Page 21

hommage

Après-guerre, le regard indécis, Charles n’a encore aucune idée de l'épopée qui lui est destinée.....

Communion partagée avec Colette flesch, suivie d’une fidélité ininterrompue jusqu’à nos jours.

curiosité pour toutes formes de vie en société, son intérêt ininterrompu pour le nouveau et le renouveau et sa soif de culture et d’expressions artistiques. Si on y rajoute le « carpe diem », leitmotiv personnel de l’épicurien, l’amalgame pourrait mener à une formule efficace pour qui désire doter sa vie d’une bonne maîtrise de soi-même. pour arriver à ce stade « zen », il faut bien sûr d’abord apprendre à arrondir les angles et se faire des dents en trébuchant. Sur le chemin qui a fini par le mener au succès, Charles München n’a pas fait exception à la règle. Bien avant qu’il contribue à donner une nouvelle forme au modus vivendi des noctambules dans les années quatre-vingts, il a débuté comme tout un chacun en appréhendant maintes difficultés et en contournant d’autres. Sans jamais avoir dévié d’une trajectoire

qui, aujourd’hui, grâce à un nouveau business l’a en quelque sorte ramené vers son premier amour : la ville lumière. CHARLES, LE TEMPORAIRE Bien avant de ressentir un premier coup de foudre pour la ville de paris à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Charles a passé ses premières années dans un immeuble cossu et bourgeois de la rue philippe ii. Son grandpère, Alphonse München, était bourgmestre de la capitale. Après lui, les hommes eurent une présence plus effacée au sein de la famille et petit Charles grandit dans un univers presqu’exclusivement féminin. parmi ces femmes, sa sœur Marianne qui deviendra plus tard grande spécialiste en matériaux de construction et sa

a 21 03_p19_34_CHARLES MÜNCHEN.indd 21

23/09/10 17:20:51

EXPLORATOR 2011  

City Guide Luxembourg 2011