Page 36

36 actualité

Photo: David Laurent/Wide (archives)

L’économiste français Lionel Fontagné participera à un échange de vues macroéconomique sur la situation compétitive du Luxembourg.

Journées de l’Économie

La compétitivité à la loupe La 6e édition des Economydays, les 15 et 16 février, tentera de faire un point le plus exhaustif possible sur la position  compétitive du Luxembourg au cœur de la Grande Région et d’apporter de bonnes réponses aux bonnes questions… Jean-Michel Gaudron

Pour la sixième année consécutive, l’Observatoire de la Compétitivité du ministère de l’Economie et du Commerce extérieur, la Chambre de Commerce et la Fedil organisent, avec le support de PwC, les Journées de l’Economie: un rendez-vous de deux demijournées, riches en débats et en conférences, «une plateforme de réflexion qui doit déclencher des idées», résume Luc Henzig, associé PwC. Pour cette édition 2011, qui se tiendra les 15 et 16 février à la Chambre de Commerce, le thème retenu est «Le Luxembourg dans la Grande Région: compétitivité et croissance économique». Il s’inscrit dans la continuité des années précédentes, notamment depuis 2009 où le périmètre de réflexion s’étend à la Grande Région, mais il s’agira, cette fois, de dresser une analyse de la situation de compétitivité du Luxembourg sur les cinq dernières années et les enseignements que l’on peut en tirer. Un regard macroéconomique sera notamment apporté, dans le cadre d’une table ronde qui réunira Serge Allegrezza (directeur du Statec et de l’Observatoire de la Compétitivité), Yves Mersch (directeur de la Banque Centrale du Luxembourg) et l’économiste français Lionel Fontagné, dont le rapport publié sur la question en 2005 et l’essai présenté cinq ans plus tard ont fait couler beaucoup d’encre. Une vision plus microéconomique sera ensuite proposée avec un débat animé par ce même

Serge Allegrezza et qui mettra en perspective des expériences de terrain vécues par des chefs d’entreprise: Romain Bausch (SES), Robert Dennewald (Eurobéton), Marco Houwen (Luxcloud), Marc Solvi (Paul Wurth) et Carlo Thill (BGL BNP Paribas). «Si on regarde les quelque 80 indicateurs de la compétitivité mis en place dans le pays à la suite du premier rapport Fontagné, on constate que beaucoup sont en rouge (situation qui s’aggrave, ndlr.) ou en orange (situation stable, ndlr.). Et même parmi ceux qui sont en vert, certains se dégradent, note Luc Henzig. Le PIB du pays évolue positivement, mais cela cache une évolution négative d’un certain nombre de petits indicateurs ‘cachés’. Il faut donc se poser les bonnes questions afin d’identifier les tendances récurrentes.» La forte chute de l’indice de production industrielle au Luxembourg, récemment publié par Eurostat, est un exemple parmi d’autres. Dès lors, l’intervention du ministre de l’Economie et du Commerce extérieur, Jeannot Krecké, le mercredi, en clôture de ces Journées de l’Economie, ne manquera sans doute pas d’intérêt. Des synergies à identifier

La veille, c’est la compétitivité des PME dans la Grande Région qui sera au cœur des débats, avec, là aussi, des témoignages et des échanges de vues entre dirigeants d’entreprise venus de France et de Belgique. «Nous plaçons vraiment cette manifesta-

tion dans une optique ‘entrepreneurs pour entrepreneurs’ et nous souhaitons véhiculer un message positif, précise M. Henzig. Nous savons qu’il y a des problèmes, notamment sur le plan administratif, mais cela ne doit pas empêcher quiconque, qui le souhaite, de lancer son propre business.» La première demi-journée de ces «Economydays 2011» sera aussi l’occasion pour PwC de lever un coin du voile sur les résultats d’une étude menée auprès d’une centaine de sociétés réparties sur les territoires autour du Luxembourg, et dont les résultats plus complets seront dévoilés au printemps prochain. «On y observe notamment la mise en place de stratégies plus ou moins définies, passant par l’innovation et la diversification géographique des activités, note l’associé de la firme. Mais on y trouve aussi un constat de difficultés opérationnelles liées, notamment, aux lourdeurs administratives qui ne s’arrangent pas dès que l’on passe les frontières.» Un autre constat, et non des moindres, réside dans la perception d’une absence de réelle coordination entre les différentes initiatives économiques au sein de cet espace «grand régional». «Il y a des opportunités qui existent, mais on n’a pas encore bien identifié les synergies et complémentarités qu’il est possible de développer. Il y a une vraie réflexion de fond à mener pour se positionner en tant que région, afin de convaincre les investisseurs de venir dans cette région», estime M. Henzig.

paperjam  | Février 2011 | économie & finance

04_36_journéeEco.indd 36

21.01.2011 17:30:02 Uhr

paperJam Economie et finances - février 2011  

paperJam Economie et finances - février 2011

paperJam Economie et finances - février 2011  

paperJam Economie et finances - février 2011

Advertisement