Page 1

Marianne Bélanger

La douance est-elle synonyme de quotient intellectuel plus élevé ? Le cerveau des personnes douées est-il différent ? La douance est-elle une force ou une vulnérabilité ? Est-ce vrai qu’on confond souvent la douance et le TDA/H ?

Mais qu’est-ce que la douance au juste ? Qu’entend-on par haut potentiel intellectuel et créatif ? À ce jour, très peu de livres permettent de faire le point sur ces sujets qui, pourtant, soulèvent une multitude de questions et de préoccupations, et ce, tant dans les familles que dans les milieux scolaires. Le présent ouvrage propose donc une synthèse des plus récents développements scientifiques et cliniques dans le domaine de la douance afin de répondre de manière concrète à plusieurs questions fréquemment posées sur le sujet. Il offre également des pistes d’intervention pour mieux accompagner les jeunes, pour favoriser leur bien-être et pour les soutenir dans le déploiement de leur plein potentiel.

MARIANNE BÉLANGER détient un doctorat en psychologie clinique et en recherche ainsi qu’une attestation de neuropsychologue. Conférencière, formatrice, superviseure et psychologue clinicienne, elle est spécialisée dans l’évaluation des différents profils de douance ainsi que dans les interventions nécessaires à l’actualisation du potentiel des individus doués. En 2017, elle a cofondé l’Association québécoise pour la douance, dont le mandat est de sensibiliser le public québécois et de former les professionnels (psychologues, médecins, enseignants, etc.) qui œuvrent, parfois sans le savoir, auprès des jeunes, des familles et des adultes doués.

ISBN 978-2-924804-27-8

ÉDITIONS MIDI TRENTE www.miditrente.ca

9 782924 804278

la douance

Si vous avez déjà rencontré un enfant clairement particulier, qui semble avoir une capacité d’apprentissage exceptionnelle; un enfant à l’énergie et à la créativité débordantes, qui se distingue par son regard et son langage d’adulte, mais aussi par sa lucidité, ses intérêts complexes, ses questionnements incessants et son imagination hors normes, peut-être étiez-vous en présence d’un enfant doué ou doublement exceptionnel.

comprendre le haut potentiel intellectuel et créatif

Qu’est-ce que la double exceptionnalité ?

Marianne Bélanger Psy. D. Ph. D. ,

,

psychologue et neuropsychologue

LADOUANCE Comprendre le haut potentiel intellectuel et créatif


Marianne Bélanger, Psy. D., Ph. D. psychologue et neuropsychologue

LADOUANCE Comprendre le haut potentiel intellectuel et créatif


Auteure : Marianne Bélanger Édition et conception graphique : Éditions Midi trente Photographie de la page couverture : DepositPhotos (©SergeyNivens) Photographie de l’auteure : Mélanie Proulx

Tous droits réservés © ÉDITIONS MIDI TRENTE www.miditrente.ca ISBN numérique : 978-2-924804-27-8 (version papier : 978-2-924804-12-4)

Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.

Dépôt légal : 1e trimestre 2019 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives du Canada Tous droits de traduction, d’édition, d’impression, de représentation et d’adaptation, en totalité ou en partie, réservés pour tous les pays. La reproduction d’un extrait quelconque de cet ouvrage, par quelque procédé que ce soit, tant électronique que mécanique, notamment par photocopie ou par microfilm, est strictement interdite sans l’autorisation écrite de la maison d’édition.

Les Éditions Midi trente remercient la SODEC de son soutien. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC


Il n’y a rien de plus inégal que le traitement égal d’élèves dont la capacité est inégale. - Platon, La République


- Mise en garde L’objectif de ce livre est de répondre à plusieurs questions fréquentes sur le thème de la douance, du haut potentiel intellectuel et créatif ainsi que de la double exceptionnalité et du développement du talent chez l’enfant et l’adolescent. Toutefois, ce livre ne constitue pas un outil d’évaluation ni un outil diagnostique. Il ne peut donc pas remplacer une consultation auprès d’un psychologue ou d’un neuropsychologue qualifié afin de valider ou d’infirmer une hypothèse de douance ou de haut potentiel.

Vous trouverez des questionnaires gratuits de dépistage de la douance à www.depistagedouance.com

* Notez également que le genre masculin est utilisé dans le seul but d’alléger le texte.


Table des matières Introduction....................................................................... 7

Chapitre 1 Les termes doué, surdoué, haut potentiel, talentueux et précoce veulent-ils tous dire la même chose ?...................................... 15

Chapitre 2 Donc, la douance, qu’est-ce que c’est ? ( Et est-ce normal de ne pas déjà le savoir ? )........................................ 23

Chapitre 3 Quels sont les fondements scientifiques des conceptions modernes et actuelles de la douance ?.............................. 41

Chapitre 4 Et que dit la science sur ce qu’est vraiment l’intelligence et sur la meilleure façon de la mesurer ?........................... 61

Chapitre 5 Que veut-on dire par développement du talent ?.................................. 83

Chapitre 6 Comment savoir si le développement d’un enfant peut indiquer une douance ?................................................99

Chapitre 7 Comment savoir si un enfant est doué ou potentiellement doué ?............................................................ 125


Chapitre 8 Quand on dit d’un enfant qu’il est doublement exceptionnel ou « twice exceptional », qu’est-ce que ça veut dire ?.............................. 149

Chapitre 9 Quels sont les rôles et les défis des parents ? Comment élève-t-on un enfant doué ou doublement exceptionnel ?.................................... 165

Chapitre 10 Que faire à l’école pour favoriser le développement de la douance intellectuelle et du talent académique ?............................................... 193

annexes Annexe 1....................................................................... 228 Annexe 2....................................................................... 230 Annexe 3....................................................................... 232 Annexe 4....................................................................... 234 Annexe 5....................................................................... 235 Annexe 6....................................................................... 242 Annexe 7....................................................................... 250 Références.................................................................... 253 Ressources.................................................................... 259


Introduction Avez-vous déjà rencontré un enfant clairement particulier, chez qui la rapidité du développement ou la capacité exceptionnelle d’apprentissage semblent, à première vue, difficiles à comprendre ou à expliquer ? Une fille ou un garçon différent, qui pique immédiatement la curiosité par son regard et son langage d’adulte, par sa lucidité, ses intérêts complexes ou ses questionnements incessants, de même que par son énergie débordante ou son imagination et sa créativité hors normes ? Un enfant qui peut s’avérer extrêmement paradoxal quand vous apprenez à le connaître : à la fois mature et immature, obéissant et opposant, calme et agité, habile et malhabile, intéressé et indifférent, déterminé et démotivé, attentif et distrait, autonome et exigeant… Qui peut aussi être hypersensible aux bruits, à certains goûts, à la lumière, aux odeurs, au toucher ou à certains tissus. Un enfant qui est extrêmement empathique et qui, particulièrement en bas âge, présente un vécu émotionnel très intense. Qui, souvent, ne veut pas dormir parce que le sommeil est inutile ou parce que son cerveau ne cesse de penser. Un enfant qui est contestataire et qui refuse de se conformer si vous ne répondez pas entièrement à tous ses « pourquoi ? ». Un enfant qui peut obtenir des résultats dans la moyenne de son groupe d’âge dans certains domaines tout en performant de manière exceptionnelle dans d’autres. Bref, un enfant avec qui presque tout ce que vous avez appris sur le développement ou l’éducation des enfants est remis en question. Comment interpréter ses comportements particuliers, de même que ses performances ou son profil cognitif complexe ? Quelle approche disciplinaire adopter ? Comment gérer les crises de colère quand tout ce que l’on a essayé ne donne que des résultats mitigés ? Comment faire pour l’amener à accomplir les tâches pour lesquelles il n’a aucun intérêt ? Que

7


dire à l’école ou à la famille élargie pour expliquer ses particularités et ses besoins ? Comment favoriser le développement de son estime de soi et l’aider à se faire des amis ? Comment faire pour actualiser son potentiel ? Si vous avez un tel enfant dans votre famille, dans votre classe ou dans votre bureau, vous trouverez probablement plusieurs réponses à vos questions dans ce livre. Parce que vous l’aurez deviné, la douance ou le haut potentiel intellectuel et créatif pourrait vous permettre de comprendre cet enfant unique pour favoriser son fonctionnement quotidien, son développement et ses apprentissages, ou pour l’évaluer et mieux intervenir auprès de lui.

Mais d’abord, voici quelques notions statistiques pour mieux comprendre les différences entre les individus et les individus différents. Maxence, 8 ans, excelle sans effort à l’école. Cependant, il dérange parfois le groupe et semble s’ennuyer en classe. Après en avoir discuté avec la direction de l’école, ses parents consultent en psychologie pour évaluer la possibilité d’un saut de classe. Parmi l’ensemble des informations qui doivent être collectées, il est utile de savoir si le résultat de Maxence à une échelle d’intelligence est habituel à son âge (autrement dit, dans la norme ou dans la moyenne) ou s’il est inhabituel (hors norme ou plus élevé que la moyenne). Le cas échéant, nous voudrons aussi savoir jusqu’à quel point le résultat de Maxence est inhabituel, c’est-àdire jusqu’à quel point il diffère ou s’éloigne de la moyenne. Pour y parvenir, il faut d’abord avoir une idée générale des performances, à cette même échelle d’intelligence, de la population à laquelle appartient Maxence, c’est-à-dire l’ensemble des enfants de 8 ans. Un échantillon comprenant plusieurs enfants de 8 ans sera donc sélectionné pour être le plus représentatif possible de cette population. Nous pourrons alors mesurer l’ensemble de leurs résultats, calculer comment ils performent en moyenne et déterminer comment ils sont répartis autour de 8


cette moyenne. Celle-ci deviendra alors notre valeur de référence pour y comparer le résultat individuel de Maxence afin de savoir où il se situe, grâce à des mesures de dispersion, telles que : 1) L’écart-type (σ). Plus l’écart-type correspondant au résultat de Maxence est grand, plus le résultat de Maxence s’éloigne de la moyenne des enfants de 8 ans qui, elle, devient notre point de référence en obtenant la valeur de 0. Si l’écart-type est négatif, cela signifie que le résultat de Maxence est plus faible que la moyenne. Si l’écart-type est positif, le résultat de Maxence est plus élevé que la moyenne. 2) Le rang centile (ou percentile) est lié à la notion de pourcentage. Pour le calculer, on sépare d’abord l’ensemble des données (dans ce cas-ci, l’ensemble des résultats de l’échantillon) en 100 parties égales, où 0 est la valeur la plus faible, 50 la valeur centrale et 100 la valeur la plus élevée. Chaque donnée individuelle obtient donc son propre rang centile qui permet ensuite de savoir où elle se situe par rapport aux autres données. Par exemple, si le résultat de Maxence se situe au 96e rang centile, cela signifie que Maxence a eu un résultat plus élevé que 96 % de cet échantillon. Il fait donc partie des 4 % d’enfants qui ont le mieux performé à cette échelle d’intelligence. Ces mesures de dispersion nous permettront donc de savoir où se situe le résultat de Maxence en regard de ce qui est habituellement attendu à son âge. Mais, à partir de quelle distance de la moyenne pouvons-nous considérer que le résultat de Maxence est vraiment plus élevé ? En statistique, on utilise la courbe normale (ou courbe de Gauss) afin de visualiser comment une population (ou un ensemble de données) se répartit normalement, et ce, peu importe la nature des données que l’on examine. Si vous observez le graphique que vous trouverez à la page suivante, vous constaterez que la courbe est divisée en colonnes. 9


2,14 %

Extrêmement faible

0,13 %

0,2e au 2e rc

-2,99 à 2 σ

≤ 0,1e rc

-3 σ et -

RÉPARTITION DE LA POPULATION COURBE NORMALE (DE GAUSS)

50 %

MOYENNE de la population

92e au 97e rc

2,14 %

+3 σ et +

0,13 %

98e au 99,8e rc ≥99,9e rc

+2 à 2,99 σ

Extrêmement élevée

+ 1,6 σ (ou +) de la moyenne 5 % de la population se situe ici.

6,7 %

Très élevée

de la population

Moyenne élevée

16,1 %

Moyenne faible

de la population

Très faible

16,1 %

76e au 91e rc

+0,68 à 1,33 σ +1,34 à 1,99 σ

de la population

-1,33 à 0,68 σ 9e au 24e rc

6,7 %

3e au 8e rc

-1,99 à 1,34 σ

de la population

-0,67 à + 0,67 écart-type (σ) 25e au 75e rang centile (rc)

10


Chaque colonne représente ici un écart-type. Les rangs centiles qui correspondent à chaque écart-type sont indiqués au bas de la courbe. On considère habituellement qu’un résultat se situant à plus de 1,5 écart-type au-dessus (ou en dessous) de la moyenne s’en éloigne suffisamment pour être cliniquement significatif (p. ex. Mazeau & Pouhet, 2014). Autrement dit, si le résultat de Maxence se situe à 1,6 écart-type (σ) ou plus de la moyenne des enfants de 8 ans, il sera significativement plus élevé d’un point de vue clinique. Ces quelques notions sont importantes afin de comprendre un enfant différent de la moyenne, dont les performances dans certains domaines sont très élevées ou extrêmement élevées comparativement aux autres enfants de son âge. Mais attention, en psychométrie, la réalité s’éloigne souvent de la théorie. En effet, il est impossible de concevoir des tests qui respectent exactement la répartition théorique de la courbe normale, ce qui pose particulièrement problème pour évaluer des enfants se situant à l’extrémité supérieure de cette courbe. Je discuterai des principaux problèmes qui en découlent lorsque j’aborderai la mesure de l’intelligence au Chapitre 4. En ce qui concerne Maxence, le tableau suivant résume les résultats qu’il a obtenus à la cinquième édition de l’Échelle d’intelligence de Wechsler pour enfants — version pour francophones du Canada (WISC®-V CDN-F) administrée individuellement par un psychologue qualifié. RÉSULTATS DE MAXENCE AU WISC®-V CDN-F Échelles du WISC®-V CDN-F Indice de Compréhension Verbale (ICV) Indice Visuospatial (IVS) Indice de Raisonnement Fluide (IRF) Indice de Mémoire de Travail (IMT) Indice de Vitesse de Traitement (IVT) Échelle Globale (EGQI)

Interprétation

Rang centile

Très élevé

92e

Moyenne

63e

Extrêmement élevé

98e

Moyenne

68e

Moyenne élevée

86e

Très élevé

95e

11


Vous devinez peut-être ma prochaine question : Maxence est-il doué ? Est-il un enfant à haut potentiel intellectuel ? Trois réponses semblent possibles :

> Oui, je crois qu’il est doué. Ses résultats indiquent un haut potentiel intellectuel.

> Non, il ne semble pas doué. Ses résultats n’indiquent pas de haut potentiel intellectuel.

> Je n’ai pas assez d’informations pour me prononcer. Peut-être pensez-vous que vous avez trop peu d’informations sur Maxence pour répondre à une telle question ? Ou encore, que vous en détenez suffisamment et que vous êtes relativement certain de votre réponse ? Que vous soyez dans l’une ou l’autre de ces situations, le fait de vous demander dès maintenant si Maxence est doué n’est pas le fruit du hasard, au contraire. J’illustre ainsi la réalité de plusieurs parents, professionnels et enseignants qui ont appris que la douance ou le haut potentiel intellectuel se définissent par un résultat extrêmement élevé à une échelle globale d’intelligence ou, autrement dit, par un quotient intellectuel (QI) ≥ 130 (98e rang centile). Cette vision de la douance et du haut potentiel intellectuel est-elle un mythe ou reflète-t-elle toujours la réalité ? Dans les pages qui suivent, vous en apprendrez suffisamment sur Maxence et sur l’état des connaissances scientifiques dans le domaine de la douance pour répondre à cette question fondamentale. Mais d’abord, il nous faut discuter du problème de terminologie qui entoure la douance. Un problème sérieux puisqu’il freine notre compréhension et nos discussions sur la douance, particulièrement au Québec.

12


CHAPITRE 1

Les termes doué, surdoué, haut potentiel, talentueux et précoce veulent-ils tous dire la même chose ?


chapitre 1

Les termes doué, surdoué, haut potentiel, talentueux et précoce veulent-ils tous dire la même chose ? ______ NON. Et c’est d’ailleurs un réel problème. En anglais, les termes gifted et giftedness font plutôt consensus lorsqu’on parle de douance. Vous les verrez par ailleurs souvent accompagnés des termes talented et talent, des notions sur lesquelles je reviendrai sous peu. Toutefois, en français, une importante confusion sémantique et terminologique perdure. Il est donc important de clarifier notre intention lorsqu’on utilise l’un ou l’autre de ces termes, et ce, que l’on veuille parler de douance en tant qu’enjeu social ou que l’on veuille expliquer ou comprendre la réalité d’un enfant en particulier. Avant d’approfondir, commençons d’abord par une question. Selon vous, si je dis que mon fils Nathan est doué ou surdoué, ou encore qu’il présente un haut potentiel intellectuel, laquelle des affirmations suivantes est vraie : a) J’aime peut-être un peu trop mon enfant, je pense qu’il est meilleur que les autres, je devrais peut-être parler d’autre chose pour éviter d’avoir l’air de trop vanter ses mérites. b) Nathan fait partie des deux ou trois meilleurs élèves de son niveau scolaire, c’est-à-dire qu’il excelle dans les matières académiques comme la lecture, l’écriture ou les mathématiques. c) Son professeur de chant nous a dit que Nathan a donné la meilleure performance de son groupe d’âge à leur spectacle de fin d’année, et ce, grâce à son oreille musicale exceptionnelle, mais aussi grâce

16


Les termes doué, surdoué, haut potentiel, talentueux et précoce veulent-ils tous dire la même chose ?

à sa passion pour le chant et sa détermination à améliorer ses performances. d) J’ai fait évaluer mon fils et la psychologue a confirmé qu’il a obtenu un résultat global très supérieur à la moyenne des enfants de son âge au test d’intelligence qu’elle lui a administré. e) Nathan démontre une aptitude naturelle remarquable pour la musique et une capacité exceptionnelle d’apprentissage comparativement à la moyenne des enfants de son âge, mais surtout, il est un garçon sensible, intense, extrêmement curieux, déterminé et créatif qui s’engage intensément et cherche constamment à innover quand quelque chose le passionne.

Il est probable que votre réponse à cette question représente certaines de vos croyances actuelles sur ce qu’est la douance. Bien sûr, nous en rediscuterons sous peu. Pour le moment, sachez que l’on retrouve quatre principales significations aux termes doué, surdoué, haut potentiel, talentueux ou précoce. Malgré leurs racines communes, ces quatre conceptions impliquent différentes significations, différentes mesures et différentes prévalences, donc des réalités et des pratiques tout aussi différentes à la maison et à l’école. Vous comprenez mieux j’imagine le risque de confusion.

1) La réussite scolaire Dans les conversations courantes, ces termes font souvent référence à une réussite académique exceptionnelle, en regard de l’âge ou du niveau de scolarité de l’enfant. On mesure la réussite notamment par les notes au bulletin, des tests de rendement, des prix ou des distinctions. Si pour moi le terme doué ou l’expression haut potentiel sont synonymes de réussite scolaire, j’aurais voulu dire que (b) Nathan est dans les deux ou trois meilleurs élèves de son niveau scolaire. 17


chapitre 1

2) L’excellence reconnue dans un domaine spécifique Dans les écrits scientifiques, la réussite académique s’imbrique toutefois dans un processus plus large de développement du talent. C’est par ce processus qu’un potentiel naturel peut être transformé en compétence exceptionnelle et méthodiquement entraîné dans un domaine spécifique. On mesure principalement la présence d’un talent par des performances objectivables, telles que des notes, un classement à un concours ou à une compétition officielle, une réalisation, un prix ou une distinction dans un domaine (intellectuel, académique, langues, arts, sports, musique, sciences, etc.). Ainsi, si pour moi le terme doué ou l’expression haut potentiel sont synonymes d’excellence ou de talent, j’aurais pu vouloir dire que (b) Nathan est dans les deux ou trois meilleurs élèves de son niveau scolaire. J’aurais aussi pu vouloir vous raconter que (c) son professeur de chant pense que Nathan a donné la meilleure performance de son groupe d’âge à leur spectacle de fin d’année.

3) Les résultats aux tests psychométriques Comprendre l’origine de la douance en tant que domaine international de pratique et de recherche (encadré p. 35), mais surtout comprendre l’histoire particulière de la douance au Québec (encadré p. 36), c’est comprendre pourquoi plusieurs Québécois conçoivent encore à ce jour ces termes comme synonymes d’une performance globale exceptionnellement élevée à un test psychométrique standardisé et normalisé mesurant l’intelligence. Aujourd’hui, on les nomme échelle d’intelligence. Auparavant, on parlait de test de quotient intellectuel ou de QI. Dans ce cas-ci, vous aurez compris qu’en disant que Nathan est doué ou à haut potentiel intellectuel, j’aurais en fait voulu dire que (d) la psychologue a confirmé qu’il avait obtenu un résultat très supérieur à la moyenne au test d’intelligence qu’elle lui a administré. (Pour

18


Les termes doué, surdoué, haut potentiel, talentueux et précoce veulent-ils tous dire la même chose ?

ceux et celles qui, comme les enfants doués, ont un besoin viscéral de comprendre chaque mot qu’ils lisent, soyez rassurés : les termes standardisé et normalisé sont expliqués à l’Annexe 4.)

4) La douance La douance implique un processus de développement qui est à la fois dynamique, multidimensionnel et hétéroclite. Un concept qui sera, bien sûr, décrit en détail dans les pages qui suivent. Mais d’abord, sachez que certains chercheurs ou cliniciens imbriquent la conception psychométrique que nous venons de décrire à l’intérieur même du concept de douance, tandis que d’autres distinguent ces deux concepts. Et certains vont même jusqu’à réduire la douance à la psychométrie de l’intelligence. À ce sujet, j’utilise souvent une métaphore qui, même si elle n’est pas parfaite, illustre l’idée générale que je souhaite vous partager. À mes yeux, une telle proposition équivaut à donner au concept d’humain, la définition d’une jambe, et ce, parce que nous sommes parvenus à développer une mesure opérationnelle de la jambe que nous jugeons objective et valide, ce que nous n’avons pas encore réussi à faire pour l’humain. Je m’explique. Tout comme le concept de douance, le concept d’humain est difficile à mesurer si on ne détient pas une bonne connaissance de toute sa complexité en termes d’anatomie, de développement, de psychologie, de sociologie ou même de philosophie. Autrement dit, définir l’humain comme étant une jambe, c’est réduire un concept à une seule de ses parties. En somme, à mes yeux, sous-tendre que douance = résultat à une échelle d’intelligence (QI) équivaut à dire qu’humain = partie du membre inférieur de l’homme qui s’étend du genou au pied, et ce, avec tous les risques conceptuels et pratiques qui en découlent.

19


chapitre 1

Et si nous parlions, nous aussi, de douance et de développement du talent ? ______ En fait, plusieurs experts dans le domaine utilisent l’expression douance et développement du talent pour centraliser tous ces termes et toutes ces conceptions. Et ce, même si certains auteurs tiennent fermement à distinguer la douance du talent, tandis que d’autres cherchent plutôt à les unir. Un fait demeure, l’évolution des connaissances scientifiques a été expo­ nentielle dans les quarante dernières années et il est maintenant clair pour les experts dans le domaine que douance n’est pas synonyme de QI. La douance est un concept bien plus large, à la fois développemental, dynamique, multidimensionnel et hétéroclite. Mais surtout, la douance, c’est un processus. Un processus qui s’ancre dans l’hérédité et la biologie humaine et qui, s’il est nourri par l’environnement, permet à un enfant de transformer ses aptitudes naturelles en compétences exceptionnelles, puis de s’engager dans sa trajectoire bien à lui de développement du talent. Mais d’abord, à ce stade très précoce de notre discussion, changeriezvous votre réponse concernant Maxence ? Avez-vous suffisamment d’informations avec ses résultats au WISC®-V CDN-F pour l’identifier — ou non — comme un enfant doué intellectuellement, autrement dit, comme un enfant à haut potentiel intellectuel ? Si non, de quelle information auriez-vous besoin pour vous positionner ? En conclusion, il faut souvent prendre son courage à deux mains pour parler de douance et de haut potentiel intellectuel, d’autant plus lorsqu’il s’agit de notre enfant. Malheureusement, plusieurs personnes croient

20


Les termes doué, surdoué, haut potentiel, talentueux et précoce veulent-ils tous dire la même chose ?

de bonne foi que si nous en parlons, c’est parce que nous pensons que notre enfant est meilleur que les autres ou que nous voulons vanter ses mérites. On sent rapidement que ces personnes préféreraient que nous parlions d’autre chose. Dans les faits, elles manquent ainsi l’essentiel du message qui leur permettrait de découvrir et de comprendre les enjeux particuliers des enfants et des adolescents doués et talentueux, mais aussi de leur famille. Pourtant, le comprendre, c’est comprendre la nécessité de les identifier et de reconnaître leurs besoins particuliers afin de favoriser le développement de la douance et du talent au Québec.

21


Des livres pratiques et des outils d’intervention sympathiques pour surmonter les difficultÊs et stimuler le potentiel des petits et des grands. www.miditrente.ca


Marianne Bélanger

La douance est-elle synonyme de quotient intellectuel plus élevé ? Le cerveau des personnes douées est-il différent ? La douance est-elle une force ou une vulnérabilité ? Est-ce vrai qu’on confond souvent la douance et le TDA/H ?

Mais qu’est-ce que la douance au juste ? Qu’entend-on par haut potentiel intellectuel et créatif ? À ce jour, très peu de livres permettent de faire le point sur ces sujets qui, pourtant, soulèvent une multitude de questions et de préoccupations, et ce, tant dans les familles que dans les milieux scolaires. Le présent ouvrage propose donc une synthèse des plus récents développements scientifiques et cliniques dans le domaine de la douance afin de répondre de manière concrète à plusieurs questions fréquemment posées sur le sujet. Il offre également des pistes d’intervention pour mieux accompagner les jeunes, pour favoriser leur bien-être et pour les soutenir dans le déploiement de leur plein potentiel.

MARIANNE BÉLANGER détient un doctorat en psychologie clinique et en recherche ainsi qu’une attestation de neuropsychologue. Conférencière, formatrice, superviseure et psychologue clinicienne, elle est spécialisée dans l’évaluation des différents profils de douance ainsi que dans les interventions nécessaires à l’actualisation du potentiel des individus doués. En 2017, elle a cofondé l’Association québécoise pour la douance, dont le mandat est de sensibiliser le public québécois et de former les professionnels (psychologues, médecins, enseignants, etc.) qui œuvrent, parfois sans le savoir, auprès des jeunes, des familles et des adultes doués.

ISBN 978-2-924804-27-8

ÉDITIONS MIDI TRENTE www.miditrente.ca

9 782924 804278

la douance

Si vous avez déjà rencontré un enfant clairement particulier, qui semble avoir une capacité d’apprentissage exceptionnelle; un enfant à l’énergie et à la créativité débordantes, qui se distingue par son regard et son langage d’adulte, mais aussi par sa lucidité, ses intérêts complexes, ses questionnements incessants et son imagination hors normes, peut-être étiez-vous en présence d’un enfant doué ou doublement exceptionnel.

comprendre le haut potentiel intellectuel et créatif

Qu’est-ce que la double exceptionnalité ?

Marianne Bélanger Psy. D. Ph. D. ,

,

psychologue et neuropsychologue

LADOUANCE Comprendre le haut potentiel intellectuel et créatif

Profile for Éditions Midi trente

La douance : comprendre le haut potentiel intellectuel et créatif  

Si vous avez déjà rencontré un enfant clairement particulier, qui semble avoir une capacité d’apprentissage exceptionnelle; un enfant à l’én...

La douance : comprendre le haut potentiel intellectuel et créatif  

Si vous avez déjà rencontré un enfant clairement particulier, qui semble avoir une capacité d’apprentissage exceptionnelle; un enfant à l’én...

Advertisement