Page 1

lucien'S CITY MAGAZINE LUXEMBOURG · JUNI’10

For the past 16 years Lucien Elsen has been organising the Holy Ghost Street Party to celebrate National Day. Depuis 16 ans, Lucien Elsen organise la Holy Ghost Street Party pour la FÊte nationale. Nduncan roberts  Ojulien becker

T

he owner of the Mesa Verde restaurant, Lucien Elsen first organised The Holy Ghost Street Party in 1995 as a complementary celebration on the eve of National Day. “I honestly believe that I was guided by a certain innocence and intuition. I met the right people at the right moment and we had the hunger to add new energy to Luxembourg’s nightlife,” says Lucien. They included business partner Kai Kremer, who brings what Lucien calls “the arty, female touch” to the event. Lucien says it is important, especially during tough economic times, that people from different backgrounds and generations should be able to enjoy quality free of charge events such as the Fête de la Musique, Rock um Knuedler and world music festival MeYouZik. “They are a generous gift from the City of Luxembourg, and they should continue to evolve.” Q

www.citymag.lu 

“We had the hunger to add new energy to Luxembourg’s nightlife.” « Nous voulions tous insuffler une nouvelle énergie à la vie nocturne de Luxembourg. » Lucien Elsen

E

n 1995, Lucien Elsen, propriétaire du restaurant Mesa Verde, organise la première Holy Ghost Street Party en contrepoint des festivités officielles, la veille de la Fête nationale. « Honnêtement, j’ai été guidé par une certaine innocence et intuition. J’ai rencontré les bonnes personnes au bon moment : nous voulions tous insuffler une nouvelle énergie à la vie nocturne de Luxembourg », déclare Lucien. Parmi les piliers du mouvement, citons la partenaire commerciale Kai Kremer, pour la « touche féminine, artistique. » Pour Lucien, il est important, surtout en période économique difficile, que des gens d’horizons différents, toutes générations confondues, puissent profiter d’événements de qualité et gratuits, comme la Fête de la Musique, le Rock um Knuedler et le festival de musique du monde MeYouZik. « Ces généreux cadeaux de la Ville de Luxembourg doivent continuer à évoluer. » Q

lucien's  city magazine luxembourg


L’EFFET CABRIO, MÊME FERMÉE.

CHANGEONS DE VIE CHANGEONS L’AUTOMOBILE NOUVELLE RENAULT MÉGANE COUPÉ-CABRIOLET AVEC TOIT VITRÉ PANORAMIQUE.

Quelle que soit la saison, en Mégane Coupé-Cabriolet c’est toujours un peu l’été. Même couverte, grâce à son grand toit vitré escamotable, elle vous offre une véritable sensation de cabriolet. Son allure racée et son élégance intemporelle se remarquent même sous les nuages les plus sombres. De ses équipements haut de gamme à ses finitions soignées, tout en elle évoque le chic et l’harmonie. C’est tout simplement le remède parfait contre la morosité générale.

À DÉCOUVRIR DANS TOUT LE RÉSEAU RENAULT.

CONSOMMATION MOYENNE (L/100 KM) : 5,0 - 8,1. ÉMISSIONS CO2 (G/KM) : 130 - 188. www.renault.lu


03

Tourism

Ennert Ons...

Content Sommaire

Entre Nous/Between us

Faces Paul Helminger évoque le tourisme dans la capitale. Paul Helminger talks about tourism in the capital city.

08

Laura Schroeder Fran Potasnik Alain Dupont Marianne Kohnen and Vibeke Walter

14

Nigel Fossey

18

Amin Jaber Ron Tuffel Deirdre Ecock Fabienne Dimmer

20

Donato Rotunno

stories

Maisons des jeunes

City Shopping

04 Éduquer les générations futures plan communal « jeunesse » 06 nouveau guide La capitale se prÉpare à la saison touristique et cherche À promouvoir les longs sÉjours. As the capital city gears up for the main tourist season, efforts are being made to attract more extended stay visitors. Nduncan roberts  Oolivier Minaire

Quelle est l’importance du tourisme dans l’Économie locale ? En termes de pourcentage, l’impact est assez faible sur l’économie. Mais pour certains secteurs, en particulier l’hô­ tellerie et la restauration, le tourisme est un facteur très important. Nous attirons beaucoup de visiteurs en raison de notre statut de centre d’affaires. Idéalement, le tourisme de loisir doit prendre le relais du tourisme d’affaires en période creuse. Nous voulons tout mettre en œuvre pour garantir à l’hôtellerie une stabilité du taux d’occupation hebdoma­ daire, en toutes saisons. Toutefois, le tourisme n’est pas seulement un facteur éco­no­ mique pour les entreprises de ce secteur : il faut inciter les visi­ teurs à considérer la ville de Luxembourg comme un possible lieu d’implantation, un lieu où il fait bon vivre et travailler.

Le tourisme culturel est-il un marchÉ de niche À exploiter ? Nous devons offrir des formules incitant les visiteurs à pas­ ser une nuit sur place ou à prolonger leur séjour. Ces forfaits seront inévitablement liés à des manifestations culturelles ou sportives telles que le marathon ou le Luxembourg Festival ou des spectacles comme Cats, que nous accueillerons pen­ dant trois semaines l’année prochaine. Nos nombreux sites culturels, dont la ville elle-même, avec sa forteresse et son architecture, peuvent générer une nouvelle forme de tourisme.

Comment vendre la destination « Luxembourg » ? Selon une étude réalisée l’année dernière, si nous dispo­ sons, dans un espace relativement restreint, de sites touristi­ ques à la hauteur de destinations européennes plus connues, ils sont assez mal commercialisés. Il faut un concept plus cohérent de l’image du Luxembourg et de ce qu’il a à offrir au visiteur. Nous avons tout à gagner d’une coopération régionale. Un groupe de travail du réseau QuattroPole plan­ che sur la promotion d’une zone qui s’étend sur trois pays, combine différentes cultures, et présente plusieurs sites clas­ sés patrimoine mondial. L’argument de vente de ce micro­ cosme européen pourrait se résumer dans le slogan « si proches et pourtant si différents ». Q

www.citymag.lu

How important is tourism for the local economy? In percentage terms it is not something that will make or break the economy. But for certain businesses in the city, particularly hotels and restaurants, tourism clearly plays an important factor. We attract a lot of visitors because we are an important business centre. Leisure tourism should ideally help fill the hotels when the number of business visitors slows down. We want to make an effort to ensure that occupancy rates remain steady across the seasons and across the week. However, tourism is not only an economic factor for those in the business, but it should also entice people who come to visit Luxembourg to look at the city as a possible location, as an attractive place to live and work.

Is cultural tourism a niche market that could be exploited in the city? We need to offer packages that will incite people to stay overnight or to extend their stay longer. These packages will inevitably be centred on cultural and sports events like the marathon or the Luxembourg Festival or shows like Cats, which will arrive for three weeks next year. We now have a variety of cultural sites, including the city itself – its fortress and its architecture – around which you can create a new form of tourism.

What is being done to market Luxembourg as a destination? A study conducted a year ago concluded that in a relatively compact space we have a wealth of attractions that measure up to some better known European tourist destinations, but that they are relatively poorly marketed. There needs to be a more coherent concept of what Luxembourg stands for and what it can offer to visitors. We also have a lot to gain from regional cooperation. A working group within the QuattroPole city network is dealing with getting more people interested in an area that spans three countries, different cultures, and several World Heritage sites. Under the slogan “so close and yet so different” it can be marketed as an interesting micro-Europe. Q

Énergie

07 Pas de référendum Service Incendie et Ambulance

rapport annuel

ING europe-marathon 10 Stanley Rono wins Festival d’architecture

L’espace public

Villa Vauban

12 A royal opening

Design City

15 Une initiative bien accueillie

Football as a metaphor

Fête Quattropole

Memorial

Culture and the beautiful game

19 La région se retrouve À Metz Remembering the Bulge

regulars

16 Neighbourhood watch

Grund

22 At Your Service

World Cup screenings

Communities

24 Sweden

26 city guide

At Second Glance

they

29 Rue des Roses Luxembourg

30 Emmanuel Krivine lucien's  city magazine luxembourg


04 Maisons des jeunes

Éduquer les générations futures Nurturing future generations

Christof Mann, chef de service du Service de la Jeunesse de la Ville de Luxembourg dans le Jugendtreff Number One. Christof Mann, head of the Service de la Jeunesse de la Ville de Luxembourg inside Jugendtreff Number One.

il y a cinq ans, la Ville de Luxembourg concluait son plan communal « jeunesse ». Ce plan reconnaissait l’importance des centres de jeunes et de leur offre d’activitÉs de loisir. It is now five years since the Ville de Luxembourg concluded its local youth plan. The plan recognised the importance of youth centres in providing youngsters with leisure time activities. NDuncan Roberts  O David Laurent / Wide

R

ue des Bains, aucun signe extérieur parti culier ne signale le Jugendtreff Number One, un chaleureux centre d’accueil où les jeunes peuvent se rencontrer, partager des infos, faire des jeux, surfer sur Internet et se lancer dans des projets stimulants. De 30 à 50 jeunes de 12 à 18 ans passent ici chaque jour (les mardis après-midi sont réservés aux « aînés », les 19-25 ans). Une dizaine d’autres centres répartis dans toute la ville offrent des activités similaires. « L’histoire de Jugendtreff Number One est emblé­matique de l’évolution de la politique éducative des 30 dernières années au Luxembourg », déclare Christof Mann, chef de service du Ser­ vice de la Jeunesse de la Ville de Luxembourg. « L’idée prévalente dans les années 1970 était qu’un seul centre de jeunes pouvait concentrer tout le travail éducatif d’une ville. Les autorités étaient convaincues que des jeunes d’horizons très divers pouvaient se rencontrer en un seul lieu, s’entendre et bénéficier des mêmes opportu

lucien's  city magazine luxembourg

nités. L’approche était très démocratique, avec l’idée d’une gestion autonome par les jeunes euxmêmes. Belle idée, certes, mais irréalisable dans la vraie vie. »

Des Éducateurs spÉcialisÉs Heureusement, à cette époque, au Luxembourg et dans toute l’Europe, se mettaient en place des programmes de formation d’éducateurs spéciali­ sés « jeunesse », aptes à prendre des responsabi­ lités. Le ministère de la Famille vit dans les centres de jeunes le lieu idéal de ce travail en direction de la jeunesse et bientôt, des centres fleurirent un peu partout au Grand-Duché et dans la capitale. « Nous avons établi une typologie du public de ces centres de jeunes. Souvent issus de l’immigration et de familles ouvrières, ces jeunes ne suivent pas forcément un lycée classique, explique M. Mann. Le travail d’éducation ouverte de la jeunesse est particulièrement important pour eux. Nous avons donc ciblé l’implantation de centres de jeunes dans les quartiers à forte population immigrée et ouvrière. » Comme le fait remarquer le rapport final du plan communal « jeunesse », il est impor­ tant que les centres soient à la disposition des jeu­ nes dans leur environnement familier. Les autres centres de la capitale sont gérés par des associations sans but lucratif tels Caritas Jeunes et Familles, Inter-Actions ou ASTI, et se

situent dans les quartiers de Gasperich, Clausen, Pfaffenthal, Gare, Grund et Mühlenbach. Chris­ tof Mann explique qu’ils reçoivent simplement un budget de la Ville de Luxembourg et du gou­ vernement. « Le rôle du Service de la Jeunesse est de fournir un soutien aux centres et de s’assurer qu’ils offrent un service de qualité. »

Se former Selon Christof Mann, les centres attirent deux catégories de jeunes. La première utilise les lieux comme forum de rencontre et si les natio­ nalités diffèrent, les contextes sociaux de ces jeunes sont assez semblables. Le centre leur est ouvert à condition de respecter les quatre règles de base : pas d’alcool, pas de drogues, pas de tabac et pas de violence. « Le problème avec ce public est qu’il est difficile à motiver. Pour ces jeunes, le centre est un simple point de ralliement. » La seconde catégorie est attirée par le progra­ mme d’activités mis en place par le Service de la Jeunesse à l’attention des jeunes désireux de se former à de nouvelles compétences : sport de rue, break dance, danse, musique ou rap. Les centres offrent des cours et un entraînement, en associa­ tion avec d’autres clubs et services municipaux, qui fournissent des professeurs qualifiés. « Nous pouvons ainsi offrir aux jeunes toute une gamme d’activités que ne nous permettraient pas nos seules ressources. » Q

www.citymag.lu


05

Histoire

Jugendtreff Number one

Photo: David Laurent / Wide

Jugendtreff Number one

1.

2. 1. La salle de jeu du Jugendtreff Number One comprend une table de billard, une autre de air hockey et un jeu de fléchettes. The games room in Jugendtreff Number One comprises a pool table, air hockey and darts.

3.

2. Une cuisine est disponible afin de permettre aux jeunes de préparer des plats et des boissons. A kitchen is available so that youngsters can prepare food and drinks. 3. Une salle informatique permet aux jeunes qui sont inscrits de pouvoir surfer sur Internet. A computer room allows youngsters who register and log on to a workstation to surf the Internet.

J

ugendtreff Number One in the rue des Bains is pretty anonymous from the out side. But the centre provides youngsters with a warm welcome and an opportunity to meet with friends, share stories, play games, surf the net and take up challenging projects. Between 30 and 50 young people aged between 12 and 18 visit the centre each day (Tuesday afternoons are reserved for older “youths” aged between 19 and 25). A further ten centres dotted around the capital city offer similar opportunities. “The history of Jugendtreff Number One really mirrors the development of youth work carried out in Luxembourg over the past 30 years,” says Christof Mann, head of the Ville de Luxembourg’s Service de la Jeunesse. “In the 1970s there was a strong idea that just one youth centre could provide the focus of all youth work in that city. The authorities really thought that youngsters from very different backgrounds could meet in one place and get along with each other and all have the same opportunities. It was a very democratic approach, with the idea that the youngsters themselves could run the centres autonomously. It was a nice idea, but couldn’t work in reality.”

Qualified educators Luckily at the same time in Luxembourg, and throughout Europe, programmes were set in place to provide people with training as qualified edu-

www.citymag.lu

« Nous avons ciblé l’implantation de centres de jeunes dans les quartiers à forte population immigrée et ouvrière. » “We have targeted the location of youth centres in those areas where immigrant and working families live.” Christof Mann

cators who could work with youngsters and even take on roles that involved responsibility. This led to the family ministry favouring youth centres as the ideal place to work with youngsters, which in turn led to a mushrooming of centres all over the Grand Duchy and in the capital city. “We have noticed that a certain type of youngster is attracted to the youth centres. They are often from immigrant and working families and don’t necessarily attend a lycée classique,” Mann explains. “Open youth work is particularly important for these sorts of youngsters. We therefore have targeted the location of youth centres in those areas where immigrant and working families live.” Indeed, as the concluding report on the local youth plan stated, it is important that the centres serve youngsters in their own neighbourhood.

Learning new skills The other centres in Luxembourg City are run by non-profit organisations Caritas Jeunes et Familles, Inter-Actions or ASTI. Besides Jugend­ treff Number One, other centres in the city are located in Gasperich, Clausen, Pfaffenthal, Gare, Grund and Mühlenbach. Mann explains that these centres are simply provided with a budget by the Ville de Luxembourg and the government. “The role of the Service de la Jeunesse is to support them and ensure that they are providing a good quality service.” According to Mann the youth centres attract two types of youngster. Firstly there are those who

En novembre 1981, les locaux d’un ancien institut pour sourds-muets, rue des Bains, deviennent un centre pour les jeunes. Différentes formes d’auto-gouvernance sont testées mais le centre connaît toutes sortes de problèmes pendant les années 1980 et 1990. Après une nouvelle période de fermeture, le Jugendtreff Number One rouvre en 1999, le Service de la Jeunesse garantissant la présence sur place d’un éducateur spécialisé et de deux assistants. Le centre est toujours en activité aujourd’hui. A former institute for the deaf and dumb, the house on rue des Bains was first used as a youth centre in November 1981. Various forms of self governance were tried, but the centre was subject to problems throughout the 80s and 90s. Finally, in 1999, following another period of closure, Jugendtreff Number One was opened with the city’s Service de le Jeunesse guaranteeing the on-site presence of a trained educator and two assistants. It is still going strong today.

use the centre as an open meeting place, who may not necessarily be of the same nationality but have the same sort of social background. They have no restrictions on using the facility apart from adhering to the four basic ground rules: no alcohol, no drugs, no smoking and no violence. “The problem with having only that type of person is that they are difficult to motivate. They just use the centre as a venue to meet others from their clique,” says Mann. On the other hand, there are youngsters whom the Service de la Jeunesse has actively reached out to attract. It did so by developing an activity programme that would bring in youngsters who are interested in learning new skills such as street sport, break dance, dance, music or rap. The youth centres provide courses and coaching in association with other clubs and city services, who then provide expert teachers. “We can offer youngsters a range of activities that we would not be able to master using only our own resources.” Q

J www.vdl.lu

lucien's  city magazine luxembourg


06

City Shopping

nouveau guide, vente sur trottoirs et soldes New guide, street market and sales

2.

1. Photo : Julien Becker

Le nouveau Cityshopping Guide rÉpertorie un vaste choix de boutiques, restaurants et services de la ville. A new Cityshopping Guide lists a large number of the capital city’s retail outlets, restaurants and services. NDuncan Roberts ODavid Laurent / Wide

L

3. 1. Pour Yves Piron, le Cityshopping Guide devait être le plus complet possible. Yves Piron says the Cityshopping Guide aimed to be as comprehensive as possible. 2. Les touristes apprécient le vaste choix de grandes marques dans un petit périmètre. Tourists love discovering a wide choice of brand names in a compact area. 3. Le Cityshopping Guide complète la gamme de services de l’UCVL comme la crèche « Kids And The City ». Cityshopping Guide complements other UCVL services such as the Kids And The City crèche facility.

lucien's  city magazine luxembourg

ancé par l’Union Commerciale de la Ville de Luxem bourg (UCVL), le Cityshopping Guide 2010, fruit de deux ans de travail, innove en intégrant quelque 400 adresses de boutiques, services, hôtels, restaurants et cafés de la ville. Tiré à 15.000 exemplaires, il est distribué gratuitement au bureau d’accueil et d’information tourisme de l’ONT à la Gare Centrale ainsi que dans de nombreux hôtels. À l’aide de symboles clairs et d’un code couleur, le guide répertorie les adresses par secteur : mode & accessoires, bijouteries & horlogeries, goûts & saveurs, multimédia & bureautique, hôtels-restaurants & cafés. Le code couleur est repris sur les cartes pour aider l’utilisateur à se repérer. « Ce guide informe aussi bien les clients que les touristes, explique Yves Piron, directeur de l’UCVL. Mais il souligne également la diversité de l’offre dans notre ville. » Une version anglaise, actuellement en préparation, sera bientôt disponible en ligne, en format pdf. Le guide est une production de l’Union Commerciale de la Ville de Luxembourg, en partenariat avec l’Office National du Tourisme (ONT) et avec le soutien de la Ville de Luxembourg et BGL-BNP Paribas. « Des études ont démontré que les touristes veulent tout savoir sur le shopping local », déclare Robert L. Philippart, directeur de l’ONT, ajoutant que nombre de touristes asiatiques font passer la visite des boutiques avant celle des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO : « Ils apprécient de trouver toute une gamme de grandes marques européennes dans un périmètre assez restreint. » En avant-propos du guide, le ministre de l’Économie, Jeannot Krecké, et le bourgmestre, Paul Helminger, soulignent tous deux l’importance du shopping pour l’économie locale et l’image de la ville. « La publication du City­shop­ping Guide est une des mesures de promotion de l’activité commerciale de Luxembourg, dans le cadre de la professionnalisation des structures de l’UCVL, initiée en 2008 » dit M. Piron, citant en exemples les infrastructures « Kids And The City » et le service « City Butler ». Véritable braderie de printemps, le Stroossemaart (vente sur trottoirs) du samedi 5 juin se déroulera dans la Ville Haute et près de la Gare. Les soldes d’été débuteront trois semaines plus tard, le 26 juin, et dureront jusqu’au 10 juillet. Q

L

aunched by the Union Commerciale de la Ville de Luxem bourg (UCVL), Cityshopping Guide 2010 is the fruition of two years’ work. The first publication of its kind, it incorporates listings for around 400 retail, service, and hotel, restaurant and café businesses in the city. Some 15,000 copies are available free of charge from the ONT welcome and information office at the station as well as a number of hotels. Employing recognisable icons, the guide is divided into colour-coded chapters listing addresses for fashion and accessories, jewellery and watches, tastes and savours, multimedia and office technology and hotels and restaurants. Maps using the same colour scheme help readers pinpoint individual locations. “The guide provides information for shoppers and tourists alike,” says Yves Piron, director of the UCVL. “But it also shows what a diverse range of products are available in the city.” Work will soon start on an English-language version that will be available online in a pdf format. The guide is produced by the UCVL in partnership with the National Tourist Office (ONT) with the support of the Ville de Luxembourg and BGL-BNP Paribas. “Studies have shown that tourists want to know what shopping opportunities are available in the city,” says ONT director Dr. Robert L. Philippart. He says that many Asian tourists even make shopping in the city a priority over visiting the UNESCO World Heritage sites. “They love finding a range of top quality European brands in a relatively compact area,” he explains. The importance of shopping to the local economy and the image of the city is underlined in texts by both minister of the economy Jeannot Krecké and city mayor Paul Helminger in the guide. “The publication of the Cityshopping Guide is one of the measures taken by the UCVL to promote commercial activity in Luxembourg as part of the professionalisation of its structures since 2008,” says Piron. He cites the Kids And The City facility and the City Butler service as other examples. Meanwhile, this year’s annual Stroossemaart (street market) event will take place in the upper city and Gare areas on Saturday 5 June, continuing the tradition started last year of holding the event on the same day in both centres of commerce. Three weeks later, on Saturday 26 June, the summer sales start. They run for two weeks until 10 July. Q

J www.cityshopping.lu

www.citymag.lu


07 CITY MEMOS 1/2

Énergie

Pas de rÉfÉrendum

L’InfoLab du Casino Casino’s InfoLab

No referendum

Le Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain vient d’inaugurer son nouvel InfoLab. Cet espace confortable abrite une bibliothèque publique dédiée à l’art contemporain et proposant quelque 7.000 livres ainsi qu’une quarantaine de magazines d’art spécialisés. Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain has inaugurated its new InfoLab. The new, more comfortable space houses a public library dedicated to contemporary art containing some 7,000 books and some 40 specialist art magazines. J www.casino-luxembourg.lu

affiche pour la Schueberfouer Schueberfouer poster winner

La Ville de Luxembourg poursuit les discussions avec le fournisseur national d’Énergie sur l’avenir de son rÉseau d’ÉlectricitÉ et de gaz. The Ville de Luxembourg continues to hold talks with the national energy supplier about the future of its electricity and gas network. NDuncan Roberts ODavid Laurent / Wide

L

a pétition des syndicats du secteur de l’énergie réclamant un référendum sur l’avenir du réseau de la Ville de Luxem­bourg a été déboutée. Pour déboucher sur un référendum, le nombre de signataires d’une pétition doit représenter au moins 20 % de l’électorat. Sur 9.456 signatures, seules 4.105 ont été validées. Les autres étaient illisibles, émanaient de non-résidents, ou de résidents non inscrits sur les listes électorales, ou s’avéraient être des doublons. Entre-temps, le collège échevinal poursuit les négociations avec le fournisseur national Enovos sur l’intégration de son réseau dans le réseau Creos. Dans tous les cas de figure, la priorité est la garantie du maintien de tous les acquis des travailleurs. Q

A

petition submitted by unions representing energy sup ply workers demanding a referendum on the future of the Ville de Luxembourg’s network has been dismissed. A total of one-fifth of eligible voters must sign a petition to force a referendum, and although the document handed to the council contained 9,456 signatures only 4,105 were deemed legitimate. The remainder were either illegible, signed by non-residents of the city, by residents not on the electoral register or were even signed twice by the same person. Meanwhile, the college of aldermen is continuing to negotiate with national energy supplier Enovos to integrate its supply network into the Creos network. An important part of any deal will be a guarantee that employees retain their current rights and working conditions. Q

Voici le motif d’Arnaud Hanon, qui a été sélectionné lors du concours organisé par la Ville de Luxembourg pour illustrer l’affiche éditée à l’occasion du 670e anniversaire de la fête foraine Schueberfouer. En outre, M. Hanon remporte la somme de 1.500 euros. Au classement du concours, il devance Anne Mélan et Sophie Margue. This design by Arnaud Hanon has been chosen as the winner of the Ville de Luxembourg’s competition to design the poster for the 670th Schueberfouer fun fair. Mr. Hanon receives a prize of 1,500 euros. Runners-up were Anne Mélan and Sophie Margue. J www.vdl.lu

J www.vdl.lu

Ouverture de la Kinnekswiss

Service Incendie et Ambulance

rapport annuel dévoilé

Kinnekswiss opens

Annual report unveiled

Le commandant des pompiers de la Ville, Erny Kirsch, à la caserne de la route d’Arlon. The City’s chief fire officer Erny Kirsch at the route d’Arlon fire station.

www.citymag.lu

Le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg a effectué 15.400 interventions en 2009. Celles-ci comprennent les alertes au feu et les opérations de sauvetage, mais aussi les actions de routine et les transports ambulanciers d’urgence, qui ont représenté 88 % de l’activité globale. Les soldats du feu ont totalisé 2.670 heures de formation l’année dernière. Le Service emploie au total 157 personnes. Q The Ville de Luxembourg fire and ambulance service was called out to conduct 15,400 interventions in 2009. These included tackling fires and rescue operations, but also routine and emergency ambulance transports, which accounted for 88% of all activity. Fire fighters also completed some 2,670 hours of training last year. A total of 157 people are employed by the Service Incendie et Ambulance. Q

Photos: Olivier Minaire; VdL, Etienne Delorme / Archives

NDuncan Roberts O David Laurent / Wide

Comme chaque année, la Ville de Luxembourg met gratuitement à disposition du matériel de sport à la Kinnekswiss, la grande pelouse du parc municipal. Tout au long de l’été, de nombreuses activités y seront proposées : d’agréables parties de pétanque ou de croquet, des jeux de frisbee et même des matchs de rugby. The Ville de Luxembourg is once again making free sports equipment available at the Kinnekswiss in the city park. A wide range of activities, from a gentle game of pétanque or croquet to ultimate Frisbee and rugby can be enjoyed throughout the summer. J www.vdl.lu

lucien's  city magazine luxembourg


08

Film

Florissant

The scennews m the e shak akers, NOU people ers... eadecisio MOMVEAUX Dworthy ch mo n taker dES pENT... CHÉCISIONN of recnth we s, h o ersonnes A AQU E MO IRES, AG gnitio ighligh t qui m IS, NO ITATEU n. éritentUS ME RS DU D’ÊTRTTONS EN E CO NNUAVANT eS.

Fashion

Expressive

Hospitalité

Chic Theatre

English

Laura constitue la preuve vivante de l’épanouissement de la nouvelle industrie cinématographique luxembourgeoise. On l’a vue récemment en train de tourner son nouveau court métrage de 16 minutes intitulé Double Saut (son second court métrage professionnel avec Red Lion) dans une piscine à Longwy ainsi que dans des lieux à Peppange et Diekirch. Le film, qui se passe dans les années 80, se focalise sur une jeune fille de 12 ans, Do, qui vit dans un orphelinat géré par ses parents. « Do se sent totalement abandonnée, et ne veut tisser des liens qu’avec une seule per­ sonne, Yona, une adolescente qui fait de la plon­ gée. » Pour sa part, Laura aime à plonger dans la psychologie des personnages. « Double Saut est en fait un portrait de l’adolescence » déclare-telle. Laura jongle avec divers projets (un risque professionnel pour les jeunes cinéastes) et affirme que les courts métrages constituent un tremplin pour les longs métrages. « Faire carrière dans le cinéma n’est pas chose aisée. Vous devez par conséquent être certain que c’est ce que vous voulez faire. » Elle a deux projets de longs métrages qui s’annoncent, Contingencies, sélectionné pour le Script&Pitch Workshops 2010, dont le point culminant sera un événement au Festival du film de Turin, et Melusina TS’, produit par Lucil Film (LUX). Laura is living proof of the blossoming of the young Luxembourg film industry. She was recently spotted shooting her new 16 minute film Double Saut (her second professional short with Red Lion) using a pool in Longwy as well as locations in Peppange and Diekirch. Set in the 80s, the film centres on 12 year-old Do, a girl living in an orphanage run by her parents. “Do feels she has been completely left alone, with only one person with whom she wants to establish an exclusive link – Yona – a teenage diver.” Laura herself likes to dive into the psychology of a character. “Double Saut is really a portrait of adolescence,” she says. Busy juggling projects, (an occupational hazard for young filmmakers), Laura says short films provide a stepping stone to feature films. “A film career isn’t easy. So you have to be totally sure it’s what you want to do.” She has two upcoming feature film projects, Contingencies, selected to participate in the Script&Pitch Workshops 2010, culminating in an event at the Turin Film Festival and Melusina TS’, produced by Lucil Film (LUX). J www.lauraschroeder.net

Alain Dupont, responsable de bar

Fran Potasnik, theatre director and actress

A well known face and voice on the local English theatre scene (New World Theatre Club, Pirate Productions), Fran is director of the English Language Theatre Group at the Lycée de Garçons Luxembourg (LGL). Two recent LGL plays – Headstrong and Shut up – demonstrate an excellent choice of material, teaching the students English (modern and classic), but also about theatre and growing up as well. Judging from the performances, they are learning rather well. Fran says any praise must also go to LGL English teacher, Janine Goedert. The two share all aspects of production and, being Luxembourgish, Janine explains the language in the plays and helps the students with pronunciation. “One person could not do everything!” Fran recently appeared in Copenhagen at the Théâtre National du Luxembourg (TNL), in collaboration with LGL students. Her next project? “Good question! I’ll be back at LGL in October. I am always eager to audition for any English language production, but there are limited opportunities in Luxembourg.” Son visage et sa voix sont bien connus dans le monde du théâtre anglophone local (New World Theatre Club, Pirate Productions). Fran est le metteur en scène de l’English Language Theatre Group au Lycée de Garçons Luxembourg (LGL). Deux pièces récentes du LGL – Headstrong et Shut up – ont fait preuve d’un excellent choix de textes, et ont appris aux étudiants l’anglais (moderne et classique), mais aussi des choses sur le théâtre et le passage à l’âge adulte. À en juger par leurs représentations, ils apprennent plutôt bien. Fran affirme qu’il faut également féliciter le professeur d’anglais du LGL, Janine Goedert. Ensemble, elles gèrent toutes les facettes de la production et, en tant que Luxembourgeoise, Janine explique la teneur des pièces et aide les étudiants pour la prononciation. « Une seule ne pourrait pas tout faire ! » Fran a récemment joué dans Copenhagen au Théâtre National du Luxembourg (TNL), en collaboration avec les étudiants du LGL. Son prochain projet ? « Bonne question ! Je retournerai au LGL en octobre. J’aime toujours auditionner pour toute production en anglais, mais les opportunités sont limitées au Luxembourg. » J www.nwtc.lu and www.pirates.lu

lucien's  city magazine luxembourg

Loin des foules en furie ou, le jour où nous avons interviewé Alain, juste en face d’un bar tonitruant qui diffusait un match du championnat de football, on retrouve le calme paisible du bar-café de l’Hôtel Parc-Beaux Arts. Cet hôtel boutique est rempli de trésors uniques soigneusement sélectionnés, ce qui est le cas pour la personne qui vous accueille à la réception. En septembre 2007, Marcel Goeres (PDG du Goeres Group) a contacté Alain, fort de nombreuses années d’expérience dans le secteur hôtelier, dont un long séjour au Canada, afin qu’il reprenne sa carrière dans le domaine où il excelle manifestement. Preuve que l’hôtellerie est une vocation plutôt qu’une carrière. Avec le charme d’Alain et sa connaissance de l’histoire, un verre de crémant à la main, vous pouvez facilement passer une heure ou deux blotti dans ce charmant décor. Une bonne façon de se familiariser avec l’histoire luxembourgeoise, et avec classe. Far from the madding crowd, or, on the day we spoke with Alain, directly across from a bar raucously enjoying a football championship game, is the serene calm of the bar/café at the Hotel Parc-Beaux Arts. This boutique hotel is filled with unique and hand-chosen treasures, and such is the case with the man greeting you at reception. With years of experience in the hospitality industry under his belt, including an extended spell in Canada, Alain was asked by Marcel Goeres (head of the Goeres Group) in September 2007, to step out of retirement and back into the role in which he clearly was born to excel. Proof that hospitality is a vocation rather than a career. With Alain’s charm and knowledge of history, and a glass of sparkling crémant in your hand, you can easily while away an hour or two nestled within the charming décor. A great way to absorb some Luxembourg history; a class act indeed. J www.goeres-group.com

An idea truly delayed in coming, Äddi&Merci is a small company created by four local residents and fronted by Vibeke and Marianne (wisely, because they look prettier in their product). They produce high quality t-shirts bearing Luxem­ bourgish expressions. Two of the best characteristics of the Luxembourgish language are the uniqueness of its expressions and the exclusiveness of those who can speak it. Thus, the idea of walking down the Grand Rue – or, more amusingly, Oxford Street or Times Square– with the word gromperekichelchen on your chest is quite appealing. Vibeke and Marianne are currently doing the circuit of the local markets, but the Ts will also be placed in selected shops. To ensure that the shirts display Luxembourg design at its finest, the team hired local stars Vidale-Gloesener to create the label and lettering. With their stylish design and colours, and such phrases as främensch (women), fusiouns­ gesellschaft (merger) and minettsdapp (people of the south), can world domination be far behind? Ech weess net! Une idée qui a vraiment tardé à germer, Äddi&Merci est une petite entreprise créée par quatre résidents locaux et dirigée par Vibeke et Marianne (sage décision, car leurs produits leur vont bien). Ils produisent des t-shirts de qualité arborant des expressions luxembourgeoises. Deux des caractéristiques les plus intéressantes du luxembourgeois sont l’originalité de ses expressions et l’exclusivité de ceux capables de le parler. Par conséquent, l’idée de traverser la Grand-Rue – ou, ce qui serait encore plus amusant, Oxford Street ou Times Square – avec le mot gromperekichelchen écrit sur votre poitrine est très attrayante. Vibeke et Marianne font actuellement le tour des marchés locaux, mais les t-shirts seront également disponibles dans certains magasins. Afin de s’assurer que les produits affichent le meilleur du design luxembourgeois, l’équipe a confié aux stars locales Vidale-Gloesener le soin de créer les étiquettes et le lettrage. Avec leur design stylé et coloré, ainsi que des expressions comme främensch (femme), fusiounsgesellschaft (société de fusionacquisition) et minettsdapp (gens du sud), la domination mondiale peut-elle être si éloignée ? Ech weess net! J www.aeddi-a-merci.lu

 14, 18, 20

www.citymag.lu

Texts: Mary Carey. Photos: Julien Becker, Luc Deflorenne

Marianne Kohnen and Vibeke Walter, T-shirt pioneers Laura Schroeder, réalisatrice


BMW EfficientDynamics

www.bmw.lu

LA JOIE SAIT QUE MOINS, C’EST PLUS. Frôlez l’accélérateur de n’importe quelle BMW, et vous ressentirez immédiatement les bénéfices de la construction allégée et des technologies EfficientDynamics. L’usage de l’aluminium léger permet une vivacité de réaction remarquable. Et la distribution de poids idéale entre l’avant et l’arrière, obtenue par le recours à un alliage de magnésium ultra-moderne au niveau du moteur, donne au comportement routier un équilibre qui fait presque oublier les lois de la gravité. Chaque fois que nous retirons un peu de poids, la joie gagne beaucoup en intensité.

CONSTRUCTION ALLÉGÉE. LA JOIE A DE L’AVENIR. BMW EfficientDynamics

Moins d’émissions. Plus de plaisir.

Trouvez le concessionnaire BMW de votre choix sur www.bmw.lu/dealers

Avec les contrats d’entretien avantageux BMW Serenity, votre BMW est maintenue en pleine forme. Votre BMW bénéficie durant 5 ans des services de mobilité BMW Mobile Care. Informations environnementales : www.bmw.lu

4,1-14,7 L/100 KM • 109-352 G/KM CO2

Le plaisir de conduire


10 ING europe-marathon Luxembourg

Stanley Rono wins Stanley Rono remporte la victoire Kenyan runner Stanley Rono was first across the line at the ING europe-marathon Luxembourg on 15 May. The 32-year old finished the new course in 2:19:13. A new record was set in the women’s race with Gishu Mindaye winning in 2:39:56. Some 8,000 runners took part and alderwoman Simone Beissel said the event had once again been a “huge success.” Le coureur kenyan Stanley Rono a été le premier à franchir la ligne d’arrivée de l’ING europe-marathon Luxembourg le 15 mai. Âgé de 32 ans, il a bouclé le nouveau parcours en 2:19:13. Avec une victoire en 2:39:56, Gishu Mindaye a inscrit un nouveau record dans la course féminine. Quelque 8.000 coureurs ont pris part à la course et l’échevin Simone Beissel a déclaré que l’événement avait à nouveau été un « immense succès ».

Photo: Luc Deflorenne

J www.ing-europe-marathon.lu

Festival d’Architecture

L’espace public sous les feux de la rampe Public space in the spotlight

Le festival d’architecture est l’occasion pour les professionnels et les particuliers de se rencontrer et d’approfondir leurs connaissances en matière de paysage urbain. The annual festival of architecture is a chance for professionals and the public to interact and learn more about the urban environment. Nduncan roberts  Ofondarch

L

’édition 2010 du Festival d’Architecture, inaugurée le 3 juin et intitulée Visions pour notre territoire : espaces publics, est un mélange classique de conférences, d’expositions, de rencontres interactives et de journées portes ouvertes. Organisé par la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, le festival offre au public, y compris aux jeunes et aux enfants, l’occasion d’en savoir plus sur l’architecture, mais aussi sur le paysage urbain qui les entoure. Il s’ouvrira avec le vernissage d’une exposition mettant l’accent sur l’aspect moins glamour des espaces publics. C’est l’architecte Anne Stauder qui a eu l’idée de Sin City Pics dans le cadre d’un concours organisé par la fondation, qui invitait le public à prendre des photos de lieux publics grotesques, laids, absurdes ou comiques. Les résultats seront présentés pendant le festival, à la salle d’exposition de la fondation. Le cycle de conférences comprend une discussion autour de la culture architecturale proposée aux enfants et aux jeunes ainsi qu’un débat autour de la projection du film Hamilius d’Alain Tshinza. Le dernier week-end du festival mettra à l’affiche une série de trésors architecturaux dans la capitale et proposera différentes portes ouvertes à travers le pays. Q

The urban environment will be explored during the festival. Pendant le festival, le thème du paysage urbain sera abordé.

lucien's  city magazine luxembourg

T

his year’s Festival of Architecture, which opens on 3 June under the title Visions for our land: public spaces, features the usual mix of conferences, exhibitions, interactive and open house events. Organised by the Fondation de l’Architeture et de l’Ingénierie, the festival provides the public, including youngsters and children, with an opportunity to learn more about architecture and their own urban environment. The festival opens with the vernissage of an exhibition highlighting the less glamorous side of public spaces. Sin City Pics was an idea by architect Anne Stauder for a competition organised by the foundation encouraging the public to take photos of public spaces that are grotesque, ugly, absurd or comical. The results can be viewed at the Fondation’s exhibition space during the festival. Conferences include a discussion on building culture for children and youngsters and a debate following a screening of Alain Tshinza’s film Hamilius. The final weekend of the festival sees a number of architectural treasures in the city and beyond hold “open house” events. Q

J www.fondarch.lu and www.sincitypics.lu

www.citymag.lu


bulthaup

La cuisine est l’espace de vie par excellence et va bien au-delà d’une simple zone de travail. Nous concevons et réalisons l’aménagement et l’équipement personnalisés de votre cuisine. Comme toujours chez bulthaup.

Espace bulthaup Luxembourg. 123, route d'Arlon L-8009 Strassen. Tél.: +352 45 45 04. bulthaup@anc.lu


12 Villa Vauban

A royal opening Inauguration royale

Queen Beatrix of the Netherlands joined Grand Duke Henri and Grand Duchess Maria Teresa as the city celebrated the reopening of its art museum. La Reine Beatrix des Pays-Bas, le Grand-Duc Henri et la Grande-Duchesse Maria Teresa CÉLÈBRENT la rÉouverture du musÉe. Nduncan roberts  OOlivier Minaire

S

ix years after it was closed for restoration and extension work, the Villa Vauban was reopened on 1 May amid royal fanfare. City mayor Paul Helminger joined alderwoman responsible for culture, Lydie Polfer, and the director of the two city museums, Danièle Wagener, in welcoming guests to the “new” museum. The presence of the Dutch Queen was explained by the fact that the museum’s first exhibition – The Golden Age Reloaded – includes a number of 17th century Dutch masters on loan from Amsterdam’s Rijksmuseum. The royal guests clearly delighted in being shown around the exhibition by curator Eva Maringer from Villa Vauban and Tim Zeedijk, head of exhibitions at the Rijksmuseum. They also appreciated the restored Villa and its contemporary extension, designed by Diane Heirend & Philippe Schmit architectes. Other guests included representatives from the diplomatic corps, local business and cultural institutions. The Villa Vauban is open daily, except Tuesdays, from 10 a.m. to 6 p.m. with a special extension until 9 p.m. on Fridays. The Golden Age Reloaded runs until 31 October. Q

J www.villavauban.lu

F

ermée pendant six ans pour travaux de restau­ration et d’agrandissement, la Villa Vauban a rouvert ses portes le 1er mai sous des auspices royaux. Accompagné de Lydie Polfer, échevin de la culture, et de Danièle Wagener, directrice des 2 Musées de la Ville, le bourgmestre Paul Helminger a accueilli les invités au « nouveau » musée. La venue de la reine des Pays-Bas s’expliquait par le fait que l’exposition inaugurale, intitulée The Golden Age Reloaded et consacrée à l’Âge d’or de la peinture néerlandaise, présente plusieurs œuvres de maîtres hollandais du 17e siècle, prêtées par le Rijksmuseum d’Amsterdam. Les hôtes royaux se sont montrés ravis de leur visite guidée de l’exposition, sous la double houlette de la curatrice Eva Maringer (Villa Vauban) et de Tim Zeedijk, responsable des expositions au Rijksmuseum. Ils ont également admiré la restauration de la Villa et son extension contemporaine, conçue par Diane Heirend & Philippe Schmit architectes. Parmi les autres invités de marque se trouvaient des représentants du corps diplomatique, du monde des affaires et des institutions culturelles locaux. La Villa Vauban est ouverte tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 18h, et jusqu’à 21h le vendredi. The Golden Age Reloaded se terminera le 31 octobre. Q

1. Queen Beatrix is shown around the exhibition. La reine Beatrix visite l’exposition. 2. Anne Brasseur (députée), Lydie Polfer and Viviane Loschetter (alderwomen / échevins VDL). 3. Simone Beissel (alderwoman / échevin VDL). 4. Boris Fuge (Les 2 Musées de la Ville de Luxembourg), Astrid Agustsson (VDL) and Claude Neu (Cour grand-ducale). 5. Grand Duke Henri and Grand Duchess Maria Teresa admiring the restored Villa. Le Grand-Duc Henri et la Grande-Duchesse Maria Teresa admirent la Villa restaurée. 6. Pascale Kauffman (VDL) and Jessica Koeune (Les 2 Musées de la Ville de Luxembourg). 7. Anouk Wies (Cercle Cité). 8. Dutch ambassador Eduard WVM Hoeks and his wife Odilia E.M. de Ranitz. Son Excellence l’ambassadeur des Pays-Bas Eduard WVM Hoeks et son épouse Odilia E.M. de Ranitz.

1 4 6 lucien's  city magazine luxembourg

5

7

2 3

8 www.citymag.lu


Has this ever happened to you before ?

Now you can save all of your mails, contacts, calendar entries and even SMS messages thanks to myLife !


14

Complete package Education

St. George’s International School is now firmly established as an education establishment for all ages. L’École internationale St. George s’impose désormais comme établissement d’enseignement pour tous les âges. NDuncan Roberts  Ojulien becker

W

Q

hen its first A Level stu uand ses premiers élèves dents graduate in the sum fêteront l’obtention de leur mer of 2011, St. George’s « A Level » en 2011, l’école International School will celebrate internationale St. George aura véritathe fact that it is truly a through blement gagné ses galons d’établisschool, providing education from sement d’enseignement préscolaire, ages 3 to 18. The commencement of primaire et secondaire, accompagnant a sixth form programme, in Seples élèves de 3 à 18 ans. La mise en tember 2009, was the result of a place d’un programme de classe Terstrong movement from the school minale, en 2009, a couronné les efforts governance. “It was seen as a good des dirigeants de l’école. « Nous y opportunity to introduce choice into avons vu l’occasion d’offrir le choix Luxembourg and offer a different d’un autre parcours scolaire au Luxemcurriculum,” says head of the secbourg », explique Nigel Fossey, direcondary school Nigel Fossey. teur de l’école secondaire. The challenge, says Nigel, is to Le défi, poursuit-il, est de faire get people to acknowledge that A comprendre aux gens que les diplôLevels are recognised globally, just mes « A Level » sont reconnus au like the International Baccalaureniveau mondial, à l’instar du baccaate. “They are not just British qua­ lauréat international. « Il ne s’agit pas lifications. A Levels simply offer a de diplômes spécifiquement britannidif­ferent route to school leaving quali­ ques. Les ‘A Levels’ constituent juste un fications.” Indeed, by taking A Levels, diplôme de fin d’études alternatif. » students study fewer subjects, so the De fait, cette filière comprenant system benefits those who want to moins de matières, elle convient bien specialise in one area. “Actually social aux élèves qui désirent se spécialiser sciences, such as business studies, eco­ assez tôt. « Les sciences sociales : comnomics, psychology and sociology, are merce, économie, psychologie et socioloquite popular here. I think that reflects gie sont très prisées chez nous, sans the nature of the local economy,” he doute en raison de la nature de l’éconoexplains. mie locale. » Specialising at such an early age Pour se spécialiser aussi jeune, il obviously requires expert advice, Nigel Fossey, Head Teacher (Secondary), St. George’s International School. Directeur (niveau secondaire), faut être bien orienté : St. George which is provided at St. George’s St. George’s International School. bénéficie de l’expérience de son corps not only by experienced teaching enseignant mais aussi du large éventail staff, but also by a broad parental professionnel des parents d’élèves, body that includes high powered executives, bankers, lawparmi lesquels des cadres supérieurs, des banquiers, des homyers, doctors and so forth. Links with the University of mes de loi, des docteurs, etc. L’école a commencé à tisser des Luxem­bourg are also being forged, and representatives from liens avec l’Université du Luxembourg. Des représentants de the US Embassy and from Oxford University and the UK l’ambassade des États-Unis, de l’université d’Oxford et du seruniversity application body UCAS have also given talks to vice britannique d’admission dans les universités (UCAS) sont students. “We are also looking at offering our final year students venus rencontrer les élèves. « Nous souhaitons également offrir a programme to prepare them for living away from home and à nos élèves de Terminale un programme qui les prépare aux in a foreign location, to develop their life skills. School is also études loin de chez eux, à l’étranger, et qui développe leur « L’école est aussi là pour about helping students make the right choices about their lives.” aptitude à vivre en société. C’est cela aussi, l’école : aider les élèaider les élèves à faire les bons Developing the whole child is clearly important at St. George’s. ves à faire les bons choix de vie. » À St. George, le développechoix de vie. » The school encourages its students to take part in the Mérite ment de l’enfant dans sa globalité est au cœur des priorités. Jeunesse programme and takes them on trips to centres run by L’école encourage ses élèves à participer au programme du Nigel Fossey the Service National de la Jeunesse. “We are trying to reach out Mérite Jeunesse et organise des excursions dans les centres to the wider community,” says Nigel. gérés par le Service National de la Jeunesse. « Nous ne voulons Having a purpose built school – the facility in Hamm has surtout pas vivre en vase clos », précise Nigel. recently been expanded to accommodate a separate secLa construction de locaux adaptés – les bâtiments de Hamm ondary school – has also been crucial to the development ont récemment été agrandis pour pouvoir héberger à part l’école of St. George’s. “It is a wonderful place to work in and learn. secondaire – a également joué un rôle crucial dans le déploieAnd that is reflected in the way that students conduct them­ ment de St. George : « C’est un lieu magnifique, aussi bien pour selves. Courtesy and behaviour standards are expected, but it enseigner que pour apprendre. Et cela se ressent dans l’attitude des is not just bottom up, teachers act the same. The whole school élèves. Nos critères de courtoisie et de comportement ne sont pas community respects each other as human beings.” Q à sens unique : les professeurs les respectent aussi. Toute notre 8  18, 20 communauté scolaire se conduit dans le respect de l’autre. » Q J www.st-georges.lu

“School is also about helping students make the right choices about their lives.”

lucien's  city magazine luxembourg

www.citymag.lu


15 Design City

CITY MEMOS 2/2

Une initiative bien accueillie

Maison de la microfinance Maison de la Microfinance

Well received intiative

L’édition « zéro » de Design City Luxembourg a été inaugurée fin avril. L‘exposition en plein air de mobilier design se poursuit jusqu‘au 6 juin. The “zero” edition of Design City Luxembourg was inaugurated at the end of April. Outdoor designer furniture can still be enjoyed until 6 June.

La nouvelle Maison de la Microfinance a été officiellement inaugurée le 12 mai, en présence de la ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, MarieJosée Jacobs. Ce nouvel espace, établi rue Ste Zithe, est opérationnel depuis le mois de février. Minister for Cooperation and Development Marie-Josée Jacobs was on hand to officially inaugurate the new Maison de la Microfinance on 12 May. The new facility, which has been operational since February, is located in the rue St. Zithe. J www.microfinance.lu

NDuncan Roberts ODavid Laurent/Wide & Luc Deflorenne

L

a commissaire Anna Loporcaro et l’éche vin à la culture Lydie Polfer étaient parmi les invités du vernissage hors du commun de Design City Luxembourg, dans les sous-sols du Centre Aldringen. Le premier week-end, le Designer Market a attiré quelque 1.700 visiteurs. L’Outdoor Design, l’exposition en plein air de mobilier design, a, elle aussi, connu un franc succès. Comme le confirme la commissaire : « Certains objets ont été vraiment très appréciés par le public et les visiteurs semblent particulièrement attirés par l’assise Skystation, réalisée par Peter Newman et Futurecity. » Le parcours Outdoor Design se poursuit jusqu’au 6 juin. Q urator Anna Loporcaro and alderwoman in charge of culture, Lydie Polfer, were among guests at the unusual vernissage of Design City Luxembourg held underground in the Centre Aldringen. Some 1,700 visitors attended the opening week end’s Designer Market and the Outdoor Design exhibition has also proven to be popular according to the curator. “Some of the design pieces have been really well received by the public and it looks like the Skystation, designed by Peter Newman and Futurecity, is a particular favourite among visitors,” said Anna Loporcaro. The Outdoor Design circuit continues until 6 June. Q

Ouverture de Nature Elements

C

Nature Elements opens

Exploité par Olivier Bens, ce magasin de 500 m2, situé rue des Joncs, à Howald, propose des produits naturels et bio : de l’épicerie fine et des vins, mais aussi des produits de beauté et de santé. Il y a même un coin de dégustation, où les clients peuvent se laisser tenter par un petit déjeuner ou un en-cas bio. Run by Olivier Bens, this 500m2 space in rue des Joncs, Howald, is dedicated to natural and organic products, ranging from delicatessen food and wine to cosmetics and health supplements. There is even a tasting corner where customers can enjoy an organic breakfast or snacks.

J www.designcity.lu

Football as a metaphor

Culture and the beautiful game

Le marché retrouve sa place

La culture et le roi des sports

Markets back in place

Football and modern dance − Absolutely Fabulous choreographed by Sylvia Camarda. Football et danse moderne − Absolutely Fabulous, chorégraphie de Sylvia Camarda.

Luxembourg may not have qualified for the World Cup finals, but football is deeply rooted in local society and a festival of events to celebrate this takes place before and during the tournament. Organised by Sébastien Louis, a teacher at the European School, the festival includes film screenings, concerts, debates featuring football experts from around the world, exhibitions, live screenings and a contemporary dance production. Q Le Luxembourg n’est peut-être pas qualifié pour la Coupe du Monde, mais le football est profondément intégré à la vie locale et plusieurs manifestations festives sont prévues avant et pendant le championnat. Organisé par Sébastien Louis, enseignant à l’École européenne, le festival comprend des projections de films, des concerts, des débats avec des experts du monde entier, des expositions, des retransmissions en direct et un spectacle de danse contemporaine. Q J www.footballasametaphor.net

www.citymag.lu

Photos: David Laurent / Wide; Etienne Delorme

N Duncan Roberts ODavid Laurent / Wide

Après l’Octave, le marché bihebdomadaire a repris possession de la place Guillaume II et les marchands peuvent à nouveau y proposer leurs produits locaux frais chaque mercredi et samedi matin. Le marché mensuel du Glacis, lui, se tiendra le dimanche 19 juin. Following the Octave, the bi-weekly market has returned to its rightful place on the place Guillaume, where shoppers can once again buy a wide fresh local produce on Wednesday and Saturday mornings. The Glacis market, meanwhile, takes place this month on Sunday 19 June. J www.vdl.lu

lucien's  city magazine luxembourg


16

Grund Neighbourhood watch

Each neighbourhood in the capital city is unique. Who better to ask than the people who live and work there for advice on what to do and see in Grund. Chaque quartier de la capitale est unique. ET Qui est mieux à même de nous fournir de bons conseils sur ce qu’il y a à voir et à faire au grund que les gens qui y vivent ou y travaillent ? Nduncan roberts  Umonopolka

1

 A

Libreria Italiana

6

11, r. St Ulric, Tél. : 40 34 21, www.libreriaitaliana.lu

Nichée au cœur du Grund, cette librairie propose tout un éventail de livres dans la langue de Dante. La propriétaire est une amoureuse de l’Italie et de sa culture. Elle se fera un plaisir de vous faire décou­ vrir les dernières parutions et vous suggérera même des idées d’escapa­ des dans son fabuleux pays. In the heart of the Grund, this bookstore is dedicated to the language of Dante. The owner is in love with Italy and its culture and will gladly offer advice on books and on where to visit in this marvelous country. Recommandé par Andrea Morante

2

 P

BrasserieRestaurant Bosso 7, Bisserweg, Tél. : 26 86 41 55, www.bosso.lu

Ce restaurant propose une cuisine tout en hommage à la pomme de terre. Sans chichis et avec beaucoup de gentillesse, on nous propose une cuisine toute simple mais d’un bon rapport qualité / prix. Ambiance bon enfant et détendue. With a menu dedicated to the potato, this restaurant serves simple food without fuss and with plenty of heart. Excellent value and a relaxed friendly atmosphere. Recommandé par Vibeke Walter

3

 B

5 6

4

 P

Kamakura

Recommandé par Sonia Le Guirau

Recommandé par Nathalie Tissier

5

4 8 9

2 10

1 7

3

 A

Musée National d’Histoire Naturelle 25, r. Münster, Tél. : 46 22 33-1, www.naturmusee.lu

Recommandé par Ken Pattenden

Recommandé par Oscar Matthews

lucien's  city magazine luxembourg

28, r. Münster, Tél. : 26 20 52-1, www.ccrn.lu

Le 1er restaurant au Luxembourg à avoir introduit la cuisine japonaise et l’univers feutré du bon goût. Le maître des lieux, l’élégant Hajime Miyamae évolue avec son équipe dans un décor intemporel et zen et propose la découverte d’une cuisine tout en finesse et en saveurs. Excellents tempura, sashimi, bœuf de kobé, incontournable glace au thé vert et aux haricots rouges. The first restaurant to introduce Japanese cuisine to Luxembourg. The ever elegant Hajime Miyame and his team have created a beautiful environment in which to enjoy fine food including excellent tempura, sashimi, Kobé beef or a fantastic green tea and red bean ice cream.

Isabelle Sardo’s charming vinothèque is a great place to discover Italian wines as well as delicacies such as fine olive oils, sauces, balsamic vinegars, conserves and pasta. La charmante vinothèque d’Isabelle Sardo est le lieu idéal pour découvrir les vins italiens mais aussi le raffinement de délectables huiles d’olive, sauces, vinaigres balsamiques, conserves et pasta.

25, r. St Ulric, Tél. : 26 26 29 84, www.enotecaitaliana.lu

Abbaye de Neumünster

Un environnement splendide, un lieu magnifique et une excellente programmation d’expositions, de conférences et de manifestations culturelles. Les concerts gratuits Apéro’s Jazz du dimanche matin sont toujours très appréciés. Les soirs d’été, le soleil couchant sur les pierres de l’ancienne forteresse ajoute une touche de magie aux manifestations de plein air. A fine venue in a superb setting that hosts an excellent programme of exhibitions, conferences and cultural events. We particularly enjoy the Apéro’s Jazz free concerts on a Sunday morning. The open-air events on a summer’s evening, as the sun sets over the rocks of the ancient fortress, are truly magnificent.

4, r. Münster, Tél. : 47 06 04, www.kamakura.lu

The joy of discovery. The natural history museum contains countless treasures and its special exhibitions are usually curated with great care and attention to detail. The biannual Science Festival is a fantastic event for young and old alike. Joies de la découverte : le musée d’histoire naturelle renferme d’innombrables trésors et ses expositions thématiques sont toujours organisées avec un très grand soin et souci du détail. Le Science Festival rassemble et passionne petits et grands, tous les deux ans.

Enoteca Italiana

 A

www.citymag.lu


17 Photographer Véronique Kolber was commissioned to capture the spirit and diversity of Grund in these portraits. La photographe Véronique Kolber a été choisie pour saisir l’esprit et la diversité du Grund dans ces portraits.

gs e thitn, venue or t i r u al ran avo our fshop, restauyour propoasct details). y e r t a d

Sh is the bes rea? Sen your cont erich l your a What uding is Hol

l tip in u (inc tured secret citymag.l d to be fea @ o o to inf ighbourho e n . droit ) t e x e n N ou en ons 7 Ju t e n a n i r l b u (dead , resta nvoyez vos données). n i s a g E r re ma quartier ? ue vos coo st vot q Quel e dans votre g.lu (ainsi  : Hollerich a é lé r m g é y f n pré info@cit être épi à à r s e n i pla in quart a Proch juin). 7 i a l é (d

Hotcity Stations vel’oH! K Lignes 14 & 23

B Bars P Restaurants A Bonus

9

L Travailleurs F De passage C Résidents 

Winfried F

Katie L

Alexandre F

Christiane L

Jorge F

Paul F

Maïté F

Trixy & Mico F

Fernando F

Alexandra F

 B

Café des Artistes 22, montée du Grund, Tél. : 46 13 27

8

 P

Ristorante Mosconi

13, r. Münster, Tél. : 54 69 94, www.mosconi.lu

C’est certainement le plus fidèle ami du flâneur, du résident, du clubbeur de ce quartier. Et surtout son utilisation à la sortie du parking Saint Esprit permet de moins polluer ce beau quartier. The lift to and from the Grund is the best friend of many a stroller, resident and clubber. The fact that it connects with the Saint Esprit car park also means this charming neighbourhood suffers less pollution.

Seul restaurant de la capitale doublement étoilé au Michelin, Mosconi est un des rares établissements italiens étoilés en dehors de la Péninsule. Ilario et Simonetta, en couple à la ville et aux fourneaux, transforment un dîner en une expérience inoubliable : une cuisine d’un raffinement suprême, un service irréprochable, une carte des vins de rêve, et pour couronner le tout, un décor superbe. The city’s only two-star Michelin restaurant, and one of the only Italian restaurants to hold that accolade outside of Italy. Run by husband and wife team Ilario and Simonetta, this is the ultimate dining experience – superbly refined food, great service, a fantastic wine list and all in a superb setting.

Recommandé par Ben Schuller

Recommandé par Stephanie Bogunovic

7

 A

Grund ascenseur

www.citymag.lu

Fancy a touch of ‘gay Paris’? Look no further than this très charmant and legendary little night spot. Decades old candles melt over Chianti bottles, show posters are plastered on every inch of wall and ceiling and the owner greets you with the sort of manners that are very rarely encountered anymore. Learn the lyrics to ‘Aux Champs Élysées’ in advance… Pour un parfum de « gaieté parisienne », arrêtez-vous dans ce très charmant et légendaire lieu nocturne. D’antiques bouteilles de Chianti en guise de bougeoirs, des affiches de spectacles partout, aux murs et au plafond, et un maître des lieux d’une rare affabilité. Révisez vite les paroles de ‘Aux Champs Élysées’… Recommandé par Mary Carey

10

 A

Luxembourg Accueil 10, Bisserwee, Tél. : 24 17 17, www.luxembourgaccueil.lu

Since 1977 this friendly institution has been helping foreigners integrate and settle in to life in Luxembourg. Run by volunteers, it hosts cultural, artistic and sporting activities and welcomes 55 different nationalities. Depuis 1977, cette association aide les étrangers à s’intégrer et s’adapter à la vie à Luxembourg. Tenue par des bénévoles, elle organise des activités culturelles, artistiques et sportives et accueille 55 nationalités différentes. Recommandé par Jessica Harding

lucien's  city magazine luxembourg


18

Expositions

Juxtaposées

Community Broadcasting

Dedicated

Distinctive Sport automobile

Patiente

Amin Jaber, monteur et graphiste

J www.kjub.lu

Deirdre Ecock, president Rose of Tralee

Ron Tuffel, radio broadcaster

The distinctive voice of Ron Tuffel has been gracing Luxembourg’s radio airwaves for more than ten years now. “I have been in radio since I was 18 years old, as a local DJ when I was at Miami University in Ohio. Then in Luxembourg I was involved with the original Radio Ara when it was a pirate station.” Now that Ara is a legitimate broadcaster, Ron has two shows on the station. He presents the Bistro magazine every Tuesday evening and soul, hip-hop, jazz programme Jump, Jive, Jam on Sundays at 6 p.m. “I was first invited on Bistro as a guest to discuss the American elections and I never left,” he jokes. His love of music from all sorts of genres shines through during his shows. “I try to bring something else other than just the music. African-American music is now world music, and is not necessarily played by African-Americans. But it is a beautiful thing that the world has adapted that music as its own.” La voix caractéristique de Ron Tuffel résonne sur les ondes luxembourgeoises depuis plus de dix ans. « J’ai commencé à faire de la radio comme DJ local à l’âge de 18 ans, lorsque j’étais à la Miami University dans l’Ohio. Plus tard, j’ai participé au lancement de Radio Ara au Luxembourg. À l’époque, c’était encore une radio pirate. » Entre-temps, Radio Ara est devenue une station tout à fait légale et Ron continue d’y animer deux émissions : le Bistro magazine, chaque mardi soir, ainsi que Jump, Jive, Jam, un programme de soul, hip-hop et jazz diffusé le dimanche à 18h. « La première fois que l’on m’a invité pour Bistro, c’était pour commenter les élections aux États-Unis. Et je ne suis plus jamais parti », plaisante-t-il. Lors de ses émissions, il transmet son amour pour toutes sortes de genres musicaux. « J’essaie de proposer autre chose, d’aller au-delà de la musique. Désormais, la musique afro-américaine est une musique du monde, qui n’est plus forcément interprétée par des Afro-Américains. Il est d’ailleurs merveilleux que le monde ait adopté ce genre de musique. »

The ninth Luxembourg Rose of Tralee selection takes place at a gala ball on Saturday 26 June. The competition seeks to find the girl who best represents Irish femininity in all its aspects – Luxembourg is one of several foreign centres that sends a representative to the Rose of Tralee festival in Ireland in August. For the past seven years Deirdre Ecock has been organizing the Luxembourg event together with a committee that this year includes a few new faces who have brought with them fresh ideas and contacts. “Finding girls and sponsors is the most difficult part of the job, but it is worth it,” says Deirdre. This year six girls will be vying to represent Luxem­bourg. “We really want to win this year, as it is the last year we have direct entry guaranteed. We always send great girls to Tralee and they really represent Luxembourg and put the country and the city on the map,” says Deirdre with pride. La neuvième sélection luxembourgeoise pour la Rose de Tralee – concours ayant pour but d’élire la jeune femme qui représente le mieux la féminité irlandaise sous tous ses aspects – aura lieu lors d’un bal de gala le samedi 26 juin. Comme d’autres centres étrangers, le Luxembourg enverra une représentante au festival Rose of Tralee en Irlande, au mois d’août. Depuis sept ans, Deirdre Ecock coordonne l’événement luxem­ bourgeois avec l’aide d’un comité dont les nouveaux membres ont fait évoluer les idées et les contacts. « Le plus difficile est de trouver les candidates et les sponsors, mais le jeu en vaut la chandelle », dit-elle. Cette année, six filles rivalisent pour représenter le Luxembourg. « Nous voulons absolument gagner, car c’est notre dernière possibilité d’inscription directe au concours. Nous envoyons toujours d’excellentes candidates à Tralee. Elles sont les meilleures ambassadrices du Luxembourg », ajoute Deirdre avec fierté. J www.rose.lu

J www.ara.lu

8, 14  20

lucien's  city magazine luxembourg

Fabienne Dimmer, pilote d’autocross

Les amateurs de musique reconnaîtront le regard pétillant de Fabienne Dimmer, qui travaille à l’entrée de l’Atelier. Mais en plus de la musique, elle nourrit également une passion pour les voitures d’autocross. Basées à Hamm, Fabienne et son équipe acquièrent de vieilles voitures, dont les pièces détachées servent à construire des voitures de course. En compétition, il s’agit de disputer des courses de trois heures sur des circuits de 2 km aménagés dans des champs. Pour remporter l’épreuve, il faut effectuer un maximum de tours. À ses débuts en 2006, Fabienne était la seule femme au départ. Même si quelques autres femmes pilotes l’ont rejointe entre-temps, elle demeure la seule à courir en solo. « C’est toujours un univers masculin, affirme-t-elle. Mais ce n’est pas forcément la voiture la plus rapide qui gagne. C’est surtout une question de patience et de concentration. Une femme ne s’émeut guère si elle se fait dépasser, tandis que les hommes, poussés par leur égo, veulent toujours dépasser tout le monde. Or, les circuits regorgent de bosses et de trous. Rien ne sert d’aller vite si la voiture ne tient pas les trois heures. » Music fans will recognize Fabienne Dimmer as the bubbly face of den Atelier where she works front of house. But as well as music, she also has a passion for racing cars in Autocross. Fabienne and her team based in Hamm take old cars and use them for parts to build their stripped down race cars. A race lasts three hours and is run around a two-kilometre course built on a field – the car that has completed the most laps wins. Fabienne was the only woman when she started in 2006, but now a few others have joined the ranks. She remains the only one who drives alone. “It is still a man’s world,” she says. “But it is not the fastest car that wins. It is about patience and concentration. Women don’t care about being overtaken, but men’s egos mean they want to overtake everyone. But the course is full of bumps and holes. There is no point is being fast if your car doesn’t last the three hours.”

www.citymag.lu

Texts: Duncan Roberts. Photos : Julien Becker.

Après une première exposition à la salle Konschthaus Beim Engel en 2006, le monteur de cinéma Amin Jaber présente à nouveau ses créations graphiques, cette fois-ci au Kjub. Ses œuvres basées sur une technique mixte associent des éléments graphiques au lettrage arabe. Amin ne se considère toutefois pas comme un artiste et hésite à qualifier son travail de calligraphie. « Les véritables calligraphes ont fait dix ans d’études et respectent des règles spécifiques. Pour ma part, je me contente d’utiliser des lettres de l’alphabet arabe et de transférer des éléments traditionnels et codifiés vers un univers différent. D’ailleurs, dans mon travail, il n’y a aucun message ni aucune connotation religieuse », expliquet-il. Néanmoins, il avoue qu’il arrive que ses œuvres jouent avec les perceptions négatives de l’imagerie arabe en Occident. « Ce qui est également intéressant, c’est que dans le montage de films et dans ce type de créations, j’essaie toujours d’assembler des choses qui existent déjà, afin de produire quelque chose de différent. Dans les deux cas, il s’agit de trouver la bonne structure et le bon rythme. » Following a debut show at the Konschthaus Beim Engel in 2006, film editor Amin Jaber is exhibiting his graphic work for a second time – this time at the Kjub. His work on mixed media combines graphic elements with Arabic lettering, but Amin doesn’t consider himself an artist and is reluctant to call what he does calligraphy. “Real calligraphists study for ten years and adhere to specific rules. I just like using the letters of the Arab alphabet and taking something traditional and codified into another universe. But there is no message or religious link to my work,” he explains. However, he admits that his work does sometimes play with the west’s negative perceptions of Arabic imagery. “It is also interesting that in both editing film and this work I take things that pre-exist and put them together to produce something different. Both are about finding structure and rhythm.”


19 new in town

Fête QuattroPole

Wiltgen

La rÉgion se retrouve À Metz The region meets in Metz

Mélange de boulangerie, pâtisserie et traiteur, Wiltgen s’est établi dans les locaux de l’ancien magasin Lassner, à l’angle de la place Guillaume II. L’établissement propose un grand choix de pains frais, de pâtisseries et de chocolats ainsi que des snacks et des plats savoureux. La gérance est désormais assurée par la troisième génération de la famille Wiltgen. A combination of bakery, patisserie and traiteur, Wiltgen has opened in the former Lassner building on the corner of the Knuedler. Serving a variety of freshly-baked bread, pastries, chocolates and savoury snacks and dishes, the venue is now being run by a third generation of the Wiltgen family. I 46, place Guillaume II G 26 20 20 94 J www.wiltgen.lu

Sobogusto Cette annÉe, les festivitÉs du Quattropole se dÉrouleront au Centre Pompidou-Metz, rÉcemment inaugurÉ. The annual festivities to celebrate the four Quattropole cities this year take place at the freshly inaugurated Centre Pompidou-Metz. Nduncan roberts  OOlivier Minaire

C

haque année, au mois de juin, une des villes du réseau QuattroPole – Metz, Sarrebruck, Trèves et Luxembourg – accueille les festivités culturelles des quatre métropoles. Cette année, c’est la ville française qui reçoit au tout nouveau Centre Pompidou-Metz, inauguré en fanfare le 12 mai. Les festivités se tiendront devant le nouveau centre d’art, situé à deux pas de la gare de Metz et facilement accessible par les transports publics. Venus de la Grande Région, 17 musiciens, clowns, mimes, magiciens et artistes de rue divertiront les spectateurs. Chacune des quatre villes présentera des spécialités culinaires, et des stands d’information renseigneront sur diverses institutions de la région, telles les universités. Q

E

ach year in June, one of the cities in the QuattroPole network – Metz, Saarbrücken, Trier and Luxembourg – hosts a cultural celebration of the four metropolises. The French city inevitably takes its turn this year thanks to the recent inauguration of the Centre Pompidou-Metz, which opened to great fanfare on 12 May. Indeed, the festivities take place right outside the new arts centre, which is adjacent to Metz railway station and therefore easily accessible by public transport. Some 17 artists from around the Greater Region have been booked to entertain the crowds. They include musicians, clowns, pantomimes, magicians and street artists. Food from the four cities will also be available, and institutions such as the region’s universities will host information stands. Q

Le Sobogusto est un élégant barrestaurant italien établi dans un vaste espace intégré dans le projet Future Hollerich, dont fait également partie le M Club. Avec son décor et son personnel très tendance, le Sobogusto est le nouvel endroit où il fait bon être vu. A vast and stylish Italian restaurant and bar, Sobogusto is part of the “Future Hollerich” project that includes the M Club. The décor and staff are very trendy, making Sobogusto the new place to be seen. I 41, rue Bouillon G 27 76 37 00 J www.sobogusto.lu

J www.quattropole.org

Maison Santos

Memorial

Remembering the Bulge En mémoire de la Bataille des Ardennes

Mayor Paul Helminger joined the initiators of the memorial at the inauguration ceremony. Le bourgmestre Paul Helminger assistait à la cérémonie d’inauguration du mémorial aux côtés des initiateurs.

www.citymag.lu

A new memorial commemorating the Battle of the Bulge has been inaugurated in the park in front of the Pescatore Foundation. The Pescatore building served as General George S. Patton’s headquarters during the Battle. The memorial is the result of a private initiative by Alvin D. Rosenzweig, a veteran of the Battle, and Richard G. Minor and received the support of the Ville de Luxembourg. Q Un nouveau mémorial destiné à entretenir le souvenir de la Bataille des Ardennes a été inauguré dans le parc municipal, devant la Fondation Pescatore. Au cours de cette bataille, le bâtiment Pescatore servait de QG au général George S .Patton. Ce mémorial a été réalisé à la suite d’une initiative privée d’Alvin D. Rosenzweig, vétéran de l’Offensive des Ardennes, et de Richard G. Minor, avec le soutien de la Ville de Luxembourg. Q

Photos: David Laurent / Wide

Nduncan roberts  ODavid laurent / Wide

Les amateurs de café et de thé seront gâtés à la Maison Santos. L’établissement fondé en 1928 propose 12 sortes de café fraîchement torréfié, 51 sortes de thé, y compris des marques de commerce équitable, mais aussi d’élégants accessoires pour servir comme il faut votre boisson chaude favorite. Since 1928 coffee and tea lovers find everything they want at Maison Santos. The house has 12 different types of freshly roasted coffee and 51 types of tea available, including Fair Trade brands, as well as a range of stylish accessories to help prepare the perfect cup of your favourite hot drink. I 55, Grand-Rue G 22 21 82 J www.cafes-santos.com

lucien's  city magazine luxembourg


20

Anniversaire Cinéma

Fondée il y a 15 ans, Tarantula, la société de production cinématographique de Donato Rotunno, fait partie d’un réseau européen et est solidement implantée dans son marché de niche. 15 years after it was founded Donato Rotunno’s film production company, Tarantula, is part of a European network and is well established in its niche market. NDuncan Roberts  OJulien Becker

D

onato Rotunno a découvert son amour pour la création cinématographique lorsqu’il travaillait pour une société de production de vidéos, peu après avoir passé son baccalauréat à l’École européenne. Il a alors entamé des études à l’Institut des Arts de Diffusion à Louvain-la-Neuve, où il s’est imposé parmi 400 candidats pour décrocher l’une des 42 places disponibles. « En y repensant, je me dis que je ne me rendais pas vraiment compte de ce que je faisais. J’ai réalisé un court métrage pour mon examen final. Nous étions neuf à être parvenus à ce stade et mon projet a été jugé comme étant le moins bon. Or, trois mois plus tard, j’ai remporté le premier prix lors de deux festivals. D’un coup, j’étais passé de ‘rien’ à ‘bon’, uniquement pour avoir remporté un prix, ce qui est un peu absurde. » Il a fondé Tarantula avec son ami Eddy Géradon-Luyckx dans le but d’utiliser cette société pour faire avancer sa carrière de réalisateur. « Tarantula était animée par une idée plutôt politique et philosophique. Nous n’avions ni n’étions rien, mais nous pensions que nous pouvions utiliser notre énergie pour promouvoir notre nom et notre logo, et Donato Rotunno, producteur Tarantula. Producer Tarantula. même pour créer un réseau. » Ce réseau s’est développé à travers l’Europe avec des sociétés autonomes en Belgique, à Londres, en France et en Suisse, travaillant toutes sous le label Tarantula. L’idée était aussi simple que cohérente. « Si mon associé en Belgique réussit à placer un film dans un festival, j’y serai représenté moi aussi, étant donné que nous partageons le même nom et le même logo – et vice versa, évidemment. » Selon Donato, l’esprit original de la société était : « C’est impossible, alors allons-y. » Rien n’a changé à ce jour et, même “It is rare to find a job that can fill 15 ans plus tard, après une série d’expériences bonnes et your life so completely.” moins bonnes et plusieurs films à succès comme Nue Propriété à son actif, Donato avoue être toujours confronté aux Donato Rotunno mêmes décisions et aux mêmes interrogations. « Comment financer tel film ? Est-ce que ce gars a du talent ? Puis-je négocier un meilleur contrat avec tel acteur ? » Nue Propriété est l’exemple type des films que Tarantula aime produire : un budget accessible et un projet qui inspire confiance à Donato. Avec Isabelle Huppert dans le rôle principal, ce film a été sélectionné au festival de Venise. D’autres films avaient déjà connu les honneurs des festivals auparavant et Donato a remporté, pour ses débuts en tant que réalisateur, le prix de la meilleure contribution artistique au Lëtzebuerger Filmpräis en 2007, avec In A Dark Place. À présent, il cherche un projet pour réaliser son second long métrage. Parallèlement, il prépare la suite de Terra Mia, un documentaire réalisé en 1998 et qui a pour sujet les questions identitaires auxquelles sont confrontés au Luxembourg les immigrés de deuxième génération, dont il fait partie. Même s’il a traversé des périodes difficiles, Donato adore son travail. « Notre activité professionnelle est tellement vaste et variée. Il faut faire preuve de psychologie, développer des stratégies, trouver des solutions financières, mais aussi avoir de la chance, avoir des relations et savoir faire la fête, sans jamais oublier de travailler. Il est rare de trouver un job qui vous permet d’avoir une vie si bien remplie », conclut-il. Q 8, 14, 18 

« Il est rare de trouver un job qui vous permet d’avoir une vie si bien remplie. »

lucien's  city magazine luxembourg

D

onato Rotunno fell in love with making films while wor­ king for a video production company after graduating from the European School. He went on to study at the Institut des Arts de Diffusion in Louvain-la-Neuve, gaining one of 42 places from among 400 candidates. “But looking back I wasn’t really aware of what I was doing. I made my short film for my final exam – by that stage there were nine of us – and mine was judged to be the worst. But then three months later I won first prize at a couple of festivals, and suddenly I went from being ‘nothing’ to being ‘good’ just because of a prize, which is kind of stupid.” He founded Tarantula together with his friend Eddy Géradon-Luyckx with the aim of using the company to develop his career as a director. “Tarantula was driven by a quite political, philosophical idea, which was that we had nothing and we were nothing, but we thought we could use the energy we had to put forward a name and a logo and create a network.” That network spread across Europe, with auto­nomous companies in Belgium, London, France and Switzerland all operating under the Tarantula label. The strength of the idea is simple. “If my partner in Belgium gets a film into a festival, then I am represented there too because we share the same name and logo – and vice-versa, of course.” The original spirit of the company was, says Donato; “it’s impossible, so let’s do it.” That remains true today and even after 15 years, with good and bad experiences, and a handful of successful movies such as Nue Propriété under his belt, Donato says he still faces the same decisions, the same questions. “How can I finance this film? Is that guy really talented? Can I negotiate a better deal with that actor?” Nue Propriété is typical of the sort of film Tarantula wants to make – a budget that is manageable and a film Donato believes in. Starring Isabelle Huppert, it was selected for the Venice Film Festival. Other films have also enjoyed success at festivals, and Donato won a best artistic contribution award at the Lëtzebuerger Filmpräis in 2007 for his directorial debut, In A Dark Place. He is now looking for a project to direct his second feature film and is simultaneously working on the follow up to Terra Mia, his 1998 documentary about the identity question facing his generation of offspring of immigrants living in Luxembourg. Despite going through some tough times, it is clear Donato thoroughly enjoys his job. “What we do in our business is so large and varied. It involves psychology, strategic thinking, finding financial solutions, luck, relationships, parties, work. It is rare to find a job that can fill your life so completely,” he explains. Q

J www.tarantula.lu

www.citymag.lu


22

Fever pitch La fièvre du ballon rond

Our regular guide to the best shops, restaurants and services looks ahead to a month of World Cup joy and pain. Notre guide des meilleurs boutiques, restaurants et services se prÉpare À un mois de bonheurs et de malheurs lors de la Coupe du Monde. NDuncan Roberts  OAndrés Lejona

L

uxembourg has never qualified for the World Cup, but that does not stop the country from catching big match fever during the month-long extravaganza organised every four years by FIFA. With so many different nationalities represented among city residents, watching a live broadcast of a World Cup match is always an animated affair. The Portuguese and Italians remain the largest immigrant groups in Luxembourg, so it is no surprise to see hundreds of flags from either nation flying when their respective teams do well at the tournament. One fan who will be cheering on “The Bacalhaus”, as he calls them, is Manu da Costa. He won’t be drawn too deeply into the debate about flying flags that are not Luxembourgish – a subject that caused furore in 2006 following an editorial comment in a national newspaper. He thinks foreigners should be allowed to display their footballing colours, “but not Portuguese people in Larochette,” he says sarcastically. However, the bar manager at Exit 07 and d:qliq doesn’t think Portugal really stands a chance of winning, even though the team’s talismanic star player Cristiano Ronaldo does seem to have hit form again for Real Madrid. Instead, Manu will be betting on Argentina – though he does joke that the winners could be “France, with hands and Argentina without... unless Maradona is playing!”

The Round Corner It was Manu’s idea to host live broadcasts of World Cup matches on a big screen at Exit 07. CarréRotondes director Robert Garcia admits that he was not entirely enthusiastic, but once he was contacted by football historian Sébastien Louis, that idea then developed into a festival of events at CarréRotondes and other venues. Exit07 will host screenings as part of its “Round Corner” programme, and Manu also plans to set up a Panini swap shop at the venue’s regular Jeudiscover Thursday evenings. The opening night of the tournament will include screenings of the first two matches followed by an eclectic, football-themed DJ set by Stereomission under the title “Modern Football is Rubbish.” Strangely enough the current list of live music concerts at d:qliq does not go beyond 10 June – the World Cup kicks off the next day – suggesting that Manu and d:qliq gig booker Fred Baus have certain priorities for the four weeks of football spectacle. Manu certainly knows his stuff, saying that his favourite World Cup memory is of Naranjito, the orange mascot of the 1982 tournament held in Spain. As for those nonfootball fans seeking alternative entertainment in June, Manu suggests they “go to Iceland to put out the Eyjafjallajökull volcano!” Q

lucien's  city magazine luxembourg

Manu da Costa, bar manager Exit07 and d:qliq. Gérant de l’Exit07 et du d:qliq.

S

i le Luxembourg ne s’est jamais qualifié pour la Coupe du Monde, il n’en participe pas moins avec passion, tous les quatre ans, au mois de folie et de grand spectacle organisé par la FIFA. Compte tenu du nombre de natio­ nalités représentées parmi les résidents de la capitale, l’ambiance est garantie lors des retran­ smi­ssions en direct des matchs de la compétition. Les Portugais et Italiens étant les deux plus gran­ des communautés immigrées du Luxembourg, il n’est guère surprenant de voir, à chaque vic­ toire de leur équipe nationale, des centaines de drapeaux aux couleurs des deux pays. Manu da Costa ne sera pas le dernier à encourager les « Bacalhaus », comme il les appelle. Mais il ne se prononcera pas sur la polémique des drapeaux étrangers : on se rappelle du furieux débat lancé en 2006 suite à un édito dans la presse nationale. À son avis, les étrangers devraient pouvoir déployer leurs couleurs footballistiques, « sauf les

“Modern football is rubbish.” « Le football moderne, c’est nul. » Manu da Costa

Portugais de Larochette », ajoute-t-il d’un ton sarcastique. Toutefois, le gérant des bars Exit07 et d:qliq pense que les chances de victoire du Portugal sont très minces, même si Cristiano Ronaldo, star fétiche de l’équipe, semble avoir retrouvé la forme au Real Madrid. Manu parie plutôt sur l’Argen­ tine mais ajoute en plaisantant que les vainqueurs pourraient être « la France, avec les mains et l’Argen­ tine, sans... sauf si Maradona joue ! »

Le coin du Corner Manu voulait retransmettre les matchs en direct et sur grand écran à l’Exit07. D’abord réticent, Robert Garcia, directeur du CarréRotondes, a changé d’avis après avoir rencontré l’historien du football, Sébastien Louis. L’idée a évolué en un festival d’événements au CarréRotondes et dans d’autres lieux. Les retransmissions à l’Exit07 s’intituleront « Round Corner ». Manu prévoit

www.citymag.lu


23 Exit07 1, rue de l’Aciérie Hollerich G 26 62 20 07 J www.rotondes.lu

également une boutique d’échange Panini le jeudi soir, dans le cadre régulier du Jeudiscover. La soirée d’ouverture du tournoi sera marquée par la retransmission des deux premiers matchs, suivie d’un DJ set éclectique sur le thème du football, proposé par Stereomission sous le titre « Modern Football is rubbish » (Le football moderne, c’est nul). Bizarrement, le programme des concerts live du d:qliq s’arrête au 10 juin, veille du début du tournoi, ce qui laisse à penser que Manu et Fred Baus, responsable de la musique au d:qliq, ont d’autres priorités pendant les quatre semaines de folie du football. Impossible de coller Manu sur le sujet. Il se souvient encore avec émotion de Naranjito, la petite mascotte orange de la Coupe de 1982, en Espagne. Et pour les anti-football qui cherchent une alternative pour le mois de juin ? Manu leur suggère d’« aller en Islande éteindre le volcan Eyjafjallajökull ! » Q

www.citymag.lu

Black Stuff 15,Val de Hamm Pulvermühle G 42 54 96 J www.blackstuff.lu

Q42 42, rue de Strasbourg Gare G 26 48 38 51 J www.q42.lu

Urban City 2, rue de la Boucherie Centre G 26 47 85 78 J www.urban.lu

Tim Probyn, Q42 and Q45

Marc Weydert, Ville de Luxembourg

Englishman Tim and his business partner, Dane Henrik Jensen, will be screening games at their indoors sports emporia on what Tim describes as “the largest screens in western Europe.” Q42 has three screens and between matches fans can relax over a game of pool or snooker or darts. Tim will be disappointed that just one player from the current Newcastle United squad looks likely to feature in the finals – Argentinean Jonas Gutierrez is in Diego Maradona’s selection. L’Anglais Tim et son associé, le Danois Henrik Jensen, projetteront les matchs, dans leurs salles consacrées aux sports indoor, sur des écrans que Tim considère comme « les plus grands d’Europe occidentale ». Le Q42 dispose de trois écrans et, entre les matchs, les supporters pourront se déten­ dre autour d’une partie de billard ou de fléchettes. Tim nourrit toutefois le regret que l’équipe actuelle de Newcastle United ne compte qu’un joueur pressenti pour être présent en phase finale. Il s’agit de l’Argentin Jonas Gutierrez, retenu dans la sélection de Diego Maradona.

Following the success of public screenings for the 2006 World Cup and 2008 European Championships, the Ville de Luxembourg is once again erecting giant screens on the place de Paris (from 25 June to 3 July) and on the Knuedler (for the semi-finals and final). “Luxembourg only just missed out on qualifying,” jokes Marc Weydert. “Remember our 2-1 win against Switzerland?” Huge crowds will come to the screenings – some 15,000 watched the 2008 final. DJs and entertainment, food and drink will be provided. Suite au succès des retransmissions publiques lors de la Coupe du Monde 2006 et de l’Euro 2008, la Ville de Luxembourg installe à nouveau des écrans géants place de Paris (du 25 juin au 3 juillet) et sur le Knuedler (pour la demi-finale et la finale). « Le Luxembourg a raté de peu sa qualification, plaisante Marc Weydert. Vous n’avez pas oublié notre victoire 2-1 contre la Suisse ? » Mais la palette de nationalités parmi les résidents garantit un public nombreux – la finale de 2008 avait attiré environ 15.000 personnes ! Sont éga­ lement prévus : DJs, divertissements, restauration et boissons.

Ray Hickey, Urban City and Urban Belval

Phil McKenna, Black Stuff

Without his home nation to cheer, Irishman Ray Hickey will be giving some minor amount of support to Italy – “or my wife will make my month one of suffering,” he says. Urban City will be screening all the games and punters can also take part in Ture Hedberg’s fiendishly fun fantasy football competition. Ray is plumping for Spain – “they are leagues above all other international teams for the moment” – and hoping for memories to equate Ireland reaching the quarter finals at Italia ’90 or Robby Keane’s equalising goal against Germany in 2002. L’Eire n’étant pas qualifiée, l’Irlandais Ray Hickey se résoudra à supporter l’Italie un tant soit peu – « sinon ma femme va me faire passer un mois d’enfer », dit-il. L’Urban City projettera tous les matchs sur grand écran. Les parieurs pour­ ront également participer à un concours de Fan­ tasy Football diaboliquement amusant, organisé par Ture Hedberg. Ray mise sur l’Espagne – « à l’heure actuelle, elle surclasse les autres équipes nationales » – et espère revivre des émotions simi­ laires à celles de 1990, lorsque l’Eire avait atteint les quarts de finale du Mondial italien, ou encore de 2002, lorsque le but de Robbie Keane avait permis d’égaliser contre l’Allemagne.

When the sun is shining, the terrace of the Black Stuff in Pulvermühle is a very fine place to watch the big game on television. Football fever at the pub may not reach the heady heights of 1994 or 2002, when Ireland qualified and acquitted themselves well at the finals. Indeed, Phil’s favourite World Cup memory was being in Giants Stadium in 1994 to see Ireland beat eventual finalists Italy. He and wife Cathy and their team are truly genial hosts who know how to create a good atmosphere. Matches will be shown in HDTV and there will be a Guinness promotion for certain games. Par beau temps, la terrasse du Black Stuff à Pulvermühle est l’endroit idéal pour regarder un bon match à la télévision. Le pub ne retrouvera peut-être pas la folie footballistique des grands soirs de 1994 et de 2002 où l’Irlande, qualifiée, se défendit fort bien au fil des éliminatoires. Phil se souviendra toujours avec émotion d’avoir vu, au Giants Stadium, l’Irlande battre l’Italie, en 1994. Hôtes chaleureux, Phil, son épouse Cathy et toute leur équipe savent créer une bonne ambiance. Les matchs seront retransmis en HDTV avec, pour certains, une action spéciale Guinness.

Public screenings Place de Paris (Gare) 25/06-03/07 Place Guillaume II (Centre) 06-11/07 J www.vdl.lu

lucien's  city magazine luxembourg


24

Sweden Finland

Russia

Norway

Estonia

Latvia Denmark Lithuania

United Belarus Kingdom Germany Poland Netherlands Belgium Luxembourg Czechia Ukraine Slovakia France Kazakhstan Austria Hungary Moldova SWITZERLAND Slovenia Romania Croatia Bosnia.Hercegovina Serbia Italy Montenegro Bulgaria Andorra Georgia Uzbekistan Kyrgyzstan Macedonia Armenia Albania Azerbaijan Spain Balearics Sardegna Turkmenistan Turkey Islands Greece Tajikistan Sicilia Malta Syria Cyprus Tunisia Afghanistan Lebanon Iran Iraq Palestine Morocco Israel Jordan Algeria Kuwait Libya Pakistan Egypt

Ireland

tania

a

Mongolia

Sweden in the Swing Le swing suédois

Saudi Arabia

Qatar U. A. E.

India

Nepal

encouraged to play sports – from cross-country Tanzania skiing to wilderness trekking. The landscape attracts tourists as well, who flock to Sweden to discover “greens cut with thick pine forests and crystal lakes.” The “greens” referred to are often golf courses. Sweden has over 450 courses, one of the highest numbers per capita in Europe. Thanks to the “midnight sun”, Swedish golf courses can boast 24-hour playing times in the summer. “I’m proud to be a member of the Professional Golf Association (PGA) Sweden.” Rickard Bergwall is a golf pro from Örebro, where he played golf as a hobby (along with football, ice hockey, badminton and all the sports for which young Swedes receive badges). A competitor at heart, Rickard soon got serious with the sport. “I always wanted to practice more than my friends.” He made a name for himself on the regional and Scandinavian tours and eventually the European circuit. The competition is fierce. “It is not enough to have the skills; you have to have the money and the sponsorship to play professional golf.” Angola

Zambia

Malawi

Zimbabwe

Mozambique

Botswana

Namibia

Swaziland

South Africa

Lesotho

Teacher, coach and role model

South Korea

Japan

Bhutan R.O.C. (Taiwan) Myanmar

Swedes are renowned nature enthusiasts. They ski, Oman sail, andNiger increasingly share a national passion for golf. Chad Yemen le ski, la voile Sudan de plein Etrea air. Outre Les SuÉdois adorent les activitÉs Burkina et la randonnÉe, le pays se dÉcouvre uneDjibouti nouvelle passion : le golf. Faso

A

China

Bangladesh

Malihike

Nigeria Ethiopia Cote Ghana NDeborah Fulton-Anderson  OAndrés Lejona d‘Ivoire Cent. Afr. Rep. eria Cameroon Benin n enthusiasm for the outdoors starts early. Guinea Uganda Congo Swedes are lovingly Togo From childhood, Kenya Congo Gabon Rwanda (ex-Zaire) plunked into open-air crèches and soon Burundi

North Korea

Laos Thailand Cambodia Vietnam

Philippines

Somalia Sri Lanka

L

es joies de la nature s’apprécient dès l’en fance. Les petits Suédois fréquentent très tôt des crèches de plein air et ne tardent pas à pratiquer des activités sportives, du ski de fond au trekking sauvage. La beauté des paysages attire aussi les touristes qui viennent découvrir « des espaces verts entrecoupés d'épaisses forêts de pins et de lacs cristallins. » Ces « espaces verts » sont souvent des greens de golf. Avec ses 450 terrains, la SuèdeMadagascar détient le record européen de terrains par habitant ! En été, grâce au « soleil de minuit », ils restent ouverts 24/24 h. « Je suis fier d'être membre de l'association des golfeurs professionnels (PGA) de Suède. » Rickard Bergwall est un golfeur professionnel originaire d’Örebro, où il pratiquait en amateur (ainsi que le football, le hockey sur glace, le badminton et tous les sports favoris des Suédois). Poussé par l’esprit de compétition, il s’entraîna sérieusement. « Je voulais toujours m'exercer plus que les autres. » Il se fit un nom sur les circuits nationaux et scandinaves puis accéda au circuit européen. La concurrence est féroce. « Le talent ne suffit pas ; au niveau professionnel, il faut de l'argent et des sponsors. »

Malaysia Singapore Indonesia Papua New Guinea East Timor

New Caledonia

Australia

New Zealan

Professeur, entraÎneur et exemple

La Suède fait tout pour promouvoir ce sport. Sweden is dedicated to advancing the sport. « Les clubs de golf suédois offrent aux jeunes des “Swedish golf clubs offer free lessons with a pro to cours gratuits avec un professionnel. Si vous êtes young people, and if you’re good enough, you can assez bon, vous pouvez passer dans 'l'équipe d'élite' .» move on to the ‘elite team’.” As a golf profes- Devenu professionnel, Rickard est aujourd’hui sional, Rickard is now a teacher, coach and role professeur, entraîneur et exemple pour les golmodel for local players in Luxembourg. His feurs du Luxembourg. Un certificat PGA confirme PGA certification affirms his competency and ses compétences et son expérience. Avec un autre experience in the sport. With Danish pro Ole professionnel, le Danois Ole Pedersen, Rickard a Pedersen, Rickard founded the Bergwall-Peder- fondé l’Académie de golf Bergwall-Pedersen qui sen Golf Academy that offers lessons at all lev- offre des cours de tous niveaux. « J'ai 160 joueurs els. “I have over 160 junior en catégorie junior. » Il admet players alone.” He recognizes que « le golf se joue dans la tête » that “golf is a mental game.” It mais exige néanmoins une ceralso requires a level of fitness. taine condition physique. Son His advice seems deceptively conseil est on ne peut plus simsimple: “Success in golf is a « Le golf se joue dans la tête. » ple : « Pour gagner au golf, il matter of removing distracfaut ne pas se laisser distraire et Rickard Bergwall tions and paying attention.” être attentif. » Rickard en est la Rickard guarantees it. parfaite illustration.

“Golf is a mental game.”

lucien's  city magazine luxembourg

www.citymag.lu


25 Metamorphosis

Healthy Sweat

Ture Hedberg, owner, Konrad Café and Boutique. Propriétaire, Konrad Café et Boutique.

Åsa Jacob, Instructor, Friskis & Svettis. Instructeur, Friskis & Svettis.

Métamorphose

À la sueur de son front

Finding the Balance Question d’équilibre

About Sweden Population: 9,059,651 (July 2009 est.) Capital: Stockholm Government: Constitutional monarchy National Day: June 6th Chief of State: King Carl XVI Gustaf Head of government: Prime Minister Fredrik Reinfeldt 156 nationalities live in Luxembourg including 982 Swedes. 156 nationalités vivent à Luxembourg dont 982 Suédois.

Rickard Bergwall, head instructor and co-founder of the Bergwall-Pedersen Golf Academy. Professeur principal et cofondateur de l’Académie de golf Bergwall-Pedersen.

Hitchhiking from Stockholm to Paris in 1992, Ture Hedberg met a girl in Luxembourg and “a fun group of people” and decided to stay. He eventually left to explore the lifestyles in Spain and Denmark, but came back to Luxembourg in 2003. “The metamorphosis in this city from year to year is amazing!” He has made a transformation of his own. “It’s part of a process of finding what you really want to do.” The result, after six years in the clothing business, is Konrad. Renovating an ancient building on rue du Nord, Ture has divided the space in two: trendy clothes on one side, a comfy café on the other, with everything from specialty coffees and draught beers to locally-sourced organic foods. “It’s a relaxing place and one that really interesting people seem to discover!” En 1992, alors qu'il tente de rejoindre Paris en stop depuis Stockholm, Ture Hedberg décide de rester à Luxembourg où il a rencontré une fille et « un groupe de gens sympas. » Il repart ensuite à la découverte de l’Espagne et du Danemark, pour revenir à Luxembourg en 2003. « Les métamorphoses de cette ville sont incroyables ! » Lui-même a aussi changé : « Il s'agit en fait de trouver sa voie. » La sienne, après six ans dans l’habillement, a pour nom Konrad. Ture a rénové un vieux bâtiment rue du Nord, et divisé l’espace en deux : boutique de vêtements branchés d’un côté, café confortable de l’autre, avec cafés spéciaux, bières à la pression et restauration bio issue de l’agriculture locale. « Un lieu de détente qui semble attirer des gens vraiment intéressants ! »

MATION FacMtOREs INFOR dor rg n bassa wede ou

m FOR y of S uxemb man, A ss Emba neta Söder e, L-1720 L g in H.E. A einrich He 09 9 H 2, rue 61 T 29 6 ad.com o 4 G 26 6 .swedenabr J www S SSION u? EXPRE heers! are yo C Skål! år du? Howso-so / right. Hur m ådär Good t. Just ? S Bra / What’s up ough is bes ? n Läget är bäst. E m o Lag

www.citymag.lu

The idea behind Friskis & Svettis is a very Swedish one – that fitness should be accessible to all, regardless of age, circumstance or physical condition. Exercise with fun as the key ingredient. Friskis (healthy) & svettis (sweat) combine to improve strength and flexibility, often while moving to music. Åsa Jacob has been an instructor for the non-profit F&S for four years. “It is Sweden’s largest sports association and has over 500,000 members in Europe.” The Luxembourg association was founded by a group of local Swedes ten years ago and is now 600 members strong. From aerobics to barbells, dance to yoga sessions, the training is varied. “We also offer outdoor sessions − Nordic walking and even Abba Aerobics in the park!” Friskis & Svettis : un concept bien suédois du fitness pour tous, indépendamment de l’âge, des moyens ou de la condition physique. Faire de l’exercice, oui, mais se faire plaisir d’abord. Friskis (santé) & svettis (sueur), ou comment travailler la force et la souplesse, le plus souvent en musique. Åsa Jacob enseigne depuis quatre ans au sein de l’asbl F&S. « C'est la plus grande association sportive suédoise, avec plus de 500.000 membres en Europe. » Fondée il y a dix ans par des résidents suédois, la branche luxembourgeoise compte aujourd’hui 600 adhérents. Aérobic, haltères, danse, yoga… l’offre est variée. « Sans parler des cours en plein air : marche nordique et même de l'aérobic sur des airs d'Abba dans le parc ! »

Catharina von Proschek, Professional coach, Visavie Coaching. Coach professionnel, Visavie Coaching.

Catharina von Proschek explains that there are as many methods of personal development coaching as there are coaches. “Where traditional therapy focuses on the past, coaching focuses on the possibilities of the present and the future – establishing a target and going toward that.” Catharina trained in Malmö, Sweden and is ICF (International Coach Federation) certified. She explains that coaching can be beneficial in many situations, from communication breakdowns to conflict resolutions. Or it can support individual goals, “wherever there is an imbalance in a person’s life.” Catharina seeks balance in her own life as she divides her time between private banking (head) and private coaching (heart). She is also the mother of three. “Yoga and meditation help!” Pour Catharina von Proschek, il y a autant de méthodes de coaching que de coaches. « La thérapie traditionnelle s'occupe du passé ; le coaching se concentre sur les possibilités présentes et futures : il fixe un objectif et fait tout pour y parvenir. » Formée à Malmö (Suède), Catharina est accréditée ICF (fédération internationale de coaching). Des problèmes de communication aux résolutions de conflits, le coaching est utile dans de nombreuses situations, explique-t-elle. Il sert aussi au niveau personnel « pour rééquilibrer l'existence. » Mère de trois enfants, Catharina trouve son propre équilibre en se partageant entre la banque privée (la raison) et le coaching (le cœur). « Le yoga et la méditation aident beaucoup ! »

r... e v o c s jeudi en g with eddThursday ekveannind musicm. unity srw x ela e d, drin h com o A Swedis nce, fo ambie iscover the d Come 7. h) 0 it x olleric E t a es – H d n o t rréRo e H 18 h 7 (Ca Exit0 sday 10 Jun r E Thu trance n e e e r 7 F 2 20 0 G 26 6 .rotondes.lu J www

lucien's  city magazine luxembourg


Services & shopping

& going nt

out

ra Culture estau age 36 p nue, r ve on Find tings ar lis and b Agenda rants y restau of Cit z les bars, age 36 p ve Retrou de loisir à la x et lieu genda yA du Cit

FIND THE RELEVANT CITY AUTHORITY, A USEFUL ADDRESS OR SPORTS FACILITIES. PLUS A GUIDE TO CITY SHOPS. Vous trouverez ci-dessous les services municipaux, adresses utiles, établissements sportifs, ainsi qu’un guide shopping.

1 Centre Hamilius, 51, boulevard Royal Lu-ve : 8-17h G 47 96 22 00 T 26 27 09 99 Naturalisation : G 47 96 26 40 / 41 86 Info-Conseils / assistant social : G 47 96 27 51 Population registration, certificates, electoral register, identity cards, passports, inscriptions for Chèque-Service Accueil, census, tax cards, affidavits, registered copies, address database, residential parking vignettes, dog registration, payment of council bills etc. Registre de la population (inscriptions et radiations), certificats, inscriptions sur listes électorales, titres d’identité, passeports, adhésion Chèque-Service Accueil, recensements, cartes d’impôt, légalisations de signatures, copies conformes, recherches d’adresses, vignettes de stationnement résidentiel, déclarations de chiens, paiement des factures communales, etc. J bierger-center@vdl.lu   www.vdl.lu

SPORT FOR ALL SPORTS POUR TOUS The Sport for All programme is organised by the sports service of the City of Luxembourg. It provides a wide range of sports activities. Senior citizens and adults over the age of 16 can participate in over 140 courses in different neighbourhoods of the city. Registration takes place all year round. Le programme Sports pour tous mis en place par le Service des sports de la Ville de Luxembourg propose une large gamme d’activités sportives. Aînés et adultes à partir de 16 ans peuvent participer à plus de 140 cours dans les différents quartiers de la ville. Inscription tout au long de l’année. Rens. : Service des sports de la Ville de Luxembourg J www.vdl.lu

2 Bonnevoie 30, rue Sigismond Bassin de natation Lu, ve, sa : 8-20h30, ma, je : 7-20h30, di : 8-12h Sauna Dames Lu, ve, sa : 8-11h30, ma, je : 14h30-20h Sauna Hommes Ma, je : 8-11h30 Sauna mixte Lu, sa : 11h30-20h, ma, je, ve : 11h30-14h30, di : 8-12h Ticket office closes one hour before the pool closes Fermeture de la caisse une heure avant la fermeture de la piscine G 47 96 34 71

ICE SKATING & SKATEBOARD PATINOIRE & SKATE 5 Patinoire de Kockelscheuer 42, route de Bettembourg Lu : 16-22h, ma-je : 12-22h, ve : 12-23h, sa-di : 10-23h G 46 74 65

6 Skate Park Hollerich Rue de l’Abattoir Lu-je : 11-22h, ve-sa : 11-23h, di : 11-20h G 44 83 47

TENNIS

3 Centre aquatique d’Coque 2, rue Léon Hengen (Kirchberg) Lu : 12-22h, ma-ve : 8-22h, sa-di : 10-18h Ticket office closes one hour before the pool closes Fermeture de la caisse une heure avant la fermeture de la piscine G 43 60 60-1

4 Centre de relaxation aquatique Badanstalt 12, rue des Bains (Centre) Bassin de natation Ma-ve : 8-21h30, sa : 8-20h, di : 8-12h Sauna Dames Ma : 8-11h, me : 8-12h, je : 14h30-21h30 Sauna Hommes Je : 8-11h Sauna Mixte Ma : 11-21h30, me : 12-21h30, je : 11-14h30, ve : 8-21h30, sa : 8-20h, di : 8-12h Ticket office closes one hour before the pool closes Fermeture de la caisse une heure avant la fermeture de la piscine G 47 96 25 50

22

11

19

Archives municipales Hôtel de Ville 42, place Guillaume II Pour les extraits des registres de l’état civil : Lu-ve : 8h30-11h30, 13h30-16h Pour les recherches historiques et généalogiques : Lu-ve : uniquement sur rendez-vous G 47 96 26 76 T 47 36 53

Office Social 24, Côte d’Eich Lu-ve : 8h30-11h30, 14-16h Late night licences and public entertainment taxes Nuits blanches et taxe sur les amusements publics Lu-ve : 8h30-11h Deprivation assistance Aide aux démunis G 47 96 24 70 T 46 92 01

12 Archives nationales de Luxembourg Plateau du Saint-Esprit Lu-ve : 9-11h45, 13-17h45, sa : 9-11h45 G 24 78 66 60 T 47 46 92 J archives.nationales@an.etat.lu www.anlux.lu

7 Bambësch – Tennis Spora Allée des Présidents Lu, ma, je : 10-12h, 14h-16h, ve : 10-13h G 46 15 51 Sur réservation J www.tennisspora.lu

8 Belair – Tennis Club des Arquebusiers Val Sainte-Croix G 44 50 37

9 Belair – Tennis Club Stade Boulevard Napoléon Ier Sans réservation, jusqu’à 22h G 45 16 10 J www.tcstade.lu

10 Bonnevoie – Tennis Club 115, rue Anatole France G 49 65 95 J www.tcbonnevoie.com

Bibliothèque Municipale Cité 3, rue Génistre Ma-ve : 10-19h, sa : 10-18h G 47 96 27 32 J www.vdl.lu

14 CAPEL – Centre d’animation pédagogique et de loisirs 4-12, rue de l’École Lu-di : 8-17h G 47 96 24 42 / 32 73 J www.vdl.lu

15 Centre d’information européen – Maison de l’Europe 7, rue du Marché-aux-Herbes Lu : 13-17h, ma-ve : 9-18h, sa : 11-16h G 43 01 37 83-3 Information, documents, personalised assistance, conferences, debates, exhibitions, group visits Information, documentation, assistance personnalisée, conférences, débats, expositions, visites de groupe J comm-rep-lux-info@ec.europa.eu

11 État Civil Hôtel de Ville 42, place Guillaume II Lu-ve : 8-17h, sa : 9h30-11h30 Births, deaths, marriages, affidavits, registered copies Naissances, mariages, décès, légalisation de signatures, copies conformes G 47 96 26 30 T 47 36 53

MARCHé DE BONNEVOIE In front of the parish church Devant l’Église paroissiale Me : 7-12h

1

2

23 MARCHé DU GLACIS Glacis 3rd Sunday of every month 3e dimanche du mois : 10-17h

TRANSPORT TRANSPORTS

MARCHéS HEBDOMADAIRES AUX PRODUITS FRAIS DU PAYS Place Guillaume II et place de Paris Me, sa : 7-13h30 Some 55 stall holders provide a wide range of fresh products such as fruit, vegetables, organic farm produce, flowers, fish, roast chickens Quelque 55 marchands et jardiniers offrent une grande diversité de produits frais tels que fruits, légumes, produits de l’agriculture biologique, fleurs, poissons, poulets grillés

1

AéROPORT Arrivals/departures/info G 24 64 0 J www.luxairport.lu Ventes et réservations

G 24 56 42 42 J callcenter@luxair.lu

16

17 kids and the city maison relais 2, rue du Nord Lu-ve : 7h30 -18h30, sa : 9h30 -18h30 G 26 26 29 59 J www.kidsandthecity.lu

18

SERVICES & SHOPPING

Service de livraison à domicile et internationale.

104, rue de Hollerich Luxembourg 83, av. du Dix Septembre Luxembourg

Taxis Taxis Colux : G 48 22 33 Benelux Taxis : G 80 02 51 51 City Taxis : G 48 00 58

USEFUL

Tous les parfums du monde pour toutes les circonstances : baptêmes, mariages, réceptions.

Tél. 49 15 54 Fax 49 15 94

21 MOBILITEITSZENTRAL Gare centrale Lu-ve : 7-19h, sa-di et jours fériés : 10-18h G 24 65 24 65 Information and advice on the whole range of public transport service and alternative means of transport to the private car, such as ‘soft mobility’ Renseignements et conseils sur l’offre des services de transports publics et sur les modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle, comme la mobilité douce J www.mobiliteit.lu

Impositions communales 43, boulevard F.D. Roosevelt Lu-ve : 8-11h30, 13h30-16h30 G 47 96 26 84 T 22 91 36

LEO (Luxembourg Energy Office) 9, boulevard F.D. Roosevelt Lu-ve : 8-17h G 26 39 48 48 T 26 20 24 24 For all your energy supply requirements Pour toutes vos démarches en matière de fourniture énergétique J www.leoenergy.lu

Ann_Monceau_CityMagazine_F.pdf

24

20 Recette Communale 3, rue du Laboratoire Lu-ve : 8h30-11h45 G 47 96 20 20 T 22 03 36 Payment of bills Encaissement des factures

13

G 47 96 25 83 (Hotline : 691 98 24 63)

SWIMMING POOLS PISCINES

MARKETS Marchés

USEFUL ADDRESSES ADRESSES UTILES

BIERGER-CENTER

ITALIAN MEN’S FASHION STORE SHOES & MORE 6 rue chimay l-1333 luxembourg +352 26202760 - insid@pt.lu monday from 13.00 to 18.00 tuesday to saturday from 9.30 to 18.00 www.redwoodshoes.it

Lundi au samedi 8h00 à 19h00 non-stop Dimanche et jours fériés 9h00 à 13h00

22/10/09

11:24


3

3

7 14

23

OFFICIAL DEALER LUXEMBOURG

PANDORA EVENT VENDREDI 7 MAI 10h00 à 20h00

SAMEDI 8 MAI 10h00 à 18h00

4

19

GALERIE BEAUMONT 56 GRAND RUE • L-1660 LUXEMBOURG TEL: +352 26 20 00 22 WWW.SOON.LU

8

3

9

4

17 13

15

1 AdvSOON_64x97.indd 1

12/04/10 12:10

24

18

2

11 16 12

MAISONS I APPARTEMENTS I BUREAUX ACHAT I VENTE I LOCATION ASSURANCES I CONSEIL ImmoBILIeR BRICKS Solu tion s Immobilièr e s 4-6, rue Pépin-le-Bref - Luxembourg Paul Fabeck I T : 26 44 11 61 info@bricks.lu I www.bricks.lu

4

ColleCtion Daff

20

24

1 5 3

21

6 5

2

6 10

Fournisseur de la Cour

22

Luxembourg – 44, Grand-Rue – 11, rue des Capucins Tél.: 22 73 27

5

7 7

plan K

6

2

Schong wéi gemoolt

Spas - Piscines - Cabines de douche - Cabines infra-rouge Saunas - Hammams - Cheminées écologiques Boîtes à lettres - Chalets - Mobiliers de jardin - Barbecues

500m2 de showroom Nous vous accueillons

du lundi au vendredi de 10h à 19h, le samedi de 10h à 18h. 38, Rangwee L-2412 Luxembourg-Howald Tél. (+352) 48 42 14-33/34

Mir wësse wéi et geet!

64A, avenue de la Liberté Luxembourg-Gare Tél. +352 48 44 97 | www.leon.lu

103b, rue des Bruyères L-1274 Howald Tél. : 26 19 60 02 - Fax : 26 19 64 01 aquadet@pt.lu

www.aquadetenteluxembourg.com

www.bamolux.lu


28 Click & find

Comment obtenir une vignette de stationnement How to apply for a parking vignette

Fresh print

PUBLICATIONS NOW AVAILABLE at THE BIERGER-CENTER

Bon à savoir

publications disponibles au bierger-center

Good to Know

Guide pour personnes 60+ 140 pages Français Éditions VDL

INFO-SERVICES Dépliant Français / Deutsch Éditions VDL

1. Consultez www.vdl.lu Visit www.vdl.lu 2. Cliquez sur l’icône « Formulaires » Click on the “Formulaires” icon 3. Sélectionnez « Liste des formulaires » Click “Liste des formulaires”

ÉCOLOGIQUE 24 pages Français / Deutsch Éditions VDL

4. Déroulez le menu et sélectionnez « Vignette de stationnement résidentiel » Scroll down to “Vignette de stationnement résidentiel” and click

VEL'OH! Brochure English Éditions VDL

5. Choisissez « Remplir en ligne » Select “Remplir en ligne” 6. Remplir le formulaire électronique et envoyer Fill out the electronic form and send

Conseils en énergie 24 pages Français / Deutsch Éditions VDL

S.d.s. Sport-wochen Brochure Français / Deutsch Éditions VDL

Free subscription Abonnement gratuit

itinéraires cyclables Dépliant Français / Deutsch Éditions VDL

For residents of Luxembourg City & the Grand Duchy and foreign commuters (subscribe to your workplace address in Luxembourg) Pour les résidents de Luxembourg et du Grand-Duché ainsi que les frontaliers (abonnez-vous sur votre lieu de travail à Luxembourg)

Jugendtreff Number 1 Dépliant Français Éditions VDL

Send an email with your name and full address to Envoyez vos coordonnées par mail à : citymag@vdl.lu Ou téléphonez au 47 96 41 14

two ways to receive the Ville de Luxembourg’s publications:

1. Visit the Bierger-Center (Centre Hamilius, 51 boulevard Royal) and ask for the publication you want 2. Download online at http://publications.vdl.lu

City Mag abroad / à l'étranger :

All publications are available free of charge!

Envoyez vos coordonnées par mail à citymag@vdl.lu ou téléphonez au +352 47 96 41 14. Participation aux frais de l'ordre de 10 EUR par an (11 numéros) à virer aux Éditions Mike Koedinger S.A. :

dEUX FAçONS DE RECEVOIR LES PUBLICATIONS DE LA VILLE DE LUXEMBOURG :

Please send an email with your name and full address to citymag@vdl.lu or call +352 47 96 41 14 and transfer 10 EUR to cover postage of the 11 editions published during the year to Éditions Mike Koedinger S.A.:

1. Rendez-vous au Bierger-Center (Centre Hamilius, 51 boulevard Royal) 2. Téléchargez-les en ligne sur http://publications.vdl.lu Toutes les publications sont disponibles gratuitement !

IBAN LU87 0019 1655 8851 4000 / Code Bic / Swift BCEELULL.

OURS

www.citymag.lu

En couverturE: Lucien Elsen Photographie : Julien Becker

est édité par Mike Koedinger Éditions pour le compte de la Ville de Luxembourg / is published by Mike Koedinger Éditions for the City of Luxembourg COMITÉ DE RÉDACTION / EDITORIAL COMMITTEE: Duncan Roberts, Mike Koedinger, Geraldine Knudson, Christiane Sietzen, Pascale Kauffman

lucien's  city magazine luxembourg

RÉDACTION / EDITORIAL DEPARTMENT: Courrier BP 728 L-2017 Luxembourg G 29 66 18-1 J info@citymag.lu Journaliste: Duncan Roberts (-55) J duncan.roberts@citymag.lu Coordinatrice: Déborah Lambolez (-56) J deborah@mikekoedinger.com Correction: Cynthia Schreiber Suivi de production: Rudy Lafontaine Diffusion / distribution: Didier Blaes (-28) J diffusion@mikekoedinger.com PHOTOGRAPHIE: Julien Becker, Luc Deflorenne, étienne Delorme, Véronique Kolber, David Laurent / Wide, Andrés Lejona, Olivier Minaire

cartographie /  cartography: monopolka Sàrl COLLABORATIONS / CONTRIBUTORS: Elvire Bastendorff, Mary Carey, Alice de Lestrange, Deborah Fulton-Anderson GRAPHISME / layout: INgrid StudioForEditorialDesign S.A. J www.INgrid.eu Direction artistique: Guido Kröger, Vera Capinha Heliodoro, Maxime Pintadu Mise en page: Stéphanie Poras (coordination), Thomas Aubinet, Monique Bernard, Nathalie Petit, Mireille Scheid

PUBLICITÉ / ADVERTISING: TEMPO! S.A. G 27 17 27 27-1 J info@tempo.lu www.tempo.lu City Magazine Luxembourg paraît onze fois par an / published 11 times a year Tirage / PRINT RUN 35.000 exemplaires / copies ISSN 2075-8286 © Ville de Luxembourg / Éditions Mike Koedinger S.A. Tous droits réservés. Toute reproduction, ou traduction, intégrale ou partielle, est strictement interdite sans autorisation écrite au préalable de l’éditeur. © Ville de Luxembourg / Éditions Mike Koedinger S.A. All rights reserved. Reproduction or translation of this publication, either in its entirety or partial, is strictly prohibited without the prior permission of the publisher.

Impression Imprimerie Centrale S.A. Imprimé sur papier UPM satin 57 gr. Please Recycle

Vous avez fini de lire ce magazine ? Archivez-le, transmettez-le ou bien faites-le recycler ! Finished reading this publication? Archive it, pass it on or recycle it.

Restrictions de circulation boulevard de la Pétrusse Restrictions on boulevard de la Pétrusse Le boulevard de la Pétrusse sera à sens unique entre la rue Heine et la rue Dicks. Les automobilistes arrivant par le boulevard d’Avranches seront détournés par le Viaduc, le boulevard Roosevelt et le Pont Adolphe. Fin prévisible des travaux : le 22 juin. The boulevard de la Pétrusse will be limited to one way traffic in the direction between rue Heine and rue Dicks. Drivers arriving from the boulevard d’Avranches will have to divert via the Viaduc, boulevard Roosevelt and the Pont Adolphe. The work is expected to be completed by 22 June.

Sens unique rue Pierre Krier One way on rue Pierre Krier Les travaux continuent rue Pierre Krier à Bonnevoie. La rue est à sens unique entre la place Léon XIII et le carrefour des rues Irmine et Gellé. Travaux prévus jusque fin juillet. Work continues on the rue Pierre Krier in Bonnevoie. The latest phase has required the road to be limited to one-way traffic between the place Léon XIII and the crossroads formed by the rue Irmine and the rue Gellé. The work is expected to last until the end of July.

Augmentation de l’offre de stationnement quartier Gare More parking spaces in Gare neighbourhood Les aires de livraison situées à l’avenue de la Liberté (côté pair, entre la place de Paris et la place de la Gare) et à la rue Glesener (entre la rue André Duchscher et l’avenue de la Liberté) seront réservées à la livraison du lundi au vendredi, entre 8 h et 12 h. En dehors de cette plage horaire, ces emplacements seront donc disponibles au stationnement, ce qui facilitera notablement l’accessibilité des commerces environnants. Delivery zones on the avenue de la Liberté (even house numbers between place de Paris and place de la Gare) and in rue Glesener (between rue André Duchscher and avenue de la Liberté) continue to be reserved for deliveries between 8 a.m. and 12 p.m. But outside those hours they can be used by private vehicles, which makes access to shops in the area easier. Plus d’informations sur : More information on: J www.vdl.lu

www.citymag.lu


29

Rue des Roses rue des roses

Le Limpertsberg était autrefois réputé pour ses roses. Limpertsberg was once renowned for its roses.

FAITS

eraies es ros es r iè m e planté Les pr nt 1855 rciales sont tting lance ciales r o e e N comm oupert et tés comm ié S r a 6 v 5 18 res d Ketten remiè r leurs p ean et Evra seraies J o r 5 s roses 6 r 18 nt leu variétés de berg » e g a n amé mbre de perts o in Lim 198 N es « made oses té 9 étique 856 et 193 a rue des R L 1 entre 6 à 1909 relier la rue 0 r De 19 nagée pou Ermesinde é e m u a r t s la e t lacis e des G

Une évocation régulière de quelques-unes des histoires oubliées autour de monuments, de noms de rues et de sites familiers à Luxembourg. Ce mois-ci, il s’agit d’entretenir le souvenir d’une époque où le Luxembourg était le centre de la culture de roses en Europe. A regular look at some of the forgotten stories linked with landmarks and street names and familiar sites in Luxembourg. This month the focus is on a time when Luxembourg was the centre of rose growing in Europe. NDuncan Roberts  ODavid Laurent / Wide

A

n the 19th century and into the first few decades of the 20th, Luxembourg was renowned for its roses. And the centre of this industry, which employed up to 300 people, was Limpertsberg. Many of the street names in the neighbourhood are a reminder of those glorious times – most notably rue des Roses, but also rue Evrard Ketten and rue Jean Soupert, named after two of the pioneers of rose breeding. Indeed, it was Jean Soupert, together with his friend Pierre Notting, who established the first commercial rose breeding company in 1855 in Limpertsberg – the first fields were planted between what is now the avenue de la Faïencerie and the rue Nicolas Ries. Soupert and Notting launched their first commercial roses, named “Tour de Malakoff ”, “La Noblesse” and “Duc de Constantine” to critical acclaim and commercial success a year later. The Ketten brothers, Jean and Evrard followed suit in 1865, planting their commercial scale rose gardens further up the avenue de la Faïencerie.

Demande internationale

The soil in the Limpertsberg area was clearly favourable to rose growing and as demand grew, so the growing fields spread across the plateau. Cavernous special cellars were dug to house the roses during winter. News of the Luxembourg roses soon spread and Evrard Ketten was asked to plant gardens in the Winter Palace in St. Petersburg. The Tsar’s gardener reciprocated and came to work in the Limpertsberg gardens to learn all he could about breeding roses. Flowers were sent all over the world – some were even planted in the city gardens of Rio de Janeiro. Between 1856 and 1939 some 198 new breeds of rose were recorded as originating in Luxembourg, and many won prestigious international prizes. But as the old pioneers began to die out and the world changed with the dawn of the Second World War, the rose growers started to fade away and the cellars were filled in. All that remains are some beautiful roses grown in private gardens and the street names as a reminder of what was once a thriving industry. Q

Le sol du quartier du Limpertsberg était indubitablement propice à la culture de roses et, avec une demande croissante, les champs de cultures envahirent le plateau. Des caves spéciales furent aménagées pour abriter les roses en hiver. Les roses du Luxembourg ne tardèrent pas à se forger une réputation et Evrard Ketten fut même invité à planter des jardins au Palais d’Hiver de Saint-Pétersbourg. Le jardinier du tsar lui rendit la pareille et vint travailler au Limpertsberg pour peaufiner ses connaissances en matière de culture de roses. Les fleurs se vendaient partout dans le monde et on en planta même dans les jardins municipaux de Rio de Janeiro. Entre 1856 et 1939, 198 nouvelles variétés de roses furent étiquetées d’origine luxembourgeoise. Mais à la mort des vieux pionniers et avec les changements qui s’annonçaient à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, les rosiéristes commencèrent à disparaître et les caves à être comblées. Désormais, il ne reste que quelques magnifiques roses cultivées dans des jardins particuliers ainsi que ces noms de rues qui évoquent un commerce autrefois florissant. Q

www.citymag.lu

I

u 19e siècle ainsi qu’au cours des premières décennies du 20e, le Luxem bourg était réputé pour ses roses. Le centre de cette activité, qui comptait 300 employés à son apogée, était le quartier du Limpertsberg. De nombreux noms de rues des environs évoquent encore cette période glorieuse, notamment la rue des Roses, mais aussi les rues Evrard Ketten et Jean Soupert, baptisées d’après deux des pionniers de la culture de roses. C’est en effet Jean Soupert qui, en compagnie de son ami Pierre Notting, établit la première société commerciale de culture de roses au Limpertsberg, en 1855. Les premiers champs furent cultivés entre les actuelles avenue de la Faïencerie et rue Nicolas Ries. Un an plus tard, Soupert et Notting lancèrent leurs premières variétés commerciales, appelées Tour de Malakoff, La Noblesse et Duc de Constantine. La critique fut élogieuse et le succès ne se fit pas attendre. Les frères Ketten, Jean et Evrard, leur emboîtèrent le pas en 1865 et se lancèrent dans l’exploitation commerciale de roseraies, plus haut sur l’avenue de la Faïencerie.

international demand

lucien's  city magazine luxembourg


30

Emmanuel Luxembourg FActs

LUXEMBOURG ATTRACTS INTERNATIONAL TALENT IN A VARIETY OF FIELDS. EACH MONTH WE ASK A GUEST TO RECALL THE VIVID IMPRESSIONS OF THEIR TIME IN THE CAPITAL CITY. Luxembourg attire les talents internationaux dans de nombreux domaines. Chaque mois, nous invitons une personnalité à nous raconter ce qui l’a marquée lors de son passage dans la capitale.

The son of a Russian father and Polish mother, Emmanuel Krivine was born in 1947 and began his musical career as a violinist. He studied in Paris and Brussels and went on to win several prestigious awards. It was a meeting in 1965 with Karl Böhm, one of the greatest conductors of the 20th century that switched his focus to conducting. He has worked with some of the great orchestras of the world and some of the finest contemporary musicians. He has been the musical director of the Orchestre Philharmonique du Luxembourg since 2006. Emmanuel Krivine est né en 1947 d’un père russe et d’une mère polonaise. Il a entamé sa carrière de musicien en tant que violoniste. Il a fait ses études à Paris et à Bruxelles et a remporté une série de distinctions prestigieuses. C’est en 1965, lors d’une rencontre avec Karl Böhm, l’un des plus grands chefs d’orchestre du 20e siècle, qu‘il a décidé de se dédier à la baguette. Il a dirigé quelques-uns des plus grands orchestres au monde ainsi que plusieurs des meilleurs musiciens du moment. Depuis 2006 il est directeur musical de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg.

N Duncan Roberts (interview) O Olivier Minaire

I

J

knew the orchestra because they performed a lot on television under e connaissais déjà l’orchestre, car il était passé plusieurs fois à la télévi Louis de Froment. And I knew (former conductors) Leopold Hager sion sous la direction de Louis de Froment. D’ailleurs, je connaissais and also David Shallon personally. David and I once played Bach’s personnellement (les anciens chefs d’orchestre) Leopold Hager et David double violin concerto together at a ski station. So I was well aware of the Shallon. David et moi avons même interprété ensemble le Concerto pour reputation of the orchestra. My first experience of working with the OPL deux violons de Bach dans une station de sports d’hiver. Dès lors, je savais qu’il was in 2001, and between then and being engaged as musical director s’agissait d’un orchestre réputé. J’ai travaillé une première fois avec l’OPL in 2006 I performed several times with the orchestra. en 2001. Ensuite, je me suis encore produit à plusieurs reprises aux côtés When you see the improvement of the orchestra over the past few de l’orchestre, avant d’être recruté comme directeur musical en 2006. years, it is not just down to the conductors and me, but Si l’orchestre a aussi bien évolué au cours des dernières années, A mostly thanks to the Philharmonie. I mean before they had il ne le doit pas uniquement aux chefs d’orchestre, mais surtout Philharmonie to rehearse in the Villa Louvigny, which was a disaster – a à la Philharmonie. Il faut savoir qu’auparavant, les musiciens 1, place de l’Europe scandal as far as acoustics are concerned. Thank goodness devaient répéter à la Villa Louvigny, dans des conditions désasG 26 32 26 32 J www.philharmonie.lu they had the Conservatoire to play concerts. treuses, voire scandaleuses du point de vue acoustique. Dieu soit loué, ils avaient le conservatoire pour jouer leurs concerts.

Proud of the orchestra

But I truly thank this country for building the Philharmonie with its beautiful concert hall and great acoustics and wonderful staff and loyal audience. It has really allowed the orchestra to blossom. It is important that the Luxembourgers realise this is their orchestra, and that they should identify with it and be proud. Luxembourg reminds me a little of my home town of Vevey near Lausanne. It is quiet and one thing I don’t like is hysteria. Il Riccio has become my canteen, but after a concert we go to Bacchus because they stay open late to serve us pizzas. Yamayu Santatsu is one of the best Japanese restaurants outside Japan and M. Ozawa has an impressive personality, a real presence. And I must not forget the hotel Le Royal, where I stay when in Luxembourg. Head concierge Simon Delcomminette is another great character – I like people with a personality and really dislike political correctness, which is a sickness of our time where everyone is interchangeable. Q

lucien's  city magazine luxembourg

Conservatoire de musique de la Ville de Luxembourg 33, rue Charles Martel G 47 96 55 55 J www.cml.lu

Fier de cet orchestre

En tout cas, je remercie du fond du cœur ce pays d’avoir construit la Philharmonie, qui est une magnifique salle de concert, avec de remarquables conditions acoustiques, un personnel merveilleux et un public fidèle. Elle a véritablement Hotel Le Royal 12, boulevard Royal permis à l’orchestre de s’épanouir. Il est important que les LuxemG 24 16 16-1 bourgeois se rendent compte que c’est leur orchestre, qu’ils J www.leroyalpeuvent s’identifier à lui et qu’il y a de quoi être fier. luxembourg.com Luxembourg me rappelle un peu ma ville d’origine, Vevey près P de Lausanne. C’est calme et s’il y a bien une chose que je déteste, Trattoria Il Riccio c’est l’hystérie. Il Riccio est devenu ma cantine. Néanmoins, 12, rue Beaumont après les concerts, nous allons au Bacchus, parce que la cuisine G 22 40 82 J www.trattoriailriccio.com reste ouverte plus longtemps pour nous préparer des pizzas. Le Yamayu Santatsu est l’un des meilleurs restaurants japonais Restaurant-Pizzeria hors archipel nippon et M. Ozawa est une personnalité impresBacchus sionnante, avec un véritable charisme. N’oublions pas non plus 32, rue du Marché-auxHerbes l’hôtel Le Royal, où je séjourne quand je suis à Luxembourg. G 47 13 97 Simon Delcomminette, le concierge en chef, est lui aussi un personnage étonnant. J’aime bien les gens qui ont du caractère et je Yamayu Santatsu n’apprécie pas du tout le politiquement correct, qui est un mal 26, rue Notre-Dame G 46 12 49 des temps modernes, où tout le monde est interchangeable. Q

www.citymag.lu


La nouvelle Giulietta. y travaillons depuis 100 ans. LaNous nouvelle Giulietta. Nous y travaillons depuis 100 ans. La nouvelle Giulietta. Nous y travaillons depuis 100 ans. e v i r d t s e T juin 20 & 9 1

GIULIETTA, L’ALLIANCE PARFAITE ENTRE TECHNOLOGIE AVANCÉE, CONFORT ET QUALITÉ EN MESURE DE SATISFAIRE TOUTES VOS ATTENTES. Pour fêter dignement ses cent ans, Alfa Romeo rend hommage à sa propre histoire, mais aussi à la légende de GIULIETTA, L’ALLIANCE PARFAITE ENTRE TECHNOLOGIE AVANCÉE, l’automobile. Voilà pourquoi la Giulietta, un nom synonyme de rêve, d’excellence et de technologie avancée pour CONFORT ET QUALITÉ EN MESURE DE SATISFAIRE TOUTES VOS ATTENTES. toute une génération d’automobilistes, renaît de ses cendres. À une époque où il est de plus en plus facile de se conformer aux autres, c’estans, elleAlfa qui Romeo définit ses propres règles. Enpropre prenanthistoire, commemais point de départ l’héritage Pour fêter dignement ses cent hommage à sa aussi à la légende de Alfa GIULIETTA, L’ALLIANCE PARFAITErend ENTRE TECHNOLOGIE AVANCÉE, Romeo, elle a le courageladeGiulietta, tracer lesunlignes nouvelle évolution. Dédiéeetà de tous ceux qui ont appris pour à faire l’automobile. Voilà pourquoi nom d’une synonyme de rêve, d’excellence technologie avancée EN MESURE DE SATISFAIRE TOUTES VOS ATTENTES. CONFORT ET QUALITÉ de maturité dans leurs choix sansde renoncer pour Àautant au plaisir à l’amusement, surtout toutepreuve une génération d’automobilistes, renaît ses cendres. une époque oùet il est de plus en plus facileau devolant. se Pour fêter dignement seselle cent ans, Alfa Romeo rendrègles. hommage à sa propre histoire, aussi àl’héritage la légende conformer aux autres, c’est qui définit ses propres En prenant comme pointmais de départ Alfade l’automobile. pourquoi la Giulietta, nomnouvelle synonyme de rêve, Dédiée d’excellence de technologie avancée Romeo, elle a le Voilà courage de tracer les lignesun d’une évolution. à tousetceux qui ont appris à fairepour toutede une génération de ses cendres. une époque il est de plussurtout en plusau facile de se preuve maturité dansd’automobilistes, leurs choix sans renaît renoncer pour autantÀau plaisir et à où l’amusement, volant. conformer aux autres, c’est elle qui définit ses propres A découvrir chez votre dealer à partir de juin règles. 2010En prenant comme point de départ l’héritage Alfa Romeo, elle a le courage de tracer les lignes d’une nouvelle évolution. Dédiée à tous ceux qui ont appris à faire preuve de maturité dans leurs choix sans renoncer pour autant au plaisir et à l’amusement, surtout au volant.

www.alfagiulietta.lu

www.alfagiulietta.lu www.alfagiulietta.lu

A découvrir chez votre dealer à partir de juin 2010

Consommation (L/100 Km) 3,7 - 10,8. Émissions de -CO2 (g/Km) 114 177. (g/Km) 114 - 177. 2

A GARAGE découvrir chez votreSA dealer à partir de juin 2010 INTINI Route de Longwy 8 B - 8080 Bertrange - G.D.Lxg. - Tél. 00352.45 00 47 - intini@pt.lu (g/Km) 114 - 177. 2

GARAGE INTINI SA

L - 8080 Bertrange - Tél.: 45 00 47-1 -

(g/Km) 00 11447 - 177. 2 Route de Longwy 8 B - 8080 Bertrange - G.D.Lxg. - Tél. 00352.45 - intini@pt.lu giulietta intini.indd 1

tta intini.indd 1

www.intini.lu

G a rage V igliot ti - Luxe mbourg - Tél.: 4 4 4 4 92 - e mail: info@garagevigliot ti.lu Garage INTINI Cardoni GARAGE SA SARL - Dudelange - Tél.: 51 06 28 - email: garagecardoni@vol.lu

09/04/10 17:23

Route de Longwy 8 B - 8080 Bertrange - G.D.Lxg. - Tél. 00352.45 00 47 - intini@pt.lu 09/04/10 17:23


www.volkswagen.lu

Think Blue.

Détenez un record mondial : 87g/km d’émissions de CO2 pour 5 places. La Polo BlueMotion. Des technologies innovantes telles la récupération de l’énergie au freinage, une aérodynamique optimisée ou le système Start-Stop font de la Polo BlueMotion la voiture 5 places la plus économe au monde. Ainsi vous contribuerez à réduire durablement les émissions de polluants tout en faisant de réelles économies : 3,3 litres aux 100 kilomètres et 1 500 € à déduire du prix d’achat grâce à la prime étatique CAR-e. Et avec 4 passagers à bord, vous agirez tous ensemble pour l’environnement. La nouvelle Polo BlueMotion, à partir de 15 650 €.

Das Auto.

Consommation moyenne : 3,3 l/100 km. Émissions de CO2 : 87 g/km. Autosdistribution Losch Importateur

Garage M. Losch Esch/Alzette

Garage Pauly-Losch Strassen

Garage Ed. Pepin Ingeldorf

Garage Horsmans & Rosati Bech-Kleinmacher

Garage M. Losch Luxembourg

Garage Roby Cruciani Dudelange

Garage Castermans Redange/Attert

Garage Martin Biver Weidingen/Wiltz

Garage Demuth Junglinster

Garage M. Losch Bereldange

Garage Roger & Diego Pétange

Garage Kieffer Steinfort

Garage Kruft Echternach

Garage Weis-Schon Munsbach


lucien's Cit y ma g azine Luxe

mb ourg

Juni'10

Profile for Maison Moderne Publishing

Lucien's City Mag  

June 2010 edition of City Magazine Luxembourg

Lucien's City Mag  

June 2010 edition of City Magazine Luxembourg

Advertisement