Issuu on Google+

Réaction du Comité de quartier de Bomel asbl à l’enquête publique « Aménagement de la gare multimodale de Namur » Namur, le 4 juin 2014

La liaison Bomel - Centre ville est un problème permanent pour les cyclistes et piétons. 5 voies sont possibles : passerelle d’Herbatte, pont de Louvain, tunnel sous voies SNCB, dalle de la gare, pont d’Heuvy. Ce document, en réponse à l’enquête publique « Aménagement de la gare multimodale de Namur », traite des 3 éléments centraux, à savoir le Pont de Louvain, la dalle de la gare et le passage sous voies SNCB 1.- Le pont de Louvain est très large : il semble avoir été conçu à l’époque pour faire pénétrer 2 x 3 bandes auto jusque dans la Corbeille ! Mais il est peu accueillant. Il y a suffisamment d’espace disponible pour réaliser des aménagements pour le rendre facile d’accès et sûr pour piétons et cyclistes. Cela est d’autant plus nécessaire que le site rénové des abattoirs accueillera (dès le courant de 2014) des activités drainant un public de toute la commune. Le cheminement cycliste vers le centre -ville doit se faire sans devoir mettre pied à terre. Or, il semble que l’itinéraire Pont de Louvain - Ravel se fasse avec l’obligation de mettre pied à terre, ce qui est inacceptable en termes de mobilité cycliste. Le Comité de quartier de Bomel demande l’installation d’un itinéraire cycliste sans escalier ni pente exigeant la mise à pied.

2.- Le passage par la dalle de la gare rencontre 2 problèmes : les ascenseurs et escalators côté SPW sont souvent déficients, et le passage est fermé de minuit à 4 heures du matin. Le Comité de quartier de Bomel demande que ces points soient définitivement réglés : des ascenseurs et escalators en fonctionnement, et l’ouverture du passage par la dalle de la gare qui soit ouvert 24 h/24. 3.- Le passage sous voies SNCB, via le parking sous le SPW, est utilisé par environ 6000 personnes par jour. Ces chiffres proviennent du comptage du flux piéton effectué par le Comité de quartier de Bomel le 20 mai 2014 entre l’entrée/sortie -3 du parking SNCB et le boulevard du Nord. Méthode Deux personnes, une pour le flux entrant (= descendant dans le parking), une pour le flux sortant, chacune en possession d’un compteur manuel. Le comptage s’est fait de 7:30 à 9:00 le mardi 20 mai, jour scolaire et de travail, journée sans congés, ni grèves.


Résultats du comptage Entrants 7 :30 à 8 :30 146 8 :00 à 8 :30 164 8 :30 à 9 :00 41 Total 351 Soit un total de 936 passages

Sortants 176 309 100 585

Extrapolation pour une journée ?  4:00 à 7:30 : 1000 passages, soit 285/heure (estimation)  7:30 à 9:00 : 936 passages, soit 624/heure (comptage réalisé)  9:00 à 13:00 : 1000 passages, soit 250/heure (estimation) Total : 2936 passages. Il faut doubler ce chiffre pour comptabiliser le mouvement allerretour : total : 2936 x 2 = 5872 passages quotidiens estimés, soit 295/heure pendant les 20 heures d’ouverture (le passage est fermé de 00:00 à 4:00). Arrondissons à 6000. Les chiffres de la SNCB ne nous sont pas connus. Cependant, selon une information orale, ils tourneraient autour 5700, mais nous ignorons la date (année, jour, heures) et la méthode utilisée. Si la SNCB nous communiquait ses chiffres, et sa méthodologie, nous pourrions adopter ces chiffres. Quoi qu’il en soit, le nombre important d’usagers de ce passage nécessite sa prise en compte dans la mobilité entre Bomel et le centre-ville au travers des infrastructures SPW, SNCB et Ville.    

Or, ce passage est interdit et donc non organisé et dangereux. C’est aussi un passage avec une faible différence de niveau (environ 3 mètres), alors qu’un passage au-dessus des voies nécessite au moins 5,5 mètres de haut pour passer au-dessus des caténaires. Les plans inclinés existent déjà des 2 côtés. De plus, la sortie du souterrain côté Wérenne est en attente d’aménagement communal depuis 30 ans ! L’emplacement, bouché, de l’ancien escalator pourrait être facilement transformé en plan incliné accessible aux vélos et PMR.

Il serait temps d’aménager cet accès au souterrain afin de le rendre accessible à tous et plus convivial. L’argument principal de la SNCB pour ne pas autoriser le passage ni organiser cette voirie piétonne est le manque d’espace pour ces éventuels aménagements. Nous prouvons le contraire: l’espace est suffisant: il y a 3 bandes d’accès au parking : 2 voies entrantes descendantes, qui ne sont jamais encombrées, et une bande sortante montante. Le maximum de voitures engagées en même temps sur cette entrée, pendant l’heure de pointe considérée, est de 3 (trois) véhicules. L’argument de la SNCB ne tient donc pas …la route. Pour le prouver, le 20 mai 2014, une équipe du Comité de quartier de Bomel a photographié pendant une heure de pointe, de 7 h 30 à 8 h 30, à un rythme d’une photo par minute, l’entrée du parking. Les images parlent d’ellesmêmes. Voici en résumé quelques photos, une par période de 10 minutes :


7:30

7:40

7:50

8:00

8:10

8:20

et 8:30….


Un cheminement dans le parking occuperait la place de 13 places de stationnement, ce qui serait largement compensé par les 500 places du nouveau parking SNCB. La suppression de l’interdiction de ce cheminement et l’aménagement de ce passage sous voies, du Boulevard du Nord jusqu'à la Place de la Station (galeries Wérenne) sont donc des éléments indispensables pour améliorer la multimodalité de l’ensemble gare SNCBgare des bus, ainsi que la circulation douce entre Bomel et le centre ville. Merci donc aux auteurs de projet et aux autorités publiques de prendre nos demandes en compte. Le Comité de quartier de Bomel asbl c/o Alexandre Castanheira 111, rue d’Arquet 5000 Namur


Réponse cq ep pcar gare