Page 1

Eté 2015

Le magazine SIG du développement durable

p. 4

Dan Acher,

Innovation

Géothermie: le potentiel genevois

p. 14

Rencontre

le visage estival de Genève p.10

Les Lions de Genève, champions Suisse pour la deuxième fois


Open data: les applis genevoises Jay Louvion

Editorial

Genève a la fibre La fibre optique se conjugue au présent, et constituera une évidence à l’avenir. A notre consommation d’images et d’informations, à notre volonté d’échanger les services de plus en plus gourmands en volume de données, il n’y a qu’une seule réponse technologique durable: la fibre optique. Il est de notre responsabilité d’aller de l’avant malgré les critiques, même si le développement de la fibre optique n’est de loin pas un fleuve tranquille. Dans quelques années, le fait d’utiliser la fibre optique sera une évidence. Notre décision est donc basée sur une réflexion à long terme et une volonté solidement ancrée. Ce qui ne veut pas dire que le développement doit se faire à n’importe quelle condition. Sans une participation des acteurs locaux, les communes notamment, certaines régions périphériques du Canton seront difficilement accessibles. Si la viabilité d’un réseau de fibre optique n’est pas mise en cause, ses perspectives de développement se révèlent moins rapides que nous l’espérions. Nous nous devons d’agir sur ce dossier avec une vision pérenne, qui marie conviction et pragmatisme. La conviction, c’est que Genève a tout pour rester un canton connecté, une terre ouverte et tournée vers l’avenir. Un réseau de télécommunications performant fait partie intégrante de cette identité, et c’est pourquoi nous travaillons à son extension. Le pragmatisme, c’est d’avancer au fur et à mesure, là où les perspectives de rentabilité minimale nous le permettent, et à un rythme cohérent avec nos possibilités financières et notre identité de constructeur de réseau. Des partenariats avec des opérateurs et des entreprises intéressées rythmeront ainsi les avancées du réseau. Il n’en demeure pas moins que fin 2016, 200’000 prises seront disponibles, ce qui permettra la connexion de 80% du canton. Alors oui, Genève a la fibre!

IMPRESSUM Le magazine Vive la Vie paraît trois fois par an. Editeur SIG Communication Case postale 2777 CH-1211 Genève 2 0844 800 808 www.sig-ge.ch

2 

VIVE LA VIE été 2015

Impression Imprimé sur du papier Cocoon, 100% recyclé. SRO-Kundig, Versoix Tirage 194 000 exemplaires Couverture Dan Acher, Michel Meyer, Linda Voigt et Imad Fattal par Guillaume Mégevand

Geneva creativity center

Vincent Collignon Directeur commercial

Le concours Open Geneva, organisé en mars et en avril derniers par le Geneva Creativity Center (GCC)*, en partenariat avec l’Université de Genève, la HES-SO Genève, le SITG et les TPG, proposait aux participants d’utiliser des données ouvertes — fournies notamment par le SITG et les TPG — en vue de rendre la vie plus agréable à Genève. Pour relever ce défi, des équipes interdisciplinaires d’étudiants genevois ont travaillé ensemble sur différents thèmes tels que: l’énergie, la santé, la mobilité, le social ou encore les sciences. Services en ligne, projet d’amélioration de la mobilité ou encore de réduction de la pollution atmosphérique, les idées de cette cuvée 2015 sont à découvrir sur www.opengeneva.ch * Le GCC a pour objectif de renforcer les liens entre le monde académique et le monde industriel, de construire un réseau d’experts multidisciplinaires et de stimuler la créativité pour des projets de collaboration innovants, au bénéfice de l’économie genevoise. www.creativitycenter.ch

Tri L’association genevoise My Drop in the Oceans récompense les habitants qui trient leurs déchets en les «rémunérant» avec une monnaie virtuelle qu’ils peuvent ensuite dépenser auprès de PME locales (bar, musique store, soins thérapeutiques…). Un moyen efficace et innovant de promouvoir le développement durable. Genève veut atteindre un taux de récupération de 50% d’ici à 2017. Plus d’information sur www.mydropintheoceans.org


Exposition universelle

padiglione svizzero expo milano 2015

L’Exposition universelle bat son plein à Milan. Baptisé «Confooderatio Helvetica», le pavillon helvétique sensibilise les visiteurs sur l’alimentation dans le monde et l’accès aux denrées alimentaires. Composé notamment d’une tour remplie de produits comestibles mis à la disposition des hôtes, il se vide au fur et à mesure de l’exposition et ne permettra pas à tous d’accéder à ces produits. www.expo2015.org

1 360 000.Sensibilisation La Ville de Lancy, le Département de l’instruction publique et l’association Terre des Hommes ont lancé une campagne de sensibilisation sur la production des téléphones et les impacts sociaux et environnementaux qui en découlent.

Terre des Hommes Suisse - Souad von Allmen

Pour cela, les élèves de différentes écoles et des jeunes en formation sont amenés à «disséquer» des téléphones portables afin d’observer leurs composants, les substances toxiques qu’ils peuvent contenir et les conditions dans lesquelles ces matériaux sont extraits et produits. Près de 2000 élèves seront touchés par cette campagne. www.solidarcomm.ch

C’est la somme récoltée par la Chaîne du Bonheur trois jours après le tremblement de terre qui a frappé le Népal fin avril. A ce chiffre, s’ajoutent encore les dons d’autres organisations comme Helvetas ou Caritas. www.bonheur.ch

gie: Ener ate, d une ention n i v une

1752

Découverte de la foudre

C’est en 1752 que Benjamin Franklin aurait découvert la foudre et ses propriétés électriques. Pour répondre à la Royal Society de Londres qui, contrairement à l’Europe continentale, ne prenait pas au sérieux ses intuitions sur la nature électrique de la foudre, il rédigea le protocole d’une expérience. Le savant américain proposa de faire voler un cerfvolant avec, attachée à son fil, une clef métallique. Ce protocole fut rédigé comme une sorte de plaisanterie à l’intention de ses contradicteurs vu les risques mortels que comprenait une telle expérience. Le 15 juin 1752, Benjamin Franklin l’aurait tout de même réalisée et serait parvenu à extraire des étincelles d’un nuage. Pour cela, il aurait effectué l’expérience lors d’une météo nuageuse et non orageuse, évitant ainsi de se faire frapper par la foudre.

VIVE LA VIE été 2015

 3


«Une énergie considérable se cache sous nos pieds» La géothermie pourrait fournir jusqu’à deux tiers de l’énergie utilisée pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire à Genève. Les explications de Michel Meyer, responsable pour SIG du programme GEothermie 2020 piloté par le canton. VIVE LA VIE Qu’est-ce

Texte Thomas Pfefferlé Photo Marc Hottinger

que la géothermie et comment fonctionne-t-elle? MICHEL MEYER Il s’agit d’exploiter la chaleur du sous-sol pour chauffer des logements ou des entreprises. La pratique la plus courante consiste à utiliser des sondes géothermiques en circuit fermé: on réalise des forages dans le sol, à une profondeur de 100 à 300 m, pour y placer des tuyaux dans lesquels circule un liquide. Avec la chaleur souterraine, le liquide se réchauffe. On le récupère ensuite pour alimenter des pompes à chaleur. En Suisse, les sondes géothermiques sont utilisées dans plusieurs dizaines de milliers de sites.

Niels Ackermann

Vous menez actuellement des investigations sur l’usage géothermique des nappes d’eau peu profondes, en quoi consiste ce type d’exploitation? Il faut s’intéresser à l’histoire géologique pour l’expliquer. Il y a 20 000 ans, lors de la dernière glaciation, les cours d’eau générés par les glaciers ont déposé du gravier dans le sol. Ces couches de gravier, qui peuvent s’étaler sur des dizaines de mètres de profondeur et plusieurs kilomètres de superficie, sont perméables. L’eau de pluie s’y infiltre et se maintient constamment aux alentours de 12 °C. L’idée consiste à réaliser des puits dans ces nappes phréatiques afin de pomper l’eau qui s’y trouve pour alimenter des pompes à chaleur. Un second forage permet ensuite de réinjecter cette eau dans la nappe exploitée. BIO EXPRESS Michel Meyer, 44 ans Après des études de géologie à l’Université de Genève, Michel Meyer obtient son Doctorat en sciences de la Terre. En 2000, il rejoint l’administration cantonale pour y travailler comme géologue, poste qu’il occupe jusqu’en 2007. De 2008 à 2011, Michel Meyer dirige le Service de géologie, sols et déchets du canton de Genève. Il rejoint ensuite SIG en tant que responsable de la géothermie où il travaille, en collaboration avec l’Etat, sur le projet GEothermie 2020.

4 

VIVE LA VIE été 2015

Par rapport à la géothermie classique, quels sont les aspects innovants de ce système? La géothermie en nappe d’eau peu profonde est moins coûteuse et nécessite moins de travail de maintenance que les sondes géothermiques classiques. Par ailleurs, elle est plus efficace. Avec ce système de circuit ouvert, il suffit d’un seul forage pour fournir de la chaleur à plusieurs immeubles, contrairement aux nombreuses sondes utilisées habituellement. L’eau de ces nappes phréatiques représente une ressource renouve-

lable, locale et simple à utiliser, il serait dommage de ne pas en profiter. En outre, il est non seulement possible de l’utiliser pour du chauffage mais aussi pour le «geocooling», le rafraîchissement de bâtiments, pratique en été, par exemple pour maintenir une température fraîche dans une salle de serveurs informatiques.

Ces nappes phréatiques sont-elles nombreuses à Genève? Oui. Les deux principales, celles du Genevois et de l’Allondon, fournissent d’ailleurs 20% de l’eau potable du canton et sont protégées. En revanche, il reste beaucoup d’autres réservoirs naturels que l’on peut exploiter. Grâce aux travaux menés par le Service de géologie, sols et déchets du canton, nous connaissons très bien notre sous-sol peu profond, jusqu’à environ 200 m. Et le potentiel géothermique global, en incluant les cibles géothermiques plus profondes malheureusement moins bien connues, est immense. Selon les estimations, la chaleur souterraine pourrait couvrir, d’ici à 2050, deux tiers des besoins en énergie pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire de tout le canton. Ce qui équivaut à des centaines de millions de litres de pétrole par an! Où en sont actuellement vos travaux? Nous avons lancé des premiers forages peu profonds fin mai au Grand-Saconnex pour un bâtiment d’une organisation internationale. Dans un premier temps, il s’agira de mesurer l’impact de ce système sur la nappe phréatique et de voir précisément quel est son potentiel. Nous voulons bien entendu être


La foreuse permet de creuser des puits jusqu’à 100 mètres de profondeur.

certains de ne pas risquer de tarir ces nappes en mettant ce dispositif en place. Dans le reste du canton, nous allons utiliser les forages existants, réalisés dans le cadre de projets de construction, pour mener ces tests à plus large échelle. Ainsi, nous ajoutons un volet «peu profond» au projet GEothermie 2020, qui vise principalement à effectuer des forages de moyennes et grandes profondeurs.

L’eau jaillit de la foreuse au stade d’Ambilly, suite à l’injection d’air comprimé pour le nettoyage du puits, d’une profondeur de 25 mètres.

Schéma d’un dispositif de géothermie en eau peu profonde

S. Cattin

Ces projets de forage comportent-ils des risques sismiques? Non, aucun. Genève compte déjà de nombreux forages. Par exemple, pour connaître le sous-sol et dimensionner les fondations d’un bâtiment avant sa construction, pour des analyses dans le cadre de sites pollués, pour l’exploitation de gravières ou encore dans le cas de forages pour l’eau potable. Plus de 15 000 forages ont été réalisés à Genève ces dernière décennies et sont archivés au sein du service de géologie, sols et déchets du canton.

Marc Hottinger

A long terme, quelle est la stratégie géothermique de SIG? Nous voulons acquérir une certaine autonomie énergétique en utilisant les ressources d’énergie locales et renouvelables de Genève. Le canton se situe sur une mine d’or si l’on considère son potentiel géothermique. Pour donner un ordre d’idées, la température souterraine augmente de plus de 30 °C par km. Une énergie renouvelable considérable se cache donc sous nos pieds. Les projets de géothermie sont finalement assez similaires à celui de GeniLac, qui utilise l’eau du lac pour chauffer et rafraîchir plusieurs secteurs de l’agglomération. Il s’agit de coordonner les actions afin ne pas entraîner de frais ou de travaux inutiles avec des réseaux trop étendus lorsque des systèmes locaux sont possibles.

VIVE LA VIE été 2015

 5


Genève, cité haut débit Avec le réseau de fibre optique le plus important de Suisse, Genève continue à tisser sa toile. Objectif: raccorder 200 000 ménages et entreprises d’ici à la fin 2016, soit 80% de la population du canton.

Texte SIG Photos Guillaume Mégevand et SIG

De plus en plus connectée, notre société a vu ses échanges de données électroniques se multiplier par quatre durant ces cinq dernières années. Ce qui nécessite de mettre en place des infrastructures de plus en plus performantes. Pour répondre à ce besoin, SIG œuvre au déploiement du réseau de fibre optique de Genève, aujourd’hui le plus important du pays. «L’utilisation d’internet est en pleine mutation, indique Christophe Guillet, responsable de l’Unité développement télécom à SIG. Aujourd’hui, les internautes ne se contentent plus de surfer sur internet et d’échanger des e-mails, ils consomment et partagent une énorme masse de données.» Si les entreprises sont jusqu’ici génératrices de la plus grande partie du trafic en ligne, la transmission de données grand public explose. L’usage de la TV haute définition, l’explosion des objets connectés, du streaming, des jeux en ligne, du partage d’images et de vidéo, de la téléphonie ou encore des appels vidéo nécessite une connexion stable et rapide, tant pour le téléchargement que l’envoi de données. Par ailleurs, le nombre de services et d’objets connectés augmente également: la télémédecine, la formation à distance, la domotique ou encore la ville intelligente se développent et nécessitent un réseau rapide et fiable. Constituée d’un fil de verre de l’épaisseur d’un cheveu capable de transmettre les données à la vitesse de la lumière, la fibre optique répond justement à l’émergence de ces nouveaux besoins. «Cette technologie repousse les limites en termes de débit, souligne Caroline Schweighofer, responsable produit télécom à SIG. Contrairement à l’ADSL et au téléréseau, la fibre est la seule qui permet d’offrir la meilleure qualité de manière constante. L’étendue du réseau, aussi importante soit-elle, et le nombre d’utilisateurs connectés en simultané n’altèrent en rien le débit.» La fibre optique déployée par SIG sert également au réseau de téléphonie mobile,

6 

VIVE LA VIE été 2015

puisque les opérateurs y raccordent leurs antennes. Les Genevois bénéficient donc de la fibre à la maison comme en déplacement, grâce à de multiples fournisseurs de services. «A l’avenir smartgrid et smartmetering pourront compter sur ce réseau, ajoute Christophe Guillet. Des systèmes qui permettent de gérer à distance et en temps réel l’ensemble du réseau énergétique. Un tel dispositif fonctionne déjà par endroits pour le chauffage à distance.»

Un réseau en pleine croissance Actuellement, environ 155 000 entreprises et ménages genevois peuvent bénéficier de la fibre optique. Une fois le réseau terminé, fin 2016, 200 000 prises seront disponibles, de quoi raccorder 80% de la population du canton. Il n’est pas prévu de raccorder les zones de faible densité de population du canton. En termes de distance de fibre posée, cela représente plus que la distance Terre-Lune. «L’équipe réseau Télécom cherche en permanence à optimiser la construction. L’utilisation de matériaux innovants associés à l’optimisation des processus de construction nous a permis de réaliser l’ouvrage en dessous du budget initial», précise Christophe Guillet. Historiquement, SIG s’est positionnée en pionnière de la fibre. Le déploiement de son réseau pour les grandes entreprises a débuté il y a plus de 15 ans, avant de s’étendre aux particuliers en 2010. Une collaboration avec Swisscom a ainsi vu le jour pour que le projet de construction soit le plus efficace possible. Les deux entreprises


Raccordement d’un client dans le répartiteur d’immeuble (BEP)

Les avantages de la fibre en un clin d’œil La fibre a des avantages indéniables sur les autres réseaux d’accès à internet (ADSL et téléréseau):

Interconnexion des fibres du réseau dans un manchon extérieur étanche

Un débit ultra-rapide garanti, indépendamment du nombre de personnes ou d’appareils connectés. Télécharger son film préféré tout en passant un appel vidéo, c’est possible! Une stabilité du débit à toute épreuve, sans fluctuations ni coupures. La possibilité d’un débit symétrique élevé, permettant de télécharger et de transmettre (upload) des données à la même vitesse. Aucune perte de débit en fonction de la distance du central technique, contrairement aux autres technologies où la perte est importante. Aucune sensibilité aux perturbations électromagnétiques provoquées par d’autres appareils électriques.

Soudure de deux fibres optiques

VIVE LA VIE été 2015

 7


Répartiteur d’immeuble (BEP)

L’équipe SIG Fibre Optique au service du développement de la fibre optique dans le canton

se partagent désormais la construction du réseau en deux zones, au sein desquelles les fibres des deux entreprises sont systématiquement posées en simultané. «Notre rôle consiste à mettre la fibre optique à la disposition de manière neutre et ouverte de divers opérateurs sans leur faire concurrence, permettant ainsi aux clients de bénéficier d’un plus grand choix de fournisseurs d’accès internet, ajoute Caroline Schweighofer. Pour les services aux particuliers et petites entreprises, nous travaillons par exemple avec Sunrise, VTX et K-SYS, et de nouveaux opérateurs sont régulièrement intégrés, comme par exemple Init7 dès le 1er juin 2015.» Si le passage à la fibre optique répond à un impératif de performance dans l’échange de données, il s’avère également intéressant sur les plans écologique et économique. Le cuivre, majoritairement utilisé dans les premiers réseaux encore en fonctionnement, engendre une grande quantité de déchets. Une pollution due notamment aux différentes étapes nécessaires à l’extraction du minerai de cuivre. La fibre optique, constituée d’un très fin tube de verre, s’avère bien moins problématique en termes d’impact environnemental.

Prise optique OTO

Armoire de distribution au central de quartier

La marche à suivre pour obtenir la fibre optique Pour les particuliers et les petites entreprises: Consulter le site sig-fibreoptique.ch pour vérifier que votre adresse peut être raccordée. Sélectionner votre offre préférée et votre prestataire (Sunrise, VTX ou K-SYS) sur le site et demander une offre. Vous serez contactés dans les plus brefs délais par le fournisseur de service qui se chargera de finaliser votre offre avec vous.

C’est aussi simple que cela. Dès conclusion du contrat, un prestataire mandaté par SIG prendra rendez-vous avec vous pour la pose de la prise optique, dite «OTO» (Optical Terminal Outlet), indispensable pour accéder à la fibre. La pose dure trois ou quatre heures à votre domicile.

8 

VIVE LA VIE été 2015

Vous possédez déjà une prise OTO? En l’indiquant au prestataire, celui-ci pourra vous raccorder à ses services encore plus vite! Pour les grandes entreprises: SIG offre une palette de produits et services répondant aux besoins plus pointus des entreprises. Ceux-ci peuvent être consultés sur www.sig-ge.ch, rubrique Grandes Entreprises. Nous répondons également à vos demandes à l’adresse contact@sig-fibreoptique.ch


Texte Céline Bilardo Photo Equiterre

Des conseils pour jardiner sur son balcon Ne jamais semer avant la période des Saints de Glaces (mi-mai). Etre attentif au poids de vos pots, privilégiez les pots en plastique ou les sacs de jardinage en tissu. Employer du paillage (feuilles mortes par ex.) en été pour garder l’humidité dans le sol, ainsi qu’en hiver pour protéger le sol et la plante du froid et des intempéries. Ce paillage se décomposera naturellement pour nourrir le sol. Associer les plantes dans un même pot, afin de permettre des synergies d’entraide et gagner de la place. Par exemple, associer: Aubergine, capucine et côte de bette Fraise, salade et oignon Tomate, basilic et carotte Arrosage judicieux: pas trop d’eau à la fois pour éviter le «lessivage» des nutriments contenus dans le sol, mais un arrosage régulier pour garder une humidité assez constante du sol (à la profondeur du doigt), comme une éponge bien essorée.

Transformer son balcon en jardin L’association Equiterre a lancé les cours «Pimp your Balcony» afin de répondre à l’envie toujours plus répandue des citadins de se rapprocher de la nature et de la terre.

«L

oin des grands espaces verts, les citadins genevois désirent retrouver davantage de nature près de chez eux. C’est sur ce constat que l’association equiterre, basée à Genève, a développé plusieurs projets dédiés à ramener la nature en ville ces dernières années, tels que les potagers urbains aux bas des immeubles ou les cours de jardinage en pots nommés «Pimp your Balcony». «Au fil des ans, l’idée de transformer les balcons en jardins potagers est apparue et nous y voyions un fort potentiel de concrétisation», explique Hélène Gaillard, cheffe de projets. L’initiative a donc démarré en 2012, sous forme de cours d’une durée de trois heures, animés par des jardiniers professionnels. Elle a été renouvelée tous les printemps depuis et affiche souvent complet. Rien que cette année, l’association a accueilli près de 200 participants. «Des gens de tous âges, des passionnés à la main verte ou pas du tout! Dans tous les cas, la leçon est conçue pour répondre aux questions de base et donner des astuces pour bien commencer à cultiver ses plantes sur son balcon.» Prendre conscience de son empreinte écologique, savoir fabriquer son propre engrais ou encore choisir les bonnes plantes à cultiver selon son environnement: toutes les questions et les étapes fondamentales

à la réussite de son coin de légumes sont abordées. Et les participants repartent avec un kit récapitulatif. «Il est important de comprendre comment se nourrit une plante pour savoir l’apprivoiser, explique Maryse Rochette, spécialiste en jardinage bio et permaculture et responsable de l’animation de nombreux cours ‘Pimp your Balcony’. La nature fait beaucoup de choses seule. Mais sur un balcon, c’est au jardinier de prendre son rôle! Pour nourrir le sol de la plante, l’arrosage est essentiel, et c’est ce qui demande le plus d’attention et de temps, surtout durant l’été et lorsqu’il y a beaucoup de vent.» Votre balcon est très ensoleillé, ou plutôt à l’ombre? Le choix des légumes et des fleurs à cultiver en dépendra. «Pour les débutants, les légumes qui sont simples à cultiver sont la côte de bette, la capucine ou encore les haricots. Et si vous avez un bon ensoleillement, privilégiez aussi les plantes aromatiques, leur saveur en sera renforcé.» Il n’y a que très peu de limites à tenter l’expérience, selon Maryse Rochette: «Jardiner, c’est un peu comme une aventure. Il faut se souvenir que cela ne marche pas toujours du premier coup.» www.equiterre.ch

VIVE LA VIE été 2015

 9


Dan Acher, le Genevois qui embellit les villes Des séances de cinéma en plein air, des pianos en libre-service dans les rues ou encore des boîtes d’échange entre voisins, autant d’initiatives lancées par Dan Acher, et dont les Genevois s’emparent avec enthousiasme.

E

lle se tient discrètement au coin d’une ruelle et ressemble à une boîte à journaux, mais ce n’en est pas une. Décorée et peinte en différentes couleurs, elle renferme un amoncellement d’objets divers: livres, jouets, tasses à café... Elle porte le nom de «boîte d’échange entre voisins». Le concept est simple, chacun peut y prendre ou y déposer quelque chose. Les objets du quotidien dont on n’a plus l’utilité sont mis en circulation libre et débutent ainsi une nouvelle vie.

Texte Mouna Hussain Photos Guillaume Mégevand

Dan Acher

Né à Bangkok en 1971, Dan Acher passe l’essentiel de sa vie à Genève. Ses nombreux voyages lui font découvrir le monde, des cultures différentes et les manières dont les gens d’ailleurs vivent ensemble. Il étudie l’anthropologie et le management à l’Université d’Auckland, en Nouvelle-Zélande. C’est là qu’il se découvre un talent pour réunir les gens et les faire interagir. Une vocation est née. A 25 ans, il rentre en Suisse avec l’envie de transformer les villes, en commençant par Genève. Happy City Lab, son agence de créativité, est active depuis 2003.

10 

VIVE LA VIE été 2015

Dan Acher a installé sa première boîte d’échange entre voisins en 2011, dans la rue où il habitait. «J’avais l’habitude de trier mes affaires chaque année, et de déposer sur un muret en face de chez moi tous les objets qui ne me servaient plus. En voyant les passants se servir, j’ai voulu pousser l’expérience plus loin.» Il dépose alors une vieille boîte à journaux dans la rue et observe la réaction des gens. Rapidement, les voisins se mettent à échanger leurs objets. Quatre ans plus tard, la boîte existe toujours, «et son contenu tourne entièrement une ou deux fois par jour», se réjouit Dan Acher.

spontanément formés. Certaines personnes viennent régulièrement la ranger, d’autres s’assurent qu’elle ne soit jamais vide. Le succès du projet, selon Dan Acher, tient dans sa simplicité et son accessibilité. «Contrairement aux initiatives de partage sur internet, les gens n’ont pas besoin de poster une annonce, de prendre contact avec la personne et de se donner rendez-vous. Le concept de la boîte d’échange est particulièrement adapté aux petits objets du quotidien, qui ont une valeur marchande très réduite mais qui peuvent continuer à servir. »

Un concept en pleine expansion En collaboration avec la Ville, un projet pilote de dix autres boîtes est lancé. Il a été estimé que, sur une année, près de 108 000 objets ont ainsi été échangés, soit environ 32 tonnes! L’expérience, en plus de se montrer très concluante, a permis de déterminer des emplacements clés. «La proximité avec les bars ou les grands axes routiers demandent plus de travail d’entretien, raconte Dan Acher. Le mieux, ce sont les ruelles d’habitations. Nous avons également remarqué des défauts de peinture. A la fin de la phase pilote, toutes les boîtes ont été retirées et remplacées un mois plus tard. Pendant ce laps de temps, nous avons reçu une centaine de lettres de personnes qui nous demandaient où était passée leur boîte!»

Les boîtes d’échange de Dan Acher s’inscrivent complètement dans une démarche de développement durable en réduisant le nombre de déchets, en créant une microéconomie et en tissant du lien social. Et c’est pour cette raison que SIG a décidé d’être partenaire du projet et d’encourager son développement. Actuellement, 40 boîtes sont recensées dans le canton de Genève, et une vingtaine s’éparpille entre Lausanne, Yverdon et Neuchâtel. Leur emplacement est cartographié sur internet (www.hclbox.org). Si le concept s’est exporté dans d’autres villes suisses, il est également devenu viral sur le web. Sur Facebook, une vidéo a atteint près de 500 000 vues. Ainsi, des boîtes d’échange entre voisins ont germé à travers le monde, comme au Brésil, en Russie et en Thaïlande!

Comme l’espérait le Genevois, les habitants se sont rapidement emparés du concept. A chaque boîte d’échange, des rôles se sont

Repenser la ville L’engagement de Dan Acher n’est pas nouveau. En 1999 déjà, il lançait «Agir 21»,


Les 3 initiatives de Dan Acher cet été: une série d’actions pour l’environnement. Trois mille étudiants ont ainsi planté des arbres et installé des panneaux solaires. Depuis, les projets se sont enchaînés et se regroupent aujourd’hui sous le nom de «Happy City Lab», son agence de créativité. «Je développe mes idées en observant ce qui se passe de par le monde. La technologie, l’art ou encore l’innovation en général constituent autant de sources d’inspiration. Souvent je me fixe sur une thématique et je réfléchis à la façon dont on peut créer de l’interaction autour.» Dan Acher espère repenser l’utilisation de l’espace public et transformer les villes, à commencer par la sienne. Sa Genève idéale: une architecture plus audacieuse et davantage d’espaces piétons. «C’est un besoin majeur pour cette ville qui, sur ce point, prend du retard par rapport à d’autres. J’aimerais y voir émerger des projets citoyens pour se réapproprier l’espace public et fêter la diversité qui lui donne toute sa richesse. Mais pour opérer des changements, le mouvement doit d’abord venir de l’action citoyenne.»

Jouez, je suis à vous! Soixante pianos ont été installés durant le mois de juin dans les rues et parcs de 24 communes de Genève, Nyon et France voisine. Les passants ont été invités à y pianoter quelques notes ou toute une partition. Les autres pouvaient écouter, chanter ou applaudir. CinéTransat Grand succès, CinéTransat revient pour sa 7e édition au parc de la Perle du Lac. Du 9 juillet au 16 août, des films sont projetés en plein air, des soirées à thème réunissent les fêtards et des karaokés géants font vibrer les cordes vocales de la foule. Le tout en libre accès. Street Light Orchestra En avant-première mondiale pour la Fête de la musique de Genève, cinq lampadaires musicaux ont projeté la même symphonie classique. En se plaçant sous chacun d’eux, le passant pouvait entendre séparément différentes familles d’instruments, et ainsi redécouvrir l’œuvre jouée. Au centre, un lampadaire diffusait la symphonie dans sa totalité.

VIVE LA VIE été 2015

 11


Banque alimentaire

L’association Partage fête ses 10 ans La banque alimentaire pour la région genevoise Partage, fondée en 2005 par l’Armée du Salut, Le CARE, Caritas Genève, les Colis du Cœur et Emmaüs, a récolté et distribué 882 tonnes de denrées alimentaires en 2014. En tout, 240 fournisseurs différents approvisionnent Partage en produits alimentaires et d’hygiène.

Textes Thomas Pfefferlé

association partage

Partage collabore par ailleurs avec d’autres banques alimentaires comme la CARL, Table du Rhône, Table Suisse ou encore Tischlein, avec lesquelles l’association échange occasionnellement des produits en fonction des besoins de chacun. Depuis de nombreuses années, Partage peut compter sur le soutien de SIG, grâce auquel elle développe différents projets techniques comme, par exemple, l’utilisation de triporteurs électriques et écologiques pour la distribution de produits alimentaires. www.partage.ch

solidarité

Soutien à l’association Singla-Népal Le Népal a été durement touché par des tremblements de terre au mois de mai. Les villages aidés (Singla, Mandre...) ont été très fortement touchés par les séismes; les infrastructures d’adduction d’eau financées sont endommagées et les écoles sont détruites. L’association Singla-Népal va continuer son action pour réparer les canalisations d’eau et réhabiliter les écoles; des bénévoles sont actuellement sur place dont certains sont actifs avec le Corps suisse d’aide humanitaire. Dans le cadre de l’Opération Carafe Eau de Genève, SIG soutient actuellement l’association Singla-Népal, qui œuvre sur place pour donner accès à l’eau potable aux populations locales. Cette opération («Une carafe pour vous, de l’eau pour tous») continuera à financer ce projet jusqu’à son terme et pour toutes les carafes achetées avant fin juin, SIG a doublé le montant versé à l’association: pour une carafe achetée CHF 20.-, ce sont donc CHF 10.- (au lieu de CHF 5.-) qui sont reversés à l’association Singla-Népal.

singla-népal

Pour commander la carafe: www.sig-eaudegeneve.ch Pour contacter l’association: www.singla-nepal.org

12 

VIVE LA VIE été 2015


service en ligne

Le premier réseau social des entreprises pour développer l’écologie industrielle Un nouveau service est proposé à toutes les entreprises du canton de Genève: Genie. ch. Cette plateforme internet, dédiée à la promotion et à la création de projets d’écologie industrielle, permet aux entrepreneurs genevois de trouver des réponses concrètes qui leur permettent de s’inscrire dans une logique de respect de l’environnement, tout en concrétisant leurs objectifs de performance économique. Le site, www.genie. ch, a été lancé par les conseillers d’Etat Luc Barthassat (DETA) et Antonio Hodgers (DALE), accompagnés des autres membres fondateurs de cette plateforme que sont les Services industriels de Genève (SIG), la

Fondation pour les terrains industriels de Genève (FTI) et l’Office de promotion des industries et des technologies (OPI). Le principe est celui de la mutualisation et de la mise en réseau: chaque entreprise membre met à disposition sa propre expérience, et peut s’inspirer de celle des autres. Pour une entreprise, c’est la possibilité de trouver des exemples d’actions concrètes réalisées dans le canton de Genève, ainsi que toutes les informations utiles et nécessaires à la réalisation de projets d’écologie industrielle. www.genie.ch

au grand air

Marche de l’espoir Comme chaque année, la Marche de l’espoir permet à tous de soutenir un projet solidaire en venant marcher dans les rues de Genève. Cette année, les marcheurs contribuent à venir en aide aux enfants défavorisés du Burkina Faso. Ils permettront ainsi d’améliorer le système éducatif et le taux de scolarisation du pays. En tant que partenaire de l’événement, SIG est présent avec sa fontaine Eau de Genève pour désaltérer les marcheurs. Par ailleurs, la manifestation a choisi Electricité Vitale Vert pour la grande tente et différentes animations. Un Stand SIG accueille également les marcheurs au kilomètre bonus. Enfin, des gourdes Eau de Genève seont distribuées à tous les participants.

Souad von allmen

www.marchedelespoir.ch

VIVE LA VIE été 2015

 13


«Le plus difficile: se maintenir au top» Championne suisse pour la deuxième fois, l’équipe des Lions de Genève s’impose comme la Dream Team helvétique. Rencontre avec Imad Fattal, son président, et Linda Voigt, sa manager. Comment se passe la préparation des joueurs et comment y participez-vous? LINDA VOIGT: Les entraînements sont adaptés chaque semaine suivant le calendrier des matchs et nos adversaires. Les joueurs s’entraînent deux fois par jour en moyenne et je suis présente le plus souvent à l’entraînement du soir. En fonction des besoins du coach, j’aide sur différents postes, que ce soit pour faire des passes ou prendre des rebonds. Comment gère-t-on la pression au sein de l’équipe, surtout après votre titre de Champion suisse d’il y a deux saisons? IMAD FATTAL: On ne se met pas de pression inutile et on évite d’en mettre trop sur les joueurs. Nous savons qu’ayant habitué tout le monde au succès, nous ne pouvons plus surprendre mais décevoir. Mais nous acceptons cet état de fait et en sommes fiers. Avoir de la réussite aura finalement été la partie facile du travail, c’est de se maintenir au top qui est le plus difficile.

Textes Thomas Pfefferlé Photo Guillaume Mégevand

VIVE LA VIE: Que représentent cette victoire et ce nouveau titre à vos yeux? IMAD FATTAL: Je suis très heureux de ce nouveau titre de Champion suisse et très fier du groupe que nous avons eu cette saison. Je me sens également fier pour tous nos partenaires ainsi que pour la grande famille de bénévoles qui compose les Lions.

En tant que manager de l’équipe, quel est précisément votre rôle? LINDA VOIGT: Il s’agit principalement de coordonner la vie de l’équipe. Je gère par exemple la communication avec les différents staffs, la presse ainsi que nos partenaires. Il y a également des aspects plus logistiques, liés à la gestion du matériel et des équipements. Je m’occupe par ailleurs du quotidien des joueurs, qu’il s’agisse de prendre un rendezvous chez le médecin pour un membre de l’équipe qui ne parle pas français ou encore de lui indiquer où refaire ses lentilles de contact. Le coach Ivan Rudez m’a aussi proposé d’assister aux entraînements pour épauler le coaching staff. En tant qu’amoureuse du basket, c’est une grande chance. Je pense que cela permet de construire un rapport de confiance plus solide avec les joueurs. Champion Suisse 2015

14 

Est-il difficile de travailler dans un milieu très masculin? une question que l’on me pose souvent mais absolument pas.

LINDA VOIGT: C’est

VIVE LA VIE été 2015

Le basket suisse est-il attractif pour les joueurs étrangers et est-il suffisamment ouvert à ces joueurs? LINDA VOIGT: Ce n’est pas le championnat le plus attractif pour être honnête et le petit nombre d’équipes qui compose le championnat LNA n’y contribue pas. La décision qu’a prise la Ligue de réduire le nombre de joueurs étrangers par effectif dès la saison prochaine va encore empirer les choses. Ce repli ne se voit dans aucun autre pays et pour être compétitif au niveau européen, la Suisse se tire ainsi une balle dans le pied. Si c’est pour protéger les joueurs suisses, c’est à mon sens totalement contreproductif. Espérons que la Ligue s’en rende compte très vite et soit plus ouverte à l’avenir. Quel soutien vous apporte SIG et cela contribue-t-il aux bons résultats de l’équipe? IMAD FATTAL: Le soutien de SIG nous est essentiel et nous sommes extrêmement fiers de ce partenariat. SIG ne fait pas que nous soutenir financièrement, il nous accompagne dans notre évolution, nous soutient et nous conseille. LINDA VOIGT: SIG nous soutient notamment en offrant des gourdes Eau de Genève de 1 litre adaptées aux besoins des joueurs qui nous sont très utiles à chaque match, ainsi que des serviettes en microfibres.

Etes-vous sensible au développement durable et comment le promouvez-vous à travers le club? IMAD FATTAL: Bien sûr, nous avons par exemple tourné des spots publicitaires pour sensibiliser au tri avec des joueurs des Lions. Ils sont diffusés sur grand écran avant les matchs. LINDA VOIGT: Dans la salle du Pommier, nous disposons par ailleurs de trois types de poubelles, installées par la Ville du Grand-Saconnex. La salle est aussi alimentée en électricité Vitale Vert. Le choix de mettre en avant l’Eau de Genève nous semble également cohérent dans cette démarche.


Nouveau!

Pars à la découverte de l’eau et de l’énergie en explorant le nouveau site pédagogique SIG!

www.sig-junior.ch LABORATOIRE

Un site spécialement conçu pour les enfants de 9 à 12 ans

Des illustrations et des animations

Des jeux animés

SIG propose des animations pédagogiques sur les thèmes des écogestes, de l’eau et de l’énergie aux élèves du canton de Genève à partir de la 6e primaire. www.sig-ge.ch/pedagogie Des visites des sites SIG (Jet d’eau, barrage de Verbois, Pavillon énergie…) sont également organisées VIVE LA VIE été 2015 e pour les écoles dès la 6 primaire. Inscription sur www.sig-ge.ch/visites

Illustrateur: F. Estimbre - © Éditions spéciales Play Bac

A travers des animations, des jeux et des vidéos, vos enfants comprendront tout sur le parcours de l’eau, les différentes énergies utilisées tous les jours, et les écogestes simples et quotidiens pour protéger l’environnement.


à la rencontre d’un client

Palexpo, le géant genevois engagé dans le développement durable

Photofaustino

Textes Thomas Pfefferlé

Avec environ 100 événements et plus de 6 000 exposants tous les ans, Palexpo s’affirme comme le deuxième plus gros centre d’expositions et de congrès du pays, après celui de Bâle. Si le lieu est emblématique de grands événements tels que le Salon international de l’automobile, ou encore celui du livre et de la presse, il l’est également en matière de développement durable. Grâce à son étroite collaboration avec SIG, le centre affiche un bilan remarquable: de 2004 à 2014, son chiffre d’affaires a doublé, signe d’une intense augmentation du nombre d’événements qui y sont organisés, alors que sa consommation d’électricité a diminué de 6,5%.

www.palexpo.ch

«Nous sommes attentifs au développement durable depuis toujours», souligne Claude Membrez, directeur général de Palexpo. Depuis maintenant dix ans, tous nos exposants sont alimentés en énergie 100% renouvelable.» Le centre a fait un pas de plus en choisissant l’offre Découverte, qui allie l’Electricité Vitale Vert (20%) et Vitale Bleu (80%). Les exposants du centre peuvent également choisir leur produit électricité,

16 

VIVE LA VIE été 2015

«et nous sommes très contents que 15% d’entre eux choisissent Vitale Vert, un peu plus chère mais plus écologique». En optant pour Electricité Vitale Vert, écologique et 100% locale, les exposants ont la possibilité, sur demande, de recevoir une attestation fournie par SIG qui certifie leur engagement environnemental. Par ailleurs, sur le toit des halles, on trouve la plus grande centrale photovoltaïque du pays. «Nous sommes fiers de cet ouvrage qui, à mes yeux, symbolise bien notre collaboration avec SIG, ajoute Claude Membrez. Notre site est également raccordé au réseau de chauffage à distance de SIG depuis la construction de Palexpo en 1981. Notre partenariat nous permet de réduire considérablement notre consommation d’énergie et de nous engager en faveur du développement durable.» Enfin, depuis près de vingt ans, Palexpo s’emploie également à trier ses déchets. Aujourd’hui, près de 70% des résidus générés au sein du centre sont triés.

Palexpo Route François-Peyrot 30, 1218 Grand-Saconnex 022 761 11 11 www.palexpo.ch


Journées électricité vitale vert

BON

Rendez-vous les 2, 3 et 4 octobre sur l’esplanade du barrage du Seujet pour découvrir de manière ludique l’Electricité Vitale Vert!

valable pour un

Jay Louvion

cadeau surprise*

Participez aux nombreuses animations et expériences pédagogiques pour toute la famille et rencontrez des experts! Découvrez les associations soutenues par les fonds SIG et leurs projets locaux en faveur du développement durable. Visitez le barrage du Seujet! Les journées Electricité Vitale vert sont l’occasion unique de visiter les installations de ce fleuron du patrimoine industriel genevois qui ouvrira spécialement ses portes aux écoles et au public durant ces trois jours.

A échanger sous la tente Electricité Vitale Vert de SIG, les 2, 3 et 4 octobre de 10 h à 19 h sur l’Esplanade du barrage du Seujet.

*Dans la limite des stocks disponibles. Limité à 1 surprise par personne.

www.sig-vitale.ch

service en ligne

Déménagez en toute simplicité avec SIG. 0000257

Parce que changer d’adresse est une étape importante de la vie qui demande de l’organisation, SIG vous accompagne pas à pas pour vous aider à gérer votre déménagement dans les meilleures conditions. Simple et pratique! Au moins trois jours avant votre changement de domicile, annoncez en quelques clics votre déménagement sur www.sig-ge.ch/demenager et bénéficiez: d’une économie de 10 CHF sur les frais de gestion d’un service en ligne simple et disponible en tout temps

Economisez 10 CHF en nous annonçant votre changement d’adresse en ligne.

de nos conseils et bonnes astuces

VIVE LA VIE été 2015

 17


Intempéries

Une crue exceptionnelle Dans la nuit du 1er au 2 mai 2015, le débit de l’Arve a atteint 900 m³/s, soit près de 12 fois le courant habituel à cette période. Cette «crue du siècle» a mobilisé Genève. Aucune victime, aucun blessé. Les impressionnantes crues de l’Arve n’ont causé que des dégats matériels: il s’agit en soi d’une victoire face à l’adversité et aux éléments. De la chance a été nécessaire, mais le travail des différents services de la Ville et de l’Etat, la mobilisation de tous et le respect citoyen ont largement contribué à ce bilan rassurant.

Le barrage du Seujet a été fermé pour retenir l’eau du lac, alors qu’en aval à Verbois et à Chancy-Pougny, on soulageait l’Arve autant que possible. Le nettoyage rapide des troncs, branchages, et autres déchets portés par les flots a permis l’évacuation des eaux vers l’aval.

Guillaume Mégevand

Au sein de SIG, de nombreuses équipes ont été mises à contribution. Lignes électriques, conduites de gaz et d’eau, les ouvrages et les réseaux sensibles ont été l’objet de toutes les attentions. La station d’épuration de Villette a été particulièrement touchée. Elle a pu être sauvée grâce à un travail acharné de remise en état. Moins d’un mois après la crue, le traitement des eaux fonctionnait à nouveau normalement. Globalement, cet épisode exceptionnel a

démontré la fiabilité des réseaux et des installations conçues au service des Genevois. Il n’en reste pas moins que le jeudi 7 mai, lorsque la situation d’urgence a été levée, nombreux sont ceux qui poussèrent un juste soupir de soulagement.

économies d’électricité

Diminuez vos factures avec le bonus aux économies d’électricité Dans la ligne de l’offre Activéco habitat et du programme éco21, SIG récompense vos économies avec le bonus aux économies d’énergie.

Si vous parvenez à réduire votre consommation d’électricité d’au moins 4%, en plus de la baisse de facture que cela représente, SIG vous offre une remise

de 10% sur la part énergie de votre tarif. Près de 90 000 clients ont bénéficié du bonus en 2014, avec une remise de CHF 50.- en moyenne!

1 9 9 1 2,1

1

-4%

Vous économisez l’électricité (au moins 4% par année).

2

kWh

Nous mesurons vos économies d’électricité en relevant votre compteur et en comparant votre consommation avec celle de l’année précédente.

3

-10%

! La remise de 10%* est déduite

* sur la composante énergie du produit de référence Vitale Bleu pour l’ensemble de la gamme Vitale. Pour le produit SIG Initial, la remise est calculée par rapport au tarif d’énergie correspondant.

Une dépense évitée + un bonus = vous êtes gagnant sur toute la ligne! Plus d’informations sur www.sig-ge.ch rubrique Economies d’énergie

18 

VIVE LA VIE été 2015


La Ritournelle, la région genevoise en assiette Ouvert depuis le début de l’année, le café agricole La Ritournelle mise sur la cuisine locale et bio à des prix abordables, afin de sensibiliser les clients au développement durable.

A

Texte Mouna Hussain Photo Nicolas Righetti

u centre du long Boulevard Carl-Vogt, une vache blanche et noire scrute les passants depuis la vitrine. A l’intérieur de l’enseigne, l’espace restaurant cohabite avec l’épicerie: fromages, saucissons, vins ou encore bœuf bourguignon de la maison mettent l’eau à la bouche. Sur les murs, des tableaux noirs en forme de légumes annoncent les menus: le plat du jour, au prix de 19.50 francs, des sandwichs faits maison ainsi que des soupes ou gaspachos selon la météo. Les produits à l’emporter sont conditionnés dans des bocaux de verre consignés à 2 francs afin que les clients les ramènent.

Derrière le bar, Alexandre Rousset, qui tient l’établissement, conseille et sert ses clients. «Notre priorité consiste à proposer des produits locaux, issus à 90% de l’agriculture biologique. Et notre chef veille à utiliser uniquement des produits de saison. Par ailleurs, le poisson que l’on sert tous les mardis provient exclusivement du lac par l’intermédiaire de la pêcherie d’Hermance.» Adepte de mobilité douce, Alexandre Rousset effectue tous ses déplacements à vélo. Lorsqu’il se rend au marché de Plainpalais pour se fournir en légumes et en viande, il attèle une petite remorque à sa bicyclette afin de ramener sa marchandise. «A travers la restauration, j’essaie de transmettre à la clientèle les valeurs qui me sont chères. En sensibilisant les Genevois aux avantages d’une alimentation locale, j’espère les amener à réfléchir sur leur mode de consommation.» Filet de Féra du lac à la vapeur, légumes sautés au beurre d’orange, houmous au cumin (pour 4 personnes) Ingrédients 4 filets de féra 4 pommes de terre 2 courgettes 2 carottes 2 branches de céleri 6 radis 1 orange non traitée

BIO EXPRESS Alexandre Rousset, 40 ans Après quinze ans d’emploi dans le chauffage et la ventilation, Alexandre Rousset s’engage dans diverses associations de développement durable. Il devient également coursier pour un projet de livraison de légumes BIO et locaux dans les crèches publiques de la ville de Lausanne. Passionné de vélo, il rallie Istanbul depuis Genève à bicyclette fin 2010. Son café agricole, La Ritournelle, est inauguré en janvier 2015.

150 g de pois chiche 100 g de beurre à température ambiante 80 g de sésame doré 1 gousse d’ail Ciboulette ciselée Huile d’olive, cumin Sel, poivre

1. Découper les légumes en bâtonnets de 3 cm (hormis les pommes de terre) et les cuire séparément dans une eau bouillante salée. Les garder croquant. 2. Pour l’houmous, mixer les pois chiche avec de l’huile d’olive, la gousse d’ail et une pointe de cumin jusqu’à obtenir un aspect crémeux. 3. Cuire les pommes de terre à l’eau, les rafraîchir et les éplucher. 4. Mélanger le beurre, le sésame doré, le zeste et le jus de l’orange. Réserver au réfrigérateur. 5. Cuire la féra à la vapeur durant 4 à 5 minutes selon l’épaisseur des filets. 6. Pendant ce temps, faire sauter les légumes avec le beurre d’orange-sésame dans une poêle jusqu’à l’obtention d’une légère coloration et assaisonner. 7. Dresser la féra au centre de l’assiette entourée des légumes et de pointes d’houmous. Saupoudrer de ciboulette ciselée. La Ritournelle, Bld Carl-Vogt 49, 1205 Genève 022 321 24 24

VIVE LA VIE été 2015

 19


FÊTE DE LA TOMATE

DU 3 JUILLET AU 5 JUILLET 2015 Carouge

CINÉTRANSAT

DU 9 JUILLET AU 16 AOÛT 2015 Parc de la Perle du Lac

BERGES DE VESSY

jusqu’au 31 OCTOBRE 2015 Vessy Cette année, les expositions intitulées «Glaciers en péril?» et «Alt. +1000» permettront aux visiteurs de découvrir, à travers des comparaisons visuelles, les changements du paysage alpin. Différents travaux photographiques sensibiliseront le public en montrant la montagne en tant qu’environnement fragilisé par l’homme. www.espacevessy.ch

Dans la peau de hundertwasser

JUSQU’AU 10 JANVIER 2016 Quartier Libre SIG, Pont de la Machine

Organisée par l’Union maraîchère de Genève, la traditionnelle fête du fruit rouge propose d’apprécier différentes variétés à travers des stands de dégustation. Restauration, manèges et animations sont également inscrits sur le menu de cette année. SIG soutient l’événement. www.fetedelatomate.ch

SAMEDIS DU VÉLO

4 JUILLET, 1er AOÛT ET 5 SEPTEMBRE 2015 Genève

Découvrir la ville sur son vélo, suivre des ateliers de réparation ou encore des cours pour apprendre à rouler en bicyclette, tel est le programme des samedis du vélo, organisés par l’association Pro Velo Genève. De quoi ravir les amoureux de la petite reine et se maintenir en forme durant l’été. www.samedisduvelo.ch L’art et la nature s’invitent à Quartier Libre SIG le temps de l’exposition consacrée à l’œuvre picturale et architecturale de l’artiste autrichien Hundertwasser. Découvrez l’univers coloré et enchanteur de ses créations visuelles. www.sig-quartierlibre.ch

MUSIQUES EN ÉTÉ

DU 28 JUIN AU 19 AOÛT 2015 Genève Un festival de musique qui s’adresse à tous puisque sa programmation comprend des styles variés: jazz, musique classique ainsi que musiques du monde. Durant près de deux mois, le Victoria Hall, la Cour de l’Hôtel de Ville et la scène Ella Fitzgerald au parc La Grange accueilleront plus d’une trentaine de concerts. www.musiquesenete.ch

GENEVA TRIATHLON

DU 9 JUILLET AU 12 JUILLET 2015 Quai du Mont-Blanc et Quai Wilson

Courses élite, junior, sprint ou encore relais mixte figurent au programme du Geneva Triathlon. Devenue une véritable référence chez les sportifs de haut niveau comme chez les amateurs, notamment grâce au cadre splendide qu’offre la région genevoise pour la pratique du triathlon, cette épreuve sportive s’inscrit dans la Coupe d’Europe. SIG est sponsor de l’événement. www.geneva2015.ch

Comme chaque été, le festival CinéTransat propose un programme fun en plein air: soirées à thèmes, karaoké géant, pique-niques, projection de films et de courts-métrages. Rendez-vous à la tombée de la nuit au parc de la Perle du Lac pour toutes ces activités gratuites. www.cinetransat.ch

ALTERNATIBA

DU 18 SEPTEMBRE AU 20 SEPTEMBRE 2015 Plainpalais Festival des initiatives locales pour le climat, Alternatiba, ou le village des alternatives, propose des conférences, expositions, stands et ateliers organisés pour démontrer que les solutions au dérèglement climatique existent. Des repas, des concerts et des spectacles de chant et de danse sont également prévus. SIG soutient l’événement. www.alternatiba.eu/leman

TIGUIDOU

30 SEPTEMBRE 2015 Thônex

FÊTES DE GENÊVE

DU 16 JUILLET AU 9 AOÛT 2015 Genève Tous les ans, durant près d’un mois, Genève se transforme en capitale romande de la fête. Au programme: manèges, forains, stands culinaires pour goûter des mets des quatre coins du monde, plus d’une centaine de concerts sur différentes scènes sans oublier le feu d’artifice pyromélodique devenu mythique. De quoi animer la vie estivale genevoise. SIG soutient l’événement. www.fetesdegeneve.ch

LES DIMANCHES DU LAC

26 JUILLET, 2, 9 ET 16 AOÛT 2015 Différentes plages de Genève Les dimanches du lac proposent une multitude d’activités autour du Léman. Au programme: initiation à la voile, stand up paddle, kayak ou encore initiation à l’apnée. Ouvertes aux plus jeunes (dès 7 ans pour certaines), les animations se veulent également pédagogiques avec des observations au microscope, des bricolages et autres jeux. www.asleman.org

septembre LA SEMAINE DU GOÛT

Tiguidou, c’est un bal insensé, organisé par l’association genevoise d’intégration locale AGIS et la comédienne Brigitte Rosset. AGIS a pour mission la reconnaissance et la valorisation pour la personne handicapée de son droit aux loisirs et à des relations d’amitié. www.agis-ge.ch

octobre journées vitale vert DU 2 AU 4 OCTOBRE 2015 Genève

SIG organise des visites guidées du barrage du Seujet. Des animations gratuites pour toute la famille pour découvrir l’Electricité Vitale Vert. www.sig-ge.ch

MARCHE DE L’ESPOIR 11 OCTOBRE 2015 Genève

DU 17 SEPTEMBRE AU 27 SEPTEMBRE 2015 Genève Durant cette semaine, on réveille ses papilles gustatives afin de redécouvrir les saveurs des produits traditionnels et artisanaux. A Genève, des événements destinés à valoriser recettes et savoir-faire sont organisés. On profitera, par exemple, de la participation des restaurants de la ville et de différents stands culinaires pour savourer les produits du terroir genevois. www.gout.ch

Cette année, Terre des Hommes Suisse invite les jeunes et leurs familles à marcher pour soutenir des enfants défavorisés du Burkina Faso. Les marcheurs contribueront à améliorer le système éducatif et le taux de scolarisation du pays. SIG est partenaire de l’événement. www.marchedelespoir.ch

Geneve Tourisme - Damien Janin, Greg clément, arias schreiber, Sébastien puiatti, olivier michel, Souad von allmen

Juin / juillet /  Août

Vive la Vie - été 2015  

Le magazine SIG du développement durable