Issuu on Google+

MODE INTÉRIEURS luxembourg

Hiver 2008 Trimestriel | 4 €

DESIRS MODE INTÉRIEURS luxembourg

Hiver 2008 Cover_desirs_hiver08.indd 1

08.10.2008 13:50:51 Uhr


De?sirs_Inde1076_238x300:Mise en page 1

1/04/08

14:38

Page 1

Création Haute Joaillerie Inde Mystérieuse

www.cartier.com - Luxembourg, Grand'Rue, 49, L-1661, Tél +352 22 20 76


HIVER 2008 DÉSIRS

3

EDITO

NOUVELLES AMOURS BIENVENUE DANS LA NOUVELLE VERSION DE DÉSIRS MAGAZINE! Afin de marquer le changement de périodicité du magazine qui devient trimestriel à partir de 2009, nous avons élaboré une nouvelle mise en page, plus dynamique, moins minimaliste, tout en restant esthétique, avec des entrées aisées dans les articles, et en portant toujours la même attention à la qualité des commandes photographiques. La ligne éditoriale, elle, ne change pas et notre crédo reste: «Luxembourg, la mode, les intérieurs». Nous sommes attentifs à ce qui se passe dans notre capitale, à l’actualité des commerces et des services, à la vie culturelle et aux savoir-faire qui s’y trouvent. La mode, second pilier du magazine, est étudiée sous différents angles. Le panorama commence avec une sélection d’accessoires repérés à Luxembourg lors de vernissages ou d’événements festifs. Puis, suit un regard plus pointu sur cette discipline, presque scientifique, avec des entretiens de professionnels qui ont étudié des aspects singuliers de la mode, comme les croisements qui s’opèrent entre l’art et la mode ou le phénomène historique des robes en papier. En parallèle de cela, Désirs magazine a réalisé une sélection de silhouettes et accessoires repérés dans les collections automne-hiver 2008-2009. Une nouveauté ne vous échappera pas: ces pages accueillent désormais des invités-surprises qui nous font partager leurs impressions sur ces collections. Enfin, Désirs magazine ouvre également largement ses pages à l’architecture et au design. Conscient de la richesse de la scène locale et des changements architecturaux et urbanistiques qui sont en train de s’opérer, Désirs magazine réalise pour chaque numéro un portrait exclusif d’architectes travaillant à Luxembourg ainsi qu’un portfolio de constructions réalisées au Grand- Duché. L’actualité est aussi passée au peigne fin avec la présentation du Pavillon luxembourgeois à la Biennale d’architecture de Venise. Côté design et décoration, un choix est opéré au sein des nouveautés proposées par les marques les plus intéressantes et nous avons invité des architectes luxembourgeois à nous faire part de leur opinion sur ces meubles. Enfin, Désirs magazine passe les frontières et se rend à Interieur 08, Biennale Internationale de design qui se tient à Courtrai en Belgique, où nous avons rencontré les organisateurs qui nous présentent cet événement d’importance et retenu le meilleur parmi les exposants de la scène belge et espagnole. PAR CÉLINE COUBRAY, FASHION & DESIGN EDITOR

01_Edito.indd 3

E COUVERTUR Jean-Paul Lespagnard, jeune styliste belge de 29 ans, est photographié pour la couverture de Désirs Magazine par Serkan Emiroglu. Il est le lauréat du prix du public et du prix 1.2.3. décernés au Festival International de Mode et de Photographie de Hyères 2008 grâce à la collection Ich will ’nen Cowboy als Mann (silhouette ci-dessus). Une de ses créations est disponible à Luxembourg: une robe en papier vendue au Mudam Shop.

09.10.2008 10:09:21 Uhr


Chaque fortune a sa propre histoire.

Getting you there.

Depuis toujours la satisfaction de nos clients est au cœur de nos préoccupations. Dans cet esprit, Fortis Private Banking Luxembourg vous propose des solutions véritablement adaptées à vos besoins et vous accompagne dans la réalisation de vos projets : préservation, optimisation et transmission de votre patrimoine. www.fortisprivatebanking.lu N’hésitez pas à contacter M. Guy Weydert, Conseiller en gestion de patrimoine, au (+352) 42 42-20 10.

Private Banking


SOMMAIRE

HIVER 2008 DÉSIRS

5

HIVER 2008

6

LUXEMBOURG

MODE

INTÉRIEURS

CITY NEWS

PASCAL MONTFORT

SCHEMEL & WIRTZ

L'actualité des commerces, changements d’enseignes et services proposés à Luxembourg.

12

SHOPPING MAP

70

Une sélection des boutiques incontournables à Luxembourg.

20

30

Ce passionné de mode nous fait partager ses réflexions sur le croisement entre l'art et la mode.

80

PORTFOLIO ACCESSOIRES

PORTFOLIO ARCHITECTURE

Une sélection d'accessoires repérés lors d'événements à Luxembourg.

Présentation de six maisons à petit budget et aux grands espaces.

88

VASSILIS ZIDIANAKIS

BIENNALE DE VENISE

A la découverte d'une mode éphémère: les robes de papier.

Christian Bauer, commissaire du pavillon luxembourgeois, nous fait découvrir l'exposition vénitienne.

102

INTERNATIONAL

BOB GILL

74

Rencontre avec un graphiste talentueux qui nous fait découvrir son univers riche et étonnant.

TAILLÉ SUR MESURE

38

CULTURES

138

02_5_sommaire.indd 5

Un éventail d'expositions et d'événements sélectionnés en mode, design et architecture.

Un coup de projecteur sur le métier de tailleur au travers de 3 interviews de professionnels passionnés.

HOME SELECTION

108

FASHION SELECTION

46

Entretien croisé avec deux architectes travaillant à Luxembourg, dont l'esthétique est atemporelle et l'expressivité retenue.

Découvrez les dernières tendances de la mode Automne-Hiver 2008-2009.

Retrouvez les objets design les plus en vogue du moment à travers une sélection éclectique.

INTERIEUR 08

122

Découvrez en exclusivité la Biennale internationale de design à Courtrai.

10.10.2008 13:13:17 Uhr


6

DÉSIRS HIVER 2008

LITÉ A U T L'AC URG O B M E AU LUX

CITY NEWS TOUR D’HORIZON DES OUVERTURES DE COMMERCE, CHANGEMENTS D’ENSEIGNE ET NOUVEAUX SERVICES PROPOSÉS À LUXEMBOURG. PAR CÉLINE COUBRAY

DESIGN FOR EVERYDAY

Photo: Etienne Delorme

Reed and Simon propose d’améliorer le quotidien de ses clients en faisant entrer le design dans les intérieurs. Planification, conseil, aménagement, vente… Une panoplie de services et de prestations est mise au service des clients, particuliers et architectes. Les meubles et luminaires sélectionnés parmi une vingtaine de marques (Artemide, Casalis, ClassiCon, Djob, e15, Etablished&Sons, La Palma, spHaus, Thonet…) ont comme point commun les lignes atemporelles et une haute qualité de finition. On y trouve les grandes icônes du design du XXe siècle tout comme les dernières créations des designers les plus pointus. 7A rue de Bitbourg, ZI Hamm, Luxembourg, Tél.: (+352) 27 04 30 20, www.reedandsimon.com

03_6-10_city news.indd 6

10.10.2008 13:19:42 Uhr


Montres Etrier pour hommes et pour dames, mouvement chronographe, signées Schroeder Timepieces

27-29, Grand-Rue | Tél.: +352 22 20 67-1 | L-1661 Luxembourg City Concorde | La Belle Etoile info@bijouterieschroeder.lu | www.bijouterieschroeder.lu

SCHJ_AD_2CLOCKS_238x300.indd 1

7/10/08 15:35:16


DÉSIRS HIVER 2008

LE MONDE DES SENTEURS

DE À L A MO AMÉRICAINE

Photo: Etienne Delorme

BCBG Max Azria est une marque de prêt-à-porter féminin bien connue des Américaines puisque la marque est née Outre-Atlantique. Les collections à la fois raffinées et faciles à porter sont désormais disponibles dans la boutique de la Grand Rue à Luxembourg. L’enseigne propose une large sélection de tailleurs, de robes de jour et même un vaste choix de robes de soirée, ainsi qu’une petite sélection d’accessoires. 65 Grand Rue, Luxembourg, www.bcbg.com

La Chrysalide a profité de son déménagement de la Grand Rue vers la Rue Louvigny pour accroître son offre. Elle propose désormais des parfums luxueux, dont la fabrication remonte à plusieurs siècles comme ceux de la marque Lubin ou Creed. On y trouve aussi des parfums d’ambiance pour la maison ou des gammes de soin pour le corps dont les produits de l’Occitane. On trouve dans le fond de la boutique une petite sélection de textiles composée de vêtements ethniques en soie brodée, de châles en laine, soie et cachemire, complétée par quelques bijoux. Pour parfaire la décoration, des coffres tibétains, indiens, des éléments pour la salle de bain ou des dessus de lit sont également proposés. Et pour parfaire l’ambiance, une sélection de musique d’ambiance et de relaxation est suggérée. Une boutique pour dénicher quelques idées cadeau pour les fêtes de fin d’année. 9 rue Louvigny, Luxembourg, tél.: (+352) 22 03 73

LE PL AISIR DU VIN

03_6-10_city news.indd 8

EN BREF

Photo: David Laurent

Après avoir servi pendant sept ans le cercle proche de Deloitte, Gildas ouvre pour les particuliers In Vino Gildas, une boutique à vins dans le quartier de Belair, dans un espace contemporain de 140m2. Les vins proposés se situent dans le créneau moyen et haut de gamme, provenant directement des producteurs. On peut y découvrir des vins luxembourgeois, français, italiens, argentins… Une grande partie de l’espace est consacrée à l’événementiel, qui est au cœur de ce nouveau projet. Il est ainsi possible de participer à des dégustations de vins, des formations à l’œnologie ou d’organiser une soirée privée. Une sélection de verres soufflés à la bouche, décanteurs et autres accessoires d’exception est également proposée à la vente. 105 Avenue du X Septembre, Luxembourg.

Photo: Etienne Delorme

8

Kenzo a ouvert une boutique dans la très chic rue Philippe II, et Paul Smith va bientôt en être son voisin. — Le magasin de bijoux fantaisie Konplott, Miranda Konstantinidou a déménagé du passage des Brasseurs au 4 Rue Chimay. — Depuis le 26 septembre, Le Cité, situé 3 rue Génistre, accueille la Bibliothèque Municipale de Luxembourg. — Marie Lingerie remplace Lingerie Belot au 7 Grand Rue. — Un Catering est installé par Naturata en centre-ville, Grand Rue, pour manger bio rapidement pendant la pause du déjeuner. — Kass Jentsen refait sa boutique dans la Galerie Commerciale au Kirchberg. — Une nouvelle boutique Les Petites ouvre à l’angle de la rue Beaumont et de l’Avenue de la Porte Neuve. — Les Sens de Marrakech ont désormais un point de vente mono-marque au 18 rue du Fort Wallis. — Soxo’Fun devient Wolford au 12 rue Philippe II.

09.10.2008 15:53:14 Uhr


Limites exceptionnelles - Services privilégiés - Assurances exclusives Le monde est à vous

MasterCard Platinum DEXIA

Dexia Banque Internationale à Luxembourg, S.A. - RC Luxembourg - B-6307 - 69, route d’Esch - L-2953 Luxembourg - Tél. +352 4590-1 - Fax +352 4590-2010 www.dexia-bil.lu

DEXIA_CAMP_PLATINUM_Ann_238x300_prod.indd 1

6/10/08 11:55:28


10

DÉSIRS HIVER 2008

ZONE DE BIEN-ÊTRE

U UN PETIT PE D'EXTR A Alors que la boutique souffle tout juste sa première bougie, Extrabold s’agrandit et profite du changement d’activité du local dans l’immeuble voisin pour décloisonner une partie de son espace initial et ainsi gagner en surface et en visibilité. Les corners galerie et librairie ne changent pas, mais ce sont les vêtements et les sneakers qui gagnent du terrain. Le street style a le vent en poupe! 24 avenue de la Liberté, www.extrabold.eu

Photo: WIDE / David Laurent

L’Hôtel Le Royal accueille dans son Club Santé la marque italienne Confort Zone qui propose des soins esthétiques, rituels de beauté et cosmétiques. Parmi les sept soins du visage, trois sont spécialement conçus pour les hommes. Pour le corps, quatre types de soin sont proposés (Arabie, Oriental, Méditerranéen, Indien) et invitent à un voyage autour du monde. Ces soins sont accessibles aux clients de l’Hôtel mais aussi à toute personne extérieure qui souhaite se détendre et prendre soin de soi. Et pour poursuivre les soins à la maison, une sélection de produits est proposée à la vente. Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 20h, le samedi de 12h à 18h. 12, Boulevard Royal, Luxembourg, tél.: (+352) 24 16 166

L'ART DE RECEVOIR

Photo: Etienne Delorme

Le CarréRotondes est la pérennisation d’initiatives mises en place lors de l’année culturelle Luxembourg 2007, et déménage dans l’anciennement nommé Espace Paul Wurth. On y retrouve avec plaisir l’Exit 07 et sa programmation musicale qui donne envie de sortir, TRAFFO, le programme Jeunes Publics des arts de la scène, et un espace d’exposition. 1 rue de l’Aciérie, Luxembourg. www.rotondes.lu

03_6-10_city news.indd 10

L'Hôtel Simoncini, nouvel établissement du centre-ville de Luxembourg, propose un concept intéressant puisqu'il mêle hôtel et galerie d’art. André Simoncini, également propriétaire de l’Hôtel Français, a en effet décidé de transposer la galerie éponyme de la rue Louvigny, fermée il y a quelques mois, dans l’immeuble d’angle de la rue Notre-Dame et de la rue Chimay pour en faire un espace ouvert sur l’hôtel. Ainsi, la salle des petits-déjeuners donne sur la galerie, qui est répartie sur trois étages et qui est aussi largement ouverte sur la rue. Les œuvres d’art se retrouvent également dans les chambres et les couloirs de l’établissement. Les six étages de l’hôtel ont été remis à neuf par l’architecte Christian Bauer et offrent tout le confort moderne nécessaire aux voyageurs (internet, insonorisation…). Les chambres du dernier étage ne manquent pas de charme car sont en sous-pente et bénéficient d’une vue magnifique sur les toits de la ville. 6 rue Notre-Dame, Luxembourg, tél.: (+352) 22 28 44

Photo: Luc Deflorenne

ACTE 2

09.10.2008 15:53:25 Uhr


04_12-18_interview_monfort.indd 12

09.10.2008 17:45:19 Uhr


Hiver 2008 Désirs

mo a rt e t

13

De

ECHANGES D'INFLUENCES pascaL monfort eST PASSiONNÉ De MODe. DeS OriGiNeS DU COSTUMe AUX CrÉATeUrS CONTeMPOrAiNS AvANT-GArDiSTeS, iL eST iNTAriSSABLe SUr Ce SUJeT. CeS DerNierS TeMPS, iL S’eST PLUS PArTiCULiÈreMeNT PeNCHÉ SUr LA reLATiON FÉCONDe QUi Se NOUe DePUiS De NOMBreUSeS ANNÉeS eNTre L’ArT eT LA MODe, SUJeT QUi FAiT L’OBJeT D’UNe CONFÉreNCe DONNÉe MArDi 11 NOveMBre AU CASiNO-FOrUM D’ArT CONTeMPOrAiN À LUXeMBOUrG. SANS CHerCHer À FAire L’HiSTOriQUe De CeS ÉCHANGeS CULTUreLS eT CrÉATiFS, NOUS AvONS POSÉ QUeLQUeS QUeSTiONS À PASCAL MONFOrT POUr TeNTer D’APPrOCHer CeTTe vASTe DiALeCTiQUe. INTERVIEW: CÉLINE COUBRAY. PORTRAIT: SÉBASTIEN AGNETTI.

comment et pourquoi vous êtes-vous intéressé aux reLations et corresponDances qui s’étabLissent entre L’art et La moDe?

«Mon intérêt a toujours été bipolaire: d’un côté la mode et en parallèle l’art. Alors que j’étais adolescent, je suis entré dans le monde de la mode par l’intermédiaire de la musique. J’étais fasciné par les cultures alternatives, les mouvements musicaux qui sont associés à une revendication, comme les Punks, les Hippies, les Zazous… Je me suis longuement intéressé à ces mouvements dont les protagonistes étaient très lookés et les ai étudiés avec passion et avidité. Plus que le shopping, c’était la théorie qui retenait mon attention. J’avais une soif de savoir encyclopédique sur ce sujet. Je voulais tout connaître, tout analyser, tout décrypter. Je regardais la mode sous un angle presque scientifique, comme on fait des recherches en théorie fondamentale. J’étais aussi un grand consommateur de magazines et j’ai même été à l’époque le plus jeune abonné masculin à Vogue Hommes. J’avais alors 12 ans. Puis à l’Université de Metz, où j’ai fait des études de sciences sociales et communication,

04_12-18_interview_monfort.indd 13

j’ai reçu un cours de philosophie de l’art. J’ai mis très rapidement cette connaissance en lien avec la mode. J’ai découvert le travail de Comme des Garçons et de Yoshi Yamamoto qui sont très conceptuels et développent une démarche singulière dans le monde de la mode, se rapprochant d’une démarche artistique. Après l’Université de Metz, j’ai voulu approfondir ma passion et me suis inscrit en section mode à l’Université de Lyon. J’ai aussi manifesté de l’intérêt pour l’art conceptuel, des artistes comme Jean-Pierre Raynaud, dont je porte toujours autour du cou un pendentif en forme de pot, Malevitch et le suprématisme. J’ai mieux pris conscience des parallèles qui pouvaient être tracés entre l’art et la mode. J’ai découvert les œuvres textiles de Sonia Delaunay, de Picasso, de Matisse… Je me suis rendu compte que la mode et l’art évoluaient simultanément, tout comme le graphisme, le monde politique, les ruptures culturelles et que ces relations existaient depuis longtemps. L’art, la mode, la musique partagent tous des interrogations communes et des réflexions transversales. Ceci semble évident à dire aujourd’hui, mais cela n’était pas encore le cas il y a 10 ans.

09.10.2008 17:45:22 Uhr


14

Désirs Hiver 2008

02

Photo: Galerie Thaddaeus Ropac, Paris/Salzburg

Photo: Galerie Thaddaeus Ropac, Paris/Salzburg

01

03

Photo: Zaha Hadid Architects

01 Tom Sachs, Crispy Chicken Deluxe (Hermès), 1999. — 02 Tom Sachs, Chanel Guillotine, 1998. — 03 Chanel a commandé à la célèbre architecte Zaha Hadid un espace d’exposition mobile, le Chanel Contemporary Art Container, dont le commissariat a été confié au Rédacteur en Chef de Beaux-Arts Magazine, Fabrice Bousteau.

La frontière entre ces disciplines est-elle facilement identifiable?

«Non, la frontière entre l’art et la mode devient de plus en plus transparente. Mais il est important de souligner que cet échange entre le milieu de l’art et celui de la mode n’est pas nouveau. On retrouve des exemples de ce type dès le début du XXe siècle. Sonia Delaunay a dessiné des motifs pour des tissus, des cravates. Man Ray a réalisé des photographies pour Vogue. Salvador Dali et Elsa Schiaparelli ont collaboré sur des créations. Yves Saint Laurent a réalisé des robes inspirées des toiles de grands peintres comme Mondrian, Matisse, Braque, Picasso, Bonnard, Léger. Jean-Charles de Castelbajac a proposé des vêtements reprenant les dessins de Keith Haring, agnès b. invite des artistes à dessiner sur des t-shirts. Et inversement, on trouve des personnalités de la mode dans le milieu de l’art, comme Hedi Slimane qui expose ses photographies à la Galerie Almine Rech. Si on monte encore d’un échelon sur l’échelle de la porosité entre l’art et la mode, on croise le photographe Terry Richardson dont les photographies sont à la fois publiées dans les magazines de mode et exposées en galerie. L’artiste Juergen Teller est directeur artistique de l’image de Marc Jacobs et expose également à la Fondation Cartier. Les photographes Ines Van Lamsweerde & Vinoodh Metadin s’amusent également de cette relation étroite entre

04_12-18_interview_monfort.indd 14

l’art et la mode et on retrouve aussi bien leurs photos dans les pages des magazines que sur les cimaises des foires d’art contemporain. On pourrait ainsi multiplier les exemples… Et puis il y a des artistes qui utilisent les codes de la mode et les transposent dans leur pratique artistique. Des artistes comme Jeff Koons ou Damien Hirst ont une aura presque plus proche d’une rock star que de celle d’un artiste. On peut aussi citer les exemples de Wim Delvoye, de Xavier Veilhan. Leur art est quasiment devenu une marque. Ils utilisent les mêmes outils que pour lancer une mode, font énormément de relations publiques. Si on pousse un peu l’analyse, on pourrait presque dire qu’ils font de la communication par l’intermédiaire de leurs œuvres. L’artiste contemporain peut presque être vu comme un faiseur de tendances, un taste maker. Mais cette relation entre l’art et la mode n’est pas forcément complaisante et l’art va même jusqu’à critiquer l’industrie du luxe, surtout ces dernières années. Pourriez-vous nous donner quelques exemples?

«Parmi les artistes qui sont proches du milieu de la mode, certains n’hésitent pas en effet à produire des œuvres très critiques. Tom Sachs, par exemple, a réalisé des œuvres incisives et visuellement très fortes comme la guillotine Chanel

09.10.2008 17:45:27 Uhr


16

Désirs Hiver 2008

01

01 La collection Printemps-Eté 2008 de Louis Vuitton a été réalisée en collaboration avec l’artiste Richard Prince dont l’empreinte se retrouve sur les toiles des sacs aux monogrammes imprimés de manière décalée. — 02 A l’occasion des 60 ans de Longchamp, la marque a invité l’artiste belge Jean-Luc Moerman à réaliser des motifs sur les sacs. — 03 Le japonnais Takashi Murakami a collaboré à plusieurs reprises avec Louis Vuitton pour intervenir sur les sacs et habiller les toiles de motifs vivifiants et ludiques.

02

ou le menu McDonald’s réalisé avec les emballages Hermès. Thomas Lélu tourne en ridicule, comme l’avait fait avant lui Marcel Duchamp de la Joconde, un des plus grands groupes de luxe, LVMH, dans son œuvre LVMHOOQ. Est-ce que ces relations entre l’art et la mode concernent uniquement les artistes et les stylistes ou est-ce plus général? 03

«Cette relation peut tout à fait s’élargir à d’autres acteurs du milieu de l’art et de la mode. On peut citer comme exemple le galeriste Emmanuel Perrotin qui navigue dans le milieu de la jet-set ou le commissaire d’exposition Eric Troncy qui a utilisé des noms de cosmétiques comme titre pour une série d’expositions présentées à la Fondation Lambert en Avignon. En plus de ses activités de commissaire, ce dernier écrit dans le magazine de mode Numéro. On retrouve les mêmes personnes dans les couloirs de la foire Art Miami ou autour des podiums des défilés de mode à New York. Les marques de champagne, qui autrefois se battaient entre elles pour être présentes dans les coulisses des défilés, cherchent aujourd’hui à être présentes aux grands événements d’art contemporain. Mais ne pensez-vous pas que cette attirance pour les paillettes et le glamour puisse nuire à la qualité des créations?

«L’univers de la mode est attractif pour un artiste. L’argent est plus présent, l’amusement aussi. Sans cette vie mondaine, Jeff Koons n’aurait certainement pas rencontré la Ciccolina, Nan Goldin n’aurait pas pu photographier le monde de la nuit avec autant d’intimité. Si Xavier Veilhan réalise la sculpture du duo Air comme il l’a fait, c’est parce qu’il les fréquente régulièrement et les connaît bien. Ces échanges pourraient être mis en parallèle avec la démarche des écrivains du XVIIe siècle qui s’inspiraient de la vie de la Cour pour leurs œuvres littéraires. Certaines grandes marques du luxe font désormais régulièrement appel à des artistes. Cette démarche n’est- elle pas plus proche d’une démarche marketing que d’un réel soutien à la création?

«Nous vivons dans une époque où le marketing est présent partout. Rolex finance le travail d’un artiste, Hermès permet la

04_12-18_interview_monfort.indd 16

09.10.2008 17:45:43 Uhr


Hiver 2008 Désirs

17

01

01 Thomas Lélu, LVMHOOQ, 2006. — 02 Yves Saint Laurent s’est inspiré des toiles de Piet Mondrian pour créer cette robe présentée lors du défilé de la collection Automne-Hiver 1965.

production de nouvelles œuvres. Chanel décide de se faire construire une galerie d’exposition mobile. Les marques ont conscience que les artistes occupent une place un peu à part dans la société. Elles pensent qu’en se rapprochant d’eux, cela augmente leur crédit d’élitisme. Le luxe est devenu aujourd’hui monnaie courante. Presque tout le monde peut avoir accès au monde du luxe. L’artiste, lui, apporte une plus-value. Cela est bien vu de supporter une «écurie» d’artistes. Ce soutien alimente le discours de la marque qui s’achète ainsi une culture, une part de créativité. C’est un enjeu d’image. La conséquence est que les acheteurs d’art contemporain sont en train de changer de visage. François Pinault par exemple est le plus grand patron du luxe et constitue en parallèle une collection d’art contemporain impressionnante. Il fait entrer l’art dans l’identité de ses marques comme Louis Vuitton où des artistes participent à la création de produits. On peut citer par exemple Takashi Murakami et Richard Prince. Lors de l’ouverture de la boutique sur les Champs Elysées, il a demandé à Vanessa Beecroft de réaliser une performance qui dialoguait avec le monogramme de la marque. Je pense qu’à ce moment-là, beaucoup de personnes ont entendu le nom de cette artiste pour la première fois. A côté de cela, il met sur pied une fondation et reconnaît même que cela fait partie de sa stratégie de ressources humaines, car cela participerait à la fierté de son

04_12-18_interview_monfort.indd 17

Photo: Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent

Photo: Galerie Dominique Fiat

02

09.10.2008 17:45:49 Uhr


18

Désirs Hiver 2008

01 Levi’s a proposé au britannique Damien Hirst de réaliser une collection limitée composée de jeans et de T-Shirts revisités par l’artiste. — 02 - 03 agnès b. invite régulièrement des artistes comme Skii ou Hugues Reip pour réaliser des T-shirts portant un motif de leurs créations et représentatif de leur univers artistique.

01

02

personnel dirigeant de travailler pour ce groupe. Pinault acquiert lui-même une aura importante en collectionnant l’art contemporain. Il s’éloigne de l’image de l’homme d’affaires nouveau riche pour s’approcher de celle de l’esthète, puisqu’il devient connaisseur en art. 03

N’est-ce pas devenu finalement une espèce de passage obligé pour les grandes marques du luxe?

«En effet, aujourd’hui toutes les grandes marques du luxe se doivent d’avoir un pied dans l’art contemporain. Gucci, Prada, Cartier, Louis Vuitton, Chanel, Hermès… Toutes sont impliquées dans la création contemporaine. On assiste aussi à l’éclosion de nombreuses fondations et ceci pour différentes raisons. C’est une forme de communication. agnès b., par exemple, a bien compris que l’investissement dans la culture est la meilleure publicité qu’il soit. A défaut d’acheter des espaces publicitaires, la marque est présente sur des festivals de musique, tient une galerie d’art, soutient des vidéastes, des musiciens, des graffeurs, invite des artistes à dessiner sur des t-shirts de sa marque… L’art est devenu le luxe du luxe. Si on mettait Monsieur Luxe et Monsieur Art l’un en présence de l’autre, Monsieur Luxe demanderait certainement un autographe à Monsieur Art. Je pense que c’est beaucoup plus difficile d’acheter une œuvre d’art contemporain à plusieurs milliers d’euros qu’un sac à main aussi prestigieux et luxueux soit-il. L’art est un domaine qui va au-delà de l’argent, car cela nécessite une certaine culture, une certaine forme de goût».

04_12-18_interview_monfort.indd 18

09.10.2008 17:46:03 Uhr


rolex.com

GoeresM459N 238x300.indd 1

oyster perpetual cosmograph daytona

23-09-2008 13:22:24


20

Désirs Hiver 2008

Luxembourg version accessoirisée Une sélection d’accessoires repérés lors de quelques événements à Luxembourg: le cocktail Explorator sur le parvis du Grand-Théâtre, la soirée de bienfaisance de la Croix Rouge sur le thème de la Chine, la soirée anniversaire du shop Usina et au vernissage de l’exposition Don’t Worry-Be Curious! au Casino Luxembourg. Sélection: Céline Coubray. Photographe: Eric Chenal / Blitz.

05_20-29_portfolio.indd 20

09.10.2008 15:49:54 Uhr


21

Hiver 2008 Désirs

01

02

03

01 David, casquette de sa création — 02 Georges, chaussures Dries van Noten — 03 Arnold, collier de chez Loft

05_20-29_portfolio.indd 21

09.10.2008 15:50:02 Uhr


22

Désirs Hiver 2008

01

04

02

03

05

06

01 Véronique, chaussures Prada, sac Tara Jarmon — 02 Joanna, pendentifs Les Néréides, Kimberly Lloyd et une cacahouète détournée d’un porte-clé — 03 Kari, bottes Anna Sui — 04 Renella, robe Diane von Furstenberg, collier Marc Jacobs — 05 Laure, Sac Hermès vintage — 06 Jacqueline, foulard en soie sérigraphié par Claude Viallat

05_20-29_portfolio.indd 22

09.10.2008 15:50:18 Uhr


Hiver 2008 Désirs

01

02

04

23

03

05

06

01 Anne-Catherine, broche H&M — 02 Joaquim, chaussures Damy — 03 Samuel, sac dessiné par Parra pour Arkitip Magazine — 04 Nadine, montre Tag Heuer — 05 Michel, ceinture Selfridges — 06 Elvire, bottes de pluie Emilio Pucci

05_20-29_portfolio.indd 23

09.10.2008 15:50:37 Uhr


24

Désirs Hiver 2008

01

02

03

04

05

06

01 Carole, chaussures Sonia Rykiel — 02 Anne-Marie, broche Plisk — 03 Joaquim, sac Alex Schrijuers — 04 Patrick, cravate Burberry — 05 Victor, chaussures Yves Saint Laurent — 06 Sandrine, broche Frozen Peas

05_20-29_portfolio.indd 24

09.10.2008 15:51:00 Uhr


Hiver 2008 Désirs

01

02

25

03

04

05

06

01 Christine, sac Dolce & Gabbana — 02 Tom, lunettes vintage des années 1980 — 03 Didier, chaussures Doucals — 04 Ghislain, montre Bell&Ross — 05 Björn, bouton de manchette de son grand-père — 06 Claudia, chaussures Alberta Ferretti

05_20-29_portfolio.indd 25

09.10.2008 15:51:24 Uhr


26

Désirs Hiver 2008

01

02

03

04

05

06

01 Sylvie, bague venant du Danemark — 02 Henri, montre Chopard — 03 Kacy, sac acheté à San Francisco — 04 Carole, collier Sonia Rykiel — 05 Pierre, chaussures Yves Saint Laurent — 06 Emil, basket Terminator de Nike

05_20-29_portfolio.indd 26

09.10.2008 15:51:46 Uhr


Hiver 2008 Désirs

27

02

01

03

04

05

06

01 Debbie, sac Faith et chaussures Yoma — 02 Victor, lunettes Culter & Gloss — 03 Fabien, casquette de Compagnie Française de l’Orient et de la Chine — 04 Chester, peluche Pupsy — 05 Toni, casquette Stussy — 06 Emil, sac Matière à réflexion, porte clé Sibling

05_20-29_portfolio.indd 27

09.10.2008 15:52:06 Uhr


28

Désirs Hiver 2008

01

02

04

03

05

06

01 Renella, chaussures Celine — 02 Amandine, sac Gérard Darel — 03 Natasha, sac offert par ses meilleures amies — 04 Jacqueline, lunettes Eyeworks — 05 Beryl, pochette vintage — 06 Valérie, boucles d’oreilles d’une créatrice à Nancy

05_20-29_portfolio.indd 28

09.10.2008 15:52:24 Uhr


Hiver 2008 Désirs

29

02

01

03

04

05

06

01 Angelina, pochette vintage — 02 Claire, pendentif acheté au Mudam shop — 03 Nathalie, chaussures Sergio Rossi — 04 Natasha, chaussures Free Lance — 05 Isabelle, broche Anne-Marie Herckes — 06 Sarah, Chaussures Dries van Noten

05_20-29_portfolio.indd 29

09.10.2008 15:52:42 Uhr


06_30-36_interview vassilis.indd 30

09.10.2008 17:53:28 Uhr


Hiver 2008 Désirs

mè o n é un ph DE moDE

31

nE

ROBES D’UN JOUR, FANTAISIES DE PAPIER les années 1960 Ont vu naÎtre aux états-unis une mOde aussi brÈve Que pOpulaire et un pHénOmÈne tOut À fait spécifiQue dans l’HistOire de la mOde: les rObes en papier. l’expOsitiOn rrripp!!! paper fasHiOn présentée au mudam du 11 OctObre 2008 au 02 février 2009, et OrGanisée en cOllabOratiOn avec atOpOs, lÈve le vOile sur ce pHénOmÈne peu cOnnu. vassilis ziDianakis, cOmmissaire de l’expOsitiOn, nOus expOse ses décOuvertes. INTERVIEW: CÉLINE COUBRAY. PORTRAIT: CHRISTIAN ASCHMAN. REMERCIEMENTS À LA BOUTIQUE WALTER (ANVERS).

commEnt avEz-vous DécouvErt cE phénomènE DEs robEs En papiEr?

«A l’occasion des Jeux olympiques d’Athènes en 2004, nous avions réalisé une importante exposition sur le pli et le drapé, de l’Antiquité à nos jours. Nous avions alors fait de nombreuses recherches sur l’histoire du costume, de la mode. Suite à cela, nous voulions réaliser une exposition croisant la mode et la technologie et c’est au cours de la préparation de cette exposition, lors de nos recherches sur des matériaux atypiques utilisés dans la mode, que nous avons découvert ce phénomène des robes en papier à la fin des années 1960. pourriEz-vous nous ExpliquEr commEnt cE phénomènE Est apparu?

«Les premières robes sont apparues en 1966 pour une campagne publicitaire d’une société de papier, la Scott Paper Company. Cette société, qui avait trouvé un nouveau type de papier, avait décidé de créer des robes avec ce nouveau matériau et de les distribuer comme on distribuerait des tracts. L’objet initial était donc purement commercial. Mais il faut garder en tête que nous sommes en plein dans les années 1960, au début de la société de consommation, dans le phénomène du Pop Art et que la société est en pleine mutation. Les femmes ont alors vu dans ces robes en papier une nouvelle expression de liberté et de fantaisie, et le succès fut immédiat. qu’Est-cE qui plaisait tant?

«Les robes en papier étaient une proposition tout à fait nouvelle. Leur coupe était très simple, reprenant la forme d’un A, sans manche, sans contrainte physique, laissant toute

06_30-36_interview vassilis.indd 31

09.10.2008 17:53:29 Uhr


32

Désirs Hiver 2008

atop os Atopos, qui signifie en grec ancien «inclassable», «hors de l’ordinaire», «excentrique», est une organisation culturelle hellénique à but non lucratif fondée en 2003 par Vassilis Zidianakis et Stamos Fafalios. Elle organise des projets qui confrontent l’art contemporain, la mode et le design. Les projets menés par Atopos nécessitent beaucoup de recherches qui sont par la suite présentées au public au travers d’expositions itinérantes dans lesquelles une grande attention est apportée à la présentation. Vassilis Zidianakis, directeur artistique, et son équipe ont rassemblé plus de 350 robes en papier, complétées par des vêtements en papier anciens et contemporains, ce qui représente à ce jour la plus grande collection du monde dans ce domaine. www.atopos.gr 01

Photos: Panos Davios. © ATOPOS collection, Athens.

02

01 Publicité pour des Paper Dresses vantant le côté ludique et bon marché, sans omettre le pendant promotionnel. — 02 Publicité pour Hallmark, un des plus grands fournisseurs de Paper Dresses, montrant que la maîtresse de maison pouvait assortir sa robe à toute un panoplie d’accessoires pour la fête, des napperons, assiettes en cartons, gobelets aux papier-cadeaux, cartes de voeux ou pochettes d’allumettes.

amplitude aux mouvements et la longueur très à la mode puisque mini. Il ne faut pas oublier qu’à cette époque les codes vestimentaires changent. La minijupe fait son apparition, les hommes ne sont plus obligés de porter la cravate, les jeans peuvent être portés avec une veste… De plus, ces robes avaient une certaine connotation érotique puisque la robe en papier peut, potentiellement, être assez facilement déchirée. Ces robes en papier représentent aussi le degré zéro de la mode du prêt-à-porter: on porte, on jette. Et détail non négligeable, ces robes étaient très bon marché, valaient seulement quelques dollars et étaient donc accessibles à tout le monde. La plupart étaient d’ailleurs offertes en cadeau avec des produits. On pouvait en recevoir lors de l’achat d’une pizza, ou d’un magazine. Il s’agit en fait de produits de très grande consommation.

06_30-36_interview vassilis.indd 32

dez-vous amoureux, un cocktail. Il était même possible d’assortir sa robe aux gobelets en papier, aux assiettes en carton, aux petites serviettes, à la nappe. Des «Paper Dress Party» étaient organisées et il paraît même que les Kennedy auraient participé à ce type de soirée pour une œuvre caritative. On pouvait aussi croiser des paper dresses lors de réunions politiques. Atopos a dans sa collection plusieurs robes qui ont été réalisées dans le cadre de campagnes présidentielles. Les robes en papier remplaçaient les T-shirts que nous connaissons aujourd’hui. Et puis il y avait aussi quelques modèles pour les femmes enceintes, ou encore des modèles réalisés pour des compagnies aériennes qui habillaient leurs hôtesses avec des robes en papier.

a quEllE occasion lEs portait-on?

lE papiEr Est toutEfois unE matièrE assEz fragilE, cEs robEs étaiEnt-EllEs vraimEnt réaliséEs En papiEr?

«Toutes ces robes étaient faites pour n’être utilisées qu’une ou deux fois. Les notions d’éphémère et d’exceptionnel sont très importantes et font partie du principe même du produit. On portait donc ces robes pour des événements spéciaux, un moment particulier, comme une fête, un ren-

«On parle de robe en papier, mais il serait plus juste de parler de robe en matière non tissée qui contient un petit ou un grand pourcentage de cellulose. Elles ne sont pas toutes faites en cellulose, matière principale du papier, car cela serait effectivement assez fragile. On croise plutôt des matières

09.10.2008 17:53:33 Uhr


NOUVEAU RENAULT KOLEOS. 4X4 À L’EXTÉRIEUR. RENAULT À L’INTÉRIEUR.

www.renault.lu

NOUVEAU RENAULT KOLEOS.

Aussi à l’aise en ville, sur route comme sur autoroute, ce Crossover 4x4 de Renault bénéficie de réelles capacités de franchissement grâce à sa transmission 4WD signée Nissan. C’est un vrai 4x4 qui a su garder un design séduisant et un confort digne d’une Renault. Il y a déjà un Renault Koleos 2.5 16V 170 ch 2WD à partir de € 22.715*. Consommation moyenne (l/100 km) de 7,2 à 9,6. Emission CO2 (g/km) de 191 à 230.

* Prix de lancement TVAc réservé aux particuliers pour toute commande d’un Koleos neuf version Dynamique 2.5 16V 170 ch 2WD, passée avant le 31/08/08. Modèle illustré : Koleos Dynamique Plus 2.0dCi 150 ch 2WD. Prix catalogue options incluses : € 28.945 TVAc. Donnons priorité à la sécurité.

S330030ST Desirs300x238 1

12/06/08 10:45:40


34

Désirs Hiver 2008

01

04

Photos: Panos Davios. © ATOPOS collection, Athens.

03

05

«like paper» dont fait partie le Tyvec, matériau qui a été inventé dans les années 1960 et qui connaît un très grand succès encore aujourd’hui. De plus, elles étaient traitées contre le feu, pour éviter tout type d’accident. Quelques modèles étaient aussi imperméables. En dehors des diffusions publicitaires, où pouvait-on acheter ces robes?

02

01 The Souper Dress, d’après l’oeuvre de Warhol, USA 1968. Lancé par Campbell’s Soup Company pour la promotion de la soupe “Vegetable Soup”. — 02 Op Art Dress fabriquée par la Scott Paper Company, USA 1966. — 03 The Paper Keyhole-Neck Dress, Caroline du Nord, 1966-1968. — 04 Paper dress, Caroline du Nord, 1967. — 05 Island Paradise Paper Dress, Missouri 1967. — 06 Robe promotionnelle pour la campagne présidentielle d’Eugene McCarthy, USA 1968.

06_30-36_interview vassilis.indd 34

«On pouvait en trouver très facilement dans les papeteries, les drugstores, vendues sur des présentoirs, ceci étant possible grâce à leur packaging de sachet en plastique plat où seuls le motif et la taille étaient à choisir. En aucun cas ces robes n’étaient vendues comme les vêtements traditionnels, dans des boutiques de prêt-à-porter, sur des cintres. C’est donc aussi un tout nouveau moyen de diffusion qui est mis en place. C’est une nouveauté marketing, une petite révolution en soi. On assiste à une modification des comportements, à une autre approche du vêtement. Paco Rabanne avait compris ce mouvement et se l’est approprié. Il avait même imaginé un distributeur automatique où on aurait pu acheter des robes en papier à n’importe quelle heure de la journée. La forme étant standard, intéressons-nous aux motifs. Par qui étaient-ils dessinés?

«Peu de noms sont connus pour les motifs des robes. Les motifs étaient faits par des dessinateurs industriels, à quelques exceptions près. On retrouve les mêmes motifs que sur les papiers-cadeaux par exemple. La robe n’est finalement qu’une extension de cette industrie. Toutefois, il y a quelques exceptions comme la série des robes poster d’Harry Gordon. Le principe de ces robes est assez amu-

09.10.2008 17:53:54 Uhr


Hiver 2008 Désirs

«On portait donc ces robes pour des événements spéciaux, un moment particulier, comme une fête, un rendez-vous amoureux, un cocktail...» Vassilis zidianakis

sant car une fois la robe portée, il était possible de la transformer en poster et de l’accrocher au mur. Quelques robes ont aussi été réalisées par des artistes reconnus. Warhol par exemple a créé la robe Fragile qu’il signe Dali, ou encore la célèbre robe avec les bananes. Et le phénomène va même plus loin car Campbell’s a fait réaliser une robe promotionnelle pour le lancement de sa soupe aux légumes d’après l’œuvre de Warhol représentant les boîtes de soupe. Certaines robes portent aussi des motifs proches de l’Op art. Cet art était très nouveau et le support des robes en papier se prêtait bien à véhiculer cette nouveauté visuelle. A côté de ces motifs très novateurs, on trouve aussi des motifs folkloriques, plus traditionnels. D’autres robes sont plus personnelles, réalisées pour des femmes plus aisées financièrement, qui ne souhaitaient pas porter les mêmes robes que celles qu’on trouvait dans le commerce. Elles ont demandé à des artistes de peindre sur leur robe, spécialement pour elles, car il était possible de trouver dans le commerce des robes blanches, vierges de tout motif pour que chacun puisse la personnaliser à son goût. On retrouve aujourd’hui ce phénomène avec les baskets vendues blanches et avec des feutres pour les personnaliser. Ces robes étaient développées dans un esprit de liberté, dans une vision de développement technique et illusionniste. On est aussi en pleine période d’ascension de la science-fiction, de la conquête de l’espace, des utopies futuristes. En portant ces robes en papier, les femmes avaient l’impression de participer à cette conquête technologique. On a retrouvé par exemple des robes réalisées dans le même matériau que celui de l’intérieur des combinaisons des cosmonautes. Ce sont les «silverfoil dresses» ou les «metallic dresses».

06_30-36_interview vassilis.indd 35

35

06

Ce phénomène semble très localisé dans le temps et géographiquement. Connaît-on pour autant d’autres exemples de vêtements en papier?

«Ce phénomène s’est en effet surtout développé aux EtatsUnis et un petit peu au Canada, principalement entre 1966 et 1968. La mode des robes en papier s’est arrêtée avec la prise de conscience écologique, au début des années 1970, et le développement de nouvelles matières peu coûteuses pour le prêt-à-porter. Mais si on regarde l’histoire de la mode dans son ensemble et d’autres territoires que le continent américain, on s’aperçoit que le papier a été utilisé par d’autres sociétés et à d’autres époques. On en retrouve dans les pays autour de l’Equateur où les arbres poussent en abondance et où il est donc aisé de faire de la pâte à papier, et aussi beaucoup au Japon où il y a par exemple les kamikos. On connaît aussi des exemples de moines bouddhistes qui fabriquaient eux-mêmes leurs vêtements en papier qu’ils portaient lors de retraites spirituelles et brûlaient à la fin en signe de purification. Les samouraïs portaient aussi des vêtements en papier. Ils arrivaient à rendre cette matière très dure et résistante. La fabrication de ces vêtements faisait partie d’un rituel. Ils écrivaient sur le papier, puis le transformaient eux-mêmes en armure. D’autres utilisaient le papier pour fabriquer des

09.10.2008 17:53:58 Uhr


Désirs Hiver 2008

robE muDam par JEan-paul lEspagnarD Dans le cadre de RRRIPP!!! Paper Fashion, Mudam a confié la création d’une robe en TYVEK® au styliste belge Jean-Paul Lespagnard dont le portrait est en couverture de ce numéro et que Désirs Magazine avait présenté dans l’article sur le Festival international de Mode et de Photographie à Hyères dans le numéro Printemps-Eté 2008. Editée à 100 exemplaires, la robe Mudam de Jean-Paul Lespagnard est en vente à la Mudam Boutique à partir du 10 octobre 2008. Lauréat du prix du public et du prix 1.2.3. décernés par le Festival International de Mode et de Photographie de Hyères 2008, Jean-Paul Lespagnard a entre autres habillé la chanteuse Yelle dans son dernier clip vidéo et a collaboré avec la compagnie de danse «Damaged goods» dirigée par Meg Stuart. Pour Mudam, Jean-Paul Lespagnard s’est inspiré de sa collection Ich will ’nen Cowboy als Mann dont le titre est inspiré de la chanson éponyme de Gitte Haenning. Elle raconte l’histoire de Jacqueline, serveuse dans une friterie à Bruxelles, qui rêve de partir au Texas pour y rencontrer l’homme de sa vie et qui, à cette fin, se crée une garde-robe complète de clown de rodéo.

01 The Big Ones for 1968 paper dress, USA 1968. Robe publicitaire pour Universal Studios avec les portraits Pop des stars les plus populaires des Studios Universal.

sous-vêtements portés sous les kimonos pour éviter d’avoir des traces de transpiration sur le tissu, ce qui était très mal vu. Le papier était particulièrement bien adapté à cet usage puisqu’il a en plus une propriété absorbante. On en trouve aussi en Europe à la fin du XIXe siècle pour les cols de chemise des hommes ou les manchettes. Lors des guerres mondiales, les morts n’étaient pas enterrés avec leurs vêtements, qui étaient récupérés pour les survivants. On recouvrait alors les cadavres de vêtements en papier posés simplement sur les corps. Aujourd’hui, on trouve encore des vêtements en papier dans les hôpitaux, les laboratoires, les hôtels. Ils sont utilisés pour des questions d’hygiène. pour cEttE Exposition, vous avEz souhaité poursuivrE cEttE traDition Du vêtEmEnt En papiEr Et montEr DEs réalisations contEmporainEs ainsi quE DEs commanDEs. pourriEz-vous nous présEntEr quElquEs piècEs?

«Beaucoup de grands couturiers ont revisité ce phénomène et se sont penchés sur la question des vêtements en papier. Hussein Chalayan a proposé la Airmail Dress, qui est un concept fantastique. Il a utilisé le Tyvec pour réaliser des robes en forme de lettre sur lesquelles on peut écrire, puis qui peuvent être ensuite pliées et envoyées par la poste, comme une lettre traditionnelle. Christian Lacroix a réalisé

06_30-36_interview vassilis.indd 36

01

Photo: Panos Davios. © ATOPOS collection, Athens.

36

une robe de haute couture fabriquée à base de papier kraft mais travaillée de manière extrêmement précieuse, brodée de perles. Rei Kawakubo, qui a présenté à plusieurs reprises des vêtements en papier, prend à contre-pied les idées préconçues et ne propose pas un vêtement basique et bon marché, mais un modèle qui révèle un savoir-faire avancé et nécessite de nombreuses heures de travail. On retrouve la relation entre l’écriture et le papier dans une collection de John Galliano qui utilise des tissus aux imprimés de papier journal. Il sera aussi possible de découvrir un nouveau processus de fabrication du papier: Bio couture, un projet imaginé et développé par Suzanne Lee, processus qui permet de «faire pousser» du papier. Et enfin, nous avons passé quelques commandes à des designers, artistes et stylistes pour réaliser des projets exclusifs sur cette notion de vêtement en papier. C’est ainsi que nous avons le plaisir d’avoir les projets d’Irini Miga, Aurore Thibout, Yiorgos Eleftheriades, Demna Gvasalia, Bas Kosters, Michaeal Cepress, Robert Wilson, Vassilis Barbarigos, Amandine Labidoire… Et puis il ne faut pas oublier la sélection spécialement réalisée pour le Mudam Shop»! RRRIPP!!! Paper Fashion sera présentée au Momu à Anvers du 12 mars au 16 août 2009 et au Design Museum à Londres d’octobre 2009 à janvier 2010.

09.10.2008 17:54:02 Uhr


26-09-2008

Model Focus design Gianni Pareschi

DESIR

11:53

Pagina 1

le numéro un en Italie Pour informations veuillez contacter nos revendeurs, Scavolini S.p.A. ou notre Agent pour le Luxembourg: Agent: CASA IN Tél. 02 2800097 Fax: 02 2302285 e-mail: belgium@scavolini.com

Revendeur exclusif pour le Luxembourg:

Distributeur:

BAMOLUX 56, Avenue de La Gare L-4130 ESCH/ALZETTE Tél. +352.48421433

DECOR-IN 2, Zone Industrielle L-9166 MERTZIG Tél. +352.889110

Système de Gestion Qualité UNI EN ISO 9001 Système de Gestion Environmentale UNI EN ISO 14001

Scavolini S.p.A. 61025 Montelabbate (PU) Italie Tel. +39 0721443333 Fax: +39 0721443413 contact@scavolini.com www.scavolini.com


38

Désirs Hiver 2008

urs les taille au luxembourg

TAILLÉ SUR MESURE

au luxembourg, daNs les aNNées 1930, il existait la fédératioN des marcHaNds tailleurs, la plus graNde fédératioN du pays avec 600 membres établis. ce Nombre a dramatiquemeNt cHuté depuis et le métier De tailleur semble désormais mécoNNu. trois représeNtaNts Nous parleNt de leur passioN, eNtre maÎtrise tecHNique et créativité, ayaNt comme fil rouge uN savoir-faire d’uNe élégaNce deveNue rare. INTERVIEW: ANOUK WIES. PORTRAIT: JULIEN BECKER.

07_38-45_Tailleur.indd 38

09.10.2008 17:54:35 Uhr


Hiver 2008 Désirs

39

Pascal Zimmer a toujours été fasciné par l’univers des tailleurs et propose à ses clients des costumes au style traditionnel avec une touche tendance.

BASICS & BESPOKE Quelle est l’origine du nom de votre boutique?

«Nous aimions bien les initiales bb, qui expriment deux directions: basics, des classiques pour l’homme et bespoke, terme anglais pour la réalisation sur mesure par un tailleur. Qu’est-ce qui vous a amené à faire ce métier et à travailler au Luxembourg?

«Je n’ai pas la formation de tailleur, mais c’est un univers qui m’a toujours intéressé. J’ai eu la chance de beaucoup voyager étant jeune et lors de ces déplacements, je visitais des endroits mythiques, comme la Savile Row à Londres. Lorsque j’allais voir les tailleurs, ils étaient très accueillants, m’expliquaient leur travail. Nous sommes restés en contact et aujourd’hui je suis content de pouvoir travailler avec certains d’entre eux. Basics & Bespoke existe depuis quatre ans à Luxembourg, ville qui correspond bien à l’identité des marques que nous représentons, dont certaines en exclusivité mondiale, et qui n’étaient jusqu’alors que peu connues ici. Qui sont vos clients? Ont-ils un style précis? Pourriez-vous nous faire une description de votre métier et de votre univers?

«Nous représentons le style traditionnel avec une touche tendance. Le côté historique nous importe beaucoup, la recherche sur les origines du vêtement, de la marque. Les Italiens sont raffinés dans le détail, mais le master cut n’égale pas celui des Anglais. On n’a qu’à regarder David Beckham… Les Français mélangent bien, c’est une quintessence des deux autres: l’allure des Anglais et le détail des Italiens. Nous travaillons avec des tailleurs renommés en Italie, à Paris, et avec Henry Poole à Londres. Au magasin, nous proposons trois formules: off the peg qui est du prêt-àporter, made to measure ou half bespoke, et le fully bespoke qui comprend le dessin sur tissu, un costume entièrement cousu à la main, parfaitement ajusté et personnalisé selon le goût du client. Ecoutez-vous de la musique sur votre lieu de travail?

«Oui, de la musique des années 1930.

07_38-45_Tailleur.indd 39

«Au début, nous avions plus de notoriété à l’étranger qu’à Luxembourg, puis les Luxembourgeois sont venus se faire habiller chez nous. Le style de Patrick Hollington par exemple rend bien l’esprit Rive gauche parisien, le genre intellectuel, de gauche, qui lit Libération. Le produit parle tout seul. Ce sont des architectes, des galeristes, etc. Rien à voir avec le style dandy de la Rive droite! Combien de temps nécessite la création d’un costume? Combien cela coûte-t-il?

«Pour la demi-mesure il y a un premier envoi, suivi de un à deux essayages, pour une durée de fabrication de quatre à cinq semaines. Pour la mesure  traditionnelle, le costume arrive en lambeaux. Suit l’ajustement et jusqu’à quatre essayages, ce qui nécessite plus de temps, mais la coupe est parfaite. Il faut compter environ six mois de fabrication. Les prix off the peg sont autour de 400€, ceux d’half bespoke à partir de 1000€, et pour un costume fully bespoke, les prix commencent à partir de 2000€. Une commande auprès de Henry Poole revient à 4000€.

09.10.2008 17:54:41 Uhr


40

Désirs Hiver 2008

«Nous proposons des vêtements qui étaient bien il y a 20 ans et qui le seront encore 20 ans plus tard». pascal zimmer

chose. Il y a de la fausse information autour de ces marques qui vendent du service personnalisé qui nuit à un vrai savoirfaire qui se perd. Quelle est la particularité de vos costumes? Ontils des signes distinctifs, une facture particulière?

«La silhouette est prononcée, notre étiquette se trouve dans la poche intérieure. Il importe de dire au client que chaque tailleur a son style. Henry Poole est ultraconservateur, le pantalon est ainsi plus ample et plus haut. Votre métier consiste-t-il aussi à donner des conseils?

«Il faut prendre en compte divers facteurs: le gabarit et la morphologie, puis le code vestimentaire (un architecte s’habille différemment d’un banquier, d’un politicien ou de jeunes mariés) et enfin de la personnalité. Le budget à dépenser influe également sur le choix. Suivez-vous la mode, les tendances du moment? Etes-vous influencé par un créateur ou un style en particulier? Avez-vous un créateur de mode préféré?

«Non. Nous proposons des vêtements qui étaient bien il y a 20 ans et qui le seront encore 20 ans plus tard. Ce sont des classiques intemporels. Il y a bien sûr des créateurs que j’aime bien. Hedi Slimane a par exemple osé dire: ‘Qui a dit que le costume devait être confortable?’» Que pensez-vous des grandes marques de prêt-àporter (Paul Smith, Hugo Boss, etc.)? Ressentezvous de la concurrence de la part de marques grand public qui se mettent à faire des costumes sur mesure?

«Ces marques sont de grandes entreprises, dont nous ne voulons pas. A l’opposé d’une marque comme Hollington avec une approche plus marginale, leurs vêtements sont trop chers et ne durent pas longtemps. Le grand public ne fait pas forcément la différence, alors que c’est tout à fait autre

07_38-45_Tailleur.indd 40

Quelle est l’évolution de la clientèle aujourd’hui?

«Il y a quelques années le métier était un peu poussiéreux, aujourd’hui des jeunes de 35-40 ans s’y intéressent. Le fait main traditionnel, avec une touche personnalisée, donne envie de porter un costume. Et pas seulement parce que le patron l’exige. Quels sont vos objectifs pour les années à venir? Y a-t-il une personne pour laquelle vous aimeriez ou avez réalisé un vêtement?

«Pour l’année prochaine, nous avons prévu le démarchage auprès des entreprises pour leur proposer des formations sur le code vestimentaire. On aimerait aussi travailler avec John Pearse, figure culte des années 70, qui a un côté rebelle, rock’n roll. Un autre projet fascinant serait des chaussures, fully bespoke! Puis, nous aurions plaisir à voir plus de politiciens soigner leur tenue vestimentaire. Quelle est votre définition du bon ton? Quelles sont selon vous les règles à suivre en matière d’habillement?

«Ce qu’il faudrait éviter: un costume trop large, trop long, les bras trop longs, les chaussures trop grosses et lourdes. Les recommandations: être subtil, les chaussettes de la même couleur que les chaussures, respecter le code selon la situation». Basics & Bespoke, 9 rue de la Boucherie, Luxembourg, www.basics.lu

09.10.2008 17:54:41 Uhr


Dessange invente le nouveau blond!

LUXEMBOURG - 38, rue du Curé - Tél.: 22 68 26 I LUXEMBOURG - 26, av. de la Liberté - Tél.: 48 80 32 I ESCH-SUR-ALZETTE - 41, rue de la Libération - Tél.: 54 53 57 Auchan KIRCHBERG - 5, rue A. Weicker - Tél.: 43 84 44 I City Concorde BERTRANGE - 80, route de Longwy - Tél.: 26 25 91 86 ETTELBRÜCK - 18, rue du Dr Herr - Tél.: 26 81 05 25


42

Désirs Hiver 2008

Eva Ferranti propose des costumes sur-mesure à la coupe italienne, très ajustée, avec une doublure qui donne un ton moderne.

EVA FERRANTI Quelle est l’origine du nom de votre boutique?

«D’abord ce fut Adamo & Eva, créée en 2000. Ensuite, en 2005, est née Eva Ferranti hand-made Italian fashion. On peut interpréter le nom comme Eva habillant Adam. Aujourd’hui Eva Ferranti est une ligne de production personnelle au Luxembourg, à la coupe italienne, on l’aura deviné. Qu’est-ce qui vous a amenée à faire ce métier et à travailler au Luxembourg?

«J’ai en quelque sorte hérité mon métier de ma mère qui était couturière. De ma passion j’ai fait mon métier. J’ai une formation dans la couture femme. Pendant deux ans, j’ai travaillé comme indépendante en Italie. J’ai passé six ans dans un atelier de vêtements pour homme où j’ai beaucoup appris. A 27 ans, je suis retournée au Luxembourg où j’ai spontanément créé mon entreprise. Aujourd’hui, nous sommes 4 associés et 14 employés. Pourriez-vous nous faire une description de votre métier et de votre univers?

«Avec ma formation technique, je suis aussi bien styliste que patronneuse et tailleur. Ceci est un avantage par rapport à certains designers qui ne savent pas si tel modèle peut être réalisable. Pour nous, il y a deux saisons, l’hiver et l’été, durant lesquelles la plupart de nos clients passent leur commande. Tout est réalisé à la main. Notre offre va du manteau au gilet en passant par le pantalon qui peut même être plus sportif, ou encore les sous-vêtements. Nous avons uniquement du tissu italien de qualité supérieure. Sur catalogue, ce sera principalement Loro Piana ou Ermenegildo Zegna. Ecoutez-vous de la musique sur votre lieu de travail?

«Oui, du jazz, soul. Qui sont vos clients? Ont-ils un style précis?

«C’est une clientèle internationale. Il y en a qui viennent spécialement me voir pour passer leur commande pour toute la saison. La haute saison s’étend de fin septembre à

07_38-45_Tailleur.indd 42

09.10.2008 17:54:47 Uhr


Hiver 2008 Désirs

43

«Nous faisons un travail de qualité difficile à égaler. L’industriel n’a rien à voir avec le savoir-faire d’un tailleur». eva ferranti

fin octobre pour les commandes d’hiver. Ce sont des cadres, hommes soucieux de leur image, qui ont le goût de s’habiller et aiment une certaine valorisation de leur personne. Combien de temps nécessite la création d’un costume? Combien cela coûte-t-il?

«Nous comptons quatre à sept semaines pour le sur-mesure, dont le prix commence à 1700€ et deux à trois semaines pour la demi-mesure, dont le coût est d’environ 950€. Suivez-vous la mode, les tendances du moment? Etes-vous influencée par un créateur ou un style en particulier? Avez-vous un créateur de mode préféré?

«Oui, je suis la mode, je vais aux foires et fais attention aux tendances. Mais, j’ai mes propres préférences. A l’école j’aimais bien Karl Lagerfeld. Mais, je suis moi et non pas le numéro deux de quelqu’un d’autre. Aujourd’hui, je ne regarde plus les grands noms. Ce qui m’intéresse c’est le travail fait main, le souci du détail. Que pensez-vous des grandes marques de prêt-àporter (Paul Smith, Hugo Boss, etc.)? Ressentezvous de la concurrence de la part de marques grand public qui se mettent à faire des costumes sur mesure?

«Nous faisons un travail de qualité difficile à égaler. L’industriel n’a rien à voir avec le savoir-faire d’un tailleur. On pourrait comparer cette différence avec les services offerts dans l’hôtellerie: il y a les hôtels de charme et les grandes chaînes. Le client sait ce qu’il veut, le service personnalisé ou juste standardisé. Quelle est la particularité de vos costumes? Ontils des signes distinctifs, une facture particulière?

«Mon look est dandy, la coupe très ajustée, la doublure spéciale pour donner un côté moderne. Je n’utilise jamais de colle, ce qui fait que le costume s’adapte parfaitement au corps de la personne qui le porte. D’ailleurs,

07_38-45_Tailleur.indd 43

un costume ne se prête pas justement pour cette raison. Les vêtements sur mesure portent les mentions «HandMadeItalianFashion» et «Fatto a Lussemburgo». Quelle est l’évolution de la clientèle aujourd’hui?

«Le fait est qu’on reconnaît facilement la coupe. Cela finit par ressembler à un uniforme (tous portent par exemple du Boss). Certains veulent se distinguer, ne pas ressembler à la masse. Quels sont vos objectifs pour les années à venir?

«Développer la marque à l’international, tout en maintenant le haut niveau de qualité. Les villes visées sont Genève et Londres. Y a-t-il une personne pour laquelle vous aimeriez ou avez réalisé un vêtement?

«Je considère toute personne qui aime venir ici comme une personnalité. Quelle est votre définition du bon ton? Quelles sont selon vous les règles à suivre en matière d’habillement?

«Assortir la ceinture avec les chaussures, cirées! Ne pas mettre le même costume toute la semaine. Deux bons costumes valent mieux que quatre mauvais! Selon vous, que faut-il éviter absolument?

«Pas de costume noir, surtout en journée! Il est réservé aux serveurs, pour les funérailles, les mariages le soir». Eva Ferranti / Adamo & Eva, 20 Rue Saint Ulric, Luxembourg, www.evaferranti.lu

09.10.2008 17:54:48 Uhr


44

Désirs Hiver 2008

Marc Konsbruck, fournisseur officiel de la cour et tailleur de père en fils, propose des costumes au style anglais classique ou toute autre demande formulée par ses clients.

MARC KONSBRUCK Quelle est l’origine du nom de votre boutique?

«C’est une affaire de famille. Mon grand-père a commencé comme tailleur en 1895, ensuite mon père a continué à exercer le métier et en 1995, nous avons fêté le centenaire de notre entreprise. Nous avions des contacts en GrandeBretagne, au départ avec les fournisseurs de tissu, des firmes comme Burberry et d’autres qui font aussi de la confection, tel Pringle of Scotland. Ainsi, nous avons commencé à proposer du prêt-à-porter avec la création du magasin Konsbruck’s British House en 1986. Pourriez-vous nous faire une description de votre métier et de votre univers?

«Notre métier est en voie de disparition! Le déclin des tailleurs se ressent partout de la même façon, pas qu’au Luxembourg. C’est dû à l’industrie. Il y a 15 ans, nous avons rajouté la mesure industrielle, on a su s’adapter. C’est moins précis que la mesure traditionnelle, mais cela coûte moitié prix. En ce qui concerne ma formation, j’ai le brevet de maîtrise  luxembourgeois, mais j’ai fait mon apprentissage à Munich, à Londres auprès de Kilgour French Stanbury et Tailor & Cutler, ainsi qu’à Paris à l’Académie de coupe. Si les Allemands ne sont pas réputés pour la mode, j’admire leur précision. Ils pratiquent un remarquable travail fait main, de belles boutonnières. A Londres, c’est le style. A Paris, c’est plus enjoué, la couture reflète la mentalité française. Ecoutez-vous de la musique sur votre lieu de travail?

«En permanence, la radio. Qui sont vos clients? Ont-ils un style précis?

«Nos clients viennent d’Angleterre, de France, de Belgique, de partout. Les gens viennent chez nous pour le style anglais classique. C’est une question de goût. C’est comme pour les voitures, il y a des gens qui achètent des modèles britanniques, allemands… C’est le choix du client. Qu’est-ce qu’on vous demande le plus?

«Il n’y a rien que nous ne sachions faire! Pour un mariage par exemple, on m’a demandé de faire une jaquette de cérémonie. C’est un vêtement qui s’inscrit dans une certaine tradition, qui suit des règles précises. La jaquette, ou la redingote, se met jusqu’à 19 heures, après quoi les hommes se changent et vont mettre l’habit, encore appelé le smoking ou dinner jacket. Le nom vient du fait que les hommes se retirent dans

07_38-45_Tailleur.indd 44

09.10.2008 17:54:54 Uhr


Hiver 2008 Désirs

45

«L’avantage du sur mesure est que dix ans plus tard, votre costume a toujours sa forme». marc konsbruck

le fumoir; aux Etats-Unis on l’appelle tuxedo. La jaquette se distingue facilement de l’habit ou du smoking du fait qu’elle n’a jamais de revers en soie. Combien de temps nécessite la création d’un costume? Combien cela coûte-t-il?

«La commande d’un deux-pièces nécessite 50 heures de travail, alors que la confection industrielle en demande cinq. Un costume en mesure industrielle coûte 800-1000 €. En mesure traditionnelle, nous faisons deux à trois essayages dans notre atelier à Esch. Le prix est à partir de 2000-2500 € et au-delà, il n’y a pas de limite. Cela dépendant du choix du tissu, des finitions… Suivez-vous la mode, les tendances du moment? Etes-vous influencé par un créateur ou un style en particulier? Avez-vous un créateur de mode préféré?

«La mode change vite; je n’adapte pas trop selon les tendances, car les changements reviennent trop chers. Je fais tout moi-même. Alors, je vais faire le prétentieux et dire que je suis mon propre maître! Que pensez-vous des grandes marques de prêt–àporter (Paul Smith, Hugo Boss, etc.)? Ressentezvous de la concurrence de la part de marques grand public qui se mettent à faire des costumes sur mesure?

Quelle est l’évolution de la clientèle aujourd’hui?

«Les jeunes qui dépensent 2000€ pour un costume sont rares; ceux qui ont le souci de l’habit vont dépenser 800-1000€. L’alternative est donnée avec l’industriel. Mais c’est bien qu’on puisse donner cette possibilité. Aujourd’hui il n’y a presque plus personne qui porte un costume en mesure traditionnelle. Comme pour les voitures, il y en a qui achètent une 2CV, et d’autres une Rolls Royce. Les deux marchent. Y a-t-il une personne pour laquelle vous aimeriez ou avez réalisé un vêtement?

«Ce n’est pas comparable. Si dans l’industriel le tissu et le modèle peuvent être choisis, comme dans la mesure traditionnelle, la différence se trouve dans le fait-main! L’avantage du sur mesure est que dix ans plus tard, votre costume a toujours sa forme. Rien n’est collé, ce sont toutes des pièces indépendantes, qui tiennent au nettoyage. En plus, si le client grossit, je peux l’agrandir ce qui n’est pas possible dans la mesure industrielle. J’ai des clients qui viennent me voir pour un changement après huit ans.

«J’ai entre autres eu l’honneur de faire l’uniforme du GrandDuc Henri et la jaquette du Prince Guillaume pour la cérémonie d’intronisation. Par ailleurs, on m’a demandé de réaliser l’uniforme de l’équipe luxembourgeoise pour les Jeux Olympiques de Sydney. Je suis content de mon travail. Après tout, «Fournisseur de la Cour», c’est mon titre personnel!

Quelle est la particularité de vos costumes? Ontils des signes distinctifs, une facture particulière?

«Vous savez, je suis à 100% d’avis que je ne peux rien y faire! Le client qui vient me voir a une idée en tête et les moyens de la payer. J’ai des clients qui me disent qu’ils pourraient acheter de l’industriel, moins cher, mais ils n’en ont pas envie. Il y a du plaisir à voir évoluer le costume».

«Dans la demi-mesure, je mets mon étiquette, car j’en prends la responsabilité: je dis à mes couturiers ce qu’il faut faire, comment le réaliser. Pour la mesure traditionnelle, ce sera une étiquette différente, signée «Konsbruck», avec la même typo qu’utilisait déjà mon père.

07_38-45_Tailleur.indd 45

Quelle est votre définition du bon ton? Quelles sont selon vous les règles à suivre en matière d’habillement?

Konsbruck’s British House, 8 rue du Marché aux Herbes, Luxembourg, tél.: (+352) 46 29 46.

09.10.2008 17:54:54 Uhr


46

Désirs Hiver 2008

fashion selection Désirs Magazine a plongé au cœur des collections Automne-Hiver 2008-2009 et des accessoires pour en proposer ses coups de coeur. Tenues de soirée, costumes masculins, mailles épaisses et silhouettes architecturées se disputent la vedette des podiums, tandis que pour les accessoires, la part belle est faite aux bijoux, sacs, chaussures et montres. Nous avons également demandé à quelques personnalités actives à Luxembourg de nous faire partager leur point de vue sur ces sélections.

Martine Schneider Martine Schneider est directrice de la galerie BeaumontPublic à Luxembourg qui présente des artistes de la scène internationale comme Marina Abramovic, Atelier Van Lieshout, Jenny Holzer ainsi que des artistes de la scène luxembourgeoise comme Su-Mei Tse, Roland Questch et Filip Markiewicz. Christian Aschman Christian Aschman est photographe. Vivant entre Luxembourg et Bruxelles, il contribue régulièrement aux magazines de mode et développe en parallèle un travail personnel exposé en galerie et dans les musées. On a pu voir récemment son travail à Luxembourg à la galerie Nosbaum & Reding dans l’exposition Mixed Season.

Thorunn Thorunn est une personnalité aux multiples facettes. Islandaise vivant à Luxembourg, elle est connue du grand public grâce aux émissions de télévision qu’elle a animé sur RTL. Mais Thorunn est également musicienne, comme en témoigne ses albums The Moment in Between (2006) et Super­ fishreality (2008).

Stina Fisch Stina Fisch est artiste et définit son travail ainsi: «Papier, pages, murs, livres, stylos noirs, écriture, silence, lenteur, recherche du geste rond et vide, réservé, bénin». Son travail est actuellement présenté dans l’exposition Elo. Inner Exile - Outer Limits au Mudam.

Fashion editor: Céline coubray.

08_46_47_fashion_collage_opener_volumes.indd 46

10.10.2008 15:35:11 Uhr


Hiver 2008 Désirs

aleXanDer McQueen

47

YVes saint laurent

Maison Martin MarGiela

thorunn La couture de John Galliano est toujours excentrique, presque délirante et ne laisse personne indifférente. J’aimerais bien voir la tête des gens, s’ils me voyaient porter cet outfit dans la Grand Rue.

chanel

e coMM ons r a Des G Ç

PoP uP the VoluMe! John Galliano

08_46_47_fashion_collage_opener_volumes.indd 47

explosition De voluMes, exHubérance Des forMes, granDiloquence Des coupes, ces tenues sont extravagantes Dans leurs proportions et révÈlent la granDe tecHnicité Des créateurs.

09.10.2008 16:06:12 Uhr


48

DÉSIRS HIVER 2008

SMALTO KRIS VAN ASSCHE

LES HOMMES

CHRISTIAN LACROIX

SMALTO

ISSEY MIYAKE

CARLOS MIELE

CHRISTIAN LACROIX

08_48-49_tenue de soiree.indd 48

8/10/08 12:01:09


HIVER 2008 DÉSIRS

49

ELIE SAAB

KRIS VAN ASSCHE

SMALTO

ELIE SAAB

GUY LAROCHE

MIDNIGHT PARTY LE SOIR, LE LUXE S’EXPRIME DE MILLE FAÇONS: LES TENUES PEUVENT ÊTRE SIMPLES ET SOBRES, HAUTES EN COULEURS ET FOISONNANTES DE TISSUS, DÉLICATES ET VAPOREUSES, À L’ALLURE DANDY LÉGÈREMENT DÉBRAILLÉE OU ENCORE TIRÉES À QUATRE ÉPINGLES, UN PEU STRICTES.

08_48-49_tenue de soiree.indd 49

8/10/08 12:01:48


50

DÉSIRS HIVER 2008

CELINE CARLOS MIELE

AUL JEAN-P GAULTIER

HUSSEIN CHALAYAN

THE KNITTING CLUB LOIN DE LA SIMPLE BANDE TRICOTÉE EN POINT MOUSSE ET MONTÉE EN FORME DE T, CES TENUES RÉVÈLENT UN SAVOIRFAIRE CERTAIN ET UNE DEXTÉRITÉ À MANIER LES AIGUILLES À FAIRE PÂLIR LES TRICOTEURS LES PLUS EXPÉRIMENTÉS.

THORUNN

MALO

ICEBERG

08_50_GrosseMaille.indd 50

Jean-Paul Gaultier a un talent très à part: il réussit toujours à nous amener dans un autre monde. Ses idées sont rafraichissantes et inspirantes.

09.10.2008 10:38:54 Uhr


HIVER 2008 DÉSIRS

SANDRINA FASOLI

ISSEY MIYAKE

51

MARTINE SCHNEIDER

SOPHIE D’HOORE

J’apprécie beaucoup Anne Valérie Hash pour ses vêtements intelligents. S’habiller aujourd’hui n’entre plus dans le registre du faire valoir, mais bien, du faire savoir. En s’habillant Guy Laroche on décline la fluidité féminine, Céline et d’Hoore, la retenue, Ines de la Fressange et Comme les Garçons, l’humour.

GUY LAROCHE

LUTZ

INES E DE LA FRESSANG

LA LIGNE CLAIRE CES TENUES VOLONTAIREMENT SOBRES LAISSENT S’EXPRIMER LA PERSONNALITÉ DE CELLES QUI LES PORTENT TOUT EN EN RÉVÉLANT L’ÉLÉGANCE. LES SILHOUETTES SONT RAFFINÉES ET LE CAMAIEU DE COULEURS ALLANT DU NOIR AU PRUNE EN PASSANT PAR LE BLEU MARIME CALME UNE MODE BOUILLONNANTE ET ASSURE UNE ALLURE À LA FOIS AFFIRMÉE ET DÉLICATE.

08_51_simle_et_sobre.indd 51

09.10.2008 16:07:20 Uhr


52

DÉSIRS HIVER 2008

CHRISTIAN ASCHMAN

SMALTO

COSTUME NATIONAL

J’aime la créativité innovante et expérimentale de Balenciaga, tout comme la grâce exceptionnelle et intemporelle qui se dégage des silhouettes d’Issey Miyake, dans lesquelles le corps se sent libre.

DIOR

ISSEY MIYAKE

LES HOMMES

ANOTHER WINTER CET HIVER LES MANTEAUX FÉMININS PRENNENT DU VOLUME AVEC DES COLS GÉNÉREUSEMENT AMPLIFIÉS. POUR LES HOMMES, ON AIME PARTICULIÈREMENT L’IDÉE D’ASSORTIR LE MANTEAU ET LE PANTALON, LA CAPE ET LA ROBE D’INTÉRIEUR TRANSPOSÉE POUR L’EXTÉRIEUR.

08_52-53_ManteauxMixte.indd 52

09.10.2008 11:14:18 Uhr


DÉSIRS HIVER 2008

53

MALO

CHRISTIAN LACROIX

BALENCIAGA

AUL JEAN-P GAULTIER

CHRISTIAN LACROIX

SMALTO

JEROEN VAN TUYL

08_52-53_ManteauxMixte.indd 53

09.10.2008 11:14:49 Uhr


54

DÉSIRS HIVER 2008

BLESS

CHRISTIAN ASCHMAN

AGNÈS B

J’aime agnès b. depuis les années 80 pour son intemporelle simplicité.

SMALTO

DE FURSAC

LOUIS VUITTON

LE COSTUME SOUS TOUTES LES COUTURES IRIÉ WASH

08_54_CostumesHommes.indd 54

QU’IL SOIT PORTÉ OCCASIONNELLEMENT OU QUOTIDIENNEMENT, LE COSTUME RESTE INDÉNIABLEMENT UNE TENUE INCONTOURNABLE DANS LE VESTIAIRE MASCULIN. CETTE SÉLECTION PROPOSE DES MODÈLES DU CLASSIQUE DEUX PIÈCES EN VERSION MODERNE.

09.10.2008 11:04:41 Uhr


Design et audacieux, découvrez le smartphone haut de gamme de RIM …

Antenne GPS intégrée WiFi HSDPA Bluetooth Appareil photo 2 Mégapixels Mémoire 1Gb Coque arrière en cuir noir

99

*

Le saviez-vous ? BlackBerry vous permet de recevoir vos emails et gérer votre agenda et vos contacts lors de vos déplacements exactement comme si vous étiez au bureau. La technologie BlackBerry compresse vos données, pièces jointes incluses, réduisant ainsi votre consommation data au strict minimum : maîtriser votre budget et restez connecté en toute tranquillité !

* Prix uniquement valables avec un abonnement Relax Pro et une option Phone 10/mois sur 24 mois + forfait BlackBerry Light sur 24 mois., sous réserve d’erreurs typographiques, voir conditions en magasin.

BlackBerry Bold

Pour plus de renseignements, merci de contacter notre Business Customer Department, service entièrement dédié aux professionnels, au 24 62 24 00 ou par mail à l’adresse bcd@luxgsm.lu LUXEMBOURG-GARE I BELLE ETOILE I CITY CONCORDE I DUDELANGE I ESCH-SUR-ALZETTE I ETTELBRUCK I JUNGLINSTER I KIRCHBERG I REDANGE I TROISVIERGES

LuxGSM_504338_BBerry9000_PJ-Cuir2.indd 1

10/6/08 4:07:49 PM


56

DÉSIRS HIVER 2008

HUGO BOSS

KRIS VAN ASSCHE

SMALTO

MARION MILLE

L’ÉCHARPE VERSION XXL EN GROSSE MAILLE, EN FOURRURE, À FRANGE, AVEC DES POCHES… QUELLE QUE QUE SOIT SA SPÉCIFICITÉ, L’ÉCHARPE SE PORTE CET HIVER EN VERSION XXL, ENVELOPPE GÉNÉREUSEMENT LE COU DANS UN ENROULÉ VOLUMINEUX, ET PEND LONGUEMENT DE PART ET D’AUTRE. BLESS LES HOMMES

08_56_echarpeXXL.indd 56

09.10.2008 11:19:41 Uhr


ann.désir 238x300

9.10.2008

16:29

Page 1

15, RUE PHILIPPE II

L-2340 LUXEMBOURG

ETRO MILANO ERMANNO SCERVINO JIL SANDER BRUNELLO CUCINELLI ARMANI COLLEZIONI JOHN GALLIANO MARC JACOBS DIANE VON FURSTENBERG PIECES UNIQUE BONNIE LUCIANO BARBERA WUNDERKIND CAR SHOE RALPH LAUREN BLUE LABEL RENA LANGE

B . P. 9 1 2

L-2019 LUXEMBOURG

TÉL. 22 53 33


58

DÉSIRS HIVER 2008

JEAN-PAUL GAULTIER

LOUIS VUITTON

« Je n’aime pas les modèles corsetés trop assujettis, trop esclaves, l’horreur. S’habiller est aussi une politesse vis-à vis des autres, un très beau témoignage de l’intérêt qu’on porte aux autres.»

MARTINE SCHNE IDER CHANEL

ANNE VALÉRIE HASH

COMME DES GARÇONS

CELINE

LÉGÈREMENT CORSÉES ON CROYAIT QUE LES GAINES, CORSETS, GUÉPIÈRES ET AUTRES PANIERS ÉTAIENT L’APANAGE DE NOS AÏEULLES… GROSSIÈRE ERREUR! LES VOICI REMIS AU GOÛT DU JOUR, DANS DES TENUES MODELANT LE CORPS, FORTEMENT ARCHITECTURÉES ET PARCOURUES DE LIGNES STRUCTURANT LA LECTURE DU VÊTEMENT.

08_58_architecture.indd 58

09.10.2008 16:09:08 Uhr


1PPJ.indd 1

8/10/08 12:40:38


60

DÉSIRS HIVER 2008

FRATELLI ROSS ETTI

HOGAN

HEL MIC RY R PE

BARBA R

A BUI

LACO STE

09_60-61_shoes_mixtes.indd 60

LOUIS VUITTON

09.10.2008 11:33:02 Uhr


HIVER 2008 DÉSIRS

EL MICH PERRY

61

ASH

TIAN CHRIS LACROIX

RT ROBE IE CLERGER

LES COULEURS DE L’AUTOMNE UNE SÉLECTION DE CHAUSSURES AUTOUR D’UNE PALETTE AUTOMNALE, ASSOCIANT SUBTILEMENT DES TONS SOURDS, REHAUSSÉES DE TOUCHES DISCRÈTES ET PRÉCISES, SOULIGNÉES PAR DES DÉTAILS RAFFINÉS ET DISTINGUÉS. A REGARDER AVEC ATTENTION!

IA

RIZ PAT E P PE

09_60-61_shoes_mixtes.indd 61

09.10.2008 11:33:18 Uhr


62

DÉSIRS HIVER 2008

SACS D’UN JOUR OU POUR TOUJOURS POCHETTES DE SOIRÉE, SACS DE JOUR À L’ANSE COURTE OU MODÈLES D’EXCEPTION, CES SACS SONT TOUS AUSSI SÉDUISANTS LES UNS QUE LES AUTRES, ET ACCOMPAGNENT LES FEMMES ÉLÉGANTES LE TEMPS D’UNE JOURNÉE OU POUR LA VIE.

ROBERT CLERGE RIE

SONIA RYKIEL

P

LONGCHAM

LILU

IS LOU VUITTON

BARBARA BUI

09_62-63_Sacs.indd 62

09.10.2008 16:17:01 Uhr


63

HIVER 2008 DÉSIRS

VANESSA BRUNO

STINA FISCH «Le sac en cuir frangé de Vanessa Bruno existe en blanc également, joli nuage qui se forme sous mon bras».

CELINE

TWENT

Y8TWE

LVE

LILU

09_62-63_Sacs.indd 63

09.10.2008 16:17:12 Uhr


64

DÉSIRS HIVER 2008

BESTIAIRE FANTASTIQUE LES BIJOUTIERS SE SONT INSPIRÉS DU MONDE ANIMALIER POUR PROPOSER DES ACCESSOIRES TOUR À TOUR EXCEPTIONNELS OU PLEINS D’HUMOUR, EMPREINTS DE POÉSIE ET RACONTANT TOUS D’UNE CERTAINE FAÇON UNE HISTOIRE.

ANNE ZELLIEN

CHAUMET

SABRINA DEHOFF

BOUCHERON

09_64_Bijoux_Animaux.indd 64

THAIS

LES PRÉCIEUSE S

09.10.2008 16:18:35 Uhr


HIVER 2008 DÉSIRS

65

NATAN

POMELLATO

LES CIEUSES

PRE

L’ESSENCE DE LA COULEUR CES BIJOUX OFFRENT DES REFLETS PRÉCIEUX, DES NOIRS BLEUS CONJUGUÉS AUX ROUGES SANG ET GRIS POUDRÉS, COMME UN ARC EN CIEL DE QUELQUES GOUTTES D’ESSENCE, AUX NUANCES ENVOÛTANTES.

CHANEL

CELINE CHRISTIAN LACROIX

09_65_Bijoux_divers.indd 65

09.10.2008 16:19:15 Uhr


66

DÉSIRS HIVER 2008

FRATELLI ROSSETTI

CHIE MIHARA

A NOTRE BOTTE! RIEN DE TEL QU’UNE BELLE PAIRE DE BOTTES POUR FAIRE TOURNER LES TÊTES ET AFFIRMER UNE TENUE SÉDUCTRICE. FIÈREMENT ÉLANCÉES DU HAUT DE LEURS TALONS, CES BOTTES MARQUENT LE RYTHME SUR LE PAVÉ DES MÉTROPOLES.

ASH

MICHEL VIVIEN

STINA FISCH

Were these boots just made for walking? Une paire de bottes renforce la présence, est un objet de performance. J’aime celle de Chie Mihara, espagnole avec un côté asia et 70’s.

CHIE MIHARA

09_66_Bottes.indd 66

09.10.2008 16:20:03 Uhr


HIVER 2008 DÉSIRS

CHANEL MONTRE PREMIERE NOIRE CERAMIQUE

67

PHILIPPE PATEK ATCH N WRISTW SKELETO

LONGINES IC ST CERAM CONQUE

ROLEX DAY-DATE II

HERMÈS CLIPPER H1

CARTIER BALLON BLEU TOURBILLON VOLANT

LUXURY TIME PLUS QUE DE SIMPLES INSTRUMENTS DE MESURE DU TEMPS, CES MONTRES SONT L’ABOUTISSEMENT D’UN SAVOIR-FAIRE SANS ÉGAL ET D’UN DESSIN D’EXCEPTION. MATÉRIAUX PRÉCIEUX ET MATIÈRES TECHNIQUES SONT CONJUGUÉS POUR OFFRIR À CES MONTRES LE MEILLEUR DE LA TECHNICITÉ HORLOGÈRE, SANS JAMAIS NÉGLIGER L’ÉLÉGANCE, LE LUXE ET LE RAFFINEMENT.

09_67_montres.indd 67

BALMAIN BALMAINIA DY CHRONO LA

8/10/08 13:41:42


DESIGNER OUTLETS ZWEIBRÜCKEN : LE TEMPLE DU SHOPPING Les designer outlets Zweibrücken, le plus grand centre de magasins d’usine d’Allemagne nous ouvrent les portes du monde de la mode et du luxe à prix réduits.

savoureuses spécialités régionales et internationales. Aux designer outlets Zweibrücken, on s’occupe aussi de vos enfants. En effet tous les samedis, lors des ouvertures exceptionnelles du dimanche ainsi que durant les congés scolaires du Rhénanie-Palatinat et du Saarland, une garderie accueille et s’occupe gratuitement des enfants âgés de 3 à 8 ans et ce de 11-18h. De plus, les designer outlets Zweibrücken proposent tout au long de l’année un programme évènementiel riche et varié comme par exemple des défilés de mode, des concerts ou des expositions d’art. Durant la période de Noel une visite s’impose : les designer outlets Zweibrücken brillent de milles feux, les sapins scintillent et les vitrines décorées vous donneront l’inspiration nécessaire pour trouver le cadeau idéal. Ne manquez donc pas la soirée shopping nocturne, vendredi 12 décembre. Toutes les boutiques se feront un plaisir de vous accueillir et conseiller jusqu’à 22h.

Les designer outlets de Zweibrücken offrent sur une surface de vente de 18.200 m2 un choix considérable de marques. Au total plus de 100 grands noms de la mode vous attendent dans une ambiance chaleureuse et conviviale. Que vous recherchiez une mode classique, décontractée, sportive ou extravagante; pour femmes, hommes et enfants : au centre de Zweibrtücken vous avez l’embarras du choix. Et ce à des prix très avantageux. En effet, les marques des designer outlets proposent toute l’année leurs collections précédentes jusqu’à 70 % moins chères par rapport au prix de référence. De plus, vous y trouverez également des accessoires, des articles de maroquinerie, d’art de la table et de l’habitat, du petit électroménager, du linge de maison, des produits cosmétiques et des bijoux. De quoi satisfaire tous les fans de shopping.

UNE INVITATION AU SHOPPING Les designer outlets Zweibrücken ont réussi à développer leur propre univers, ce qui leur confère un caractère exceptionnel. Le centre de Zweibrücken se distingue par son architecture moderne, aux lignes épurées et innovantes. Sa construction rappelle un village avec une grande allée centrale qui invite le visiteur à flâner le long de 100 boutiques élégamment agencées. Faire du shopping dans une ambiance décontractée et zen signifie à Zweibrücken s’octroyer de petites pauses entre deux boutiques. Sur la terrasse du Zett Café ou du Café Gusto, on peut déguster par exemple un délicieux cappucino. Le Zett Bistro quant à lui propose tout au long de la journée de

1PPJ.indd 2

9/10/08 17:29:06


Advertorial

Horaires d´ouverture : Lundi au samedi de 10h à 19h Ouverture exceptionnelle, dimanche 30. 11. de 13h à 18h Soirée shopping nocturne, vendredi 12.12. jusqu’à 22h

ACCÈS FACILE : Allemagne Autoroute A8, sortie 34 « Aéroport » Sortie directe d´autoroute et plus de 1.700 places de parking gratuites

LES MARQUES DES DESIGNER OUTLETS Zweibrücken : Adidas | Aigner Outlet | Art in the City | Baldinini | BiBA | Bogner | Bruno Banani Factory Store | Burberry | Calvin Klein Underwear | Carlo Colucci | Cinque | Centa-Star | Conradt | Cottonfield | Diesel | Dockers | Eastpak | Ecko Unltd. | Esprit Shoes and Accessories | Estella| Falke | Felina | Flip Flop | Fossil | Gant | Gas | Glenfield | G. K. Mayer Shoes | Golfino | Hallhuber | Hero by Wrangler | Home & Cook | Home by WMF | Hooper’s London | Hudson | Hutschenreuther | In Wear | Jackpot | Jacques Heim | Jansport | Jette Joop | Jet Set | Kangaroos | Kennel und Schmenger Schuhmanufaktur | K.I.D.S. | Krups | Kunert | Lacoste | Laurèl | Lee | Levi’s | Le Creuset | Lindt & Sprüngli | Lloyd Shoes | Mandarina Duck | Mango Outlet | Marc O’Polo | Marc Picard | Marlboro Classics | Marvelis | Matinique | Marverick | Mexx | Missoni | Möve | Mustang | Naf Naf | Nike Factory Store | Oakley | Odlo | Park Avenue | Part Two | Petit Bateau | Pilot | Playtex-Wonderbra | Polo Ralph Lauren| Prince of Argyle | Princess of Argyle | Puma | Quiksilver | Rena Lange | Rosenthal | Rosner | Rowenta | Roy Robson | Salewa | Sarar | St. Emile | Strenesse | Swarovski | Swatch |Tefal | The Body Shop | Thomas by Rosenthal | Titus | Tom Tailor | Tommy Hilfiger | Trussardi Jeans | United Colors of Benetton | Van Laack | Versace | Wolford | Wrangler | et bien d’autres Plus d’infos sur www.designeroutlets.com

1PPJ.indd 3

9/10/08 17:30:11


10_shopping_guide.indd 70

te

e

g

sc

h

w

en

d

er

pe

d

r

u

te

m l.

n

ie

pi

..

il pa a n ta po o n

le

n l

ta

a

n

g

r

bo

ri

n o tt

pl

o

i

f

ld

u w

o

er

er

d

n

n

’s

is

vi

o

le n

a

se

n

er

u

ri

o

ko

h

a

ev

r

d

le

n

u

ss

a

.M

m

rg

o

u

eu

u

n

h

bo

ss

c

r

o

ea

u

u

r

l

o e

o

er

g s

h

rt o

u

o

q

h s

ep

te

et a

ri

m

fa vo

le

s

m

es

es

er

fe tt m a n n

bo

so ia

c

n ry

m el

ke

ki

o zh

p. s

it ei m

ri ve r w

Th

l

&m

il

h

r

en

ie

d

rt

ie

a

fr

c

e

.3

d

1.2

o

bo oo el m n n n p o ds n i n e zo i t h se in ph t o m ra a d fr u a v en ra se ll ti lo e b la cb g c o n st g er eu e h a au r a ll d d s er a r lo r e e l h t n o g ou u c se h r a o ko m p f d o ia ka m o i n jc d m s

Hi-Fi & Video

t

o

en

Pa

Pret a porter

m

at i

d

le

is

ro ph e

x

ta

pi

re

er

o

tz

a

ss ic

bi pt

e

l

to

n

’s

t

en

y

c

le

tg

d

n

to

je

l

it

ss

a

er sh

d

re

rt

es

a

ey

ra g

vu

ka

fo

u

.w

rg

ea

se

eh

eo

la

is

ra n

er

d h

n s

ra

a

t

li

m

ft

ti

ro

a a g

c

m

lo

c

ll

a

n

M

g

li

m

a da ba te ri a s VIII u pe Pa

es

u ks ke

ik

lo

Parfumerie

sa

rn

u

ep

st

Maroquinerie

ro

ro .d

Lingerie rg

po

Bijouterie

a

te

a

e

a

h

w ag

n

er

c

a

p

fe

el

in

g

lp

h

Br

s

ee

sa

ei

sw a w

ro

vs

ki

a

rt

c

it

y

n

a

m

rf

r

O

u

eo

EUG a g o n at m d . p. h ro HOFFMAN a d es c o to n n ie rs th il g es c o m p. d es fe ve s

d

c

o

ra c

dy f i o u s in r rb a er i g /k er n

Articles de Luxe

c

n

m

iv

Chaussures be

Centre-ville

ti

ii

tf

Opticiens ee

r

t es

ti yv

pe

d

el

o

i

rm

e

ll

e

h

et

ba

n

a

be

el

c

a

in

re pr

bo

d

rd

 g

n

i  &

o

ll le

a El

g

st

a

sa u

a o

c n bo

re

la

Séléction: Céline Coubray. CarteS: Maxime Pintadu / INGRID.

pe

i-f

tr

le

n

n

o

to

c

a

o

m

va

ro

n

o

sa

c

Les meilleures adresses à Luxembourg pour la mode, les bijoux, la beauté, le bien-être, les plaisirs du palais, la décoration et l’aménagement de la maison.

es pr l’ é e s pi so c le er i m w e o en n d g e e d es se n c te o u ve rs n t g a rd en

n

h

ks

Decoration c

Fleuristes

be

delicatessen h

Beaute & Wellness

bo

70 Désirs Hiver 2008

Shopping map

10.10.2008 14:14:51 Uhr


10_shopping_guide.indd 71 u

em

pl

Ka

s

f

o e

l

a

il

h

ko

n

M

pf

p. d

es

m

o

o

sh

c

u

es

g

e

in

re

m

sp

r

o

n

le

d

n

h

c

d

sb

r

k

bo

ig

& 

en

c

w

ru

re

rs

to

e

o y 

li

ie

o

g

n

n

n

ko

to

m

g

er

n

k

ll

sa

ic

es

zw

o

es

vi

c

t

h

rs

z

fi

it

if

m

o

h

c

sc

m o li

e

Be

a

d

t

c

n

u

te

a

bl

o

s

g

n

c

n

vi

si

Ju

rw s

u

o

er

i

n

tt

ed

d

rm

ro

o

ja

ei

h

im

sc

ss

be

a

ra

sp

o

ke

a ri

er

c

pa s u bl an l d o ro s p ep el l

pa st

Ba

r

n

to

o

o

m

ta

ta

fo u u

i

ro

d

i

el

be

en

lo

Ed

el

fi

d

g

d

in

a

h

ph

fl y

m

er

iu

tt

ra

c

sr

ja

za

bu

tr

lu g a

em o ti o n s

n u d e

Hiver 2008 Désirs

71

10.10.2008 14:14:54 Uhr


s

d e st re m y

le o n id

ii

10_shopping_guide.indd 72 n

s

a

rf u

n

s

e

n m a ke

c

h

st

n d

VIII

fe

s

u

ri

li

ro

pa

t

g

a

er

er

rr

d

ed

n

o

u

g

n

d

m

s

o

l

so

n

se

o

pa

le

at i

et

rn

le

ic

el

yl

fr

s

je

u

a

m

o

a u r

n

s

ss

ag

e

bl

m

il

es

e

p. d

ph

m eu

et a

o

io

c

d

&m lle r

pa

h

n

m

t

ke

er

n

in

en

h

d

Re

ly ’

e

ie

er

au

Hi-Fi & Video

n

eh

h

Decoration

ka ys

c

fe

a

h

ff

h

er

a

lp

it

c

pr

ra

ro

es

es

n

yv

rg s

o

ve

m

Opticiens

a

te

o

g

n

Pret a porter

pl

n

le

a

Chaussures

s

i-f

rb

u

za

WE

y

n rt

ke da

s

lo

ei

le

w

Lingerie

a

h

u

Fleuristes

s

s

La

sp

ri

n

su

g

fi

d

pa

s

bo

ri

t

e

a

in

el

po

g

tr

n

ex sa

n

es

ra

d

ro

a

u

c

delicatessen

ei

in

Beaute & Wellness

rw

rd

Parfumerie

be

ja

VIII

ld

Maroquinerie

o

le

au

d

io

c

o

n

c

ep

t

72 DĂŠsirs Hiver 2008

gare

Articles de Luxe

Bijouterie

09.10.2008 16:20:51 Uhr


2008-10-238x300-wenge.indd 1

10/10/08 10:42:05


11_74-78_interview_bob gill.indd 74

09.10.2008 16:21:44 Uhr


Hiver 2008 Désirs

75

“Jazz”: magazine illustration

es D c i h ap

ign

A MULTIGIFTED DESIGNER gr

BoB gill is a designer, an illustrator, a copy writer, a filmmaKer and a teacHer. more over, He practices all tHis activities witH talent and Humor. born in 1931, He is a new yorKer but spent fifteen years in tHe swinging london wHere He created witH fletcHer and forbes, tHe world famous agency pentagram, before coming bacK to tHe big apple. He still worKs tHere, as a freelancer and agreed to answer some Questions. INTERVIEW: CÉLINE COUBRAY.

you starteD your career as a graphic Designer, art Director, illustrator anD teacher in the miD­ 1950s. what was your first work anD how DiD it come to you?

“The first job I ever did was a cover for Interiors Magazine. And how I got it was pretty much the same way I got my other jobs… knocking on doors of all the publishers, advertising agencies, record companies, book publishers, etc., looking for illustration and/or design work. what DiD your professional life look like During the 1950S?

“It was a struggle, as I was determined to avoid a full-time job. I had to survive as a free-lance person without any steady sources of income. Most of my work was as an illustrator. And after a few years, just as I was beginning to be known, I was drafted into the US Army. you went from nyc to lonDon for vacation in 1960 anD DeciDeD to stay there for a while, which lasteD 15 years… what happeneD?

11_74-78_interview_bob gill.indd 75

“As I thought it would be more interesting to work in London, rather than be a tourist there, I accepted a job with a British advertising agency as an art director. Working at a mediocre advertising agency was a mistake. But I fell in love with London. coulD you present us what is fletcher/ forBes/ gill? anD then pentagram Design?

“Soon after I arrived in London I met two of the nicest, most talented, most intelligent young British designers, Alan Fletcher and Colin Forbes. It was soon obvious that we were destined to form a partnership. We began in 1962, and it turned out to be a most stimulating, exciting experience for all three of us. Fletcher and Forbes taught me typography and I helped them conceptually. Almost immediately we became one of the most successful graphic design offices in Europe. It was obvious that F/F/G would keep on growing. And after more and more partners were added, the name was changed to Pentagram. why DiD you DeciDe to re­Become a free­lance Designer in 1968 after your aDventure with alan

09.10.2008 16:21:46 Uhr


76

Désirs Hiver 2008

BiBliogr aphy selection

Books Graphic Design: Visual Comparisons, with Alan Fletcher & Colin Forbes, 1963 Illustration: aspects and directions, 1964 reprinted 2008 Forget all the rules you ever learned about graphic design, Including the ones in this book, 1981 Graphic Design Made Difficult, 1992 Unspecial Effects for Graphic Designers, 2001 Graphic Design as a Second Language, 2003 LogoMania, 2007 Words into Pictures, 2008 Books For Children A Balloon for a Blunderbus, with Alastair Reid, 1961 reprinted 2008 A to Z, 1961 to be reprinted 2009 What Colour is the World?, 1962 reprinted 2008 The Blue Eyed Mouse and the Green Eyed Mouse, 1966 to be reprinted 2009 I Keep Changing, 1971 reprinted 2008 The Ups and the Downs, 1974 to be reprinted 2009

When Gill returned to New York, after 15 years in London, he sent out this announcement.

fletcher anD colin forBes rather than Being part of an agency?

“Pentagram's expansion suited Fletcher and Forbes, but not me. I prefered, and still do, working on relatively modest jobs in a small office. My priorities as a designer, have always been: where can I find clients who want the most adventurous, creative solutions and how can I keep my overheads so modest, so that I am under no pressure to keep a large staff busy, etc. in 1975, you DeciDeD to return to nyc. were you homesick? what DiD it change in your career to Be Back in nyc? DiD your stay in lonDon make a change in your vision of creation?

“My London experience changed me in every way it is possible to change; both culturally and creatively. I

11_74-78_interview_bob gill.indd 76

returned to NYC for two specific reasons. The Conservatives were now in power. ("Swinging London" was no more), and I was offered an interesting job… to write and design a multi-media and live history of the Sixties with a Beatles' score for Broadway. It ran for four years, and spawned several touring companies. When I was given the job, I didn't even know how to turn on a slide projector. When I finished "Beatlemania," I managed to incorporate 5,000 slides, two half-hour films and a live band of Beatle imatators in a two-hour staged event. And then, one thing led to another, and I stayed in New York doing everything from huge multimedia events to a letterhead for my wife. you maDe many Different things, from Books even incluDing chilDren Books to logos, posters,

09.10.2008 16:21:51 Uhr


1PPJ.indd 1

7/10/08 12:20:18


78

Désirs Hiver 2008

“ I guess I would define myself as a ‘problem solver,’ a ‘communications problem solver’…" bob gill

tography and/or typography more often than one of my own drawings as a solution. Poster/Book jacket: NY Art Directors’ Exhibition

What is the place of the computer in your work?

“Although I use my computer every day, my images don't originate from the computer. I scan drawings and other images and then manipulate them in the computer. illustrations, ads, covers, letterheads, indus­ trial films, as well as «Beatlemania», without forgetting teaching. How you would define yourself?

“I guess I would define myself as a ‘problem solver,’ a ‘communications problem solver’… a designer who thinks that no visual element, color, typeface is always good, or always bad in design. (It's good if it's the best way to solve the problem. It's bad if it isn't the best way.)

“I don't think there is such a thing as a ‘good' job or a ‘bad’ job. I never know whether a job will turn out to be one of which I am most proud… eg: a poster for world peace as opposed to a letterhead for a butcher. I'm proud of a job because I think the solution is special, not the subject. I read your book Unspecial Effects for Graphic Designers and really spent a great time and had a good laugh. Are you also funny in the real life?

What are the key ingredients for your success? Or the DO-NOT things to know?

“Yes.

“I have only one bit of advice to offer: You can't expect to have it all ways. You have to choose your priorities. Either you choose freedom, or you choose security.

What is your next biggest project?

You seem to use very often drawings in your creations.

“In the beginning I was asked to do illustrations rather than design. But, after a few years I became responsible for the whole job, rather than just an illustration. Today, I use pho-

11_74-78_interview_bob gill.indd 78

What is your biggest pride? Why?

“For me, this is the year of the book. Phaidon, the English publisher has just reprinted two of my childrens' books, and is planning to reprint two more in the next few months. Corraini, the Italian publisher has just reprinted one of my Children's books and is planning to do another one in January, 2009. Zoar Press of Taiwan has just reprinted Graphic Design: Visual Comparisons, and Images, the Australian publisher is doing my latest, Words into Pictures early in 2009.”

09.10.2008 16:21:56 Uhr


1PPJ.indd 1

10/10/08 12:39:29


80

Désirs Hiver 2008

Page de droite: Patrick Wirtz et Carlo Schemel

intervieW ture C e t i h arC

L’EXIGENCE DE SOBRIÉTÉ

DeS LiGNeS ÉPUrÉeS, LA reCHerCHe D’UNe eSTHÉTiQUe iNTeMPOreLLe, UNe eXPreSSiviTÉ reTeNUe, UNe reMiSe eN QUeSTiON PerMANeNTe eT LA vOLONTÉ D’UN TrAvAiL eN rÉSeAU. TeLLeS SONT LeS QUALiTÉS PriMOrDiALeS DU BUreAU D’ArCHiTeCTUre eT D’UrBANiSMe De Carlo sChemel eT patriCK Wirtz QUe NOUS AvONS reNCONTrÉS POUr UN eNTreTieN CrOiSÉ. INTERVIEW: CÉLINE COUBRAY. PORTRAIT: ANDRÉS LEJONA.

pourriez-vous nous présenter le tYpe De projets sur leQuel vous intervenez? privilégiez-vous Certains Domaines D’intervention à D’autres?

Carlo Schemel: «Notre secteur d’intervention est très large et diversifié. Nous travaillons pour le secteur public et privé. Les projets à géométrie variable sont du domaine de l’infrastructure, de l’habitation, des services industriels, des bâtiments pour les activités éducatives, sportives et culturelles. Nous ne souhaitons pas nous prévaloir d’un domaine d’intervention particulier. C’est cette pluridisciplinarité et ce changement continu d’échelle qui nous plaisent et nous motivent. Ces projets apportent une expérience nouvelle, des attentes différentes de la part des maîtres d’ouvrage, des demandes variées et des contraintes toujours changeantes. Chaque projet présente un contexte propre auquel il faut répondre avec une attention soutenue et personnalisée. Peut-on s’intéresser à la conception et la construction d’infrastructures utilitaires? Un aménagement pour un tunnel d’autoroute ou un château d’eau par exemple. La réponse est évidente pour nous: chaque nouvelle orientation, toutes les variables thématiques constituent un plaisir et un nouveau défi! Patrick Wirtz: «Un projet comme le château d’eau à Leudelange représente une occasion exceptionnelle de travailler

12_80-86_interview_schemel.indd 80

avec la verticalité; les contraintes ne sont pas pareilles à celles rencontrées dans d’autres projets. Nous avons dû faire face à une obligation de hauteur du bâtiment, de stabilité hors normes, ce qui représentait un riche et très intéressant défi pour notre bureau. Par le biais de ces expériences, nous avons pu aborder de nouveaux procédés techniques et profiter des opportunités pour travailler de nouveaux matériaux. Dans le cadre du Centre de Conférence, avec un développement de façade sur plus de 300 m pour une hauteur de 12 m, les paramètres de sécurité et les contraintes d’ordre technique constituaient une autre épreuve, tout aussi fascinante. Quelle est votre approChe Des projets? Quel serait votre langage arChiteCtural?

C.S.: «Le plus souvent, les architectes ont leur propre langage esthétique qui signe, en quelque sorte, visuellement les projets. Ce n’est pas notre cas, car nous essayons de trouver une proposition formelle spécifique à chaque projet. L’ensemble des éléments d’un projet est toujours revisé. Nous recherchons systématiquement une nouvelle orientation et essayons de remettre en question tous nos acquis, aussi bien pour la fonction que pour la forme. Nos projets s’adaptent au contexte. Un environnement urbain ne

09.10.2008 17:56:18 Uhr


12_80-86_interview_schemel.indd 81

09.10.2008 17:56:22 Uhr


82

Désirs Hiver 2008

01

Photo: Imedia

02

Photo: Palladium

03

Photo: Imedia

04

Photo: Palladium

01 et 04 Centre de conférence au Kirchberg, 2003 - 2010 — 02 École à Bettendorf, 2005 - 2007 — 03 Foyer scolaire à Sanem, 2005 - 2007 — 05 à droite: Château d'eau à Leudelange, juin 2005 - mai 2008

s’appré­hende pas comme un rural. Le bâtiment est intégré à son site, ce qui cause des répercussions formelles avec des propositions esthétiques différentes. En fait, nous considérons le style comme une contrainte dont il faudrait se détacher. Ce qui compte pour nous, c’est la conception initiale. La fonctionnalité des espaces est primordiale. Cette démarche est assez rare aujourd’hui car l’effet visuel tend souvent à prendre le pas sur la fonction d’un bâtiment.

C.S.: «En effet, dans l’architecture contemporaine, l’effet spectaculaire et la publication sont souvent prédominants. Nous ne réalisons pas nos projets pour qu’ils soient détonnants, mais nous les voulons adaptés à leurs occupants. Nous recherchons plutôt des lignes intemporelles, véritable challenge dans une société où nous sommes abreuvés d’images et où il est très difficile de ne pas se laisser séduire par les différentes modes et tendances. Nous recherchons avant tout la simplicité et la sobriété, ce qui demande un travail davantage soutenu. C’est une quête de l’essentiel, peu de gens la remarquent, la plupart ne s’en rendent même pas

12_80-86_interview_schemel.indd 82

compte. Cela peut être frustrant, car nous accordons beaucoup d’importance à cette attention permanente du juste équilibre entre absence ou présence d’une forme. Nous portons nos efforts de sobriété, aussi bien dans les volumes que dans les matériaux utilisés, sans jamais oublier les détails et la finition, maîtres de l’architecture. P.W.: «C’est l’obsession de mieux comprendre et de succomber aux choses qui sont parfaites. Nous avons un réel souci du détail et en même temps nous sommes à la recherche de l’essentiel. Minimiser toute intrusion technique, simplifier le plus possible l’effet visuel, soigner la discrétion, le calme visuel et travailler les ambiances: voilà notre objectif et notre idéal conceptuels. C.S.: «Pour se rendre compte de cette discrétion visuelle, de ce calme formel, il faut une certaine éducation du regard, ce que le commun luxembourgeois n’a malheureusement que trop peu. C’est un phénomène tout à fait inverse dans les pays scandinaves par exemple. Dans ces régions, les habitants reçoivent dès leur plus jeune âge une formation artistique et esthétique ; cela se ressent dans les choix opérés pour leurs projets urbains et architecturaux.

09.10.2008 17:56:38 Uhr


Photo: Palladium 12_80-86_interview_schemel.indd 83

09.10.2008 17:57:40 Uhr


84

Désirs Hiver 2008

01 École Albert 1er dans le quartier de Belair à Luxembourg, 2004 - 2007 — 02 Giratoire à Merl, 2002 - 2004 — 03 Maison communale à Roeser, février 2001 - novembre 2004

Photo: Palladium

01

02

Cette sobriété ne facilite-t-elle pas aussi l’appropriation des bâtiments, notamment pour les projets dont les maîtres d’ouvrage sont des particuliers?

C.S.: «Nous devons rester sobres dans notre architecture car les occupants eux-mêmes, en s’appropriant les lieux, vont y apporter leur décoration. Le simple fait de vivre dans ces architectures va apporter de la vie, du mouvement. L’architecture doit rester modérée. C’est aussi pour cela que nous utilisons peu de couleurs dans nos projets et privilégions les couleurs neutres. Travaillez-vous également les abords extérieurs de vos bâtiments, les liaisons avec l’environnement direct, ou considérez-vous vos bâtiments comme des objets architecturaux posés dans un environnement? Qu’en est-il de l’aménagement intérieur?

03

Photo: Imedia

P.W.: «Nous prêtons une très forte attention aux ambiances paysagères de nos architectures. Nous travaillons le paysage immédiat. Le façonnage des alentours prend de plus en plus d’importance dans l’intégralité d’un projet. Nous pensons le projet dans son ensemble, des extérieurs à l’aménagement intérieur. Nous prêtons également attention à l’application judicieuse de la lumière car elle accompagne l’architecture. Pour les projets de collectivité, nous cherchons à intervenir au niveau du concept de la signalétique et dans le choix du mobilier car ces décisions d’ordre esthétique influencent considérablement la lecture des espaces et des volumes et finalement la définition du concept. Certains maîtres d’ouvrage s’étonnent parfois de cette démarche, mais à la découverte du résultat, ils saluent notre insistance car ne rien laisser au hasard permet de parfaire le tout. C.S.: «Ce qui nous tient vraiment à cœur est la sobriété esthétique, la fonctionnalité des lieux, le choix des matériaux et le souci du détail, dans l’objectif de proposer un ensemble cohérent.

12_80-86_interview_schemel.indd 84

Comment qualifieriez-vous la réussite d’un bâtiment?

P.W.: «Si le visiteur ralentit son pas, s’il prend le temps de ressentir l’espace, de percevoir l’ambiance, s’il observe autour de lui, c’est bon signe. Mais pour obtenir cette attitude, il faut créer une atmosphère calme, ne pas provoquer le spectaculaire. Nous essayons de réaliser une symbiose entre les effets d’éclairage et l’architecture, de provoquer

10/10/08 14:15:48


cropmark.lu

7 A rue de bi tb ourg I Z i HAmm I L- 1273 Lux emb ourg I teL + 352 27 04 30-1 I FA x +352 27 04 30 30 r eedANdSi moN.com I i NFo@reedANdSi moN.com

PUBA4_paperjamdef.indd 2

10/10/08 12:18:49


86

Désirs Hiver 2008

Photo: Raoul Somers

02

03

Photo: Raoul Somers

01

Photo: Palladium

04

01 Piscine à Bettembourg, avril 2003-septembre 2005 — 02 Immeuble H2O à Howald réalisé en collaboration avec P.arc, juin 2004-octobre 2005 — 03 SCI à la Cloche d'Or Gasperich, novembre 2003-novembre 2004 — 04 Immeuble Cubus à Howald réalisé en collaboration avec P.arc, 2004-2006 (phase I)

des découvertes initiées par des perspectives inattendues, de réaliser des percées de lumière, de travailler le volume du construit, d’accentuer l’orientation par la signalétique, de stimuler la curiosité et de solliciter le regard. Si on arrive à rendre visible le second plan, alors c’est un succès! Vous êtes membre fondateur de P.arc, Part­nership for architecture. Pourriez-vous nous expliquer de quoi il s’agit? C.S.: «P.arc est un réseau européen d’ateliers d’architecture qui réunit leurs compétences professionnelles dans les différents pays et cultures. Ceci nous permet véritablement d’échanger, de dialoguer sur des projets et de faire appel à d’autres professionnels compétents lorsque nous nous retrouvons confrontés à une question nouvelle. Ce réseau est une des caractéristiques spécifiques de notre bureau et témoigne de notre volonté de collaboration et d’ouverture avec d’autres architectes ou urbanistes. D’autre part, cette flexibilité nous permet d’aborder des projets de tailles très diverses et de faire appel à différentes compétences. Nous recherchons la collaboration pour ne pas travailler en cercle fermé. Ces associations nous stimulent et nous ouvrent de nouveaux horizons. Nous réfutons les idées préconçues et souhaitons apporter à chaque fois un nouveau regard sur les projets. P.W.: «Nous ne sommes pas des théoriciens de l’architecture mais plutôt des praticiens, préférant le pragmatisme et l’expérience sur site au discours. 

12_80-86_interview_schemel.indd 86

P.arc est un outil formidable, une machine qui nous permet de mettre en place des méthodes de travail innovatrices, si essentielles dans un métier en permanente mutation. C.S.: «P.arc, Partnership for Architecture compte dans différents pays environ 400 personnes au total. Ce nombre conséquent représente une expertise précieuse et permet de multiplier les sources d’expériences. Lorsque nous avons construit l’immeuble de bureaux H2O à Howald en collaboration avec Itten Brechbühl, notre partenaire Suisse de P.arc, nous avions la chance d’étendre notre expérience dans la construction de bureaux et dans la manipulation des règles de construction relatives à ce type de bâtiment. Cette collaboration fut un parfait apprentissage, nous permettant de devenir plus autonomes et d’aller toujours plus loin. P.arc est une occasion formidable de continuer à appréhender la complexité de notre métier. Ces collaborations en équipe sont d’ailleurs toujours basées sur une amitié et un respect communs». P.W.: «Cette coopération nous permet aussi de prendre du recul par rapport à notre propre horizon, de stimuler nos ambitions. En dialoguant avec nos partenaires, nous réalisons que les difficultés rencontrées sont souvent similaires et que les expériences d’autrui sont une source essentielle d’éducation. En suivant de près le travail et l’évolution des autres ateliers, on remet aussi en question ses propres principes architecturaux, ceci nous permettant de développer notre démarche individuelle vers la quête éternelle de perfectionner l’art de notre métier, qui est de faire de l’architecture».

09.10.2008 17:58:13 Uhr


L U I S | D E S I G N A NTO NI O CI TTE R I O | www.b eb italia.co m

9 RUE PHILIPPE II L-2340 LUXEMBOURG T: + 3 5 2 2 2 3 2 0 1 | F : + 3 5 2 4 6 7 2 2 8

bonn238X300Luis.indd

1

23-09-2008

9:32:39


88

e t s u j e L n o s i a m g d u b à é r é d o Désirs Hiver 2008

13_portfolio_architecture.indd 88

09.10.2008 16:34:30 Uhr


, x i r p e t s n t e g é r ava i t 8 0 0 2 obre du t e c l o ' a d n is io Au m o e m a i n e n at u rg o s b a m l e x anisé u L g lieu r u o a ent ’OAI a m l e n ts e e g l l m o e e l u g t l aq e s lo l n a r d u s n t de n pe û o i o t i c s e po tl ain, r r une ex udget don e t ors b h ( t i t t e e rieur àp nn é o f i t n i c t ru es) es b i ta r i a co n s t ha r s o e rmi l , hon ta x e s 0 e u ro s . Pa vo n s a s u 0 0 es, no i ont é u à 35 0 t q n s e prés ison s a n m o x i rizio i t s b é Fa n r s pa tion e é i h p sélec ra alien t g i o e t h o p é t é p h p h oto g r a t le n o d , se o u rg b r a i ts m Ma lt e t e r x o u p L tà ntre e e u v i va n av i g ma et n é l i n i a c v tra s du ure. é t t c i e r t b i é h d e c é l aphie d’arc d g e t s o n t gr it bu t e p c ha i n photo à o r s p n du iso é L e s m a t h é m at i q u e e o rga n i s la de ct u r e n t i o i h au s s i t c a d ’A r ond F l a a v l i t r rie. e a i p Fes n e é r emb l’ I n g v e o d n t e en ure t c e t i l’A rc h s: L a Texte

13_portfolio_architecture.indd 89

ura Lo

pez. Ph

Fabr oto s :

izio M

altese

.

09.10.2008 16:34:30 Uhr


13_portfolio_architecture.indd 90

09.10.2008 16:34:36 Uhr


Hiver 2008 Désirs

91

eiler pe Trier w 2 et Philip rd m ra r 5 8 ie P :1 itz Surface ’ouvrage: Joëlle tes ar Schm d ec Maîtres : pa schu archit d’ingénieur Otm cte au Archite -Conseil: Bure ur Ingénie

Maison unifamiliale à Junglinster Cette maison unifamiliale bénéficie d’un concept architectural particulier car elle est construite de manière compacte, ce qui a permis de respecter les coûts de construction et de bénéficier d’une enveloppe thermique performante d’un point de vue écologique. Un de ses points forts est d’ailleurs sa faible consommation d’énergie. Un chauffage pompe à chaleur et des capteurs solaires per­ mettent de chauffer l’eau. La maison est égale­ ment exposée plein sud, ce qui permet de profiter au maximum de la lumière et de la chaleur du soleil puisqu’elle est aussi très vitrée. Le premier étage est en retrait, ce qui protège des rayons du soleil plus fort en été. Le matériel privilégié est le bois, utilisé pour les châssis et les sols, provenant de la forêt environnante. Le budget a pu être respecté grâce aux subventions de l’Etat et à une sur­ face habitable modeste.

13_portfolio_architecture.indd 91

09.10.2008 16:34:42 Uhr


92

Désirs Hiver 2008

2 : 345m Surface rage: d’ouv Maîtres eschamps emann-D n rre Kuen : Thierr y Nobe ie P t e ie te S c in g e G it ir B V Arch tudes reau d’é u B : il e r-Cons ngénieu

I

Maison unifamiliale à Moutfort Cette maison unifamiliale se caractérise prin­cipalement par une conception contem­ poraine privilégiant les espaces ouverts et très lumineux grâce à une mezzanine et de grandes fenêtres. Elle offre une surface d’habitation importante grâce à l’utilisation maximale de la volumétrie disponible, notamment grâce à des terrasses et des balcons. La maison jouit d’une très bonne isolation, d’une chau­ dière au gaz à condensation ainsi que d’une citerne d’eau de pluie. Sa faible consommation d’énergie est un de ses atouts les plus impor­ tants. Les revêtements de sol vont également dans ce sens: le rez-de-chaussée est recouvert de carrelage et l’étage de parquet. L’escalier est un alliage de bois et de métal.

13_portfolio_architecture.indd 92

09.10.2008 16:34:47 Uhr


13_portfolio_architecture.indd 93

09.10.2008 16:34:53 Uhr


13_portfolio_architecture.indd 94

09.10.2008 16:34:58 Uhr


Hiver 2008 Désirs

95

2 Costeria da Costa : 140m Surface uvrage: Clara Architectes d’o Da Costa Maître : Besch te tlux c e it il: Proje Arch r-Conse u ie n é g In

Maison unifamiliale à Luxembourg Cette maison urbaine est un tour de force réussi malgré ou grâce aux nombreuses contraintes notamment géographiques et financières. En effet, la maison est adossée à une colline dans un quartier résidentiel composé de rues étroites à ambiance médi­ terranéenne. Un voisinage omniprésent a rendu indispensable la création d’espaces d’intimité. Ainsi, elle présente des pièces insoupçonnées de l’extérieur dans une enve­ loppe relativement restreinte car sa surface habitable est très modeste. Cette maison pri­vilégie les contrastes clair/obscur, la lumière est très abondante, ce qui donne à l’habitation une impression de grandeur et d’espace.

13_portfolio_architecture.indd 95

09.10.2008 16:35:04 Uhr


96

Désirs Hiver 2008

Maîtres

d’ouvra

Surface ge: Lin : 16 2 Archite da et Alfredo O 0m cte: Mo li rph4arc veira hitecture

Maison unifamiliale à Wilwerdange Cette maison unifamiliale allie modernité et innovation tout en respectant le budget fixé. Le point fort de la maison est son isola­ tion performante grâce à l’utilisation de blocs isolants et d’un triple vitrage dans toute la maison. Les façades aussi bénéficient d’une importante isolation et de nombreuses grandes baies vitrées apprivoisent la lumière. Certaines pièces de la maison sont raccordées à une citerne qui récolte l’eau de pluie, ce qui permet de faire des économies importantes. Toutes les pièces de la maison sont ouvertes et offrent ainsi de grands espaces à vivre. Le choix des matériaux, quant à lui, est très varié, allant du bois pour l’escalier et le parquet, aux carrelages et à la pierre.

13_portfolio_architecture.indd 96

09.10.2008 16:35:10 Uhr


13_portfolio_architecture.indd 97

09.10.2008 16:35:15 Uhr


13_portfolio_architecture.indd 98

09.10.2008 16:35:20 Uhr


Hiver 2008 Désirs

99

cci 2 le Pieru 16 m et Mireil 2 l : a c e s c a a f P Sur ge: d’ouvra irtz Maîtres : Schemel & W & Christiansen te n c o e it im Arch seil: S ur-Con Ingénie

Maison unifamiliale à Fingig Sur la route principale menant au charmant village de Fingig, cette maison unifamiliale bénéficie d’une grande surface de terrain ainsi que d’un chemin rural permettant l’accès vers les garages et le sous-sol. Le terrain a d’ailleurs influencé toute la conception de la maison car sa dénivellation naturelle a également permis l’aménagement d’une terrasse partiel­ lement couverte, offrant une vue dégagée sur le paysage. Les propriétaires souhaitaient une maison ouverte et flexible. Afin de respecter ce souhait, les pièces à vivre sont des espaces ouverts, vitrés et en mezzanine.

13_portfolio_architecture.indd 99

09.10.2008 16:35:26 Uhr


100

Désirs Hiver 2008

2 : 157m Surface e Hall Isabell uvrage: & Associés ’o d e r ît r Ma Lamma : Decker, ecte(s)

Archit

Maison unifamiliale à Greiveldange Cette maison unifamiliale à quatre façades privilégie les grands espaces. Le terrain dégagé et en pente surplombe la Moselle, ce qui rend particulièrement intéressants les nombreux espaces vitrés. L’adaptation à la pente naturelle du terrain a également rendu possible la réali­ sation d’un séjour aux plafonds très hauts. Les matériaux privilégiés sont la pierre et le bois. La charpente de la maison, réalisée en bois, est apparente dans toutes les pièces à l’étage. De plus, un espace vitré au sol offre une vue de la charpente du toit depuis le salon. L’escalier, quant à lui, est un mélange de métal et de bois. Dans un jeu subtil de rap­ pel, certaines arcades de portes sont également entourées de métal. Un mur de pierres tra­ verse la maison et est visible depuis l’extérieur.

13_portfolio_architecture.indd 100

09.10.2008 16:35:32 Uhr


13_portfolio_architecture.indd 101

09.10.2008 16:35:37 Uhr


14_102-106_Event_Biennale.indd 102

09.10.2008 16:36:12 Uhr


HIVER 2008 DÉSIRS

103

BIENNALE D'ARCHITECTURE

VENISE, ZONE DE QUESTIONNEMENT

TOUS LES DEUX ANS SE DÉROULE À VENISE UN DES PLUS GRANDS ÉVÉNEMENTS EN ARCHITECTURE CONTEMPORAINE: LA MOSTRA INTERNATIONALE D’ARCHITECTURE. LA BIENNALE, QUI SE DÉROULE DU 14 SEPTEMBRE AU 23 NOVEMBRE 2008, A COMME THÈME «OUT THERE: ARCHITECTURE BEYOND BUILDING». LE GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Y EST REPRÉSENTÉ À TRAVERS L’EXPOSITION «POINTS OF VIEW. 4 QUESTIONS. 44 ANSWERS.», PRÉSENTÉE DANS LE PAVILLON DE LA CA’DEL DUCA SITUÉ PRÈS DU GRAND CANAL ET DONT LE COMMISSARIAT A ÉTÉ CONFIÉ À CHRISTIAN BAUER, ARCHITECTE LUXEMBOURGEOIS DE RENOM, QUI NOUS PRÉSENTE CE PROJET PENSÉ EN COLLABORATION AVEC TATIANA FABECK ET BOHDAN PACZOWSKI. INTERVIEW: CÉLINE COUBRAY. PORTRAIT: ANDRÉS LEJONA.

LE COMMISSAIRE GÉNÉRAL DE LA BIENNALE, AARON BETSKY, A CHOISI UNE THÉMATIQUE QUI PROPOSE D’INTERROGER L’ARCHITECTURE AU-DELÀ DU BÂTIMENT. POURRIEZ-VOUS NOUS EXPLIQUER COMMENT L’EXPOSITION PRÉSENTÉE DANS LE PAVILLON LUXEMBOURGEOIS ENVISAGE CE THÈME.

Aaron Betsky pose la question d’une architecture qui ne serait pas qu’une surenchère de constructions de bâtiments mais une occasion de penser un environnement bâti, un urbanisme, un paysage. Cette biennale est l’occasion de questionner l’architecture, de porter un regard critique sur notre activité afin de la faire évoluer. Cette attitude, nous la partagions déjà dans notre pratique quotidienne de l’architecture à Luxembourg et cela nous a donc semblé naturel de nous inscrire dans cette démarche. L'exposition que nous proposons n’est donc pas une exposition de projets architecturaux mais une plateforme de débat critique sur la production architecturale. Nous

14_102-106_Event_Biennale.indd 103

sommes partis de la constatation que Luxembourg est une plateforme internationale multi-linguiste, avec une identité en devenir, un fort potentiel de développement et une capacité remarquable à intégrer à la fois les influences des pays limitrophes et les flux migratoires. Nous pensons donc que Luxembourg pourrait proposer un modèle en Europe sur ces questions. De plus, nous ne souhaitions pas particulièrement montrer les réalisations de la scène locale mais profiter de cette occasion pour prendre du recul, le temps de réfléchir. Pour cela, nous avons invité dix personnes en provenance de différents pays d'Europe et nous leur avons posé quatre questions que nous estimons fondamentales: «Architecture: objet, logo et spectacle?», «Vers un copier-coller global?», «Qui va corriger l’environnement bâti?», «LU-LX-XL Building-boom (aussi au Luxembourg): chance ou danger?». Ces questions portent sur le devenir de l'architecture et interrogent l’évolution de notre environnement bâti à notre époque.

10/10/08 14:20:27


104

Désirs Hiver 2008

01

02

03 01 Le graphisme léger et minimal de l'exposition est réalisé par Vidale Gloesener. — 02 La façade du pavillon Luxembourgeois, Ca’del Duca, affiche la signalétique de l’exposition qui opère comme signal urbain. — 03 La scénographie de l’exposition est constituée d’un long bandeau sur lequel sont présentées les différentes analyses et remarques des personnalités invitées.

Qui sont ces invités?

«Ils viennent de Belgique, d'Italie, des Pays-Bas, de France, d’Allemagne, d’Autriche, du Luxembourg et tous ont un lien avec le Grand-Duché, soit parce qu’ils y ont construit un bâtiment, fait une conférence ou participé à un jury. Ces interlocuteurs connaissent de près, ou de loin, la situation de notre pays et nous font partager leurs réflexions. Il s’agit de Massimo Carmassi, Jo Coenen, Dietmar Eberle, Ingeborg Flagge, Léon Krier, Enrico Lunghi, Polaris Architectes, Rudy Ricciotti, Heinz Tesar, Bert Theis. On retrouve donc beaucoup d’architectes mais aussi une critique, un artiste, un commissaire. Quelle forme prend l’exposition?

«Les quatre questions et les 44 réponses que nous avons reçues sont exposées sur un grand ruban qui parcourt tout l’espace d’exposition, sans interruption. Il n’y a pas d’images, pas de maquettes, l’ensemble est très calme visuellement. Vidale Gloesener, à qui le graphisme a été confié, a réussi à créer un effet visuel à la fois fort et léger. La signalétique de l’exposition reprend cette idée des quatre questions sous la forme graphique de quatre points auxquels sont associées quatre flèches qui pointent quatre directions, vers le haut, le bas, à droite, à gauche. Ces repères visuels sont disséminés dans la ville pour accompagner les visiteurs jusqu’au

14_102-106_Event_Biennale.indd 104

Pavillon et sont repris sur la façade du bâtiment côté Grand Canal, créant ainsi un repère, un signal urbain. Quelques objets dérivés sont aussi proposés. Pour la scénographie, nous avons également souhaité nous inscrire dans la continuité de l’histoire du pavillon et ne pas nier l’existant. C’est pour cela que nous avons conservé une partie de l’installation de Jill Mercedes réalisée l’année dernière pour la Biennale d’art contemporain. Nous défendons aussi l’idée qu’art et architecture doivent se chevaucher et pensons qu’il ne devrait pas y avoir de rupture entre ces disciplines. De plus, nous ne souhaitions en aucun cas faire une tabula rasa mais au contraire prendre en considération l’existant et dialoguer avec lui. Ce calme visuel est une forme de provocation au sein de la Biennale qui est toujours surchargée d’images. Avec ce pavillon, nous souhaitons plutôt offrir un espace de réflexion, proposer un nouveau cadre d’analyse. Les visiteurs peuvent également découvrir quelques statistiques sur le Luxembourg, ce qui leur permet d’avoir quelques éléments clés pour mieux comprendre notre situation. Il ne faut pas oublier que nous sommes à Venise comme des petits ambassadeurs du Luxembourg. Certaines personnes n'ont aucune idée de la réalité de notre pays. C’est pour cela que nous présentons ces chiffres, pour éviter les idées préconçues et que le public puisse porter une analyse plus subtile sur notre situation.

09.10.2008 16:36:15 Uhr


1PPJ.indd 1

10.04.2008 17:38:43 Uhr


106

Désirs Hiver 2008

01 Pages intérieures de la publication LX architecture. — 02 Couverture de la publication LX architecture qui porte un regard sur l’architecture à Luxembourg ces dernières années et qui est publiée à l’occasion de la Biennale de Venise.

01

02

Une publication est-elle prévue?

03

03 Des chaises reprenant l’identité visuelle de l’exposition invitent les visiteurs à faire une halte pour prendre le temps de réfléchir. — 04 La signalétique fortement identifiable et emplie de sens est déclinée sur des sacs que les visiteurs sont invités à porter. 04

«Nous avons profité de l’occasion de la Biennale pour publier un livre que nous voulions faire depuis longtemps, «LX architecture - Contemporary Architecture in Luxembourg», édité par Dom Publisher. Il ne s’agit pas d’un catalogue d’exposition mais bien d’une publication à part. Cette publication ne reprend donc pas les questions et les réponses présentées dans l'exposition, ces éléments étant disponibles dans un petit livret qui est distribué gratuitement à la fin de l'exposition. Cette nouvelle publication présente une cinquantaine de projets réalisés ces dernières années à Luxembourg, à travers des textes descriptifs et quelques textes critiques. Nous avons prévu plusieurs éditions, dont une édition en chinois et une en anglais pour le marché international. Cette publication souligne bien le fait que nous bénéficions d’un développement architectural d’une qualité internationale. Ceci est possible grâce à l'apport étranger et à la très forte compétition entre les ateliers. La qualité des réalisations des bureaux d'architecture au Luxembourg est au-delà de la moyenne des autres bureaux des zones géographiques limitrophes. Luxembourg est un cas unique au sein de la Grande Région et il faut aller beaucoup plus loin pour retrouver une telle concentration de bons bureaux. Qu’attendez-vous de cette exposition?

«Nous espérons que cette exposition permettra de faire avancer le débat sur la construction de nos villes et de repenser la stratégie urbanistique et architecturale du Luxembourg. Nous espérons mettre en place une analyse critique qui nous aide à mieux regarder notre environnement bâti. Car nous nous trouvons face à un enjeu fondamental, qui est de formuler l’identité et la culture architecturale d’une société en voie de globalisation. Nous espérons surtout que cette exposition n’est que le début d’une longue réflexion qui va se poursuivre ici, au Luxembourg, après la présen­ tation à Venise.

14_102-106_Event_Biennale.indd 106

09.10.2008 16:36:16 Uhr


1PPJ.indd 1

13/10/08 10:18:54


108

Désirs Hiver 2008

HOME SELECTION Une sélection éclectique d’objets et mobilier design des collections 2008, privilégiant tour à tour les éléments naturels, les gammes chromatiques, la mobilité et le gain d’espace ou encore l’impression de déséquilibre. Quelques professionnels de l’architecture sont invités à porter un regard avisé sur ces produits. design editor: Céline coubray

15_108_home_collage_opener.indd 108

François Valentiny François Valentiny, architecte luxembourgeois, est membre co-fondateur du bureau d’architecte Hermann et Valentiny. Il a reçu le prix d’encouragement du ministère de la République fédérale de Vienne pour la science et la recherche. De 2005 à 2007, il a été président de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie à Luxembourg.

Shahram Agaajani Shahram Agaajani, architecteassocié à l’atelier d’architecture Métaform à Luxembourg, est diplômé de la Cambre avec grande distinction. Il est également membre du Comité de Direction à la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie à Luxembourg.

10/10/08 14:27:54


Hiver 2008 Désirs

109

La MaisON EsCaMOTaBLE ces meUbles, qU’ils soient d’appoint oU fiXes, font gagner de l’espace sans jamais perdre en qUalité oU en stYle. ils répondent aUssi aUX besoins des citadins qUi vivent dans des espaces restreints et soUHaitent Une certaine fleXibilité et mobilité dans l’éqUipement de la maison.

01

02

03

05 04

sHaHraM agaajaNi 01 Globus de Michiel Van der Kley, Artifort — 02 Motion d’Elisabeth Lux, Pastoe — 03 Stitch Chair d’Adam Goodrum, Cappellini — 04 Fol.D Chair de Patrick Jouin, XO — 05 Spoon Table d’Antonio Citterio, Kartell — 06 Zelos de Christoph Böninger, ClassiCon

15_108_home_collage_opener.indd 109

06

«Toute création trouve son sens dans la nécessité. Aujourd’hui les prix élevés de l’immobilier ont poussé de plus en plus de concepteurs à se pencher sur la modularité de leurs créations. A ce sujet, la Stitch Chair d’Adam Goodrum ou la Spoon Table d’Antonio Citterio sont de parfaits exemples, que je trouve particulièrement élégants et beaux. Par contre, le Globus de Michiel Van der Kley, de surplus encombrant avec son siège non-ergonomique est un bel exemple d’un «design» dépourvu de sens».

09.10.2008 16:37:23 Uhr


110

Désirs Hiver 2008

01

FrANÇOis VALENTiNY

«Les produits de la collection Nature/ Culture en particulier m’ont enthousiasmé par leur caractère architectural et artistique. Ils s’inscrivent dans la grande tradition de la création de meubles modernes et fonctionnels».

02

03

NATUrE / CULTUrE LA NATUre A TOUJOUrS ÉTÉ UNe SOUrCe D’iNSPirATiON POUr LeS DeSiGNerS eT CeLA N’A JAMAiS ÉTÉ AUSSi vrAi QU’AUJOUrD’HUi. TOUTeFOiS, LeS DeSiGNerS TrANSCeNDeNT CeTTe iNFLUeNCe POUr S’APPrOPrier LeS MOTiFS eT LeS MATÉriAUX, LeS DÉPLAÇANT DANS Le DOMAiNe De LA CULTUre, TOUT eN Se JOUANT, AveC HUMOUr eT eSTHÉTiSMe, De L’OriGiNe DeS MATÉriAUX.

06

04

03

05

15_110_111_home_collage_nature.indd 110

09.10.2008 11:34:21 Uhr


111

Hiver 2008 Désirs

07

08

09

10

11

12

13

15_110_111_home_collage_nature.indd 111

01 Arborism de Nosigner, Covo — 02 Tropicalia chair de Patricia Urquiola, Moroso — 03 Bambu, Artek — 04 Eames Stool de Charles & Ray Eames, Vitra — 05 1009 Club armchair de Prospero Rasulo, Zanotta — 06 Tricot de Dominique Perrault et Gaëlle Lauriot-Prévost, Poltrona Frau

07 Ki de Mario Bellini, Horm — 08 Kanu de Konstantin Grcic, Cassina — 09 SB03 Fariba de Philipp Mainzer, E15 — 10 Groove de Piero Lissioni, Porro — 11 Floragum de Maria Mikkelsen, Covo — 12 Spindle de Piero Lissoni, Porro — 13 X Frame de Tapio Wirkkala, Artek

10/10/08 14:24:26


112

Désirs Hiver 2008

02 01

03

04

Lumières fraîches

05

Voici une sélection des dernières nouveautés en matière de luminaires. Les formes géométriques s’expriment à travers la sphère ou le cube retravaillés. Les matières, quant à elles, jouent avec les reflets et la translucidité. Le métal est utilisé tour à tour comme manière précieuse ou cabossée et souligne le rapport chaud/froid.

15_112-113_home_collage_luminaire.indd 112

09.10.2008 12:30:27 Uhr


Hiver 2008 Désirs

113

07 06

08

09

10 01 Tosca Ambra de Designwork, Foscarini — 02 Euro Lantern, Moooi — 03 Seam one de Mark Holmes, E15 — 04 Mirror Ball de Tom Dixon, Tom Dixon — 05 Centaurus de Carlotta de Bevilacqua, Danese

15_112-113_home_collage_luminaire.indd 113

06 E.T.A. Sat par Guglielmo Berchicci, Kundalini — 07 Progetto Oggetto de François Azambourg, Cappellini — 08 Fold Floor par Enrico Franzolini, Pallucco — 09 Orion de Carlotta de Bevilacqua, Danese — 10 Lolita Floor de Nika Zupanc, Moooi

09.10.2008 12:30:38 Uhr


114

Désirs Hiver 2008

Valets domestiques Le porte-manteau fait partie de ces objets domestiques qui participent au bon accueil dans une maison. Puisque c’est un meuble inévitablement présent dans l’espace, autant choisir un modèle qui a du style. 01 02

03

04

06

01 Porte-cintres de 5.5 designers, La Corbeille édition. — 02 Martha de Philipp Mainzer, E15 — 03 Acate de Borek Sipek, Driade — 04 Progetto Oggetto de Nendo, Cappellini — 05 Nymphenburg d’Otto Blümel, ClassiCon — 06 Latva de Mikko Laakkonen, Covo

15_114_home_collage_portemanteaux.indd 114

05

08.10.2008 15:32:51 Uhr


amsterdam

antwerp

barcelona

brussels

helsinki

london

madrid

milan

paris

rome

dealer network: W W W. L I R I O . E U

Desirs2.indd 1

Visitez-nous Ă  IntĂŠrieur08 Kortrijk - Hall 7 stand 730 (17-26 octobre 2008)

C R E AT E L I G H T, C O N T R O L S H A D O W

27-08-2008 11:21:30


116

Désirs Hiver 2008

01 Bibliothèque fossile de Mostapha El Oulhani, Jérôme Garzon et Fred Sionis, Roche Bobois — 02 Chiku de Nick Rennie, Porro — 03 Cross Unit par Philippe Nigro, Sintesi — 04 Code de Robby Cantarutti, Sintesi — 05 Lines par Peter Maly, Ligne Roset — 06 Vasu de Mikko Laakkonen, Covo

02

01

03

04

05

L’argument de la diagonale

06

Tiendra, tiendra pas? La diagonale domine, le déséquilibre aussi… du moins en apparence! Ces biblio­thèques, fixes ou empilables, monochromes ou multicolores, synthétiques ou naturelles, jouent avec nos sens et défient les lois de la gravité.

15_116_home_collage_rangements.indd 116

10/10/08 14:14:33


1PPJ.indd 1

9/10/08 15:36:45


118

Désirs Hiver 2008

02

01

sHAHrAM AGAAJANi

iNsPirATiONs COLOréEs MeTTre De LA vie DANS SON QUOTiDieN, C’eST POSSiBLe GrÂCe À CeS MeUBLeS POUr LeSQUeLS LA COULeUr eST TrÈS HABiLeMeNT UTiLiSÉe, MAGiSTrALeMeNT MAÎTriSÉe. vÉriTABLe iNviTATiON À LA BONNe HUMeUr, BiBLiOTHÈQUeS, TABLeS, CHAiSeS eT FAUTeUiLS MArQUeNT LeUr PrÉSeNCe DANS LeS iNTÉrieUrS eT ÉGAieNT CHAQUe PiÈCe De LA MAiSON.

« Ah ces incontournables inspirations colorées… De manière générale, il s’agit d’une belle réussite de composition et de choix de couleur. Mais à utiliser avec modération! Ne pas oublier que meubler un espace, c’est le saturer en quelque sorte. Chaque élément ajouté (qu’il s’agisse d’une peinture murale, tableau, rideau, vase, tapis ou autre…) dégage une intensité qui varie en fonction de sa couleur, sa forme ou sa grandeur. Ce qui importe c’est que l’ensemble de ces éléments doit engendrer une sorte d’identité cohérente qui est propre à la personnalité de chacun d’entre nous. Un conseil, ne pas acheter tout et n’importe quoi parce qu’on le trouve «beau», une utilisation répétitive de ces objets peut induire une sorte de pollution visuelle qui finira par nous lasser peu de temps après».

03

04

05 06

07

15_118_119_home_collage_couleur.indd 118

09.10.2008 16:38:57 Uhr


Hiver 2008 Désirs

119

09

08

10 11

12

13

14

15_118_119_home_collage_couleur.indd 119

01 Vanity chair par Stefano Giovannoni, Magis — 02 Stack par Shay Alkalay, Established & Sons — 03 Fade Out de Sam Sannia, Sintesi — 04 Paesaggi Italiani par Massimo Morozzi, Edra — 05 Pumpkin par Pierre Paulin, Ligne Roset — 06 Glove de Edward Barber et Jay Osgerby, Swedese — 07 Modern par Piero Lissoni, Porro

08 Do Lo Res par Ron Arad, Moroso — 09 Modern par Piero Lissoni, Porro — 10 Free par Arik Levy, BBB — 11 Clining chairs de Designer 5.5 — 12 Sistema de Cappellini, Studio Cappellini — 13 Horizon par Arik Lévy, Baleri Italia — 14 Nine-0 Stacking Chair par Ettore Sottsass, Emeco

09.10.2008 16:39:21 Uhr


120

DÉSIRS HIVER 2008

SHAHRAM AGAAJANI 01 «Originaire du nord-est des Etats-Unis, plus particulièrement de la région des montagnes des Appalaches, le Eames House Bird de Vitra a été rapporté lors d’un voyage que le couple Eames avait l’habitude d’effectuer. Du fait d’avoir été exposé pendant plus de cinquante ans dans le séjour de Charles et Ray Eames, celui-ci est devenu aujourd’hui l’objet «design» de référence que n’importe quel couple «branché» se doit d’avoir, à un tel point que Vitra a lancé sa production en série. Je crois qu’il serait mille fois plus charmant et intéressant de découvrir des nouveautés que l’humanité produit chaque jour plutôt que de se ruer vers une réplique qu’un couple avait l’habitude de collectionner il y a 60 ans».

02

01 Eames House Bird de Charles & Ray Eames, Vitra — 02 Flap par Sebastian Bergne, Eno — 03 Salerons R&B de Normal Studio, Eno — 04 Faituttotu par Sottsass associati, Serralunga — 05 Delft Blue VI de Marcel Wanders, Moooi — 06 PO/0803 par François Azambourg, Cappellini — 07 Candelabre par Allenby, Habitat

03

04

05

06

07

INVENTAIRE CRÉATIF UTILES OU POUR LE SEUL PLAISIR DES YEUX, CES OBJETS DE DÉCORATION SE DÉMARQUENT PAR LEURS FORMES AUDACIEUSES, LEURS MATIÈRES OU LEUR POTENTIEL NARRATIF. CES CRÉATIONS APPORTENT UNE PETITE TOUCHE DE FANTAISIE QUI FAIT TOUTE LA DIFFÉRENCE!

15_120_home_collage_accessoires.indd 120

10/10/08 14:20:56


8, avenue de la porte-neuve | tĂŠl. +352-27616650 | luxembourg-city | www.usina.lu | Shop open from 10.00 - 18.00 | Sunday & Monday closed Open sundays for christmas shopping: 30.11.2008, 14.12.2008 and 21.12.2008

Usina_annonce_de sirs.indd 1

10/6/08 6:33:46 PM


122

Désirs Hiver 2008

Design bie

nnale

INTERIEUR 08

ON THe OCCASiON OF iNTÉrieUr 08, iNTerNATiONAL BieNNALe OF DeSiGN TAKiNG PLACe iN COUrTAi, BeLGiUM, FrOM OCTOBer 17 TO 26, DÉSirS MAGAZiNe iNviTeS YOU TO DiSCOver THiS 21ST eDiTiON. WiTHiN THiS CONTeXT, Dieter van Den storm, COOrDiNATOr OF iNTerieUr 08, HAS ANSWereD OUr QUeSTiONS iN AN iNTervieW DUriNG WHiCH He PreSeNTS THe MAJOr TreNDS OF THiS BieNNALe. FUrTHerMOre, THe MOST iNNOvATive eXHiBiTOrS FrOM BeLGiUM AND SPAiN, COUNTrY PUT AT THe PLACe OF HONOUr iN THiS eDiTiON, WiTH A GUeST OF HONOUr, JAiMe HAYON, WiLL Be PreSeNTeD ALONG THe PAGeS OF A QUALiTATive ALPHABeT BOOK ON DeSiGN CONTeMPOrArY CreATiON. INTERVIEW: CÉLINE COUBRAY.

interieur will be presenting its 21st eDition this year. what Does the biennale look like toDay?

Dieter Van den Storm: “The INTERIEUR Biennale has always wanted, since 1968, to show the latest trends in contemporary design. It has always been a mix of Belgian and international companies. More than 300 companies show their latest novelties and trends. Beside the presence of all these big companies, we always organize different cultural events. This blend of commercial and cultural development makes INTERIEUR unique.

16_122-125_courtrai_ITW.indd 122

the opportunity to discover their work. This time we chose a Spanish designer, because Spain has had some wonderful designers the last couple of years, such as Patricia Urquiola and Marti Guixé. Jaime Hayon will present an overview of his work from the last four years. From his ceramics for the Spanish company Lladro and his furniture for Metalarte and BD Ediciones, to his shoes that he made for the Spanish shoe company Camper. It will be a very big and impressive exhibition.

why DiD you Choose to highlight the spanish Design with jaime hayon as guest of honor? how Does it translate for the visitors?

in aDDition to the exhibitors’stanDs, several enCounters, exhibitions, Contests are organiseD During interieur 08. CoulD you present the heights of these relateD events?

“Jaime Hayon is indeed the first Spanish Guest of Honor at INTERIEUR. Since the first edition it has been a tradition to invite an international Guest of Honor. In the past, we had for example the French designer Philippe Starck, the British Jasper Morrison or the Italian Alessandro Mendini. They all exhibited their own work. That gives our visitors

“Beside our Guest of Honor’s exhibition, we have a central forum in which we organize different lectures during ten days. One of the lectures I am looking forward to is the one by the Dutch designer Richard Hutten. Also the masterlecture by French designer Erwan Bouroullec is one not to be missed. He has been working for big companies such as Vitra

09.10.2008 16:10:37 Uhr


Hiver 2008 Désirs

123

01 Champagne bar installed on the occasion of INTERIEUR 06 with furniture by the Belgian brand Extremis — 02 Dieter Van Den Storm is the coordinator of INTERIEUR 08 — 03 Stand of MOOOI during INTERIEUR 06

01

02

03

and Cappellini. It’s a great pleasure to have such famous designers at INTERIEUR. Moreover, the German professor Michael Braungart is one of our guests and will be talking about his own ‘cradle to cradle’ theory. Beside all the lectures, we show an overview of young designers: we have the results from the INTERIEUR 08 Design Competition and some 30 young designers show their own work. Could you describe more precisely the new initiative Design at work?

“Design at Work is a new platform, which will be launched during INTERIEUR 08 and which will focus on novelties and new product designs. In an exhibition we show products that will change our future. That might be very impressive! Design at work will turn into a biennale from 2009. We present it for the first time this year to our visitors at INTERIEUR 08. While INTERIEUR mainly focuses on objects for the house, such as furniture, lights, smaller objects, textiles and accessories, Design at Work will concentrate on product design, industrial novelties and innovation.

16_122-125_courtrai_ITW.indd 123

A more particular attention is brought to the fair’s scenography. Can you tell us a bit more about it?

“We choose a new team of architects to work with for every Biennale. This gives a new input in the scenography of the event. We don’t want a traditional scenography. We want to surprise our visitors with rather impressive architectural elements. That’s why our work with the architects is so important. This year we cooperate with Voet Theuns architects from Antwerp. Caroline Voet used to work for Zaha Hadid in London. They are in charge of the event’s whole scenography, from all the exhibitions to the children’s area and the central forum. Let’s look at the figures. What is the exhibition surface? How many exhibitors are there?

“INTERIEUR has been increasingly growing. It started in 1968 in only one exhibition hall. Today, we fill about 40.000 square meters and more than seven halls with more than 300 international exhibitors.

09.10.2008 16:10:49 Uhr


124

Désirs Hiver 2008

02

01

01 Tunnel created by Mats Karlsson for INTERIEUR 06 — 02 Jaime Hayon is the guest of honour of INTERIEUR 08 — 03 Stand of Prooff by Jurgen Bey during INTERIEUR 06 — 04 Stand of Delta Light for INTERIEUR 06

03

04

How are the exhibitors selected? What are the admission conditions?

“Quality is very important to us, not quantity. Every exhibitor has to fill in a form and has to be selected. This selection allows us to show only top companies! They have to prove that they have a qualitative collection. The way they present their objects is also very important. Moreover, plans of the stands are presented then selected. This might sound severe, but thanks to this system we maintain a rather high level of quality. How many visitors were there in 2007 and how did they split? What is the expected evolution this year as regards frequenting the exhibition? Have you got precise objectives?

“In 2006, for the 20th edition, we had 98.000 visitors. 75% were Belgian visitors while the other 25% were foreign visitors including from France, the Netherlands and Germany. We are not only open for professional visitors but also to the large public! It would be nice to have 100.000 visitors this year, but I have to be realistic. Due to the economic crisis, a lot of big events such as the motor show and the holiday fair in Brussels, have attracted less visitors. I hope our public will still come and dream of trendy and new interior objects. What is the Biennale’s economic fallout?

“As we are an event focused on professionals and the large public, it’s an interesting market for companies. They immediately have the reaction of the public and they know which novelties will work on a larger market and which product will fail. As we attract more than 300 companies every two years, there must be several economic reasons for coming. How many people work for the organization of INTERIEUR?

“This might be suprising, but we are only a very small team. For the first part of the year, we are only three people! The director, the assistant and myself. We deal with the whole com-

16_122-125_courtrai_ITW.indd 124

09.10.2008 16:11:04 Uhr


Hiver 2008 Désirs

125

Desirs in Courtr ai

01

Mike Koedinger Editions are present at INTERIEUR 08. Do not hesitate to visit us in Hall R on Stand P20.

02

01 Press village / Atmosphere INTERIEUR 06 — 02 The DARK stand for INTERIEUR 06 was inspired from the Star Wars universe — 03 Overview plan of the fair for INTERIEUR 08 03

munication, the management and the contents ourselves. For the last three months the team has been growing to a bigger team among which some technical staff and support team. what is the fallout of the biennale on the City of Courtrai? are there events organizeD in the City Center within the sCope of interieur 08? Do you Cooperate with Cultural institutions?

“It’s clear that INTERIEUR has an impact on a small village such as Kortrijk. We are very happy to have a Mayor who is very interested in design. Thanks to him, some additional cultural design events take place in the city during the Biennale. This year, there is the big exhibition Futurotextiel. As the name already tells, it’s an event on new materials and their new use. My main focus is the Biennale, but beside, we work together with cultural institutions as the Design museum of Gant and the Flemish

16_122-125_courtrai_ITW.indd 125

Institute for Architecture in order to create join projects. We have a very good network with major institutions that have the same passion for design as we do. It’s a blessing we can work together. what is the DifferenCe between interieur anD other similar events?

“As I’ve already said, the specificity of INTERIEUR is the blend of commercial and cultural events, and the fact that we attract professionals and a large public at the same time. Moreover, the quality of the international companies presented is very high. We don’t sell places just to be full. We are only looking for right partners. Only the best can be exhibited at INTERIEUR. And they have to pay attention to the way they present everything. All those reasons play a part in making INTERIEUR one of the best fairs for international design! Perfect for people who love contemporary design”.

09.10.2008 16:11:17 Uhr


126

Désirs Hiver 2008

Interieur 08, de A à Z Loin d’un abécédaire exhaustif, Désirs magazine a opéré une sélection parmi les exposants d’Interieur 08 en se concentrant sur les marques innovantes belges et espagnoles puisque l’Espagne est à l’honneur cette année à la biennale. Voici donc un panorama qualitatif de la création en matière de design.

A

Akaba o STAND 724

Charles (1997) d’Antonio Citterio

Dossier réalisé par Céline Coubray

Iñigo Ramirez Zabala, Commercial Director

W Absolut de Jorge Pensi Akaba, société espagnole créée en 1986, se développe selon quatre points fondamentaux: le design, l’internationalité, l’image corporative et la création d’emploi. Dès le début, l’entreprise s’est distinguée par un design d’avant-garde en collaborant avec des designers et artistes comme Javier Mariscal, le sculpteur Andrés Nagel, le designer Santiago Miranda ou l’architecte Santiago Calatrava. Dans les années 1990, Akaba décide d’orienter ses productions vers le marché des collectivités et commence alors une phase de grande expansion. Aujourd’hui, Akaba représente 5000m2 de surface de production, 90 employés, des participations régulières dans les foires et salons, une exportation à hauteur de 50% de sa production et des récompenses telles que le Prix National de Design en 2000 pour sa trajectoire professionnelle. Une des caractéristiques de cette marque est de pouvoir répondre à des demandes de projets sur mesure de la part de collectivités. C’est ce qui lui a permis de réaliser des projets d’envergure tels que le programme des sièges de l’aéroport de Séville d’après un design de Rafael Moneo, les bancs du métro de Bilbao dessinés par Norman Foster ou encore les sièges du Nouvel Aéroport de Cologne-Bonn par Helmut Jahn. Akaba est aussi écologiquement responsable. Elle est déjà certifiée ISO 9001 et vise la certification ISO 14000.

17_courtrai_AaZ.indd 126

What does Interieur represent for you? “At present, it represents the opportunity to participate in a meeting point where the design, like transverse axis, grants the importance that it deserves. The good references and comments from the past editions, as well as the qualification and the historical connection with the Belgian and Dutch markets, motivate us to participate. Do you have an anecdote to share about the Biennale of Courtrai? “Perhaps, among the worldwide events of design, this is the only one in which we have not yet participated; the reason for this is because it coincides with the dates of ORGATEC, the great international fair from our sector. What are the three main qualities a product must have to be good? “This is a ‘trap’ question. All the ‘good products’ have the same qualities! This depends on: the ‘beauty’, the ‘functionality’, the ‘price’, the ‘material’, the ‘cultural component’, the ‘innovation’, the ‘sustainability’… sometimes, all, sometimes one is more than enough. A ‘good’ product depends on ‘for whom’ and ‘for what’. What are the big tendencies of the Spanish design? What does it bring different? “I think that the ‘big tendencies’ of the design do not have nationality; the good design is universal and the ‘big tendencies’, more and more. The cultural singularities and the resources determine the proposals of design from each country. The Spanish design is fresh and especially rich in shape expression, and also it contributes to a great quality/price relation. Which piece of furniture/object is your “Must Have”? “I have several; one is the TMC lamp, designed by Miguel Milá in 1960”. www.akaba.net

10.10.2008 14:33:47 Uhr


Hiver 2008 Désirs

o W

127

Nr. du stand Nouveaute espagne belgique

B

AluciBis Lighting

Bart Lens o STAND 310

o STAND 705

Benjamin Vandorpe, CEO of Aluci

W Maestro, luminaire en teck Aluci est une toute récente entreprise belge de luminaires puisque créée en 2006. Les récompenses sont rapidement venues, dont le prix IF Design Award en 2007 pour le Chario Solar. Fort de son succès, Aluci a racheté Bis Lighting et propose ainsi des gammes étendues et de grande flexibilité de services. Les produits proposés permettent d’intervenir aussi bien dans l’éclairage domestique que dans les espaces publics ou professionnels. Le groupe Aluci-Bis Lighting sera présenté pour la première fois à Intérieur 08.

Cyclope de Pierre Lallemand

17_courtrai_AaZ.indd 127

What does Interieur represent for you? A sample of design in its different forms. Do you have an anecdocte to share about the Biennale of Courtrai? It is not really an anecdote, but I remember the strong impression the biennale has made on me when I was a child. I remember that I was 5 or 6 years old and I was amazed and overwhelmed by the progressiveness of different design products. And now of course, I am very proud to be able to be an exhibitor myself at the biennale and to welcome the public to my own fair stand! What are the three main qualities a product must have to be good? Its individual character, its workmanship/finish, its timelessness. Professionaly, what is your highest pride? The fact that we are a young company of merely two years old, but we were already awarded with two design prizes. Which piece of furniture/object is your "Must Have"? The Lounge Chair by Eames www.aluci.be

W XXXL Pylos 4 de Bart Lens Bart Lens a créé son agence à Hasselt en 1995, LENS°ASS, dont l’équipe intervient aussi bien dans la création de produits que dans des projets d’architecture (construction, rénovation, aménagement intérieur, privés ou professionnels) ou d’aménagement urbain. Ils prennent en charge la conception de nouveaux produits dont des luminaires mais également des assises, des interrupteurs, des créations textiles… Bart Lens a ouvert en 2007 un second bureau à Bruxelles.

Sphere www.objetbart.be

09.10.2008 10:01:58 Uhr


128

Désirs Hiver 2008

o W

Nr. du stand Nouveaute espagne belgique

BD Barcelona Design o stand 206

BuzziSpace

Bulo

(par Tecnospace) o STAND 530

o STAND 632

de Jaime Hayon Un groupe de jeunes architectes insatisfaits décide en 1972 de changer les habitudes, mêmes commerciales, et de lancer une nouvelle philosophie productive. Bocaccio Design, d’où viennent les initiales BD du nom de la marque, a été créé par Pep Bonet, Cristian Cirici, Lluis Clotet, Mireia Riera et Oscar Tusquets, comme support pour la production de tous les meubles, objets et accessoires qu’ils ne parvenaient pas à trouver en boutique à l’époque. Cela pouvait sembler être une idée arrogante mais cela s’est avéré être une nouvelle sensibilité, une perception différente des objets de tous les jours. Dans le catalogue, on trouve aussi bien les grands maîtres que les créateurs contemporains. Ainsi, Ettore Sottsass, Alvaro SizaViera, Javier Mariscal, Alessandro Mendini, Miguel Mila et Pete Sans, Antoni Gaudi, Charles Rennie Mackintosh, Giuseppe Terragni, Josef Hoffman ou encore Adolf Loos se côtoient. BD Barcelona Design ne produit pas d’objets, mais les édite, ce qui est une nuance importante. Pour chaque produit, le meilleur processus de production est recherché, convenant le mieux à sa nature, ainsi chaque produit est le résultat d’une recherche avancée en concordance avec les technologies les plus à la pointe.

Jordi Arnau, Directeur Général Selon vous, quelles sont les trois qualités d’un bon produit? «Bon design, bon prix, bonne marque. Quelle est votre plus grande fierté professionnelle? «Notre collaboration avec les designers les plus reconnus au monde comme Ross Lovegrove, Jaime Hayón et Alfredo Häberli. Quel est votre objet / meuble coup de cœur? «Le Showtime Multileg Cabinet». www.bdbarcelona.com

17_courtrai_AaZ.indd 128

Crédit: Photo Fien Muller

W Showtime Multileg Cabinet (2006)

W Kei des BuloDesigners

W BuzziScreen, product by BuzziSpace

BULO, créé par Walter Busschop en 1963, propose du mobilier de bureau de haute qualité. La société porte une attention particulière au design de ses meubles et choisit par exemple de travailler avec des architectes et des designers européens réputés à travers le projet Carte Blanche qui leur offre la possibilité de donner forme à la vision qu’ils ont d’une table de bureau. C’est dans ce cadre qu’en 1996, le bureau M2, dont le plateau de travail est d’un mètre carré, est réalisé et marque une rupture avec le bureau traditionnel. Puis suivront d’autres produits comme Schraag de Maarten van Severen ou la collection Normal de Jean Nouvel. Dernièrement, une nouvelle image de marque basée sur «Love your Office» est introduite. La notion de plaisir et la valeur émotionnelle au travail sont au cœur du développement de Bulo, sans oublier les aspects fonctionnels, ergonomiques et écologiques d’un meuble de bureau. C’est dans cette perspective que La Love Table de l'architecte français Edouard François est introduite dans la série Carte Blanche. Bulo est également convaincu qu’une demande pour des bureaux «basics» existe, bureau s’adressant à l’individu et qui peut être utilisé de différentes manières et dans différentes ambiances. Bulo est largement présent sur le marché belge et compte également des antennes sur le marché international à Londres, Cologne, Amsterdam et des concept stores à Luxembourg et Prague. La Belgique n’est pas oubliée avec un showroom à Bruxelles. www.bulo.com

Au commencement, il y a Tecnospace, une jeune entreprise belge spécialisée dans les cloisons insonorisantes pour les bureaux, dirigée par Steve Symons et Alexandre Stoop. BuziSpace est le second pilier de cette entreprise, la cellule créative, qui propose d’autres produits design, au sein de laquelle des créateurs ou artistes indépendants peuvent développer des produits qui répondent tous à trois valeurs: l’écologie, l’acoustique et la flexibilité. Les produits peuvent être utilisés aussi bien au bureau qu’à la maison grâce à leur design contemporain et convivial. Les cloisons ont d’ailleurs été remarquées lors du salon «Design Brussels» organisé en novembre 2007, où elles ont remporté l’un des design awards du «meilleur produit national». On peut en effet souligner que BuziSpace a relevé le défi de faire de ce produit peu attractif que sont les cloisons insonorisantes, un véritable atout dans la composition et la gestion des espaces professionnels ou domestiques.

Buzzilight, product by BuzziSpace www.buzzispace.com www.tecnospace.com

09.10.2008 10:02:04 Uhr


1PPJ.indd 1

10/10/08 12:53:49


130

Désirs Hiver 2008

o W

Nr. du stand Nouveaute espagne belgique

D

DAB o STAND 311

C

Colect o Stand 114

Casalis

W Tree Series, de Werner Aisslinger En 1996, David Abad crée l'entreprise Diseño Actual Barcelona S.L. et, avec elle, la marque DAB consacrée à la conception, à la production et à la commercialisation de luminaires. La ligne directrice est la recherche du luxe dans la simplicité sans oublier l’authenticité et la spontanéité. DAB propose des produits adaptés aussi bien à l'usage domestique qu'à l'équipement de projets et d'installations. Dab est une entreprise jeune, reconnue et récompensée internationalement par de nombreux prix de design de produit: Red Dot, Design Plus, IF Design, Good Design, Design Preis, tous obtenus au cours de ces dernières années.

o Stand 214

W B-uro d’Anita Nevens

W Tapis Raja aux motifs Eggs de Marie Mees Casalis est une société spécialisée dans la confection de tapis de grande qualité. La directrice artistique, Liset van der Scheer, relève le défi d’utiliser de manière innovante des matériaux plutôt traditionnels ou de travailler une nouvelle matière avec des processus de fabrication déjà existants. Ainsi, Casalis cherche à repousser les limites des techniques et des matériaux, œuvrant pour un design de recherche et d’innovation tout en s’appuyant sur des techniques et des savoirfaire traditionnels. Les collections comptent également quelques poufs et des plaids en laine de très belle facture et dont les couleurs se combinent à celles des collections de tapis. www.casalis.be

17_courtrai_AaZ.indd 130

L’histoire commence en 1998 lorsque Katrien Van Hulle, architecte d’intérieur, se donne comme mission de promouvoir les designers belges qui produisent meubles, luminaires, services de table, bijoux et objets d’usage courant. La boutique B à Bruges devient alors son outil et elle fait sien le slogan «Belgian products with an A label». Puis Siegfied De Buck a créé les couverts Tools for table et il s’ensuit la création de la Table for Tools, une table en forme de coffre qui dissimule un tiroir pour les couverts qui sont dévoilés au compte-gouttes au fil du repas. La table est élevée au rang de l’art et ouvre la voie à la production d’une gamme B products, des créations de designers belges qui sont produites avec un grand sens de la qualité. En 2007, suite au succès des produits et à une expansion à l’international, B products devient Colect, tout en restant fidèle à ses idées de départ. Aujourd’hui, Colect compte son propre département de production et le réseau de distribution ne cesse de s’accroître. www.colect.be

Dear Edi, de David Abad

David Abad, director of DAB Do you have an anecdote to share about the Biennale? “It was very funny for me to see the beer barrels rolling down the alleys during the fair. What are the three main qualities a product must have to be good? “Innovative design, functionality and quality. Which piece of furniture/object is your ‘Must Have’? “My favourite pieces are the Wishbone chair by Hans Wegner and from our designs, the Dear Edi by David Abad or Tree Series lighting fixtures by Werner Aisslinger, that will be shown in the fair this year”. www.dab.es

09.10.2008 10:02:22 Uhr


Hiver 2008 Désirs

131

Delta Light o STAND 603

Dark o STAND 307

W Canvas

Marnick Smessaert, fondateur de DARK

W CHUBBY, by Davy Grosemans for Dark Marnick Smessaert, un entrepreneur belge un peu atypique, créa DARK il y a sept ans. Ne souhaitant pas être assimilé à l’environnement habituel du luminaire design contemporain, il se laisse plutôt guider par ses émotions, ses envies, ses plaisirs et son imagination. C’est l’innovation qui retient plutôt son attention. Et il fonctionne beaucoup à l’instinct, que ce soit dans le choix des designers qui forment l’équipe, tous architectes ou designers d’intérieur, que dans les projets réalisés. Les lampes de DARK sont atypiques, emplies d’émotions, réalisées dans des matériaux originaux, dans des formes et proportions surprenantes. Chaque produit porte un nom particulier et leur présence est impossible à éviter dans un espace. DARK est aujourd’hui distribué dans 54 pays.

No Fruit, Anthony Duffeleer for Dark

17_courtrai_AaZ.indd 131

What does INTERIEUR represent for you? “For me personally it is the fair which takes me back to my childhood; the place to discover wonderful stuff from around the world, being flabbergasted at forms and materials. For Dark, this is our top notch exhibition every two years. It means new products, new general catalogue, new business. Do you have an anecdote to share with us about the Biennale of Courtrai? “Dark got its international breakthrough at the Biennale. It helped in getting international recognition and, in the meantime, we are the company with the most design awards at the Biennale. For you, what are the three main qualities a product must have to be good? “1) Respect the material used, use it to its limits 2) Must be absolutely original, never done before 3) Must flash an emotional pop-up; you love or you hate it Professionaly, what is your highest pride? “That I have proven to the world that a gang of enthusiastic, young and angry people who dive into design can be very successful and have fun every day. Next to that, we have received the Design Management Award Europe in 2007 (first place). Which piece of furniture/object is your ‘Must Have’? “Our No Fruit lamp”. www.dark.be

Delta Light was established in 1987 by designer Paul Ameloot, and launched on the market of architectural lighting. With its innovative lighting designs, the company is recognized throughout the world for its subtle blend of ambiance, functionality and design. Delta Light currently employs 205 people and has a turnover in excess of 52 million euros spread across 75 countries. Exponential growth led Delta Light to look for a new home base and now occupied 25 000 m² at Wevelgem in West Flanders (Moorsele). The architectural headquarters include office space, a production department, a reception area, show rooms, warehouse and a training centre, The House of Light.

Paul Ameloot, Managing Director & Designer What does INTERIEUR represent for you? “International design fair of high quality. An anecdocte to share about the Biennale of Courtrai? “In 2006, at a single moment we had customers of 51 countries together at our stand, which shows clearly the international character of as well Interieur as Delta Light. Those customers were also invited at the grand opening of our new showroom in Wevelgem that night. What are the three main qualities of a product? “Quality, Design, Innovation. Professionaly, what is your highest pride? “During several years we received several design prices. It is the international recognition of the hard work we are doing with our team. Which piece of furniture/object is your “Must Have”? “Next to a design chair, a good table is also needed to create our designs. But only those two things are not enough to create nice lighting devices. Because designing is a matter of inspiration and creativity which can not be done between four walls”. www.deltalight.com

10.10.2008 14:34:46 Uhr


132

Désirs Hiver 2008

o Nr. du stand W Nouveaute

espagne belgique

E

Extremis o Stand 618

Dirk Wynants, directeur d'Extremis

W Prototype du nouveau concept de siège avec parasol Extremis a été créée en 1994 par Dirk Wynants. Le premier produit lancé a été la table de jardin multifonctionnelle Gargantua. Dès le début, le ton est donné: des meubles conviviaux, répondant à de nouvelles logiques d’utilisation, aux lignes atemporelles, souvent modulables, avec une utilisation de matériaux prévus pour durer et toujours marqués par le sceau de l’humour, belge! Comme le nom de l’entreprise le laisse entendre, Extremis produit des meubles et des objets qui sortent de l’ordinaire, pouvant être utilisés à l’intérieur ou à l’extérieur et déjà récompensés à de nombreuses reprises.

PicNik

17_courtrai_AaZ.indd 132

What does INTERIEUR represent for you? “It is the highest quality, most selective and most beautiful “design” trade show of the world. And I really don’t think I exaggerate. The Interieur 08 selection committee will only allow the very best companies; they control the quality of products and booth as well. As this show takes place just every two years, every exhibitor can do more efforts to do it right. With its special exhibitions and focus on young talent, it offers professionals and the public a real cultural experience. Unlike other bigger fairs, you can get a good view on what the design scene offers in about one day only. Do you have an anecdote to share about the Biennale of Courtrai? “Courtrai is a nice city, but can’t offer the same as Milan, Paris or New York. Our spoiled international guests feel a bit lost when not every evening is filled with partying opportunities, and in the past we were used to find lots of them on our stand by the end of the day. We had the reputation to be party animals (which is completely untrue, of course), but taking out a whole bunch of crazy foreigners every day is not always that easy to put together. Therefore in 2004 we decided to organize EXTERIEUR 08 for the first time. The concept is simple: every night Exterieur can host about 500 people for music, food and drinks. Talking about business is strictly prohibited. Together with our friends of the Belgian lighting collection DARK, we

own the biggest restaurant/bar/lounge of the whole city, just during Interieur 08! What are the three main qualities a product must have to be good? “It takes more than three qualities to become a good product. Fields like functionality and usability, ecology and economy, innovation, authenticity and aesthetics are equally important. The best product scores the highest overall, without downside extremes: a really bad score in one of these fields cannot be compensated by other qualities. Professionally, what is your highest pride? “That there are people all over the world who are willing to spend money they worked hard for to buy objects that I designed and manufactured. No design award or press coverage can match that. Which piece of furniture/object is your "Must Have"? “If you would look at it people wise, which I like to do being the creator of “tools for togetherness”, I would have difficulties to choose between my family table Gargantua and one of my latest designs BeHive, in which you can spend wonderful evenings with a whole bunch of friends. If you would look at it object wise, our most iconic piece PicNik certainly has it all: uncomplicated, seducing curves, will stay beautiful forever and very authentic. You asked for my “coup de cœur”, and I must admit: I did lose my heart to a woman with all these qualities, who wouldn’t?…” www.extremis.eu

10.10.2008 14:35:11 Uhr


TĂŠl.: +352 23 69 51 - www.pollfabaire.lu

Ann_CULT_Homme_238x300_Paperjam.1 1

10/12/07 10:34:54


134

Désirs Hiver 2008

o W

Nr. du stand Nouveaute espagne belgique

F

I

Feek o STAND 504

INBANI o stand 115

Diamond de Frederik van Heereveld

W Split de Karim Rashid

Frederik van Heereveld owner of FEEK

Feek est une jeune entreprise créée en 2004 par Frederik van Heereveld and Eltjo Klomp dont l’activité est la production de meubles en mousse ou plypropylène. Leur ligne directrice est de produire des meubles avec un regard jeune et frais. Le premier ensemble de produits réalisés, appelé Orca, représente bien l’esprit général de l’entreprise: fonctionnel, confortable et contemporain. Une attention particulière a été portée au revêtement avec la technique appelée Mellow Flock qui est à la fois élastique, étanche, résistant et facile à nettoyer. Ces caractéristiques offrent la possibilité de les utiliser aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Depuis, les collections se sont agrandies et diversifiées, permettant de meubler aussi bien les espaces domestiques que collectifs ou publiques, notamment grâce à la nouvelle technique Rock Face qui est un revêtement moulé de quelques millimètres de polyuréthane pouvant être associé à une structure en bois, plastique ou béton.

What does the International Biennale of Courtrai represent for you? “A presentation with timeless designs, I would say the best of the best is collected. Do you have an anecdote about the Biennale of Courtrai? “We hope to tell you one after the fair, because we are the young ones… What are the three main qualities a product must have to be good? “Must have something innovative in looks feel and material, this combined of course with a link to recycling. Professionaly, what is your highest pride? “I won the EDIDA award in 2006 with the Q-Couch + the Sliced Products. Which piece of furniture/object is your “Must Have”? “The FEEK Q-Couch and the brand new Split chair”. www.feek.be

17_courtrai_AaZ.indd 134

W Collection Ela Inbani est une jeune entreprise qui propose du mobilier de salle de bains contemporain, utilisant des matériaux d’avant-garde comme le Corian et de nouvelles technologies. Les produits de cette marque ont déjà reçu quelques récompenses comme Design Plus 07 et participent à de nombreuses foires. Les collections permettent de combiner vases pour l’eau et espaces de rangement dans des lignes contemporaines, très géométriques, jouant sur le contraste des couleurs et la complémentarité des formes. Parmi les designers de la marque, on notera la présence d’Arik Levy. www.inbani.com

10.10.2008 14:35:42 Uhr


136

Désirs Hiver 2008

o W

Nr. du stand Nouveaute espagne belgique

M

Metalarte o STAND 331

Indera o STAND 207

W Hikari lamp designed by A+A Cooren

W Flow de Xavier Lust Indera appartient à un des plus gros groupes de mobilier belges, le groupe Mecam, qui s’est principalement spécialisé dans les assises. Indera est la marque design de ce groupe qui a choisi de travailler avec des designers extérieurs: Wim Segers, Fabiaan Van Severen, Gert Van Der Vloet, Katrien Rondelez, Francis Capes et Stefan Steenkist. Les maîtres-mots de leurs productions sont:  «qualité, esthétique, tendance, valeurs sensorielles, créativité, bien-pensé, multifontionnel, modulable, confortable, accueillant, doux, service, créativité, flexibilité».

Fab de Fabiaan van Severen

17_courtrai_AaZ.indd 136

Carl Meers, general manager of Indera What does the International Biennale of Courtrai represent for you? “A very high level contemporary furniture fair, maybe not the biggest but probably the best in Europe. Do you have an anecdote to share about the Biennale of Courtrai? “Two years ago, when we participated for the first time, the queen of Belgium visited our stand because we were one of the few Belgian companies amongst foreign companies, most of them Italians. What are the three main qualities a product must have to be good? “Personality - modularity – love. Professionally, what is your highest pride? “To see people with a smile while sitting in our sofas. Which piece of furniture/object is your “Must Have”? “Flow designed by Xavier Lust”. www.indera.be

The history of Metalarte, a family firm, founds its origins in 1932, when Antonio Riera Clariana decided to established a metal workshop to make iron pieces needed by the building firm. Then, in 1942, the company launched its own lines of doorknobs, household ustensils ans stylish lamps. After the war, Antonio Riera travelled to the Nordic countries attracted by the Scandinavian design. He found there inspiration for the new collections launched on the market between 1954-1960. After that, he went to the United States where he met George W.Hansen who designed the Swing Arm, one of the firm’s best sellers. In the 1970s, they decided to work with André Ricard who became later one of the most prestigious Spanish designers. Thoses years were also the ones of Enrich Franch’s Calder lamp (1974) which became a classical of contemporary design. During the 1980s, Metalarte ventured into the outside world and extended the sales network thanks to Roman Riera. After the crisis of 1990, Carlo Riera became the company Art Director. In 2002, the Feliu de la Peña (Troll) group took out a majority shareholding, injecting new resources that enabled the company to undertake projects of broader scope. The firm no longer manufactures in old way, but is now a modern company with suppliers all over the world. Recently, Metalab has been created to provide an outlet for more daring projects as a lamp floating on a swimming pool or an enormous lamp that can be used both outdoors and indoors... www.metalarte.com

10.10.2008 14:36:17 Uhr


Hiver 2008 Désirs

137

u

O

UnderCover

Ovo o STAND 631

o stand 409

Pol Quadens / designer

W 03SS OVO editions est un nouvel éditeur de mobilier design basé à Bruxelles. Pour sa première collection, OVO a fait appel à Pol Quadens, un designer réputé basé lui aussi à Bruxelles. Son travail, souvent basé sur des matériaux avec des lignes pures et élégantes, reflète parfaitement l’objectif d’OVO qui est de développer de nouveaux matériaux (Corian©, fibre de carbone,...) mais aussi de nouvelles techniques. Leur souhait est de repousser encore plus loin les limites de la matière au profit du design.

Fab de Fabiaan van Severen

17_courtrai_AaZ.indd 137

Que représente la biennale internationale de Courtrai pour vous? «C’est avant tout le seul salon design digne de ce nom en Belgique. Et c’est aussi l’occasion de rencontrer les principaux revendeurs et distributeurs de mobilier design en Belgique et des pays limitrophes. Avez-vous une anecdote à nous faire partager sur la biennale de Courtrai? «En 1994, j’ai exposé gratuitement ma collection dans un camion installé sur la pelouse de Intérieur. Selon vous, quelles sont les trois qualités d’un bon produit? «1. Son originalité esthétique et/ou fonctionnelle 2. La qualité de fabrication 3. Une distribution commerciale adaptée à ce produit Quelle est votre plus grande fierté professionnelle? «La chaise C06. Elle est l’aboutissement d’une longue étude. Avoir réussi à créer et produire la chaise la plus légère du monde à sa sortie, son succès fait, je crois, ma plus grande fierté... Quel est votre objet / meuble coup de cœur? «La Walking Table». www.ovo-editions.com

W Façade des bureaux d'Oostvogels Pfister Feyten à Luxembourg Under-Cover a été créée par Alex Rottiers, Stephan Mees et Tom Weyers en septembre 2005. Ces trois partenaires avaient déjà une longue expérience derrière eux dans le domaine du luminaire aussi bien comme fabricants que comme concepteurs. Ils ont décidé de créer un think-tank pour les designers et architectes. Ils ont lancé la marque avec une série de lampes en plastique modulable du designer Douglas Mont et ont aussi produit trois autres collections: Genetic, Dodecahedron et Domo Modo. Grâce à ces blocs de construction, les architectes ont la possibilité d’assembler la lampe comme bon leur semble et même d’en choisir la couleur. La diversité fait partie intégrante du concept. Ils proposent aussi des éléments qui dialoguent directement avec ‘architecture’ comme des plinthes, des encadrements de portes… www.under-cover.be

09.10.2008 10:02:51 Uhr


138

DÉSIRS HIVER 2008

CULTURES

DÉSIRS

UNE SÉLECTION DES EXPOSITIONS ET ÉVÈNEMENTS EN MODE, DESIGN ET ARCHITECTURE À NE PAS RATER CET HIVER.

COUVERTURE

Jean-Paul Lespagnard Photo: Serkan Emiroglu DIRECTEUR DE LA PUBLICATION

Mike Koedinger REDACTION

02

Céline Coubray, Anouk Wies, Laura Lopez (stagiaire)

WAR COLD DERN O M 03

ALE BIENN E DE SAINT-ETIENN

01

PHOTOGRAPHIE

Christian Aschman, Sébastien Agnetti, Julien Becker, Eric Chenal / Blitz, Etienne Delorme, Luc Deflorenne, Andres Lejona, David Laurent / Wide, Fabrizio Maltese DIRECTEUR ARTISTIQUE

Guido Kröger CREATION

Vera Capinha Heliodoro, Maxime Pintadu MISE EN PAGE

INgrid CORRECTION

04

Nathalie Lemaire, Docs Sàrl IMPRESSION

Qatena

RÉGIE PUBLICITAIRE

MAISON MARTIN MARGIEL A A 20 ANS

DIRECTEUR ASSOCIÉ

Aurélio Angius DIRECTEUR COMMERCIAL ASSOCIÉ

ARCHILAB EUROPE 2008

Francis Gasparotto CHARGÉE DE CLIENTÈLE

Sophie Goulet ASSISTANTE COMMERCIALE

01 – Le MOMU à Anvers présente une rétrospective de la MAISON MARTIN MARGIELA à l’occasion de son vingtième anniversaire. Le créateur doit notamment sa renommée au déconstructivisme dont il fait preuve, à l’usage de matériaux de seconde main, ainsi qu’à ses coupes classiques et à son esprit très conceptuel. La grande discrétion du styliste auprès des médias rajoute à cette exposition un attrait tout particulier. Maison Martin Margiela “20” The Exhibition, jusqu’au 8 février 2009, www.momu.be

03 – LA BIENNALE INTERNATIONALE DU DESIGN DE SAINT-ETIENNE fête sa 10e édition, ce qui permet de faire un point sur son évolution. L’exposition porte un regard particulier sur le design d’aujourd’hui et de demain à travers trois questions fondamentales: Comment le design peut-il contribuer à faire évoluer nos modes de vie? Comment le design s’associe-t-il à la recherche et à l’innovation? Comment le design devient-il aujourd’hui un outil de développement économique? Du 15 au 30 novembre 2008, www.citedudesign.com

02 – LE VICTORIA & ALBERT MUSEUM à Londres présente une exposition qui met en relation le design, l’architecture et la culture populaire en provenance des deux pans du Rideau de Fer. Ceci permet de comprendre comment ce contexte, à la fois menaçant et inquiétant, est en même temps une période d'optimisme et de développement technologique sans précédent qui a influencé le design entre 1945 et 1970. Cold War Modern: Design 1945-70, jusqu’au 11 janvier 2009, www.vam.ac.uk

04 – ARCHILAB biennale d'architecture à Orléans explore l’Europe et ses mutations en matière d’aménagement des territoires, la relation qui existe entre les objectifs politiques et l’environnement bâti. Une cinquantaine de projets présentent une coupe stratigraphique de l’Europe en cours de construction, montrant une image renouvelée de ce territoire, de son patrimoine commun et de la vitalité de sa création. Du 25 octobre au 23 décembre 2008, www.archilab.org

18_culture_ours.indd 138

Photos: Felipe Ribon, V&A Images, Giovanni Giannoni, Dominique Issermann

Céline Bayle CONTACT

Tél. +352 27 17 27 27 www.tempo.lu

Tél. +352 26 88 18-1 Bureaux: 10, rue des Gaulois Luxembourg-Bonnevoie Courrier: BP 728, L-2017 Luxembourg www.mikekoedinger.com © Mike Koedinger Éditions S.A. Numéro ISSN: 1992-4003 PROCHAINE PARUTION

13 mars 2009

10.10.2008 14:27:00 Uhr


12/08/08

11:36

Page 1

DESIRS 238x300 CV-FC1 LUXEMBOURG - Issue Date: 17 OCTOBER

A57967_DESIRS 238x300 CV-FC1 LUX

Un voyage commence souvent par une belle histoire. 7 heures du soir, Buenos Aires. Argentine. Tél. (352) 226 326 louisvuitton.com Sofia Coppola, Francis Ford Coppola et Louis Vuitton apportent leur soutien à The Climate Project.


Desirs_Hiver_2008