Page 1

autour du monde

N°15 - 4,90 € Septembre-Octobre2010

s u o v z e t r o Transp

!   r u t u f e dans l


|édito| Ces grands hommes

qui nous inspirent Le 26 septembre dernier, nous avons eu droit à un grand privilège. Nous sommes montés à bord du PlanetSolar, le plus grand bateau au monde propulsé grâce à l’énergie solaire. Perchés sur les hauteurs de Monaco, nous avons vu surgir cet énorme catamaran couvert de panneaux photovoltaïques. Un immense scarabée bleu, luisant au soleil… Le soir, après une promenade en mer sur cet engin incroyable, Raphaël Domjan, l’ingénieur suisse à l’origine de ce bateau, a convié journalistes et partenaires pour leur faire ses adieux. Le lendemain, il partait pour un tour du monde accompagné de quatre marins et scientifiques. Raphaël a remué ciel et terre pour que ce bateau existe et pour convaincre sponsors, scientifiques et marins de supporter son projet. Désormais, il fait partie de ces aventuriers qui le faisaient rêver lorsqu’il était enfant : l’explorateur norvégien Thor Heyerdahl, qui a traversé le Pacifique sur le radeau Kon-Tiki en 1947 ; Alain Bompart qui a fait la traversée de l’Atlantique en 1954, sans vivre et sans eau ou encore Jacques Yves Cousteau, parmi les premiers explorateurs des fonds marins. Raphaël Domjan marche dans les traces de ces grands hommes qui ont bercé son enfance et nourrit son imaginaire.

Nous avons tous nos rêves et nos modèles. Et vous, qui est votre héro, votre héroïne ?

[informations]

Severn un film pour agir | Plastiki, un radeau culotté | Gypaète, un rapace remis à sa place | Insectes à croquer, le menu du futur | Un musée pour les jeunes | Nous sommes tous des Néandertal ! | PlanetSolar part enfin !

10

[décryptage] Marée noire La compagnie pétrolière BP a provoqué une terrible marée noire dans le golfe du Mexique. Il est désormais l’heure de faire le bilan.

[Défi] France-Japon en vélo solaire A 27 ans, Florian Bailly s’est lancé dans une aventure extraordinaire : relier la France au Japon en vélo solaire. Un périple de 13 000 km et 12 pays.

14

[globetrotters]

27

A la rencontre de la jeunesse tibétaine Guillemette est partie à 18 ans découvrir l’Inde et les jeunes exilés tibétains. Un témoignage riche et fort de ce voyage difficile mais passionnant.

Rendez-vous p. 8 pour découvrir le PlanetSolar.

[métier]

Ingénieur automobile Laurent travaille actuellement sur deux nouvelles voitures électriques Il transforme les rêves du constructeur en réalité.

Mathilde Bréchet, rédactrice en chef

ez is, retrouv Chaque mo et es n u je de le portrait es d n ei s u ns a leurs actio es èg ll o c , C ns, MJ associatio le ssi s rs... Mais au ou quartie , globedes Zellidja es r u t en v a seuls, au ui partent trot ters q nde ! bout du mo

4

44

42

[livres] Les animaux disparus | Zombillénium | Le Labo | Le Piou | 1,2,3 soleil et le nous Dvd C’est pas sorcier, spécial jungle. Et en bonus, deux pages de la BD ”Des Bêtes !“, en page 9 et 31. 2

2


The (

7) Files

[les dossiers de 7]

Les transports du futur L’histoire de l’humanité est liée au transport. L’homme, depuis, la nuit des temps, se déplace pour découvrir et conquérir des terres inconnues. Mais une chose a changé : nous réalisons que le pétrole et le charbon - qui nous permettent de nous déplacer - ont des réserves limitées et sont très polluants. En France le transport est le secteur qui génère le plus d’émissions de CO2 (28 %).

Voilà pourquoi l’homme se tourne progressivement vers les énergies renouvelables. Bateau solaire, avion à hydrogène, voiture électrique et fusée touristique seront-ils les transports du futur ?

15

,

[bouge-toi !]

,

| D N U O R 38 |UPG neration ge

Sourie , z, cest l année des jeunes!

L’Année Internationale de la Jeunesse a débuté en août 2010 et se déroulera jusqu’en août 2011. De nombreuses manifestations vous donnent la possibilité de vous exprimer.

,

L’association Jeunesse Environnement repart en guerre ! Après un musée virtuel sur l’écologie, ils ont réalisé un court métrage engagé. Nous avons assisté au Making off...


Q

ue

Qui Que Quiz ?

st

io

La Terre se situe à 150 millions de km du Soleil, une distance idéale qui permet à l’eau d’exister à l’état liquide (et non sous forme de gaz ou de glace) et de créer la vie. Le Soleil est une énorme étoile, à l’intérieur de laquelle il fait 150 millions de degrés. Grâce à ses rayons, il nous éclaire et réchauffe l’atmosphère. Combien de temps un rayon lumineux met-il, environ, pour atteindre la Terre ?

A/ 51 secondes B/ 2 minutes et 18 secondes C/ 8 minutes et 34 secondes

La réponse, p. 46

San Francisco

8

New York Miami

Marseille

Dubaï

Abu Dhabi

Singapour

Le de tour d Plan u m etS ond olar e PlanetSolar accomplira un tour du monde le long de l’équateur, pour un ensoleillement maximal. PlanetSolar traversera l’océan Atlantique, le canal de Panama, l’océan Pacifique, l’océan Indien et enfin le canal de Suez pour rallier la Méditerranée (50 000 km). Les escales seront New-York, San Francisco, Singapour et Abu Dhabi.

No Cairns mo tre m nd e d agazi (et e Pl ne e Sep an le st p t a u a À s m etS sol trav oins olar, rtena tour aire ers d jeu Sep ire , sa des nes t au de u mo c   fus n ! ée livres, ) sur l tour d ette e de e ww ’ àe x w.s au…des fi impo u mo pédi st pa ep n r t c rt ta io d h tau op ), des es d’e nce d e aur n fan ena tou i éra aà t p r x e a rdu e o p s s tion ste ti é c é d mo s, re rs, d rience nergi œur d que. P e Pl nd nd es e s (c es re e se end ane e.f r ezo x vou posi mm nouv nsibi ant le tSol ar. s tr tion ent elab liser t o u ès bie s… Po const les. C les je r du ntô ur t ruire omm une t su s o r no ut sa son b ent ? tre voir atea site sur u Inte nos rne t !

n 

2


PlanetSolar

Nie

uw

Il part ! Enfin ! C’est une nouvelle que nous attendions depuis des mois ! Ca y est, PlanetSolar a pris la mer le 27 septembre depuis Monaco. Souvenezvous, il s’agit d’un immense catamaran entièrement recouvert de panneaux solaires. C’est même le plus grand jamais construit. A son bord Raphaël Domjan, un jeune ingénieur suisse et quatre marins ont prévu de faire le tour du monde. Nul doute que Jules Verne aurait suivi avidement leur défi, qui semble tout droit sorti d’un roman de sciences-fiction. C’est pourtant bien une réalité. PlanetSolar, un catamaran sans voile et de plus de 30 mètres, s'apprête à prouver que nous sommes capables, dès aujourd’hui, de parcourir les mers sans une goutte de pétrole. Propulsé uniquement grâce à l’énergie du soleil, cet enfin futuriste envisage de faire le tour du monde en 8 mois. Son objectif, dans chaque pays étape, est de sensibiliser le grand public à l’urgence de nous tourner vers les énergies renouvelables.

le e ir a l o de s u on a e m t a u b dd e L an gr

s u l p

•Longueur : 31 mètres •Largeur : 15 mètres •Hauteur : 7.5 mètres •Poids : 85 tonnes •Surface de modules solaires : 536,65 m2  •Vitesse moyenne : 7.5 nœuds (14 km/h) •Vitesse maximale : 14 nœuds (26 km/h) •Personnes pouvant monter à bord : 40 •Autonomie : 3 jours à 7.5 nœuds sans

lumière, infinie avec le soleil •Pollution: aucune

s

s]

tion

rma [info

L'éq u

9

ipag

e

Une femme et cinq hommes seront à bord du PlanetSolar. L’ingénieur suisse Raphaël Domjan, l’initiateur du projet, a choisi pour capitaine Patrick Marchesseau, marin professionnel expérimenté, qui fut le capitaine du navire de croisière français Le Ponant, pris en otage par des pirates somaliens en 2008. Quant au reste de l’équipe solaire, on compte : •Mikaela von Koskull (Finlandaise) : Second •Jens Langwasser (Allemand) : Maître d’équipage •Christian Ochsenbein (Suisse) : Gestion de l’énergie •Daniel Stahl (Allemand) : Electricien


, 10

Marée noire

Mercredi 8 septembre 2010. La compagnie pétrolière BP (British Petroleum) a rendu public son rapport final sur la marée noire provoquée accidentellement dans le golfe du Mexique, le 20 avril dernier. Selon le groupe pétrolier anglais, la fuite est désormais totalement colmatée. L'heure est venue de dresser le bilan de cette catastrophe inédite. Revenons près de cinq mois plus tôt.

La plate-forme de forage «Deepwater Horizon» est située dans le golfe du Mexique, à 28°74’ Nord de latitude et 88°39’ Ouest de longitude. Elle se trouve à 66 kilomètres des côtes de la Louisiane, aux Etats-Unis, à un peu plus de 200 kilomètres à vol d’oiseau de la Nouvelle-Orléans. Cette plateforme est l’une des plus performantes au monde. Mobile et semi-submersible, elle permet de forer sur des fonds marins jusqu’à 2 400 mètres de profondeur, et est capable d’atteindre des poches de pétrole jusqu’à -9 000 mètres sous le niveau de la mer. Mardi 20 avril, les 126 ouvriers à bord ont travaillé toute la journée sur le puits de pétrole "Macondo", situé à 1.226 mètres de profondeur.

Cette source de pétrole avait été abandonnée en novembre 2009, après qu'une autre plate-forme a été endommagée par un ouragan. Depuis deux mois, les forages ont repris. L'objectif est d'atteindre 5.500 mètres sous le niveau de l'eau. L'équipe est en train d'achever les opérations d'exploration, lorsqu'une brutale explosion fait jaillir un véritable geyser de la mer. Un énorme jet d'eau de mer est projeté à plus de 70 mètres de haut, suivi par un mélange de boue, de gaz et d'eau de mer. Il est 21h45. En moins de cinq minutes, la plate-forme est la proie des flammes. Les hommes s'échappent aussi rapidement qu'ils le peuvent, à bord de bateaux de sauvetage en fibre de verre, équipés de moteurs. D'autres survivants sont évacués par hélicoptère vers une


,

AΠΠ autre plate-forme de forage avant que les secours soient appelés. Le lendemain matin, les bateaux des gardes-côtes américains et des pompiers arrivent sur les lieux. La vue fait réellement penser aux portes de l'enfer. Les flammes entourent ce géant de 97 mètres de haut et 112 mètres de long. La chaleur est si intense que la peinture des bateaux de secours fond littéralement sous les yeux des sauveteurs. Les 17 blessés sont évacués vers les hôpitaux à terre. Neuf ouvriers et deux ingénieurs ont disparu dans les flammes. "Deepwater Horizon" finit par sombrer après deux jours d'incendie.

ΟΚΡ

ΨΠΤ

,

Ο ΓΑ

ΦΙΣ

[décr y

ptage

]

BP tente de maîtriser la fuite tout en étouffant les fuites. Selon les témoignages de certains survivants, les ouvriers ont rapidement été mis à l'écart, pour éviter toute fuite dans la presse. Durant toute la journée, ils ont été interrogés par des enquêteurs de la compagnie, afin de déterminer les causes de la catastrophe. Les dirigeants de la compagnie sur place ont aussi mis plus de douze heures avant d'appeler les secours. Après l'explosion, le puits se met à libérer d'importantes quantités de pétrole brut, qui se répandent à la surface. Pour éliminer ce pétrole, l'Agence de Protection de l'Environnement américaine autorise la dispersion de 380 000 litres de produits dispersants. Selon les premières constatations des gardes-côtes, 1 300 mètres cubes (8 000 barils) s'échappent par jour de la fuite. Pour visualiser ce que ce volume représente, imaginez un cube de 11 mètres de haut, ou un

immeuble de quatre étages environ ! Quelques jours plus tard, la direction de BP annonce ses chiffres à elle et une fuite dix fois moins importante. Qui dit la vérité ? Cinq jours après la catastrophe, une nappe de pétrole s'étend sur 1.500 km² (une tache d'environ 30 kilomètres de diamètre). Elle se déplace dangereusement vers les côtes de la Louisiane, et surtout vers les réserves naturelles des îles Chandeleur. Le gouverneur fait placer 150 kilomètres de barrages flottants pour tenter de contenir la marée noire. BP, de son côté, tente de brûler le pétrole en surface. La nappe s'étale à présent sur 200 kilomètres de long et 100 de large. Mais le 30 avril, dix jours après l'explosion, les premières boulettes noires de pétrole atteignent les côtes.

11

Ι


s u o v z e t r o p Trans

!   r u t u f e l dans

L’histoire de l’humanité est liée au transport. L’homme, depuis, la nuit des temps, se déplace pour découvrir et conquérir des terres inconnues. Il suffit d’imaginer les barques fragiles des hommes préhistoriques, les traîneaux des premiers trappeurs, les terrifiants drakkars des Vikings, les caravelles de Christophe Colomb, les voitures à cheval, puis les locomotives fumantes pendant la conquête de l’Ouest américain, la traversée de la manche en avion par Louis Blériot ou encore le premier voyage sur la lune… C’est sans doute pour cela que les récits de Jules Verne ont passionné des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants. Parce que l’écrivain parle d’aventure et parce qu’il avait un don incroyable pour anticiper les inventions futures. N’a-t-il pas imaginé une fusée, dans son roman De la Terre à la lune, un sous-marin propulsé grâce à une pile à combustible, dans Vingt mille lieue sous les mers ou des métros pneumatiques suspendus dans les airs, dans Paris au 20e siècle ?

L’homme a toujours essayé de repousser les frontières, d’aller plus loin, plus haut, plus vite. Mais une chose a changé : nous réalisons que le pétrole et le charbon - qui nous permettent de nous déplacer - ont des réserves limitées et sont très polluants. En France le transport est le secteur qui génère le plus d’émissions de CO2 (28 %).

Jules Verne Jules Verne est peut-être l’auteur français le plus connu dans le monde. Ses œuvres ont été traduites dans des dizaines de langues différentes et ont fait l’objet d’adaptations innombrables en films, pièces de théâtre, comédies musicales, bandes dessinées et dessins animés. Au fil de ses romans, celui qu’on appelle le «grand-père de la science-fiction» a décrit de nombreux engins extraordinaires, totalement visionnaires pour certains d’entre eux.

Voilà pourquoi l’homme se tourne progressivement vers les énergies renouvelables. Bateau solaire, avion à hydrogène, voiture électrique et fusée touristique seront-ils les transports du futur ?


Jules Verne en son temps...

16

Publiés entre 1863 et 1905, les romans de Jules Verne sont les témoins de la révolution industrielle incroyable qui a lieu en même temps. L'invention de la machine à vapeur, en 1712, est à l'origine de ce bouleversement. James Watt, un ingénieur écossais, perfectionna cette machine et a permis à l'industrie de se développer. Jules Verne a décrit les machines nées grâce à ces techniques nouvelles : bateau à vapeur, chemin de fer, machines infernales… Dans "Le Tour du monde en 80 jours", publié en 1873, Jules Verne exploite tous les moyens de transport terrestres ou maritimes disponibles à son époque. Mais c'est surtout dans "Paris au XXème siècle", publié après sa mort, qu'il laisse libre cours à son imagination débridée et décrit des appareils comme les voitures, l'air conditionné, l'éclairage électrique, la télévision, le fax et même Internet !

Quelle sera la voiture du futur ? Les constructeurs automobiles mènent une véritable course contre la montre. Les Japonais croient dur comme fer aux voitures à hydrogène, dont le moteur fonctionne avec une pile à combustible : une pile qui fabrique de l’électricité à partir d’hydrogène et qui ne dégage que de la vapeur d’eau. La Honda FCX Clarity est l’un des prototypes commercialisés actuellement.

Les Européens, Américains et Chinois, planchent, eux, sur la voiture électrique. Outre les petites voitures de golf qui ont la puissance d’une mobylette, il existe déjà des modèles performants. La Reva, voiture indienne à deux places, roule à 80 km/h. La Leaf (de Nissan) est une voiture familiale en préparation, qui pourra atteindre les 140 km/h. Quant à la Tesla Roadster, sportive et chic, elle monte à 200 km/h. Seul problème : elle vaut 100 000 dollars !

Jeunes savants fous En attendant de trouver le modèle parfait, les constructeurs proposent des moteurs hybrides, mi-électriques, mi-essence ou diesel. Un groupe d’étudiants du lycée DeLaSalle, au  Kansas (Etats-Unis), vient de créer l’une des voitures électriques les plus  économiques en énergie au monde. Cette mini formule 1 consomme 0.8 litre pour 100 kilomètres. D’autres étudiants, hollandais cette fois, ont conçu la Nuna, qui a gagné à plusieurs reprises le «World Solar Challenge», une course de voitures solaires qui traverse l’Australie sur 3 000 kilomètres.

La Twike


Sur Terre Voiture de formule 1 électrique, métro volant aimanté, train sans conducteur… Les transports terrestres ont la tête dans les nuages…

Petit train électrique Les trains d’aujourd’hui atteignent des vitesses considérables : 575 km/h pour le TGV français, 400 km/h pour le ICE allemand et 360 km/h pour le Shinkansen japonais ! L’idée, bien entendu, est d’inventer un train encore plus rapide, encore plus silencieux et encore moins polluant. L’une des voies explorées est la «sustentation magnétique». Grâce à un système d’aimants qui se repoussent, le train flotte à quelques centimètres de ses rails et dépasse les 580 km/h ! Les Chinois sont les seuls à posséder un «Transrapid» (nom européen) ou Maglev (nom japonais). Il relie Shanghai à l’aéroport (30 km) en moins de 10 minutes. En France, il faudra encore attendre, car la SNCF a jugé «pour l’instant peu rentable» cette technologie incroyable. Autre piste, la compagnie Interstate Traveler, aux Etats-Unis, envisage de construire un train à sustentation magnétique propulsé à

l’hydrogène.

Pédalo assisté À l’heure où fleurissent dans les villes les pistes cyclables, un nouveau mode de transport a le vent en poupe : le vélo bien sûr, mais aussi son cousin électrique. Il s’agit tout simplement d’une bicyclette équipée d’une batterie qui se recharge dans les descentes et d’un moteur qui aide à pédaler dans les montées. Ensuite, recouvrez le tout d’une petite coque et vous obtiendrez un vélomobile, autre chouchou du moment. La Twike notamment est de plus en plus populaire et constitue une alternative intéressante dans un monde sans pétrole… Projet de métro américain

La Tesla

La Nuna

17


Quiz Le monde des transports regorge de records. Petit test qui vole, roule, navigue et n'amasse pas mousse !

1/ Quel est le nom de l'ancêtre du vélo, créé en 1918 par l'Allemand Karl Drais von Sauerbronn ? /La roulette /La pédaleuse /La draisienne 2/ Quel est le record du tour du monde à la voile ?

/48 jours 7 heures 44 minutes 52 secondes /50 jours 16 heures 20 minutes 4 secondes /58 jours 9 heures 32 minutes et 45 secondes

24 3/ La «jamais contente» a battu, en 1899,

le record de vitesse en voiture électrique. A quelle vitesse roulait-elle ?

/78 km/h /87 km/h /100 km/h

4/ En 2004, le premier avion – fusée, propulsé avec un statoréacteur atmosphérique (puisant l’oxygène dans l’atmosphère) a battu le record mondial de vitesse en atteignant :

/3 580 km/h /5 298 km/h /11 250 km/h

5/ En 1969, l'équipage d'Apollo 11, dont son capitaine Neil Amstrong, fut le premier à poser le pied sur la lune. Quelle distance les séparait de la Terre ?

/127 300 km /384 400 km /524 000 km

Réponses : 4/ Le X-43A Scramjet (USA) a atteint les 11 250 km/h, soit près de cinq fois la vitesse du Concorde. 5/ Apollo 11 et son équipage ont parcouru 384 400 kilomètres jusqu’à la lune.

1/ La draisienne, un vélo sans pédale et très difficile à manier. 2/ 48 jours 07 heures 44 minutes 52 secondes par Franck Cammas et son équipage de 10 personnes en 2010. 3/ La Jamais contente, en forme de torpille, a atteint les 100 km/h au grand bonheur de son pilote le belge Camille Jenatzy


e r t n o c n e r A la e s s e n u e j de la tibétaine

GL

OB

E T

TE ROT

R

Par Guillemette

Donnier-Valentin J’ai découvert la fondation Zellidja par l’intermédiaire du magazine Sept autour du monde et quand un jeune boursier est venu en parler dans mon lycée isérois, je me suis dit : C’est pour moi ! Quelques mois plus tard, j’étais en Inde pour étudier la jeunesse tibétaine vivant en exil dans ce grand pays. Je suis partie un peu plus de 5 semaines, ai parcouru près de 1 800 kilomètres en transports locaux, de Leh à Daramshala en passant par Keylong, Manali, Chauntra.

Peu avant mes 18 ans, je me suis lancée dans cette aventure avec beaucoup d’envie et de détermination, même si cela signifiait partir seule. Je dois avouer que cela m’inquiétait un peu… et beaucoup mes parents. Bourse Zellidja en poche, me voilà partie à la rencontre de la jeunesse tibétaine exilée en Inde. Le sujet de mon voyage Zellidja est en effet « Grandir en étant réfugié tibétain ». Je choisis donc de me rendre dans deux régions différentes de l’Inde du Nord : Le Ladakh et l’Himachal Pradesh. Pourquoi ces deux régions ? La première est coupée du reste du monde près de neuf mois par an à cause de la neige. De ce fait, elle est peutêtre moins exposée à toutes sortes d’influences. La seconde abrite le gouvernement tibétain en exil. Je veux voir si ces deux caractéristiques ont des répercussions sur le maintien des traditions tibétaines...

27 Moi, cet été, en Inde !

Le Ladakh, enchantement et catastrophe

Poser le pied au Ladakh, c’est poser le pied dans un autre monde. Mes jambes tremblent. Est-ce l’altitude (3 500 mètres) ou l’émotion ? Certainement un peu des deux. Je fais vite abstraction des touristes et me sens bien petite face à l’immensité de ces montagnes qui m’encerclent. Leurs couleurs contrastent merveilleusement avec celles du ciel dont les teintes m’étaient encore inconnues. Me voilà dans le Ladakh, surnommé « Little Tibet » et plus précisément dans la ville de Leh. Cette cité est un véritable oasis dans le désert. Une longue route cabossée conduit à cet endroit verdoyant, où coulent plusieurs petit cours d’eau. Qui peut croire qu’un tel lieu existe dans ces chaines de montagnes désertiques ? Leh est comme un mirage qui apparait dans le Sahara.


” Le voyage est un retour vers l’essentiel” Proverbe tibétain

28

Cela fait moins de sept jours que je suis en Inde. Dans la nuit du 5 au 6 août 2010, après trois nuits de pluies et d’orages violents comme je n’en ai jamais vu, des morceaux de montagnes se sont décrochés et de grandes coulées de boue ont emporté des vies et des maisons… Ce matinlà, je suis effarée de ce que je vois : de la boue à quelques mètres de la guest house*. Que s’est-il passé ? Je suis confuse, un peu paniquée. Ce n’est qu’ensuite, en allant mettre les pieds dans la boue et la main à la patte, que je comprends l’étendue du désastre et la consternation générale. Les habitants, d’habitude si souriants et chaleureux, sont assis au bord de la route boueuse sans aucun mot pour décrire ce qu’ils viennent de vivre. * Guest House : nom anglais, qui désigne les auberges peu chères.

publics du ts en em n g ei s ux en J’ai assisatémaa... Dalaï L

Le village de Choglam coulées de beoue... sar un jour après les

Le Dalai Lama est vraiment partout! L’importance de Sa Sainteté le Dalai Lama dans la communauté tibétaine est vraiment flagrante. Durant mon périple, je demande souvent à des jeunes Tibétains quelle est l’importance du Dalai Lama dans leur vie. Tous me répondent « C’est la personne la plus importante, sans lui nous ne serions rien ». Et totalement par hasard, j’ai la chance de suivre deux de ces enseignements, un sur la compassion et l’autre sur comment maitriser sa colère. En effet, sur la route entre Leh et Daramshala, qui dure de trois à quatre jours suivant l’état de la route et du moyen de transport que l’on prend, je décide de m’arrêter près de Keylong. J’ai entendu dire que le Dalai Lama y donne un enseignement. Les enseignements sont publics, gratuits et traduits en anglais. C’est à ce moment-là et par hasard que je rencontre sous une tente le directeur de l’école de Chauntra. En discutant avec lui, nous nous apercevons que nous avons une connaissance française commune. Après avoir fait le rapprochement, il m’invite à voyager avec lui ainsi que ses 12 élèves âgés de 15 à 17 ans afin de poursuivre les enseignements. Durant ces quelques jours, j’ai suivi un vrai rythme de vie tibétaine : lever à 4 heures du matin, ballades matinales pour aller prier sur la montagne, cuisine. Je suis étonnée par la très grande simplicité du Dalai Lama. S’il ne sait pas quelque chose, il n’hésite pas à dire : « Je n’en sais rien ! ». Il aussi un grand sourire et un grand sens de l’humour ! Comme on dit là-bas « Business is Business ». Et c’est un véritable business qui s’instaure autour du personnage de Sa Sainteté. On trouve des photos, cartes postales, livres, Dvd, statues, à son effigie. Quant aux prix des hôtels, de la nourriture, des transports, ils augmentent à chacun de ses passages.


Les mêmes tentations que nous, Européens L’idée que je m’étais faite de la jeunesse tibétaine avant ce voyage était plus traditionnelle. Or, je suis très surprise de les voir habillés et chaussés comme nous, Européens, certains avec des téléphones portables, des lecteurs MP3 et des profils Facebook. C’est encore plus vrai à Daramshala, la ville où s’est installé le gouvernement tibétain en exil. J’y suis allée en bus après avoir quitté les élèves de l’école de Chauntra. Mes échanges avec les jeunes Tibétains sont très enrichissants, parfois très émuvants, notamment lorsque certains évoquent leur long périple à travers les chaines de l’Himalaya, sur le dos de leur papa pour venir se réfugier en Inde. Beaucoup, alors qu’ils étaient encore très jeunes, ont un souvenir très précis de leur fuite, qu’ils racontent courageusement avec les larmes aux yeux. Je suis tout de même très surprise quand je demande à un certain nombre d’entre eux : « Retourneras-tu un jour au Tibet s’il est libre ? » Car la majorité me répond : « Oui, pour visiter, mais je resterai vivre en Inde ». Alors je les questionne : « Pourquoi ne veux-tu pas vivre au Tibet ? ». Et ils me répondent : « Parce que l’Inde c’est bien ! ». Cette jeunesse, pour s’intégrer au mieux dans leur pays d’exil et essayer de ressembler à « la norme universelle », achètent les mêmes habits que nous et prennent des habitudes similaires aux nôtres (télés, ordis, musiques …).

GL

OB

E T

TE ROT

Je peux comprendre que les Tibétains aient un sentiment partagé, car ils ont besoin de s’intégrer au mieux dans leur pays d’accueil. En même temps, l’école et le bouddhisme leur permettent de garder leur culture tibétaine et de la transmettre aux plus jeunes. La question que je me pose au retour de mon voyage est : Malgré les liens très forts qu’ils ont avec leur famille, l’école et le bouddhisme, pour combien de temps encore la jeunesse tibétaine arrivera-t-elle à préserver la richesse de sa culture ?

Arrivée au Ladakh...

r aux foins... J’ai même participe

R

29


Florian, de la France au Japon en vélo solaire A 27 ans, Florian Bailly s’est lancé dans une aventure extraordinaire : relier la France au Japon en vélo solaire. L’épopée compte 13 000 kilomètres et la traversée d’une douzaine de pays. Sept autour du monde l’a contacté alors qu’il traversait les steppes du Kazakhstan*, afin qu’il dévoile les détails de son aventure. * le Kazakhstan est un pays situé au sud de la Russie.

Le périple de Florian Bailly Parti le 5 juin 2010, Florian Bailly traverse l’Eurasie en expérimentant les possibilités offertes par l’énergie solaire. Le soleil permet de recharger les batteries du vélo. L’énergie obtenue offre la possibilité d’avancer plus vite qu’avec un vélo classique et de parcourir des distances plus grandes. En 2006, pour aller en Chine avec un VTT « classique » et sa remorque, Florian avait tenu une moyenne d’environ 100 kilomètres par jour, à une vitesse moyenne de près de 20 km/h. Cette fois, il tente d’avancer de 130 à 160 kilomètres par jour avec une vitesse moyenne supérieure à 28 km/h. Il devrait alors pouvoir rejoindre le Japon en 100 étapes seulement, là où une voiture en compterait environ 50 (à mi-parcours, le mauvais état des routes limite cependant sa progression à 122 kilomètres par jour et 23 km/h de moyenne). Comment est née votre passion pour le vélo ? J’ai commencé le vélo à l’âge de 14 ans. A l’époque, j’étais un jeune plutôt sage et studieux. Mais le vélo m’a donné le goût du voyage. Je partais de plus en plus loin. Jusqu’à ce que je prenne la route pour la Chine en 2006, à  23 ans. Un périple de 6 000 kilomètres qui m’a donné le goût de l’aventure en solitaire.

Pourquoi le choix d’un vélo solaire ? Et pourquoi aller jusqu’au Japon ? J’avais envie de repartir avec un véhicule différent, entre le vélo et le scooter. L’idéal, c’est donc le vélo électrique. Mais pour avoir assez d’autonomie, l’énergie solaire est nécessaire. Sinon, comment recharger les batteries au beau milieu des steppes du Kazakhstan* ou du désert de Gobi  ? Mon projet de voyage est né de ces réflexions. Quant au Japon, je vais jusqu’à lui parce qu’il est situé à l’extrémité du continent asiatique. Cela permet la


traversée intégrale de l’Eurasie. En plus, le Japon est « le pays du soleil levant  ». Tout un symbole quand on voyage grâce à l’énergie solaire…

Les routes que vous suivez sont-elles accueillantes pour les cyclistes ? Depuis la Serbie, les routes sont moins bonnes que chez nous. Comme il y a peu d’autoroutes, les nationales sont très chargées et les conducteurs doublent dans tous les sens, même si j’arrive en sens inverse. Le moment le plus dur, je l’ai connu en Ukraine, au kilomètre 2 821, sur une route rétrécie pour cause de travaux. Un camion m’a doublé de si près que l’appel d’air m’a fait perdre le contrôle du vélo. J’ai percuté le camion avec le guidon avant de tomber juste derrière lui, au milieu de la route. Quelle frayeur ! J’ai eu la fesse gauche meurtrie et la désagréable sensation d’avoir échappé de peu au pire. Quant au camion, il ne s’est même pas arrêté…

A quoi ressemblent vos étapes ? Je dors à l’hôtel, mais aussi chez l’habitant ou en bivouac. En bivouac, je puise dans mon stock de nouilles séchées, que je fais cuire en deux minutes. Sinon, je mange le plus possible dans les cafés de bord de route et je goûte les spécialités. J’ai adoré le thé russe, avec un peu de lait. Par contre, on m’a servi un jour des yeux de moutons. Je vous laisse imaginer ma tête…

e c n a Fr

N O P JA

Mon voyage a commencé en Savoie, sous la neige.

13 000 kilomètres et 12 pays, en vélo solaire...


,

|UPGROUND| generation

En route pour les acteurs de demain Décidément, les jeunes de l'association "Jeunesse Environnement" ont de la suite dans les idées ! Après avoir lancé un projet de musée consacré à l'écologie, voici Yohann, son président, reparti vers un nouveau chantier : un film !

Ce nouveau projet prend la forme d'un court métrage intitulé "Soyons les acteurs de demain". Le sujet est à la fois simple et direct. Des jeunes, entre 15 et 18 ans, prennent conscience qu'il est urgent d'agir pour protéger l'environnement. Ils décident de monter une Junior Association et de mener des actions de sensibilisation auprès de la population locale. Mais le chemin est semé de nombreuses difficultés…

35


,

| D N U O |UPGR generation Nous avons assisté au premier jour de tournage de ce film vidéo, tourné à Savignyle-Temple. Malgré les difficultés techniques diverses, nous avons été impressionnés par le "professionnalisme" de l'équipe. La très jeune réalisatrice, Alexia, connaît sur le bout des doigts la "grammaire" du cinéma. Elle place sa caméra sans hésitation, sait comment faire un "champ/ contre-champ", dirige ses acteurs avec fermeté.

36

,


,

Nina met les voiles

40

Nina, 13 ans, vit une grande aventure : elle navigue sur les mers du monde avec toute sa famille, pour une expédition qui va les mener du Pôle Nord au Pôle Sud. Il faut dire que la demoiselle a de qui tenir  : son père Philippe Poupon, est un grand navigateur. Après un premier voyage, en 2009, au cours duquel la famille a réussi le passage du Nord-Ouest –une zone redoutée des marins, qui relie l’Atlantique au Pacifique- Nina est repartie sur Fleur Australe, ketch en aluminium de 20 mètres, avec ses parents, son frère Loup (10 ans) et ses petites sœurs Laura (3 ans) et Marion (2 an). Sa mère, l’actrice et productrice Géraldine Danon, filme l’expédition, dont le but est de montrer le changement climatique dans les zones où il est le plus visible.

Pour suivre l’aventure de Nina et sa famille : www.fleuraustrale.fr Livre sur le premier voyage : Une fleur dans les glaces. Editions Robert Laffont. 18 Euros.

Opération coup de balai En avant citoyens ! Une grande opération de ramassage collectif des déchets se prépare : l’opération «Nettoyons la nature», qui a rassemblé 500 000 personnes l’an dernier, aura lieu les 24, 25 et 26 septembre 2010. Initiée par les Centre Leclerc en 1997, cette mobilisation se perfectionne chaque année. En 2010, les organisateurs vont tenter de réduire le bilan carbone de l’opération, c’est à dire qu’ils vont prendre des mesures pour éviter que la manifestation elle-même ne produise trop de gaz à effet de serre. C’est pour cette raison qu’il est par exemple conseillé de se rendre sur les lieux de nettoyage à pied ou en vélo plutôt qu’en voiture. Et pour compenser les gaz à effet de serre qui seront tout de même produits, les organisateurs participent à la plantation d’arbres dans la forêt amazonienne de Bolivie. www.mouvement-leclerc.com


,

,

Icebergs droit devant !

|UPGROUND| generation

Une expédition au Groenland, c’est une foule de découvertes inhabituelles, comme la navigation au milieu des icebergs , le soleil de minuit ou encore un menu à base de foie de phoque tiède... C’est ce qu’on vécu en juin Clémentine, Jessica, Matt, Clément, Adelzie et Thomas. Ces six jeunes, qui sont membres de l’Institut National de Jeunes Sourds, ont organisé une expédition au Groenland avec l’aide de leur école. Le voyage, initialement prévu en avril, a été reporté à cause des annulations de vols liées à l’éruption du volcan Eyjafjöll. Les six jeunes aventuriers n’ont pas baissé les bras et leur expédition a été un beau succès. Il faut dire qu’ils ne vivent pas leur surdité comme un handicap, mais comme une aptitude à communiquer autrement. Vous pouvez découvrir leur voyage sur leur blog. www.injs-groenland2010.skyblog.com

Scouts toujours …verts ! Près de 9000 Scouts et Guides de France de 15 à 18 ans ont participé cet été en Gironde à « Cité Cap », le plus grand camp éco-citoyen du développement durable. Cet événement marquait l’aboutissement de plus de 800 projets autour de la solidarité, l’environnement et la citoyenneté.

,

41

Le Jour de la nuit Si vous avez déjà essayé d’observer les étoiles depuis chez vous, vous avez probablement pris la lumière des réverbères dans la figure… La généralisation de l’éclairage artificiel fait disparaître le ciel étoilé et gaspille de l’énergie. Pour renouer un lien avec la nuit noire, vous pouvez participer à la deuxième édition de l’opération «le Jour de la Nuit », le 30 octobre 2010 : balades nocturnes, observations d’étoiles et bien sûr extinction des lumières… www.jourdelanuit.fr


Ca va chauffer

Bien venue à Zombiland

44

Aurélien, un jeune homme au bout du rouleau, se retrouve, malgré lui, embauché dans un étrange parc d’attractions appelé Zombillénium. Cet établissement, tenu d’une main de fer par Francis von Bloodt - qui n’est rien de moins qu’un vampire - est une maison fantôme géante où zombis, fantômes et loups garous ont pour mission, entre deux barbes à papa, d’effrayer les familles. Aurélien se retrouve à faire copain - copain avec une sorcière nommé Gretchen, une momie, l’homme invisible et une brochette de zombis… Très amusant et splendidement illustré ! Zombillénium. 1. Gretchen Arthur de Pins Ed. Dupuis 48 p. 10,95 €

Voici un petit manuel indispensable pour tout comprendre sur le pourquoi du comment la Terre se réchauffe. 1,2,3 soleil… Stop ! On ne bouge plus. Arrêt sur image et analyse de la situation : les hommes, depuis une centaine d’années, consomment à outrance et polluent à foison, notamment en brûlant tout ce qu’ils peuvent de pétrole et de charbon. Conséquences, la planète se réchauffe, les catastrophes climatiques sont de plus en plus violentes, les périodes de sècheresse plus longues et plus intenses… Ce livre va néanmoins plus loin qu’un simple constat de ce qui ne va pas. Pour chaque problème, il nous explique (avec des illustrations très amusantes) ce qui arrivera demain «si l’on agit» et si au contraire « on ne fait rien». Verdict : Bougeonsnous ! 1,2,3 soleil La Terre se réchauffe Ed. Gallimard Jeunesse, Collection Giboulées Jean-Baptiste Panafieu et El don Guillermo 48 p. 3,95 €

Flash back

Cet ouvrage, mi-bande dessinée, mi-documentaire naturaliste, devrait sans doute être étudié dans toutes les écoles. Passionnant, superbement illustré, il est également très riche de sens. À travers des récits légendaires, des anecdotes amusantes et des explications scientifiques, les auteurs nous présentent les espèces animales aujourd’hui disparues. Le célèbre dodo, le paresseux géant, le lion d’Europe, l’éléphant nain ou encore très récemment, le dauphin de Chine font désormais partie du passé. Ces espèces se sont éteintes, victimes de l’arrivée des hommes pour la plupart, de la chasse, de la pêche et des changements climatiques. Toutes ces espèces étonnantes méritent qu’on leur rende hommage. C’est l’objectif de ce livre, qui nous invite à réfléchir car d’autres animaux – bien trop nombreux pour être cités – sont en danger. Espérons que les auteurs de ce livre n’auront jamais à les dessiner. Petites et grandes histoires des animaux disparus Hélène Rajcak et damien Laverdunt Ed. Actes Sud Junior


Il est beau mon labo

SOS jungle

Que cherchent les chercheurs ? En quoi consistent leurs journées ? Quel est le rôle d’un paléontologue, d’un astronome, d’un physicien ? Voilà une BD passionnante qui nous ouvre les portes de la Science et des scientifiques. Son auteur, Jean-Yves Buhoo est une sorte de reporter - dessinateur. Pendant un an et demi il est aller fouiner dans différents laboratoires aussi prestigieux que le CNRS, le Muséum national d’histoire naturelle, l’Observatoire de Paris ou le Synchrotron. Crayons en main, il a enquêté et interviewé de nombreux scientifiques pour mieux cerner leurs activités. Résultat : 10 reportages en BD très simples, riches en informations et très drôles. Nul doute que beaucoup d’entre vous, en lisant cet ouvrage, auront envie de s’intéresser d’un peu plus près aux plantes, aux insectes, à la recherche médicale, à la météo, aux étoiles…

Encore un épisode passionnant de notre duo de choc Fred et Jamy. Cette fois, les deux scientifiques nous emmènent à la découverte de la jungle du Congo, en Afrique. Ces forêts abritent la moitié des espèces vivantes sur Terre, dont l’éléphant et le gorille, deux espèces en voie d’extinction, à cause de la chasse et de la déforestation. Fred et Jamy mènent l’enquête. Jamy, resté à Paris, arpente les couloirs du Muséum national d’histoire naturelle. Fred, lui, s’enfonce dans la jungle à la rencontre des peuples pygmées, des chercheurs biologistes, des compagnies d’exploitation des forêts, des défenseurs de gorilles… Ce très beau documentaire, diffusé pour les 15 ans de C’est pas sorcier, avait pour objectif de nous sensibiliser, de manière très simple, sur l’importance de protéger ces richesse naturelles et leurs habitants. Pari réussi ! DVD C’est pas sorcier En route pour la jungle France télévisions distribution 9,99 €

45

Le Labo Jean-Yves Duhoo Ed. Dupuis – Universcience éditions 56 p. 11,50 €

Oiseau de malheur !

Le Piou est un volatile totalement débile. Ce n’est pas nous, mais les auteurs qui le disent ! Grosse boule de plume verte, le Piou a toujours plein d’idées. Le problème, c’est quelles sont plus stupides les unes que les autres. Qu’il décide de devenir toiletteur pour chien, qu’il tente de rendre service à une gentille grand-mère, qu’il s’invite dans une navette spatiale ou se lance dans une partie de pêche, tout tourne toujours à la catastrophe ! Voilà une BD très légère, amusante, qui se lit et se relit avec plaisir. Le Piou, si imbécile et pénible soit-il est vraiment touchant. Le Piou - tome 2 - Débile Volatile Dessin de Baba - Scénario de Lapuss’ et Tartuff Ed. Dupuis - 48 p. 9,95 €

Libri


Qui, Que, Quiz ? 1/ Réponse B : Il faut un morceau de silex et de la pyrite, une pierre particulière contenant du souffre. Deux morceaux de silex que l’on tape l’un sur l’autre dégagent des étincelles froides, tandis que la pyrite produit des étincelles chaudes, qui enflamment facilement des herbes sèches. Il est vrai qu’on a rarement de la pyrite sur nous… Il est alors possible de remplacer cette pierre par la lame d’un couteau suisse. Quant à la tige de bois frottée rapidement sur une planche, ça marche ! Mais la technique est plus récente. 2/ Réponse C : Il faut donc 8 minutes et 34 secondes environ pour qu’un rayon atteigne la surface de la Terre. En effet, la vitesse de la lumière a été fixée à 299 792 458 mètre par seconde. Or, la Terre se situe à 150 millions de km (150 000 millions de mètres) du Soleil. Une rapide division et le tour est joué. 3/ Réponse C : Le 20 avril 2010, l’explosion

d’une plateforme pétrolière au large de la Nouvelle-Orléans (Etats-Unis) a provoqué la mort de 11 personnes et le déversement, en plus de trois mois, de 780 000 tonnes de brut. C’est l’équivalent de 311 piscines olympiques. Cette catastrophe détrône celle de 1979 au Mexique (470 000 tonnes). Quand à l’Erika, en France, 30 000 tonnes de fuel ont été déversées.

4/ Réponse B: 51 % des adultes ont une image négative des jeunes de 15 à 25 ans (selon une étude de l’AFEV en 2009). Il faut dire que l’image que renvoient les médias notamment est peu reluisante : reportage sur l’absentéisme à l’école, sur la petite délinquance, l’addiction aux jeux vidéos, la montée de l’individualisme et la perte des valeurs… Voilà qui est très sévère ! Heureusement que certaines associations luttent contre cette vision biaisée des ados, comme par exemple «Stop aux clichés» (www.stopauxcliches.fr). Autre solution : leur prouver ce que vous valez !

SEPT autour du monde, magazine mensuel publié par les éditions Cabrera, EURL au capital de 5000  € • Siège social  :  17, rue Henry Monnier - 75009 Paris • Rédaction  :  2  rue Victor Beausse  - 93100 Montreuil • Tél. 01 48 57 35 87  •  Courriel  : septautourdumonde@yahoo.fr • Publication régie par la loi n° 49-956  du 16  juillet 1949  sur les publications destinées à la jeunesse • Comité de direction :  Alice Bréchet, Mathilde Bréchet, Laurence Jehanno • Dépôt légal  :  juillet 2010  • Création  :  4  novembre 2006  • Impression  :  OTT Imprimeurs, Wasselone (67) • ISSN : 1956-2055  •  Commission paritaire  :  1112K89171 • Directrice de la publication  et rédactrice en chef  :  Mathilde Bréchet • Maquette  :  Eva Jérôme et M. Ramis • Couverture  : Infographie - J. Carrier. Ont collaboré à ce numéro  : Mathilde Bréchet, Guillemette Donnier-Valentin, Claire Goujon-Charpy, Eva Jérôme, Miguel Ramis et nos partenaires  : Association Zellidja, le Réseau national des Junior associations et Planète Sciences. Merci à Olivier Boutet et son manchot génial et François Roussel pour ses hilarantes bestioles ! Crédits photos et illustrations  : p. 4  : © Plastiki – Patrick Rivière. p. 5 : ©Photodisc Volume 44 Nature, Wildlife and the Environnement 2 • p. 6  : © AO Le Dernier Néandertal / Patrick Glaize • p. 10 à 13  : Eva Jérôme. • p. 14 et 25 : Des Bêtes / François Roussel – Ed. Max Milo • p.15 à 23  : Eva Jérôme – Kiet N’Guyen – Jacques Rougierie / SeOrbiter – Fusée arianne / ESA / CNES / Arianespace /J. Huart  • p. 27 : Guillemette Donnier-Valentin • P. 32 - 34 : © Florian Bailly • p. 35 à 37 : J. Carrier • p. 38 : Eva Jérôme – YouthYear/Année Internationale de la Jeunesse. BD : Olivier Boutet – Mancholand • p. 40 : © Fleur Australe 2009 et Fleur Australe 2010 – EDT. E. Leclerc • p. 41 : Institut National des Jeunes Sourds 2010. Scoot et Guides de France. Le Jour de la Nuit. • p. 42 – 43 : DR Renault Communication - Patrick Curtet - S. Foulon. La rédaction n’est pas responsable de la perte ou de la détérioration des textes & photos qui lui sont adressés pour appréciation. La reproduction même partielle de tout matériel publié dans ce magazine est interdite.


NOUVEAU ! le mag des ados écolos

PROTÉGEONS NOTRE PLANÈTE !

bimestriel - n°5 - décembre 2007/janvier2008

autour du monde portables, jeans, consoles, PC, fast-food...

GUERRE À ! LA CONSO

+ supplément 16 pages

Junior AssOciations

!.

SEPT

autour du monde

France métropolitaine : 3,90 € - DOM : 4,50€ - TOM: 570 XPF BEL/LUX : 4,30€ - CAN : 7.35$CAD- SUISSE : 7,60 CHF

abonnement & anciens numéros

44,

10 €

pour 12 numéros

24,

50 €

pour 6 numéros

Coordonnées du souscripteur

Je souhaite recevoir

Prénom _________________________________________________

(cochez la ou les cases utiles) :

Nom 

_________________________________________________

Date de naissance : ________________ Tél. _____________________ E-mail

_________________________________________________

Adresse

_________________________________________________

Code postal/ Ville

________________________________________

Coordonnées du bénéficiaire (si différent du bénéficiaire) Prénom __________________________________________________ Nom 

__________________________________________________

Date de naissance : ________________ Tél. _____________________ E-mail __________________________________________________ Adresse __________________________________________________ Code postal/ Ville __________________________________________

o Abonnement 6 n° 24,50 € o Abonnement 12 n° 44,10 € frais de port compris *

Magazines N°0  N°1  N°2  N°3  N°4  N°5  N°6 

o 3,20 € o 3,20 € o 3,20 € o 3,80 € o 3,90 € o 3,90 € o 3,90 €

Livres o o o

N°7 * o N°8  o N°9  o N°10  o N°11  o N°12  o

9,50 € 4,90 € 4,90 € 4,90 € 4,90 € 4,90 €

* n° double

Sept en pays de Savoie Sept en Limousin T.1 Sept en Limousin T.2

9,50 € 9,50 € 9,50 €

+ frais de port (hors abonnements). > 2,00 €/exemplaire (France) > 3,00 €/exemplaire (international) 

* France métropolitaine. Frais de port supplémentaires : Union Européenne et Suisse : 7,40 € pour 6 n°- 14,80 € pour 12 n°. Autres pays d’Europe (hors Union Européenne, Suisse), Maghreb et autres pays d’Afrique, Amérique du Nord, Amérique Centrale, Amérique du Sud, Caraïbes, Moyen-Orient, Proche-Orient, Asie et Océanie : 8,60 € pour 6 n°- 17,20 € pour 12 n°.

* Réception du 1er numéro sous trois semaines environ. Prix de vente au numéro. Offre réservée à la France métropolitaine uniquement. Port en sus pour les autres destinations. Les informations ci-dessous sont indispensables au traitement de votre abonnement. Elles pourront être utilisées par les services internes de Cabrera éditions, ainsi que par ses partenaires commerciaux à des fins de prospection commerciale. En vertu de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition ou de suppression des données vous concernant. Adresse : Cabrera éditions - 17, rue Henry Monnier - 75009 Paris ** hors abonnement (France métropolitaine hors Dom-Tom)


Sept autour du monde 15  

Extraits du n°15 : Transportez-vous dans le futur ! Comparez les inventions étonnantes de Jules Verne et celles qui se préparent aujourd'hui...

Advertisement