Issuu on Google+

Estelle'S CITY MAGAZINE LUXEMBOURG

September'09

The illustrator and entrepreneur enjoys the paradox of her work. L’illustratrice et chef d’entreprise aime le paradoxe de son travail. N Duncan Roberts O Andrés Lejona

E

stelle Sidoni says she has the feeling that she never stops working. “But I have found real freedom in my work, so it seems more like pleasure than work,” she says. The attractively stylish art school graduate has been the manager, alongside sister Delphine, of Boo in City Concorde since March, and is about to open a second outlet. Boo, the shop around the corner (yes, the name is taken from the Ernst Lubitsch film) is located in the splendid premises of the former Mouerenapdikt pharmacy on Grand-Rue. The concept store will incorporate high quality fashion, with brands exclusive to Luxembourg, and genuine vintage clothing, books and exhibitions. Furthermore, 1% of the profit will be donated to Stop Aids Now, a charity with which Estelle feels great affinity. “It is this paradoxical mix of art and fashion, luxury and the humanitarian that I enjoy,” says Estelle. “I want people to be curious and take joy in discovering things.” Q

www.citymag.lu 

E

stelle Sidoni a l’impression de ne jamais s’arrêter de travailler. « Mais j’ai trouvé une réelle liberté dans mon travail, ça s’assimile donc plus à du plaisir », précise-t-elle. Cette élégante diplômée des Beaux-Arts est, aux côtés de sa sœur Delphine, gérante depuis mars de Boo au City Concorde et sur le point d’ouvrir un deuxième point de vente. Boo, the shop around the corner (oui, le nom vient bien du film d’Ernst Lubitsch) est situé dans les splendides locaux de l’ancienne pharmacie Mouerenapdikt dans la GrandRue. Le concept store proposera de la mode de haute qualité, avec des marques exclusives pour le Luxembourg, ainsi que des habits vintage authentiques, des livres et des expositions. De plus, 1% des bénéfices sera reversé à l’association Stop Aids Now avec laquelle Estelle a beaucoup d’affinités. « C’est ce mix paradoxal de l’art et de la mode, du luxe et de l’humanitaire que j’aime, dit-elle. Je veux que les gens soient curieux et éprouvent du plaisir à découvrir des choses. » Q

“I want people to be curious.” « Je veux que les gens soient curieux. » Estelle Sidoni

Estelle's  city magazine luxembourg


03

The new government

Between us...

Content Sommaire

entre nous

Paul Helminger talks about relations with the new government. Paul Helminger nous parle des relations avec le nouveau gouvernement.

Faces 08

Blanche Weber Marita Ruiter Sylvia Camarda Andy Bausch

12

Siobhán O’Reilly Chantal Koob Alexandre Bourgeois Pieter Weirig Sylvain Zimmer

14

Anne Brasseur

18 Clara Moraru Christian Thein Françoise Folmer Nico Steinmetz 20

Rolf Tarrach

stories Mobility

For the second legislative period in succession none of the parties in the new national government are represented in the city college of aldermen. Pour le second mandat législatif successif, aucun des partis du nouveau gouvernement n’est représenté au sein du collège échevinal. Comment pensez-vous que les relations entre le conseil municipal et le nouveau gouvernement vont How do you expect relations between the city admin- évoluer ? istration and the new government to develop? Nous entretenons depuis 2005 d’excellentes relations de NDuncan Roberts  ODavid Laurent / Wide

Since 2005 we have had excellent cooperation with the government, and I fully expect that to continue. We have a number of major infrastructure projects that we are committed to undertake with the government. I look forward to relations with Claude Wiseler, because he is now at the head of the ministries that are most important to us – infrastructure, environment, public works and transport. It is a promising development that we will have one person to talk to, and that he is a resident of the city.

coopération avec le gouvernement et j’espère vivement que cela va continuer. Il existe un certain nombre de grands projets d’infrastructure que nous nous sommes engagés à entreprendre en collaboration avec le gouvernement. Je suis impatient de travailler avec Claude Wiseler car il dirige désormais les ministères qui nous importent le plus : infrastructures, environnement, travaux publics et transports. Le fait d’avoir une personne à qui parler et qui réside en ville semble prometteur.

If that declaration of intent is followed by the necessary action, then that would be most welcome. We believe very strongly that a number of problems can more easily be solved at local level, rather than have the whole state apparatus involved. I am thinking of social and integration and to some extent public order problems. The operational aspect of circulation in the city could also be streamlined and become more coherent. The city services have the best overview, but they face very cumbersome formalities to obtain government approval for any changes.

Si cette déclaration d’intention est suivie des actions nécessaires, alors elle sera plus que bienvenue. Nous sommes fermement convaincus que certains problèmes pourraient être résolus plus facilement au niveau local, sans impliquer l’ensemble de l’appareil étatique. Je pense au social et à l’intégration et, dans une certaine mesure, à l’ordre public. L’organisation de la circulation en ville pourrait également être rationalisée et devenir plus cohérente. Les services de la Ville ont la meilleure vue d’ensemble, mais ils doivent, au moindre changement, faire face à de très pesantes formalités pour obtenir l’approbation du gouvernement.

Le gouvernement a déclaré qu’il donnerait plus The government has said it will give local authori- d’autonomie aux autorités locales. Qu’en pensezties more autonomy. What is your reaction to that? vous ?

How significant is the government’s decision to keep the law and finance departments of the University la décision du gouvernement de maintenir en ville in the City? les départements droit et finance de l’université We welcome the development, because the University has vous semble-t-elle significative ?

shown the ambition to be excellent in those fields to which it has committed itself. And the closeness of the departments of finance and law with the very important cluster of these activities that happens to be in the City of Luxembourg is an important element of that success. Q

www.citymag.lu

Nous nous félicitons de cette décision car l’université a montré son ambition d’excellence dans ces domaines, dans lesquels elle s’est investie. Et la proximité des départements Finance et Droit avec le pôle majeur que constitue la Ville de Luxembourg pour ces secteurs est un élément important de ce succès. Q

04 A complementary range of solutions Un ensemble de solu tions complémentaires

Architecture

University

Quattropole

Festival

Administration

06 An iconic new Bierger-Center 07 Welcome Days ‘09 Energy Tour of Discovery 10 India meets Luxembourg 11 New charter for city employees 15 Environment

Climate Change Circuits

regulars

16 neighbour watch

Beggen

22 at your service

Vinothèques 24 communities

Brazil

26 city guide 30 they

Luxembourg

Boz Temple-Morris

Estelle's  city magazine luxembourg


04 Mobility

A complementary range of solutions Un ensemble de solutions complémentaires

Integrated transport options at the city railway station. Des solutions de transport intégrées près de la gare.

Only by integrating all modes of transport, and working with its neighbours, can sustainable mobility in the capital city be guaranteed. Ce n’est qu’en intégrant tous les modes de transport et en collaborant avec nos voisins que nous pourrons garantir une mobilité durable dans la capitale. N Duncan Roberts O david laurent /  Wide

W

hile all the talk about solving traffic problems in Luxembourg City has been focused on the tram project, the Ville de Luxembourg has been busy developing a global transport plan. François Bausch, deputy mayor in charge of mobility, says that one of the aims of the city’s global transport concept is to reduce the amount of unnecessary traffic in the city centre. That means ensuring that the cross-country buses that bring commuters to Luxembourg terminate their route at the edge of the city centre. “We will only make the city centre attractive if we reduce the number of buses that pass along the avenue de la Liberté,” he says. To this end the planned peripheral railway stations at Cessange and Howald will serve as major junctions at which commuters from outside the capital can change from their train or bus onto the city’s integrated public transport system – which by that stage will include the tram.

Network backbone The tram itself is, after all, not being built solely for the city, but will improve mobility for the greater region. Future plans will see an extension of the tram network to Bertrange and Strassen, Howald and Hesperange and even eastwards towards Findel and Niederanven. “The idea of the tram is more than just one route through the city centre,” says Bausch. “That route is the back-

Estelle's  city magazine luxembourg

bone of what will be a whole network. The plans that have been made public so far are just the beginning.” But even though he is enthusiastic about the project, the deputy mayor does not see the tram as a cure-all, a magic pill that will cure the city’s transport problems. “We will only solve traffic problems by delivering a complementary range of transport solutions that incorporates tram, bus and train passengers, cyclists, pedestrians and private car users.” Yes, even though the city is clearly prioritising public transport and cycling and walking, it fully acknowledges that some people have no choice but to use a car.

Plan ahead Nevertheless, the city also aims to encourage more people to use public transport. Bausch says that quality and service must be exceptional and communication improved. That means more bus lanes allowing the free flow of bus traffic and getting away from the image of the bus as a means of transport whereby passengers are squeezed in like sardines. Information is also crucial, and the city is in the final stages of preparing a multi-media system, to be installed next year, that will provide a much improved service to passengers. Bausch would also like to see more positive communication used to promote public transport, which is what made the velóH!, public bike hire system so successful.

It is a real challenge to change the mindset of a whole generation that has grown up thinking that the car is king. Bausch does not want to demonise the private automobile and he points out that there are positive aspects of using a car, such as the freedom it offers. But 40% of journeys made within the city are less than 3km, which is hardly conducive to using a car. “It is much easier to walk, cycle or hop on a bus. The aim must be to encourage people to really think ahead as to how they will move about during the day, and get them to use a combination of the services on offer rather than simply jump into their car each morning as a reflex.” The city also has plans to create a Communauté Urbaine des Transports with its neighbouring communes. Similar cooperative agreements have been proven to work in France and in Luxembourg it would allow the communes to organise all public transport together with the state. The city’s public bike hire scheme, velóH!, is already proving to be a pioneer in this effort, with the communes of Strassen and Hesperange showing interest in expanding the system into their territories. But it is not just in terms of infrastructure that cooperation between the communes makes sense. “If we want to finance the whole system, we can only do so if we tackle the project together,” says François Bausch. Q

www.citymag.lu


05 Pedal power

Velóh! forges ahead

Photo: David Laurent / Wide

Visuel: Paczowski & Fritsch

Photo: Etienne Delorme / archives paperJam

Le succès de velóh!

1.

2. 1. The elegant design for the Gare de Cessange by local architects Paczowski & Fritsch Le design élégant de la Gare de Cessange par les architectes locaux Paczowski & Fritsch

3.

2. François Bausch, deputy mayor responsible for transport François Bausch, premier échevin responsable des transports

Visuel: Lifschutz Davidson Sandilands

3. Avenue de la Liberté, as it will look when the tram is built Avenue de la Liberté une fois que le tramway sera construit

The city’s innovative bike hire scheme has been an unprecedented success since its launch in March 2008. Well over 3,500 people have taken out long-term subscriptions to the system and the number of individual trips take on velóH! bikes has far exceeded 150,000. In some areas of the city residents are clamouring for more velóH! stations, and four more were opened mid-July. The new selfservice cycle racks are situated at the route d’Arlon, rue des Aubépines, route de Longwy and allée Léopold Goebel. Le système innovant de location de vélos de la ville connaît un succès sans précédent depuis son lancement en mars 2008. Plus de 3.500 personnes ont souscrit un abonnement longue durée et le nombre d’emprunts de cycles velóH! à l’unité a largement dépassé les 150.000. Dans certains quartiers de la ville, les riverains réclament des stations velóH! supplémentaires et quatre de plus ont été inaugurées à la mi-juillet. Les nouveaux emplacements de vélos self-service se trouvent route d’Arlon, rue des Aubépines, route de Longwy et allée Léopold Goebel.

A

lors que toutes les discussions sur la façon de résoudre les problèmes de trafic à Luxem­ bourg-ville tournent autour du projet de tram, la Ville de Luxembourg s’attelle à développer un plan global de transport. François Bausch, premier échevin en charge de la mobilité, déclare qu’un des objectifs du concept global de transport de la ville est de réduire la quantité de trafic inutile dans le centre. Cela signifie : garantir que les bus régionaux qui acheminent les navetteurs à Luxembourg terminent leur course à la périphérie du centre-ville. « Nous ne pourrons rendre le centre-ville attractif que si nous réduisons le nombre de bus qui empruntent l’avenue de la Liberté », dit-il. À cette fin, les gares périphériques prévues à Cessange et Howald serviront de principaux points de jonction où les navetteurs devront descendre de leur train ou bus et utiliser le système de transport public intégré de la ville – qui inclura à ce stade-là le tram.

Épine dorsale du réseau Le tram en lui-même n’est pas uniquement construit pour la ville, il améliorera aussi la mobilité pour la Grande Région. Des plans futurs prévoient une extension du réseau de trams vers Bertrange et Strassen, Howald et Hesperange, et même à l’est vers Findel et Niederanven. « L’idée du tram ne se limite pas à une simple ligne à travers le centre-ville, précise Bausch. Ce circuit constitue l’épine dorsale de ce qui sera tout un réseau. Les plans qui ont été rendus

www.citymag.lu

“The idea of the tram is more than just one route through the city centre.” « L’idée du tram ne se limite pas à une simple ligne à travers le centre-ville. » François Bausch

publics jusqu’ici ne sont qu’un début. » Mais même s’il est enthousiaste quant au projet, l’échevin ne considère pas le tram comme la panacée, comme une pilule magique qui remédierait à tous les problèmes de transport de la ville. « Nous ne résoudrons les problèmes de trafic qu’en proposant une série de solutions de transport complémentaires, qui englobe les usagers des trams, bus et trains, les cyclistes, les piétons et les automobilistes. » Car si la Ville donne clairement la priorité aux transports publics, aux vélos et aux piétons, elle admet aussi que certaines personnes n’ont pas d’autre choix que de prendre la voiture.

Anticiper La Ville entend néanmoins encourager plus de gens à utiliser les transports en commun. Bausch explique que la qualité et le service doivent être exceptionnels et la communication améliorée. Cela signifie : prévoir davantage de lignes de bus afin d’en fluidifier le trafic et en finir avec l’image du bus comme moyen de transport où les passagers sont serrés comme des sardines. L’information est tout aussi essentielle. La Ville met la dernière main à la préparation d’un système multimédia, qui devra être installé l’an prochain et qui fournira un meilleur service aux passagers. Bausch souhaiterait aussi qu’une communication plus positive soit utilisée pour promouvoir le transport public. C’est ce qui a permis de rendre le système de vélos en libre service, velóH!, si populaire.

Changer la mentalité de toute une génération qui a grandi avec l’idée que la voiture est reine, constitue un véritable défi. Loin de vouloir diaboliser la voiture, Bausch indique que celle-ci revêt des aspects positifs, notamment la liberté. Mais 40% des déplacements effectués en ville sont inférieurs à 3 km, ce qui ne vaut presque pas la peine de prendre la voiture. « C’est beaucoup plus facile de marcher, rouler à vélo ou d’attraper un bus. Le but doit être d’encourager les gens à réellement anticiper la façon dont ils vont se déplacer au cours de la journée, et à utiliser une combinaison des services offerts plutôt qu’à simplement monter dans leur voiture chaque matin par réflexe. » La Ville envisage aussi de créer une Communauté Urbaine des Transports avec ses communes voisines. De tels accords de coopération ont prouvé leur efficacité en France. Au Luxembourg, cela permettrait aux communes d’organiser tous les transports publics conjointement avec l’État. Le système velóH! se positionne déjà comme un pionnier dans cet effort, les communes de Strassen et Hesperange montrant de l’intérêt pour l’extension de celui-ci à leur territoire. Mais ce n’est pas seulement en termes d’infrastructure que la coopération entre les communes a un sens. « Si nous voulons financer l’ensemble du système, nous ne pouvons le faire qu’en gérant le projet ensemble », conclut François Bausch. Q

Estelle's  city magazine luxembourg


06

Architecture

An iconic new Bierger-Center Visuel: Steintmetz-De Meyer

Visuel: Steintmetz-De Meyer

Un nouveau Bierger-center emblématique

1.

2.

Work will begin this autumn on transforming the old Nonnenhaus on the place Guillaume II into the city’s new citizens’ services centre. C’est en automne que débuteront les travaux de transformation de l’ancienne Nonnenhaus de la place Guillaume II en nouveau centre d‘accueil des citoyens. N Duncan Roberts OJulien Becker

T

he functional design by architect bureau Steinmetz-­­­De Meyer preserves as much as possible of the Nonnenhaus. To make it attractive the architects have created a completely new entrance, incorporated into a passerelle that will link the Hôtel de Ville and the Nonnenhaus. “It is generously glazed and quite transparent, and adds a new shape, so that iconographically it will have a strong character,” says Nico Steinmetz. The shape is definitively of the 21st century, and with no right angles stands in clear contrast to the two historical buildings that it connects. The passerelle serves not only as a functional link between the two buildings, but also as a very visible connection between the politicians in city hall and the citizens using the Bierger-Center’s services. It also contains the new salle des mariages. The structure itself is an innovative design by engineer Laurent Ney, being a sort of half suspension bridge that requires almost no load to be placed on the old town hall. Anything inside the Nonnenhaus building that has no historical value has also been redesigned – the architects spoke to archaeologists and experts from the City History Museum and agreed on where exactly contemporary input could be used. UNESCO also had to approve the architects’ design. “They were very positive about bringing new life into the old building, but we were being clear and honest. The design is respectful but expressive.” An atrium with benches in the interior court will serve as a waiting area for visitors to the Bierger-Center. The brief of the competition won by Steinmetz-De Meyer also called for residential space in the Nonnenhaus, which the architects decided should be on the second floor facing the place Guillaume. “That brings life to the place Guillaume, with illuminated windows onto the plaza which also provides a sense of security.” The vast loft spaces under the roof – which had originally been foreseen for housing – will now host open-plan offices. Q

3. 1. Respectful but expressive – the design for the new Bierger-Center Respectueux mais expressif, le nouveau Bierger-Center 2. Connecting politicians and citizens Un lien entre politiciens et citoyens 3. Architects Nico Steinmetz and Arnaud De Meyer Les architectes Nico Steinmetz et Arnaud De Meyer

Estelle's  city magazine luxembourg

L

e design fonctionnel conçu par le cabinet d’architectes Steinmetz-De Meyer préservera au maximum la Nonnen haus originelle. Pour rendre le bâtiment plus attrayant, les architectes ont créé une nouvelle entrée intégrée à une passerelle qui reliera l’Hôtel de Ville à la Nonnenhaus. «Cette partie, largement vitrée et très transparente, ajoutera un nouvel élément à l’ensemble, lui donnant ainsi une forte personnalité sur le plan esthétique », explique Nico Steinmetz. Son style, dépourvu d’angles droits, est résolument dans l’esprit du 21e siècle et contraste nettement avec les deux bâtiments historiques qu’elle relie. La passerelle sert de jonction fonctionnelle entre les deux bâtiments, mais aussi de lien évident entre les élus siégeant à l’Hôtel de Ville et les citoyens utilisant les services du BiergerCenter. Elle abritera également la nouvelle salle des mariages. Cette structure est une création très novatrice de l’ingénieur Laurent Ney. Il s’agit d’une sorte de pont à demi suspendu qui entraînera l’application d’une charge quasi nulle sur le bâtiment de l’ancien Hôtel de Ville. Tout ce qui, à l’intérieur de la Nonnenhaus, n’a pas de valeur historique sera également remanié. Les architectes ont consulté des archéologues et des experts du Musée d’Histoire de la Ville et ont décidé ensemble des emplacements adaptés à l’ajout d’éléments contemporains. Les architectes ont également dû faire approuver leur projet par l’UNESCO. « Ils aimaient l’idée d’insuffler une nouvelle vie à l’ancien bâtiment mais nous avons été clairs et honnêtes. Le projet est respectueux mais néanmoins expressif. » Un atrium équipé de bancs, aménagé dans la cour intérieure, servira de zone d’attente aux usagers du Bierger-Center. Le cahier des charges du concours remporté par Steinmetz-De Meyer incluait également l’intégration à la Nonnenhaus d’un espace résidentiel que les architectes ont décidé de situer au deuxième étage, face à la place Guillaume. « Cela apporte de la vie à la place, avec des fenêtres éclairées donnant sur l’esplanade, procurant également un sentiment de sécurité. » Le vaste espace loft situé sous les toits, initialement dédié à l’aménagement d’appartements, accueillera finalement des bureaux open space. Q

www.citymag.lu


07

University

Welcome Days '09 Welcome Days ‘09

Poto: Luc Deflorenne/Université du Luxembourg

As the University of Luxembourg enters its new academic year, many students will be arriving in Luxembourg for the first time. The university’s Welcome Days ’09 programme includes concerts and outdoor activities, but the highlight is a “Wine and dine with…?” day on 11 October when the public are asked to invite a student, professor or researcher to lunch and show him or her around Luxembourg. L’Université du Luxembourg entame sa nouvelle année académique et de nombreux étudiants arrivent à Luxembourg pour la première fois. Le programme des Welcome Days ’09 de l’université propose concerts et activités en plein air. Mais le temps fort de ce programme est la journée du 11 octobre avec « À table chez ? » où l’on demande aux citoyens d’inviter un étudiant, un professeur ou un chercheur à déjeuner et à visiter Luxembourg. www.uni.lu

QuattroPole

Energy Tour of Discovery Visites de découverte Energietour

An opportunity to visit examples of innovative and ecological construction. L’occasion de visiter des constructions innovantes et écologiques. N dUNCAN rOBERTS OQuattropole

C

oinciding with the Oeko-Foire, the Quat troPole Energy Tour visits Luxembourg on 19 September before taking in the other three cities in the network – Trier, Metz and Saarbrücken – later in the autumn. The Luxembourg tour will give the public an opportunity to discover two examples of innovative building. The first is the new school building in Hamm which houses the primary school’s foyer as well as école précoce and préscolaire classrooms. It was designed to meet “passive” standards, with thermal insulation and ecological building materials. The second visit takes in the site of the micro hydro-electric plant at Hasteschmillen in the Grund, which will provide some 100kW of power output when completed. Participants in the tour, which takes place from 2 to 5 pm, should reserve in advance. Q

C

oïncidant avec l’Oeko-Foire, l’Energietour de QuattroPole fera halte au Luxembourg le 19 septembre avant de se rendre dans les trois autres villes du réseau, Trèves, Metz et Sarrebruck, dans le courant de l’automne. Le circuit luxembourgeois donnera au public l’occasion de découvrir deux exemples de construction innovante. Le premier est le nouveau bâtiment scolaire de Hamm qui abrite le foyer de l’école primaire ainsi que les classes de l’école précoce/préscolaire. Il a été conçu pour répondre aux standards « passifs » en utilisant des matériaux de construction écologiques offrant une bonne isolation thermique. La seconde visite se déroule sur le site de la microcentrale hydroélectrique de la Hasteschmillen dans le Grund qui sera à terme capable de produire une puisssance électrique de 100kW. Les personnes souhaitant participer à ces visites, qui auront lieu de 14 à 17h, sont invitées à réserver à l’avance. Q

Inside the new passive school at Hamm. L’intérieur de la nouvelle école « passive » de Hamm.

More information at: www.quattropole.org email: skunnert@vdl.lu or tel: 47 96 30 55.

www.citymag.lu 

estelle's  city magazine luxembourg


08 The scennews m the e shak akers, peop ers. dec LES NOUVEAUX .. ea isio le DU MOMENT worthy ch mo n taker of r nth w s, EN AVANT , DÉCISIONNAIRES eco ETC. gnite highl LES GENSCHAQ ion. ight , UE DIGNESMOIS, LES AGITATEURS NOUS D’ÊTRE METTONS CONNUS . Dance

Shining enthusiasm

Environment

Photography

Growing reputation

Film

Home-grown

Blanche Weber, Mouvement écologique

Sylvia Camarda, choreographer

Blanche Weber is gearing up for an important weekend for the Mouvement écologique (MeCo). The annual Oeko-Foire is an important forum and, as MeCo president, her opening speech is always keenly anticipated – more so than ever this year with a new government in place. “It is the entire government’s duty and mission to finally take sustainable development seriously,” she says. MeCo is wary that the environment ministry has been incorporated into Claude Wiseler’s “super-ministry” for sustainable development and transport, public works and land management. “There could be a conflict of interest,” she says. “But it could also be an opportunity that sustainable development and the environment will be given greater priority.” The need to act is urgent, she says, because while the economic crisis may “only” last a few years, the ecological crisis is much deeper and cannot be solved short-term. Blanche Weber se prépare à un week-end important pour le Mouvement écologique (MeCo). L’Oeko-Foire annuelle constitue un forum d’expression majeur et en tant que présidente du MeCo, son discours d’ouverture est toujours très attendu, plus que jamais cette année du fait de la mise en place du nouveau gouvernement. « C’est le devoir et la mission du gouvernement tout entier de prendre enfin le développement durable au sérieux », explique-t-elle. Le MeCo s’inquiète du fait que le ministère de l’Environnement ait été intégré au « super-ministère » de Claude Wiseler dédié au développement durable, aux transports, aux travaux publics et à la gestion des terres. « Cela pourrait créer un conflit d’intérêt », ajoute-t-elle. « Mais cela peut aussi être l’occasion de donner au développement durable et à l’environnement une plus grande place. » La nécessité d’agir est urgente, précise-t-elle, parce que la crise économique durera peut-être « seulement » quelques années mais la crise écologique est beaucoup plus profonde et ne saurait être résolue à court terme.

“I was not really a big fan of kids, but they really changed my perspective and now some of them are my best friends,” says Sylvia Camarda, choreographer of the Dance ’09 project Béla & John. Sylvia was involved from the very start of the project in 2007, when she jumped at the opportunity of working with the great choreographer Royston Maldoom. “The kids react really well to the intensive work and have grown to trust me, even when I ask them to do crazy things,” says Sylvia. The 2009 show brings together the art of Béla Bartok and John Travolta, whom Sylvia admires for being an “icon of disco”. Sylvia’s hard-earned reputation as a choreographer sees her heading to work with the Magdeburg Staatstheater later this year. But that creative streak has not stopped her dancing on stage professionally. “I need to continue to do both,” she says. « Je n’étais pas vraiment une grande admiratrice des enfants, mais ils ont véritablement changé ma vision des choses et maintenant certains d’entre eux font partie de mes meilleurs amis », explique Sylvia Camarda, chorégraphe du projet Dance’09, Béla & John. Sylvia est impliquée dans le projet depuis le tout début en 2007, lorsqu’elle a saisi l’opportunité de travailler avec le grand chorégraphe Royston Maldoom. « Les enfants réagissent très bien au travail intensif et ils ont appris à me faire confiance, même lorsque je leur demande de faire des choses insensées », précise Sylvia. La représentation de 2009 associe l’art de Béla Bartok et de John Travolta, que Sylvia admire en tant qu’« icône du disco ». Grâce à sa réputation de chorégraphe durement gagnée, elle travaillera également cette année avec le Magdeburg Staatstheater. Mais cette parenthèse créative ne l’empêche pas de continuer à danser sur scène en tant que professionnelle. « J’ai besoin de continuer à faire les deux », déclare-t-elle.

Marita Ruiter, Galerie Clairefontaine

“I wouldn’t call it a breakthrough, but libraries from abroad are contacting us to get the catalogues and articles have appeared in the international press, so that’s a good sign,” says Dr. Marita Ruiter, curator of the PhotoMeetings festival. The director of the Galerie Clairefontaine explains that the festival still has some way to go to achieve international renown, but after four years it has earned a reputation precisely because it serves as a platform for students as well as all photography enthusiasts. The theme of this year’s event, which features workshops, lectures and exhibitions, is Taboo, which Ruiter says seems to interest everyone, especially young people and inspirational as well as aspiring artists. “We are very curious to see what kind of photographs will be produced here in Luxembourg during the workshops, and if the photographers will find typically Luxembourg taboos.” « Je ne parlerais pas de percée, mais les bibliothèques étrangères nous contactent pour avoir des catalogues et des articles ont été publiés dans la presse internationale, c’est bon signe », explique le Dr. Marita Ruiter, conservatrice du festival PhotoMeetings. La directrice de la galerie Clairefontaine explique que le festival a encore du chemin à parcourir pour atteindre une renommée internationale mais, en quatre ans, il s’est fait un nom, précisément parce qu’il sert de plate-forme aux étudiants comme aux amateurs de photographie. Le thème de l’édition de cette année, qui propose ateliers, conférences et expositions, est le tabou, un sujet qui, selon elle, semble intéresser tout le monde, en particulier les jeunes, les artistes de référence ou en devenir. « Nous sommes vraiment curieux de voir le genre de photos qui seront réalisées lors des ateliers et si les photographes découvriront certains tabous particuliers au Luxembourg. »

Andy Bausch, director

“Shooting this film I absolutely feel at home, both with the characters and with the locations... it’s my kinda film world,” says Andy Bausch. The director is talking about the third instalment of his Trouble trilogy, which he shot in the streets of Luxembourg City in July. But while the locations and characters may be familiar, one important person is missing – Thierry van Werveke, who starred as Johnny Chicago in the first two films and was a great personal friend of Andy, died in January. Andy acknowledges that it was difficult to plan the film without Thierry, but that it is very much a film in the late actor’s spirit. “I see the three Trouble films as one, and maybe these three popular gangster movies will one day be viewed as an important part of what remains of Luxembourg film from these early years of our home-grown cinema.” « En tournant ce film, je me sens comme chez moi, à la fois avec les personnages et les lieux de tournage... c’est tout à fait mon univers de cinéma », explique Andy Bausch. Le réalisateur évoque la troisième partie de sa trilogie Trouble qu’il a tournée dans les rues de Luxembourg en juillet. Mais bien que lieux et personnages lui soient familiers, l’absence d’une personne importante se fait sentir: celle de l’acteur Thierry van Werveke, décédé en janvier, qui jouait Johnny Chicago dans les deux premiers films et était un ami très proche du réalisateur. Si celui-ci confesse qu’il lui a été difficile d’organiser le tournage sans son ami, le film est néanmoins dans l’esprit cher à l’acteur. « Je considère les trois volets comme un tout et ces trois films de gangster très populaires seront peut-être considérés un jour comme une part importante de ce qui restera des premières années du cinéma made in Luxembourg. » Photos: David Laurent / Wide, Julien Becker

Seriously passionate

12, 14, 18, 20

estelle's  city magazine luxembourg

www.citymag.lu


INVENTION, INNOVATION, RÉVOLUTION. LA JOIE BOUSCULE LES RÈGLES. La joie aime découvrir de nouveaux terrains. Provoquer l’étonnement. Et durer longtemps. C’est pourquoi BMW Design Group explore de nouvelles façons de concevoir des véhicules plus durables, plus adaptés aux besoins de chacun et plus économes des ressources naturelles. GINA Light Visionary Model en est un exemple. Sa carrosserie est une peau textile tendue sur une structure de métal et de fibres de carbone. GINA est un clin d’œil à un avenir possible. Plus responsable, et encore plus passionnant. www.bmw.lu/gina

LA JOIE EST BMW. BMW EfficientDynamics Moins d’émissions. Plus de plaisir.

Vos concessionnaires au Luxembourg : Arnold Kontz 2610 Luxembourg Tél. 49 19 41-1

Bernard Muzzolini 4176 Esch-sur-Alzette Tél. 57 26 26-1

Carlo Schmitz 7535 Mersch Tél. 32 91 11

Jeannot Schweig 9806 Hosingen Tél. 92 13 76

Informations environnementales : www.bmw.lu

BMW GINA

www.bmw.lu

Le plaisir de conduire


10 Celebration

Nocturne in the old town Nocturne dans la vieille ville

Photo: David Laurent / Wide

To coincide with a double vernissage at the Galerie Bernard Ceysson and the Galerie Nosbaum & Reding, shops on the rue de la Boucherie will be staying open until 9pm on Thursday 10 September. The Musée National d’Histoire et d’Art will also open until late, and a free concert by Marc Demuth and Sofia Riberio will entertain visitors. À l’occasion du double vernissage qui aura lieu à la galerie Bernard Ceysson et à la galerie Nosbaum & Reding, les boutiques de la rue de la Boucherie resteront ouvertes jusqu’à 21h le jeudi 10 septembre. Le Musée National d’Histoire et d’Art sera également ouvert jusque tard dans la soirée et un concert gratuit de Marc Demuth et de Sofia Riberio viendra divertir les visiteurs.

Festival

India meets Luxembourg

l’iNDE RENCONTRE LE lUXEMBOURG

The Indian Business Chamber of Luxembourg hosts a ten-day festival of culture and business. L’Indian Business Chamber of Luxembourg accueille un festival de dix jours dédié à la culture et aux affaires. N Duncan roberts OÉtienne Delorme / paperJam archive

I

Pedro Castilho, Jim Penning, Sudhir Kumar Kohli and Pierre Gramegna at the launch of IBCL. Au lancement de l’IBCL.

Estelle's  city magazine luxembourg

ndia Meets Luxembourg is a celebration of the multi-faceted relationships between the two countries. It was the brainchild of the founder and president of IBCL Sudhir Kumar Kohli, and is being organised together with Jim Penning, the long-serving Hon. Consul General of India in Luxembourg. The event opens on 24 September with a premier screening of the Bollywood film Devdas, starring one of IBCL’s fervent supporters in India, Jackie Schroff. The programme also includes an evening of Ayurvedic cooking and two business-oriented events – the first a seminar on Emerging Opportunities for India-Luxembourg Economic Cooperation, the second a symposium on the Double Tax Treaty between India and Luxembourg. Homage will be paid to Mahatma Gandhi on the anniversary of his birth and will coincide with a forum on the presence of Luxembourg NGOs in India. The closing ceremony on 3 October promises to be spectacular, with a celebration of Diwali (the festival of light) and performances of Bollywood music and dance at the Victor Hugo halls in Limpertsberg. Q

I

ndia Meets Luxembourg célèbre les relations multi-facettes qu’entretiennent ces deux pays. Ce festival dont l’idée revient au fondateur et président de l’IBCL, Sudhir Kumar Kohli, est organisé en collaboration avec Jim Penning, Consul Général Honoraire de l’Inde au Luxembourg depuis de longues années. L’événement débutera le 24 septembre par une projection en avant-première du film bollywoodien Devdas, dans lequel joue l’un des plus fervents supporters de l’IBCL en Inde, Jackie Schroff. Le programme propose également une soirée dédiée à la cuisine ayurvédique et deux événements professionnels : un séminaire intitulé Emerging Opportunities for India-Luxembourg Economic Cooperation et un colloque sur le traité de non-double imposition entre l’Inde et le Luxembourg. Hommage sera rendu au Mahatma Gandhi pour l’anniversaire de sa naissance, il coïncidera avec le forum sur la présence des ONG luxembourgeoises en Inde. La cérémonie de clôture du 3 octobre promet d’être spectaculaire, avec une fête de Diwali (fête des lumières) et des spectacles de musique et de danse bollywoodiennes au Hall Victor Hugo de Limpertsberg.

www.ibcl.lu

www.citymag.lu


11 Administration

CITY MEMOS 1/3

New charter for city employees

Nouvelle charte pour les employés de la ville Last days of summer (part I)

N Duncan Roberts  O David Laurent / Wide

The document defines the city’s mission. Le document définit la mission de la ville.

As Luxembourg prepares for the “rentrée” and the new school year, there is still time to take advantage of the free sports equipment available at the Kinnekswiss. A wide range of activities, from a gentle game of pétanque or croquet to ultimate frisbee and rugby, can be enjoyed up until 13 September.

Following a series of internal seminars, the Ville de Luxembourg has drawn up an internal charter. The document defines the city’s mission and the rights and obligations of its employees. Mayor Paul Helminger sees the Intern Charta as a chance to fix aims, promote engagement throughout the hierarchy and express the fundamental values that city employees share. Suite à une série de séminaires, la Ville de Luxembourg a établi une charte interne. Le document définit la mission de la Ville et les droits et obli­ gations de ses employés. Le bourgmestre Paul Helminger voit cette charte comme une occasion de fixer les objectifs, promouvoir l’engagement d’un bout à l’autre de la hiérarchie et exprimer les valeurs fondamentales que partagent les employés de la Ville.

Derniers jours de l’été (partie 1) Alors que le Luxembourg prépare la rentrée et la nouvelle année scolaire, il est encore temps de profiter des équipements sportifs gratuits de la Kinnekswiss. Un large choix d’activités (du tranquille jeu de pétanque ou de croquet à l’ultimate frisbee ou au rugby) vous est proposé jusqu’au 13 septembre. www.vdl.lu

Sunday market

Politics

Now a well-established event on the third Sunday of every month, the next Glacismaart takes place on 20 September from 10am to 5pm. Market stalls sell fruit and vegetables, flowers, roast chickens, bric-abrac and clothes, and a programme of events are provided for children.

New government, familiar faces Nouveau Gouvernement, Visages Familiers

Marché dominical Événement incontournable du troisième dimanche du mois, le prochain Glacismaart aura lieu le 20 septembre de 10h à 17h. Les différents étals proposent fruits et légumes, fleurs, poulets rôtis, bric-à-brac et vêtements. Un programme d’animations est prévu pour les enfants. www.vdl.lu de

sgaartwohnheim Konvikt les Senioren Komfortab r Stadt inmitten de

www.vdl.lu

Short stays at Konviktsgaart

Following parliamentary elections in June, the CSV and LSAP parties formed a new government at the end of July. Suite aux élections parlementaires de juin, l’alliance CSV-LSAP a formé un nouveau gouvernement à la fin du mois de juillet.

T

he new government looks much like the old, with just three new faces in its ranks. Marco Schank takes over the housing portfolio and is delegate minister for urban and rural planning; Françoise Hetto is the new minister for tourism, the middle classes and equal opportunities; and Romain Schneider takes over at the ministries of agriculture and sports. Many of the old guard retain their portfolios, with the most significant change being the creation of a so-called “super-ministry” for sustainable development, which places Claude Wiseler in charge of the transport, public works, environment and land management portfolios. Prime minister Jean-Claude Juncker said that “the situation today requires more energetic, more sustainable and more courageous government.” Q

www.citymag.lu 

L

e nouveau gouvernement ressemble beaucoup à l’ancien, avec seulement trois nouveaux visages dans ses rangs. Marco Schank a repris le ministère du Logement et est ministre délégué au Développement durable et aux Infrastructures ; Françoise Hetto est le nouveau ministre du Tourisme, des Classes moyennes et de l’Égalité des chances ; et Romain Schneider occupe les postes de ministre de l’Agriculture et ministre des Sports. La plupart des anciens membres ont conservé leur ministère, avec pour changement significatif la création de ce qui est appelé le « super ministère » du Développement durable, qui place Claude Wiseler en charge des dossiers sur le transport, les travaux publics, l’environnement et l’aménagement du territoire. Selon le Premier ministre, JeanClaude Juncker, « la situation actuelle nécessite un gouvernement plus dynamique, plus stable et plus courageux ». Q

Courts séjours au Konviktsgaart

Photos: VDL, Etienne Delorme

N Duncan Roberts OLuc deflorenne

The Konviktsgaart residential home for the elderly has available eight rooms for short-term stays. Single or double rooms are available and the price includes three daily meals and cleaning. Information available from the Konviktsgaart (tel. 250 650-1) the Service Seniors de la Ville de Luxembourg (tel. 47 96 27 57).

La résidence pour personnes âgées Konviktsgaart dispose de huit chambres destinées aux séjours de courte durée. Il existe des chambres simples ou doubles et le prix inclut les trois repas quotidiens et le ménage. Pour plus d’informations, contacter le Konviktsgaart (tél. 250 650-1), le Service Seniors de la Ville de Luxembourg (tél. 47 96 27 57). www.konviktsgaart.lu.

estelle's  city magazine luxembourg


12 Gastronomy

Nature boy

Femininity

Business

Local pride

Inspirational Alexandre Bourgeois, chef

Intimate

Siobhán O’Reilly, Luxembourg Rose

Siobhán O’Reilly was the eighth girl from Luxembourg to represent the Grand Duchy at the annual Rose of Tralee festival in Ireland in the last week of August. The 23-year old native of Limerick was selected by a panel of judges from among five girls at the Luxembourg Rose Ball. The competition seeks to find the girl who best represents Irish femininity in all its aspects. “It is fantastic to have won, but all the girls were really great,” she says. Siobhán, who works for KPMG Luxembourg, has grown to love her adopted home and has taken up skiing since she has been here. “It is great to be promoting Luxembourg in Ireland, because people there don’t know so much about the country.” An accomplished musician and dancer, Siobhán has played music since she was seven years old and has won many Munster and All-Ireland titles for both dancing and music. Siobhán O’Reilly est la huitième résidente du Luxembourg à représenter le Grand-Duché au festival irlandais annuel Rose of Tralee, la dernière semaine du mois d’août. Cette jeune femme de 23 ans originaire de Limerick a été choisie par un jury parmi cinq concurrentes lors du Luxembourg Rose Ball. Ce concours visait à trouver la jeune fille la plus représentative de la féminité irlandaise dans tous ses aspects. « C’est fantastique d’avoir gagné, mais toutes les filles étaient vraiment super », explique-t-elle. Siobhán, qui travaille pour KPMG Luxembourg, a appris à aimer sa patrie d’adoption et s’est mise au ski depuis qu’elle vit ici. « C’est génial de faire la promotion du Luxembourg en Irlande, parce que là-bas les gens ne connaissent pas bien ce pays. » Musicienne et danseuse accomplie, Siobhán joue de la musique depuis l’âge de sept ans et a remporté de nombreux prix de danse et de musique dans la province de Munster et dans toute l’Irlande.

estelle's  city magazine luxembourg

Chantal Koob, Lingerie Zardonni

With ten years experience in the retail lingerie business, Chantal Koob knows what women (and men) want. The Lingerie Zardonni store on rue du Curé reflects that female intuition. While respecting city guidelines on frontage, the store is a welcoming space that stocks several marques exclusive to Luxembourg including Chantal Thomass and La Perla’s Black Label range as well as fine lingerie from the likes of André Sarda and Cavalli. “It is important to have an intimate atmosphere,” says Chantal. A discreet first floor VIP space enhances the exclusive touch at Zardonni. But it is not just women who shop there. As well as stocking men’s ranges such as D&G and John Galliano, Chantal is delighted to see many male customers buying gifts for their partners. “They are often very determined, and know what they want,” she says. “They even have a card in their wallet with the correct sizes noted down.” Avec ses dix ans d’expérience dans la lingerie, Chantal Koob sait ce que veulent les femmes (et les hommes). La lingerie Zardonni de la rue du Curé reflète cette intuition féminine. Tout en respectant les consignes de la ville en matière de devanture, la boutique offre un espace accueillant qui propose en exclusivité au Luxembourg des marques comme Chantal Thomass, Black Label de La Perla ou la lingerie fine d’André Sarda et de Cavalli. « Le lieu doit avoir une atmosphère intime », explique Chantal Koob. Un discret espace VIP au premier étage renforce cet aspect exclusif. La clientèle ne se limite toutefois pas aux femmes. En plus de proposer des sous-vêtements pour homme de marques comme D&G et John Galliano, Chantal Koob est ravie de recevoir de nombreux clients masculins venus acheter un cadeau à leur partenaire. « Ils sont souvent très décidés et savent ce qu’ils veulent. Ils ont même dans leur portefeuille une fiche avec les bonnes tailles .»

Chefs, especially those of international repute, have over the past few years really rediscovered their relationship with the “terroir” and the shifting seasons. Alexandre Bourgeois is no exception. The young chef has taken over the former Bredewee restaurant, which now bears his name. The location on the Corniche is stunning enough, but the food at Restaurant Alexandre Bourgeois is what people will be going for. “The relationship between earth and people is the central element of our cooking,” he says. The restaurant has already been receiving favourable reviews and Bourgeois is being touted as a chef with a great future. Ces dernières années, les chefs, en particulier ceux de renommée internationale, ont véritablement réinventé leur relation au terroir et au passage des saisons. Alexandre Bourgeois ne fait pas exception. Le jeune chef a repris l’ancien restaurant Bredewee, qui porte désormais son nom. Sa situation sur la Corniche vaut le déplacement, mais c’est pour sa cuisine que les clients se pressent au restaurant Alexandre Bourgeois. « La relation entre la terre et l’homme est l’élément central de notre cuisine », explique-t-il. L’établissement a d’ores et déjà reçu des critiques favorables et Alexandre Bourgeois est aujourd’hui considéré comme un chef à l’avenir prometteur.

Education

Original

Pieter Weirig, LTAM student

Pieter Weirig’s Personenkugel personal transport system won 2nd prize at Luxinnovation’s Genial! competition for school students. Pieter, a student at LTAM, says the system is ecofriendly, practical and provides a thrilling, but comfortable and safe, ride. “We wanted to design something original that had not been seen before.” Le système de transport personnel Personenkugel de Pieter Weirig a remporté le 2e prix du concours Genial! de Luxinnovation, réservé aux élèves du secondaire. Pieter, élève à LTAM, explique que son système est écologique, pratique et constitue un mode de déplacement agréable à utiliser, confortable et sûr. « Nous souhaitions créer quelque chose d’original qui n’existait pas encore. »

Sylvain Zimmer, Jamendo

“This is a call to action,” says Sylvain Zimmer as a reaction to winning the 2009 Creative Young Entrepreneur Luxembourg award. The 25-year old founder of the Jamendo music-sharing platform placed third last year. He says the company is at a critical stage. “We are innovating, and innovation is by nature a risk.” Sylvain will go on to represent Luxembourg at the worldwide award (where he placed 15th last year) alongside fellow finalists Jérome Bloch and Stéphane Ledermann. He is keen to deflect attention away from himself, praising the team around him and the support they have received along the way. “When I started Jamendo in 2004, I had no idea how it would grow. Were it not for the support of the team, our backers and advisors, it wouldn’t have. But I hope this inspires new people that Luxembourg is a great place, and I want to encourage people. Really, it’s a lot of fun!” « C’est un appel à l’action », explique Sylvain Zimmer, lauréat du prix Creative Young Entrepreneur Luxembourg 2009. Âgé de 25 ans, le fondateur de Jamendo, plateforme de partage de musique, avait obtenu la 3e place l’an dernier. Selon lui, sa société se trouve à un stade critique : « Nous innovons et l’innovation est par nature risquée. » Sylvain Zimmer représentera à nouveau le Luxembourg lors du prix international (il était 15e l’an dernier) aux côtés des deux autres finalistes, Jérôme Bloch et Stéphane Ledermann. Ne voulant pas attirer l’attention sur lui, il préfère rendre hommage à son équipe et au soutien reçu tout le long du projet. « Quand j’ai créé Jamendo en 2004, je n’avais aucune idée de la façon dont ça évoluerait. Sans le soutien de l’équipe, de nos bailleurs de fonds et de nos conseillers, le projet n’aurait tout simplement pas pu aboutir. J’espère que cela prouvera à plus de gens que le Luxembourg est un endroit génial. Je veux encourager les gens. Franchement, c’est très fun !»

8

Photos: David Laurent / Wide, Julien Becker

Fashion

14, 18, 20

www.citymag.lu


14

Farewell City Council

Some 34 years after first being elected on to the council of the Ville de Luxembourg, alderwoman Anne Brasseur is retiring from local politics. Quelque 34 ans après avoir été élue pour la première fois au conseil municipal de la Ville de Luxembourg, l’échevin Anne Brasseur quitte la politique locale. N Duncan Roberts ODavid Laurent /  Wide

I

t is not a decision I took lightly,” says Anne Brasseur. “But there are moments in life when you stop and look back, and also look to the future.” Having first been elected to the city council in 1975, Mrs Brasseur certainly has a lot to look back on. The city has changed significantly, much of it under her influence as the alderwoman responsible for public works and traffic between 1981 and 1999 – when she entered national government as education minister for five years – and again since her re-election to the council in 2005. The Rocade de Bonnevoie, Conservatoire de la Ville, Musée d’Histoire de la Ville, Théâtre des Capucins, Badanstalt city baths as well as numerous schools and crèches have all been built during Brasseur’s tenure. She also introduced residential parking, the Park & Ride and bus lane networks as well as the first cycle paths. Being responsible for sport, Brasseur also counts the development of the Sports pour tous programme as well as major events such as the two visits of the Tour de France and the annual City Marathon among her achievements. Brasseur was sworn in as a coun- Anne Brasseur, alderwoman. Échevin. cillor at the age of 25, having just graduated from university and been asked by then mayor Colette Flesch to stand for election for the DP. “When I was first elected, I soon discovered a real passion for local politics. As well as dealing with daily problems, I also had a vision of the city of tomorrow and of the longerterm future. We are now living in what was then the longterm future.” Indeed, she says the city has become truly cosmopolitan, matching big European cities in terms of eco« Je me suis vite découvert une véritable passion pour la politique locale. » nomic and cultural opportunities. “But it has the quality of life of a small city. It is still convivial.” Anne Brasseur Over the years, Brasseur says she has enjoyed working closely with councillors, city employees and her fellow city alders. Indeed, she explains that the current coalition parties enjoy excellent professional rapport and she believes the Greens have provided the “extra push” that was required to take the city to its next stage of development. She is also keen to pay tribute to those politicians with whom she worked but who are no longer with us, notably Camille Polfer, René ‘Boy’ Konen, Léon Bollendorf, Georges Margue, Paul ‘Coco’ Beghin, Willy Bourg and long-serving general secretary Henri Beck. Mrs Brasseur will remain in office until 15 October to help prepare the city’s next budget. After that, she can look forward to being able to focus on her role as a member of parliament, and her role as president of the Committee on Culture, Science and Education at the Council of Europe. Q

“I soon discovered a real passion for local politics.”

8, 12

estelle's  city magazine luxembourg

18, 20

C

e n’est pas une décision que j’ai prise à la légère », précise Anne Brasseur. « Mais il y a des moments dans la vie où l’on s’arrête pour regarder en arrière mais aussi vers l’avenir .» Élue au conseil municipal pour la première fois en 1975, Anne Brasseur a en effet de nombreuses choses à se remémorer. La ville a connu d’importants changements, en grande partie sous son influence en tant qu’échevin responsable des travaux publics et du trafic entre 1981 et 1999, quand elle devint pendant cinq ans ministre de l’Éducation au sein du gouvernement national puis suite à sa réélection au conseil municipal en 2005. La Rocade de Bonnevoie, le Conservatoire de la Ville, le Musée d’Histoire de la Ville, le Théâtre des Capucins, l’établissement de bains Badanstalt ainsi que de nombreuses écoles et crèches, tous ont été construits durant ses différents mandats. Elle est également à l’origine du stationnement résidentiel, des réseaux Park & Ride, des nouveaux circuits de bus ainsi que des premières pistes cyclables. En tant que responsable des sports, Anne Brasseur compte également parmi ses réalisations le programme Sports pour tous et des événements majeurs comme les deux visites du Tour de France et le Marathon annuel de la ville. Anne Brasseur est devenue conseillère assermentée à l’âge de 25 ans, peu après l’obtention de son diplôme universitaire et que Colette Flesch, alors bourgmestre de la ville, lui ait demandé de se présenter aux élections au nom du Parti Démocratique. « Lorsque j’ai été élue pour la première fois, je me suis vite découvert une véritable passion pour la politique locale. En plus de traiter les problèmes quotidiens, je pouvais également avoir la vision de la ville telle qu’elle serait demain et à plus long terme. Nous vivons actuellement ce qui était alors l’avenir à long terme .» Anne Brasseur ajoute que la ville est devenue véritablement cosmopolite, faisant jeu égal avec les grandes villes européennes en termes d’opportunités économiques et d’offres culturelles. « Mais elle a la qualité de vie d’une petite ville. Elle est restée conviviale. » Au fil des ans, Anne Brasseur dit avoir aimé travailler en étroite collaboration avec les conseillers, les employés de la Ville et ses collègues échevins. Elle explique en effet que les partis de la coalition actuelle entretiennent d’excellents rapports professionnels et elle est convaincue que les Verts ont apporté « l’impulsion supplémentaire » qui a permis à la ville d’atteindre une nouvelle phase de développement. Elle tient également à rendre hommage aux hommes politiques avec lesquels elle a travaillé et qui ne sont plus parmi nous, notamment Camille Polfer, René « Boy » Konen, Léon Bollendorf, Georges Margue, Paul « Coco » Beghin, Willy Bourg et Henri Beck qui fut longtemps secrétaire général. Anne Brasseur restera en fonction jusqu’au 15 octobre et participera à la préparation du prochain budget de la ville. Elle aura ensuite le plaisir de se consacrer pleinement à son rôle de membre du parlement et de présidente de la commission de la Culture, des Sciences et de l’Éducation au Conseil de l’Europe. Q

www.citymag.lu


15 Population

A history of immigration Une histoire de l’immigration

CITY MEMOS 2/3 N Duncan Roberts

The attraction of the financial centre. L’attraction du centre financier.

There could hardly be a more appropriate tour of the four cities in the QuattroPole network than the MigraTours being organised in September. In Luxembourg, the tour on 18 September is titled “high finance and chambermaids” and focuses on the financial centre as a magnet for immigration but also reveals that without migrant workers in the service industries, the city would soon grind to a halt. Quel circuit de découverte des quatre villes du réseau QuattroPole pouvait être plus approprié que le MigraTours organisé en septembre ? Au Luxembourg, l’excursion du 18 septembre s’intitule « Le monde des finances et des femmes de chambre » et s’intéresse au centre financier comme pôle d’attraction pour l’immigration. Il montre également que sans la présence de travailleurs immigrés dans les secteurs du service, la ville cesserait vite de fonctionner. Q

Marathon helps kids City employees who participated in the ING Europe Marathon Luxembourg in May raised 1,450 euros for the Le rêve du petit prince charity, which helps seriously ill children. Anne Brasseur congratulated the 134 employees who took part in the event, and especially the 13 who completed the marathon course.

Le marathon au secours des enfants

www.quattropole.org

Les employés de la Ville ayant participé à l’ING Europe Marathon Luxembourg en mai dernier ont permis de récolter la somme de 1.450 euros pour l’association caritative Le rêve du petit prince qui vient en aide aux enfants gravement malades. Anne Brasseur a félicité les 134 employés ayant pris part à l’événement et en particulier les 13 d’entre eux qui sont parvenus à terminer la course.

Environment

Take a good look around Regarder autour de soi

Last days of summer (part II) The popular new Jump For Fun trampoline park in the parc de Merl is also open until mid-September. The 12 trampolines are not just for kids, but can be enjoyed by people of all ages – indeed, they have been designed for access by people with disabilities. Jump For Fun is open daily from 2 to 8pm, weather permitting.

Derniers jours de l’été (partie 2) La nouvelle et très populaire installation de trampolines Jump For Fun du parc de Merl sera également ouverte jusqu’à la mi-septembre. Ces 12 trampolines ne sont pas réservés aux enfants, les visiteurs de tous âges peuvent s’y amuser, ils sont d’ailleurs conçus pour être accessibles aux personnes handicapées. Jump For Fun est ouvert tous les jours de 14h à 20h, quand le temps le permet. www.vdl.lu

Chèques-services now for music and sport The government’s chèques-services accueil (CSA) programme has been extended to include council-run music schools and accredited sports clubs. This allows parents to claim financial support of up to 810 euros (for music schools) and 405 euros (for sports clubs) per year if their child attends after-school activities.

Four Climate Change Circuits form a very different exhibition in the city this summer. cet été, quatre circuits climatiques proposent une vision différente de la ville.

V

isitors and residents of the city cannot have failed to notice the Climate Change Circuits; they have, after all, literally been walking on the exhibition. The circuits are part of the Projet 180 Grad, launched by Greenpeace, ASTM and Caritas. It involves ordinary citizens investing a year of their lives to learn about climate change and promote awareness. The volunteers developed a number of slogans, which have been printed on large yellow and black stickers and pasted to pavements around the city. The slogans are challenging, asking a question and providing a response that can be read by turning 180 degrees. “The use of these public spaces is a reminder that climate change is a question that is pre-occupying elected politicians in the capital,” says alderwoman Viviane Loschetter. Q

www.citymag.lu 

V

isiteurs et résidents n’ont pas pu passer à côté de ces circuits climatiques car ils ont en fait littéralement parcouru l’exposition à pied. Ces circuits font partie du Projet 180° lancé par Greenpeace, l’ASTM et Caritas et encourageant des citoyens ordinaires à consacrer une année à s’informer sur le changement climatique et à sensibiliser leurs familles, amis et collègues. Les volontaires ont créé des slogans qui ont été imprimés sur de grands autocollants jaunes et noirs puis collés sur les trottoirs de la ville. Ces slogans sont conçus pour interpeller : ils posent une question dont la réponse peut être lue en tournant à 180 degrés. « L’utilisation de l’espace public rappelle que le changement climatique est un sujet qui préoccupe les élus de la capitale », explique Viviane Loschetter, échevin de la ville. Q

www.180grad.lu

Des Chèques-services pour la musique et le sport

Photo: Mokastar

N duncan roberts OJulien Becker

Le système Chèques-services accueil (CSA) du gouvernement a été étendu aux écoles de musique communales et aux clubs sportifs agréés. Il permet aux parents de bénéficier d’une aide financière pouvant aller jusqu’à 810 euros (écoles de musique) et 405 euros (clubs sportifs) par an, si leurs enfants participent à des activités extrascolaires. www.guichet.public.lu.

estelle's  city magazine luxembourg


16

Beggen Neighbourhood watch

Each neighbourhood in the capital city is unique. Who better to ask than the people who live and work there for advice on what to do and see in Beggen. Chaque quartier de la capitale est unique. ET Qui est mieux à même de nous fournir de bons conseils sur ce qu’il y a à voir et à faire à Beggen que les gens qui y vivent ou y travaillent ? N Duncan Roberts I Monopolka

7

1

3

 B

Café Villa

195, rue de Beggen Tél. : 42 81 51

Tout près des lieux principaux : l’école, l’église… Il me rappelle également des souvenirs d’enfance puisque c’est l’endroit où les scouts se réunissaient. Sans parler des cocktails et des soirées karaoké ! Close to the school and church, this brings back memories as it is in the area where the Beggen Scouts hold their meetings. And it is also worth mentioning the cocktails and Karaoke nights! Recommended by Sven Clément

2

 A

De grenge “ Kuerf ” rue de Bastogne

Marché aux produits bio de saison, fraîchement récoltés tous les vendredis matins, un must absolu ! Au bout de la rue de Bastogne, en direction du terrain de football. A market selling fresh organic produce every Friday morning. An absolute must do! At the end of rue de Bastogne, going towards the football stadium. Recommended by Lucille Risch

3

 P

Hirondelle Royale

1, rue Mathias Hertert Tél. : 33 18 49

Une très bonne cuisine thaïlandaise et chinoise, avec un menu du jour à 8,50 €. Le personnel est très agréable, les enfants peuvent jouer dans le jardin et il y a une jolie terrasse. Le cuisinier excelle dans la préparation d’amuse-bouche typiquement chinois. Un régal ! Very good Thai and Chinese cuisine, with a menu du jour at just 8.50 €. Staff are very friendly, children can play in the garden and there is a pleasant terrace. The chef excels in typical Chinese amusebouche. A real find! Recommended by Martine Hemmer

estelle's  city magazine luxembourg

6 4

 A

Grünewald forest Access rue Cyprien Merjai

The green forest is ideal for walks or, for the more energetic, a jog. Access is across the railway at the end of rue Cyprien Merjai, which takes you up past the Villa Rosa before entering the forest. Le Grünewald est idéal pour les promenades ou un jogging, pour les plus sportifs. On y a accès en traversant le chemin de fer à la fin de la rue Cyprien Merjai et en passant devant la Villa Rosa.

10

1 9

Recommended by Susan Nelson

5

8

 A

Stade de Beggen 51, rue Henri Dunant

Il est très agréable d’aller voir des matchs de football sur le spacieux terrain de Beggen. It is really nice to go and watch football matches in the spacious stadium, even if Avenir were relegated last season. Recommended by Guillaume Engel

6

 A

Bang & Olufsen 251, rue de Beggen Tél. : 26 09 43 46

Long before Apple’s Jonathan Ive became the king of design, Jacob Jensen made beautiful audio equipment for Bang & Olufsen. I love their sleek and functional design, and the shop in Beggen has a great selection. Bien avant que Jonathan Ive d’Apple ne devienne le roi du design, Jacob Jensen concevait déjà de magnifiques équipements audio pour Bang & Olufsen. J’adore leur design lisse et fonctionnel, et le magasin à Beggen propose une grande sélection. Recommended by Simon Windsor

7

 P

Imperial Palace Teppan Yaki 309, rue de Beggen Tél : 42 23 95

The overall quality is admirable, and one of the plus points about this style of food is watching it being prepared in front of you, enjoying the sounds and smells of the cooking process. La qualité dans son ensemble est géniale, et un des points forts de ce type de cuisine, c’est qu’elle est préparée devant vous et que vous pouvez donc profiter des sons et des odeurs qui en émanent. Recommended by Brian Power

www.citymag.lu


17 Photographer Véronique Kolber was commissioned to capture the spirit and diversity of Beggen in these portraits. La photographe Véronique Kolber a été choisie pour saisir l’esprit et la diversité de Beggen dans ces portraits.

N

K Lignes 10 et 19

P Restaurants  B Bars  A Bonus C Résidents  L Frontaliers  F De passage 

8

2

Leanne F

Virginia L

Misch C

Cheryll C

Viviane F

Lou C

Juliane L

Charles C

Deborah C

Cécile C

 P

Pizzeria Girassol

5

185, rue de Beggen Tél. : 42 24 11

4

Always guaranteed a warm welcome when we visited from the former Cinénygma offices. This may look like a fairly standard pizzeria but the vegetarian pizza is excellent and they do a trois fromages upon request. Nous avons toujours reçu un accueil chaleureux quand les bureaux de Cinénygma se trouvaient dans le quartier. On dirait une pizzeria assez standard mais la pizza végétarienne est excellente et ils font une trois fromages sur demande. Recommended by Solveig Harper

9

 A

Bambesch Access rue F.S. Tinant

The great thing about Beggen is that you can walk or jog into the Bam­ besch woods almost directly from your house. The walk can also lead you to afternoon coffee or a snack at the Juegdschlass. Ce qui est super à Beggen, c’est qu’on peut atteindre les bois de Bambesch directement depuis chez soi en courant ou en marchant. Ce peut être aussi l’occasion de prendre un café l’après-midi ou un snack au Juegdschlass. Recommended by Geraldine Knudson

10

hings or rite t , venue

u l nt r fahvoop, restauryaour propoasact details). u o y are end cont est s

Sh t is the b r area? S ing your re Belair e clud Wha red a n you

tip i adlin .lu (in featu secret @citymag oods to be nnevoie (deber). o to inf eighbourhember); Bo e 6 Novem n t pt lin x e N droit e 11 Seusen (dead n i l nt, en tre d a a r u a (de ber); Cla t o , res yez v 9 Octo agasintier ? Envo e vos coor air m r u u l e r l q e a l i i B u e s q  : n s m i e votr st le inglé .lu (a Quel e plan dans @citymag rs à être ép octobre) ; 9 o n e f i ou bo sition à in ins quarti voie (déla propo es). Prochare) ; Bonne donné11 septemb ovembre). (délai n (délai 6 n e Claus

www.citymag.lu 

 P

Restaurant Tandoori

225 rue de Beggen Tél 43 29 25

Friendly staff and although popular with locals you can always find a free table. An excellent choice of food and the Nan breads are really good! Accueil sympa et bien que le resto soit populaire auprès des gens du coin, vous trouverez toujours une table de libre. Un excellent choix de plats et les pains Nan sont délicieux ! Recommended by Catia Branca

estelle's  city magazine luxembourg


18

Architecture

Visionary Equality

Publishing

Entrepreneurial

Leadership values Education

Challenging Nico Steinmetz , architecte

Clara Moraru, Group Moraru

It comes as little surprise that Clara Moraru is the author behind a book on women leaders in the Grand Duchy. Clara is, after all, the founder of the federation of Women Entrepreneurs in Luxembourg and of Femmes Leaders du Luxembourg, which she also chairs. Leadership féminin au Grand-Duché de Luxembourg, with texts in French and English, profiles 56 women and also includes a list of 650 females in top positions. The book is aimed at providing successful women with more visibility, says Moraru. “My wish is to contribute to a change of mentality and to encourage women to develop their leadership skills.” But, she says the book should also provide future generations of women with positive role models that are different from the famous actresses, singers and models the media traditionally promotes. A second edition, expanding to the Greater Region, is planned for next year. Il n’est guère surprenant que Clara Moraru soit l’auteur d’un livre sur les femmes leaders du Grand-Duché. Elle est en effet la fondatrice de la fédération Women Entrepreneurs du Luxembourg et de Femmes Leaders du Luxembourg, qu’elle préside également. Leadership féminin au GrandDuché de Luxembourg, dont les textes sont en français et en anglais, fait le portrait de 56 femmes et inclut également une liste de 650 femmes occupant des postes de haut niveau. Ce livre souhaite faire connaître les femmes qui réussissent, explique-t-elle. « Mon souhait est de contribuer à un changement de mentalité et à encourager les femmes à développer leurs compétences en leadership. » Mais cet ouvrage propose également aux futures générations de femmes des modèles positifs, bien loin des célébrités et autres actrices, chanteuses ou mannequins que les médias se plaisent souvent à mettre en avant. Une deuxième édition englobant la Grande Région est prévue pour l’année prochaine.

Christian Thein, MBA graduate

When airline pilot Christian Thein was promoted to a middle management position, he soon realised that he did not have the sort of experience or knowledge of management he would have liked. “I had to learn by doing, a slow and painful process,” he says. So, he enrolled in the Open University Business School’s MBA programme, which he found to be ideal with their triple accreditation, flexible distance learning scheme and very pragmatic approach to MBA studies. With the moral and practical support of family and his employers, Christian not only completed his studies, but was awarded the prize for best MBA in Europe by the OU. While that was an honour, it is the in-depth understanding he has acquired from the course that has been the best reward. “It certainly gives me more confidence to ask questions and challenge existing assumptions both at work and in my private life.” Quand le pilote de ligne Christian Thein a été promu à un poste de cadre, il a vite réalisé qu’il ne disposait ni de l’expérience ni des connaissances en gestion nécessaires : « J’ai dû apprendre sur le tas, un lent et douloureux processus. » Il s’est donc inscrit au programme MBA de la Business School de l’Open University qu’il considérait comme la solution idéale du fait de sa triple accréditation, de son système flexible d’apprentissage à distance et de son approche très pragmatique. Grâce au soutien moral et matériel de sa famille et de ses employeurs, Christian Thein est non seulement parvenu à terminer ses études, mais a été récompensé par le prix du meilleur MBA d’Europe. Bien que ce prix l’ait honoré, ce sont les connaissances approfondies acquises grâce aux cours qui ont été sa meilleure récompense. « Cela me donne davantage confiance pour remettre en question les certitudes actuelles, à la fois au travail et dans ma vie privée. »

“We want to show that it is normal for a woman to be an entrepreneurial leader,” says Françoise Folmer, president of the Fédération des femmes cheffes d’entreprise au Luxembourg (FFCEL). Mrs Folmer was speaking as she collected the Prix Anne Beffort on behalf of the FFCEL. The annual prize was inaugurated by the Ville de Luxembourg six years ago and is awarded to an individual or institution that has promoted equal opportunities. The citation praised the FFCEL for its work in providing a network for female business leaders, as well as affording them business opportunities both at domestic and international level. Folmer says that still not enough women are being promoted to leading management positions in Luxembourg. “But while we are investing in equal opportunities, this is not about a battle of the sexes,” she says. « Nous voulons montrer qu’il est tout à fait normal pour une femme d’être chef d’entreprise », a expliqué Françoise Folmer, présidente de la Fédération des femmes cheffes d’entreprise au Luxembourg (FFCEL) lors du discours qu’elle a prononcé au moment de recevoir le Prix Anne Beffort au nom de la FFCEL. Ce prix annuel créé voilà six ans par la Ville de Luxembourg est décerné à un individu ou une institution s’engageant en faveur de l’égalité des chances. Cette récompense rend hommage aux efforts de la FFCEL qui permet aux femmes chefs d’entreprise de bénéficier d’un réseau professionnel et leur offre des opportunités d’affaires au niveau national comme international. Françoise Folmer précise qu’au Luxembourg, encore trop peu de femmes se voient confier des postes de direction. « Mais même si nous luttons pour l’égalité des chances, il ne s’agit pas d’une guerre des sexes », précise-t-elle.

8, 12, 14

estelle's  city magazine luxembourg

Photos: Julien Becker, David Laurent / Wide

Françoise Folmer, president FFCEL

“When I returned to Luxembourg, I found a lot of openness here, both from the private and public sectors, for contemporary architecture and later for urban design,” says architect Nico Steinmetz. That was close to 20 years ago, and since then Steinmetz, together with Arnaud De Meyer, has established a reputation as one of the leading architects in the city. His current projects include the new Bierger-Center (see page 6) as well as the Pfaffenthal lift and a residential development at the former Luxlait site in Merl. “Plenty of interesting questions are arising in Luxembourg with the growth and mix of the population, commuters, traffic problems and the increasing density of the existing parts of the city.” Luckily, says Steinmetz, local politicians have had the courage and vision to really drive the city forward - the projects his company is currently working on are proof of that. « Quand je suis retourné au Luxembourg, j’y ai trouvé une grande ouverture d’esprit, dans le secteur privé comme dans le secteur public, en matière d’architecture contemporaine puis d’urbanisme », explique l’architecte Nico Steinmetz. C’était il y a près de 20 ans et il est depuis lors considéré, avec Arnaud De Meyer, comme l’un des architectes majeurs de la ville. Parmi ses projets en cours, on compte le nouveau Bierger-Center (voir page 6), l’ascenseur Pfaffenthal et un ensemble résidentiel situé sur l’ancien site Luxlait de Merl. « Luxembourg fait aujourd’hui face à de nombreuses problématiques passionnantes du fait de son développement et du mélange de population, des personnes qui viennent y travailler, des problèmes de circulation et de la densité croissante des quartiers existants. » Heureusement, précise-t-il, les élus locaux ont eu le courage et l’intelligence de permettre à la ville d’aller de l’avant, les projets sur lesquels sa société travaille actuellement en sont la preuve.

20

www.citymag.lu


19 Schueberfouer 669

The last days of the Fair Les Derniers Jours de La Foire

CITY MEMOS 3/3 The annual Schueberfouer fun fair has once again attracted tens of thousands of visitors to the Glacis. La fête foraine annuelle de la Schueberfouer a cette année encore attiré des dizaines de milliers de visiteurs au Glacis. New station venue

N duncan Roberts O Julien Becker

The historical Pavillon Grand-Ducal at the railway station has new occupiers. Yves Dimofski and his team have opened Le Pavillon Lounge Café by Mokastar, serving breakfast and snacks as well as great coffee. The venue is also available for private hire for business breakfasts or cocktail evenings.

T

his year’s event included a slew of new rides and all the traditional food and drink and side-shows. There was also improved security measures, especially aimed at parents with children, thanks to the Secury Phone service provided by G4S using the city’s HotCity platform in cooperation with the police. The last day of the fair, Wednesday 9 September, sees halfprice rides until 8pm and the traditional fireworks display at 10pm. ’édition de cette année a présenté un grand nombre de nouvelles attractions en plus de toutes les animations, boissons et nourriture traditionnelles. Les mesures de sécurité ont également été améliorées, particulièrement pour les parents avec enfants, grâce au service Secury Phone proposé par G4S, par le biais de la plate-forme HotCity de la Ville, en collaboration avec la police. Le mercredi 9 septembre, dernier jour de la fête foraine, l’accès aux attractions sera demi-tarif jusqu’à 20 h et le feu d’artifice traditionnel commencera à 22 h. Q

Nouveau café à la gare L’ancien Pavillon Grand-Ducal de la gare a de nouveaux occupants. Yves Dimofski et son équipe ont ouvert Le Pavillon Lounge Café by Mokastar qui propose petits-déjeuners et collations et sert un excellent café. Le lieu peut aussi être loué pour des petits-déjeuners d’entreprise ou des soirées cocktail. www.mokastar.com

L

Weekly markets Local produce is making a comeback as shoppers worry about the environment and their health. A wide range of food grown in Luxembourg and the region can be found at the weekly markets on the place Guillaume II and place de Paris (Wednesdays and Saturdays 7am to 1.30pm) and in Bonnevoie (next to the church, Wednesdays 7am to 12pm).

www.fouer.lu

Marchés hebdomadaires Les consommateurs étant de plus en plus soucieux de l’environnement et de leur santé, les produits locaux ont à nouveau la cote. Les marchés hebdomadaires de la place Guillaume II et de la place de Paris (mercredi et samedi de 7h à 13h30) et de Bonnevoie (en face de l‘église, le mercredi de 7h à 12h) offrent un large choix de produits venant du Luxembourg et de sa région. www.vdl.lu

Art

Sculptures at the station Sculptures À la gare

QuattroPole supports writers’ congress The QuattroPole network of four cities – Luxembourg, Saarbrücken, Trier and Metz – will present a reading by author Annegret Held at the European Writers’ Congress in Saarbrücken on 19 September. QuattroPole will also host an information stand at the event.

O Julien Becker

www.citymag.lu 

QuattroPole soutient le congrès des écrivains

Photo: Mokastar

Florence Hoffmann at work. Florence Hoffmann au travail.

Florence Hoffmann is one of the six sculptors taking part in the ninth annual Gare Art Festival down at the city’s main railway station. The festival is organised by the Groupe Animation Gare with Hoffmann in charge of logistics. This year the artists worked in aluminium, producing their sculptures in public over a period of six days in August. The results can be viewed until 21 September. Q Florence Hoffmann est l’un des six sculpteurs participant à la neuvième édition du Gare Art Festival annuel qui se tient dans la gare centrale de Luxembourg. Cette année, les artistes ont travaillé l’aluminium, réalisant leurs sculptures en public durant six jours en août. Le résultat est à découvrir jusqu’au 21 septembre. Q

Le réseau QuattroPole associant quatre villes (Luxembourg, Sarrebruck, Trèves et Metz) proposera une lecture de l’auteur Annegret Held lors de l’European Writers’ Congress qui se tiendra à Sarrebruck le 19 septembre. QuattroPole disposera également d’un stand d’information lors de cet événement. www.quattropole.org

estelle's  city magazine luxembourg


20

Prioritising Education

University Rector Rolf Tarrach is busy planning for the immediate future of the young institution. Those plans now definitely include part of the Faculty of Law, Economics and Finance remaining in Luxembourg City. Le recteur de l’université, Rolf Tarrach, prépare actuellement l’avenir immédiat de la jeune institution. le plan intègre complètement la partie de la faculté de Droit, d’Économie et de Finance qui reste à Luxembourg-Ville. N Duncan Roberts O Julien Becker

A

s the University of Luxem bourg prepares to welcome its new intake of students for the 2009-2010 academic year, Rolf Tarrach is working on a fouryear plan that will be the basis for the negotiations with the government for funding the 2010-2013 period. Tarrach, who earlier this year extended his contract for five years, has identified key priorities that will be the main focus of the plan. These include: developing the University’s two inter-disciplinary centres in security, reliability and trust and in systems biology; recruiting top people to the Luxembourg School of Finance in order to develop research and at the same time help the banking sector to innovate and find its place in the global financial world; a continued commitment to research in European Law and Business Law which would see the university take real advantage of Luxembourg’s location as a country of lawyers that is seat of the European Court of Justice; and improving the University’s ability to provide education in a multicultural and multilingual setting. The setting is important, especially as the new government has Rolf Tarrach, University rector. Recteur de l’université. decided that the finance and law departments of the Faculty of Law, Economics and Finance will stay in Luxembourg City when the University moves to its centralised, purpose-built campus in Belval. Tarrach sees this as a good decision as it will give undergraduates prime access to the financial centre and law institutions. “But there is no perfect decision that could have been taken,” he says. “The faculty is the largest, so it would have left Belval undersized if the whole faculty had remained in Luxembourg City. We need a critical mass in « La seule décision raisonnable était Belval to create real student life. So the only reasonable decide maintenir ces services en ville. » sion was to keep these departments in Luxembourg. But it does create problems of its own.” These include the fact that Rolf Tarrach the finance and law undergraduates will be the only students in the city, which restricts their ability to mix with students from other faculties. Only founded in 2003, the University of Luxembourg has made significant progress in establishing itself as a prime regional centre in several fields of research. Much of this success can be attributed to external agreements struck with private business and public institutions such as Luxembourgbased consultancy ATOZ for the ATOZ Chair for International and European Taxation, or the City of Luxembourg sponsoring a Chair in Urban Studies. “The more you do, the more new proposals come and, of course, the more you have to do,” says Tarrach. He likens this to the research process. “You know if there is progress in research, there are so many new questions that arise because you have the data and knowledge to ask them. So again you have to work much more.” Q

“The only reasonable decision was to keep these departments in Luxembourg.”

8, 12, 14, 18

estelle's  city magazine luxembourg

A

lors que l’Université du Luxem­bourg se prépare à accueillir une nouvelle promotion d’étudiants pour l’année universitaire 2009-2010, Rolf Tarrach travaille à un plan quadriennal qui servira de base aux négociations avec le gouvernement pour le financement de la période 2010-2013. Le recteur, dont le contrat a été prolongé de cinq ans en début d’année, a défini les priorités clés qui seront au cœur de ce plan. Il s’agit notamment de créer deux centres universitaires interdisciplinaires dédiés l’un à la sécurité, la fiabilité et la confiance, et l’autre à la biologie systémique, de recruter les meilleurs éléments pour la Luxembourg School of Finance afin de développer la recherche mais aussi permettre au secteur bancaire d’innover et de trouver sa place au sein du secteur financier international, de poursuivre l’implication de l’université dans la recherche en droit européen et droit des affaires et ainsi lui permettre de tirer parti de la forte concentration au Luxembourg, également siège de la Cour européenne de justice, en professions juridiques, et enfin, d’améliorer la capacité de l’institution à dispenser son enseignement dans un environnement multiculturel et multilingue. Le contexte est important, d’autant que le nouveau gouvernement a décidé que les départements Finance et Droit de la Faculté de Droit, d’Économie et de Finance resteront en ville quand l’université emménagera dans le futur campus de Belval. Rolf Tarrach considère cela comme une bonne décision, car elle offre aux étudiants non diplômés un accès facilité au centre financier et aux institutions juridiques. « Mais prendre la décision idéale était impossible », ajoute-t-il. « La faculté est l’établissement le plus vaste, Belval aurait donc eu une taille insuffisante si toute la faculté demeurait en ville. Belval doit disposer d’une certaine ‘masse critique’ pour générer une vraie vie étudiante. La seule décision raisonnable était donc de maintenir ces services en ville. Même si cela crée des difficultés spécifiques », notamment le fait que les étudiants en finance et droit seront les seuls étudiants dans la ville, ce qui limite leurs possibilités de rencontrer les étudiants d’autres facultés. Fondée en 2003 seulement, l’Université du Luxembourg a su conforter sa position en tant que pôle régional majeur pour plusieurs domaines de recherche. Une large part de ce succès revient aux accords passés avec des entreprises privées et des institutions publiques comme l’agence de conseil ATOZ basée au Luxembourg pour l’ATOZ Chair for International and European Taxation ou la Ville de Luxembourg qui a parrainé la Chair in Urban Studies. « Plus vous en faites, plus les propositions à vous parvenir sont nombreuses et, bien sûr, plus vous avez à faire », ajoute Rolf Tarrach. Il compare cela au processus de recherche. « Vous savez, quand la recherche progresse, tant de nouvelles questions se posent justement parce que vous disposez des données et des connaissances qui vous permettent de les poser. Et vous devez alors travailler encore plus. » Q

www.citymag.lu


Bibliothèque nationale Luxembourg catalogue bibnet.lu eluxemburgensia portail bnu europeana

www.bnl.lu


22

Sharing a passion for wine Partager la passion du vin Consumers really are spoiled for choice in Luxembourg City. With so much on offer, our monthly guide to the very best service available is invaluable. This month: Vinothèques Les consommateurs n’ont que l’embarras du choix à LuxembourgVille. Notre guide mensuel vous donne des pistes parmi CETTE vaste offre de services. Ce mois-ci : les vinothèques N Duncan Roberts OAndrés Lejona

P

retty much the first thing you notice when walking into the “front office” of In Vino Gildas is the lack of wine bottles. The public space looks more like an art gallery awaiting an exhibition, or the laboratory of a particularly meticulous aesthete. “This is my way of working,” says Gildas Royer, the three-time Luxembourg sommelier of the year (he won the title in 1997, 98 and 99). “I like to think of this as my workshop.” A five-metre long modern wooden table, beneath a wall-length white board, dominates the right half of the room. It is here that Royer conducts his work. He encourages customers to inhale the aromas of strawberries, chocolate, vanilla or hay from a wine glass or gets them to examine soil samples from some of the great vineyards or shows them maps of the most famous wine-producing regions.

Communication Royer is the first to admit that his aim was never to open a boutique. “It is not in my character,” he says. “But Luxembourg throws up these opportunities.” Running the converted jewellery store in Belair is certainly a change from his seven years working for Deloitte (hence the financial services terminology) but he is enjoying the challenge of finding new ways to communicate the pleasures and complexities and, yes, even the science of wine. But Royer insists that the events he hosts at In Vino Gildas are far from scholarly. They have included evenings of Argentinian music, matching wines with tomatoes or cheese, and special soirées at which well-respected vintners present their wines. The former Goeres Horlogerie store was redesigned to Royer’s personal specifications by EGB Hornung – at eye level it is all clean cut lines and simple but impressive graphics, with sparse shelving holding elegant Verrerie Zalto glasses and the aforementioned soil samples in sealed jars. The ceiling has been stripped bare and the utility pipes painted matt black, providing a stark contrast to the room itself.

Trust Of course, Royer is in business and has to sell wine, a selection of which he keeps in a temperature-controlled stock room annex of the shopfloor and the remainder in a separate cellar. The prices are discreetly adhered to the back of the bottle – it is the quality that should decide whether a wine is suitable, not the price. But Royer generally knows what his customers can afford and will point them in the direction of wine to match their budget – establishing trust is what his job is all about, after all. “It is my philosophy to provide a service and conviviality,” says Royer. Q

estelle's  city magazine luxembourg

Gildas Royer, In Vino Gildas

L

’absence de bouteilles de vin est pratique ment la première chose qu’on remarque en entrant dans le « front office » d’In Vino Gildas. L’espace public ressemble davantage à une galerie d’art en attente d’une exposition ou au laboratoire d’un esthète particulièrement méticuleux. « C’est ma façon de travailler », commente Gildas Royer, couronné trois fois Sommelier du Luxembourg (en 1997, 1998 et 1999). « J’aime le concevoir comme mon atelier. »

“It is my philosophy to provide a service and conviviality.” « Ma philosophie, c’est de fournir un service en toute convivialité. » Gildas Royer

Communication Une table en bois moderne de cinq mètres de long, en dessous d’un tableau blanc recouvrant le mur sur toute sa longueur, domine la moitié droite de la pièce. C’est ici que Royer entre en scène. Il encourage les clients à humer les arômes de fraise, chocolat, vanille ou foin émanant de verres de vin, les invite à examiner des échantillons de terre issus de grands vignobles ou leur montre des cartes des régions viticoles les plus connues.

Royer est le premier à admettre que son but n’a jamais été d’ouvrir une boutique. « Ce n’est pas dans mon caractère, dit-il. Mais le Luxembourg offre de telles opportunités. » Diriger la bijouterie transformée de Belair constitue certes un changement par rapport à ses sept années passées à travailler pour Deloitte (d’où la terminologie financière), mais il aime relever le défi de trouver de nouvelles façons de communiquer les plaisirs et complexités, et même la science du vin. Royer insiste toutefois sur le fait que les événements qu’il accueille à In Vino Gildas sont loin d’être ésotériques. Parmi ceux-ci, citons notamment des soirées de musique argentine, des soirées vins et fromages ou tomates, ou encore des soirées spéciales au cours desquelles des vignerons de renom viennent présenter leurs vins. L’ancienne bijouterie Goeres Horlogerie a été entièrement reconçue par EGB Hornung selon les spécifications personnelles de Royer – au niveau visuel, ce sont des lignes épurées ainsi

www.citymag.lu


23 In Vino Gildas 105, av. du X Septembre Belair G 44 19 72 J info@invinogildas.com www.invinogildas.com

qu’un graphisme simple mais impressionnant, avec çà et là des étagères présentant d’élégants verres Zalto et les fameux échantillons de terre dans des bocaux hermétiques. Le plafond a été mis à nu et les tuyauteries peintes en noir mat, ce qui crée un vif contraste avec la pièce.

Confiance Évidemment, Royer est dans les affaires, il doit vendre des vins, dont il garde une sélection dans une annexe à la boutique maintenue à bonne température, et le reste dans une cave séparée. Les prix sont collés discrètement à l’arrière de la bouteille – c’est la qualité qui devrait déterminer si un vin convient et non le prix. Mais Royer sait en général ce que ses clients peuvent s’offrir et les oriente vers des vins correspondant à leur budget – car établir une relation de confiance, c’est en fin de compte l’essence même de son métier. « Ma philosophie, c’est de fournir un service en toute convivialité », conclut Royer. Q

www.citymag.lu 

Vinoteca 95, rue des Carrières Kirchberg G 26 68 38 43 J info@vinoteca.lu www.vinoteca.lu

Bar à Vin 31, rue des Capucins Centre-Ville G 26 26 21 26 J info@baravin.lu www.baravin.lu

Enoteca Italiana 25, rue St Ulric Grund G 26 26 29 84 J info@enotecaitaliana.lu www.enotecaitaliana.lu

Guy Tabourin, Vinoteca

Pascal Magro, Bar à Vin

“People should learn to identify their own taste,” says Guy Tabourin, who has been in the restaurant and wine business for some 15 years. His aim with Vinoteca is to give people confidence. He wants to encourage them to express the taste and aroma sensations they experience, but in their own words without referring to what Tabourin calls “sommelier speak.” Vinoteca has some 3,000 different vintages in stock, including some rarities that Tabourin discovered when buying up private cellars – he has a real passion for discovering wine, which he truly enjoys sharing. « Les gens devraient apprendre à identifier leur goût », indique Guy Tabourin, actif dans la restauration et le commerce du vin depuis 15 ans. Son but, avec Vinoteca, est de donner confiance aux gens, qu’ils n’aient pas peur d’exprimer avec leurs propres mots, et non ce que Tabourin appelle « le langage du sommelier », les goûts qu’ils expérimentent. Vinoteca possède plus de 3.000 millésimes différents en stock, y compris des perles rares dénichées par Tabourin au hasard des caves privées qu’il rachète – il voue une véritable passion à la découverte du vin et adore partager cette passion.

“People appreciate good service,” says Pascal Magro, who can be said to be a pioneer in the local wine scene. Bar à Vin is purposefully a discreet and cosy venue where customers can drink a glass of wine, enjoy a quality lunch or host a private event. Magro opened the bar-boutique eight years ago, and others have since followed suit. But he enjoys providing his loyal customers with what he calls “that bit of magic”, which he equates to discovering and sharing a bottle of wine. “We are almost like a small private club,” he says with pride. “But we make wine accessible to everyone.” « Les gens apprécient un service de qualité », déclare Pascal Magro, qui peut être qualifié de pionnier sur la scène locale du vin. Le Bar à Vin se veut un endroit discret et cosy, où les clients peuvent boire un verre de vin, apprécier un déjeuner de qualité ou organiser un événement privé. Magro a ouvert sa boutique-bar il y a huit ans, d’autres lui ont ensuite emboîté le pas. Il aime offrir à ses clients fidèles ce qu’il appelle un « brin de magie », en découvrant et partageant une bouteille de vin. « Nous sommes presque un petit club privé, dit-il avec fierté. Mais nous rendons le vin accessible à tous. »

Isabella Sardo, Enoteca Italiana

Robert Walentiny, Grands Crus Walentiny

The reigning Meilleur Sommelier du Luxembourg only turned professional in 2005. But Isabella Sardo exudes a quietly confident enthusiasm for wine that obviously won over the jury and her patron, Mario Notaroberto of the restaurant Notaro, as well as her customers. The Enoteca Italiana is, she says, almost like a wine club. She runs tasting courses – sometimes coupled with Italian conversation classes – and adores showing her students and customers how to match wines with foods and getting them to discover wines not usually known outside of Italy. Couronnée Meilleur Sommelier du Luxembourg en 2008, Isabelle Sardo n’est passée professionnelle qu’en 2005. Elle déborde d’un enthou­sia­sme confiant pour le vin, ce qui a de toute évidence convaincu le jury et son patron, Mario Notaroberto du restaurant Notaro, ainsi que ses clients. L’Enoteca Italiana est presque un club de vin, dit-elle. Elle y donne des cours de dégustation – parfois couplés à des tables de conversation en italien – et adore montrer à ses étudiants et clients comment accorder vins et mets et leur faire découvrir des vins qui ne sont généralement pas connus en dehors de l’Italie.

Following a 28-year career with steel giant Arbed, Robert Walentiny is now dedicating his professional life to wine. He discovered his passion for wine culture in the 1980s and from that Walentiny developed an ambition to turn that passion into a commercial enterprise. An encounter with wine specialist Michel Tardieu in 1998 served to strengthen that resolve, and Walentiny has now opened his own vinothèque. The new venture marks something of a return to his epicurean roots, indeed, as his father was a butcher and his mother a pâtissière. Après 28 ans de carrière auprès du géant de l’acier Arbed, Robert Walentiny a décidé de consacrer sa vie professionnelle au vin. Il a découvert sa passion pour la culture du vin dans les années 80 et caressait depuis lors l’ambition de faire de sa passion une entreprise commerciale. Une rencontre avec le spécialiste du vin Michel Tardieu en 1998 l’a conforté dans cette idée et Walentiny a désormais ouvert sa propre vinothèque. Cette nouvelle entreprise marque comme un retour à ses racines épicuriennes puisque son père était boucher et sa mère pâtissière.

Grands Crus Walentiny 18, av. Grand-Duc Jean Howald G 26 29 60 53-1 J rwalentiny@gcw.lu www.gcw.lu

estelle's  city magazine luxembourg


Italy

Montenegro Bulgaria Macedonia Albania Greece Malta

Andorra Spain

24

Morocco Algeria

Turkey Syria Cyprus Lebanon Palestine Israel Jordan

Tunisia

Bermuda

Georgia Armenia Azerbaijan

Libya

Bahamas

Costa Rica

Panama Colombia

Mauritania Senegal The Gambia Guinea-Bissau Guinea

French Guiana Suriname

Niger

Chad

Sudan

Togo

China

Pakistan

Qatar U. A. E.

Nepal India

Japan

Bhutan R.O.C. (Taiwan) Myanmar

Laos Thailand Cambodia Vietnam

Djibouti Nigeria

South Korea

Bangladesh

Yemen

Etrea

Burkina Faso

Philippines

Somalia

Ethiopia

Sri Lanka

Cent. Afr. Rep. Benin

Ecuador

North Korea Tajikistan

Oman

Mali

Cote Ghana Sierra Leone d‘Ivoire Liberia

Venezuela Guyana

Kyrgyzstan

Afghanistan

Kuwait

Saudi Arabia

Cuba

Haiti Dominican Jamaica Republic Belize Honduras ala lvador Nicaragua

Turkmenistan

Iran

Iraq

Egypt

Western Sahara

Uzbekistan

Malaysia

Cameroon Guinea Congo Gabon

Uganda

Congo (ex-Zaire) Rwanda Burundi

Singapore

Kenya

Indonesia Papua New Guinea

Tanzania

Peru

East Timor

BRAZIL Angola

Mozambique

Zambia Bolivia Namibia Chile

Paraguay

Zimbabwe

Madagascar

Botswana

Australia Swaziland

Argentina

Brazil

South Africa

Lesotho

Uruguay

Falkland Is.

South American Gem Joyau sud-américain

Painter Lú Tordini-Dumont fills her canvases with the jewelled hues of her native Minas Gerais. L’artiste Lú Tordini-Dumont couvre ses toiles des teintes précieuses de sa région natale de Minas Gerais. N Deborah Fulton Anderson oAndrÉs Lejona he colours of Brazil are my inspiration,” says Lú Tordini-Dumont. Aquamarine, emerald green and the golden sherry of rare imperial topaz are worked by local artisans. “I was always surrounded by artists and woodworkers – people who worked with their hands.” Growing up in a family of artists and jewellery designers spurred Lú’s own interest, as well as living near the “baroque capital” of Brazil, Ouro Preto, named for the local black gold that adorns the city’s churches. “The baroque is everywhere!” A centre for artists and intellectuals, Ouro Preto was also the site of a failed attempt to secede from Portugal, which ruled Brazil for more than three centuries.

T

es couleurs du Brésil sont mon inspiration », explique Lú Tordini-Dumont. L’aigue marine, le vert émeraude et la teinte dorée de la très rare topaze impériale sont travaillés par les artisans locaux. « J’ai toujours été entourée d’artistes et d’ébénistes, de gens qui travaillent de leurs mains. » Grandir dans une famille d’artistes et de créateurs de bijoux a inspiré la passion de Lú, tout comme le fait de vivre près de la « capitale baroque » du Brésil, Ouro Preto, qui tire son nom de l’or noir local qui orne les églises de la ville. « Le baroque est partout ! » Centre artistique et intellectuel, Ouro Preto fut également le théâtre d’une sécession manquée d’avec le Portugal qui régna sur le Brésil pendant plus de trois siècles.

L

Economic powerhouse

Locomotive économique

République indépendante depuis 1822, le Brésil est aujourd’hui la locomotive économique de l’Amérique du Sud et le pays le plus vaste et le plus peuplé du continent. « Le pays compte 26 états et chacun est unique, avec un mode de vie différent et une personnalité différente. » La criminalité reste un problème majeur mais « Chez nous ce n’est pas comme dans les grandes ville de São Paulo ou Rio ». La pauvreté est également une préoccupation récurrente. « Les pauvres souffrent vraiment. Certains politiciens sont corrompus, on sait donc qu’il ne faut pas trop attendre du gouvernement. On apprend à ne compter que sur soi-même. » Elle utilise l’expression « dar um jeitinho » pour évoquer les obstacles. « On s’arrange pour les contourner. » Cet optimisme libre-penseur semble faire partie du caractère national, une passion célébrée au rythme de la musique et de la danse brésiliennes. « On ne peut rester passif en ce monde. Il faut le vivre et donner tout ce qu’on a ! » Lú et Sérgio, son conjoint luxembourgeois, enseignant et musicien, retournent au Brésil plusieurs fois par an. « On enlève nos vestes, on « Les couleurs du Brésil respire l’air ambiant et on s’assont mon inspiration. » soit avec une Água de Coco ». Lú Tordini-Dumont Comme en art, c’est « une façon d’être », explique Lú. Q

An independent republic since 1822, Brazil is now the economic powerhouse of South America and the largest, most populous country on the continent. “There are 26 states and each of them is unique, with a different way of living and a different character.” Crime is still a major problem, but Lú insists, “We are not all like the big cities of São Paulo or Rio.” Poverty is also a continuing issue. “The poor do suffer. There are corrupt politicians, so we understand not to expect much from our government. You learn to rely on yourself.” She uses the expression “dar um jeitinho” when it comes to obstacles. “We find our way around them.” This free-spirited optimism seems part of the national character, a passion celebrated in the beat of Brazilian music and dance. “You can’t be passive in this world. You have to live it, to give everything of yourself!” Lú and her Luxembourgish partner Sérgio, a teacher and musician, return to Brazil several times a year. “We take off our jackets, smell the air and sit with an Água de Coco.” As in art, Lú says, it is “a way to be.” Q

“The colours of Brazil are my inspiration.”

estelle's  city magazine luxembourg 

www.citymag.lu

Ne Cale


25 Proud Paulista

The Working Staying in Orbit Man’s Bank Rester en orbite

banque ouvrière

Ana Claudia Shillinglaw Client services, State Street Bank Client services, State Street Bank

Mauricio Fulco Senior Manager, SES Engineering Senior Manager, SES Engineering

Luis Fernando Silva Director, Bradesco Bank Directeur, banque Bradesco

“São Paulo is opposite in attitude than Rio. We say it is the Cariocas versus the Paulistas!” Ana Claudia Shillinglaw is not talking about a football rivalry, but rather the particular character of her home city. “We are very business oriented in São Paulo. Brazil is more than carnivals and costumes!” After 12 years in the Grand Duchy, Ana Claudia “misses the sun but not the beach.” She and her husband Niki met in London as students where Ana Claudia trained as a systems analyst. São Paulo may have sun, but she is convinced Luxembourg offers more for their growing family. “The maternity leave of one year is a huge advantage. I love the city parks and the fact that I can walk safely through the city. This is no longer possible in São Paulo.” « L’attitude des gens de São Paulo est à l’opposé de Rio. On parle même de Cariocas contre Paulistas! » Ana Claudia Shillinglaw n’évoque pas une quelconque rivalité footballistique, mais plutôt le caractère bien particulier de sa ville natale. « À São Paulo on a vraiment le sens des affaires. Le Brésil ne se limite pas aux carnavals et aux costumes ! » Après avoir passé 12 ans au GrandDuché, Ana Claudia avoue que « le soleil lui manque, mais pas la plage ». Elle et son mari Niki se sont rencontrés à Londres alors qu’ils étaient étudiants, Ana Claudia suivait alors une formation d’analyste de systèmes. São Paulo offre certes le soleil mais elle est convaincue que le Luxembourg a beaucoup plus à offrir à leur famille qui s’agrandit. « Le congé maternité d’un an est un immense avantage. J’adore les parcs de la ville et le fait de pouvoir me promener partout en toute sécurité. Cela n’est plus possible à São Paulo. »

Trained as an aeronautical engineer in Rio de Janeiro, Mauricio Fulco has spent most of his career concerned with objects orbiting in space. “A satellite has to function well for a long time. Once it’s launched, you can’t repair it.” His current focus is the “small dish” satellites that orbit 200 kilometres above the earth for 12-15 years. There’s a lot riding on a satellite launch rocket other than its technical load. “One ride up can cost as much as 100 million euros!” In Luxembourg for 12 years with his wife Ana Paula, a teacher, Mauricio returns to Rio at least once a year. “The view from the Corcovado, the mountain overlooking Rio, is spectacular.” Not 200km up like the satellites, but still quite a view. Formé comme ingénieur aéronautique à Rio de Janeiro, Mauricio Fulco a passé la majeure partie de sa carrière à étudier les objets en orbite dans l’espace. « Un satellite doit fonctionner correctement pendant longtemps. Une fois lancé, impossible de le réparer ». Il s’intéresse actuellement aux satellites « à petite parabole » en orbite à 200 kilomètres de la terre depuis 12 à 15 ans. Une fusée de lancement implique bien plus que le simple aspect technique. « Un seul lancement peut coûter jusqu’à 100 millions d’euros »! Résidant au Luxembourg depuis 12 ans avec sa femme Ana Paula, enseignante, Mauricio retourne à Rio au moins une fois par an. « La vue sur le Corcovado, la montagne dominant Rio, est spectaculaire ». On est loin des 200 km d’altitude des satellites, mais la vue vaut le détour.

“Imagine you are a labourer in a small village in Brazil and in order to cash your pay cheque you have to journey two hours to a big city, where you often spend it before returning back home!” Luis Fernando Silva explains how important having a local “working guy’s bank” is to the economy. Bradesco serves Brazilians in the low to medium income range and is the country’s largest private sector bank, serving over 50 million clients. A native of São Paulo, he believes in the resilience of Brazil, both economically and in the buoyant mindset of the people. “It is a capacity to adapt to difficult times and survive them.” He doesn’t miss the traffic of São Paulo but does miss the taste of a coffee with fresh pao de queijo. « Imaginez que vous êtes ouvrier dans un petit village du Brésil et que pour toucher votre chèque de paie, il vous faut deux heures pour rejoindre une grande ville, où vous le dépensez généralement avant même de rentrer chez vous ! » Luis Fernando Silva explique combien il est important pour l’économie de disposer localement d’une « banque ouvrière ». Bradesco, qui a pour clients des Brésiliens aux revenus modestes ou moyens, est la plus importante banque privée du pays, avec plus de 50 millions de clients. Natif de São Paulo, Luis croit à la résilience du Brésil, économiquement mais aussi dans l’état d’esprit enjoué de ses habitants. « C’est une capacité à s’adapter aux moments difficiles et à y survivre. » Les embouteillages de São Paulo ne lui manquent pas mais il regrette le goût d’un café accompagné de pao de queijo (pain de fromage) frais.

Fière Paulista

About Brazil Population: 198.739.269 (July 2009 est.) Location: Eastern South America, bordering the Atlantic Ocean Capital: Brasilia Government: Federal Republic Administrative divisions: 26 states and 1 federal district National Day: Independence Day, 7 September (1822) Chief of State: President Luiz Inacio Lula Da Silva 174 nationalités vivent à Luxembourg dont 1.100 Brésiliens. 174 nationalities live in Luxembourg, including 1,100 Brazilians.

Lú Tordini-Dumont, artist, artiste.

ion FoarcMtorse Inréfsoil rmat

B F lat du iberté Consu nue de la L g 6 e r v u 19, a Luxembo x: 40 47 1 a 0 F 
 3 0 9 6 2 1 L7 92 2 Tel: 4

www.citymag.lu 

iro, s e Jane ssion cas: Rio d e r p Ex a/Cario ulo c io Cario ple from R rom São Pa f o ! e y r le p r p wo the as: peo Don’t st Pauli tranquilo: Fique

estelle's  city magazine luxembourg


Services & shopping FIND THE RELEVANT CITY AUTHORITY, A USEFUL ADDRESS OR SPORTS FACILITIES. PLUS A GUIDE TO CITY SHOPS. Vous trouverez ci-dessous les services municipaux, adresses utiles, établissements sportifs, ainsi qu’un guide shopping. SPORT FOR ALL SPORTS POUR TOUS

BIERGER-CENTER 1 Centre Hamilius, 51, boulevard Royal Lu-ve : 8-17h G 47 96 22 00, F. 26 27 09 99 Naturalisation: G 47 96 26 40 / 41 86 Info-Conseils / assistant social: G 47 96 27 51 Population registration, certificates, electoral register, identity cards, passports, inscriptions for Chèque-Service Accueil, census, tax cards, affidavits, registered copies, address database, residential parking vignettes, dog registration, payment of council bills etc. Registre de la population (inscriptions et radiations), certificats, inscriptions sur listes électorales, titres d’identité, passeports, adhésion Chèque-Service Accueil, recensements, cartes d’impôt, légalisations de signatures, copies conformes, recherches d’adresses, vignettes de stationnement résidentiel, déclarations de chiens, paiement des factures communales, etc. bierger-center@vdl.lu www.vdl.lu

USEFUL ADDRESSES ADRESSES UTILES 2 CAPEL – Centre d’animation pédagogique et de loisirs 4-12, rue de l’École Lu-di : 8-17h G 47 96 24 42 / 32 73 www.vdl.lu

3 État Civil Hôtel de Ville 42, place Guillaume II Lu-ve : 8-17h, sa : 9h30-11h30 Births, deaths, marriages, affidavits, registered copies Naissances, mariages, décès, légalisation de signatures, copies conformes G 47 96 26 30, F. 47 36 53

4 LEO (Luxembourg Energy Office) 9, boulevard F.D. Roosevelt Lu-ve : 8-17h G 26 39 48 48, F. 26 20 24 24 For all your energy supply requirements Pour toutes vos démarches en matière de fourniture énergétique www.leoenergy.lu

9 Archives nationales de Luxembourg Plateau du Saint-Esprit Lu-ve : 9-11h45, 13-17h45, sa : 9-11h45 G 24 78 66 60, F. 47 46 92 archives.nationales@an.etat.lu www.anlux.lu

10 Centre d’information européen – Maison de l’Europe 7, rue du Marché-aux-Herbes Lu : 13-17h, ma-ve : 9-18h, sa : 11-16h G 43 01 37 833 Information, documents, personalised assistance, conferences, debates, exhibitions, group visits Information, documentation, assistance personnalisée, conférences, débats, expositions, visites de groupe. comm-rep-lux-info@ec.europa.eu

TRANSPORT TRANSPORTS 11

5 Impositions communales 43, boulevard F.D. Roosevelt Lu-ve : 8-11h30, 13h30-16h30 G 47 96 26 84, F. 22 91 36

6 Recette Communale 3, rue du Laboratoire Lu-ve : 8h30-11h45, 13h30-16h30 G 47 96 20 20, F. 22 03 36 Payment of bills Encaissement des factures

7 Office Social 24, Côte d’Eich Lu-ve : 8h30-11h30, 14-16h Late night licences and public entertainment taxes Nuits blanches et taxe sur les amusements publics Lu-ve : 8h30-11h Deprivation assistance Aide aux démunis G 47 96 24 70, F. 46 92 01

8 Bibliothèque Municipale Cité 3, rue Genistre Ma-ve : 10-19h, sa : 10-18h G 47 96 27 32

MOBILITEITS ZENTRAL Gare centrale Lu-ve : 7-19h, sa-di et jours fériés : 10-18h G 24 65 24 65 Information and advice on the whole range of public transport service and alternative means of transport to the private car, such as ‘soft mobility’ Renseignements et conseils sur l’offre des services de transports publics et sur les modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle, comme la mobilité douce www.mobiliteit.lu Taxis Taxis Colux : G 48 22 33 Benelux Taxis : G 80 02 51 51 City Taxis : G 48 00 58 AEROPORT Arrivals/departures/info G 24 64 0 www.luxairport.lu Ventes et réservations G 24 56 42 42 callcenter@luxair.lu

5, rue de l’Abattoir G 47 96 25 83 (Hotline : 691 98 24 63) The Sport for All programme is organised by the sports service of the City of Luxembourg. It provides a wide range of sports activities. Senior citizens and adults over the age of 16 can participate in over 140 courses in different neighbourhoods of the city. Registration takes place all year round. Le programme Sports pour tous mis en place par le Service des sports de la Ville de Luxembourg propose une large gamme d’activités sportives. Aînés et adultes à partir de 16 ans peuvent participer à plus de 140 cours dans les différents quartiers de la ville. Inscription tout au long de l’année. Rens. : Service des sports de la Ville de Luxembourg www.vdl.lu

SWIMMING POOLS PISCINES

TENNIS

12

17

Bonnevoie 30, rue Sigismond Bassin de natation Lu, ve, sa : 8-20h30, ma, je : 7-20h30, di : 8-12h Sauna Dames Lu, ve, sa : 8-11h30, ma, je : 14h30-20h Sauna Hommes Ma, je : 8-11h30 Sauna mixte Lu, sa : 11h30-20h, ma, je, ve : 11h30-14h30, di : 8-12h Ticket office closes one hour before the pool closes Fermeture de la caisse une heure avant la fermeture de la piscine G 47 96 34 71

Belair – Tennis Club des Arquebusiers Val Sainte-Croix G 44 50 37

13 Centre de relaxation aquatique Badanstalt 12, rue des Bains (Centre) Bassin de natation Ma-ve : 8-21h30, sa : 8-20h, di : 8-12h Sauna Dames Ma : 8-11h, me : 8-12h, je : 14h30-21h30 Sauna Hommes Je : 8-11h Sauna Mixte Ma : 11-21.30, me : 12-21h30, je : 11-14h30, ve : 8-21h30, sa : 8-20h, di : 8-12h Ticket office closes one hour before the pool closes Fermeture de la caisse une heure avant la fermeture de la piscine G 47 96 25 50

14 Centre aquatique d’Coque 2, rue Léon Hengen (Kirchberg) Lu : 12-22h, ma-ve : 8-22h, sa : 8-18h30, di : 9-13h30 Ticket office closes one hour before the pool closes Fermeture de la caisse une heure avant la fermeture de la piscine G 43 60 60-1

ICE SKATING & SKATEBOARD PATINOIRE & SKATE

18 Bambësch – Tennis Spora Allée des Présidents Lu, ma, je : 10-12h, 14h-16h, ve : 10-13h G 46 15 51 Réservations www.tennisspora.lu

19 Belair – Tennis Club Stade Boulevard Napoléon Ier Sans réservation, jusqu’à 22h G 45 16 10 www.tcstade.lu

MARKETS Marchés 20 MARCHéS HEBDOMADAIRES AUX PRODUITS FRAIS DU PAYS Place Guillaume II et place de Paris Me, sa : 7-13h30 Some 55 stall holders provide a wide range of fresh products such as fruit, vegetables, organic farm produce, flowers, fish, roast chickens Quelque 55 marchands et jardiniers offrent une grande diversité de produits frais tels que fruits, légumes, produits de l’agriculture biologique, fleurs, poissons, poulets grillés

21 MARCHé DE BONNEVOIE In front of the parish church Devant l’Église paroissiale Me : 7-12h

22 MARCHé DU GLACIS Glacis 3e dimanche du mois : 10-17h

15 Patinoire de Kockelscheuer 42, route de Bettembourg Lu : 16-22h, ma-je : 12-22h, ve : 12-23h, sa-di : 10-23h G 46 74 65

16 Skate Park Hollerich Rue de l’Abattoir Lu-je : 11-22h, ve-sa : 11-23h, di : 11-20h G 44 83 47

t

u oing o g & e rant ultur

Une représentation de votre établissement par l’image. un impact déterminant pour votre cible en plein cœur de la ville.

C

tau ge 28 e, res venu gs on pa Find in t ar lis nts and b Agenda estaura y it C f bars, r age 28 o s le z p ve Retrou de loisir à la x et lieu genda yA du Cit

USEFUL SERVICES & SHOPPING

Contactez notre régie Appelez Mélanie au : 27 17 27 27-39 ou au 691 355 345


14

2

18

22

13

7

17

19

2

1

8

1

10

20

4 3 5 9

6 20

3

11

16

12

21 15 2

3 plan K

1

Schong wéi gemoolt

MAISONS I APPARTEMENTS I BUREAUX ACHAT I VENTE I LOCATION ASSURANCES I CONSEIL IMMOBILIER

BRICKS Solutions Immobilières M. Paul Fabeck

T : + 352 26 44 11 61 info@bricks.lu I www.bricks.lu

Mir wësse wéi et geet!

64A, avenue de la Liberté Luxembourg-Gare Tél. +352 48 44 97 | www.leon.lu

008_INS_RDV_FINAL.indd 1

21/08/09 15:20


28 Fresh print

NEW PUBLICATIONS NOW AVAILABLE at THE BIERGER-CENTER nouvelles publications disponibles au bierger-center

Click & find

INFO-SERVICES Dépliant Français/Deutsch Éditions VDL

BESOIN D’AIDE ? Dépliant Français/Deutsch Éditions VDL

PROMENADES BAMBËSCH Dépliant Français/Deutsch Éditions VDL

VELÓH! Brochure English Éditions VDL

Finding a bus time on the Ville de Luxembourg website in 3 easy steps: trouver un bus sur www.vdl.lu

GOOD TO KNOW

1. Visit www.vdl.lu 2. Click on the autobus icon 3. Click on Horaires, trajets et plans on the menu scroll

PROMENADES HAMM Dépliant Français/Deutsch Éditions VDL

LUXEMBOURG – une identité forte SOURCE D'AVENIR! 12 pages Français Éditions VDL

AIRES DE JEUX Dépliant Français/Deutsch Éditions VDL

CONSEILS EN ÉNERGIE 7 pages Français Éditions VDL

STREETS CLOSED Bonnevoie

Free subscriptions Abonnement gratuit

For residents of Luxembourg City and the Grand Duchy (foreign commuters, subscribe to your workplace address) Pour les résidents de Luxembourg et du Grand-Duché. (Frontaliers, abonnez-vous sur votre lieu de travail)

two ways to receive the Ville de Luxembourg’s new publications:

1. Visit the Bierger-Center (Centre Hamilius, 51 boulevard Royal) and ask for the publication you want 2. Download online at http://publications.vdl.lu All publications are available free of charge!

Send an email with your name and full address to Envoyez vos coordonnées par mail à: citymag@vdl.lu Ou téléphonez au 47 96 41 14

dEUX FAçONS DE RECEVOIR LES NOUVELLES PUBLICATIONS DE LA VILLE DE LUXEMBOURG :

1. Rendez-vous au Bierger-Center (Centre Hamilius, 51 boulevard Royal) 2. Téléchargez-les en ligne sur http://publications.vdl.lu Toutes les publications sont disponibles gratuitement !

As work continues on new infrastructure and remodelling of the rue Pierre Krier, the street remains closed between the rue Irmine and the rue des Prés. Other streets in the area are also affected by the road works, the first phase of which should be completed by December 2009, with a second phase continuing until December 2010. Les travaux se poursuivent sur la nouvelle infrastructure et le réaménagement de la rue Pierre Krier, cette dernière reste donc fermée entre la rue Irmine et la rue des Prés. D’autres rues du quartier sont également affectées par ce chantier dont la première phase devrait être achevée d’ici décembre 2009, la seconde phase se poursuivant jusqu’en décembre 2010. Water pipes are being installed in the rue du Parc, which means that the street is closed between the rue Irmine and the rue de la Carignan. The street should re-open in December 2009. Des conduites d’eau sont en cours d’installation rue du Parc, la rue est donc fermée entre la rue Irmine et la rue de la Carignan. Elle devrait être rouverte à la circulation en décembre 2009.

Belair

OURS

www.citymag.lu

En couverturE: Estelle Sidoni Photographie Andrés Lejona

est édité par Mike Koedinger Éditions pour le compte de la Ville de Luxembourg / is published by Mike Koedinger Éditions for the City of Luxembourg COMITÉ DE RÉDACTION / EDITORIAL COMMITTEE: Duncan Roberts, Mike Koedinger, Geraldine Knudson, Christiane Sietzen, Pascale Kauffmann

estelle's  city magazine luxembourg

RÉDACTION / EDITORIAL DEPARTMENT: Courrier BP 728 L-2017 Luxembourg Téléphone 29 66 18-1 E-mail info@citymag.lu Journaliste: Duncan Roberts (-55) duncan.roberts@citymag.lu Coordinatrice: Déborah Lambolez (-56) deborah@mikekoedinger.com Secrétariat de rédaction: Cynthia Schreiber Suivi de production: Rudy Lafontaine Diffusion / distribution: Didier Blaes (-28) diffusion@mikekoedinger.com PHOTOGRAPHIE: Julien Becker, Véronique Kolber, David Laurent, Andrés Lejona, Luc Deflorenne

cartographie: monopolka Sàrl COLLABORATIONS / CONTRIBUTORS: Elvire Bastendorff, Alice de Lestrange GRAPHISME: INgrid StudioForEditorialDesign S.A. www.INgrid.eu Direction artistique: Guido Kröger, Vera Capinha Heliodoro, Maxime Pintadu Mise en page: Stéphanie Poras (coordination), Thomas Aubinet, Monique Bernard, Nathalie Petit, Claire Ramos

PUBLICITÉ / ADVERTISING: TEMPO! S.A. Téléphone: 27 17 27 27-1 E-mail: info@tempo.lu Web: www.tempo.lu City Magazine Luxembourg paraît onze fois par an / published 11 times a year Tirage / PRINT RUN 35.000 exemplaires / copies ISSN 2075-8286 © Ville de Luxembourg / Éditions Mike Koedinger S.A. Tous droits réservés. Toute reproduction, ou traduction, intégrale ou partielle, est strictement interdite sans autorisation écrite au préalable de l’éditeur. © Ville de Luxembourg / Éditions Mike Koedinger S.A. All rights reserved. Reproduction or translation of this publication, either in its entirety or partial, is strictly prohibited without the prior permission of the publisher.

Impression Imprimerie Centrale S.A. Imprimé sur papier Norset PEFC Please Recycle

Vous avez fini de lire ce magazine ? Archivez-le, transmettez-le ou bien faites-le recycler ! Finished reading this publication? Archive it, pass it on or recycle it.

Houses on the rue Jean Bertels are being connected to various public utility networks. This means the street is closed between the rue Giselbert and rue Auguste Neyen. Parts of the rue Conrad and rue Auguste Neyen also remain closed to traffic. The works will last until the end of September 2009. Des travaux sont en cours rue Jean Bertels afin de connecter les immeubles aux différents réseaux publics. La rue est donc fermée entre la rue Giselbert et la rue Auguste Neyen. Certaines parties de la rue Conrad et de la rue Auguste Neyen restent également fermées à la circulation. Les travaux dureront jusqu’à fin septembre 2009. Details of current road works in the city at: Détails des travaux routiers en cours en ville sur : www.vdl.lu/Chantiers

www.citymag.lu


29

Notre-Dame cathedral Cathédrale notre-Dame

Inside the Cathedral L’intérieur de la cathédrale

FActs rated

21 ge 16 sec Jesuit colle n o c t Firs ch of the r As chu ral status d e h 38 0 Cat 1935e 187 acher 27 Jun ion m u h c s tS Exten itect Huber h c r a y B nce Entra re-Dame t o rue N

A look at the obscure stories behind some of Luxembourg’s most familiar landmarks. Notre-Dame cathedral, for instance, was once deemed too small... Regard sur les sombres histoires que cachent certains monuments phares du Luxembourg. La cathédrale Notre-Dame était par exemple autrefois jugée trop petite... in collaboration with LCTO

N Duncan Roberts ODavid Laurent /  Wide

www.citymag.lu 

otre-Dame cathedral was only elevated to its current status in 1870, when Pope Pius IX proclaimed the Grand Duchy a self-governing diocese. By then, though, it had undergone many changes since starting life as a church of the Jesuit College in 1621. The changes were not only structural but also in the name of the church. Originally the Jesuits dedicated the building to the Immaculate Conception, but in 1778 Empress Maria-Theresa of the Austrian Netherlands gave it parish church status and it was named after St Nicholas and St Theresa. In 1801 a Concordat between Pope Pius VII and Napoleon incorporated Luxembourg into the diocese of Metz and the parish church became the “mother church of the city and the department” and received the new title of Église St Pierre. It was only in 1844 that it was renamed Église Notre-Dame.

n

C

Octave

L’Octave

In 1624 Father Jacques Brocquart organised a modest pilgrimage to worship the Comforter of the Afflicted. He didn’t know it at the time, but that pilgrimage was to become the most important religious ceremony in Luxembourg when, in 1666, Our Lady, Comforter of the Afflicted was proclaimed patron saint of the city (only 12 years later was she made patron saint of the country). Indeed, by the middle of the 19th century, the Octave pilgrimage was incredibly popular – the final procession of the bicentennial celebration in 1866 attracted more than 50,000 people. So, at the turn of the century plans were made to rebuild the chapel on the Glacis (which had been desecrated by French troops when they invaded in 1795) in order to provide more space for the pilgrims. But the government at the time rejected the idea and refused to provide land for the project. A second plan, to construct a large place of worship on the plateau Bourbon in the Gare area was also opposed, this time by the commune of Hollerich (which was separate from the city until 1920). Q

En 1624, le père Jacques Brocquart organisa un modeste pèlerinage pour adorer la Consolatrice des Affligés. Il ne pouvait alors se douter que ce pèlerinage deviendrait la plus importante cérémonie religieuse du Luxembourg, quand, en 1666, Notre-Dame Consolatrice des Affligés fut proclamée sainte patronne de la ville (ce n’est que 12 ans plus tard qu’elle devint la sainte patronne du pays). À partir du milieu du 19e siècle, le pèlerinage de l’Octave était en effet incroyablement populaire : la procession finale de la célébration du bicentenaire de 1866 attira plus de 50.000 fidèles. Ainsi, au tournant du siècle, on décida de reconstruire la chapelle du Glacis (le site ayant été profané par les troupes françaises lors de l’invasion de 1795) afin d’offrir plus d’espace aux pèlerins. Mais le gouvernement de l’époque rejeta cette idée et refusa de fournir un terrain pour la construction. Un deuxième projet prévoyant la construction d’un vaste lieu de culte sur le plateau Bourbon, dans le quartier de la gare, fut également rejeté, cette fois par la commune de Hollerich (qui fut séparée de la ville jusqu’en 1920). Q

e n’est qu’en 1870, quand le pape Pie IX fit du Grand-Duché un dio cèse indépendant, que la cathédrale Notre-Dame obtint son statut actuel. Elle subit de nombreuses transformations depuis son établissement en 1621 comme église du collège jésuite. Ces modifications n’étaient pas seulement structurelles mais également réalisées au nom de l’Église. À l’origine, les jésuites dédièrent l’édifice à l’Immaculée Conception mais en 1778, l’impératrice Marie-Thérèse des Pays-Bas autrichiens en fit une église paroissiale portant désormais le nom de Saint Nicolas et Sainte Thérèse. En 1801, le concordat entre le pape Pie VII et Napoléon intégra le Luxembourg au diocèse de Metz et l’église paroissiale devint « l’Église Mère de la ville et du département », portant désormais le nom d’Église St Pierre. Ce n’est qu’en 1844 qu’elle fut rebaptisée Église Notre-Dame.

estelle's  city magazine luxembourg


30

Boz Luxembourg This Month: Boz Temple-Morris The entrepreneur, consultant and artistic director first moved to Luxem­bourg in 1995 as the co-founder and marketing director of The Enlightened Tobacco Company, which launched the iconic Death cigarette brand. He now runs his own company as a director of arts projects and a consultant to organisations working on a wide variety of projects, many of which explore identity and culture. L’entrepreneur, consultant et directeur artistique est venu pour la première fois à Luxembourg en 1995 en tant que cofondateur et directeur marketing de la société The Enlightened Tobacco Company, qui a lancé la mythique marque de cigarettes Death. Il dirige désormais sa propre entreprise en tant que directeur de projets artistiques et consultant pour des organisations travaillant sur une grande variété de projets, dont beaucoup explorent l’identité et la culture.

LUXEMBOURG ATTRACTS INTERNATIONAL TALENT IN A VARIETY OF FIELDS. EACH MONTH WE ASK A GUEST TO RECALL THE VIVID IMPRESSIONS OF THEIR TIME IN THE CAPITAL CITY. LUXEMBOURG ATTIRE LE TALENT INTERNATIONAL DANS UNE GRANDE VARIÉTÉ DE DOMAINES. CHAQUE MOIS, NOUS DEMANDONS À UN INVITÉ DE NOUS LIVRER SES IMPRESSIONS LAISSÉES PAR LA VILLE. N Duncan Roberts (interview) ODavid Laurent

W

L

hen I first moved here in 1995 I had no idea what the country orsque je suis arrivé ici pour la première fois en 1995, je n’avais aucune would be like. Which, of course, lead to a very pleasant surprise idée de ce à quoi ressemblait le pays. J’ai bien entendu été très agréable on almost every level. I love castles and citadels, and found the ment surpris à presque tous les niveaux. J’adore les châteaux et les citadelcentre of the city and countryside was beautiful. It’s amazing to have a les et j’ai trouvé que le centre et la campagne étaient magnifiques. C’est space like the Petrusse in the middle of the city. I enjoyed discovering surprenant d’avoir un espace comme la Pétrusse en plein cœur de la ville. J’ai hidden gems like the Black Madonna in the Eglise Saint-Jean as I am aimé découvrir des joyaux cachés comme la Madone noire dans l’Église Saintfascinated by the tradition of the Black Virgin. Jean, étant donné que je suis fasciné par la tradition de la Vierge noire. I was in Luxembourg during the first Capital of Culture year, and you J’étais à Luxembourg lors de la première Capitale de la culture et on poucould feel the cultural change taking place. The Casino opened and it is vait ressentir le changement culturel qui était en train de s’opérer. Le Casino still doing really great stuff. I have always been inspired by a ouvert ses portes et fait toujours de très bonnes choses. Passer P spending time in border country or in places where cultures du temps dans des régions limitrophes ou dans des endroits où Voglia Matta meet. I myself am culturally mixed as my mother is from the 42, rue Demy Schlechter les cultures se rencontrent a toujours été une source d’inspiraborder of Iran and Afghanistan and my father from the bortion pour moi. Je suis moi-même un mix culturel puisque ma Bonnevoie, G 49 25 54 der of Wales and England. Luxembourg is small, but if you are mère vient de la frontière entre l’Iran et l’Afghanistan et mon B in the arts or business you will see the transformational effects père de la frontière entre le pays de Galles et l’Angleterre. Le Interview of your work much more clearly than in a bigger place like 21, rue Aldringen, Centre Luxembourg est petit mais si vous êtes dans l’art ou dans les Berlin or London. You can see a swift and meaningful impact. affaires, vous pouvez nettement mieux y percevoir l’effet transG 26 20 09 12 I lived in Luxembourg for two years but I keep coming formateur de votre travail que dans des villes plus grandes A back, because I made long-lasting friendships. The city has comme Berlin ou Londres. Vous pouvez voir un impact rapide Église Saint-Jean totally transformed again, and to be part of that is tremenet significatif. Rue de Trèves, Grund dously exciting. For example, the Grand Théâtre is now J’ai vécu deux ans à Luxembourg mais j’y reviens encore car j’y Casino luxembourg ai noué des amitiés durables. La ville s’est à nouveau totalement attracting top international artists like Robert Wilson. – forum d’art I was recently taken to the Voglia Matta in Bonnevoie, transformée, et faire partie de cette évolution est terriblement contemporain which was fantastic, and there are still the old classics like excitant. Le Grand Théâtre, par exemple, attire des artistes inter41, rue Notre-Dame Interview. I don’t know my way around the restaurants and nationaux comme Robert Wilson. G 22 50 45 bars like I used to, but there is clearly a thriving and still www.casino-luxembourg.lu J’ai récemment été invité à la Voglia Matta à Bonnevoie – changing scene. Q c’était fantastique – et il y a toujours les bons vieux classiques Grand Théâtre comme Interview. Je ne m’y connais plus aussi bien qu’avant en 1, rond-point Schuman matière de bars et de restaurants mais il y a clairement une scène G 47 96 39 00 www.theatres.lu florissante et en constante mutation. Q

estelle's  city magazine luxembourg

www.citymag.lu


Ve Sa Di Lu

2 oct: 3 oct: 4 oct: 5 oct:

16-20h 10-18h 10-18h 14-20h

www.logement.lu

www.luxexpo.lu

Live erLiewen!


Le nouvel iPhone plus rapide et plus puissant que jamais.

D’ores et déjà disponible chez


Estelle's Cit y ma g azine Luxe

mb ourg

September'09


city magazine luxembourg september 09