Page 1

INTRODUCTION

La création et son secret - 61


Le Maassé Berechit – l’œuvre de la Création – est selon nos maîtres le passage le plus mystérieux et le plus codé de toute la Torah1. En effet, outre l'extrême complexité du récit lui-même, le texte en hébreu contient volontairement de nombreuses nuances, des irrégularités grammaticales, ou ce qui peut apparaître comme des "anomalies", qui invitent à rechercher le sens profond caché derrière la lettre. Aucune traduction n’est capable de reproduire la subtilité du texte divin, ce qui ferme donc inévitablement la porte à la compréhension véritable. À titre d’exemple, nous allons mettre en évidence certaines de ces "anomalies" dans le texte en hébreu sur la notion de Création. Au-delà du texte linéaire de la Torah nos maîtres nous dévoilent une dimension interne qui se révèle par le choix et l’utilisation de verbes ou de formes verbales. En particulier trois de ces verbes se répètent dans ce récit, faisant tous les trois allusion très superficiellement à la Création et indiquant en vérité des notions plus profondes et différentes. Ces verbes sont :

turck – Livro – Bara – Traduit par créer à la façon de D.ieu

Bria étant le nom, la forme pour désigner la chose créée par D.ieu – la création – la créature.

rmhk – Leyatser – Yatsar – Traduit par façonner, former à partir d’une matière première. Yetsira étant le nom, la forme pour désigner la chose formée – la formation – la créature façonnée.

,uagk – Laassot – Assa – Traduit par faire ou fabriquer.

Assia étant le nom, la forme pour désigner la chose fabriquée – la fabrication ou la création (dans le sens de la chose faite) – le fabriqué – la création. Selon la sagesse profonde des maîtres de la Torah, la Bria fait allusion à un type de création où la force créatrice se voile et ne permet 1 Ce chapitre est extrait du cours vidéo présenté sur le site Internet www.ravdynovisz.tv et intitulé : Création du Monde 3 – Premier jour – Berechit – 8 Septembre 2009.

62 - La création et son secret


pas à la créature créée par D.ieu de connaître sa source. Cette notion est souvent traduite par l'expression «création ex nihilo», création à partir de rien. Cependant, cette traduction latine déforme et falsifie l'idée véritable du texte divin, puisqu'il est absurde de parler d'une création à partir de rien dans la mesure où la source créatrice est D.ieu lui-même qui est le "tout" par excellence. On ne peut donc parler de création à partir de rien, mais plutôt d’une création à partir d'une source qui se voile volontairement, au point que la créature créée ne sait pas d'où elle vient, et peut croire qu'elle ne vient de rien, c'est-à-dire du hasard ou d'une quelconque opération chimique, sans sens profond et sans but véritable. Pour parler de ce phénomène unique où le Créateur fait le choix de ne pas se révéler pour ne pas s'imposer à sa créature et la priver ainsi de la liberté de Le retrouver par son propre choix, la Torah utilise la forme verbale dénommée "Bria". La forme verbale dénommée "Yetsira", fait allusion à la formation et à l'apparition des forces et des énergies nécessaires à la réalisation d'un monde fini. Cette réalisation, qui est la dernière étape du processus de Création est évoquée par la troisième forme verbale utilisée dans ce récit, et dénommée "Assia". Ces trois formes verbales font donc allusion aux trois grandes étapes de la Création : - Bria, le voilement de la source créatrice, - Yetsira, l'apparition des énergies créées, - Assia, la réalisation et l’achèvement. Nous verrons par la suite que ces trois formes verbales font aussi allusion à différents aspects de la Création qui incluent beaucoup plus que notre monde matériel, le seul que nos sens physiques soient capables de voir et d'appréhender. Nous voici donc outillés pour aborder ce récit, et essayer d’en soulever quelques voiles, nous permettant d’accéder à une compréhension plus profonde du message divin. La création et son secret - 63


–I– BRIA ET ASSIA

La création et son secret - 65


Voyons à présent les différents versets qui parlent de ces trois types de Création. Verset 1 : Au commencement D.ieu avait créé (Bara) le ciel ; le verbe utilisé c’est Livro nous parlons de la Bria. Or, Verset 7 il est dit : Vaya’as Elokim et harakya – D.ieu fit l’espace, qui est aussi le ciel selon la Torah. On parle à présent d’Assia. Il y a donc une anomalie dans le texte puisque pour désigner la même création, celle du ciel, la Torah utilise les formes Bria ou Assia ! La tentation serait de dire que la première étape de la Création s'appelle Bria et la dernière Assia, comme nous l'avons expliqué plus haut, et c'est la raison pour laquelle le premier verset qui ouvre le récit de la Création parle de Bria. Mais au verset 21 : Vayvra Elokim et ha taninim haguedolim – D.ieu créa les grandes créatures (Géantes) – on utilise à nouveau la Bria, et nous sommes déjà au cinquième jour, donc bien avancés dans la Création!!! De même au cinquième jour c'est la forme Bria qui est utilisée pour parler des créatures apparues à partir de l'eau comme nous venons de le voir au sujet des taninim haguedolim – les grandes créatures, et au sixième jour c'est l’Assia qui désigne les créatures formées à partir de la terre. Verset 1-24 :

;vbhnk ,.rt-u,hju anru vnvc ,vbhnk vhj apb .rtv tmu, ,ohvkt rnthu .if-hvhu Elokim dit: "Que la terre abonde d’êtres animés selon leurs espèces : bétail, reptiles, bêtes sauvages de chaque sorte." Et cela fut établi. La création et son secret - 67


Verset 1-25 : anr kf-,tu ,vbhnk vnvcv-,tu ,vbhnk .rtv ,hj-,t ohvkt aghu ..cuy-hf ,ohvkt trhu ;uvbhnk ,vnstv Elokim fit les bêtes sauvages selon leurs espèces, ainsi que les animaux et tout ce qui rampe sur le sol. Et Elokim considéra que c'était bien. En vérité nous devons comprendre qu'au-delà des explications rapportées plus haut sur le sens des trois verbes, la Torah veut nous révéler qu'il existe des créatures au niveau de la Bria, d'autres au niveau de la Yetsira et enfin les dernières au niveau de l’Assia. Y aurait-il donc différents mondes auxquels ferait allusion l'utilisation de ces trois formes verbales? Cette question se renforce avec l’apparition de l’homme au verset 262. Elokim dit : faisons l’homme – Naassé ost vagd ,ohvkt rnthu Dans le texte, il s'agit d'une création du type Assia. Mais au verset 27 toujours au sujet de la création de l'homme il est dit : Elokim créa – Vayivra

ostv-,t ohvkt trchu

La forme verbale étant Bria, l’homme est donc fait selon le principe de la Bria. S’il est clair ici qu’il s’agit de la création de l’homme le même jour, il y aurait pourtant une création au niveau de la Bria et une autre au niveau de l’Assia! Et enfin le même problème de lecture se retrouve jusqu'à la fin du récit de la Création. 2 Le chiffre 26 étant la valeur numérique du nom divin

68 - La création et son secret


Juste avant le Chabbat il est dit : Elokim vit tout ce qu’il avait fait.

vag rat-kf-,t ohvkt trhu

Toute la Création est désignée ici comme étant l'œuvre de l’Assia. De même dans le Chapitre 2, verset 2, nous sommes le jour du Chabbat il est dit que : D.ieu a terminé ce qu’Il avait fait par le biais de l’Assia.

vag rat u,ftkn-kfn hghcav ouhc ,cahu

Vaychbot bayom….acher assa – et il a cessé toute activité de type Assia. Et d’une manière surprenante : Verset 2-3 : ,uagk ohvkt trc -rat …ohvkt lrchu Vayevarekh Elokim…acher Bara – Elokim a béni tout ce qu’il avait créé selon le principe de la Bria! Et de plus, ce verset qui dit que le Chabbat est la cessation de la Bria et non de l’Assia est d'autant plus difficile à comprendre que, dans la même phrase, on nous dit que la Création s'appelle à la fois Bria et Assia : acher bara Elokim laasot.

La création et son secret - 69


Introduction et 1er chapitre  

Introduction et 1er chapitre

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you