Issuu on Google+

La

Tribune

des Bords de Marne

Journal de l’Assemblée Citoyenne

de Nogent - Le Perreux - Bry Numéro spécial Jumelé avec

Le gouvernement poursuit au niveau national la politique d’austérité menée par la droite. Ce choix pèse sur les collectivités locales :  amputation de 4,5 milliards d’euros en 3 ans de la dotation globale de fonctionnement des collectivités locales ;  charges non entièrement compensées ;  réforme des rythmes scolaires non entièrement financée par l’Etat, donc source de coûts supplémentaires et menace pour la gratuité ;  perte de ressources liée notamment au remplacement en 2010 de la taxe professionnelle par la contribution économique territoriale et la contribution à la valeur ajoutée des entreprises.  Dégradation du taux de couverture des dépenses sociales déléguées aux départements : De ce fait, les conseils généraux ont moins de marge de manœuvre pour subventionner de nouveaux projets sociaux des communes. * Une politique de « rationalisation » des im-

plantations des services publics locaux au détriment de leur proximité : centres de sécurité sociale, trésoreries, antennes Pôle-emploi, hôpitaux… * menace de nouvelles coupes budgétaires et de suppressions de postes avec le futur monstre administratif dénommé « métropole du Grand Paris ». Plus grave, la droite ne cache pas son intention de supprimer carrément si elle revient au pouvoir les départements 92, 93 et 94, à moins que le PS, dont plusieurs députés le souhaitent aussi, ne l’ait fait d’ici là. suite page 4

Ce numéro de la Tribune est spécialement consacré aux propositions de notre Assemblée Citoyenne pour les élections municipales de mars 2014. Il traite plus particulièrement de la fiscalité et des services publics, tandis qu’un numéro à venir abordera l’urbanisme, le logement la culture et l’écologie. A l’époque de la « marchandisation » à outrance prônée par les financiers ultralibéraux qui exercent leur dictature de fait sur l’Europe, dans une période où certains n’hésiteraient pas, s’ils le pouvaient, à nous vendre l’air que nous respirons, parler de « services publics » est presque devenu un gros mot. Les économistes « sérieux » qui nous gavent de leur arrogance à longueur de journée n’ont à la bouche que la réduction des dépenses publiques et ferment les yeux sur les dizaines de milliards qui échappent à l’Etat du fait de l’évasion fiscale de ceux qui possèdent le capital. Eh bien, nous, nous osons ! Non seulement les services publics ne sont pas « ringards » mais ils sont utiles, nécessaires et même facteurs de progrès pour notre pays. Nous proposons de réorienter les dépenses municipales pour satisfaire prioritairement les besoins essentiels des plus modestes et des couches moyennes. Nous allons même plus loin : la gratuité de certains services, que ce soit le transport urbain ou les premiers m3 d’eau, est un acte de justice et un puissant levier pour mieux préserver les ressources de la planète. Nous vous laissons découvrir nos propositions, qui se veulent un point d’appui dans la bataille contre la politique d’austérité hélas menée par le gouvernement et contre la politique sociale sélective menée par la droite dans nos villes. Nous serons heureux de recevoir toutes remarques susceptibles de les améliorer.

Un grand homme nous quitte. Encore plus que le symbole de la lutte contre l’apartheid,

Nelson Mandela restera à jamais le symbole de la lutte pour l'émancipation humaine. Une de ces figures universelles qui marquent l'histoire. Nelson Mandela incarnait cette volonté indestructible de bâtir la communauté humaine au-delà des appartenances ethniques et religieuses. Madiba fut le premier président de sa nation élu au suffrage universel et non-racial. Sa soif de justice et son idée de l’humain en font une des figures essentielles du 20è siècle. Hier, la libération de Madiba et de tout le peuple sud-africain était une victoire pour l'ensemble du genre humain. Aujourd'hui, le deuil des Sud-Africains est celui de l'humanité toute entière.

Mandela ne meurt jamais.


A peine nommé Ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon a fait état d’orientations intéressantes :

-

-

Un ministre UMP avait brusquement ramené la semaine à 4 jours au lieu de 4 ½, soulevant un tollé général. Peillon a annoncé qu’il reviendrait à 4 jours ½ pour tenir compte des « rythmes scolaires » optimaux. Un coup d’accélérateur serait donné aux « activités culturelles ». Les programmes seraient ainsi revus. On (re) développerait l’école maternelle. On (re)créerait une formation spécifique pour les futurs enseignants. On accroîtrait de 60.000 l’effectif des enseignants et on relèverait leurs salaires.

Très bien, tout cela, mais ça choque Dominique Roblin (voir le « Val de Marne » de novembre), soucieux d’attaquer les socialistes par principe. Bonnes idées, donc, mais :

-

-

Un autre ministre UMP (ou le même ?) avait ramené les horaires hebdomadaires de 26 à 24 heures (sauf pour les enfants en difficulté qui restaient à 26). Peillon a négligé ces questions, ne prévoyant rien pour les enfants en difficulté, notamment pour les RASED. Qui doit avoir en charge « les activités culturelles », l’Education Nationale ou le périscolaire (donc les communes) ? Quand le Conseil National des Programmes accouchera-t-il de ces nouveaux programmes ? Ceux-ci déplaisent déjà naturellement au grand expert qu’est Monsieur Roblin car ils traduiront selon lui une idéologie (laxiste, naturellement !)

Au-delà de son blablabla, on peut déplorer une sous-estimation des « détails » qui exigent une concertation, ainsi qu’un manque de crédits dans le cadre de la politique d’austérité. Cela confirme bien que l’enseignement est une question politique… et que ce gouvernement doit changer de politique !

58, grande rue Charles de Gaulle 94360 BRY sur Marne

Décembre 2013

Ici, une tornade. Là, des inondations. Et des maladies dues aux particules, .... L’avenir n’est pas rose. Sommes-nous désarmés ? NON ! Chacun doit s’en occuper. Ne peut-on, ne doit-on pas réduire les consommations d’énergie émettrices de gaz à effet de serre, en particulier celles nécessitées par le chauffage des bâtiments ? ► Nous proposons dans cet esprit d’aider les propriétaires à améliorer l’isolation de leurs logements ► le fonctionnement de leurs équipements ► détermination des travaux à entreprendre ► montage du plan de financement. Cette aide serait mise en œuvre par un service municipal de conseil pour minorer les coûts de chauffage à service équivalent. S’agissant des transports, ne peut-on, ne doit-on pas réduire l’utilisation des voitures personnelles ? Développer les transports collectifs, cela semble bien engagé avec le futur réseau du Grand Paris. Mais, sans attendre la mise en service des nouveaux équipements collectifs (TVM, ligne rouge), il convient d’étudier dès à présent, en liaison avec la RATP, les services qui devront les rendre plus attractifs :  amélioration des circuits de bus dans Bry,  ajout d’un système de navette spécifique à la commune,  organisation des livraisons aux commerçants pour éviter les embouteillages, coordination entre TVM et RER..

Pour tout cela, il faut bien constater que l’action du conseil municipal est aujourd’hui NULLE ! Améliorer la situation de chacun, voilà l’objectif du Front de Gauche :

« l’Humain d'abord ! »


EN BREF * Le nombre de salles de cinéma est tombé de 1.221 en 2002 à 841 en 2012. Le nombre de spectateurs a suivi le même mouvement : 141 millions en 2002, 94 en 2012. Le budget 2014 apportera 48 millions d’euros aux arts de l’audiovisuel, soit 12,4% de moins qu’en 2013, après un recul de 22,6% par rapport à 2012. Voilà encore un méfait de l’austérité ! * De ce côté-ci des Pyrénées, l’optimisation fiscale se porte bien (pour ceux qui ont quelques sous à placer). Depuis le milieu des années 1990, l’imposition des banques a été multipliée par 1,5 tandis que leurs profits l’ont été par 10. L’autorité de contrôle , TRACFIN, voit sa productivité s’envoler : ses 90 fonctionnaires auraient théoriquement à traiter 26.000 dossiers ! Il ne faut pas s’étonner que 50% des dossiers ne fassent l’objet d’aucune analyse. Et il faudrait encore supprimer des postes de fonctionnaires ? Le nombre de chômeurs à Bry est passé de 498 en 1999 à 582 en 2009 (soit , en 2009, 7,5% de la population active). Le taux d’emploi des 50/64 ans est de 50,6%. Il sera de combien si l’âge de l’accès à la retraite passe de 60 à 62 ans ou plus ? * De 1995 (arrêt Bosones) à aujourd’hui, le montant total des transferts de footballeurs est passé de 400 millions à 3 milliards (dont 400 vont dans les poches des agents). Et on voudrait nous faire croire qu’il n’y a plus d’argent en France ?

En mai 2012, un logisticien de 30 ans, employé par Dassault Aviation au Bourget, circule à vélo avec un ami sur le boulevard Saint Germain à Paris. Une voiture les double, ralentit et les interpelle avec des cris de singe. Bagarre. Un passager de la voiture exhibe une cocarde tricolore puis va chercher dans le coffre une batte de base-ball. Il s’agit de Charles ASLANGUL, conseiller municipal de Bry, devenu président du groupe « Jeune Génération » (deux conseillers municipaux) après avoir été à la tête d’un mouvement baptisé « l’Ordre Républicain » et s’être illustré en 2011 contre un projet Quick. Le 23 avril 2013, il est condamné à quatre mois de prison avec sursis et 3.000 € de dommages et intérêts. Le programme municipal de ce zigoto se réduit à un slogan : « s’opposer aux bétonneurs ». Comment, en 2008, le Maire a-t-il pu le récupérer sur sa liste ? Un autre futur candidat, ancien conseiller municipal, en veut lui aussi aux « bétonneurs ». Animateur d’une association « Sauvons Bry », il ne sait que s’en prendre au Maire et plusieurs de ses adjoints à propos de relations inopportunes selon lui, qui avec un promoteur, qui avec un entrepreneur. Ce programme qui se résume à des attaques personnelles n’a rien de ragoûtant ! Quant au Maire, qui aurait pu mieux choisir ses colistiers, qu’il ne compte pas sur notre indulgence ! Pas terrible, la droite, à Bry ! Le 11 novembre dernier, devant le Monument aux Morts, le Maire a mentionné, parmi les personnalités présentes, le responsable de l’école privée Saint Thomas. Pour les responsables des écoles primaires et collèges publics, pas un mot. N’a-t-il pas été adopté en 1905 une loi de séparation de l’école laïque et des écoles religieuses ?

Quand le Conseil municipal de Bry va-t-il appliquer la loi ? Loi qui exige que soit affectée aux gens du voyage une aire viabilisée (de cinq places pour Bry) ? Pourquoi pas, par exemple, sur le terrain de la SFP lorsqu’il sera libéré ? Plutôt que de polémiquer sur la volonté présumée d’intégration de personnes qui, rappelons-le, ont en principe une liberté de circulation, ne devrait-on pas proposer des conditions décentes d’intégration ? Pourquoi les capitaux ont-ils la liberté de circuler et pas les humains ? Pourquoi l’Europe soi-disant des « droits de l’homme » tolère-t-elle le traitement inhumain réservé à ces personnes tant dans leur pays d’origine qu’en France ? Ne devrait-on pas suggérer qu’un Ministre soit au moins capable d’éviter de confondre « gens du voyage » (environ 200.000 personnes, dont 50% sont stabilisées) et « ROMS » (15 à 20.000) ?

La fusion des sections communistes de Bry, Nogent et Le Perreux,

La création de l’Association des Amis du Front de Gauche dans nos 3 villes, a une conséquence pratique : la publication en commun avec les autres forces du Front de Gauche de la Tribune des Bords de Marne. A partir de ce numéro, l’Eveil Bryard poursuit sa longue vie sur les pages 2 et 3 de la Tribune. Celles et ceux qui désirent bénéficier d’une édition numérique sont invité(e)s à se faire connaître. Ce peut être le cas notamment des personnes habitant des immeubles dont les boîtes aux lettres ne sont pas accessibles.

La proximité des élections municipales au mois de mars, puis européennes au mois de mai, redoublera l’intérêt d’un bulletin local.


Bientôt les Fêtes de fin d’Année et les cadeaux qui les accompagnent. Qu’offrir à nos enfants ? Nous vous suggérons des petits livres, joliment illustrés, pas chers et qui, en les distrayant leur offriront des perspectives de réflexion aux citoyens qu’ils vont devenir. Tous ces livres sont publiés par « Rue du Monde », vous les trouverez chez vos libraires. A trouver également sur un site de libraires indépendants: http://www.leslibraires.fr/

LA COUR COULEURS par Jean Marie Henry et Zau Préface d’ Albert Jacquart Une anthologie de poèmes. Contre le racisme. A partir de 8 ans - 64 pages - 17 €

Louise du temps des cerises de Didier Daeninckx et Mako - Roman Au printemps de l’an 1871, Louise, onze ans, vit les événements par l’entremise de son papa facteur. La voilà embarquée en montgolfière porteuse de lettres et d’affiches.. A partir de 9 ans - 44 pages – 14,50 €

Le premier livre de mes droits d’enfant d’Alain Serres et Pet Des données-clés et des formules imagées font vivre l’esprit de la Convention internationale des droits de l’enfant… des extraits de presse donnent envie d’en savoir plus Pour les 7- 10 ans - 96 pages -15 €

Et pour les adultes intéressés par l’ Histoire : La condition noire de Pap N’Diaye Essai sur une minorité française. Alors qu'il existe des dizaines d'ouvrages français sur les Noirs américains, il n'y avait pas encore de grand livre sur les Noirs de France. C'est désormais réparé par cette remarquable enquête d'un jeune historien, Calmann -Levy - 444 pages - 21,50 €

Entendu à la réunion de quartier « Plaisance Bois de Vincennes » à Nogent

Suite aux traditionnelles questions sur la présumée recrudescence des cambriolages et au moyen de s'en prémunir, un des participants pose la question suivante : "Comment reconnaître les éboueurs qui passent pour les étrennes ?" Fuse alors la réponse d'un nogentais : "A l'odeur !" Nos édiles ne relèvent pas, le maire en tête ... Qui ne dit mot consent.

Après "un aussi bon mot" Michel Audiard aurait pu dire : « Les « réacs », leur bêtise n’a pas de limite ! Ils osent tout ! C’est même à cela qu’on les reconnait ! » Nogent Le Perreux Bry

Retrouvez nous sur notre site internet

www.nogent-sur-marne.org Suite de la première page

Cette droite aux commandes dans nos villes se garde bien de le dire mais, après les élections, il y aura si rien ne change de nouvelles hausses des impôts locaux et de nouvelles restrictions budgétaires des communes. C’est bien pourquoi nous proposons de changer de cap, tant au niveau national qu’au niveau local, pour libérer la vie communale de la contrainte financière qui la plombe, et promouvoir d’autres choix pour nos cités.

Réagissez, et faites nous part de vos suggestions, par courriel

assemblee-citoyenne.nlpb@orange.fr Ou encore par courrier postal à notre adresse :

41 rue des Héros Nogentais 94130 Nogent sur Marne

Ne pas jeter sur la voie publique - MERCI

Sur une trentaine présents nous étions 3 à nous indigner !


Tbdm no9 Bry janvier fevrier 2014