Issuu on Google+

Printemps / Été 2011

Habiter Autrement – les extensions de maison – les espaces de convivialité – m3 architectes

Magazine d’architecture luxembourg Numéro 2 ‒ Printemps /Été 2011

035 – Grand sujet: Habiter Autrement 052 – Dossier habitat: les extensions de maison | 076 – Dossier entreprises: les espaces de convivialité 091 – Portrait: m3 architectes

2

www.archiduc.lu Luxembourg 7,50€

5 453000 010008

01 02


cropmark.lu

eAtANDdrink

7A rue de BitBourg

Zi HAmm

L-1273 LuxemBourg

teL +352 27 04 30-1

FAx +352 27 04 30 30

inFo@reedAndsimon.com


Édito La question du logement est sur toutes les lèvres ces derniers temps: le Premier ministre Jean-Claude Juncker annonçait dans son discours sur l’état de la Nation, le 6 avril dernier, que le logement restait un problème de premier ordre à Luxembourg, et le Festival de l’Architecture 2011, organisé du 16 juin au 16 juillet par la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, a pour thème l’habitat innovant. C’est donc tout naturellement qu’Archiduc, magazine d’architecture luxembourgeois, se penche également sur ce volet et y consacre son grand sujet, en passant en revue ce qui fera notre habitat de demain. Toujours côté logement, lorsque la famille s’agrandit ou que des besoins d’espace se font sentir, les particuliers propriétaires peuvent choisir d’ajouter quelques mètres carrés à leur maison plutôt que de déménager. C’est pour cela qu’Archiduc vous propose un dossier spécial pour y voir plus clair dans le domaine des extensions. Au cœur du magazine, le collectif Atopia nous fait plonger dans son univers où l’architecture numérique et la réalité augmentée se dévoilent sous nos yeux ébahis; conception qui sera, à n’en pas douter, une composante à prendre en compte dans les années à venir. Notre dossier pour les entreprises et les collectivités prend ses aises dans les espaces de convivialité au sein des entreprises. Enfin, les architectes invités ce semestre, pour notre portrait, sont m3 architectes. Sans oublier les pages actualité et celles de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, notre partenaire. Céline Coubray, Rédactrice en chef

003


004

www.archiduc.lu

006-033 actualité Concours, dernières livraisons, le Cercle Municipal, le château d’eau de Dudelange, l’aménagement de la place d’Armes, les news…

035-050 grand sujet

Habiter autrement | 036 Dix projets pour l’habitat de demain | 044 Le Fonds du Logement, un acteur incontournable| 046 L’habitat innova

052-065 habitat

Extensions de maison | 053 Tout pour gagner des m2 | 056 Lumière sur les extensions| 058 Attention aux jonctions| 060 Produits| 064 Une extension pour de n

076-089 entreprises

Les espaces de convivialité | 077 Perspectives analytiques | 080 Bien-être en entreprise | 08

091-106 portrait m3 architectes | 092 «Être juste dans notre approche» | 094 Portfolio| 106 Interview


005

ant| 048 L’habitat, une réflexion de groupe

nouvelles fonctions

SOMMAIRE

067-074 carte blanche Atopia V 0.01 par Laura Mannelli, Frederick Thompson, Kanika Langlois

84 Produits | 088 La Banque européenne d’investissement

107-113 partenariat Les pages de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie


www.archiduc.lu

actualité

006 1

Le bureau witry & witry architecture urbanisme reçoit le 2e prix dans le concours d’architecture «Erweiterung der Jugendarrestanstalt Berlin» (extension de la maison de détention pour jeunes à Berlin). Le premier prix a été remporté par le bureau Winking Froh Architekten BDA, le troisième prix par le bureau Patrik Dierks Norbert Sachs Architekten.

Les lauriers de demain

Vision panoramique des projets conçus par des bureaux luxembourgeois ou pensés pour le territoire du Grand-Duché et primés lors de concours internationaux.

2

STEINMETZDEMEYER architectes urbanistes  a remporté le 1er prix du con­cours restreint organisé par le Fonds d’urbanisation et d’aménagement du plateau de Kirchberg pour le lot 2 situé dans le quartier du Grünewald, comprenant deux immeubles mixtes destinés à accueillir des appartements, ainsi que des cabinets médicaux et/ou bureaux et une crèche, pour le compte de la SNHBM (Société Nationale des Habitations à Bon Marché). 3

Le bureau Metaform, en association avec NLA nuno leónidas arquitectos (Portugal) et CH-Arq&Urb (Cap-Vert), a remporté le 1er prix du concours d’idées organisé par LuxDéveloppement pour la conception d’un centre de formation professionnelle dans le domaine des énergies renouvelables et de la maintenance industrielle (CFP ERMI) à Praia (Cap-Vert).

1

2

3

4

Le 1er prix de la consultation internationale d’architecture pour le nouveau parc des expositions et la gare Kirchberg a été décerné à SteinmetzDeMeyer architectes urbanistes, avec Pohl Architekten Stadtplaner, Knippers Helbig, ingénieurs génie civil, et Ingenieurbüro Hausladen, ingénieurs génie technique.

4

5


007

5

Le concours international d’architecture «Jean Monnet 2», futur bâtiment de la Commission europé­ enne à Luxembourg, a été remporté par l’équipe menée par JSWD de Cologne (lauréat du concours pour le quartier de la gare de Luxembourg en 2005 et du concours pour l’École centrale de Clausen en 2008) associé à architecture & aménagements de Luxembourg et Chaix & Morel et Associés de Paris. 6

Paul Bretz Architectes a remporté le 2e prix au concours pour le centre de documentation et d’expositions «dc-r» à Ramstein.

6

7 x

La consultation pour la construction et l’exploi­ tation de l’îlot «RoyalHamilius» à Luxembourg a été remportée à l’unanimité par l’équipe composée de Codic International (L) (investisseur-promoteur), Jones Lang LaSalle (L) (exploitant commerces), Foster + Partners (GB) – Tetra Architectes, Kayser Paul & associés (L) (architectes). 8

Le chantier de la Maison des sciences humaines à Belval est officiellement lancé. Le 1er prix du con­ cours avait été remporté en 2008 par TatianaFabeck Architect. La Maison des sciences humaines regroupe toutes les activités de recherche dans les domaines scientifiques rattachés aux sciences humaines, ainsi que la formation d’une partie des masters du cycle universitaire. Le projet doit également définir dans leurs grands principes des logements et des surfaces commerciales qui viendront compléter l’îlot, mais dont l’exécution se fera plus tard.

7

8


www.archiduc.lu

actualité

008 1

2

Le centre culturel Kinneks­ bond à Mamer a été réalisé par l’Atelier d’Architecture et de Design Jim Clemes. Son architec­ture prévoit d’accueillir différentes formes d’activités (concerts, pièces de théâtre, dîners de gala, défilés de mode). Un espace est égale­ment prévu pour l’école de musi­ que. Le bâtiment se devait donc d’être très flexible.

Sortie de chantier Immeubles de bureaux, habitations groupées, équipements publics… Archiduc vous propose un diaporama de quelques chantiers qui ont été livrés récemment au Grand-Duché de Luxembourg.

3

L’immeuble construit pour le programme Baulücken par hsa - heisbourg & strotz architectes a été livré. Il prend place à l’angle de la rue de Merl et de la route de Longwy à Luxembourg. 4

5

L’Administration des bâti­ ments publics a fait cons­ truire par Metaform, en collaboration avec INCA, un centre d’animation qui s’inscrit dans la continuité d’un parcours ludique destiné à la découverte de la nature, proposé par l’auberge de jeunesse de Larochette dans le canton de Mersch. Motivé par un souci d’intégration, ce bâti­­ment tend à fusionner avec son environnement et cherche à être en harmo­ nie avec ce dernier, en adoptant une volumétrie épurée et un «camouflage naturel» composé d’un fin bardage en mélèze. Ses lar­ ges baies vitrées font à la fois entrer largement la lumière natu­relle et favori­ sent le dialogue entre inté­ rieur et extérieur. Destiné à une population jeune, ce projet se veut un repère dans le long processus d’apprentissage à l’architec­ ture pour les jeunes.

1

3

2

3 4


009

6

Le bureau Perry Weber vient de livrer une exten­ sion de la librairie pour enfants à Niederanven. Le projet, réalisé en colla­ boration avec Préfalux,  prévoyait l’agrandissement de la surface de vente et la création d’un accès livreurs, d’un espace de stockage et des locaux sociaux. 7

TatianaFabeck Architecte a réalisé le complexe admi­ nistratif Serenity à Strassen, qui comprend un immeuble de bureaux scindé en qua­ tre blocs reliés deux à deux par des éléments vitrés. Le bâtiment répond à tous les critères de basse éner­ gie et a reçu la certification NF Bâtiments tertiaires Démarche HQE.

6

8

9

5

7

9 8

Strassen: Philippe Van Gelooven architectural photography; Mamer: imedia; Mersch: steve troes fotodesign

Dredging and Maritime Management S.A. du groupe belge Jan De Nul vient de se voir livrer un nouveau siège à Capellen, en basse consommation d’énergie, immeuble signé par Tetra Architectes Paul Kayser & Associés avec la collaboration de Simon et Christiansen and Goblet Lavandier & Associés. Ce bâtiment de 5 800 m² hors-sol et de 20 800 m³ en volume est un pro­ gramme d’immeuble de bureaux classique. La construction a duré de 2008 à fin 2010.


Les Ponts & Chaussées se réorganisent Le bureau bsarc (Bourguignon Siebenaler sàrl) a la charge de réorganiser intégralement le site dédié aux services Ponts & Chaussées de la division Luxembourg-Kirchberg, et ce aussi bien au niveau du bâti que des surfaces de roulement et de rangement extérieur. Le programme de construction comporte la réalisation d’une nouvelle entité administrative, la création d’un hangar supplémentaire à l’extrémité est et la transformation intérieure du hangar existant, notamment la zone atelier et magasin. En parallèle aux travaux d’extension, les aménagements extérieurs seront réorganisés. Le nouveau projet permet de répondre aux besoins croissants en équipements et surfaces et optimise le fonctionnement de la division. L’ensemble des bâtiments sera enveloppé d’une façade en bois. Livraison complète fin 2013.

Maison particulière au Cents Les maîtres d’ouvrage de cette maison prévue pour accueillir une famille avec trois adolescents se sont permis un programme ambitieux. Au lieu de proposer un bloc massif, le bureau de Stefano Moreno a imaginé de séparer les fonctions, comme l’architecture vernaculaire des fincas à Ibiza: chaque volume simple contient une fonction, et les volumes sont reliés entre eux par des espaces de jonction. Au rez-de-chaussée, on trouve, dans des volumes distincts, la cuisine, le salon, la chambre principale et un garage. Les chambres des enfants bénéficient chacune d’une terrasse extérieure grâce à la déclivité naturelle du terrain. Les percées des façades ont été agencées pour créer des vues ciblées. Les matériaux ont été choisis pour créer une continuité entre enveloppe et mobilier. On trouve un enduit clair pour les façades et les murs intérieurs, de la pierre de basalte pour le sol et du bois foncé kambala pour les parois mobiles et l’escalier. La lumière joue un rôle primordial et est travaillée comme un quatrième matériau.

www.archiduc.lu

actualité

3 questions à David Richiuso, alias Dave Defact designer et architecte d’intérieur

Quelle est votre impression générale du salon du meuble à Milan. Avez-vous remarqué de grandes tendances? «Ce qui m’a le plus frappé, ce sont les couleurs présentes dans beaucoup de projets et la fantaisie formelle des objets. On s’est éloigné du minimalisme présent pendant des décennies pour laisser la place à un trait plus organique et plus ‘libre’... De manière générale, on sent le ‘post-crise’ chez les grands éditeurs qui faisaient jusque-là profil bas avec des valeurs sûres et des propositions ‘bancables’. Avez-vous noté une grande nouveauté, un projet dont tout le monde a parlé? «Non, la profusion des propositions étant tellement grande... le Fuorisalone a envahi tous les quartiers de Milan avec presque ‘trop’ de projets différents pour pouvoir n’en sortir qu’un seul... Benetton et Sisley ont travaillé avec Sam Baron, La Fabbrica et cerutti baleri sur la Maison Martin Margiela, Maurizio Galante et Alessi sur les étudiants de l’Ecal... Tout était valable, et même très bien, mais j’ai peur qu’à long terme trop de projets tuent les projets.  

Quel est votre coup de cœur personnel? «Difficile de donner un coup de cœur précis… Peut-être la gamme d’assises dessinées par Stefan Diez pour e15 ou l’exposition de la Triennale ‘Le fabbriche dei sogni’, 4e volet d’expositions dédiées au design italien. Enfin, l’horloge de Pierre Favresse pour Superette, et je ne dis pas ça parce que c’est Stéphanie Rollin!»

bsarc, Catherine Thiry, Olivier Minaire

010


Made by MEDIA-PLANNING.lu

ALLEMAGNE | AUTRICHE | BELGIQUE | ESPAGNE | ETATS UNIES | FRANCE | GRANDE BRETAGNE | GRECE | INDE | ISRAEL | ITALIE | LETTONIE | LIBAN | LUXEMBOURG | PAYS BAS | QATAR | RUSSIE | ARABIE-SAOUDITE | SUISSE | UKRAINE | UAE

www.minimal-windows.com

38-40, route de Wilwerdange L-9911 TROISVIERGES T +352 97 80 21 -1 F +352 97 80 23 info@kellerag.com

Grandes baies vitrées coulissantes avec un système de châssis minimaliste pour toute pièce habitable y compris les vérandas


actualité

Les cabanes en catalogue

Table de pouvoir

ARCHITECTURE & ENVIRONNEMENT

À l’occasion des 40 ans du bureau, Architecture & Environnement a réalisé un livre qui permet de faire un arrêt sur image de son activité, de revenir sur les premiers pas du bureau et de retracer son développement en présentant les projets phares. Il se divise en quatre chapitres: les projets, les maisons unifamiliales, les concours et les références. Ce livre a aussi été réalisé à un moment charnière de la vie du bureau puisque correspondant au passage de relais à une nouvelle génération d’architectes, avec Pierre Kelecom et Jérôme Dubuisson en tant qu’administrateurs délégués et Philippe Caulier et Marc Wagner comme administrateurs.

W

PLus de news: www.archiduc.lu

Une maison dans les bois

La maison Cadonici-Germeau se situe à Arbre dans la vallée de la Meuse, province de Namur en Belgique. Le bureau bsarc a imaginé trois volumes qui s’imbriquent les uns dans les autres, tout en respectant la topographie du terrain et le paysage environnant très présent. La maison répond aux normes de basse énergie. Une piscine est prévue sur une des terrasses. Le projet est en cours de demande de permis de construire.

Le catalogue du Festival des cabanes 2010 retrace toute l’aventure de ce projet qui se déroule désormais tous les trois ans: de la sélection par le jury à l’exposition, en passant par les tentes du monde et les animations. Pour plus d’informations: www.snj.lu, www.cabanes.lu, www.oai.lu

Quarante ans au fil des pages

www.archiduc.lu

La photographe Jacqueline Hassink mène un travail photographique sur les tables de réunion. Pour la deuxième édition de Table of Power (publication prévue pour l’automne 2011 aux éditions Aperture), elle a sélectionné 50 des plus puissantes entreprises européennes, dont ArcelorMittal et une de ses tables de réunion. Cette dernière a été dessinée par Mauro Doro de Moreno Architecture. Réalisée en acier produit par ArcelorMittal, elle présente des finitions en acier chromé poli et une laque champagne, inspirées des produits de la société.

Massenoire, pour y voir plus clair

Un centre de documentation a été installé dans l’ancien bâtiment industriel «Massenoire», situé au pied du Haut Fourneau à Belval. Les visiteurs peuvent y découvrir le projet de la Cité des Sciences, de la Recherche et de l’Innovation prévu par l’État sur le site de l’ancienne friche industrielle, ainsi que le nouveau quartier universitaire (composé des infrastructures de l’Université du Luxembourg, des centres de recherche publics, des activités socioculturelles, de start-up, de logements, de commerces, d’administrations publiques et de services), les concepts d’urbanisme et des aménagements urbains de la Terrasse des Hauts Fourneaux, mais aussi les acteurs et futurs utilisateurs des nouvelles infrastructures. Avenue du Rock’n Roll (en face de la Rockhal), à Esch-sur-Alzette. Ouvert du mercredi au vendredi de 12h à 19h, le samedi de 10h à 18h. Fermé du dimanche au mardi.

Architectour

L’Ordre des Architectes et des Ingénieurs-Conseils (OAI) lance une nouvelle brochure et un site Internet proposant huit circuits pour découvrir l’architecture contemporaine au Grand-Duché. 118 édifices publics et privés à caractère représentatif et exemplaire ont ainsi été sélectionnés par un groupe de travail constitué de délégués de l’OAI, d’un délégué de l’Office National du Tourisme et d’un délégué de la Fondation de l’architecture et de l’ingénierie. Chaque bâtiment bénéficie d’un bref descriptif qui renseigne sur le parti architectural, l’architecte, l’ingénieurconseil, l’année de réalisation, l’adresse avec les coordonnées GPS, etc. Une bonne idée pour les promenades-découvertes de cet été. www.architectour.lu

Table de pouvoir: Jacqueline Hassink

012


Disponible à DELVAUX NAUTILUS IDROS 11, rue de Contern · L-5955 Itzig · Tel +352 36 05 90 Showroom · Tel +352 43 75 80 · Fax +352 36 05 93 · info@delvaux.lu · www.delvaux.lu


014

www.archiduc.lu

actualité

2

1

Georges Zigrand d’integratedPlace et Joanna Grodecki de Monopolka. 2

Les séparations de terrasse font aussi l’objet d’une réglementation. 1

Harmonie publique Auteur: Céline Coubray Photographe: David Laurent/Wide W

PLus d’infos: www.vdl.lu www.integratedplace.com www.monopolka.com

Depuis fin 2010, les cafés et restaurants de la place d’Armes sont tenus de respecter une nouvelle charte qui régit les équipements de terrasse, et ce, dans un souci de qualité visuelle de nos espaces publics.

La Ville de Luxembourg, sur une initiative du City Management, a mis en place un groupe de travail transversal et pluridisciplinaire pour étudier la question des espaces publics et apporter des réponses concrètes. Ce groupe de travail réunit les services concernés par l’espace public, comme l’urbanisme, l’éclairage, les architectes, etc., qui jusqu’à présent travaillaient en parallèle, mais sans réelle concertation. À ce groupe s’ajoute un intervenant extérieur, Georges Zigrand d’integratedPlace, accompagné dans la phase initiale du projet par Joanna Grodecki de Monopolka. Leur rôle est d’apporter un regard extérieur ainsi que des recherches sur les expériences existant ailleurs, des analyses et des propositions d’études. À partir du constat que les places publiques étaient victimes d’une certaine dégénérescence quant aux aménagements extérieurs des restaurants et cafés, une charte précise a été écrite pour rétablir de manière urgente la qualité de ces espaces publics. La place d’Armes a été la première place à être étudiée, car c’est celle qui présente le plus grand nombre de terrasses et où, par conséquent, la cacophonie était la plus visible. Ainsi, les commerçants sont tenus depuis fin 2010 de renouveler leur mobilier en suivant les indications données par cette charte et ont jusqu’à

2012 pour mettre en place leurs nouvelles installations. La charte a pour objectif de calmer visuellement l’ensemble, de le rendre plus harmonieux et plus cohérent par rapport à son environnement. Elle va aussi de pair avec la restauration du Cercle-Cité et le travail d’éclairage urbain qui a été effectué à cette occasion. Cela concerne tout l’équipement HORESCA d’extérieur, à savoir les tables et fauteuils, les parasols, marquises, nappages, coussins et le mobilier (présentoirs, service). Dans les grandes lignes, la charte propose d’utiliser du mobilier en rotin et préconise le choix de couleurs comme le gris foncé, anthracite ou graphite avec, en couleur complémentaire, l’écru. La version complète de cette charte est disponible sur le site Internet de la Ville de Luxembourg. Toutefois, elle laisse une grande part de liberté à chaque commerçant et permet de choisir du matériel en adéquation avec l’identité et le style de chaque établissement. Nous sommes donc dans la phase de transition. Certains établissements comme le Chi-Chi’s ont déjà renouvelé leur mobilier en respectant cette charte. Des déclinaisons de celle-ci sont prévues pour la place Guillaume et la place de Paris. À terme, elle pourra être étendue à tous les quartiers de la ville.


Energy & Silence

La première fenêtre de toit Anti-Bruit de Pluie

©2011 VELUX GROUP ®VELUX, LE LOGO VELUX, CABRIO, INTEGRA, io-homecontrol ET Pick&Click! SONT DES MARQUES DÉPOSÉES ET UTILISÉES SOUS LICENCE PAR LE GROUPE VELUX.

Le bru de la p it divisé luie par

2!

2 x plus de silence

2 x plus d’avantages

20 dB

Forêt silencieuse

Ug valeur du vitrage

1,0 W/m² K (EN 673)

48 dB

Bruit de pluie avec fenêtre de toit 'Energy & Silence' ou dans une bibliothèque

Uw valeur de la fenêtre

1,3 W/m² K (EN ISO 12567-2)

50 dB

Seuil de réveil*

g transmission énergie solaire

0,29 (EN 410)

55 dB

Bruit de pluie avec fenêtre de toit 'Standard' ou une conversation normale

τV transmission lumineuse

0,62 (EN 410)

Rw isolation acoustique

37 dB (EN 12758)

90 dB

Trafic moyen

Résistance à l’impact

110 dB

Groupe Pop

Vitre intérieure 1B1 (EN 12600) Vitre extérieure 1C3 (EN 12600)

* La plupart des réveils sont programmés sur 50 dB

Conforme à la norme NBN S23-002 concernant la sécurité des personnes

Plus d’infos, certificat et fiche technique sur

velux.lu


016

Du Kiosk au Kyosk

Du palais au ministère

L’entreprise BatiLux EcoConcept a été récom­ pensée dans la catégorie des projets indépendants par l’association etika, suite à un appel à candidatures pour des projets durables. Cette entreprise fournit des conseils dédiés à la construction et la rénovation de logements en utilisant exclusivement des maté­ riaux naturels. Le bureau STEINMETZ DEMEYER architectes urbanistes s’est offert pour ses 10 ans un nouveau site Internet qui donne une meilleure visibilité à leurs projets et au travail quotidien de l’équipe. www.steinmetzdemeyer.com Une enquête Eurotest place Luxembourg en tête du pal­ marès européen pour la sécurité aux passages piétons. Sur 15 passages examinés, deux ont reçu la mention «très bien», 11 la mention «bien» et deux la mention «acceptable». Étaient entre autres exa­ minées l’agencement de la chaussée et du trottoir, l’accessibilité aux piétons les plus vulnérables, la visi­ bilité diurne et nocturne et la gestion des feux. Le passage piéton près du Grand Théâtre se classe plus particulièrement en sixième position du palmarès européen. Un concours a été lancé par le Fonds Kirchberg pour le front sud de l’avenue J.F. Kennedy. Huit bureaux ont été sélectionnés: AllesWirdGut Architektur, Christian Bauer & associés architectes, MARS Metropolitan Architecture Research Studio, Mecanoo architecten, Polaris Architects, STEINMETZDEMEYER architectes urbanistes, Urbis bureau voor stadsontwerp, WW+ architecktur + management. Ils doivent désormais tra­ vailler l’urbanisme de cette parcelle qui sera un lien entre le Quartier européen Nord et Weimershof, aussi bien dans son échelle que dans ses fonctions. Le jury final se réunira en octobre 2011. Le groupe de travail «Espace public» de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie a réalisé un blog accessible à tous sous l’URL www.espace-public.lu. Il permet de se tenir informé de l’actualité du groupe, rend compte de leurs activités et annonce les prochaines dates de rendez-vous.

La concession du Kiosk dans le parc central du Kirchberg change de mains. C’est Manu Da Costa (d:qliq, Exit07) qui en reprend la gestion, avec la volonté d’y introduire une carte savoureuse et conviviale, très inspirée par la cuisine du Sud, accompagnée de différentes activités comme la pétanque ou un guignol pour les enfants.

La qualité pour tous

La transformation de l’ancien Palais de justice pour le ministère des Affaires étrangères a été confiée à l’association momentanée AMAE (architectes pour l’aménagement du ministère des Affaires étrangères) constituée des bureaux Guillermo Vázquez Consuegra, A+T architecture et kaell architecte. Le maître d’ouvrage est le Fonds de rénovation de la Vieille Ville pour le compte du ministère des Affaires étrangères. Cette association momentanée résulte du fait que le premier prix du concours a été attribué de manière ex æquo au bureau espagnol et à l’association des bureaux luxembourgeois. Ils tra­ vaillent donc désormais à l’élabora­ tion d’un projet commun.

Pour mieux Peau neuve se présenter pour Pidal One on One

La Ville de Luxembourg a lancé un concours lié au programme Baulücken pour la parcelle de terrain située rue des Forains. C’est STEINMETZDEMEYER qui a remporté ce concours avec un immeuble passif fon­ctionnant comme un repère.

Le bureau Moreno architecture a réalisé une petite édition reprenant une sélec­ tion de ses derniers projets. Elle permet de mieux situer la philosophie du bureau, son approche de l’architec­ ture et son cadre de travail.

L’extension de la piscine Pidal (extension des domai­nes fitness & wellness) à Walfer­ dange est signée par Tetra Architectes Paul Kayser & Associés. Elle comprend une nouvelle enveloppe exté­ rieure et un aménagement intérieur totalement revu.

Belval d’hier et de demain

Agora, en association avec l’Université et la Fondation Bassin Minier a confié au professeur Denis Scuto et à Christophe Knebeler la rédaction d’un ouvrage destiné à faire le point sur le passé et l’avenir de ce site chargé d’histoire et de symboles pour les générations futures. Belval. Passé, présent et avenir d’un site luxembourgeois exceptionnel (1911 – 2011), aux éditions Le Phare.

Un nouveau projet d’immeuble de bureaux vient d’être mis sur le marché de la location par Prodomos (surfaces à partir de 400 m2): One on One. Le bureau Moreno architecture a proposé un immeuble composé de plusieurs tubes superposés en quinconce créant un effet visuel dynamique. Le futur immeuble de 3 000 m2 se situera au coin de la route d’Esch et de la route des Jardiniers à Luxembourg. La livraison devrait se faire au printemps 2013. www.oneonone.lu

W

PLus de news: www.archiduc.lu

Le Kiosk : Roger Wagner

express

www.archiduc.lu

actualité


Photo: Gionata Xerra

ML-Interior Design sĂ rl 24, route de Luxembourg L-7240 Bereldange Tel. + 352 26332852 info@ml-interiordesign.lu www.ml-interiordesign.lu AmĂŠnagement cuisines - meubles - salles de bains


018

www.archiduc.lu

actualité

Le Cercle présente des espaces totalement restaurés et certains nouveaux équipements.

Auteur: Céline Coubray Photographe: Christof Weber

Fiche technique Surface bâtie: 8 300m2 Concours: 2002 Devis Phase I: 8 500 000 Euros TTC Devis Phase II: 12 600 000 Euros TTC Début des travaux gros œuvre: fin 2005 (phase I), début 2009 (phase II) Fin des travaux: septembre 2008 (phase I), avril 2011 (phase II)

W

PLus d’infos: www.vdl.lu www.beng.lu www.cerclecite.lu

Le Cercle s’ouvre En chantier depuis 2005, un des plus emblématiques bâtiments de la ville de Luxembourg voit s’achever ses travaux de rénovation. Le bâtiment du Cercle Municipal rénové a été inauguré le dernier week-end d’avril.

Le bâtiment historique du Cercle Municipal se situe sur la place d’Armes, en plein cœur de Luxembourg. «C’est un bâtiment que les Luxembourgeois connaissent très bien, avec de grandes salles de réception qui ont souvent été ouvertes au public, précise Anna Rühland, architecte en charge du projet pour le bureau d’architecture BENG. Notre mission a été d’amener toute la nouvelle technique, l’hygiène et la sécurité nécessaires aujourd’hui à un bâtiment qui accueille du public, mais en préservant le caractère historique des lieux.» Cette ouverture est donc la dernière phase des travaux commencés en 2005 pour l’ensemble appelé CercleCité. La partie «Cité» a été inaugurée en 2009 avec l’ouverture de la bibliothèque

municipale, suivi de l’ouverture de l’auditorium. La partie «Cercle» est dévoilée au public depuis le 30 avril. Le Cercle et le Cité contrastent de façon très forte, volontairement, avec d’un côté un édifice historique, avec une façade en pierre de taille, des ornementations et un escalier monumental et, de l’autre, un bâtiment à l’esthétique très contemporaine, avec une façade vitrée qui crée un effet miroir et laisse voir par transparence l’activité à l’intérieur du bâtiment. Le bureau d’architecture en charge de la rénovation a donc opté pour des partis pris esthétiques affirmés, permettant une lecture claire et non confondante. Un passage suspendu vitré est nouvellement accessible. Ainsi, les visiteurs pourront passer d’un bâtiment à l’autre sans repasser par la rue. Dans le Cercle, ils retrouveront avec plaisir les majestueux salons de réception qui ont été rafraîchis (nouvelle peinture, nouveaux rideaux, un nouveau parquet qui est en fait la copie du parquet d’origine et une petite aide

acoustique très discrète au niveau du plafond), mais aussi un nouveau 5e étage créant avec l’auditorium du Cité un nouveau petit centre de conférence en plein cœur de la ville, ainsi qu’une galerie d’exposition de 490 m2 (dans l’ancien Ratskeller) qui peut fonctionner de manière indépendante du reste du bâtiment et bénéficie d’une entrée autonome (côté rue du Curé). De nouveaux espaces adjacents voient également le jour, comme le Cityshopping Info Point de l’UCVL (Union Commerciale de la Ville de Luxembourg) ou un nouvel espace dédié à l’accueil et à l’information du jeune public sur les activités du Bureau enfance et jeunesse de la Ville de Luxembourg. «Le Cercle est un bâtiment très important, souligne Anna Rühland. Nous avons donc réalisé les travaux de rénovation avec la plus grande attention. Et comme aime à dire Nico Engel, un des associés de BENG, le Cercle est la salle de séjour de la ville. Il méritait donc doublement toute notre attention!»


Norbert BRAKONIER S.A. 20, place du Parc L-2313 Luxembourg Tel +352 27 36 53 43 Fax +352 27 36 53 46 Mail info@nbr.lu Web www.nbr.lu Architect: bel.architecture


020 3 questions à Mauro Doro

www.archiduc.lu

actualité

Nouveaux locaux pour l’ISL

associé Moreno Architecture

«Cette année, on voit clairement des styles et des tendances s’affirmer. Avec la crise économique, on a senti le besoin de se rapprocher du monde de l’industrie avec des solutions de reconversion, de réutilisation rapide. Cette approche a provoqué une explosion de créativité, plus réfléchie, plus esthétique, créant ainsi un design plus divertissant, plus quotidien, plus personnel et plus accessible. Des éditeurs comme Moroso, Moooi, Edra, Lago, Vitra, Casamania, Droog, et des designers comme James Hayon, Marcel Wanders, Patricia Urquiola, Philippe Bestenheider, Tord Boontje en témoignent.

Avez-vous noté une grande nouveauté, un projet dont tout le monde a parlé?

«L’exposition Mutant Architecture & Design pour laquelle divers professionnels invités (Richard Meier, Zaha Hadid, Mario Botta, Ingo Maurer, Michele De Lucchi, etc.) ont fait une recherche sur le thème de la durabilité à travers des projets invitant à la réutilisation, à la reconversion de l’usage et à la flexibilité. Il y a eu aussi le Pavillon Hermès, une maison éphémère et nomade de Shigeru Ban & Jean de Gastines accueillant des collections de mobilier signées par de grands designers (Antonio Citterio, Enzo Mari, Rena Dumas, Peter Coles, etc.).

À l’issue d’un concours international organisé par Paul Wurth en tant que «project manager», le bureau d’architecture ARCO – Architecture Company, 1er prix du concours, a été choisi pour réaliser la nouvelle école préscolaire et primaire de l’ISL (International School of Luxembourg). Les ingénieurs en charge du projet sont InCA Ingénieurs Conseils Associés et BETIC Ingénieurs-Conseils. Le nouveau bâtiment, d’une surface totale de 18 800 m2, sera construit en basse énergie avec des toitures vertes. Le programme comprend des salles de classe, un auditorium, une bibliothèque, un restaurant et un gymnase. Livraison prévue en 2013.

Cityshopping Info Point

integratedPlace, Teisen-Giesler Architectes et Norbert Brakonier viennent de

livrer le nouvel espace dédié aux commerces de la ville de Luxembourg. Installé dans un local mis à disposition par la Ville dans le bâtiment du Cercle qui vient d’être restauré (place d’Armes). cet espace de l’Union Commerciale de la Ville de Luxembourg est avant tout pensé comme une vitrine du commerce, un lieu de vie, très ouvert et fonctionnel. Il associe point d’information, comptoir de vente et de valorisation des spécificités de chacun. L’agencement montre aussi aux commerçants un exemple d’aménagement intérieur avec une sélection d’équipements de pointe (surveillance, antivol, introduction des nouvelles technologies…).

Pratique et ludique

Quel est votre coup de cœur personnel?

«L’espace d’exposition Flash Factory de Tom Dixon dans la Zona Tortona. Un tea room, un shop furniture et surtout un collectif de production en continu sur place. Un message soulignant l’accessibilité et la production immédiate de l’objet reprenant le processus industriedesign propre à Tom Dixon.»

Mesaz est une des dernières créations de Carvalhoarchitects. C’est une table au design sobre et ludique de forme rectangulaire. Elle répond à deux fonctions connues de la table: la première en tant que table traditionnelle, la deuxième pour le plaisir de se cacher et de jouer dessous. En effet, en plus de la disposition ludique des pieds, la table présente sur sa face inférieure un matelas en tissus de couleur dont les différentes dimensions, matières, motifs, etc. sont autant de stimulations sensorielles pour les petits.

David Laurent/Wide, Luc Deflorenne, Views.lu – Ricardo Vaz Palma

Quelle est votre impression générale du salon du meuble à Milan? Avez-vous remarqué de grandes tendances?


ACERBIS BELL ATO dESALTO

fLE xfORm fLOU fSm

POLIfORm POLTRONA fRAU PORAdA

RImAdESIO WIT TmANN z ANOT TA

L’harmonie intérieure selon Casa Nova Au cœur de notre espace de présentation, venez découvrir les dernières tendances et collections de mobilier contemporain. Dans une ambiance empreinte de sérénité, composez le décor qui reflètera fidèlement votre personnalité: un environnement en parfaite harmonie avec vos goûts et votre style de vie.

Mobilier, décoration et luminaires 26, avenue de la Porte-Neuve L - 2227 Luxembourg Tél. 22 26 27 info @casanova.lu www.casanova.lu


022

actualité

www.archiduc.lu

Ci-dessus: Visualisation 3D du projet de rénovation. Ci-contre: La future cage d’escalier dans la tour.

Auteur : Céline Coubray

W

PLus d’infos: www.kaellarchitecte.lu www.clemes.lu www.ssmn.public.lu www.cna.lu

Depuis 2002, la tour d’eau et la salle des pompes de Dudelange (datant de 1928) sont en cours de rénovation et transformation. C’est l’association momentanée composée par Kaell architecte et l’Atelier d’Architecture et de Design Jim Clemes qui a la charge de ce chantier pour le compte du Service des sites et monuments nationaux. L’utilisateur futur sera le Centre National de l’Audiovisuel (CNA), puisque le château d’eau accueillera l’exposition permanente The Bitter Years 1935-1941 d’Edward Steichen (au rez-de-chaussée et dans la cuve) et la salle des pompes sera transformée en espaces d’expositions temporaires. L’intervention consiste en une rénovation du bâti et la création d’un parcours dans la tour et la salle des pompes. Un important travail est accordé au détail et à la qualité des finitions, le tout pensé dans une esthétique très sobre, avec une volonté d’intervention minimale. La salle des pompes restera dans son ensemble assez brute et le caractère industriel sera encore très lisible. Les

murs ne seront pas cachés, le lieu étant juste un peu «nettoyé» (tuyaux et pompes enlevés). L’aménagement sera réalisé à partir de containers maritimes qui serviront par exemple à la billetterie et de sas pour passer vers la tour. Haute de 54 m, la tour promet de belles surprises. Dans le socle prendra place un premier espace d’exposition. Ce sera le début de The Bitter Years 1935-1941, un ensemble de photographies constitué par Edward Steichen et qui fut présenté au MoMA à New York. Depuis ce socle, on accède également à l’ascenseur qui amène les visiteurs dans la cuve. Tout au long de l’ascension, dont la course sera volontairement ralentie, des vues ciblées vers le paysage seront aménagées. On pourra ainsi prendre conscience de ce paysage alentours qui mêle espaces verts et espaces industriels. À la sortie de l’ascenseur, les visiteurs seront invités à découvrir un sas avec une vue panoramique à 40 m d’altitude. Depuis ce sas, ils emprunteront un escalier en colimaçon qui mène dans la dernière partie du château d’eau: la cuve.

Cet espace d’exposition hors norme, d’une hauteur et d’un diamètre de 12 m, pourra accueillir 25 visiteurs à la fois. Pour des raisons de conservation des œuvres, tout comme dans l’espace d’exposition du rez-de-chaussée, l’ambiance sera assez sombre. Alors que la montée dans la tour se fera obligatoirement par l’ascenseur, la descente pourra se faire par le très long escalier en béton. L’aménagement des environs ne sera pas oublié puisqu’ils seront réhabilités dans leur esprit d’origine, conservant un aspect assez sauvage. Le visiteur aura donc, au cours de sa visite, des impressions très contrastées, entre la forte présence du béton et la luxuriance de la végétation et des bassins alentours. Les expositions seront elles aussi présentées en différentes séquences et avec des ambiances contrastées. L’ensemble des bâtiments sera accessible pour les personnes à mobilité réduite. La livraison du chantier est prévue pour la mi-2012.

Tour: Andrés Lejona; 3D: © boshua

Waassertuerm Diddeléng


024 Nouvelle identité graphique

Le bureau Beiler + François Architectes a confié à Concept Factory la conceptualisation et le développement de sa nouvelle identité visuelle. La nouvelle signature de Beiler + François répond naturellement aux objectifs du bureau: la maîtrise des espaces et la recherche du bien-être. Cette dernière se traduit par des traits modernes, sérieux, sobres et épurés, évoluant dans un layout aéré, à l’image de la signature architecturale de Beiler + François. Un nouveau site a également été réalisé à cette occasion: www.bf-archi.lu

actualité

Immeuble à ossature bois

Rodolphe Mertens Architecte réalise actuellement, avec Préfalux, une résidence de trois appartements en ossature bois, à basse consommation d’énergie, dans le centre de Bonnevoie à Luxembourg. Au rez-de-chaussée, la structure sur pilotis permet d’accueillir un parking pour les véhicules des résidents. Le chantier, qui a duré cinq mois sera livré en octobre 2011.

Architecture d’Autriche

Le CCRN présente Form & Energy, une exposition de photographies dont le sujet est une sélection de projets et réalisations architecturaux récents autrichiens, en lien avec les ressources énergétiques, qu’il s’agisse de bâtiments utilisant des matériaux durables ou des concepts innovants de planification urbaine… Du 19 mai au 7 juin à l’Abbaye de Neumünster, Agora Marcel Jullian.

Pont des bleeders

W

plus d’infos: www.archiduc.lu

Des travaux ont été effectués sur le haut fourneau B à Belval pour réaliser la repose du pont des «bleeders», travaux effectués dans le cadre de la mise en valeur des hauts fourneaux A et B. Le pont des «bleeders» du haut fourneau B avait été déposé en septembre 2008. Vu qu’il se trouvait à 80 m, une restauration en hauteur s’avérait difficile. Avec la repose du pont des «bleeders» le haut fourneau B atteint de nouveau 93 m de hauteur.

www.archiduc.lu

Jardins secrets

Les éditions Guy Binsfeld viennent de sortir un nouveau livre intitulé Die geheimen Gärten Luxemburgs. 37 des plus beaux jardins privés du Grand-Duché sont ainsi immortalisés par les photographies de Marianne Majerus, Luxembourgeoise vivant en Angleterre et dont le talent de photographe de jardins et de plantes est reconnu internationalement (elle a gagné en 2010 le titre de «International Garden Photographer of the Year»), et accompagnés de textes de Françoise Maas. Cet ouvrage met en avant la diversité des jardins luxembourgeois et montre la créativité sans limite de leurs propriétaires. La parution est prévue fin mai. www.binsfeld.lu


*HEHULW0RQROLWK

3LªFHGšDUW G«FR

*HEHULW0RQROLWKXQLWODTXDOLW««SURXY«H¢XQGHVLJQSXU,OSU«VHQWHXQHVXUIDFHSURSUHHWDWWUDFWLYHDYHF XQHIDFHHQYHUUH/HU«VHUYRLUGšHDXHVWFDFK«GHUULªUHGHID©RQRSWLPDOHHWQHSHUWXUEHHQULHQOšDVSHFWJ«Q«UDO /šLQQRYDWLRQ*HEHULW0RQROLWKSHXW¬WUHFRPELQ«H¢WRXWHVOHVFXYHWWHVFRXUDQWHV&HOOHFLQHVHGLVWLQJXHSDV XQLTXHPHQWSDUVRQGHVLJQSXULVWHHWVDKDXWHIRQFWLRQQDOLW«PDLVDXVVLSDUGHPXOWLSOHVU«FRPSHQVHVLQWHU QDWLRQDOHV3RXUSOXVGšLQIRUPDWLRQVVXUOH*HEHULW0RQROLWKFRQVXOWH]OHVLWHǦ ZZZJHEHULWOXPRQROLWK


026 La Villa Vauban, le livre

actualité

LE FONDS A 50 ANS

www.archiduc.lu

Kids and the City

L’institution culturelle Les 2 Musées de la Ville de Luxembourg a édité un livre à l’occasion de la réouverture de la Villa Vauban. Ce livre, dont la réalisation graphique a été confiée à a | part, présente un cahier de photos d’Andrés Lejona et des textes sur la provenance de ses collections, l’histoire du site (Fort Vauban, parc) et de la villa bourgeoise du XIXe siècle ainsi que l’architecture de l’extension contemporaine du nouveau musée (textes de Philippe Schmit, Sabine Dorscheid, Emmanuel Petit, Martine Vermast et Aloyse Achten). On aime tout particulièrement le travail de la couverture qui reprend la maille de l’extension contemporaine.

W

PLus de news: www.archiduc.lu

Shaping Forces

Conjointement à l’exposition présentée au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles et reprise à la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie (du 28 janvier au 26 mars derniers), le catalogue Shaping Forces est la première monographie sur le travail de Laurent Ney. Éditée par A+Editions avec Bozar Books, elle passe en revue plus de 25 projets conçus par Laurent Ney au cours des douze dernières années. Le livre inclut ses projets d’infrastructure ainsi que ses collaborations notables avec d’autres architectes. Les œuvres rendent compte d’une approche tout à fait personnelle, qui implique une recherche constante sur la structure et la forme. Le contexte, la géométrie, les connexions et la matérialité sont associés dans une vision de projet qui questionne les typologies familières et donne une forme cohérente aux forces de chaque structure.

michelpetitarchitecte a réalisé pour le compte de l’Union Commerciale de la Ville de Luxembourg (UCVL) la rénovation et l’aménagement d’une maison relais (crèche «Kids and the City») située au coin de rue du Nord et de la rue du Palais de justice à Luxembourg. L’intérieur d’un vénérable immeuble d’habitation appartenant au patrimoine de la vieille ville a été agencé avec minutie et sens du détail en foyer de jour pour enfants en bas âge. Deux surfaces ouvertes par de larges baies vitrées sur l’espace public sont aménagées pour accueillir les enfants confiés à l’attention d’une équipe d’éducateurs. La disposition des espaces est étudiée pour donner à ces enfants des espaces de jeu et de repos adéquats et accueillants. Les murs blancs et le parquet en bois offrent un arrière-fond neutre sur lequel un espace coloré orange et un autre relevé de girafes vertes et petits oiseaux bleus sont mis en scène. Ces deux interventions, à la géométrie simple et rectiligne, sont soulignées par un éclairage indirect diffus et à lumière douce évitant toute source d’éblouissement. Cet espace voulu par l’UCVL s’inscrit dans la suite des commerces qui en ville cherchent à se distinguer par leur design contemporain et novateur.

Kids and the City: michelpetitarchitecte

À l’occasion de son cinquantenaire, le Fonds d’urbanisation et d’aménagement du plateau de Kirchberg change de nom pour devenir Fonds Kirchberg. Une nouvelle identité visuelle a été créée par VidaleGloesener. Elle reprend la symbolique du Pont rouge, élément incontournable dans le développement de ce quartier et pour le lien avec la ville. Le site Internet change également d’URL pour devenir: www.fondskirchberg.lu (mise en place en août). En plus de ce changement graphique, une exposition d’art contemporain dans l’espace public, intitulée Plateaux (commissaire: Didier Damiani), sera présentée dans le parc central du 16 septembre au 12 novembre. Seront exposées, entre autres, des œuvres de Claude Levêque, Leni Hoffmann, The Plug ou Pedro Barateiro.


Cafétéria INS Luxembourg L’extension de la cantine de l’INS s’implantant au milieu d’un jardin central, la volonté a été d’y déposer un volume aux lignes sobres et aérées sur la base d’une ossature mixte acier et bois, laissée visible pour faire partie intégrante de l’aménagement intérieur. Façades vitrées et omniprésence du bois participent à une ambiance chaleureuse et généreuse en lumière naturelle. architecte

ı

Caractéristiques du projet

Rodolphe Mertens ı Administration des bâtiments publics

MaÎtre D’OUVraGe

Agrandir une cafétéria dans un endroit à l’accès compliqué tout en y maintenant l’activité et en garantissant l’aspect de légèreté souhaité par la maîtrise d’œuvre, voilà le défi que Prefalux a dû relever lors de la réalisation de ce projet sympathique.

ı L-6117 Junglinster ı Tél.: 78 95 11-1 ı www.prefalux.lu


028

actualité

www.archiduc.lu

Exposition réalisée à la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie lors du Prix Luxembourgeois d’Architecture 2007.

Auteur: Céline Coubray, en collaboration avec la Fondation de l’Architecture Photographe: Andrés Lejona

W

PLus d’infos: www.fondarch.lu

Prix d’Archi tecture 2011 La sixième édition du Prix Luxembourgeois d’Architecture sera lancée officiellement le 16 juin 2011, dans le cadre du Festival de l’Architecture. Décerné par la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie au Luxembourg, ce prix récompense désormais tous les deux ans des réalisations récentes remarquables issues d’un panel de projets nominés. Ce concours a pour objectif de promouvoir la dimension culturelle de la création architecturale du Luxembourg et de sensibiliser le grand public à la qualité de l’environnement bâti en le familiarisant avec les réalisations qui concourent à l’amélioration de leur cadre de vie. Depuis 1995, date de création du concours, on retrouve parmi les lauréats de ce Prix des architectes confirmés: Stanislaw Berbec, Hermann & Valentiny and partners, Aristide Gambucci, Isabelle Van Driessche, Paul Bretz, Witry & Witry, Arlette Schneiders, Christian Bauer, STEINMETZDEMEYER, Jim Clemes, Teisen- Giesler, Bruck + Weckerle, Christian de

Portzamparc… La composition du jury et le règlement du prix seront révélés à l’occasion du lancement. Le jury réunira une dizaine de professionnels luxembourgeois et européens, issus de différents domaines de l’environnement bâti: archi­ tectes, ingénieurs, architectes d’intérieur et paysagistes… Lors des dernières éditions, le jury comprenait des personnalités de renommée mondiale, dont Dominique Perrault, Heinz Tesar, Wiel Arets, Axel Sowa, Heinz Müller, Andreas Hild, Enric Ruiz-Geli, Manuelle Gautrand. Une exposition des ouvrages lauréats et des projets nominés sera organisée à la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, mais également dans la galerie Belle-Etoile afin de toucher un public plus large. Par ailleurs, la Fondation organisera un programme spécifique, dont une conférence, et proposera des visites guidées. Comme en 2007, un catalogue sera édité et disponible auprès de la Fondation.


SES extension sur la toiture du bâtiment principal Luxembourg La nouvelle construction se trouve sur le toit du centre de contrôle sur le site principal de la SES dans un paysage magnifique. L’extension mettra à disposition des surfaces de bureaux et de conférences et se voit dans la continuité de l’existant. Afin de créer des surfaces flexibles et de raccourcir le temps de construction, une structure en bois préfabriquée a été choisie. architecte

ı

Caractéristiques du projet

CHRISTIAN BAUER ASSOCIES

Construire un pavillon sur la toiture d’un bâtiment existant, c’est ce que SES nous a demandé de réaliser en entreprise générale. Nous savions que nous travaillerions dans un environnement où le hasard n’a pas de place, où les règles de sécurité sont impératives et où la précision est de rigueur. Incorporer ces critères dès la conception a permis la réussite du projet.

ı L-6117 Junglinster ı Tél.: 78 95 11-1 ı www.prefalux.lu


030

www.archiduc.lu

actualité

Save the date L’actualité architecturale est riche en événements. Un calendrier pour ne rien rater et tout découvrir.

Conférence

L’habitat innovant, 10 réalisations «made in Luxembourg»

À l’occasion du lancement du nouveau numéro d’Archiduc, 10 présentations (6 minutes par intervenant) pour disposer d’une vue d’ensemble sur les meilleures pratiques en termes d’architecture d’habitation, qu’il s’agisse de maisons individuelles ou d’immeubles d’habitation. Avec la participation de metaform, carvalhoarchitects, Paczowski et Fritsch Architectes, morph4, Christian Bauer Architectes, Rodolphe Mertens Architecte, Moreno Architecture, hsa - heisbourg & strotz architectes, Polaris Architects et witry & witry architecture urbanisme. CarréRotondes, 1, rue de l’Aciérie à Luxembourg, 19 h

14 mai

Conférence

Visite guidée

Licht kunst Licht

Vitra museum

Par Andreas Schulz, lighting designer. Avant-débat par Armin Reichert sur les nouvelles techniques LED. Cycle de conférences en collaboration avec la Revue Technique Luxembourgeoise / ALIAI. Auditorium du Cité, 3, rue Génistre à Luxembourg, 19 h

L’ancien Findel

inauguration

Photographies de l’ancien aéroport de Luxembourg par Andrés Lejona. Abbaye de Neumünster, 28, rue Münster à Luxembourg

Le Fonds Kirchberg inaugure une nouvelle piste de course à pied de 800 m dans le parc Reimerwée. Cette piste, constituée de copeaux de bois, peut être pratiquée pieds nus.

8 mai

Voyage d’études

Walk & Talk

Organisé par l’OAI

Déambulation urbaine organisée par le groupe de travail «Espace public» de la Fondation de l’Architecture. Rendez-vous à 11 h sur la place Guillaume II, près de la statue. Inscription obligatoire auprès de la Fondation de l’Architecture

Form & Energy, Architektur in_aus Österreich

exposition

11 mai

Istanbul

19 mai >07 juin exposition

>17 mai

11-15 mai La vie sur les places urbaines

Visite du Vitra Design Museum à Weil am Rhein organisée par Design Friends. www.designfriends.lu

18 mai Conférence

Milan «work in progress»

Les grandes transformations urbaines dans la ville de l’Exposition Universelle 2015, par Matteo Gatto – architecte en chef de l’Expo 2015. Pavillon Skip, 10, rue Henri Koch, Esch/Raemerich, 19 h 15

Exposition de photographies d’architecture ayant pour thème l’utilisation respectueuse des ressources naturelles. Abbaye de Neumünster, 28, rue Münster à Luxembourg

20 mai Visite guidée

Koblenz

Visite de BUGA 2011, événement horticole qui métamorphose la ville. 2011 étant l’année internationale de la forêt, des accents particuliers ont été mis sur la construction bois. Les visites se feront en français et en allemand. Inscription: www.revue-technique.lu

31 mai

>4 juin exposition

Chandigarh de Maja Weyermann

Les travaux de l’artiste se reportent au projet réalisé par l’architecte suisse Le Corbusier dans la ville indienne de Chandigarh. Dans le cadre du Mois Européen de la Photographie 2011 en collaboration avec la galerie Nosbaum & Reding et le soutien de Swiss Re. Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, 1, rue de l’Aciérie à Luxembourg

7 juin Conférence

Von der Industrie zum Trendquartier

Franz Eberhard, Direktor für Städtebau der Stadt Zürich. Berater für Raumplanung, Städtebau und Architektur. Vortrag in deutscher Sprache. Pavillon Skip, 10, rue Henri Koch, Esch/Raemerich, 19 h 15

Conférence

Spektakuläres Konstruieren mit Holz

Avec Hermann Blumer. Cycle de conférences en collaboration avec la Revue Technique Luxembourgeoise / ALIAI. Auditorium du Cité, 3, rue Génistre à Luxembourg, 19 h

Suite de l’agenda >page 32 Photos : xxxxxxxx

5 mai

10 mai


White Club Luxembourg Le White était noir. Après des années de succès incontesté, Jacques et Jonathan Engel ont voulu donner l’éclat correspondant à la notoriété de leur endroit et renforcer leur position de leader dans le milieu de la nuit luxembourgeoise. Jonathan Engel a joué dans ce cadre un rôle de directeur artistique et d’utilisateur final décisif. Le résultat propose un White blanc bardé d’écrans LED, revêtu de murs entièrement en miroirs apportant une sensation d’espace infini. architecte

ı

Caractéristiques du projet

Stefano Moreno

Quand Jacques et Jonathan Engels nous ont demandé de transformer le White Club, haut lieu de la vie nocturne de Luxembourg, nous savions que nous aurions à composer avec un client pointilleux, des délais courts tout en assurant une qualité d’exécution irréprochable. C’est dans ce genre de projet que Prefalux excelle en mettant en œuvre son savoir-faire, ses moyens et ses hommes.

ı L-6117 Junglinster ı Tél.: 78 95 11-1 ı www.prefalux.lu


032

www.archiduc.lu

actualité

Save the date (suite) 16 juin 2 juillet >16 juillet Workshop Festival

Festival de l’Architecture

Dessin architectural à main levée Voir détails p. 108

Voir détails p. 108

16 juin inauguration

9 juin Inauguration

Traumbaum

Traumbaum de Paul Majerus. Installation-sculpture, issue d’un concours organisé par l’Administration de la nature et des forêts, qui servira de point de départ aux visites guidées botaniques dans le Klosegroenchen. Une petite extension de cette installation, la Traumzweig, sera mise en place sur la butte dans le Parc Central.

10 juin visite

Projet Kirchberg

Présentation par le Fonds du Kirchberg et visite en bus. www.aliai.lu

Ouverture du Festival de l’Architecture et Stadgespreich

Repenser l’habitat urbain: vivre en ville aujourd’hui et demain. Voir détails p. 108

18 juin

Workshop

Atelier créatif pour enfants

KidsCity - Construire la ville de demain. Voir détails p. 108

3 juillet Familljefest OAI

Auberge de jeunesse d’Echternach. À partir de 12 h

Excursion architecturale en vélo

22 juin Workshop

Dessin architectural à main levée Voir détails p. 108

12 juillet conférence

L’habitat innovant, 10 réalisations «made in Luxembourg» Même conférence que le 5 mai. Organisé par Archiduc. Dans le cadre du Festival de l’Architecture 2011. Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, 1, rue de l’Aciérie à Luxembourg, 19 h

16 juillet Junior Open Houses

Visite guidée architecturale pour les enfants. Voir détails p. 108

7 juillet Cinémathèque de Luxembourg, 17, place du Théâtre à Luxembourg, 18 h 30

Week-end portes ouvertes dans des habitations privées à travers le pays. Voir détails p. 108

16 septembre vernissage

Plateaux

(commissaire: Didier Damiani). Exposition dans le Parc Central du Kirchberg, organisée dans le cadre du cinquantenaire du Fonds Kirchberg.

16-18 septembre foire

Oeko-Foire

L’habitat repensé: la transformation urbaine et l’embourgeoisement des quartiers populaires - un phénomène en marche? Voir détails p. 108

Soirée CinémaArchitecture

Open Houses

2 juillet

excursion

20 juin

9 & 10 juillet

conférence

Outside the box

Les architectes de m3 donneront une conférence sur leurs projets, avec un éclairage particulier sur le développement et le choix des concepts: entre missions institutionnelles et demandes atypiques, la vision architecturale refuse les «a priori». Dans le cadre des conférences «Évolutions» de la Fondation de l’Architecture. Auditorium de la Banque de Luxembourg, boulevard Royal à Luxembourg, 19 h

Environ 200 exposants présentent et vendent leurs produits respectueux de l’environnement destinés à la vie de tous les jours: construction et habitat, systèmes de chauffage, énergies renouvelables, alimentation, mobilier, etc. Luxexpo, 14 h-21 h le 16/09, 10 h-19 h le 17 et 18/09


Lycée Belval Esch-sur-Alzette En subtile symbiose avec le parc qui l’entoure, l’édifice semble vouloir se dissimuler au regard, tout du moins en partie. S’ancrant en profondeur dans une topographie tranquille, le lycée fait descendre à lui de généreux plans verts inclinés. architecte

ı

Caractéristiques du projet

Jim Clemes

Les travaux de façade du Lycée Belval ont été exécutés en association momentanée avec la société Sermelux qui s’est chargée de la menuiserie extérieure tandis que Prefalux a assuré la pose des revêtements de façade. Le savoir-faire et les moyens mis en œuvre ont permis de calepiner parfaitement plus de 4 000 m2 de panneaux Eternit et de couvrir l’«AULA» d’écailles d’aluminium.

ı L-6117 Junglinster ı Tél.: 78 95 11-1 ı www.prefalux.lu


CT

DE 6 ANS

MITÉE

GARANTIE

LI

ION À

DURÉE Garantie satisfaction: Si vous n’êtes pas à 100% satisfait de votre BeoVision 10, vous pourrez le retourner pendant une période de 3 semaines après l’achat. Ramenez-le, à l’état neuf, chez votre revendeur et vous aurez droit au remboursement de l’intégralité du prix d’achat.

A

CREEZ VOTRE PROPRE SALLE DE CONCERT Venez découvrir le BeoVision 10, disponible en formats 46”, 40” et le nouveau format 32”. Savourez l’expérience d’un audiovisuel sans pareil et partagez-la dans chaque pièce de votre maison; dans le salon, la chambre, la cuisine ou même ailleurs.

*La garantie supplémentaire de 3 ans s’applique uniquement à l’écran. La garantie de base s’applique à tous les autres produits, renseignez-vous sur les conditions auprès de votre revendeur.

www.bang-olufsen.com


035 Festival de l’Architecture 2011 Du 16 juin au 16 juillet 2011.

Festival organisé par la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie Luxembourg

036 dix projets pour l’habitat de demain

L’habitat d’aujourd’hui et de demain doit répondre à de nouvelles contraintes, de nouvelles normes environnementales et suivre les évolutions de la société et de la ville. La Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie consacre son festival de l’architecture 2011 à ce thème. Une occasion unique de se pencher sur ce sujet passionnant et qui nous concerne tous.

044 Le fonds du logement...

046 L’habitat innovant

048 L’habitat, une réflexion de groupe

Habiter autrement


036

www.archiduc.lu

habiter autrement

Panorama

Dix projets p   our l’habitat d   e demain À l’invitation d’Archiduc, 10 bureaux d’architecture luxembourgeois ont répondu à un appel à propositions pour présenter chacun un projet innovant en matière d’habitation. Ces projets sont présentés à la fois dans ces pages et lors de deux conférences, l’une le 5 mai au CarréRotondes, l’autre le 12 juillet à la Fondation de l’Architecture.

Construction

Maisons d’habitation à Heisdorf Christian Bauer & associés architectes a réalisé pour l’Administration communale de Steinsel à Heisdorf 28 maisons en bande à coût modéré.

Fiche technique Architecte: Christian Bauer & associés architectes Maître d’ouvrage: Administration communale de Steinsel Localisation: Heisdorf (Luxembourg) Année de réalisation: 2007

Heisdorf, localité luxembourgeoise typique proche de la capitale, a connu une croissance rapide ces dernières années, sans nécessai­ rement gagner en forme urbaine. Ce projet immobilier visait à la fois à proposer des habi­ tations économiques et à tracer plus claire­ ment les contours du bourg. L’ensemble s’appuie sur un plan d’aménagement urbain prévoyant un coefficient d’occupation des sols supérieur à ce qui est usuel par ailleurs pour les petites bourgades du Luxembourg. Le terrain a permis d’implanter 28 maisons en bande, regroupées en quatre ensembles de six ou huit maisons chacun. Les maisons sont relativement compactes mais occupent le ter­ rain sur toute sa largeur. Elles possèdent tou­ tes un atrium couvert qui assure un éclairage naturel jusqu’au cœur des maisons. Chacune d’elles dispose d’un emplacement de station­ nement abrité au niveau de la rue. Le niveau supérieur, qui est celui du jardin, accueille la cuisine et les pièces d’habitation. Les couleurs du bardage en bois alternent entre un rouge brique et un gris bleuté. Le fenêtrage varie selon les maisons, avec quatre motifs différents. Les fenêtres, de grandes dimensions, offrent une luminosité importante et une proximité avec l’espace extérieur. Ce projet démontre ainsi qu’un ensemble de logements en copropriété subventionnés situé hors de la ville, avec des contraintes d’implan­ tation, peut, s’il est soigneusement conçu, bénéficier des mêmes avantages que l’habitat urbain ou suburbain classique. Les maisons en bande sont certes répétitives mais n’ont pour autant rien de monotone. [Extrait du livre CBA CHRISTIAN BAUER paru en 2010 chez l’éditeur JOVIS, Berlin]

1

1

Vue intérieure d’une des maisons 2

Le fenêtrage varie selon les maisons. 1

2


037

2

Démarche

Un processus de service «à l’écoute»

Dinis Pires, Views.lu-Ricardo Vaz Palma

«Dans notre recherche, nous considérons l’habitat au sens large, appliqué à la maison ainsi qu’à tous les espaces qui abritent la vie humaine dans ses activités diverses. Le con­cept d’espace sous-tend le concept de protection: Maison LISA, vue extérieure une enveloppe qui protège un environnement donné d’un autre environnement et qui met l’être humain en mesure d’effectuer une tâche nécessaire.   Notre travail réinterprète cet espace protégé dans une société où la production économi­ que est dominée par le secteur des ‘services’ et des ‘loisirs’. Dans ce contexte, l’architecture se conçoit comme un processus de service ‘à l’écoute’: l’écoute nécessaire à la ‘rencontre’ des systèmes nerveux spécialisés par la divi­ sion du travail. Il s’agit là d’un défi organisa­ tionnel face aux exigences de rentabilité et au manque de temps chronique dont souffre le monde de la construction. Les formes sont développées de manière ludique et pas uniquement utilitaire ou for­ melle. Le jeu donne des clés aux utilisateurs pour entrer dans l’espace, s’approprier leur bien, s’identifier. Le résultat est multiforme. Les réponses varient suivant les projets et les intervenants.» carvalhoarchitects Maison MALP, vue depuis le séjour vers l’escalier et la cuisine

3

Construction

La maison sur le coteau Un coteau ensoleillé, un ancien potager et, là-dessus, une habitation pour quatre personnes. À flanc de terre, la bâtisse s’incline dans le mouvement de la pente et s’affute en se jouant du gabarit réglementaire. La forme compacte et minérale recèle un intérieur de surFaçade côté jardin prises et de contrastes qui met en scène la théâtralité du quotidien familial.

Architecte: Polaris Architects Responsables du projet: François Thiry, Carole Schmit, Virginie Fabbro, Eirik Kjolsrud Bureau d’études stabilité: Daedalus Engineering Bureau d’études technique: Jean Schmit Engineering Maître d’ouvrage: privé Localisation: Luxembourg (Luxembourg) Conception: 2009/10. Réalisation prévue: 2010/11 Façade côté rue


038 Construction

4

Maison unifamiliale à basse énergie À Schwebsange, dans un paysage de vignobles, typique de la Moselle ­luxembourgeoise, hsa - heisbourg & strotz architectes a construit, pour le compte d’un particulier, une maison à basse énergie. Elle se distingue par sa clarté d’expression et par sa disposition des pièces vers le côté sud-ouest.

Photographe: Steve Troes Fiche technique Architecte: hsa - heisbourg & strotz architectes Responsable du projet: Heu Thomas, architecte Ingénieur génie civil: Ney & Partners Maître d’ouvrage: privé Localisation: Schwebsange (Luxembourg) Prix/m2 net: 1 490 euros Prix/m2 brut: 407 euros Design: 2006 Réalisation: 2007- 2008 Surfaces nettes:   260 m2 Volume bâti:   950 m2

www.archiduc.lu

habiter autrement

La maison est composée d’un rez-de-chaus­ sée, d’un étage ainsi que d’un niveau de cave. Ce dernier est réalisé de manière convention­ nelle, en blocs de béton, dotés d’une isolation de 6 cm. L’enveloppe thermique recouvre les deux niveaux supérieurs. Le rez-de-chaussée est séparé du niveau de la cave par une isola­ tion thermique de 18 cm. Au niveau des deux étages supérieurs, des blocs de béton cellu­ laire avec un taux lambda de 0,08 W/(mK) ont été mis en œuvre. De plus, le niveau supérieur de la maison est revêtu d’une isolation de 6 cm et d’un parement ventilé en bois. Le concept énergétique est basé sur l’ouver­ ture généreuse du volume vers le sud-ouest, une orientation qui permet au bâtiment d’em­ magasiner le plus de chaleur possible et, par conséquent, de la restituer à l’intérieur du bâtiment. Pour remédier à une chaleur exces­ sive en été, les surfaces vitrées se laissent obs­ curcir par des stores extérieurs. Les cadres de fenêtres double vitrage en aluminium, réali­ sés suivant la technique de construction HI [high energy], présentent une isolation amé­ liorée. Afin de pouvoir également tirer profit de l’énergie solaire à l’étage supérieur, ce der­ nier s’ouvre vers l’extérieur par une bande longitudinale. Celle-ci peut également, selon les besoins, être obscurcie par des stores situés à l’extérieur. Le chauffage se fait par une pompe à chaleur air/eau combinée à un chauffage au sol. Cette pompe est intégrée à la maison, afin d’éviter les éventuelles pertes d’énergie au niveau du système de chauffage. Le dispositif lié à la pompe, qui contribue également au réchauf­ fement de l’eau, est situé à l’extérieur, le long de la façade nord. Des panneaux solaires ont été mis en place et peuvent également contri­ buer au chauffage de l’eau. En termes de ven­ tilation, le bâtiment est équipé d’un système de ventilation contrôlée, avec récupération de chaleur, afin de parvenir à un concept énergé­ tique global équilibré.

1

2 1

La façade principale, vue depuis la rue 2

La maison est composée d’une cave, d’un rez-de-chaussée et d’un étage. 3

Vue de la terrasse depuis le jardin 4

Vue des espaces intérieurs

3

4


039

5

Construction

Le projet, issu d’un concours d’architecture, prévoit une structure urbaine mixte avec une interdépendance de différentes fonctions, avec l’accent mis sur un habitat densifié. La concep­ tion de la planification regroupe sur le terrain de 4 ha des maisons unifamiliales, des maison­ Le projet Op der Esplanade nettes, des appartements pour célibataires, est la transformation d’un site d’une ancienne usine de carrelage pour familles avec ou sans enfants et pour per­ en un nouveau quartier. sonnes âgées, ainsi que des surfaces pour com­ merces et bureaux. Dans l’ensemble, c’est 120 Photographe: Michel Feinen à 150 unités d’habitation qui sont construites pour environ 400 nouveaux habitants. L’aspect principal du nouveau quartier est Fiche technique l’interdiction de la circulation automobile dans Localisation: Esplanade de la Moselle à Wasserbillig l’axe principal, entre les maisons unifamiliales (Luxembourg) et les appartements. Cette voie est bordée de Maître d’ouvrage: commerces, magasins, cafés, restaurants et Entreprise Kurt Constructions SA Vue des maisons unifamiliales et de l’axe principal Volume bâti: bureaux et réservée uniquement aux piétons. 120 000 m3 Un parking souterrain peut être accédé par la SHOB (surface hors œuvre brute): rue à l’arrière du terrain. Le zonage dans les 38 000 m2 parties publiques et privées, ainsi que l’archi­ Temps de construction: tecture dans un environnement pittoresque 2000-2008 forment les bases pour un nouveau quartier Date de finition: vivant et attractif. 2012

Op der Esplanade

Vue arrière des logements

Construction

énergétiquement efficace À la demande des clients, il s’agit de réaliser une habitation énergétiquement efficace, en ossature bois, en intégrant si possible des critères d’accessibilité pour personnes à mobilité réduite, d’où une organisation des pièces de plain-pied comme point de départ de la conception.

Fiche technique Architecte: Rodolphe Mertens Architecte Maître d’ouvrage: privé Localisation: Grand-Duché de Luxembourg 1

Perspective nord 2

Perspective sud-est 3

Plan

6 Le terrain est situé dans un lotissement, sur une parcelle d’angle de forme incongrue, et l’emprise au sol de la construction est déduite de l’application à la lettre des prescriptions urbanistiques. L’habitation est composée de deux zones autonomes, autour d’un patio central, de manière à permettre au ménage de vivre de façon indépendante. Trois volumes émergent du plan de la toi­ ture principale, afin d’y abriter les chambres d’enfants, un grenier et un espace nuit audessus du bureau du mari. Le parti structurel est optimisé sur base de différents principes d’ossature bois combinés, d’une part pour les éléments verticaux et d’autre part pour les éléments horizontaux, permettant des murs porteurs de 9 cm d’épais­ seur. L’isolation en façade est composée d’isolants à base de cellulose recyclée et de panneaux en fibres de bois, en vue d’une empreinte écologique positive.

1

2

3


040

www.archiduc.lu

habiter autrement

Réhabilitation

Transformation d’un château d’eau du début du siècle en habitations et bureaux

7

Paczowski et Fritsch Architectes en collaboration avec cm architectes associés ont réalisé la transformation d’un ancien château d’eau du début du siècle en habitations. Un projet ambitieux et une prouesse technique pour une réhabilitation exemplaire qui respecte le patrimoine existant tout en s’inscrivant dans une démarche contemporaine, sans tomber dans l’écueil du pastiche ou de l’historicisme.

Photographe : Laurent Brandajs Fiche technique Architectes: Paczowski et Fritsch Architectes (Mathias Fritsch, Paul Fritsch, Bohdan Paczowski) en collaboration avec cm architectes associés (Cécile Michaux) Maître d’ouvrage: H2O Brussels S.A. Localisation: Bruxelles (Belgique) Année de réalisation: 2007 Bâti d’origine: 1904

Vue des bâtiments en front de rue La cuve du château d’eau a été totalement vitrée.

Situé dans la banlieue de Bruxelles, le château d’eau a été construit en 1904 sur base d’une structure béton armé. Il a été actif jusqu’en 1934 puis est devenu lieu de stockage de maté­ riel de voirie. En 1987, le château d’eau est racheté par des privés qui seront expulsés deux ans plus tard par la Région Bruxelles Capitale pour cause d’utilité publique. La Ville de Bruxelles avait pour projet d’y installer une antenne de pompiers. Mais ce projet fut aban­ donné et la Région Bruxelles Capitale décide de revendre le bâtiment. C’est en 1998 que Philippe Schöller, à travers sa société H2O Brussels S.A., rachète les droits de rétrocession aux anciens propriétaires et lance les démarches adminis­ tratives nécessaires pour réaffecter ce château d’eau et ses annexes en espace de logements et de bureaux. Le projet de réaffectation du site, confié à Paczowski et Fritsch Architectes en collabora­ tion avec cm architectes associés, s’articule autour de la réhabilitation du château d’eau et de la construction d’une nouvelle annexe en fond de parcelle et de la construction de deux bâtiments assurant la continuité du front bâti le long de la rue. Le château d’eau est maintenu dans sa struc­ ture d’origine et rénové à l’identique. Les bétons seront restaurés et les ouvrages man­ quants remplacés suivant les plans d’origine. Le réservoir et son propre soubassement (ancien local technique) sont aménagés en habitation triplex (257 m2) avec une terrasse (116 m2) accessible en couronnement (à 35 m de hauteur). La façade béton du réservoir est remplacée sur toute sa hauteur par des vitra­ ges fixés sur une ossature acier composée de montants verticaux et de cerclages horizon­ taux. Ce traitement homogène et structurel (acier et verre) de l’ensemble de la cuve pré­ serve l’aspect monolithique du réservoir initial et permet d’exploiter pleinement l’entièreté de cet espace par l’apport d’air, de lumière, tout en dégageant des perspectives uniques sur la ville de Bruxelles et alentours. Un pare-soleil en tôle métallique perforée est installé côté sud pour protéger les occupants de l’ensoleillement. Les espaces intérieurs­ sont aménagés de manière à respecter des espaces traversants et lumineux, avec peu de séparation. Le socle du château d’eau, composé de trois niveaux, comprend l’entrée principale dis­

tribuant les bureaux (277 m2) au rez-dechaussée et le logement situé en duplex (204 m2 bruts et 106 m2 de terrasse) aux premier et deuxième étages via l’escalier héli­ coïdal central existant. Un ascenseur indé­ pendant réalisé dans une structure métallique latérale (l’installation dans le tambour cen­ tral s’étant en définitive révélée impossible) dessert les nouveaux niveaux de parkings en sous-sol, le rez-de-chaussée, ainsi que les deux entités de logement situées dans le château d’eau. En front de rue, le projet comprend deux bâtiments destinés à recevoir des apparte­ ments dans les étages et des bureaux au rezde-chaussée. L’implantation d’une percée de quatre mètres entre ces deux constructions offre une perspective inattendue du château d’eau depuis la rue. Une cour intérieure a été aménagée. Elle est traitée avec des matériaux minéraux pour les sols et quelques structures métalliques verti­ cales, recouvertes de végétaux, pour conser­ ver le caractère industriel du château d’eau. Réservée aux piétons, elle est accessible à tous les usagers du site. 1

«La transformation de bâtiments industriels en logements n’est malheureusement pas assez fréquente au Luxembourg malgré le patrimoine dont nous disposons» Mathias Fritsch


041

2 1

Les espaces intérieurs bénéficient de beaucoup de lumière naturelle. 2

Le château d’eau culmine à 35 mètres de hauteur. 3

De gauche à droite: le château d’eau, la tour d’ascenseur et les nouvelles constructions 4

Les aménagements intérieurs prolongent l’esprit industriel du bâtiment.

3

4


042

www.archiduc.lu

habiter autrement

Construction

8

Maison MJ à Diekirch Une maison à basse consommation d’énergie pouvant s’adapter à plusieurs générations par Morph4 architecture.

Fiche technique Architecte: Morph4 architecture Maître d’ouvrage: privé Localisation: Diekirch (Luxembourg) Surface:   400 m2 Année de réalisation: 2009 L’idée primaire de l’architecte et du maître d’ouvrage consistait en la création d’une construction durable, écologique et à basse consommation d’énergie. L’objectif était la réa­ lisation d’un espace habitable flexible, fonc­ tionnel et utilisable par plusieurs générations. Cette nouvelle construction basse consomma­ tion inclut un espace habitable généreux ainsi qu’un espace de travail, qui peut être trans­ formé selon les besoins, en appartement ou studio pour personnes âgées. Les deux défis majeurs du projet étaient l’inté­gration de cette maison moderne et inno­ vante dans le concept architectural urbain de la ville de Diekirch, ainsi que l’orientation. La façade orientée vers le nord est presque entiè­ rement fermée. À l’inverse, on retrouve au sud une surface ouverte et vitrée. Ceci permet un équilibre entre le gain et l’économie d’énergie. Le concept des fenêtres en bois, développé par l’architecte lui-même, consiste en un triple vitrage avec une vitre extérieure glissant audessus du cadre en bois, ce qui constitue à la fois un facteur écologique et esthétique. Le bâtiment composé d’éléments préfabriqués en béton est isolé par du Foamglas®. De plus, la façade ventilée et recouverte de pierres natu­ relles contribue à une excellente efficacité énergétique (valeur N= 0.28). En plus de la pompe à chaleur, du chauffage au sol et de la ventilation avec récupération de chaleur, les éléments de construction massifs servent d’accumulateurs thermiques ce qui offre une température agréable aussi bien en hiver qu’en été.

1

2

4

1

Terrasse de toit 2

Cuisine, séjour 3

Façade d‘entrée 4

Détail façade est 3


043

9

Construction

que ce soit pour l’habitat individuel ou collec­ tif, le commerce ou le bureau. Et c’est dans le domaine de l’architecture de bureau que nous avons trouvé les bases d’inspirations. Les immeubles de bureaux doivent faire face aux évolutions des demandes, qu’elles soient «Cette maison s’inscrit dans une recherche fonctionnelles ou techniques. Les systèmes que nous avons entamée il y a environ une de type ossature permettent une flexibilité et vingtaine d’années. En effet, nous avons sou­ une évolution évidente. Elle peut être imagi­ vent été confrontés à devoir transformer des née en béton, en acier ou en bois. Les façades habitations pour les adapter à de nouvelles viennent envelopper et protéger le tout, en attentes. Les mouvements de la vie dans les intégrant les contraintes énergétiques actuel­ familles et les changements de propriétaires les, dans une perspective globale de dévelop­ induisent nécessairement des ajustements pement durable. Dans ce cas-ci, la maison propose une ossa­ Une habitation conçue pour être flexible et évolutive. fonctionnels. Lors de ces expériences, nous avons constaté que la structure des bâtiments ture bois faite de poutres et de colonnes. À joue un rôle important, aussi bien au niveau partir de ce squelette, les murs non porteurs de la faisabilité technique que financière. Une se positionnent pour répondre au plus juste structure lourde et monolithique engendre aux besoins de la famille, aux fonctions des des coûts de transformation souvent dispro­ espaces. Et non l’inverse. Ce choix offre aussi portionnés par rapport à l’enjeu. C’est donc une expression architecturale pure et expres­ assez logiquement que nous avons cherché, sive. Une famille évolue et se modifie au 2. A l'intérieur de ce système on introduit une poche au centre de l'immeuble, celle-ci logement d'avoir un ensoleillement et une vue agréable: - Permet à chaque pour la réalisation de nouvelles constructions, cours des années qui passent, et la maison à offrir une flexibilité dans le changement. qui l’accueille doit lui permettre de suivre ces Cette approche est d’ailleurs valable pour un évolutions.» grand nombre d’applications architecturales, Moreno architecture La maison est construite avec une ossature bois faite de poutres et de colonnes.

Maison à Hesperange

10%

face ensoleillée vues

- Crée un jardin au centre du bâtiment, à l'écart de la circulation:

10

N

Conférences

Chacun des appartements s'ouvre vers le soleil :

Concours

habitat groupé

N

L’habitat pavillonnaire (maison à quatre façades) est la forme d’habitat dominant au Grand-Duché. Le développement de ce type d’architecture a une influence majeure sur notre paysage, nos déplacements, l’écologie et finalement notre mode de vie. Par consé­ quent, une des solutions pour proposer un habitat «innovant» serait d’encourager un habitat groupé, plus proche des villes, voire dans les centres-villes, tout en conservant

une qualité d’espace égale à une maison de type villa traditionnelle. Metaform évoque, à travers un projet qui a reçu le 3e prix au concours de construction d’immeubles mix­ tes pour la SNHBM dans le quartier de Grünewald-lot 2, les idées, concepts et solu­ tions proposés pour rendre les habitats groupés aussi intéressants qu’une maison pavillonnaire. Cet immeuble privilégie ainsi l’entrée du soleil, des vues agréables et des terrasses bien orientées pour chaque apparte­ ment, qui dispose d’un caractère particulier en fonction de sa position dans l’immeuble. Un espace vert intérieur à l’écart des voitures est aménagé au cœur de la construction et un jardin communautaire est planté en toiture.

Dans un esprit de Pecha Kucha, les dix bureaux d’architecture présenteront à tour de rôle et à un rythme rapide (six minutes par intervenant) leur projet d’habitat innovant. L’idée est d’offrir au public une véritable inspiration shower, qui permettra de comprendre rapidement les grandes idées du projet et de disposer d’une vue d’ensemble sur les meilleures pratiques en termes d’architecture d’habitation, qu’il s’agisse de maisons individuelles ou d’habitat collectif. Le 5 mai à 19  h au CarréRotondes, dans le cadre du lancement du deuxième numéro d’Archiduc, avec le soutien de Foamglas. Le 12 juillet à 19  h à la Fondation de l’Archi­ tecture et de l’Ingénierie, dans le cadre du Festival de l’Architecture 2011. Même adresse pour les deux lieux: 1, rue de l’Aciérie à Luxembourg


044 État des lieux

Le Fonds du Logement, un acteur incontournable Daniel Miltgen, président du comité directeur du Fonds pour le développement du logement et de l’habitat, a accepté de répondre à nos questions sur les actions du Fonds et les projets que celui-ci développe.

Interview: Céline Coubray infos Date de création du fonds: 1979 Statut juridique: Établissement public autonome institué par la loi du 25 février 1979 Nombre de salariés: 53 Volume de logements mis en location au 31 décembre 2010: 1 701 Volume de logement mis en vente au 31 décembre 2010: 1 287 Chiffre d’affaires: 56 millions d’euros

W

Plus d’infos: www.fondsdulogement.lu www.dianeheirend.com www.michelpetitarchitecte.com www.arcelormittal.com/construction

www.archiduc.lu

habiter autrement

M. Miltgen, pourriez-vous nous rappeler quelles sont les missions du Fonds du Logement? «La principale mission du Fonds du Logement est d’acquérir et d’aménager des terrains à bâtir et d’y faire construire des logements à coûts modérés destinés tant à la vente qu’à la location. Au fil des années, le Fonds s’est vu attribuer une palette plus diversifiée d’activités, comme de réaliser de sa propre initiative, en collaboration avec les autorités communales, toute opération de développement du logement et de l’habitat dans le cadre du développement urbain et rural. S’ajoutent à cela la création de nouveaux quartiers de ville, de lieux d’habitation et d’espaces de vie, la promotion de la qualité du développement urbain, de l’architecture et de la technique, la réduction des coûts d’aménagements des places à bâtir, mais également l’agrandissement et la gestion du parc public des logements locatifs. Enfin, le Fonds est en mesure de constituer des réserves foncières. Quelle est la politique du Fonds en matière d’habitat urbain? «Le Fonds veille davantage à ce que ses nouvelles réalisations s’inscrivent dans une démarche de développement durable dans laquelle les trois composantes fondamentales de la durabilité, à savoir les composantes sociale, écologique et économique, soient traitées d’une manière égale. Les prochains nouveaux quartiers du Fonds seront résolument tournés vers le futur. À Dudelange, pour l’ancien site industriel LDD, le Fonds développera un plan directeur déterminant la mixité des fonctions urbaines – habiter, travailler, se détendre, s’alimenter. Ce nouveau quartier urbain ‘des chemins courts’ ne sera pas un ensemble urbain artificiel créé par des technocrates. Il refusera le diktat de la voiture et n’admettra pas l’émergence de tendances ségrégationnistes. Les desiderata de l’homme et de son environnement seront au milieu de toute décision à prendre. Ce quartier posera sans doute les jalons pour les prochains développements urbains d’autres régions de notre pays. Quelles actions le Fonds a-t-il mises en œuvre ces dernières années pour anticiper et suivre l’évolution de la densification de Luxembourgville? «Le Fonds a déjà réalisé plusieurs grands projets sur le territoire de la Ville de Luxembourg, notamment l’assainissement du Grund, la création des quartiers ‘Eecherschmelz’ à Eich, ‘Sauerwiss’ à Gasperich, ou encore plus récemment le quartier du Carmel au Cents. D’autres projets, d’envergure plus modeste, ont été ou sont en cours de réalisation à Neudorf, Pfaffenthal, à la gare, Hollerich, au Limpertsberg et au Kirchberg. Avec 512 logements loués et 729 logements vendus sur le territoire de la Ville de Luxembourg, on peut dire que le Fonds du Logement est un promoteur actif et qu’il s’efforce de répondre à la demande de logements toujours croissante due à la densification.

«Les prochains nouveaux quartiers du Fonds seront résolument tournés vers le futur» Daniel Miltgen

Que signifie pour vous aujourd’hui la notion d’habitat innovant? «J’estime que le gouvernement, dans sa déclaration pour la période législative en cours, a donné une parfaite définition de cet habitat de demain. Il s’agira de lieux offrant une grande qualité de vie dans un espace urbain ou rural idéal, à un prix modéré en intégrant une approche de développement écologique combiné avec des infrastructures performantes. Il s’agira de quartiers durables, réalisés dans le cadre d’un urbanisme écologique intégrant la réduction de la consommation des ressources naturelles (énergie, eau, foncier, etc.), les exigences sur la production de déchets, la conservation de la biodiversité, la réalisation de l’accessibilité et de la mobilité, la mixité sociale et générationnelle ainsi que la mixité des fonctions urbaines. Quels sont les grands chantiers actuels dont le Fonds a la charge? «Le Fonds a actuellement plusieurs grands projets en cours, dont notamment la réaffectation des friches industrielles de Dudelange, en collaboration avec la Ville de Dudelange, d’une superficie de 34 ha. Ils accueilleront à terme quelque 630 unités de logement, des espaces de loisirs, des infrastructures socio-économiques (école, crèche, commerces), des infrastructures destinées à développer la cinématographie et, finalement, des lieux d’emploi (bureaux, artisanat, etc.). Pour la réalisation d’un projet d’une telle ampleur, un concours international d’urbanisme a d’ailleurs été organisé en 2009. Un autre concours d’urbanisme réalisé la même année a été celui du projet ‘Eco Manertchen’ à Echternach en vue de la conception d’un lotissement écologique de plus ou moins 250 logements. Enfin, le projet ‘Wunnen am Park’ à Esch-Nonnewisen, mené en collaboration avec la Ville d’Esch-sur-Alzette, fait également partie des grands projets en cours. Ce nouveau quartier, né du désir de créer un espace de vie idéal à proximité du centre urbain, réunira, à terme, quelque 750 logements (appartements, lofts, maisons unifamiliales…) entourés d’espa-

3


045

1

2

4

Frank Weber Photographe; Jessica Fischer

ces verts, des infrastructures publiques (écoles préscolaire et primaire), des commerces et des bureaux. En parallèle, le Fonds a encore 34 projets en phase de démarrage ou en cours de construction, 39 projets en planification et 46 autres à l’étude. Comment travaillez-vous avec les architectes? «Les bureaux d’architecture qui souhaitent travailler en collaboration avec le Fonds sont invités à faire parvenir un dossier de présentation de leurs réalisations. Pour chaque nouveau projet, le Fonds sélectionne un bureau qui sera chargé de la mission d’architecte, sur base de ce dossier, mais également sur base de ses spécialités, de sa situation géographique et des projets qu’il a déjà réalisés, en partenariat ou non avec le Fonds. De manière générale, le Fonds veille à travailler avec différents bureaux d’architecture, de façon à développer une identité propre à chaque projet. À l’heure actuelle, trois bureaux d’urbanistes, cinq bureaux de

5

paysagistes et 58 bureaux d’architecture tra- Le Fonds bénéficie-t-il selon vous de suffisamment de moyens pour répondre à la demande? vaillent pour le Fonds. «Actuellement, plusieurs milliers de clients Un nouvel immeuble urbain situé 17, rue de sont inscrits dans le registre du Fonds du LogeHollerich à Luxembourg vient d’être livré. ment! L’intérêt en vue de l’acquisition d’un Pourriez-vous nous présenter ce projet logement auprès du Fonds est en forte évolupilote? tion. En effet, cédant ses constructions à prix «En 2003, le Fonds a été sollicité par Arcelor- modérés, il permet l’accession à la propriété à Mittal en vue de faire la promotion de l’acier de nombreux ménages qui ne pourraient se le dans la construction de logements. De par sa permettre via le marché privé. Le Fonds disrégularité et son affectation variée, l’immeu- pose, avec quelque 1 700 unités de logements, ble projeté se prêtait bien à cette expérience. Il du plus grand parc locatif du pays. Ces logea donc été un projet pilote pour lequel l’utilisa- ments sont loués en fonction du revenu et de la tion de l’acier, et notamment l’utilisation composition du ménage (75 %) et en fonction d’une structure portante métallique, a permis de la surface du logement (25 %). C’est pourde réduire la durée des travaux, élément quoi la demande en faveur de ces logements important pour un chantier situé en milieu est très importante. Comme déjà indiqué, de urbain. Aussi, un nouveau système de protec- nombreux projets sont en cours ou à l’étude et tion contre le feu a été mis en place par Arcelor­ le Fonds veille à ce que ceux-ci soient achevés Mittal. L’immeuble, inauguré en janvier 2011, dans les meilleurs délais et conditions, de façon est le premier bâtiment en acier à vocation à répondre à cette demande toujours croismixte construit au Grand-Duché. sante.»  

1

Le nouveau quartier LDD à Dudelange 2

Résidence de 17 appartements et 11 maisons individuelles en bande par michelpetitarchitecte dans le nouveau quartier de Nonnewisen. 3

Couloir intérieur du 17, rue de Hollerich à Luxembourg 4

Façade sur rue de l’immeuble urbain situé au 17, rue de Hollerich à Luxembourg réalisé par Diane Heirend architectes 5

Façade arrière de l’immeuble urbain situé au 17, rue de Hollerich à Luxembourg réalisé par Diane Heirend architectes


046

habiter autrement

Festival de l’Architecture 2011

L’habitat innovant La Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie organise tous les ans un festival d’architecture. Le Festival de l’Architecture 2011, qui se tient du 16 juin au 16 juillet, a pour thématique l’habitat innovant. Explications avec Andrea Rumpf, directrice de la Fondation.

Auteur : Céline Coubray Photographe : Olivier Minaire infos Dates du Festival de l’Architecture 2011: Du 16 juin au 16 juillet Lieux: À la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, au Cercle-Cité, au CarréRotondes, au SKIP, dans l’espace public, chez les particuliers. Programmation: Retrouvez toute la programmation du Festival de l’Architecture dans les pages de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie à la fin de ce magazine et sur www.fondarch.lu et www.archiduc.lu.

«Le Festival de l’Architecture s’adresse à un public vraiment très large» Andrea Rumpf, directrice de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie.

www.archiduc.lu


047

Madame Rumpf, pourriez-vous nous expliquer pourquoi avoir choisi comme thème pour le Festival de l’Architecture 2011 l’habitat innovant? «Depuis fin 2009, la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie élabore un travail de réflexion correspondant à une thématique trisannuelle qui est ‘Visions pour notre territoire’. Cette thématique se divise en quatre axes qui sont l’espace public, l’habitat, l’identité des villes et des communes et le patrimoine. L’année dernière, nous avions choisi comme thème, pour le festival, l’espace public. Cette année, nous abordons le deuxième sujet qui est l’habitat. Nous avons choisi de présenter au public ces deux sujets en premier, car nous avons déjà eu l’occasion de réaliser un certain nombre de manifestations sur ces thématiques et possédons donc une certaine connaissance pratique et théorique de ces domaines. Les autres sujets nécessitent encore un peu de préparation, de recherches et de travail théorique que nous sommes en train d’élaborer. Ce travail permettra par la suite d’organiser des manifestations en lien avec ces thématiques. De plus, le sujet de l’habitat est actuellement au cœur des discussions. Nous nous sommes concentrés sur la question de l’habitat dense, urbain et collectif. Nous n’exclurons pas pour autant l’habitat individuel en maison classique quatre façades, mais nos discussions se concentreront plus sur la question de l’habitat urbain dense et innovant. Nous aborderons les autres types d’habitat comme l’habitat rural et périurbain ultérieurement. Comment a été élaboré le programme du festival? «La programmation du Festival de l’Architecture a été réalisée en collaboration avec le groupe de travail ‘Habitat’. Depuis 2009, la Fondation fait appel à des groupes de personnes volontaires pour réfléchir et élaborer des actions en lien avec les axes de travail cités précédemment. Le groupe de travail ‘Habitat’, très actif, a permis de mettre rapidement en place des événements qui ont pu s’intégrer dans la programmation du festival. L’équipe de la Fondation n’est donc pas seule décisionnaire dans la programmation. C’est d’ailleurs assez rare qu’une institution y laisse autant de place à des groupes satellites. C’est une démocratie qui va assez loin. Ceci permet entre autres de ne pas perdre la motivation des membres, qui restent ainsi vraiment acteurs au sein de leur groupe. Ce sont avant tout les membres qui donnent l’input au sein de ces groupes.

À qui s’adresse ce festival? «Le Festival de l’Architecture s’adresse à un public vraiment très large, encore plus que les années précédentes. Avant 2006, la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie organisait la Semaine de l’Architecture qui s’adressait principalement aux professionnels, les invitant à rencontrer d’autres professionnels. Ces dernières années, la Fondation a réorienté le Festival de l’Architecture pour qu’il s’adresse à un public plus large, avec des manifestations pour tous, y compris les enfants. Faire participer les groupes de travail à la programmation nous aide à ancrer nos actions dans la société civile. Nous trouvons au sein même de ces groupes des personnes d’horizons différents, qui ne sont pas nécessairement issues du milieu des professionnels de l’architecture, même si toutes ont bien entendu un intérêt soutenu pour la question du bâti. C’est grâce à ces groupes de travail que nous avons d’autres perspectives sur les sujets que nous abordons et mettons sur pied des actions qui nous permettent de toucher un plus grand public. Nous avons déjà pu constater une évolution des résultats: le nombre de personnes participant à nos actions est croissant. Les exemples les plus parlants sont les visites architecturales du groupe ‘Habitat’ ou encore les actions ‘Walk & Talk’ du groupe ‘Espace public’ qui connaissent un certain succès quant au nombre de participants. Le public de ces rencontres est en très grande majorité constitué d’amateurs, de personnes qui s’intéressent à l’architecture, et qui osent poser des questions et prendre part aux discussions, ce qui n’est pas toujours le cas dans les conférences. Nous organisons également, en collaboration avec la Ville de Luxembourg et le Cercle-Cité, les Stadgespréich, des rencontres-débats qui offrent l’occasion d’ouvrir la discussion avec les utilisateurs et les citoyens. Il y a donc de plus en plus de contacts directs entre le grand public, les architectes et les décisionnaires participants. Grâce à l’ouverture et l’intégration des personnes de la société civile dans l’élaboration de notre programmation, nous avons réussi à toucher un nouveau public. Cette tendance et volonté se retrouvent aussi dans notre festival qui est le cadre idéal pour inventer d’autres actions, aller à la rencontre du grand public mais aussi, bien sûr, des décideurs politiques. Quels sont les moments forts du Festival de l’Architecture 2011? «Nous proposons un week-end Open Doors les 9 et 10 juillet pendant lequel il sera possible de découvrir des réalisations d’habitat à travers

le pays. Nous essayons également, lors de ces portes ouvertes, de promouvoir le dialogue entre le maître d’ouvrage, l’architecte et les intéressés, les amateurs. D’autre part, nous avons la chance de pouvoir faire l’ouverture de notre festival cette année au Cercle Municipal qui vient d’être restauré. Un Stadgespréich est programmé à cette occasion et sera suivi d’une réception au cours de laquelle seront annoncés le lancement du concours SinCityPics 2 et celui du Prix de l’Architecture 2011. Le festival s’ouvrira donc symboliquement au cœur de la ville, dans un lieu accessible par tous. Il y a aussi quelques conférences prévues comme celle du cycle Evolutions, un cycle qui permet de suivre l’évolution du travail d’architectes luxembourgeois qui ont déjà donné des conférences il y a une dizaine d’années. Cette fois-ci, ce sera m3 architectes qui sera invité le 7 juillet. Il y aura également la conférence organisée en partenariat avec Archiduc, le 12 juillet, qui présentera dix exemples d’habitat innovant. Un autre volet important de notre festival est l’éducation et l’attention portée au jeune public. Nous organiserons des animations tels que les workshops de dessin d’architecture à main levée à Luxembourg, des ateliers créatifs pour les enfants en partenariat avec le lycée Josy Barthel à Mamer, avec qui nous menons un partenariat ambitieux pluriannuel, ou encore les Open Doors Junior. Ce qui nous importe aussi à travers le festival, c’est de lancer une réflexion plus large sur l’environnement bâti. Le Festival de l’Architecture a indéniablement un caractère festif, mais le caractère critique est aussi présent. Le festival dure maintenant un mois. Pourquoi avoir choisi de prolonger la durée de l’événement? «À ses débuts, le festival durait un week-end. Puis il a été prolongé pour une durée d’une semaine, puis de dix jours. Mais nous nous sommes rendu compte qu’avec une telle densité de manifestations, le public ne pouvait pas assister à toutes les actions. L’offre culturelle est déjà très large au Luxembourg et si nous proposons beaucoup de manifestations en peu de temps, nous prenons le risque de ne plus toucher notre public. C’est pourquoi nous avons choisi de prolonger la durée du festival à un mois, sans pour autant augmenter le nombre de manifestations. Il y a donc environ 15 manifestations réparties pendant toute la durée du festival. Cela permet de profiter sereinement des manifestations, sans bouleverser les obligations, déjà nombreuses, de la vie professionnelle et privée.»


048

www.archiduc.lu

habiter autrement

Stéphanie Laruade, Michael Feisthauer et José Da Costa Perspectives

L’habitat, une réflexion de groupe Depuis 2009, des groupes de travail se sont constitués au sein de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie. L’un d’eux est spécialement dédié à la réflexion sur le thème de l’habitat. Rencontre avec les membres de ce groupe qui nous présentent leur action.

Auteur: Céline Coubray Photographe: Olivier Minaire

Pourriez-vous nous présenter le groupe de travail ‘Habitat’? «Suite à l’appel à participation lancé par la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie en novembre 2009, plusieurs personnes motivées se sont manifestées pour s’occuper de différents groupes de travail. Nous avons choisi de nous engager dans le groupe de travail «Habitat». Il est actuellement composé de quatre personnes: Jean-François Beaulieu, agent immobilier, José Da Costa, promoteur immobilier, Michael Feisthauer, architecte, et Stéphanie Laruade, architecte. C’est donc un groupe pluridisciplinaire, tout en restant dans le secteur de l’immobilier et de l’habitat.

W

Plus d’infos: www.fondarch.lu

Quel est l’objectif de ce groupe de travail? «Le sujet de l’habitat est un des sous-­thèmes choisi par la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie pour répondre à l’axe général de réflexion ‘Vision de notre territoire’. Ainsi, pendant trois ans, de 2010 à 2012, quatre groupes de travail défrichent des pistes de recherche autour des thèmes de l’habitat, de l’espace public, du patrimoine et de l’identité. Ceci permet de concentrer les efforts sur des sujets thématiques et de voir des évolutions précises sur une période donnée. Les sujets nous permettent d’avoir plu­­s­ieurs événements autour d’un même thème. À la fin de cette période, nous pourrons mieux nous rendre compte de l’évolution des dossiers pour lesquels nous avons travaillé. Dans notre groupe, nous avons aussi choisi de publier régulièrement de petites brochures en lien avec notre activité. L’objectif, à la fin de ces trois années, est d’organiser un colloque qui nous permettra de discuter de nos thématiques dans un cadre plus large, en associant décideurs, acteurs de l’architecture et intervenants extérieurs internationaux pour donner un regard plus large et un partage d’expérience international.

«Nous avons choisi de travailler sur les formes d’habitat innovant en élaborant un état des lieux» Stéphanie Laruade


049

Le groupe de travail «Habitat» se réunit une fois par semaine pour discuter des projets en cours.

Quels sont les sujets dont vous discutez au sein de votre groupe? «Nous avons choisi de travailler sur les formes d’habitat innovant en élaborant un état des lieux. Pour cela, nous regardons ce qui se fait actuellement en matière de logements et organisons des visites guidées ouvertes à tous pour découvrir ces exemples de lieux de vie. À ce jour, nous avons déjà réalisé deux visites, une troisième est en préparation.

Cité talks/ Stadgespréich

Le «Cité talks/ Stadgespréich» du 16 juin (18 h-19 h 30) sera consacré au thème de l’habitat.

Andrés Lejona

îlot, en bande), mais aussi la mixité dans le processus d’acquisition (logement social, maison mise en vente aux enchères) et dans les fonctions des logements (résidences, commerces, crèches). C’est une sorte de laboraQu’avez-vous découvert lors de ces visites toire, un urbanisme comme on peut le trouver guidées? dans d’autres grandes villes, ce qui est assez «Chaque visite répond à une thématique nouveau au Luxembourg. précise. La première était ‘L’habitat repensé’. Pour cette première visite, nous souhaitions Quels sont les thèmes sur lesquels vont porcomprendre, à travers quatre exemples récents ter vos prochaines visites? «Nous aimerions savoir s’il existe, à l’image situés à proximité de la ville de Luxembourg, quel a été le processus d’élaboration de ces d’autres villes comme Berlin ou Paris, des logements, ce qui a précédé leur construc- expériences de baugruppen, c’est-à-dire un tion. Est-ce que ces logements ont été groupe de personnes, comme vous et moi, qui construits par le fait d’un promoteur privé, se regroupent pour acheter un bâtiment et le de la Ville de Luxembourg à travers un Bau- restaurer en vue de l’habiter ou achètent un lücken (terrains mis à disposition en ayant terrain et font construire ensemble. Nous recours au droit d’emphytéose, ndlr.), du Fonds sommes actuellement à la recherche de ce du Logement ou suite à un concours d’archi- type de démarche au Luxembourg. C’est une tecture? Nous essayons de faire ressortir les façon d’accéder au logement que nous n’avons différents exemples de processus qui exis- pas encore étudiée et sur laquelle nous aimetent, de comprendre comment y accéder et de rions nous pencher. Nous allons également montrer les différentes possibilités envisa- nous intéresser à la question de la gentrification des quartiers populaires situés dans les geables au Luxembourg. Pour la seconde visite, ‘De la théorie à la réa- grunds (Rollingergrund, Pfaffenthal, Neudorf), lité, les grands projets urbains dans le sud du c’est-à-dire l’embourgeoisement lié à la transpays’, nous sommes allés découvrir le nou- formation urbaine d’une zone. Nous sommes veau quartier de Nonnewisen à Esch-sur- partis du constat qu’actuellement, dans ces Alzette. L’objectif de cette visite était de quartiers, il y a beaucoup de chantiers en comprendre le déroulement d’un achat sur cours, de maisons en rénovation et que la plan et comment des projets comme celui-ci, population est en train d’évoluer. D’une occuportés par des concepts urbains déjà concréti- pation traditionnellement populaire et sés dans d’autres pays européens, proposent ouvrière, nous sommes en train de passer à de redéfinir les manières d’habiter. Ce qui est une ‘boboïsation’ des quartiers, avec des maiinnovant pour ce projet est la mixité des types sons d’architectes (Moreno architecture, de logements (logements en bande, pour étu- STEINMETZDEMEYER, Polaris Architects) diants, différentes tailles d’appartements, »  Suite page 50 duplex), la mixité des formes d’habitat (en

La Ville de Luxembourg et le Cercle-Cité, en collaboration avec la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, organisent régulièrement une rencontre sur l’actualité urbanistique à Luxembourg, conférencedébat à laquelle le public est invité à participer. À l’auditorium du Cité: 3, rue Génistre (place d’Armes), Luxembourg.


050

www.archiduc.lu

habiter autrement

publications du groupe «Habitat»

Le groupe «Habitat» organise des visites guidées ouvertes à tous pour découvrir des projets d’habitat innovant.

Le groupe de travail «Habitat» réalise pour chaque visite guidée une petite publication qui reprend de manière synthétique et illustrée les projets visités. Ainsi dans le livret Luxembourg, l’habitat repensé, les lecteurs peuvent découvrir un exemple d’habitat suburbain à travers l’exemple des maisons en bande à Heisdorf (maître d’ouvrage: administration communale de Steinsel; architecte: Christian Bauer et Associés Architectes, 2001-2005), un exemple de densification avec les maisons en bande à Weimerskirch (maître d’ouvrage: Stugalux; architecte: BSA - Bob Strotz Architecture, 2008-2009), la création d’un nouveau quartier d’habitation avec l’exemple du Grünewald au Kirchberg et d’un immeuble urbain au 17, rue d’Hollerich (maître d’ouvrage: le Fonds pour le Développement du Logement et de l’Habitat; architectes: Diane Heirend & Philippe Schmit, 2001-2010). Le second livret, De la théorie à la réalité présente plus précisément le nouveau quartier Nonnewisen à Esch-sur-Alzette avec une introduction générale sur le projet et le détail des projets des lots 2SA & 2 SB1, du lot 3 et du lot 4.

et l’arrivée d’une population qui a plus de moyens financiers. La discussion va aussi porter sur le fait de savoir si cette transformation est le résultat ou la cause de cet embourgeoisement. Ces quartiers présentent de réels potentiels, avec des biens encore relativement accessibles, une bonne situation par rapport au centre-ville, une bonne desserte des transports en commun et des objets à potentiel (ajout d’étages). Nous devrons aussi aborder la question de la préservation de l’unité du quartier et de sa mixité. Comment choisissez-vous les objets que vous souhaitez étudier? «Notre démarche est de prendre en compte des objets construits qui nous semblent innovants, qui peuvent être réalisés avec peu de moyens, mais dont le résultat est qualitatif. Différents critères peuvent entrer en compte: une disposition intéressante, l’intégration dans le tissu urbain, la flexibilité et mixité des types de logements et des procédures d’acquisition. Notre envie est de montrer qu’il est possible, dans notre quotidien, d’avoir accès à des projets qui répondent à un certain ‘standard minimum’ de qualité, même s’il ne s’agit pas de projets exceptionnels. Vous ne tenez pas compte du facteur écologique? «La question de l’écologie fait partie intégrante de tous ces projets avec des concepteurs qui ont su développer des visions d’écologie urbaine. Pour le moment, nous n’avons pas travaillé spécifiquement cette question et d’autres groupes le font aussi de leur côté. Nous prenons plus généralement en compte les quatre piliers du développement durable qui sont le social, la culture, l’économie et l’écologie.»

«Notre démarche est de prendre en compte des objets construits qui nous semblent innovants, qui peuvent être réalisés avec peu de moyens, mais dont le résultat est qualitatif» Stéphanie Laruade


.CUISINES INDIVIDUELLES

.CUISINES .POGGENPOHL® .HÄCKER® .TABLES .CHAISES .AMENAGEMENTS D’ESPACES SUR MESURE

Kiricheneck 3 | L-9990 Weiswampach | Tel.: 97 81 97 • Fax: 97 81 98 | info@kuechendries.lu Heures d’ouvertures: Ma.-Ve. 8.00 > 12.30 & 13.30 > 18.00 | Sa. 9.00 > 12.30 & 13.30 > 16.00 | Di. 14.00 > 18.00 | fermé le lundi

www.kuechendries.lu


www.archiduc.lu

052 Dossier PARTICULIERS Ce dossier s’adresse aux particuliers qui souhaitent être informés sur des thématiques en lien avec l’espace domestique.

extensions de maison Gagner de la place dans sa maison, tout le monde en rêve… Une solution possible est de faire construire une extension vers le jardin, de transformer les combles ou encore d’aménager un sous-sol. Mais tout cela demande un savoir-faire certain et l’intervention de professionnels.


053

mode d’emploi

Tout pour gagner des m2 Quand on veut réaliser une extension de sa maison, il y a de nombreuses démarches à entreprendre et des pièges à éviter. Quelques conseils à suivre.

Auteur: France Clarinval

Vous avez cédé votre bureau après la naissance du petit dernier? Vous êtes à l’étroit dans votre salon? Votre cuisine n’est pas le lieu de vie que vous escomptiez? Vous rêvez d’une avancée tout de bois et de verre pour créer un lien avec votre jardin? L’extension d’une maison peut permettre d’éviter de déménager ou d’investir dans un nouveau bien immobilier en refondant et repensant l’espace et en apportant une plusvalue à votre patrimoine. Quand on parle d’extension, on pense généralement à une annexe ajoutée à la maison, mais il peut s’agir aussi de l’ajout d’un étage ou de l’aménagement de caves ou d’un grenier jusqu’ici impropres à l’habitation. L’idée est avant tout de gagner des mètres carrés. Dans tous les cas, il sera difficile de se passer de professionnels du bâtiment et de nombreuses règles sont à connaître pour qui veut entreprendre ce genre de travaux. Faire une extension demande un savoir-faire concernant l’espace, la lumière, les matériaux, sans oublier les questions juridiques et environnementales. Cela requalifie la maison existante, la volumétrie extérieure, la circulation dans le bâtiment… Aussi, avant de se lancer, il faut bien réfléchir à son programme en termes de surface et de lien avec l’existant. Le définir également par rapport à la maison, le jardin, la vue, la mitoyenneté, le mode de chauffage, les matériaux utilisés, etc. On se tournera donc vers un architecte ou un ingénieur-conseil qui pourra poser les bonnes questions, voir ce qui est envisageable et proposer des idées. «Avant de penser à l’extension, il faut analyser l’existant et les contraintes qu’il impose», entame Frédéric Legros, archi-

tecte auprès du bureau STEINMETZDEMEYER. Les contraintes urbanistiques sont d’ordre légal (servitudes, alignement, matériaux, hauteur) et inscrites à la fois dans le code civil et le règlement des bâtisses propre à chaque commune. En fonction de la faisabilité du projet, l’architecte va s’assurer auprès de la commune d’obtenir un avis préalable des services techniques. Ces contraintes urbanistiques ne sont pas plus différentes pour une extension que pour une construction nouvelle. Mais l’intervention sur l’existant pose des questions spécifiques des points de vue de la statique, la portance, la résistance ou encore les fondations. Ainsi, dans certains cas d’extension, il peut être nécessaire de réaliser une étude de sol. Comme son nom l’indique, il s’agit de faire sonder son terrain pour savoir s’il peut effectivement accueillir une construction supplémentaire. C’est notamment indiqué sur un terrain argileux. Les données recueillies joueront sur la dimension des fondations à envisager. Si l’on prévoit d’avoir de l’eau dans l’extension (cuisine, salle de bain ou toilettes), il est indispensable de mener une

« Le défi est de respecter l’âme de l’ancien tout en donnant une identité à l’extension» Frédéric Legros

étude sur les canalisations pour installer de nouveaux raccordements. Il peut être nécessaire de sonder les murs pour être sûr de leur portance et résistance, notamment si on ajoute un étage. «Une extension n’est pas juste un ajout, cela modifie la globalité des lieux», plaide Frédéric Legros, qui n’envisage pas de réaliser un projet sans avoir une compréhension générale de l’existant et de ses fonctionnalités ainsi que de son orientation. C’est en fonction des discussions avec le maître d’ouvrage que l’architecte réalisera un projet. Quant au style de projet et aux matériaux utilisés, c’est une question de goût. «Le défi est de respecter l’âme de l’ancien tout

» Suite page 54


054

www.archiduc.lu

particuliers

en donnant une identité à l’extension», indique l’architecte. Pour cela, soit on tranche clairement avec une architecture très contemporaine, qui contraste avec l’ancien, soit on suit la volumétrie et le style de l’existant. «Personnellement, je préfère trancher. C’est plus honnête que de tenter de copier. C’est aussi une manière d’apporter sa touche personnelle, sa signature.» L’architecte pourra ensuite faire des plans pour obtenir une autorisation. En effet, avant de commencer des travaux de construction, même si ce n’est que pour une extension, une autorisation de bâtir doit être demandée auprès de l’administration communale, au risque de voir ordonné l’arrêt des travaux. C’est pourquoi la Ville de Luxembourg exige une demande d’autorisation notamment pour «les agrandissements, exhaussements et transformations de constructions existantes, de même que pour toutes autres modifications apportées aux murs extérieurs, éléments portants et toitures». Pour obtenir cette autorisation, il faut remettre des plans (à l’échelle 1/100e) avec l’attestation de l’architecte et remplir une demande avec différents documents (variables selon les communes). Les critères sont d’ordres urbanistique et esthétique pour vérifier l’intégration avec l’existant, le quartier et les normes fixées par la commune: les volumes, les surfaces, les hauteurs, l’alignement et le recul et, dans certaines communes, les matériaux que

1

Extension d’une ancienne maison ouvrière 1930, LuxembourgGasperich, réalisée en 2008 2 4

Extension d’une maison du 19e siècle à LuxembourgRollingergrund, réalisée en 2003-2005 3

Extension d’une villa des années 80, Capellen, réalisée en 2004 5

Extension d’une maison des années 50, Luxembourg-Limpertsberg, réalisée en 2007

1

2

3

« on pense l’extension comme un nouveau bâtiment, avec les contraintes de l’ancien et la complexité du raccord en plus» Frédéric Legros

tique (lire notre interview avec Julien Bertucci p. 58). L’architecte réalisera ainsi des plans d’exécution avec tous les détails techniques à l’usage des entreprises qui vont construire l’extension. Les appels d’offres pourront être lancés avec un cahier des charges précis. En fonction des offres reçues, l’architecte, en dialogue avec le maître d’œuvre, choisira les fournisseurs en vérifiant leur conformité aux plans. L’exécution des travaux pourra alors commencer comme pour n’importe quelle construction: préparation du chantier (y compris démolition si nécessaire), terrassement, fondations, gros œuvre, fermeture, installations techniques et parachèvement.

4

Christof Weber; STEIMETZDEMEYER

l’on peut utiliser. «La police des bâtisses examine les demandes en approbation des projets d’aménagement et d’autorisation de bâtir et contrôle l’observation des dispositions du règlement. Elle surveille tous travaux de construction sur le territoire de la ville de Luxembourg, et vérifie notamment leur conformité avec les autorisations accordées, avec le projet d’aménagement et le règlement sur les bâtisses», stipule encore le règlement de la Ville de Luxembourg. Même si ce n’est pas obligatoire, avoir l’accord des voisins est aussi une démarche à entreprendre. Si les travaux concernent un mur mitoyen, un état des lieux préalable chez les voisins est utile pour éviter les contestations par la suite. Enfin, une autorisation supplémentaire doit être obtenue si l’on envisage de nouvelles canalisations. «À partir de là, on pense l’extension comme un nouveau bâtiment, avec les contraintes de l’ancien et la complexité du raccord en plus», signale l’architecte qui insiste bien sur la complexité des jonctions, notamment en matière énergé-

W

Plus d’infos: www.oai.lu www.vdl.lu pour la ville de Luxembourg. Les règlements des bâtisses varient d’une commune à l’autre.

5


VENTES, LOCATIONS, TOUS SERVICES IMMOBILIERS

HIGHLIGHTS IN REAL ESTATE

T 26 47 76

www.livin.lu


056

Intérieurs

Lumière sur les extensions

Lors de la construction d’une extension, il faut repenser l’espace intérieur. L’architecte d’intérieur Franck Bauwens nous donne des pistes.

Auteur: France Clarinval Photographe: Antoine Huot

www.archiduc.lu

particuliers

Réaliser une extension, ce n’est pas seule­ ment ajouter une pièce à la maison, mais repenser globalement l’espace intérieur: lumière, disposition, circulation ou fonction­ nalité, tout est remis en question avec ces mètres carrés supplémentaires. «Chaque cas est différent», prévient d’abord l’architecte d’intérieur Franck Bauwens qui stipule cependant que l’on fait souvent appel à lui pour l’aménagement de cuisines, dont il est spécialiste. «Les cuisines sont devenues de vrais lieux de vie, on veut donc leur donner plus d’espace. D’où la construction de vérandas ou d’extensions pour apporter de la surface et de la lumière supplémentaires.» Il va de soi que le travail n’est pas le même pour des combles transformés en chambre que pour l’ajout d’un bloc adjacent ou l’agrandissement d’une cui­ sine. Pourtant, la démarche est d’abord la même: «S’intéresser à la manière dont les gens vivent et comprendre leurs besoins.» Des ran­ gements, de la lumière, de l’intimité, des sépa­ rations… Selon chacun, les solutions seront différentes: de grands plateaux larges ou des petites pièces plus nombreuses, des maté­ riaux sobres ou extravagants, des couleurs plus ou moins audacieuses. «Je me méfie des couleurs à la mode, parce que le risque de s’en lasser est grand. Le blanc est à la fois très lumineux et indémodable.» S’il parle tout le temps de lumière, c’est parce que Franck Bauwens sait à quel point l’éclairage, naturel ou artificiel, peut changer la vie dans une pièce. «Quand on pense à l’éclairage, on pense à tout», annonce-t-il. Ainsi, il en va de l’orientation des pièces, donc de la lumière naturelle au fur et à mesure de la journée. Puis des ouvertures et de la réparti­ tion des pièces: «Il faut éviter les couloirs et réfléchir à une imbrication des pièces qui permette l’apport de lumière de l’extérieur.» C’est ainsi qu’il a découpé un coin vitré et ajouté une ouverture le long d’un mur lors de l’extension d’une maison sur deux étages. De cette façon, la lumière extérieure entre aussi au niveau le plus bas. Enfin, l’éclairage artificiel viendra compléter et renforcer la lumière naturelle. Franck Bauwens aime particulièrement l’usage du néon (mini T5) qui offre une lumière diffu­ sante, intense et indirecte. Il a ainsi aménagé une partie d’une habitation récupérée dans la roche creusée où le défi de l’éclairage était par­ ticulièrement important: avec une multiplica­ tion de points lumineux, des néons encastrés et des matériaux clairs, il a réussi à faire oublier l’obscurité des lieux. Autre astuce très intéres­ sante: le mur de lumière. Il s’agit d’une toile tendue devant un mur ou une cloison avec un tube néon derrière. La lumière se diffuse ainsi dans toute la pièce. Quand on aménage des combles, souvent pour les transformer en chambre et, de plus en plus souvent, en chambre avec dressing et

salle de bains, il est important de trouver des solutions techniques pour éviter la perte d’espace. En effet, sous les toits, la hauteur est moindre et ne permet pas des installa­ tions sur toute la surface disponible. Aussi, Franck Bauwens préconise-t-il de chercher hors des standards et d’envisager des range­ ments là où il n’est pas possible de se tenir debout. La menuiserie sur mesure est donc indispensable. Il indique aussi qu’il faut pré­ férer les couleurs claires qui donnent une sensation de volume et d’espace et amènent de la lumière. Pour cette partie de la maison, l’isolation sera une étape indispensable avant l’aménagement, car c’est par la toiture que s’échappe l’essentiel de la chaleur d’une habitation (30%). Le choix du matériau iso­ lant dépendra du budget et du type de com­ bles. La qualité du sol devra aussi être bien observée, car il devra supporter plus de poids. Il faudra le cas échéant prévoir une chape légère. En matière de circulation, l’ajout d’une extension reformule généralement la posi­ tion relative des pièces. Si, comme déjà dit, on évitera les couloirs qui utilisent de l’es­ pace et enlèvent de la lumière, la distribution des nouvelles pièces doit se faire de la manière la plus ouverte possible. Ainsi, des cloisons peuvent s’avérer indispensables pour garantir l’intimité – lors de l’ajout d’une

« Il faut éviter les couloirs et réfléchir à une imbrication des pièces qui permette l’apport de lumière de l’extérieur » Franck Bauwens, architecte d’intérieur

salle de bains par exemple – et il est possible de ne pas les monter jusqu’au plafond pour que la lumière circule. Un autre point à observer: les escaliers. Même s’ils prennent de la place, il ne faut pas négliger l’accès et la largeur des escaliers pour qu’ils puissent être pratiques, garantir le passage et la circula­ tion d’objets encombrants: «C’est une faute de réduire les passages, on risque tout simplement de ne pas utiliser la pièce mal desservie», estime Franck Bauwens. Cependant, dans le cas d’une mezzanine, où d’autres accès sont pos­ sibles, un escalier en colimaçon, le plus com­ pact, peut être envisagé pour son faible encombrement. Que ce soit donc pour la transformation d’une cave ou d’un grenier, l’ajout d’un étage ou d’une annexe, l’intervention d’un architecte d’intérieur permet de se poser les bonnes questions en amont et d’obtenir des solu­ tions adaptées, sur mesure et réfléchies, tant en matière de fonctionnalité que de circula­ tion et d’éclairage.


057

1

2

1

3

4

Cette extension a été ajoutée à un ancien corps de ferme et a permis notamment la créa­ tion d’une cuisine. Les matériaux anciens (pierres) et modernes (inox...) s’y conjuguent parfaitement. 2

Un escalier en colimaçon permet d’accéder à la mezzanine où deux chambres ont été créées. 3 4 5 6

La vue et la lumière ont été privi­ légiées lors de la conception de cette extension notamment grâce à ce coin vitré (4 et 6) qui donne sur un parc. à l’étage inférieur (5) une cheminée au gaz a été créé et la lumière naturelle reste très présente. 5

6


058

www.archiduc.lu

particuliers

Conseils en énergie

Atten­tion: jonctions

Lors de la réalisation d’une extension, les normes et les réflexions en matière d’énergie doivent être encore plus poussées que pour une simple construction. Spécialiste des questions énergétiques dans les bâtiments, Julien Bertucci, gérant de Cocert, nous explique comment concevoir des extensions qui ne soient pas des gouffres énergétiques.

Interview: France Clarinval Photographe: Olivier Minaire

Les extensions de maison doivent-elles remplir des normes énergétiques particulières? «Le cadre réglementaire est défini dans la loi luxembourgeoise du 30 novembre 2007. Selon celle-ci, l’extension relève d’un agrandissement de la surface de référence énergétique ou SRE (la surface de référence énergétique correspond à la partie conditionnée de la surface nette à l’intérieur de l’enveloppe thermique, ndlr.). Les critères applicables varient en fonction du volume concerné. Inférieur à 75 m3: des critères au niveau de l’isolation thermique doivent être respectés, par exemple pour les murs, le coefficient thermique doit être de 0,32 W/m2.K, ce qui correspond à une isolation classique, d’une dizaine de centimètres. Murs, toits et fenêtres doivent correspondre aux mêmes exigences qu’une construction classique. Supérieur à 75  m3: les critères au niveau de l’isolation sont identiques. Cependant, des critères plus sévères sont définis pour l’indice de chaleur. La loi exige le maintien d’une température de 20°C sans pour autant dépasser un nombre maximum de kWh/m2 par an. Par exemple, en considérant une SRE de 25 m2 et un volume de 100 m3, vous ne pourrez pas dépasser un indice de 97,4 kWh/m2 par an. Ce n’est donc pas plus différent de construire une extension qu’une ‘simple’ maison? «Ce n’est pas aussi facile. Au niveau des choix des matériaux, notamment des isolants ou des vitrages, les mêmes questions se posent. Mais une extension est plus compliquée à mettre en œuvre du fait des jonctions avec l’existant. Ainsi, selon les normes, le nouveau mur doit être isolé, mais l’ancien ne l’est pas forcément. Au point de contact, il y a une différence de température qui peut induire de la condensation et des moisissures. C’est aussi une question de confort, car il faut savoir qu’un mur non isolé va avoir une température de contact d’environ 10°C pendant l’hiver. Tandis que dans le cas d’un mur isolé, nous sommes aux alentours de 18°C. Cette différence engendre une sensation d’inconfort pour l’utilisateur du bâtiment.

Que faut-il faire? «Plusieurs options sont possibles. Tout d’abord, on peut isoler l’ancienne partie. Ceci aura une conséquence positive sur les problèmes d’humidité et le confort. Il est aussi possible d’installer un chauffage spécifique au mur froid afin d’atténuer la différence de température ressentie. D’autre part, pour les problèmes d’humidité, on peut aussi installer une ventilation. La question est la même si on ajoute un étage: les jonctions entre les murs et le toit sont des points critiques.

mode parce qu’elles apportent beaucoup de lumière naturelle. Il faut alors utiliser des vitrages spécifiques qui ne laissent pas entrer la chaleur ou des stores performants. De même, quand on construit une extension avec une ossature en bois, il faut des murs massifs à l’intérieur pour ajouter de l’inertie: de la terre cuite, du béton, etc.

Julien Bertucci, spécialiste en conseil en énergie, rend particu­ lièrement attentif aux questions d’isolation et d’inertie.

« une extension est plus compliquée à mettre en œuvre du fait des jonctions avec l’existant »

La mise en œuvre d’une extension doit donc être particulièrement surveillée? «Oui, c’est en particulier vrai pour l’isolation. Un isolant mal placé, perméable à l’air ou à l’eau s’avère complètement inefficace. Ainsi, si de l’eau s’infiltre dans l’isolant, celui-ci perd dix fois ses caractéristiques thermiques, sans parler du poids qui augmente et peut poser des problèmes de statique du bâtiment. Les métiers de l’énergie sont récents et les règles de l’art pas toujours connues ou maîtrisées par les entrepreneurs. C’est pour cela que l’Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment organise des cours pour que les professionnels soient mieux qualifiés sur ces problématiques spécifiques.

Est-il possible de recevoir des subventions pour la construction d’une extension? «Il n’y a pas d’aides possibles dans le cas de la construction d’une annexe, même si elle correspond aux critères environnementaux maximaux. La seule manière d’obtenir des aides pour une annexe serait qu’elle soit à une autre adresse que la maison actuelle et soit donc considérée comme une nouvelle construction à basse énergie ou passive. Par contre, dans le cas de l’aménagement d’un grenier habitable et donc l’isolation d’un toit, des aides sont disponibles.

Quels matériaux choisir pour construire une extension? «Le choix des matériaux doit reposer sur un certain nombre de critères. Il ne suffit pas de mettre en place un bon isolant qui permet de peu chauffer l’hiver, il faut aussi des matériaux avec assez d’inertie pour garder la fraîcheur l’été. Le confort doit être le même tout au long de l’année. Les extensions vitrées sont à la

Comment cela se passe-t-il? «Il faut introduire un dossier à l’Administration de l’environnement avec l’appui obligatoire d’un conseil en énergie. Ce conseil s’intéresse à l’ensemble du bâtiment et dresse un état des lieux avec un bilan énergétique initial. Il indique W le potentiel d’évolution et propose des aména- plus d’infos: gements et travaux possibles. C’est sur ceux-ci www.cocert.lu www.environnement.public.lu que des subventions peuvent être accordées.»

Julien Bertucci, gérant technique de Cocert


sun

PROTECTION SYSTEMS

EspacE innovant

dans une atmosphère unique voilEs d’ombragE brisE solEil oriEntablE

Made by MEDIA-PLANNING.lu

storEs En toilE moustiquairE

38-40, route de Wilwerdange L-9911 TROISVIERGES T +352 97 80 21 -1 F +352 97 80 23 info@kellerag.com

www.kellerag.com


060

www.archiduc.lu

particuliers

Produits

Une brique pour tout construire Sélection : Céline Coubray et Déborah Lambolez

Béton de bois

Bloc monomur en béton de bois avec isolation par l’extérieur, le Thermibloc® de Xelis® est léger, durable, imputrescible, ininflammable et concilie les performances thermiques et phoniques du bois et la solidité du béton, tout en étant plus écologique que les matériaux traditionnels. www.thermibloc.fr

Absorption acoustique

Argile expansée

Le T-Bloc de Xelis® est un bloc de béton de bois creux composé de copeaux de bois et de ciment pour la construction de murs porteurs. Matériau imputrescible, ingélif et ininflammable, isolant thermiquement, il offre un important affaiblissement acoustique. www.thermibloc.fr

Blocs de billes d’argile expansée à structure alvéolaire, Calimur £permet la construction de murs porteurs sans nécessiter de complément d’isolation et assure la régulation hygrométrique des locaux. Il faut le revêtir côté extérieur d’un enduit et côté intérieur de plâtre projeté ou plaques de plâtre. www.klein-agglomeres.com

Terre crue colorée

Ces briques en terre crue compressée sont destinées à une utilisation sans parement, pour le gros ou moyen œuvre, extérieur ou intérieur, murs porteurs, cloisons décoratives, etc. Elles régulent l’humidité de l’air, absorbent les odeurs ainsi que les ondes électromagnétiques. www.argileo.fr

Thermoacoustique

Bloc autostabilisé

Chanvre

À végétaliser

Pierre ponce

Moulée main

Béton rectifié

Brique perforée étirée

Terre crue chanvrée

Isolation thermique

Terre cuite

Bloc béton

Ce bloc de chanvre est constitué d’un béton à base de chènevottes, de chaux aérienne et hydraulique. Matériau respectueux de l’environnement, il permet une maçonnerie respirante, à bonnes capacités d’isolation thermo-acoustique. www.easychanvre.fr

Le Technibloc® est composé d’éléments de béton calibrés et rectifiés à parois parallèles et double emboîtement mâle/ femelle. Il doit être mis en œuvre sur arase fraîche ou sèche, par collage au mortier colle, avec joint de 1 mm d’épaisseur. www.technibloc.fr

Le Stabobloc de Bétorix est creux, autostabilisé, hydrofugé et composé de granulats de calcaire concassé, de sable et de ciment gris ou blanc. Sa mise en œuvre est rapide et économique avec du mortier traditionnel à l’aide de réglettes de dosage. Il est proposé en trois épaisseurs (simple ou double perforation) et en cinq coloris.

La Tribunus est une brique perforée non gélive en argile d’Ypres produite par étirement. La couleur finale est le rouge à variations rouge orangé et patine chamarrée sur épiderme gravuré. Elle est disponible en neuf formats et existe en plaquettes sciées de 2 cm d’épaiss www.heylen-bricks.be

Bloc monomur à isolation, le Chanvribloc procure confort thermique, acoustique et hygrométrique et résiste au feu, au gel, aux insectes et aux rongeurs. Il est destiné aux constructions à ossature bois, à l’isolation par l’intérieur ou l’extérieur des bâtiments existants ou aux cloisons acoustiques. www.chanvribloc.com

Cette brique de terre crue chanvrée est utilisée pour les cloisons, doublages à inertie, murs capteurs et murs porteurs intérieurs ou extérieurs. Elle est destinée aux constructions neuves ou à l’entretien et la restauration des bâtiments anciens. www.barthe.fr

Le bloc de béton Vert, création de Marie Garnier, est un parpaing creux en béton fibré haute performance (Ultrabéton®) teinté dans la masse. Il est percé pour permettre de remplir le bloc de terreau pour végétalisation. www.comellicom.com

Le mi335 est un bloc de béton cellulaire de 25 cm d’épaisseur qui permet l’élévation de murs porteurs extérieurs fortement isolés du point de vue thermique. Bloc lisse ou rainuré pour une pose emboîtée à joint mince vertical. Équipé de poignées de levage. www.construction.fr

Le Poncebloc® MTh 11 est un bloc monomur en pierre ponce de 30 cm de largeur et de 18 kg. Conçu pour la réalisation de murs porteurs sans isolation rapportée, c’est un produit incombustible, ingélif et peu capillaire, améliorant la qualité de l’air intérieur. Via sa porosité, il assure la régulation hygrométrique. www.poncebloc.com

Cette brique en terre cuite pressée à base d’argile pure, séchée à l’air libre puis cuite au feu de bois subit un traitement mécanique permettant d’obtenir un effet vieilli. Elle est destinée à un usage extérieur ou intérieur pour la réalisation de jambages, souches de cheminée, etc. www.terre-cuite-des-mauges.fr

La Nevado est une brique pleine en argile diluviale de la vallée de la Meuse. Sa couleur gris noir est obtenue par une deuxième cuisson sans oxygène. Elle est disponible en deux longueurs pour une pose collée irrégulière sans joint apparent en mur double ou une pose traditionnelle en monomur porteur. www.heylen-bricks.be

EasyTherm de Granulex est un mariage du bloc béton et de l’ardoise expansée qui permet une grande performance thermique. Il associe un complexe isolant à une faible épaisseur du système constructif qui permet une surface habitable accrue. www.easy-therm.fr

À végétaliser: M. Touchard-Heyman

Une grande diversité de blocs et briques sont disponibles sur le marché. En voici un petit aperçu.


CONCEPTION D’ESPACES

MOBILIER

Intérieur Bauwens Un espace de 320 m2 dédié au mobilier contemporain et au design. Space by Intérieur Bauwens Services de conception d’espaces professionnels et d’espaces de vie.

130, route d’Arlon Strassen - Luxembourg Tel +352 26 31 12 20 www.bauwens.lu


062

www.archiduc.lu

particuliers

Produits

Lumière du jour

Parce que l’introduction de la lumière naturelle est une donnée importante lors de la réalisation d’une extension, voici une sélection de fenêtres de toit.

Motorisée

Solaire

La fenêtre de toit GGL Solaire est à rotation motorisée télécommandée pour fenêtre inaccessible sur toiture en pente de 15 à 90°. Double vitrage feuilleté à l’intérieur, trempé avec traitement peu émissif et pare-soleil à l’extérieur, elle est équipée d’une cellule photovoltaïque alimentant une batterie et un moteur électrique. www.velux.fr

Fenêtre pivotante jusqu’à 2 mètres de hauteur, destinée aux toits en pente de 39 à 43°, la FYP-V proSky est équipée d’un axe de rotation situé dans la moitié supérieure de la fenêtre. Elle intègre une fixation spécifique des charnières protégeant contre l’arrachement ou le déplacement du vitrage vers l’extérieur. www.fakro.fr

Les lanterneaux Hexasteel Therm Confort sont conçus pour l’éclairage zénithal, l’aération et l’accessibilité des toitures étanchées à membrane bitumeuse ou PVC. Montés sur costières droites ou biaises surfacées d’une membrane bitumeuse, les lanterneaux limitent également les déperditions thermiques. www.hexadome.com

Les fenêtres de toit GGL ou GGU Intégra peuvent être posées dans les pièces humides. Elles sont motorisées à rotation jusqu’à 180° avec détecteur de pluie et deux sorties pour store intérieur et/ou extérieur. Elles possèdent un double vitrage solaire de sécurité à isolation thermique et une isolation acoustique. www.velux.fr

Pivotante

Lanterneaux

Thermo-isolante

Verrière d’angle

Verrière plane

Balcon

Toitures plates

Électronique

PiÈces aveugles

Éclairage zénithal

Avec ouvrant

Aérogel isolant

Rénovation

Dômes éclairants

La fenêtre FTT U5 Thermo est une fenêtre pivotante avec l’axe de rotation élevé. Les dimensions importantes de cette fenêtre font venir beaucoup de lumière du jour sous les combles. Disposant d’un triple vitrage thermo-isolant, elle s’adapte aux toits en pente de 15 à 90° et s’ouvre jusqu’à 180°. www.fakro.fr

Le système d’éclairage naturel pour pièces aveugles Sun Tunnel est un conduit permettant d’acheminer la lumière du jour depuis le toit de la maison jusqu’au plafond de la pièce à éclairer. Il peut être intégré sur toit ardoise ou tuile, avec une pente de 15 à 60°. www.velux.fr

Les fenêtres verticales VFE/VFA/ VFB sont à associer à une fenêtre de toit pour former une verrière d’angle. Deux types d’ouverture: à soufflet (VFE) ou oscillo-battante (VFA et VFB). Le double vitrage légèrement teinté et peu émissif est feuilleté en intérieur, trempé en extérieur. Pour les toitures de 15 à 55° de pente. www.velux.fr

Les fenêtres de toit fixes, rectangulaires (modèle GIL) ou cintrées demi-lune (modèle GIR) s’associent à une fenêtre de toit pour former une verrière plane. Double vitrage feuilleté en intérieur, trempé en extérieur, elles sont conçues pour les toitures de 15 à 85° (modèle GIR) et de 15 à 90° (modèle GIL) de pente. www.velux.fr

La FDY-VDuet proSky est constituée d’un ouvrant placé au-dessus Le Solatube est un conduit de lumière naturelle destiné à l’éclai- d’une allège pour une hauteur rage zénithal de pièces sombres. jusqu’à 2,5 mètres. Destinée aux toits en pente de 33 à 43°, sa partie Il est composé d’un dôme avec supérieure est munie d’un axe de réflecteur, de solins adaptables rotation situé dans la moitié haute à tout type de toiture, d’un tube droit ou coudé et de deux types de la fenêtre et est équipée d’une protection solaire. de diffuseurs munis de lentilles. www.fakro.fr www.natureetconfort.fr

Les combinaisons de fenêtres de toit GEL et GDL sont transformables en balcon selon deux types : partie haute ouvrante par projection et partie basse pivotant jusqu’à la verticale créant un espace balcon ou partie basse ouvrant à l’extérieur dégageant un accès sur terrasse ou balcon (verrière d’angle modèle GEL). www.velux.fr

Plaques en polycarbonate remplies d’aérogel isolant, l’Aerotech est un produit améliorant la diffusion de la lumière naturelle, renforçant l’isolation thermique et acoustique. Il est disponible en trois niveaux d’opacité (transparent, opalescent, traité anti-UV). www.ecodis.fr

Les fenêtres système toits plats pour toitures plates ou à faible pente (0 à 15°) sont composées d’une costière isolante avec raccordement d’étanchéité, d’un verrou de blocage et d’un clapet de ventilation intégré à la barre de manoeuvre de la fenêtre. www.velux.fr

Lanterneau conçu pour l’éclairage zénithal, l’aération, et l’accès en toiture, l’Hexacoif Confort est destiné à la mise en conformité et la rénovation des toitures. Lanterneau fixe ou mono (MO) monté sur costière coiffante. Il est décliné en trois modèles pour les options aération et accès toiture. www.hexadome.com

Fenêtre pivotante en pin sylvestre et double vitrage thermo-isolant, la FTP-V Electro est destinée aux toitures en pente de 15 à 90°. Elle est équipée d’un système électronique télécommandé pour ouverture et fermeture et d’un détecteur de pluie installé en partie inférieure du dormant. Disponible en 13 dimensions www.fakro.fr

Gamme de lanterneaux fixes Domsky à paroi simple, double ou triple pour l’éclairage zénithal. Ils existent en forme bombée à base ronde, carrée ou rectangulaire ou en forme pyramidale à base carrée et sont disponibles en acrylique (Pmma), polycarbonate (PC), transparent ou opalin. www.sedpa.com

Motorisée: Velux; Éclairage Zénithal: Solatube

Sélection : Céline Coubray et Déborah Lambolez


064

www.archiduc.lu

particuliers

Témoignage

Une extension pour de nouvelles fonctions

Moreno architecture, en collaboration avec l’architecte Fernand Moerenhout, a réalisé la rénovation et l’extension d’une maison de vacances en Belgique.

Interview: Céline Coubray Photographe: Catherine Thiry Stefano moreno Stefano Moreno travaille comme architecte indépendant depuis 1997. Il dirige actuellement le bureau Moreno architecture (associé: Mauro Doro). Le bureau s’est forgé une solide réputation sur le territoire luxembourgeois, pour la gestion de projets complexes et créatifs dans des domaines variés. www.atelier-moreno.com

Pourriez-vous nous préciser la situation de l’existant avant votre intervention? «Il s’agit d’une maison de vacances construite dans les années 1960. Nos clients l’ont achetée et ont procédé à quelques travaux de ‘rafraîchissement’ avant d’emménager en 1995. Cette maison était assez mal conçue au niveau des circulations et de la distribution des espaces: les pièces se succédaient en enfilade, sans espace de distribution et la lumière naturelle était très peu présente. Les propriétaires ont fait appel à nos services en 2007 pour réaménager la partie existante et y ajouter une extension.

Est-ce que cette extension a été l’occasion de repenser la circulation à l���intérieur de la maison? «Entre la partie ancienne de la maison et la nouvelle construction vient se glisser l’espace de distribution des différentes fonctions. Celui-ci est baigné de lumière naturelle par une verrière. Nous y avons aussi conservé le mur de façade de l’ancienne maison, laissant ainsi une trace de l’ancienne construction dans la partie contemporaine.

Au niveau de l’aménagement intérieur, y a-t-il des particularités? «Nous avons créé une cave à vin sur le prinQuelle a été la demande du maître d’ouvrage cipe de la glacière. La pièce est enterrée dans pour cette extension? le talus et prend la forme d’un hexagone de «Le désir des propriétaires était de retrouver 6m2 réalisé en béton. Nous avons choisi de une qualité d’espace intérieur digne d’une conserver un basalte noir au sol partout dans nouvelle construction en travaillant la lumière naturelle, les vues, de revoir la notion d’entrée dans la propriété et d’ajouter des fonctions complémentaires au rez-de-chaussée, à savoir une entrée, un bureau, une chambre, une salle « Nous avons voulu de bains et une cave à vin. respecter le volume

déjà en place en minimisant l’impact de l’extension et en la fondant dans le terrain naturel »

Quelle a été votre réponse à cette demande? «Le nouvel accès à la propriété donne sur un parvis avec son carport. Le nouveau volume et ses nouvelles fonctions viennent se glisser derrière une série de murs de soutènement en pierres sèches où l’on retrouve l’entrée principale de la maison. Pour les pièces de vie ajoutées telles que le salon, la salle de piano et bureau, nous avons privilégié de grandes ouvertures donnant sur la terrasse du jardin. Comment avez-vous considéré la liaison entre l’ancien et le contemporain? «Nous avons voulu respecter le volume déjà en place en minimisant l’impact de l’extension et en la fondant dans le terrain naturel. L’ensemble des finitions intérieures et les matières choisies font le lien entre l’ancien et le nouveau.

Stefano Moreno

1 1

L’extension s’ouvre généreusement sur la terrasse et le jardin. 2

Une terrasse a été aménagée dans la continuité des extensions. 3

Vue intérieure depuis une partie de l’extension. 4

Couloir installé dans l’extension. 5

L’extension donne directement sur une terrasse en bois.

3

4


065

2

la maison qui fait le lien entre la partie ancienne et l’extension. Un salon de piano a aussi été aménagé avec du mobilier spécifique réalisé en laque noire brillante, rappelant celle du piano à queue.

Localisation du projet: Belgique – province de Luxembourg

Ces travaux ont-ils été l’occasion de repenser ou redessiner le jardin? «Le jardin a été complètement revu pour y créer une série de lieux avec des ambiances différentes suivant les envies du moment. Le parvis avant offre un espace plan où des fêtes sous chapiteau peuvent être organisées. Pour l’ancienne terrasse, nous avons privilégié un travail sur la vue. La nouvelle terrasse quant à elle offre un espace plus intime, protégé par les murs de soutènement. Un plan d’eau a aussi été ajouté. Il s’agit d’un bassin en béton avec un intérieur en inox pour créer un effet miroir.»

Ingénieurs-conseils: ICB ingénieur et Forwrox en PM

Architectes: Moreno architecture en collaboration avec l’architecte Fernand Moerenhout

Surface existante (rez-de-chaussée): 210 m2 Surface de l’extension (rez-de-chaussée): 180 m2 Achat: 1995 Rénovation/extension: 2007

5


ROPEAN D

ES

010 · SI L S2

R AWA R D · EU

VE

I G N AWA R D

Luxembourg’s leading independent Media Group www.maisonmoderne.lu

GOOD DESIGN AWARD 2010


SCOTTY design in cooperation with CouvreurDevos.be Š

SCOTTY . TECHNOLOGY | ECOLOGY | FLEXIBILITY | DESIGN Equipped with an ingenious flat LED disc, the elegant shaped Scotty is one of the first fully fledged eco-friendly substitutes for the classic halogen spot. Meet Scotty, an eye-catching refined luminaire blending into the architecture.

www.supermodular.com


www.archiduc.lu

076 Dossier entreprises et collectivités Ce dossier s'adresse aux entreprises et collectivités qui souhaitent être informées sur des thématiques en lien avec les espaces collectifs.

les espaces de convivialité Les entreprises tendent de plus en plus à développer de nouveaux types d’espaces au sein de leurs bâtiments, des espaces destinés à la détente et au bien-être de leurs employés. Ces espaces de convivialité répondent à l'évolution du monde du travail et engendrent des besoins spécifiques en matière d’architecture et d’aménagement intérieur.


077

Point de vue

Perspectives analytiques Les espaces de convivialité répondent-ils à un effet de mode ou à un réel besoin humain? Depuis quand ce type d’espaces existe-t-il dans le monde du travail? Paul Dickes, spécialiste de la psychologie différentielle, nous aide à y voir plus clair.

Interview: Céline Coubray Photographe: David Laurent/Wide

En photo: Banque Européenne d'investissement à Luxembourg. Parade de Michael Craig-Martin

deux groupes. De plus, cela peut varier avec le cycle de la vie. On retrouve plus facilement cette valeur chez les jeunes que chez les personnes âgées. C’est aussi une valeur liée au statut social. Plus on est haut sur l’échelle sociale, plus on y prêtera attention. On remarque pourtant, notamment suite à la crise, que l’importance accordée au travail est en perte de vitesse face à un épanouissement personnel qui passerait par la famille ou les activités extraprofesionnelles… «Bien sûr, on peut se réaliser dans son travail comme on peut se réaliser dans d’autres domaines, comme la famille, le sport, des associations… Mais on trouve aussi dans ces grands catalogues de valeurs l’hédonisme, qui prend actuellement de plus en plus d’importance. Dans les enquêtes internationales d’économie par exemple, on essaie de déterminer quelles sont les mesures qu’il faut aménager pour que les gens puissent se réaliser. Une des premières réponses qui pourraient venir en tête est le niveau de vie. Or récemment, les économistes pointent plutôt la ‘Life Satisfaction’.

La psychologie différentielle est une discipline qui pourrait se rapprocher de la sociologie par le fait qu’elle étudie les relations humaines et les comportements à partir d’enquêtes. Bien qu’à la retraite, Paul Dickes est chercheur bénévole au CEPS (Centre d’Études de Populations, de Pauvreté et de Politiques Socio-Économiques) et participe actuellement à une étude intitulée European Values Study, qui examine dans 47 pays, dont le Luxembourg, les valeurs de la société comme le travail, la Quand ces thèmes sont-ils apparus? «Ces 20 dernières années, petit à petit. C’est famille, la religion. aussi lié à des changements profonds de la Lors de votre étude réalisée pour le CEPS, quels société, comme la part croissante du nombre de sont les éléments qui se sont dégagés par rap- femmes dans le monde du travail. Maintenant, port à la valeur ‘travail’? les deux partenaires se réalisent à la fois dans le «Le Luxembourg, en comparaison des autres monde du travail et dans le monde du couple, et pays européens, est un pays qui accorde beau- de la famille s’ils ont des enfants. Cela provoque coup d’importance au travail. Si on se rapporte donc des changements en profondeur. à l’enquête réalisée auprès des résidents en 2008, 70% de la population active juge le travail comme ‘très important’. Cette valeur vient juste après la famille qui atteint un score de “Le Luxembourg, en comparaison 90%. L’importance des relations avec les amis des autres pays européens, est est à 51%, les loisirs se situent à 41%, la reliun pays qui accorde beaucoup gion est à 12% et la politique seulement à 6%. d’importance au travail” Le travail est donc placé très haut dans l’échelle Paul Dickes de valeurs des Luxembourgeois. D’autre part, lorsqu’on leur demande comment elles perçoivent leur travail, la majorité des personnes répondent, et les corrélations sont très fortes, qu’elles peuvent prendre des initiatives, mettre à profit leurs capacités, qu’elles ont l’impres- Est-ce que cette présence plus forte des femsion de réussir quelque chose, que leur tâche mes dans le monde de l’entreprise a participé, est intéressante et qu’elles ont des responsabi- selon vous, à l’évolution de la perception du lités. Ceci indique un souci de s’accomplir à tra- bien-être? «C’est difficile à dire. Il est évident que le clivers le travail et que le travail participe à la réussite de sa vie. Mais il existe aussi un mat des entreprises a changé avec la présence deuxième groupe qui détermine ses valeurs des femmes. Il est peut-être devenu plus favoradavantage par rapport aux conditions de l’exis- ble, mais on peut tomber aussi dans l’extrême tence. Ce groupe a répondu à des questions inverse, car la femme est aussi sujette à des inéplus orientées sur la qualité de vie au travail, galités dans le monde du travail. Il y a un décatelles que: ‘Vos horaires de travail sont-il satisfai- lage financier flagrant, ainsi que dans l’échelle sants?’, ‘Êtes-vous stressé?’, ‘Avez-vous beaucoup hiérarchique. Cela est donc très relatif. de congés?’ C’est peut-être ce groupe qui sera le plus sensible aux espaces de détente et de Depuis quand existe-t-il cette préoccupation convivialité au sein des entreprises. Mais la d’aménager des lieux de détente au travail? «Dans la société paternaliste du 19e siècle, valeur de la convivialité au travail n’est pas dichotomique et ne concerne pas que les gens au début de la sidérurgie ou des entreprises qui recherchent de bonnes conditions maté»  Suite page 78 rielles. Il s’agit plutôt d’une balance entre ces


078

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

industrielles comme les minières, il existait une architecture directement liée à l’entreprise, comme les corons. Au Grand-Duché par exemple, La Sauvage était un village orienté autour de la minière. En plus des habitations proposées à ses employés, le patron offrait aussi un lieu collectif de rassemblement et de détente pour les ouvriers, et un autre pour les ingénieurs. Dans certains cas, même des lieux de culte étaient réalisés avec l’aide des entreprises. Les ouvriers avaient des bistrots ou des clubs sportifs pris en charge par les entreprises. La vie professionnelle et la vie privée étaient totalement liées. Le travailleur était tout le temps pris en charge. Ceci était d’autant plus fort que la mobilité était beaucoup moins grande à l’époque. Il vivait avec et presque dans son entreprise. Actuellement, les lieux de convivialité des entreprises sont des espaces qui se situent sur le lieu même du travail et ne débordent pas dans la sphère privée. Même si on constate aujourd’hui des installations de type salle de sport ou crèche au sein même des entreprises, les employés sont libres d’y adhérer ou non.

Paul Dickes est chercheur en psychologie différentielle.

Est-ce que d’un point de vue psychologique, ces espaces de détente sont nécessaires? «Absolument. Dans tout travail, il y a un moment où nous ne sommes pas soumis au stress et pendant lequel chacun peut avoir envie de parler librement, assis de manière plus informelle. Ces espaces sont devenus encore plus importants de nos jours où le travail se fait essentiellement sur ordinateur et que la communication est de plus en plus dépersonnalisée. Ces espaces où le contact physique est possible, de manière détendue et chaleureuse, deviennent primordiaux. C’est le problème de la cohésion sociale adapté à l’échelle de l’entreprise. Ces espaces peuvent aussi permettre de renforcer le sentiment de confiance en l’entreprise. C’est ce qu’on appelle la confiance institutionnelle. Et lorsque ces espaces n’existent pas en tant que tels, on constate que les employés en aménagent spontanément, dans les couloirs par exemple. Connaissez-vous un exemple où l’aménagement d’un espace de détente et de convivialité a eu une influence sur la productivité? «Les usines Volvo en Suède, dans les années 1980, ont décidé de construire des locaux totalement neufs en lien avec l’évolution de

« Les espaces de convivialité deviennent alors vraiment un reflet de l’âme de la société” Paul Dickes

leurs méthodes de travail. Elles ont opté pour une architecture en losange dans laquelle on trouve, dans le cœur, la chaîne de montage et, dans une des pointes, une salle de convivialité. Après étude, Volvo s’est aperçue que tous les indicateurs de satisfaction au travail et de rendement étaient passés au vert. Le fait de travailler à la maison et de pouvoir profiter d’un confort domestique n’a-t-il pas aussi changé nos exigences de confort au bureau? «Certainement. Mais c’est aussi une affaire de distance et de territorialité. Dans un espace, chacun peut ressentir le besoin d’amé-

nager son territoire, ce qui se matérialise par W exemple par l’affichage de photos. Le bureau Plus d’infos: devient ainsi ‘son’ endroit. Mais en même www.ceps.lu temps, il y a la distance avec autrui, qui est www.europeanvaluesstudy.eu une variable changeante en fonction de chaque type d’emploi et d’activité. L’interaction entre les uns et les autres est aussi marquée par cette territorialité. Il y a un autre marquage dans l’entreprise à prendre en compte qui est le marquage social. Les espaces de convivialité permettent d’atténuer ce marquage car ce sont des lieux ouverts à tous, où chacun est invité en tant qu’individu. Les espaces de convivialité deviennent alors vraiment un reflet de l’âme de la société.» 


Être bien vous va si bien.

Vous êtes bien et cela se voit. Le confort d’une habitation bien chauffée ou climatisée, la volupté d’un bain à bonne température, être bien est un plaisir au quotidien. Pour vous, nous avons la passion de l’eau et de l’air. Depuis 1911.

tél.: (+352) 55 42 42 | fax: (+352) 57 02 62 | www.reckinger-alfred.lu études montage dépannage maintenance | chauffage sanitaire ventilation climatisation électricité


080

www.archiduc.lu

Socialisation

Bien-être en entreprise Les espaces de socialisation sont devenus indispensables à la vie des entreprises. Ils facilitent la communication et apportent une plus-value aux salariés.

Auteur: France Clarinval Photographe: David Laurent/Wide

La société évolue, le travail suit forcément cette évolution. Moins de stress, plus de flexibilité, de communication et même de bienêtre: c’est à cela que les employés aspirent et les entreprises les plus performantes l’ont bien compris. Celles-ci ne se contentent pas de faire leur métier le mieux possible, elles se doivent aussi de proposer à leurs employés un arsenal de mesures et d’espaces qui leur facilitent la vie, les aident à mieux vivre et donc à mieux travailler. Il en va à la fois de la santé de leurs salariés, de leur image de marque et de leur capacité à attirer la crème des spécialistes dans leur secteur. C’est particulièrement le cas dans les domaines tertiaires où les salariés sont recrutés à l’échelle internationale et où la valeur ajoutée réside dans la qualité du travail de ces personnes. Au Luxembourg, les banques et cabinets de conseil et d’audit sont typiquement concernés. Si aucune entreprise ne se passe d’une machine à café ou d’un distributeur de boissons, des espaces de socialisation plus éla­ borés, mieux réfléchis, plus confortables et variés fleurissent maintenant dans les bureaux les plus aboutis: que ce soit une vraie cafétéria ou un coin pour prendre le café, une salle de sport, un billard ou un baby-foot, ces social corners permettent au personnel de prendre une pause de quelques minutes et ainsi de «déstresser», mais aussi de communiquer entre eux dans un environnement plus convivial. Car plus l’entreprise est grande et structurée en divers départements et entités, plus le besoin de communication interne se fait ressentir. Plus le travail est demandeur intellectuellement, à des horaires parfois décalés (dus à des échanges professionnels interna­tionaux, par exemple), avec une pression importante (au vu des sommes qui sont en jeu), plus les employés ont besoin d’espaces et de moments de décompression et de détente. Cependant, un juste équilibre est à trouver entre le temps de repos et le travail à effectuer. L’aménagement de ces espaces conviviaux doit permettre une relaxation rapide sans pour autant retenir les collaborateurs plus longtemps que nécessaire. Ces espaces de socialisation sont généralement clairement identifiables dans leur style et leur décoration. Ils tranchent avec l’aménagement des   Suite page bureaux dans une mise en œuvreS plus osée ou38

1

2


081

1

La cafétéria "Down Town" chez Deloitte Luxembourg est un espace moderne, jeune et convi­ vial où l'ambiance colorée incite à la détente. 2 3

4

Sur le toît du bâtiment Ikaros, Deloitte Luxembourg a aménagé une terrasse où on peut profiter du bon temps. 3

Le salon esthétique de chez Deloitte Luxembourg. 4

La cantine aux aménagements colorés. 5

Chez Allen&Overy Luxembourg, la cafétéria intègre un salon lounge et une cuisine très vivante. 5

audacieuse: couleurs vives, mobilier design, ambiance chatoyante… Il faut que le salarié se rende compte qu’il quitte son espace de travail pour se rendre dans une autre zone, avec d’autres règles de vie. Les relations y sont moins formelles, la hiérarchie moins marquée, ce qui fait de ces espaces des lieux parfaits pour la communication interne, que ce soit avec la direction ou entre employés. Ces zones sont donc idéales pour des manifestations ponctuelles, comme la fête de la SaintNicolas pour les enfants du personnel, un drink interne pour fêter des événements heureux (mariages, naissances) ou encore l’affichage de photos. Bon outil de people management, l’espace de socialisation n’est apprécié et efficace que s’il entre dans une politique globale à l’égard des salariés. C’est ce qu’a bien compris le cabinet d’avocats Allen & Overy qui compte quelque 150 collaborateurs à Luxembourg et 28 bureaux dans le monde. Il dépasse la seule question de la détente ou de la socialisation en mettant en place un concept global de promotion de la santé en entreprise, qui lui a d’ailleurs valu deux fois le «Prix Santé en Entreprise» décerné par le ministère de la Santé en 2009 et 2011. Avec comme slogan et réflexion initiale que «tout se construit dans le respect de l’homme», le cabinet a orienté son action selon trois axes: un cadre fonctionnel respectueux de l’environnement et offrant une alternance entre zones de travail et de détente; une sensibilisation à l’équilibre vie privée-vie professionnelle et à la prévention des addictions, ainsi qu’une multitude d’activités sportives pour tous les goûts. Le concept d’aménagement intérieur a été réalisé par PROject S.A. et la réalisation des espaces a été confiée à Schumann Möbelwerkstätte. Ainsi, à chaque étage du bâtiment, sis au Kirchberg, un espace détente (coffee corner) soigneusement aménagé offre un lieu de repos et de rencontre pour le personnel. Boissons, fruits et distributeurs d’en-cas diététiques y sont disponibles. Une cafétéria avec un salon lounge, plusieurs services traiteurs qui livrent sur place, une cuisine dernier cri et un design moderne créent un lieu de rencontre convivial pour rompre le stress lié au travail. Des équipements multimédia (écrans plasma, juke-box, télé satellite, lecteur DVD, etc.) sont également installés et permettent de suivre en direct les journaux télévisés, ainsi que les grands événements culturels et sportifs. Dans le cadre de la promotion de la santé et de l’exercice physique, une salle de sport en libre accès est située dans le bâtiment où, après avoir été conseillé par un instructeur professionnel, chacun peut utiliser les nombreux appareils mis à disposition. C’est ce qu’Henri Wagner (managing partner) commente: «Notre déménagement dans nos nouveaux locaux au Kirchberg fut l’occasion pour nous de penser et d’agir en termes de dévelop­

»  Suite page 82


082

entreprises & collectivités

www.archiduc.lu

pement durable et de bien-être en société. L’ergo­ nomie de notre lieu de travail est une condition indispensable à l’efficacité et au rendement de nos collaborateurs. Nous avons donc imaginé des aménagements favorisant ce bien-être et corres­ pondant aux besoins de notre personnel.» Pour autant, la mise en œuvre de ces espaces comme des diverses activités RSE proposées ne vient pas seulement de la direction. Le comité «Pro Bono» a ainsi été mis en place, notamment pour faire la sélection et le suivi des projets à mener à l’intérieur comme à l’exté­rieur de la société. Le processus top-down

«Nous avons donc imaginé des aménagements favori­sant le bien-être et correspondant aux besoins de notre personnel» Henri Wagner (managing partner) chez Allen & Overy

La terrasse de la cantine, ouverte toute la journée.

est donc autant valorisé que le bottom-up. S’il est difficile de mesurer objectivement les résultats de telles infrastructures, les faibles taux d’absentéisme et de rotation du personnel sont des indicateurs qui tendent à prouver que travailler chez Allen & Overy Luxembourg présente des avantages appréciés. Chez Deloitte Luxembourg, c’est aussi à la faveur d’un nouveau bâtiment que les aménagements de l’espace ont pu être pensés. Le cabinet de conseil et d’audit a emménagé en 2004 dans le bâtiment Ikaros, soit 10 000 m2 répartis sur quatre étages. «Dès le départ, la notion de mixité a été prise en compte dans l’aménagement de nos espaces. Avec près de 1 200 collaborateurs de toutes nationali­ tés, dont certains sédentaires et d’autres plus mobiles, ce lieu de travail doit également permet­ tre de renforcer les liens et de favoriser l’échange», explique Bertrand Klein, partner chez Deloitte Luxembourg et responsable du département Office Management. Pensé à la fois comme un lieu de vie, de réception et de travail, l’espace est moderne et lumineux; le mobilier, d’inspiration zen, marie panneaux de verre coulissants, bois clair et meubles blancs. Un lieu propice à la concentration et au bien-être. «Afin de minimiser les inconvénients liés au nombre et aux différences dans les habitudes de travail, nous avons dédié de nombreux espaces à la détente, à l’information, à la discussion ou encore au repos», poursuit-il. La plupart des espaces à vivre se trouvent ainsi au rez-de-chaussée.On y trouve un salon de coiffure, une salle de repos, un restaurant d’entreprise moderne et convivial doté d’une terrasse extérieure, mais aussi une cafétéria ouverte dès le matin pour le petit déjeuner,

idéale pour une pause détente avec ses fauteuils confortables. De même, une salle de fitness équipée de machines modernes et de douches est ouverte aux sportifs de tous niveaux. Aux étages, les collaborateurs disposent d’espaces de pause avec des écrans plasma, diffusant entre autres des informations relatives à la circulation routière. Un plus au moment de rentrer chez soi ou de partir en rendez-vous. Sur le toit chauffé en hiver, les fumeurs peuvent se détendre sans déranger leurs collaborateurs ou le voisinage. Enfin, la villa est un espace de réception indépendant situé à quelques mètres du bureau principal. Ce lieu est à la fois une vitrine de Deloitte et un lieu de convivialité pour les collaborateurs. Il permet d’organiser rendez-vous d’affaires, conférences, cocktails ou encore réunions d’équipe. «Nous nous sommes adaptés avec nos moyens à l’évolution des modes de vie, en donnant la possi­ bilité à nos collaborateurs d’avoir accès, au sein même de Deloitte, à un certain nombre de facili­ tés, leur évitant ainsi d’avoir à effectuer des déplacements supplémentaires pour déjeuner, pratiquer une activité sportive, déposer leurs vêtements au pressing.»

1

1

Le fitness de Allen&Overy, où un instructeur professionnel est disponible, permet de retrouver de l'énergie, perdre du poids et combattre le stress. 2

3

À chaque étage, un coffe corner offre un espace de détente et de convivialité. 3

W

Plus d’infos sur: www.allenovery.com www.deloitte.com/lu www.progroup.eu

2

Dans le salon lounge, des écrans de télévi­ sion permettent de suivre des événe­ ments sportifs ou les actualités.


1

Simplement complémentaires.

2

Random Light Medium de MOOOI (1) & Karl, chef d’atelier - Random Light Small de MOOOI (2) & Tom, menuisier.

Proposer des objets uniques & fabriquer du mobilier avec maîtrise. Réunir le beau & l’intemporel, l’insolite & le savoir-faire. C’est le sens que Firstfloor & Préfalux donnent au design.

www.firstfloor.lu


084

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

Produits

Un peu de confort Des poufs, fauteuils et sièges en tout genre pour se détendre, s'isoler, se ressourcer et repartir du bon pied. Sélection : Céline Coubray et Deborah Lambolez

À bascule

Simplicité

Le fauteuil à bascule Canapo, dessiné par Franco Albini, est aérien: une invitation à la relaxation. La structure et les arcs latéraux sont en frêne naturel ou teinté ardoise et en noyer teinté acajou. La toile portante est fixée par des cordes. Le coussin en polyuréthane, revêtu de cuir ou de tissu, est repliable sur lui-même. www.cassina.com

Le fauteuil Cloth de Jehs+Laub est une forme précise, d’une simplicité extrême. La structure intérieure est en fibre de verre, façonnée avec des entailles et des nervures particulières qui garantissent un confort d’assise, rembourrage en mousse polyuréthane et ouates de polyester. Le revêtement en tissu ou cuir est déhoussable. www.cassina.com

Rayonnant

Flower power

S’inspirant des grandes formes circulaires en paille tressée qui caractérisent l’artisanat lapon, Esedra est un pouf avec une assise accueillante, d’une simplicité naturelle. Le revêtement est en cuir cousu à la main. www.poltronafrau.com

Le fauteuil d’inspiration organique Mayflower de Fabrice Berrux est une invitation à se blottir dans ses pétales. Sa forme ludique et ses couleurs vives apportent une touche de légèreté. www.roche-bobois.com

Magique

Profilée

Trou noir

Pouf over

Coussin de sol

Mister Bliss

Le fauteuil Houdini du designer allemand Stefan Diez dispose d’une assise large et confortable ainsi que d’accoudoirs rembourrés pour un confort optimal. www.e15.com

Le Kosmos, d’après un design de Dirk Wynants, combine fonctionnalité et convivialité. Le dossier ultra-haut apporte plus de confort et d’intimité. Les coussins sont en cuir synthétique, mais sont également disponibles en version textile ou cuir pour l'intérieur et l’extérieur. www.extremis.be

Bovist est à la fois un coussin de sol décoratif, un tabouret et un ottoman. Il doit sa forme sympathique et son agréable confort d'assise à des revêtements à couture latérale renforcée et à un rembourrage fait de petites billes. Une poignée tricotée permet par ailleurs de ledéplacer aisément. www.vitra.com

Conçue sans accoudoirs, la chaise Bac One permet une utilisation plus pratique et informelle. Elle est réalisée en frêne massif et reconnaissable tout de suite à son profil net et précis. Les couleurs proposées sont le frêne blanchi teint à l’aniline, rouge cerise et wengé. La coque peut être revêtue de linoléum, de tissu ou de cuir. www.cappellini.it

Les poufs Mangas sont une révolution en matière de conception de tapis signée Patricia Urquiola. L’idée était de retrouver l’aspect des pull-overs tricotés à la main pour un résultat novateur et original. www.gan-rugs.com

xO réintroduit le tabouret ergonomique Mister Bliss, dessiné par Philippe Starck en 1982. Si elle intrigue au premier abord, une fois trouvée, la position semiagenouillée se révèle très confortable, car elle maintient le dos bien droit. www.xo-design.com

Cocon acoustique Nid recyclé

Conçu par Alain Gilles, le Buzzibooth est un cocon acoustique fait de tissu, de manière à absorber autant que possible les bruits ambiants. Il permet de recréer une sphère privée confinée dans les espaces communs bruyants pour se retirer avec son ordinateur ou s’isoler pour téléphoner. www.buzzispace.com

Berlingot

La large base du siège ‘’A moi’’ accepte toutes les positions du bassin et des jambes, tandis que la pointe soutient efficacement les épaules et la tête. S’adaptant idéalement à la forme du corps, il offre une assise relaxante. Le rembourrage garantit un moulage parfait du corps et le maintien de la forme du siège dans le temps. www.ligneroset.fr

Dada

Le Dadada de Philippe Starck permet de se détendre grâce à une coque au design épuré, légère et creuse, qui se transforme en selle d'équitation. www.xo-design.com

Avec The secret Clubhouse, l’éditeur italien de mobilier Cappellini s’inscrit dans une démarche écologique. Créé par le Suédois Martin Vallin, ce petit nid est entièrement fabriqué en bois recyclé et coussins revêtus de feutre pour recréer une petite bulle de nature. www.cappellini.it

Enveloppant

La chaise Valdemar conçue par deux designers industriels Martin Kechayas et Christian Nørgaard a des rabats caractéristiques qui lui confèrent un espace privé pour le bien-être, la relaxation et la concentration. Valdemar est rembourrée et les pieds de la chaise sont recouverts de tissu pour former un tout esthétique sur le plan graphique. www.normann-copenhagen.com

Alcôve

Ronan et Erwan Bouroullec ont conçu l’Alcove Sofa qui crée un sens aigu d’intimité, un espace clos, pour se retirer momentanément du monde extérieur. Il se caractérise par sa hauteur, sa profondeur et sa souplesse. www.vitra.com


media-planning.lu

Photos: © xact - Ch. Charlier

L’amour du détail par excellence!

Mobilier contemporain et atelier

Qu’il s’agisse de bureau, de gastronomie, de wellness, de structures d’exposition ou de mobilier professionnel, c’est justement pour de tels projets qu’il est bon de savoir, en tant qu’architecte, que nos experts internes sont capables de réaliser vos idées comme vous vous les représentez. Nous harmonisons l’esthétique et la fonctionnalité et réalisons la quintessence de cette création dans notre propre atelier. En association avec des meubles design de marques internationales, nous créons ainsi un mobilier tout à fait personnel et nous obtenons ainsi un résultat avec lequel vous pouvez non seulement vivre, mais dont vous pouvez être fier à juste titre (et nous aussi, d’ailleurs). Töller est synonyme de créativité, de fabrication sur mesure et de perfection jusque dans les moindres détails, et ceci depuis plus de 50 ans.

Zur Domaine B-4750 Bütgenbach Tel.: 0032 80 64 04 20 info@toeller.be

www.toeller.be

Conception Fabrication Aménagements privés Magasins, bureaux et horeca


086

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

Produits

Formes et couleurs Parce qu'environnement de travail n'est pas forcément synonyme d'austérité, une sélection d'accessoires ludiques pour égayer le bureau. Sélection : Céline Coubray et Deborah Lambolez

Paravent

Le paravent Zig Zag est une structure circulaire munie de pieds en métal modelé au moule, sablé et peint en argent métallisé. La surface se constitue d'un entremêlement de tubes, creux en plastique, noués sur le cadre avec de longs gestes répétés. Disponibles en différentes couleurs. www.edra.com

Énigmatique

Le porte-revues mural Riddle en bois permet de suspendre les magazines sur ses fils en caoutchouc comme par magie… www.swedese.se

Échecs

La Chess Table de Moooi est à la fois décorative et ses motifs permettent de jouer une partie d’échecs pour une détente intelligente. www.moooi.com

Minimaliste

La G-1 Pool Table est une table de billard en verre (Sécuriglass) avec boules chromées �� l’esthétisme épuré et minimaliste. Le verre est recouvert d’une surface antidérapante pour conserver les mêmes sensations que sur un vrai billard. www.nottagedesign.com

Sous le même toit

Ruche

L’étagère modulable Honeycomb est surprenante de par sa forme d’alvéole de ruche. Astucieuse, elle peut servir d’étagère comme faire office de cloison architecturale ludique. Les modules se clipsent les uns aux autres à la verticale ou à l'horizontale dans une multitude de combinaisons de couleurs et de formes. www.quinzeandmilan.tv

Le module Airflake peut être accroché en rangs, en groupe ou en grandes quantités. Il peut former des cloisons ou être accroché aux murs, sur des rails droits ou courbes. Fait dans un feutre moulé doté de propriétés d'absorption sonore, il est utilisé pour réduire notamment le bruit. www.abstracta.se

La table Giro dessinée par Philippe Nigro est pensée pour le quotidien. Pratique, elle fait aussi bien office de table basse que de pouf ou de plateau et s’adapte à toutes les situations. www.cinna.fr

Optique

Pot décoratif

Lames colorées

Ça balance

Mur végétal

Robot

Pratique et décoratif, MAGAZIN est un porte-revues original en forme de maison. Les magazines peuvent rester rangés sous le toit. On peut également en laisser simplement un ouvert sur le toit de la maison pour reprendre la lecture où on l’a laissée. www.konstantinslawinski.com

Sticks est un paravent pour l'intérieur et l'extérieur, pour chaque endroit où il y a besoin de créer un espace privé. Les Sticks permettent une séparation de la pièce sans perdre l’impression d’espace. Les tiges sont disponibles en bois ou fibres de verre, en différentes longueurs et peuvent se combiner selon les besoins. www.extremis.be

La cloison de séparation Green est pleine de facettes et garantit un large espace de tranquillité et de détente. On peut lui associer des plantes qui s'approprieront son design harmonieux pour grimper et pousser à leur guise. www.dedon.de

Le Maceta est un pot décoratif de haute qualité. Il garantit la préservation de la plante, grâce à son système d’alimentation et de réserve d'eau. Ce système lui permet une autonomie importante, puisque les plantes sont approvisionnées en eau par capillarité avec la quantité précise dont elles ont besoin. www.vondom.com

Robox, créée par Fabio Novembre, est une bibliothèque anthro­ pomorphe, avec un cœur rouge et une hauteur tout à fait humaine. www.casamania.it

Flocon

Paravent contemporain de la ligne Roset, Endless est constitué de cinq lames gainées de Divina. Disponible en plusieurs couleurs, il permet de moduler l’espace en apportant une touche ludique et gaie. www.ligneroset.fr

Îlot floral

Les Vases Isla constituent une île composée d’un banc circulaire et d’un pot de fleurs central avec système d'arrosage breveté par Vondom. Il est possible d'intégrer une ampoule LED, pour une décoration moderne à forte personnalité de jour, et une atmosphère unique de nuit. www.vondom.com

Protéiforme

Parce que c’est un plaisir simple, mais toujours efficace, cette balançoire, dessinée par Mikko Kärkkäinen, est conçue pour les adultes également. Colorée et résistante, elle peut être suspendue en intérieur et notamment au bureau pour prendre un peu de hauteur face aux problèmes quotidiens. www.dénicheuse.com

Doughnut

DoNuts est une combinaison de table avec assise. L'assise gonflable en nylon porte une table en polyester. Il ressemble à un doughnut géant et peut accueillir au moins six personnes. Il est personnalisable grâce aux différentes couleurs et à la possibilité d‘apposer un sigle (de société) sur le siège. www.extremis.be


plan K

créativité et compétence à votre ser vice

escaliers Treppen

portes Türen

cuisines Küchen

agencement intérieur Innenausbau

meubles Möbel

office

Menuiserie Kraemer s.à r.l. 8, Fräschegaass L-9353 Bettendorf Luxembourg Tél.: [+352] 80 92 18 -1 Fax: [+352] 80 85 49 info@menuiseriekraemer.lu www.menuiseriekraemer.lu


088

Témoignage

La Banque Européenne d’Investissement Située dans le quartier Européen Nord du Kirchberg, la Banque européenne d’investissement (BEI) présente dans son nouveau bâtiment Est différents espaces de convivialité de grande qualité.

Auteur: Céline Coubray Photos: imedia

Fiche technique: Adresse: 98, boulevard Konrad Adenauer à Luxembourg, Quartier Européen Nord du Kirchberg Total des employés à la BEI: 1 800 agents Bâtiment Est Architecte: Ingenhoven Architekten (Düsseldorf) Ingénieurs de structure: Werner Sobek (Stuttgart) Plans de la façade et de la physique du bâtiment: DS-Plan (Stuttgart) Ingénierie technique: HL-Technik, IC-Consult, pbe-Beljuli Planungsgesellschaft mbH et S+E Consult Réalisation du bâtiment Est: CFE-Vinci (Bruxelles Paris) Surface: 72 500 m2, 10 niveaux dont trois, hors-sol côté vallée, sont en sous-sol côté boulevard. Durée des travaux: 3 ans Inauguration: juin 2008 Capacité d’accueil du bâtiment Est: 750 postes de travail

W

Plus d’infos sur: www.eib.org www.ingenhovenarchitects.com www.michaelcraigmartin.co.uk www.tobiasrehberger.de

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

Contexte La BEI est répartie dans deux bâtiments. Le premier bâtiment, le bâtiment Ouest, construit en 1980, est rapidement devenu trop petit, l’accroissement de la BEI suivant celui de l’Union européenne. La construction d’un nouveau bâtiment s’est donc avérée nécessaire. C’est l’équipe menée par Ingenhoven Architekten (Düsseldorf) qui a été désignée suite au concours international pour la réalisation du nouveau bâtiment. Deux éléments clés ont mené le projet: la transparence et l’écologie. Ainsi, un élégant fourreau de verre recouvre le bâtiment et les considérations d’ordre environnemental, priorité numéro un tout au long du processus de construction, ont permis d’obtenir, pour la première fois sur le continent européen, une certification BREEAM (Building Research Establishment Environmental Assessment Method), avec la note «Excellent» après évaluation du bâtiment construit. Les espaces de convivialité et l’introduction d’œuvres d’art La conception spécifique de l’immeuble et l’emploi de techniques innovantes donnent aux utilisateurs le confort individuel répondant aux dernières normes en matière de bien-être et d’ergonomie. Les espaces de convivialité répondent à ces mêmes exigences et bénéficient, en plus, d’une intégration poussée d’œuvres d’art contemporain. La cafétéria est stratégiquement située entre le bâtiment Est et le bâtiment Ouest, servant ainsi de point de liaison entre les deux et de point de rencontre pour les agents. Elle bénéficie d’une large ouverture vers la vallée et d’un important apport de lumière naturelle. Les agents peuvent à la fois se restaurer rapidement et se réunir en petit groupe autour d’un dossier, avec un café, dans un espace plus convivial et plus informel que dans une salle de réunion, tout en limitant les déplacements des uns et des autres. Une des grandes caractéristiques de cet espace est l’introduction d’une œuvre d’art monumentale (4 m de haut, 88 m de long), Parade, de l’artiste irlandais Michael CraigMartin. Installée sur un mur aveugle faisant face à la grande baie vitrée, elle assure une transition harmonieuse avec l’édifice Ouest. «C’est un travail sur le mouvement, le changement et le rythme», a indiqué l’artiste au moment de son inauguration. Cette œuvre représente un défilé dynamique d’objets de la vie quotidienne, créé à l’aide d’une technique de marqueterie ultramoderne (en DuPontTM Corian®). Réel défi technique, elle rappelle aussi indirectement aux agents de la BEI que chacun peut dépasser ses limites. L’appropriation de cet espace a été très rapide et, étant donné son utilisation pour le travail et les pauses, il enregistre un taux de fréquentation élevé.

1

2

3

«Les réalisations artistiques sont avantageusement situées dans les espaces les plus fréquentés de la BEI» Carlos da Silva Costa

1

L’œuvre Parade de Michael Craig-Martin représente une succession d’objets de la vie quotidienne. 2

L'œuvre est installée sur un long mur aveugle. 3

La cafétéria est le point de liaison entre l'ancien le nouveau bâtiment

4

4

Vue d'ensemble de la salle de restaurant 5

Le personnel bénéficie aussi d’une salle de restaurant. Alors qu’il s’agit d’un espace très

3

4

L’œuvre 283 Individual Works on Paper de Tobias Rehberger est totalement intégrée à l’espace de vie.


© imedia

089

visible, cette salle risquait de devenir un espace mort, au sens où elle n’est pas directement exposée à la lumière naturelle et se situe en retrait par rapport à des espaces plus «ouverts». C’est pourquoi il a été décidé d’y installer également une œuvre d’art spécifiquement conçue pour ce lieu: 283 Individual Works on Paper de Tobias Rehberger. «Ce mur illustré de ‘fleurs d’origami’ marie une sensibilité européenne à une vision plus large, étant donné l’influence orientale qui m’a inspiré pour le choix de la technique, des couleurs et des motifs», précise Tobias Rehberger. L’artiste a en effet installé ces fleurs blanches de cerisiers du Japon sur un fond de couleur orangé intense rappelant l’Orient, insufflant de la vie, de la théâtralité et une ouverture culturelle à ce lieu de rassemblement. Elle reflète la variété et la diversité culturelle qui ont toujours caractérisé la BEI en tant que banque multilatérale. L’intégration de ces deux œuvres dans les espaces de convivialité témoigne d’une

grande symbiose avec l’architecture, puisque littéralement «incrustées» dans les murs. Le cabinet d’architecture Ingenhoven Architekten a participé d’emblée au projet d’aménagement artistique du nouveau bâtiment. M. Carlos da Silva Costa, alors vice-président de la BEI et président du comité des arts, a déclaré lors de la présentation: «Les réalisations artistiques sont avantageusement situées dans les espaces les plus fréquentés de la BEI. Celles-ci sont susceptibles d’apporter une énergie créatrice, une inspiration, voire une nourriture spirituelle dans notre quotidien.» En complément de ces espaces, on trouve, au bout des couloirs, des espaces de Coffee Corner, qui permettent aux agents de se procurer un café, un thé ou de l'eau à une distance plus réduite de leur bureau, et de croiser les collègues d'un même étage.

5


• Toitures • Constructions en bois • Rehaussements

a r c o ro l l i

re s

• d’expéri

nc

er

1

0 ann0 ées e

ng

m

e en toitu

marco rollinger (Rollinger Toiture s.a.) 70, rue des Prés • L-7333 Steinsel Tél.: 33 33 66- 1 • Fax: 33 27 62 info@marco-rollinger.lu • www.marco-rollinger.lu


091

3 m

s e t c e t i h c r a Portrait d’architecte: m3 architectes

À l’occasion de la conférence donnée le 7 juillet dans le cadre du cycle «Évolutions» de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, Archiduc présente le travail de l’agence d’architecture m3 architectes dirigée par trois partenaires, Jos Dell, Alain Linster et Marie Lucas. Auteur: Céline Coubray


092

portrait

Philosophie de bureau

« Être juste dans notre approche» Forte de sa relativement longue expérience (le bureau existe depuis 1997), l’agence m3 architectes porte un regard à la fois sage et emprunt de passion sur sa pratique de l’architecture. Cherchant à conserver le rôle de chef d’orchestre qui est propre au métier de l’architecte, m3 architectes, dont les trois partenaires sont Jos Dell, Alain Linster et Marie Lucas, se trace un chemin assuré et reconnu dans le monde de l’architecture luxembourgeoise et internationale.

Relations avec les clients

Outside the box

Les architectes de m3 donneront le 7 juillet à 19 h à la Banque de Luxembourg une conférence sur leurs projets, avec un éclairage particulier sur le dévelop­pement et le choix des concepts: entre missions institutionnelles et demandes atypiques, la vision architecturale refuse les «a priori».

Une partie de leur clientèle s’est constituée par le bouche-à-oreille, beaucoup de clients venant les voir sur la réputation, fondée, qu’a le bureau de livrer ses projets dans les temps et dans le respect du budget imparti. «Dans toutes nos démarches, nous essayons d’avoir une bonne adéquation entre la qualité, le budget et le temps», souligne Jos Dell, un des créateurs de l’agence. La notion de conseil est aussi primordiale et une valeur reconnue de ce bureau. «Nous avons parfois été approchés suite à des projets réalisés sur des terrains difficiles, que nous avons traités sans mentir, sans promettre la lune et sans omettre de dire combien le projet aller coûter», ironise Alain Linster, partenaire. «La caractéristique qui nous qualifierait tous les trois est l’honnêteté, et peut-être aussi un côté un peu terre-à-terre», analyse Marie Lucas, troisième partenaire. «La notion de prestation de services nous tient à cœur, poursuit Jos Dell. Une des premières choses que nous sondons avec un nouveau client est de savoir à quel point nous allons pouvoir établir une relation de confiance.»

Le contexte Une fois le projet accepté, une des premières étapes par laquelle l’équipe passe et consacre du temps est l’étude du contexte. «La relation à l’environnement est quelque chose d’essentiel et de fondamental», déclare Jos Dell. «Nous étudions assez longuement comment le bâtiment peut se poser sur son site, quelle orientation lui donner», explique Marie Lucas. «Nous nous demandons s’il doit être un objet surprenant ou un objet fondu, une intervention qui participe au paysage ou au contraire qui va créer un signal. Pour le projet du chalet scout que nous avons réalisé récemment, par exemple, nous avons fait le choix d’un objet très percutant dans son expression, bien que le budget fût très modeste. Il est devenu un objet signalétique, par sa couleur rouge qui tranche avec le vert de la forêt environnante et par l’angularité de sa forme. Pour le Rehazenter, par contre, qui se situe sur les bords du plateau du Kirchberg, nous avons choisi de souligner les lignes du paysage et de les faire correspondre avec celles du bâtiment. C’est un objet fondu. Un autre exemple d’objet fondu est l’école de la rue Gellé à Bonnevoie. Le bâtiment est là comme s’il avait toujours existé. Il y a une certaine évidence qui s’impose.»

Approche architecturale Le travail entre les trois partenaires se répartit naturellement et se complète. Jos Dell a une vision synthétique des projets, cartésienne, il saisit rapidement les limites du champ d’action et se pose des questions concrètes comme «dans quel sens penche le terrain?». Alain Linster, lui, voit rapidement «l’image» de la construction. Il la dessine et parle peu. Marie Lucas, quant à elle, se fait l’interprète de ses deux collègues et veille à ce que les projets imaginés soient fondés sur de bonnes raisons. En résumé, la tête dans les nuages, mais les pieds bien ancrés dans le sol. Ils sont tous les trois sensibles à ce que chaque élément projeté soit justifié, réponde à une réelle nécessité. Une question est récurrente pour eux: «Est-ce que cela est juste? Est-ce LA bonne réponse à apporter à ce point précis?». Sans tomber dans l’extrême du minimalisme, ils recherchent l’essence des choses, la juste interaction entre les plans verticaux et les plans horizontaux. Une résonance harmonieuse. «Nous ne sommes pas là pour construire que des choses spectaculaires, précise Alain Linster. Un bâtiment doit répondre à un contexte et y participer, sinon cela ne crée jamais une ville.»

L’expression de leur temps L’architecture de l’agence m3 architectes essaie le plus souvent d’échapper à un marquage temporel. Les partenaires de l’agence visent à développer une vision durable de leurs constructions. Pour eux, ce serait peut-être la meilleure façon d’être contemporain. Lorsqu’ils pensent leurs bâtiments, ils mettent tout en œuvre pour qu’ils vieillissent bien. «Nous essayons de construire avec des matériaux qui prennent en compte l’aspect durable, que cela soit dans la production/consommation d’énergie du bâtiment même ou de l’énergie nécessaire à la fabrication des matériaux de construction», précise Jos Dell.

Engagement dans le monde de l’architecture m3 architectes est aussi très présent dans la promotion et la réflexion sur l’architecture au Luxembourg. En effet, Alain Linster a été président de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie et y est toujours très impliqué, et Marie Lucas a été présidente du Conseil des Architectes d’Europe. Elle a aussi beaucoup œuvré aux côtés de l’OAI (Ordre des Architectes et Ingénieurs-Conseils) pour que les instances publiques mettent en place des procédures exemplaires lors de l’élaboration de projets architecturaux. «Nous avons aussi beaucoup prêté attention à ce que certains textes de loi n’aient pas d’effets pervers, précise Marie Lucas. Nous avons demandé qu’avant qu’une loi qui concerne l’environnement ne soit votée, nous puissions la tester ou au moins en discuter avec les commissions parlementaires.» Mais il faut du temps pour que les mentalités évoluent et elle encourage les jeunes générations à poursuivre ces combats. «Toutefois, il y a peut-être un point qui va faire évoluer les choses plus rapidement que prévu et qui est dû à la qualité des écoles primaires récemment construites. Cette nouvelle génération sera certainement plus exigeante que les précédentes. Nous travaillons aussi à inclure une sensibilisation à l’architecture dans les programmes scolaires.» Autant de notes d’espoir pour que les utilisateurs de demain soient plus intraitables et fassent évoluer les mentalités et les comportements en architecture.

www.archiduc.lu


093

1

1

m3 architectes réalise aussi bien des missions institutionnelles que des projets privés, comme ici avec cette maison à Luxembourg-Merl. 2

L’extension de l’école primaire de la rue Gellé à LuxembourgBonnevoie 3

3

Le Rehazenter a été pensé dans son ensemble, le bureau ayant également participé aux aménagements intérieurs. 4 5

m3 prend en charge des projets dans l’espace public comme ici avec la place Laurent à Luxembourg-Limpertsberg. 2

4

5


094

Fiche technique Année de construction: 2005-2009 Situation: 6, rue JB Gellé à Luxembourg-Bonnevoie Programme: Extension pour le préscolaire et rénovation des façades existantes Maître d’ouvrage: Ville de Luxembourg Superficie: 1 255 m2

Identité chromatique:

www.archiduc.lu

portrait

Projet 1

UNE ÉCOLE DANS LES ARBRES Classes précoces et préscolaires de la rue Gellé à Luxembourg La qualité du terrain désigné pour construire l’extension de l’école primaire de Bonnevoie méritait qu’il soit utilisé avec extrêmement de parcimonie, en sauvegardant le plus grand nombre de platanes de la cour de récréation. Il s’ensuit un bâtiment dont la matière, en Eternit gris foncé, s’efface parmi les feuillages. Le cube de trois étages n’a pas été accolé contre le bâtiment existant, mais détaché en signal à l’angle des rues, placé en contrepoint de la barre, pour maintenir une vue d’ensemble de la façade classique, sur le fond de laquelle il se pose en contraste. Les espaces de récréation ont été redivisés tout naturellement pour le bonheur des petits. Dans le cube, les salles de classe se découpent suivant un carré décalé, ménageant une profondeur en entre-deux, une matière à investir, un passage subtil entre les espaces. 1

Implantation du nouveau volume par rapport à l’école primaire

1

Entrée de l’extension 2

Éclairage naturel pour l’accès aux classes 3

Des espaces de jeux en revêtement rouge antichoc

2

3


095

Fiche technique Année de construction: 2005-2007

Projet 2

STUDIO MANSFELD

Situation: 37, boulevard F. D. Roosevelt à Luxembourg

«Salle des Arts», Bibliothèque nationale à Luxembourg

Programme: Réaménagement de la Salle Mansfeld en Salle des Arts

En consacrant l’ancienne Salle Mansfeld à la section des arts, la BNL a achevé le double objectif de rendre plus de visibilité à ses collections thématiques – peinture, graphisme, design, photographie, cinéma, danse, théâtre, architecture, urbanisme et sculpture en plus de 4 000 volumes – et d’ouvrir un espace moderne de consultation et d’étude.

Maître d’ouvrage: Administration des bâtiments publics Superficie: 275 m2 Distinction: Bauhäreprais 2008 (mention)

1

2 1

Les rayonnages et leur escalier sont insérés comme un grand mobilier dans la salle. 2

L’architecture intérieure aux tonalités sourdes, ponctuées de lumière, est relevée par le grand claustra en menuiserie de chêne qui sépare les deux étages de rayonnages de la salle proprement dite.


096

www.archiduc.lu

portrait

Fiche technique Année de construction: 2007-2011 Situation: 13-15, avenue Kennedy à Luxembourg-Kirchberg Programme: Construction d’un hôtel et d’un immeuble de bureaux

Projet 3

Maître d’ouvrage: Continental Motor Inns Luxembourg sa

Hôtel Suite-Novotel, Luxembourg-Kirchberg

Superficie: 20 470 m2

Identité chromatique:

FRONT AVENUE Aux premiers temps de l’urbanisation du plateau du Kirchberg, un des premiers immeubles construits à proximité de l’autoroute menant à l’aéroport était un hôtel isolé, dont chaque fenêtre était signalée la nuit par un abat-jour éclairé. Avec l’hôtel Sofitel, qui l’a rejoint en 1992 sur un site verdoyant en cul-de-sac, il formait une enclave au sein d’un quartier très exclusivement consacré à l’Administration européenne. La transformation de l’ancienne voie rapide en boulevard urbain, la construction de la Philharmonie et des autres projets phares de la rive sud de l’avenue J. F. Kennedy, ont complètement inversé les rapports de ce site à la ville. Profitant de la bande de terrain libérée sur le front de l’avenue, le complexe hôtelier s’offre à la fois un nouveau visage, côté cour, et un parvis intime, côté jardin. 1

2

1

Présence du bâtiment sur l’avenue J. F. Kennedy 2

3

Se distinguant des constructions de verre qui se sont multipliées sur cette artère, le bâtiment de l’hôtel associe aux bandeaux des fenêtres en tôle d’aluminium des éléments de béton architectonique. La géométrie prismatique des baies reflète le «repliage» du bâtiment devant le Sofitel, et le «dépliage» de la fenêtre, le passage d’échelle entre le cocon de la chambre et la perspective de l’avenue. 3

Lobby de l’hôtel Suite-Novotel


097

Projet 4

Fiche technique

COMME CHEZ MOI

Année de construction: 2005-2007

Maison relais de la rue Emile Mark Devenue propriétaire de deux très belles maisons du début du 20e siècle, à côté de l’ancienne École des filles, la Ville de Differdange leur a offert une nouvelle affectation en «maison relais». La réponse architecturale a pris en compte les exigences imposées par la mise en conformité, sans modifier fondamentalement les parties anciennes. Les grandes pièces de jeux sont abritées dans une construction lumineuse sur la gauche des maisons.

Dans le jardin dégagé entre ancien et nouveau, une nouvelle entrée se fait de plain-pied et permet l’accès de secours. Les enfants prennent leur repas et font leurs devoirs dans les pièces des maisons anciennes, dont les belles proportions sont plus adaptées aux petits groupes. Du fait de la qualité des espaces intérieurs, la Maison relais va plus loin que la prise en charge extrascolaire, pour offrir aux enfants un accueil familial archétypal.

Situation: 12-14, rue Emile Mark à Differdange Programme: Rénovation, extension et remise en conformité de deux maisons pour transformation en maison relais Maître d’ouvrage: Administration communale de Differdange Superficie: 1 100 m2

1

1

L’appareillage des briques alterne le noir mat et l’émail blanc. 2 2

Vue du projet depuis la rue


098

Fiche technique A.M. Dominique Perrault, auteur de projet / Paczowski & Fritsch / m3 architectes  architectes Année de construction: 2002-2009 Situation: Rue du Fort Niedergrünewald à Luxembourg-Kirchberg Programme : 4e extension de la Cour de justice des Communautés européennes Maître d’ouvrage : Administration des bâtiments publics Superficie: 100 000 m2

www.archiduc.lu

portrait

projet 5

BACKSTAGE Extension de la Cour de justice des Communautés européennes Association Dominique Perrault, Paczowski & Fritsch, m3 architectes Désignée à l’époque de son vote comme étant le plus im­portant investissement réalisé pour les Communautés européennes, la grande extension de la Cour a secoué le cœur du dispositif commencé par les architectes du Palais d’origine, élégante construction en acier «Corten» (Jamagne, Van Der Elst, Conzemius). Les constructions ajoutées ultérieurement pour lui donner un socle (Paczowski, Fritsch, Herr Huybrechts, Van Driessche) ont servi de dos au tracé fédérateur de la grande galerie, qui aboutit aux socles des deux tours de bureaux «dorées»: celles-ci symbolisent aujourd’hui, avec l’anneau posé autour du Palais reconstruit, l’ensemble du complexe.

Travailler avec – ou travailler pour – le projet signé Perrault a permis aux architectes de l’équipe luxembourgeoise de saisir à bras le corps les défis et contraintes d’une œuvre complète, où rien n’est prédéfini, où tout est mesuré, «sur mesure», parfois dans la démesure, mais aboutit à l’équilibre et l’évidence. Les photos choisies révèlent les coulisses d’un projet gigan­tesque, dans lequel chaque espace a reçu la même attention. Petite galerie d’ambiances dont les collaborateurs architectes ont rencontré chaque complication, traité chaque détail, en une multitude de réglages sensibles.

Identité chromatique:

1

2

3

4

5


099

1

Palais, accès aux cabines d’interprètes 2

Anneau, grande salle des délibérés 3

Un des éclairages du palais 4

Galerie, rue intérieure 5

Détail anneau/tour


100

Fiche technique Année de construction: 2002-2007 Situation: 1, rue André Vésale à Luxembourg-Kirchberg Programme: Centre de rééducation, 72 lits d’hospitalisation, plateaux de diagnostic, traitements ambulatoires, salle de sports, piscine, ateliers, appartements thérapeutiques Maître d’ouvrage: Rehazenter Établissement Public Superficie: 12 900 m2 Distinction: Prix luxembourgeois d’architecture 2007 (nommé) Bauhäreprais 2008 (mention) IAKS Sonderpreis 2009

Identité chromatique:

www.archiduc.lu

portrait

projet 6

Rehazenter Centre national de rééducation fonctionnelle et de réadaptation, Luxembourg-Kirchberg Un bâtiment mené en maîtrise d’œuvre intégrée, avec une certaine griserie: délais respectés, budgets respectés, concept architectural respecté, depuis les premières maquettes empilant les dalles – encore feuilles de carton – en bordure de vallée, jusqu’à l’image finale, où les boîtes des chambres continuent de survoler légèrement l’empilement des étages de traitements. Achevé en 2007, il a rapporté sa moisson de distinctions. Un des commentaires préférés des architectes: «un exemple d’architecture civile qui met l’utilisateur au centre de la conception, la lecture des espaces est claire. Les apports de lumière naturelle construisent une ambiance sereine et permettent d’articuler les fonctions. L’implantation suit une logique ancienne et efficace qu’on retrouve dans les anciens couvents et dans les premiers hôpitaux où le plan présentait des corps de bâtiment alternés par des cours vastes et éclairées en exploitant des circulations essentielles, mais magnifiées par les arcs et les voûtes.» (Maurizio Cohen) Une expérience rare dont le succès est aussi dû à la qualité des intervenants: un maître d’ouvrage aux idées claires et aux coudées franches, avec l’appui d’un conseil d’administration motivé, des entreprises de grande qualité, retenues au terme d’appels d’offres détaillés. Le résultat est offert aux patients du Centre de ré­adaptation fonctionnelle, à un moment de leur vie où, sans doute, ils ne perçoivent qu’inconsciemment les qualités architecturales comparées de leur environnement. Au jour le jour, c’est le personnel qui, s’étant approprié les bétons vus, les boiseries et le verre, goûte à la quiétude visuelle de son lieu de travail, et s’en est fait depuis le meilleur chantre.

1

2

Plan masse

3


101

1

Accès du public 2

Cour intérieure, façade en acier Corten 3

Le couloir, colonne vertébrale du projet 4

Façade sur rue 5

Façade sur vallée 6

4

6

5

Béton vu et éclairage zénithal pour la piscine


102

Fiche technique Maison S Maître d’ouvrage: Particulier Programme: Nouvelle construction Situation: Luxembourg-Strassen Surface nette: 296 m2 Construction: 2007-2009

Projet 7

MAISONS BLANCHES Vivre dans un jardin

Maison N Maître d’ouvrage: Particulier Programme: Nouvelle construction Situation: Rue des Hêtres à Bridel Surface nette: 372 m2 Construction: 2000-2001

www.archiduc.lu

portrait

m3 architectes publie volontiers les maisons et appartements conçus pour le Fonds du Logement, ou pour certains promoteurs privés. Dans ces pages, place est cette fois faite à la générosité de l’espace de vie. Les programmes urbanistiques se densifient, c’est tout autant une nécessité qu’un nouveau credo politique. Le mitage du paysage rural est effectivement la pire chose qui puisse arriver au Luxembourg et pourtant, toutes les lois votées ces dernières années sur l’aménagement du territoire ne le freinent pas: les villages, même éloignés du lieu de travail de leurs habitants, voient fleurir des lotissements resserrés. Autour de la capitale, dans des quartiers plus aérés (!) tracés au siècle passé, ces cinq maisons ne représentent pas le chant du cygne d’une époque. Elles représentent au contraire le mode de vie qui reste la préférence et le souhait d’une majorité, même si elles resteront rêve pour beaucoup.

Maison B Maître d’ouvrage: Particulier Programme: Nouvelle construction Situation: Rue des Templiers à Steinsel Surface nette: 308 m2 Construction: 2001-2002

1

Maison W Maître d’ouvrage: Particulier Programme: Nouvelle construction Situation: Um Tawioun à Luxembourg-Cents Surface nette: 309 m2 Construction: 2002-2003

2

3


103

1

2

3

Maison N, Bridel 4

Maison S, Strassen 5

Maison B, Steinsel 6

Maison W, Luxembourg-Cents 4

6

5


104

Fiche technique Extension en association avec Louis Weisgerber, architecte Année de construction: 2003-2005 Situation: Rue Léon Metz à Esch-sur-Alzette Programme: Transformation et extension du centre Maître d’ouvrage: Ville de Esch-sur-Alzette Superficie: 1 000 m2

www.archiduc.lu

portrait

Projet 8

Spretzenhaus Extension de la caserne des pompiers à Esch-sur-Alzette Pour traiter l’urgence, il ne faut pas laisser de place au doute, et l’architecture relaie le message: la rationalité avec laquelle les administrations des deux corps des sapeurs-pompiers et de la protection civile ont été installées en deux entités distinctes sur la toiture des garages, aide à la lisibilité des rôles. À ce fonctionnement rigoureux du centre d’intervention s’ajoute une pointe de poésie. Par-dessus les grands camions rouges à la présence rassurante, les boîtes détachées de leur socle sont ouvertes sur la ville, laissant filer le regard vers des perspectives lointaines.

Identité chromatique:

1

2 1

Base commune: les garages des sapeurs-pompiers et de la protection civile 2

Vue latérale du projet 3

Le bloc de bureaux perché sur les garages

3


105

projet 9

Fiche technique

OUTSIDE THE BOX

Année de construction: 2008-2009

Home scout à Kayl

Situation: 153, rue Notre-Dame à Kayl

Une randonnée en dehors des sentiers battus, pour agrandir et rajeunir un chalet pour les scouts. Du chalet, il ne reste aujourd’hui que le nom: le bel objet rouge s’est déployé en lisière de forêt, des percées se sont ouvertes pour laisser entrer la lumière et aménager des sorties de secours. Ce sont des cavalcades de godillots qui peuvent maintenant résonner sur les nouvelles menuiseries.

Programme: Extension et remise en conformité Maître d’ouvrage: Frënn vun de Këler Scouten Superficie: 475 m2

Identité chromatique:

1

2

3 1

L’extension présente de nombreuses formes angulaires 2

3

États avant et après la rénovation 4

La couleur rouge tranche sur son environnement 5

Salle de réunion

5

4


106

www.archiduc.lu

portrait

interview

m3 architectes m3 architectes est un nom un peu mystérieux, pourriezvous nous l’expliquer? Alain Linster: «Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, ce n’est pas parce que nous sommes trois associés. m3 doit en fait se lire comme mètre cube, et implique l’importance de la troisième dimension dans la conception de notre travail et de notre approche de l’architecture. Bien que l’étape du dessin reste indispensable dans notre pratique, le résultat de notre travail est quand même bien tridimensionnel. Marie Lucas: «Notre volonté était aussi de ne pas avoir un nom de bureau dans lequel figurent directement les noms de personnes, bien que nous les ayons mis au second plan, car l’architecture est quand même une affaire de personnes. Mais nous souhaitions avoir avant tout un nom qui reflète l’idée d’une structure qui soit un espace de travail dans lequel différents éléments puissent y trouver leur place. Ce qui nous plaisait aussi, c’est que la forme triangulaire est une des formes les plus stables qui soient. Être trois partenaires, est-ce un avantage ou un inconvénient? M.L.: «Avec les années, nous avons appris à bien nous connaître et l’avantage d’être plusieurs est que le dialogue peut s’instaurer facilement entre nous. Nous pouvons ainsi tester nos idées en interne. Cela nous permet de nous sentir plus assurés par rapport au résultat proposé et nous évite de tomber dans l’écueil de proposer plusieurs variantes comme nous le demandent parfois les clients, habitués aux audits et appels à différents experts. Notre rôle d’architecte est d’arriver à tracer une ligne à travers toutes les contraintes d’un projet, de montrer un chemin à suivre. En étant à plusieurs, nous pouvons échanger nos points de vue sur les données et cela nous permet de renforcer nos propositions. Nous nous devons d’avoir une idée générale très précise de là où nous voulons emmener les clients, avec une conviction qui ne doit pas faiblir. Être plusieurs nous renforce dans cette démarche. Quel est le plus gros projet que vous ayez eu à traiter? M.L.: «L’extension de la Cour de justice des Communautés européennes, dans le cadre d’une collaboration avec Dominique Perrault et Paczowski et Fritsch architectes. Et le Rehazenter dont nous sommes assez fiers, car nous avons réussi à rester dans le budget imparti de 90 millions d’euros tout en surmontant les pressions imposées par le planning. À travers ce centre de rééducation fonctionnelle et de réadaptation, nous avons pu vraiment traiter tous les aspects d’un projet, allant même jusqu’à le livrer avec des stylos dans les tiroirs! Jos Dell: «La relation de confiance avec le médecindirecteur a été dans ce cas précis extraordinaire. Il s’est énormément investi pour nous aider à choisir tous les éléments architecturaux et les équipements du centre. Tout a été pensé jusque dans les moindres détails, mais sans jamais perdre de vue le travail architectural. A.L.: «Avec cet exemple, nous avons vraiment pu accompagner le client aussi loin que possible. Avez-vous une préférence pour certains matériaux? M.L.: «Tout ce qui est vrai et juste à l’endroit où ils doivent être utilisés. On peut citer par exemple le béton,

« Notre rôle d’architecte est d’arriver à tracer une ligne à travers toutes les contraintes d’un projet, de montrer un chemin à suivre» Marie Lucas

le bois ou encore la brique. Le choix de nos matériaux se fait aussi en fonction de l’intervention. Il faut prendre en considération le caractère des bâtiments existants, préserver les caractéristiques du construit. Quelles sont vos sources d’inspiration, là où vous retrouvez de l’énergie? A.L.: «Les beaux-arts et la sculpture, bien que les artistes travaillent sur un objet précis, pour lequel tout leur est permis. L’architecte a beaucoup plus de contraintes, mais j’aime observer le travail des matériaux, des formes négatives. J.D.: «Je ne pourrais pas vous dire que je suis inspiré plus par telle ou telle chose, mais je cultive ma connaissance du bâti à travers de nombreuses publications. J’aime aussi aller me balader, sentir la tranquillité d’un paysage. Cela m’inspire. Tout comme la musique de Bach. Voir des bâtiments qui respirent, ressentir une forme de tranquillité dans leur expression. Ne pas être dominant dans le paysage, mais bien se marier avec son environnement. M.L.: «Pour ma part, j’aime les grandes villes. Luxembourg ne reste quand même qu’un gros village, et se plonger dans une grande ville à l’étranger me donne des plaisirs incroyables, de visions, de découvertes, de nouvelles architectures, de nouvelles utilisations d’espaces. Nous avons d’ailleurs tous les trois beaucoup voyagé. J.D.: «J’aime aussi sentir sous mes pieds une ville qui bouge, arpenter les rues, me promener, sentir même parfois que ça fait mal. Et puis prendre un peu de distance, regarder les relations entre les gens, comment ils investissent les espaces. M.L.: «C’est là que nous faisons nos provisions d’émotions, d’expériences sensorielles.»

m3 architectes Domaines d’activité: Équipements (publics et privés) Logements (collectifs et privés) Urbanisme LocaLISAtion: 15, rue Wurth-Paquet L-2737 Luxembourg effectifs: 24 collaborateurs, dont 16 architectes Créée en: 1997 partenaires: Jos Dell Alain Linster Marie Lucas site WEB: www.m3architectes.lu


107

FONDATION DE L’ARCHITECTURE ET DE L’INGÉNIERIE

Festival de l'Architecture, du 16.06. au 16.07.2011

L’HABITAT REPENSé Du 16 juin au 16 juillet 2011, la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie organise son Festival de l'Architecture annuel. Placé cette année sous le thème de «l'habitat repensé», ce festival est un appel à la sensibilité du public et à la responsabilité des décideurs et acteurs de divers horizons ayant comme but d’intensifier le débat autour du concept de l’habitat dans notre pays. La réflexion portera sur la manière d’agir en faveur du «bien habiter» au sens large du terme en intégrant des thèmes essentiels: qualité d’habitat, de voisinage, qualité urbaine, évolutivité, dévelop­pement durable, modes de déplacement mais aussi rapport à la nature, au paysage, au site et son patrimoine bâti. Conférences, débats, visites guidées et portes ouvertes, projection de film, parcours et interventions in situ proposent des références qui

présagent l’avenir, permettant au public de discuter de ce que seront les standards de l’habitat de demain. En faisant explorer au public des modes de vie inédits conciliant l’exigence de densité et l’envie d’individualité du logement, de nouvelles formes de concertation et de coopération seront abordées. Elles visent, d’une part, à associer les futurs habitants à la conception du quartier et, d’autre part, à retisser des liens sociaux. Les journées «open houses» seront un des points forts du programme du Festival de l’Architecture, l’occasion pour le public de découvrir par des réalisations à travers le pays comment architectes et maîtres d’œuvre particuliers mettent en pratique cet habitat de demain, en proposant des solutions talentueuses, innovantes, économes et riches en qualités.


108

www.archiduc.lu

Agenda JEUDI 16.06 Ouverture du Festival de l' Architecture 2011 18:00

Le 4e débat de ce cycle s’interrogera sur la manière de mieux concevoir l’habitat en ville existante, réponse nécessaire à la lutte contre l’étalement urbain et la dévitalisation des villes. En collaboration avec la Ville de Luxembourg et le Cercle-Cité Auditoire du Cercle-Cité, 3, rue du Génistre

19:30 Réception dans le cadre de l’ouverture du Festival

Au cœur même de la ville, la Fondation invite le public à fêter l’ouverture de son Festival de l’Architecture 2011 dans les locaux rénovés et récemment inaugurés du Cercle Municipal. En collaboration avec la Ville de Luxembourg et le Cercle-Cité Cercle Municipal

jeudi 07.07

12:30 - 13:30

19:00

Lancement de la 2e édition du concours photographique «SinCityPics» Forte du succès de la première en 2010, cette 2e édition du concours «SinCityPics», sous-titrée «Urban life», invite le grand public à témoigner de la vie sociale dans l’espace public. Détails sur www.fondarch.lu à partir du 17 juin 2011

Débat Stadgespreich: «Repenser l’habitat urbain: vivre en ville aujourd’hui et demain»

Mercredi 22.06

SAMEDi 18.06 14:00 - 17:00

Workshop public en plein air: Dessin architectural à main levée Épaulés par des architectes, les participants pourront, en réalisant des croquis de différents édifices, développer leur sens de la perspective et apprendre le maniement du crayon à main levée. Rendez-vous devant le Palais Grand-Ducal. Liste du matériel à apporter sur www.fondarch.lu

Mercredi - 29.06

Excursion architecturale en vélo «L’Habitat repensé: la transformation urbaine et l’embourgeoisement des quartiers populaires – un phénomène en marche?» À travers les quartiers Rollingergrund, Mühlenbach, Pfaffenthal, Clausen

lundi 20.06 18:30

14:00 - 15:00 Workshop public en plein air: Dessin architectural à main levée Rendez-vous devant le Palais Grand-Ducal. Liste du matériel à apporter sur www.fondarch.lu

samedi 02.07 14:00 - 15:00 Workshop public en plein air: Dessin architectural à main levée Rendez-vous devant le Palais Grand-Ducal. Liste du matériel à apporter sur www.fondarch.lu

14:30 - 16:30

Lancement du Prix Luxembourgeois de l’Architecture 2011

En automne 2011, le Prix Luxembourgeois de l’Architecture sera décerné pour la sixième fois. Il a été créé par la Fondation en 1995 pour promouvoir la dimension culturelle de la création architecturale et sensibiliser le grand public à la qualité de l’environnement bâti. Détails sur www.fondarch.lu à partir du 17 juin 2011

Les architectes de m3 donneront le 7 juillet 2011 à la Banque de Luxembourg une conférence sur leurs projets , avec un éclairage particulier sur le développement et le choix des concepts : entre missions institutionnelles et demandes atypiques, la vision architecturale refuse les "a priori". Auditoire de la Banque de Luxembourg

samedi 09.07 dimanche 10.07 Open houses Weekend portes ouvertes dans des habitations privées contemporaines à travers le pays

Le grand public est invité à découvrir une large sélection de maisons d’habitation qui visent une exigence de qualité exemplaire. Adresses, horaires et détails sur www.fondarch.lu à partir du 17 juin 2011.

mardi 12.07 19:00 Conférence collective de 10 architectes luxembourgeois: L’Habitat innovant: réalisations au Luxembourg

présentées par des architectes luxembourgeois dans le cadre de la parution du deuxième numéro d'Archiduc. En collaboration avec Archiduc Salle d’exposition de la Fondation de l’Architecture, 1, rue de l’Aciérie, Luxembourg

samedi 16.07

Soirée CinémaArchitecture

En collaboration avec la Cinémathèque municipale

Conférence Evolutions: Outside the box

Atelier créatif pour enfants: KidsCity - construire la ville de demain

Quelles sont les idées et projets des enfants pour nos villes futures? Ce workshop invite enfants et jeunes à découvrir l’architecture et l’urbanisme en créant leur propre ville.

14:00 - 17:00 Junior Open houses Visite guidée architecturale pour enfants dans des habitations privées contemporaines

La Fondation propose aux enfants la visite de bâtiments insolites présentant l’habitat sous un jour nouveau. Adresses, horaires et détails sur www.fondarch.lu à partir du 17 juin 2011.


109

Expositions

© courtesy Maja Weyermann and Galerie Reding & Nosbaum

Maja Weyermann: Chandigarh 28.04.-04.06.2011

Entre ombre et lumière

Dans le cadre du Mois Européen de la Photographie 2011, la Fondation transforme les hauts murs blancs de sa spacieuse salle d’exposition au charme industriel en toile de fond pour les grands formats subtils et troublants de l’artiste Maja Weyermann. Se reportant au projet réalisé par l’architecte suisse Le Corbusier dans la ville indienne de Chandi-garh, les images de Maja Weyerman sont l’expression d’une réflexion philosophique et d’une confrontation approfondie avec une cité qui est autant européenne qu’indienne. À Chandigarh, la photographe suisse a cherché les contradictions résultant de la confrontation de la conception «européenne» de l’espace avec des conditions climatiques et culturelles différentes. À partir de simulations 3D de bâtiments et d’espaces mais aussi d’interviews et de textes, Maja Weyermann décrypte les codes et le contexte culturel de la conception de ces espaces et de leur perception. Sur la base de rendus pluriperspectifs de ces simulations 3D, autant que par l’utilisation du langage photographique et pictural, la photographe établit des liaisons entre les fragments du passé, la représentation des espaces et la reconstruction suivant les plans originaux. Les interviews des architectes, urbanistes et citoyens indiens complètent ce collage multimédia. Une collaboration entre la Galerie Nosbaum & Reding et la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie dans le cadre du Mois Européen de la Photographie 2011, sous l’égide de l’Ambassade de Suisse au Luxembourg, avec le soutien de SwissRe. Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie 1, rue de l’Aciérie, L-1112 Luxembourg/Hollerich Vernissage : 27.04.2011, 19:00 Heures d’ouverture: mardi à vendredi: 09:00-13:00, 14:00-18:00, samedi: 11:00-15:00. Entrée libre.

Coup de cŒur Glamour&Utopia Fins palais et vains projets en Ville de Luxembourg

Palais et sites effectivement achevés, projets pharaoniques abandonnés, grands chantiers en veilleuse, des curiosités hélas ou heureusement jamais réalisées, des utopies historiques ou futures… Découvrez la ville de Luxembourg dans un futur imaginé qui souvent n’a pas eu d’avenir. 15.09.-01.11.2011, CarréRotondes Exposition: CarréRotondes en collab. avec Fondation de l’Architecture, Administration des bâtiments publics, Ville de Luxembourg, Fonds Kirchberg, OAI


110

www.archiduc.lu

Bibliothèque

La bibliothèque de la Fondation est riche de plus de 5 800 ouvrages anciens et récents, concernant l’architecture et l’ingénierie mais aussi l’urbanisme, l’histoire des villes, les techniques de construction et d’autres sujets liés à l’environnement bâti. La bibliothèque compte également des recueils rares luxem­bourgeois et étrangers. Livres, articles de journaux et publications diverses sont rassemblés et classés par thème, architecte ou pays. Le site Internet de la Fondation permet la recherche en ligne sur le catalogue

informatisé de la bibliothèque. Une salle de lecture et un copieur sont à la disposition du lecteur. L’accès aux ouvrages est libre, la consultation se fait uniquement sur place. Pour pouvoir documenter la production architecturale au Luxembourg, la Fondation compte sur le soutien des architectes, ingénieurs et maîtres d’ouvrage qui offrent des exemplaires récents de leurs brochures, catalogues, dépliants ou autres documents témoignant de la réalisation de bâtiments ou de l’organisation de concours.

Heures d’ouverture: mardi-vendredi: 09:00-13:00, 14:00-18:00, samedi: 11h00-15h00 et sur rendez-vous Autobus de la Ville de Luxembourg: lignes 1, 4, 14, 21, arrêt: Fonderie


111

A

b

Sélection A

Laurent Ney SHAPING FORCES

Auteurs: S. Adriaenssens, S. Devoldere, L. Ney, I. Strauven Éditeur: A+Editions/BozarBooks, 2010 192 p., ill.; 32 cm; Bruxelles

b

Centenaire administration des bÂtiments publics luxembourg

Sous la direction de: Jean Leyder Éditeur: Administration des bâtiments publics, Luxembourg 208 p., ill.; 29,5 cm; Luxembourg, 2010

c c

Hermann & Valentiny and Partners LUXEMBOURG EXPO PAVILION SHANGHAI

Éditeur: Ingeborg Flagge allemand/anglais, 144 p., ill.; 20 cm Berlin: Jovis, 2010


112

www.archiduc.lu

Groupes de travail Issus de la volonté de la Fondation d’ancrer son travail dans la société civile, ses groupes de travail associent des bénévoles d’horizons divers - architectes, ingénieurs, géographes, historiens, promoteurs et amateurs de l’architecture - autour du leitmotiv de la programmation 2010-2012 «Visions pour notre territoire». Sur base de leurs réflexions et discussions, ils proposent et organisent des contributions au programme de la Fondation. ESpaCE PUBLIC Intensifier le débat autour de l’environnement non bâti par des actions originales et proches du public (cf. Walk & Talk)

Identité des villes et villages Analyser et agir sur le thème des visions du développement du territoire pour les 30 années à venir

Patrimoine Établir un dialogue entre les acteurs, promouvoir des manifestations de sensibilisation au patrimoine auprès du public

Si vous souhaitez rejoindre un des cinq groupes de travail, n’hésitez pas à vous adresser à la Fondation T 42 75 55 ou office@fondarch.lu

Jeune public Développer, encourager par une démarche pédagogique la curiosité envers l’architecture et l’urbanisme auprès des jeunes

Habitat Découvrir d’autres formes d’habitat sous l’angle des relations de voisinage, de la densité, du partage de l'espace, etc.

5

ESpaCE PUBLIC 6 mars – Luxembourg Walk & talk Malgré le froid vif, de nombreux courageux ont déambulé dans les rues de Luxembourg, suivant le «backfiets», vélo mascotte du groupe Espace Public depuis la place Guillaume II jusqu’au quartier de la Gare. Sur un parcours jalonné de sculptures, statues et autres monuments, le thème de l’intégration des œuvres d’art au paysage urbain a alimenté un débat enrichissant et constructif. Une approche des aspects artistiques, mais aussi historiques et urbanistiques a permis aux participants de décrypter les enjeux de l’art dans l’espace public. www.espace-public.lu

5

Habitat 2 avril – Esch Excursion L’HABITAT REPENSE La visite commentée des nouveaux quartiers Nonnewisen et Belval à Esch-sur-Alzette a mobilisé de nombreux participants. Appartements, maisons en rangées, individuelles, le groupe Habitat a transmis, au cœur du sujet, les clés d’une nouvelle définition des modes d’habitat. Le débat était axé sur des thèmes et enjeux essentiels: partage de l’espace public, aspect social, écologique, place de la voiture, densité. Ces concepts urbains concrétisés à l’étranger et adaptés aux spécificités locales ont été détaillés dans la brochure éditée à cette occasion.


113

qui sommes-nous? Partenaire principal

Avec le soutien de: Ministère de la culture Ordre des Architectes et des Ingénieurs Conseils

Andrés Lejona

Cercle des partenaires:

SOUTENEZ-NOUS! La Fondation est financée à 75% par des moyens privés. En devenant ami ou donateur de la Fondation, vous ne marquez pas seulement un gage de soutien moral à sa cause d’utilité publique, mais vous investissez dans la mise en œuvre de sa programmation au profit de notre environnement bâti. w

Pour votre adhésion ou donation en ligne : www.fondarch.lu rubrique : «Fondation» «Structure»

Toujours à l’écoute de vos questions et suggestions: Andrea Rumpf, directrice Thomas Miller, assistant de programmation Iyoshi Kreutz, assistante administrative 1, rue de l’Aciérie - L-1112 Luxembourg Tél.: 42 75 55 / Email: office@fondarch.lu

Pour suivre les actualités de la Fondation, inscrivez-vous à sa newsletter sur www.fondarch.lu

Faisant rebattre le cœur de l’ancien site sidérurgique de Hollerich depuis son OPA amicale sur le grand bâtiment phare de ce quartier en 2006, la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, avec son équipe professionnelle de quatre employés épaulée par une quarantaine de bénévoles engagés de façon permanente aux différents niveaux de sa structure, est l’acteur le plus important dans le domaine de la Baukultur au Luxembourg. Depuis sa création en 1992, l’organisation non gouvernementale à but non lucratif a su introduire la qualité de l’environnement bâti comme valeur essentielle de la société contemporaine. La collégialité et la multidisciplinarité de ses organes et de ses groupes de travail font l’originalité de cette institution culturelle. Elles permettent de suivre et de débattre des actualités et des questionnements de la création architecturale au Luxembourg ou dans le monde en prenant en compte des perspectives variées et inédites. Plateforme d’échange et de rencontre pour citoyens, décideurs et professionnels, la Fondation organise un large programme culturel répondant à la diversité de ses publics et accessible à tous. Sa notoriété, son ouverture vers d’autres acteurs de la culture et de la société et son expertise font de la Fondation un partenaire fortement sollicité pour des collaborations nationales et internationales.


114

Appel à participation pour le prochain magazine Architectes, ingénieurs, urbanistes, votre actualité nous intéresse! Faites-nous parvenir vos derniers projets, participations à des concours, les changements dans votre bureau, vos publications… Nous avons besoin d’un texte explicatif et de visuels (photo, perspectives, simulations 3D, croquis…) en 300 dpi, 10x15 cm minimum.

NTS E M ne NE ussi u

N iduc, c’est a itre ABO à Arch exister un t onner S’ab

e faire esse. de pr

d façon

Luxembourg 1 an = 2 numéros 15€ (frais d’envoi inclus) 2 années = 4 numéros 25€ (frais d’envoi inclus) Europe 1 an = 2 numéros 20€ (frais d’envoi inclus) 2 années = 4 numéros 35€ (frais d’envoi inclus)

Contact: Céline Coubray Maison Moderne BP 728, L-2017 Luxembourg celine.coubray@maisonmoderne.lu Date limite: 1er juillet

Pour passer vos commandes, rendez-vous sur www.maisonmoderne.lu/eshop.

www.archiduc.lu Le site Internet d’Archiduc, c’est: des news régulières sur l’actualité de l’architecture au Grand-Duché, un calendrier des événements, conférences, rencontres à ne pas rater, le magazine à feuilleter on-line, des portfolios d’architectes. Pour avoir son portfolio sur www.archiduc.lu, il suffit d’envoyer à la rédaction 10 à 30 images par bureau (plusieurs images par projet sont possibles) avec légendes et crédits photo.

OURS Impression: Imprimerie Centrale Distribution: Valora Services Luxembourg

magazine d’arcHitecture luxembourg Numéro 2 ‒ Printemps /Été 2011

Édité en collaboration avec la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie

Habiter autrement – les extensions de maison – les espaces de convivialité – m3 arcHitectes

Printemps / Été 2011

Magazine d’architecture Luxembourg Numéro 2 - Printemps/Été 2011

Publication du prochain numéro: 30 septembre 2011 Numéro ISSN: 2219-4231 Ce magazine a été édité le 6 mai 2011 à 5 000 exemplaires. Directeur de la publication: Mike Koedinger

035 – Grand sujet: Habiter autrement 052 – Dossier habitat: les extensions de maison | 076 – Dossier entreprises: les espaces de convivialité 091 – Portrait: m3 arcHitectes

2

www.archiduc.lu Luxembourg 7,50€

5 453000 010008 00_COVER.indd 1

01 02 27.04.2011 19:35:01 Uhr

Comité de rédaction: Mike Koedinger, Céline Coubray, Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie. Rédactrice en chef: Céline Coubray (celine.coubray@maisonmoderne.lu)

Please Recycle

Vous avez fini de lire ce magazine ? Archivez-le, transmettez-le ou bien faites-le recycler ! Finished reading this publication? Archive it, pass it on or recycle it.

Conformément à l’article 66 de la loi de 08.06. 2004 sur la liberté d’expression dans les médias: La société éditrice de Archiduc est détenue indirectement, par une participation excédant 25%, par Mike Koedinger, éditeur indépendant domicilié au Luxembourg. La gestion quotidienne est confiée à Mike Koedinger.

Directeur artistique: Maxime Pintadu Ont collaboré à ce numéro: France Clarinval, Déborah Lambolez Photographes: David Laurent/Wide, Luc Deflorenne, Olivier Minaire Correction: Cynthia Schreiber, Cathy Weber, Sarah Lambolez

ÉDITEUR Tél. +352 26 88 18-1 Bureaux: 10, rue des Gaulois, Luxembourg-Bonnevoie Courrier: BP 728, L-2017 Luxembourg E-mail: publishing@maisonmoderne.lu Web: www.maisonmoderne.lu

DESIGN Tél. +352 27 62 12 62 E-mail: design@maisonmoderne.lu Web: www.maisonmoderne.lu Mise en page: Vera Capinha Heliodoro, Hélène Dupont, Tae Eun Kim, Nathalie Petit, Stéphanie Poras, Francis Ramel, Claire Ramos, Mireille Scheid

régie publicitaire Tél. +352 27 17 27 27 -1 E-mail: mediasales@maisonmoderne.lu Web: www.maisonmoderne.lu Directeur associé: Aurélio Angius Directeur commercial associé: Francis Gasparotto


Le jardin, le prolongement naturel de la maison Pensez vert Pensez vereal

Fagus sylvatica

Fagus sylvatica

vereal est spécialisé dans le design & build des jardins. Nos architectes paysagistes imaginent l’aménagement de votre jardin suivant vos envies, et nos jardiniers le réalisent. Nous construisons également les murets, les allées, les terrasses, les abris et les bassins. Et vereal s ’occupe de vos travaux d’entretien, pour vous laisser profiter pleinement de votre jardin!

T (+352) 26 12 99 -

www.vereal.lu

architectes paysagistes - techniciens - menuisiers - maçons - jardiniers qualifiés Génie civil en collaboration avec C. Karp-Kneip

Fagus sylvatica


Espace de sérénité L’essentiel est source d’apaisement – Les systèmes d’aménagement USM s’harmonisent aux aspirations d’aujourd’hui.

Demandez-nous une documentation détaillée ou visitez nos distributeurs.

Distribution Luxembourg: BUROtrend S.A., 5, rue de l’Eglise B.P. 1067, L-1010 Luxembourg Showroom USM: 103, Grand-Rue, L-1661 Luxembourg Tél. +352 48 25 68 1, Fax +352 48 29 66, info@burotrend.lu, www.buro.lu Headquarter: USM U. Schärer Söhne AG, Münsingen Suisse www.usm.com


Archiduc - Numero 2