Issuu on Google+

Q-couverture exe fin

15/10/08

14:26

Guidance Professionnelle Personnalisée n

Un accueil personnalisé pour faire le point sur votre situation.

n

Une information sur les dispositifs de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), de formation, d'emploi et de création d’activités.

n

Une orientation

Page 1

ANIMATION COMMUNICATION l Journées

d’information, conférences, tables rondes, forums sur la formation et l’emploi

l Rencontres

de la Formation et de l’Emploi en Rhône-Alpes (DRTEFP)

pour construire votre projet professionnel. n

Une équipe de professionnels de l’Information sur la Formation et de l’Orientation au service du public et des entreprises.

Un accompagnement personnalisé tout au long de vos démarches.

LA MIFE S’ENGAGE AVEC VOUS POUR VOTRE AVENIR PROFESSIONNEL.

l Base

de données de 855 fiches initiatives de création d’entreprises et d’activités et 834 fiches sur les dispositifs d’aide à la création

locales

l Centre

ressources documentaires

l Guidance

professionnelle personnalisée vers la création d’activité

l Mise

en relation avec les structures d’accompagnement à la création d’entreprise

de formation et d’insertion

CENTRE RESSOURCES FORMATION EMPLOI l Centre n

L’emploi, les initiatives locales pour l’emploi et la création d’activité

l Base

Guidance 73 Mife de Savoie 116 rue Sainte Rose 73000 Chambéry Tél 04 79 33 87 87 Fax 04 79 33 89 39 mife73@mife73.com www.mife73.com

de données MIFE sur l’offre de formation, stages et organismes de formation en Savoie

DOSSIER Accueil Information Orientation pour une sécurisation des parcours

ACTUALITÉS Rencontres nationales des MIFE

GUIDE DES FORMATIONS EN SAVOIE

Plus de 800 offres

documentaire sur :

La législation, les institutions de la formation, la pédagogie des adultes

n

de l’information et l’emploi

l Entreprises

l Organismes

ESPACE BALISE SAVOIE

Maison sur la formation

ASSISTANCE CONSEIL l Collectivités

N°63 O CTOBRE 2008

La MIFE de Savoie vous accueille et répond à vos questions en ligne


Q-couverture exe fin

Les

15/10/08

14:26

Page 3

MIFE

en Rhône-Alpes : un réseau actif et de proximité. Les MIFE de Rhône-Alpes (Maison de l’Information et de l’Emploi) sont l’expression d’une volonté des collectivités territoriales (Communes, Département, Région Rhône-Alpes) et de l’Etat. En partenariat avec eux, elles sont une synergie de compétences à votre service pour votre avenir professionnel.

Informations

MIFE AIN / ALFA 3A 8 Boulevard de Brou 01000 BOURG EN BRESSE Tél 04 74 24 69 49 Fax 04 74 24 69 50 mife@mife01.org

MIFE DU ROANNAIS 15 Avenue Gambetta 42300 ROANNE Tél 04 77 78 33 55 Fax 04 77 67 91 84 info@mifeduroannais.org

MIFE ARDÈCHE – CIFF/CIDF 07 9 Boulevard de Provence 07200 AUBENAS Tél 04 75 93 31 70 Fax 04 75 93 41 95 mife.ardeche@mife-ardeche.fr

MIFE SAINT-ETIENNE 21 Rue Brossard 42000 SAINT-ETIENNE Tél 04 77 49 73 70 Fax 04 77 49 73 71 mife-st-etienne@wanadoo.fr

MIFE DROME PROVENÇALE Chambre de Métiers 3 Chemin de Nocaze 26200 Montélimar Tél 04 75 53 23 99 Fax 04 75 51 69 31 MIFE.dp@wanadoo.fr

MISSION GPP RHÔNE CENTRE SAINT EXUPÉRY 113 Rue du 1er Mars 1943 69100 VILLEURBANNE Permanences sur rendez-vous Tél 06 31 58 08 82 gpprhône@intermife-ra.com

MIFE DE L’ISÈRE / AGIR EMPLOI 7 Rue de la Boétie 38230 EYBENS CEDEX Tél 04 76 24 02 45 Fax 04 76 25 48 81 mcpef.mife@wanadoo.fr

MIFE SAVOIE / GUIDANCE 73 116 Rue Sainte-Rose 73000 CHAMBÉRY Tél 04 79 33 87 87 Fax 04 79 33 89 39 mife73@mife73.com

MIFE EST ISÈRE / MAISON DES INITIATIVES ET DE L’EMPLOI 2 Allée des Mitaillères 38240 MEYLAN Tél 04 76 04 14 50 Fax 04 76 04 14 57 mie.equipe@wanadoo.fr

MIFE HAUTE-SAVOIE 20 Avenue de Thônes Impasse de Montremont 74000 ANNECY Tél 04 50 23 92 66 Fax 04 50 23 92 67 mife2@wanadoo.fr

MIFE / MAISON DE L’EMPLOI ET DE LA FORMATION DES PAYS VOIRONNAIS ET SUD GRESIVAUDAN 40 Rue Mainssieux - BP 363 38511 VOIRON CEDEX Tél 04 76 93 17 18 Fax 04 76 93 17 72 maison.emploi@paysvoironnais.com

(octobre 2008)

Les Missions Locales Jeunes de Savoie

Des moyens pour réussir votre orientation professionnelle Vous souhaitez :

Nous pouvons :

l

l

vous conseiller

l

vous informer

l

vous aider à voir plus clair dans vos projets

l

vous accompagner

une aide à la recherche d’emploi

l

trouver un contrat en alternance

l

vous qualifier dans un métier

l

définir un nouveau projet professionnel

l

vous informer sur le logement, la santé...

info@intermife.fr www.intermife.fr

Mission Locale Jeunes Albertville Ugine

Yenne St-Genixsur-Guiers Pont-deBeauvoisin

La Motte-Servolex St-Pierre d’Albigny

Bourg-St-Maurice

Montmélian Aiguebelle

Moutiers

La Rochette Mission Locale Jeunes Chambéry

St-Michel de-Maurienne Modane

Mission Locale Jeunes St-Jean-de-Maurienne

N’hésitez pas à nous contacter pour faire ensemble le point sur vos projets Mission Locale Jeunes du Bassin Chambérien de la Combe de Savoie, de l’Avant Pays Savoyard

Avenir Jeunes Mission Locale Jeunes Mission Locale Jeunes de Tarentaise du Bassin Aixois de l’Albanais, des Bauges et de la Chautagne

Mission Locale Jeunes Pays de Maurienne

72, rue Paulette Besson BP 9438 73094 Chambéry cedex 9 Tél 04 79 33 50 84 Fax 04 79 85 88 94 SIJ 04 79 62 66 87

12-14, rue Vaugelas BP 50520 73105 Aix-les-Bains cedex Tél 04 79 61 54 59 Fax 04 79 34 12 90

274, avenue du Mont Cenis BP 82 73303 St-Jean-de-Maurienne Tél 04 79 64 41 02 Fax 04 79 59 95 81

mlchambery@mlchambery.org www.mlchambery.org

04 79 33 89 35

Mission Locale Jeunes Aix-les-Bains

avenir-jeunes-73100@wanadoo.fr

21, avenue Général Buisson 73200 Albertville Tél 04 79 31 19 19 Fax 04 79 32 71 19 info@mlj-tarentaise.com www.mlj-tarentaise.com

mlj.maurienne@orange.fr


Q-couverture exe fin

Les

15/10/08

14:26

Page 3

MIFE

en Rhône-Alpes : un réseau actif et de proximité. Les MIFE de Rhône-Alpes (Maison de l’Information et de l’Emploi) sont l’expression d’une volonté des collectivités territoriales (Communes, Département, Région Rhône-Alpes) et de l’Etat. En partenariat avec eux, elles sont une synergie de compétences à votre service pour votre avenir professionnel.

Informations

MIFE AIN / ALFA 3A 8 Boulevard de Brou 01000 BOURG EN BRESSE Tél 04 74 24 69 49 Fax 04 74 24 69 50 mife@mife01.org

MIFE DU ROANNAIS 15 Avenue Gambetta 42300 ROANNE Tél 04 77 78 33 55 Fax 04 77 67 91 84 info@mifeduroannais.org

MIFE ARDÈCHE – CIFF/CIDF 07 9 Boulevard de Provence 07200 AUBENAS Tél 04 75 93 31 70 Fax 04 75 93 41 95 mife.ardeche@mife-ardeche.fr

MIFE SAINT-ETIENNE 21 Rue Brossard 42000 SAINT-ETIENNE Tél 04 77 49 73 70 Fax 04 77 49 73 71 mife-st-etienne@wanadoo.fr

MIFE DROME PROVENÇALE Chambre de Métiers 3 Chemin de Nocaze 26200 Montélimar Tél 04 75 53 23 99 Fax 04 75 51 69 31 MIFE.dp@wanadoo.fr

MISSION GPP RHÔNE CENTRE SAINT EXUPÉRY 113 Rue du 1er Mars 1943 69100 VILLEURBANNE Permanences sur rendez-vous Tél 06 31 58 08 82 gpprhône@intermife-ra.com

MIFE DE L’ISÈRE / AGIR EMPLOI 7 Rue de la Boétie 38230 EYBENS CEDEX Tél 04 76 24 02 45 Fax 04 76 25 48 81 mcpef.mife@wanadoo.fr

MIFE SAVOIE / GUIDANCE 73 116 Rue Sainte-Rose 73000 CHAMBÉRY Tél 04 79 33 87 87 Fax 04 79 33 89 39 mife73@mife73.com

MIFE EST ISÈRE / MAISON DES INITIATIVES ET DE L’EMPLOI 2 Allée des Mitaillères 38240 MEYLAN Tél 04 76 04 14 50 Fax 04 76 04 14 57 mie.equipe@wanadoo.fr

MIFE HAUTE-SAVOIE 20 Avenue de Thônes Impasse de Montremont 74000 ANNECY Tél 04 50 23 92 66 Fax 04 50 23 92 67 mife2@wanadoo.fr

MIFE / MAISON DE L’EMPLOI ET DE LA FORMATION DES PAYS VOIRONNAIS ET SUD GRESIVAUDAN 40 Rue Mainssieux - BP 363 38511 VOIRON CEDEX Tél 04 76 93 17 18 Fax 04 76 93 17 72 maison.emploi@paysvoironnais.com

(octobre 2008)

Les Missions Locales Jeunes de Savoie

Des moyens pour réussir votre orientation professionnelle Vous souhaitez :

Nous pouvons :

l

l

vous conseiller

l

vous informer

l

vous aider à voir plus clair dans vos projets

l

vous accompagner

une aide à la recherche d’emploi

l

trouver un contrat en alternance

l

vous qualifier dans un métier

l

définir un nouveau projet professionnel

l

vous informer sur le logement, la santé...

info@intermife.fr www.intermife.fr

Mission Locale Jeunes Albertville Ugine

Yenne St-Genixsur-Guiers Pont-deBeauvoisin

La Motte-Servolex St-Pierre d’Albigny

Bourg-St-Maurice

Montmélian Aiguebelle

Moutiers

La Rochette Mission Locale Jeunes Chambéry

St-Michel de-Maurienne Modane

Mission Locale Jeunes St-Jean-de-Maurienne

N’hésitez pas à nous contacter pour faire ensemble le point sur vos projets Mission Locale Jeunes du Bassin Chambérien de la Combe de Savoie, de l’Avant Pays Savoyard

Avenir Jeunes Mission Locale Jeunes Mission Locale Jeunes de Tarentaise du Bassin Aixois de l’Albanais, des Bauges et de la Chautagne

Mission Locale Jeunes Pays de Maurienne

72, rue Paulette Besson BP 9438 73094 Chambéry cedex 9 Tél 04 79 33 50 84 Fax 04 79 85 88 94 SIJ 04 79 62 66 87

12-14, rue Vaugelas BP 50520 73105 Aix-les-Bains cedex Tél 04 79 61 54 59 Fax 04 79 34 12 90

274, avenue du Mont Cenis BP 82 73303 St-Jean-de-Maurienne Tél 04 79 64 41 02 Fax 04 79 59 95 81

mlchambery@mlchambery.org www.mlchambery.org

04 79 33 89 35

Mission Locale Jeunes Aix-les-Bains

avenir-jeunes-73100@wanadoo.fr

21, avenue Général Buisson 73200 Albertville Tél 04 79 31 19 19 Fax 04 79 32 71 19 info@mlj-tarentaise.com www.mlj-tarentaise.com

mlj.maurienne@orange.fr


Q-couverture exe fin

15/10/08

14:26

Guidance Professionnelle Personnalisée n

Un accueil personnalisé pour faire le point sur votre situation.

n

Une information sur les dispositifs de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), de formation, d'emploi et de création d’activités.

n

Une orientation

Page 1

ANIMATION COMMUNICATION l Journées

d’information, conférences, tables rondes, forums sur la formation et l’emploi

l Rencontres

de la Formation et de l’Emploi en Rhône-Alpes (DRTEFP)

pour construire votre projet professionnel. n

Une équipe de professionnels de l’Information sur la Formation et de l’Orientation au service du public et des entreprises.

Un accompagnement personnalisé tout au long de vos démarches.

LA MIFE S’ENGAGE AVEC VOUS POUR VOTRE AVENIR PROFESSIONNEL.

l Base

de données de 855 fiches initiatives de création d’entreprises et d’activités et 834 fiches sur les dispositifs d’aide à la création

locales

l Centre

ressources documentaires

l Guidance

professionnelle personnalisée vers la création d’activité

l Mise

en relation avec les structures d’accompagnement à la création d’entreprise

de formation et d’insertion

CENTRE RESSOURCES FORMATION EMPLOI l Centre n

L’emploi, les initiatives locales pour l’emploi et la création d’activité

l Base

Guidance 73 Mife de Savoie 116 rue Sainte Rose 73000 Chambéry Tél 04 79 33 87 87 Fax 04 79 33 89 39 mife73@mife73.com www.mife73.com

de données MIFE sur l’offre de formation, stages et organismes de formation en Savoie

DOSSIER Accueil Information Orientation pour une sécurisation des parcours

ACTUALITÉS Rencontres nationales des MIFE

GUIDE DES FORMATIONS EN SAVOIE

Plus de 800 offres

documentaire sur :

La législation, les institutions de la formation, la pédagogie des adultes

n

de l’information et l’emploi

l Entreprises

l Organismes

ESPACE BALISE SAVOIE

Maison sur la formation

ASSISTANCE CONSEIL l Collectivités

N°63 O CTOBRE 2008

La MIFE de Savoie vous accueille et répond à vos questions en ligne


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 1

Sommaire n°63 Le mot du Président du Conseil général de la Savoie……………………………………………………………………………………........……………………………………...………………..

page 3

Plus de Proximité pour plus de solidarité, Hervé GAYMARD, Député - Président du Conseil général de la Savoie

DOSSIER : Accueil, Information, Orientation, Accompagnement : pour une sécurisation des parcours……...……………….…….…….…….…….…….…….… Accompagnement et Partenariat, Pour une sécurisation des parcours, Michel DELARBRE, Directeur régional du Travail…………………………………………………. L’orientation tout au long de la vie, Pour une sécurisation des parcours, Bernadette LACLAIS, Vice Présidente du Conseil régional - Déléguée aux formations professionnelles Signature du cadrage régional de coopérations locales entre les réseaux des CIBC l CIDFF l MIFE……………………………...…………………………………… Point de vue des Présidents des réseaux Rhône-Alpes CIBC l CIDFF l MIFE………………………………………………………........………………………………………… S’ORIENTER…mais dans quel sens ? Gaston PARAVY, Président de Guidance 73 - MIFE de Savoie - Président d’INTERMIFE Rhône-Alpes ………………… Orientation professionnelle et dynamique du sens, Jacques LECOMTE, Psycho-sociologue……......……………………….…………………………………………… Visite guidée dans les pratiques d’Orientation tout au long de la vie, Agnès BERJON, Directrice Guidance 73 / MIFE de Savoie…………………………………

page 5 6 7 page 8 page 9 page 11 page 13 page 16 page

page

ACTUALITÉS : Compte Rendu des Rencontres nationales des MIFE - Roanne - 12/13 juin 2008 ……...…………………………...……………………………..…...

page 18

GUIDE DES FORMATIONS EN SAVOIE……...……………………………………...……………………………………...…………………………………………………………………………………………... Action Sociale – Animation………………………………………………………………………………………………….

page 21 page 21

CONSULTEZ NOTRE SITE

www.mife73.com

l

Animation socio culturelle l BAFA l BAFD l BAPAAT/BPJEPS l Enfance l Travail social

Agriculture – Agro-alimentaire…………………………………………………………………………………………… l

Art…………………………………………………………………………………………………………………………………………… Bâtiments – Travaux Publics - Immobilier………………………………………………………………………… l

INFOS LOCALES RÉGIONALES NATIONALES

PLUS DE 800 OFFRES DE FORMATION EN SAVOIE ACTUALISÉES RÉGULIÈREMENT

page 69

Aide à domicile l Coiffure Esthétique

Sport……………………………………………………………………………………………………………………………………….. l

page 68

Accueil

Services Aux Personnes……………………………………………………………………………………………………….. l

page 65

Habilitation Electrique l Secourisme l Sécurité

Secrétariat……………………………………………………………………………………………………………………………... l

page 64

Aide-soignante(e) l Infirmier(e)

Secourisme - Sécurité………………………………………………………………………………………………………….. l

page 62

Communication Entreprise l Recrutement

Santé - Secteur Sanitaire……………………………………………………………………………………………………. l

page 60 page 60

Accompagnement VAE l Préparation Examens et Concours

Ressources Humaines………………………………………………………………………………………………………….. l

page 59

Matériaux composites

Qualité……………………………………………………………………………………………………………………………………. Remise à Niveau – Formation de base / Préparation Examens et Concours………………... l

page 59

Formation de Formateur

Plasturgie – Matériaux Composites…………………………………………………………………………………… l

page 57 page 58

Techniques de recherche d’emploi l Bilan de compétences

Pédagogie……………………………………………………………………………………………………………………………… l

page 56 page 57

Soudure

Nettoyage Propreté………………………………………………………………………………………………………………. Orientation Professionnelle………………………………………………………………………………………………… l

page 54

Cariste l Engin de levage l Magasinage

Mécanique Générale……………………………………………………………………………………………………………. Métallurgie…………………………………………………………………………………………………………………………….. l

page 50

Allemand l Anglais l Autres Langues l Français l Italien

Manutention – Magasinage………………………………………………………………………………………………… l

page 42 page 42

Logiciel l Maintenance-Traitement Informatique l Internet l Cao-Dao l Pao Micro-édition

Langues Etrangères……………………………………………………………………………………………………………… l

page 39 page 40 page 40 page 41

Connaissance Des Vins l Cuisine

Hydraulique – Pneumatique…………………………………………………………………………………………………... Informatique – Bureautique – Internet…………………………………………………………………………………. l

page 36

Création l Direction l Encadrement/Management

Electricité – Electrotechnique…………………………………………………………………………………………….. Génie Climatique…………………………………………………………………………………………………………………... Gestion de la Production Maintenance Industrielle……………………………………………………….... Hôtellerie – Restauration…………………………………………………………………………………………………….. l

page 34

Gestion du stress l Gestion du temps l Relation communication

Direction et Création d'Entreprise……………………………………………………………………………………… l

page 32

Environnement l Nouvelles énergies

Développement Personnel…………………………………………………………………………………………………… l

page 28

Logiciels comptabilité l Comptabilité Analytique l Gestion financière l Paie

Développement Durable………………………………………………………………………………………………………. l

page 26

Achat l Vente l Distribution l Marketing l Gestion Commerciale l Commerce International

Comptabilité – Gestion Financière……………………………………………………………………………………… l

page 23 page 24

Bâtiment l Travaux Publics l Travaux Acrobatiques l Immobilier

Commerce – Gestion Commerciale…………………………………………………………………………………….. l

page 22

Elevage l Production Végétale l Installation des jeunes agriculteurs l Aménagement Espaces Verts

page 70

BEES l BPJEPS l Accompagnateur Moyenne Montagne l Vendeur Technicien Sport

Tourisme………………………………………………………………………………………………………………………………… Transport………………………………………………………………………………………………………………………………... l

page 71 page 72

BEPECASER l Conduite l Permis

Liste des adresses des organismes de formations cités………………………………………………………………………………………………………………………………………………. Adresses utiles……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. Lieux d’accueil de la MIFE……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

page 74 page 77 page 80

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 1


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 2


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 3

Le mot du Président du Conseil général de la Savoie

Plus de Proximité pour plus de solidarité

Ce nouveau numéro de Guidance nous conforte dans l’idée que ce sont bien les fem-

mes et les hommes qui font de la Savoie une terre de solidarité. Nombreuses sont les offres de formation, les offres de services, les associations et organismes qui ont pour essentiel objectif de ne laisser personne au bord de la route. La lutte contre l’exclusion est un impératif des politiques du Conseil général de la Savoie. Elle englobe un assortiment d’interventions et de droits sociaux, avec pour principales visées l’insertion des personnes défavorisées et l’accès aux droits. Le nombre des demandeurs d’emploi a baissé de 1,7% en un an, et le taux de chômage se situe à 5,4% en Savoie contre 6,3% en Rhône-Alpes et 7,2% en France à fin Juillet 2008. la part de chômeurs de longue durée est de 16% en Savoie contre 25,70% en France. Un quart des allocataires du RMI en Savoie sont sortis du dispositif depuis 2004. En 2007, la Savoie a été le premier Département dans le pourcentage de baisse des allocataires (-17,3 % allocataires CAF). Ce sont des signes forts, mais il faut redoubler d’efforts ! C’est pourquoi 80% des crédits d’insertion sont consacrés aux politiques de retour vers l’emploi, dans une dynamique à la fois sociale et économique. La problématique de la pauvreté, désormais rapportée à la question fondamentale des droits de l’Homme, oriente profondément, et de plus en plus, les débats et les innovations en matière de politique sociale en Savoie. Les résultats en Savoie sont le fruit de trois actions concertées : – le développement d’une politique d’insertion professionnelle volontariste (80 % des crédits d’insertion soit 2 Millions €/an) avec notamment l’expérimentation du Contrat unique d’insertion, – la proximité dans l’étude individuelle des situations avec les 8 Commissions Locales d’Insertion, – le partenariat local avec les communes pour trouver les solutions adaptées.

Le partenariat que le Conseil général entretient avec tous ces acteurs est la clé de ces bons résultats, tous se sont impliqués dans cette lutte contre l’exclusion. C’est pourquoi nous sommes certains que vous trouverez dans ce numéro toutes les informations nécessaires pour l’orientation, l’accompagnement de la mobilité professionnelle, la formation, l’emploi.

Ensemble, nous travaillons chaque jour à faire de la Savoie une terre plus solidaire.

Hervé GAYMARD Député Président du Conseil général de la Savoie

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 3


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 4

Mife Savoie - Guidance N째63 Octobre 2008 - Page 4


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 5

DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER -

DOSSIER

ACCUEIL, INFORMATION, ORIENTATION, ACCOMPAGNEMENT, Pour une sécurisation des parcours Introduction au dossier Dans ce dossier nous voudrions présenter l’actualité des pratiques d’Accueil, d’Information, d’Orientation et d’Accompagnement (AIOA), au travers de la parole des décideurs à l’échelon régional (Direction régional du Travail et Conseil régional) et de réflexions d’universitaires et de praticiens. C’est ainsi qu’au travers des deux articles de Gaston Paravy et de Jacques Lecomte, nous explorerons la question du sens à donner, à trouver dans les pratiques d’orientation. Nous mettrons en évidence une avancée dans le partenariat entre structures, représentée par la signature à Chambéry, du protocole régional de partenariat entre le réseau des CIBC, des CIDF et des MIFE 1. Enfin, par une visite guidée dans les pratiques d’orientation, une clarification sera proposée. Un dispositif construit au fil des ans En effet, le système français d’AIOA, dont la construction s’étale sur plus de 80 ans, est caractérisé par une grande richesse et diversité, mais qui a donné lieu à une complexité et un manque de lisibilité pour le public. Lors d’un colloque organisé récemment à Lyon, sous le titre “Gérer les transitions : l’orientation tout au long de la vie dans l’espace européen”, était préconisée de manière unanime une nécessaire amélioration du système, que ce soit en termes de qualité, de lisibilité, de proximité de l’offre de service, notamment par la “mise en réseau local des services concernés” 2. Organisés territorialement selon les réponses apportées aux différents publics (scolaires, jeunes diplômés, jeunes, femmes, handicapés, cadres, demandeurs d’emploi, bénéficiaires des minima sociaux…) selon des statuts différents (services publics, collectivités territoriales, associations, sociétés…), et selon des phases différentes du processus (information, bilan, accompagnement…), ces dispositifs sont financés selon des modalités de plus en plus complexes (subventions, conventions, appels d’offre, marchés publics …). Même si les pratiques ont évolué, s’enrichissant du courant de l’orientation éducative et des préconisations de l’Union européenne, elles restent inégales sur les territoires. Depuis 20 ans, le paysage s’est profondément transformé et aujourd’hui se prépare une mutation encore plus importante, notamment avec la fusion en cours ANPE/Assedic, la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) et les politiques mise en place par les Conseils régionaux.

Du conseil à l’accompagnement Depuis une quinzaine d’années, le terme de “conseil” qui définissait les pratiques d’orientation professionnelle est supplanté par celui “d’accompagnement”, qui s’est largement diffusé dans l’offre de service des institutions sociales et d'emploi, pour ne citer que les dispositifs d'accompagnement des bénéficiaires du RMI et des demandeurs d’emploi à l'ANPE. D’où vient ce changement et quels en sont les effets sur les pratiques ? Si le concept de conseil induit la posture d’un expert en “face à face” avec une personne venant consulter, obtenir un avis sur ce qu’elle doit faire, l’accompagnement établit une posture de “côte à côte”, selon l’expression d’Henri Desroche 3, dans une certaine égalité entre deux personnes, chacune expertes, l’une en matière de sciences humaines et de techniques d’orientation, l’autre, de sa vie et de son expérience. Selon Marius Alliod, “le terme d'accompagnement, enraciné dans le champ de l'action sociale, a progressivement remplacé celui de prise en charge, porteur d'une dimension de tutelle sur les personnes en difficulté, et devenu incompatible avec l'émergence d'une conception de la liberté individuelle” 4. Il n’en reste pas moins que sont accompagnées des personnes considérées comme fragilisées. Comment concilier ces dimensions d’égalité, d’expertise, de liberté et de fragilité, sinon de revenir au sens propre de l’accompagnement, c’est-à-dire l'action de montrer le chemin, tout en marchant aux côtés de celui qui est accompagné, et d’en souligner ses finalités en orientation. La relation éducative d'orientation professionnelle consiste, dans un contexte défini par l’environnement socio-économique, à prendre en compte la parole et la liberté d’une personne dans ce moment où elle tente de ressaisir et de rassembler les éléments de sa vie pour leur donner sens et ainsi élaborer un projet professionnel, ceci dans une visée d’accès à l’emploi, de reconversion, d’évolution professionnelle ou de création de son emploi. Dans cette relation, le conseiller /accompagnateur joue un rôle de “catalyseur, facilitateur, médiateur” 5 entre la réalité intérieure de la personne et son environnement extérieur. En tant qu’animateur de la relation, il détient une responsabilité, non pas en terme de puissance d’intervention, mais en terme éthique. Puissent les décideurs nationaux, régionaux et locaux prendre véritablement en compte la nécessaire dimension temporelle et personnalisée de l’accompagnement des personnes dans leurs changements professionnels6 !

1

CIBC : Centre interinstitutionnel de bilan de compétences CIDFF : Centre d’Information sur les droits des Femmes et des Familles MIFE : Maison de l’Information sur la Formation et l’Emploi

2

“Mieux inclure l’orientation dans la stratégie d’éducation et de formation tout au long de la vie, Colloque européen sur l’orientation”, in Quotidien du Centre INFFO, Paris, 23/09/08

3

Henri DESROCHE, Entreprendre d’apprendre, d’une autobiographie raisonnée aux projets d’une recherche-action. Apprentissage 3, Paris, Les éditions ouvrières, 1990.

4

Marius Alliod, “L'accompagnement éducatif personnalisé, pour une insertion professionnelle réussie”, in Guidance Savoie, MIFE Savoie, n° 53, Avril 2000, p.21.

5

Agnès Berjon, Orientation professionnelle des adultes et relation éducative, La pratique des Maisons de l’Information sur la Formation et l’Emploi (MIFE) , Thèse de doctorat de Sciences de l’Education, Université Lumière Lyon 2 , 2001.

6

Il semblerait en effet que la logique des appels d’offre et des marchés publics, ne soit pas adaptée à l’accompagnement des personnes éloignées de l’emploi et mette à mal la qualité des dispositifs mis en place.

Les rencontres nationales des MIFE qui se sont tenues à Roanne les 12 et 13 juin 2008 (cf compte rendu ci après), ont laissé une large place aux interventions et aux débats sur cette question de l’orientation tout au long de la vie et de ses pratiques. Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 5


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 6

DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER -

DOSSIER

Accompagnement et Partenariat, Pour une sécurisation des parcours Depuis une vingtaine d’années les entreprises doivent faire face à de profondes transformations tant en matière d’emploi que de travail. En matière d’emploi, le modèle d’un parcours professionnel linéaire au sein d’une même entreprise faisant référence à une conception passée de la sécurité de l’emploi correspond de moins en moins à la réalité. Dès lors, la notion même de sécurisation de parcours professionnel revêt une importance de premier ordre. Aujourd’hui, une approche large de la sécurisation des parcours professionnels ne vise pas seulement la réparation de situations de rupture mais bien la globalité des situations professionnelles inscrites dans un parcours de vie. Toute situation professionnelle, quelle qu’elle soit, est concernée par une nouvelle “approche sécurisée des parcours” : des jeunes ayant des difficultés à entamer un parcours aux seniors confrontés à des difficultés d’accès ou de retour à l’emploi en fin de carrière, en passant par les salariés touchés par les restructurations, les femmes concernées par des ruptures, des transitions ou des situations de temps partiel récurrentes, les demandeurs d’emploi en fin de droit confrontés au risque d’exclusion, les salariés désireux de se former pour réorienter leurs parcours. La politique de l’emploi doit se donner comme objectif prioritaire de faciliter et d’aider à gérer les transitions entre les différentes situations professionnelles que les individus sont amenés à rencontrer : entre formation et emploi, entre deux emplois, entre chômage et emploi. Le parcours doit inclure une priorité à la formation. Cette composante vise à répondre aux aspirations des salariés, voire de les susciter, afin que la formation initiale ne soit pas le seul facteur de progression professionnelle et de reconnaissance personnelle. L’enjeu de la formation doit aussi répondre très directement aux besoins des entreprises, confrontées à des nécessités d’adaptation de plus en plus rapides, liées au contexte économiques et aux mutations technologiques. Le seul recrutement de salariés formés en amont ne suffira pas à répondre aux évolutions à venir. C’est bien par la formation professionnelle que les entreprises pourront mener une politique de gestion des ressources humaines à même de répondre à leurs nécessités économiques. Les politiques de formation professionnelle sont d’autant plus à même de contribuer à sécuriser les parcours que la production des qualifications s’articule à une analyse prospective des besoins d’emplois et de compétences à l’échelle d’un espace de mobilité pertinent (territoire, branche, groupe, entreprise, pôle de compétitivité).

L’accompagnement, un facteur clé de la sécurisation des parcours L’anticipation est donc un enjeu majeur de la sécurisation professionnelle. Ce besoin d’anticipation commence dès l’orientation, se poursuit dans l’emploi et doit être le fil conducteur de toute réflexion globale sur la sécurisation des parcours professionnels. Dans un contexte économique, démographique et technologique mouvant, Il est nécessaire d’encourager et de faciliter les mobilités professionnelles et de développer l’employabilité. Ce n’est possible qu’au regard d’une évolution des pratiques de gestion des ressources humaines au sein des entreprise et qu’au regard d’une fonction Accueil Information et Orientation renforcée au niveau des territoires débouchant sur un accompagnement et un suivi dans l’élaboration du projet de chaque personne. L’accompagnement est un facteur clé de la sécurisation. Dans les expériences réussies, une personne en transition professionnelle n’est jamais laissée seule face à une offre de formation ou d’emploi. La qualité de cet accompagnement est cruciale. L’accompagnement crée un lien privilégié de confiance qui facilite les transitions. Il a une fonction de médiation : pour ce faire, il doit forcément s’appuyer sur un réseau de compétences. Dans cet objectif, il semble essentiel que les personnes puissent avoir accès à des interlocuteurs professionnels identifiés, tant dans l’entreprise qu’auprès de structures externes. Davantage de salariés doivent pouvoir s’appuyer sur un bilan de compétences ou un entretien professionnel et de mi-carrière pour construire ou orienter leur parcours professionnels.

A cet égard, l’Etat, via le dispositif d’aide au conseil GPEC, et via les Engagements de Développement des Emplois et des Compétences soutient des actions de promotion de la qualité de l’emploi par le développement de démarches de GPEC, considérant que la GPEC est un outil majeur pour faciliter les évolutions de carrière internes ou externes à l’entreprise. Une complémentarité des dispositifs est sans cesse recherchée entre les ADEC et les dispositifs du conseil régional pour donner un effet levier maximal aux projets financés conjointement par l’Etat et la Région, notamment dans le cadre des plans d’actions territoriaux des CTEF et des MDEF. Concernant l’orientation, l’Etat via ses services déconcentrés du travail, emploi et formation professionnelle développe un partenariat renforcé avec les réseaux d’accueil, d’information et d’orientation. Il souhaite s’investir dans la politique d’information et d’orientation, par un soutien aux actions du Pôle Michel DELARBRE Rhône-Alpes de l’Orientation (PRAO), et en soutenant également les actions Directeur régional du Travail conduites par le réseau des CIBC et le réseau des MIFE de Rhône-Alpes.

Un partenariat renforcé avec les réseaux AIO Ainsi, la DRTEFP RA, positionnée au nom de l’Etat sur les publics prioritaires, poursuit son appui au réseau des MIFE dans le cadre du nouveau contrat de projet Etat/région 2007-2013 : – pour soutenir une expérimentation “Guidance Professionnelle Personnalisée GPP à distance” visant à réaliser, à titre expérimental, un logiciel d’aide à l’orientation. – pour poursuivre la consolidation du service Guidance professionnelle personnalisée pour les salariés avec notamment la mise en place de permanences dans les sites AIO (Maison de l’Emploi…) et la participation à des manifestations locales (forums emplois métiers) – poursuivre, en partenariat avec les ASSEDIC et l’ANPE auprès des publics fragilisés (demandeurs d’emploi, femmes, intérimaires, faibles niveau de qualification, seniors), sa mission de sensibilisation et de GPP vers les métiers porteurs d’emploi. Toujours dans la logique de sécurisation des parcours professionnels, la DRTEFP Rhône-Alpes a conventionné en 2007 avec l’INTERMIFE Rhônealpes pour soutenir une action “GPP Seniors” visant à permettre à toute personne de plus de 45 ans, demandeurs d’emploi (hors prestation d’accompagnement ANPE), salariés (hors prestations spécifiques OPCA) de définir un ou des projets hiérarchisés dans une visée d’accès, de maintien ou de retour à l’emploi. Egalement dans le cadre du partenariat avec INTERMIFE France, avec la coopération de six MIFE de Rhône-Alpes, l’Etat a financé une action de mobilisation vers la VAE qui s’adresse à des femmes en recherche de réinsertion professionnelle, éloignées de l’emploi et des dispositifs de formation. Enfin en 2008, la DRTEFP Rhône-Alpes a conventionné avec INTERMIFE RHONE-ALPES pour conduire, à l’échelon de la région Rhône-alpes, une action expérimentale d’accompagnement des salariés fragilisés en vue de les mobiliser et de les préparer à l’entretien professionnel. Les financements de l’Etat viennent en complément des financements du Conseil Régional dans le cadre des contrats d’objectifs avec les MIFE. En 2009, la création de la DIRECCTE qui se traduira dans le cadre de la révision générale des politiques publiques à une fusion des services de la DRTEFP, du service économique des DRIRE, des Directions régionales du commerce et de l’Artisanat ,du commerce extérieur, du tourisme extérieur et de la Direction de la concurrence , consommation et répression des fraudes (DCCRF) permettra de mieux répondre aux attentes des acteurs de l’économie, de l’emploi et de la formation professionnelle dans un dialogue renouvelé avec les collectivités territoriales.

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 6


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 7

DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER -

DOSSIER

L’orientation tout au long de la vie, Pour une sécurisation des parcours La sécurisation des parcours professionnels est une question souvent évoquée mais pour laquelle chacun, en fonction de la place qu’il occupe, apportera sa propre réponse. Face aux nouveaux enjeux du marché du travail, dans un monde confronté à de multiples mutations, il est indispensable d’engager un travail collectif qui puisse aplanir les divergences de définition. Néanmoins, un constat est largement partagé : il y a, aujourd’hui, beaucoup de morcellement et de ruptures dans le parcours des personnes. Il convient d’engager une action forte et résolue sur ce point. Les rhônalpins, et tout particulièrement les salariés fragilisés dans leur emploi doivent pouvoir être aidés dans leur démarche d’orientation. Ce processus est long et complexe. Il nécessite de travailler sur soi, sur la représentation des métiers et la connaissance d’un contexte socio-économique en constante évolution. L’orientation est une phase essentielle pour l’élaboration et la réussite d’un parcours d’insertion professionnelle vers un emploi durable. Elle doit de plus, désormais s’inscrire dans une perspective tout au long de la vie. La Région est particulièrement mobilisée sur l’ensemble de ces questions. Nous sommes convaincus que l’orientation tout au long de la vie est un préalable à la concrétisation de l’accès à la formation tout au long de la vie, c’est pourquoi nous entendons articuler notre politique de formations continues autour de nos dispositifs en faveur de l’orientation des publics. Un partenariat renforcé avec les réseaux d’Accueil, d’Information et d’Orientation Pour mettre en œuvre cette politique régionale d’information et d’orientation, la Région a souhaité renforcer son partenariat avec l’ensemble des réseaux d’accueil, d’information et d’orientation, qui accueillent et accompagnent les personnes dans leur démarche. Depuis 2006, les contrats d’objectif qui lient la Région à ces réseaux, visent à les soutenir dans la mise en œuvre du contrat territorial emploi formation (CTEF) et du Plan régional pour l’emploi. Elle les conforte dans leur rôle d’observation des publics et de leurs besoins, de capitalisation et de diffusion de ces données aux différents acteurs des territoires pour une connaissance partagée de ces publics et la mise en place d’actions visant un accès à un emploi durable. Elle les confirme dans leur responsabilité de construction de parcours individuels et les convie à s’organiser pour donner accès à leurs services sur l’ensemble du territoire régional. Une contractualisation avec les MIFE pour une expertise des publics salariés fragilisés En ce qui concerne spécifiquement la contractualisation avec les MIFE, la Région souhaite de plus que le réseau développe une expertise des publics salariés fragilisés dans leur parcours professionnel et favorise l’évolution professionnelle des publics les plus fragilisés (accès, maintien, retour, promotion dans l’emploi). La dynamique ainsi confortée, la première contractualisation avec les MIFE date de 2002, doit permettre d’aboutir à un renforcement de l’expertise des salariés fragilisés dans leur trajectoire professionnelle et à un développement des relations partenariales. L’action menée au quotidien par le réseau permet de mesurer le chemin accompli et la connaissance approfondie développer par les acteurs qui le compose ainsi que le rôle dynamique des MIFE dans le paysage global de l’emploi et de la formation.

Les missions confiées à l’INTERMIFE s’inscrivent parfaitement dans cette contractualisation. A ce titre, elle est chargée notamment d’assurer la capitalisation et la diffusion des bonnes pratiques (professionnalisation des conseillers, création d’un outil méthodologique de rapprochement public/ entreprise). Car c’est bien par un travail partagé, grâce à des échanges permanents entre tous les acteurs que nous arriverons à aider au mieux les demandeurs d’emploi ou les salariés fragilisés. Le Pôle Rhône-Alpes de l’Orientation (PRAO), pour une mise en synergie des acteurs De ce point de vue, l’implication de la Région, dès l’origine aux côtés de l’État et des partenaires sociaux, dans le PRAO, est un signe Bernadette LACLAIS supplémentaire de notre souci constant de renforcer la coopération Vice Présidente du Conseil régional entre les acteurs afin de renforcer la sécurisation des parcours pro- Déléguée aux formations professionnelles fessionnels. L’action du pôle Rhône-Alpes de l’orientation doit contribuer activement au développement de l’échange des pratiques entre les différents acteurs en charge de l’accompagnement des publics et ainsi à l’essaimage des bonnes pratiques. Les MIFE prennent largement leur part dans ce travail collectif au sein des 21 réseaux et services d’orientation qui constituent le PRAO. En effet, le PRAO a vocation à susciter des synergies dans les actions que conduisent ces acteurs, pour proposer, dans le cadre de contrats territoriaux, une offre diversifiée de prestations et de services d’aide à l’orientation. Le soutien apporté par la Région, avec l’ensemble des membres fondateurs, permet de poursuivre l’action engagée pour favoriser les échanges entre les réseaux et participer à leur professionnalisation. Il doit concourir à faire émerger une reconnaissance réciproque des services offerts par chacun des réseaux et faciliter la construction de parcours. La Région y apporte sa contribution et soutient le pôle Rhône-Alpes de l’orientation dans son appui aux réseaux d’accueil d’information et d’orientation. En effet, celui-ci propose son expertise dans les domaines de l’observation, de l’information, de la communication et son concours aux projets d’innovation en faveur de l’orientation. Un cadrage régional de coopération local pour aller plus loin L’important travail qui a été conduit par les MIFE de Rhône-Alpes, avec le réseau des CIBC et des CIDFF, en vue de la formalisation d’une charte de coopération en est un parfait exemple. L’aboutissement de l’action entreprise avec le PRAO, correspond à ce que nous souhaitons voir se réaliser. En effet, ce cadrage permet de mettre en avant les valeurs communes partagées par les trois réseaux. En affirmant leur volonté de développer des coopérations locales, les réseaux souhaitent parvenir à la déclinaison d’une offre de service complémentaire sur les territoires qui permettra d’optimiser l’accueil, l’information, l’accompagnement des publics en difficulté d’insertion professionnelle durable. Au final, l’objectif est d’aboutir à la définition d’un unique accord cadre d’intervention pour 2010. La Région a accompagné les réseaux dans cette démarche. Je tiens à en saluer le résultat, qui est de grande qualité. Il montre très clairement l’implication de chacun. La Région porte un grand intérêt à ce travail et sera présente, en octobre à Chambéry, à la signature du document de cadrage.

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 7


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 8

DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER -

DOSSIER

Chambéry - jeudi 2 Octobre 2008

Signature du cadrage régional de coopérations locales entre les réseaux des CIBC l CIDFF l MIFE Le Jeudi 2 Octobre à Chambéry au Lycée Monge, en présence de Bernadette Laclais, Vice Présidente du Conseil régional Rhône-Alpes, déléguée aux formations professionnelles, a été signé un protocole de partenariat entre les Présidents des réseaux des CIBC, CIDFF et MIFE 1. Cette signature est l’aboutissement d’un travail de concertation et de réflexion à l’échelon régional de ces trois réseaux d’Accueil, d’Information, d’Orientation (AIO), afin de répondre d’une part à la volonté du Conseil régional et d’autre part de développer un meilleur service au public des adultes fragilisés. Une volonté du Conseil régional Rhône-Alpes En effet, dans sa volonté de donner à tous les Rhônalpins les mêmes chances face aux évolutions du travail et de l’emploi, depuis 2002, la Région Rhône-Alpes a contractualisé avec ces réseaux de l’AIO afin de prendre en compte le public des adultes fragilisés (salariés de faible ou de niveau de qualification inadapté, femmes, seniors, saisonniers ..) et de faciliter l’accès aux services d’orientation et d'accompagnement. L’objectif de cette signature est d’aller plus loin dans le partenariat pour offrir une offre de service de qualité, adaptée aux besoins des publics, lisible et cohérente sur les territoires. Des valeurs communes partagées par les réseaux Dans le texte de cadrage, les CIBC, CIDFF et MIFE ont affirmé des valeurs communes pour une orientation tout au long de la vie, notamment «la dimension individuelle du projet professionnel intégrant le projet de vie, développée en lien avec la dimension socio-économique du territoire ». Une volonté affirmée des réseaux à développer des coopérations locales “Compte tenu de la complexité des problématiques rencontrées par les publics à accompagner, les structures locales visent, grâce à la coopération territoriale, à développer la complémentarité au niveau départemental des offres de services locales…” Des modalités de partenariat à l’échelon régional et local “Le maillage territorial des trois réseaux doit avoir comme objectif l’égalité d’accès des Rhônalpins aux services proposés. A cet effet, les réseaux se doteront d’une organisation et de modalités de pilotage locales. Ils assureront une activité de veille grâce à la remontée d'informations … A l’échelon régional, un Comité de pilotage composé des Présidents régionaux de chacun des réseaux signataires ou de leurs représentants est constitué pour le suivi des dispositions de la convention. Il se réunit au moins une fois par an. A l’échelon départemental, un groupe de travail constitué de représentants de chaque réseau, sera constitué pour évaluer les situations locales afin d’apporter des réponses adaptées...” Ce texte, qui constitue une avancée importante dans le paysage de l’Information et de l’Orientation tout au long de la vie en Rhône-Alpes, “vise une synergie progressive des réseaux vers une coopération renforcée en respectant le rythme propre à chaque “territoire” et l’identité de chaque structure”.

1

CIBC : Centre Interinstitutionnels de Bilan CIDFF : Centre d’Information sur les Droits de femmes et des Familles MIFE : Maison de l’Information sur la Formation et l’Emploi

Les signataires

Le réseau des Centres Interinstitutionnels de Bilan de Compétences, CIBC Rhône-Alpes, se caractérise par sa double culture : fort engagement sur des missions d’intérêt général et service aux entreprises. Les origines interinstitutionnelles des huit CIBC de RhôneAlpes et le paritarisme en place – traduit par l’engagement des partenaires sociaux régionaux dans la Fédération Régionale – sont le gage d’un positionnement au carrefour entre l’individu et l’entreprise. L’assise des méthodes sur les concepts et les théories de la psychologie du travail garantit le respect d’un cadre déontologique dont l’équidistance entre le désir des individus et les besoins des entreprises est un des points majeurs.

Le réseau Rhône-Alpes des Centre d’Information sur les Droits des femmes et des Familles, CIDFF, accueille de façon privilégié des femmes pour une information globale concernant l’accès aux droits. Au fil des années l’expérience d’accueil et d’accompagnement a permis aux professionnels d’approfondir, de diversifier leurs compétences, et de développer une culture du genre, favorisant : – un meilleur accompagnement des situations de rupture dans les trajectoires professionnelles et familiales, – une plus grande confiance des femmes et meilleure connaissance de leur potentiel, – un élargissement des choix d’orientation et une plus grande mixité des emplois, qui passe par l’évolution des représentations de l’ensemble des acteurs.

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 8

Les Maisons de l’Information sur la Formation et l’Emploi, MIFE Rhône-Alpes, ont mis en œuvre des pratiques éducatives d’information sur la formation et d’orientation professionnelle ou Guidance Professionnelle Personnalisée, favorisant la mobilité professionnelle et la sécurisation des parcours, dans une visée d’emploi (accès, évolution, changement, création). Leurs missions se développent autour de deux axes : – la Guidance Professionnelle Personnalisée (GPP), aide et accompagnement de tout public adulte en vue de l’élaboration et de la concrétisation de projets professionnels adaptés aux besoins des personnes, prenant en compte leur expérience et leurs acquis et en lien avec l’environnement local. – l’Animation/Communication sur les dispositifs à l’échelon local de formation et d’emploi, à destination des entreprises, des professionnels de l’emploi et de la formation ainsi que du public.


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 9

DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER -

DOSSIER

Point de vue des Présidents des réseaux Rhône-Alpes CIBC l CIDFF l MIFE Une coopération renforcée pour plus d’efficacité Les 8 CIBC Rhône-Alpes sont des acteurs majeurs de l’orientation tout au long de la vie depuis plus de 20 ans. Fédérés au sein de la Fédération Régionale pilotée par les partenaires sociaux, ils sont incontournables dans le paysage rhônalpin. Le système d’accueil, d’information, d’orientation doit aujourd’hui, renforcer sa lisibilité compte-tenu de la multiplicité, de la diversité des dispositifs d’accompagnement. Par ailleurs, les partenaires sociaux régionaux, co-fondateurs avec l'Etat et la Région du Pôle Rhône-Alpes d’Orientation (PRAO), ont souhaité que les CIBC, gérés paritairement s’investissent dans cette approche. Le protocole de partenariat CIBC – MIFE – CIDFF matérialise cette volonté politique forte. Il permet d’offrir un service de qualité à l’ensemble des Rhônalpins en renforçant le développement de coopérations locales entre les trois réseaux, au plus proche des spécificités des territoires. De plus, il s’inscrit dans le cadre de la politique du Conseil Régional qui contractualise depuis plusieurs années avec chacun des réseaux. Ainsi la Région acte leur expertise respective que ce soit en matière d’accompagnement de publics fragilisés ou bien encore comme acteurs majeurs de l’orientation tout au long de la vie. Ainsi, cette signature concrétise la volonté de construction de synergies locales pour les trois réseaux autour de valeurs communes partagées : un service d’accueil, d’information et d’orientation accessible à tous dans le respect des aspirations de l’individu, de l’entreprise et des réalités socio-économiques.

Voici plusieurs mois que nous nous réunissons à l’instigation du Conseil régional pour formaliser les modes de coopération que nous souhaitons et pouvons renforcer entre les trois réseaux.

Au nom des MIFE de Rhône-Alpes, je voudrais exprimer la manière dont je reçois et je participe à la signature de cette convention de mise en synergie de nos trois réseaux.

Nous sommes heureux aujourd’hui que ces rencontres aboutissent à la signature d’un accord cadre nous permettant de franchir une étape sur la voie d’une coopération intelligente.

Cette coopération, je la comparerais à une entente créative d’artisans travaillant sur le même chantier à la construction d’une maison. Chaque artisan a conscience que ce travail collectif justifie une fierté de son entreprise au même titre que son compagnon ayant effectué une autre œuvre mais qui est un paramètre d’une oeuvre commune. La maison à construire sera une commande honorée si chacun met son empreinte dans un entre lac de savoir-faire, susceptible d’aboutir à une livraison touchant à l’ordre du chef d’œuvre. Cet engagement que nous prenons les uns par rapport aux autres veut souligner que nos talents réciproques seront décuplés si nous trouvons des espaces d’interventions et de recherches qui s’inspireront à la fois du fonctionnement de l’expérimentation d’un laboratoire de recherche et du pragmatisme d’une entreprise de production. La construction d’une maison est une œuvre complexe dont le fini est le fruit d’un enchevêtrement de savoirs faire du jaillissement de savoirs nouveaux et de créativités.

Il nous a fallu par le dialogue et les échanges mieux comprendre ce qui fait la spécificité de chacun de nos réseaux, mais aussi les valeurs qui nous sont communes. Nous avons tenté de le faire en ayant toujours à l’esprit que la justesse de nos propos et l’honnêteté dans le regard que nous portions à la fois sur les autres et sur nous-mêmes nous permettraient de progresser et d’intervenir de façon encore plus cohérente sur les différents territoires de notre région. Mais ce sont les personnes pour lesquelles nous travaillons qui ont été notre meilleur stimulant, car elles attendent légitimement toutes de nous des prestations de qualité qui les guident dans les chemins complexes de l’orientation personnelle et professionnelle. En ce qui concerne notre Union régionale qui regroupe les Centres d’Information des Droits des femmes et des Familles de Rhône-Alpes, nous veillerons tout particulièrement à ce que notre coopération permette à l’égalité entre les femmes et les hommes d’être une préoccupation véritablement partagée par chacun des intervenant(e)s de nos trois réseaux et de tous nos partenaires.

Le champ est immense et nous ne sommes pas trop nombreux sur le chantier. Pour reprendre une autre analogie, caractérisant la personne à la recherche d’une voie professionnelle plus sécurisée et balisée, nous rejoignons un constat que faisait déjà Gustave Flaubert : “il y a bien des chemins sans voyageur, il y a encore plus de voyageurs qui n’ont pas leur sentier”.

Cette coopération renforcée en répondant aux attentes de la Région doit permettre d’apporter aux Rhônalpins une offre de services la plus efficace possible rendant encore plus concrète l’idée d’Orientation Tout au Long de La Vie.

Jocelyne FOURNIER Présidente et Gérard CLEMENT Vice Président Fédération Régionale des CIBC Rhône Alpes 180 rue de Créqui 69003 LYON

Cette convention sous l’autorité du Conseil Régional Rhône Alpes est un texte fondateur qui reconnaît que la pluralité des acteurs de l’orientation répond à la complexité d’une personne faite de désirs, de projets et d’enracinement personnel et professionnel. La mise en œuvre commune de nos spécificités s’exerce déjà dans le cadre d’initiatives à l’échelon des territoires, mais par cette convention, nous sommes appelés à explorer ensemble les trésors de l’éducabilité de chaque personne. La formation tout au long de la vie en est encore à ses balbutiements et il en est de même pour son corollaire, l’orientation, qui s’impose de plus en plus dans notre monde contemporain en carence de repères.

Marie France MOTTE Présidente URACIFF, réseau Rhône-Alpes de CIDFF

Gaston PARAVY Président d’INTERMIFE Rhône-Alpes

URACIFF Rhône-Alpes - 18 Place Tolozan 69 001 LYON www.infofemmes-rhonealpes.fr

INTERMIFE Rhône-Alpes 116 rue Sainte Rose - 73 000 CHAMBERY www.intermife.fr

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 9


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

15:00

Page 10

Le CIDFF73 propose un accueil personnalisé, global, confidentiel et gratuit. Il informe, oriente et accompagne le public, en priorité les femmes, dans les domaines : Le CIDFF73, créé en 1981, est une association loi 1901, agréée Centre d‘Information sur les Droits des Femmes par le Service des Droits des Femmes et de l’Egalité du Ministère de la Parité et de l’Egalité professionnelle. Il est membre de l’Union Régionale Rhône-Alpes des Centres d’Informations des Femmes et des Familles, qui rassemble et représente les 8 Centres d’Information et de Documentation des Femmes et des Familles de Rhône-Alpes.

Les Maisons de l’Information sur la Formation et l’Emploi en Rhône-Alpes

l l l l l l

Le CIDFF73 s’appuie sur un réseau de partenaires locaux ou régionaux (création d’activité, accompagnement des femmes n’ayant jamais travaillé, femmes en situation de séparation, femmes en inter culturalité) et sur des outils propres au réseau CIDFF tels que :

de l’égalité des chances, de la discrimination, du soutien et du développement relationnel et social, et à la parentalité, de la formation, de la VAE, de la création d'entreprise, de la santé, de la mobilité.

– “Voyez Large” favorisant l’élargissement des choix professionnels. – “24 heures Comment” permettant de décrypter l’articulation des temps vie professionnelle et vie privée et les modalités qui en découlent dans le cadre d’un retour à l’emploi.

Une importance particulière est donnée à l’identification des freins dans l’objectif de faire évoluer les représentations liées à l’image de la femme dans le monde du travail.

– “Itinéraire” carnet de bord permettant la capitalisation de données, bilan personnel et professionnel, élaboration et mise en œuvre de projet, puis accompagnement à la recherche d’emploi.

Contact : CIDFF Maison des associations 67 rue Saint François de Sales 73000 CHAMBERY (près de la place d’Italie) - Tel 04.79.33.96.21 cidff73@orange.fr www.cidff73.fr

AVEC LA MIFE, SOYEZ ACTEUR DE VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL TOUT AU LONG DE LA VIE.

Un réseau de proximité Des équipes de professionnels qui proposent une pratique d’information d’orientation et d’accompagnement, centrée sur la personne, en lien avec son environnement (GPP)

Vous êtes : salariés, intérimaires, saisonniers, travailleurs indépendants, demandeurs d'emploi, … Vous souhaitez : n

Créées en 1982, les MIFE sont issues d’une volonté des collectivités territoriales et de l’Etat et travaillent en partenariatavec les acteurs socio économiques du territoire.

n

Contact : MIFE

Savoie

n

Tél 04 79 33 87 87 www.mife73.com

n

Evoluer dans votre emploi Changer de métier, prendre un nouveau départ dans votre vie professionnelle

n n n

Faire reconnaître vos compétences Faire valider vos acquis de l’expérience Suivre une formation Créer votre activité, votre emploi Sécuriser votre parcours professionnel

Guidance Professionnelle Personnalisée Un service gratuit adapté à votre situation personnelle et professionnelle : n n

Un accueil personnalisé pour faire le point sur votre situation. Une information sur les dispositifs de Validation des Acquis

n

Une orientation pour construire votre projet professionnel

n

Un accompagnement personnalisé

de l’Expérience (VAE), de formation, d'emploi et de création d’activités. (entretiens approfondis et modules d'orientation). tout au long de vos démarches.

LA MIFE S’ENGAGE AVEC VOUS POUR VOTRE AVENIR PROFESSIONNEL.


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 11

DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER -

DOSSIER

S’ORIENTER… mais dans quel sens ? 1

La une du “Courrier Cadres” de septembre 2008 , “Donnez du sens à votre vie professionnelle”, confirme l’actualité

La découverte du sens, une dimension éducative en orientation

de la question du sens dans des domaines éducatifs, économi-

On retrouve souvent chez les demandeurs d’emploi ou

ques et politiques. C’est dans la même thématique que nous avons

les salariés qui ont fréquenté les organismes du réseau “AIO” 4,

situé la rencontre nationale des MIFE en juin dernier à Roanne. Si

des personnes ayant une bonne analyse de qui elles sont, ayant

les expressions “faire du sens“, “donner du sens”, “chercher ou

une information plus ou moins exhaustive sur les formations et les

trouver le sens” ont largement parcouru les débats, si Jacques

métiers ; parfois celles ci restent dans une situation d’indécision,

Lecomte , dans sa conférence, a brillamment décortiqué des situa-

incapables de faire un pas dans la mise en œuvre d’une action,

tions où l’émergence du sens déclenche des dynamiques de

d’un engagement suggéré par les conclusions de leur travail

changement et de développement personnel, nous voudrions

d’orientation professionnelle. La contribution des MIFE, pour rele-

dépasser ces approches pour tenter de répondre à cette question :

ver ce défi éducatif de la mise en mouvement des personnes,

pourquoi la recherche et la découverte du sens est une dimension

s'exerce prioritairement dans cette pédagogie de la “Guidance

dynamique et constitutive du processus d’orientation profession-

Professionnelle Personnalisée” développée depuis 1982. Ces

nelle ?

stratégies éducatives en orientation, étayées par les concepts et

2

Gaston PARAVY Président de Guidance 73 MIFE de Savoie Président d’INTERMIFE Rhône-Alpes

méthodes d'histoire de vie et de médiation5, se situent autour Signification du travail Lorsque le réveil sonne le matin, qu’est-ce qui me donne

d’une rencontre éducative entre le conseiller-accompagnateur et la personne en recherche de sécurisation de son parcours.

envie et énergie de me lever alors que parfois le fonds de mon être grogne “c’est toujours cette chienne de vie qui continue”. Ce test

De multiples témoignages nous ont révélé qu'il était

du lever contient en lui-même la force de l’appel pour “aller vers“;

impossible d'entrer dans un processus de changement, d'appren-

et déjà il permet de jauger la dominante de ma motivation pour

tissage, de formation, de reconversion ou d’évolution profession-

revenir à la vie, surtout lorsque me vient à la conscience que je

nelle et d’emploi, sans qu'au préalable une conviction existentielle

suis attendu et que ma place est identifiée comme sur la table d’un

n'ait été réactivée ; en effet toute personne est source de savoir, en

repas festif. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas et la

capacité d'apprendre et d’évoluer. Dans cette approche, le creuset

mise en train matinale est pour beaucoup une mécanique grin-

de l’efficacité de l’orientation, c’est ce lieu où se réalise le jaillis-

çante, comme en témoigne ce cadre quadragénaire qui, un jour,

sement d’un savoir nouveau, d’une meilleure connaissance de soi

s’est vu “aller au boulot comme les ruminants vont brouter l’herbe

et de son environnement. C’est en relisant les temps forts de sa

dans les pâturages, avant de finir à l’abattoir, sacrifiés sur l’autel du

vie, en côte à côte avec le conseiller, que la personne va redécou-

profit” 3! Fort heureusement, au lieu d’en rester à cette sombre

vrir des lieux d’excellence, là où elle pétillait de vie, de plaisir,

perspective, ce dernier a décidé un “bilan d’orientation”. Il rejoint

d’énergie et d’intérêt pour les tâches qu’elle réalisait facilement,

spontanément l’intuition que l’orientation des adultes n’est pas

presque “sans rien faire”, selon une expression souvent utilisée.

seulement un ensemble d’outils permettant la coïncidence de

Cette pratique éducative produit chez la personne un sentiment de

compétences avec les exigences d’un poste, mais plus largement,

plénitude, une sensation de cohérence, d’unité, de réharmonisa-

que le travail est un lieu d’investissement de la totalité de la per-

tion de sa vie comme après un combat, qui fait émerger le sens

sonne, que l’orientation doit intégrer.

dans la vie.

Cette approche globale ne se définit pas seulement

Ce moment d’harmonie rejoint le concept de “flux” ou

comme une lecture de ce qui se voit mais aussi des ressorts inter-

“d’expérience optimale” défini par Mihaly Csikszentmihalyi, l’une

nes forgés par l’histoire et l’environnement de la personne trop

des figures de proue du courant de la psychologie positive : “J’ai

souvent refoulés et enfouis. Le malaise éprouvé au quotidien dans

donné le nom de flux à ce type d’expérience parce qu’elle était

le travail est souvent signe de désirs inassouvis, de peurs et d’inhi-

décrite comme une sensation de facilité évidente, mêlée à un état

bitions.

de conscience suraiguë” 6.

1

Courrier Cadres, spécial 30 ans, n° 22, septembre 2008, Paris, www.courriercadres.com

2

Jacques LECOMTE, Donner un sens à sa vie, Paris, Ed. Odile Jacob, 2007, 326 p. cf plus loin quelques extraits de sa contribution

3

Adeline TREGOUET, “Donner du sens à sa vie professionnelle”, in Courrier Cadres, op. cit, p.24.

4

AIO : Accueil, Information, Orientation. Le PRAO a répertorié en Rhône-Alpes 21 réseaux relevant de l’AIO (ANPE, CAP Emploi, CIO, CIBC, CIDFF, CIDJ, MIFE, Missions locales..)

5

Henri DESROCHE, Entreprendre d'apprendre, d'une autobiographie raisonnée aux projets de recherche-action, Apprentissage 3, Paris, Ed. Ouvrières, 1991, 208 p. Reuven FEUERSTEIN et Antoine SPIRE, La pédagogie à visage humain, la méthode Feuerstein, Paris, Le bord de l’eau, 2006, 113 p.

6

Mihaly CSYKSZENTMIHALYI, La créativité : psychologie de la découverte et de l'invention, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 110.

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 11


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 12

DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER -

DOSSIER

S’ORIENTER…mais dans quel sens ?

Le conseiller, un explorateur d’éducabilité

nous faire apprendre ?”. La réflexion de ces jeunes en quête de

Lors des entretiens de Guidance Professionnelle

sens se situe effectivement dans une problématique de la crise

Personnalisée, jaillit très souvent une étincelle créative issue de

des finalités de l’éducation, développée dès les années 70 par

champs d’une vie jusqu’alors enfouis. C’est ce qui faisait dire à

Guy Avanzin11, professeur en sciences de l’Education. En corol-

Henri Desroche que le conseiller en histoire de vie était un

laire, et dans la même mouvance, Luc Ferry, voit dans l’hyper

“maïeuticien”, et à Charles Hadji, un “explorateur d’éducabi-

consommation l’une des causes de “la casse des valeurs spiri-

7

lité” . Cette exploration d’éducabilité, qui définit parfaitement la

tuelles et morales qui constituaient l’essentiel de ce qui nous

pratique de Guidance Professionnelle Personnalisée, touche le

était enseigné. Car la structure de la consommation est celle de

lieu où la personne tient en réserve des potentialités, des apti-

l’addiction ; nous croyons rendre nos enfants heureux en leur

tudes qui ne demandent qu’à se développer. Le rôle du conseil-

permettant de consommer, et c’est l’inverse qui se produit”12. La

ler est de soulever le couvercle, non pas d’une boîte de Pandore

question du sens et des valeurs, encore aujourd’hui a très peu

mais d’un coffret de talents, en rendant possible et crédible

de place dans le champ de l’Education et sans le dire explicite-

cette prise de conscience d’un au-delà de la situation contin-

ment, certaines élites continuent de proclamer que le peuple ne

gente. Ce temps de mémoire que constitue la relecture des évè-

rêve que “de pain et de jeux“13. Les acteurs qui oeuvrent pour

nements de la vie est lui-même une expérience optimale lors-

une formation et un emploi pour tous, devraient prendre en

que la personne fait exister et réactive ses réussites et ses pos-

compte cette approche, susceptible de réhabiliter la personne,

sibles. Les effets de cette expérience, qui fait surgir l’émotion et

dans son expérience, ses acquis et son environnement. Charles

le sens, sont résumés en neuf points par le psychologue hon-

Hadji le confirmait déjà en 1995 lors des Rencontres de la for-

8

grois ; nous mettrons l’accent sur ses quelques critères : évi-

mation et de l’emploi en Rhône-Alpes : “nous avons une tâche

dence de l’action à entreprendre, du but à atteindre, sentiment

nécessaire à la fois pour une philosophie de l’éducation et pour

d’être à la hauteur de la tâche, disparition de la peur de l’échec

une philosophie politique. Dire ou redire ce qu’est une personne

et reprise de confiance, atténuation de l’importance de l’image

humaine, rechercher cet espace commun qui nous définit en

de soi (on s’oublie soi-même), sentiment de plaisir… C’est

tant qu’hommes et qui mérite d’être sauvegardé… d’abord par

ainsi que, devenir acteur de son changement n’est pas la capa-

l’éducation14”. La crise financière mondiale actuelle annonciatrice d’une crise

gnons ainsi Paul Ricoeur, qui a identifié quatre critères, consti-

économique profonde, en nous rappelant crucialement la

tutifs de la renaissance de la personne : le “pouvoir de dire”, le

nécessité de rétablir une éthique dans la construction de la

“pouvoir d’agir”, le “pouvoir de rassembler sa propre vie dans

société, confirme largement les propos de Charles Hadji. Cela

un récit intelligible et acceptable”, et enfin le “pouvoir de se

nous invite de façon urgente dans nos pratiques d’orientation et d’insertion à prendre en compte l’ensemble des dynamiques et des aspirations de la personne pour la situer au-delà des diktats

Avec la rentrée, de nombreux débats autour de l’Ecole

de production et de consommation.

et ses réformes sont organisés par les média. Au terme de ces regards croisés, un malaise demeure, comme si les initiatives d’amélioration du système éducatif n’atteignent jamais le cœur du problème. Certes, des expériences de parcours réussis, en provenance de tous les milieux sociaux sont évoquées, mais…, il reste ce “mais”, qui contient une interrogation pédagogique profonde, subsistant au-delà des disciplines, des horaires, des didactiques, voire des primes d’entrée dans le métier... Dans une émission de télévision récente10, un leitmotiv parcourait les témoignages de collégiens : “A quoi ça sert tout ce qu’on veut Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 12

8

Mihaly CSYKSZENTMIHALYI, op.cit., p. 111.

9

Paul RICOEUR, Le Juste 2, Paris, Ed Esprit, 2001. p. 88 et P. 96

10

France 2, A vous de juger, émission d’Arlette Chabot, jeudi 11/09/08 AVANZINI, Introduction aux sciences de l’éducation, Toulouse, Privat, 1987, pp. 140-147

comme sujet, auteur d’un savoir et d’un savoir faire. Nous rejoi-

croire capable de” .

Charles HADJI, in Reuven Feuerstein et Antoine Spire, op.cit. p.74.

11 Guy

cité de répéter une norme transmise mais celle de s’affirmer

9

7

Gaston PARAVY Président de Guidance 73 MIFE de Savoie Président d’INTERMIFE Rhône-Alpes

12

Luc FERRY, dialogue avec Boris Cyrulnik, “Ce qui nous tient debout”, in Psychologies, Janvier 2007, p.118.

13

Selon l’expression latine Panem et circences, “du pain et les jeux du cirque”. C’est ce que demandaient les Romains de la décadence, du pain et les jeux du cirque, c'est-à-dire du blé au forum et les spectacles gratuits.

14

Charles HADJI, Apprendre et entreprendre, Relevé le défi de l’exclusion, Actes des Rencontres de la formation et de l’emploi en Rhône-Alpes, DRTEFP/MIFE de Savoie, 1995, p 44.


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 13

DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER -

DOSSIER

Orientation professionnelle et dynamique du sens Extraits de conférence - Rencontre nationale des MIFE - Roanne 12 Juin 2008 Est-ce que la vie a un sens ? Je ne sais pas si on arrivera un jour à donner une réponse à cette question d’ordre métaphysique, mais à la question “est-ce que ma vie a un sens ?” ou “est-ce que ma vie peut avoir un sens ?”, il peut-être possible d’y répondre.

Donner du sens à sa vie Je ne pense pas que notre vie a un sens prédéterminé et qu’il nous appartient de le découvrir. Mais comme le dit le poète Antonio Machado, le chemin se trace en marchant, et plutôt que de découvrir un sens préexistant, il est utile de donner, de créer un sens dans notre vie. Ce sens est unique, il appartient à chacun de nous, il peut être issu d’un modèle sur lequel on peut s’appuyer, s’inspirer, mais il n’est pas un standard. De façon générale, la question à se poser serait plutôt “qu’est-ce que l’existence attend de nous ?”, selon l’expression de Victor Frankl. Ce psychiatre, fondateur d’un courant thérapeutique, la logothérapie ou thérapie par le sens, jeune a été déporté et a perdu la majorité de sa famille, dont son épouse. Quand il est revenu des camps, il a écrit un ouvrage en neuf jours, qui est devenu un best-seller mondial, sauf en France, “Découvrir un sens à sa vie”. Victor Frankl s’est appuyé sur son expérience de camp : à deux prisonniers qui avaient décidé de se suicider il leur a posé la question “est-ce que quelque chose t’attend après les camps” dans l’idée de “qu’est-ce que la vie attend de nous ?”, et de façon surprenante cette prise de conscience a aidé ces deux hommes à survivre. L’un avait pensé à son enfant qui l’attendait, et l’autre, enseignant universitaire, à ses étudiants. Même s’ils avaient le sentiment que la vie ne pouvait rien leur apporter, l’un et l’autre avaient pris conscience qu’ils pouvaient encore apporter quelque chose aux autres. “Cette unicité, nous dit Frankl, cette singularité qui caractérise chaque individu et qui donne un sens à la vie influence autant le travail créatif que l’amour humain. Lorsqu’il se rend compte à quel point il est irremplaçable un homme devient profondément conscient du fait qu’il est responsable de sa vie ; un homme qui réalise l’ampleur de la responsabilité qu’il a envers un être humain qui l’attend ou vis-à-vis d’un travail qui lui reste à accomplir ne gâchera pas sa vie, il connaît le pourquoi de cette vie et pourra supporter tous les comment auxquels il sera soumis”1.

Lien, loi, sens, conditions de la résilience C’est en travaillant sur le thème de la résilience, que j’ai été amené à m’intéresser à la question du sens. J’ai réalisé une enquête auprès de personnes maltraitées dans leur enfance, qui

sont devenues des parents affectueux. Et je suis parti des travaux de Stefan Vanistendael 2, qui a été le premier auteur à expliquer les fondements de la résilience, c’est-à-dire le lien, comme processus interpersonnel, et le sens comme processus intra personnel. On retrouve cette idée forte dans l’ensemble des travaux sur ce sujet, dont ceux de Boris Cyrulnik 3. Mais au fur et à mesure que je recevais des témoignages de personnes résilientes, je me suis rendu compte qu’un troisième élément était à prendre en compte, c’est la loi. Et cela m’a amené à élaborer un modèle de la résilience sous la forme d’une triangula- Jacques LECOMTE tion “lien, loi, sens”. Lorsque des jeunes sont en souffrance, ils ont psycho-sociologue, enseignant à l’Université Paris X Nanterre besoin de rencontrer autour d’eux des adultes qui manifestent non seulement de l’affection, de la chaleur, de la valorisation, de la reconnaissance, mais qui représentent aussi la loi, des règles, un cadre structurant. Le lien et la loi créent du sens.

Les composantes du sens : valeurs, relations, action J’ai eu donc envie d’approfondir la notion de sens, et cela m’a amené à faire une autre enquête auprès d’adultes, autour d’une seule question : “qu’est-ce qui donne un sens à votre vie?”. Je me suis alors tourné vers de nombreux travaux essentiellement anglo-saxons parce que les chercheurs en psychologie francophones s’intéressent peu à la question du sens. Quel que soit l’âge, quel que soit le sexe, quelle que soit la culture, la première réponse à cette question concerne les relations interpersonnelles : l’amitié, l’amour, la parentalité, le fait d’être grands-parents ou le fait d’être enfant... La deuxième composante a trait à nos convictions, nos valeurs, nos croyances. Et la troisième est définie par l’action, qu’elle soit au sein du monde professionnel ou associatif. Ce qui donne du sens à notre vie se situe bien dans cette articulation relations/convictions/action. Il ne s’agit pas de trouver une égalité entre ces composantes ; chacun de nous va accorder plus d’importance à l’une, plus d’importance à l’autre, mais si une facette écrase les autres cela ne fonctionne pas. En particulier, lorsque nos convictions écrasent nos relations humaines cela peut être très agréable pour soi mais cela peut être très intolérable pour les autres. Ces composantes interagissent entre elles.

Le travail, créateur de sens Lorsqu’on demande aux gens “pourquoi vous aimez travailler ?”, les réponses sont en général que le travail permet d’accéder à une certaine qualité de vie matérielle, mais aussi de se réaliser, de se

1

Victor Frankl, Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie, Editions de l’homme, 1988.

2

Jacques Lecomte, Stefan Vanistendael, Le bonheur est toujours possible, construire la résilience, Bayard éditions, 2003

3

Boris Cyrulnik, Un merveilleux malheur, Paris, Odile Jacob, 1999.

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 13


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 14

Mife Savoie - Guidance N째63 Octobre 2008 - Page 14


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 15

DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER -

DOSSIER

Extraits de conférence - Rencontre nationale des MIFE - Roanne 12 Juin 2008

forger une identité, d’exprimer ses aptitudes, d’être utile aux autres, de tisser des liens. Dans une enquête, réalisée en France en 1999, sur la question des valeurs, la famille arrive en premier à 88% et en seconde position on trouve le travail à 68 %, devant les loisirs à 37%. Il peut paraître étonnant que le travail passe avant les loisirs. Une thématique, liée à celle de la motivation, a donné lieu à de nombreux travaux en psychologie depuis une trentaine d’années, dont ceux d’un psychologue américain d’origine hongroise4, grand nom de la psychologie scientifique américaine qui a travaillé sur le concept de “flow”, que l’on peut traduire par “flux” ou expérience optimale. L’expérience optimale, qui rejoint la théorie de l’expérience paroxystique de Maslow se manifeste dans des situations très diverses, dans toutes les cultures, à tous les âges et quel que soit le sexe. La caractéristique essentielle est une certaine adéquation entre l’exigence de la tâche qu’on accomplit et notre capacité à pouvoir y répondre. Lorsque l’exigence de la tâche est trop faible et qu’on se sent largement capable, on s’ennuie, lorsque l’exigence est trop forte, c’est stressant. Cette théorie est liée à celles de la motivation, notamment dans ses dimensions extrinsèque et intrinsèque5. Le flux serait de l’ordre de la motivation intrinsèque. Si l’on traçait un schéma, en abscisse et ordonnée, à l’horizontal on trouverait les capacités, le sentiment que la personne a de pouvoir répondre à la tâche demandée, et à la verticale, l’exigence, le degré de difficulté de la tâche, le défi stimulant que génère cette activité. Le point de flux est à la convergence de ces données. Quand la tâche ne présente pas beaucoup d’exigences et qu’en plus la personne ne se sent pas suffisamment à la hauteur, elle sera inhibée et inactive. Le flux se situe lorsqu’une personne a le sentiment que la tâche est exigeante, c’est-à-dire qu’elle dépasse ce qu’elle pense pouvoir faire, mais qu’elle se sent néanmoins en capacité d’y répondre6. Mihaly Csikszentmihaly a observé que lorsque les personnes sont impliquées dans une activité de travail, le sentiment de flux est en moyenne trois fois plus fréquent que lorsqu’elles sont en situation de loisir, quelque soit la catégorie socio professionnelle. .. … Le travail est créateur de sens parce qu’il est un moyen d’exprimer ses aptitudes, d’être utile aux autres, à la collectivité. L’exemple, cité par Michel Lemay, spécialiste de la résilience au Canada, est caractéristique. Il s’agit d’un homme d’une cinquan-

taine d’années qui vit depuis longtemps dans une institution, abandonné de ses proches et souffrant d’une infirmité motrice cérébrale. Cet homme qui dispose d’un langage rudimentaire, chaque soir, se rend dans un club d’activités où il réalise inlassablement une tapisserie avec des efforts inouïs, grâce au soutien d’une personne bénévole. Il parvient ainsi à entrecroiser une trentaine de fils dans les deux heures qui lui sont imparties. D’années en années, il montre fièrement son œuvre à Michel Lemay et il finit par articuler avec grande fierté “cela sera fini dans 5, 6 ans”. Michel Lemay fait ce beau commentaire : “Malgré ses terribles handicaps, il reste acteur de son devenir. Bien sûr, il n’est pas tout seul, il a fallu la générosité d’une bénévole, la croyance d’une institution, la valeur des clubs d’expression, le soutien d’infirmières et éducateurs respectueux et sans condescendance, une équipe ayant repéré ses attentes. Avec toutes ces conditions, cet homme peut rester pleinement humain, me disant l’année dernière, au milieu des secousses de tout son corps : “ça restera” “. Donc, chacun peut, à son niveau, quel que soit ses difficultés et son handicap, exprimer ses aptitudes. Nous avons besoin de sentir que nous sommes utiles, que nous laissons une trace, que nous apportons notre petite pierre dans la société. Si le chômage engendre des difficultés d’ordre matériel, toutes les enquêtes montrent que le plus douloureux à vivre pour les chômeurs c’est le sentiment de ne pas être utile, de ne servir à rien… Même les activités les plus simples peuvent donner du sens…Une enquête, réalisée à Copenhague auprès de 30 ouvriers qui faisaient un travail répétitif dans la restauration (fermer des barquettes, préparer des plats froids, emballer des couverts, laver des plats), a montré que 82% de ces employés continueraient à travailler même s’ils recevaient le même salaire pour rester à la maison et 75% trouvaient du sens à leur travail. Ce qui donne du sens, c’est l’esprit de l’équipe, les relations sociales, l’utilité pour la famille, le plaisir d’apprendre dans le travail, le sentiment de responsabilité et de fierté pour le travail accompli, même dans des travaux répétitifs… Si le travail, quel que soit son niveau de qualification et de difficulté, est créateur de sens, l’orientation professionnelle doit prendre en compte cette dimension.

4

Mihaly Csikszentmihaly, Vivre, La psychologie du bonheur, Paris, Robert Laffont, 2005.

5

Dans le domaine professionnel, la motivation extrinsèque serait de dire “je suis motivé pour travailler parce qu’à la fin du mois j’aie une paie”, la motivation intrinsèque, de dire “ce que je fais m’intéresse”.

6

En psychologie du développement, cela rejoint le concept de “zone proximale de développement”, mis en lumière par Vygotski.

Jacques LECOMTE psycho-sociologue, enseignant à l’Université Paris X Nanterre

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 15


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 16

DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER -

DOSSIER

Visite guidée dans les pratiques d’orientation Tout au Long de la Vie Ces quelques réflexions se présentent comme une “visite guidée” dans les terminologies et appellations diversifiées traitant des pratiques d’orientation professionnelle.

L’appellation d’ Orientation Tout au Long de la Vie (OTLV) est apparue dans la mouvance de celle de Formation Tout au Long de la Vie 1, concept inspiré par Jacques Delors. En effet, dans le cadre des objectifs fixés par le conseil européen de Lisbonne en 2000, de développer en Europe “l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde”, l’orientation avec ses composantes d’information, d’orientation et de conseil, est devenue un domaine d’action prioritaire. L’Union Européenne a rappelé l’importance stratégique du concept d’OTLV, qui “contribue à la réalisation des objectifs que l’Union Européenne s’est fixés en matière de développement économique, d’efficacité du marché du travail et de mobilité professionnelle en améliorant l’efficacité de l’investissement dans l’éducation et la formation professionnelle, dans l’éducation et la formation tout au long de la vie et dans le développement du capital humain et de la main d’œuvre” 2.

Les pratiques d’orientation ont été marquées tout au long de leur histoire par des courants fondés sur des finalités et des conceptions philosophiques plus ou moins explicitées. On pourrait caractériser ce panorama historique en deux grandes périodes, de 1920 à 1980, l’orientation “diagnostique” 3 et, à partir des années 80, l’orientation “éducative”, avec un entre deux, initié par la psychologie humaniste, avec le “counselling” ou la relation d’aide, et ce qu’on pourrait définir comme un dérivé, le “coaching”, méthode d’accompagnement individuel qui “explose” aujourd’hui, envahissant tous les champs psycho-socio-économiques. Ces deux courants, apparus dans des périodes particulières - après la guerre de 14-18 pour le premier et après les premiers chocs pétroliers des années 70 pour le second -, ne sont pas opposables et nombre de pratiques actuelles s’inscrivent dans l’un ou dans l’autre selon qu’elles privilégient les méthodes de testing ou celles plus éducatives.

L’orientation diagnostique avec les méthodes de Testing Les débuts de l’Orientation Scolaire et Professionnelle (OSP) en France, des années 1920 à la fin des années 1950, sont marqués par ce courant diagnostique de l’orientation lié à la naissance de la psychologie à la fin du XIXème siècle, et privilégiant la mesure (psychométrie, psychotechnique, testing 4) dans une problématique positiviste. En orientation, deux catégories de tests sont davantage utilisées : les tests d'efficience comprenant les tests d'intelligence, d'aptitudes et de connaissances, qui analysent les capacités intellectuelles et psychomotrices et les questionnaires et inventaires de personnalité, qui, de manière analytique, explorent les aspects affectifs, les intérêts, le caractère, souvent en termes de profil. Ce courant de l’orientation diagnostique, préconisant l’appariement des profils individu/emploi, est jugé aujourd’hui par nombre de chercheurs et de praticiens comme inadapté, voire dépassé du fait des changements profonds de la société 5. Il semble perdurer dans certaines pratiques d’orientation quand la dimension évaluative est dominante. En effet, l’utilisation des tests dans une problématique éducative reste pertinente.

Le Counseling ou la relation d’aide en orientation Cette approche centrée sur le développement de la personne est issue des théories de Carl Rogers, psychologue américain, tête de file du courant de la psychologie dite humaniste. Développée aux USA dans les années 50 et diffusée en France dans les années 60, la relation d’aide ou de conseil permet

une mobilisation des ressources de la personne “par le biais d’un entretien mené par un conseiller “miroir” adoptant une attitude d’écoute active, d’empathie et de compréhension” 6. La pratique du counseling, constituée d’entretiens de face à face, a pour effet de développer la motivation au changement : “Un counseling empathique semble faciliter le changement ; son absence le décourage. Les personnes qui se croient capables d'effectuer un changement le font. Les personnes qui ont un conseiller qui les croit sont aussi plus portées à changer. Celles à qui l'on dit qu'il y a peu de chance de réussite réussissent moins” 7. Cependant, cette approche en orientation, dont le mérite a été de réagir au courant diagnostique, a ses limites si elle se réduit à sa seule dimension psychologique : “les freins rencontrés par les individus ne sont pas que psychologiques, mais relèvent aussi d’obstacles sociaux” 8, et économiques, peut Agnès BERJON on ajouter. Directrice Guidance 73 / MIFE de Savoie

Le Coaching Cette pratique est apparue en France dans les années 1990 dans les milieux de l’entreprise, dans la mouvance des méthodes d’entraînement sportif de haut niveau mises en place aux Etats-Unis. On pourrait la définir comme une relation d’aide de type comportementale 9 : “Le coaching est l'accompagnement de personnes ou d'équipes pour le développement de leurs potentiels et de leurs savoir-faire dans le cadre d'objectifs professionnels” peut-on lire sur le site de l'association française de coaching. Elle s’est développée dans les entreprises, d’abord en direction des cadres et aujourd’hui en direction du “middle management” 10. Tendant à se substituer à la formation de groupe, le coaching vise à améliorer les compétences individuelles et à développer le potentiel et le “savoir-être” des personnes, “indispensable à la logique client qui a accompagné la montée du secteur des services” 11. Cette méthode qui s’inscrit dans un rapport individualisé à l’entreprise ou à l’emploi, a pour but de définir un objectif et d’accompagner la réalisation de ce dernier. Les missions de coaching durent en général de quatre mois à un an, avec dix à quinze séances de une à quatre heures. On peut distinguer quatre dimensions du coaching 12 : – Définition d’objectifs opérationnels, par la personne et le coach, en terme non seulement de résultats qu’ils souhaitent atteindre mais aussi de retour sur investissement à court et long terme. – Information, consistant à recueillir et à analyser les informations obtenues dans les entretiens pour connaître le comportement de la personne, ses capacités, son potentiel, ses valeurs personnelles et professionnelles, sa motivation… – Stratégie, c’est-à-dire la mise en place d’un plan d'action personnalisé destiné à renforcer des compétences ou modifier un comportement pour accroître l'efficacité. – Résultats, mesure et évaluation des résultats ainsi que les principaux enseignements pouvant être quantifiés et reproduits pour pérenniser le processus d’amélioration. Le coaching tient sa limite dans la dimension comportementaliste de sa pédagogie et également dans la responsabilisation parfois excessive de la personne face à des freins socio-économiques ou organisationnels qu’elle ne peut pas toujours maîtriser.

Le Bilan de compétences Le bilan de compétences, issu d’un accord interprofessionnel paritaire signé par les partenaires sociaux et régi par le Code du Travail (loi n° 91-1405 du 31 décembre 1991), “a pour objet de permettre à des travailleurs d'analyser leurs compétences professionnelles et personnelles ainsi que leurs aptitudes et leurs motivations afin de définir un projet professionnel et, le cas échéant, un projet de formation” (art L. 900-2).

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 16

1

Paru pour la première fois dans le Livre Blanc (1993), intitulé “Croissance, compétitivité, emploi : les défis et les pistes pour entrer dans le XXIe siècle”, la formation tout au long de la vie ou “Long life learning” est née de “l’idée du développement, de la généralisation et de la systématisation de l’éducation permanente et de la formation continue” pour répondre au besoin croissant, appelé à se développer encore dans l’avenir, de recomposition et de construction permanente des connaissances et des savoirs.

2

Cf Conseil de l’Union européenne, Résolution du 27 Mai 2004

3

Ce terme a été introduit par Sylvie Boursier dans son ouvrage L’orientation éducative des adultes, Paris, Entente, 1989

4

La troisième catégorie, composée des tests projectifs, basés sur une exploration de l'inconscient, des désirs et des projections, cherchant à sonder l'individu dans sa perception du monde et dans son rapport à autrui, et donnant lieu à des interprétations, sont moins utilisés en orientation. Cf Yves PÉLICIER (sous la direction de), Univers de la psychologie, Champ, histoire et méthodes de la psychologie, Paris, Éditions Lidis, tome 1, 1978, pp. 421-453.

5

Bernard Liétard, “L’orientation aujourd’hui à travers les approches existantes, Quels courants, Quels enjeux ?”, in Actes des Premières recontres régionales ds professionnels de l’orientation tout au long de la vie, 15/03/05, Lyon, Edition PRAO, pp. 6-9.

6

Bernard Liétard, art. cit.

7

Miller, Motivational Interviewing : Preparing people for change, Guilford Press. “New York”, présenté par Vincent Rossignol, in Le Flyer n°14, nov. 2003

8

Ibid

9

En référence à ce courant de la psychologie, dit “behavioriste” ou comportementaliste. Rappelons que le “coach”, issu du mot français “coche”, en anglais veut dire “entraineur”

10

Pauline Fatien, “Pourquoi un coaching du middle management”, in Entreprises et Carrières, n°917, du 26/08/08 au 01/09/08, Groupe Liasons sociales, pp.28-29.

11

Ibid

12

Lee Hecht Harrison, agence de conseil en évolution professionnelle (outplacement, bilans de carrière, coaching individuel, ingénierie sociale, reclassement collectif) est implantée en France.


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 17

DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER - DOSSIER -

D’une durée définie réglementairement (24 heures), il est constitué de trois phases : – Information, afin de confirmer l’engagement de la personne, définir ses besoins, l’informer des conditions du déroulement du bilan – Investigation, permettant d'analyser les centres d'intérêts personnels et professionnels, d'identifier des compétences, des aptitudes et de les évaluer, de déterminer les possibilités d'évolution professionnelle, et de valider des choix d’orientation, – Conclusion, en vue de restituer les résultats détaillés de la phase d'investigation, de mettre à jour les pistes en vue de la réalisation d'un projet professionnel ou de formation, d'établir les étapes d'un calendrier de réalisation du projet. Ces conclusions sont formalisées dans un document de synthèse validé par le bénéficiaire et qui lui est remis. Le bilan s’adresse prioritairement aux salariés qui peuvent bénéficier de congé de bilan (L.931-21 à L.931-27), et également aux demandeurs d’emploi, plus particulièrement dans le cadre de prestations spécifiques (Bilan de Compétences Approfondi etc.). Le législateur a établi un certain nombre de garanties à caractère déontologique pour les prestataires de bilan.

L’Orientation éducative et ses méthodes Apparu dans les années 1980 comme tentative de réponse aux défis d’une société qui a perdu sa stabilité et ses repères, le courant de l’orientation éducative, préconise la nécessité d’apprendre à s’orienter dans un environnement incertain et mouvant, et d’accompagner la personne dans sa démarche. On peut distinguer plusieurs approches et méthodes :

– Activation du Développement Vocationnel et Personnel (ADVP), méthode mise en œuvre en Amérique du Nord dans les années 60, dans la ligne des travaux du psychologue M. Super, déterminant une “maturité vocationnelle”, plus ou moins développée chez les personnes. L’ADVP se propose de développer l’éducation au choix au travers de quatre étapes bien identifiées qui se suivent progressivement : – Exploration, qui passe par l’information et permet de découvrir et d’élargir ses représentations personnelles et professionnelles, – Cristallisation, c’est-à-dire comprendre et mettre en lien les éléments triés, – Spécification, qui consiste à hiérarchiser et à choisir, – Réalisation, qui consiste à élaborer le plan d’action. Au delà du choix professionnel à court terme, l’ADVP aide les personnes à donner plus de sens à leur vie, à se situer dans le monde social. Le corollaire français a été développé par Alexandre Lhotellier, dans sa pédagogie du “tenir conseil” 13 et par l’association Trouver Créer, créée à Lyon à la fin des années 70 dans la mouvance des travaux de Geneviève Latreille, professeur à l’Université Lyon Lumière 14.

– Guidance Professionnelle Personnalisée (GPP) Cette pratique éducative d’orientation à finalité d‘emploi (accès à l’emploi, changement d’emploi, évolution dans l’emploi, création d’emploi..), mise en œuvre à partir de 1985, par le réseau des MIFE, permet d’accompagner les changements professionnels des personnes en suscitant l’élaboration d’un projet adapté à chacun, dans une approche personnalisée en lien avec l’environnement économique local. Le terme de “guidance professionnelle”, issu des expériences nord américaines d'orientation professionnelle a été privilégié par les MIFE parce qu'il exprime à la fois l’aide à l’élaboration de projet et l'accompagnement de la mobilité professionnelle (vers ou dans l’emploi) et ceci dans la durée.

DOSSIER

Selon la charte nationale des MIFE, la pratique de guidance professionnelle, qui s’adresse à tout public adulte (DE, salariés, travailleurs indépendants..), s'appuie sur des pédagogies identifiées : – L'histoire de vie, pédagogie fondée sur la méthode des histoires de vie et plus particulièrement de “l'autobiographie raisonnée” du professeur Henri Desroche, qui a pour objectif une meilleure compréhension de son parcours de vie. Il s'agit d'une auto-évaluation assistée, qui contribue au repérage d'acquis et de compétences. – Les pédagogies de la Médiation, situant la problématique de la relation éducative d’orientation, où le conseiller facilite l'appropriation par la personne de nouveaux éléments de connaissance à la fois sur elle-même et sur l'environnement de la formation et de l'emploi. La médiation apporte à la personne les moyens de lire et de verbaliser ses expériences positives qu'elle peut transférer dans des nouvelles situations. On distingue quatre phases de la GPP, susceptibles de s’adapter aux personnes et à leur degré d’autonomie, dans une durée variable et étalée sur plusieurs mois en fonction de leurs besoins : – Accueil personnalisé : discernement de la demande, premier niveau d’information – Information sur les métiers, les offres et les dispositifs de formation, l'emploi et l'économie locale dans le but d’élargir les représentations professionnelles (auto-documentation assistée, centre cyber ..) – Orientation, par les entretiens et modules d'orientation personnalisée : recension et analyse des expériences, appropriation et formulation des acquis professionnels, aide à l'émergence des potentialités et des créativités, élaboration de projet professionnel, conseil personnalisé en formation, recherche d'emploi et création d'activité. – Suivi et accompagnement dans les démarches : ajustements successifs entre le projet élaboré et sa concrétisation, interface avec l'environnement local et l'ensemble des partenaires pouvant favoriser les évolutions professionnelles. Les étapes de la guidance conduisent à la production d'un portefeuille professionnel adapté à la personne et à son environnement 15.

Cette visite dans le paysage de l’orientation nous montre que si celui-ci est très riche, il est marqué par des méthodes et dispositifs diversifiés fondés sur des courants philosophiques et sans doute des conceptions différentes de la personne dans sa relation au monde et dans sa capacité à évoluer. En effet, selon que l’on considère que celle-ci est en capacité tout au long de sa vie de se développer et d’évoluer, ou non, qu’elle est acteur et auteur dans son parcours personnel et professionnel, ou non, qu’elle peut avoir une place active et apporter sa contribution dans la société, ou non, qu’elle peut agir sur son environnement, ou non, seront mis en œuvre des contenus et des méthodes d’orientation et d’accompagnement différents. Nous ne pouvons que nous réjouir en Rhône-Alpes que dans le cadrage régional de coopérations locales signé par les trois réseaux CIBC, CIDFF et MIFE, à l’initiative du Conseil régional Rhône-Alpes, soient affirmées comme valeurs communes, notamment “la dimension individuelle du projet professionnel intégrant le projet de vie développée en lien avec la dimension socioéconomique du territoire”, la visée d’“autonomie de vie, d’épanouissement personnel et collectif, et la dignité de la personne” des interventions auprès du public, et que “l’OTLV n’est pas une démarche adéquationniste” 16.

13

Alexandre Lhotellier, Tenir conseil, Délibérer pour agir, Paris, Seli Arslan, Sciences humaines, 2001

14

Ce mouvement est connu notamment pour les méthodes “Education des choix” et “Génération Lycée”, diffusées dans les collèges et dans les lycées.

15

Ce portefeuille professionnel est réalisé dans la mouvance du portfolio de compétences élaboré par Ginette Robin. Cf Guide en reconnaissance des acquis, Ed G.Vermette, Ottawa, 1991.

16

Texte du cadrage régional, voir : www.intermife.fr

Agnès BERJON Directrice Guidance 73 / MIFE de Savoie

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 17


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 18

ACTUALITÉS - ACTUALITÉS - ACTUALITÉS - ACTUALITÉS -

ACTUALITÉS

Compte Rendu des Rencontres nationales des MIFE Roanne - 12/13 Juin 2008 C’est à Roanne, en co-organisation avec la MIFE du Roannais, qui fêtait à cette occasion son 20ème anniversaire, que se sont tenues les rencontres nationales des MIFE, sur le thème “Parcours professionnels et accompagnement des personnes”, traité sous le prisme des questions de sens, de souffrances et de conflits dans les relations de travail. Laure Deroche, Maire de Roanne, dans son discours d’accueil, rappela la mémoire d’Henri Desroche, natif de Roanne, nommé citoyen d’honneur de la Ville de Roanne, professeur à l’Ecole des Hautes Etudes en Pratiques Sociales et fondateur des Collèges Coopératifs, dont la pensée éducative a profondément irrigué les pratiques de guidance des MIFE. Gaston Paravy, Président d’Intermife France, rendit également hommage à Henri Desroche, inspirateur de la pédagogie de la Guidance Professionnelle Personnalisée (GPP), mise en place par les MIFE depuis plus de 20 ans, dont les objectifs sont la valorisation de l’expérience et la dynamisation des personnes pour un projet professionnel : “au-delà de la prise de conscience des potentialités, et face à une société qui a perdu ses repères, la question du sens traverse personnellement chaque personne, confrontée à des situations de travail ou de non travail difficiles à supporter”. Jacques Odin, Président de la MIFE du Roannais et sa directrice, Sylvie André, ont fait mémoire des évènements importants qui ont jalonné son histoire, de sa création en 1988 à ce jour ; ils ont rappelé les enjeux qui ont inspiré ses actions : la Formation tout au long de la vie, la VAE et le développement de la mobilité professionnelle, qui touche l’ensemble des actifs aujourd’hui et nécessite un accompagnement personnalisé. Jacques Lecomte, enseignant à l’université de Paris X Nanterre, dans sa conférence, a approché cette question du sens dans les pratiques d’orientation professionnelle, dans une problématique psycho-sociologique. Prenant appui sur la pensée du psychiatre Viktor Frankl 1, le conférencier a mis en évidence que le concept de sens était interdépendant de ceux de lien (les relations humaines) et de la loi, étant aussi fondé sur les concepts de valeur (croyances, convictions) et d’action. Mais surtout, la nouveauté apportée par Jacques Lecomte réside dans son étayage sur la théorie du “flux” ou expérience optimale, développée par un psychologue hongrois contemporain 2, définie comme l’expérience d’épanouissement personnel ressentie par les individus impliqués totalement dans une action. Le sens serait d’autant plus explicite que le sentiment d’épanouissement personnel serait fort.

Le premier carrefour de l’après midi, animé par Agnès Berjon, a traité du thème des parcours des salariés fragilisés au travers d’une analyse par monographies réalisée par les MIFE de Rhône-Alpes dans le cadre de leur contrat d’objectif 2006/2009 avec la Région. Un des objectifs est de contribuer à une meilleure connaissance du public des salariés fragilisés, déterminés par leur situation professionnelle (contrats précaires, reconversion, maintien dans l’emploi), leur niveau de qualification (faible ou inadapté), leur âge (problématique seniors) et leur genre (femmes)... Un autre objectif est de montrer la plus value de la pédagogie de la Guidance Professionnelle Personnalisée, défini comme un accompagnement valorisant des stratégies personnelles dans une articulation réaliste avec l’environnement. Le second carrefour, animé par Laurent Bernon, Directeur de la MIFE de Saint Etienne, a évoqué deux expériences d’observatoire des parcours de personnes éloignées de l’emploi, accompagnées par les référents PLIE de Saint Etienne et de la MIFE/MDE du Pays Vermandois en Picardie. L’objectif de l’observatoire des parcours, créé en 2002 par la Maison de l’Emploi de Rueil Malmaison, selon une méthodologie élaborée par Alliance Villes Emploi, réseau national des PLIE et des MDE, est d’améliorer l’accompagnement vers l’emploi par une meilleure connaissance des publics. L’observatoire permet de dégager les freins à l’emploi (notamment manque d’expérience professionnelle, problèmes de santé psychologique et autre, de maîtrise de la langue, de situation familiale …). Les autres plus values d’un observatoire des parcours, se traduisent par le renforcement du travail en équipe, la mobilisation des référents, des relations de confiance, par un meilleur ciblage du public PLIE etc.

Laure Deroche

Gaston Paravy

Sylvie André

Jacques Lecomte

Jacques Odin

Carrefour 2

Jacques Lecomte, présent aux deux carrefours, a pu offrir une synthèse personnelle en soulignant “la démarche socratique de la Guidance MIFE aidant la personne à formuler jusqu’au bout son désir, dans une dynamique d’empowerment, jonglant entre idéal et réalité”. La démarche légitime d’évaluation des pratiques ne devrait pas uniquement viser les dossiers qui posent problèmes, au risque de saper le moral des équipes, mais pourrait tenter d’approfondir ce qui relève de la “pèche miraculeuse”, ce qui a réussi et pourrait être modélisant par la suite. Ces rencontres furent l’occasion de présenter le nouveau site internet du réseau, permettant de diffuser des informations à l’échelon local (mife73.com), régional et national wwww.intermife.fr

Carrefour1

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 18

1

Viktor FRANKL, Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie, Ed. de l’homme, 1998.

2

CSIKSZENTMIHALYI M. , Vivre, La psychologie du bonheur, Paris, Laffont, 2004 ; Mieux vivre en maîtrisant votre énergie psychique, 2005.


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 19

ACTUALITÉS - ACTUALITÉS - ACTUALITÉS - ACTUALITÉS -

Le deuxième jour fut tout aussi dense et intéressant, la matinée commençant par deux conférences et étant suivie par des interventions de personnalités régionales et nationales. Yves Grasset, directeur de Violence Travail Environnement (VTE), structure de conseil créée dans la mouvance des rapports au Conseil économique et social sur la violence au travail, parus en 1998, a souligné l’importance de cette question dans le secteur professionnel du travail médical et social. En effet, les travailleurs sociaux, éducateurs, conseillers, eux-mêmes, ont des difficultés à se saisir de ce problème de la souffrance et de la violence dans leur milieu de travail, tant l’utilité sociale de leur action peut en cacher la problématique. Yves grasset pointe la tendance des travailleurs sociaux à “comprendre et interpréter à l’infini”, au détriment de la détermination d’une action, et suggère notamment d’introduire dans les organisations des temps de régulation collectifs et de former l’encadrement, de façon à élaborer des réponses et des procédures opérationnelles et satisfaisantes, susceptibles d’enrayer l’usure des collaborateurs. Dominique Lataste, consultant et chargé de cours à l’Université de Saint Etienne, a évoqué la question des conflits dans les parcours professionnels, émergeant de plus en plus du fait du développement de la mobilité, choisie mais surtout subie, rendant ces parcours de plus en plus imprévisibles et exigeant des personnes de les gérer individuellement. Si l’agressivité propre à l’être humain favorise l’action, si le conflit peut être une chance pour les organisations, les amenant à évoluer voire à se dépasser, il est toujours nécessaire d’en sortir et de le dépasser. Comment ? Par un accompagnement spécifique (coaching individuel et collectif), au cas par cas, fait de communication et permettant, par l’élaboration de protocole et de procédures, “l’ouverture des possibles”. Baptiste Dumas, directeur du Pôle Rhône-Alpes de l’Orientation (PRAO), après avoir rappelé les missions de cette instance copilotée par l’Etat, la Région et les partenaires sociaux, a formulé quelques remarques sur la place de l’orientation dans notre pays : – Le cadre législatif ne permet pas la cohérence, puisque l’Etat a en charge l’orientation dans l’enseignement secondaire et supérieur, et la Région ne dispose pas de compétences en tant que telle. Une clarification du rôle des acteurs s’impose du fait des évolutions socio-économiques qui suscitent de nouvelles réponses : développement de la mobilité professionnelle, non linéarité des parcours, manque de main d’œuvre dans certains secteurs. – L’orientation est organisée dans une logique de dispositifs et de publics, contraire à celle de parcours, qui suppose de décloisonner le système. L’échelon régional semble être le plus pertinent pour agir, notamment avec la mise en place de 27 zones CTEF (Contrats Territoriaux Emploi Formation). – Du fait de la grande diversité des structures et de la concurrence accentuée par les appels d’offre publics, il est difficile de créer des partenariats. – La mission de l’orientation est de répondre à la fois aux besoins des personnes et de l’économie, ce qui suppose une responsabilité accrue des entreprises.

ACTUALITÉS

Philippe Lacroix, secrétaire général du Centre Inffo, a souligné l’extrême diversité du dispositif français d’AIO, avec plus de 14 500 relais d’information sur la formation, et plusieurs milliers de professionnels, le rendant illisible, voire inaccessible pour le public et engendrant des phénomènes de concurrences entre structures. L’information, constitutive de l’orientation, a beaucoup évolué, avec le développement aujourd’hui de trois vecteurs - papier, relais d’information public et internet, permettant la diffusion immédiate. Le développement du numérique qui modifie les représentations et le fonctionnement de l’information, interroge les pratiques des professionnels de l’AIO. Pour exemple, le portail du centre Inffo récemment ouvert atteint le chiffre de 300 000 consultations par mois. Dans les entreprises, les besoins d’information sont devenus encore plus importants du fait des dispositifs issus de la loi de 2004 sur la formation tout au long de la vie (DIF...). C’est dans les territoires, que l’information doit trouver sa valeur ajoutée avec les relais de conseil et d’accompagnement que sont les structures AIO et les OPCA.

Yves Grasset

Dominique Lataste

Christian Avocat, président du Grand Roanne et conseiller régional, souligna le travail d’accompagnement des personnes et l’esprit de coopération de la MIFE du Roannais dans les différentes actions sur le territoire. Baptiste Dumas

Bernadette Laclais, vice présidente du Conseil régional, a rappelé les enjeux de l’Orientation tout au long de la Vie (OTLV), d’accompagner les personnes en vue de répondre à la fois aux besoins économiques de main d’œuvre qualifiée et aux besoins d’épanouissement personnel. En Région Rhône-Alpes, il y a une longue histoire de la prise en compte de l’OTLV et aujourd’hui c’est la logique de territorialisation qui est développée avec notamment les Contrats Territoriaux Emploi Formation (CTEF), la contractualisation avec les réseaux AIO. On assiste à une évolution rapide du paysage national, et des adaptations seront nécessaires, en terme de mutualisation des compétences et d’économies d’échelle.

Michel Delarbre, directeur régional du Travail, en conclusion, a insisté sur les synergies à renforcer, entre Etat et Collectivités territoriales, entre services de l’Etat et réseaux de l’AIO, de façon à “mettre nos forces en commun et mieux faire ensemble”, en mutualisant les moyens. Ceci, d’autant plus que la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP), en cours actuellement, apportera des changements profonds à l’échelon national, régional et local. C’est ainsi que la DRTEFP sera intégrée dans une direction élargie, la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (DIRECCTE).

Philippe Lacroix

Christian Avocat

Bernadette Laclais

Michel Delarbre

Mife Savoie - Guidance N°63 Octobre 2008 - Page 19


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 20


Q-INTERIEUR.qxd

15/10/08

14:33

Page 80

Les Conseillers de la MIFE peuvent vous recevoir pour des entretiens et modules d’orientation personnalisée ou “Guidance Professionnelle Personnalisée” en vue de : l préciser votre projet professionnel et de formation, l découvrir les possibilités de stages, l être accompagné dans votre parcours d'insertion, de reconversion, d’évolution professionnelle, de création d'activité…

L ES

L I E U X D ’ AC C U E I L

CHAMBERY

POLES GUIDANCE PROFESSIONNELLE PERSONNALISEE À DISTANCE

AIX-LES-BAINS

Espace Emploi Formation – ABB Place Roger Frison Roche 73270 Beaufort sur Doron

Tous les jours du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 14 h à 18 h 116 rue Sainte-Rose Mercredi et jeudi de 14 h à 18 h Mercredi de 9h à 12h (Balise) Sur rendez-vous ESPACE + - 14 rue Vaugelas

ALBERTVILLE

Cyberbessans Rue Saint-Sébastien 73480 Bessans

MODANE

Kiosque Emploi – ALCC 270 rue d’Aix-les-Bains 73310 Chindrieux

Sur rendez-vous 55 rue de Narvick

Editeur Guidance 73 Maison de l’Information sur la Formation et l’Emploi 116, rue sainte-Rose 73000 Chambéry Tél 04 79 33 87 87 Directeur de la publication Gaston Paravy Directeur de la rédaction Agnès Berjon Ont collaboré à ce numéro Christine Dioux Sylvie Fleury Mauricette Plattier Ophélie Mabru Conception graphique atelier 04 79 85 00 10 atelier@restelli.com Impression Couleurs Montagne

Imprimé sur papier 50% recyclé et 50% issu des forêts gérées durablement

Tirage 6 500 exemplaires

© MIFE SAVOIE octobre 2008

Nous vous conseillons de prendre rendez-vous au préalable en téléphonant à la MIFE au 04 79 33 87 87

Sur rendez-vous Maison Cantonale rue sommeiller

SAINT-JEAN-deMAURIENNE

Les Arcosses – rue des Ecoles, Sur rendez-vous

Espace Emploi Formation Rue des Tovets 73120 Courchevel 1850 Mission Emploi Place Momlingen 73110 La Rochette Association les Amis des Bauges Point Emploi Formation Rue du Capitaine de Courson 73630 Le Chatelard Point Emploi Formation Lieu Ressources Rue du Faubourg 73420 Saint Genix sur Guiers Espace des Saisonniers Immeuble Glattier 73320 Tignes Pôle Emploi 2 place de l’Hôtel de Ville 73400 Ugine Association Education Populaire AEP Centre Culturel 73460 Valloire


Guidance Savoie N°63