Page 1

1


Sommaire Résumé������������������������������������ 4 Intention���������������������������������� 8 Traitement������������������������������10 Synopsis���������������������������������12 Séquences 1 - 10��������������������14 Les personnages��������������������27 Fiche technique����������������������43 Éric Beauducel�����������������������45 Olivier Poujaud����������������������49 EKLA production�������������������52 2


3


Résumé « Les tunnels envahis, les égouts mis sous une pression qui les a rompus par places, les ponts battus par les eaux, les tranchées changées en canaux, les îles submergées, les quais changés en rues de Venise, des places lointaines crevées et submergées, des fragments de chaussée effondrée, des quartiers ravitaillés par des bachots, tel a été le spectacle singulier et terrible dont nous avons été témoins... » Journal des débats, février 1910

4


5


20 janvier 1910. La Seine quitte son lit et déferle en une semaine dans la capitale et sa banlieue. Les rues sont immergées et la capitale en pleine modernisation est totalement paralysée. Plus de transports en commun, plus de chauffage, plus de communication, plus d’électricité… Paris est rapidement surnommée dans la presse « Paris-Venise ». En suivant un journaliste et un photographe du Petit Parisien, le plus important journal de l’époque, à la rencontre de la population et des acteurs principaux de la catastrophe, ce film va faire revivre cette « semaine terrible » heure par heure. L’occasion de découvrir un Paris méconnu, de suivre la plus importante couverture médiatique de ce début de siècle et de comprendre comment la ville-lumière a traversé l’une des pages les plus spectaculaires de son histoire.

6


7


Intention « Une société où les citoyens sont ainsi à la discrétion des éléments est comme une maison sans toit ». Jean-Jaurès, le 28 janvier 1910 dans L’Humanité

8

En une petite semaine, cet hiver 1910, la Seine vécut sa crue la plus forte et Paris se transforma en une étrange copie de Venise. La « ville lumière » fut non seulement inondée, mais plongée dans l’obscurité et paralysée. « L’électricité, l’eau potable, l’évacuation des ordures, tout ce que Paris avait conquis a été touché. Les transports ont été les premiers désorganisés, alors que Paris était une des villes les mieux dotées au monde dans ce domaine, avec cinq lignes de métro et quatre en constructions, un réseau ferroviaire reliant toute la province » rappelle Emmanuelle Toulet, responsable de la Bibliothèque historique de la ville de Paris. Depuis cette épisode spectaculaire de l’histoire de Paris, un siècle a passé. Et pourtant, la mémoire de l’inondation ne s’est jamais éteinte, certes à cause de son ampleur, mais surtout en raison de la médiatisation sans précédent dont elle fut l’objet. Elle fut en effet la première catastrophe de cette envergure dont les médias s’emparèrent : la photographie d’actualité, servie par des agences de presse structurées, la carte postale, la presse à grand tirage illustrée de photographies et le


cinématographe ont ainsi transmis des milliers d’images de cet événement unique dans les annales de Paris. Mais plus que le récit détaillé d’une catastrophe, ces images extraordinaires et ces documents nous ont dressé le portrait étonnant d’un Paris éphèmère, tour à tour drôle et dramatique, le quotidien inattendu et aujourd’hui oublié d’une ville qui faisait son entrée dans le modernisme et que cette catastrophe a profondément changé.

Nous serons les spectateurs des épisodes les plus étonnants (et ils ne manquent pas), du fonctionnement oublié d’une ville en plein essor dont le développement en cours fut la principale faiblesse. Nous serons à la fois au cœur des institutions (préfecture, Assemblée Nationale), des monuments (Louvre, tour Eiffel) des transports (gares, métro) mais aussi au plus près des habitants confrontés à un phénomène sans précédent.

Cette profusion d’images uniques et cette vision inédite de la capitale sont donc le point de départ de ce film et de notre volonté de faire revivre cette semaine qui a marqué ce début du Xxe siècle. En suivant au quotidien l’enquête d’un journaliste et d’un photographe du Petit Parisien, en s’appuyant sur les photographies et les illustrations les plus marquantes, nous plongerons dans les coulisses de l’événement comme si nous y étions. Heure par heure, nous suivrons la progression des eaux, la réaction des populations, des autorités comme le fameux préfet Lépine mais aussi de célébrités qui ont raconté l’événement à leur façon, comme Apollinaire ou Jules Romains.

Une occasion unique de découvrir un Paris d’avant-guerre dont on parle peu mais aussi d’être confronté à l’entraide exceptionnelle mise en place ou à la débrouille érigée en système : des radeaux insolites faits de planches d’armoire, d’échelle et cageots aux passerelles mises en place un peu partout, de la solidarité parisienne, nationale puis internationale qui se poursuivra tout au long de l’année 1910 à la première confrontation de l’Etat avec la notion du devoir d’assistance aux citoyens, rien de ce qui se passa ce mois de janvier ne fut anodin. Bienvenue donc dans un Paris comme vous ne l’avez jamais vu, bienvenue dans Paris sous les eaux...

9


Traitement Pour faire revivre cette crue extraordinaire, nous avons fait le choix de reconstituer jour par jour le Paris de 1910. L’ambition est de mêler les temps forts de l’histoire et les entretiens des protagonistes quelques mois après la catastrophe. Nous disposons d’une iconographie importante (photographie, carte postale, film) qui nous permettent de reproduire en couleur et de nos jours un Paris sous les eaux. La mise en scène se laisse volontiers emportée par la rédaction du « Petit Parisien », véritable repère et fil conducteur de la catastrophe. Louis Letang, Jean dupuy et le photographe Léonard nous entrainent ainsi dans les lieux importants de « Paris-Venise ». Nous serons témoin du bouleversement du journalisme devant cette catastrophe et apporterons l’éclairage de certaines personnalités fortes. Les tensions, décisions politiques, organisation sur le terrain ou vie du quotidien seront montrés sous le regard de notre rédaction et le docu-fiction reprendra précisément les images de l’époque. Paris transformé en cité engloutie, situation incongrue, inimaginable va transformer durablement notre société et nous le découvrirons avec la rigueur et la stupéfaction de notre rédaction.

10


Les décors

La lumière et l’univers visuel

Nous souhaitons appuyer notre film sur des décors

Paris a perdu ses lumières... Les becs sont éteints, on rallume les lampes à pétrole, le gaz de ville ne

existants retravaillés par les technologies du

fonctionne plus. Nous utiliserons cette particularité de Paris pour en tirer l’image d’un Paris comme

numérique. Les rues, places, magasins, bâtiments

sonné par les eaux, vivant et en lutte. Les intérieurs seront supportés par la lumière des lampes à

seront tournées de nos jours et l’utilisation de fond

pétrole et bougies et les extérieurs par l’atmosphère froide des rues envahies par les eaux sous un ciel

vert, de pelures sur les eaux (canots, personnages,

de plomb.

véhicules...) seront là pour crédibiliser les plans

Nous avons opté pour un tournage en RED EPIC en 4K avec l’HDRX qui offre une large possibilité

larges. Ce travail composite se fera avec la plus

d’exposition et une image saisissante (nous voyons les nuages aux contrastes marqués répondre à une

grande précision et toujours au service de la

bonne exposition des visages et décors). Nous préservons la richesse des textures des costumes de

narration, de l’histoire.

l’époque et donnons des tonalités assez différentes entre les intérieurs assez chaud et des extérieurs

Nous tournerons aussi dans des intérieurs naturels

froids.

ou reconstitués, comme la rédaction, lieu central qui n’existe plus de nos jours. Nous intègrerons les effets climatiques (pluie,

L’ambiance sonore

mouvement des eaux, débris, …) en les réalisant en image de synthèse.

A cette époque la vie dans Paris est assez animée, des grands travaux ont lieu, les

Cadres et point de vue

tramways, et véhicules divers occupent les rues mais petit à petit tout s’estompe. Il ne reste que les canots, certains piétons et des

Reconstituer 1910 nécessite une mise en scène aux

calèches de retour dans la capitale. L’eau

cadres équilibrés et dynamiques. Les mouvements

assourdit et porte au loin sa propre vie, la

d’appareils seront justifiés par l’action, nous

pluie parfois isole. Le son reste témoin de la

porterons le regard sur l’essentiel, les parisiens,

situation, que nous soyons dans un bureau ou

les victimes, les pouvoirs en place. Notre couple

dans une ruelle. Nous travaillons le son avec

de journaliste/photographe nous conduira vers les

toute l’attention que la reconstitution exige.

situations, nous aurons leur écoute. Nous voulons

La musique se veut entrainante, plutôt gaie

sentir la naissance du reportage de guerre dans sa

parfois signe de la manière dont les victimes

nouvelle forme par le point de vue assumé. Louis

ont vécu la période. Une tension peut être

Letang nous dévoilera son Paris 1910 tel qu’il l’a

soulignée à certain moment lors des décisions

écrit dans le « Petit Parisien ».

difficiles ou des rencontres fortes.

11


Synopsis « En l’instant même où j’écris, je me dis qu’avant que j’achève cette phrase, l’eau dans toute l’étendue de Paris aura peut-être crû d’un demi-pouce! » Jules ROMAINS

12

1910,


Siège du Petit Parisien, Paris 10e, 4 mars 1910, 16h

Il en retire l’une des épingles fichées pour la faire tourner entre ses doigts. On y voit à l’extrémité le symbole d’un train à vapeur dessiné sur un petit morceau de carton.

Nous sommes dans le bureau de Louis Létang, journaliste dans ce qui est à l’époque l’un des plus gros tirages du monde. L’homme est occupé à réunir les documents qui jonchent son bureau. Aux murs, des unes sont épinglées, et surtout une grande carte de Paris couverte d’inscriptions diverses devant laquelle il s’arrête.

En off : « Aujourd’hui, quatre heure, la gare d’Orsay vient de rouvrir. C’est le point final d’une catastrophe comme je n’en connaîtrais peut-être jamais plus dans ma carrière. Jamais un événement n’a été couvert comme le fut celui-ci. Quelques semaines plus tard, j’ai encore du mal à réaliser que 7 petits jours à peine auront suffi à faire basculer la ville-lumière dans

PREGENERIQUE :

les ténèbres. La Seine, ce symbole de notre capitale, a transformé Paris en une Venise tragique et l’a touché profondément dans sa modernité. Aujourd’hui, les télégrammes de condoléances affluent des quatre coins du monde mais il y a quelques jours, nous étions encore coupés du reste de la planète. » La carte affichée au mur se rapproche, l’eau devient presque réelle et s’anime pour faire apparaître le titre avant qu’un travelling avant nous conduise dans Paris, au Pont d’Austerlitz.

Paris sous les eaux 13


SÉQUENCE 1 : LES SÉQUENCES PRINCIPALES JOUR PAR JOUR

« LE MAUVAIS TEMPS ET LES INONDATIONS CONTINUENT ! » (Petit Parisien)

( Ces séquences ne sont qu’indicatives, le fil rouge sera l’enquête menée par nos journalistes du petit parisien)

Pont d’Austerlitz, 20 janvier , 8h du matin Cote de la Seine : 4m60 Précipitations importantes sur Paris, 4°C

Au dessus de Paris, le ciel est d’un noir d’encre et les rues

là pour annoncer une crue plus importante que la normale car

sont balayées par un vent violent. Au Pont d’Austerlitz, sous

le niveau des précipitations étaient le plus important depuis

des trombes d’eau, un employé du Service hygrométrique du

plus de 15 ans. Pourtant, personne ne semblait vraiment

bassin de la Seine vient de faire le relevé de référence du

en prendre conscience. L’Europe était sous les eaux, les

niveau du fleuve pour le bulletin du jour. Il ouvre une petite

affluents de la Seine inondaient les régions alentours et

cahute et saisit un téléphone à manivelle pour communiquer

beaucoup de villes faisaient face à des inondations sans

le chiffre : 4m60. Il précise aussi les différents relevés pris

précédents, comme l’attestaient les différents télégrammes

sur d’autres ponts, au Pont Royal, et au Pont de la Tournelle.

que j’avais reçu ce matin-là : Nancy inondée, Besançon même chose, des centaines de hameaux isolés, la Marne

Au même moment, Louis Létang pénètre dans l’immeuble

sortie de son lit, la Belgique paralysée en partie...»

de sa rédaction, rue d’Enghien, ruisselant et pestant contre la météo. Il attrape au passage les télégrammes qui

Dans la banlieue sud-est de la Capitale, le téléphone sonne

l’attendent. Il lit le bulletin comme tous les matins et prend

dans la petite maison du gardien de l’écluse de Port à

connaissance des chiffres avant de commencer à taper un

l’Anglais qui régule l’entrée de la Seine dans Paris. L’homme

premier article dont le titre apparait. « LE MAUVAIS TEMPS

écoute attentivement, un peu étonné. « Tout de suite? Très

ET LES INONDATIONS CONTINUENT ! »

bien, tenez moi au courant! » Il enfile un pardessus et sort dans la tempête, une manivelle à la main. Il ouvre alors une

14

En off : « Ce jour là, comme tous les jours précédents, le temps

par une les vannes de l’écluse, comme on lui a ordonné de le

était excècrable. Nous avions connu un été particulièrement

faire pour faire baisser les eaux dans la traversée de Paris.

pluvieux, suivi d’un hiver rigoureux et tous les signes étaient

L’eau s’engouffre dans un vacarme assourdissant.


SÉQUENCE 2 :

21 janvier , « C’EST UN VÉRITABLE DÉLUGE ! » Cote de la Seine : 5m

Sur Paris, il pleut toujours sans discontinuer, une

ou confirmation de crue, ni même côte barrage-

de fermer l’accès à la Capitale. L’ingénieur qui le

pluie battante, glaciale. A la direction du service

Devant ce silence, Conseil indécis sur mesures

reçoit lui précise qu’il ne s’agit que d’une mesure

météorologique, le standard sonne en permanence.

à prendre. » M Dupuy, directeur du Petit Parisien

de régulation de routine, la navigation sera bientôt

a envoyé Létang se renseigner sur la situation

rétablie.

Les télégrammes tombent d’un peu partout en

auprès des services de la navigation qui viennent

France, annonçant la progression des inondations sur le territoire. Le directeur est en ligne avec le préfet Lépine qui s’inquiète de la montée des eaux et de cette météo qui semble immuable. L’homme le rassure en lui rappelant qu’ils sont loin du niveau des précédentes crues et que la situation va forcément s’améliorer. A Bezons, petite ville en bord de Seine, dans la banlieue nord de Paris, le maire voit l’eau monter avec inquiétude et menacer la route qui borde le fleuve. Prévenu par un marinier que l’entrée de Paris vient d’être interdite à la navigation, il décide d’envoyer un télégramme au Préfet : « Conseil municipal proteste contre incurie administration-Aucun bulletin annonce

15


SÉQUENCE 3 :

22 janvier, « LE DÉSASTRE S’ETEND À LA REGION PARISIENNE ! » Cote de la Seine : 5m40

En une nuit, la situation a brusquement changé. Les célèbres

l’armée, ils doivent finalement déclarer forfait. Partout, les

entrepôts de vin de Bercy sont submergés et les futs

rats s’enfuient des caves inondées par milliers. A Boulogne,

commencent à partir à la dérive. L’équipe du Petit Parisien,

l’usine Renault est inondée, les ouvriers sont congédiés.

cette fois au complet, arrive sur les lieux et interroge les témoins. Le capitaine des pompiers qui supervise la lutte

A Conflans Ste Honorine, à la confluence de l’Oise et

contre la catastrophe reconnaît sur place que si la crue ne

de la Seine, les péniches s’entassent déjà par centaines

cesse pas, ils vont être impuissants, le flots de la Seine est

car la navigation est fermée sur Paris depuis deux jours.

trop puissant. Non loin de là, quai de la rapée où se rendent

Dans la soirée, toutes les horloges pneumatiques de

ensuite Létang et Léonard, la principale usine d’électricité

la capitale, horloges publiques ou privées, voient leurs

qui alimente le métro est atteinte, deux machines déjà

aiguilles s’immobiliser entre 10 h. 48 et 10 h. 53. De même,

stoppées.

les ascenseurs et monte-charges, mus par l’air comprimé, ne fonctionnent plus. L’usine productrice, située 1, quai de

Un ingénieur les rassure, en cas d’arrêt, l’autre usine de

la Gare, vient d’être brusquement envahie par les eaux. Le

St Denis prendra le relais et le métro devrait continuer. Au

temps s’est arrêté...

même moment, les ingénieurs des Eaux de la ville assistent à des éboulements de la chaussée rue de l’université et boulevard St Germain où l’eau commence à se répandre. Ils se réunissent en urgence pour trouver comment stopper ce déferlement souterrain des eaux des égouts qui menacent la 16

stabilité des sols. Après la pose de barrages de fortune avec


SÉQUENCE 4 :

23 janvier, « LA SEINE CONTINUE À MONTER ! » Cote de la Seine : 5m93

Le matin, la neige vient de remplacer la pluie. A

été installées en urgence. L’équipe du journal

commencent à frapper un peu partout et le

l’Assemblée Nationale, après un trajet épique

s’y rend immédiatement depuis l’Assemblée

préfet Lépine a réuni ses proches collaborateurs

des députés en barque, on vote pour la première

pour constater que la rumeur est infondée.

pour prendre des mesures. Sur les conseils

fois dans l’Histoire une aide de l’Etat de 2 millions

Une foule s’entasse néanmoins sur les étages

d’un médecin, il fait aussi dicter un texte sur

de francs pour les sinistrés. L’annonce en est

du monument pour contempler la montée des

l’obligation de faire bouillir l’eau courante car

faite devant les journalistes par le Président de

eaux. A St Denis inondé, les pilleurs d’épaves

l’eau n’est plus potable.

la République qui parle de devoir de fraternité. Boulevard St Germain, l’eau a maintenant totalement envahie le quartier. Elle a utilisé la ligne de train nord-sud et a atteint ainsi la gare st Lazare mais aussi désormais la gare des invalides et la gare d’Orsay où l’on essaye tant bien que mal de sauver les machines. Le chef de gare admet que même si la crue stoppait net, il faudrait déjà plus d’une semaine pour que la gare fonctionne de nouveau. Plusieurs lignes de métro sont coupées et pour le tramway, on remet en route la vapeur car l’électricité est devenu trop dangereuse. Un bruit court que la tour Eiffel est en train de fléchir et que des pompes ont

17


SÉQUENCE 5 :

24 janvier, « LA CRUE DE LA SEINE DEVIENT TERRIFIANTE ! » Cote de la Seine : 6m40

La banlieue est désormais totalement sous les eaux.

somme de 50 centimes», écrit Guillaume Apollinaire dans

Accompagné de nos journalistes, le préfet Lépine s’y rend

Paris Journal.

pour se rendre compte de la situation. Il est choqué par ce qu’il voit : le ravitaillement est devenu presque impossible,

Des équipes d’architectes envoyés par la préfecture

il n’y a plus de de pain et les gens sont coincés chez eux,

inspecte les dégâts quartier par quartier. Dans le 16e, ils

accoudés aux fenêtres. Ils remontent ainsi les vivres au

sont accompagnés du maire qui donne aux sinistrés qui

bout d’une corde. On le conduit dans les rues en barque et il

doivent quitter leur foyer 5 francs pour aller à l’hôtel. Ils

pénètre dans un café où les mariniers reprennent des forces.

sont déjà près de 150 personnes dont certaines hébergées dans un dortoir de fortune. Dans la gare d’Austerlitz, l’eau

L’eau atteignant le comptoir, on a dressé une estrade sur

vient d’envahir les sous-sols et les équipes installent des

des tables pour pouvoir consommer! Les communications

éclairages de fortune pour qu’elle ne sombre pas dans

téléphoniques sont désormais coupées dans la plupart

l’obscurité lorsque l’électricité sera coupée, ce qui semble

des zones. Dans Paris, le long des quais et sur les ponts,

inévitable.

l’inondation est devenue un spectacle et plus de 100 000 personnes se pressent : on voit des peintres, des cinéastes mais aussi des photographes qui immortalisent ceux qui veulent bien payer pour cela. «Avenue Montaigne, on a organisé des promenades de plaisance en barque. Pour deux sous, on passe au pied des hôtels les plus cossus, et des 18

photographes prennent de vous un portrait d’inondé pour la


SÉQUENCE 6 :

25 janvier, « ET LA SEINE MONTE TOUJOURS ! » Cote de la Seine : 7m15

On a désormais 500 sinistrés entassés dans le

malgré la défense des quais, submergés. On

Malgré cela, le ministre des transports qui vient

préau de l’école des filles de Billancourt. La gare

craint, en outre, que le pont de l’Alma, obstrué

de faire une inspection précise aux journalistes

d’Orsay est fermée, totalement inondée. Les

par les eaux, ne fasse barrage. A l’observatoire

que rien n’est encore irréparable mais qu’il espère

quais et les voies ont totalement disparu sous

de la tour St Jacques, on vient d’enregistrer dans

vraiment que la crue vient d’atteindre son maximum

plus de deux mètres d’eaux, à la stupéfaction des

la nuit une baisse phénoménale de la pression

car encore 50 cm et il n’existera plus de référence

deux journalistes du Petit Parisien arrivés sur les

barométrique dont on ne connait qu’un seul

dans le passé!...

lieux. Dans la jardin des plantes, on évacue les

exemple similaire qui date...de 1821 !

ours de leur fosse emplie d’eau devant une foule inquiète. Le téléphone est maintenant totalement coupé et la distribution du courrier se fait avec des difficulté grandissante, souvent en barque et sous un vent violent. L’isolement de certains quartiers se fait sentir et on commence à entendre parler de famine car beaucoup de boulangerie sont inondées. Au service hydrométrique, on prévoit pour aujourd’hui même une augmentation d’un mètre sur les niveaux d’hier. Le chef du service précise que si les prévisions des stations météorologiques

se

réalisent

les

quartiers

riverains de la capitale se trouveront eux-mêmes,

19


SÉQUENCE 7 :

26 janvier, « JOURNÉE D’ANGOISSE, JOURNÉE DE DÉSASTRE ! » Cote de la Seine : 7m50

Le président de la République se rend en banlieue, à Choisy

vers six heures, il rentre en bateau, tout comme à Venise,

le roi et Ivry avec le Préfet Lépine pour se rendre compte de

dans sa maison. La gare d’Orsay est désormais sous les

la situation. Lépine lui précise que ce sont maintenant des

eaux, l’eau boueuse jaillit des fenêtres et les alentours sont

milliers de réfugiés qui se dirigent vers la Capitale. Il fait

transformés en lac .

la liste des usines fermées qui ajoutent au désastre. Avec toute sa suite, le Président Fallières arpente en barque les

On assiste à de nombreux trajets en barque ou en

rues d’Ivry devenue une cité lacustre.

embarcations de fortune, soit pour permettre aux bouchers, épiciers ou boulangers de livrer leurs marchandises, soit

Les gens l’interpellent depuis leur fenêtre pour lui réclamer

pour évacuer les mobiliers des lieux que l’on quitte. Un

du pain et des secours. Dans Paris, la brigade fluviale créé

homme élégant est aperçu juché sur des échasses pour aller

par la préfet lutte pour remettre dans le courant les tonnes

faire ses courses. Dans la soirée, à la sortie des théâtres,

de rondins et madriers qui s’entassant sous les ponts et

nombreux sont ceux qui proposent de ramener les bourgeois

menacent de les faire céder. Non loin de là, la Seine a envahi

sur leur dos moyennant une petite pièce!

le palais de justice. Les magistrats du tribunal et de la cour d’appel ont quitté les salles d’audiences et sont allés siéger dans les chambres de délibérations munies de cheminées. Pour rentrer chez lui, un juge se fait même conduire chez un fabricant de canots en toile et, une demi-heure plus tard,

20


21


SÉQUENCE 8 :

27 janvier, « UNE CATASTROPHE SANS EXEMPLE » Cote de la Seine : 8m30 Il existe maintenant un fleuve invisible et puissant qui utilise

dépassent de l’eau, encore allumés, car personne n’a eu le

les tunnels de la ligne Nord-Sud mais aussi le métro et mine

temps de les éteindre !

peu à peu les sous-sols. Le record des crues est atteint. Un conseil d’urgence des ministres a lieu : on a affecté

Létang se fait la remarque que l’on dirait des flambeaux

aux sinistrés l’ancien séminaire de Saint-Sulpice où seront

d’enterrement mais que cela est en harmonie avec la

aménagés le couchage et le chauffage.

désolation ambiante. A la conciergerie, on doit évacuer en urgence les prisonniers et les fous qui sont dirigés dans des

S’il est nécessaire, le gouvernement compte utiliser, dans

fourgons cellulaires vers la prison de la Santé.

les mêmes conditions, le Panthéon et d’autres monuments publics. On dénombre plus de 15 000 sans abris en banlieue.

La circulation est désormais totalement coupée dans le

Grâce aux rotatives prêtées par M Dupuy, le directeur du Petit

centre de Paris et un silence angoissant règne. Le Préfet

Parisien, le journal officiel va pouvoir paraître quand même

Lépine fait une déclaration sur la gravité de la situation qui

malgré l’inondation de ses locaux. A la préfecture de police,

ne concerne plus seulement la banlieue : à Bercy, le tunnel

pour ne pas être isolé, M Lépine a organisé des équipes de

du métro vient de s’effondrer, la gare d’Austerlitz est elle

cyclistes qui le relient aux différents commissariats et le

aussi fermée et évacuée, des barrages sont dressés le long

tiennent informé malgré l’absence de communications. A

d’Orsay par des soldats du génie et devant le Louvre qui

Bercy, l’équipe du Petit Parisien fait un nouveau reportage

menace d’être noyé. Quant aux pillards, on a du ouvrir le feu

dans les barques de sauvetage menées par un officier de

sur eux pour la première fois aujourd’hui !

la paix : il ne reste plus que le sommet des réverbères qui

22


SÉQUENCE 9 :

28 janvier, « LES RUINES S’ACCUMULENT » Cote de la Seine : 8m50

Il fait douze degrés sous zéro. Le Président

place. Dans le centre, le Palais de justice est

députés bloqués par les eaux dont un abbé qui

Fallières et le Préfet Lépine font le tour des refuges

vide, les salles d’audience sont emplies d’une

doit se faire porter comme un enfant à cause de

organisés pour les sinistrés. Il est acclamé par les

eau boueuse où flottent des documents, des

sa soutane !. Huit ponts de la Seine sont fermés,

ces gens qui ont tout perdu, lors de son arrivée

chaises ou des bancs. Dans le flot puissant de la

le voltigeur du pont de l’Alma a de l’eau jusqu’au

et félicite les Dames de France qui se dévouent

Seine, on voit passer des objets de toutes sortes :

visage mais on commence à entendre que la crue

sans compter. Le prix des vivres a fortement

pianos, armoires, poutres. Au Palais Bourbon, des

serait à son maximum...

augmenté, ce qui amplifie encore le désastre.

égoutiers évacuent sur leur dos une trentaine de

Les trois quarts de Paris et de la banlieue n’ont plus d’électricité et l’obscurité règne partout. A la gare de Lyon totalement sous les eaux, des ouvriers municipaux construisent en urgence des radeaux pour renforcer la flottille insuffisante. On a interdit à toute embarcation de naviguer sans un représentant des services d’ordre à bord mais malgré cela, comme le raconte ce gendarme, les pillards continuent à visiter les maisons à l’aide de radeaux de fortune. Partout, des passerelles de bois ont été mis en

23


SÉQUENCE 10:

29 janvier, « LES EAUX MAÎTRESSES DE PARIS » Cote de la Seine : 8m70

Le niveau a encore monté. Les Champs-Elysées sont plongés

vont accrocher en barque aux réverbères à moitié noyés des

dans les ténèbres, le grand et le petit Palais menacés.

éclairages à l’alcool avant que la nuit ne tombe de nouveau.

L’Elysée est envahi par les eaux et privé de lumière. Le Président déjeune à la lueur des bougies. Une délégation

Le quartier des Grands Magasins, totalement inondé, avec

Belge venue notifier l’avènement au trône d’Albert 1er a du

ses centaines de lampions et de torches, ressemble ainsi

rejoindre en barque le ministère des affaires étrangères dont

à une scène d’un Paris du moyen-âge. Dans les pages de

la cour d’honneur n’est plus qu’un grand lac.

l’Humanité, Jean Jaurès s’insurge et s’alarme contre les conséquences d’un désastre pourtant naturel.

Pourtant, le service hygrométrique se montre confiant, la baisse va commencer dans les prochaines heures, assure-t-

À une heure du matin, les services techniques le confirment

il! En attendant, les beaux quartiers de l’avenue Montaigne,

: la crue est finie, l’eau ne monte plus depuis 12 heures.

Bayard ou François 1er ressemblent aux canaux de Venise et l’on voit passer des embarcations chargées de bagages de

En quelques jours Paris vient de revenir cinquante ans en

marques qui rejoignent le 16e arrondissement où l’on a eu

arrière et la tâche ne fait que commencer!...

l’idée de réquisitionner des boutiques pour en faire des gardemeubles! On évacue les collections du Muséum d’histoires naturelles inondé aux trois-quarts et une partie du Louvre aussi. Des boulangeries de fortune ont été installées à des endroits stratégiques. On entend les gens appeler « hep, 24

passeur! » au lieu des taxis. Partout, les allumeurs du gaz


25


«Avenue Montaigne, on a organisé des promenades de plaisance en barque. Pour deux sous, on passe au pied des hôtels les plus cossus, et des photographes prennent de vous un portrait d’inondé pour la somme de 50 centimes.» Guillaume Apollinaire dans Paris Journal, le 29 janvier 1910, au plus fort de la crue

26


Les personnages (réels ou inspirés de personnages réels)

27


28


Louis Létang Journaliste au Petit Parisien, le principal journal de l’époque (l’un des plus gros tirages du monde). Comme de nombreux journalistes, il va suivre jour par jour l’évolution de la catastrophe et aller à la rencontre des sinistrés, des responsables et de la population parisienne. Une couverture médiatique sans précédent. Accompagné pour la première fois d’un photographe, il sera notre fil rouge.

Bruno Debrandt

29


30


Léonard Jeune photographe, après avoir été livreur de journaux, il fait ses vrais débuts avec l’inondation en suivant l’événement avec Létang. Il comprend peu à peu l’importance de ce média encore peu considéré.

Damien Jouillerot

31


32


Jean Dupuy Fondateur et directeur du Petit Parisien, il est à l’origine d’une forme moderne de journalisme. Ministre du commerce et de l’industrie de l’époque, très présent dans les décisions rédactionnelles (pas de rédacteur en chef) il fera de cette catastrophe l’un des événements médiatiques de son journal.

Henri Courseaux

33


34


Préfet Louis Lépine Préfet de police de Paris, créateur du concours Lépine, initiateur de nombreuses nouveautés comme la brigade fluviale ou les commissariats d’arrondissements, il sera au coeur des événements et salué pour son efficacité dans la gestion de l’inondation.

Didier Benureau

35


36


Armand Fallières Président de la République depuis 1906, farouche opposant de la peine de mort, c’est un homme attaché aux progrès sociaux. Pendant l’inondation, il ira de nombreuses fois à la rencontre des sinistrés, souvent accompagné du préfet Lépine, et profondément choqué, sera à l’origine du vote de la Chambre des députés, à l’unanimité, accordant 2 millions de Francs d’aide solidarité, une première dans l’histoire de la République. Pendant son mandat, il a cette phrase célèbre : « la place n’est pas mauvaise, mais il n’y a pas d’avancement »

37


38


PERSONNAGES SECONDAIRES : Edmond Maillet : chef de la gare d’Orsay, il gère comme il peut la montée des eaux et avec la personnel de la Compagnie d’Orléans, essaye de préserver la circulation des trains, finalement en pure perte. Colonel Robert R. Philbert : ingénieur, chargé du service des égouts. Il est au coeur de la progression de la crue. Capitaine Chaval : officier des pompiers de Paris, il est au coeur de l’action, en lien direct avec le gouvernement et la préfecture. Il est l’exemple du dévouement des pompiers dans cette lutte presque impossible contre la crue. M Bouteiller : commissaire du 16e arrondissement, l’un des premiers à accueillir les réfugiés et l’un des plus

actifs dans la gestion au quotidien des victimes avec les associations de bienfaisance comme l’Oeuvre des soupes populaires. Jean Jaurès : docteur en philosophie, député socialiste, il a fondé le journal l’Humanité en 1904 et lors de l’inondation, critique largement dans ses pages la gestion de la crise du gouvernement, à la grande différence du Petit Parisien. Il sera assassiné 4 ans plus tard. famille Bertholet : huit enfants, ils vivent à Issy les Moulineaux. Ils font parties des premiers réfugiés. Fuyant leur maison, ils se construisent une cabane, emportée elle aussi par la crue. Ils finissent sur un bateau abandonné avant de rejoindre Paris.

Guillaume Apollinaire : considéré aujourd’hui comme l’un des plus grands poètes du Xxe siècle, il vit déjà de sa plume à l’époque de l’inondation comme journaliste, critique d’art et poète. Il est ami avec Picasso ou le Douanier-Rousseau et vit à Paris. Jules Romains : plus tard écrivain et académicien, il sort alors de l’Ecole normale supérieure et vient juste d’obtenir l’agrégation de philosophie au moment de l’inondation.

39


40


Joséphine Vérin Mère de 5 enfants, femme du peuple, elle est l’épouse d’un ouvrier des Halles et subit directement sur son quotidien l’évolution de la situation.

Agnès Sourdillon

41


42


Fiche technique Titre :

1910, Paris sous les eaux

Genre :

Documentaire - Fiction

Langue originale :

Française

Durée :

52’ / 60’

Réalisation :

Éric Beauducel & Olivier Poujaud

Scénario :

Éric Beauducel & Olivier Poujaud

Format :

HD - 16/9 - Couleur & NB

Son : Stéréo Co-Production :

EKLA Production & Froggy Image

Contact : Régis AYACHE Cap Voltaire 12-20 rue Voltaire 93100 MONTREUIL Tél : 01.48.70.47.00 contact@ekla-prod.com www.ekla-prod.com

43


44


Éric Beauducel Auteur / réalisateur - Opérateur de prises de vues Sociétaire Scam

45


FILMOGRAPHIE (extraits)

DOCUMENTAIRES Histoire

Société / ethnologie

Nature / environnement / aventure

1910, PARIS SOUS LES EAUX, 52’. docu-fiction, Teaser en préparation avec Ekla production.

UNE JUSTICE ENTRE DEUX MONDES, 52’. Développement Ekla production, soutenu par la Procirep et co-produit par Calédonie 1ere., avec Planète Justice

LE LAGON , 40’ format 3D IMAX , 52’ format TV. En développement avec Alisa productions. Teaser en préparation. • MEDITERRANEE, LE GRAND DEVERSOIR , FR3 Méditerranée/ Injam production - 52’/ HD /2011 . Sélection officielle au Festival International des Films de Mer d’Hendaye 2012 et au Festival mondial du film de mer à Dunkerque en juin 2012. Diffusion prévue sur Ushuaia TV

WALPOLE , L’ILE MYSTERIEUSE , Cauri films/ Planète – (docu-fiction)- 60’/HD/2010. Lauréat du Prix du documentaire Canal+ overseas/Planète 2009. Sélection officielle FIFO 2011 et Festival International du Film d’Aventure 2011. Diffusion sur Planète et Calédonie 1ere en 2012 ALGERIE, MEMOIRES MEURTRIES”, Ecpad -110’/ HD/2011. Avant-première aux Invalides. Présenté aux Rencontres Internationales du cinéma de Patrimoine de Vincennes 2012. Diffusion sur Histoire en 2012 ZIDOU L’GOUDDAM! Les survivants , Arc en ciel productions – 70’/HD/2006/ France ô et 2M LE BATAILLON DES GUITARISTES , Arc en Ciel Productions/ RFO/France ô – 75’/2004, Prix du meilleur documentaire historique au FIFO LES SECRETS DU PALAIS et LES ECURIES DU PRINCE , ecpad/Ecclectic/ Toute l’Histoire – 2x26’/2006 •LES TRANSPORTES , IO Productions /HISTOIRE/ PLANETE/ France ô - 52’/1999

46

AU NOM DU FRERE, 52’. En montage pour SAJE Prod et KTO •co-auteur de « BERLING, famille de mer » 52’ pour Beasty Prod et Planète Thalassa• PIERRE ET L’EMMANUEL , Saje/KTO – 52/HD/2011 • LA RUE COMME HORIZON , JLO presse/ FR3 - 52’/HD/2006 LES NOUVEAUX PAYSANS , IO Production/Cityzen TV- 2 x 52’/2004 • UNE CERTAINE IDEE DE LA JUSTICE, IO Productions/CityzenTV -52/2003 • FRANCIS MARSHALL, sous le vent de l’art brut, IO Productions, cityzen TV - 52’/2002 L’OR VERT DE MADAGASCAR , IO Productions / PLANETE Future/ France ô - 52’/2001 • VOYAGE EN PAYS KANAK, Lauréat Camel aventure 45’/1993, sélectionné au festival du film d’aventure de liege1995

ABYSSES , IO Productions/IFREMER/ Cityzen TV 2001, PLANETE Thalassa - 52’/2003 LES MOISSONNEURS DE L’EAU , IO productions/ Planète Thalassa - 52’/2002 ESPECES EN DANGER, IO Productions/ Planète - 4 x 52’/2002 • ENTRE CHIENS ET LOUPS , IO Production/ Planète/ France 2 - 52’/2001 L’AMAZONIE AU QUOTIDIEN , IO Productions, Planète future - 52’/2000 • LE POUVOIR DES PLANTES, Io productions/Planète future – 52’/2000 • DES VOLCANS ET DES HOMMES , IO productions/ARTE /RFO/ PLANETE Future - 3 x 52’/1999 VENTS ET MAREES et LES CHASSEURS ECLAIRES, IO Productions/Seasons - 20 x26/1998 (réalisateur et directeur de collection) • TERRE INCONNUE , FR3 picardie – 26’/1991.


PRIX ET DISTINCTIONS

CORPORATE /

DIVERS

INSTITUTIONNEL Lauréat du Prix du Documentaire Canal+ Overseas/ Planète 2009 pour WALPOLE, L’ILE MYSTERIEUSE

Série de portraits des laureats 2009 de l’INSTITUT DE FRANCE (Gabon, USA, GB, …)

Prix du meilleur documentaire historique au Festival International des films du pacifique pour LE BATAILLON DES GUITARISTES

IL ETAIT UNE FOIS LA GARDE REPUBLICAINE”, Ecpad -26’/HD/2008

MISTER FRENCH TASTE , fiction, 2x3 mn. Pilotes d’une série réalisée pour le marché chinois. Membre du jury du Festival « Territoires en images » en mars 2011 Séries d’émissions pour la TV allemande comme opérateur de prises de vue

PCM, 75 ans d’innovation, Ouest Av - 6’/2007 Mention spécial du jury, catégorie TV, au Festival du film d’entreprise pour SOUS LES YEUX DU MONDE, un an en Afghanistan Mention spécial du jury au Festival International du film d’environnement 1993 pour PROFESSION GUERISSEUR Lauréat Camel Aventure 1994 pour VOYAGE EN PAYS KANAK Lauréat des bourses Expéditions Grands Espaces 1993 pour un reportage photo sur les volcans d’Indonésie Lauréat des bourses de l’aventure de la mairie de Paris 1991 et de la fondation des jeunes du conseil général de l’oise pour La première traversée à pied de la nouvellecalédonie Lauréat des bourses AJIR (Aventure-JeunesseInitiative-Responsabilité)1986 du Ministère jeunesse et sports pour un reportage sur le bicentenaire de l’ascension du Mont-Blanc.

LA COUPOLE , FR3 - spot pub TV 20’/2007

Responsable de la cellule audiovisuelle et des reportages au 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins à Annecy de 1988 à 1989.

LES DIX ANS DU MUSEE DE L’AIR ET DE L’ESPACE, Ecpad/ Liberty TV - 2007 YVES ROCHER, un homme, une pensée , Ouest audiovisuel- 2005 VIVRE ICI, IO et CNCER. Magazine interactif DVD sur le monde rural - 2004 SOUS LES YEUX DU MONDE , ECPAD/SIRPA/Publics Sénat sur le contingent français en Afghanistan -26’/2003 Mention Spéciale du Jury au Festival International du Film d’Entreprise du Creusot 2003 PROFESSION GUERISSEUR , AFFAIRES DE FEMMES et MISSION SESAME , Fondation Yves Rocher. Sur l’utilisation des plantes au burkina-faso - 3x15’ 20 films sur le monde rural pour le Conseil National des Centres d’Economie Rurale - 1994 à 2004.

47


48


Olivier POUJAUD Directeur de Cinémagis / enseignant Superviseur des effets spéciaux visuels Chef-Monteur Réalisateur

Producteur de Froggy Image Place Marguerite de Navarre 40000 Mont de Marsan Phone: + 33 558757490 E-mail: info@froggy-image.com

49


EXPERIENCES PROFESSIONNELLES 2012 Scénographie et mise en scène de 1812, une histoire russe, opéra rock mélant cinéma et opéra – Tournage en Russie – diffusion 2013 Pré-production d’un documentaire de 52 mn “Paco Rabanne” Production de 120 mn de programmes magazine pour la chaine XLTV par mois Supervision post production de “Mes meilleures vacance” pour Clap Trap et Pathé

2010

2009

Création de l’école de cinéma Cinémagis à Mont de Marsan, ouverture octobre 2010

“Coursier” d’Hervé Renoh, produit par Europacorp, Post producteur, monteur et superviseur des effets visuels

Post-production de deux épisodes de “Métal Hurlant” pour Canal plus

“Film pour le musée du charbon”, muséographie pour un film de 5mn, réalisateur et superviseur de l’animation

Production de 15 mn de programme pour la chaine XLTV du conseil général des Landes par semaine, documentaire, journal télévisé

“Le grand bain” court métrage coproduit avec Cactus films avec Aurélien Recoing 24 mn, en 35 mm, producteur

Coproduction de “Samarkande” réalisé de Christophe Arnoult Coproduction de “Lune de sable” réalisé par Fabrice de Boni

2011

Production de films institutionnels (mairie de Mont de Marsan, Marsan aglomération, Leclerc, CCI des Landes …)

Coproduction de “Samarkande” réalisé de Christophe Arnoult pour France 2 et TSR

Production de contenu pour les fêtes de la Madeleine 2010 à Mont de Marsan

Production avec Dolce Vitae de “Marie et l’épouvantail”, tournage 2012

Production de “Sheket” court métage d’Andréa Cohen avec le Canada

Post-production de deux épisode de “Métal Hurlant” pour Canal plus

Membre de la commission du film du conseil général des Landes

Production de 15 mn de programme pour la chaine XLTV du conseil général des Landes par semaine

Co-production de “Samarkande”, court métrage avec Zinédine Soualem pour France2 Pré-production de “La croisière bleue”, Web documentaire et 52mn

50

2008 “Musée haut, musée bas” de Jean Michel Ribes – Réalisateur deuxième équipe, superviseur des effets visuels “Within the wirlwind” de Marleen Goris – superviseur des effets visuels “Diamant 13” de Gilles Béhat – superviseur des effets visuels “MTO” – réalisateur pour le groupe Total Pétrochimie


2007

2001 - 2006

1995-2000

“Survivre avec les loups” de Véra Belmont Stephan films

Superviseur de plusieurs projets audiovisuels, chef monteur, post-producteur:

Chef de département compositing, rotoscoping, tracking et chef monteur (Société DUBOI)

“Faubourg 36” de Christoph Barratier Galatee films

Principales productions : Mafiosa (Canal +, Didier Choquette, Image & Compagnie), Océans (Jacques

“Océans” de Jacques Perrin Galatee films

Perrin, Galatée), Albino (Musée d’Art Moderne, Pierre Huygues), Nuit noire de Alain TAsma (Emmy awards 2006)- Serko (Joël Farges, CDP), Les mystères de Cipperton (Canal +, Pascal Plisson, Gédéon), Le Grand Charles (France 2, Bernard Stora, GMT), Un Printemps à Paris (Jacques Bral, Thunder Films), 2025, le futur en face (France 2, Christophe Jannin, Gallery TV), La terre abandonnée (Vimukthi Jayasundara, Unlimited, caméra d’or Cannes 2005), Les âmes grises (Yves Angelo, Epithète), Yes (Sally Potter, Passion Pictures), Casablance Driver (Maurice Barthélémy, Move Movie), Malabar Princess (Gilles Legrand, Epithète), Mindhunters (Renny Harlin, Dimension Films), Requiem (Hervé Renoh, Fidélité)

Principales productions : Didier (Alain Chabat), Taxi2 (Gerard Krawskwick), La Neuvième Porte (Roman Polanski), Jeanne d’Arc (Luc Besson), Peut-être (Cédric Klapich), Ronin (John Frankenheimer), The Brave ( Johnie Dep), Une pour toute ( Claude Lelouche), Astérix et Obélix contre César (Claude Zidi) et de nombreuses publicités (Perrier prix Imagina, Peugeot, France 3, Ford, …), clips .

“La jeune fille et les loups” de Gilles Legrand Epithète films “Albino” réalisé par Pierre Huygues (film pour le musée d’art moderne de New York) “API” de Smith Monochrome production

Superviseur des effets visuels, réalisateur deuxième équipe, monteur Principales Productions : Publicité Rio Grande (EtatsUnis, ), Lila Says (Ziad Doueiri, 8 1/2 productions), Harry Potter 2 (Chris Colombus, Warner), Le Médaillon (Gordon Chan, Columbia), Blueberry (Jan Kounen, La petite Reine), Vidocq (Pitof, RF2K),…. Producteur et réalisateur de “Histoire en boite”, pilote d’animation en images de synthèse et développement d’un logiciel de capture faciale Professeur dans le groupe ESRA à Paris et Nice et à la FEMIS (depuis 2001)

51


52


Ekla production a été fondé en mai 2003 par Régis Ayache, notre objectif est de permettre l’émergence de nouveaux talents. Nous sommes présents par nos activités de la conception à la finalisation.

Nous avons pour vocation dans nos productions cinéma, documentaires, télévision, clips, institutionnelles de mettre en valeur de nouvelles formes de narrations. Pour nous l’objet cinématographique se doit d’être le profond reflet de ceux qui le crée.

53


EN BOITE :

Les Peuples de l’Anneau

Au Théâtre qui rue (40 ans de Théâtre de l’Unité)

Un documentaire de 52 mn, de Fred Hilgemann.

documentaire de 52 minutes écrit et réalisé par Olivier Stephan.

Co-production avec l’unité de programmes de

Production Des jours meilleurs et EKLA

Bretagne

Production, en coproduction avec France 3 Bourgogne-Franche Comté, France 3 Alsace et

Quelle est l’origine de ces anneaux sacrés du

France 3 Lorraine-Champagne Ardennes.

Mali ? Un archéologue français se lance dans une course poursuite qui l’emmène de Bretagne

Ce film documentaire présente Le Théâtre de

jusqu’en Afrique, pour recueillir le témoignage

l’Unité, précurseur du théâtre de rue. L’histoire de

des derniers fabricants de bracelets de pierre du

la compagnie, créée en 1972 par Jacques Livchine

Hombori. Après eux, s’éteindra un savoir-faire

et Hervée de Lafond, est une mise en image avec

remontant à la Préhistoire.

leurs créations originales et leur pratique d’un théâtre politique et social. Cette combinaison est

Diffusion : TV Rennes 35 / Tébéo / Ty télé

un véritable kaléidoscope documentaire: un jeu entre le passé et le présent, devant ou derrière la scène. Diffusion : France 3 Région 2011

54


Les petits Princes des sables

Un documentaire sur une idée originale de Stéphanie Gillard et Régis Ayache. Scénario et réalisation de Stéphanie Gillard (2009, DVCAM, 54 mn) Co-production France ô avec la participation du CNC et de la Procirep-Angoa C’est par un ramassage scolaire aux quatre coins

Diffusion : France ô 2009 / TV5 monde 2010 /

du désert, que commence cette aventure. Crée

RTBF 2010

en 1998, par Ibrahim Ag Assarid, le directeur de l’école, et son frère Moussa, écrivain, l’Ecole

Sélections en festivals :

des Sables Saint Exupéry est située à Taboye, au nord du fleuve Niger. Ce film suit la vie de ces

- Deuxième prix du Jury au Festival Caméras des

petits princes, enfants nomades qui découvrent

Champs, Ville-sur-Yron 2010

l’école, la sédentarisation qu’elle implique, et une

- Festival International Pan africain de Los

nouvelle forme de voyages : celui de la lecture, de

Angeles 2010

l’apprentissage, de la connaissance. Le film pose

- Mention spéciale du jury au Festival

aussi la question de l’éducation des nomades. Au

International Panafricain de Cannes 2009

Mali, les touaregs veulent, d’une part continuer

- Festival Nouvelle Génération, Lyon octobre 2009

la vie traditionnelle de pasteurs nomades, et,

- Les Escales Documentaires, La Rochelle

d’autre part, participer activement aux nouveaux

novembre 2009

enjeux de la société, alors l’école est devenue une question de survie.

55


Le carnaval de Kwen

Monory sous surveillance

Un documentaire écrit et réalisé par Fred Hilgemann (2009, DVCAM, 60 mn) Co-production France ô avec la participation du CNC et de la Procirep-Angoa

Un documentaire de Pascal Letellier (2008, DVCAM, 52 mn) Co-production « Un monde Meilleur », aide Fondation Pierre Bergé et Musée Européen de la Photographie

Tous les deux ans, les cultivateurs du village de

Diffusion : France ô 2009

Kwen, au Burkina Faso, organisent une fête de plusieurs jours durant laquelle ils se déguisent.

Sélections en festivals :

Lors de cette mascarade, chaque habitant du

- festival international du film ethnographique du

Jacques Monory est l’un des plus grands peintres

village endosse le rôle d’un acteur de la vie civile

Québec (FIFEQ), Canada 2011.

français d’aujourd’hui. Ce film est un rapport de

ou politique du pays : les paysans deviennent

- Journées du Film ethnographique de Ljubjana,

police, une intrusion dans l’intime et le portrait

ainsi président de la république, médecin, policier,

Slovénie 2011.

d’un homme dans le temps et l’espace de sa vie,

journaliste, roi...

- Festival international du Film d’Afrique et des

de son oeuvre au travail. Ce portrait de Monory

îles, Le Port, Ile de La Réunion, 2010.

est écrit comme un conte où le peintre entraîne

La troupe, suivie par des musiciens, flûtes et

- Pan African Film Festival, Los Angeles, USA

son visiteur dans ses mythologies faites de

tam-tams, se déplace en procession solennelle

2010.

grands acteurs, de voitures de rêve, de soirées

dans les villages environnants. En compagnie

- Festival « A nous de voir – Science et Cinéma »,

à la terrasse des palaces, de crimes sur Sunset

de Prosper Kompaoré, professeur de littérature

Oullins 2009.

boulevard…

à l’Université de Ouagadougou et directeur de

- Festival International du Film Panafricain,

l’Atelier Théâtre Burkinabé, nous entrons dans

Cannes 2009.

l’imagination intime de ces villageois, à une période cruciale du calendrier agricole.

56


Le Pain et le Lait...

Un documentaire de Xavier de la Vega et Carrim Azeddine (2008, DVCAM, 52 mn) Du Mexique originel aux soutes du rêve américain,

Sélections en festivals :

en passant par le « miracle industriel » de la

- Festival Distral - Mexico

frontière, trois frères racontent leur périple.

- Associaço Filmes de Quintal Brésil - Festival du cinéma irmanien – Art en exil 2008

Epopée à travers l’espace mexicano-américain,

Paris

ce voyage est aussi une interrogation muette sur

- Profética. Espacio Cultural 2008 Puebla Mexique

les raisons d’un déchirement.

- Centro Cultural Tijuana 2008 Tijuana B. C. Mexique - Universidad Iberoamericana del Noroeste 2008 Tijuana B.C. Mexique - Centro Estatal de las Artes 2008 Ensenada Mexique - Colegio de la Frontera Norte 2008 Real del Mar Mexique

57


À venir

Jharia

Une justice entre deux mondes

Paris sous les eaux

Un documentaire de 52 mn, de Jean Dubrel & Tiane Doan na Champassak. Avec la participation de la ProcirepAngoa

Un documentaire de 52 mn, de Éric Beauducel. Co-production avec Première NouvelleCalédonie et Planète + Justice.

Un documentaire de 52 mn, de Éric Beauducel & Olivier Poujaud.

Jharia est la plus grosse réserve de charbon de

Le film «une justice entre deux mondes» suit le

20 janvier 1910. La Seine quitte son lit et déferle

l’Inde. Depuis 1916, un phénomène unique au

quotidien de magistrats et d’avocats impliqués

en une semaine dans la capitale et sa banlieue.

monde a transformé cette région en enfer. Les

depuis des années dans cette problématique, au

Les rues sont immergées et la capitale en pleine

mines sont rongées par le feu, incontrôlable

coeur des sections détachées du tribunal sur l’île

modernisation est totalement paralysée. Plus de

et dévastateur, qui réduit à néant le travail des

de Lifou ou à Koné.

transports en commun, plus de chauffage, plus de

hommes et rend la terre inexploitable.

communication, plus d’électricité… En assistant pour la première fois à des audiences

Paris est rapidement surnommée Paris-Venise. En

Le gouvernement souhaite évacuer la zone. Ses

coutumières au palais de justice de Nouméa et

s’appuyant sur les photographies exceptionnelles

habitants refusent de quitter la seule vie qu’ils

en revenant sur les racines historiques de cette

de l’époque, par la reconstitution des épisodes

connaissent, aussi misérable soit-elle.

relation entre la justice française et ses territoires

les plus marquants, ce film va faire revivre cette

d’outre-mer, il témoigne d’une réalité judiciaire

« semaine terrible » heure par heure. L’occasion

en prise directe avec la complexité d’une société

de découvrir un Paris méconnu et de comprendre

où cohabitent deux mondes qui, ailleurs, ne se

comment la ville lumière a traversé sans victimes

rencontrent jamais.

l’une des pages les plus spectaculaires de son

En développement

histoire. En développement 58

En développement


Un jour je serai Chef...

Mali territoire d’images

Style 2 Folle

Un documentaire de 26 mn, de Alain Vandercoille.

Un documentaire de 52 mn, de Pascal Bricard et Olivier Barbier.

Un documentaire de 52 mn, sur une idée de Sandrine Garofalo et Régis Ayache

spectacles, ses interventions radiophoniques

De Bamako à Gao, des photographes de

Le Hip Hop devient le territoire des femmes,

et télévisuelles, décide à quarante ans

différentes générations racontent par leurs

mais après avoir gagné le respect des hommes

d’entreprendre des études musicales pour devenir

souvenirs et leurs pratiques, l’histoire de la

et du milieu, elles cherchent aujourd’hui à se

chef d’orchestre. Ce document raconte l’aventure

photographie Malienne. Dans la capitale,

l’approprier en y imposant leur féminité. Portraits

un peu folle de cet homme qui a tout mis en

Mamadou, photographe de rue, se souvient de

de deux jeunes danseuses Emilie et Sorya étoiles

oeuvre pendant onze années d’étude, pour réaliser

la splendeur des grands studios aujourd’hui

montantes de la scène Hip Hop française.

son rêve d’enfant alors qu’il ne savait même pas

disparus. Il nous emmène à la rencontre de

lire une partition et que rien ne le destinait à la

Malick Sidibé, artiste mondialement reconnu. Ses

musique classique.

portraits et ses souvenirs nous invite à partir à

Pierre Douglas, journaliste, humoriste et animateur, très connu en France pour ses

En développement / Pré-achat France Ô

la rencontre de Moussa, jeune photographe de De nombreux témoignages attestent de sa

brousse à 900 km de la capitale. Et comme il y a

ténacité et de son engagement tout au long de son

plus de soixante ans à Bamako, une communauté,

parcours ainsi que de sa compétence en matière

par le regard d’un de ses membres, découvre la

de chef d’orchestre.

représentation photographique dans un territoire sans image.

En développement En développement

59


12/20 rue voltaire 93100 Montreuil 01 48 70 47 00

contact@ekla-prod.com - www.ekla-prod.com 60


61


© Ekla Production / Froggy Image - Création graphique : Mickaël Bellun

62

1910 paris sous les eaux  

Dossier de presse

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you