Page 42

42 actualité

«La société a été profitable depuis sa création» Amal Choury (e-Kenz)

Amal Choury

Au nom de tous les siens La fondatrice de la société de services informatiques e-Kenz a été désignée comme femme entrepreneur de l’année. Mais la lauréate du Woman Business Manager of the Year Award 2010 insiste sur le rôle de l’ensemble de ses collègues  dans la réussite de son projet initié en 2008. Jean-Michel Gaudron (texte), Andrés Léjona (photo)

And the winner is… Amal Choury, désignée comme lauréate de la cinquième édition du Woman Business Manager of the Year Award, initié par Dexia BIL. Un succès de plus pour cette Française d’origine marocaine âgée de 44 ans qui, depuis 2008, connaît la réussite dans la création et le développement de sa propre entreprise de services informatiques: e-Kenz. L’opération s’était faite sur des bases très solides, puisque cette société n’est rien qu’une spin-off du service informatique du groupe Eurobéton où Mme Choury occupait, depuis cinq ans, les fonctions de chief information officer. La scission a été réalisée avec le soutien de Delaware Consulting, groupe international basé en Belgique, associé à hauteur de 30%. Mme Choury détient pour sa part 40%, le solde étant entre les mains de LBO Investments, l’actionnaire de référence d’Eurobéton. e-Kenz – dont le nom est directement inspiré du mot arabe kenza qui veut dire trésor – s’adresse aux petites et moyennes entreprises qui n’ont pas nécessairement les moyens (financiers, technologiques et/ou humains) d’implémenter une solution de type ERP (Enterprise Resource Planning). Sous le mode du SaaS (Software as a Service), e-Kenz met ainsi à disposition de ses clients une plate-forme SAP et assure la gestion de l’entièreté de la chaîne d’implémentation, y

compris l’hébergement en datacenter auprès de LuxConnect. Si, naturellement, Eurobéton a été le premier «gros» client d’e-Kenz, rapidement suivi par la start-up Epuramat (dont le groupe Eurobéton est actionnaire…), les premiers pas n’ont pas été des plus simples. «Je me rappelle d’une discussion que j’ai eue à ce moment-là avec ma mère, qui habite toujours au Maroc, raconte Amal Choury. Elle voulait m’aider et m’acheter les produits que je vendais. Quand je lui ai dit que ce que je lui enverrais alors, ce serait un gros carton vide, elle m’a répondu qu’il était normal que mes affaires ne marchent pas si je ne vendais que des cartons vides à mes clients…» Le capital humain avant tout

Les cartons ont heureusement fini par se remplir, avec des contrats signés auprès de Saint-Gobain Distribution (pour une implémentation auprès de différentes filiales du groupe en Lorraine, Alsace et Franche-Comté), EPC, une start-up luxembourgeoise (voir en pages 84-85), LuxConnect ou encore Accumalux. La société a ensuite pris son indépendance géographique en déménageant dans de nouveaux locaux de la zone d’activités Weiergewan à Contern. En 2010, le chiffre d’affaires réalisé a atteint le million d’euros. «Nous disposons aujourd’hui d’un capital de 320.000 euros et la société a été profitable depuis sa

création», note Mme Choury, qui s’amuse de constater que ses effectifs ont triplé en l’espace de deux ans, passant de trois personnes, à sa création, à neuf personnes aujourd’hui, avec une quasi-parité (quatre femmes et cinq hommes). Du reste, ce capital humain a, aux yeux de la fondatrice d’e-Kenz, une valeur inestimable. C’est même, selon elle, le premier facteur de succès de l’entreprise, plus encore que les technologies utilisées. «Avec la technologie, on peut faire ce qu’on veut, explique-t-elle. Mais encore faut-il avoir une équipe motivée et passionnée, qui veut aller de l’avant et faire réussir les différents projets, avec le souci de rendre une solution accessible pour les sociétés. Nous avons augmenté nos effectifs à neuf personnes, mais ce n’est pas terminé. Avec tous les projets que nous avons, nous pouvons aller à plus de 20. Le défi sera de trouver les bonnes personnes, pouvant s’intégrer dans l’équipe, avec cette même vision et même philosophie.» Pas étonnant, donc, que la moitié de la récompense de 10.000 euros reçue par Amal Choury, dans le cadre de cet award, soit directement réinvestie dans l’aménagement d’une salle de détente et de repos, «afin de favoriser l’interaction et veiller au bienêtre de mes employés». L’autre moitié, elle, sera reversée au Rotary Club Luxembourg Schuman dont Mme Choury est membre. «Je peux ainsi contribuer à avancer un tout petit peu plus vite dans la concrétisation des projets que l’on veut mettre en place.»

paperjam  | Février 2011 | économie & finance

04_42_woman_eKenz.indd 42

24.01.2011 12:12:30 Uhr

paperJam Economie et finances - février 2011  

paperJam Economie et finances - février 2011

paperJam Economie et finances - février 2011  

paperJam Economie et finances - février 2011

Advertisement