Page 1

alliance 09-2008:couv

alliance

25/09/08

13:28

Page 2

l’Alliance 4, rue Malherbe - 69100 VILLEURBANNE

Tableau Jean-Yves Amouyal

B U L L E T I N D U C O N S I S T O I R E I S R A E L I T E D E V I L L E U R B A N N E N ° 14 0 - S E P T E M B R E 2 0 0 8

Fêtes de

Tichri


alliance 09-2008:couv

alliance

25/09/08

13:28

Page 3

Le Rabbin, le Président, le Conseil d’Administration, et le personnel du Consistoire Israélite de Villeurbanne et du CCJV vous souhaitent CHANA TOVA

VCUy VBA Tout au long de l’année, ont lieu des conférences, des cours et de très nombreuses activités N’hésitez pas à nous contacter ou à aller sur notre site www.consistoirevilleurbanne.org Nous vous tiendrons informés de l’ensemble de nos manifestations.

04 78 84 04 32


alliance 09-2008:alliance

■■■

25/09/08

13:23

Page 1

Sommaire Edito : le Président _____2

■■■

■■■

La parole du Rabbin ___2

■■■

■■■

Pensée de Tichri ______3

■■■

■■■

Notre communauté en

La culture _________14

■■■

L’actualité des médias __15

Page cultuelle ________16

RÉDACTION / ADMINISTRATION

mouvement ______________4 ■■■

regards croisés _______11

■■■

Israël, notre connexion ___12

Directeur de Publication : Olivier CUOQ Commission Rédaction : Jacques BENCHIMOL, Yves SEMHOUN Hélène SABBAH, Michaël BARER Réalisation : Imprimerie Salomon

Si vous désirez passer de la publicité ou des annonces dans le prochain numéro contactez le secrétariat du CIV au 04 78 84 04 32 civmalherbe@yahoo.fr

1ère de couverture : Jean-Yves Amoyal - 06 12 32 53 96

Le site INTERNET du Consistoire de Villeurbanne

Le site Internet est enfin créé. Nous nous efforçons de l’améliorer pour pouvoir vous communiquer le maximum d’informations sur notre communauté. Notre revue est en ligne et vous pouvez donc la consulter avec votre numéro d’adhérent. Si toutefois vous n’êtes pas équipé d’un ordinateur connecté sur Internet, si vous n’êtes pas familiarisé avec cet outil, si vous préférez vous relaxer le chabbat avec notre revue papier, vous pourrez en faire la demande et nous ferons quelques tirages pour vous satisfaire. De plus en plus de revues, d’hebdomadaires (entre autre Actualité Juive) sont maintenant en ligne et nous devons suivre cette évolution. Enfin, ceci nous permettra de faire des économies car la diffusion de l’Alliance papier est un coût important pour la communauté.

Je souhaite recevoir la version papier

GRANDE SOIREE EN HOMMAGE A

SAMY EL MAGHREBI au Casino de Charbonnières le 25 octobre 2008 RESERVEZ VOTRE SOIREE

cours de danse orientale

■ OUI

Nom, Prénom : ___________________________________________________

pour femmes et enfants

Adresse _________________________________________________________

cours d’informatique cours de peinture

Code Postal ______________________ Ville _________________________ Merci de déposer ce coupon à la synagogue ou de l’envoyer à : CIV- Alliance, 4 rue Malherbe, 69100 Villeurbanne

BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 1 -

ISRAELITE DE VILLEURBANNE

renseignements CCJV 06 18 73 65 48 ccjv@hotmail.fr


alliance 09-2008:alliance

■■■

25/09/08

13:23

Page 2

■■■

Edito du Président

Cher(e)s ami(e)s 'est avec beaucoup de plaisir et d'honneur, qu'en ce début de cette nouvelle année, je m'adresse à vous en tant que nouveau Président de cette belle Communauté. Comme vous le savez déjà, a eu lieu en juin 2008, l'élection d'un nouveau Conseil d'Administration, qui a vu la réélection d'un groupe d'une vingtaine de membres, issus en majorité de l'ancien Comité. Nous avons eu le plaisir d'accueillir quatre nouveaux volontaires, venus nous y rejoindre pour s'y investir et vous aider à poursuivre et améliorer votre vie de pratique du Judaïsme au quotidien. Je veux d'abord souligner la valeur exceptionnelle du Président sortant, Mr Norbert SPORTES, qui a su avec beaucoup de pugnacité et de réussite, remettre notre communauté sur la bonne voie. Il a bien voulu accepter de continuer à nous aider en devenant Vice Président du Conseil. Le mois de Tichri est l'occasion de faire un bref bilan de cette année écoulée. Cette année passée a vu un regain de participation à la vie cultuelle avec notamment plus de monde aux offices de Shabbat, surtout pour Séouda Chlichit et à Minha, avec parfois plus d’une centaine de fidèles présents. Aux cours de Shabbat après-midi, l'auditoire grossit également régulièrement. Les efforts faits envers notre jeunesse, par le biais d'une réactivation de notre Centre Culturel du Judaïsme Villeurbannais (CCJV) ont été bénéfiques, avec un nombre grandissant de participants réguliers aux diverses activités qui vous ont été proposées, mais aussi grâce à une équipe de jeunes animateurs motivés et impliqués. Nous avons pu ainsi avoir, tout au long de l'année, des animations culturelles et sportives variées, ainsi que des centres aérés pendant les vacances scolaires et une colonie d'été en France et une autre en Israël, qui ont été globalement des réussites. La création du site WEB commun au CIV et au CCJV www.consistoirevilleurbanne.org a également apporté un plus en terme de communication, en vous offrant la possibilité d'avoir, en temps réel, sans se déplacer, l'ensemble des renseignements administratifs, culturels et cultuels de notre communauté, indispensables à votre plus grande participation. Mais il faut aussi se tourner vers l'avenir et donc vers cette nouvelle année, qui je le souhaite, répondra positivement à toutes vos attentes. Nous allons poursuivre nos efforts de développement en vous demandant de continuer à vous investir encore plus, d'abord par votre simple présence physique mais aussi, et il le faut, par votre participation active à tout événement communautaire quel qu’il soit. Je souhaite que dans une vision très consistoriale, cette année soit particulièrement tournée vers les autres communautés et associations de notre ville et de sa région, et que leurs rabbins et responsables viennent se joindre régulièrement à nos offices et à nos fêtes. Tout en maintenant notre travail sur la jeunesse, nous allons demander au CCJV de se recentrer sur des activités plus spécifiques pour les moins jeunes. Enfin, il reste à préciser qu'une réflexion profonde s'impose, quant à la pérennisation de la viabilité de notre centre communautaire. Un effort majeur du Conseil d'Administration a en effet permis de réussir à mettre nos bâtiments aux normes de sécurité, selon les directives de l'administration qui nous l'imposait sous peine de fermeture. Mais cela n'est que transitoire, car une nouvelle législation arrive, avec la nécessité absolue d'ici trois à quatre ans, de réaliser d'importants travaux, pour notamment permettre l'accès aux handicapés. Il nous faudra pour cela, en étudier rapidement les implications de faisabilité et financières. De cela, nous vous en aviserons dans les mois à venir. Devant tous ces défis passionnants qui nous attendent, je ne doute pas une seconde qu'à vos cotés avec l'aide et le soutien de chacun, nous y parviendront. Que cette année 5769 soit celle de la réalisation de tous vos souhaits, d'une grande prospérité, d'une bonne santé pour vous, toutes vos familles et toute la Communauté d'Israël. Qu'Hachem nous protège et nous guide. Amen. Olivier CUOQ - Président du CIV

C

BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 2 -

Edito du Rabbin

ROCH HACHANA, os Sages disent que tous les habitants de la Terre, ce jour là, passent devant Hachem comme les brebis devant la houlette du berger. Ce qui veut dire que les actes de chaque être humain sont examinés ce jour là ; c’est la raison pour laquelle durant tout le mois d’Eloul, on a coutume de se lever aux SELIHOT et de sonner le CHOFAR pour nous préparer au grand jour de ROCH HACHANA avec une Téchouva sincère. A Roch Hachana, Hachem fait son apparition en tant que Juge mais aussi en tant que père miséricordieux. C’est pour cela que nous prions Hachem de nous inscrire dans le Livre de la Vie, en ce jour du grand jugement et de rigueur. Le Rambam rapporte dans son livre que le son du chofar est un appel à notre conscience visant à nous réveiller de notre léthargie spirituelle et à nous libérer de l’attrait des réalités illusoires dans lesquelles nous avons sombré, trompés par l’instinct du mal qui nous cache la vérité de la Thora et nous fait oublier Hachem, « le Chofar brouille le Satan » car le Satan n’est autre que l’instinct du mal que nous surmontons lorsque nous nous éveillons à la vérité.

N

YOM KIPPOUR Nous lisons dans la Michna Yoma « Rabbi Akiba dit : vous êtes bienheureux Israël. Voyez devant qui vous vous purifiez et qui vous purifie. De même que le Mikvé purifie les impurs, ainsi Hachem purifie Israël ». Le fait que le peuple d’Israël soit attaché à Hachem permet la disparition du péché, car Hachem, source de la perfection, écarte toute imperfection et toute faute de ceux qui s’attachent à lui. Nous comprenons alors la comparaison avec le Mikvé qui, de par sa nature, ne reçoit jamais d’impureté et purifie par conséquent ceux qui s’y immergent. C’est avec cet esprit de purification et de confiance que nous accueillons cette belle Fête en mettant des vêtements blancs et inonder notre âme de joie car Hachem est heureux de pardonner au repentir de ses enfants. Le pardon des fautes d’Israël durant le jour de Kippour ne pourra cependant s’opérer que si il est précédé de la Téchouva, du repentir et de la détermination de ne pas récidiver.

ISRAELITE DE VILLEURBANNE

Le Rav Eliyahou Dahan


alliance 09-2008:alliance

■■■

25/09/08

Pensée sur

13:23

Page 3

T i c h r i

POUR BIEN COMMENCER L’ANNÉE 'expression Roch hachana signifie "tête de l'année", 1er jour de l'an, C'est le 1er Tichri. Rosh-Hashana est le Nouvel An Juif. Bien que selon la Torah, l'année commence en Nissan (le mois de Pessah, la tradition a fixé ce jour comme le premier de la nouvelle année. Contrairement aux autres fêtes, RoshHashana dure 2 jours en Israël comme en dehors, le Talmud explique que les 2 jours sont considérés comme n'étant qu'un. Rosh-Hashana symbolise aussi le jour de la création de l'Homme par D.. Rosh-Hashana est aussi appelée Yom Hadin, "le Jour du Jugement", car en ce jour D. fait défiler devant lui toutes les créatures terrestres afin de les juger selon leurs actions. Selon nos Sages, D. a 3 livres devant Lui ouverts: celui des "Justes", celui des "Méchants" et celui des "Simples" et décide selon ses actions si telle créature est à inscrire dans tel ou tel livre. Rosh Hachana, est d'ailleurs aussi appelée, "Kissé". Cette appellation peu connue, provient d'une interprétation : ce jour est celui où D. s'installe sur son trône ( kissé en hébreu ) pour juger le monde. C'est donc un jour de prières intenses afin d'appeler à la Miséricorde divine. Toutefois, c'est aussi un jour de réjouissances car nous sommes confiants dans le Jugement de D. pour ses enfants. En réalité, ainsi que nous l'apprend le Talmud : "Le monde est jugé quatre fois dans l'année : à la Pâque, un décret est issu sur ce que produira le sol; à la Pentecôte, sur les fruits des arbres; au jour du Nouvel An, tous les hommes passent devant "Lui" (Dieu); Et à la fête des Cabanes, un décret est prononcé sur les précipitations annuelles" C'est aussi pour cela que nos Sages ont institué une série de prières à dire un mois auparavant, les Séli'hot, afin de se repentir des mauvaises actions que l'on aurait pu faire pendant l'année passée. Les Ashkénazes ne commencent les Séli'hot que la dernière semaine qui précède Rosh Hashana. C'est avec Rosh-Hashana que commence la période dite des 10 Jours de Pénitence qui se terminera avec Yom Kippour, le Jour du Pardon. Durant cette période, on a l'habitude de se consacrer à plus d'études et de prières que d'habitude pour demander pardon à D.. On a l'habitude de consommer des mets symboliques comme de la pomme

L

trempée dans le miel pour demander à ce que l'année soit aussi douce que le miel. On consomme aussi de la tête d'agneau (ou de poisson à défaut) et on demande d'être à la tête et non à la queue. On mange aussi de la grenade et d'autres nombreux mets. Hormis ces us culinaires, une autre tradition veut qu'au cours de ces jours de fête, l'Homme n'ait que des pensées "positives" et n'expriment ni colère, ni haine envers autrui. Ainsi, le premier jour de la nouvelle année sert d'exemple et de référence aux autres jours qui succéderont. En ce qui concerne les interdictions qui sont liées à la fête, ce sont les mêmes que celles de Shabbat mis à part le fait que l'on peut allumer le feu à partir d'une flamme déjà existante et donc il est permis de cuisiner. (Lorsque le premier jour tombe un Shabbat, il n'est autorisé d'allumer le feu et de cuisiner que le second jour). Dans la prière du matin des 2 jours, on a l'habitude de sonner le Shofar, corne de bélier, pour se rappeler le sacrifice d'Isaac et la Miséricorde que D. lui a accordé. On se doit d'entendre 100 sonneries chaque jour. On évitera donc d'amener des enfants de trop bas âge qui seraient susceptibles de déranger l'office. Si Roch-Hachana tombe un Samedi, on ne sonnera pas de Shofar en ce jour mais seulement le lendemain. Certains ont aussi la coutume de jeûner le matin des deux jours afin d'appeler la Grâce de D.. On a l'habitude aussi de procéder le premier jour, sauf si cela est un Shabbat comme cette année, à la prière de Tachlikh. Ce rituel consiste à se rassembler auprès d'une source d'eau avec un mouchoir afin de "jeter" tous nos péchés dans l'eau. Le 3 Tishri, le lendemain de Rosh-Hashana, est le jeûne de Guédalia. Ce dernier qui était gouverneur de la Judée fut assassiné. C'est donc, on le voit, bien plus qu'un "simple" début de l'année, bien que la Mishna distingue ce jour parmi les autres comme début des années ordinaires, sabbatiques (shemitta) et du jubilé (yovel). Rosh Hashana est le début de l'année pour les hommes, les animaux et les contrats légaux. Son échéance dans le calendrier grégorien est variable, le calendrier juif étant basé sur un cycle luni-solaire. Toutefois, elle ne peut jamais tomber avant le 5 septembre, ni après le 5 octobre. Le premier jour de l'année juive est

BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 3 -

célébré le 1er jour du mois de Tishri et le second, Rosh Hashana dure donc deux jours consécutifs, de la tombée de la nuit précédant le premier jour à celle clôturant le second, pendant lesquelles on prie et on s'adonne à divers rituels. Une tradition veut que les repas de fête, le premier et le deuxième soir, soient constitués de mets sucrés, notammant une pomme au miel, dont la douceur préfigure, espère-ton, celle de l'année qui commence. La première mention de Rosh Hashana apparaît dans la Torah (Lévitique 23:24), sous le nom de Yom Teroua,"le jour où l'on sonne (du Shofar). Or la première Teroua a lieu lors de la conclusion du sacrifice d'Isaac. Cette sonnerie est destinée à réveiller les consciences endormies, que l'on sonne pendant l'office synagogal, car Rosh Hashana est, selon la littérature rabbinique le Jour du Jugement (Yom Hadin). Selon certains midrashim, Dieu "siège" sur Son trône, consultant les livres où sont consignés tous les faits et gestes de Ses créatures au cours de l'année, chacune d'elles passant devant Lui pour être évalué et jugé. L'arrêt est rendu en inscrivant chacun dans le livre de la vie ou de la mort, de la prospérité ou la misère, etc. Le décret scellé, rien ne peut modifier son application, sauf, selon les Sages, la prière, la repentance et la Tsedaqa (terme malaisé à traduire, erronément rendu par "charité") C'est pour cette raison que Rosh Hashana marque l'entrée dans les Jours Redoutables (Yamim Noraïm), car à dater de ce jour commencent les 10 jours de Repentance (Assara Yemei Teshouva), qui se concluent à Yom Kippour, au cours desquels chaque Juif demande à se faire pardonner ses fautes. De plus, le 3 Tishri est un jour de jeûne, commémorant la mort de Guedaliahou ben Ahikam, ce qui rajoute à l'affliction. C'est pourquoi, bien qu'on se souhaite, comme dans touts les cultures une bonne année, le message est autrement plus profond : "Soyez inscrits pour une année douce et sucrée", en d'autres termes, "j'espère que vous n'aurez pas une mauvaise année". Prononcée avec sincérité, particulièrement envers une personne avec laquelle on n'est pas en bons termes, cette prière est une preuve de Tsedaqa (puisqu'on ne lui souhaite pas ce qu'on ne voudrait pas se voir souhaiter à soi) et de repentance (puisqu'on fait un pas vers lui, on admet forcément sa part de torts dans le différend qui nous oppose à lui). ■

ISRAELITE DE VILLEURBANNE


alliance 09-2008:alliance

■■■

25/09/08

13:24

Page 4

Notre Communauté en

mouvement

l’Amicale d’Auschwitz Janine Mayer, Présidente et Viviane Eskénazi, Déléguée Régionale

souhaite à tous ses adhérents et à toute la communauté une heureuse année de santé, de prospérité et de paix Chana tova pour l’année 5769

vous présentent leurs meilleurs vœux au nom du Fonds Social Juif Unifié.

B. Orenstein - JC Nerson - Jo Hazot

Michaël Barer

Emmanuel Steiner, Président

et son équipe d’animation vous souhaitent d’excellentes f^êtes de Tichri au nom du CCJV Chana Tova Oumetouka

et tous les membres du Conseil d'Administration présentent leurs meilleurs vœux au nom de l'Association Espace Hillel.

À l'occasion de Roch Hachana, Jean-Paul Bret et le Conseil Municipal adressent leurs vœux les plus sincères à la communauté juive. Que la tolérance, la fraternité, la douceur, et la paix progressent dans le monde en cette année 5769.

CONSISTOIRE ISRAELITE SEPHARADE DE LYON 317, Rue Duguesclin 69007 LYON - Tél : 04 78 58 18 74

100 ANS DE PRESENCE SEPHARADE A LYON 1909 - 2009 La Communauté de Néveh Chalom célèbrera, si D. le veut, l'an prochain, le centenaire de sa création en 1909 avec l'arrivée des premiers judéo-espagnols, venus de l'Empire Ottoman. Cette vénérable dame a une histoire qui se perd avec le temps. Alors, quelle que soit la date de votre arrivée dans cette Communauté, ou de vos origines des rivages de la Méditerranée, les photos de vous, de vos parents, de vos grands parents, les documents officiels ou manuscrits comme kétouba, diplôme, discours de Bar Mitsva, tous ces souvenirs gravés nous intéressent. Le but est de réaliser une exposition qui permettra de faire revivre un passé qui nous appartient à tous, les enfants, les héritiers de Néveh Chalom. Pour réaliser ce projet, merci de téléphoner au CIS au 04 78 58 18 74, Contactez : Jacques ELMALEK.

BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 4 -

ISRAELITE DE VILLEURBANNE


alliance 09-2008:alliance

25/09/08

13:24

Page 5

Notre Communauté en mouvement VISITE DU COMITÉ DU CIV À LA MAIRIE DE VILLEURBANNE ■■■

BIENVENUE AU NOUVEAU COMITÉ DU CIV… Les élections se sont bien déroulées dans le courant du mois de juin.Toutes nos félicitations à Olivier Cuoq qui a accepté d’assurer la présidence; Norbert Sportes a préféré lui transmettre cette lourde tache afin d’être encore plus efficace. Sa rigueur, son dévouement font qu’Olivier Cuoq a obtenu la quasi unanimité pour représenter notre communauté.

La visite à la Mairie. Tous les membres n’ont pu assister à cette rencontre, mais ils ont été bien représentés e façon rituelle, Jean Paul Bret a reçu les membres du nouveau conseil d’administration ainsi que le Rabbin E. Dahan dans son bureau personnel. La réunion s’est déroulée sans protocole particulier dans une ambiance décontractée et sympathique autour d’un verre de champagne. Bien que connaissant la plupart des membres du comité, Olivier Cuoq a été présenté de façon officielle en tant que Président de la communauté. Discussions informelles mais néanmoins informatives concernant les projets d’extension des bâtiments ainsi que du problème du cimetière qui, d’ici quelques années, affichera complet ! Ces rencontres régulières témoignent de la bonne intégration de la communauté juive dans la cité et l’entente cordiale qui règne entre le CIV et le maire de Villeurbanne. ■

D

Pour connaître les dates, les horaires et tous les services de la communauté juive de Villeurbanne et du Grand Lyon. Le site référence de la communauté juive www.consistoirevilleurbanne.org

Nous lui souhaitons bonne chance dans sa nouvelle fonction. Il est à remarquer que la quasi-totalité des membres ont accepté de continuer et de donner de son temps en participant de façon productive à l’ensemble des commissions. Aucune autre liste n’a été présentée ce qui laisse supposer que les adhérents semblent satisfaits de la gestion de notre communauté. D’autres candidats sont venus rejoindre le conseil d’administration et nous nous félicitons de voir grandir la liste du comité. Outre la volonté de mener à bien les projets, le conseil travaille toujours dans un esprit constructif, dans une bonne entente, dans le respect des principes démocratiques et en coordination avec notre Rabbin. La porte est ouverte pour tous ceux qui veulent apporter leur contribution en étant coopté par les membres aussi bien au CIV qu’au CCJV. Le travail ne manque pas pour dynamiser notre communauté vos idées, vos initiatives et votre participation seront les bienvenues. ■

Les cours d’Histoire Juive reprendront le

lundi 15 septembre 2008. Ils sont dispensés par Mme Elhadad et ont lieu tous les lundis de 20h30 à 21h30 Renseignements : 04 78 84 04 32 BULLETIN DU CONSISTOIRE

Les cours du Talmud Thora ont repris le dimanche 7 septembre 2008 Merci de vous manifester auprès de notre secrétariat pour de plus amples renseignements 04 78 84 04 32

- 5 - ISRAELITE DE VILLEURBANNE


alliance 09-2008:alliance

■■■

25/09/08

13:24

Page 6

Notre Communauté en

mouvement

UN ÉTÉ AVEC LE CCJV Ah ! Les vacances sont finies et le retour sur les bancs de l’école a été difficile. Mais que de souvenirs à raconter autour de la table des fêtes à sa famille et à ses ami(e)s. e centre aéré comme la colonie de vacances ont tenus toutes leurs promesses.

L

Pour la colonie de vacances, une vingtaine d’enfants et 2 animatrices sont partis durant 3 semaines à la rencontre des enfants du DEJJ Paris et du DEJJ Nice à Lamure-sur-Azergues. Explo, Maccabiades, soirées à thèmes, journée sur l’environnement, équitation et encore plus ont rythmé cette colo audelà des espérances. L’ambiance tout au long du camp n’a fait que s’améliorer et nous avons rendu

des enfants heureux et fatigués à leurs parents, anxieux dès la séparation pour trois longues semaines. L’équipe d’animation importante et soudée a su faire passer les projets éducatifs et pédagogiques à travers les multiples activités de la colonie. La collaboration entre le DEJJ et le CCJV a apporté un lien essentiel pour l’élaboration du projet pédagogique. En espérant que notre collaboration puisse donner naissance à un département jeunesse géré par l’intermédiaire du DEJJ; pour que notre centre

grandisse avec des outils pédagogiques conformes à nos attentes et à celles de nos enfants.

à la colo

BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 6 - ISRAELITE DE VILLEURBANNE


alliance 09-2008:alliance

■■■

25/09/08

13:25

Page 7

Notre Communauté en

mouvement

Pour ce qui est du centre aéré, plus de 30 enfants par jour sont venus durant les 3 semaines des activités. Au programme les enfants ont pu découvrir les joies des sports nautiques (voile, kayak ,catamaran), se perdre dans le labyrinthe de maïs ou encore passer une journée agréable au lac des sapins. Tous les jours les enfants ont pu partir à la découverte d’activités sous la surveillance de notre équipe d’animation toujours prête à agir. Un grand coup de chapeau à nos animateurs et animatrices qui nous suivent depuis un an et qui ont pu utiliser leurs

expériences pour le bien être de nos enfants. En espérant qu’ils nous suivront encore longtemps. A la fin de ses 3 semaines, chaque enfant a reçu un diplôme chez lui. Nous les retrouverons tous, c’est sûr dès la rentrée du CCJV pour toutes nos activités. Alors n’hésitez plus ! Vous aussi rejoignez-nous toute l’année petits et grands il y en a pour tous les goûts. M.Barer www.consistoirevilleurbanne.org rubrique CCJV

le centre aéré

BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 7 - ISRAELITE DE VILLEURBANNE


alliance 09-2008:alliance

25/09/08

13:25

Page 8

Notre CommunautÊ en mouvement A PROPOS DU BAC‌‌. DANS LA COMMUNAUTÉ ■■■

Êlicitations à tous nos jeunes de la communautÊ pour avoir rÊussi cet examen si stressant pour les Êlèves et surtout pour les parents ! Un grand bravo pour les jeunes filles de Beth Menahem dans la filière ES. Elles ont rÊussi un sans faute avec un taux de 100% et, qui plus est, avec beaucoup de mentions. Tous les ingrÊdients de la rÊussite Êtaient là depuis la force de travail et le sÊrieux des Êlèves, la compÊtence de l’Êquipe pÊdagogique et l’implication totale de la direction, Mme et Mr Gurewvicz et tout le personnel. C’Êtait une annÊe cruciale pour eux afin de pouvoir être homologuÊ sans compter le souhait que toutes les Êlèves aient la satisfaction de rÊussir cette fin de cycle. Le pari a ÊtÊ gagnÊ au-delà de toutes les espÊrances et la petite fête organisÊe par l’Êcole à l’issu des rÊsultats fut un moment intense d’Êmotion, de joie et aussi d’humour : les Êlèves vêtues du traditionnel costume du bachelier amÊricain ont dÊlivrÊ de façon très solennelle à leurs professeurs un diplôme de reconnaissance ! Un buffet copieux a clôturÊ la soirÊe en prÊsence des

F

bachelières, des parents, des professeurs et de l’Êquipe de direction. Bravo et bonne continuation !!!

projet de rÊforme est intÊressant, sa mise en œuvre sera difficile.‌ enfin moins difficile que chez nous !

A propos du bac israĂŠlien en IsraĂŤl

A propos du bac français en Israel‌‌

Les jeunes israÊliens ne sont pas soumis au même stress que nos jeunes français. Plus dÊcontractÊs y compris les tires-au-flanc car même si on rate une matière, on part à l’armÊe et on peut la repasser quand on veut. De plus les tests psychomÊtriques sont plus dÊterminants pour les Êtudes supÊrieures. Mais ce fameux bac fait l’objet de critiques et le ministère de l’Êducation nationale prÊvoit de le rÊformer d’ici 2009. Le projet est ambitieux et doit s’Êtaler sur quatre ans. Il s’agit de valoriser non plus exclusivement la capacitÊ de restituer des connaissances mais de privilÊgier la capacitÊ des candidats à rÊpondre à des questions de rÊflexion et d’analyse personnelle. Le ministre prÊvoit même d’inclure une matière  invention qui testera les candidats sur leur potentiel de crÊativitÊ. Bon courage aux rÊformateurs car si ce

C’est toujours la même Êquipe lyonnaise qui a ÊtÊ missionnÊe par l’acadÊmie de Lyon pour assurer les Êpreuves du bac français en IsraÍl. Nous avons eu la charge de cinq Êtablissement : le lycÊe français à JÊrusalem frÊquentÊ essentiellement par des arabes israÊliens, palestiniens et enfants d’ambassadeurs, le collège des frères à Tel Aviv avec une population mixte, La Havat Hanoar à JÊrusalem, Givat Washinton, lycÊe religieux de filles non encore homologuÊ par l’acadÊmie et enfin Kfar Maimon, lycÊe religieux de garçon. Les rÊsultats ont ÊtÊ corrects (environ 85% de rÊussite) mais en baisse par rapport aux annÊes prÊcÊdentes. Le nombre de plus en plus important de candidats libres en section ES (Êconomie et social) moins bien prÊparÊs est un ÊlÊment d’explication. ■ HÊlène Sabbah

        

      .%  <   :       =%    <     

><   # (6  2 ( / ?  /   @  *?     

       !"    #$% & " '( &   )  * #$%(+,,- 4 .&    !" ./ 6   * 01,,- " .&  *.    *  ( 4    #$   $" / 2 3,,-4 5  66  """!    

   76//  )  

1,,,(0,,,,-"  7  /   3/ 6// 8*99

(    , 7 (   (.  8.

49999%%:; ,    , ":94444444444444444&"":;      

: %; (    4 5  !.%< :=% <  

BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 8 - ISRAELITE DE VILLEURBANNE

       !"#$%""$   !"#& "%



     

' () *  +,-( (* , () *  .   (* -(

   . (/(#%0' 1'#$$ $ ' ( 2 /'!3334 .45




alliance 09-2008:alliance

■■■

25/09/08

13:25

Page 9

Notre Communauté en

mouvement

Fête de fin d’année 22 juin 2008 Stade des Iris. Après une fête de fin d’année sous la pluie l’année dernière, nous avons eu droit à un dimanche sous le soleil pour cette année. Nous voulions faire de cette fête un rassemblement pour toute la communauté juive. Alors que la journée commençait dès 7h du matin, pour tous nos bénévoles, à qui je tire encore une fois mon chapeau pour leur courage et leur disponibilité, les premiers arrivants se sont fait attendre. Dès le début de la journée, notre rodéo mécanique a eu un énorme succès et nos animateurs du CCJV ont eu du travail, pour gérer les dizaines d’enfants qui affluaient vers les châteaux gonflables et les jeux en bois. Notre équipe et celle du Maccabi derrières les fourneaux étaient présentes toute la journée pour subvenir à tous les besoins alimentaires des participants à la journée. Le tournoi de foot, qui s’est joué sous un soleil de plomb, a remporté un franc succès aussi bien auprès des jeunes que des adultes. Dommage qu’il n’y ait pas eu autant de monde qu’annoncé, le public prévu ayant préféré l’eau des piscines à la bonne ambiance de ce dimanche très ensoleillé. Espérons que l’année prochaine, les participants viendront un peu plus nombreux et plus tôt que cette année. Encore une fois merci à tous pour votre investissement et votre participation à ce qui reste encore le plus grand rassemblement communautaire de la fin d’année. M. Barer

BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 9 - ISRAELITE DE VILLEURBANNE


alliance 09-2008:alliance

■■■

25/09/08

13:25

Page 10

Notre Communauté en

mouvement

INSOLITE Une ambulance du Maguen David Adom à Villeubanne hotos de la caravane de l'espoir qui vient directement de Tel Aviv et qui traverse toute la France en faisant escale dans toutes les colonies de vacances juives afin d'enseigner les gestes de premiers secours pour sauver des vies. Cette ambulance avec ses 4 enseignants secouristes diplômés s'est arrêtée au Maguen David Adom 36 rue racine Villeurbanne. Ils ont été reçus le Shabbat chez la famille des

P

membres du MDA local et aux offices, au CIV à la synagogue de la Fraternité de Villeurbanne. Ce fut un Chabbat mémorable plein d'émotions. ■ Armand Cohen - Président Régional Vice Président National du Maguen David Adom France. Adressez vos dons à : Maguen David Adom Lyon BP6144-69469 Lyon cedex 06.

Journal de bord de l’ambulance du Maguen David Adom Jour 1 : 7.07.08 14h25-Aéroport International de Tel Aviv Ben Gourion. L'équipe du MDA se retrouve avant de partir en direction de Marseille. Après un vol de 4h, atterrissage à l'aéroport de Marignane. Accueillis par le Dr Luc Benattar, responsable des Amis du MDA Marseille, nous retrouvons l'ambulance arrivée au port de Marseille quelques jours avant nous. Premier tour à Marseille. Nous découvrons la ville et sa splendeur, avant de nous engager sur la route en direction des camps et colonies de notre itinéraire. Visite du stade vélodrome, promenade sur la cannebière, nous nous imprégnons de l'ambiance environnante, celle dans laquelle nous allons vivre pendant plus de 3 semaines. En fin d'après-midi, nous rencontrons les marins-pompiers de Marseille dans une caserne de la ville. Nous échangeons avec eux nos expériences et méthodes de travail. C'est sur cette expérience que nous entamons les derniers préparatifs avant notre tour de France des colonies. Après-demain, nous prendrons la route en direction de Mijoux (01), visiter notre premier camp.

Jour 2 (09.07.08): Après 500 km de route, nous atteignons la 1ère étape du tour de France de la Caravane du MDA : le camp du Bne Akiva. L'arrivée de l'ambulance du MDA dans la cour de la colonie, sirènes hurlantes, provoque étonnement chez les enfants et stupeur chez les animateurs Israéliens. « Qui vous a appelé ? Y a-t-il un accident ? » . Ce n'est qu'après un léger laps de temps, que les animateurs reprennent leurs esprits : nous sommes en France, et l'équipe du MDA va intervenir dans un autre domaine, l'instruction des gestes de survie. Mise en situation d'un accident de voiture, les enfants sont heureux de nous voir et de découvrir les ambulances qu'ils connaissent sans connaître.

Jour 3 : (10.07.08) Nous allons chercher le dernier madrikh (instructeur) à l'aéroport de Genève. Nous passons de la France à la Suisse sans nous en rendre compte, la frontière n'est qu'un simple couloir pour piétons situé dans l'aéroport. En plus du tour de France, la Caravane de la vie du MDA passe aussi par la Suisse...

Jour 4 : 10.07.08 Nous atteignons notre deuxième étape : le DEJJ (73). Après une arrivée remarquée dans le village, nous rencontrons les enfants déjà prêt à nous accueillir devant leur chalet. Nous sommes dans une station de ski, mais sans neige. Ici aussi, la sensibilisation aux gestes de survie semble intéresser les enfants qui ne se lassent pas de nous questionner. Nous reprenons notre route vers la prochaine étape. Soudain, notre voyage se compromet : un troupeau de vaches nous coupe la route. « La transhumance » : les éleveurs déplacent leurs bêtes et utilisent la chaussée de la nationale que nous empruntons, la route sera longue... Après 300 kilomètres, nous arrivons de nuit dans notre premier camp des EEIF (43). La nuit est tombée depuis longtemps, et les animateurs nous attendent autour du feu

encore scintillant de la veillée scoute. Nous décidons de dormir sous la tente, et plantons le drapeau du Maguen David Adom.

Jour 5 : 11.07.08 Réveil des enfants du camp EI à l'aide de l'ambulance. Nous alternons sirène et musique israélienne afin de les sortir d'une nuit qui aura été rythmée par le grondement des orages. Nous constatons, mêlé à la fatigue du réveil, l'étonnement des enfants de voir une ambulance du Maguen David Adom en plein milieu d'un champs. Après notre activité, nous reprenons la route pour arriver avant shabbat à Lyon Villeurbanne (69) où les Amis du MDA nous attendent. Arrivée sous la pluie à la synagogue de la rue Malherbe. La communauté nous offre un accueil chaleureux.

Jour 6 : 12.07.08 Le quartier de Villeurbanne où nous nous trouvons respire l'ambiance de shabbat. Jeunes, kippa sur la tête, moins jeunes, taliths sur les épaules se dirigent vers la synagogue. Le rabbin de la communauté parlera de la mission du MDA en Israël, juste avant de lire la Torah. Rendez-vous fixé avec les fidèles dans l'après-midi. Vers 19 heures, nous nous dirigeons en uniforme du MDA vers la synagogue. Nous en profitons pour parler avec les jeunes de la communauté qui sont dans la rue et les convaincre de venir, avec succès. Une cinquantaine de personnes seront présentes, dont bon nombre d'adolescents intéressés par le projet Yohai Porat.

Jour 7 : 13.07.08 Le 7e jour de notre tour de France présente un programme chargé. Petit-déjeuner avec les Amis du MDA Lyon, puis départ vers St Etienne pour la première des deux étapes de la journée. Les EI campent en pleine nature, dans les champs, ce qui entraîne l'embourbement de notre ambulance après un shabbat orageux. Heureusement, un fermier arrivera à temps avec son tracteur pour nous sortir de ce mauvais pas. Nous arrivons comme prévu dans le deuxième camp, où encore une fois la boue aura raison des roues de notre ambulance. Mais c'est sans compter sur la force des 110 éclaireurs qui nous poussent jusqu'à la route pavée. Nous arrivons au petit matin dans notre 6ème camp. Les festivités du 14 Juillet entraînent des densités de trafic dans le moindre petit village. Nous décidons de nous arrêter à Albi (12) pour profiter de cet événement.

Jour 8 : 14.07.08 Encore un réveil chez les EI. Encore des israéliens qui pensent qu'il y a une station du MDA près de Toulouse. Nous nous divisons en plusieurs groupes et continuons à parler de notre travail quotidien. Le hasard fait qu'un jeune enfant israélien témoigne d'un attentat vécu à Jérusalem. Poignant. Les secouristes partagent également leurs histoires, leurs émotions.

BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 10 -

L'équipe de la Caravane compte plusieurs instructeurs qui étaient présents sur le terrain lors des derniers attentats ayant frappé la capitale, Jérusalem. Les enfants comprennent la spécificité de nos missions, et leur importance d'un point de vue sioniste et juif. Nous nous séparons sur ces émotions partagées. Direction Rodez (33) pour y rencontrer l'Habonim Dror. Formation au bord d'une rivière, pour la première fois avec des habitants du village venant se mêler aux enfants du mouvement. Un badaud nous interpelle et désire discuter avec nous de la vie en Israël. Après une demi-heure, il repart satisfait d'avoir entendu une version qu'il n'avait pas l'habitude d'entendre. Nous formons également les futurs animateurs du Dror, qui auront bientôt sous leurs responsabilités des enfants. L'importance des quelques gestes que nous leur apprenons leur saute aux yeux. Ils prennent également conscience qu'en Israël, des jeunes de leurs âges sont déjà secouristes dans les ambulances du Maguen David Adom. Un tableau assez curieux se dessine. Les jeunes animateurs français d'un coté, les jeunes instructeurs israéliens de l'autre. Ils s'envient les uns pour les responsabilités concomitantes au fait de vivre dans un pays comme Israël, et de l'autre pour l'insouciance de la jeunesse en France.

Jour 9 : 15.07.08 Réveil à Toulouse. Nous partons tôt, car nous devons arriver à Bordeaux où nous rejoindrons la colonie Tikvatenou. Sur un parking, nous voyons un éléphant jetant de l'eau et comprenons que l'on peut y laver à grande eau notre ambulance. Magnifique pays qu'est la France où l'on peut utiliser de tels moyens. Il nous semble totalement inconcevable de rencontrer un tel site à Jérusalem ou Tel Aviv. C'est avec joie que nous en profitons. Notre ambulance resplendit de propreté sous le soleil de la ville rose. Avant de reprendre la route nous faisons halte dans le seul supermarché casher de la ville. La responsable rejoint la liste des personnes étonnées de voir une ambulance immatriculée en Israël. Son fils vit en Israël, sert sous notre drapeau, et connaît notre rôle dans la société israélienne. Elle nous réserve un accueil dont nous nous souviendrons longtemps. Au bord de l'autoroute, un jeune étudiant brandit un panneau « Bordeaux ». Nous sommes israéliens, et pour nous le « tremp » (auto-stop) est une pratique courante. Nous le prenons avec nous. Ses amis ne le croiront certainement pas lorsqu'il racontera qu'à Toulouse, une ambulance israélienne du Maguen David Adom l'a amené jusqu'à Bordeaux. Arrivée à Tikvatenou, où deux colonies du mouvement du consistoire de Paris nous attendent. L'anecdote veut que ce soit un ancien responsable du mouvement, Charles Galula, qui nous ait donné l'idée de la Caravane du MDA. Il est aujourd'hui Paramedic à la station régionale de Jérusalem. ■

ISRAELITE DE VILLEURBANNE


alliance 09-2008:alliance

■■■

25/09/08

13:26

Page 11

Regards croisés

LES JUIFS D’OUZBÉKISTAN Fredérik Vieh que nous avons déjà reçu au CIV continue ses voyages « sur les traces du judaïsme…. » Cet été, il a organisé ce voyage en Ouzbékistan et a eu la gentillesse de nous informer sur cette communauté ourquoi avons nous toujours tendance à ramener tout à l’Occident. Sommes-nous obligés de penser que la Route de la Soie part de l’Occident vers la Chine alors que c’est le contraire. Cela fait partie de notre imaginaire et parmi les mots qui font encore rêver on compte : L’Oxus (Amou-Daria), l’Iaxarte (Syr-Daria), la Bactriane, la Sogdiane, la Transoxiane, le Khorasan, Alexandre le Grand, Roxane, Tamerlan, la Route de la Soie….. Pour ressentir cette sensation de flirter avec les héros bibliques tel le Prophète Daniel ou avec les personnages des ‘’Mille et une nuits’’, il faut quelques fois flâner dans le quartier ‘’Boukharien’’ de Jérusalem où le passé et l’avenir se confondent. C’est principalement l’histoire du Rabbin Joseph Mamane, parti de Safed pour collecter des fonds au profit des quatre communautés de Terre Sainte. Il se donna pour mission de re judaïser les juifs Boukhariens. Mais celui qui parle encore le mieux de ce pays est sans doute Benjamin Ben David, dont les parents étaient nés à Boukhara. Son histoire est extraordinaire : né à Paris, avec quarante deux familles juives boukhariotes, résidant à Paris, il a pu échapper à la déportation en faisant croire aux allemands qu’ils faisaient partie d’une secte croyant à la loi de Moïse sans être sémite sur le plan racial. Après examen par des savants de l’Institut des recherches raciales à Berlin, la requête de la communauté fut agréée. Sauvé, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, il monta en Israël et vit aujourd’hui au Kibboutz Hanita. Un autre personnage nous relie Samarcande à Cordoue : Le poète Omar Hayyam, célèbre pour ces poèmes laudatifs ou ses libations au vin. Nous retrouvons ce grand genre de poésie dans les débuts de l’âge d’or d’Al Andalus, où l’on fréquente ainsi Khisdaï Ibn Chaprout, Dounach Ibn Lavrat, Schmuel Hanagid et Yéhouda Halévy. Après la dispersion des écoles babyloniennes, de nombreux juifs s’exilèrent dans différentes villes étapes de la Route de la Soie, notamment Khiva, Boukhara et Samarcande puis audelà jusqu’en Chine. Au XVIIIème siècle, les Jésuites qui rencontrèrent les Juifs de Kaifeng confirmèrent qu’un des rouleaux de Torah de cette communauté fut écrit sur une peau de mouton provenant de Boukhara. Bien des voyageurs juifs ou non-juifs ou des auteurs, d’Elkan Nathan Adler à Rudolf Lowenthal et même jusqu’à Itzkhaq Ben Zvi

P

Synagogue Séphardie de Tashkent ont relaté dans leurs écrits l’apport de la langue néo-perse dans les régions courant entre la Transoxiane, l’Afghanistan, l’Inde et les frontières de la Chine et plus particulièrement entre Samarcande et Boukhara.

Synagogue Machalla à Samarcande Ces deux grandes villes sont des étapes caravanières sur la Roue de la Soie.

Le rabbin devant la porte de la synagogue du Dome dit ‘’Michalla’’ à Samarcande

BULLETIN DU CONSISTOIRE

I. Rabinowitz déclare avec certitude que le Khorassan, englobant toute cette région jusqu’au milieu de l’Afghanistan actuel, est la ‘’Porte de la Chine’’. Des fouilles archéologiques ont permis de découvrir des pierres tombales confirmant ainsi la présence de Communautés Juives parlant le perse en Afghanistan entre 1150 et 1300 et il est fort probable que ces juifs parlant le perse prenaient la route de Khorassan par le Khorezm et le Turkestan. A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la Communauté Juive d’Ouzbékistan était divisée en deux parties : les Juifs Boukhariens et les Juifs aschkénazim venus de Russie et d’Europe Centrale. A cette époque, la majorité des Juifs d’Ouzbékistan vivait dans la capitale : Tachkent où se trouvent encore deux synagogues. Les autres sont répartis à Samarcande, Boukhara, dans la vallée de Fergana et quelques-uns éparpillés dans des petits bourgs et des villages. Après l’indépendance de ce pays en 1991, les Loubavitch se sont installés à Taschkent et y ont crée de facto un Grand Rabbinat d’Asie Centrale. Malgré tout l’indépendance ouzbéke suscita une grande vague d’alyah. Les Juifs de cette région du monde sont répartis dans les environs de Rehovot et de Jérusalem. En Israël, les coutumes et traditions des Juifs d’Asie Centrale sont préservées dans différents centres culturels et notamment au Beith Hatefutsot (Musée de la Diaspora) à Tel-Aviv. Les relations politiques, économiques et culturelles entre l’Ouzbékistan et Israël sont chaleureuses et cordiales. Chaque année, de nombreux israéliens partent se recueillir sur la Tombe du Prophète Daniel à Samarcande. L’historien Boris Normatov rappelle que : ‘’Les Juifs de Samarcande servent d’ambassadeur au mausolée de Daniel depuis de longues années’’. Pour ceux qui souhaitent visiter les Communautés Juives d’Ouzbékistan voici les coordonnées de l’organisateur du séjour : fviey@hotmail.fr Vous pouvez manger ‘’Kasher’’ à TashKent dans le restaurant ‘’Rachel’’, à Boukhara chez “Gricha” et à Samarcande chez “Nina”. Vous pourrez avoir leur adresse en demandant dans les synagogues de ces villes. ■ Bon voyage Frédéric Viey

- 11 - ISRAELITE DE VILLEURBANNE


alliance 09-2008:alliance

■■■

25/09/08

13:26

Page 12

Israël Notre Connexion…

L’ÉTUDE DU TALMUD ET LE SUCCÈS DE LA HIGH TECH ISRAÉLIENNE En Israël où il arrive le 22 juin pour une visite d’Etat, Nicolas Sarkozy pourrait faire de bien curieuses découvertes, tout comme l’importante délégation d’industriels menés par le Medef qui l’accompagnera. Catherine Dupeyron du journal Les Echos : “Si l’on en croit les propos tenus devant un groupe d’anciens HEC en Israël, début juin, l’étude du Talmud est l’une des clefs du succès de la high-tech israélienne. Une conclusion inattendue pour les esprits, plutôt cartésiens, du Groupe de développement international de l’école de commerce, qui compte 44 chefs d’entreprise, avocats, financiers ou cadres dirigeants de grands groupes comme Schneider Electric Industries… Voilà un an que leur visite a été décidée, avec un objectif apparemment simple : « Comprendre les clefs du succès d’une économie qui, en 2007, a connu une croissance de plus de 5 % », comme le rappelle le président du comité d’organisation

de cette mission, Salomon Mizrahi (HEC 1966). Or, lors de la soirée de clôture, réunissant des acteurs de premier plan de la high-tech israélienne, la vraie surprise est venue du professeur Joseph Bodenheimer. Ce scientifique en électro-optique, président du Collège de technologie de Jérusalem, a suivi un cursus associant études d’ingénierie et études bibliques. Un cursus qui lui a permis de rappeler qu’en Israël l’« enseignement est, entre autres, basé sur la tradition juive, qui constitue une approche très ésotérique des problèmes, conciliant différentes logiques sur un seul sujet ». Ainsi, le Talmud, commentaire sur la loi juive, contient une quarantaine de termes pour le seul mot « question ». Autant dire qu’il est le livre du questionnement par excellence,

y compris sur des sujets farfelus ou improbables. C’est ainsi que les rabbins, au IIe ou IIIe siècle, ont réfléchi aux lois applicables « à une tour volant dans l’air », ce qui est devenu les avions, ou bien au foetus transféré dans l’utérus d’une autre femme, autrement dit les mères porteuses. Résultat, « les scientifiques israéliens ont souvent des solutions à des problèmes qui n’existent pas encore »… affirme Nava Swersky Sofer, présidente de Yissum, société de transfert de technologies de l’université hébraïque de Jérusalem. Une situation qui, comme on peut l’imaginer, n’est pas toujours simple à gérer. Mais ouvre la voie à de nouvelles formes d’innovations technologiques”. ■

Une "liste française" se présentera aux municipales de Jérusalem.

l’occasion des municipales de novembre 2008. Le nom de la liste, qui a déjà été enregistrée comme association, porte un nom qui n’a rien de français: “Tah’les” qui veut dire “concrètement” en argot israélien. La composition de la liste est en cours de finition. La tête de liste n’a pas encore été choisie, mais les “fuites” laissent entendre qu’il y aurait une forte présence féminine. Selon “Kol Azman”, la liste française va notamment lutter contre le phénomène des

appartements-fantômes de la capitale israélienne. Il s’agit d’appartements qui sont achetés par de riches Juifs de la Diaspora et qui restent vides une grande partie de l’année, contribuant à la pénurie de logements à Jérusalem. L’idée d’une “liste française” a déjà circulé par le passé dans la capitale israélienne, mais c’est la première fois qu’une telle liste se présentera aux municipales de Jérusalem.■

Effervescence dans la communauté française de Jérusalem: des Français de la capitale israélienne ont décidé de se lancer dans la course pour la Mairie de Jérusalem. C’est le journal “Kol Azman” qui vient de lancer cette mini-bombe politique. Un groupe de FrancoIsraéliens est en train de préparer une liste qui se mesurera aux grands partis politiques à

ISRAEL MUSEE Numériser l'ensemble des manuscrits de la Mer Morte : un objectif de l'Autorité chargée des antiquités israéliennes. Des scientifiques américains et israéliens ont commencé à numériser l’ensemble des manuscrits de la Mer Morte. Considérés comme l’une des plus importantes découvertes archéologiques, il faudra près de cinq ans pour effectuer la totalité du travail. L’Autorité chargée des antiquités israéliennes a déclaré que des caméras spéciales étaient utilisées pour reproduire ces manuscrits, sans pour autant les abîmer. ■ Source: Guysen.International.News

Copyrights CATHERINE DUPEYRON (à Jérusalem)

TAJINE DE LÉGUMES AU POULET Un plat marocain typique qui égayera votre table. INGREDIENTS 4 petits navets 1 poulet fermier 4 petites courgettes 4 citrons confits 200 g de petits pois frais 4 tiges de coriandre fraîche 8 tomates cerises 4 gousses d’ail 1 pointe de paprika 1 botte de petits oignons 4 cuil. à soupe d'huile blancs d'arachide 4 petites carottes Sel, poivre

recette

PRÉPARATION (Pour 4 personnes) 1 - Coupez le poulet en morceaux. 2 - Lavez et séchez la coriandre. Coupez les citrons en quartiers. Pelez les oignons et les gousses d'ail. Lavez et coupez les courgettes en deux dans la longueur. Épluchez les carottes et les navets. Écossez les petits pois. 3 - Faites chauffer l'huile dans une cocotte. Faites-y dorer les morceaux de poulet. Quand ils sont colorés, retirez-les et remplacez-les par les oignons, les gousses d'ail, les carottes et les navets. Faites-les revenir en remuant cinq minutes à feu vif. 4 - Remettez le poulet dans la cocotte, salez et poivrez. Ajoutez le paprika, les petits pois et le citron. Mélangez. Versez 5 cl d'eau, couvrez et laissez cuire une heure à feu moyen. 5 - Ajoutez les courgettes et poursuivez la cuisson trente minutes. À la fin, ajoutez les tomates cerises. 6 - Servez chaud parsemé de feuilles de coriandre. Apport énergétique : 575 Kcal/personne Astuce.Vous pouvez aussi mijoter ce plat marocain dans un tajine, récipient en terre typique, mais évitez alors le feu vif. ■

BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 12 - ISRAELITE DE VILLEURBANNE


alliance 09-2008:alliance

■■■

25/09/08

13:26

Page 13

Israël Notre Connexion…

EAU - WATER ARC A DÉVELOPPÉ UNE TECHNOLOGIE QUI PERMET DE RECYCLER L’EAU UTILISÉE PAR LES MÉNAGES La société israélienne Water Arc a développé une technologie qui permet de recycler l’eau utilisée par les ménages. Cette solution unique pourrait permettre de réaliser d’importantes économies d’eau tant au niveau de l’environnement qu’au niveau des factures, et pourrait intéresser de nombreux pays. La nouvelle technologie proposée par Water Arc consiste à recycler l’eau des ménages qui s’écoule dans les canalisations. Cette technologie traite et fait suivre « l’eau grise » des eaux usées de la douche, des lavabos, ou des machines à laver. Cette

eau est nettoyée et redirigée vers les toilettes, ou le tuyau d’arrosage par exemple. Selon Ilan Katz de Water Arc, ce mécanisme peut permettre d’économiser environ 40% de l’eau des ménages. Ce qui se traduit par d’importantes économies sur la facture d’eau, mais aussi pour l’environnement. La technologie développée par Water Arc est unique selon le directeur général de la start-up, car l’eau est nettoyée avant d’être reproposée, ce qui n’est généralement pas le cas des autres solutions. De plus, si le traitement des eaux usées

s’applique généralement au niveau de la ville, ce mécanisme-ci s’installe dans les maisons. Cependant, cette nouvelle technologie présente tout de même deux inconvénients majeurs : son coût, 3000 dollars, qui peut constituer un barrage, et son installation qui ne peut être effectuée dans des infrastructures déjà construites. Water Arc est une start-up de 4 personnes basée à Haïfa et qui a été fondée cette année. Water Arc est soutenue par le Technion et des investisseurs. ■

VILLES JUMELÉES FRANCE/ISRAËL Une soixantaine de jumelages à ce jour se sont noués entre la France et Israël, favorisés depuis quelques années par la création du ”Forum Franco-israélien des jumelages et de la coopération décentralisée”, à l’initiative de son président M. Joël MERGUI. Voici la liste des villes jumelées : Antibes Eilat Antony Sdérot Aurec Schlomi Berck-sur-Mer Naharya Besançon Hadéra Béziers Meitar Bordeaux Ashdod Boulogne-Billancourt Raanana Briey Hazor-Haglilit Charenton le Pont Zichron-Yaacov Compiègne Kiryat-Tivon Créteil Kiryat-Yam Département Haute Garonne Haute Galilée Département du Nord Emek-Hayarden Dunkerque Kfar-Saba Fontenay-sous-BoisNescher Frejus Yavné Grand-Quevilly Ness-Ziona Grasse Pardes-Hana-Karkur Grenoble Rehovot Issy-les-MoulineauxNaharya La Française Kadima La Rochelle Akko Le Castelet Or-Akiva Lille Safed (Tsfat) Limoges Kiriyat-Mozkin

Lyon Beer Shéva Marseille Haïfa Metz Karmiel Meudon Mazkéret-Batia Montpellier Tibériade Montreuil Modi’in Mulhouse Guivataïm Nancy Kiryat-Shmona Neuilly-sur-Seine Savion Nîmes Rishon-Lézion Orléans Kiryat-Bialik Puteaux Gan-Yavné Rueil-MalmaisonKiryat-Malachi St-Amand-les-Eaux Dimona St-Etienne Nazareth-Elit Sarcelles Netanya Seyne-sur-Mer Ashkelon Soissons Arad Strasbourg Ramat-Gan Sucy-en-Brie Ofakim Suresnes Holon Tarascon Beit-Shéan Toulon Herzlya Toulouse Tel Aviv Tourcoing Lod Val-de-Reuil Meitar Vanves Rosh Haayin Villeurbanne Bat-Yam

BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 13 - ISRAELITE DE VILLEURBANNE

Source : Israel 21C et traduit par Guysen


alliance 09-2008:alliance

■■■

La

25/09/08

13:26

Page 14

culture dans tous ses Etats

LE PROCHAIN WOODY ALLEN AU FESTIVAL DE HAÏFA Le Festival International de Haïfa peut se targuer d’accueillir un illustre invité, lors de sa prochaine édition, le 14 octobre prochain. En effet, la présence d’un metteur en scène "responsable" de chefs-d’œuvre tels que Manhattan, Hannah et ses sœurs (oscar du meilleur scénario original en 1987), Annie Hall (Oscars du meilleur scénario original et meilleur film en 1978), Stardust Memories, Intérieurs, Zelig, Broadway Danny Rose, Comédie érotique d’une nuit d’été, La rose pourpre du Caire, Radio Days, September, Crimes et délits, Ombre et brouillard, Alice, etc. On pourrait en citer encore, tant la filmographie est impressionnante. Son nouveau film "Vicky Cristina Barcelona" (olé !) est interprété par des acteurs et actrices prestigieux – comme c’est la tradition avec Woody Allen – tels que Penelope Cruz, Scarlett Johansson, Javier Bardem ou encore Patricia Clarckson. Outre cette belle affiche annoncée, le Festival projettera plus de 170 films, dont une grande partie a déjà été présentée lors du dernier Festival de Cannes. Mais le long-métrage le plus attendu – en tout cas pour

C

nous - est celui qui a remporté la Palme d’Or, un documentaire français de Laurent Cantet (Ressources humaines, L’emploi du temps) consacré à la vie quotidienne des élèves d’un collège difficile de Paris. Son titre : Entre les Murs. Autres films attendus : Gomorra de Matteo Garrone qui a remporté le Grand Prix du Jury, Three Monkeys, film du turc Nuri Bilge Ceylan, vainqueur du prix du meilleur réalisateur Kornel Mundruczo. A noter l’adaptation, par le grand Paul Shrader, illustre scénariste, surtout connu pour Taxi Driver, Raging Bull et A Tombeau ouvert de Martin Scorsese, d’un livre israélien "Adam ressuscité" de Yoram Kaniuk, interprété par Jeff Goldblum, Derek Jacobi, Willem Dafoe et Ayelet Zurer.

GUILAD SHALIT

Enfin, un hommage au metteur en scène, auteur et acteur israélien, qui présentera son dernier film "It all begins at sea" (Tout commence à la mer). ■ par Raphael Aouate

LES ARABES D’ISRAËL. Un livre de Jacques Bendelac. L’auteur est installé depuis 1983 en Israel où il exerce les fonctions d’économiste, d’enseignant et de chercheur. Ses recherches actuelles portent particulièrement sur l’étude de la société civile israélienne Soixante ans après la création de l’Etat Juif, les Arabes d’Israël se trouvent encore dans une situation ambivalente. La société israélienne ne les a pas vraiment intégrés et eux-mêmes hésitent encore entre leur identité palestinienne et la citoyenneté israélienne. Portrait vivant et actuel des Arabes d’Israël, le livre est aussi une analyse de la situation des minorités religieuses et nationales dans un Etat à majorité juive. L’auteur s’attache à montrer comment les Arabes israéliens ont fait face aux grandes transformations de la société israélienne depuis sa création. Les différents chapitres de l’ouvrage s’articulent autour des différents aspects de la vie quotidienne des Arabes israéliens : la démographie, l’identité nationale, le vote communautaire, la société et la famille, l’économie et les modes de consommation, les villes, la culture, le cinéma et l’influence des médias.

Les populations arabes d’Israël sont diverses et leur identité confuse. Certains utilisent la démocratie israélienne pour améliorer leurs droits civiques, d’autres préfèrent rester à l’écart de la vie politique. La communauté arabe d’Israël hésite encore entre la préservation de ses structures traditionnelles et une ouverture à la société moderne. L’économie du secteur arabe en Israël a connu de profondes transformations mais elle reste encore à la traîne de l’économie israélienne. La majorité des Arabes d’Israël vit dans des localités exclusivement arabes dont le développement est freiné par une politique officielle d’aménagement du territoire qui donne la priorité aux régions à majorité juive. La communauté arabe en Israël a développé sa vie culturelle propre, mais la culture arabe exprime encore le statut minoritaire des Arabes israéliens et leurs affinités avec le monde musulman. Le dernier chapitre propose une comparaison avec les pays arabes de la région et permet de mieux cerner les progrès accomplis par les Arabes israéliens. Tous les indicateurs humains, économiques, sociaux et culturels, démontrent que, si les écarts entre Juifs et Arabes d’Israël restent profonds, les Arabes d’Israël ont une confortable longueur d’avance sur les Arabes des pays voisins. Paradoxalement, les Arabes d’Israël constituent une minorité qui a connu un développement humain rapide, mais qui hésite encore entre son intégration à la société israélienne et la tentation palestinienne. Source: www.autrement.com

Repas annuel de SOUCCOT notre repas communautaire se déroulera le dimanche 19 octobre à 19h30 les places étant limitées, merci de réserver au plus vite auprès du secrétariat 04 78 84 04 32

soyez nombreux à célébrer cette fête en famille ! BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 14 -

ISRAELITE DE VILLEURBANNE


alliance 09-2008:alliance

■■■

25/09/08

13:26

Page 15

L’actualité des Médias bloc

notes

LES MÉDIAS, POUVOIR INTOUCHABLE ? PAR IVAN RIOUFOL ter comme au-dessus des critiques. Pourtant, c'est bien un corporatisme absurde qui maintient la chape de plomb sur l'«affaire al-Dura». Dans Marianne, cette semaine, l'historien Elie Barnavi propose une commission d'enquête indépendante. Elle est devenue indispensable. Les amis d'Enderlin ne peuvent cautionner davantage un crime de lèse-majesté.

Exemples d'autoprotection Le pouvoir médiatique ne peut ainsi s'autoprotéger sans tomber dans l'arbitraire qu'il dénonce par ailleurs. Or ce travers revient assez régulièrement. Michel Legris, qui vient de nous quitter, en avait fait les frais après avoir dénoncé, en 1976, dans un livre à succès (Le Monde tel qu'il est, Plon), la politisation sournoise de cette «institution», mise au service de la gauche derrière un apparent équilibre journalistique. Pour avoir osé mettre en cause la prétendue rigueur du quotidien du soir, dont il avait démissionné en 1972, Legris allait devoir attendre 1985 avant de retrouver un employeur, avec L'Express. Le lynchage de Dominique Baudis, accusé sur la place publique, en 2003, pour des crimes inventés par des affabulateurs, n'a pas davantage conduit à l'autocritique des médias suiveurs. Sans parler du scandale d'Outreau. Quant au «Watergate français», promis par une meute aux trousses de Dominique de Villepin dans l'affaire Clearstream, il y a longtemps qu'il s'est effiloché. Le dossier aura pourtant mobilisé deux juges d'instruction parmi les plus en vue. Il est tellement vide concernant l'ancien premier ministre, mis en examen pour complicité de dénonciation calomnieuse, que le parquet a dû requérir un supplément d'information sur son implication présumée. Depuis, les multiples procureurs autoproclamés ont-ils émis des bémols sur leurs convictions de culpabilité ?

Nicolas Sarkozy derrière le jeu de chaises musicales dans l'audiovisuel. En réalité, cette affaire illustre surtout le nombrilisme de bien des médias, tentés de transformer leurs propres histoires en événements d'envergure. Le talentueux grand prêtre du «Journal de 20 heures», esprit libre et indépendant, ne méritait sûrement pas, après vingt et un ans de présence, une telle éviction brutale dont il s'est d'ailleurs plaint publiquement hier. Mais son départ ne justifie pas les effarements d'une caste criant au complot. Pour autant, si la droite a aussi dans l'idée de chercher à rééquilibrer la traditionnelle prééminence des «progressistes» dans la majorité des rédactions, elle n'en est pas blâmable. Les médias, chasse gardée de la gauche ?

Pensée unique Les «nonistes» irlandais, accusés par leurs médias (comme le furent les «nonistes» français) de ne rien comprendre à rien, seront-ils minoritaires à l'issue du référendum d'hier ? En France, cette pensée unique des «ouiistes» avait été rejetée par 55 % des électeurs…

Humour

Le Nouvel Observateur vient de publier un appel, soutenu par de talentueux confrères, dénonçant une «campagne obstinée et haineuse» contre Charles Enderlin, correspondant de France 2 à Jérusalem. Le texte reproche à «des individus» de contester la véracité d'un de ses reportages montrant Mohammed al-Doura, 12 ans, «tué par des tirs venus de la position israélienne le 30 septembre 2000 dans la bande de Gaza, lors d'un affrontement entre l'armée israélienne et des éléments armés palestiniens». Enderlin, journaliste infaillible ? La pétition suggère qu'un reporter, singulièrement dans une zone de conflit, ne saurait être jugé que par ses pairs : un esprit de corps qui a pour effet d'imposer une vérité, en décrédibilisant les contradicteurs. La presse soviétique procédait pareillement. Certes, les médias aiment mieux donner des leçons qu'en recevoir. Mais l'omerta sur la contestation de ces faits, qui ont eu de considérables répercussions au Proche-Orient, fait injure à la démocratie. La diffusion par France 2 de la mort de l'enfant auprès de son père blessé avait attisé la deuxième intifada. Deux réservistes israéliens allaient être lynchés par des Palestiniens. Ceux qui, devant une caméra vidéo, tranchèrent la tête du journaliste américain Daniel Pearl, en 2002 au Pakistan, avaient la photo de la scène. Elle ébranla des esprits aussi avisés que Catherine Nay : «La mort de Mohammed annule, efface celle de l'enfant juif, les mains en l'air devant les SS, dans le ghetto de Varsovie.» Or, des contre-enquêtes contredisent désormais cette version d'Enderlin, qui n'était pas sur place. C'est son cameraman palestinien, Talal Abou Rahma, militant du Fatah, qui a fourni les images en attribuant les tirs aux Israéliens. Depuis, des expertises font douter de cette thèse. Les rushes, qui montrent des Palestiniens mimant de fausses blessures, font dire également à Philippe Karsenty, directeur d'une agence de notation des médias, qu'il y a même «mise en scène» et «imposture» sur l'agonie filmée. Poursuivi pour diffamation, la cour d'appel de Paris vient de lui reconnaître son «droit de libre critique». Rien ne permet d'accuser Enderlin, professionnel visiblement estimé, de désinformation. Mais rien ne justifie de le présen-

L'ombre de Sarkozy ? Faudrait-il aussi comprendre l'annonce du départ de Patrick Poivre d'Arvor du journal de TF1 et son remplacement par Laurence Ferrari comme une reprise en main de la droite ? Cette analyse saugrenue semble pourtant acquise par des commentaires mimétiques qui veulent voir l'ombre de

BULLETIN DU CONSISTOIRE

- 15 - ISRAELITE DE VILLEURBANNE

juif Un demandeur d’emploi refuse un travail proposé par l’ANPE -« Vous ne pouvez pas le refuser sous peine de perdre vos indemnités ». -« impossible d’accepter ce travail » rétorque le chômeur, et je vais vous expliquer pourquoi. On m’a proposé un premier emploi à Viry et au bout d’un mois, j’ai été viré…. On m’a proposé un deuxième emploi à Lourdes et au bout de deux mois, j’ai été lourdé. On m’a ensuite proposé un emploi à Limoges et au bout de trois mois, j’ai été limogé. Et aujourd’hui vous me proposez un emploi à Castres…….


alliance 09-2008:alliance

25/09/08

13:26

Page 16

CULTUELLE

la page

Sefer hamichpa’ha MILOTH AMSELLEM Eyal HARFI Alone BARMITZVA BENHAMOU David-Eliahou CHOUKROUN Jérémy

9 Juillet 2008 27 Juillet 2008

11 août 2008 30 août 2008

MARIAGES M. HADJADJ Franck & Mlle IGNELOUADA Aurèlie Dimanche 6 Juillet 2008 M. JIMENEZ Jonathan & Mlle SAFRANI Rachel Jeudi 10 Juillet 2008 M. LAKOUM Thierry & Mlle BENCHETRIT Sylvie Dimanche 7 Septembre 2008 DÉCÉS AMSELLEM Aïcha-Fernande 14 Avril 2008 SEMHOUN Yehouda 25 Avril 2008 Père M. Emile SEMHOUN CHAFFANGEON, née Lévy Sarah 11 Mai 2008 KARSENTI Jean-Claude 17 Mai 2008 ASSAL Maurice 9 Juillet 2008 AMAR Rahma 14 Juillet 2008 ALEZRAA Sarah 26 Juillet 2008 ARFI Yvonne 28 Juillet 2008 AMSELLEM Israël 3 Août 2008 BATTEGAY Irène 16 Août 2008 HAMOUTH Joseph 1er Septembre 2008

Tichri 5769

HORAIRE DES OFFICES Lundi 29 septembre Veille de Roch Hachana Selihot : 5 h 30 suivi de chaharit et hatarat nedarim Allumage des bougies : 19 h 06 Minha : 18 h 45 suivi d’Arbit 1er jour de Roch Hachana Mardi 30 Septembre Chaharit : 7 h 30 Cours : 17 h 30 Minha : 18 h suivi de Tachlikh Arbit : 19 h 15 Allumage des bougies : 19 h 59 2e jour de Roch Hachana Mercredi 1er octobre Chaharit : 7 h 30 Lecture de Tehilim : 17 h 30 Minha : 18 h 30 suivi d’un cours jusqu’à la fin de Roch Hachana à 20 h 06 Jeudi 2 Octobre Jeûne de Guedalia Selihot : 5 h 30 Début du jeûne : 6 h 11 Minha à 18 h 30 suivi d’arbit Fin du jeûne : 19 h 56 Vendredi 3 Octobre Selihot : 5 h 30 Minha suivi de Chir hachirim : 18 h 30 Allumage des bougies : 19 h Samedi 4 Octobre «Chabbath chouva, parachat vayelekh » Chaharit : VATITPALEL : 8 h Cours : 17 h 30 Minha : 18 h 15 suivi de séouda chelichit et d’un cours Arbit : 20 h 01 Semaine du dimanche 5 octobre au mardi 7 octobre Selihot : 5 h 30 Minha à 18 h 45 suivi d’arbit Mercredi 8 octobre Veille de Yom Kippour Selihot : 5 h 30 suivi de hatarat nedarim Minha : 14 h Allumage des bougies : 18 h 50 Lekha-eli : 18 h 45 Jeudi 9 octobre Yom Kippour Chaharit : 7 h 30 Minha : 16 h Néila : 18 h 45 Fin de Yom Kippour : 19 h 51 Vendredi 10 octobre Vatitpalel : 6 h 30 Minha : 18 h 15 suivi de Chir Hachirim et d’Arbit Allumage des bougies : 18 h 45

Chabbath 11 octobre : parachat HAAZINOU Chaharit vatitpalel : 8 h Cours : 17 h 15 Minha : 18 h suivi de séouda chelichit et d’un cours de thora Sortie de Chabbath : 19 h 48 Lundi 13 octobre : veille de souccoth Chaharit vatitpalel : 6 h 30 Minha : 18 h 30 suivi d’arbit et kiddouch dans la souccah Allumage des bougies : 18 h 40 Mardi 14 octobre : 1er jour de souccoth Chaharit vatitpalel : 8 h 00 Cours : 17 h 45 Minha : 18 h 30 suivi d’arbit et kiddouche dans la souccah Allumage des bougies : 19 h 35 Mercredi 15 octobre : 2e jour de souccoth Chaharit vatitpalel : 8 h 00 Minha : 18 h 15 suivi d’un cours Sortie de yom tov : 19 h 41 Jeudi 16 octobre : hol hamoëd souccoth Chaharit vatitpalel : 6 h 30 Minha : 18 h 30 suivi d’arbit Vendredi 17 octobre : veille de chabbath hol hamoëd Chaharit vatitpalel : 6 h 30 Minha suivi d’arbit : 18 h 15 Allumage des bougies : 18 h 35 Chabbath 18 octobre : chabbath hol hamoëd Chaharit vatitpalel : 8 h Cours : 17 h 15 Minha suivi de séouda chelichit et d’un cours. Arbit : 19 h 37 Dimanche 19 octobre : hol hamoëd veille de Rochaana Rabba Chaharit vatitpalel : 7 h 15 Minha : 18 h 30 suivi de arbit Veillée de Rochaana Rabba à partir de 23 h Lundi 20 Octobre : Rochaana Rabba et veille de Chemini Atseret Chaharit vatitpalel : 6 h 15 Minha :18 h 15 suivi d’arbit Allumage des bougies : 18 h 30 Mercredi 21 octobre : 1er jour de Chemini Atseret Chaharit vatitpalel : 8 h - Cours : 17 h 30 Minha : 18 h suivi d’arbit et Simhat Thora Allumage des bougies : 19 h 30 Mercredi 22 octobre : 2e jour de Chemini Atseret « Simhat Thora » Chaharit : 8 h Minha : 18 h suivi de lecture de Kohelet Fin de la Fête : 19 h 29


alliance 09-2008:couv

alliance

25/09/08

13:28

Page 4

Chaque chose mérite salaire… Comme convenu au début de l’année, l’équipe d’animation, bénévole pour toutes les activités de la jeunesse au cours de l’année, a eu droit à son voyage à Paris. Départ jeudi 5h du matin, avec deux minibus direction Eurodisney : une journée de folie au royaume des enfants Jeudi soir hôtel et livraison de shawarma made in « L’as du Falafel » pour s’en mettre plein la panse ; petit verre pour ceux qui tenaient encore debout. Lendemain, réveil matinal, avec un départ pour un petitdéjeuner au pied de la Tour Eiffel avant le retour. Deux jours intenses et fatigants pour des animateurs comblés et une année finie en beauté. A l’année prochaine pour de nouvelles aventures.


alliance 09-2008:couv

alliance

25/09/08

13:27

Page 1

&(+8djghIdahid‰ +.&%%K^aaZjgWVccZ I‚a#%)(,)(&+&+

oSF.BJTPOEF3FUSBJUF+VJWFEFMBSnHJPO 8ÉZhijcZbV^hdcYZgZigV^iZXdck^k^VaZZigV[Òc‚ZVkZXaV\VgVci^ZYjgZheZXiYj_jYV‰hbZ/ 3aVXVX]ZgdjihdjhXdcigaZYj7Zi]9^cg‚\^dcVa! 3aZ8]VWWVi! 3aZgni]bZYZaÉVcc‚Z_j^kZ!VkZXhdcXnXaZ!hZh[„iZh!hZhXdbb‚bdgVi^dch# 67Zi]H‚kV!X]VXjcigdjkZhVeaVXZhZadchdcYZ\g‚YÉdWhZgkVcXZZihdca^WgZVgW^igZ#

%FTnRVJQFNFOUTBEBQUnT

1PVSWPUSFTBOUn ™B‚YZX^c\‚g^VigZ! ™>cÒgb^ƒgZh!V^YZhhd^\cVciZhY^eab‚Zh! ™A^ihb‚Y^XVa^h‚h!VeeZah"bVaVYZh! ™HVaaZYZ`^c‚h^i]‚gVe^Z‚fj^e‚Z!dgi]de]dc^hiZ ™JcZVhh^hiVcXZb‚Y^XVaZVYVei‚ZVjeajh]Vji YZ\g‚YZY‚eZcYVcXZ! ™7Vac‚di]‚gVe^Z#

1PVSWPUSFCJFOpUSFRVPUJEJFO 8]VfjZX]VbWgZ^cY^k^YjZaaZVjmcdgbZh»]VcY^" XVe‚¼ZhiZci^ƒgZbZci‚fj^e‚ZVkZXYjbdW^a^Zg YZ]VjihiVcY^c\#:aaZZhiYdi‚ZYZhVhVaaZYÉZVj eg^k‚ZV^ch^fjZYÉjcZa^\cZi‚a‚e]dc^fjZZi YÉjcZeg^hZIK#AɂiVWa^hhZbZci ZhiZci^ƒgZbZciXa^bVi^h‚#AVXj^h^cZYZfjVa^i‚ Zhieg‚eVg‚ZhjgeaVXZeVgcdigZ8]Z[# 

™HncV\d\jZ! ™B^c^higZd[ÒX^Vci! ™7^Wa^di]ƒfjZXjaijZaaZ#

1PVSWPTMPJTJST ™:heVXZi‚a‚k^h^dc!Xd^cX]Zb^c‚Z! ™7^Wa^di]ƒfjZ!VXXƒh>ciZgcZi! LZW8Vb!=dbZ8^c‚bV! ™6\g‚VWaZhVaaZYZgZhiVjgVci djkZgiZhjgaZ_VgY^cVb‚cV\‚! ™IZggVhhZ!

7Zi]H‚kV!G‚h^YZcXZb‚Y^XVa^h‚Z!XdcjZYVchaZgZheZXiYj_jYV‰hbZVkZXjcZhjgkZ^aaVcXZ b‚Y^XVaZXdchiVciZ!YZhVXi^k^i‚hfjdi^Y^ZccZh!jcbVm^bjbYZXdc[dgi!Zihjgidji

7ZVjXdjeYÉViiZci^dcYVchjcXVYgZida‚gVciZidjkZgi

Alliance Tichri 2008  

Journal trimestriel de la communauté juive de Villeurbanne

Advertisement