Page 38

38 actualité

Suite de la page

Trois questions à Jean-Paul Letombe

33

«Un nouveau type de fonds» Interview par Nicolas Raulot, publiée le 20.12.2010

Architecture Visuel: JSWD Architekten

Jean Monnet 2: le verdict est tombé

Photo: Etienne Delorme

Publié le 17.12.2010

Jean-Paul Letombe (Otimo)

Otimo Business Solutions a développé Imtiaz, un fonds dédié aux projets d’utilité publique ou aux projets industriels et découplé de tout risque de crise financière. Monsieur Letombe, votre société Otimo fait la promotion des fonds labellisés Imtiaz que vous présentez comme une nouvelle façon d’investir. De quoi s’agit-il? «Il s’agit d’un nouveau type de fonds que nous avons créé. La crise de 2008 nous a montré que nous avions accordé trop d’importance à la distribution et à la structuration des investissements, pas assez à leur richesse économique et à leur finalité. Les particuliers comme les entreprises et les investisseurs institutionnels (fonds de pension…) cherchent désormais des placements plus sûrs, découplés de tout risque de crise financière et offrant des flux de trésorerie stables. Imtiaz signifie qualité, excellence en arabe. Prononcé un peu différemment, il signifie aussi exploitation d’une concession. Imtiaz est d’ailleurs un produit conforme à la charia. En quoi les fonds Imtiaz sont-ils innovants? «Il n’existait pas de fonds dans le monde qui permettent de lever des capitaux sur le marché et de les investir directement dans un projet de services collectifs ou un projet industriel, comme une usine de production d’énergie. Quand vous investissez dans un fonds actions, vous devez faire confiance au gestionnaire qui gère le portefeuille, lire les rapports financiers, c’est compliqué. Avec Imtiaz, il s’agit d’économie réelle, de projets qui créent de la richesse économique et de programmes bien identifiés. Quelle forme peut prendre un tel fonds? «Imtiaz se décline sous deux formes, Imtiaz Utility et Imtiaz Corporate. Imtiaz Utility s’adresse surtout aux gouvernements. Il s’agit de développer des capacités d’énergie, d’eau… des capacités dans le domaine de la santé, voire dans l’agroalimentaire, des projets utiles à un pays en somme. Par exemple, au Luxembourg, 500 millions d’euros doivent être investis dans le traitement des eaux usées dans les quatre ans qui viennent, pour se mettre en conformité avec les règles de l’Union européenne. Notre approche permettrait à l’Etat de placer la part qu’il souhaite dans une structure Imtiaz pour mener à bien un projet et de lever le reste auprès de la population en offrant par exemple un avantage fiscal. Imtiaz Corporate permet à une entreprise d’acheter des actifs ou d’en développer sans augmenter son capital (et diluer ses actionnaires) ni sa dette.»

Les résultats du concours international d’architecture «Jean Monnet 2», futur bâtiment de la Commission européenne à Luxembourg, ont été présentés ce jeudi. Ce nouvel édifice a été rendu nécessaire par l’élargissement de l’Union européenne à de nouveaux Etats membres et par la «rationalisation» de l’ensemble des services de la Commission européenne à Luxembourg. C’est JSWD Architekten, société allemande établie à Cologne, qui a été récom­ pensée pour un projet présenté avec Atelier d’architecture Chaix & Morel et associés (Paris) / Architecture & Aménagement Bertrand Schmit (Luxembourg) / IDK Kleinjohann / Professor Pfeifer und Partner / ZWP Ingenieur / Tribu. Placé à proximité d’autres institutions européennes au Kirch­ berg (Cour de justice, BEI, Parlement européen), l’édifice doit être réalisé en deux phases. La première, dont l’achèvement est prévu en 2016, porte sur une superficie de 76.000 m2 et concerne 1.900 postes de travail. Elle a vocation à succéder au bâtiment Jean Monnet actuel et accueillera les fonctions espaces bureaux, bibliothèque, restauration, centre de conférences, etc. La seconde de 44.000 m2 et pour 1.000 pos­ tes de travail n’est pas prévue avant 2019. Elle remplacera les immeubles que la Commission occupe en tant que locataire sur le site de Gasperich.

Automobile

Nouvelles marques pour Garage Intini Publié le 17.12.2010

Le concessionnaire automobile Garage Intini va cesser la distribution des marques Alfa Romeo et Lancia. «Dans un marché où les désirs et les exigences de plus en plus précises se multi­

plient, ces deux marques s’avè­ rent être de moins en moins en mesure d’offrir cette grande variété attendue», justifie la société établie à Bertrange, qui conserve tout de même son statut de concessionnaire après-vente officiel et assure donc toujours les entretiens, les garanties et les réparations des voitures. Le Garage Intini demeure également le concessionnaire officiel Maserati pour le Luxembourg. A la place des deux marques italiennes, le garage va désormais représen­ ter Citroën, d’une part, dont la gamme est riche d’une vingtaine de modèles, et Seat d’autre part avec une dizaine de modèles.

Fonspa

Jean-Paul Zens se retire Publié le 17.12.2010

Après 20 ans passés à diriger la mise en œuvre de la politique gouvernementale de soutien à la production audiovisuelle, en tant que président du conseil d’administration du Fonds national de soutien à la production audiovisuelle (Fonspa) et en tant que président de la commission «Certificats d’investissement audiovisuel», Jean-Paul Zens a demandé à être déchargé de cette fonction afin de pouvoir se concentrer entièrement sur ses autres missions au sein du Service des médias et des communications. Le gouver­nement a nommé Bob Krieps, directeur au ministère de la Culture, comme successeur de M. Zens à la présidence du conseil d’administration du Fonspa à partir de janvier 2011. Le Service des médias et des communications sera, par ailleurs, représenté au conseil d’administration par

Michèle Bram, conseillère de direction 1re classe.

International

Pragma Consult et H2A honorés Publié le 21.12.2010

François Biltgen a publié luimême un communiqué cette semaine pour saluer la bonne nouvelle, félicitant «la société luxembourgeoise Pragma Consult qui, en collaboration avec l’agence de communi­ cation luxembourgeoise H2A, a gagné le concours mondial de développement d’applica­ tions (catégorie Mates & Dates) organisé par Samsung à l’occa­ sion de la sortie de l’OS (système d’exploitation, ndlr.) mobile Samsung dénommé Bada». L’application développée s’appelle Doogies (des créatures imaginaires). Il s’agit d’un «jeu social» basé sur la géolocalisation qui présente un intérêt commercial. Le concours, lancé en juin 2010, a réuni 2.077 équipes de 54 pays différents, avec des prix distribués dans huit catégories différentes, pour un total de 3 millions de dollars de gains. Pragma Consult et H2A ont reçu pour leur part la somme de 100.000 dollars. Mais pour la SSII, le réel intérêt du prix est ailleurs: «Cette distinction internationale, dont nous n’avions pas forcé­ ment besoin, est la bienvenue à un moment où les grands groupes luxembourgeois avec lesquels nous travail­lons ont besoin de vérifier leur niveau d’expertise et la qualité de nos services», explique Arnaud Cossa, directeur associé de Pragma Consult.

Suite en page

44

paperjam  | Février 2011 | économie & finance

04_32-46_SurLeFil_2.indd 38

24.01.2011 12:08:25 Uhr

paperJam Economie et finances - février 2011  

paperJam Economie et finances - février 2011

paperJam Economie et finances - février 2011  

paperJam Economie et finances - février 2011

Advertisement