shirts, a large choice of jeans, t-shirts and sweatshirts. Boss Green is more focused on sport (golf, tennis, etc.) and offers ultra comfortable sports clothing but still very stylish. “Each man can therefore find the style that suits him best when coming into our Hugo Boss boutique,” underlines Sonia Pires. “Our clientele is rather diverse. It is mostly local and loyal, without forgetting the clients passing through Luxembourg and those from the surrounding countries: French, Belgians, Germans and Dutch. The products we offer are selected mainly according to the demands and expectations of our clients.” Great importance is attached to customer care and the impeccable presentation of the shop both due to remarkable team work. The wide range of choices and styles offered by the boutique in suits, accessories and leather goods is also part of the luxury of the brand. Hugo Boss, 25A, rue Philippe II, Luxembourg. T 26 20 25 50

32 06_p30_39_fashion_shops.indd 32

25/09/08 16:26:24


Nicolas Graas, directeur de la maison Hermès à Luxembourg. Director of Hermès in Luxembourg.

L’alliance de la tradition et de la modernité

The Alliance of tradition and modernity

Cela fait maintenant 40 ans qu‘Hermès est implanté au Luxembourg. C‘est en 2005 que la boutique officielle ouvre ses portes au 13, rue Philippe II. «Née d’une passion familiale, cette collaboration avec Hermès est une évolution logique qui peut être mise en parallèle avec le potentiel, sans cesse grandissant, de la ville ces dernières années», explique Nicolas Graas, directeur de la Maison Hermès à Luxembourg. Dans cet espace, tous les produits de la marque sont proposés: des collections de prêt-à-porter pour homme et femme aux accessoires en passant par la parfumerie. «Le magasin raconte l’histoire de la marque. Cela ne peut être réalisé qu’en présentant l’ensemble des produits que décline la Maison Hermès». Le concept de la Maison, pensé par l’agence Rena Dumas Architecture Intérieure, est commun aux autres magasins de la marque dans le monde. Ainsi, tout est pensé afin de garantir aux clients un accueil de qualité. Les collections destinées aux dames se situent à l’étage afin de leur offrir l’intimité et le confort souhaités. Le rez-de-chaussée est dédié aux hommes pour qu’ils puissent tout de suite trouver la pièce qu’ils recherchent. La clientèle est très diversifiée. Locale bien sûr, mais également faite de frontaliers et de clients venus de pays plus lointains. Hermès s’adresse à tous types de personnes, de tous âges, des plus classiques aux plus modernes. «Les clients ont confiance en la qualité et en l’intemporalité des produits Hermès. Cela les rassure de savoir que l’accessoire, par exemple, qu’ils vont acheter aujourd’hui sera toujours à la mode dans plusieurs années. Ils investissent donc dans une valeur sûre», précise Nicolas Graas. La nouvelle campagne Hermès, intitulée L’hiver indien, mêle des coupes simples et de belles matières ainsi que des imprimés ethniques et des couleurs chaudes comme le kaki, le chocolat, le rouge, l’ocre et le beige. Entre tradition et modernité, Hermès incarne plus que jamais le luxe et l’élégance. Hermès 13, rue Philippe II, Luxembourg. T 22 09 81

It has now been 40 years since Hermès established itself in Luxembourg. In 2005, its first official boutique opened at 13, rue Philippe II. “Originating from a family passion, this collaboration with Hermès is a logical evolution which can be paralleled with the constantly growing potential of our city in the last few years”, explains Nicolas Graas, director of Hermès in Luxembourg. In this shop, all the products of the brand are available: from ready-towear collections for men and women to accessories including perfume. “The boutique retells the history of the brand. This can only be achieved by selling all the products by Hermès”. The concept of the boutique, designed by Rena Dumas Architecture Intérieure, is the same as other boutiques of the brand throughout the world. Everything has been thought of to guarantee a high quality experience for clients. The women’s collections are situated on the first floor in order to offer them privacy and comfort. The ground floor is dedicated to men so they can immediately find what they are looking for. The clientele is very diversified. Locals of course, but also from surrounding countries and even further afield. Hermès targets all kinds of people, of all ages, from the more classic to the more modern. “The clients trust the quality and the timelessness of Hermès products. It reassures them to know that an accessory, for example, that they buy today will still be in vogue in several years time. They therefore invest in true value,” explains Nicolas Grass. The new Hermès campaign, entitled L’hiver indien, mixes simple cuts with beautiful fabrics, ethnic prints with warm colours such as khaki, chocolate, red, ochre and beige. Between tradition and modernity, Hermès embodies more than ever luxury and elegance. Hermès 13, rue Philippe II, Luxembourg. T 22 09 81

33 06_p30_39_fashion_shops.indd 33

25/09/08 16:26:32


Christopher Vanderfelt, gérant de la b­ outique Celine. Celine shop manager.

Le luxe discret

Discreet luxury

Raffinée et élégante, la boutique Celine a ouvert ses portes à Luxembourg à la fin de l‘année 2006. «La marque était l’une des premières à être vendues au Luxembourg par l’intermédiaire d’une boutique multi-marques. Néanmoins, il y avait un manque sur le marché et l’ouverture d’une boutique Celine officielle était tout à fait opportune», explique Christopher Vanderfelt, gérant du magasin. Destinée aux femmes modernes, dynamiques et plutôt classiques, la Maison Celine s’adapte toujours mieux à leurs nouveaux besoins. «La femme peut s’habiller Celine tout au long de la journée ainsi qu’en soirée en ajoutant juste un accessoire ou une touche de rouge à lèvres». En effet, les vêtements sont élégants mais faciles à vivre également. Toutes les boutiques ont le même concept qui, selon Christopher Vanderfelt, peut être résumé en deux mots: la qualité et l’exclusivité. «Bien sûr, on retrouve la qualité dans la noblesse des matières et des produits de la Maison Celine. De plus, afin de garantir aux clientes un maximum d’exclusivité, il n’y a pas plus de trois exemplaires des produits dans chaque boutique. Le luxe ce n’est pas tant le prix, c’est l’exclusivité, la rareté et la qualité du produit». La boutique offre ainsi un vaste choix en maroquinerie et également en prêt-à-porter féminin. Tous les articles proposés sont mis en valeur grâce à l’agencement du magasin en harmonie parfaite avec l’esprit chic et discret de la maison. «L’évolution de la ville de Luxembourg est fulgurante. C’est réellement une ville qui offre beaucoup d’opportunités. S’il est vrai que la marque Celine est bien implantée, elle n’a certainement pas dit son dernier mot et a encore beaucoup de choses à accomplir». La marque, à l’aube de changements importants, a confié à Phoebe Philo, ancienne styliste chez Chloé, la direction artistique de sa prochaine collection Automne-Hiver 2009. «Ce nouveau positionnement apportera beaucoup plus d’impact à la marque tout en gardant le côté classique, exclusif et discret qui lui est propre». Celine, 9A, rue Philippe II, Luxembourg. T 26 26 20 65

Refined and elegant, the Celine boutique opened in Luxembourg at the end of 2006. “The brand was one of the first in Luxembourg to sell in a multi-brand boutique. Nevertheless, there was a gap in the market so the opening of the official Celine boutique was very timely. Moreover, most of our clients are from Luxembourg,” explains Christopher Vanderfelt, the shop manager. Aimed at modern women, dynamic and rather classic, Celine always adapts to better meet their needs. “Women can wear Celine all day then in the evening, just by adding an accessory or a touch of lipstick”. Indeed, clothes by Celine are elegant but easy to wear. All the boutiques have the same concept which, according to Christopher Vanderfelt, can be summed up in two words: quality and exclusivity. “Of course the products of Celine always offer high quality fabrics. In addition, in order to ensure clients a maximum exclusivity, there are no more than three copies of the same design in each boutique. Luxury is not so much in price but in the exclusivity, rarity and quality of the product”. The boutique also offers a vast range of leather goods and ready-to-wear women’s wear. All the products are ideally showcased thanks to the layout of the store, in perfect harmony with the chic and discreet spirit of the brand. “The development of the City of Luxembourg is dazzling. This city really offers lots of opportunities. Even if Celine is well established here, the brand still has ambitions and many things to accomplish”. The brand is also on the threshold of major changes. Indeed, Celine has entrusted Phoebe Philo, former designer at Chloé, with the artistic direction of its Autumn/Winter 2009 collection. “This new positioning will give the brand greater impact while keeping the classic, exclusive and discreet style which makes it unique”. Celine, 9A, rue Philippe II, Luxembourg. T 26 26 20 65

34 06_p30_39_fashion_shops.indd 34

25/09/08 16:26:40


Dessange invente le nouveau blond!

LUXEMBOURG - 38, rue du Curé - Tél.: 22 68 26 I LUXEMBOURG - 26, av. de la Liberté - Tél.: 48 80 32 I ESCH-SUR-ALZETTE - 41, rue de la Libération - Tél.: 54 53 57 Auchan KIRCHBERG - 5, rue A. Weicker - Tél.: 43 84 44 I City Concorde BERTRANGE - 80, route de Longwy - Tél.: 26 25 91 86 ETTELBRÜCK - 18, rue du Dr Herr - Tél.: 26 81 05 25


Alexandra Level, responsable du magasin Tod’s. Manager of the Tod’s boutique

Le luxe contemporain

Contemporary luxury

Présente depuis trois ans à Luxembourg, la boutique Tod’s peut, avant tout, compter sur la force de son produit phare: le mocassin 133 picots créé à la fin des années 1970 par Diego de la Valle. Alexandra Level, responsable de l’enseigne à Luxembourg: «Nous avons la mission de transmettre la philosophie de ce produit d’exception en y apportant une touche personnelle», lance-t-elle en préambule. Une chaussure souple, «inédite le week-end et glamour en ville» qui a assuré une notoriété mondiale à la griffe. Alexandra Level: «Au Luxembourg, nous proposons exclusivement les gammes de chaussures et de maroquinerie. Nous souhaitons vraiment que les clients puissent retrouver dans leur boutique Tod’s toutes les gammes et toutes les nouveautés, afin de leur offrir un service en accord avec l’esprit de la maison. Notre clientèle est d’ailleurs très fidèle à la marque». Toujours en quête de modernité, Tod’s a fait de Derek Lam son nouveau directeur artistique: «Le travail de ce styliste américain d’origine asiatique relève du génie», affirme-t-elle. Les maîtres mots des nouvelles collections sont la féminité, la légèreté, l’élégance, mais avant tout la fonctionnalité. «Pour s’adapter toujours mieux aux besoins des femmes actives d’aujourd’hui, Tod’s propose des gammes de produits qui peuvent être portés tout au long de la journée et en soirée». La nouvelle collection est résolument moderne, visiblement affranchie d’un passé pourtant prestigieux. Les bottines, derbys et mocassins assortis aux sacs dans des matières de cuir glacé et verni restent cependant toujours fidèles à cet esprit pratique, confortable et élégant qui a fait la notoriété de la marque. Pour les hommes, la gamme se développe dans un large assortiment de chaussures, de ceintures, de portefeuilles et de sacs… Une réinvention dans laquelle Alexandra Level s’avoue quelques coups de cœur: «Les ankel-boots sont vraiment le must have de la saison. Elles rythment la collection et les sacs sont plus actuels que jamais». Tod’s 4, avenue de la porte Neuve, Luxembourg. T 22 93 39

After three years in Luxembourg, Tod’s boutique relies above all on the strength of its flagship product: the 133 pimpled moccasins created at the end of 1970’s by Diego de la Valle. Alexandra Level, manager of the brand in Luxembourg: “We have the mission of transmitting the philosophy of this exceptional product while bringing a personal touch to it”, she tells us to begin with. A flexible shoe, “original at the week-end and glamorous in town”, which made the brand famous throughout the world. Alexandra Level: “In Luxembourg, we only sell shoes and leather goods. We really hope that clients can find in Tod’s boutique all the ranges and all the new designs, so we can offer them a service which complies with the spirit of the company. Our clientele is indeed very loyal to the brand”. Always searching for modernity, Tod’s has made Derek Lam its new Artistic Director: “The work of this AsianAmerican designer is pure genius,” she says. The keywords of the new creations are femininity, lightness, elegance, but above all functionality. “To always better adapt to the needs of active women today, Tod’s range of products can be worn all day long and in the evening”. The new collection is resolutely modern, visibly liberated from its prestigious past. The boots, derbies and moccasins matching the glossy varnished leather bags nevertheless remain true to the practical motto of comfort and elegance, which made the reputation of the brand. For men, there is a large range of shoes, belts, wallets and bags… Alexandra Level confesses having certain preferences in the new collection: “The ankle-boots are definitely the must have of the season. They punctuate the collection and the bags are trendier than ever”. Tod’s 4, avenue de la porte Neuve, Luxembourg. T 22 93 39

36 06_p30_39_fashion_shops.indd 36

25/09/08 16:26:53


Toute la Suisse dans votre assiette.

Du 15 septembre au 30 novembre 2008. De l’assortiment des Montagnes aux tortelli suisses, de la pizza Edelweiss Photos non contractuelles.

à la salade des Grands Lacs, toutes les saveurs de la Suisse sont à déguster chez Pizza Hut. Place d´Armes tél.: 460 777, Strassen tél.: 317 390, Beggen tél.: 422 990

C ´ EST TROP BON ! www.pizzahut.lu RDV230x300AUTOMNE08-ss texte.indd 1

23/09/08 9:57:51


Jacqueline Quaring, gérante de la boutique Longchamp. Manager of the Longchamp boutique.

60 ans de succès

60 years of success

La célèbre marque Longchamp fête cette année ses 60 ans. Présente depuis 12 ans maintenant au Luxembourg, d‘abord par le biais de boutiques multi marques puis via cette maison mère qui a ouvert ses portes en 2002 au 53, Grand-Rue, dans le centre-ville. «La marque Longchamp était en pleine expansion au Luxembourg, la demande était sans cesse grandissante et cela offrait un gros potentiel qu’il fallait saisir. Suite à une étude de marché, les propriétaires de la maison Longchamp, la famille Cassegrain, ont donc décidé d’ouvrir une boutique officielle. Notre renommée est ­internationale, nous connaissons un franc succès en Asie, aux Etats-Unis et bien sûr en Europe, l’ouverture d’une maison à Luxembourg était donc incontournable», explique Jacqueline Quaring, gérante de la boutique. Créée en 1948, la maison Longchamp est avant tout une histoire de famille qui s’étale sur plusieurs générations. La famille Cassegrain perpétue les valeurs de la marque depuis sa création comme son image classique et innovante ainsi que son positionnement entre luxe et grande distribution. La boutique décline plusieurs lignes de produits allant de la plus haute gamme à une ligne accessible à un plus grand nombre de personnes. «Nous nous adressons à une clientèle très large, de tous les âges et pour tous les budgets. Nos clients sont à moitié Luxembourgeois et l’autre moitié des étrangers, dans lesquels on peut inclure les frontaliers belges, français et allemands qui constituent une part importante de nos ventes». Toutes les boutiques ont un concept similaire, pensé par l’architecte Alexis Govart, pour ce qui est des décors, des vitrines et des produits proposés et ce, afin de garantir une totale adéquation avec l’identité de la marque. «D’ailleurs, toutes les collections que propose Longchamp se retrouvent sans exception dans la boutique». A l’occasion de ses 60 ans, Longchamp réédite les sacs LM, symbole de leur succès. Deux gammes sont ainsi proposées, l’une d’elles en collaboration avec l’artiste belge Jean-Luc Moerman. Longchamp, 53, Grand-Rue, Luxembourg. T 26 47 59

The famous brand Longchamp celebrates its 60th birthday this year. Present for 12 years now in Luxembourg, firstly in a multi-brand boutique, then in its own shop in 2002 at 53, Grand-Rue, in the centre of town. “Longchamp was booming in Luxembourg, the demand was constantly growing and this offered a great potential to be seized with both hands. Following market research, the owners of Longchamp, the Cassegrain family, decided to open an official boutique. Our reputation is international, we are successful in Asia, the United States and of course in Europe, opening a shop in Luxembourg was therefore inevitable,” explains Jacqueline Quaring, manager of the boutique. Created in 1948, Longchamp is above all a family story stretching back over several generations. The Cassegrain family has perpetuated the values of the brand since its creation with its classic and innovative image, positioning itself between luxury and mass distribution. The boutique sells several lines of products from top of the range to more accessible products. “We target a very large clientele, of all ages and all budgets. Our clients are half from Luxembourg and half from abroad, including bordering countries like Belgium, France and Germany that represent a significant share of our sales”. All the boutiques have a similar concept designed by the architect Alexis Govart, for their decor, windows and products offered, in order to guarantee consistency with the brand identity. “Furthermore, all the collections by Longchamp can be found in the boutique”. For its 60th birthday, Longchamp will re-release the LM bag, a symbol of their success. Two ranges will be available, one of which has been made in collaboration with the Belgian artist Jean-Luc Moerman. Longchamp, 53, Grand-Rue, Luxembourg. T 26 47 59

38 06_p30_39_fashion_shops.indd 38

25/09/08 16:27:03


1RDV.indd 1

19/09/08 16:53:09


07_p40_49_politique_seniors.indd 40

25.09.2008 16:34:41 Uhr


Senioren in der Stadt

Mitten im Leben Text: Vibeke Walter. Photos: Fabrizio Maltese

V

Marcello Loguercio (links), Direktor der Seniorenresidenz Konviktsgaart, und Dominique Lieb, ehrenamtlicher Vertreter der Stadt Luxemburg, engagieren sich gemeinsam für die Interessen der dortigen Pensionäre. Marcello Loguercio (left) director of the Konviktsgaart senior citizens‘ home and Dominique Lieb, voluntary representative of the City of Luxembourg, work together in the interests of the residents.

iele alte Menschen möchten so lange wie

möglich in ihrer vertrauten Umgebung bleiben und ihren Ruhestand aktiv gestalten. Auf welche Angebote sie dabei zurück­greifen können, zeigt die Journée 60+ in der Seniorenresidenz Konviktsgaart. Sicherheit spüren und dennoch mitten im Leben stehen, so lautet die Vorstellung der meisten Bürger von einer idealen Umgebung im Alter. Dominique Lieb, früherer Direktor des hauptstädtischen Altenheims Fondation Pescatore und als ehrenamtlicher Vertreter der Stadt Luxemburg im Konviktsgaart („Résidence Grande-Duchesse Joséphine Charlotte“) tätig, hat sich ganz bewusst für solch ein maßgeschneidertes Ambiente entschieden. Der Pensionär lebt in einem der 32 seniorengerechten Appartements des Tramsschapp mitten auf dem Limpertsberg. Die von der Fondation Pescatore verwaltete Anlage bietet durch die rund um die Uhr Präsenz eines Hausmeisters ein hohes Maß an Sicherheit und liegt gleichzeitig mitten in einem der beliebtesten Viertel der Stadt. „Ich denke, die Mentalität und die Ansprüche haben sich geändert. Seniorenheime weit weg von den Städten auf der grünen Wiese sind heute nicht mehr gefragt. Gerade wenn man älter wird, möchte man sich nicht isoliert fühlen, sondern am gesellschaftlichen Leben teilhaben und Geschäfte oder Kulturangebote in unmittelbarer Nähe haben“, erklärt Dominique Lieb aus eigener Erfahrung. Wer im Alter mehr Komfort und Unterstützung sucht, ist im Konviktsgaart an der richtigen

Adresse. Die zentral gelegene Seniorenresidenz an der Avenue Marie-Thérèse umfasst für insgesamt bis zu 120 Bewohner zahlreiche Studios und Appartements unterschiedlicher Größe. Für Kurzunterkünfte z.B. nach einem Klinikauf­enthalt zur Rekonvaleszenz oder wenn pflegende Angehörige im Urlaub sind, stehen acht möblierte Studios zur Verfügung. Der Konviktsgaart gehört der Stadt Luxemburg und wird von der privaten Sodexo-Gruppe geführt. Fachpersonal, darunter z.B. Krankenschwestern und Pflegehelfer sowie Mitarbeiter des ambulanten Pflegedienstes Hëllef doheem decken den begleitenden Bedarf ab, ohne dass das Haus, das unter dem Konzept „Betreutes Wohnen“ fungiert, den Eindruck einer klassischen Altenpflegeeinrichtung widerspiegelt. Bewohner mit einem hohen Pflegebedarf können in eines der Hospices Civils der Stadt Luxemburg in Hamm oder Pfaffenthal umsiedeln. „Wir legen viel Wert auf den Residenzcharakter des Hauses und möchten noch stärker als bisher Akzente auf die Gastronomie setzen sowie Anreize für eine neue, jüngere Klientel schaffen. Dadurch dass wir Räumlichkeiten für externe Turn- oder Sitztanzgruppen anbieten, deren Mitglieder noch nicht bei uns wohnen, können die Senioren schon erste Kontakte zum Haus knüpfen und eventuelle Hemmschwellen abbauen. Im Rahmen der Journée 60+ geht es darum, die Residenz und die dortigen Aktivitäten sowie die der anderen  English version pages 46-48

41 07_p40_49_politique_seniors.indd 41

25.09.2008 16:34:43 Uhr


Zusammen ist man weniger allein: Bei Sportaktivitäten spielt auch das Miteinander eine wichtige Rolle. Together is one less alone: co-operation within sport activities plays also an important role.

 im Stadtgebiet präsenten Organisationen, die sich mit dem dritten Alter beschäftigen, der Öffentlichkeit vorzustellen“, sagt Marcello Loguercio, seit sieben Jahren Direktor des Konviktsgaart. Die Initiative der Journée 60+ ist neu und findet in dieser Form das erste Mal statt. Angesichts einer stetig alternden Gesellschaft (momentan sind 14,2% der Luxemburger 65 Jahre oder älter, 2060 wird jeder vierte über 65 Jahre alt sein) kommt sie gerade zum richtigen Zeitpunkt. „Es gibt eine Foire des étudiants, ein Festival des migrations, die Öko-Foire, aber bislang wurde noch kein Forum veranstaltet, wo explizit Senioren angesprochen und informiert werden. Für ältere Bürger gibt es so viele Möglichkeiten, um ihren Alltag und ihre Freizeit attraktiv gestalten zu können, aber oftmals sind ihnen diese nicht ausreichend bekannt. Sie sollen feststellen, dass man auch ab 60 noch einiges hier in der Stadt unternehmen kann und sich keinesfalls isoliert oder ausgegrenzt fühlen muss. Sozialpolitik wird für und mit den Menschen gemacht und wir achten darauf, die Lebensqualität für Bürger jeden Alters zu sichern“, betont Sozialschöffe Xavier Bettel, einer der maßgeblichen Initiatoren. Für Françoise Walch und ihre Kollegin Danièle Hau, verantwortliche Sozialarbeiterinnen beim Service Seniors der Stadt Luxemburg, zählen Information und Beratung zu den Hauptaufgaben. In Gesprächen am Telefon oder bei Besuchen der Senioren zu Hause leisten sie besonders bei älteren Menschen ohne familiäres Netzwerk gleichzeitig eine wichtige präventive Arbeit: „Wir erklären, welche spezifischen Angebote zur Verfügung stehen, damit sie eigenständig in ihrer Wohnung zurechtkommen. Eine große Nachfrage besteht z.B. nach dem Téléalarm, der über uns angefragt werden kann und

den momentan rund 700 Senioren hier in der Stadt nutzen. Die Möglichkeit, per Knopfdruck rund um die Uhr einen kompetenten Ansprechpartner erreichen zu können, der entsprechende Hilfe alarmiert oder Unterstützung organisiert, vermittelt ein wichtiges Sicherheitsgefühl. Wir machen außerdem auf Aktivitäten aufmerksam, wie man sich im Ruhestand weiter sinnvoll betätigen und unter Leute kommen kann“, beschreibt Danièle Hau.

„ Gerade wenn man älter wird, möchte man sich nicht isoliert fühlen.“

In einer Studie, die 2004 im Auftrag der Stadt Luxemburg vom Differdinger CEPS/ INSTEAD (Centre d’Etudes de Populations, de Pauvreté et de Politiques Socio-Economiques) durchgeführt wurde, erklärten mehr als 57% der befragten Senioren, dass sie eine aktive Rolle in der Gesellschaft spielen und insbesondere ihre Erfahrungen an jüngere Generationen weiter geben möchten. Momentan bleiben ihre Kompetenzen allerdings allzu oft ungenutzt, dabei bestehen gerade im Bereich des freiwilligen Engagements viele Betätigungs­ felder. „Wir wollen mit unserer MultiplikatorenAusbildung ältere Menschen befähigen, sich ehrenamtlich einzusetzen und ihnen neue Aufgaben erschließen, weil wir glauben, dass sie der Gesellschaft viel zu geben haben. Gerade im Austausch zwischen Jung und Alt ergeben sich interessante Möglichkeiten, da viele Kinder und Jugendliche ihre eigenen Großeltern gar nicht 

42 07_p40_49_politique_seniors.indd 42

25.09.2008 16:34:48 Uhr


1RDV.indd 1

23/09/08 9:53:32


Journée 60+

Journée 60+

Die Journée 60+ findet am 7. Oktober 2008 von 10 bis 18 Uhr im Konviktsgaart statt. Den ganzen Tag über gibt es geführte Besichtigungen durch die Residenz. Verschiedene Organisationen, darunter voraussichtlich Foyers de jour, der Club Senior Bonneweg, der Service des Sports, die Seniorenakademie des Service RBS, Seniorenvertretungen, kulturelle und gesundheitsspezifische Vereinigungen sowie ambulante Pflegedienste stellen ihre Aktivitäten vor. Um 16 Uhr wird Seniorentanz, um 17 Uhr Seniorenturnen geboten, um 10 Uhr, 14 Uhr und 15 Uhr zeigt die Cinémathèque municipale alte Filme über Luxemburg. Wer möchte, kann in der Residenz Mittag essen oder eine Pause in der hauseigenen Cafeteria einlegen. Auf der Homepage der Stadt Luxemburg (www.vdl.lu) gibt es einen Überblick über Angebote für ältere Bürger. Der Service Seniors der Stadt Luxemburg ist unter Tel. 47962757 zu erreichen. Auskünfte über das breitgefächerte Programm des Service des Sports, der im Rahmen von Sport pour tous auch diverse seniorenspezifische Kurse anbietet, unter Tel. 47964414/4415 oder 4796-2583 (Zentrale). Infos über die Seniorenakademie des Service RBS asbl unter Tel. 36 04 78 27 oder www.rbs.lu.

The Journ ée 60+ takes place on 7 October from 10 a.m. to 6 p.m. at the Konviktsgaart. Guided tours of the residence take place all day. Several organisations, including Foyers du Jour, the Club Senior Bonnevoie, the Service des Sports, the RBS Service Senior Academy, senior citizen lobby groups, cultural and health organisations as well as ambulatory care services will present their activities. A seniors’ dance will take place at 4 p.m. and seniors’ gymnastics at 5 p.m. The municipal Cinémathèque will be screening old films about Luxembourg at 10 a.m. and 2 and 3 p.m. If desired, lunch can be taken in the residence or visitors can take a tea break in the cafeteria. The city of Luxembourg’s website (www.vdl.lu) offers an overview of opportunities available to senior citizens. The city’s Service Seniors can be contacted on tel. 4796 2757. Information about the wide-range of activities available from the Service des Sports, which includes various sports courses aimed specifically at older people, can be obtained on tel. 4796 4414/4415 or 4796 2583 (switchboard). Information about the Senior Academy at the Service RBS are available from tel. 3604 7827 or at www.rbs.lu.

Gesellschaft im Wandel: 2060 wird jeder vierte Bewohner Luxemburgs über 65 Jahre alt sein. Changing society: by 2060, every fourth inhabitant in L­ uxembourg will be over 65 years of age.

 mehr regelmäßig sehen“, beschreibt der Diplom-Pädagoge Peter Selzer von der Seniorenakademie des Service RBS in Itzig. Die Lust an neuen Herausforderungen und am Lernen ist keine Frage des Alters, ganz im Gegenteil: Viele Senioren nutzen ihre neu ge­wonnene Freiheit von beruflichen oder familiären Pflichten, um sich gezielt mit Dingen auseinander zu setzen, für die zuvor nie Zeit war. „Wir stellen fest, dass unsere Teilnehmer nicht nur länger körperlich fit und geistig aktiv sind, sondern dass sie es vor allem auch so lange wie möglich bleiben wollen. Die seelische und physische Gesundheitsförderung, aber auch die damit verbundene soziale Dimension spielen für uns daher eine große Rolle“, so Peter Selzer. Das abwechslungsreiche Programm der Seniorenakademie will älteren Menschen neue Perspektiven bieten und sie vor sozialer Isolation bewahren, indem sie bei sportlichen oder kulturellen Aktivitäten Kontakte knüpfen oder sich mit moderner Technik wie Computer oder Handy vertraut machen können. Beim Erwerb neuer Fremdsprachen sind sie durchaus lernfähig und oft sogar motivierter bei der Sache als jüngere Zeitgenossen. „Ich könnte auch den ganzen Tag spazieren gehen und Kaffee trinken, aber diese Art des Zeit-Totschlagens liegt mir nicht“, erklärt eine 82-jährige Dame resolut, die bei der Seniorenakademie einen Englischkurs besucht. Einer ihrer Mitschüler bemerkt dage-

gen kritisch: „Wer heutzutage kein Englisch spricht, versteht doch vieles in den Medien oder im Gespräch mit Jüngeren gar nicht und wer nicht mehr mitreden kann, den nimmt man schnell nicht mehr ernst.“ Mitreden zu können und angehört zu werden, ist für alle Menschen ein zentrales Anliegen. Vielleicht umso mehr für Senioren, die in unse-

„ Für ältere Bürger gibt es viele, Möglichkeiten, ihre Freizeit attraktiv gestalten zu können.“ rer Gesellschaft manchmal nicht mehr so recht wahrgenommen oder eher belächelt werden. Im Konviktsgaart wurde zum Zweck der besseren Mitsprache und Mitgestaltung eine hausinterne Poterstonn eingeführt, in der Marcello Loguercio und Dominique Lieb den Bewohnern regelmäßig Rede und Antwort stehen und Wünsche sowie Anregungen entgegennehmen. Diese Treffen sind nicht nur überaus gut besucht, es wird auch genau und kritisch verfolgt, wie hinterher mit den Vorschlägen verfahren wird und vor allem, dass sie tatsächlich umgesetzt werden.

44 07_p40_49_politique_seniors.indd 44

25.09.2008 16:34:52 Uhr


Michael Clark Company | Mmm... | © Hugo Glendinning | 21 et 22 octobre 2008 | Grand Théâtre de Luxembourg Grand Théâtre de Luxembourg | 1, Rond-point Schuman | L-2525 Luxembourg Réservations: www.luxembourgticket.lu ou au (+352) 47 08 951

Dans le cadre de


Selbstbewusst: Senioren möchten heute frei entscheiden können, wie und wo sie leben. Self determination: senior citizens today want to decide where and how they live.

In the midst of life M

any older people want to remain in a familiar environment as long as possible and enjoy an active retirement. The opportunities available to them are highlighted by the Journée 60+ one-day event at the Konviktsgaart senior citizens’ home. Most people have an ideal of the setting in which they will spend their old age – they want a feeling of security but also to be right at the centre of life. Dominique Lieb, a former director of the Fondation Pescatore old people’s home, and now a voluntary representative of the city of Luxembourg at the Konviktsgaart (Résidence Grande-Duchesse Joséphine Charlotte), has clearly chosen exactly that sort of tailor-made atmosphere. The pensioner lives in one of 32 apartments in the Tramschapp (tram sheds) that have been specially adapted for older people. The residence, managed by the Fondation Pescatore, offers a good level of security thanks to the presence of a caretaker and is also slap bang in the middle of one of the most popular quarters of the city. “I think the mentality and requirements have changed. Retirement homes away from the city in green belt areas are no longer in demand. As you get older precisely, what you don’t want is to feel isolated,

rather you want to have a social life and have shops and culture venues nearby,” Lieb says, speaking from personal experience. Those seeking more comfort and support will find both at the Konviktsgaart. The senior citizen’s home on Avenue Marie-Thérèse incorporates studios and apartments of varying size for some 120 residents. Eight furnished studios are made available for short-term residents, such as those who need somewhere to recu-

“ As you get older precisely, what you don‘t want is to feel isolated, rather you want to have a social life and have shops and culture venues nearby.” perate after a hospital stay or if their carer relatives are away on holiday. The Konviktsgaart is owned by the city of Luxembourg and is managed by private company Sodexo Group. Trained personnel, including nurses and carers as well as staff from the mobile care

46 07_p40_49_politique_seniors.indd 46

25.09.2008 16:34:58 Uhr


Sinnvolle Beschäftigung gesucht: Nur die Hände in den Schoß zu legen, reicht älteren Menschen nicht. Seeking meaningful occupation: old people are not ­content just to sit around with their arms folded.

organisation Hëllef Doheem, ensure that care and medical requirements are met, without the residence, which operates under the concept of accompanied living, mirroring the atmosphere of a classic old people’s home. Residents who require more intensive care can move to one of the civic hospices run by the city of Luxembourg in Hamm or Pfaffenthal. “We place value on the residential character of the home and would like to accentuate our gastronomy and attract a new, younger clientele,” says Marcello Loguericio, who has been the director of the Konviktsgaart for seven years. “By making our facilities available to external gymnastics or dance groups, whose members do not yet live with us, we can establish first contact with senior citizens and help them overcome any concerns. The Journée 60+ event will allow us to show the public the home and its activities, as well as those of other organisations in the city who offer services to senior citizens.” The Journée 60+ initiative is taking place for the first time in its present form and is timely in view of the ageing population (at present 14.2 percent of Luxembourgers are over 65 but that figure will rise to one in four by 2060). “We have a student fair, an immigration festival, an eco-fair, but so far we have had no forum that specifically addresses the subject of the elderly and their requirements. There are so many opportunities available to older citizens that could make their daily lives and leisure time more attractive, but often they are not publicised well enough. They should not feel isolated or marginalised, but should be shown that even after 60 there are plenty of things to do in the city. Social policies are made for the people, and we take great care to ensure a good quality of life for citizens of all ages,” says alderman Xavier Bettel, one of the initiators of the event.

Information and advice are the main tasks of Françoise Walch and her colleague Danièle Hau, who are social workers for the city’s Seniors Service administration. They also provide vital preventative work by talking to senior citizens, especially those who have no real network of families or friends, over the

“ They should be shown that even after 60, there are plenty of things to do.” phone or by paying personal visits. “We explain what specific opportunities are available, so that they can make themselves independent in their apartments. For instance we have a big demand for the Téléalarm, which can be requested through us and which is in use by around 700 senior citizens in the city. The possibility of having someone available around the clock via the simple push of a button offers them an important feeling of security. We also point out activities that can give retired people a purpose and allow them to mix with other people,” says Hau. In a 2004 study carried out on behalf of the city of Luxembourg by CEPS/INSTEAD, the centre for social studies, poverty and socio-political economics, more than 57 percent of elderly people said that they would like to play a more active role in society and especially pass on their experience to younger generations. For the time being their skills remain underused even though there are plenty of opportunities for voluntary work. “We want to use our multidisciplinary training service to encourage older people  47

07_p40_49_politique_seniors.indd 47

25.09.2008 16:35:01 Uhr


Freie Zeit: Viele Senioren nutzen den Ruhestand für ganz neue Aufgaben.Leisure time: many senior citizens use their retirement to take up new interests.

 to take up voluntary work and face new challenges, because we believe they have a lot to offer to society,” says qualified pedagogue Peter Selzer from the Senior Academy at the RBS Service in Itzig. The desire to take up new challenges or learn something new does not diminish with age, in fact quite the opposite – many senior citizens use the new freedom they find in retirement to focus on things for which they previously had little time. “We have come to the conclusion that our participants are not only physically and mentally fit, but that they want to remain so as long as possible. Placing demands on physical and mental fitness and the social dimension bound with that plays a significant role in what we do,” says Selzer. The varied programme offered by the Senior Academy is aimed at offering senior citizens new perspectives and sheltering them from isolation by allowing them to establish new relationships via sports or cultural activities, teaching them how to use modern technology such as computers and mobile phones or encouraging them to learn a new foreign language. They often prove to be easier to teach and more motivated than younger people. “I could just as well go for walks and drink coffee all day, but that sort of time wasting is not my style,” says an 82-year-old lady who is taking an

English course at the Senior Academy. One of her fellow students adds a more critical voice. “If you don’t speak English these days, you don’t understand much of what is said in the media or when you talk to young people. And if you can’t keep up in a conversation, people don’t take you seriously.”

“ The desire to take up new challenges or learn something new does not diminish with age.” Being able to have a say and a sense of belonging are central to everyone’s social life. Perhaps even more for senior citizens who are often not properly recognised or might even be patronised by society. At the ­Konviktsgaart an internal Poterstonn (chat hour) has been introduced to encourage active discourse. This involves Marcello Loguercio and Dominique Lieb regularly facing residents to hear their suggestions. These meetings are not just well attended, but residents make sure their suggestions are taken seriously and followed up by action.

48 07_p40_49_politique_seniors.indd 48

25.09.2008 16:35:07 Uhr


International Newsstand

In Luxembourg, the specialist for international press is located in the center of Luxembourg city, at the Place d’Armes. Here you will find all the national and international newspapers as well as your favourite magazines and a great selection of English books. This offer is unique in Europe. From the store you have a direct access to the PressKafé, where you can read you paper in a relaxed atmosphere with a drink and finger food.

International titles available at:

Place d’Armes - Luxembourg-ville


– O EL O L L E H bourg», au Luxem e in ra o p ment contem principale n Mosar rtistique ie a u n p o p ti ’a a s ain) la cré Christia bre proch ntané de missaire n le 11 octo ar le Com un «insta s p e è d ré m r ambitio é m u m p o o a O c d p . st fixé Pensée rgeoise ir au Mu ntes ’e u o a s o v rt b s à o ( m p te e O is x L im rt nE ue lu les plus s choix d’a ie e n c l’expositio lle scène artistiq n , ) e c it e s dé érita ntain ouve d’une de rg». Il m e de la Fo sur une n i découle uxembou hristoph L u C q u Becker a n ie n h o s e p e ti li u a ra q raphe Ju s plasti une situ (Scénog g r rt a u to s s o t t e h d p in t o e le p nt. L emen éralemen de «faire conduise développ nnaît gén la le o i c e u e rn q n e x c c u n li e co sur c le pub en ce qui au point eux que am.lu une mise ages de c t is n w.mud v ta s u e u ’a urg. ww d xembo si, quelq in am, Lu a ud , . M re s v 2009, au vous li urs œuvre février 08 au 2 vers de le tobre 20 du 11 oc qu’au tra s, it m Li er

le – Out

ner Exi

ELO. In

ion e exhibit bourg”, th mbourg. m e x u L Luxe tion in scene in istic crea e choice w artistic orary art e p n m e te th in n o n ta e), th c o n f o d o F e t s t o la u h c e s ap importan ainly fo th stophe d d as a “sn the most f r 11 ) is m designed by Chri o e s b e u n Conceive to c o c fo O m (and ing from erved a udam fro an Mosar on result rg. It des ti ti u m s a o o ri u b h ELO (at M h it m C w s e y a x ts rtis ck of s in Lu Curated b of some a . to take sto ment of visual art the faces en made their work ls p e a h lo b e g e v s u v a e re h ro d r e th e ck w th e o B n to k n .lu of artists e rd udam y only er Juli with rega www.m bourg. otograph c generall decades , Luxem the publi it. The ph d Mudam a at le , o 09 h 20 w bruary on those 2nd Fe ner E

ELO. In

om 11th

mits, fr

uter Li xile - O

October

2008 to

50 08_p50_61_portfolio.indd 50

25/09/08 11:12:14


Stina Fisch, née en 1977 à Luxembourg, vit à Luxembourg.

51 08_p50_61_portfolio.indd 51

25/09/08 11:12:21


Isabelle Marmann, née en 1975 à Luxembourg, vit à Luxembourg.

52 08_p50_61_portfolio.indd 52

25/09/08 11:12:27


Christian Frantzen, né en 1975 à Luxembourg, vit à Luxembourg.

53 08_p50_61_portfolio.indd 53

25/09/08 11:12:32


Roland Quetsch, né en 1979 à Luxembourg, vit à Bertrange.

54 08_p50_61_portfolio.indd 54

25/09/08 11:12:40


Jeanine Unsen, née en 1975 à Luxembourg, vit à Kehlen.

55 08_p50_61_portfolio.indd 55

25/09/08 11:12:48


Marc Scozzai & Saskia Raux, nés en 1980 et 1981, vivent à Luxembourg.

56 08_p50_61_portfolio.indd 56

25/09/08 11:12:54


Paul Kirps, né en 1969 à Luxembourg, vit à Luxembourg.

57 08_p50_61_portfolio.indd 57

25/09/08 11:13:02


The PLUG, nĂŠ en 1978, vit et travaille entre le Luxembourg et la Belgique.

58 08_p50_61_portfolio.indd 58

25/09/08 11:13:09


Danielle Scheuer, née en 1977 à Luxembourg, vit à Berlin.

59 08_p50_61_portfolio.indd 59

25/09/08 11:13:16


Trixi Weis, née en 1967 à Luxembourg, vit à Luxembourg.

60 08_p50_61_portfolio.indd 60

25/09/08 11:13:24


Filip Markiewicz, né en 1980 à Esch-sur-Alzette, vit à Luxembourg.

61 08_p50_61_portfolio.indd 61

25/09/08 11:13:30


Miguel Betegón, President, Círculo Cultural Español Antonio Machado. Président de l’association Círculo Cultural Español Antonio Machado

Legende bold A. Legende A xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx. Legende B xxxxx xxxxx

09_p62_67_inter_community.indd 62

25.09.2008 16:34:25 Uhr


International Community 162 nationalities live in Luxembourg, including 3641 Spanish 162 nationalités cohabitent à Luxembourg, dont 3641 Espagnols

Another Look at Spain Text: Deborah Fulton Anderson. Photos: Andrés Lejona.

I

f, when you think of Spain, you hear cas tanets or Flamenco dancers stomping, or the roar inside a corrida as a matador taunts brute force with a little red cloth – the local Spanish community would like you to know that there is more, much more to discover. “Spain is very diverse – geographically, administratively, and certainly in the character of our people.” Miguel Betegón heads one of the cultural groups whose passionate goal is to keep this robust sense of diversity active on the local scene. The Círculo Cultural Español Antonio Machado in Luxembourg is named for the poet who originated the phrase las dos Españas, the two Spains. Although Machado was referring to the political divide during the civil war that gave rise to Generalissimo Franco whose dictatorship lasted until 1975 – the cultural diversity of Spain remains as vigorous as ever. The Kingdom of Spain is now a unified democracy, but it is composed of seventeen autonomous communities that are as distinct in their traditions as their geography, and even their language. This diversity is woven from the threads of many cultures drawn to the peninsula throughout history – European, Mediterranean and African – from the Andalusian south (only 15 kilometres from Africa) to the northern Pyrénées bordering with France. While Spanish is used by an estimated 400 million native speakers worldwide, Spain itself is home to several unique languages: Castillian (the official language), Catalan (also spoken in parts of France and Sardinia), Galician (in the northwest following the route of Santiago de Compostela), Valencian (along the fertile eastern coast) and Euskadi Basque, 

Espagne Creactivity Classes Creactivity.lu@gmail.com Spanish Events 24.10.08 Jazz Concert Frederico Lechner Abbaye Neumunster

FOR MORE INFORMATION Embassy of Spain Marcos Rodriguez, Chargé d’affaires 4, Blvd. Emmanuel Servais, L-2535 T 46 02 55 F 46 12 88 E emb.luxemburgo@mae.es Spain in Luxembourg Círculo Cultural Español Antonio Machado W www.circulo-machado.lu Federación de Asociaciones Españolas en Luxemburgo - F.A.E.L. T 54 64 19 “El Balcon”, Radio Latina, 101.2 and 103.1 FM Mondays, 9.00 pm www.radiolatina.lu

ABOUT SPAIN Population 40,491,052 (July 2008 est.) Capital Madrid Government Parliamentary monarchy National Day 12.10 (1492) Chief of State King Juan Carlos I Head of government Jose Luis Rodriguez Zapatero FAMOUS SPANIARDS Pablo Picasso, artist Andrés Segovia, classical guitarist Frederico García Lorca, poet Penélope Cruz Sánchez, actress Salvador Dali, artist Miguel de Cervantes, writer, Don Quixote El Greco, painter Hernán Cortés, explorer Antonio Machado, poet Francisco de Goya, painter Pedro Almodóvar, director

63 09_p62_67_inter_community.indd 63

25.09.2008 16:34:31 Uhr


Nuria Munarriz, graphic designer. Graphiste.

Créer + activité = Creactivity!

Créer + activité = Creactivity!

As a graphic designer, Nuria Munarriz knows how to tap into the creative instinct to produce work, both professionally at the EU publications office and voluntarily, assisting local Spanish associations. A resident of Luxembourg since 1992 she noticed, however, a gap in the creative activities organized locally for children. “For the most part these activities were all organized in one language - Luxembourgish.” She also observed that children often became critical of their own artistic ability or intimidated by the process of creating, drawing or making something with their hands. “They give up. They think they are not creative. I think this is sad!” To that end, along with art teacher Gemma Hijosa, Nuria has launched a new approach to teaching art to children: Creactivity. It is a concept combining creativity and play based on the theory that “all children are artists at heart.” Classes began this fall and the response was overwhelming — 48 students in four separate classes. “We are starting in Spanish but are open to all nationalities!”

Graphiste, Nuria Munarriz sait puiser dans son instinct créatif pour produire des œuvres, professionnellement, au bureau des publications de l’Union Européenne, mais aussi bénévolement, pour aider les associations espagnoles locales. Résidente du Luxembourg depuis 1992, elle note un manque dans les activités créatives organisées pour les enfants. «La plupart de ces activités étaient proposées en une seule langue, le luxembourgeois». Elle observe que les enfants deviennent très critiques à l’égard de leur propre talent artistique ou sont intimidés par le processus de création, par le dessin ou par le fait de créer quelque chose de leurs mains. «Ils abandonnent. Ils pensent qu’ils ne sont pas doués pour créer. Je trouve ça triste!». C’est pourquoi, en association avec Gemma Hijosa, professeur de dessin, Nuria propose une nouvelle approche de l’enseignement artistique auprès des enfants: Creactivity. Ce concept combine créativité et jeu en se basant sur la théorie selon laquelle «tous les enfants sont des artistes par nature». Les cours débuteront cet automne et l’intérêt suscité est énorme — 48 élèves dans quatre classes distinctes. «Nous commencerons en espagnol, mais nous sommes ouverts à toutes les nationalités!».

 a language that stands independent of the other Romance languages, as is reflec­ted in the character of the people who speak it. Betegón is from Madrid, which he calls “a city of immigrants” which has seen an influx of Ecuadorians, Colombians and Romanians in this capital city of more than three million (the third largest city in the European Union after London and Berlin). A graduate of law from the University of Madrid, Betegón came to Luxembourg a few years after Spain joined the EU in 1986. He is now an auditor in the Court of Auditors, as well as the very enthusiastic president of the Círculo Cultural Español Antonio Machado. “The Círculo was founded in 1976 for the first immigrants who arrived here­­– to unite them socially as well as culturally.” Luxembourg is rich in Spanish cultural and educational groups that support the more than 3,500 Spaniards in the Grand Duchy, and the thousands of Latin-Americans who share their language. The local cultural calendar is filled with events designed to celebrate its art, music, dance and literature. Political discussions are never far from the table either. Many of the events are intended to give voice to social issues. Betegón: “We hope to foster human rights from a cultural point of view.” This year’s Spanish Film festival Otras miradas sobre España, for example, captured a view divergent from the often-stereotyped, tourist impression. “The films were chosen as much for their ability to provoke debate as for their cinematic quality.” Social issues are also given a regular forum on the local Radio Latina broadcasts. Betegón co-hosts the popular Spanish programme El Balcon that offers a call-in forum for its listeners. “We talk about serious issues like politics – but also sports and local events. I’m very attached to it!” Radio Latina also provides programmes in Portuguese, Italian and French – from Latin Cocktail to Notte Italiana. As for Betegón, the decision to come to Luxem­ bourg was a major one for him, his wife and three children. “But after Franco died there was this desire to travel, to reconnect to our democratic neighbours.” The decision seems to have fostered the same desire within his children. With a daughter in Morocco and another in Italy, and a son in California, USA, Betegón has “a child on each continent.” If there is one adjective that he would use to describe the Spanish character, it would be aperta. Open to the diversity within his home country, his adopted one and the borders beyond.

64 09_p62_67_inter_community.indd 64

25.09.2008 16:34:39 Uhr


Un autre regard sur l’Espagne S i vous êtes de ceux pour qui l’Espagne évoque uniquement le son des castagnettes, le rythme des danseurs de flamenco ou le rugissement de la foule lors d’une corrida où un matador en costume de lumière défie la force brute du taureau en agitant un petit chiffon rouge – alors la communauté espagnole du Luxembourg tient à vous faire savoir que l’Espagne a plus, bien plus à offrir. «L’Espagne est très diverse. Géographiquement, administrativement mais également dans le caractère de ses habitants». Miguel Betegón est le directeur de l’une des associations culturelles qui s’attache avec passion à perpétuer au Luxembourg ce très fort sens de la diversité. L’association luxembourgeoise Circulo Cultural Español Antonio Machado tire son nom du poète à l’origine de la célèbre formule las dos Españas. Bien que Machado fasse alors référence à la division politique que connut le pays durant la guerre civile, et qui permit l’arrivée au pouvoir du général Franco dont le régime dictatorial dura jusqu’en 1975, la diversité culturelle de l’Espagne reste néanmoins plus forte que jamais. Le Royaume d’Espagne, désormais unifié et démocratique, est en effet composé de 17 communautés autonomes qui diffèrent aussi bien par leurs traditions que par leur géographie, et même leur langue. Cette diversité s’est tissée au fil des nombreuses cultures venues influencer la péninsule au cours de l’histoire – européenne, méditerranéenne et africaine – du Sud et de l’Andalousie (située à 15 kilomètres seulement de l’Afrique) au Nord et aux Pyrénées bordant la France. Alors que l’espagnol est la langue maternelle d’environ 400 millions de personnes dans le monde, l’Espagne ellemême comprend plusieurs langues uniques en leur genre: le castillan (la langue officielle), le catalan (également pratiqué dans certaines régions de France et en Sardaigne), le galicien (au Nord-Ouest, le long de la route de Saint Jacques de Compostelle), le valencien (sur la côte Est très fertile) et l’euskadi ou basque, une langue indépendante des autres langues romanes, tout comme le caractère de ceux qui la pratiquent. Michel Betegón vient de Madrid, qu’il surnomme la ville des immigrants, une capitale (troisième plus grande ville de l’Union Européenne après Londres et Berlin) de plus de trois millions d’habitants qui a vu arriver une 

Aitor Arrea, travel consultant. Agent de voyage.

Travel Advisory

Agent de voyage

Aitor Arrea comes from Sodupe, a small village in the Basque region of Spain. “In my heart I am Basque, but not in a political way. In my head — I am European.” His focus for the last twenty years in Luxembourg has been the travel industry, starting as a station manager with Air Iberia and eventually managing commercial travel accounts in local agencies. Along the way, his name became synonymous with service and Aitor developed a loyal following (especially amongst local Spanish-speaking clients). “For me the important thing is not just the ticketing, but also the service. To listen to the client and provide a solution.” He believes this is something the Internet cannot provide. “Travel agents have lots of combinations and possibilities in their head. This means we are able to offer clients what they want — flexibility, economy and many other benefits when dealing directly with a customer.” It must be working. Aitor’s phone never stops ringing.

Aitor Arrea vient de Sodupe, un petit village du pays basque espagnol. «Mon cœur est basque, mais pas de manière politique. Et mon esprit est européen». Durant ses vingt dernières années au Luxembourg, son activité s’est concentrée sur le secteur du voyage, d’abord comme chef de station pour Air Iberia, puis comme chargé de ­vo­yages d’affaires dans des agences loca­ les. Ce faisant, son nom est devenu synonyme de service et Aitor a su fidéliser sa clien­tèle (particulièrement ses clients de langue espagnole vivant au Luxembourg). «Pour moi l’important n’est pas seulement la vente de billets, mais aussi le service. Savoir écouter le client et lui proposer une solution».C’est selon lui une chose qu’Internet ne peut offrir. «Les agents de voyage ont en tête de nombreuses combinaisons et possibilités. Nous sommes donc à même de proposer à nos clients ce qu’ils souhaitent flexibilité, économie et de nom­ breux autres avantages du fait que nous traitons directement avec le consommateur». Et cela doit marcher, car le téléphone d’Aitor ne cesse de sonner.

65 09_p62_67_inter_community.indd 65

25.09.2008 16:34:44 Uhr


Paca Rimbau Hernández, translator, night owl. Traductrice et noctambule.

Creative Night Owl Paca Rimbau Hernández’s energy is palpable. She is a native of Granada and carries many of the same qualities of the famous Andalusian dance, Flamenco: Passionate, at times defiant and feisty, occasionally dramatic and always expressive. There is a heel-tapping intensity that seems to match her basic life philosophy. She leans close to emphasize, “You have only one life. You have to try to live it the way you want to live, close to your own desires.” For Paca, this seems to involve a continuous percolating of creative ideas and not a lot of sleep. “I am a noctámbula, a night owl!” Her professional skills give an insight into some of her interests: Translator, teacher, journalist and editor. Paca also contributes her energies to Spanish publications (Patio de Luces, Abril), intercultural projects (ReTour de Babel) and one program she founded herself — bringing the arts into local prisons. To all of these she brings an anima­ ted conviviality that is uniquely her own.

Créatrice et noctambule L’énergie de Paca Rimbau Hernández est palpable. Native de Grenade, elle possède un grand nombre des qualités qui font la célèbre danse andalouse, le flamenco: passionnée, parfois rebelle, téméraire ou dramatique, mais toujours expressive. L’inten­sité mise à frapper le sol du talon au rythme du flamenco semble correspondre à sa philosophie de vie. Elle se penche tout près pour vous confier avec passion, «On n’a qu’une seule vie. Il faut essayer de la vivre comme on veut la vivre, en restant proche de ses propres envies». Pour Paca, cela semble impliquer un bouillonnement permanent d’idées créatives et peu d’heures de sommeil. «Je suis une noctámbulo, une couche-tard»! Ses compétences professionnelles donnent une idée de certains de ses centres d’intérêt: traduc­trice, enseignante, journaliste et éditrice. Paca investit également son énergie dans des publications espagnoles (Patio de Luces, Abril), des projets interculturels (ReTour de Babel) et dans un programme qu’elle a elle-même créé et qui vise à apporter l’art dans les prisons luxembourgeoises. A toutes ces activités elle apporte la convivialité et la vie qui la caractérisent.

 vague d’Equatoriens, de Colombiens et de Roumains. Diplômé de droit de l’Université de Madrid, Miguel Betegón s’est installé au Luxembourg quelques années après l’entrée de l’Espagne dans l’Union Européenne en 1986. Il est actuellement auditeur à la Cour des comptes, mais aussi le président très enthousiaste de l’association Circulo Cultural Español Antonio Machado. «L’association Circulo a été fondée en 1976 pour les premiers immigrants arrivés ici, pour les rassembler à la fois socialement et culturellement». Le Luxembourg compte de nombreuses associations culturelles et pédagogiques qui viennent en aide à plus de 3500 Espagnols vivant au Grand-Duché et aux milliers de Latino-Américains qui pratiquent également cette langue. L’agenda culturel local est riche en événements, tous conçus pour célébrer l’art espagnol, sa musique, ses danses et sa littérature. La politique n’est jamais bien loin non plus. Nombre de ces événements évoquent également certaines problématiques sociales. Miguel Betegón: «Nous espérons promouvoir les droits de l’homme grâce à la culture». Otras miradas sobre España (Autres regards sur l’Espagne), le festival du film espagnol qui se déroulait cette année offrait par exemple une vision différente de l’image souvent stéréotypée qu’ont les touristes de l’Espagne. «Les films présentés ont été choisis autant pour leur capacité à provoquer le débat que pour leurs qualités cinématographiques». Les problématiques sociales s’expriment également régulièrement lors des émissions de Radio Latina. Miguel Betegón coprésente le très populaire El Balcon, une émission en espagnol qui propose à ses auditeurs d’intervenir en direct. «Nous parlons de sujets sérieux comme la politique, mais aussi de sport et d’événements locaux. Je suis très attaché à ce programme!». Radio Latina propose également des émissions en portugais, italien et français­ – de Latin Cocktail à Notte Italiana. La décision de venir au Luxembourg fut pour Miguel Betegón, sa femme et leurs trois enfants une décision majeure. «Après la mort de Franco est apparu un désir de voyager, de renouer le contact avec les démocraties voisines». Cette décision semble avoir suscité la même envie chez ses enfants. Avec une fille au Maroc, une autre en Italie et un fils aux Etats-Unis, en Californie, Betegón peut se vanter d’avoir «un enfant sur chaque continent». S’il devait choisir un seul adjectif pour décrire le caractère espagnol, ce serait aperta. Ouvert à la diversité, que ce soit dans son propre pays, son pays d’adoption ou les pays voisins.

66 09_p62_67_inter_community.indd 66

25.09.2008 16:34:52 Uhr


hori RDV .indd 1

23/09/08 16:51:29


Des joueurs de pĂŠtanque sur glace. Petanque on ice players.

10_p68_71_sports.indd 68

25.09.2008 16:40:46 Uhr


Sport

La pétanque qui rafraîchit Texte: Anne Fourney. Photos: Andrés Lejona

A

h la pétanque, le pastis, le soleil et les

cigales de la Côte d’Azur… Imagineraiton la pratiquer avec quelques degrés de moins et quelques glaçons de plus? Allez donc faire un tour à la patinoire de Kockelscheuer pour découvrir ce sport original. Une daube, une crosse, et c’est parti… Enfin presque. Les pratiquants de pétanque sur glace s’équipent au fur et à mesure. Des vêtements chauds et de bonnes chaussures antidérapantes suffisent pour aborder la piste gelée. Le Eisstock Club est le seul qui existe au Grand-Duché. Il est né vers 1975, lorsque la patinoire a ouvert. Mais c’est surtout depuis 1992 que son activité est intense et régulière. Un sport qui serait un mélange entre la pétanque traditionnelle et le curling, afin de situer pour ceux qui ne connaissent pas. Car il est vrai que la pétanque sur glace ne fait pas couler beaucoup d’encre! C’est pourtant un sport ludique et étonnant. Exit les boules en métal naturellement. Vous imaginez le désastre, tenter de lancer ces boules sur la glace! On utilise donc un objet dénommé crosse, sorte de disque surmonté d’une poignée, qu’on lance sur une piste de 28 mètres de long. Le but est d’arriver le plus près possible de la daube, terme allemand qui désigne le galet qui

fait office de cochonnet. La pétanque sur glace se joue en compétition, en principe avec deux équipes de quatre participants. Le GrandDuché s’est d’ailleurs distingué à plusieurs reprises au niveau mondial, dont les rencontres ont lieu tous les quatre ans. «Nous avons remporté cette année, au printemps, une médaille de bronze en groupe B aux championnats du monde», rappelle fièrement Norbert Conter, coach du Eisstock Club Luxembourg. «Dans les championnats d’Europe, le Luxembourg a toujours été en groupe A, parmi les meilleures équipes comme l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche ou la Slovénie». Ce sport, encore méconnu du grand public, se pratiquait pourtant déjà au XVIe siècle, sur les canaux gelés des Pays-Bas. «L’activité s’est ensuite développée après la Seconde Guerre mondiale, surtout dans les pays comme l’Allemagne, l’Autriche ou la Suisse». Le plus étonnant, c’est que l’on peut pratiquer aussi sur l’asphalte… Mais toujours sans les boules! Et pourtant ça s’appelle toujours de la pétanque… Un sport qui reste très abordable et qui vaut vraiment d’être découvert. Allez donc faire un petit tour à Kockelscheuer pour vous rendre compte de ce que cela peut donner.

Pétanque Eisstock Club Patinoire de Kockelscheuer BP 2088, L-1020 Luxembourg 42, route de Bettembourg Contact: Norbert Conter T 36 83 46 (12-13h30) F 46 52 94

69 10_p68_71_sports.indd 69

25.09.2008 16:40:48 Uhr


A refreshing way to play A

h, the petanque, the pastis, the sun and

La pétanque, côté pratique

Petanque, practically speaking

La saison de pétanque sur glace s’étend de la mi-septembre jusqu’au 1er mai environ. Les entraînements ont lieu le mercredi de 20h à 22h et le vendredi de 18h15 à 19h45 à la patinoire de Kockelscheuer. La carte de membre coûte 25 euros par an, licence comprise. Le club peut prêter du matériel aux débutants. Une crosse avec trois ou quatre plaques coûte environ 350 euros et se garde une quinzaine d’années.

The petanque on ice season runs from Mid-September to the beginning of May. Training takes place on Wednesdays from 8 pm until 10 pm and on Fridays from 6:15 pm to 7:45 pm at the Kockelscheuer ice rink. A membership card costs 25 euros per year, license included. The club can lend equipment to beginners. A stone with three or four plaques costs around 350 euros and can be kept for up to fifteen years.

the cicadas of the French Riviera… Could you imagine playing it in a few degrees less but with a couple more ice cubes? Make a trip to the Kockelscheuer ice rink and discover this original game. A daube, a stone, and we’re off… Well, almost. The petanque players on ice equip themselves as they go along. Warm clothing and good anti-slip shoes are enough to address the icy runway. The Eisstock Club is the only one of its type in the Grand-Duchy. It began around 1975, when the ice rink opened. But it is only since 1992 that its activity has become serious and regular. It is a sport which is a mix between traditional petanque and curling, for those who don’t know it. It is true that petanque on ice does not fill many column inches! But it is a fun and unusual sport. Gone are the metal balls, of course. You can imagine the disaster, trying to throw them on ice! One uses an object called a stone, a kind of disc with a handle on top, which is launched down a 28 metre long runway. The goal is to get as close as possible to the daube, a German term that refers to the other stone that acts as the jack. In competition, petanque on ice is played with two teams of four. The GrandDuchy has distinguished itself several times at a world level, with competitions held every four years. “This spring, we won the bronze medal in group B of the world Championships, recalls Norbert Conter with pride, coach of the Eisstock Club, Luxembourg. In the European Championships, the Luxembourg team has always been in group A with the best teams like Germany, Italy, Austria and Slovenia”. This sport, still not well known by the general public, was played as early as the 16th century, on the frozen canals of Holland. “The game then developed after World War II, mainly in Germany, Austria and S ­ witzerland”. The most amazing thing is that it can be played on asphalt... But still without balls! But it is still called petanque... A sport that is very affordable and worth trying. Go and take a look in the Kockelscheuer ice rink to see what it is like.

70 10_p68_71_sports.indd 70

25.09.2008 16:40:59 Uhr


azz J à l’abbaye Photos de

Raymond Clement Du 25.10 au 30.11.2008

Autumn Leaves

Jazz Festival 2008 Paul Wiltgen Group Hans Lüdemann & Riccardo Del Fra Yellowjackets No Tango Yaron Herman Trio

03 oct. 10 oct. 17 oct. 24 oct. 31 oct.

Début : 21.00 - Tarifs : 20/25  Prévente : www.luxembourgticket.lu Infos : www.jail.lu / www.ccrn.lu Tél.: +352 /26 20 52 1


plan K

*

*

26.09.2008 ouverture bibliothèque municipale 3, rue Genistre L-1623 Luxembourg tél: 47 96 27 32 fax: 22 06 51 bibliotheque@vdl.lu www.vdl.lu

INS-RV-80067-02-VDL.indd 1

21/08/08 16:59:10


Highlights Spectacles

Cinéma

Concerts, danse, théâtre, opéras...

Photo: Hugo Glendinning

L’actualité à la Cinémathèque. Les sorties dans les salles de cinéma de la capitale.

74 Michael Clark Company 78 La Didone 82 A la porte

Expositions

108 Rétrospective Tarkovski 122 Coup de cœur: Moscow, Belgium 124 Interview: Christophe Van Rompaey

Photo: Tom Lucas/MNHA

Musées, galeries, institutions...

102 La Nuit des Musées

City Agenda Pocket Guide

Retrouvez tous les rendez-vous culturels également dans le City Agenda

Préventes Pour les spectacles dans les lieux suivants Conservatoire de la Ville de Luxembourg, Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg, Théâtre des Capucins, Théâtre National du Luxembourg, Luxembourg City Tourist Office, Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Solistes Européens Luxembourg, CCRN − Abbaye de Neumünster Luxembourg Ticket T 47 08 95 1, Lu-ve 10-18h30, www.luxembourg-ticket.lu Concerts Den Atelier www.atelier.lu Autres www.e-ticket.lu 73

11_1_p73_highlights_sommaire.indd 73

25/09/08 16:35:15


Highlights Spectacles

Spectacles

Mmm… dégage ainsi une rage propre à un chorégraphe talentueux et génial.

74 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 74

25.09.2008 16:58:53 Uhr


Photo: Regina Brocke

Spectacles Highlights

Eg o n M a d s e n & E r i c G a u t h i e r

Don Quijote

M i c h a e l C l a r k C o m pa n y

Mmm… Texte: Corinne Briault. Photo: Hugo Glendinning.

F

igure emblématique et enfant terrible de l’avant-garde britannique, le danseur et chorégraphe Michael Clark débarque pour la première fois sur les planches luxembourgeoise avec un spectacle où s’entrechoquent des musiques punk et Le Sacre du Printemps de Stravinski. Tout comme les créations précédentes de Michael Clark, Mmm… cultive l’antithèse et le goût du paradoxe, l’harmonie et le risque, l’explosion et la tension. Originellement créée en 1992, cette pièce, revue en 2007, se voit apposer par Clark un nom onomatopée, histoire de souligner son caractère dionysiaque, à la fois glacé et sensuel, virtuose et dérangé, parallèle frappant avec la partition de Stravinsky créée en 1913 révolutionnant à l’époque le ballet avec une création primitive de Nijinski. La qualité du mouvement, la performance corporelle et une sensation de fraîcheur émanent immédiatement de ce ballet en deux actes sur les musiques décapantes d’Iggy Pop et des Sex Pistols, qui précèdent la partition de Stravinsky. Mêlant toujours l’impertinence punk à la rigueur classique, Michael Clark développe aujourd’hui ses lignes de travail vers ce qu’il nomme «le degré zéro de la danse... là où tout peut recommencer». Revenu au pur mouvement, plus rien ne semble entraver sa danse, inspirée par des par-

tis pris sobres dans leur traitement. Après des doutes, des échecs, de dangereuses dérives dans les paradis artificiels et l’alcool, une violente dépression, un retour dans le giron maternel en Ecosse... Clark, avec ce projet sur l’œuvre de Stravinsky, explore les thèmes de la naissance, de la vie, de la mort comme un impitoyable recommencement. Le chorégraphe britannique mord le mince fil existant entre rigueur classique et incandescence rock. Mmm… dégage ainsi une rage propre à un chorégraphe talentueux et génial à la renommée internationale, touche-àtout de talent, ayant travaillé avec des artistes tels que Sarah Lucas, Leigh Bowery ou encore Hussein Chalayan. «Le talent de Clark a toujours été le paradoxe, la ligne classique et chaste de sa chorégraphie infléchie par un frisson sexuel flagrant, la grâce angélique de ses mouvements, des danseurs boitillants avec une hésitation déviante; personne d’autre que Clark ne peut mettre si terriblement sur scène les danseurs et créer un tel mouvement de douce et douloureuse gravité». The Guardian.

Après Six Pack avec sa compagnie Gauthier Dance en juin 2008, Eric Gauthier revient au Grand Théâtre de Luxembourg en duo avec l’ancien danseur charismatique du NDT III, Egon Madsen, dans le cadre de Luxembourg Festival. Les deux artistes de renommée internationale aux nombreux talents se sont inspirés pour cette pièce du personnage de Don Quichotte de Cervantès et présentent une revue tendre et comique. Deux générations de danseurs, deux prodiges de la danse contemporaine, se rencontrent ainsi sur scène pour entraîner le public dans le monde des souvenirs et des espérances. Egon et Eric, un homme d’un certain âge et son jeune compagnon de route, cohabitent au sein d’un huis-clos tragique-comique duquel nul ne saurait échapper. De tentative d’évasion en tentative d’évasion, ils cherchent à fuir leur quotidien ritualisé. Mélancoliques et drôles, ils sont à la fois témoin et acteur des fantaisies de l’autre. Un vibrant hommage à deux générations de danseurs qui, plus d’une fois, ont déjà fait battre plus haut les cœurs des spectateurs. | C.B. Danse

o 3/10, 4/10 u 20h i Grand Théâtre, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

Danse

o 21/10, 22/10 u 20h i Grand Théâtre, Luxembourg w www.theater-vdl.lu

75 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 75

25.09.2008 16:58:55 Uhr


Highlights Spectacles A k r a m K h a n & J u l i e tt e B i n o c h e

In-I

Photo: Marianne Rosensthiel

Après être venu présenter Zero degrees en 2006 avec Sidi Larbi Cherkaoui et Sacred Monsters avec Sylvie Guillem en 2007, Akram Khan revient, dans le cadre de Luxembourg Festival, sur les planches luxembourgeoises avec l’actrice Juliette Binoche pour un duo de danse intense. Explosivité, beauté, précision, densité d’expression, Akram Khan a tout pour susciter la fascination du public. Ce jeune chorégraphe anglais, originaire du Bengale, préfère se réserver pour les solos et les duos, des créations aux recherches personnelles. C’est avec l’actrice Juliette Binoche qu’il interprète désormais In-I. Ensemble, ils vont évoquer ce que leur suggèrent l’Ascension, le visible et l’invisible, la vie des anges... Une recherche aux inflexions mystiques déployée dans une scénographie du plasticien Anish Kapoor. Le spectacle est soutenu notamment par SG Private Banking & Fondation d’entreprise Hermès Part of the European Theatre Season. | C.B.

Photo: Regina Brocke

Juliette Binoche et Akram Khan.

Eclipse, une des deux nouvelles pièces.

Danse

o 29/10, 30/10 u 20h i Grand Théâtre t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

G a u t h i e r Da n c e

High Five Dans le cadre de Luxembourg Festival, la dynamique troupe de danseurs sous la direction du chorégraphe Eric Gauthier interprète High Five, une pièce composée de deux créations chorégraphiques. Présent à Luxembourg pour un duo avec Egon Madsen, Eric Gauthier investit également avec sa troupe la scène du Grand Théâtre pour y interpréter Eclipse et Adrenalin, deux nouvelles pièces. Les chorégraphies d’Eric Gauthier se carac­térisent par des idées originales, des con­ cepts clairs et un incroyable sens de l’humour. À travers son travail, il désire amener le public vers la danse contemporaine, en donnant naissance à des créations aussi étonnantes que spectaculaires comme Eclipse, un ballet énergi-

que où l’univers des «Transformers» – les robots extraterrestres de la planète Cybertron – côtoie celui du «House of Flying Daggers». La deuxième chorégraphie, Adrenalin, relate le quotidien du danseur avec ses poussées d’adrénaline extrêmes, au moment de monter sur scène. La palpitation du corps en ébullition et l’afflux du sang dans les veines du danseur est retranscrite à merveille par les percussions de Francis Rainey. | C.B. Danse

o 8/10, 10/10 u 20h i Grand Théâtre, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

76 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 76

25.09.2008 16:58:57 Uhr


Photo: Sandy Lorente et Jeff Kieffer

Spectacles Highlights

Un spectacle associant danse, vidéo, lumière... S a n dy L o r e n t e / D a n i a A n t i n o r i & G i a n f r a n c o C e l e s t i n o

Photo: Aada Niilola

LumaTik

Anu Sistonen.

Qu’est-ce qu’une image cinéma, vidéo ou photographique sans la lumière et sans le support technique qui sert à la capter? LumaTik est l’histoire d’une rencontre entre Luma, un être représentant la lumière qui, dans notre imaginaire collectif, est l’élément le plus fondamentalement lié à la vie, et Tik, personnifiant la technique, le support permettant de capter l’instant éclairé. Les deux personnages se découvrent, apprennent à se connaître et à s’aimer. LumaTik est un spectacle pluridisciplinaire associant danse et vidéo, mouvement et lumière. Les danseurs apportent la lumière et produisent eux-mêmes des images à partir de petites caméras qu’ils portent à fleur de peau. LumaTik est une idée originaire de la réalisatrice Sandy Lorente. Le projet s’est concrétisé lors d’une rencontre avec les danseurs et chorégraphes Dania Antinori et Gianfranco Celestino, tous deux étant fascinés par la possibilité d’expérimenter de nouvelles formes de danse avec le médium de la vidéo.

Anu Sistonen

Moving Lights Danse

Recherche chorégraphique sur la confrontation entre deux personnes qui ont chacune leurs forces et leurs faiblesses. Le duo de danse Moving lights est la suite du solo Yours truly, qui racontait l’histoire d’une femme dont l’esprit est habité par des personnalités parallèles et son combat entre le monde réel et imaginaire. Dans le duo Moving lights, celle-ci doit faire face à une relation avec un homme dont la gentillesse et la bienveillance l’aident à sortir de son monde isolé. Il s’agit d’une recherche sur la confrontation entre deux personnes qui ont chacune leurs forces et leurs faiblesses. La musique du groupe islandais Mum met en valeur la dynamique du duo et rappelle aussi le côté humoristique de la vie.

o 16/10, 17/10, 18/10, 19/10 u 20h i Centre de Création Chorégraphique TROIS C-L, 20a, rue de Strasbourg, Luxembourg t 40 45 69 w www.danse.lu

Danse

o 16/10, 17/10, 18/10, 19/10 u 20h i Centre de Création Chorégraphique TROIS C-L, 20a, rue de Strasbourg, Luxembourg t 40 45 69 w www.danse.lu

77 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 77

25.09.2008 16:59:02 Uhr


Highlights Spectacles

Gershwin

Porgy and Bess

Photo: Delphine Coterel

Continuing its collaboration with Luxembourg’s Philharmonic Orchestra, the Grand Théâtre presents one of the most popular American operas of all time: Porgy and Bess, directed by award-wining choreographer Robyn Orlin and conducted by Gershwin expert Wayne Marshall. Porgy and Bess is based on DuBose Heyward’s 1925 novel Porgy and on the 1927 Broadway play of the same name by DuBose and Dorothy Heyward. Some of its tunes – I Got plenty o’ Nothin’, Bess, You Is My Woman Now – have become standards for jazz improvisation, and the lullaby Summertime has by now achieved the status of a folk song. Who better suited to direct this tale of love and hardship among the poor people of the African American ghetto of Catfish Row than Robyn Orlin, without a doubt one of South Africa’s most controversial and provocative choreographers. Opera in three acts. Created in Boston on the 30th of September 1935. In English, with French and German subtitles. Luxembourg Festival’s event. Introduction en français une demi-heure avant chaque représentation par Stéphane Gilbart. | C.B. Wooster Groop a pris à bras le corps le projet de l’opéra baroque La Didone. The Wooster Group

Photo: Elisqbeth Carrechio

La Didone

The most popular American opera opera

o 7/10, 9/10, 11/10 u 20h i Grand Théâtre, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu In English and Italian, with French surtitles

For more than 30 years, the Wooster Group has consistently challenged audiences and critics alike with their extraordinary performance works, many of which are now re­cognised as classics of the contemporary stage. The Wooster Group has played a pivotal role in bringing technologically sophisticated and evo­ cative uses of sound, film and video into the realm of contemporary theatre, and in the process has influenced a generation of theatre artists nationally and internationally. Their pro­duc­ tion of Francesco Cavalli’s opera La Didone takes up a work from the days when opera was an emerging art form, and sets it down in a new world splintered by video imagery and made brazen by the electric guitar. Stirring another Italian cultural work of art into the mix, the Group brings into collision the ancient shipwreck tale of Aeneas and his Dido with the crashed spaceships of Mario Bava’s 1965 Sci-fi B-movie horror film Planet of the Vampires. Ensemble de performeurs, techniciens et artis­ tes new-yorkais, le Wooster Group a joué un rôle essentiel dans l’introduction d’une tech-

nologie audio-vidéo, sophistiquée et évocatrice, dans le monde du théâtre contemporain et a été une source d’inspiration pour des générations d’artistes internationaux. Le Wooster Groop a pris à bras le corps le projet de l’opéra baroque La Didone (1641) de Cavalli et Busenello pour lui faire aborder les rives du XXIe siècle. L’épopée de Virgile y côtoie ainsi les vaisseaux spatiaux du film culte de Mario Bava, Planet of the Vampires (1965). Deux ateliers (18/10) sont organisés dans le cadre du spectacle, l’un (18/10) s’adressant plus particulièrement à des étudiants en architecture, art et musique, l’autre aux «performers» de tous horizons (Info: Tom Leick at tleick@vdl.lu). Dans le cadre de Luxembourg Festival. | C.B.

Theatre musical

o 16/10, 17/10 u 20h i Grand Théâtre, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu In English and Italian, with French subtitles

78 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 78

25.09.2008 16:59:06 Uhr


Photo: INgrid

Spectacles Highlights

Renate Ourth ist wieder inszeniert. L u k as B ä rf u ss

Die Probe

Theater

o 23/10, 24/10, 25/10 u 8pm i Grand Théâtre, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

o 2/10, 3/10, 4/10, 6/10, 14/10 u 20 Uhr i Théâtre des Capucins, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.theater-vdl.lu

A Virginia Woolf novel. V ir g inia W oo l f

Waves

H app y H o u r T h e atr e

Fernand Fox Méi wéi 50 Joer steet den F. Fox op de Brieder an virun der Kamera. Awer eng vun sengen Spezialitéiten ass de Kabarä. Daat schon an der Zeit vum Tun Deutsch an geweinlech zesummen mat sengem Kompliz Tony Schuster. Wien huet net d’Quiselchen an Erënnerung? Sie an vill aaner Personnagen fannt der erëm am Happy Hour mat dem Fernand Fox an dem Tony Schuster.

Photo: Christophe Olinger

Theatre

Photo: Stephen Cumminskey

A work devised by Katie Mitchell and the company. From the text of Virginia Woolf’s novel The Waves. Deborah Warner’s Julius Caesar dazzled everybody in 2005 and Cheek by Jowl’s productions of The Changeling in 2006 and Cymbeline in 2007 didn’t fail to impress. Now, the Grand Théâtre is proud to present Britain’s National Theatre in Luxembourg for the very first time. Based on Virginia Woolf’s groundbreaking experiment in literary form, The Waves, this multi-media production is a fragmented and dreamlike tale of friendship, loss, identity and love. When Waves first opened in London in 2006, all the critics agreed that this was an extraordinary show.

Lukas Bärfuss, einer der vielversprechend­ sten jungen deutschen Autoren ist kein Unbekannter mehr für das Publikum des Kapuzinertheaters. Im Jahre 2005 entdeckte es so Die sexuellen Neurosen unserer Eltern in einer Insze­nierung von Franz-Josef Heu­manns­kämper, und im Jahre 2006 Der Bus in einer Inszenierung von Marion Poppenborg. Diesmal ist es Renate Ourth die nach der Inszenierung von Unter Eis von Falk Richter und Grouss Vakanz von Pol Greisch, wieder am Kapuzinertheater inszeniert. Vier Jahre lang hat sich Peter in die Rolle des liebenden Vaters hineingesteigert, bis ihm Franzeck das Gift des Zweifels an seiner Vaterschaft ins Ohr träufelte. Der urmenschlichen Angst, Opfer eines Verrats geworden zu sein, begegnet Peter, indem er einen Vaterschaftstest machen lässt. Das Ergebnis schlägt ein wie ein Gottesurteil: Er ist nicht der Vater seines Sohnes. Darum legitimiert er sich, fortan sein Kind zu hassen. Einem kalten Verdacht nachgegeben, und dadurch ihrer beider Liebe verraten zu haben, ist für seine Frau Agnes unerträglich und nicht annehmbar. Ihr eigener Verrat an Peter spielt für sie keine Rolle. Vom „Übervater“ Simon Korach, einem Kommunalpolitiker im Wahlkampf, ist Unterstützung nicht zu erwarten. Er hat Peter schon längst zugunsten seines Helfers Franzeck ausgebootet. Und hat Simon nicht wiederholt seine Frau Helle um seiner politischen Karriere willen verraten? Und welchen Verrats war Helle fähig? Der den Argwohn gesät hat, Franzeck, ist der politische Ziehsohn Simons... Der Ex-Alkoholiker vermeint die Fäden zu ziehen, doch seine eigenen hält ein anderer in der Hand. Unvermittelt wird er die Täterrolle mit der Opferrolle tauschen.

Fernand Fox. Theatre

o 1/10,8/10,15/10, 22/10, 29/10 u 18 Auer i Théâtre des Capucins, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.theater-vdl.lu A Lëtzebuerger Sprooch

79 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 79

26.09.2008 10:41:08 Uhr


Highlights Spectacles

Photo: INgrid

La pièce nous entraîne dans un monde imaginaire.

Conte

Les Tableaux d’une Exposition Serge Barbuscia et Bruno Aimetti se sont invités dans le chefd’œuvre de Modeste Moussorgski: Les Tableaux d’une Exposition. Ils nous racontent une histoire avec des mots, des images et des notes de musique, et nous embarquent dans un voyage où nos imaginaires galopent au travers de célèbres promenades. S’il te plaît, fais-moi écouter un tableau... Ainsi, comme Moussorgski s’était inspiré en son temps des tableaux de son ami Hartmann pour composer sa musique, Serge Barbuscia et Bruno Aimetti s’inspirent de cette œuvre musicale pour imaginer un spectacle où les tableaux campent les personnages de l’intrigue. Un conte métaphorique où, comme dans St-Ex, un Petit Prince interrogeant S. Barbuscia, le peintre-conteur, surpris...… Et la musique lui répond... Place à la magie, des mots, des images, des notes, qui nous entraînent dans le monde de l’imaginaire: un château, un gnome, une sorcière, la porte de Kiev, des poussins et leurs coquilles. L’œuvre sera interprétée au piano par Jean Hilger, professeur au Conservatoire de Luxembourg. | C.B.

G u y Wa g n e r

Notturno Déi zwee Theaterstécker, déi ënnert dem Titel Notturno matenee verbonne goufen, si wéi déi zwou Säite vun enger Mënz. Si goufen alle béid fir d’éischt op Däitsch geschriwwen. Dat éischt, Aller Tage Abend, e Spill ëm Verantwortung a Schëllechginn, hunn ech de 24. Mee 1979, op Christi Himmelfahrt, verfaasst, nodeems zwéin Deeg virdrun eng Zeitungsmeldung mer den Impuls derzou ginn hat: An engem Mouroir, wou d’Verloossenheet zum Liewensrescht derzou gehéiert, erschléit en ale Mann säin Noper, well deen hien all fënnef Minutten no der Zäit freet. Dëst Stéck krut ee vun deene fënnef Präisser, déi am éischten offiziellen Literaturconcours 1979 vergi goufen. Et gouf awer ni opgefouert ert an et ass a mengem Tirang verschwonnen. Dat zweet, Das Ende, mein Freund, gouf tëscht 1987 an 1989 geschriwwen. Theater

Theatre

o 8/10, 9/10 u 20h i Théâtre des Capucins, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.theater-vdl.lu q Pour tous. A partir de 5 ans

o 11/10 u 20 Uhr i Théâtre des Capucins, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.theater-vdl.lu

80 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 80

26.09.2008 10:42:39 Uhr


Spectacles Highlights

Pierre Sauvil

Photo: Christophe Olinger

La surprise

Un voyage à la Jules Verne. Gilles Granouillet

L’incroyable Voyage Un adepte farouche du libéralisme se trouve pris dans un étrange imbroglio. On pourrait y voir une métaphore des relations Nord-Sud. À quel incroyable voyage Marion Poppenborg nous conviera-t-elle pour cette première création francophone de la saison? Après Das Ver­ sprechen de Friedrich Dürrenmatt, Der Bus de Lukas Bärfuss, Marion Poppenborg saura encore une fois nous étonner par sa sensibilité à mettre en scène et diriger des comédiens. Quelle couleur donnera-t-elle à la fable orientale inspirée à Gilles Granouillet au cours d’un séjour en Turquie? Marion Poppenborg explorera l’univers si particulier de cette comédie, livrée comme une recette rocambolesque à la saveur «air du temps», dans une Byzance décré-

pie. Plongeon assuré au cœur d’Istanbul la Magnifique, dans un univers où argent, pouvoir et manipulation des opinions sont à l’ordre du jour. Né en 1963, Gilles Granouillet est auteur associé à la Comédie de Saint-Étienne, depuis 1999, il est aussi metteur en scène et explorateur des écritures théâtrales contemporaines. Pour L’incroyable Voyage écrit en 2000, Gilles Granouillet avoue avoir pensé «au voyage, à la Jules Verne».

De Lëtzebuerger Theater spillt e lëschtegt Stéck nom franséischen Original La surprise vum Pierre Sauvil, an d’lëtzebuergescht iwwerdroën vum Marc Weidert. Zwee total verschidden Männer begéinen sech, wéi den Zoufall et esou wëll, an dësem Stéck: Deen een as en décken Direkter, onausstéilech an onéierlech, deen aneren as en ärmlechen, kléngen, géint sai Wëllen, Pensionnéierten, sensibel an integer. Wann et der Logik no gaange wier, hätten dës zwee Personnagen sech nie am Liewen begéint. Mee wéi sou dacks sin et d’Emstänn déi maachen, datt sie zwee sech 24 Stonne laang mateneen souzesoen mussen een mat deem aneren erëmploën, natierlech zur Freed vum Zuschauer, bei deem keen A dréche bleiwt... Theater

o 13/10, 22/10, 23/10, 24/10, 26/10, 27/10, 31/10 u 20 Auer i Théâtre des Capucins, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.theater-vdl.lu A Lëtzebuerger Sprooch

Theatre

o 21/10, 25/10, 29/10, 20h, 30/10 u 18h30 i Théâtre des Capucins, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.theater-vdl.lu

81 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 81

25.09.2008 16:59:22 Uhr


Highlights Spectacles

Florian Zeller

L’autre

Photo: Eric Devert

Oscar Wilde disait que le couple, c’est ne faire qu’un. Oui mais lequel? Et si c’était encore un autre? Cette pièce raconte comment l’amour se brise sur la vie quotidienne: un couple ne s’entend plus; elle prend un amant: plaisir, culpabilité, jalousie.… Cela commence comme une comédie romantique. Mais la relation à trois prend une autre tournure: l’amant, figure traditionnelle du vaudeville, prend les traits d’un personnage plus énigmatique. Il va révéler au sein du couple des failles plus profondes, faisant basculer la pièce dans un monde complexe, où se superposent comique, tragique et onirisme. Les protagonistes y seront transformés, voire détruits. Cette confusion des genres, nécessairement surréaliste, est menée dans une écriture précise, claire et rythmée. Une partition qui nous rappelle que le théâtre se doit d’être un lieu de tous les excès. Michel Aumont. Vincent Delecroix

A la porte

Theatre

o 17/10, 18/10, 23/10, 24/10, 25/10, 29/10, 30/10, 31/10 u 20h30 i Théâtre Ouvert Luxembourg, Luxembourg t 49 31 66 q En français. Avec le soutien du ministère de la Culture, du Fonds Culturel National et de la Ville de Luxembourg

Michel Aumont a eu le coup de foudre pour ce texte fantasmatique et pour les situations émotionnelles, poétiques et cocasses qu’il fait vivre à son personnage. Quand un comédien d’exception, Michel Aumont, doué d’une belle et puissante présence rencontre un texte rare, oscillant entre réalisme et onirisme et si Marcel Bluwal est à l’origine de cette rencontre, on ne peut que se délecter de cette alchimie. Être vieux signifie-t-il être hors la vie, de sa propre vie? L’adaptation du premier roman de Vincent Delecroix, jeune et brillant philosophe est un pari théâtral réussi, interrogeant les rives inépuisables de la condition humaine. À la porte est le monologue intérieur d’un vieillard rendu à sa solitude à cause

d’une porte malencontreusement refermée dans son dos, un dimanche matin d’hiver. Parce qu’il a oublié ses clés à l’intérieur, il va errer dans Paris entre veille et cauchemar, réalité et surnaturel. Mis à la porte de chez lui, il redoute d’être mis à la porte de la vie tout court. On sait juste qu’il est prof de philosophie, que ses enfants sont morts. Dans son errance, il trouvera l’apaisement dans la beauté de l’art, grâce à un tableau du Titien. Theatre

o 28/10 u 20h i Théâtre des Capucins, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.theater-vdl.lu

82 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 82

25.09.2008 16:59:28 Uhr


Spectacles Highlights Ya s m i n a R e z a

Kunst Kunst wurde 1994 in Paris uraufgeführt und schnell zu einem Welterfolg. Das Stück erhielt mehrere Preise (Prix Molière, Tony Award, Laurence Olivier Award) und wurde bisher in 40 Sprachen übersetzt. Kunst ist dabei eine großartige Komödie über die moderne intellektuelle Mittelschicht, eine Mischung aus Botho Strauß und Woody Allen. Es ist unterhaltsam, nachdenklich, nie sentimental oder selbstgefällig. Es ist eine Komödie des Verstandes und der Politik der Gefühle. Kunst entlarvt mit spitzen Dialogen die oftmals dünne Tünche der arrivierten Bürgerlichkeit und der ewigen Männerfreundschaften in Zeiten der Midlifecrisis. Es ist aber auch eine Komödie über die Neigung der Kunst zum Scharlatanismus und über den um sich greifenden Verlust der Urteilsfähigkeit, nicht nur in der Kunst. „Dass ich einen Preis für die beste Komödie bekommen habe, finde ich faszinierend. Ich dachte, ich hätte eine Tragödie geschrieben.“ meint Yasmina Reza über ihr Stück. Theater Photo: Ingrid

o 10/10, 14/10, 15/10, 16/10, 17/10 18/10 u 20 Uhr i Théâtre des Casemates, Luxembourg t 291 281

Dav i d P l a n a

La Femme inachevée Jean est un joueur qui triche, un menteur compulsif, un mauvais père, un ami déloyal et un délinquant occasionnel. Mais cet homme de tous les excès possède un don: l’imagination. Version française de la pièce La dona incompleta de David Plana, cette pièce, après un premier acte réaliste devient un véritable casse-tête pour se recomposer enfin grâce à l’interaction parfaite de réalité et fantaisie. Il s’agit d’une pièce cruelle comme la vie elle-même qui nous fait penser au mécanisme des contes pour enfants, lesquels, bien qu’appartenant à un monde imaginaire, ont une terrible odeur de réalité et finissent par résonner inexorablement sur celle-ci. | C.B. Theatre

o 13/10, 14/10, 15/10 u 20h i Abbaye de Neumünster, Luxembourg t 43 00 24 810, 621 216 233 w www.ccrn.lu Organisé par Theatrum

La version française de la pièce de Plana.

83 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 83

25.09.2008 16:59:33 Uhr


Highlights Spectacles

Temoignages

Ils viennent du Congo, de l’Angola, d’Afghanistan, de Sierra Leone et ont tout laissé pour vivre désormais au Luxembourg en attente d’une régularisation. Marie-Claire Junker a recueilli les témoignages de ces personnes qui viennent de loin. Ces femmes et ces hommes sont des demandeurs de protection internationale. Ils ont raconté à l’auteure MarieClaire Juncker leur parcours unique, leur récit de vie, l’arrivée dans un pays inconnu, leur espoir d’intégration dans un pays si différent du leur. Ces témoignages sont vécus, ils viennent de loin. Ces tranches de vie singulières et fortes parlent de la peur et du courage, de l’amour et de la famille, de la recherche d’identité et de culture, de la politique aussi. En collaboration avec Caritas Solidarité et Intégration et les résidents du Foyer Saint Antoine. | C.B.

Photo: TNL

Je viens de loin

Wa lt W h i tm a n

Grashalme Der Schauspieler mit der geschmeidig-rauhen Stimme. Das ist Otto Sander. Sie ist unverwechselbar, ebenso wie sein melancholischlächelnder Blick und seine glasklaren blauen Augen. Das Theater hat ihn groß gemacht, Kino und Fernsehen populär. Er gehörte zum legendären Ensemble der Berliner Schaubühne am Halleschen Ufer. Dort hat er Theatergeschichte mitgeschrieben. Im Kino spielte er zahlreiche Rollen, wie in Das Boot, Rosa Luxemburg sowie in Volker Schlöndorffs Blechtrommel und, unvergesslich, bei Wim Wenders den Engel in Himmel über Berlin. Welch ein begnadeter Darsteller er ist, konnte man bei seiner Interpretation von Becketts. Das letzte Band im Théâtre National vor zwei Jahren erleben. Jetzt

kommt Otto Sander wieder und liest Gedichte von Walt Whitman, dem amerikanischen Lyriker des 19.Jahrhunderts. Der Dichter, der die gesamte US-amerikanische Lyrik beeinflusst hat. Vor allem die Beat-Generation von Ginsberg bis Kerouac. Sein Gedichtzyklus Grashalme (Leaves of Grass) ist einer der berühmtesten der englischsprachigen Literatur und einer der umfangreichsten. Theater

o 10/10, 11/10 u 20 Uhr i Théâtre National du Luxembourg, Luxembourg w www.tnl.lu q Eine Koproduktion: Ruhrfestspiele Recklinghausen/Théâtre National du Luxembourg

Des témoignages reccueillis par MC Juncker. Theatre

o 17/10, 18/10, 22/10, 24/10, 28/10, 29/10 u 20h 19/10, 23/10, 30/10 u 18h30 i Théâtre du Centaure, Luxembourg t 222 828

84 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 84

25.09.2008 16:59:35 Uhr


Photo: TNL

Spectacles Highlights

Eine passende Atmosphäre. Tennessee Williams

Das ist der Stoff, aus dem Kino gemacht ist. Tennessee Williams, eigentlich Thomas Lanier Williams, gelang 1944 mit der Glasmenagerie der Durchbruch zum weltberühmten amerikanischen Dramatiker. Das Drehbuch wurde von Hollywood zuerst abgelehnt, das Stück aber dann mehrfach verfilmt. Williams schrieb es sich aus eigenen Erfahrungen von der Seele. St. Louis in den 30er Jahren. Hier leben Amanda Wingfield und ihre Kinder Tom und Laura. Der Vater hat die Familie vor Jahren verlassen. Tom, der eigentlich davon träumt, Schriftsteller zu werden, muss in einer Schuhfabrik das Geld für den Familienunterhalt verdienen. Laura hat sich in die versponnene Welt einer Sammlung von Glastieren zurückgezogen. Als Tom eines Abends auf Wunsch der Mutter seinen Arbeitskollegen Jim mit nach Hause bringt, erkennt Laura in ihm einen ehemaligen Schulkameraden, in den sie einst heimlich verliebt war. Für einen Moment scheint alles möglich. Doch der Abend endet in einem heillosen Debakel. Theater

o 4/10, 5/10 u 20 Uhr i Théâtre National du Luxembourg, Luxembourg w www.tnl.lu Eine Koproduktion Schauspiel Bonn/Ruhrfestspiele Recklinghausen/Théâtre National du Luxembourg

Photo: TNL

Die Glasmenagerie

Nico Helminger

Seven up & Some Down Entstanden ist das Stück aus einer Anregung des verstorbenen Bildhauers Willem Bouter. Seine Idee war, ausgehend von einem Figuren-Ensemble der Künstlerin Marie-Josée Kerschen, ein Stück zu schreiben, in dem ein Schauspieler mit diesen Figuren konfrontiert wird. Bouter hinterliess eine Seite Text auf Niederländisch, von der aus Nico Helminger dann die seven up-Szenen (Samples) entwickelte. In Seven up & Some down wirft Nico Helminger, der neue Batty-Weber-Preisträger 2008, die Frage nach der Wahrheit auf und spielt sie auf verschiedenen Ebenen durch: die kriminalistische Frage Unfall oder Mord, die Frage nach dem Erinnerten, die Frage nach der Identität einer Person, nach Wunsch und Wirklichkeit, Sehnsucht und Berechnung, Wahn und Anpassung. Theater

o 21/10, 23/10, 24/10, 29/10, 30/10, 31/10 u 20 Uhr i Les Ateliers du TNL, Luxembourg Eine Produktion: Théâtre National du Luxembourg

85 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 85

25.09.2008 16:59:37 Uhr


Photo: LCTO

Highlights Spectacles

Keziah Jones. F e s t i va l

Live at Vauban Automne rime avec… Live at Vauban. Pour la 13e édition, le festival qui s’étale sur plusieurs mois, accueille des artistes aussi prestigieux que Sugar Ray Norcia & The Bluetones, Stephan Eicher, Orishas, Zita Swoon, Keziah Jones, Mike Mainieri & Steps Ahead, Brand New Heavies, Klaus Hoffmann, Tribute to the Beatles, Eddie Turner & Solomon Burke. L’affiche offre cette année une programmation éclectique et prestigieuse avec 10 concerts amplifiés parmi lesquels plusieurs têtes d’affiches internationales et 3 coproductions, et un vaste champ de styles musicaux allant du hip hop, au rap cubain, à l’acid-jazz, au blufunk, en passant par le rock, la pop ou le blues Le Suisse Stephan Eicher (12/10), le prince du blufunk Keziah Jones (21/11), les belges de Zita Swoon (22/10) et les rappeurs cubains Orishas (14/10) promettent d’enflammer les salles de concert. Live at Vauban est également l’occasion chaque année d’apprécier de multiples pépites musicales, telles les Brandnew Heavies (19/11) pionniers de l’acid-jazz/ funk. Le blues est doublement à l’honneur: les coproductions avec le Bluesclub Lëtzebuerg ouvrent et clôturent le festival avec Sugar Ray Nocia and the Bluetones et l’imposant Monster Mike Welch (10/10) et le chansonnier allemand Klaus Hoffmann (22/11) revient à Luxembourg avec son nouveau spectacle. Enfin, le projet Tribute to the Beatles, qui s’est forgé une place parmi les incontournables productions luxembourgeoises, intègre également le festival avec un spectacle incluant de nouveaux morceaux. | C.B.

The Paul Wiltgen Group. F e s t i va l

Autumn Leaves Le succès rencontré par les Jazz After Work a incité l’Abbaye de Neumünster à initier Autumn Leaves, un festival aux couleurs de l’automne, pour savourer la musique des plus talentueux jazzmen made in Luxembourg, tout comme de pointures internationales, et ce toujours le vendredi en fin de journée. Ouvrant le festival, Paul Wiltgen ayant formé The Paul Wiltgen Group en 2007 distillera sa musique poursuivant une vision toute personnelle du jazz et de l’improvisation et emprunte de mélodies lyriques et mélancoliques. Le Jeune Jazz Jam Paris-Köln (feat. Riccardo del Fra) constitué de deux formations venant du Conservatoire National Supérieur de Paris, ainsi que de jeunes musiciens de la Musikhochschule Köln qui sont à chaque fois accompagnés par leur professeur en soliste. Retro-Viseur: 4 musiciens qui seront accompagnés par le célèbre contrebassiste italien Riccardo Del Fra, Directeur de la Section Jazz du Conservatoire National Supérieur de Paris. Die Fallschirme (feat. Hans Lüdemann) proposant des morceaux explorant les limites entre le modern jazz, le rock alternatif laissant une large part à l’improvisation. Yellowjackets, une petite équipe de musiciens de talent, tout comme la formation No Tango et Yaron Herman Trio, le pianiste israélien le plus impressionnant de la jeune génération, accompagné de deux musiciens exceptionnels. | C.B.

Musiques actuelles

o10/10-30/11 i Grand théâtre, Luxembourg, Abbaye de Neumünster, Luxembourg, Den Atelier, Luxembourg, Sang a Klang, Luxembourg. Programme détaillé: lcto.lu t 47 08 95 1, w www.luxembourgticket.lu, www.liveatvauban.lu

Musique jazz

o 3/10-31/10 u 21h i Abbaye de Neumünster, Luxembourg t 47 08 951 w www.luxembourgticket.lu Coproduction JAIL (Jazz in Luxembourg), Goethe-Institut Nancy

86 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 86

25.09.2008 16:59:39 Uhr


Spectacles Highlights Photo: Vinciane Verguethen

F e s t i va l

Musiques volantes Pour la treizième fois le festival Musiques Volantes met à l’honneur un riche panorama des musiques actuelles et des disciplines qui s’y rapportent et se déploie à Luxembourg. Depuis quatre années, le collectif de programmateurs déniche des pépites sonores propres à donner l’envie de s’évader. Musiques Volantes, c’est aussi le temps de l’évolution des nouvelles scènes et une programmation internationale jouant la carte de la découverte et de l’audace. Le festival déploie un itinéraire musical sur des villes telles que Nancy, Poitiers, Montpellier et Luxembourg où on pourra découvrir Gravenhurst, le projet de Nick Talbot qui est à la fois auteur, chanteur et guitariste et dont la musique est souvent qualifiée de noire et se rapproche du rock atmosphérique. John & Jehn, catalogué par la presse musicale britannique, comme un savant mélange entre Joy Division, The Velvet Underground ou The Fall. A voir aussi Schonwald, groupe italien composé de membre de la formation Pitch, est essentiellement composé de drum-machine et synthé, faisant renaître une cold wave façon Sonic Youth du début des années 80. | C.B. Musique actuelle

Gravenhurst.

o 1/11 i EXIT 07, Luxembourg, Dqliq, Luxembourg w www.luxembourgtickets.lu, www.dqliq.com

Bienfaisance

Un demi siècle de NAMSA L’Orchestre de chambre du Luxembourg, Les Musiciens et la soliste Françoise Groben sous la direction de Nicolas Brochot, joueront des œuvres de G.F. Händel, D. Chostakovitch, J. Haydn à l’occasion d’une grande soirée anniversaire à l’occasion des 50 ans de la Namsa. Dans le cadre de sa mission, la NAMSA participe activement aux projets de reconstruction de l’Afghanistan et son personnel soutient également des projets caritatifs. L’Orchestre de Chambre du Luxembourg, Les Musiciens, a été fondé en 1974. Sans pour autant négliger les œuvres romantiques ou modernes, son répertoire axé sur le 18e siècle, comporte également de nombreuses créations de compositeurs luxembourgeois. Le programme prestigieux proposé pour cette soirée débutera par la Musique pour les feux

d’artifice royaux d’Haendel, une œuvre composée pour célébrer la signature en 1748 du traité d’Aix la Chapelle. Suivra le Premier concerto pour violoncelle de Chostakovitch, une partition con­ temporaine de la création de la NAMSA, passionnée et moderne, mais à la portée de tous. Ce concerto sera joué par Françoise Groben, violoncelliste luxembourgeoise de renommée internationale. En clôture, aucune œuvre n’aurait pu mieux convenir que la Symphonie n° 100, dite Symphonie militaire, de Joseph Haydn. | C.B. Musique classique

Les Musiciens.

o 16/10 u 20h i Conservatoire de Musique, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

87 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 87

25.09.2008 16:59:45 Uhr


Highlights Spectacles

C o n c e rt A c ta r

Soirée de musique de chambre Programmation éclectique pour ce concert, avec des œuvres de Mozart et Stamitz, mais aussi de compositeurs moins connus comme le suédois ­Crusell et le grand compositeur Anton Reicha. Des retrouvailles musicales tant attendues entre le hautboïste luxembourgeois Nico Winandy – qui fait carrière à Stu­tt­ gart – et ses collègues du Conservatoire, donneront lieu à une soirée de musique de chambre exceptionnelle. Ils interprèteront des œuvres maîtresses du répertoire classique et pré-romantique sous forme de quatuors et quintettes pour cordes et hautbois. La programmation éclectique nous fera vibrer aux musiques parfaitement proportionnées de Mozart et Stamitz, mais aussi de compositeurs moins connus comme le suédois Crusell et Anton Reicha, qui jadis instruisit Berlioz, Liszt, Gounod et Franck.

Sharon Bezaly. Solistes europeens

Rencontres SEL A –I

Nico Winandy. Musique classique

o 30/10 u 20h i Conservatoire de musique, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

Le premier concert de la saison des Solistes Européens, Luxembourg, placés sous la direction de Jack Martin Händler, mettra en vedette la jeune flûtiste Sharon Bezaly. Qualifiée de Don de Dieu à la flûte par le Times, Sharon Bezaly a été nommée instrumentiste de l’année par le prestigieux Klassik Echo en Allemagne en 2002 et jeune artiste de l’année aux Cannes Classical Awards en 2003. Les SEL et la soliste interpréteront le programme suivant: la Suite n°2 en si mineur BWV1067 de JS Bach, le Concerto pour flûte et orchestre n°2 en ré majeur K.314 de W.A. Mozart et la Symphonie n°40 en sol mineur K.550 de W.A. Mozart. Après avoir commencé à jouer de la flûte à l’âge de onze ans, Sharon Bezaly donne son premier concert en soliste avec l’Orchestre philharmonique

d’Israël sous la direction de Zubin Mehta à quatorze ans. Sur les conseils de Jean-Pierre Rampal, elle poursuit ses études au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, remportant un premier prix de flûte et de musique de chambre. Elle est ensuite invitée par Sándor Végh à devenir première flûte dans sa Camerata Academica de Salzbourg, poste qu’elle occupe jusqu’à la mort de celui-ci en 1997. Depuis lors, Sharon Bezaly se concentre sur sa carrière de soliste. Musique classique

o 20/10 u 20h i Philharmonie Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

88 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 88

25.09.2008 16:59:51 Uhr


Spectacles Highlights Gustavo Dudamel

G u s tav o D u da m e l

Göteborgs Symfoniker Le jeune chef d’orchestre talentueux Gustavo Dudamel offre un programme symphonique au rythme enlevé. Le jeune (né en 1981!) et déjà internationalement célèbre chef d’orchestre vénézuélien Gustavo Dudamel, estampillé du très convoité Echo classique 2007 sera cet automne à la Philharmonie à la tête du prestigieux Göteborgs Symfoniker dont il est depuis peu directeur musical. Sur le pupitre du jeune maestro latino pour qui «danser est dans notre sang», l’étonnante Exquisite Corpse (2002) au titre dadaïste d’Anders Hillborg, s’achevant comme l’«équivalent sonore d’une toile de Dali … remarquable vecteur de la virtuosité de l’orchestre de Stockholm avec ses sonorités cool et sensuelles» (The Guardian). À (re)découvrir également, deux partitions-phares de musique nordique de Jean Sibelius et Carl Nielsen, illustres prédécesseurs de Gustavo Dudamel ayant en leur temps dirigé ce même orchestre dans certaines de leurs œuvres. Dans le cadre de Luxembourg Festival. Photo:Silvia Lelli

Musique classique

o 21/10 u 20h i Philharmonie Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgfestival.lu

Steve Reich

Music for eighteen musicians Une première au Luxembourg: une des œuvres magistrales du chef de file de la musique minimaliste, l’américain Steve Reich est interprétée par Lucilin et des élèves du Conservatoire. Music for eighteen musicians est à la fois considérée comme une des pièces maîtresses du compositeur, mais également un travail essentiel de la musique contemporaine en particulier de la musique minimaliste. La première mondiale de l’œuvre eut lieu le 24 avril 1976 au Town Hall de New York. Elle marque un tournant dans la musique jusque-là très expérimentale de Steve Reich, notamment grâce à la

richesse mélodique et harmonique de la pièce. Le travail sur la pièce sera fait tout au long du mois d’octobre avec une formation composée de musiciens de l’Ensemble Lucilin et d’étudiants du Conservatoire, occasion pour eux de découvrir l’exigence millimétrée de Reich dans la composition, dans le travail de l’harmonie, de la polyrythmie et de la fluidité. Musique minimaliste

o 24/10 u 20h i Conservatoire de musique, Luxembourg t 47 08 95 1 www.luxembourgticket.lu w www.cml.lu

Ensemble Lucilin.

89 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 89

26.09.2008 10:24:19 Uhr


Highlights Spectacles

E n s e mb l e H a r m o n i e U n i v e r s e l l e — P i e r r e C a o

Quatre incontournables fresques sacrées de la musique baroque allemande et française des XVIIe et XVIIIe siècles interprétées par Pierre Cao, Arsys Bourgogne et l’ensemble Har­monie Universelle, dans le cadre de Luxembourg Festival. Le chef d’orchestre luxembourgeois Pierre Cao s’empare cette fois de quatre incontournables fresques sacrées de la musique baroque des XVIIe et XVIIIe siècles. Du plus célèbre et presque tube motet de Bach Jesu meine Freude donné le 18 juillet 1723 quelques mois après la nomination du Cantor à Leipzig, au Grand Motet de Rameau In convertendo composé sur l’un des plus beaux textes de l’Ancien Testament, le chœur Arsys Bourgogne d’une homogénéité et d’une clarté incroyables (Le Monde) et Harmonie Universelle font surgir l’intense expressivité. Quant au Grand Motet Deus judicium tuum de Telemann, œuvre fort goûtée selon le compte-rendu des Tuileries du Mercure de 1738, elle plut tellement au public qu’il fallut la rejouer une seconde fois deux jours plus tard! Au diable fastes et brio, Händel nous coupe le souffle avec les notes répétées de son Judicabit illustrant la pulvérisation des impies.

Photo: Kanisza

Arsys Bourgogne

Herb Robertson. On the border

Sympathy has come…

Musique baroque

Musique actuelle

o 6/10 u 20h i Philharmonie Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

o 10/10 u 21h i Philharmonie Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

Photo:Sébastien Boulard

Arsys Bourgogne.

…to take me away, my friend, alive. Un dialogue entre le trompettiste new-yorkais du jazz d’avant-garde Herb Robertson et l’artiste multimédia luxembourgeois Steve Kaspar. La première soirée de la série On the border présente un dialogue entre l’artiste multimédia luxembourgeois Steve Kaspar et le trompettiste américain Herb Robertson, accompagnés de la danseuse de Butoh Yuko Kominami. C’est au plus tard en participant au groupe de Tim Berne Caos Totale, que Herb Robertson a fait parler de lui comme l’un des plus passionnants trompettistes de jazz expérimental. Ses distorsions harmoniques et ses différents sons en sourdine témoignent de son intense connaissance de l’histoire de la trompette de jazz de Louis Armstrong, Freddie Hubbard & Cie. Sa liberté d’improvisation s’inscrit dans la lignée des grands de l’avant-garde et du free jazz tels que Bill Frisell, Barry Guy, Marc Ducret, John Zorn, Elliott Sharp et en font l’un des artistes les plus expérimentés de la scène de jazz new-yorkaise. Un voyage improvisé à travers les paysages sonores suggestifs de Steve Kaspar, dont la nouvelle composition Sympathy has come to take me away, my friend, alive sera créée au cours de la soirée.

90 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 90

25.09.2008 16:59:59 Uhr


Photo: Jimmy Katz

Spectacles Highlights

Ornette Coleman. Q u at u o r

Ornette Coleman

Pandit Shivnath Mishra et sa famille ont créé le Benares Gharana Baccha (Children’s) Project. Classique indien

Music of Benares Trois maîtres musiciens de l’Academy of Indian Classical Music se retrouveront sur scène: Pandit Shivnath Mishra, considéré comme un des meilleurs joueurs de sitar du monde, son fils Deobrat Mishra (sitar & vocals) et le virtuose Mangala Prasad Mishra (tabla). Pandit Shivnath Mishra et sa famille ont créé le Benares Gharana Baccha (Children’s) Project afin de préserver ce Benares Gharana, un des plus prestigieux héritages musicaux de l’Inde. Deobrat Mishra représente la 7e génération de sa famille à jouer le sitar. Depuis plus de

500 années, la culture de la musique traditionnelle de Benares est transmise de génération en génération dans la famille Mishra. Cette musique est partiellement méditative et pleine d’improvisations envoûtantes. Musique indienne

o 18/10 u 20h30 i Abbaye de Neumünster, Luxembourg t 47 08 95 1, w www.luxembourgticket.lu Organisé par Arts et Voies Energétiques (AVE) en collaboration avec le CCRN

La légende du Free-Jazz en live à la Philharmonie sera en quatuor avec deux basses, et son fils aux percussions. Une formation estampillée du prix Pulitzer 2007. Dizzie Gillespie déclara: «Quoi que ce soit, ce n’est pas du jazz» lorsqu’il entendit, il y a de nombreuses années, le jeune musicien texan jouer pour la première fois. En intitulant son premier album «Something Else!!!!», Ornette Coleman donnait le ton dès 1958 de nouvelles connections poétiques mêlant beauté mélodique, énergie âpre et innovation formelle. Cette invitation à s’ouvrir à de nouveaux horizons sonores, soulignée de quatre points d’exclamation, reste cinquante ans plus tard, aussi surprenante qu’actuelle. Le compositeur, saxophoniste, trompettiste, violoniste et co-créateur du Free Jazz (désignant enfin son septième disque, en 1960) fait partie des plus grandes figures musicales de notre temps. Les concerts de cette légende du jazz sont des évènements, auxquels s’ajoute le prix Pulitzer 2007 estampillant l’enregistrement en live de son nouveau quartet formé avec son fils Denardo Coleman aux percussions et deux basses. Dans le cadre de Luxembourg Festival. | C.B. Musique jazz

o 28/10 u 20h i Philharmonie Luxembourg t 26 32 26 32 w www.philharmonie.lu

91 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 91

25.09.2008 17:00:02 Uhr


Photo: INgrid

Highlights Spectacles

Pueri Cantores. Humperdinck

Hänsel und Gretel

Kinderoper

o 12/10 u 16 Uhr i Hänsel und Gretel, Conservatoire de musique, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

Une sélection de films divers et variés. polska.lu Photo: FITA

Kinderoper von E. Humperdinck, in gekürzter Fassung, nach dem Märchen Hänsel und Gretel der Gebrüder Grimm, gesungen vom Chor Pueri Cantores unter der Leitung von Pierre Nimax jr. Dieses Projekt soll den jungen Zuschauern und Zuhörern die fantastische Welt der Oper öffnen. Musik, Schauspiel, Singen und Tanzen soll sie verzaubern und zum Träumen bringen. Solisten: Manou Walesch – Hänsel, Marie-Reine NimaxWeirig – Gretel, Serge Bausch – Klavier. Dieses Konzert findet im Rahmen einer Veranstaltungswoche zum Welt-Hospizund Palliativpflege-Tag, vom 6. bis zum 12. Oktober 2008 statt, und ist orga­ nisiert von Omega 90, dem luxem­­­bur­ gischen Verein für Palliativpflege, Sterbe- und Trauerbegleitung.

Lulu et Baloune, les deux personnages. F e s t i va l I n t e r n at i o n a l d e T h e at r e - A c t i o n

Les Contes de la Richesse Un spectacle du Théâtre Parminou (Québec) dans le cadre du Festival International du Théâtre Action (FITA). Deux personnages itinérants à la recherche de la «joie de vivre», Lulu et Baloune, partiront à la quête de réponses, mais d’autres questions surgiront. Les deux personnages invitent le public, non sans humour, à jeter un regard critique sur l’économie telle qu’on la conçoit habituellement, à la réinventer bien au-delà de ses considérations marchandes et sa propension à la surconsommation. Une incitation à quitter l’univers des «biens» pour entrer dans celui des liens. La représentation sera suivie d’un débat. Organisé par Caritas Luxembourg en collaboration avec le CarréRotondes et le Festival International du Théâtre Action (FITA).

Festival du Film d’Europe centrale Le Festival propose une sélection rare et variée d’œuvres récentes de jeunes réalisateurs provenant de cette région tellement proche, et pourtant si peu connue. Pologne, Hongrie, République Tchèque, Slovaquie. Quatre pays qui, en 2004, ont reçu de la part de l’Union Européenne le certificat de fin d’un cours accéléré du capitalisme, de démocratie et de liberté d’expression, néanmoins toujours marqués par leur passé communiste et bouleversés par des changements politiques, économiques et socioculturels des dernières années. Pendant une dizaine de soirées, les vents d’ouest habituels seront interrompus par une brise d’est rafraîchissante. Tous les films - y compris quelques documentaires, dessins animés et court métrages - seront présentés en V.O. avec sous-titres en français ou anglais. Le festival est organisé par l’association polska.lu en collaboration avec les ambassades, les instituts cinématographiques et les instituts culturels hongrois, polonais, slovaque et tchèque. | C.B. Festival

Theatre

o 7/10 u 19h i CarréRotondes, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

o 8/10 – 19/10 i Abbaye de Neumünster, Luxembourg w Programme et détails sur www.polska.lu/ filmfestival

92 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 92

25.09.2008 17:00:07 Uhr


Spectacles Highlights TRAFFO

Dans le cadre de Traffo Studio, une trentaine de jeunes, ayant travaillé sous la direction de la danseuse luxembourgeoise Sylvia Camarda, présentent le spectacle dance08. dance!, le projet final 2007 de la Rotonde2 a une suite! Elle a été mise sur pied par une trentaine de jeunes ayant travaillé pendant deux mois sous la direction de la danseuse luxembourgeoise Sylvia Camarda. L’ambition étant de rassembler des participants d’origines sociales et de nationalités différentes au sein d’un même projet artistique, afin d’élaborer, à travers la danse, un travail sur la perception de soi et de l’autre. De plus, le projet aura permis aux participants et spectateurs de se familiariser à la musique contemporaine. Les œuvres musicales illustrant le spectacle seront interprétées par les percussionnistes de l’OPL et des élèves des classes de percussion des conservatoires du Grand-Duché. | C.B.

Ivi tombe des nues.

Un spectacle aux formes multiples.

TRAFFO

TRAFFO

Ivi sa Vie

Au Jardin

Quatre joueurs de la Compagnie Médiane de Strasbourg ont fort à faire avec ce personnage appelé Ivi et tombé des nues. C’est l’histoire d’Ivi arrivé on ne sait d’où, au milieu des images. Ivi est vif mais maladroit, en prise à un désir irrépressible de tout découvrir, d’expérimenter, pour enfin… faire. Alors il court, devant et derrière l’écran, dans un décor pictural modelé en direct et à vue du public sur des rétroprojecteurs. Des images, fortes du rythme de la matière sans cesse renouvelée.

La nouvelle saison Traffo prend son envol avec ce spectacle aux formes multiples. En mêlant le théâtre, la vidéo, les ombres découpées, la peinture, le dessin et les animations simples, les compagnies Théâtre de la Guimbarde et Teatro Paraiso proposent avec ce spectacle aux tout-petits une expérience visuelle ludique et active. Au jardin, tout est serein, paisible, tranquille. C’est un endroit d’une grande douceur où un homme et une femme rêvent, voyagent dans la fantaisie des images. De la page blanche, l’écran devient une aire de jeu, un lieu de transformation où les aventures sont tantôt burlesques, tantôt poétiques.

Jeune public

o 11/10 u 17h, 12/10 u 11h i Âge: 4-8 ans CarréRotondes, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

Photo: Philippe Hurlin

Photo: Traffo

Photo: Bart Koostra

DANCE08

Une trentaine d’élèves sur scène. Jeune public

o 29/10, 30/10, 31/10 u 20h i CarréRotondes, Luxembourg q Coproduction Traffo CarréRotondes + login:music (OPL)

Jeune public

o 4/10 u 15h, 17h, 5/10 u 11h, 15h i Âge: 4-5 ans. Pas de connaissances linguistiques CarréRotondes, Luxembourg t 47 08 95 1 w www.luxembourgticket.lu

93 11_2_p74_93_Highlights_spectacles.indd 93

26.09.2008 10:28:11 Uhr


Expositions Highlights

D ’ s tat e r m u s e e e n

Une nuit dans les musées Texte: Corinne Briault. Photo: Tom Lucas/MNHA

T

out comme de nombreuses capitales européennes, Luxembourg vivra en ce début du mois d’octobre sa huitième Nuit des Musées, organisée par le groupement d’stater muséeën. Une nocturne spéciale comme une occasion de faire toute la lumière sur le patrimoine luxembourgeois au travers de manifestations spécialement concoctées pour l’occasion. Comme les années précédentes, la nocturne sera animée par un programme pluridisciplinaire. Le visiteur pourra partir à la découverte des collections permanentes et des expositions temporaires, et participer à un programme spécifique de visites guidées spéciales, de performances (Annick Pütz, Brigitte Urhausen & Jörg Brombacher), de théâtre (Théâtre des Casemates, Trifolie), des projections de films (Sandy Lorente), d’interventions de musique (Roby Steinmetzer, Bike’s Band, Maxime Bender & Ensemble, Athebustop, Fracture, Le Kit Corporation & Scratch Collective, Duo Khiasmos), de danse (Anne-Marie Hess & Céline Bräunig)

et de nombreuses autres manifestations. La nuit se terminera par une jazz-session avec Maxime Bender et son Ensemble dans les caves du Casino Luxembourg, ouvertes spécialement comme chaque année pour l’occasion. Dans certains musées, les enfants et les jeunes pourront, quant à eux, participer à des ateliers, qui seront en relation avec les expositions en cours. Parallèlement à ces animations, tous les musées et centres d’art proposeront une petite restauration et des collations. Une navette d’autobus gratuite organisée par Routemaster asbl et le service des transports publics de la Ville de Luxembourg assurera, comme chaque année, le transfert des visiteurs entre les différents lieux. Une navette adaptée aux personnes à mobilité réduite, Rollibus, desservira le Mudam, le Musée national d’histoire et d’art et le natur musée. Expositions

o Le 11/10 u 18h-1h w Le programme détaillé sur www.nuit-des-musees.lu

95 11_3_p94_107_Highlights_expo.indd 95

25/09/08 16:59:52


Highlights Expositions Project Room

Courtesy Galerie Serge Le Borgne, Paris. Photo: André Morin

Philippe Jacq Né en Algérie, de nationalité française, Philippe Jacq est à la recherche de sa véritable identité. Il n’est donc guère étonnant qu’il se méfie du caractère assertif propre aux symboles patriotiques. Ses œuvres récentes, souvent teintées d’humour et dans lesquelles il se sert notamment de souvenirs d’enfance, interrogent la notion même d’identité nationale. Dans ses dessins bariolés, d’apparence innocente, l’artiste transforme ainsi les emblèmes nationaux de différents pays en armes de destruction massive. Mais au-delà de tout symbolisme demeure une interrogation: cette œuvre s’apparente-t-elle davantage à une critique cinglante ou à une parodie déjantée sur le thème de la nationalité? Pour cette exposition, Philippe Jacq propose une nouvelle interprétation du coq français qui, dans la conscience collective de ses compatriotes, symbolise les valeurs traditionnelles du pays que sont la fierté, l’obstination, le courage et l’ardeur. Il n’empêche que le coq couronné, au-delà de son apparence quelque peu grotesque, est également synonyme d’impassibilité et d’arrogance. C’est précisément cette ambivalence inhérente au symbole qui intéresse l’artiste. Dans le cadre du Prix d’Art Robert Schuman – Best of.

Suns, 2006. Anne Marie Jugnet + Alain Clairet, 6 watercolors on polypropylène A n n e M a r i e J u g n e t + Al a i n C l a i r e t

Décrire le reste Une première grande exposition monographique à caractère rétrospectif et prospectif de ce couple d’artistes inclassable. Avec leurs peintures d’écrans de télévision, leurs sculptures de nuages, leurs néons littéraires et poétiques, leurs installations lumineuses et leurs éditions imprimées, ils créent un univers singulier empreint de beauté zen. Anne-Marie Jugnet et Alain Clairet ne cessent de questionner l’image et de l’explorer par des procédés mettant en jeu différents médias. Sous forme de séries, ils peignent ainsi des neiges d’écrans de télévision, sculptent des nuages, photographient des ciels, reproduisent en peinture des cartographies de déserts ou d’océans, réalisent des néons littéraires et poétiques... Des phénomènes réels, souvent difficilement saisissables, sont le point de départ de leur travail. Leur regard s’attarde sur les marges de l’image, sur la périphérie, là où l’information est rare, voire absente. Il s’ensuit, en général, une réflexion sur les conditions de l’émergence de l’image. Faisant l’objet de traitements techniques variés (photographie,

informatique, etc.), les sujets, en l’occurrence le vide, la disparition, la dématérialisation, deviennent palpables, prennent forme. L’exposition est l’occasion de découvrir les œuvres du début jusqu’aux créations les plus récentes. La lumière prend forme dans une multitude de néons, dont le dernier en date, Décrire le reste, a donné le titre à la rétrospective dans laquelle la perception est sans cesse mise à l’épreuve. Ainsi, dans la série des Sunsets, les artistes tentent de capter, jour après jour, la lumière de couchers de soleil dans des bandes d’aquarelles juxtaposées, tels des ciels liquéfiés. Les peintures récentes de soucoupes volantes et d’extraterrestres inspirés de documentaires télévisés prolongent encore cette démarche conceptuelle, empreinte d’une beauté zen et non dénuée d’humour.

Coq, Philippe Jacq. Exposition

o Jusqu’au 2/11 i Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain, Luxembourg t 22 50 45 w www.casino-luxembourg.lu

Exposition

o Jusqu’au 7/12 i Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain, Luxembourg t 22 50 45 w www.casino-luxembourg.lu

96 11_3_p94_107_Highlights_expo.indd 96

25/09/08 16:59:58


Photo: © Tina Gillen

Expositions Highlights

Tina Gillen, Jockey, 2004. Huile sur toile, 96 x 75,5 cm.

Fremd, Andrea van der Straeten.

E LO

P r i x d ’ a r t R o b e r t Sch u m a n

Inner Exile, Outer limits

Best of

L’exposition ELO (maintenant en luxembourgeois) propose un instantané de la création contemporaine au Luxembourg. Elle présente des œuvres dont la majeure partie a été produite spécialement pour l’exposition par des artistes réunis par le curateur indépendant Christian Mosar. Soulignant qu’il n’y a pas d’art luxembourgeois, tout en montrant des œuvres aux démarches et questionnements variés, ELO entend faire le point sur l’important développement des arts plastiques au Luxembourg au cours de cette dernière décennie. Cette évolution a été favorisée, d’une part, par la mise en place d’une politique culturelle dynamique ainsi que par la création de nouvelles institutions dédiées à l’art contemporain, et, d’autre part, grâce au nombre croissant d’artistes vivant au Luxembourg. C’est durant cette décennie que se sont en effet révélés de nouveaux talents alors que, parallèlement, des artistes confirmés ont reconsidéré et réactualisé leurs démarches. Le contexte particulier du Grand-Duché – l’exiguïté de son territoire et son ouverture sur le monde – conduit à considérer sa scène artistique comme un condensé des singularités et des jeux d’influences qui animent le champ artistique d’aujourd’hui: entre exil intérieur et limites extérieures. Artistes: Götz Arndt, Jean-Marie Biwer, Gast Bouschet & Nadine Hilbert, Simone Decker, Stina Fisch, Christian Frantzen, Tina Gillen, Tom Hermes, Paul Kirps, Yvan Klein, Filip Markiewicz, Isabelle Marmann, Bertrand Ney, Moritz Ney, Antoine Prum, Dany Prum, Roland Quetsch, Pasha Rafiy, Saskia Raux & Marc Scozzai, Danielle Scheuer, Eric Schockmel, Jean-Louis Schuller, The Plug, Jeanine Unsen, Roger Wagner, Trixi Weis, Vera Weisgerber, Wennig & Daubach.

Depuis 1991, les villes partenaires du réseau QuattroPole, Luxembourg, Metz, Sarrebruck et Trèves décernent, tour à tour, le Prix d’Art Robert Schuman de manière à promouvoir la création contemporaine dans la Grande Région. Dans la continuité de l’année culturelle 2007, le réseau QuattroPole initie pour la première fois une rétrospective, regroupant les lauréats du Prix d’Art depuis 1991. L’exposition est présentée, à Luxembourg, sous une nouvelle forme et se déploie sur cinq lieux, tous localisés au cœur de la ville. Ainsi se créent de nouveaux dialogues entre les œuvres et leurs environnements. Pia Müller, lauréate de l’édition 2007, anime l’ancien kiosque à journaux (Kiosk AICA, Place de Bruxelles) en lui rendant sa fonction initiale, Philippe Jacq, artiste français, investit la Project Room du Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain. Sur le mur extérieur du jardin du Centre Guillaume II, rue Notre Dame, Andrea van der Straeten présente son œuvre Fremd (1997). Swing (2007) de Su-Mei Tse trouve sa place dans les caves historiques du Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg. Dans l’annexe du musée, Dominique Petitgand présente une installation sonore réalisée spécialement pour cette exposition. ­Wolfgang Nestler, la luxembourgeoise Marie-Paule Schroeder, Margit Schäfer et Andrea van der Straeten se rencontreront au Musée national d’histoire et d’art. | C. B.

Exposition

o 11/10-02/02/09 i Mudam, Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu

Exposition

o Jusqu’au 2/11 i Musée national d’histoire et d’art, Luxembourg, Casino Luxembourg, Forum d’art contemporain, Luxembourg, Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg, Luxembourg q Organisation: Ville de Luxembourg, AICA Luxembourg, Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain, Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg, Musée national d’histoire et d’art

97 11_3_p94_107_Highlights_expo.indd 97

25/09/08 17:00:01


Highlights Expositions

E tat s - U n i s

Dans ses tableaux new-yorkais, Ena Swansea donne une image sombre de la Big Apple et porte un regard critique et distancié sur ses contemporains. Aux représentations de la vie nocturne des clubs new-yorkais dans lesquelles elle s’intéresse aux mélanges des identités sexuelles, Swansea juxtapose des points de vue inhabituels sur New York, tels que ces vues sur les parades dans les avenues de la métropole, donnant des traits enfantins et menaçants au gigantisme de Manhattan. La préparation très élaborée et inédite des toiles, caractérisée par de nombreuses couches de graphite, donne aux œuvres une atmosphère pluvieuse et minérale, absorbant la lumière ou, selon l’angle de vue, la reflétant avec une brillance glacée. Les formes modelées à larges coups de pinceaux prennent un caractère translucide. Pourtant, cette couche de fond lisse et métallique, qui donne aux couleurs un aspect instable, représente davantage qu’un simple effet optique: elle prête aux œuvres d’Ena ­Swansea une densité métaphorique supplémentaire. Le choix de ses sujets, prenant souvent comme point de départ des instantanés photographiques, rappelle, par leur cadrage particulier, certains tableaux d’Edgar Degas ou d’Edouard Manet, dont le regard critique sur la modernité de la fin du XIXe siècle semble faire écho au regard attentif et distancé d’Ena Swansea sur ses contemporains du début du nouveau millénaire.

Ena Swansea, Demands. Exposition

o 11/10-02/02/09 t 45 37 85 1 w www.mudam.lu

Photo: Michelle Moore © ATOPOS collection, Athens.

Ena Swansea

Michael Cepress. Collars for the Modern Gentleman, 2006. Commissioned by ATOPOS and created using the Yellow Pages paper dress. RRRI P P ! !

Paper Fashion Après le Musée Benaki d’Athènes, avant le Musée de la Mode d’Anvers et le Musée du Design de Londres, Mudam présente RRRIPP!! Paper Fashion. Cette exposition conçue par ATOPOS, est le résultat d’années de recherches sur le vêtement en papier, un phénomène très en vogue aux Etats-Unis vers la fin des années 60, mais somme toute méconnu du grand public. Partant de l’analyse d’un contexte historique, l’exposition aborde de manière originale l’usage de matériaux à base de cellulose pour la conception d’étoffes, tissées ou non-tissées, comme le papier ou assimilés. Présentant les différentes utilisations actuelles du papier dans la mode, elle comprend également des objets d’art et de publicité ainsi que des défilés de mode filmés dans lesquels on découvre les récentes créations de couturiers parmi les plus novateurs, tels qu’Hiroaki Ohya, Hussein Chalayan ou Issey Miyake. Pensée au sein d’un dispositif évolutif, l’exposition propose un nouvel angle d’approche, s’interrogeant sur l’histoire et le devenir du matériau papier. Pour l’exposition, une Robe Mudam en Tyvek® créée par Jean-

Paul Lespagnard est éditée à 100 exemplaires et vendue à Mudam Boutique (dès le 10/10). Artistes: The Atopos paper dress collection, Sandra Backlund, Walter Van Beirendonck, Karim Bonnet/Takashi Murakami, Bless, Hugo Boss/James Rosenquist, Sarah Caplan, Jean-Charles de Castelbajac, Michael Cepress, Hussein Chalayan, Ann Demeulemeester,Yiorgos Eleftheriades/ Kristina P., Maurizio Galante, John Galliano, Harry Gordon, Matthew Holloway, Travis Hutchison, Zoe Keramea, Yannis Kyriakides, Bas Kosters, Tao Kurihara pour Comme des Garçons, Helmut Lang, Suzanne Lee, Jean-Paul Lespagnard, Martin Margiela, Irini Miga, Issey Miyake, Jum Nakao, Hiroaki Ohya, Angelo Plessas, Dirk Van Saene, Deepak, Raja Shrestha, Raf Simons, Reiko Sudo/Nuno, Marcus Tomlinson/ Gareth Pugh, Kosuke, Tsumura, UEG, A.F. Vandevorst, Junya Watanabe, Robert Wilson, Vassilis Zidianakis. Exposition

o Du 11/10-02/02/09 i Mudam, Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu

98 11_3_p94_107_Highlights_expo.indd 98

25/09/08 17:00:05


Photo: © G. Jonca - Manufacture nationale de Sèvres

Expositions Highlights

© Photo : Arturo Cubria

Ettore Sottsass Rababah (cantanti del Nilo), 2006. Coupe en porcelaine et verres rouges.

Design contemporain

Ettore Sottsass & Sottsass Associati Ettore Sottsass (1917-2007) était l’un des chefs de file du design contemporain. Dans les années 1980, il renouvelle le paysage du design en créant le mouvement Memphis qui va devenir le modèle international de l’anti-modernisme. Mudam lui consacre, en collaboration avec la Manufacture nationale de Sèvres et DuPont, une exposition dans une scénographie originale d’Adrien Rovero. L’exposition s’articule en deux projets distincts. Le premier est une série de céramiques composée de 18 vases et de deux surtouts, créée en collaboration avec la Manufacture nationale de Sèvres, entre 1994 et 1996, puis en 2005-2006. Présenté sous le titre Chants et Paysages, il traduit à la fois la maîtrise des techniques de Sèvres et l’avancée des recherches de Sottsass. Chacune des formes, que la Manufacture persiste à appeler «vases» pour être fidèle à sa tradition de créateur d’objets d’usage, porte le nom d’une héroïne de la littérature ou de la mythologie. Le second projet, Exercises in Another Material, est un groupe de 14 objets architecturaux de grandes dimensions produits par l’agence du designer, Sottsass Associati, entre 1999 et 2000, à l’invitation de la société DuPont autour d’une matière inventée en 1967, le Corian®. Pour Sottsass, le design signifie la recherche d’une sorte d’équilibre entre tradition et futur. Les objets en Corian® montrent comment un matériau innovant et moderne peut créer des formes qui défient le temps. Il remet également en cause la manière dont certains matériaux sont systématiquement réduits à des usages précis. Les «exercices» de Sottsass remettent en cause nos perceptions des choses et montrent comment en design les seules limites sont posées par notre imagination. Les deux projets illustrent le caractère expérimental de la démarche d’Ettore Sottsass, tant du point de vue des couleurs et des formes que des matériaux utilisés.

John Lurie. The Skeleton In My Closet Has Moved Out To The Garden, 2008 Aquarelle, pastel à l’huile et graphite sur panneau d’argile. 40.6 x 50.8 cm Collection James P. Cunningham, Hong Kong. John Lurie

The Skeleton In My… …closet Has Moved Out To The Garden. John Lurie (né dans le Minnesota en 1952) est tout d’abord devenu célèbre en tant que leader du groupe The Lounge Lizards, puis, par la suite, pour ses performances d’acteur, notamment dans les films Down By Law et Stranger Than Paradise. Lurie a également composé la musique de plus de 20 films, se voyant gratifié d’une nomination aux Grammy Awards pour Get Shorty. En 1999, Lurie créa de toute pièce le personnage fictif de Marvin Pontiac et enregistra l’album The Legendary Marvin Pontiac - Greatest Hits pour son propre label, Strange and Beautiful Music. On raconta que Marvin n’enregistrait pour aucun label à moins que son président ne vienne tondre la pelouse chez lui. Toutes ces expériences ont alimenté la légende de Lurie en tant que figure emblématique de la scène culturelle. John Lurie a également mené une activité de peintre depuis le début des années 1970, activité dont il garda sciemment le secret jusqu’à ce qu’il réalise sa première exposition en 2004 à la Galerie Anton Kern de New York. Ce que l’on remarque immédiatement dans les œuvres de Lurie, c’est l’humour. Un humour ravageur. Comme sa musique, ses œuvres plastiques témoignent d’une technique accidentée, un aspect enfantin qui fait pénétrer le spectateur dans un monde atypique, tout en manifestant au contraire une beauté unique et incroyable. | C. B. Exposition

Exposition

o 11/10-01/12/08 i Mudam, Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu

o 11/10-08/12/08 i Mudam, Luxembourg t 45 37 85 1 w www.mudam.lu

99 11_3_p94_107_Highlights_expo.indd 99

25/09/08 17:00:10


Highlights Expositions

Fossiles

Coquilles coquines L’exposition présente l’histoire naturelle et culturelle d’un groupe d’animaux qui a depuis toujours fasciné l’homme: les mollusques. Grâce aux variations infinies de formes et de couleurs, les coquilles des mollusques, qu’il s’agisse de celles d’escargots, des coquillages ou des seiches, constituent l’objet naturel le plus collectionné, estimé et échangé au cours de l’histoire de l’homme. A l’occasion de cette exposition, hormis la partie dédiée à la biologie et l’écologie des mollusques, une large place sera laissée à l’évolution des mollusques au cours des temps et à l’intrigante relation entre les mollusques (ou plutôt leur coquille) et l’homme. Exposition

o Jusqu’au 30/08/09 i Musée national d’histoire naturelle – natur musée, Luxembourg t 46 22 33 1 w www.mnhn.lu

L’ o r d e l a M o s e ll e

Le trésor romain de Machtum, cadeau impérial

Missorium de l’empereur Théodose I., 388 ap. J.-C., diam. 74 cm, argent.

En avril 1958, des travaux de dragage dans la Moselle menèrent à la découverte de nombreuses monnaies en or. La nouvelle se répandit rapidement et déclencha une véritable ruée vers l’or: pas une seule pièce ne prit place dans les collections du Musée. Ce trésor unique, qui sombra en 375 ap. J.-C. dans la Moselle, a été reconstitué à l’occasion du cinquantenaire de sa découverte. Il se composait de plus de 100 monnaies romaines en or, dont nombre de médaillons très rares d’une taille exceptionnelle. On avait découvert à Machtum l’un des plus grands trésors de l’Antiquité tardive. Le trésor de Machtum fut attribué lors d’une cérémonie exceptionnelle de la cour impériale à Trèves, la largitio. L’empereur en personne remit des cadeaux en métal précieux à de hauts dignitaires civils et militaires de l’empire romain. Ces dons impériaux, les donativa, avaient une haute valeur matérielle et symbolique. Il s’agissait de pièces et médaillons en or et en argent, de plats

en argent, de lingots d’or et d’argent ainsi que de bijoux en or. Les dignitaires gardaient ces distinctions officielles durant des décennies. Seule une douzaine de trésors comparables sont connus dans l’ensemble de l’empire romain. Grâce au concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France et du Kunsthistorisches Museum de Vienne, ainsi que de nombreux autres musées, ces trésors ont pu être réunis dans le cadre de cette exposition. Parmi les 250 prêts, l’argenterie provenant de Munich et Augst côtoie le médaillon en or d’Arras, le plus spectaculaire de l’Antiquité tardive, ou le plus lourd médaillon romain pesant 472 g, et provenant du trésor de Szilágysomlyó. | C. B. Exposition

o Jusqu’au 18/01/09 i Musée national d’Histoire et d’Art, Luxembourg t 47 93 301 w www.mnha.etat.lu

100 11_3_p94_107_Highlights_expo.indd 100

25/09/08 17:00:18


Photo: MHVL

Photo: C. Weber

Expositions Highlights

Chaque visiteur devient à son tour touriste.

Sauterelle.

Greetings from Luxembourg

F a ï e n c e s V i ll e r o y & B o ch

Un voyage à travers Histoire le monde du tourisme d’une passion Le tourisme est aujourd’hui un phénomène de masse. Chaque année, des centaines de milliers de touristes visitent le Luxembourg. Qui sont ces visiteurs? Que viennent-ils voir au Grand-Duché? A travers de nombreux documents et objets historiques, extraits de films et installations sonores, l’exposition invite à un voyage ludique et nostalgique à travers le temps et l’espace. Elle laisse une place aux points de vue, souvent inattendus, des étrangers qui ont visité le pays et permet ainsi de redécouvrir le Luxembourg à travers leurs regards. Chaque visiteur devient à son tour «touriste», en explorant le Luxembourg sur les pas des voyageurs de jadis et d’aujourd’hui. Les premiers touristes visitent le Grand-Duché au début du XIXe siècle. Ce sont les ruines romantiques et les paysages pittoresques du pays qui attirent alors les curieux. Des guides touristiques illustrés tracent les itinéraires. L’histoire des lieux touristiques révèle parfois leur caractère construit, voire artificiel. Ainsi, l’exposition offre un regard inédit derrière les coulisses et découvre le making of du tourisme luxembourgeois. L’exposition est organisée à l’occasion du 75e anniversaire du Luxembourg City Tourist Office. Exposition

Un espace dans l’exposition permanente du musée est réservé à des présentations temporaires qui mettent l’accent sur les collections. Dans le cas de la présente exposition, les faïences décoratives de la production Villeroy & Boch Septfontaines, des années 1920 aux années 1960. L’ensemble des faïences, de la collection du couple Simon-Schmit, appartient à la série numérotée des objets de fantaisie qui ont été fabriqués par Villeroy & Boch depuis la Première Guerre mondiale jusque dans les années 1960. Parmi ceux-ci, on trouve différentes catégories: des assiettes décoratives, des cache-pots et des bonbonnières, ainsi qu’une grande variété de vases, de figurines et de sculptures artistiques. Une petite partie des pièces appartient au style Art Nouveau tardif, le plus grand nombre est cependant représentatif de l’Art Déco ainsi que du style décoratif des années 1950. Le Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg a pu acquérir la collection des époux Simon-Schmit en 1995 et la présente pour la première fois dans son intégralité.

Luxembourg – Belgique

Horizons voisins, horizons lointains En collaboration avec l’administration communale de Virton et l’Agence luxembourgeoise d’action culturelle (ALAC), le CCRN participe à un échange d’artistes. Tandis que les caves voûtées de l’Abbaye seront offertes à dix artistes gaumais, les espaces d’exposition de l’Hôtel de Ville de Virton recevront cinq artistes luxembourgeois (jusqu’au 26/10). Dans le cadre de l’année européenne du dialogue interculturel, cet échange permettra aux publics des deux régions voisines de découvrir les œuvres d’artistes proches géographiquement, mais situés de l’autre côté de la frontière.

Exposition

o Jusqu’au 31/12 i Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg, Luxembourg t 47 96 45 00 w www.mhvl.lu

o Jusqu’au 12/10 i Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg 14, r. du Saint Esprit, Luxembourg t 47 96 45 00 w www.mhvl.lu Œuvre de Blandy Mathieu. Exposition

o 4/10 – 2/11 i Abbaye de Neumünster, Luxembourg. q Organisé par la Ville de Virton, l’ALAC et le CCRN w www.ccrn.lu

101 11_3_p94_107_Highlights_expo.indd 101

25/09/08 17:00:21


Photo: 0Guy Wolff

Highlights Expositions

R ay m o n d R e u t e r

Just a Smile Le photographe luxembourgeois Raymond Reuter a suivi les clowns du projet l’Ile aux Clowns intervenant en milieu hospitalier, et a fixé leurs tours et leurs outils. Offrir détente et distraction aux enfants hospitalisés et aux personnes âgées des maisons de retraite. Faire entrer un peu de magie dans ces établissements. Dédramatiser le milieu hospitalier, voilà les objectifs du projet Ile aux Clowns. Des clowns qui se rendent régulièrement dans les services pédiatriques et les foyers pour personnes âgées et qui – ouvrant une porte vers un autre univers, de poésie, de joie – font sourire, rire, et rendent heureux leurs publics. Raymond Reuter nous montre leur travail, capte le sourire des enfants, le bonheur des vieillards. Il nous fait toucher du doigt cette réalité: le rire permet de renouer des liens.

Une autre facette de l’Afrique.

Art Blakey par Raymond Clement.

G u y W o lff

R ay m o n d C l e m e n t

Microfinance côté face

Family of Jazz

On dit parfois des Africains qu’ils ne travaillent pas. On dit aussi que c’est parce qu’ils ne travaillent pas qu’ils sont pauvres. Si c’était vrai, alors comment expliquer le quotidien de Maïmouna, Marceline, Odjouma, Ablassé, et tant d’autres? Ces clients de la microfinance, pères ou mères de famille, travaillent sans relâche pour sortir du cercle vicieux de la pauvreté. Avec le coup de pouce du microcrédit, certains parviennent à survivre et à améliorer leurs conditions de vie; d’autres bâtissent de véritables entreprises. Guy Wolff, photojournaliste au Luxembourg et auteur de l’exposition Regards sur le Rwanda, est parti à la rencontre de micro-entrepreneurs du Burkina Faso et du Mali pour offrir une plongée au cœur d’un système de lutte contre la pauvreté encore méconnu du grand public. Le public se rendra compte, au fil des images, du caractère vital des services financiers de base qui, ailleurs, semblent acquis. Le photographe luxembourgeois met en lumière une facette encore peu explorée d’une Afrique courageuse et motivée, une Afrique qui travaille.

Inspiré par un concert de Duke Ellington à Wiltz en 1970 et l’événement Family of Man d’Edward Steichen, le photographe Raymond Clement a créé Family of Jazz. Depuis, il s’adonne avec passion à capter en photo l’esprit du jazz contemporain. Une première exposition Family of Jazz aux Nancy Jazz Pulsations en 1975 lui a ouvert les portes des galeries d’art, musées et festivals de par l’Europe. En 1977, Family of Jazz émigre comme exposition itinérante aux USA où elle connaît un succès mérité. The Art Museum of Moscow (Idaho), le Pioneer Theatre à Reno (Nevada), l’université de Texas, le Zellerbach Hall de l’université de Californie à Berkeley et le Duke Ellington Memorial Museum à NY ne sont que quelques étapes de ce parcours. Récemment, la Galerie Bilderwelt de Berlin a édité un catalogue couvrant ses expos Family of Jazz de Berlin, Bad Säckingen et Linz où de fins tirages originaux sur papier baryté étaient à la cimaise. Cette exposition propose un vaste aperçu de l’œuvre de Raymond Clement et notamment de ses créations numériques.

Exposition

Exposition

o Jusqu’au 21/10 i Abbaye de Neumünster, Luxembourg w www.ccrn.lu

o 25/10-30/11 i Abbaye de Neumünster, Luxembourg w www.ccrn.lu

L’Ile aux clowns par Raymond Reuter. Exposition

o 9/10-26/10 i Abbaye de Neumünster, Luxembourg w www.ccrn.lu

102 11_3_p94_107_Highlights_expo.indd 102

25/09/08 17:00:26


Photo: Jens Ziehe, Berlin 2006. Courtesy Nosbaum et Reding, courtesy neugeniemschneider

Expositions Highlights

Liebt Euch 1, 1999. Lack and Computerprint auf aluminium, 280 x 300 cm. M i ch e l M a j e r u s

Yet sometimes what is… ...read successfully, stops us with its meaning. Des signes visuels défilent constamment à grande vitesse devant nos yeux. Certains parmi ceux-ci sont singuliers, nous touchent et retiennent notre attention.… Les travaux de Michel Majerus (1967-2002) arrivent à filtrer des signes issus de ce flot. Phénomènes de notre société, ils racontent l’histoire du présent. Le titre de cette exposition est aussi le titre de l’énorme pièce en aluminium qui fut montrée pour la première fois en 1998 lors de Manifesta 2 à Luxembourg. Par ailleurs, l’exposition montre aussi une installation que Majerus avait montrée en 1998 à la galerie Gió Marconi à Milan; des travaux de la série MoM Block et des portraits de petits formats en noir et blanc, encore jamais montrés, réalisés par Michel Majerus pour une grande fête qu’il organisa avec des amis dans son atelier en 1999. Majerus combine des fragments de la

At e l i e r Va n L i e s h o u t

Body Architecture A second large solo-show of Atelier van Lieshout (AVL) in Luxemburg. AVL, founded by artist Joep van Lieshout (1963) in 1995, is a multidisciplinary art team practice encompassing installation, design, furniture… AVL’s work focuses on dangerous outbursts of our society and on interlacing of life, creativity and some misleading strategies of decision makers.

culture populaire (icônes de pub, publicités de films, éléments typographiques, figures de bande dessinée) avec les avancées du langage plastique des cinquante dernières années: monochromes, hard edge, pop, etc. Son intérêt porte sur les éléments élémentaires de la culture visuelle quotidienne mais aussi sur le style technique des artistes les plus renommés. La touche de De Kooning et De Richter constituait longtemps l’objet de ses analyses et fut reprise dans ses œuvres à caractère gestuel et abstrait. L’exposition a été réalisée en étroite collaboration avec la succession de l’artiste.

Tree, AVL.

Exposition

Exposition

o Jusqu’au 15/11 i Nosbaum & Reding Art contemporain 4, rue Wiltheim, Luxembourg t 29 19 05 56 w www.nosbaumreding.lu

o Until 29/11 i Beaumontpublic +koenigbloc, 21A, av. Gaston Diderich, Luxembourg t 46 23 43 w www.beaumontpublic.com

103 11_3_p94_107_Highlights_expo.indd 103

25/09/08 17:00:35


Highlights Expositions

Dexia

Second_nature

Johan Muyle, Le Chant de la sirène. J o h a n M u yl e

Il n’y a de dieu… Cette exposition personnelle à Johan Muyle, intitulée Il n’y a de dieu qu’à l’image de l’homme, présente des sculptures récentes et inédites dans lesquelles l’artiste met notre société actuelle au pilori. Muyle a une prédilection pour les structures d’assemblages, animées par des mouvements, des sonorités ou des jeux de lumières. De son œuvre qu’il compose avec des objets collectés lors de ses voyages, dénichés sur les marchés aux puces ou sur Internet, il émane une atmos-

phère carnavalesque. Au niveau international, il est l’un des plus actifs et célèbres artistes belges contemporains. Johan Muyle est né en 1956 à Montignies-sur-Sambre. Il enseigne à La ­Cambre, Bruxelles où il dirige l’atelier Sculpture depuis 2007. Exposition

o Jusqu’au 29/11 i Galerie Toxic, 2, rue de l’Eau, Luxembourg

Photo: Arnaud Mouriamé

Une exposition collective ambitieuse dont la thématique se penche sur les phénomènes de civilisation. Pendant quatre mois, 25 artistes internationaux notoires montrent comment d’une nature première, l’Homme peut, par sa seconde nature, différer fondamentalement de sa nature primordiale. Cette transformation engendrée par la nature même de l’Homme, par ses inventions, par son génie, par les outils qu’il se donne, participe à la construction des structures de pensée et des buts sociaux touchant la religion, la légitimation du pouvoir, les progrès techniques: en mouvements permanents, ces changements redéfinissent continuellement cette seconde nature, cette contre-nature, avec les risques que nous connaissons et dont nous avons tous conscience. Tous les artistes participants présentent une œuvre bien en connivence ou en dehors du contexte naturel. Ce faisant, le parcours évite le format d’exposition collective classique et prête aux artistes un espace autonome qui permet une circulation aérée, une promenade entre espace public et espace privé.

Erwin Wurm, Ufo, 2006/2008, Courtesy Galerie Krinzinger, Vienne. Exposition

o Jusqu’au 17/10 i Galerie L’Indépendance /Parc Heintz (Dexia BIL), 69, rte d’Esch, Luxembourg

104 11_3_p94_107_Highlights_expo.indd 104

25/09/08 17:00:40


Photo: Christian Moser

Expositions Highlights

Robert Brandy. R o b e r t B r a n dy

Œuvres récentes

L’exposition fait partie intégrante de la campagne Unissons-nous pour les enfants contre le Sida lancée par l’UNICEF, et présente des photos de Michel Medinger. Selon l’UNICEF, les enfants affectés par cette terrible maladie sont la «face cachée» du Sida. L’UNICEF a lancé la campagne Unissons-nous pour les enfants contre le Sida afin de changer les conditions d’existence des enfants touchés par le Sida et de réagir au manque d’attention accordé aux besoins des enfants dans le contexte de cette pandémie. Les photos de Medinger, réalisées lors d’une visite de terrain au Malawi et au Mozambique, témoignent de l’impact dévastateur du SIDA sur les enfants, tout en mettant en avant les initiatives mises en place pour lutter contre cette maladie. | C.B.

L’exposition regroupe des œuvres récentes caractéristiques du style de l’artiste, des peintures plus anciennes pour la plupart des années 70 et du début des années 80 et des œuvres singulières. A voir également, des collages, des assemblages d’objets, des documents divers mis en boîtes composant l’archive d’une histoire singulière, celle d’un personnage énigmatique, un certain Bolitho Blaine, aussi improbable et présent qu’Arthur Cravan. Les œuvres récentes se rassemblent autour de toiles de grands formats que Robert Brandy affectionne, mais qu’il n’a pas eu l’occasion de montrer depuis longtemps et qui surprendront son public luxembourgeois. Pour Robert Brandy, comme pour bien des peintres de sa génération, travaillant en France et en Europe, la peinture a une réalité qu’elle se doit d’affirmer pour attester qu’elle n’est pas une fiction. C’est la fiction que génèrent les boîtes, l’ironie distante que l’artiste manifeste à l’égard de son double trompeur dont il feint d’avérer la présence, qui le porte à une peinture de gestes, de gestes sans expressivité qui étalent des terres broyées, portées à la plénitude de leurs couleurs, sur la toile qui ne feint plus d’ouvrir sur le monde réel, qui ne se veut plus le lieu de projections d’images trompeuses. (Bernard Ceysson).

Exposition

Exposition

o 9/10-7/11 i Banque et Caisse d’Epargne de l’Etat, 1 pl. de Metz, Luxembourg q Organisé par le Comité luxembourgeois pour l’UNICEF

o Jusqu’au 12/10 i Galerie Bernard Ceysson 2, rue Wiltheim, Luxembourg w www.bernardceyson.com

Photo réalisée lors d’une visite au Malawi et Mozambique.

UNI C E F

Porteurs d’espoirs – Portraits d’espoir

105 11_3_p94_107_Highlights_expo.indd 105

25/09/08 17:00:44


Highlights Expositions

Couleurs

Jin Meyerson Américain d’origine coréenne, Jin Meyerson est l’un des talents les plus prometteurs de sa génération. Il expose pour la première fois au Grand-Duché. Les peintures monumentales de Jin Meyerson trouvent leur source dans l’actualité, au sein du monde qui l’entoure, l’artiste puise des scènes de vie urbaines, des faits divers ou des lieux qu’il transporte dans ses toiles. Ils deviennent la trame d’une nouvelle narration, où le chaos flirte avec la perception, où les éléments abstraits communiquent avec des zones figuratives, le tout avec une rare minutie. La peinture de Meyerson se fait tour à tour poésie, miroir du monde et critique. Le moindre détail est rendu essentiel dans une composition finale. Le travail de ce jeune artiste témoigne d’une perpétuelle évolution et ne cesse de mûrir et d’étonner. En septembre, certaines œuvres de Meyerson seront également exposées à Londres. | C.B.

Les projets du concours Les Routes du Bois seront présentés à l’occasion du festival. F e s t i va l d ’ A r ch i t e c t u r e

Apprendre à voir Exposition

o Jusqu’au 25/10 i Galerie Nordine Zidoune, 101 rue Adolphe Fischer, Luxembourg

La Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie organise son Festival d’Architecture annuel qui a pour objectif d’inviter le grand public à reconsidérer, à parcourir et à vivre l’architecture actuelle au plus près. L’intention est d’encourager le développement de connaissances en matière d’architecture et de rendre accessible, compréhensible et intelligible à tous une architecture contemporaine qui vise une exigence exemplaire de qualité. A travers une série de diverses manifestations, d’ouvertures exceptionnelles, de visites, de films, de conférences, de débats, l’établissement entend faire partager son souci du bien commun qu’est l’environnement bâti. Sont mises sur pied également des expositions telles que Etat des lieux: le Kirchberg en 2006-2008 (10/10 au 8/11), trois photographes – Pierre ­Filliquet, André Mailänder et Paul Casaer – avaient été missionnés en 2006-08 pour documenter trois aspects actuels du Kirchberg, et Résultats du concours les Routes du Bois 2008 (10-24/10), rassemblant l’ensemble des projets

du concours éponyme 2008. 25 jeunes architectes du Luxembourg, de la Grande Région et audelà (Irlande, Italie, Paris) ont participé à ce concours, organisé en printemps 2008 sur l’initiative conjointe de l’Administration des Eaux et Forêts et de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie dans le cadre de la Semaine Paneuropéenne des Forêts et du Week-end du Bois. Le festival d’Architecture, placé cette année sous le thème Apprendre à voir, est un appel à la sensibilité du public et a comme but de donner des clefs de lecture pour décoder l’architecture contemporaine et la qualité de l’environnement bâti et d’élaborer une critique fondée du construit dans un monde en rapide évolution. | C. B. Exposition

o 19/10- 8/11 i Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, 1, rue de l’Aciérie, Luxembourg w Programme détaillé sur www.fondarch.lu

106 11_3_p94_107_Highlights_expo.indd 106

25/09/08 17:00:47


1RDV.indd 1

24/09/08 15:09:19


Highlights Cinémathèque

Cinéma

Andreï Roublev, 1966, au programme de la rétrospective Tarkovski..

11_4_p108_111_Highlights_cinema.indd 108

25.09.2008 17:43:52 Uhr


Cinémathèque Highlights U NIVE R S

Tarkovski vu par…

R e tr o s p e c t i v e A n d r e i Tar k o v s k i

L’Art de sculpter le temps E

n collaboration avec l’Ambassade de Russie, dans le cadre du centenaire du cinéma russe, la Cinémathèque dédie une ré­trospective au réalisateur Andreï Tarkovski, artiste intransigeant, dont les films, autant que les écrits ont profondément marqué l’histoire du cinéma. «Le cinéma, c‘est l‘art de sculpter le temps». (Andreï ­Tarkovski). Tarkovski en 5 leçons: 1. Un homme de terre sous un soleil de pluie: Tarkovski est un cinéaste de la terre, de sa terre. Mélangés à la glaise, les êtres trouvent la force de survivre et connaissent l’errance des rêveries; tourné vers le bas, le regard de l’artiste impose à tous une fusion matérielle. Cette terre poursuit Tarkovski. Il la retrouve dans une Italie russifiée ou dans la nature d’après la catastrophe. La terre de Tarkovski n’est cependant rien sans eau, l’eau lourde, bornée, bordée, où croupissent les nostalgies, comme l’eau du ciel, lueur de pluie qui annonce l’essentiel. 2. L’orgueil d’un maître solitaire: Tarkovski a des certitudes. On pourrait même dire qu’il n’a que cela. Il en devient le cinéaste contemporain le plus agaçant, mais aussi le plus puissant. Imposant un univers sans concession, un univers lourd de sens, il ne s’est que rarement posé la question de la réception. Tarkovski est un cinéaste à prendre ou à laisser. Cette prétention l’a toujours fait homme seul. A son image, ses héros sont solitaires. L’existence est d’abord chez lui un ailleurs de la communauté. ­Tarkovski transforme cependant cette fragilité en une nécessité: impassibles, les

esseulés regardent en eux-mêmes, et perçante est la vue de ces yeux intérieurs. 3. Portraits d’êtres fragiles: Les personnages tarkovskiens sont des êtres martyrs. La séduction leur est interdite, l’intelligence ne vise qu’à être rabaissée et la solitude est un destin. Seules échappent quelques figures obsessionnelles: l’enfant, la mère, le fou. Les autres sont condamnés à déchoir. Enfance, maternité, folie. Les sens en éveil, l’intelligence en berne, les êtres n’ont qu’un salut: l’émotion. 4. Les structures de l’émotion: Le cinéma de Tarkovski se construit selon trois grands mouvements. La quête, la mémoire et le rêve. Mouvements prospectifs, rétrospectifs et introspectifs conduisent les personnages. Le cinéaste aime cependant à les mêler, comme si l’hégémonie des sens ne pouvait conduire qu’à une structure unique, celle de la divagation. 5. Le fou de Dieu: Tarkovski est obsédé par la dégénérescence du monde: la spiritualité lui échapperait peu à peu. Sans cesse, dans l’espace, le temps, sur les personnages eux-mêmes, apparaissent en effet les signes du divin. ­Tarkovski contemple les doux affleurements de la sainteté et nous livre son objectif: le film est une prière. (Antoine de Baecque, Andreï Tarkovski, Éd. Cahiers du cinéma, 1989).

Andreï Tarkovski fait partie des rares réalisateurs, avec Bergman, Bresson, Antonioni et quelques autres, dont l’œuvre reflète, sans l’ombre d’une faille ou d’un compromis, une conception du monde toute personnelle, dont les films expriment à chaque instant la singularité. Les onze films de ce cinéaste – démiurge, comme autant de poèmes métaphysiques –, composent un univers tissé de bribes de souvenirs, de rêves et de visions, où la captation du réel n’est pas affaire d’objectivité ni de vraisemblance, mais de sensation. «Quand je découvris les premiers films d’Andreï Tarkovski, ce fut pour moi un miracle. Je me trouvais, soudain, devant la porte dont jusqu’alors la clé me manquait. Une chambre où j’avais touj0urs voulu pénétrer et où lui-même se sentait parfaitement à l’aise. Je me vis encouragé et stimulé: quelqu’un venait d’exprimer ce que j’avais toujours voulu dire sans savoir comment. Si Tarkovski est pour moi le plus grand, c’est parce qu’il apporte au cinématographe, dans sa spécificité, un nouveau langage qui lui permet de saisir la vie comme apparence, comme songe». (Ingmar Bergman, Laterna magica, 1987, Éd. Gallimard pour la traduction française).»

Cinema

o 6/10 – 30/11 i Cinémathèque, Luxembourg. q Programme détaillé: brochure mensuelle de la Cinémathèque abo gratuit: t 47 96 26 44 ou w www.cinematheque.lu

109 11_4_p108_111_Highlights_cinema.indd 109

25.09.2008 17:43:52 Uhr


Highlights Cinémathèque C i n e m at h e q u e e t P h i l h a r m o n i e

soiree Speciale

Ciném|A|rchitecture A quelques jours de la clôture des Jeux Olympiques qui se sont déroulés en Chine, en collaboration avec la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie Luxembourg, la Cinémathèque accueille une soirée dédiée spécialement à l’architecture dans l’Empire du Milieu. La Chine vit une transformation fulgurante. Au cours des douze derniers mois, le nombre de constructions a dépassé celui réalisé sur tout le territoire européen durant les années écoulées. Pour ce faire, la Chine fait appel à des architectes de renommée internationale. Le célèbre duo d’architectes bâlois Herzog & de Meuron (qui ont signé, entre autres, les projets de la Tate Modern de Londres, du stade de football Allianz Arena de Munich et du De Young Museum de San Francisco) ont quant à eux été mandatés pour la construction du stade national (baptisé Nid d’oiseau) à Pékin qui a accueilli les Jeux Olympiques de 2008. Simultanément, les deux architectes poursuivent également un projet à Jinhua, une ville de province comptant 3 millions d’habitants, où ils construisent un quartier entier. Le documentaire de Christoph

Schaub et Michael Schindhelm observe dans quelle mesure la culture chinoise influence la façon de construire des architectes: la forme architectonique particulière et le conflit qui l’entoure racontant la société, la culture et la vie quotidienne. Bird’s nest – Herzog & de Meuron en Chine relate la création en Chine de ces projets architecturaux révélateurs. D’un côté, ce film documentaire tente de comprendre la méthode de construction contextuelle spécifique étant à la base de la renommée du tandem d’architectes Herzog et de Meuron. De l’autre côté, la partie chinoise, ses desseins, ses espoirs, ses stratégies, est placée au centre de ce processus complexe de création. «Nous croyons que ces cultures doivent continuer à exister et nous ne croyons pas à une globalisation culturelle». (Pierre de Meuron)

CINEMA

o 13/10 u 20h30 i Cinémathèque, Luxembourg t Résa: 47 96 26 44

Poursuivant leur coopération, la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg et la Philharmonie, dans le cadre de ­Luxembourg Festival, proposent pour cette soirée, la diffusion du Fil blanc de la Cascade de Mizogushi, une production du Musée du Louvre, Paris en coproduction avec l’Ensemble Contrechamps et Ircam Paris, en collaboration avec le National Film Center of Tokyo, qui a fait sensation au festival Agora à Paris en 2007. «Mizoguchi est le Shakespeare du cinéma, son Bach ou Beethoven, son Rembrandt, Titien ou Picasso», écrivit James à l’occasion du 100e anniversaire du cinéaste japonais aux images fortes (1898-1956). La dramatique histoire d’amour vécue en 1933 par Kenji Mizoguchi avec l’actrice Takako Irie alors âgée de 22 ans, protagoniste et réalisatrice, constitue en tant que film muet sans musique, une découverte. À travers de somptueuses images en noir et blanc (restaurées par le National Film Center de Tokyo), Mizoguchi raconte l’histoire d’une artiste indépendante au sein d’une troupe de saltimbanques itinérants, n’hésitant pas à entrer en conflit avec la loi pour permettre à un jeune cocher d’étudier le droit. L’Ensemble Contrechamps assurera l’accompagnement musical. Accompagnée de la nouvelle musique de film jouée en direct sur instruments japonais et européens de la jeune compositrice japonaise Misato Mochizuki, cette coproduction d’envergure du Musée du Louvre, de l’Ensemble Contrechamps et de l’Ircam a fait sensation au festival Agora à Paris en 2007. Fondé en 1980, l’Ensemble Contrechamps s’est donné pour mission de jouer le répertoire de la musique du 20e siècle et de susciter de nouvelles œuvres.

Photo: © National Film Center, Tokyo, D.R.

Photo: INgrid

Ciné-concert

Cinema

o 31/ 10 u 20h i Philharmonie, Luxembourg q Backstage, 19h30. Rencontre avec Misato Mochizuki (en français). w www.philharmonie.lu, t 26 32 26 32, www.luxembourgticket.lu, t 47 08 95 1

110 11_4_p108_111_Highlights_cinema.indd 110

26/09/08 10:25:38


Cinémathèque Highlights La m af i a fa i t s o n c i n E m a

OMERTA! À l’occasion de la sortie de Gomorra, l’inquiétante plongée dans la mafia napolitaine réalisée par Matteo Garrone d’après le best-seller de Roberto Saviano et qui a remporté le Grand Prix du Festival de Cannes 2008, la Cinémathèque consacre une rétrospective à la Mafia. Si l’on admet que la Mafia est concernée par l’essentiel des activités criminelles perpétrées aux Etats-Unis, en Europe et plus spécialement en Italie, la parcimonie des films qui lui sont consacrés, et dans lesquels les mafiosi sont nommés comme tels, et la timidité des réalisateurs, font penser qu’au cinéma comme ailleurs l’omertà a souvent joué son rôle. Les films qui traitent réellement des activités de la Pieuvre sans biais ni complaisance sont rares (et pas toujours d’une grande qualité). La Cinémathèque en a pourtant sélectionné une poignée plus particulièrement axés sur la Mafia italienne. Sans Coppola ni Scorsese toutefois… Mafia: (orthographe vieillie: maffia) organisation criminelle dont les activités sont soumises à une direction collégiale occulte et qui repose sur une stratégie d’infiltration de la société civile et des institutions. Omertà: c’est la loi du silence imposée par la mafia («Je ne vois pas, je n’entends pas, je ne parle pas»). Les non mafieux ont peur des représailles qui attendent celui qui parlerait. Cette loi implique que la personne trahie doive tuer le coupable. Cinema

o 1/10 – 30/10 i Cinémathèque, Luxembourg, Programme détaillé: brochure mensuelle de la Cinémathèque (abo gratuit): t 47 96 26 44) ou w www.cinematheque.lu

Sy d n e y P o l l a c k ( 1 9 3 5 - 2 0 0 8 )

Humanisme & Romantisme Une rétrospective hommage en quatre films au cinéaste-acteur récemment disparu et qui ont pour dénominateur commun Robert ­Redford qui fut son acteur fétiche le temps de sept films. Le cinéma de Pollack est marqué par de curieuses et persistantes tensions: entre la sensibilité du cinéaste et la forme qu’elle adopte, entre la sincérité et la recherche de l’effet, entre le goût de la narration classique, du détail réaliste, et la tentation de l’extrapolation allégorique, de la fable métaphorique (…) Procédant par tâtonnements, par approximations successives, Pollack finit par définir une vision et faire œuvre d’auteur. Certes, il n’est pas de ces auteurs complets qui conçoivent

un sujet, écrivent un scénario seuls puis le filment. Les héros de Pollack sont des individualistes solitaires, jaloux de leur indépendance, qui tiennent le monde et les autres à distance. Monolithiques, ils sont moins des individus de chair et de sang que des figures allégoriques. (B. Tavernier et J.-P. Coursodon, 50 ans de cinéma américain, Ed. Nathan) Cinema

o 1/10 – 29/10 i Cinémathèque, Luxembourg, Programme détaillé: brochure mensuelle de la Cinémathèque (abo gratuit): t 47 96 26 44 ou w www.cinematheque.lu

111 11_4_p108_111_Highlights_cinema.indd 111

25.09.2008 17:44:03 Uhr


Week-ends à la Cinémathèque Cinéma Paradiso les dimanches à 15h00 Cf. pages spéciales

03 / 10

Comedy

Fierce Creatures

GB 1997 | vostf | 93’ | c | De: Fred Schepisi & Robert Young | Avec John Cleese, Jamie Lee Curtis, Kevin Kline N’ayant jamais suivi les règles, l’ancien Monty Python John Cleese a réuni une nouvelle fois l’équipe de A Fish Called Wanda. Grande performance comique dans cette belle petite comédie enjouée!

Classics Vendredi 18h30

En mémoire de l’actrice luxembourgeoise

Ex Libris

Les inconnus dans la maison

Vendredi 20h30

Juliette Faber

Sense and Sensibility Samedi 20h The Last Picture Show Samedi 22h Cine XXL Dimanche 17h

Panthéon Dimanche 20h30

03 / 10

France 1942 | vo | 94’ | n&b |  De: Henri Decoin |  Avec: Juliette Faber, Raimu, André Reybaz «Le portrait que Juliette Faber dessine de cette jeune provinciale repliée sur elle-même est d’une justesse irréprochable». (R. Chirat). La Cinémathèque garde un souvenir ému de cette grande dame et de sa visite en ses locaux lors de l’année culturelle 2005. Juliette Faber s’est éteinte le 13 juillet à l’âge de 89 ans.

City of Angels

04 / 10

USA 1998 | vostf | 114’ | c | De: Brad Silberling | Nicolas Cage, Meg Ryan, Andre Braugher «Ce remake du fabuleux Les Ailes du Désir  de Wim Wenders décrit merveilleusement les turpitudes d’un ange éperdu, plongé dans l’univers des sens et de la réalité après avoir renoncé à l’immortalité et à son monde magique». (Fiches du cinéma)

Scanners

04 / 10

Canada 1980 | vostf | 104’ | c | De: David Cronenberg |  Avec: Stephen Lack, Patrick McGoohan, Jennifer O’Neil «Le film imagine une forme d’horreur intérieure, cérébrale et même cérébro-spinale: des hommes dont la tête est chargée d’une énergie hallucinante. Ce sont les scanners, des télépathes un peu psychopathes dont quelques médecins fous voudraient manipuler la puissance». (Télérama, Guide du cinéma)

Ironweed

05 / 10

USA 1987 | vostf | 145’ | c | De: Hector Babenco | Avec: Jack Nicholson, Meryl Streep, Carrol Baker | D’après le roman de William Kennedy Bénéficiant d’un casting de rêve, Babenco construit une œuvre ambitieuse où la tragédie sociale se mêle à des destins individuels fulgurants. Prestation hors-pair d’un Jack Nicholson, étonnement sobre ici, le film mérite d’être vu…

In memoriam Youssef Chahine

Le moineau

05 / 10

Al-Asfour Égypte 1974 | vostf | 105’ | c | De: Youssef Chahine | Avec: Saleh Kabil, Mahmoud El Meligui, Ali El-Charif Le réalisateur dénonce la dégradation de l’Etat par les affairistes: «La grande bourgeoisie du Caire incite un bandit à voler les machines du secteur nationalisé. Les machines volées sont récupérées par le secteur privé. Les propriétaires d’entreprises sont aussi les administrateurs du secteur public!» (Cahiers du Cinéma, entretien avec Youssef Chahine)

100e anniversaire de Carole Lombard

10 / 10

My Man Godfrey

USA 1936 | vo | 94’ |  De: La Cava Gregory | Avec: Carole Lombard, William Powell, Alice Brady Ce film, avec une Carole Lombard éblouissante, est un brûlot politique qui se dissimule sous la dentelle et la soie. Le SDF est un révolutionnaire qui aurait la sagesse de préférer l’ironie à une bombe pour miner l’ordre social. Une comédie pourtant légère avec d’étincelants dialogues!

10 / 10

Slaughterhouse Five

USA 1971 | vo | 104’ | c | De: George Roy Hill | Avec: Michael Sacks, Valerie Perrine, Sharon Gans | D’après le roman de Kurt Vonnegut «George Roy Hill a accompli un prodige en adaptant ce roman autobiographique de Kurt Vonnegut, qui est délirant et inspiré. Dans ce merveilleux film on retrouve intactes la magie, la révolte et la profondeur du romancier». (Jean Tulard, Guide des Films)

11 / 10

My Life as a Dog

Suède 1985 | vostang | 100’ | c | De: Lasse Hallström |  Avec: Anton Glanzelius, Manfred Serner, Anki Linden Film plein de charme et de sensibilité. Le ton est toujours juste et le rire est souvent au rendezvous. Ce film rythmé par les saisons est aussi un film sur la vie, comme en elle les moments de tristesse et de drôlerie alternent.

11 / 10

Whispers in the Dark

USA 1992 | vostf | 102’ | c | De: Christopher Crowe | Avec: Annabella Sciorra, Anthony LaPaglia , Deborah Unger Excellent suspense érotisant avec une Deborah Unger en nymphomane éblouissante. Annabella Sciorra incarne parfaitement la victime traquée d’une machine infernale qui se termine dans une course-poursuite effrénée accompagnée d’un bain de violence et de sang.

Memento

12 / 10

USA 2000 | vostf | 130’ | c + nb | De: Christopher Nolan |  Avec: William Hurt, Mimi Rogers, Matt LeBlanc Ce film réussit à mettre le spectateur dans la peau du personnage principal. Nolan ne perd jamais le spectateur, il l’emmène aux limites de la compréhension pour le replonger dans l’intrigue grâce à un montage superbement maîtrisé. A l’occasion de la sortie de «The Dark Night» de Christopher Nolan

In memoriam Youssef Chahine

12 / 10

Adieu Bonaparte

Égypte-France 1985 | vofr | 115’ | c | De: Youssef Chahine | Avec: Michel Piccoli, Patrice Chéreau, Mohsen Mohiedine «Ce n’est pas un film historique qu’il m’intéressait de faire. Ce qui m’intéressait de faire, c’est ce qui a été déclenché pendant cette période. Il y a eu une étincelle qui a fait jaillir dans le cœur des Égyptiens, l’amour de la liberté et de leur pays». (Cahiers du Cinéma, entretien avec Youssef Chahine)

112 11_4_p112_113_Highlights_weekend.indd 112

25/09/08 17:07:36


17 / 10

Festival DirActors

24 / 10

La vie d’un honnête homme

France 1953 | vo | 93’ | De : Sacha Guitry | Avec: Michel Simon, Marguerite Pierry, Laurence Badie «Sacha Guitry écrivit pour Michel Simon le double rôle des frères Ménard-Lacoste, avec une plume grinçante et amère. Les dialogues étincelants mènent cette danse macabre sur la morale bourgeoise et la nature humaine». (Télérama, Guide du Cinéma)

17 / 10

Festival DirActors

Oscar Wilde

24 / 10

GB 1997 | vostf | 115’ | c | De: Brian Gilbert | Avec: Stephen Fry, Jude Law, Vanessa Redgrave «Un excellent film sur tous les plans, tant pour l’interprétation que pour la mise en scène ou la réalisation. L’utilisation de nombreuses citations d’Oscar Wilde fait de ce film un véritable bonheur Passionnant!» (Allociné)

17 / 10

Festival DirActors

90e anniversaire de Rita Hayworth

Gilda

25 / 10

USA 1946 | vostf | 107’ | c | De: Charles Vidor |  Avec: Rita Hayworth, Glenn Ford, George Macready «Scène mythique où Rita Hayworth danse et chante (doublée par Anita Ellis) Put the blame on Mame, tout en retirant son long gant de satin noir…Mais, créature prisonnière de son éblouissante enveloppe charnelle, Gilda est aussi, surtout, une amoureuse, un être pur dans un corps de vamp». (Télérama, Guide du Cinéma)

18 / 10

Festival DirActors

The Glass Key

25 / 10

USA 1942 | vo | 75’ | De: Stuart Heisler | Avec: Alan Ladd, Brian Donlevy, Veronica Lake | D’après la nouvelle de Dashiell Hammett Remake du film de Tuttle de 1935, avec le couple Ladd-Lake, couple légendaire du film noir, considéré par beaucoup comme le modèle de la vamp et du dur à cuire, que les studios s’évertueront à reproduire dans les films policiers de cette époque.

19 / 10

Festival DirActors

In memoriam Youssef Chahine

L’Émigré

26 / 10

Al-Mohager France-Égypte 1994 | vostf | 128’ | c | De: Youssef Chahine | Avec: Michel Piccoli, Khaled El-Nabaoui, Youssra   «Avec L’Emigré, le réalisateur égyptien Youssef Chahine plonge au plus profond de l’histoire de son pays pour puiser la matière de son éloge de la tolérance et de l’acceptation des autres cultures. Il met ainsi en avant la mixité des cultures en temps que facteur de progrès et fustige l’ostracisme des religions». (Le Monde)

19 / 10

Festival DirActors

Séance spéciale Femmes en mouvement

26 / 10

Flores de Otro Mundo

Comedy Classics Vendredi 18h30 Ex Libris Vendredi 20h30

Sense and Sensibility Samedi 20h The Last Picture Show Samedi 22h Cine XXL Dimanche 17h

Panthéon Dimanche 20h30

113 11_4_p112_113_Highlights_weekend.indd 113

25/09/08 17:07:38


Highlights Cinéma

Coming this month Recommendation, crush, favourite. Each month Luxembourg-based international film critic Boyd van Hoeij highlights his favourite new release as well as an alternative.

A lt e r n at i v e

Photo: D.R.

Elle s’appelle Sabine

Co u p d e c œ u r

Moscow, Belgium A strong-willed, 43-year-old mother of three sees her life go out of whack after a lorry dents the boot of her car on a supermarket car park in Moscow, Belgium. Jean-Claude Van Rijckeghem, one of Belgium’s best writers tout court, co-wrote the screenplay of this bittersweet look at love and other crimes in the country of Flemish beef stew and waterzooi, and director Christophe Van Rompaey’s down-to-earth, Steadicam treatment of the material is almost a vérité antidote against the is-that-really-Belgium aesthetics of Bouli Lanners’ Eldorado. This is Belgium indeed, and a very specific place in that divided country too. Moscow refers to a working-class neighbourhood in Ghent, where mother-past-her-prime Matty (an outstanding Barbara Sarafian) unexpectedly finds herself in a love triangle that involves her remorseful cheating husband and the 29-year-old hothead driver of the lorry that broke more than just her car. While the end of the film is somewhat muddled, Van Rompaey has such a light touch and keeps things going at such a breathtaking speed that you might think you’re watching a romantic comedy – while issues of class, ageism and an exploration of everyone’s undeniable right to be loved just happen to fly by. If you’re more familiar with the Flemish coast than with Flemish films: This is your chance to kiss and make up. At Utopia (Christophe Van Rompaey, Belgium, 2008)

While it would be an exaggeration to call French actress Sandrine Bonnaire a Michael Moore-style rabble-rouser – her grooming skills alone would disqualify her – it is clear that her debut as a director, Elle s’appelle Sabine (Her Name is Sabine), is as much a documentary look at autism as it is a cinematic pamphlet that is the result of years of frustration and outrage. Using old home videos, Bonnaire shows who her sister Sabine was ten years ago: a lovely if somewhat special young girl. But five years in a psychiatric institution – which, unfortunately, happen off-screen – turned her into an overweight, heavily autistic woman completely dependent on 24-hour care. The contrast is shocking, and no endorsement of the French healthcare system. Through simple editing, Bonnaire allows her message to rise organically from the material, and though parts of it feel like a eulogy for her lost younger sister, something could be gained from this strong debut – if the right people get to see it. At DirActors Film Festival (Sandrine Bonnaire, France, 2007)

Elle s'appelle Sabine.

114 11_4_p114_116_Highlights_cinefil.indd 114

25/09/08 17:20:43


Cinéma Highlights

La confusion regne

Dans Parlez-moi de la pluie (U), le nouveau film de l’actrice-réalisatrice Agnès Jaoui, son personnage, de retour dans le Sud de la France, s’étonne qu’il pleuve en août (elle n’est visiblement jamais venue au Luxembourg). Dans L’Empreinte de l’ange (U) de Safy Nebbou, une femme (Catherine Frot) croît reconnaître sa propre fille dans la fillette d’une autre mère (Sandrine Bonnaire). Dans cette bataille entre l’humanité et le royaume d’en-dessous, aucun des deux côtés ne croît dans le pouvoir et le savoir-faire de Hellboy. Preuve contraire dans Hellboy II: The Golden Army du réalisateur mexicain Guillermo del Toro. Dans Mesrine: L’Instinct de la Mort, Jacques Mesrine (Vincent Cassel), l’homme aux 100 visages, est sûr qu’il échappera à la police. Une police pourtant convaincue de pouvoir remettre ce gangster, surnommé l’ennemi public numéro un dans les années 1970, derrière les barreaux. (Mesrine est le premier de deux volets sur la vie du gangster par Jean-François Richet.) En résumé, la confusion règne au cinéma en octobre.

Cecite a l’ecran

Star power

Le film d’ouverture du festival de Cannes, Blindness, du réalisateur brésillien Fernando Meirelles, arrive finalement sur les écrans luxembourgeois. L’adaptation du roman homonyme de l’écrivain portugais José Saramago, prix Nobel de littérature, met en scène un casting éclectique allant de stars américains (Julliane Moore, Mark Ruffalo, Danny Glover) à des jeunes acteurs internationaux (Gael García Bernal, Alice Braga, Yusuke Iseya). Dans ce film, l’humanité est frappée d’une épidémie de cécité, sujet assez rare au cinéma, au moins littéralement. La cécité symbolique, par contre, apparaît dans plusieurs films ce mois, à commencer par le carton américain Eagle Eye, où deux jeunes (Shia ça-se-prononce-comment LaBeouf, Michelle Monaghan) sont terrorisés par une voix anonyme au téléphone et doivent fuir sans savoir pourquoi. Le film est réalisé par D.J. Caruso, qui offrait à Shia LaBeouf des jumelles pour mieux voir ses voisins dans son film précédent: Disturbia. Autre forme d’aveuglement avec le drame historique allemand Anonyma – Eine Frau in Berlin (U), dans lequel Nina Hoss incarne la journaliste restée anonyme qui, en1945, a dû subir la cruauté. Non pas celle des Nazis, mais bien de l’armée soviétique venue libérer la capitale allemande. L’acteur russe Yevgeni Sidikhin et les Allemands August Diehl, Juliane Köhler et Jördis Triebel complètent le casting d’un film qui fera parler de lui – au moins en Russie.

Le blockbuster de cet automne est sans doute la comédie sur Hollywood Tropic Thunder, réalisée par Ben Stiller. Dans les rôles principaux, Stiller, Jack Black et Robert Downey Jr. Le trio interprète des acteurs difficiles qui jouent dans un film de guerre tourné dans un pays lointain, où des rebelles ne supportent pas de grandes explosions sur leur territoire. Attention au caméo de Tom Cruise! Une autre Cruz, Pénélope, est à l’affiche de bien deux films ce mois-ci: Elegy (U), film américain de l’espagnole Isabel Coixet, et Vicky, Christina, Barcelona (U), le film espagnol du réalisateur américain Woody Allen. Tous deux s’attachent à la vie amoureuse d’un groupe de personnages; le premier est une adaptation d’un roman de Philip Roth, le deuxième, un scénario original du maestro New-Yorkais, désormais un habitué en Europe. Côtoyent Madame Cruz: Ben Kingsley, Dennis Hopper et Patricia Clarkson dans Elegy, et Scarlett Johansson, Javier Bardem, Rebecca Hall ou encore Patricia Clarkson dans Vicky, Christina, Barcelona. Un plein de célébrités que l’on retrouve dans la nouvelle comédie dramatique française Mes stars et moi (U). Comme Stiller, Black et Downey Junior dans Tropic Thunder, Emmanuelle Béart et Catherine Deneuve y incarnent des vedettes. Dans le film de Laetitia Colombani, les deux divas du cinéma français subissent les assauts d'un fan trop insistant (Kad Merad). Dans Coluche (U) d’Antoine de Caunes, ce n’est pas FrançoisXavier Demaison qui est la star, mais plutôt le personnage dans lequel il se glisse. Le film, qui voit également Denis Podalydès, Léa Drucker et Olivier Gourmet à l’affiche, se concentre sur 1981, quand l’humoriste décide de poser sa candidature à la Présidence de la République. Quelqu’un d’autre pose sa candidature pour le même poste mais aux Etats-Unis dans W. du réalisateur franco-américain Oliver Stone. Ce retour vers les vies des présidents américains du réalisteur de JFK et Nixon, juste avant les élections, devrait au moins alimenter les conversations. Josh Brolin y incarne le président actuel américain. A suivre…

Blindness.

Hellboy. Parlez-moi de la pluie.

Vicky, Christina, Barcelona.

Tous ces films sont programmés à l'UTOPOLIS, sauf mention (U), Utopia.

115 11_4_p114_116_Highlights_cinefil.indd 115

25/09/08 17:20:47


Photo: Fabrizio Maltese.

Highlights Cinéma

Christophe Van Rompaey.

Interview

Moscow, Belgium director Christophe Van Rompaey This month’s cinematic coup de cœur (see previous pages) comes from Flanders. Though still not exactly a hotbed of cinematic activity, things have been getting better over the last few years, with more international exposure at festivals and in cinemas abroad. Moscow, Belgium is the feature film debut of TV director Christophe Van Rompaey and was part of the Critics’ Week selection at the Cannes Film Festival, where Boyd van Hoeij spoke with him for Rendez-Vous. Why do you think the film appeals to people from all over the world? Everybody has someone in their family or circle of friends who has been through similar situations in life. Relational and marital problems are as old as the world; a man having an affair, a woman of a certain age who suddenly finds the love of her life, but who first has to come to terms with her past. These are universal and recognizable problems for everyone. The actors have to convince the audience that their tragedy, laughs and romance are genuine… that is why I cast the best actors in Flanders instead of the most well-known ones.

While the story was created by three men [the two screenwriters and the director], the women are better off in the film than the men. Would you say it is a feminist film? I never thought about it in that way. Matty’s husband Werner and the lorry driver Johnny are flawed men, yes, but they are not complete losers. It is more nuanced than that. Though it is true, come to think of it, that it would be possible to read the film in a feminist key, especially when we consider the secondary characters such as Matty’s daughter and people such as the old-age pensioner at the post office and the police officers. There was no studio work on the film? All the interiors scenes in Matty’s workingclass flat where filmed on location. Cast and crew together, we were about 30 people in that flat, with Barbara, who plays Matty, acting as the mother of all of us; it was really her place! It is actually quite funny, because Jean-Claude, the screenwriter, and Johan, who plays Matty’s husband, both grew up in that building. It was important to have those huge windows and that view onto the motorway, which also

provides that constant background noise. You can’t recreate that in a studio. Everything was filmed in and around that block of flats, we never left the neighbourhood. The neighbourhood is even in the title! How do you see this new wave of Flemish films? The only thing we can do is be pleased about it! For a long time, people have associated Belgian films only with French-language films. The only Belgian directors known abroad were the Dardenne brothers. But in the last couple of years, Flemish films have become box-office hits at home; the only thing missing was international recognition, but that is changing now, too. It is important that people get the opportunity to make a first film, which is something that is slowly starting to happen. And at festivals, people have started to become curious about Flemish films, which is great. Names to watch – besides mine, of course – include Fien Troch, Koen Mortier and Felix van Groeningen. q Moscow, Belgium will be released in Luxembourg this month.

116 11_4_p114_116_Highlights_cinefil.indd 116

25/09/08 17:20:52


PreSeNtS the ultimate Stage SPectacle ON ScreeN the met live iN hd ANTHoNy MINGHellA’S PRoDucTIoN oF MaDaMa buTTerfLy. Photo: ken howard/ MetroPolitan oPera

Schedule Oct 11 Richard Strauss SalOme NOv 8 John Adams dOctOr NOv 22 Berlioz la

atOmic

damNatiON de FauSt

dec 20 Massenet thaïS JaN 10 Puccini la

rONdiNe

JaN 24 Gluck OrFeO

ed euridice

Feb 7 Donizetti lucia

di lammermOOr

mar 7 Puccini madama mar 21 Bellini la may 9 Rossini la

For more information please visit www.utopolis.com

HD_POSTER.Butterfly_FINAL-rdv.indd 1

butterFly

SONNambula ceNereNtOla

The Met: Live in HD series is made possible by a generous grant from the Neubauer Family Foundation. In association with PBS, the HD broadcasts are supported by Toll Brothers, America’s luxury home builder.®

24/09/2008 13:59:57


Adresses utiles Musées, bars, discothèques, galeries d’art, théâtres, salles de spectacles, services de l’Administration de la Ville de Luxembourg. Une sélection d’adresses pour aller danser, assister à un spectacle ou assurer un suivi administratif. Musees

LUXEMBOURG CITY TOURIST OFFICE 30, place Guillaume II (Centre), T 22 28 09, F 46 70 70 touristinfo@lcto.lu, www.lcto.lu Bureau d’accueil touristique et billetterie Luxembourg Ticket: lu-sa 9h-19h, di 10h-18h. Communication et marketing: Promotion culturelle et touristique de Luxembourg-ville et de son image de marque. Service Guidages Luxembourg Convention Bureau: Consultance tourisme d’affaires / encadrement pour organisateurs professionnels de conférences, séminaires et workshops. Organisation de tours guidés et de programmes-cadres. Incoming, élaboration de forfaits touristiques.

Organisation de concerts: (600 par an), festivals et évé­nements culturels: Festival de musique Printemps Musical, Festival de musique New Orleans Meets Luxembourg, Campagne d’été Summer in the City, Fête de la Musique / Concert Knuedler goes classic, Festival de rock en plein air Rock um Knuedler, Blues’n Jazz Rallye, Festival des arts de rue Streeta(rt)nimation, Spectacle eau, sons et lumières laser Meluxina, Festival de musique Live at Vauban,Campagne d’hiver Winter Lights, Cycle des Concerts de Midi, Cycle des concerts publics à la place d’Armes.

CASINO LUXEMBOURG – FORUM D’ART CONTEMPORAIN 41, rue Notre-Dame (Centre) T 22 50 45, F 22 95 95 www.casino-luxembourg.lu info@casino-luxembourg.lu lu-ve 11-19h, ma fermé, je 11-20h, sa-di 11-18h

MUSEE D’ART MODERNE GRAND-DUC JEAN – MUDAM 3, Park Dräi Eechelen (Kirchberg) T 45 37 85 1, F 45 37 85 400 www.mudam.lu, info@mudam.lu lu-di 11-18h, ma fermé, me 11-20h

Theatres

)

MUSEE NATIONAL D’HISTOIRE ET D’ART Marché-aux-Poissons (Vieille ville) T 47 93 30 1, F 47 93 30 27 1 musee@mnha.etat.lu ma-di 10-17h, je 10-20h

MUSEE NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE – NATUR MUSEE 25, rue Münster (Grund) T 46 22 33 1, F 47 51 52 www.mnhn.lu musee-info@mnhn.lu ma-di 10-18h

lieux de Spectacles

CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE ABBAYE DE NEUMuNSTER 28, rue Münster (Grund) T 26 20 52 1, F 26 20 19 80 www.ccrn.lu, contact@ccrn.lu

CONSERVATOIRE DE MUSIQUE de la ville DE LUXEMBOURG 33, rue Charles Martel (Merl) T 47 96 55 55 (Standard) T 47 96 54 32 (Réservations) F 44 96 86 www.vdl.lu, cml@vdl.lu

DEN ATELIER 54, rue de Hollerich (Hollerich) T 49 54 66 1

MUSEE D’HISTOIRE DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 14, rue du Saint-Esprit (Vieille ville) T 47 96 45 00, F 47 17 07 www.musee-hist.lu musee@musee-hist.lu ma-di 10-18h, je 10-20h

VILLA VAUBAN GALERIE D’ART DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 18, avenue Emile Reuter (Centre) www.vdl.lu Fermée pour rénovation

GRAND THEATRE 1, Rond-point Robert Schuman (Limpertsberg) T 47 08 95 1 (Réservations) F 46 57 77 www.theater-vdl.lu grandtheatre@vdl.lu

KASEMATTEN-THEATER / SAAL TUN DEUTSCH 14, rue du Puits (Bonnevoie) T 29 12 81 (Réservations) www.kasemattentheater.lu

THEATRE DES CAPUCINS 9, place du Théâtre (Centre) T 47 96 40 54 (Standard) T 47 08 95 1 (Réservations) F 46 50 65 www.theater-vdl.lu capucins@vdl.lu

THEATRE NATIONAL DU LUXEMBOURG 194, route de Longwy (Merl) T 26 44 12 70, F 26 44 13 70 www.tnl.lu

THEATRE DU CENTAURE 4, Grand’Rue (Centre) T 22 28 28 (Réservations) F 26 27 06 33 www.theatrecentaure.lu

THEATRE OUVERT LUXEMBOURG – TOL 143, route de Thionville (Bonnevoie) T 49 31 66 www.tol.lu

cinemas

Billetterie

PHILHARMONIE 1, Place de l’Europe (Kirchberg) T 26 32 26 32, F 26 32 26 33 www.philharmonie.lu

SANG A KLANG Rue Vauban/rue des Trois Glands (Pfaffenthal), www.bluesclub.lu

LUXEMBOURG TICKET 1, rond-point Robert Schuman (Limpertsberg) Réservation et vente par téléphone: T 47 08 95 1 F 47 08 95 95 www.luxembourgticket.lu lu-ve 10-18h30 Points de vente en ville: Grand Théâtre (Limpertsberg) Luxembourg City Tourist Office (Place Guillaume II) Conservatoire de Musique (Merl) Centre culturel de Rencontre – Abbaye de Neumünster (Grund)

Pour faire apparaître votre établissement dans ce listing ou faire connaître son actualité, envoyez un mail avec vos coordonnées complètes à l’adresse suivante: news@rendez-vous.lu

CINEMATHEQUE DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 17, place du Théâtre (Centre) T 47 96 26 44 (Standard) T 29 12 59 (Info programme) F 40 75 19 www.cinematheque.lu cinematheque@vdl.lu

CINE UTOPIA 16, avenue de la Faïencerie (Limpertsberg) T 22 46 11, www.utopolis.lu

UTOPOLIS KIRCHBERG 45, avenue J. F. Kennedy (Kirchberg) T 42 95 95 (Standard) www.utopolis.lu

118 12_p118-119_adresses utiles.indd 118

25/09/08 17:17:46


Piscines

BONNEVOIE Rue des Ardennes (Bonnevoie) T 47 96 28 89 lu, ve, sa 8-20h30 ma, je 7-20h30, di 8-12h

Photos: Raymond Faber, Villa Vauban, Date: 12. 11. 1994, Réf. 1994/151 nég.17, © Copyright Photothè­que, Ville de Luxembourg | © Christophe Olinger | Olivier Minaire | © Patrick Fabre & Sean Hudson | Carlo Hommel, Cinéma Utopolis, Date: 27. 05. 1999, Réf. 1999/133 nég. 12, © Copyright Photothèque, Ville de Luxembourg | © Christophe Olinger, © Patrick Fabre & Sean Hudson | Olivier Minaire | RGBretouche | Philippe Hurlin | Jean Huot | G. G. Kirchner | barth&design

CENTRE BADANSTALT 12, rue des Bains (Centre) T 47 96 25 50 ma-ve 8-21h30, sa 8-20h, di 8-12h

CENTRE AQUATIQUE D’COQUE 2, rue Léon Hengen (Kirchberg) T 43 60 601 lu 12-22h, ma-ve 8-22h, sa 8-18h30, di 9-13h30

Organisateurs d’evenements

FONDATION DE L’ARCHITECTURE ET DE L’INGENIERIE 1, rue de l’Aciérie (Hollerich) T 42 75 55, F 42 75 56 www.fondarch.lu lu-je 9-12h30, 14-17h (bureau) lu-ve 10-12h, 14-18h, sa 11-15h (bibliothèque)

ERwuessebildung 5, avenue Marie-Thérèse (Centre) T 44 74 33 40 ma-ve 13-18h

UNITED INSTRUMENTS OF LUCILIN 10, rue de Cessange (Leudelange) T 621 35 53 55, www.lucilin.lu

ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DU LUXEMBOURg 1, Place de l’Europe (Kirchberg) T 22 99 01 1, T 47 08 95 1 (Rés.) F 22 99 98, www.opl.lu

SOLISTES EUROPEENS LUXEMBOURG T 46 27 65, F 22 98 14 www.sel.lu

Appels D’urgence

Sports pour Tous Le programme Sports pour tous mis en place par le Ser­­­­vice des sports de la Ville de Luxembourg propose une large gamme d’activités sportives à tous ceux et celles qui sont soucieux de leur bien-être physique. Aînés, adultes à partir de 16 ans peuvent participer à plus de 140 cours dans les différents quartiers de la ville. Inscription tout au long de l’année. Rens.: Service des sports de la Ville de Luxembourg, 5, rue de l’Abattoir, L-1111 Luxembourg. T 47 96 24 63, 47 96 44 24 Hotline: 691 98 24 63

D:QLIQ Music bar 17 rue du Saint Esprit (Centre) T 26 73 62 info@dqliq.com www.dqliq.com

Carrerotondes A.S.B.L . 1, rue de l’Aciérie (Hollerich) T 26 62 2007 www.rotondes.lu

PERTE/VOL DE CARTES DE CREDIT (24h/24) American Express, Bancomat, Eurocard MasterCard, Visa: 49 10 10, Diners Club: 22 76 36 PERTE DE TELEPHONES MOBILES (24h/24) Luxgsm: 80 02 43 21 Vox: 80 06 16 06 Tango: 80 07 77 77 URGENCES Urgences médicales, pom­piers: 112 (24h/24) Pompiers – ambulance: 44 22 44 Police grand-ducale: 113 (24h/24)

Cote pratique

BIERGER-CENTER Centre Hamilius 51, boulevard Royal L-2449 Luxembourg T 47 96 22 00, F 26 27 09 99 Bierger-center@vdl.lu lu–ve: 8–17h Registre de la population (inscriptions et radiations), certificats, inscriptions sur listes électorales, titres d’identité, passeports, recensements, cartes d’impôt, légalisations de signatures, copies conformes, recherches d’adresses, vignettes de stationnement résidentiel, déclarations de chiens, paiement des factures communales, etc. Naturalisations: T 47 96 26 40 / 41 86 Info-Conseils / assistant social T 47 96 27 51

CAPEL – CENTRE D’ANIMATION PEDAGO­G IQUE ET DE LOISIRS 4-10, rue de l’Ecole (Mühlenbach) T 47 96 24 42, www.vdl.lu

ETat civil - Hotel de Ville 42, place Guillaume ll L-2090 Luxembourg T 47 96 – 26 30, F 47 36 53 lu–ve 8–17h, sa 9h30–11h30 Naissances, mariages, décès, légalisation de signatures, copies conformes LEO (Luxembourg Energy Office) Pour toutes vos démarches en matière de fourniture énergétique: 9, bd F.D. Roosevelt L-2450 Luxembourg T 26 39 48 48, F 26 20 24 24 www.leoenergy.lu info@leoenergy.lu

IMPOSITIONS communales 9, bd F.D. Roosevelt T 47 96 26 84, F 22 91 36 lu–ve 8–11h30, 13h30-16h30 Taxes communales RECETTE COMMUNALE Bâtiment administratif Rocade 3, rue du Laboratoire L-1911 Luxembourg T 47 96 20 20, F 22 03 36 lu-ve 8h30-11h45, 13h30 -16h30 Recette communale (Encaissement des factures)

CENTRE D’INFORMATION EUROPeEN –Maison de l’Europe 7, rue du Marché-aux-Herbes (Vieille ville) T 43 01 37 833 comm-rep-lux-info@ec.europa.eu lu 13-17h, ma-ve 9-18h, sa 11-16h Information, documentation, assistance personnalisée, conférences, débats, expositions, groupes de visite

Informations Touristiques

OFFICE SOCIAL 24, côte d’Eich L-1450 Luxembourg T 47 96 23 57, F 46 92 01 lu-ve 8-11h30, 13h30-16h30 Aide aux démunis, nuits blanches et taxe sur les amusements publics BIBLIOTHEQUE MUNICIPALE CITE 3 rue Genistre ma-ve 10-19h, sa 10-18h T 47 96 27 32

Office National du Tourisme Bureaux d’accueil de l’Office National du Tourisme à Luxembourg-Ville (Gare centrale) T 42 82 82-20, F 42 82 82-30 Tlj 9h15-2h30, 13h45-18h Du 1er juin au 30 septembre: Tlj 8h30-18h30, di 9-12h30, 14-18h Fermé le 1er janvier, le 1er novembre et le 25 décembre. info@ visitluxembourg.lu www.visitluxembourg.lu www.agendalux.lu

Transports Archives nationales de Luxembourg Plateau du Saint-Esprit (Centre) T 24 78 66 60, F 47 46 92 archives.nationales@an.etat.lu www.anlux.lu lu-ve 9-11h45 / 13-17h45 sa 9-11h45

Autobus de la ville www.autobus.lu Taxis Taxis Colux: 48 22 33 Benelux Taxis: 80 02 51 51 City Taxis: 48 00 58 Aeroport Infos arrivées/départs/retards: www.luxairport.lu

119 12_p118-119_adresses utiles.indd 119

25/09/08 17:18:40


Etat de Service

De tout son hêtre Texte: Alexis Juncosa. Photos: Andrés Lejona.

F

ernand Molitor fêtera, en octobre, une décennie de présence à la tête du Service des Forêts de la Ville de Luxembourg. Un département polyvalent, autant investi dans la revalorisation des espaces boisés et leur exploitation que dans les aspects récréatifs qu’il offre à la capitale. Actif sur plus de 1000 hectares de fonds boisés, le service communal des Forêts s’efforce de revaloriser le rôle des forêts de la Ville. Un rôle naturellement influencé par l’identité même de la capitale. Il s’est ainsi efforcé de développer, en parallèle des activités traditionnelles associées à la sylviculture, une offre complète en matière de divertissement et d’équipements de récréation et de loisirs. Fernand Molitor: «Nous nous occupons bien évidemment des plantations d’arbres, de l’entretien des régénérations naturelles et de plantations, nous réalisons des éclaircies et des coupes, ceci notamment dans le cadre des plans de gestion annuels réalisés sous la gérance des Eaux et Forêts. Mais le cœur de notre activité, c’est aussi le balisage et l’entretien des promenades, la conception et la construction des plaines de jeux, comme du mobilier que l’on retrouve le long des sentiers… rien n’est acheté, tout est fabriqué par ce service», explique-t-il. Sur sa table, le croquis d’un kiosque prochainement construit. Dans sa tête, de nouvelles idées de modules de jeux, appelées à renouveler le parc de l’aire récréative du Bambësch: «J’ai plusieurs idées, dont une pyramide. Tout se fait dans un souci très scrupuleux de la réglementation, la sécurité prime», explique-t-il. Une vingtaine d’ouvriers forestiers, auxquels il faut ajouter quatre fonctionnaires communaux et deux préposés forestiers fonctionnaires d’Etat s’attachent, ainsi, à concilier un souci évident d’écologie à l’attractivité reconnue des bois de la Ville de Luxembourg: «Nous sommes le seul service en charge d’un patrimoine naturel, c’est une responsabilité que nous prenons très au

sérieux. Nous nous concentrons, par exemple, sur une régénération naturelle, cela fait partie de nos priorités, au même titre que le principe de durabilité. Le balisage, par exemple, est soigneusement étudié afin de proposer la meilleure offre possible, tout en préservant l’intégrité de nos forêts. Nous agissons d’ailleurs en con­for­mi­té avec les prescriptions des certifications fores­tières selon le label FSC (FOREST STEWARDSHIP COUNCIL)». Située dans le cadre idyllique de la rue des Sept Arpents (une succursale du service des forêts étant également installée depuis 1984 à Hamm pour desservir la partie Sud de la Ville, ndlr.), l’administration du Service des Forêts s’organise nécessairement en saisons. Ainsi, les ateliers de réparation, de menuiserie, de charpenterie ou de serrurerie fonctionnent à pleins poumons l’hiver, les beaux jours étant plus propices aux travaux extérieurs. Caractéristique unique, les collaborateurs de ce service disposent d’ailleurs d’horaires adaptés à la luminosité naturelle. Fernand Molitor: «L’été, nous travaillons de 6h à 14h. L’hiver, de 7h30 à 15h30». Ce n’est pas la seule curiosité de ce service qui n’hésite pas à solliciter une trentaine de moutons des landes pour l’entretien écologique de plusieurs hectares de terrains communaux ou à gérer les lots de chasse adjugés à la ville. Fernand Molitor: «L’un de nos collaborateurs est un chasseur confirmé. Une partie de son emploi du temps est organisée autour de cette activité». Particulièrement actif, également, dans la sensibilisation des scolaires à l’environnement, le Service des Forêts n’hésite pas non plus à s’impliquer dans l’organisation d’événements. Ainsi, courant 2009, deux ensembles du Conservatoire de la Ville de Luxembourg proposeront des concerts de musique classique au milieu des bois, notamment dans le cadre de la Fête de la Musique. On retrouvera également Fernand Molitor le 6 juin, dans le cadre de la Journée de la nature, des événements à retrouver prochainement dans nos pages agenda.

Chiffres clés Le service des Forets c’est: - Plus de 1000 hectares d’espace boisé. - La gérance de différents lots de chasse adjugés à la Ville. (Gasperich/Hamm: 525 ha. Bambësch: 662 ha. Echerfeld: 267 ha. Tableau de chasse pour l’année cynégétique 2007/2008: 24 chevreuils, 8 sangliers). - L’entretien et la remise en état de chemins et promenades forestiers sur 60 km - L’entretien de 16 km de chemins équestres balisés au Bambësch - La coupe de 514 m3 de résineux et de 1.295 m3 de feuillus en 2007 - La mise à disposition de 800 m3 de bois long destiné à être transformé en copeaux de bois (par broyage), pour servir de chauffage à une école communale et plusieurs maisons de Dommeldange. - L’organisation d’un premier concert dans le cadre de la Fête de la Musique 2008 (Luxembourg Brass Ensemble) à la Réidränk au Bambësch, appelé à connaître une suite.

120 13_p120_121_etat_service.indd 120

25/09/08 17:22:06


Etat de Service

Fernand Molitor, un homme à la tête d’un service polyvalent. A man at the head of a polyvalent service.

A forest in his heart I n October, Fernand Molitor will celebrate his ten years as the head of the Service des Forêts of the City of Luxembourg. A versatile department, which is committed to maintain, improve and exploit the woodland as well as to use its recreational potential for the capital. With over 1,000 hectares under its responsibility, the Service des Forêts seeks to enhance the role of forests in the City. A role naturally influenced by the identity of the capital itself. It has therefore tried to develop activities associated with traditional forestry, including entertainment, recreational and leisure equipment. Fernand Molitor: “We are obviously busy with the planting of trees, the maintenance of the natural regeneration of plantations, we do clearing and cutting, in particular regarding the annual management plans under the stewardship of the Eaux & Forêts department. But our core activity is the marking and maintenance of walks, the design and construction of playgrounds, including the equipment installed along the nature trails… Nothing is bought, everything is made by the department,” he explains. On his desk, the sketches for a kiosk soon to be built. In his head, new ideas for playground apparatus to

renew the current ones in the recreational area at Bambësch: “I have several ideas, including a pyramid. Everything is made to conform strictly to the regulations, security is paramount,” he tells us. Some twenty forestry workers, plus four city employees and two State forestry officials are therefore committed to combine an obvious concern for ecology and the proven attractiveness of the City of Luxembourg woodland: “We are the only department in charge of natural heritage, it is a responsibility we take very seriously. We focus, for example, on natural regeneration; this is one of our priorities, as is the principle of sustainability. Marking, for example, is carefully studied, in order to offer the best possible solution, while preserving the quality of our forests. We do indeed meet the requirements of the forestry certifications under the FSC label. (FOREST STEWARDSHIP COUNCIL)”. Situated in the idyllic setting of the rue des Sept Arpents (since 1984, a branch of the Service des forêts has also been based in Hamm to serve the Southern part of the City, editor’s note.), the administration of the Service des Forêts is necessarily organised into seasons. The repair, carpentry or locksmith

Le service gère des paysages d’une grande diversité. The service manages very diverse landscapes.

workshops therefore operate at full steam in the winter months, with the other months being more conducive to outside working. Uniquely, the working hours of the employees of this department are also adapted to natural light. Fernand Molitor: “In summer, we work from 4 am until 2 pm. In winter, from 7:30 am until 3:30 pm.” This is not the only originality of this department which does not hesitate to hire thirty moor land sheep for the ecological maintenance of several hectares of communal land or to manage the hunting lots awarded to the City. Fernand Molitor: “One of our employees is a confirmed hunter. Part of his working hours are organised around this activity”. The Service des Forêts is particularly active in the sensitization of school children to the environment. It does not hesitate either to get involved in organising events. In 2009, two ensembles from the Conservatoire of the City of Luxembourg will offer classical music concerts in the woods, notably for the Fête de la Musique. Fernand Molitor will also be present on June 6th, during the Journée de la nature, events that you will be able to discover in our future publications. 121

13_p120_121_etat_service.indd 121

26/09/08 10:33:20


Prochainement Sur cette page, à chaque parution, un survol des événements à venir. Réservez-leur dès à présent une place de choix dans vos agendas! VENDREDI 7 NOVEMBRE HANNA SCHYGULLA Par cœur, c’est l’histoire d’une rencontre: celle de Lukas Hemleb, avec l’égérie de Rainer Werner Fassbinder, Hanna Schygulla, et l’écrivain Jean-Claude Carrière, artiste complet qui vogue entre cinéma et littérature. Avec le scénariste, dramaturge, écrivain et essayiste Jean-Claude Carrière et le compositeur Etienne Perruchon, l’actrice a créé un spectacle enchanteur qui réunit théâtre et musique dans un chant retraçant les mystères de la mémoire humaine. Une soirée émouvante sur ces mots qui nous échappent, ces chansons qui hantent notre mémoire. Dans le cadre de Luxembourg Festival. Grand Théâtre, Luxembourg

EN COUVERTURE Photographie Andrés Lejona

est édité par Mike Koedinger Editions pour le compte de la Ville de Luxembourg. COMITE DE REDACTION Corinne Briault, Alexis Juncosa, Mike Koedinger, Geraldine Knudson, Christiane Sietzen REDACTION Courrier BP 728, L-2017 Luxembourg Téléphone 29 66 18-1 E-mail info@rendez-vous.lu Corinne Briault, corinne.briault@rendez-vous.lu Alexis Juncosa, alexis.juncosa@rendez-vous.lu DIRECTION ARTISTIQUE Guido Kröger (INgrid) SECRETARIAT DE REDACTION Nathalie Lemaire SUIVI DE PRODUCTION Rudy Lafontaine DIFFUSION Rudy Dropsy (-28) diffusion@mikekoedinger.com

Photo: Lilian Birnbaum

PHOTOGRAPHIE Julien Becker, Etienne Delorme, David Laurent, Andrés Lejona, Olivier Minaire COLLABORATIONS Deborah Fulton Anderson Anne Fourney, Mike Gordon, Laura Lopez, Vibeke Walter MISE EN PAGE INgrid

SAMEDI 6 DECEMBRE CAMILLE Excentrique et créative sont les deux qualificatifs qui collent le mieux à cette artiste hors norme. Quand Camille fait une scène, elle n’a besoin de personne. Elle raconte avec légèreté ses histoires d’amour qui font mal ou qui sont amusantes. Sa musique est toujours à la frontière de l’intimisme, et sur scène, surprenante, elle peut avoir soudain envie de danser ou de murmurer ses textes à l’oreille du public. Den Atelier, Luxembourg

ABONNEMENTS Recevez Rendez-Vous gratuitement chez vous en envoyant vos coordonnées par mail à l’adresse suivante: rendez-vous@vdl.lu (objet du mail: abonnement) ou par téléphone: 47 96 41 14. PUBLICITE TEMPO S. A. Téléphone: 27 17 27 27 E-mail: info@tempo.lu Web: www.tempo.lu paraît onze fois par an. TIRAGE 35.000 exemplaires IMPRESSION Imprimerie Centrale Imprimé sur papier cyclus PROCHAINE PARUTION le 30 octobre 2008 ORGANISATEURS / PRODUCTEURS NOUVELLE PROCEDURE!

Pour apparaître dans les pages du magazine Rendez-vous et son supplément City Agenda, vos événements doivent, désormais, nous être transmis via www.plurio.net, le portail culturel de la Grande Région. Plurio.net réunit, depuis 2004, les partenaires du secteur de la culture de la Grande Région. Il offre à votre événement une visibilité sur la Grande Région et vous permet de collecter des informations précieuses. Inscrivez-vous sur www.plurio.net Deadlines pour l’envoi de vos événements via Plurio.net:

DU 6 AU 10 NOVEMBRE MUSIQUES VOLANTES Pour la 13e fois, le festival Musiques Volantes met à l’honneur un riche panorama des musiques actuelles et des disciplines qui s’y rapportent dans le but de donner l’envie de s’évader. La curiosité est ici un bien joli défaut! Le festival en mouvement perpétuel fait la part belle aux mélanges des expressions artistiques. Si la programmation fait une escale à Luxembourg(voir Highlights), les amateurs du genre pourront poursuivre la découverte de pépites musicales durant quelques jours en novembre à Metz avec entre autres: Huoratron, Feadz, Sword Heaven, Chocolat Billy), Alela Diane (photo), Jason Edwards, Why?, TheMahjongg… La Chapelle des Trinitaires, Metz

Edition novembre 2008: avant le lundi 13 octobre Edition décembre 2008: avant le jeudi 6 novembre Edition janvier 2009: avant le jeudi 4 décembre Tous les événements seront, dans la limite de l’espace disponible et de leur pertinence, publiés dans le calendrier Au jour le jour de City Agenda (avec une priorité accordée aux événements organisés dans ou aux alentours de la Ville de Luxembourg). La rédaction se réserve le droit de réaliser une sélection d’événements qui seront présentés dans les pages Highlights, une priorité étant accordée aux institutions culturelles de la Ville de Luxembourg (dans la limite d’un quota défini). Aucun événement livré incomplet (photos et textes au format) ne sera pris en compte. Afin de promouvoir au mieux votre événement, nous vous conseillons d’insérer, en complément, une publicité. Renseignements: www.tempo.lu/rendezvous Luxembourg fait partie, avec Metz, Sarrebruck et Trèves, du réseau transfrontalier QuattroPole. www.quattropole.org © Ville de Luxembourg / Editions Mike Koedinger S. A. Tous droits réservés. Toute reproduction, ou traduction, intégrale ou partielle, est strictement interdite sans autorisation écrite au préalable de l’éditeur.

122

15_p122_prochainement_ours.indd 122

25/09/08 17:24:34


L’aventure dans un emballage de luxe

Freelander SX Avantage client de € 3.165*

Le Freelander TD4 SX vous garantit l’aventure sans faute de goût. Ce véhicule polyvalent se sent à l’aise sur tous les terrains. A son bord : Hill Descent Control, Terrain Response™, climatisation automatique à 2 zones, intérieur cuir, Cruise Control, aide au stationnement avant et arrière… Le Freelander TD4 SX est disponible à partir de € 33.170 TTC.

LAND ROVER LUXEMBOURG R  oute de Thionville 128 - 2610 Luxembourg - Tel 29.71.74

freelandersx *Prix TTC. Prix catalogue : € 36.335. Prix net : € 33.170.

WUNLAN078_FreeLSX_Luxembourg_300HX230_FR.indd 1

9/22/08 3:03:40 PM


Pack Up à coup sûr au rendez-vous

Pack Up

Vos colis où vous les voulez. www.packup.lu

Division des Postes - L-2998 Luxembourg - Téléphone gratuit : 8002 3210 - www.pt.lu

PackUP_RV_230x300.indd 1

18/09/08 17:21:57

Rendez Vous  

City Magazine Luxembourg 10/2008