Issuu on Google+

Site Internet / Intranet www.cercheminotmp.com

GARE S O

S

A LA

NONETURE FERM

NES

DE N

N째81 - Juin 2012 ISSN 1161-2320

G

D

EN I L OS

CE des CHEMINOTS de la REGION SNCF MIDI-PYRENEES


Agir ensemble pour pour notre santé Agir ensemble notre santé

Une mutuelle à nos côtés

dU ELLeELLe TU utu IeNLOLTe meUM m n LAun cihoEn NFdeEss m PrOo

cOUVERTURE SANTÉ AdAPTÉE AU GROUPE SNcF

AU RÉSE AL ON NATI

Mutuelle Entrain est une véritable Mutuelle professionnelle. Ses cotisations sont adaptées aux salariés, aux retraités du groupe SNCF et à leurs familles. Créée et gérée par des cheminots, Mutuelle Entrain fait partie du monde du rail et connaît bien les problèmes de santé des cheminots.

Et si vous optiez pour une mutuelle d’action ? Pour défendre une protection sociale solidaire et améliorer le régime de protection de tous les personnels du groupe SNCF, plusieurs mutuelles régionales se sont unies pour former Mutuelle Entrain. Une mutuelle professionnelle d’envergure nationale, engagée sur le terrain et proche de ses adhérents. Une mutuelle de référence qui propose une offre et des prestations attractives, adaptées aux besoins du monde ferroviaire. Campagne réalisée avec la participation bénévole de Nicolas, gestionnaire wagons à Limoges, adhérent à la Mutuelle.

Rencontrons-nous ! •Rencontrons-nous Mutuelle Entrain – Agence de Montpellier ! 1bis, rue du Cheval Vert

© Masterfile

34000 MONTPELLIER • Mutuelle Entrain - Agence de Toulouse Fax 04 67 51 85- 31500 Toulouse 4-6,:rue de 92 Périole Du au vendredi, vendredi de de9h 8h30 à 17h30 Du lundi lundi au à 12h30 et dele13h30 à 17hfermé à 16h sauf vendredi Fermeture à 16h le vendredi toulouse@mutuelle-entrain.fr

ANNONCE A5 TOULOUSE.indd 1

• Mutuelle Entrain – Agence de Nîmes Dépôt SNCF 97, rue Pierre Sémard 30000 NÎMES Fax : 04 66 05 79 50 Email : nimes@mutuelle-entrain.fr • Permanence Tarbes Lundi, mardi jeudi de 9h00 à 12h00 Local CERetBibliothèque - Gare de Tarbes et de65000 13h00TARBES à 17h00 ; mercredi de 9h00 à 12h00 ; Tous de les 9h00 mardis après-midi 13h30àà16h00 16h30 vendredi à 12h00 et dede13h00

.frr trraainin.f ee--eennt ll l e l u e t t muutu rNnEeT

m

iNnTtEeR cEe sIiTtEeI vIic UuNnS tRrEeSsEeRrV oT AàVvO

25/10/11 14:40

RASSEMBLEMENT MOTO

& CONCERT CIGAL ’ROCK 9 & 10 juin 2012 - AVIGNON A partir de 18 heures

Avec en 1ère partie «PANDÉMONIUM»


LE MAG DU CHEMINOT www.cercheminotmp.com

Éditorial

Sommaire Commission Économique P.4-9 Conclusions du compte TER p.4-7 Non aux fermetures abusives... p.8 -9 Commission Act. Sociales P.10-14 Tour d’horizon du patrimoine p.10-13 Des vacances pour tous p.14 Associations P.15 Ancac - Espéranto

p.15

Christophe MARRE Secrétaire du CER

Ne nous laissons pas distraire... Les français ont indiqué leurs choix en rejetant le libéralisme économique, en faisant celui de la justice sociale, fiscale et de la relance par des investissements productifs (santé, éducation, transport, salaires...). Cela suppose que les serviteurs zélés des privatisations et de la déréglementation soient remerciés. Les services publics ont subi un lourd tribut. Et notre entreprise publique de service public, la SNCF, n’a pas échappé à cela. Les premiers dirigeants, à la botte de Sarko, lui ont fait subir des restructurations néfastes qui ont engendré plus de 12 000 suppressions d’emplois en 5 ans.

Magazine trimestriel du C.E.R SNCF Région Midi-Pyrénées Publication destinée aux cheminots actifs, retraités et à leurs familles. Directeur de publication / Christophe Marre Directeur de rédaction / Éric Zénatti Secrétaire de rédaction / Carole Baillet LE MAG 9. Bd Marengo - 31079 Toulouse Cdx 5 Tél 05 61 10 04 54 - Fax 05 61 10 04 64 Dépôt légal de parution - ISSN : 1161_ 2320 Conception/Réalisation Carole Baillet Tél 05 61 10 04 54 IMPRESSION Ménard Imprimerie Tél 05 61 00 37 00 PUBLICITE CER SNCF PHOTOS CER SNCF MP Frédéric KONEFAL N°81- Juin 2012 ISSN 1161_2320

Heureusement, les cheminots ont su se battre pour empêcher une trop lourde casse de leur outil de travail. D’ailleurs, sans notre intervention, beaucoup de jeunes cheminots ne seraient pas aujourd’hui dans l’entreprise. Reste maintenant à se tourner vers l’avenir, à reconstruire une entreprise publique au service du public, avec les moyens humains et matériels nécessaires. Il faut repenser le système ferroviaire, abolir le décret de création de RFF qui n’aura rien apporté et surtout mettre au pilori les conclusions des Assises du ferroviaires dictées par l’ancienne ministre Kosciusko-Moriset. Les cheminots devront faire preuve de vigilance et de combativité. Nous avons concouru avec beaucoup d’autres à ce que l’humain soit au centre des priorités, à ce que le service public ferroviaire que nous voulons soit de nouveau mis au service des populations et du dynamisme économique et social du pays.

... Restons vigilants et combatifs !

Juin 2012 -

-n°81 - p3


Les équilibres du

D

égradation des comptes TER d’une part et mise en œuvre d’un «plan d’économies» pour les différents acteurs du TER d’autre part ont motivé la réunion de la commission économique du CER. Elle s’est déroulée le 19 avril 2012. Les attentes de la commission portaient sur une explication pédagogique des équilibres comptables de la Convention Ter Midi-Pyrénées, sur une présentation des différents items des comptes TER Sncf et sur une série de questions issues de l’analyse de leur évolution. En introduction, le DD TER M. Bauchet a insisté sur le fait qu’il ne fallait pas confondre comptes TER de l’entreprise et budget TER du Conseil Régional et qu’en ce sens, un effort pédagogique devra être fait pour mieux expliquer les choses sur le terrain !

C O M M I S S I O N E C O N O M I Q U E

LES ÉQUILIBRES DU COMPTE CONVENTIONNEL TER

En 2008, le premier devis de l’actuelle Convention SNCF/région Midi-Pyrénées a été établi par la SNCF en fonction d’éléments connus et prévisibles. Celui-ci a également fait l’objet de négociation avec l’Autorité Organisatrice (A.O). ANNEXE 9 - Document n° 1 : Devis Provisoire Compte TER 2008 (y compris avenant n°2) CHARGES

en K€ H.T.

Conduite Accompagnement Energie électrique Energie diesel Charges routières Entretien matériel et révisions générales (y compris charges ERM)

26 676 16 150 4 765 4 274 4 326 22 227

Prêts et emprunts entre Activités Distribution, manoeuvres et services en gares Charges de capital des gares TER Entretien des gares Charges en gares DDG Gestion du TER Structure SNCF Abattement (PALITO + commercial) Rémunération pour risques (2,5%)

-1 500 21 472 2 350 1 958 3 022 15 921 3 348 -1 300 3 092

Total charges C1

126 781

Charges de capital de l’Etablissement Régional de Maintenance (ERM) Reprise liée à l’engagement de réinvestissement

PRODUITS

en K€ H.T.

Recettes directes du trafic total Recettes R1

36 700 36 700

Contribution pour Tarifs Sociaux Nationaux Compensations tarifs régionaux Compensations militaires total Recettes R2

10 251 5 050 812 16 113

Produits des indemnités forfaitaires liées aux infractions Recettes annexes à l’exploitation du Service (produits des concessions) total Recettes R3

121 140 261

Total recettes

53 074

Contribution d'exploitation

103 075

TOTAL PRODUITS

156 149

2 336 -600

Total charges C1bis

1 736

Dotations aux amortissements du matériel roulant Reprises de subvention liées au matériel roulant Charges financières liées au matériel roulant Taxe professionnelle matériel roulant Péages Infrastructure Etablissement Public de Sécurité Ferroviaire (EPSF) Billettique Total charges C2

10 080 -8 790 490 5 080 20 500 90 182 27 632

TOTAL CHARGES

156 149

Le compte Conventionnel est constitué de charges... Charges C1 Forfaitisées, ces charges sont celles sur lesquelles la SNCF devrait avoir une véritable maîtrise. Fixé en 2008 à 126,6 M€ par la SNCF après négociation avec l’AO, ce forfait est réévalué chaque année en fonction d’une formule basée sur une combinaison d’indices Insee. Ce forfait est également modifié par des avenants à la convention lors de développement de services. C’est pourquoi, il est important pour la commission que ceux-ci lui soient communiqués.

Charges C1 bis Également forfaitisées mais non indexées, ces charges sont liées à l’amortissement de l’ERM.

Charges C2 Non directement maîtrisables par l’activité TER, elles sont refacturées à l’€ près au Conseil Régional. M. Bauchet précise que les charges C2 comprennent les péages de RFF. Si ceux-ci impactent les résultats de TGV, ce n’est pas le cas pour les comptes TER de l’entreprise. En effet, ceux-ci sont refacturés à l’€/€. Toutefois, la commission remarque que s’ils ne jouent pas directement sur les comptes TER de la SNCF, les péages sont autant de moyens mobilisés sur les finances régionales pour les TER. Et de ce point de vue, nous devons avoir un regard vigilant. Le coût de l’énergie électrique et diesel n’est pas repris en C2 mais en C1. D’une part parce que la Sncf ne dispose pas de facture dédiée aux seuls TER Midi-Pyrénées et d’autre part, parce qu’il est préférable pour la Sncf de le positionner en C1. (voir ci après la rémunération de la Sncf). Juin 2012 -

-n°81 - p4


compte TER ... ET DE PRODUITS, LE TOUT EN ÉQUILIBRE. Les produits sont issus des recettes directes des usagers et des départements R1, des compensations tarifaires régionales, nationales et militaires R2, de recettes diverses R3 et d’une contribution d’exploitation CEX. Celle-ci est versée par le Conseil Régional. Son montant varie pour que, comme le précise la Convention, charges et produits soient en équilibre, soit :

C1 + C1bis + C2 = R1 + R2 + R3 + Cex OU

Cex = (C1 + C1bis + C2)-(R1 + R2 + R3)

Le DD TER fait ainsi remarquer que l’augmentation des recettes (comme celle attendue à la fin des travaux du plan rail) ne bénéficie pas à la Sncf mais au Conseil Régional. En effet, à charge constante, si les recettes augmentent, la contribution d’exploitation baisse (et inversement). L’évolution des recettes ne «L’évolution constitue donc que peu d’enjeu des recettes du TER pour la Sncf. La commission remarque que si la contribune constitue tion d’exploitation est inféque peu d’enjeu rieure au montant budgété par pour la SNCF» le Conseil régional, celui-ci peut, s’il le désire, réaffecter ces moyens supplémentaires à la SNCF pour les TER. La rémunération de la SNCF correspond à la différence entre le forfait de charge C1 négocié (+ sa réévaluation annuelle)

et le coût réel pour la Sncf des éléments constitutifs du C1. A cela s’ajoute des bonus/malus pour inciter la Sncf à progresser sur des objectifs de recettes et de qualité (ponctualité, régularité, suppression, propreté,…). Ainsi pour 2008, le résultat pour la Sncf peut se traduire ainsi : Forfait C1 facturé CR

126 781 K€

Coût réel des éléments constitutifs du C1

123 834 K€

Rémunération brute de la SNCF = Forfait C1 facturé - coût réel C1

2 947 K€

Résultat 2008 = Rému. Brute + Intéres. recette + bonus/malus + divers

4 147 K€

La facture présentée au Conseil Régional

Mais à ce jour, seule la facture 2008 a été validée par le Conseil Régional Midi-Pyrénées. Elle fait l’objet d’une procédure contentieuse au Tribunal Administratif, seul interlocuteur identifié par la convention pour trancher un différend entre les 2 parties. Ce désaccord porte sur l’application de l’article 44.2.2 de la convention qui prévoit une «clause de revoyure avancée» en cas de changements conjoncturels importants. Pour le DD Ter, la Sncf dispose d’assez d’éléments (Impact de la réforme retraites, évolution imprévisible des indices,…) pour légitimement demander l’application de cet article.

Pour autant, et en attente du positionnement du Tribunal Administratif, la Sncf reçoit chaque année une contribution du Conseil Régional. En effet, la Convention prévoit plusieurs mécanismes quand les situations sont bloquées comme par exemple, les modalités de paiement par la région basées sur le paiement majoré de 3% même si les comptes conventionnels ne sont pas actés entre les parties.

Les déséquilibres du compte ter Ils proviennent principalement de deux facteurs :

Une évolution de l’indexation du C1 différente de celle attendue La Direction a défendu la formule d’indexation, mais explique subir des évolutions d’indices imprévisibles car jamais ceux-ci n’avaient évolué ainsi. A la différence d’autres conventions, il n’a pas été retenu pour la formule d’indexation l’évolution du coût moyen agent ni la fixation une évolution plancher ou plafond de l’indexation. Dans une étude commandée par la DD TER au cabinet Mensia (cabinet présidé et partiellement détenu par Hervé Nadal, frère de Luc…), la dérive de l’indexation représenterait un manque à gagner

cumulé de 27 millions d'euros à l’horizon 2013 (date de revoyure inscrite dans la convention). Attendu

Réel

2008 par rapport à 2008 Indexation 2009 par rapport à 2008 du C1 2010 par rapport à 2008

0%

0%

2.80%

0.81%

5.68%

2.24%

2011 par rapport à 2008

8.64%

5.94%

Juin 2012 -

-n°81 - p5


Les équilibres du Une réforme des retraites qui a induit une prolongation de l’activité des agents et donc une augmentation de la masse salariale à effectif constant. L’impact retraite est estimé à 17 millions d'€ à l’horizon 2013. Il est calculé sur une moyenne nationale de la Sncf, redistribuée par activité et par région (soit pour le TER Midi-Pyrénées 1% de l’impact national). Il n’est pas issu du suivi individualisé et réel des agents rattachés au TER Midi-Pyrénées. Ce qui peut présenter un effet d’aubaine pour certains. La Direction indique que certaines régions ont négocié et intégré l’impact de cette réforme. La commission demande donc le positionnement des différentes régions et de l’Association des

C O M M I S S I O N

Régions de France (ARF) et souhaite savoir dans quel cadre cela a été fait (nouvelle convention,…). La commission s’étonne qu’alors que la réforme des retraites est intervenue en 2007, la SNCF ne l’ait pas intégrée dans la convention. D’autant que cet effet retraite devrait courir jusqu’en 2017. 2008

2009

2010

2011 non définitif

Cumul

661

1 733

2 499

2 933

7 826

D’autres sujets sont également impactants, mais à un degré moindre. De plus, ils sont en voie de règlement avec l’autorité organisatrice : évolution de la taxe professionnelle, coût de distribution de titres de transport du Réseau Routier Régional…

Éléments de contexte et principales évolutions

Les résultats & principaux agrégats 2008 4 147

2009 -5 089

2010 -4 421

2011 -6 019

TOTAL -11 382

2008 9 384 359 412 595 8 971 764 -815

2009 9 207 450 351 574 8 855 876 -939

2010 9 448 171 1 067 141 8 381 030 -1 732

2011 9 467 804 199 846 9 267 958 -628

-4 114

régularité

87,12%

86,99%

89,50%

91,60%

FC12K recettes totales (K€) vk (Kvk)

57 648 559 317

57 430 542 530

55 979 510 147

58 841 518 636

125 383

447 898

125 383

57 091 255 840 128 019 440 950

447 898

715 227 251 983 967 210

charges routières de substitution (en K€) impact plan rail facturé à la Région (en K€)

497 65

1 479 104

1 236 25

4 771 1 435

bonus en K€ malus en K€ bonus malus en K€

156 -384 -228

90 -351 -261

106 -137 -31

351 -19 332

-189

intéressement sur recettes perçu par la SNCF K€

2 390

-1 222

-1 829

708

47

RESULTAT offre offre fer théorique (yc plan rail) offre supprimée offre réalisée pénalités (offre supprimée en tkm) en K€

E C O N O M I Q U E

plan rail lignes concernées et impact en suppresssion d'offre (tkm) Auch Quart Nord Est Ariège

LES PISTES D’ÉCONOMIE INTERNE Après avoir lourdement insisté et alors que c’était une de ces raisons d’être, celle-ci a obtenu que le DD TER présente les pistes de travail envisagées pour réaliser des économies internes. M Bauchet précise que les prévisions d’économie sont marginales et que les seuils de productivité atteints dans certaines régions ne sont pas possibles en Midi-Pyrénées (compte-tenu des engagements contractés dans la Convention). Juin 2012 -

-n°81 - p6


compte TER Produit train : une étude est menée en conception pour mesurer si une limitation du nombre de mouvements de rames pourrait réduire les moyens affectés à la manœuvre. De même, chaque passage à la station service étant facturé, une étude va être menée pour réduire les passages dits «inutiles» (en incluant l’impact sur les coûts d’unité d’œuvre). Enfin pour améliorer la qualité de service et éviter des mouvements inutiles et chronophages, TER va demander plus de souplesse sur le GOV de Matabiau. Distribution : un travail va être engagé sur Matabiau afin de réduire les commissions versées à Voyages pour la distribution de titres TER (2,7 M€ versés à Voyage contre 2,3 M€ reçus). A cet effet, les clients TER (notamment Midi-Pyrénées Emploi) seraient redirigés vers les guichets Pastel ou les Distributeurs automatiques de Billets Régionaux (DBR). Le DD TER constate par ailleurs que l’établissement Tgv-Teoz n’a pas été labellisé à cause des délais d’attente aux guichets ! Pour la commission, ce ne sont pas les clients TER qui sont responsables des files d’attente mais bien la politique de distribution de Voyage. La commission demande s’il est prévu dans les gares TER, des fermetures de guichet, des figeages de postes ou une réduction de CDD à la vente et s’interroge sur les commissions perçues par TER lors d’opérations de SAV pour Voyage sans transaction. Réponse de M Bauchet: 0€  alors que Voyage perçoit une commission minimale de 3€ pour émettre un titre gratuit. Il précise qu’aujourd’hui le TER fait de la distribution et de la présence territoriale. Pour le DD TER, si l’autorité organisatrice souhaite parler qualité de service, le TER peut faire d’autres propositions mais si c’est de présence territoriale dont il est question, il faudra discuter rémunération !

Traction : un travail de réduction des frais de taxis et des noshows (repos à l’extérieur non pris mais facturé faute d’annulation) va être engagé. La commission a régulièrement posé la problématique des taxis (avec un budget avoisinant le million d’€ pour l’ECT et l’ETMP réunis). Avec la réorganisation de l’ETMP par activité, la commission demande si les coûts de structures seront répartis identiquement à l’organigramme de l’établissement ? Assemblage des ressources : des rencontres entre parties concourants à la réalisation du plan de transport seront organisées à court (tous les mois), moyen (6 mois glissant) et long terme (24 mois glissant) afin de s’assurer que les moyens soient en adéquation avec le plan de transport et que les évolutions de celui-ci soient connues de toutes les entités. La commission demande si la Sncf propose à l’AO d’autres pistes d’économies tel que l’EAS ou la vente via des canaux deshumanisés. Pour le DD TER, il peut y avoir des organisations qui ne correspondent pas à l’organisation actuelle mais qui préservent la qualité de service. Pour la commission, il est très regrettable qu’aucun document n’ait été préparé sur ce sujet comme cela a été fait pour la première partie. Mais on comprend que ce n’était pas l’objectif premier de la DD TER!

Matériel : améliorer la performance et le dimensionnement du parc. Le dimensionnement est calculé par rapport aux trains en heures de pointe, une diminution d’engin en maintenance les lundis matin et vendredis après-midi sera recherchée de même qu’une diminution du nombre d’engins perdus pour attente de pièces, d’acheminement sur le technicentre,…La commission remarque que les craintes qu’elle avait exprimées à l’occasion de la réorganisation de la gestion des pièces avec PLI sont toujours d’actualité. La commission insiste sur le fait que la rapidité du rapatriement d’un engin défaillant ne doit pas se faire au détriment de circulations commerciales et des usagers comme nous l’avons vécu en ce début d’année. Une autre organisation doit être recherchée. Enfin une étude sera menée sur la pertinence économique et technique de réduire le nombre de séries et de supprimer le parc en pool par échanges d’engins. ECT : la charge TER devra être exclusivement assurée par l’UO TER, le coût de la Journée de Service (JS) TER étant largement inférieur à celui produit par l’UO Voyages. La commission dénonce une vision purement comptable et peu pertinente pour la production.

En conclusion, la commission n’a jamais confondu compte de résultat SNCF et budget TER du Conseil Régional. Toutefois, l’analyse des membres sur ce sujet, ne se contente pas de la vision purement comptable de la SNCF. En effet, en tant que citoyens et contribuables, les cheminots attendent, plus que quiconque, de leur entreprise PUBLIQUE, qu’elle opère un service public de très haute qualité au plus juste prix sur la base de comptes clairs et partagés. La commission suivra attentivement l’évolution des comptes TER et ses impacts tant pour notre entreprise et ses cheminots que pour le budget régional. De même, la commission sera particulièrement attentive aux répercussions sur l’évolution et l’avenir du TER en Midi-Pyrénées. Juin 2012 -

-n°81 - p7


N ON aux fermetures abus i v e s La mobilisation contre la fermeture de la ligne Rodez-Albi, alors que les travaux sur le viaduc du Viaur étaient reportés, n’est que la partie visible du mécontentement lié à la nouvelle organisation de la maintenance voulue par RFF et l’Infra SNCF. Nouvelles organisations uniquement dictées par les seuls choix économiques de RFF et en opposition totale avec toutes notions de service public.

C O M M I S S I O N

SA 2012 : priorité à la maintenance «Façon RFF» !

Rodez-Albi : exemple d’une fermeture abusive d’une ligne et de ses gares.

Lors des réunions de présentation du SA 2012 (nommé abusivement cadencement), RFF et SNCF se prévalaient de vouloir faciliter l’usage du train au quotidien. Le vécu des usagers se révèlera être totalement différent. En effet, entre stationnements prolongés, suppressions programmées de circulations tous les mardis/mercredis/ jeudis de l’année, fermetures totales des lignes,… c’est bien une réduction de la disponibilité du réseau régional (et donc du service public ferroviaire régional) qu’ont imposé RFF et l’Infra SNCF au Conseil Régional et aux usagers avec au final, des conditions de voyage dégradées avec moins de trains. Aucune ligne régionale n’est épargnée et chacune se voit gratifiée de 1 à 2 périodes de fermeture. Pire, plusieurs fermetures en tronçons décalés peuvent affecter une même ligne comme sur ToulouseAurillac ou encore Rodez-Millau  : allègement de circulations pendant 15j pour SPRC entre Séverac et Millau, puis 15 jours plus tard, fermeture de Rodez-Séverac pendant 10 jours. Ce manque de coordination n’est pas vraiment la meilleure solution pour conforter une ligne déjà fragile. Mais ce n’est pas là la priorité de RFF, au contraire même…

RFF avait envisagé de réaliser «à l’ombre» de la fermeture de Toulouse –St Sulpice pour doublement de la voie, différents chantiers entre St-Sulpice et Rodez : renouvellement des postes télécommandés des gares situées entre St Sulpice et Tessonnières, réfection de la peinture du viaduc du Viaur (traitement de la zone dangereuse), mise aux normes des quais entre Toulouse et Rodez,… La fermeture de la ligne était donc programmée sur la totalité du parcours. Dans cette optique, l’EIC (établissement dépendant financièrement de RFF) n’a eu de cesse, pendant plus d’un an, de solliciter ses agents pour les inciter à quitter leur gare pour du détachement (et à programmer leurs congés en fonction !!). Jamais les remarques des représentants du personnel quant aux attentes des salariés et à la nécessité de ne pas dégrader la prestation due aux usagers n’ont été entendues. Encore moins, lorsqu’avec l’annonce aux cheminots du nouveau report des travaux du Viaur au CER de février, ils demandaient la réouverture de la ligne. En effet plus rien ne s’opposait à la circulation des trains. De plus, profitant pleinement des largesses de la convention, la SNCF et sa DD TER réorganisaient alors la distribution et l’accueil avec une réduction drastique des heures d’ouverture des gares et des guichets (comme à Naucelle par exemple) et mettait en place des moyens de substitution dissuasifs: jusqu’à 3h40 de bus entre Rodez et Toulouse avec transbordement à Albi ! Aucun bus direct pour les OD les plus longues….

Deux types de chantiers, une seule organisation... 

E C O N O M I Q U E

Pour permettre la réalisation de certains gros chantiers (renouvellement de voie, reprise de tracé, doublement de voie,…), la fermeture de ligne est envisageable (surtout en voie unique) pour permettre de réduire la durée du chantier ainsi qu’éventuellement le coût de l’opération. Néanmoins, ce genre de chantier peut également être réalisé en préservant les circulations de pointe comme ce fut le cas, par exemple, pour le RVB avec modification de tracé entre Carmaux et Naucelle dans les années 90. Présenté par RFF comme étant le meilleur compromis coût/ temps de réalisation, le Conseil Régional a opté pour la fermeture de ligne pour la réalisation des chantiers du Plan Rail. Ce mode opératoire est globalement bien compris des usagers pour ce type d’opération qui reste exceptionnel. Pour la maintenance, l’Infra Sncf avait déjà choisi de concentrer ses interventions sur une ou deux périodes annuelles (sans fermeture de ligne mais avec parfois un allègement du nombre de circulations). C’était la massification. Celle-ci, combinée à la mobilité des équipes aura permis à l’Infra Sncf de réduire très sensiblement ses effectifs. Animé par la même logique, RFF veut maintenant procéder par fermeture totale des lignes régionales pour réaliser ces travaux de maintenance. Objectif  : ne plus avoir de cheminots sur les chantiers  ! La répétition des fermetures est une entrave à la réalisation d’un service public ferroviaire de qualité. Les usagers l’ont bien compris et ne le supportent plus. C’est par l’expression «Non au fermetures abusives de nos lignes et de nos gares» qu’ils l’ont exprimé lors d’un rassemblement en gare de Rodez le 31 mars dernier. Juin 2012 -

-n°81 - p8

Paradoxalement, les beaux discours sur la fidélisation, la qualité du service rendu, etc. … avaient totalement  disparu: les conditions d’accueil et de transport des usagers devenaient secondaires. Le seul mot d’ordre édicté par la DDTER était: économie ! Mais celui-ci s’est révélé être explosif !

Réouverture de Rodez-Albi : une mobilisation gagnante ! La mobilisation des cheminots (et de leurs syndicats) et des usagers (et leurs associations) aura permis de réduire la période de fermeture de Rodez-Albi aux 2 seuls mois de plein été et d’aménager le service bus de substitution. Mais auraiton pu éviter la fermeture ? Oui, assurément car les cheminots ont le savoir-faire et l’expérience pour effectuer ces travaux tout en maintenant les circulations ferroviaires en toute sécurité.


d e n o s lignes et de nos gare s ! Pour autant, cela est-il réellement satisfaisant lorsque l’on pense que, jusqu’en 2011, la plupart des travaux dits «  massifiés  » étaient réalisés de nuit et donc sans impact sur les circulations  ?

Cela nécessite juste une organisation différente, à l’image de celle prévue en gare de Rodez cet été. Le Conseil Régional a donc fait le choix du compromis avec RFF afin de ne pas avoir à reporter les travaux de mise aux normes des quais (nouvel appel d’offre) et a demandé à la SNCF le maintien du service normal en mai et juin. On ne peut que regretter que la direction Sncf ne se soit pas pleinement engagée pour y répondre. C’est contrainte, que la direction SNCF a rétabli 12 puis 14 trains (sur 18) tout en limitant sévèrement le nombre de gares ouvertes malgré la demande de l’autorité organisatrice de rétablir l’ensemble des circulations et des services en gare. Il convient toutefois de saluer l’engagement et le travail réalisé par les cheminots pour reconstruire un service dans un temps contraint mais surtout avec les moyens très restreints imposés par notre Direction.

La perversité de la séparation par activité L’organisation des services en gare pendant la fermeture des lignes est un exemple concret de l’aspect néfaste de la séparation par activité. Ainsi, pour la DD TER tous les cheminots ne sont pas équivalents ! En effet, en cas d’indisponibilité d’un cheminot du TER pour tenir un guichet ou un poste d’escale, et seulement si la tenue du poste est vraiment indispensable, la direction du TER s’interdirait de faire appel à un cheminot de l’EIC ou à un CDD SNCF. Seule solution autorisée : Le recours à ADECCO et CITY ONE.

Vers une autre organisation de la maintenance en 2013 A la demande du Conseil Régional, RFF et SNCF Infra sont contraints de revoir l’organisation de la maintenance du réseau régional. En effet, sous la pression des usagers, des citoyens et des cheminots, l’autorité organisatrice ne pouvait se satisfaire des fermetures de lignes récurrentes, pour lesquelles elle a consenti de lourds investissements. Pour 2013, la maintenance sera donc organisée sous forme de SPRC. Les circulations quotidiennes de pointes seront préservées.

Le Conseil Régional de Midi-Pyrénées, avec l’investissement financier important qu’il a consenti sur l’infrastructure ferroviaire via l’opération plan rail, dispose certainement d’un poids et d’une écoute différente de la part de RFF. Mais l’exemple de Midi-Pyrénées montre que les choix de RFF et de SNCF ne sont pas immuables quant aux fermetures de lignes… Issus de la séparation de RFF et de la SNCF, ces choix d’organisation pour la réalisation de petits travaux ou de gros chantiers ne doivent plus se faire dans le seul but de préserver les intérêts économiques du seul propriétaire mais bien de mesurer les enjeux pour le système ferroviaire dans son intégralité. A cet effet, la réunification de RFF au sein de la SNCF prend tout son sens.

Une politique de maintenance contraire aux obligations de service public ! Pour RFF, afin de remplir ses objectifs de rentabilité, la maintenance des voies ferrées se conjugue avec la fermeture de lignes sur des périodes plus ou moins longues. Toutes les lignes de la région sont concernées, à tour de rôle. Pour baisser le coût des travaux, deux axes sont nécessaires : « massifier les travaux » (rassembler tous les types de travaux sur une même période) baisser le « coût » de la main d’œuvre en faisant appel autant que possible à la sous-traitance et donc limiter voire supprimer la présence de cheminots sur les chantiers. La SNCF, quant à elle, en profite alors pour réduire drastiquement les effectifs de cheminots que ce soit à l’équipement ou dans les gares. Un des piliers fondamental du service public est la continuité du service ! En rompant cette obligation, RFF et SNCF ne fragilisent-ils pas l’entreprise publique SNCF et le statut des cheminots qui y est rattaché ? Encore une fois la rentabilité l’emporte sur la réponse aux besoins des usagers du rail. C’est inadmissible! Cette stratégie s’inscrit pleinement dans les orientations issues des Assises ferroviaires de Nathalie Kosciusko-Moriset qui n’hésitent pas à proposer la fermeture de lignes dites «non rentables» et à transférer sur bus toutes les circulations faiblement remplies!

Frédéric KONEFAL Président Commission Économique Juin 2012 -

-n°81 - p9


TOUR D’HORIZON DE

A C O M M I S S I O N A C T I V I T É S

méliorer le patrimoine des cheminots de Midi-Pyrénées est l’un des objectifs des élus du CER. Nous disposons de sept bibliothèques, deux restaurants d’entreprise, 87000 m2 de fonciers dispersés sur le territoire avec des terrains de sports, dojos, gymnases où évoluent 81 associations et plus de 4200 licenciés, des gîtes. La gestion de ce patrimoine repose sur deux gestionnaires. La SNCF, propriétaire des bâtiments et le CE, son locataire. Chaque année, les responsables du CE avec la direction de l’entreprise visitent les installations et définissent les travaux à venir. La dernière estimation des travaux pour remettre le patrimoine aux normes et le maintenir en état s’élève à 1.300 000E. Cette année, la SNCF ne met que 130 000E dans le pot. La SNCF doit prendre en charge les travaux du propriétaire et le CER doit assumer l’entretien de locaux.Le CE apprécie de pouvoir compter sur les nombreux bénévoles des associations qui donnent de leur temps pour entretenir leurs locaux. Grâce à l’effort de tous, une partie des travaux se réalisent et nos installations reprennent des couleurs. Mais il reste beaucoup à faire pour que nos structures soient au top et nos projets d’amélioration ne manquent pas.

Connaissez-vous dans vos départements, votre patrimoine social ? En voici un panorama !! AVEYRON

LOT

Cahors - Un restaurant d’entreprise - Une bibliothèque - Une salle multi-activités - Une salle pour le «le Jardinot» - Une salle pour le club photo

TARN & GARONNE

Montauban - Une bibliothèque - Une salle pour «le Jardinot» - Une salle multi-activités - Un bâtiment que se partagent trois associations.

Lot

GERS

Auch - Une salle multi-activités ave cuisine de 103 m2 sur un terrain de 1750m2 - Une salle pour le modèlisme

Aveyron

Tarn & Garonne

Gers

Haute Garonne

Hautes Pyrénées

Tarn

Ariège

HAUTES-PYRÉNÉES

S O C I A L E S

Arreau - 4 gîtes de 5 à 7 couchages - 1 gîte de 12 couchages Boo Silhen - 11 gîtes de 4 à 6 personnes - 1 gîte handicapé de 6 à 8 personnes - 1 salle polyvalente (détente, bar,...) Tarbes - 1 bibliothèque - Une salle multi-activités avec cuisine - Un gymnase - Un boulodrome - Une salle de modèlisme - Un terrain de tennis - Une salle d’activités culturelles Juin 2012 -

-n°81 - p10

ARIÈGE

Foix - Une CAS

PYRÉNÉES ORIENTALES Porté Puymorens - 1 gîte de 10 couchages - 1 gîte de 25 couchages

Capdenac - Une bibliothèque - Un Espace Loisirs avec salle commune - Un bâtiment avec salles multi-activités et cuisine - Un complexe sportif avec terrains de foot ; rugby et club house Rodez - Une CAS

TARN

Albi  - Une salle multi-activités de 99 m2 avec cuisine sur un terrain de 1400m2. - Une bibliothèque Castres : 1 bibliothèque

HAUTE GARONNE

Toulouse - Siège du CER - Espace Loisirs Culture - Restaurant d’entreprise/Cafétéria - Centre Multi Activités Surcouf : (Terrains foot, rugby, pelote basque ; gymnase ; théâtre/salle de danse ; tennis ; dojo arts martiaux ; salles d’escrime et judo) - Stade Henri Gréard : (Terrains foot, rugby ; tennis ; piste d’athlétisme ; dojo arts martiaux) ; Une salle d’activités avec cuisine ; deux gîtes récents) - Un bâtiment pour trois associations Saint-Alban - 1 bâtiment d’activités associatives Saint-Jory - Une salle de modèlisme


NOTRE PATRIMOINE CENTRE MULTI-ACTIVITÉS SURCOUF

Terrain St Agne

STADE HENRI GRÉARD est un centre Multi-activités sportives et un lieu d’hébergement.

La maison des associations (début des travaux en Septembre 2012), c’est 950m2 d’installations diverses en plein coeur de Toulouse consacrées à la pratique des activités sportives et culturelles dispensées par nos associations.

Gymnase

Tennis

TOULOUSE TOULOUSE

L’ESPACE MARENGO, c’est : un restaurant d’entreprise et une cafétéria où les cheminots peuvent se retrouver pour des moments de convivialité comme de travail.

L’ESPACE LOISIRS CULTURE DE TOULOUSE, c’est un lieu où les cheminot(e)s se rendent pour recevoir tous types d’informations : vacances enfance/famille, billeteries concerts/ spectacles/cinéma/parcs de loisirs... et pour consulter, voir emprunter des livres, revues en tous genres... Juin 2012 -

-n°81 - p11


TOUR D’HORIZON DE SUR MIDI-PYRÉNÉES SUR MIDI-PYRÉNÉES

Espace Loisirs Culture de Castres

Une multitude de lieux... Espace Loisirs Culture d’Albi Des lieux où sont organisés des manifestations en tous genres (fête des CAS, arbres de noël, initiatives ponctuelles...)

C O M M I S S I O N A C T I V I T É S S O C I A L E S

Espace Loisirs Culture de Tarbes Salle polyvalente Montauban Diverses associations y pratiquent leurs activités favorites. Les retraités s’y retrouvent.

Les clubs sportifs s’y entraînent et y organisent des matchs... Les associations s’y installent...

Association «Les Cadets du Rail» à Auch

Terrain Rugby à Capdenac Des hébergements à découvrir pour des activités d’hiver comme d’été, à la montagne ou à la mer...

PORTÉ PUYMORENS

Au coeur de la Cerdagne (dépt 66), proche de l’Andorre... Juin 2012 -

-n°81 - p12


NOTRE PATRIMOINE ARREAU

La vallée de St Lary Soulan (dépt 65) vous offre tous les plaisirs...

Site Gîtes Site privilégié pour les familles. Les enfants y jouent en toute sécuité. Gîte côté terrasse

Gîte collectif

BOO SILHEN

Salle polyvalente pour des moments de détente et de partage...

Gîte côté entrée

Intérieur Salle polyvalente

Salle polyvalente Des gîtes tout confort pour des moments tout doux.

Réservé aux enfants.

Intérieur Gîte Centre de vacances situé dans la vallée d’Argelès Gazost (dépt 65).

Terrain de jeux

PORTIRAGNES Mobilhome

Nouveau site en bord de mer (dépt 34) en remplacement de Sérignan pour plus de services, plus de loisirs, plus d’animations... Séjour/Cuisine

Chambre 1

Chambre 2

Magali CALANDREAU Trésorière du CER Juin 2012 -

-n°81 - p13


´Les Vacances pour tous cíest maintenant ???ª Lorsque la pÈriode estivale approche, beaucoup de salariÈs de notre pays envisagent des vacances pour eux et pour leur famille. Malheureusement lorsquíarrivent les ÈchÈances de locations, des choix souvent durs síimposent ‡ eux.

C O M M I S S I O N A C T I V I T É S S O C I A L E S

Info de dernières minutes

Des chiffres le démontrent. 54% des salariés de notre pays ne peuvent pas partir en vacances. Pour 2012, c’est 60% des familles qui déclarent ne pas pouvoir partir.

Afin de coller encore plus à nos valeurs de mutualisation,

Les vacances seraient-elles un luxe ??

CCAS (Caisse Centrale d’Activités Sociales d’EDF) de

En tant qu’élus d’un CE nous ne pouvons accepter que le coût des vacances reste un facteur dissuasif prépondérant pour des millions de personnes de notre pays. C’est la raison pour laquelle nous exhortons les pouvoirs publics, les institutions, les entreprises, les CE de tous horizons à tout faire pour développer le tourisme social en donnant les moyens aux associations de ce secteur. Il ne faut pas oublier également le contenu de ces vacances tant au niveau des loisirs, du sport et de la culture. C’est d’ailleurs ce que propose la majorité des CE cheminots par le biais du CCE. Nous ne saurions trop inviter les cheminots et leur famille à se rapprocher des espaces loisirs culture de notre région Midi-Pyrénées. Il existe des possibilités de vacances avec le CE, le CCE mais aussi avec des organismes du tourisme social dont vos élus sont partie prenante. Pour les enfants, je vous rappelle que les colos sont la priorité de vos élus CE. Cette année encore le niveau des inscriptions est dans l’évolution croissante de ces 5 dernières années. La pérennité de l’organisation des ces vacances adultes et enfants nécessite un combat quotidien de la part de vos élus. Il est plus qu’urgent dans la période de forcer notre entreprise à augmenter la dotation aux activités sociales. Les vacances pour tous c’est maintenant. Alors exigeons ensemble, à tous les niveaux de notre entreprise, une revalorisation du budget des activités sociales adaptée aux valeurs de justice et de solidarité . Juin 2012 -

-n°81 - p14

de moyens entre CE, le CER a fait le choix de déplacer les mobilhomes de Sérignan vers le camping de la Portiragnes. Un large choix d’activités et de services sont disponibles sur le site. • Bibliothèque • Aires de jeux • Théâtre de plein air • Salle d’activités ados • Golf • Terrains de boules, volley Ball, tennis • Tennis de table SERVICES

• Plats cuisinés • Cabine téléphonique • Lit pour bébé • Laverie (Lave linge), fers à repasser • Parking. • Machine à glaçons • Barbecue collectif A l’extérieur
vélos, centre équestre à 1 km, piscine et golf à 15 km. Nous espérons que ce choix sera judicieux et répondra à vos attentes.

ADRESSE

Centre de vacances CCAS
 avenue du Grand-Salan 34420  Portiragnes

J. Marie VIGNY Président Commission Activités Sociales


Un résistant oublié (ftp) François ALONSO,

(Pseudo : Freddy)

cheminot à Raynal

«La véritable justice n’est pas la vengeance mais la mémoire» (R. BADINTER)

V I E

Issu de parents espagnols, il travaillait dès le 7 juillet 1942 à la gare de Toulouse Raynal. «Après les camps de jeunesse, j’avais demandé à rentrer aux chemins de fer, cheminot aux manoeuvres, on calait les wagons, j’y suis resté jusqu’à ma retraite». Il a participé à de nombreuses actions, entre autres : - Actions à la gare de St Cyprien pour empêcher le départ de travailleurs italiens pour le STO en Allemagne (26/10/43). - Deux déraillements entre Portet St Simon et Toulouse. - Participation à l’exécution de l’Abbé Sorel, milicien.

D E S

«A la Libération, je suis redevenu cheminot. Quand j’ai vu tous ces FFI à la Libération, j’étais écoeuré. Je voyais tout ce monde en tenue alors que pendant l’occupation, on était qu’une poignée... mais à la Libération, tous ces jeunes étaient volontaires pour les FFI. C’est pour ça que j’ai tout laissé tomber. Ce que j’ai fait, je l’ai fait parce qu’il fallait le faire. Je ne l’ai pas fait pour des galons, pour des médailles. Je ne comptais pas un jour avoir des médailles pour avoir été dans la Résistance».

A S S O C I A T I O N S

Propos recueillis dans le livre de Gérard de Verbizier «ni travail, ni famille, ni patrie».

Jean Duchêne Secrétaire ANCAC de Toulouse

L’Association «JARDINOT – Le Jardin du Cheminot» fête cette année ses 70 ans d’existence. Forte de plus de 50.000 adhérents au niveau national, elle est ouverte à tous et vous propose un magazine bimensuel (la Vie du Jardin et des Jardiniers), des fiches conseil «Jardinons Nature», des fournitures pour le jardin à prix compétitifs, des centres de Jardins Familiaux, des voyages à thème horticole, un site Internet interactif... Le Comité Régional Toulouse Midi-Pyrénées regroupe 30 comités à votre service sur la région. N’hésitez pas à nous contacter pour connaître le correspondant le plus proche de votre domicile, et pourquoi pas vous impliquer vous aussi dans notre vie associative. En effet nous recherchons des bénévoles désireux de partager leurs connaissances et d’animer nos comités. Les «Jardins de Madeleine» à Albi mettent à votre disposition dans un cadre agréable des parcelles de 150 ou 300 m2 pour les jardiniers amateurs ou avertis (contact : Jean SALLEE-DUQUEROY tél 05 63 47 57 15)

COORDONNÉES

Siège National 9 quai de Seine - 93584 ST OUEN CEDEX Tel : 01 41 66 34 80 Comité Régional Bernard DEROSIER Tel 05 61 70 47 46 Email : mjb.derosier@hotmail.fr Site : www.jardinot.fr

«Croire à ce que l’on fait et le faire dans l’enthousiasme»

Juin 2012 -

-n°81 - p15


Pour un point de vue différent sur votre épargne, prenez de la hauteur !

4,05

%

Avec 4,05 % nets servis en 2011 (1), la MIF confirme année après année sa compétitivité et figure une fois encore parmi les références du marché.

nets servis en 2011(1)

La performance en toute sécurité!

(1) Nets de frais de gestion et hors prélèvements sociaux. Les performances passées ne présagent pas des performances futures.

MIF (Mutuelle d’Ivry - la Fraternelle) – Siège social : 23rue Yves Toudic - 75481PARIS CEDEX 10/ Tél. 0 800 30 30 23/ Fax 01 40 03 79 19/ www.mifassur.com Mutuelle régie par les dispositions du livre II du code de la Mutualité / Immatriculée au Registre National des Mutuelles sous le N° 310 259 221 /ACP (Autorité de Contrôle Prudentiel) - 61rue Taitbout - 75436PARIS CEDEX 09


le Mag du cheminot