Page 1

Me HUBERT ST-ONGE avocat

(ex-militaire)

• Divorce • Séparation • Garde d’enfants et pensions alimentaires

• Droit criminel 1RE CONSULTATION

Dr Mathieu Bergeron Dr Charles Veilleux

GRATUITE

Ou

s on

uy pp

Adsum, Garnison Valcartier, CP 1000, succ. Forces, Courcelette (QC) G0A 4Z0. N convention : 40012192

Su p

UN SUCCÈS INÉGALÉ Les organisateurs de la Criée d’automne 2007 étaient fiers de dévoiler un chèque de 186 284$ qui sera versé en totalité au Centre de la famille de Valcartier. C’est toute la communauté qui en profitera puisque cet argent servira à bonifier les services du CFV. (Voir texte en page 3) - Photo : Cpl F. Charest, Imagerie Grn Va

Blessure de stress opérationnel : de l’aide facilement accessible Article en p. 8

Pirates, princesses et super héros d’Halloween, les voici!

Six militaires de Valcartier en Inde pour les Jeux mondiaux militaires

Tél.: 847-9821

es up ro

LE MERCREDI 7 NOVEMBRE 2007

st no

po rt

o

SEMAINE DES ANCIENS COMBATTANTS

CANEX

844-2056

1316, rue Circé Val-Bélair

rT roo ps

A

Chirurgiens dentistes

Photos en p. 14 & 15

Article en p. 25

Nos militaires qui participent à la mission internationale en Afghanistan poursuivent une tradition transmise par les anciens combattants canadiens qui ont défendu la paix, la liberté et les valeurs humaines dans le monde entier. N’oublions pas. Portrait de deux hommes qui ont combattu pour le Canada, dans des contextes bien différents p. 4

LIQUIDATION DES MODÈLES 2007

484, Côte Joyeuse, St-Raymond 337.2234 418.3 Sans Frais 1 877 337-2234 www.hyundaistraymond.com

ELANTRA Le concessionnaire

Hyundai qui vous en donne plus

0%

INTÉRÊT à l’achat Toutes les marques de commerce sont la propriété de Hyundai Auto Canada Corp.

SANTA FE

Ouvert le samedi jusqu’à 15h


Page 2 / Adsum / 7 novembre 2007


186 000$ pour le Centre de la famille de Valcartier Par Simon Baillargeon Journal Adsum

L a Criée d’automne a remporté son plus grand succès depuis la mise sur pied de l’événement avec un grand total de 186 000 dollars récoltés au p ro f i t d u C e n t re d e l a f a m i l l e d e Valcartier (CFV). Les orr ganisateurs ont pu compter sur la présence du premier ministre Stephen Harper qui est venu encoura a ger les familles des soldats déployés en Afghanistan. M. Harper a tenu à souligner l’importance de l’appui de ces familles pour le moral des troupes. «Les parents, les conjoints et les enfants de nos soldats sont aussi des héros, au même titre que les hommes et les femmes de nos armées qui servent outre-mer», at-il dit. «Cette mission serait tout simplement impossible sans votre soutien», a ajouté le premier ministre Harper en s’adressant aux familles. À la suite de son discours, il a aussi pris quelques instants pour saluer et discuter avec des épouses, parents et enfants de soldats en mission en Afghanistan. MISSION ACCOMPLIE

Les responsables de la quatrième édition de la Criée d’automne peuvent dire mission accomplie. La soirée, qui constitue la plus importante collecte de fonds pour le CFV, aura finalement été couronnée de

succès, avec la participation de 570 invités et gens d’affaires à un encan silencieux ainsi qu’à un encan crié. «L’encan silencieux et l’encan crié ont mieux marché que les autres années», a indiqué Dany St-Laurent, agent d’information pour le CFV, pour expliquer la réussite de la soirée. «La notoriété de l’événement est là. La venue du premier ministre est la confirmation qu’il s’agit d’un événement d’envergure», a-t-il ajouté. L’argent ramassé servira principalement à poursuivre l’amélioration des services offerts par le CFV, qui en ont bien besoin depuis le départ de près de 2000 militaires. «Depuis que les soldats de Valcartier sont partis en Afghanistan cet été, on reçoit environ 2000 appels par mois», a souligné Marie-Claude Michaud, directrice du CFV. Avec l’argent recueilli, de nouveaux services pourraient voir le jour comme la création d’un DVD pour les adolescents qui doivent vivre le retour d’un père ou d’une mère. «Ils ne reconnaissent pas leur père ou leur mère lorsque ceux-ci reviennent de mission», a-t-elle précisé. L’une des épouse rencontrée par le premier ministre Harper a d’ailleurs tenu à remercier le CFV pour tout le travail qu’ils accomplissent pour les familles. «Je trouve ça formiable de sentir qu’ils sont là. Ils font beaucoup pour nous», a mentionné Véronique Lemieux, épouse d’un militaire

L’heureux gagnant de la moto de style chopper, M. François Cyr de Québec.

Le premier ministre Stephen Harper a pris le temps rencontrer épouse et enfant de soldats en mission en Afghanistan.

en mission présentement. Une opinion grandement partagée par sa fille, Mia Caron, qui est bien contente de pouvoir envoyer des lettres à son père ainsi que des cadeaux pour les enfants afghans. En tout, près d’une cinquantaine d’objets venant d’aussi loin que la Norvège, Haïti et l’Afghanistan étaient mis à l’encan. Plusieurs ambassades ont aussi participé en fournissant des objets pour l’encan. «Les gens ont répondu spontanément à notre appel», a conclu Mme Michaud. Les organisateurs de la soirée donnent donc rendez-vous aux gens dans deux ans, puisque la prochaine Criée d’automne aura - Photos : cpl Charest, Ima Grn Valcartier lieu au mois d’octobre Un acrobate en met plein la vue lors d’un des nombreux spectacles présen2009. tés au cours de la soirée.

MESSE DU SOUVENIR

Un hommage des plus émouvants Par le bureau des affaires publiques 35e Groupe-brigade du Canada

Cette liste n’inclut pas les parades qui se tiendront dans la région couverte par les garnisons de Saint-Jean et de Montréal. Dates

Formations/Unités

4 novembre

5 RGC

4 novembre 10 novembre 11 novembre 11 novembre 11 novembre 11 novembre 11 novembre 11 novembre 11 novembre 11 novembre 11 novembre 11 novembre 11 novembre

11 novembre

Endroit

Sainte-Marie-de-Beauce, rue Principale 713 comms Beauport 101 rue du manège 5 RALC Montmagny, au coin des rues Saint-Jean-Baptiste et de la Fabrique 6 R22eR Drummondville, au coin des rues Lindsay et Marchand 5 Amb C Charny QGET Victoriaville, au centreville 12 RBC/ 62 RAC Trois-Rivières, à l’angle des rues Notre-Dame et des Casernes 5 RALC Blainville 1 R22eR Loretteville e 2 R22 R Québec, centre-ville, Croix de Vimy 3 R22eR Saint-George-deBeauce, 1600 1re rue Ouest 430 ETAH Valcartier HMCS D’Iberville Rimouski, coin Cathédrale et SaintGermain Hussars/Fus Sherbrooke/52 Med/714 Comms Sherbrooke, au coin des rues King et Wellington Voltigeurs de Québec Place Georges V, face au MMVQ

7 novembre 2007 / Adsum / Page 3

C’est dans une atmosphère empreinte d’émotion que s’est déroulée la Messe du Souvenir, le dimanche 4 novembre à la Basilique-cathédrale Notre-Dame-de-Québec. Pour l’occasion, le 35 e Groupe-brigade du Canada (35 GBC) présentait une messeconcert visant à honorer les anciens et nouveaux vétérans canadiens. La Messe Mystique no 1 du capitaine Paul Saccà a été interprétée par l’ensemble vocal Mozaïk sous la direction de M. Luc Létourneau en plus de la présence de 26 musiciens du 35 GBC répondant aux commandes du major Alain Pineault. En plus d’une musique d’un niveau relevé, le public nombreux a eu droit à quelques présentations qui ont soulevé les émotions dans des moments forts touchants. Ainsi, l’organiste-compositrice Édith Beaulieu a remis officiellement la partition de sa composition dédiée aux vétérans canadiens, le Carillon sur «Ô Canada», à deux vétérans qui l’ont reçue au nom de leurs confrères avant de se rendre à la tribune pour faire tonner le grand Casavant de quatre claviers dans la création officielle de son œuvre. Peu avant, la jeune Sandrine Renaud avait rendu hommage à son arrière grand-père, M. Jospeh Renaud, un vétéran de la Première Guerre mondiale, par la lecture d’un poème envoûtant, accompagnée d’autres enfants qui ont offert des fleurs aux vétérans assis

dans l’assistance au son d’un Amazing Grace soutenu par le cornemuseur Michel-Éric Castonguay (major à la retraite) qui a amené les fidèles au comble de l’émotion. Dans son allocution, le padré lieutenant (V) Michel Dubé a souligné l’apport de l’Association du e Royal 22 Régiment, du ministère des A n c i e n s Combattants et du 35 GBC pour leur contribution à un événement dont plusieurs ont souhaité qu’il devienne une tradition. «Dans une société en mal de héros, il L’organiste-compositrice Édith Beaulieu a remis officiellement la partition d’une importe de rappe- pièce dédiée aux vétérans canadiens qui fut ensuite créée en première mondiale ler à tous qu’il existe, sur les grandes orgues de la Basilique-cathédrale. ici même, des gens dont le courage et la détermination ont changé d’hui leurs traces et laisseront aussi leur marla face de l’humanité», a expliqué le capitaine que dans l’histoire.» Saccà. «De nouveaux héros suivent aujour-

Les parades du jour du Souvenir


À

l’occasion de la Semaine des anciens combattants qui se tient du 5 au 11 novembre et à quatre jours du jour du Souvenir, le journal Adsum trace le portrait de deux vétérans de la guerre. D’un côté, Aimé Michaud, adjudant à la retraite qui a participé à la guerre de Corée. De l’autre, le caporal Jean-René D’amours, un nouveau «jeune» vétéran de l’Afghanistan. Portrait de deux hommes qui ont combattu pour le Canada, dans des contextes bien différents. CAPORAL JEAN-RENÉ D’AMOURS

Guerre de Corée : Aimé Nouveau Michaud se souvient «jeune» vétéran

Page 4 / Adsum / 7 novembre 2007

Par Simon Baillargeon Journal Adsum

Lorsqu’on lui parle du jour du Souvenir, la gorge de l’adjudant à la retraite Aimé Michaud e . Vétéran de la guerre se noue de Corée, il a combattu pour le 2 e B ataillon du Royal 22 e R égiment de 1951 à 1953 et a u r a s e rv i 2 5 a n s p o u r l e s forces armées. Portrait d’un homme qui se souvv ient. Le jour du Souvenir est une journée des plus importantes pour Aimé Michaud. Elle représente à la fois le bonheur et le malheur. La fierté et la peine. «Le 11 novembre c’est triste pour moi parce que je revois tous les souvenirs qui me reviennent. Je pense à tous mes amis qui sont décédés et qui se sont enrôlés avec moi», confie M. Michaud avec beaucoup d’émotion. Malgré tout, M. Michaud voit une grande fierté dans les com- L’adjudant Michaud se rappelle les souvenirs de son service en Corée. mémorations entourant le 11 les attendre lors du débarquement. «J’ai trouvé ça un novembre. «Peu importe la température, la neige ou la peu dur parce que je ne savais pas qu’est-ce qui nous pluie, on est tout le temps fier en parade. On se garde le attendait, où on débarquait ni pourquoi», relate corps droit. On marche comme des jeunes de 20 ans», M. Michaud. dit-il avec le sourire en coin. Avec le reste du bataillon, il voyage ensuite dans le LE PARCOURS DU COMBATTANT pays à bord de camions et de chars jusqu’à la ligne de Natif du Nouveau-Brunswick, M. Michaud est arrivé au feu pour remplacer le premier bataillon. Il était le numéro Québec avec ses parents ainsi que ses 11 frères et sœurs un sur le mortier, c’est-à-dire qu’il s’occupait de calculer en 1930. Déjà à 14 ans, il doit gagner sa vie pour aider les distances et de faire en sorte que les obus atteignent sa famille. L’hiver, il travaille dans les bois et l’été, il traleur cible. vaille avec son frère Jean-Paul, 15 ans, sur les bateaux. Le 23 octobre 1952, Aimé Michaud est blessé par Son premier contact avec l’armée, il le vit alors qu’il des éclats d’obus à la jambe, au bras gauche ainsi qu’à demeure en ville près de la Citadelle avec ses parents. la bouche. Il est alors transporté vers un centre médical «Je voyais le Royal 22e Régiment et on entendait touoù il reçoit des soins de base puis il est transféré vers un jours parler que c’était un régiment fier et qui représencentre médical norvégien plus complet afin d’y recevoir tait les Québécois», explique-t-il. Il décide alors de s’enles traitements adéquats. rôler en 1951, à l’âge de 20 ans pour le premier bataillon Après 15 jours de convalescence, Aimé Michaud comme parachutiste. demande à retourner avec son groupe sur la ligne de feu. Lorsque leur entraînement était terminé et que les solOn lui fournit un nouvel équipement et on le conduit à dats étaient parés à quitter, ils bénéficiaient d’un congé environ trois kilomètres de la ligne de feu, d’où il doit de trois jours appelé la «passe de Dieu», qui permetmarcher le reste afin de rejoindre ses compagnons. «J’ai tait aux militaires de saluer parents et amis une dernière continué comme ça jusqu’à la fin, en 1953», relate-t-il. fois avant de quitter. «Ça s’appelait la “passe de Dieu” Il apprendra que la guerre est terminée alors qu’il se parce qu’il y avait un pourcentage qui ne revenait pas trouve sur le bateau sur le chemin du retour. parmi les militaires», se souvient-il. Au cours de ce congé, LES SERVICES : RIEN DE COMPARABLE À AUJOURD’HUI il avait d’ailleurs fait la promesse à sa mère qu’il ne serait jamais fait prisonnier et qu’il allait aller jusqu’au bout. Lorsqu’il raconte son expérience au front, M. Michaud montre un important contraste avec les services qui sont LE GRAND DÉPART offerts aujourd’hui aux soldats déployés. À titre d’exemAu mois de mars 1951, c’est le grand départ. Après un ple, il cite le moment où il fut blessé par des éclats d’obus. voyage en train et par bateau, il arrive finalement en Ses parents ont reçu un télégramme rapportant que leur Corée. Il avoue avoir trouvé cette expérience quelque fils avait été blessé par un mortier à la jambe et au peu difficile, car il n’avait aucune idée de ce qui pouvait bras gauche et que d’autres renseignements suivraient. Les seuls autres renseignements qui leur parviendront arriveront 60 jours plus tard de la part de leur fils. Les services offerts au front étaient eux aussi peu nombreux. Les douches étaient rares tout comme les possibilités d’amusement ou de distraction. La nourriture au front se constituait des rations américaines datant de la 2e Guerre mondiale. «On s’organisait. On n’avait pas de Tim Horton en plus». De plus, rien n’était prévu pour le retour au pays des soldats. Il a obtenu deux mois de congé, mais ne pouvait bénéficier d’aucun soutien moral. Cependant, il est très reconnaissant envers les anciens combattants, qui l’ont épaulé à son retour. «Je leur lève mon chapeau. C’est des gens qui se donnent à 100%, qui m’ont bien traité»,convient-il. Même si rien n’a été facile pour lui là-bas et qu’il a perdu des amis, M. Michaud dit qu’il n’y changerait rien. «Si c’était à recommencer, je retournerais», jure-t-il. Le Outre le télégramme reçu par ses parents, il s’agit de la seule 11 novembre, vous pourrez compter sur l’adjudant retraité nouvelle disponible sur les blessures d’Aimé Michaud qui a été Aimé Michaud pour être présent à la parade, le dos bien publiée dans Le Soleil. - Photo : Simon Baillargeon, journal Adsum droit et la tête haute.

Par Simon Baillargeon Journal Adsum

R evenu de l’Afghanistan le 29 juillet dernier, le caporal Jean-René D’amours du 1er Bataillon du Royal 22e Régiment, compagnie C, est déjà, à 38 ans, un vétéran des Forces canadiennes. Pour lui, le jour du S ouvenir permet de reconnaître le travail accompli par les vétérans des autres guerres dans des condii tions qui n’étaient pas toujours idéales. «J’ai beaucoup de respect pour ces gens-là qui ont vécu la vraie guerre», dit-il à propos des vétérans comme Aimé Michaud (voir autre texte). «À quelques occasions en Afghanistan, j’ai pu ressentir ce qu’ils pouvaient eux-mêmes ressentir», explique le caporal D’amours. Il est bien conscient que les circonstances et les moyens mis à la disposition des soldats en temps de guerre ont bien évolué et que les conditions dans lesquelles ils évoluent aujourd’hui sont meilleures qu’autrefois. «Eux autres, en étant dans des moins bonnes conditions que nous, avec l’équipement désuet qu’ils avaient, je les admire encore plus», admet-il.

DE BOUCHER À SOLDAT

Le caporal D’amours a joint les forces armées il y a cinq ans, à l’âge de 33 ans. Il quitte son métier de boucher qu’il exerce depuis 12 ans pour le défi qu’impose le métier de soldat. «J’avais besoin d’aventure, de défis et étant assez en forme, ça ne me faisait pas peur», assure-t-il. Même si le type de mission auquel le Canada participe en Afghanistan est différent des autres missions de paix menées avec l’ONU, le caporal D’amours ne s’en est pas formalisé outre mesure. «C’est sur que ça fait réfléchir un peu. Mais c’est à nous d’accomplir ce genre de mission-là. Ça fait partie du travail, c’est comme ça», indique-t-il. UN NOËL AFGHAN

Le 4 décembre, le caporal D’amours s’envole pour accomplir sa mission de huit mois. Avec la compagnie C, il fait partie d’une patrouille de base avancée aux camps Wilson et Nathan Smith, situé à environ 30 kilomètres à l’ouest de Kandahar. Le soir du 25 décembre, les militaires ont passé Noël à leur camp, ce qui n’a pas été facile pour eux. «Pour cette journée-là, ils nous avaient fait de la dinde, au lieu des rations habituelles», souligne-t-il. Les temps ont changé depuis la guerre de Corée et les services fournis aux soldats aussi. Internet, téléphone, envoi de colis postaux, gymnase pour s’entraîner, cafétéria, rien n’est oublié pour donner un certain confort aux soldats. Avant de renter au pays, le caporal D’amours est passé par le centre de décompression situé à Chypre, un séjour de trois jours qu’il a bien apprécié et qui prépare le retour à la maison. «Ça permet aux gars de laisser aller tout ce qu’ils ont accumulé pendant huit mois», explique-t-il. Le caporal D’amours est à peine revenu de mission depuis quelques mois qu’il pense déjà à la prochaine. En 2009, il souhaite se retrouver parmi ceux qui retourneront en Afghanistan poursuivre le travail débuté par les autres vétérans.


Dévoilement du logo du 100e anniversaire Par le major Jean F. Lacombe Major régimentaire à la Citadelle de Québec

Caporal Alain Boudreau, du 2 R22 R, et caporal Patrick Tessier, du 1 R22eR e

- Photo : Sgt S Noiseux

Les tireurs d’élite du Royal 22e Régiment rencontrent leurs pairs et raflent la plupart des trophées Par le sergent Steve Noiseux Responsable des tireurs d’élite, 2e Bataillon, Royal 22e Régiment Le 10 septembre, cinq tireurs d’élite de la brigade se sont rendus à Gagetown pour la 11e concentration de tireur d’élite des Forces canadiennes. Il y avait trois membres du 2e Bataillon, Royal 22e Régiment (2 R22eR) et deux membres du 1er Bataillon, Royal 22e Régiment ainsi que des représentants de 11 pays dont les États-Unis, la France, l’Allemagne et la NouvelleZélande. Plusieurs de ces pays avaient envoyé des membres de leurs forces spéciales. Il y avait aussi des tireurs des groupes tactiques

d’intervention de la police de Montréal, Halifax, Vancouver et de la Sûreté du Québec. Les Forces canadiennes étaient représentées par sept des neuf bataillons réguliers. La concentration est le lieu idéal pour discuter des différents équipements et techniques avec nos alliés et bien sûr de s’affronter au travers différents types d’exercices. Il y a eu le «stalking» qui se déroule comme une vraie mission en opération, c’est-à-dire avec la procédure de combat complète. Dans ce type d’exercice, la géomatique est très appréciée tout comme les hélicoptères pour les déplacements vers la zone d’opération. Plusieurs exercices de tir se sont déroulés avec l’arme du numéro 1 et du numéro 2 ainsi

Le 20 octobre dernier au Campus Fort SaintJean, le major-général à la retraite Pierre Daigle a procédé au dévoilement officiel du logo du 100 e anniversaire du Royal 22e Régiment devant plus de 500 invités réunis pour le 93e anniversaire du régiment. M. Daigle est le président du Comité de gouvernance du 100e anniversaire. Lancé le 3 novembre 2006, le concours, qui s’est terminé le 19 janvier, a permis à 16 participants de la grande communauté régimentaire, âgés de 15 à 76 ans, de nous soumettre 40 propositions. À cet effet, le comité de sélection s’est réuni le 9 février pour sélectionner le logo. Nous tenons vivement à remercier tous les participants et avons été à même de constater leur esprit créatif. Nous sommes heureux de vous informer des gagnants et réitérons toutes nos félicitations. qu’avec le pistolet en milieux urbain, rural et de nuit. De plus, nous avons effectué du tir de longue distance avec la .50 et du tir en situation de stress qui exige beaucoup des tireurs aux plans du cardiovasculaire, de la précision, de l’observation et de la technique. En effet, ce tir se déroule en zone urbaine, ce qui demande aux tireurs de se déplacer à la course entre les édifices. De plus, ils doivent grimper sur des toits, pénétrer dans des points d’entrée au deuxième étage et ramper dans des égouts, dans un environnement composé de fumée, d’explosions et de musique. Finalement, le 20 septembre, dernier jour de la concentration, avait lieu un champ de

Le logo du 100e anniversaire du Royal 22e Régiment.

Premier prix : le major Maurice Poitras Deuxième prix : le sergent (ret) Aimé Jean et le soldat (ret) Laval Robitaille

Troisième prix : le capitaine (ret) Robert Pelley Vous pouvez vous procurer l’épinglette du 100e anniversaire du régiment au coût de 2$ par l’entremise du magasin régimentaire et de ses succursales situées à Valcartier, à Drummondville, à SaintHyacinthe et à Laval.

tir où les tireurs ont échangé leurs armes et équipements afin d’essayer ce que nos alliés possèdent. La journée a pris fin avec un souper pendant lequel les prix ont été remis. Ce souper a été celui du Royal 22 e Régiment car le 2e Bataillon a remporté la première position en équipe et le 1er Bataillon a obtenu la 2e position. Le trophée du meilleur tireur numéro 1 a été attribué au 2e Bataillon et celui du meilleur tireur numéro 2 est allé au 1er Bataillon. Seulement deux trophées nous ont échappé. Il s’agit du pistolet 9 mm que la police de Montréal a gagné et du tir à longue distance gagné par les US Rangers.

Depuis 19 ans à votre service

RABAIS 15%* sur articles au prix régulier POUR LES MILITAIRES & LES MEMBRES PSL

Skis alpins

*Sur présentation de votre carte

Actys 100

ENSEMBLE DE SKI DE FOND ADULTES Skis - Bottes - Fixations

Fixations incluses

299

00$

À partir de

rég. 499,99$

249.99$ Vêtements : CRAFT – PEARL IZUMI – SUGOÏ

Aiguisage et cirage Spécial sur les skis et 99$ 99$

19

29,99$

Jusqu’au 15 novembre 2007

Avec la technologie 3695, de l’Hêtrière, Saint-Augustin

877-4018

14.99$ STRUCTURE DE BASE

24.99$ Dépositaire :

7 novembre 2007 / Adsum / Page 5

les planches à neige

PRÉPARATION DE SKIS DE FOND


EXERCICE WINGED WARRIOR 36e année, No 11, mercredi 7 novembre 2007

Le journal Adsum est une publication non officielle publiée un mercredi sur deux avec la permission du Commandant du 5e Groupe de soutien de secteur. Les opinions et les points de vue exprimés dans ce journal ne sont pas nécessairement ceux du MDN, des FC et de l’ASPFC / Personnel des FNP. Le journal Adsum informe la communauté militaire de la garnison et de la grande région de Québec depuis 1972. Notre publication constitue l’un des principaux outils de communication interne de l’Armée au Québec. C’est un moyen privilégié pour le Secteur du Québec de la Force terrestre (SQFT) de communiquer avec son personnel et les familles. Les succès, les intérêts et les préoccupations de la grande équipe du SQFT, voilà la matière avec laquelle est bâti l’Adsum. Tirage : 7500 copies Éditeur Col Karen Ritchie, cmdt 5 GSS Rédactrice en chef Caroline Charest, poste 5672 charest.c@forces.gc.ca Conseiller militaire Lt Ginette Champagne, poste 7641 Journaliste Simon Baillargeon, poste 6656 baillargeon.sb@forces.gc.ca Conseillère en publicité Ginette Demers, 871-1274 gdemers@videotron.ca Responsable petites annonces et comptabilité Nathalie Nadeau poste 5598 nadeau.n2@forces.gc.ca Infographe Josée Lessard poste 6656 production_journalvalcartier@videotron.ca Imprimerie Les Presses du Fleuve

Toute correspondance doit être adressée à la rédactrice en chef. Les demandes de publication doivent être acheminées par courrier électronique à +adsum@forces.gc.ca. Soumettre les textes en format Word et les photos en jpg. La rédactrice en chef se réserve le droit de rejeter ou de modifier tout matériel rédactionnel ou publicitaire. Les auteurs des textes ne seront pas nécessairement avisés des modifications apportées à leurs textes. Les articles publiés dans ce journal sont la propriété de l’Adsum et ne pourront être publiés, utilisés ou reproduits sans l’autorisation de la rédactrice en chef ou de l’auteur. Le journal Adsum est une entité des Programmes de soutien du personnel (PSP) et est financé en grande partie par les fonds non publics. Les revenus générés par les annonces publicitaires contribuent en majeure partie au financement du journal. Nous vous remercions d’encourager nos annonceurs.

Les meilleurs pilotes au pays à l’entraînement Par Simon Baillargeon Journal Adsum L es meilleurs pilotes d’hélicoptères du Canada étaient réunis du 22 au 21 octobre dernier afin de participer à l’exercice Winged Warrior, qui reproduit tous les éléments d’une mission à l’étrangerr... les deux pieds à Valcartier. C’est le 403e Escadron d’entraînement opérationnel d’hélicoptères de la 1re Escadre, en collaboration avec la Direction Environnements synthétiques de l’Armée de terre, qui avait organisé l’activité. Le but : recréer le plus fidèlement possible toutes les contraintes physiques que l’on retrouve en Afghanistan, terrain choisi pour les simulations. En tout, ce sont 12 pilotes qui ont eu à passer au travers des missions, qui sont une sorte d’examen final après huit semaines de cours et deux autres de pratique. Les pilotes devaient prendre connaissance de tous les éléments pour faire face à un ennemi virtuel contrôlé par des anciens militaires. Même s’il s’agit d’une simulation virtuelle qui pourrait s’apparenter aux meilleurs jeux vidéo que l’on retrouve sur le marché, rien n’est laissé au hasard si l’on en croit le lieutenant-colonel Marc Bigaouette, commandant de l’exercice ici à Québec. «C’est

MOURIR SANS AVOIR FAIT DE TESTAMENT À votre décès, si vous n’avez pas fait de testament, notarié, olographe ou devant témoins, vos héritiers seront désignés selon les règles prévues au Code civil du Québec. Cette désignation ne sera pas forcément en accord avec vos désirs. Elle peut même se révéler carrément injuste envers certains de vos proches. Par exemple, votre conjoint de fait ne peut hériter de vous autrement que par testament. Ainsi, les vingt ans que vous avez passés avec lui ne compterons pas aux yeux de la Loi après votre décès, si vous avez négligé d’en faire un. Ne laissez donc pas la Loi décider pour vous : le testament, c’est une forme de police d’assurance répartition. Pour obtenir plus d’information,

Abonnement: 25,00 $ par année (22 éditions), taxes en sus ISSN 0705-0992 ADRESSE : JOURNAL ADSUM GARNISON VALCARTIER, BÂT. 200 C.P. 1000, SUCC. FORCES COURCELETTE (QUÉBEC) G0A 4Z0

Ste-Catherine 875-1671 Valcartier 842-4448

Par internet mboilard@notarius.net

Page 6 / Adsum / 7 novembre 2007

TÉLÉPHONE : (418) 844-5000, POSTE 5598 TÉLÉCOPIEUR : (418) 844-6934 COURRIER ÉLECTRONIQUE : +adsum@forces.gc.ca

PROCHAINE PARUTION : MERCREDI 21 NOVEMBRE DATE DE TOMBÉE : MARDI 13 NOVEMBRE

Mario Boilard

Notaire Fondé par le 12e Régiment blindé du Canada

Le major Steve Riff, directeur de l’exercice, fait une démonstration des multiples possibilités du logiciel d’entraînement. - Photo : Simon Baillargeon

important pour nous de reproduire le même environnement comme le type de terrain et la température, qui sont différents de ce qu’on retrouve ici», a-t-il expliqué. TIRER DES LEÇONS «On apprend des leçons qu’on n’apprendrait pas d’une autre façon», tient à mentionner le lcol Bigaouette. L’entraînement virtuel permet d’avoir accès à une multitude d’informations qu’il serait difficile d’obtenir dans le cas d’un entraînement réel. L’avantage avec ce type de formation est qu’il offre beaucoup plus de flexibilité par rapport à un entraînement réel. «On peut reconstituer des centaines d’entités différentes, ce qui est impossible à faire lors des simulations réelles», indique le lieutenant-colonel Alan Meinzinger. Puis, quand le tout est terminé, les pilotes retournent voir l’adjudant pour faire un compte rendu de la mission. «Après chaque

exercice, on fait un rapport post-exercice pour voir les bons coups, les choses à améliorer pour ne pas répéter les mêmes erreurs», ajoute l’officier des Affaires publiques du 5 e Groupe-brigade mécanisé du Canada. De plus, l’entraînement virtuel permet d’arrêter à tout moment les opérations si quelque chose ne tourne pas rond, ce qui est plus difficile à faire lorsqu’il s’agit d’une manœuvre avec de vraies troupes sur un terrain. PAS QUE DU VIRTUEL Malgré tous les bons côtés des simulations dans un environnement virtuel, le lcol Meinzinger tient à spécifier qu’il ne faut pas négliger les pratiques réelles. «Pour que l’entraînement soit complet, il faut un mélange des deux. Quand ils retourneneront avec leur escouade, ils auront toutes les compétences qu’il faut pour être plonger dans l’action», at-il dit en terminant.

Le QGET et des entreprises de télécommunications testent leur interconnectivité en cas de sinistre Par le caporal-chef Daniel Boudreault Troupe A, Quartier général et Escadron des transmissions Le 16 octobre, le Quartier général et Escadron des transmissions (QGET) se retrouve de nouveau à préparer une démonstration de sa capacité de communications déployable. Depuis la naissance du projet de numérisation, le QGET, en particulier les membres de la troupe Alpha, a été en grande demande pour ce genre de tâche. Cette fois-ci, nous nous préparions pour une rencontre avec des «pros» des télécommunications. En effet, tous les membres du Conseil régional des télécommunications d’urgence (CRTU) étaient invités pour démontrer l’efficacité de leur équipement déployable en cas de sinistre au Canada. Le QGET a érigé, sur le terrain de parade de Valcartier, un poste de commandement sous DRASH (Deployable Rapid Assembly Shelte) comportant des écrans de 24 et 60 pouces et des ordinateurs portables. Nos systèmes de connaissance de position (SAS), de planification tactique (ATS) et le log électronique étaient en démonstration. De plus, le Land Mobile Radio (LMR) déployé par le service des Transmissions permettait de démontrer l’interopérabilité entre nos radios SCCCT et les systèmes cellulaires des autres intervenants en interconnectant un PRC-522 en configuration «man-pack» avec ceux-ci. Des représentants de Bell mobilité, Telus, Rogers, du service de police et de différentes entités gouvernementales étaient tous sur place pour vanter l’efficacité de leur équipement. Le personnel de Bell, Telus et Rogers ont su nous impressionner en déployant leurs véhicules d’urgence pouvant étendre leur réseau cellulaire à une zone cible en très peu de temps. La salle d’informatique

L’intérieur de la DRASH du QGET. - Photo : Capt J-P Lapointe, QGET

mobile du Recherche et développement pour la Défense du Canada (RDDC) Valcartier était également très impressionnante avec tous ses ordinateurs installés dans une remorque de 45 pieds. On se serait cru dans un film de la série Star Wars. De notre côté, les membres du QGET ont dû répondre à des questions faisant surtout référence aux systèmes SAS et ATS. Les gens nous questionnaient sur la portée des différentes radios militaires, sur notre système de localisation (SAS) ainsi que sur notre système d’écrans à l’intérieur de la DRASH. En après-midi, un test sur la compatibilité de tous les systèmes de communications qui étaient sur place a été effectué. On a déterminé que les systèmes étaient interopérables au besoin, bien qu’un manque d’expérience nuirait actuellement à son déploiement en cas de crise. Espérons que l’exercice se renouvelera l’an prochain afin de maintenir le lien entre les membres des Forces canadiennes et les différents intervenants du CRTU.


Le parcours du commandant du 5 GBMC, une occasion pour chacun de se surpasser Par le soldat Marc Jennings Quartier général et Escadron des transmissions Garder la forme est primordial au sein de la brigade, ainsi qu’en témoigne le parcours du commandant organisé deux fois par année. En effet, le 25 octobre dernier avait lieu le parcours du colonel commandant du 5e Groupebrigade mécanisé du Canada. Près de 900 participants ont fourni un maximum d’effort malgré la froide matinée. Cette activité a été orchestrée par les membres du Quartier général et Escadron des transmissions (QGET) en étroite collaboration avec le personnel des Programmes de soutien du personnel (PSP). Cette épreuve sportive avait pour but d’évaluer la condition physique des membres de la brigade, tout en favorisant la cohésion au sein des unités participantes. Le parcours comprenait quatre étapes différentes. La première étape consistait en une course à pied de cinq kilomètres. Une fois cette course terminée, les participants étaient invités à prendre une petite collation puis à se rendre au Centre des sports pour les autres épreuves. À l’intérieur, un itinéraire avait été organisé de façon à assurer la fluidité du cheminement des équipes participantes. Trois activités étaient à l’ordre du jour, dont la première était des tractions à la barre. Venaient ensuite les épreuves de redressements assis et de pompes. Afin de de comptabiliser tous les résultats du parcours, le QGET a déployé des ordinateurs portables aux points de départ et à l’arrivée de la course ainsi qu’au gymnase. Ceuxci étaient connectés au RÉD, afin de permettre l’accès à une base de données des résultats par

tractions à la barre, effectuer entre 75 et 99 redressements assis en un temps de 3 minutes sans pause, et finalement faire entre 40 et 44 pompes sur les mains. Le parcours a permis aux militaires de se surpasser sur le plan physique et de dépasser leurs résultats personnels antérieurs dans le cadre d’une compétition amicale. La journée s’est terminée avec une parade de fermeture du parcours incluant la remise de médailles. Pendant cette parade, le colonel Eric Tremblay a féliAprès la course, les tractions à la barre ne donnent pas la chance de relaxer. cité les gagnants de - Photo : Cplc A. Cyr, SSE QGET chacune des catégories. l’entremise de laquelle les résultats du par- Le but premier du parcours du colonel comcours pouvaient être comptabilisés et affichés mandant, a-t-il expliqué, était d’atteindre luien temps réel tout au long de l’événement. Ce même les normes qui avaient été fixées pour système, développé par des membres du QGET le personnel de la brigade, ainsi que de surau cours des derniers mois, a également per- passer ses résultats personnels antérieurs. Le mis aux responsables de donner un compte parcours du colonel commandant est donc rendu des statistiques de la brigade 30 minutes une opportunité pour chacun de relever son seulement après la saisie des derniers propre défi sur le plan du conditionnement résultats. physique. Il a ensuite reconnu l’effort donné Le deux tiers des participants ont atteint la par tous les participants tout en rappelant l’imnorme de performance individuelle de niveau portance de garder une bonne condition 3, c’est-à-dire courir une distance de 5 kilo- physique. mètres entre 23 et 25 minutes, faire de 7 à 9

L’équipe des Affaires publiques de la Force opérationnelle interarmées Est participe à son colloque annuel Par l’enseigne de vaisseau de 1re classe Sylvain Rousseau Officier des affaires publiques, Quartier général, Secteur du Québec de la Force terrestre «Le but de la discussion ne doit pas être la victoire, mais l’amélioration» - Joseph Joubert (1754-1824). Encore une fois cette année, l’équipe des affaires publiques s’est rencontrée afin de planifier les activités à venir durant la prochaine année, tel le 400e anniversaire de la ville de Québec. De plus, afin d’élargir notre éventail, un volet inter-agences a été intégré aux autres présentations qui menaient à la discussion. Beaucoup de questions ont été élucidées. C’était une excellente occasion pour «partir du bon pied» en préparation pour l’année 2008. ASSOCIER UN VISAGE À UN NOM Environ une trentaine de personnes ont participé au colloque qui se tenait à l’hôtel Castel

Notaire Me Marlène

Plamondon Médiatrice familiale accréditée

de Granby, du 17 au 19 octobre. Même si nous communiquons entre nous sur une base régulière, par courriel ou par téléphone, la plupart se rencontraient pour la première fois. Le commentaire de la plupart des gens était : «Enfin je peux mettre des visages sur ces noms». Cela permettra d’avoir des discussions plus vivantes lorsque nous communiquerons ensemble dans le futur. LES FORMATIONS PRÉSENTES Dans une atmosphère détendue, chaque formation a fait une présentation expliquant sa structure, ses priorités, ses enjeux et défis. Cela nous a permis de comprendre pourquoi telle ou telle formation a besoin d’appui pour certaines activités et de voir comment nous pouvons les soutenir. Les formations suivantes étaient représentées : Quartier général du Secteur du Québec de la Force terrestre (QG SQFT), 5 e Groupe de soutien de secteur (5 GSS), Nouvelles de l’Armée (NDA), Bureaux

des Affaires publiques de la Défense nationale - Région Québec, les 34e et 35e Groupes-brigades du Canada, 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada, 3 e Escadre Bagotville, la Réserve navale, l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes et le 25e Dépôt d’approvisionnement des Forces canadiennes. LE MIME Ce colloque a été une excellente opportunité d’apprendre ce qui se passe dans le monde des affaires publiques au Québec. En soirée, nous nous sommes réunis pour un souper/cocktail qui a tourné en jeux de mime «guessture» pour presque la moitié du groupe. Le mime est un moyen de communication dont certains devront s’abstenir, moi le premier, alors que d’autres pourront l’ajouter à leurs habiletés professionnelles. Ce colloque a été bénéfique pour tous sur tous les aspects tels que le travail, le plaisir et le réseautage.

LES GAGNANTS DE LA JOURNÉE COURSE Cpl Lavoie - 5 RGC TRACTION Homme : cplc Racine - 2 R22eR Femme : capt Fernette - 5 RALC REDRESSEMENTS ASSIS Homme : sdt Trudel - 3 R22eR Femme : cpl Perron - 2 R22eR

CLINIQUE CHIROPRATIQUE VALCARTIER CHIROPRATIQUE Dr Vincent Robert, chiropraticien

• Chiropratique familiale, sportive, préventive • Radiographie sur place • Technique d'ajustement douce • Tarif spécial pour les militaires • OSTÉOPATHIE

ACUPUNCTURE Eric Francoeur AC.

• Approche douce, aiguilles stériles jetables • Traitement sans aiguille pour enfant • Allergie, dépression, insomnie, etc.

MASSOTHÉRAPIE Sylvie Samson Massothérapeute (FQM) Kathleen Tatlock Massothérapeute (FQM)

• Pour un soulagement musculaire, une détente, un bien être • Massages suédois, shiatsu, sportif, californien, femme enceinte • Certificat cadeau disponible

Médiation familiale

GRATUITÉ DE 6 SÉANCES pour couple avec enfant(s) • Testament • Procuration • Union de fait

• Succession • Mandat d’inaptitude • Contrat de mariage

CANEX

844-1414

RÉCLAMATION GRATUITE AUPRÈS DE VOS ASSURANCES SUNLIFE, CROIX BLEUE, FONCTIONNAIRES, RETRAITÉS...

7 novembre 2007 / Adsum / Page 7

• Partage du temps de vie parents/enfants • Partage de la contribution alimentaire • Partage des biens • Rédaction de la convention des ententes séparation - divorce à l’amiable


LES BLESSURES DE STRESS OPÉRATIONNEL

Il est facile d’aller chercher de l’aide! Par Guylaine Fortin Journal Servir La carrière militaire est remplie de défis. Les hommes et les femmes qui composent nos troupes asssument des tâches complexes et prennent part à diverses opérations exigeantes. La plupart du temps, pour la majorité d’entre eux, le tout se passe sans problème. Toutefois, il arrive que les fonctions opérationnelles aient des répercussions psychologiques pour eux. C’est ce que l’on appelle les blesss ures de stress opérationnel (BSO). Heureusement, autant pour le militaire que pour son entourage, ill est facile d’aller chercher de l’aide. Dans la grande région de Québec, les familles militaires peuvent compter sur le personnel du programme de Soutien social, blessure de stress opérationnel (SSBSO) pour surmonter leurs difficultés. Deux coordonnateurs interviennent auprès des militaires et des anciens combattants, et un troisième s’occupe plus particulièrement des proches. Cette façon de faire assure à chaque partie des services correspondant à ses besoins ainsi que la confidentialité de son dossier. Dans une famille où le militaire et son conjoint s’adressent au SSBSO, jamais ils ne se confieront à la même personne et jamais les coordonnateurs n’échangeront les informations qui les concernent sans leur consentement. D’ailleurs, le SSBO n’apporte pas son soutien qu’aux militaires et à leurs conjoints. Avec la participation accrue de jeunes réservistes célibataires aux missions des Forces canadiennes, le SSBSO offre également d’aider les parents de ceux-ci. IL SUFFIT D’UN COUP DE FIL! Autant pour les membres de la famille que pour les militaires, il suffit d’un appel téléphonique pour obtenir l’aide du SSBSO et ce, en toute confidentialité. Déjà, au téléphone, le coordonnateur pourra répondre à certaines de vos interrogations. De la documentation pourra vous être envoyée par la poste et vous pourrez convenir ensemble, si cela est nécessaire, d’un rendez-vous. Celui-ci pourra avoir lieu au local du SSBSO ou à un autre endroit. Donner un coup de fil au SSBSO ne signifie pas que vous vous engagez dans une démarche à long terme avec cet organisme. Que vous vous en teniez à un seul appel informatif ou que vous ressentiez le besoin de communiquer sur une base régulière avec

retirer beaucoup de fierté. Pour plusieurs, c’est une première étape pour reconquérir la confiance en soi.» SE SOUTENIR ENTRE PROCHES Pour les proches, le groupe de soutien vise essentiellement les mêmes buts. Il se compose principalement de conjointes et de mères de militaires touchés par une BSO. «Les proches sont amenés à jouer plusieurs rôles, mentionne Johanne Couture, coordonnatrice du soutien aux familles. Comme la guérison peut prendre plusieurs mois, il faut qu’ils apprennent à aider sans s’épuiser. Le groupe leur permet, entre autres choses, d’échanger leurs petits trucs entre eux.» Les réunions du groupe de soutien sont aussi une occasion de démystifier les BSO et d’aborder la situation avec plus de sérénité. Par exemple, les proches y réaliseront que la personne blessée les aime toujours autant même si sa condition l’amène à moins le démontrer. Ils y découvriront aussi que pour se prendre en main, il n’est pas toujours suffisant de le vouloir.

Les BSO ne surviennent pas qu’après un déploiement. Elles peuvent également faire leur apparition lors d’activités qui s’inscrivent dans le cours normal du travail d’un militaire. Un entraînement régulier qui se solde par la blessure ou le décès d’un collègue peuvent avoir des répercussions psychologiques chez ceux qui y prennent part.

un coordonnateur, en tout temps, vous demeurerez maître de votre cheminement! Le SSBSO pourra également vous référer à un professionnel de la santé ou vous proposer de participer à un de ses groupes de soutien. Il y en a un pour les militaires affectés de BSO et un autre pour les proches. Les réunions que tiennent ces groupes se veulent des moments privilégiés pour partager des expériences, s’informer et se soutenir mutuellement. Les rencontres sont animées par les coordonnateurs ou des bénévoles qui ont eux-mêmes été épaulés par le SSBSO. S’ENTRAIDER ENTRE MILITAIRES Les rencontres du groupe de militaires atteints d’une BSO se font deux mercredis soirs par mois de 17 h à 21 h, dans un lieu permettant aux participants de ne pas de se faire identifier et associer à une BSO. Ces soirées offrent l’occasion d’échanger sur le processus de guérison et de créer des liens avec des collègues vivant la même réalité. Selon les besoins exprimés par les participants, des spécialistes sont parfois invités aux rencontres.

L’ABC DES BLESSURES DE STRESS OPÉRATIONNEL QU’EST-CE QU’UNE BSO?

COMMENT ÇA SE MANIFESTE?

Une blessure de stress opérationnel (BSO), c’est une perturbation psychologique persistante qui peut survenir à la suite de fonctions opérationnelles auxquelles un membre des Forces canadiennes a pris part.

Lorsqu’un individu souffre d’une BSO, il peut être affecté de différents troubles comme l’abus de substances illicites ou d’alcool, l’anxiété, la dépression et le syndrome de stress posttraumatique. Au nombre des symptômes les plus fréquents figurent le sentiment d’une détresse profonde, celui d’être coupé ou détaché des êtres chers, les flash-backs, l’insomnie, les cauchemars, l’irritabilité, la colère, les maux de tête et les difficultés de concentration. Souvent, ce sont les proches qui remarquent que le militaire a changé et semble éprouver des difficultés.

Page 8 / Adsum / 7 novembre 2007

COMMENT ÇA S’ATTRAPE?

Les BSO ne s’attrapent pas! Elles peuvent survenir après une mission comme celle qui a présentement lieu en Afghanistan. Avec l’entraînement, l’attente du départ, la nature des opérations, l’absence prolongée de la maison et la réintégration, le stress s’accumule et peut affecter le militaire. Il est important toutefois de noter que ce ne sont pas tous les membres des Forces canadiennes qui reviendront d’Afghanistan avec ce genre de blessure. Ce qu’il ne faudrait pas oublier cependant, c’est que les BSO peuvent également faire leur apparition lors d’activités qui s’inscrivent dans le cours normal du travail d’un militaire. Un entraînement régulier qui se solde par la blessure ou le décès d’un collègue proche ou une opération domestique difficile comme celle du repêchage des victimes après l’écrasement de l’avion de Swiss Air au large de Peggy’s Cove peuvent avoir des répercussions psychologiques chez ceux qui y participent et occasionner des BSO.

QUAND FAUT-IL S’INQUIÉTER?

Au retour d’une mission, il est normal que le militaire et sa famille vivent une période d’ajustement. Toutefois, celle-ci ne devrait pas durer plus de trois mois. Au-delà de cette période, si les relations sont toujours difficiles entre le militaire et ses proches, il serait temps de consulter. De même, lorsqu’un militaire ressent une détresse profonde et que des symptômes physiques font leur apparition, il devrait aller chercher de l’aide.

Psychologues, ostéopathes ou pharmaciens peuvent ainsi venir informer les participants. «Dans le groupe de soutien aux militaires, on parle de tout, mais pas de la blessure comme telle, explique Christian Marquis, coordonnateurs du soutien de pair au SSBSO. Ce n’est pas la place pour le faire. Outre les discussions, nous favorisons aussi la réalisation de projets qui permettent aux participants d’oublier un peu leur condition, de se réaliser dans une activité concrète et d’en

AGIR VITE POUR GUÉRIR Tant pour sa santé que pour le déroulement de sa carrière, il importe de consulter rapidement lorsque l’on présente des symptômes de blessure de stress opérationnel. Ce conseil vaut également pour les proches de la personne blessée qui doivent apprendre à composer avec toutes les répercussions qu’engendre cette condition. «Par contre, il n’est jamais trop tard pour consulter, conclut Christian Marquis. Nous rencontrons des militaires dont le problème remonte à une quinzaine d’années. Pour eux, il n’y avait pas encore eu d’élément déclencheur. L’important pour guérir, c’est d’être prêt à consulter.» Dans notre prochaine édition : le témoignage de la conjointe d’un militaire souffrant d’une BSO

DES PROFESSIONNELS POUR VOUS ACCOMPAGNER Dans la grande région de Québec, trois professionnels sont là pour répondre à vos questions et vous accompagner, au besoin, dans votre cheminement. Le journal Adsum leur a demandé de vous parler de leur travail. L’équipe du Soutien social, blessure de stress opérationnel (SSBSO) compte aussi des bénévoles. Ces derniers ont déjà reçu du soutien par les pairs dans le passé et en ont gagné un plus grand bien-être. Aujourd’hui, après avoir reçu une formation, ces personnes sont engagées au sein du réseau de soutien. Elles secondent les coordonnateurs dans leurs tâches, animent des rencontres et multiplient les services d’aide. Sans leur apport, le SSBSO ne serait pas le même! Johanne Couture Coordonnatrice du soutien aux familles «Mon rôle consiste à offrir aux proches d’une personne affectée d’une blessure de stress opérationnel (BSO) des services de soutien social. Je sensibilise les intervenants et familles au sujet des BSO. Je suis là pour répondre aux besoins d’aide et pour discuter des impacts qu’ont les BSO sur la personne qui me consulte et sur les autres membres de la famille. Je peux donner des informations sur les procédures administratives et mettre les proches en contact avec des ressources d’aide. Enfin, je suis là pour rappeler à ces “proches aidants” qu’ils doivent prendre soin d’eux pour éviter l’épuisement et pour les présenter au groupe d’entraide s’ils le désirent.» On peut joindre Mme Johanne Couture en composant le (418) 844-5000, poste 5374, ou le (418) 473-1495.

Robert Danis Coordonnateur du soutien de pair «Mon travail comporte deux volets. Premièrement, j'offre du soutien social aux militaires atteints d'une BSO. Je suis là pour les écouter, les évaluer et les référer aux ressources d'aide. Deuxièmement, j'effectue des présentations sur le programme du SSBSO dans les unités de la Forces régulière et de la Réserve afin de sensibiliser leurs membres à la réalité des blessures de stress opérationnel (BSO).»

M. Robert Danis peut être joint au (418) 648-5049 ou au (418) 953-5229.

Christian Marquis Coordonnateur du soutien de pair «J'offre du soutien social aux militaires atteints d'une BSO de façon individuelle, en partenariat et j'interviens auprès de groupes de soutien. Je m’implique dans différents groupes de travail pour contribuer au bien-être de ceux qui sont atteint d’une BSO, mais aussi pour permettre une meilleure compréhension et acceptation du stress opérationnel. Pour le premier trimestre 2008, il est prévu que je me rende à Chypre afin de participer aux ateliers sur les BSO, que la troupe recevra en phase de décompression au retour d’Afghanistan.» Pour rejoindre M. Christian Marquis, composer le (418) 648-5049 ou le (418) 254-8452.


APPEL À TOUS! Un exercice militaire virtuel En 1998, avez-vous participé à l’Op qui dépasse la réalité

RÉCUPÉRATION (crise du verglas)?

Par le sous-lieutenant Yannick Émond 55e Ambulance de campagne Les 12 et 13 octobre, les trois ambulances de campagne de la Réserve situées au Québec se sont réunies au Centre d’entraînement en environnement synthétique (CEES) de la Garnison Valcartier pour un entraînement de poste de commandement. L’objectif de cet exercice était d’entraîner les chefs de détachement, de section, de peloton et de compagnie au processus intellectuel de soutien sanitaire en campagne, de rôles 1 et 2 d’un groupement tactique. Cela les a préparés en prévision de l’exercice NOBLE MÉDÉ 2007. Les trois unités médicales ont profité du tout nouveau système de simulation virtuel, le «Virtual Battlefield System 2» (VBS 2) du CEES. Grâce au VBS 2, un système australien, le niveau de réalisme est augmenté de façon spectaculaire. Même si les graphiques du VBS 2 sont dignes des meilleurs jeux informatiques et rendent l’activité intéressante, il n’en reste pas moins qu’il est un outil de travail fort utile qui doit être pris au sérieux. Durant la pratique, les participants étaient divisés dans différentes salles informatiques où chacun était muni d’un ordinateur. À l’écran, un militaire virtuel remplissait exactement les mêmes fonctions que le «joueur» allait assumer quelques semaines plus tard pendant l’exercice NOBLE MÉDÉ. L’environnement dans lequel évoluait la simulation correspondait à un scénario de guerre classique dans un environnement virtuel. Le terrain imaginaire utilisé ressemblait aux paysages européens. Le traitement et l’évacuation de patients ont été mis en pratique par les militaires. Chaque niveau de soins et de commandement nécessaire à un soutien sanitaire en campagne de rôles 1 ou 2 était intégré à la pratique. La simulation comportait donc un

Même s’il ressemble à un simple jeu informatique, le VBS 2 du Centre d’entraînement en environnement synthétique constitue un puissant outil de simulation pour l’entraînement militaire.

poste de commandement, un poste sanitaire d’unité (PSU), un peloton ambulance contrôlant l’évacuation terrestre des blessés ainsi que des pelotons médicaux assurant le traitement clinique des patients. Les participants ont été évalués sur les procédures d’état-major en campagne, les procédures de préparation au combat et l’utilisation de la doctrine de soutien sanitaire en campagne reliée aux normes d’aptitudes au combat. C’était également une première pour le CEES qui, pour la première fois, accueillait un exercice au niveau de compagnie. Grâce au VBS 2, le personnel cadre des trois ambulances de campagne de la Réserve a maintenant une meilleure appréciation des besoins nécessaires à un soutien sanitaire en campagne. La majorité d’entre eux ont pu mettre à profit leurs nouvelles connaissances pendant l’exercice NOBLE MÉDÉ qui s’est tenu du 2 au 4 novembre dans le secteur de Saint-Gabriel-de-Valcartier et de Tewkesbury.

En janvier 1998, un grand verglas s’est abattu sur le sud du Québec. Pendant quelques semaines, de nombreux citoyens ont vécu dans des conditions précaires. Les Forces canadiennes ont alors prêté main-forte aux autorités civiles et plusieurs membres de notre communauté ont été appelés à intervenir. Militaires ou civils, si vous étiez de ceux qui ont pris part à l’Opération RÉCUPÉRATION, le journal Adsum vous invite à partager vos souvenirs! En janvier prochain, nous publierons un dossier spécial à partir des témoignages reçus. Pour participer, il suffit de télécharger le formulaire sur l’Intranet et nous le retourner par courriel à +adsum@forces.gc.ca ou bien de créer un document dans Word et de répondre au questionnaire ci-dessous. Vous pouvez également communiquer avec

Le journal Adsum désire connaître vos histoires du grand verglas de 1998! - Photo : Jacques Carrier, Le Québec en images

nous en téléphonant au (418) 844-5000, poste 5672. Nous attendons vos histoires!

Questionnaire Veuillez éviter les abréviations, s.-v.-p. Si vous préférez ne pas répondre à certaines questions, ignorez-les tout simplement. Les photos sont les bienvenues si vous en possédez de bonnes de vous pendant cette opération. Grade, prénom, nom : Votre poste : Votre unité : En 1998, quel poste occupiez-vous? Dites-nous quel était votre poste et où vous travailliez. Quel rôle avez-vous joué durant le verglas? Parlez-nous des tâches que vous aviez à réaliser et des endroits où vous êtes intervenu. Avez-vous été personnellement affecté par la crise du verglas? À votre résidence personnelle, est-ce que vous et votre famille avez été victimes du verglas?

Quel est votre plus beau souvenir de l’OP RÉCUPÉRATION? Ce peut être, par exemple, une tâche difficile que vous avez réussie brillamment, une idée géniale que vous avez eue pour résoudre un problème ou une rencontre que vous avez faite et qui a été marquante. Avez-vous une anecdote à raconter à ce sujet? Quelque chose que vous avez vécu ou dont vous avez été témoin. Dix ans plus tard, que retenez-vous de cette expérience? Que le verglas a été une belle occasion pour les Québécois de montrer leur débrouillardise et leur solidarité? Que tout le monde devrait avoir une génératrice à la maison? Faites-nous part des leçons que vous avez tirées de cet événement!

L’Université du Québec invite les

CONJOINT(E)S Employés civils du MDN À poursuivre des études universitaires à temps complet ou partiel avec le Plan Universitaire des Forces Canadiennes

P U F C

L’adjudant-chef André Jutras, adjudant-chef du 5 GSS, la colonel Karen Ritchie et le colonel Pierre Ruel assistent à un briefing donné par le major Jean-Paul Peart dans la zone d’alerte.

N’importe où... à domicile, hors-Québec, hors-pays, en mission à l’étranger, sur les navires, etc.

Le commandant du 5 GSS en visite à Bagotville Le 26 septembre, la colonel Karen Ritchie, commandant du 5e Groupe de soutien de secteur, s’est rendue à la 3e Escadre Bagotville où elle a été reçue par le colonel Pierre Ruel, commandant de l’escadre. Le but de cette visite était de permettre à la colonel Ritchie de se familiariser avec les opérations de cet autre élément de la FOI (Est). La colonel Ritchie a, entre autres, assisté à un exposé sur les opérations de l’escadre, visité la section de génie électrique et mécanique (GÉM) et a même testé ses talents de pilote en prenant place à bord du simulateur de CF-18. De plus, ayant été témoin d’un exercice dans la zone d’alerte, la colonel Ritchie a pu constater l’efficacité de la 3e Escadre dans l’exécution de son mandat NORAD et sa capacité expéditionnaire de combat (CF-18).

n’importe quand! Inscriptions en tout temps, études à votre rythme selon votre disponibilité.

PROGRAMMES OFFERTS:

Majeure en éducation des adultes La mission de l’agence de sécurité Commissionnaires Québec est de créer des possibilités attrayantes d’emploi pour les anciens des Forces Canadiennes et de la Gendarmerie Royale du Canada.

Vous envisagez une deuxième carrière et de nouveaux défis. Appelez-nous dès aujourd’hui

(418) 681-0609

emploi@cccque.ca

Certificats: • Administration • Planification financière • Gestion des ressources humaines • Comptabilité • Relations du travail • Gestion des services de santé • Informatique • Sciences et Technologie • Sciences de l’environnement

Communiquez avec Pierre Lafleur (418) 657-2194 1 800 796-7122 (au Canada) pufc@teluq.uqam.ca www.teluq.uqam.ca/709

• Psychologie • Sciences sociales • et plusieurs autres! Programmes courts: • Attestations dans plusieurs domaines Programmes de deuxième cycle

de l’UQAM

7 novembre 2007 / Adsum / Page 9

Baccalauréats: • Administration • Communication • ès Arts (multidisciplinaire) • Sciences appliquées • Sciences


Page 10 / Adsum / 7 novembre 2007

BRAVO ZULU

Major Dany Giguere Mention élogieuse 5 Bn S du C

Capitaine Stéphane Barrette Promotion 2 R22eR

Capitaine Daniel Duguay Promotion 5 RGC

Capitaine Fontaine Promotion 1 R22eR

Capitaine Gagné Promotion 1 R22eR

Capitaine Graham Macmillan Promotion 5 RGC

Capitaine Sébastien Hébert Mention élogieuse 5 Bn S du C

Capitaine Jean-Francois Morin Promotion 5 RGC

Capitaine Jean-Francois Morin Mention élogieuse 5 Bn S du C

Capitaine Jimmy Pagé Promotion 12 RBC

Capitaine Patrick Préaux Promotion 5 RALC

Capitaine Shawn Thompson Promotion 5 RGC

Lieutenant David Giroux Promotion 5 Amb C

Adjudant-maître Alain Blanchette Promotion et deuxième agrafe à la Décoration des FC 2 R22eR

Adjudant-maître Mario Chartrand Promotion 5 RALC

Adjudant-maître Marc Pelletier Mention élogieuse 5 Bn S du C

Adjudant-maître André Pinard Promotion 5 RGC

Adjudant Patrick Cyr Promotion 5 RGC

Adjudant Sylvain Sigouin 1re agrafe à la Décoration des FC 5 Bn S du C Cie Maint

Sergent Marielle Arcand Promotion QGET

Sergent Steeve Barrette Promotion 2 R22eR

Sergent Daniel Chabot Promotion 5 Bn S du C

Sergent Dorais Promotion 1 R22eR

Sergent Luc Filion 1re agrafe à la Décoration des FC 5 Bn S du C Cie Maint

Sergent Michael Girard Promotion 5 RGC

Sergent Hamel Promotion 1 R22eR

Sergent Louis Emond Promotion 5 Bn S du C

Sergent Danny Fergusson Promotion 5 Bn S du C

Sergent Pierre Jobin Promotion 3 R22eR

Sergent Gilbert Jouvet Promotion 5 RALC

Sergent Eric Lortie Promotion 12 RBC

Sergent Michel Pelletier Promotion 5 RALC

Caporal-chef Paul Blanchet Promotion 5 RALC

Caporal-chef Hugo Bolduc Promotion 5 RGC

Caporal-chef Marc Bolduc Promotion 5 RGC

Caporal-chef Antoine Caron Promotion 5 Bn S du C

Caporal-chef Patrick Coupal Promotion 5 RGC

Caporal-chef Desbiens Promotion 1 R22eR

Caporal-chef Serge Gauthier Promotion 5 Bn S du C

Caporal-chef Franck Gauthier-Paquet Promotion 2 R22eR

Caporal-chef Thierry Gendron Promotion 5 RALC

Caporal-chef Goguen Promotion 1 R22eR


Le 35 RGC fait ressortir sa nature seconde Par le sous-lieutenant Édouard April Officier d’information d’unité, 35e Régiment du génie de combat La longue fin de semaine de l’Action de grâce a été mouvementée pour les troupes du 35e Régiment du génie de combat (35 RGC) qui se sont déployées en exercice d’opérations défensives à Valcartier. Les intentions du commandant du 35 RGC étaient claires et précises : revigorer l’esprit guerrier des troupes tout en reproduisant un contexte d’opération tactique réaliste en préparation pour la concentration de secteur, NOBLE GUERRIER 2008. Malgré la température automnale qui a été ressentie tout au long de l’entraînement, l’escadron du génie du 35 RGC est resté fidèle à ses habitudes en ne s’inclinant pas devant froideur et fatigue. La reconnaissance ennemie s’est vite rendu compte que la vigilance infatigable des troupes ne lui permettrait pas de percer leurs lignes. L’ennemi a cependant continuellement fait front aux troupes, menant des opérations de harcèlement constantes, ce qui a exigé d’elles une capacité de réaction spontanée et efficace. De plus, des patrouilles de reconnaissance ont été menées par chacun des commandants de section des troupes 1 et 2 afin de

développer leur leadership et souder des liens entre les membres des sections fraîchement formées. La fin de semaine s’est soldée de belle façon quand les sapeurs ont mis à contribution leurs compétences en génie militaire en faisant exploser des blocs de C-4 dans le but de dissuader l’ennemi de lancer une offensive massive. Cet exercice était attendu avec enthousiasme et les attentes à son égard étaient élevées. Le soutien dont le 35 RGC a bénéficié de la part de ses attachés a été grandement apprécié et n’est pas passé inaperçu. L’amabilité des membres du 55e Bataillon des services qui nous ont fourni une gamme surprenante de véhicules ainsi que de succulents repas chauds tout au long de la fin de semaine a été remarquable, sans compter l’appui des membres de la 55e Ambulance de campagne qui étaient présents afin intervenir en cas de problèmes médicaux. Finalement, l’appui du 713e Régiment des communications et le moral exceptionnel du personnel ont contribué à l’indéniable réussite de cet entraînement. À l’affût, le sapeur Goulet est prêt à contrer toute attaque ennemie à l’aide de l’arme de peloton C-6. - Photo : Slt É. April, 35 RGC

De nouveaux canonniers au 2 R22eR Par le soldat Jalbert, le soldat Cloutier et le sous-lieutenant Bériault Compagnie B, 2e Bataillon, Royal 22e Régiment Le 2e Bataillon, Royal 22e Régiment (2 R22eR) a solidement débuté sa montée en puissance en vue de la force opérationnelle 1-09 et concentre présentement ses efforts sur l’entraînement individuel. Le cours d’opérateur tourelle est un important pilier de cet entraînement, puisqu’il permet aux soldats de maîtriser l’arme principale du VBL III, le canon à chaîne M-242 (25 mm). Le cours d’opérateur tourelle 0701 s’est déroulé du 10 septembre au 12 octobre, et il était formé de soldats des compagnies B et C du 2 R22eR. Ce cours a été enseigné pour la première fois de son histoire avec l’aide d’employés civils. Cette nouvelle formule a été grandement appréciée par les stagiaires; l’enseignement s’est fait d’une manière un peu différente des autres cours militaires et les stagiaires ont pu profiter de l’expérience de vie des instructeurs, tous des militaires retraités. Lors des deux premières semaines, les stagiaires se sont familiarisés avec le fonctionnement général du VBL III, qui comprend les systèmes électriques, les systèmes d’armement et les systèmes de protection de

Les stagiaires préparent les munitions pour le tir. - Photo : Cpl JRS Raymond, 12 RBC

l’équipage. Les semaines suivantes, l’enseignement a porté sur les drills et manœuvres d’embarquement, de mise en batterie (mise en marche du système complet) ainsi que de contrôle et maniement des armes. Par la suite, les stagiaires ont appris à maîtriser tous les éléments du tableau de bord, comme le viseur thermique, l’indicateur de distance au laser, le stabilisateur du canon

et toutes les pièces d’équipement liées au système d’armement principal. La semaine consacrée au simulateur de tir virtuel a visé l’application des nombreuses connaissances acquises. Cette étape, bien appréciée des stagiaires, leur a permis de perfectionner leurs techniques de tir et d’être plus en confiance avec le système d’arme. Grâce à cette semaine de pratique, les stagiaires sont arrivés au champ de tir avec toute l’assurance nécessaire pour réussir les épreuves avec brio. Ce cours a permis de donner une qualification essentielle à de nombreux soldats afin de préparer l’unité à participer à des opérations mécanisées à grande échelle. Plusieurs soldats venaient à peine de terminer leur formation de fantassin de base et cette nouvelle qualification a été une grande source de motivation pour eux. La très bonne performance de la quasi-totalité des stagiaires a été une bonne mesure de leur haut niveau de motivation et d’excellence.

Sylvianne Doyon

Nous vous aidons à bâtir votre registre de cadeaux de mariage 5401 Boulevard Des galeries Québec, Québec Canada G2K 1N4 T 418 627 5922 poste 657 F 418 627 9519

AVOCAT MÉDIATEUR FAMILIAL ACCRÉDITÉ Me GILLES GOULET, CD

(418) 999-3343 (418) 872-3116 ggdroit@videotron.ca

• Droit de la famille (divorce, séparation, etc.)

• Prise en charge rapide

• Droit civil général

• Première heure de consultation gratuite

• Médiation familiale

• Service bilingue

(6 premières séances gratuites pour conjoints avec enfants) • Honoraires abordables

• Excellente connaissance des FC

Visitez mon site internet : www.ggdroit.ca 5280, 1re Avenue Québec (près de l’autoroute de la Capitale)

Centre de Santé

Massothérapie Balnéothérapie Soins corporel/ esthétiques Soins des pieds/ des mains

Offrez-vous un moment de détente ! Un site enchanteur situé à 15 minutes de la Base ! *Reconnu par les anciens combattants

2138 Chemin des Trois Lacs Stoneham, QC G0A 4P0

848.0510 www.mieux-vivre.qc.ca

Drainage lymphattique Soins cellulites Reiki Réflexologie Douce thérapie des vertèbres

7 novembre 2007 / Adsum / Page 11

Certificats cadeaux


Le Volkswagen Touareg 2 2008 se refait une beauté

uto

A

PAR JEAN-FRANÇOIS ROSS Chroniqueur automobile

Si un modèle n’évolue pas dans l’échiquier automobile moderne, son existence risque d’être très éphémère. Cette raison a sûrement incité le manufacturier allemand Volkswagen à peaufiner les lignes du nouveau Touareg 2 2008, mais, ne vous y trompez pas, les changements apportés ne sont pas qu’esthétiques. Des nouveaux phares avant, des nouvelles lumières arrière, des clignotants intégrés aux rétroviseurs et de la plaque chromée à la calandre avant, tout ce qui fait maintenant la marque de Volkswagen sur tous ses modèles, et ce véhicule utilitaire sport n’y échappe pas. Ses dimensions sont inchangées mais l’aspect technologique a été grandement amélioré. L’assistance électronique est omniprésente dans ce nouveau Touareg 2 2008. Ce VUS est doté d’un capteur anticapotage qui est relié aux rideaux gonflables pour mieux protéger ses occupants en cas d’accident impliquant un tonneau. Également, un dispositif d’assèchement des freins lors des journées de pluie ou de neige permet d’augmenter l’efficacité au freinage. Les ingénieurs de Volkswagen ont vraiment amélioré les systèmes de stabilité et de freinage ABS, réduisant ainsi la distance de freinage de 20% sur les sentiers battus ou les surfaces enneigées. Pour le groupe motopropulseur, le moteur V6 de 3,6 litres développe 280 chevaux à 6200 tours/minute et produit 265 livrespieds de couple de 2500 à 5000 tours/minute.

BLOC NOTE 10 novembre HEURE DU CONTE La prochaine activité de l’Heure du conte de la Bibliothèque municipale de Shannon aura lieu le 10 novembre entre 10 h et 11 h. Initiez vos enfants au plaisir de la lecture et du bricolage. Les parents doivent accompagner leurs enfants. STORY TIME Story time at the Shannon Library will take place Saturday, November 10th form 10 to 11 a.m. This activity is geared for children and include a reading and making a craft. Parents are encouraged to attend.

11 novembre CÉLÉBRATION SPÉCIALE POUR LE JOUR DU SOUVENIR À 10 h, célébration spéciale bilingue à la chapelle St-Alban, 150 Hodson. Infos : padré A. Harper, poste 6716. SPECIAL BILINGUAL SERVICE FOR REMEMBRANCE DAY A special bilingual service will be conducted at 10:00 a.m. Join the congregation at St. Alban’s protestant Chapel, 150 Hodson. Info: Padre A. Harper, ext. 6716.

Page 12 / Adsum / 7 novembre

17 novembre

Le Volkswagen Touareg 2 2008

Pour ceux qui désirent plus de puissance, le moteur V8 de 4,2 litres génère 350 chevaux à 6800 tours/minute et un couple de 324 livres-pieds à 3500 tours/minute. La transmission automatique à six rapports avec mode Tiptronic est la seule disponible pour les deux versions et elle s’est avérée très efficace (lors de l’essai routier) pour livrer la puissance motrice. Les amateurs de moteur diesel devront patienter jusqu’à l’année modèle 2009, puisque Volkswagen nous prépare un nouveau moteur V6 de 3,0 litres turbo diesel pour satisfaire aux nouvelles normes environnementales. Lorsque l’on prend place à bord de ce véhicule, on a l’impression de s’asseoir dans un Audi. La finition intérieure est soignée et de belle facture. La position de conduite est excellente pour les personnes de grande taille, tant à l’avant que sur munautaire (bât. 93) de la Garnison Valcartier. Les familles des militaires déployées en Afghanistan sont toutes conviées à ce rendez-vous mensuel.

24 novembre FÉLICITÉ, LA FÉE DES CONTES La Bibliothèque municipale de Shannon accueillera Félicité, la fée des contes de 10 h à 11 h le samedi 24 novembre. Amenez vos enfants de 3 à 10 ans pour une animation dans le monde merveilleux de l’imaginaire. Entrée libre. Infos : 844-1622. SOUPER SPAGHETTI POUR LES ÉLÈVES DE L’ÉCOLE ROGER-COMTOIS Campagne de financement pour financer un voyage d’aide humanitaire en Équateur qui aura lieu du 17 février au 3 mars. Les élèves de l’école Roger-Comtois de Loretteville aideront à la construction d’un dispensaire médicale dans une réserve écologique. Le souper aura lieu le 24 novembre à 17 h à l’école Roger-Comtois, 158, boul. des Étudiants, Loretteville. Adultes : 10 $; enfants de 5-10 ans : 5$; gratuit pour les moins de 5 ans. Réservez vos cartes auprès de Mme Gagnon au 844-2882 ou au 571-9895. NOËL AU FÉMININ À 18 h 30, rendez-vous à la chapelle St-Alban (150 Hodson - lobby) pour un théâtre-cafédessert. Animation (bilingue) et échange de cadeaux écologiques. Gratuit. Infos : voir nos annonces au Centre de la famille et dans les paquets expédiés par le GSD. Ou contactez Élise 847-5059, Marie-France 8449715, Francine 847-5417, ou Lily 844-2341.

21 novembre

«NOËL AU FÉMININ» We’ll be meeting at 6:30 p.m. at St-Alban’s Chapel (lobby) for a Christmas special evening just for women. Join us for special coffees, desserts, and fellowship. The highlights include a short play and an “ecological” gift exchange. It’s all free! Info: see the larger advertisement at the Family Center and in the packages distributed by the GSD, or contact Elise (847-5059), Marie-France (8449715), Francine (847-5417) or Lily (8442341).

HEURE DES FAMILLES AVEC LA CHAÎNE DE COMMANDEMENT La prochaine rencontre de l’Heure des familles avec la chaîne de commandement aura lieu le mercredi 21 novembre à 19 h au Centre com-

CONCERT DE NOËL La Chorale «Le Choeur de ma rivière» offre un concert gratuit aux familles des militaires.

ATELIER DE SCRAPBOOKING La Bibliothèque municipale de Shannon tiendra un atelier de scrapbooking le samedi 17 novembre, de 13 h à 16 h. L’activité s’adresse aux jeunes âgés de plus de 9 ans et aux adultes. Coût : 5$. Inscription obligatoire auprès de la bibliothèque. Apportez vos photos pour l’activité. Infos : 844-1622.

25 novembre

la banquette arrière. De plus, les commandes se manipulent du bout des doigts, du siège du conducteur. Signe des temps? Malgré le prix de l’essence en hausse constante, les véhicules utilitaires sport sont toujours aussi populaires. Le constructeur Volkswagen livre la marchandise avec ce nouveau Touareg 2 2008. Le prix demandé pour ce modèle de deuxième génération est de 49 975$ pour le modèle V6 de base et de 64 775$ pour la version de base à moteur V8. Heureux celui qui peut se procurer le Volkswagen Touareg 2 2008, ce n’est pas à la portée de toutes les bourses! Volkswagen ne signifie pas toujours «voiture du peuple»! L’essai routier du Volkswagen Touareg 2 2008 a été rendu possible grâce à la collaboration de Volkswagen Canada.

Ce concert intitulé «La naissance de l’espoir» aura lieu à la chapelle catholique SainteJeanne d’Arc, le dimanche 25 novembre à 14 heures. Vous pouvez vous procurer les billets au Métro-Canexet au Centre de la famille Valcartier (centre communautaire). Le but de ce concert est d’apporter un appui aux familles des soldats qui sont en Afghanistan. Soyez les bienvenus!

28 novembre MATINÉES SCIENCES ET TECHNOLOGIE R & D pour la défense Canada - Valcartier présente un conférence intitulée «Les robots du 21e siècle : défis et perspectives» le 28 novembre de 9 h à 10 h à l’auditorium II. Conférencier : Clément Gosselin, Ph. D, du laboratoire de robotique, Génie mécanique, Université Laval. Infos : Marielle Mokhtari, au 844-4000, poste 4282. RDDC Valcartier est situé au 2459, boul. Pie-XI Nord (prolongement de l’autoroute Henri-IV).

Divers FAMILLES D’ACCUEIL POUR ÉTUDIANTS ÉTRANGERS RECHERCHÉES Des étudiants de niveau secondaire V recherchent des familles d’accueil pour leur séjour au Québec. Ces étudiants seront ici pour une année scolaire. En accueillant chez vous un étudiant, vous donnez à une jeune personne qui vient d’un autre pays la chance de sa vie : vivre avec votre famille et apprendre la langue, les coutumes et la culture de votre pays. Ce qu’il vous demande est de le nourrir et de le loger. Une expérience enrichissante pour toute votre famille. Infos : ASSE 1 800 361-3214 ou Lisa Girard, représentante de votre secteur, au 873-4967. Site Web : www.asse.com À LA CHAPELLE ST. ALBAN - Ligne urgence-prière pour parler en toute confidentialité des questions qui vous dépassent. Appeler au 844-9715 entre 13 h et 20 h 30 ou envoyer un courriel à marie.france01@hotmail.com. - Rencontres (bilingues) pour femmes chaque lundi de 13 h à 15 h. Discussion libre, partage sur les textes des Évangiles, prières en groupe. Venez avec une amie! Infos : MarieFrance, 844-9715. - Améliorez votre anglais en étudiant, en anglais, l’épître aux Romains écrit par Saint Paul. Apportez votre lunch (breuvages gra-

FICHE TECHNIQUE Marque: VOLKSWAGEN Modèle: TOUAREG 2 V6 2008 (modèle d’essai) Autre(s) modèle(s): TOUAREG 2 V8 2008 Catégorie: Véhicule utilitaire sport Prix : 56 525$ (modèle d’essai) Garanties : 4 ans 80 000 km/5 ans 100 000 km Moteur : V6 de 3,6 litres Puissance ch. (kW) : 280 (209) à 6200 tr/min Couple lb-pi (N.m) : 265 (360) à 2500 - 5000 tr/min Autre(s) moteur(s) : V8 de 4,2 litres de 350 chevaux Transmission : Automatique Tiptronic à six rapports Autre(s) transmission(s) :Aucune Traction : Traction intégrale Système antipatinage : Oui avec antidérapage Suspension : Avant : indépendante à double triangulation Arrière : indépendante à quatre bras Direction : À crémaillère, à assistance variable Freins : Avant : disques ventilés (ABS) et (EBD) Arrière : disques ventilés (ABS) et (EBD) Coussins gonflables : Frontaux, latéraux et rideaux gonflables Empattement : 285,5 centimètres Poids : 2332 kg Capacité de remorquage : 3500 kg Capacité du coffre : 2000 litres (banquette rabattue) Capacité du réservoir : 100 litres Consommation : Ville : 15,1 l/100 km ou 19 mi/gal* Route : 11,0 l/100 km ou 26 mi/gal* Émission de CO2 : 6288 kg/année* *Selon Ressources naturelles Canada Sécurité : Non testée selon les tests de collision par www.iihs.org Autres modèles concurrents : - Acura MDX - BMW X5 - Jeep Grand Cherokee - Land Rover LR3 - Lexus RX 350 - Mercedes-Benz ML350 - Subaru Tribeca B9 - Volvo XC90 Pour : Contre : - Finition soignée - Prix élevé - Capacité hors route - Fiabilité? surprenante - Sièges confortables - Gourmand en carburant - Bon choix de moteurs - Poids élevé - Habitacle spacieux - Bonne transmission - Sécurité active et passive poussée

tuits). Chaque mardi de 12 h 10 à 12 h 50. Infos : padré Harold Ristau 847-5059. - Culte liturgique traditionnel (francophone) avec communion chaque mercredi de 16 h 30 à 17 h 15. Prières pour nos troupes. Infos : padré Jason Kouri (poste 6269). - Culte francophone évangélique chaque dimanche à 10 h. Culte liturgique traditionnel (anglophone) le 2e dimanche du mois (11 novembre) de 9 h à 10 h. Infos : padré Albert Harper (poste 6716), padré Harold Ristau (847-5059). ST. ALBAN’S CHAPEL SERVICES - Emergency prayer line: speak in confidence with someone about your spiritual needs or when you feel out of control in your daily life. Dial 844-9715 between 1:00 p.m. and 8:00 p.m., or send anytime an email to marie.france01@hotmail.com . - Bilingual ladies’ meetings each Monday between 1:00 and 3:00 pm. Warm welcome, cordial discussion about Gospel readings, prayers for your beloveds. Join us and bring a friend! Info: Marie-France, 844-9715. - English Bible Studies each Tuesday from 12:10 p.m. to 12:50 p.m. Bring your lunch (free beverages) and come for reading and discussing about Romans’ Epistle written by St.Paul apostle. Info : Padre Harold Ristau (847-5059) or padre Albert Harper (ext. 6716). - Short protestant liturgical service in French each Wednesday from 4:30 p.m. to 5:15 p.m. Special time reserved for praying for our troops. Families are welcome as well! - Worship evangelical service is conducted in French each Sunday at 10 a.m. The second Sunday of every month (next one November 11th), an English service is held between 9:00 a.m. to 10:00 a.m. Info: padre Albert Harper (ext. 6716,) or padre Harold Ristau (847-5059).

Prochaine parution du Bloc-note : 21 novembre 2007 Soumettez vos communiqués au plus tard le 13 novembre par la poste (voir notre adresse dans l’encadré en p. 6), par télécopieur au 844-6934 ou par courriel à +adsum@forces.gc.ca.


La CLINIQUE de PHYSIOTHÉRAPIE VALCARTIER

Contactezmoi...

Fait peau neuve !

Confiance Mille maisons... un chez-soi

Nous aurons le plaisir de vous accueillir dans nos nouveaux locaux à compter du 12 novembre 2007

Compétence Connaissance

PLACE SHANNON 438, boulevard Jacques-Cartier, suite 100

mario.pelletier@remax-quebec.com AGENT IMMOBILIER AGRÉÉ

PHYSIOTHÉRAPEUTES : ST-RAYMOND

VAL-BÉLAIR

SHANNON

VALCARTIER

QUÉBEC

Superbe cottage récemment construit, aire ouverte, 3 chambres, très belle décoration, bois franc, sans voisin arrière, à proximité sentier VTT et motoneige. Très grand terrain, fosse septique Écoflo. Plan intérieur unique. Possibilité de petits animaux.

Duplex, très bien situé, face à piste cyclable. Rénovations majeures effectuées tel que le drain agricole. Revenus:1 x 4 1/2 à 665$/mois, 1 x 4 1/2 à 450$/mois. Pour bricoleur.

Superbe résidence avec magnifique cuisine, aire ouverte, très bien éclairée. Foyer au salon combustion lente, hall d'entrée fini marbre, garage 26x16 grand terrain de 18,286 pi2, sans voisin arrière. Taxes minimes. À 10 minutes de la base.

TERRE À BOIS, 72 arpents, droit de construire, Suberbe vue panoramique, 97 000$.

Superbe 3 logements avec garage, bois franc, fenêtres récentes 2005, toiture 1995, grandes pièces. 1 x 4.5 pièces et 2 x 5.5 pièces, tous loués chauffés, entretenus avec beaucoup de soin. Près hôpital de l'Enfant-Jésus et Domaine Maizerets, transport en commun.

RECHERCHE PROPRIÉTÉS

Catherine TURGEON Isabelle THIBAULT

Maux de dos/cou, sciatalgie, blessures sportives, entorses, tendinites, pré/post-opératoire, douleurs reliées à la grossesse Parlez-en à votre physiothérapeute

(418) 844-2177

Shannon • Ste-Catherine Val-Bélair • Loretteville

Notre équipe est là pour vous aider !

PARTICIPANT AU SERVICE DE RELOGEMENT DES FORCES CANADIENNES

L’ÉQUIPE RAPHAËL DUMAIS La Capitale Sélect* Courtier immobilier agréé

Raphaël Dumais

Agent immobilier affilié

627-3333 cell.: 571-0343

Christian Dumais

www.raphaeldumais.com

J’offre 2 garanties gratuites

Très belle maison 26 x 42. Très bien entretenue, fenêtres PVC, 4 chambres, lattes de bois, 2 salles de bain, sous-sol fini 80%, grand cabanon, près de tous les services, même propriétaire depuis le début, prise de possession 30 juin 2008.

99

ST-NICOLAS

99

49

20

0$

17

Jolie maison, 2 chambres, 1 bureau + boudoir, très grand salon, foyer, vide sanitaire, sous-sol en partie, garage double 25x25. Immense terrain + de 41000 pi2, possibilité de vendre une partie.

Maison clé en main, plusieurs améliorations, 3 chambres au rez-de-chaussée + 1 au sous-sol, lattes de bois, annexe à l'arrière, 4 portes-fenêtres, combustion lente. Impeccable, près de tous les services, pas de pancarte. Possibilité garderie. Prise poss. très rapide.

VAL-BÉLAIR

BEAUPORT

U ND VE

Joli plein pied de 25 x 50, 3 chambres au rez-dechaussée, 2 salons, bien entretenu, entrée indépendante au sous-sol terminé à 95%, près de tous les services, prise de possession très flexible.

U ND VE

Impeccable maison très bien entretenue, 4 chambres, armoires bois, lattes de bois, aire ouverte, combustion lente, entrée indépendante, sous-sol fini à 80%, aucun voisin arrière, près des écoles et de tous les services. À 5 minutes de la base militaire.

7 novembre 2007 / Adsum / Page 13

Maison à étage avec garage, bien entretenue au fil des ans. Superbe terrassement, interbloc, solarium, aire ouverte, 2 combustion lente. Chaleureuse, elle saura vous plaire!

HAUTE-ST-CHARLES

0 40

LORETTEVILLE

$ 00

22

Havre de paix, coquette maison sur un magnifique terrain de + de 9000 pi2, bordant la rivière, à moins de 25 km des ponts, situé près du terrain de golf. Entrée indépendante au sous-sol, piscine. Prise de possession flexible.

Magnifique, un bijou, cuisine de rêve, décoration sublime, maison complètement multifonctionnelle, aires ouvertes, vestibule, grande chambre des maîtres, salle de bain superbe, 2 chambres au rez-de-chaussée, sous-sol terminé à 90%, grand terrain +14,000 pi2, grand patio. Près tous les services.

$ 00

$ 00

11

$

99

21

Superbe condo 4 1/2 5 ans, armoires mélamine, flottant, bain tourbillon, douche indépendante, ±960 pi2, très belle vue, près de tous les services à pied. Prise de possession flexible.

ST-GILLES

ST-FÉRÉOL-DES-NEIGES

00

U ND VE

18

ACESSOIRES PLOMBERIE ÉLECTRICITÉ CHAUFFAGE

GARANTIE VERSEMENTS HYPOTHÉCAIRES

BEAUPORT

NEUFCHATEL

0$

0 45

Agent immobilier affilié


Pirates, princesses, super héros et les autres, nous voici! De nombreux lecteurs ont répondu à notre invitation de publier sans frais la photo de leurs enfants en costume díHalloween. Merci à tous de votre participation! Un tirage a eu lieu parmi tous nos participants et la gagnante est Mme Annie Marchand de Shannon qui mérite trois romans jeunesse l’éditeur Dominique et compagnie ainsi qu’un chèque-cadeau de 50$, gracieuseté de CANEX.

Anthony Bon 6 ans, de Sh

Julianne Robertson, 2 ans, et Jacob Robertson, 5 ans de Saint-Jean-Chrysostome

Maude Paquet Villeneuve 5 ans, de Courcelette

David Vincent 3 ans, de Québec

Victor Martin 2 1/2 ans, de Courcelette

Émile Martin 4 ans, de Courcelette

Mickael Martin 6 1/2 ans, de Courcelette

Malek Fortin 20 mois, de Courcelette

Ryan Veilleux 5 ans, de Québec

Joël Pinault 4 ans, de Shannon

Gabrielle Pinault 6 ans, de Shannon

Dominik Pinault 6 ans, de Shannon

Camille Pinault 8 ans, de Shannon

Tia et Nina Smith 10 ans et 7 ans, de Val-Bélair

Philippe Robichaud 9 mois, de Shannon

Henrik Fo 3 mois, de Cou

Dimitri Chic 17 mois, de Saint

GAGNANTE

Denis Morin et son équipe Agent immobilier affilié

Jacob, 19 mois, Anthony, 2 ans, Charlotte, 3 ans, Jérémy, 3 ans, Darick, 14 mois et Mégan 3 ans De la garderie de Mme Annie Marchand à Shannon

Page 14 / Adsum / 7 novembre 2007

James, 10 mois, Alex, 3 ans, Zachary, 3 ans, Bianca, 4 ans, et Emile, 2 ans. De la garderie en milieu familial de Mme Mélissa Drolet à Shannon

Raphaelle, 4 ans, Sandrine, 5 ans, Mathis Laplante, 2 ans, Mathys Cantin, 3 ans,et Julia-Rose, 15 mois. De la garderie en milieu familial de Mme Rénate Héroux à Shannon

Jane Durand, 19 mois, Adèle Campagna, 1 an, Laura Arsenault, 3 ans, Donnovan Mailloux, 2 ans, et Raphaelle Moirin, 1 an. De la garderie en milieu familial de Mme Mélanie Beaulieu à Shannon

Jade, 8 ans, Léonie, 6 ans, et Delphine Champagne, 10 mois de Shannon

Mélanie Savard Josée Lefebvre Christian Savard Josette McNicoll Jean-Yves Bouchard Agent immobilier affilié

Denis Morin

Agent immobilier affilié Agent immobilier affilié

Agent immobilier affilié

Agent immobilier affilié

418 628-2000

Agent immobilier affilié ST-GABRIEL-DE-VALCARTIER

CHARLESBOURG

QUÉBEC (Limoilou)

HAUTE ST-CHARLES

Site enchanteur, superbe propriété, 3 chambres, foyer. Grand terrain 50,629 pi2, vue & accès directement sur rivière JacquesCartier. Très fonctionnelle, elle saura vous ravir!

Superbe duplex, qualité supérieure. Rez-dechaussée pour le propriétaire, 2 chambres, armoires de cuisine merisier, comptoir céramique. Grand 3 1/2 au sous-sol, loué.

Dernier étage, beau condo 6 1/2 Vieux Limoilou. 3 chambres, planchers de lattes bois, mur de brique, galeries avant & arrière. Beaucoup de rénos effectuées. Luminosité unique!

Vous loger à petit prix! Secteur tranquille, maison mobile 65x14 très propre, 3 chambres, tapis & céramique. Terrain paysager avec cabanon. Une visite vous convaincra!

CHARLESBOURG

ÎLE D’ORLÉANS

QUÉBEC

CHARLESBOURG

Magnifique bungalow surélevé 32x32, garage attaché. 3 chambres, cuisine armoires merisier. Comptoirs céramique, cuisine & salle de bain. Grandes pièces lumineuses, tourelle. Sans voisin arrière.

Très belle centenaire, charme d'antan, intérieur restauré en 1989. 2 chambres, beaucoup de luminosité. Terrain entouré d'arbres matures, idéal pour première maison. À voir absolument!

Situé dans un secteur recherché, bungalow 27x37, 4 chambres et planchers bois franc. Terrain paysager avec piscine H.T. et d'une intimité rare. Il saura vous plaire!

Condo sur 2 étages (rdc+ss) grande chambre au sous-sol + salle familiale, 2 salles de bains, salle à manger indépendante. Décoré au goût du jour, beau cachet. Près de tous les services.

HAUTE ST-CHARLES

BEAUPORT

SAINTE-FOY

QUÉBEC

Joli bungalow 6 chambres dont 3 au sous-sol, chambre froide. Terrain paysager, terrasse 12x17, cabanon 12x12. Près de tous les services, il saura vous plaire!

Situé dans un bon secteur, maison mobile, 3 chambres,planchers flottant & couvresol souple. Terrain 5 569 pi2 aménagé avec remise. Une visite vous convaincra!

"Libre immédiatement". Beau condo 2 chambres, 2 salles de bains, salle de lavage. Situé dans beau secteur et près de tous les services, il saura vous charmer!

Superbe propriété bien entretenue, 4 chambres, salle de bain refaite au goût du jour, sous-sol aménagé avec beaucoup d'espace et commodité. Toiture neuve. Une visite vaut mille mots.

CHARLESBOURG

L’ANCIENNE-LORETTE

HAUTE ST-CHARLES

SAINTE-FOY

Magnifique résidence,garage attaché.4 ch.+ 1 bureau, 2 salles de bains, immense salon avec foyer, salle à manger ind. et cuisine avec comptoir lunch. Superbe terrain paysager, 2 patios, piscine HT, arbres matures.

Belle propriété avec abri d'auto, 3 chambres à l'étage, sous-sol aménagé. Beaucoup de rénovations ont été effectuées dont la toiture en 2007. Faut voir!

Beau & grand bungalow, abri d'auto, 6 chambres dont 3 au sous-sol, planchers parqueterie, tapis & céramique. Situé dans un secteur paisible, il saura vous charmer!

Joli condo 5 1/2 situé au 2ième étage. 3 chambres. Près de tous les services, il saura vous plaire!


ony Bonneau de Shannon

nrik Fortin de Courcelette

tri Chicoine e Saint-Raymond

Myriam Bonneau 8 ans, de Shannon

Zackary Dompierre, 3ans, et Jasmine Dompierre, 1 ans, de Courcelette

Alexis Cloutier-Audet, 9 ans, et Rosalie Cloutier-Audet, 5 ans de Jonquière

Jessica Durand, 8 ans, et Mathieu Durand, 9 ans de Québec

Kyana Gauthier-Theriault 4 ans, de Québec

Marion Savard 8 mois et demi, de Courcelette

Anthony Etienne 9 ans, de Val-Bélair

Émile Roussell 19 mois, de Sainte-Catherinede-la-Jacques-Cartier

Olivia Gaudette 14 mois, de Québec

Laura Arsenault 3 ans, de Courcelette

Tommy Bélanger 2 1/2 ans, de Sainte-Catherinede-la-Jacques-Cartier

Anthony Doucet 10 mois, de Fossambault-sur-le-lac

Olivier Doucet 3 ans, de Fossambault-sur-le-lac

Noémie Veilleux 3 ans, de Québec

Heïdi Lavoie

Alicia Lavoie

Jasmin Paradis 23 mois, de Courcelette

Marianne Allard de Québec

Zachary Lévesque 6 ans, de Shannon

Jérémy Lévesque 8 ans, de Shannon

Xavié Dubois 2 ans, de Val-Bélair

7 novembre 2007 / Adsum / Page 15


CHRONIQUE LECTURE

Spécial jour du Souvenir Mourir en héros. Mémoire et mythe de la Première guerre mondiale

VENEZ VOUS FAIRE MASSER AU PROFIT DE CENTRAIDE L’équipe de la Promotion de la santé vous invite à prendre un moment pour vous détendre et relaxer lors de notre prochain midi-détente. Cette activité vous donnera l’occasion de rencontrer nos massothérapeutes qui vous feront expérimenter le massage sur chaise ou sur table. Tous les dons amassés lors de cette activité seront remis à la campagne Centraide 2007. C’est donc un rendez-vous le 14 novembre prochain, de 11 h 30 à 14 h 30 à l’entrée du Centre des sports. Pour information : 844-5000, poste 4677, ou Promosante.Valc@forces.gc.ca

VOUS AVEZ UN PROCHE PARENT QUI EST DÉPLOYÉ? Répondez à notre entrevue éclair Avez-vous déjà accordé une entrevue à un journal? Voici l’occasion de le faire sans même rencontrer un journaliste. Le journal Adsum est à la recherche de gens qui vivent actuellement le déploiement d’un proche parent et qui accepteraient de répondre à quelques questions à ce sujet. C’est simple, il suffit de nous envoyer un courriel à +adsum@forces.gc.ca nous faisant part de votre intérêt à participer et nous vous ferons parvenir les questions. Vous n’aurez ensuite qu’à nous retourner vos réponses et une photo de vous ou de votre famille (facultatif).

Une version mythique des événements de 19141918 a été créée à partir d’un assemblage complexe de faits réels, de demi-vérités et de pures inventions (..).Ce mythe a façonné la société canadienne et fut façonné par elle durant l’entre-deuxguerres. Une nouvelle identité est-elle née de ce dur conflit? Comment une guerre qui a tué 60 000 Canadiens et fait 170 000 blessés peut-elle devenir un point de référence de la construction de la nation canadienne? En s’attachant à la mémoire sociale de cet événement au Canada, Jonathan F. Vance nous montre avec précision comment une société recompose les faits pour en construire un mythe devenu réalité. Quitte à perdre de vue les véritables acteurs qui, eux, ne s’étaient pas enrôlés pour mourir en héros. TITRE : MOURIR EN HÉROS. MÉMOIRE ET MYTHE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

TEXTE : Jonathan F. VANCE ÉDITEUR : Athéna Éditions INFORMATIONS TECHNIQUES : 320 pages ISBN : 2-922865-51-7 29,95$

Une façon de faire la guerre. La prise de Cambrai, octobre 1918 Cette bataille est un excellent exemple de la complexité qu’a prise la guerre au début du XX e siècle. Elle sera la dernière bataille impliquant toutes les formations importantes du corps d’armée canadien. Cette bataille est aussi exemplaire de la façon de faire de ce même corps d’armée, qui n’existait que depuis trois ans, mais qui avait remporté des victoires spectaculaires à la crête de Vimy et à la côte 70. Néophyte à la guerre industrielle, l’armée canadienne fit un apprentissage accéléré – à un prix qu’il est souvent difficile d’imaginer. Étudier la bataille de canal du Nord/Cambrai et les autres engagements des Cent Jours nous permet de tirer une leçon qui va bien au-delà de la tactique et de la technique et se situe plutôt au niveau de la morale. Il arriva un moment où les membres du corps d’armée canadien cessèrent d’être des hommes à sacrifier et devinrent des techniciens, cherchant à se servir de leurs connaissances pour vaincre l’armée allemande; ils devinrent une ressource qu’il fallait protéger et non plus gaspiller. TITRE : UNE FAÇON DE FAIRE LA GUERRE. LA PRISE DE CAMBRAI, OCTOBRE 1918

TEXTE : Bill RAWLING ÉDITEUR : Athéna Éditions INFORMATIONS TECHNIQUES : 236 pages ISBN : 2-922865-41-X 24,95$

Page 16 / Adsum / 7 novembre 2007

GAGNEZ CES LIVRES Vous pourriez gagner ces deux livres en soumettant tout simplement votre nom et numéro de téléphone par courriel à +adsum@forces.gc.ca ou par télécopieur au 844-6934 au plus tard le jeudi 15 novembre. La gagnante de notre dernier tirage Mme Sandra Vermette est l'heureuse gagnante des livres présentés dans notre chronique du 24 octobre 2007 : «Falcon mines» et «Karma et coups de foudre». Félicitations!


NISTAN A H G F A N E S E R T O N S E L

Le peloton de transport : de la logistique et des précautions Par le capitaine R-P. Morin Commandant du peloton de transport, ESN FOI Afg Roto 4 Ici à Kandahar, toutes les opérations comportent différentes tâches de transport. Que ce soit sur Kandahar Airfield (KAF) ou à l’extérieur, principalement lors des opérations de ravitaillement des bases d’opération avancées (BOA) ou lorsque les éléments du Groupement tactique sont déployés, le peloton de transport est impliqué. Le peloton regroupe plusieurs sections dont les opérations, la répartition, la sécurité routière et CANCAP. Les responsabilités des employés civils CANCAP sont nombreuses au sein du peloton. Ceux-ci sont principalement employés à maintenir en puissance toutes les opérations de transport sur le camp KAF. Le transport de conteneurs maritimes, de passagers, de munitions, la gestion de la flotte de véhicules loués et la liaison maintenance en sont quelques exemples. D’un autre côté, toutes les opérations de transport faites à l’extérieur de KAF, sont exécutées par les chauffeurs militaires du peloton.

TRANSPORT ET LOGISTIQUE Les différentes unités et les BOA coordonnent leurs besoins en ravitaillement avec le centre des opérations logistiques (COL) de l’ESN qui établit les priorités et les cargaisons à être transportées. Par la suite, la demande de transport est acheminée aux opérations du peloton de transport qui effectuera les préparatifs nécessaires afin de créer la patrouille logistique de combat (PLC). Les tâches principales de la cellule des opérations du peloton sont de répartir les véhicules et le personnel afin de maximiser les chargements et de minimiser le nombre de véhicules nécessaires afin d’accomplir la tâche. Plusieurs heures sont nécessaires afin de préparer les PLC. Premièrement, les commandants de colonne et d’escorte exécutent leurs procédures de bataille; simultanément, les chauffeurs font la vérification mécanique et s’affairent au chargement des différents véhicules. Par la suite, les membres du peloton de transport et du peloton de défense et sécurité qui escortent la colonne se rencontrent pour les ordres. Cartes topographiques, ordinateurs, maquettes, schéma de manœuvre, tout est expliqué en détails afin d’effectuer la mission le plus sécuritairement possible. Le tempo des opérations est élevé, une nouvelle PLC est conduite chaque jour avec toujours le même objectif, fournir le soutien aux opérations qui se déroulent partout dans notre zone de responsabilités, la province de Kandahar.

SUR LA ROUTE... PRUDENCE! Par la suite, c’est le départ! Sur la route, nous devons être très vigilants, et ce, en tout temps. Les situations imprévues, comme par exemple les pannes mécaniques, les crevaisons,

L’équipe du peloton de transport de l’Élément de soutien national (ESN) employé au sein de la Force opérationnelle interarmées Afghanistan (FOI Afg) rotation 4.

sont tous des cas où nous devons immobiliser la PLC. Une fois immobile, la PLC devient très vulnérable, c’est à ce moment précis que nous apprécions énormément l’année d’entraînement que nous avons eue avant notre déploiement. Tant à l’est qu’à l’ouest, la menace des dispositifs explosifs de circonstance (DEC) est présente. Nous devons observer et analyser rapidement toutes les anomalies sur les routes tels de nouveaux trous, des bosses, des tas de pierres, etc.; chaque indice peut nous éviter l’explosion d’un DEC et nous sauver la vie. Traverser la ville de Kandahar en pleine heure de pointe est aussi une expérience très enrichissante. Chaque individu, chaque véhicule peut être une menace potentielle; nous devons rester extrêmement alertes et être prêts à réagir rapidement devant n’importe quelle situation.

ALLER ET RETOUR À notre arrivée sur les BOA, nous rencontrons les autres membres du peloton qui sont utilisés en soutien aux BOA ou au sein des unités de combat. Tous sont heureux de se revoir et de se raconter les dernières histoires ou nouvelles de la semaine, échanger des poches de lavage et quelques friandises. Très rapidement, le travail remplace les retrouvailles, nous devons transférer la cargaison afin de retourner sur la route le plus vite possible de façon à réduire les risques de DEC ou d’embuscades.

Et nous revoilà sur la route. À notre retour que ce soit en jouant une partie de hockeysur KAF, une réunion a toujours lieu entre balle ou de cartes, en regardant un film, en la force de protection (escorte) et les chauf- s’adonnant à des jeux vidéo ou en commufeurs pour recueillir les points d’intelligence niquant par Internet avec sa famille, tous les et discuter des procédures à améliorer ou moyens sont bons pour oublier la menace à conserver. Après cette réunion, le temps de et se détendre un peu. Après quelques heures relaxation est encore loin; nous devons de sommeil, une autre journée débute avec décharger les véhicules, nettoyer les armes une nouvelle PLC ou encore, une affection et l’équipement de façon à préparer la d’une vingtaine de jour sur une base d’opération avancée. prochaine PLC. La durée totale d’une PLC en incluant la préparation, l’exécution et le retour est d’environ 20 heures. Le travail est très exigeant, mais en même temps tellement excitant! Une fois les véhicules déchargés, nettoyés et prêts pour la prochaine PLC, les chauffeurs se retrouvent dans leurs quartiers de repos. Chacun a sa façon de relaxer Pour l’aider à monter la côte, un ARV (tank) pousse une remorque conduite par le et de se reposer, caporal Jacques transportant un RG-31.

GRANDE LIQUIDATION ION 2007

RABAIS MILITAIRE 500$ à l’achat ou la location d’un véhicule neuf

Moteur 4 cylindres 140 H.P. Transmission manuelle Vitres électriques Régulateur de vitesse Verrouilllage des portes à télécommande Miroirs à commande électrique ...et beaucoup plus!

14 EN INVENTAIRE

S AT U R N S A A B D E Q U É B E C

$*

61

/ SEMAINE

0% à l’achat • 72 mois

S AT U R N D E S T E - F OY

765, rue Marais, Québec (Québec) 681-5777 • www.saturnquebec.ca • Courriel : saturn@quebec.ca 3330, rue Watt, Sainte-Foy (Québec) 653-1312 • www.saturnstefoy.ca • Courriel : saturn@saturnstefoy.ca *Rabais GMAC inclus. Transport préparation inclus. Taxes incluses. Aucune surprise, tout inclus. Financement avec GMAC sur approbation du service de crédit.Photo à titre indicatif.

E ssence incluse. PROGRAMME ÉTUDIANT

7 novembre 2007 / Adsum / Page 17

BERLINE ou COUPÉ CLIMATISEUR INCLUS ION 2 2007


NISTAN A H G F A N E S E R T O N S E L

24 heures dans un peloton d’infanterie Par le capitaine Geoffroy Dionne Le 22 août 2007 au matin, lors d’une opération le long de la rivière Arghandab, la compagnie C a effectué une feinte sur différentes positions de bataille afin de déclencher le système d’alerte avancée des insurgés. L’équipe de combat était composée d’une troupe de chars, de deux pelotons d’infanterie mécanisée et d’une section d’ingénieurs. Le déplacement s’est fait vers le lit de la rivière Arghandab : le niveau de la rivière était bas et nous a permis de nous déplacer vers les différentes positions de bataille. Cette opération consistait à prendre un terrain clé, la désormais fameuse montagne Ghundey Ghar où deux militaires canadiens ont laissé leur vie cette journée-là. Pour notre compagnie, il s’agissait d’effectuer une feinte près d’un point chaud afin d’attirer l’attention des insurgés sur nous et de permettre à la compagnie B de prendre Ghundey Ghar sans problème. CINQ CONTACTS MAJEURS La compagnie C a essuyé cinq contacts majeurs d’armes légères, de RPG, de canon sans recul 82 mm et de mortier en direction des véhicules. Le mortier ennemi était très actif. L’opération commence à 4 h 30 dans l’obscurité. Le déplacement ne se fait pas sans peine : à peine 500 mètres d’avancée dans le lit de la rivière qu’un des véhicules tombe quenouille. Une dizaine de minutes plus tard,

nous sommes de nouveau sur la bonne voie avec les chars en tête pour reconnaître la piste. Puis, à peine une centaine de mètres plus tard, deux autres véhicules de la compagnie s’enlisent encore. Plus d’une quinzaine de minutes plus tard, la compagnie repart vers son objectif. Le commandant de compagnie est impatient de voir les véhicules se déprendre de ce bourbier. Alors, il annonce de vive voix sur les airs pour motiver les troupes : «À tous les indicatifs d’appel, nous ne sommes pas sur un cours de chauffeur, réveillez-vous! L’entraînement est fini!». Effectivement, après ce bref rappel à l’ordre, le déplacement s’est bien déroulé. DES FEUX «D’ARTIFICE» Tout est tranquille à l’arrivée à la limite d’exploitation et les véhicules adoptent une position défensive hâtive. L’artillerie envoie une mission de tir dans le lit de la rivière à l’ouest et à l’est. On observe d’immenses nuages de fumée. Puis, des obus tombent au nord. C’est à ce moment précis que je constate que le tir provient des mortiers insurgés. Le tir de mortier des insurgés nous tombe dessus. Le tir de roquettes et d’armes légères commence également du côté sud de la rivière. Les Léopard et les VBL ont engagé les sites de lancement ennemis; nous réalisons que notre feinte a été efficace puisque nous sommes dans un véritable nid de guêpes.

Un Léopard appuie l’opération de la compagnie C sur la rivière Arghandab.

La menace éliminée, nous changeons donc de position de bataille. Avant même de sortir de la zone d’abattage, de nouvelles positions de tir ennemi nous engagent du nord et du sud. Les VBL et les chars engagent les deux positions ennemies créant, encore une fois, un beau feu d’artifice. ENCORE DU BOULOT! La compagnie C retourne à la base d’opération avancée (BOA) Ma’Sum Ghar vers 9 h 30. La menace est repoussée tout au long du désengagement. De retour vers la BOA, avant même de débarquer de nos véhicules, une nouvelle tâche nous attend au PC. Le travail consiste à aller sécuriser un site et à escorter une équipe de désamorçage des dis-

positifs explosifs (équipe EOD) pour le désamorçage d’un dispositif explosif de circonstance (DEC). L’Armée nationale afghane (ANA) est déjà sur place depuis plus de quatre heures et dès notre arrivée, nous contribuons à rendre le site sécuritaire. L’équipe EOD déploie le robot afin de neutraliser la charge. Lorsque j’ai vu le site, je me suis aperçu que j’étais au même endroit deux jours plus tôt alors que mon véhicule était pris sur le bord du petit ponceau. Six heures plus tard, la tâche terminée, nous revenons à la BOA. Le premier réflexe à l’arrivée est d’enlever notre équipement, après avoir passé une journée au soleil à plus de 45 degrés Celsius. Nos uniformes de combat sont mouillés jusqu’aux bottes tellement il a fait chaud. Pour ma part, j’ai bu au moins six litres d’eau au cours de la journée. Nous prenons le temps de manger le seul vrai repas de la journée à 17 h. Puis une nouvelle tâche arrive. Je prends une grande respiration avant de me lever et me faire expliquer la situation. Il nous faut «nettoyer» une route afin de vérifier la validité d’un indicateur de combat. D’après nos sources de renseignement, il est possible qu’un DEC s’y trouve. Vers 3 h du matin, la journée se termine à la même heure où elle a commencé après 24 heures d’opérations. Une bonne nuit de sommeil nous attend finalement.

ENTREVUES ÉCLAIR NOM

NOM

Capitaine Claude Pigeon

Capitaine Marie-Josée Desroches

FONCTION

FONCTION

Padre du Groupement tactique, 3e Bataillon, Royal 22e Régiment

Assistant capitaine-adjudant et assistant officier des Opérations

UNITÉ DE TRAVAIL

UNITÉ DE TRAVAIL

Page 18 / Adsum / 7 novembre 2007

avant votre départ : 3 R22eR en Afghanistan : GT 3 R22eR

Où se déroulent la plupart de vos journées de travail? Comme la plupart des membres du Groupement tactique (GT) sont déployés dans les bases d'opération avancées (BOA), le travail de l'aumônier du GT se déroule en alternance sur les BOA et à Kandahar. Chaque visite à une BOA vise à partager le quotidien des militaires déployés et être à l'écoute de leurs besoins. Un séjour de quatre ou cinq jours me permet de rencontrer les militaires sur place, de les écouter, de faire des entrevues de counselling pastoral, de les orienter vers certaines démarches personnelles ou familiales et de les encourager dans leur travail. Dans le jargon des aumôniers, c'est ce qu'on appelle le ministère de présence. Expliquez-nous en quoi consiste votre travail. Suivant le rythme des opérations, l'aumônier rencontre les troupes qui partent et accueille celles qui arrivent. Il peut recevoir les confidences des gens qui ont vécu des expériences particulières ou qui vivent des situations personnelles ou familiales plus difficiles. Une tâche importante de l'aumônier consiste également à faire le lien avec l'arrière-garde. Il annonce les bonnes nouvelles qui arrivent de la maison et partage les sentiments qui accompagnent les moins bonnes. En sens inverse, il communique avec l'arrière-garde pour transmettre les informations qui arrivent du théâtre opérationnel. Il fait des recommandations à la chaîne de commandement sur les congés qui devraient être accordés pour des raisons familiales ou sur les rapatriements en cas de situations familiales urgentes. Il est l'oreille de la troupe et les yeux du commandant. L'aumônier travaille en

étroite collaboration avec les travailleurs sociaux qui sont à Kandahar et le personnel médical présent sur chaque BOA. Quelle a été votre plus belle découverte? Je partage le sentiment général de plusieurs à l'effet que le défi ici est très grand. Mais lorsqu'on découvre l'écart entre les conditions de vie en Afghanistan et celles que nous connaissons chez nous, on espère simplement que notre travail permettra au moins d'ajouter une pierre pour aider à la reconstruction de ce pays. Qu’est-ce qui vous motive à vous lever chaque matin et à vous dépasser? Au moment où j'écris ces lignes, c'est la première journée d'école de ma filleule, Sarah-Maude. Je viens de lui parler et après lui avoir souhaité une bonne journée, je réalisais qu'encore trop peu d'enfants ici ont cette chance de recevoir une éducation convenable. Dans la région où j'ai passé la semaine, j'ai vu plus d'enfants recevoir des soins de la part de notre personnel médical que d'enfants se diriger vers des classes. La notion d'avenir pour les enfants afghans ne pourra exister que lorsqu'une certaine stabilité sera établie. J'aime croire que nous sommes en amont de ce projet à long terme et que nous contribuons à sa réalisation. Aimeriez-vous écrire un mot pour votre entourage? À ma nièce, Sarah-Maude, 4 ans, et à mon neveu, Émile, 2 ans, j'offre ce séjour en Afghanistan pour que le monde dans lequel ils vont grandir soit, peutêtre, un peu meilleur.

avant votre départ : 1er Bataillon, Royal 22e Régiment - en Afghanistan : Équipe de liaison et de mentorat opérationnel (ELMO)

Aviez-vous déjà été déployé auparavant? Il s'agit de mon premier déploiement. Où se déroulent la plupart de vos journées de travail? Au QG de l'ELMO, à KAF (Kandahar Air Field) Expliquez-nous en quoi consiste votre travail. J'assiste l'officier des Opérations de l'ELMO dans toutes les opérations en cours. Je prépare le battle update brief (BUB) le matin pour la force et je le présente chaque matin au commandant adjoint de la Force opérationnelle interarmées Afghanistan. Je recueille et envoie les documents sur l'information courante dans les bases d'opération avancées. Je recueille les daily sitrep reports pour tous les kandaks et je les compile pour faire celui de l'ELMO que j'envoie en après-midi. Je m'assure de toujours être à l'affût de tout ce qui se passe pour garder le commandant informé. Toute la journée, je m'occupe de réagir aux événements qui arrivent et je coordonne réapprovisionnements, mouvements de personnel et autres. Le soir, j'informe l'ELMO grâce à un BUB entre nous. Je m'occupe de coordonner tout ce qui a trait à l'utilisation des interprètes en gardant contact avec leur gérant. J'assiste aussi le capitaine-adjudant de l'ELMO pour les documents administratifs. Le soir, après 20 h, notre poste de commandement quitte le réseau et je me lance dans les RPD, HLTA, rapport de blessures, promotions et autres. Je quitte finalement vers 22 h. Quelle a été votre plus grande surprise en arrivant? La grosseur du camp KAF, le nombre d'installations,

de gens et de ressources monopolisés pour cette mission. Quelle a été votre plus belle découverte? Un petit endroit où je peux me retrouver seule près d'un des rares arbres sur le camp! Quel est votre plus grand défi? Rester chaque jour positive et énergique malgré les moments difficiles, les longues heures et les frustrations. Qu’est-ce qui vous motive à vous lever chaque matin et à vous dépasser? Je ne suis qu'un petit maillon dans une chaîne immense qui fait une différence pour les habitants de l'Afghanistan… Mais si je ne tiens pas le coup, c'est toute la chaîne qui en sera affaiblie! Si vous deviez convaincre quelqu’un de l’utilité de la mission canadienne en sol afghan, que lui diriez-vous? Nous sommes tellement choyés dans notre beau pays! C'est quand on sort qu'on s'en rend compte. Je crois que c'est la moindre des choses pour quelques milliers de personnes de faire un petit sacrifice de quelques mois, loin de ceux qu'on aime, pour améliorer la vie de plusieurs milliers d'autres êtres humains qui n'auront peut-être pas la même chance que moi. Aimeriez-vous écrire un mot pour votre entourage? À tous les gens que j'aime et qui m'aiment : ne vous inquiétez surtout pas, tout va bien et on se revoit bientôt.


NISTAN A H G F A N E S E R T O N S E L

21 jours avec les «boys»... Par le capitaine Serge Côté Capitaine adjudant, Élément de soutien national 3-07 Après 17 heures d’avion et de balade en Hercule, vous y êtes : KAF (Kandahar Air Field) et son nuage de poussière vous accueillent. Il n’en faut pas plus pour vous convaincre que l’aventure commence. Un certain confort s’installe après quelques jours, et c’est alors que vous réalisez que les neuf valeureux mois d’entraînement vous ont préparé adéquatement à ce que vous devez assumer comme fonctions (heures de sommeil et périodes de repos en moins). La lecture de courriels, l’assistance aux multiples réunions de coordination et la résolution de problèmes logistiques deviennent rapidement le centre de gravité de vos journées. Quand soudainement votre superviseur vous convoque à son bureau. ON PART EN EXCURSION! «Bonne nouvelle! Vous avez une tâche dans un lieu de villégiature, format tout inclus. Vous partez demain pour une période indéfinie sous les étoiles filantes de Ma’sum Ghar». Enfin, vous allez voir un peu de pays et devoir appliquer les drills tant pratiquées. Votre sac alpin est prêt en un rien de temps et un mélange d’appréhension et d’euphorie vous tient éveillé en attendant l’heure H. La porte du véhicule se ferme. Ça y est. Un frisson passe. Tout se déroule à merveille et les brebis aguerries effectuent ce qu’elles savent faire de mieux : les patrouilles logistiques de combat. Après deux heures trente de route, le soldat capteur en vous fait son entrée dans son nouveau royaume.

Scène classique sur les routes de la province : des enfants saluent notre passage, applaudissent ou tendent les bras.

prêt à tout pour combler leurs besoins illimités avec des ressources parfois plus que limitées. C’est à ce moment que l’ingéniosité, la coopération et la proactivité entrent en jeux. Peu importe le grade, peu importe le métier, la mission est commune : fournir le soutien vers l’avant. À force de les côtoyer, les boys ont maintenant un visage, un surnom, une histoire. ON ADOPTE UNE NOUVELLE VISION Rapidement, les liens se tissent et vos contacts vous permettent maintenant de sortir avec eux en patrouille. Dans leur véhicule, vous êtes confiant et profitez de leur expertise pour voyager et comprendre leur réa-

lité. C’est là que vous pouvez définir et assimiler leurs véritables besoins. Alors que vous êtes maintenant ici chez vous, que les boys ne sont plus simplement vos collègues immédiats, mais bien tous les gens du camp, l’objectif est atteint. Votre conscience est riche et votre vision du soutien est ferme. Vous devez maintenant retourner à KAF pour partager vos observations, votre «nouvelle» vision et appliquer vos idées. Ce n’est pas la fin d’une aventure, c’est le début d’une toute nouvelle mission : parfaire le soutien vers l’avant, à partir de KAF, afin que VOS «boys» soient dans les meilleures conditions possibles.

Un «soldat capteur» toujours à l’affût. Il ne rêvasse pas, il observe...

EN CONCLUSION... ■ ■ ■ ■ ■ ■ ■

21 jours sur une FOB : 1400$ de prime 44 Pop Tarts aux fraises : 8800 calories 42 rations de combat : 1267 minutes dans une toilette chimique 10 sorties du camp avec les boys : 1001 frissons 12 roquettes : 12 vœux similaires L’expérience acquise : ça n’a pas de prix ...Pour le reste, il y aura toujours Ma’sum Ghar!

Le caporal-chef Simard, technicien d’approvisionnement, assure la réception du matériel reçu lors de la dernière patrouille logistique de combat.

Encerclé de montagnes, votre nouvel univers est tout à l’opposé de ce que vous avez connu de l’Afghanistan jusqu’ici. Très rapidement, vous réalisez que vos meilleurs atouts sont la flexibilité et votre sens inné du «make it happen!». On vous promettait un lieu de villégiature et vous y trouverez votre compte : rations fraîches à l’occasion, douches rafraîchissantes et tartelettes populaires vous aussi vous aimez ça des Pop Tarts! Le rêve est devenu réalité.

7 novembre 2007 / Adsum / Page 19

ON FAIT INTIMEMENT ÉQUIPE Votre mission : coordonner le soutien d’un village austère offert par vos techniciens d’approvisionnement, vos mécanos, vos armuriers, vos chauffeurs, vos techniciens de communication et de système de visée, et autres. (Je suis conscient qu’il paraît prétentieux d’utiliser un pronom possessif devant chacun des membres cités, mais je vous assure que quelques heures suffisent pour développer un sentiment d’appartenance herculéen et une complicité hilarante avec VOTRE équipe). La promiscuité jumelée aux étoiles filantes qu’on vous avait promises (un terme plus exact serait «multiples roquettes»...) facilite grandement l’établissement d’un sentiment de réciprocité envers vos confrères. Et que dire de ceux que vous soutenez... Ces baïonnettes, ces militaires que vous considériez exigeants lorsque vous étiez à KAF, vous les trouvez maintenant débrouillards, efficaces et courageux. Vous êtes maintenant


NISTAN A H G F A N E S E R T O N S E L ENTREVUES ÉCLAIR NOM

Colonel Stéphane Lafaut

FONCTION Commandant ELMO

UNITÉ DE TRAVAIL avant votre départ : 1er Bataillon, Royal 22e Régiment - en Afghanistan : ELMO

Aviez-vous déjà été déployé auparavant? Oui, j'ai fait Chypre, la Croatie, l'Iraq et le Koweït. Où se déroulent la plupart de vos journées de travail? À KAF (Kandahar Air Field), au camp HERO et sur les bases d'opération avancées. Expliquez-nous en quoi consiste votre travail. Pour toute la durée de la rotation 4, je suis le mentor attitré du colonel Basir, le commandant de la 1re Brigade du 205e Corps de l'Armée nationale afghane. Quelle a été votre plus grande surprise en arrivant? La grandeur de KAF et la vie locale.

Le Royal 22e Régiment souligne son anniversaire à Kandahar

Par le major Richard Moffet Commandant adjoint, Groupement tactique du 3e Bataillon, Royal 22e Régiment Le Groupement tactique du 3 e Bataillon, Royal 22e Régiment (3 R22eR) a accueilli dans ses lignes tous les membres du régiment disponibles ainsi que ses confrères d’armes pour célébrer le 93e anniversaire du Royal 22e Régiment le vendredi 19 octobre. Un barbecue accompagné des deux bières réglementaires pour le mois ont été le principal point d’attraction pour les convives. Bien des glorieux 22 n’ont pu être de la réception étant donné le maintien des opérations de sécurité dans notre secteur de responsabilité. Les résidents de la base de Kandahar étaient en grande partie les principaux représentants du régiment.

Le sergent Jean Taillefer à gauche et l’adjudant Mario St-Pierre à droite profitent du bon temps pendant que ça passe.

Quelle a été votre plus belle découverte? La gentillesse et la générosité des Afghans. Quel est votre plus grand défi? Revenir avec tous les membres de mon unité en vie. Qu’est-ce qui vous motive à vous lever chaque matin et à vous dépasser? L'exemple constant que je dois donner à mes troupes. Si vous deviez convaincre quelqu’un de l’utilité de la mission canadienne en sol afghan, que lui diriez-vous? Le peuple afghan mérite une chance de vivre normalement.

L’adjudant Gérald Cayouette, au centre de la photo avec l’assiette encore vide, attend que l’on annonce le quatrième service. - Photos : Cplc Bruno Turcotte

NOM

Adjudant Philip Pelletier

FONCTION

Commis-chef, Élément de soutien national

UNITÉ DE TRAVAIL

Page 20 / Adsum / 7 novembre 2007

avant votre départ : 5e Groupe de soutien de secteur, Ressources humaines militaires à Valcartier - en Afghanistan : ESN

Aviez-vous déjà été déployé auparavant? Oui, c'est ma deuxième mission. J'ai été déployé dans le désert du Sinaï en Égypte de mai à novembre 2001. J'y étais comme commis-chef du camp avec le Génie construction. Où se déroulent la plupart de vos journées de travail? Une journée de travail débute très tôt pour moi, car je suis très matinal. De plus, le matin, j'ai les idées claires et c'est très tranquille, car je suis presque seul dans la bâtisse. La majorité de mon travail s'effectue sur le camp à KAF (Kandahar Air Field). Par contre, faisant partie de l'Élément de soutien national (ESN), nous devons effectuer des patrouilles logistiques de combat comme co-chauffeur. Expliquez-nous en quoi consiste votre travail. À titre de commis-chefs de l'ESN, nous sommes l'USTD de toute la Force opérationnelle Afghanistan, roto 4. Donc, nous administrons principalement les arrivées et départs de tous les Canadiens en théâtre. De plus, nous traitons la solde et les indemnités des militaires déployés. Mon équipe se compose de 18 commis qui sont principalement employés dans la salle des rapports du QG, ici à KAF. Il y en a trois à Kaboul, deux à l'Équipe provinciale de reconstruction et les autres se retrouvent dans les différentes compagnies de l'unité. Quelle a été votre plus grande surprise en arrivant? La logistique que comporte un camp comme celui-ci m'a vraiment impressionné. Quand je pense au nombre de personnes qui sont ici, c'est impressionnant, spécialement les repas, l'eau et plein d'autres choses.

Quelle a été votre plus belle découverte? Certainement les jeunes Afghans. Ils sont très pauvres et ils gardent toujours le sourire malgré tout. Quel est votre plus grand défi? Bien honnêtement, j'ai une équipe en or! J'ai bien l'intention que l'on effectue notre travail au meilleur de nos connaissances et que nous revenions tous à la maison ensemble. Qu’est-ce qui vous motive à vous lever chaque matin et à vous dépasser? Je peux vous dire que lorsque nous sommes au Canada, il est difficile de se rendre compte du soutien que nous donnons ici. Mais je peux vous dire que lorsque nous sommes ici, on peut voir l'amélioration et le rapprochement avec la population afghane. Juste voir un sourire sur un visage d'enfant afghan me motivera toujours. Si vous deviez convaincre quelqu’un de l’utilité de la mission canadienne en sol afghan, que lui diriez-vous? Que c'est malheureux, mais il faut être ici pour bien comprendre tout l'impact que nous avons sur l'avenir de l'Afghanistan. Aimeriez-vous écrire un mot pour votre entourage? J'aimerais saluer mon épouse Annie et ma petite fille Sarina qui me soutiennent moralement chaque jour dans cette mission. Sans leur accord et leur compréhension, je ne pourrais jamais faire ce que je fais présentement. Au fond, c'est à travers elles que je trouve la force pour effectuer ce boulot.

Tranche de vie Bientôt les vacances! Il reste dix jours, il reste neuf jours.... Ah, c’est demain le grand jour! Voilà ce qui résume bien le dernier décompte. Demain, je prends l’avion pour Paris. La coiffeuse, les bagages, les passeports, etc. Tout est enfin prêt! Comme ma voisine Martine, dont le conjoint est venu la rejoindre ici, j’ai passé par une gamme d’émotions contradictoires. J’ai hâte, je suis excitée, mais en même temps, je suis un peu inquiète, car c’est la première fois que je prends l’avion. Je sais qu’à mon retour, je vais de nouveau être seule. La dynamique va être différente de celle de Martine, la famille ne va pas venir nous visiter jusque là-bas. J’ai entendu parler d’une solution pour les militaires qui reviennent au pays pendant les vacances : faire une grosse fête pour permettre à la famille de revoir le militaire tous en même temps, plutôt que de venir à chacun leur tour. Comme ça, ça nous laisse plus de temps de qualité. Moi, je vais avoir à m’adapter avec mon décalage horaire ainsi que celui de mon chum. Des vacances, ça va faire du bien et il ne viendra pas briser la routine de la maison qui est si dure à trouver. En parlant avec Martine, j’ai réalisé que même changer la routine pour quelques semaines durant les vacances permet à tout le monde d’en bénéficier et d’apprécier ce moment. J’ai hâte de voir si cela va être comme la dernière fois. Est-ce qu’on va réussir à avoir une bonne discussion ou est-ce que cela va être superficiel? On se sent pressé par le

temps quand on n’a que quelques jours pour reprendre contact... *** Maintenant que les vacances sont passées, on dirait que tout s’est déroulé en accéléré. La routine est déjà revenue. J’ai tout de même passé par la même gamme d’émotions que lors de son départ. Et ce qui est particulier, c’est qu’autour de moi, plusieurs familles vont vivre ce processus à des moments différents, mais que malgré tout, on se comprend même si les vacances n’ont pas lieu en même temps pour tout le monde.

VOTRE SUDOKU Jouer au SUDOKU, c’est simple. Une seule règle : chaque ligne, colonne et carré de 3 x 3 doit contenir tous les chiffres de 1 à 9.

ERRATUM Une erreur s’est glissée dans l’article intitulé «L’action au rendez-vous... tous les jours ou presque!» du capitaine Steve Lévesque paru dans notre édition du 11 octobre dernier. Il aurait fallu lire «Une journée dont le général George P. Vanier (et non Sir Wilfrid Laurier) et le général Sir Charles Macpherson Dobell seraient bien fiers».

Voir solution en page 21.


Dieppe, la tragédie - Partie 6 Le journal Adsum vous présente la suite du texte historique sur le Débarquement de Dieppe, rédigé par M. Florent Tremblay, dont les premières parties ont paru dans notre cinq dernières éditions. Dans notre dernière édition, M. Tremblay revenait sur la captivité par les Allemands des prisonniers de guerre canadiens après le débarquement.

M. Jacques Nadeau n’aimait pas être captif des Allemands. Il a tenté de s’évader à trois reprises...

CASSÉ

Par Florent Tremblay (maj. Rés. ret.) CD, PhD L e 19 août 2007 marque le soixantecinquième anniversaire du débarquement manqué de nos Canadiens à Dieppe, en France. Un anniversaire, d’habitude ça se fête! Mais pas celui-ci...

SOLUTION SUDOKU de la p. 20

????

décida de sauter la clôture, littéralement, à l’aide d’une perche improvisée. Il n’alla pas loin! Aussitôt repris et traduit en justice, il se défendit en affirmant qu’il ferait partie de la délégation canadienne au saut à la perche lors des prochains jeux olympiques! Le commandant allemand s’esclaffa dans un grand éclat de rire et toute la cour martiale avec lui! Au bunker: sieben Tagen mit Brot und Wasser: «Au trou : sept jours au pain et à l’eau». LE RETOUR À LA VIE NORMALE L’année 1944 fut marquée par le débarquement réussi de Normandie; cela annonçait la montée des troupes alliées à travers l’Europe en entier et la défaite complète des armées allemandes qui acceptèrent la reddition en mai 1945. Ce fut la délivrance, la libération de tous les prisonniers! Le 23 mai 1945, au Québec, Mlle Jacqueline Senay reçut un télégramme : Jacqueline STOP Serai à Montréal fin de semaine STOP Suis anxieux et espère te voir bientôt STOP Sincèrement Jacques STOP Jacqueline se rendit à la gare. Elle attendait son Jacques, comme dans un beau film de guerre! L’année suivante, le 21 mai 1946, ils s’épousèrent dans la chapelle de Farnham et ils sont toujours ensemble après 61 ans de vie commune.

FAITE LE REMPLACER CHEZ NOUS ET

ON VOUS

DONNE modèle CDE 9870

LES ÉVASIONS «S’évader» : ce fut le mot, ou plutôt le rêve, qui occupait votre cerveau. Comment sortir de ces camps de la mort? Il y a cette fois où, deux des nôtres, Jacques Nadeau (se faisant passer pour Jack Carters) et Donat Langlois (qui prit le nom de Henry), après avoir trompé la vigilance des kapos, y parvinrent. Ils marchèrent cinq longues journées, se cachant dans la campagne et vivant de petites rapines. Tous les deux voyageaient en compagnie d’un camarade français rencontré. Nadeau. Il me confia qu’ils s’étaient évadés C’est ce dernier qui raconta le fait suivant d’un train qui les ramenait en Allemagne de dans le compte rendu qu’il fit, bien des années la Pologne où, suite à leur évasion dans la plus tard : «Quand ils nous virent arriver, le région de Cracovie, ils espéraient pouvoir chef nous regarda et ses cuistots nous dévi- s’embarquer pour la Suède. Mais ils furent sagèrent des pieds à la tête et nous dirent “mais pris. d’où venez-vous comme ça?”. Quand ils surent C’est sur le chemin de la gare que cette grosse que nous venions de marcher 400 kilomètres brute de sergent allemand entreprit de prenpour atteindre la France et que nous mouri- dre le petit Canadien et de le faire marcher au ons de faim, pas de l’oie. en trois coups refusa «...il se défendit en affirmant qu’il ferait Jacques de cuillers à net; alors là les pot nous coups lui partie de la délégation canadienne au f û m e s ombèrent soulagés. Et saut à la perche lors des prochains jeux tdessus. Nous, nous dûmes olympiques! Le commandant allemand nous ne pouchanger tout vions rien notre pars’esclaffa dans un grand éclat de rire...» faire. Le paucours, car à vre criait de trois ou quadouleur. Un autre gardien réussit à le faire tre kilomètres de la ville, une forte concentra- arrêter, car la population civile allemande tion de l’armée allemande s’y trouvait et toutes commençait à s’attrouper. Nous transportâmes les routes étaient remplies de soldats. notre ami dans le train et là, le chemin fut long Vite, vers un petit bois, on trouva couvert. pour Jack. Pour cacher leur méfait, en arrivant, Et là, je restai avec Jack pendant que Henry nous fûmes dirigés vers les douches et je vis était allé inspecter les lieux. Quand il revint, le corps de ce petit Canadien tuméfié en toutes il nous dit qu’il y avait, pas très loin, une ferme parts, ses parties génitales presque bleues et en plein champ. C’est là qu’on se dirigea, tou- enflées, son œil plein de sang était fermé. Il jours bien cachés par la forêt. Je poussai un fut traité à l’hôpital du camp. Les deux soupir de soulagement quand j’entendis par- Canadiens quittèrent leur cachot quelques ler deux prisonniers français qui sortaient, jours après. Celui qui l’avait soigné m’apprit dont l’un traînait une brouette. En marchant qu’ils avaient pris le chemin d’un Kommando...” résolument vers eux, nous les interpellâmes: Il y a cette autre évasion manquée où notre - Hello les gars, il y a du monde avec vous? ami Jacques Nadeau décida de se faufiler dans Ils furent étonnés de nous voir. l’un des wagons de marchandises en partance - Nous venons de la frontière polonaise et pour la Pologne. Bien camouflé dans un coin, il comptait sur la noirceur de la nuit sans lune nous voulons aller en France... - Eh bien, ici, il n’y a que nous deux avec le pour prendre la clé des champs. Le train allait bon train, jusqu’à une gare de triage où notre père et la mère et leurs deux enfants. clandestin, sentant le danger, décida de tenTout en parlant, on ne vit pas venir vers nous ter le destin en changeant de train. Celui-ci se cette patronne, une forte femme d’une quar- mit en marche et fila encore plusieurs heures antaine d’années qui nous invita à entrer. Il dans la nuit. Mais se dirigeait-il vers la libn’y avait pas dix minutes que nous étions assis erté? Au petit matin, notre ami fut cueilli sur que nous fûmes pris de court; une bagnole de place par la Gestapo; il était de retour exactel’armée s’arrêta, quatre hommes et un officier ment à son point de départ! Cours martiale allemand en sortirent. En un éclair nous fûmes allemande et cachot. encerclés. La voix de l’officier tonna; il ne rigoÀ une autre occasion, alors que son Arbeit lait pas le monsieur. Je voulus parler à mes copains, mais un coup de crosse de fusil dans Kommando était occupé à travailler dans un champ de betteraves à sucre, notre athlète de les reins me fit échapper un cri de douleur. Nous fûmes bousculés vers le véhicule et cinq pieds et deux pouces, Jacques Nadeau,

SOURCES - Dépositions manuscrites d’anciens prisonniers de guerre français. Secrétariat d’état auprès du Ministère de la Défense chargé des Anciens Combattants. France, Décret 75-725 du 6 août 1975. - Attestations certifiées sur leur honneur par d’anciens prisonniers de guerre français. Châtenay-Malabry (Seine), 1987, (dépositions de guerre). - Souvenirs de M. Jacques Nadeau, ancien prisonnier de guerre canadien. Les Fusiliers Mont-Royal à Dieppe, confidences faites en 2006 et 2007. - Les Canadiens à Dieppe, Jacques Mordal, Presses de la Cité, Paris, 1962. (Souvenirs de guerre: dépôt d’archives de citoyens français).

PAQUET MOTOS ET ENTREPÔTS INC.

RADIO CD MP3 ALPINE

• LOCATION D’ENTREPÔTS • LOCATION D’ESPACES DE STATIONNEMENT

45 unités d’entreposage Vente de VTT et de Scooter

LOCATION DE CONTENEURS (418) 835-4555 1 866 905-4555

www.paquetmotos.com

96, Dubé Courcellette (base militaire)

844-8000

7 novembre 2007 / Adsum / Page 21

dix minutes plus tard on nous pria d’entrer à la mairie de Bretenfeld où un interrogatoire avec interprète dura une bonne demi-heure. On nous retourna au camp; ce fut la fin de cette tentative.” À la mairie de Chatenay-Malabry (Seine), je pus, en toute liberté, lire le récit d’une autre évasion. Cette déclaration est celle qu’un certain M. Louis Devaux déposa après la guerre. “C’est près d’Arnswalde que je rencontrai deux camarades canadiens qui étaient dans un drôle d’état; c’était en février 1944. L’un était petit et l’autre grand. Ils venaient d’être capturés suite à une tentative d’évasion. Le plus petit des deux parlait un drôle de français, l’autre ne parlait que l’anglais... Le plus petit avait pour nom Jack Carters, c’était un faux nom. Il m’avoua que son vrai nom était Jacques

PARE BRISE


Encore plus de monde pour la Mascarade de l’Halloween Par Simon Baillargeon Journal Adsum L a rue Racine avait des airs halloweenesques le 31 octobre dernier avec la tenue de la sixième édii tion de la Grande Mascarade de l’Halloween. La fête a battu un record d’affluence cette année avec l a participation d’un peu plus de 8000 personnages costumés à la recherche e urs enfants de de friandises, dont plusie militaires invités spécialement pour l’occasion. Les enfants de militaires de la Garnison Valcartier étaient invités avant tout le monde pour grimper, sauter et jouer dans les six jeux gonflables mis à leur disposition, une nouveauté cette année. Cette initiative fait suite à la suggestion de Pierre-André Racine, un commerçant du coin qui a été touché par le départ des soldats en Afghanistan. «La semaine avant leur départ, plusieurs militaires sont venus me voir pour faire graver des choses pour leurs enfants. Ça m’a beaucoup touché», dit celui qui opère un commerce de gravure sur la rue Racine. Il en a ensuite parlé avec le conseiller de Loretteville, Raymond Dion, qui s’est chargé de mettre en place l’activité. «Si on peut faire oublier à ces enfants pendant une soirée l’ab- Photos : Simon Baillargeon, journal Adsum sence d’un parent et leur donner un peu de Certains personnages semblaient plus vrais que nature. joie...», explique Raymond Dion. Les soldats déployés en Afghanistan ne seront pas en reste, puisque les services d’un photographe professionnel avaient été retenus pour l’occasion. Ils recevront des disques sur lesquels seront gravées les photos de leurs enfants costumés. Ces jeunes filles avaient enfilé leur plus beau costume et sorti leur plus Le conseiller municipal, Raymond Dion (à gauche), accompagné beau sourire pour l’occasion. de bénévoles qui ont participé à l’activité.

BIBLIOTHÈQUE COMMÉMORATIVE GÉNÉRAL-JEAN-VICTOR ALLARD

Page 22 / Adsum / 7 novembre 2007

Afghanistan : visions d’un partisan La relation qu’entretient Stéphane Allix avec l’Afghanistan s’inscrit dans une saga familiale qui débute en 1956, quand son père géographe traverse en voiture cette contrée guère visitée. En 1988, âgé de 19 ans, l’auteur découvre à son tour ce pays devenu véritablement inaccessible. Lorsqu’il rejoint clandestinement un camp de moudjahidin, la rencontre se révèle intense, décisive. Après le temps de la résistance antisoviétique vient celui de la guerre civile, sur une terre déjà exsangue. Observateur indépendant, Stéphane Allix, qui rencontre aussi bien mollah Omar que le commandant Massoud, témoigne alors avec subtilité du nouvel ordre taliban. De Kaboul à Kandahar, de Jalalabad à Mazar-e-Sharif, il rend compte des maux d’un pays qui, face à l’opprobre de l’Occident, se débat entre dérives politico-religieuses et tentatives de reconstruction. L’auteur a aussi enquêté des années durant sur le trafic de l’opium, depuis les champs rutilants où l’on cultive le pavot jusqu’aux frontières de l’Europe, via les anciennes routes de la soie. Ultime épisode de ce parcours : Stéphane Allix s’attelle, dès l’été 2000, à un nouvel inventaire du patrimoine archéologique afghan. Après huit mois de travail, il décide, par suite de la destruction des bouddhas de Bamiyan,

de fermer l’antenne de la Société des explorateurs français qu’il a créée à Kaboul avec ses frères Simon et Thomas. Au terme de treize années remplies d’aventures, Stéphane Allix, qui n’a jamais trahi la cause afghane au profit d’un quelconque vainqueur, dévoile sa riche expérience de partisan à jamais lié au pays des fiers descendants d’Alexandre le Grand.1 1 Endos du volume. NOS NOUVEAUTÉS EN FRANÇAIS

- Principes fondamentaux de stratégie militaire / Carl von Clausewitz - Les animaux de l’Extrême / Nathalie Tordjman, AnneLaure Fournier le Ray - Annuaire stratégique et militaire (2006-2007) / Fondation pour la Recherche Stratégique - Au fond des ténèbres: un bourreau parle: Franz Stangl, commandant de Treblinka / Gitta Sereny - Maîtriser sa mémoire / Nathalie Delsarte - Le Défi indien: pourquoi le XXIe siècle sera le siècle de l’Inde / Pavan K. Varma - Erich von Manstein: le stratège de Hitler / Benoît Lemay - J’ai déposé les armes: une femme dans la guerre du Liban / Regina Sneifer

- L’énigme du deuil / Laurie Laufer NOS NOUVEAUTÉS EN ANGLAIS

- Women in the military / Victoria Sherrow - Defense strategy for the post-Saddam era / Michael E. O’Hanlon - The war in Afghanistan / Raymond H. Miller - Betrayed: scandal, politics, and Canadian naval leadership / Richard O’Mayne - The long war: a new history of U.S. national security policy since World War II / edited by Andrew Bacevich - The price of peace: just war in the twenty-first century / edited by Charles Reed and David Ryall - The history of terrorism: from Antiquity to Al Qaeda / edited by Gérard Chaliand and Arnaud Blin - The Cold War: a new history / John Lewis Gaddis - Asymmetric warfare: threat and response in the twenty-first century / Rod Thornton - Canada’s World War II aces: heroic pilots & gunners of the wartime skies / Larry Gray

CHRONIQUE de la 1re UNITÉ DENTAIRE

Quand on serre les dents en peu trop! Le bruxisme est décrit comme le grincement ou le serrement excessif des dents. Les conséquences du bruxisme sont nombreuses : l’usure des dents, des maux de tête, des douleurs de la mâchoire, de l’articulation temporomandibulaire (ATM) et, enfin, l’interruption du sommeil familial en raison du bruit strident induit par le grincement dentaire. Le bruxisme est rapporté par 8 % des adultes et près de 14 % des enfants, et sa prévalence diminue avec l’âge. Le diagnostic du bruxisme est basé sur l’histoire de grincement rapporté par un tiers (membre de la famille, ami), la présence d’usure ou de dommages aux dents, une augmentation du volume des muscles de la mâchoire et des plaintes de douleurs bucco faciales/ATM ou de la fatigue au réveil. Les cas de bruxisme sévères et persistants peuvent être diagnostiqués seulement par l’étude du sommeil en laboratoire. Les causes incluent l’anxiété, des mauvaises habitudes au niveau de la bouche, certains médicaments antidépresseurs, des éveils nocturnes très brefs et intenses, une prédisposition familiale, mais peu d’informations et d’explications sont disponibles à ce sujet. Une occlusion dentaire inadéquate (mauvais contact entre les dents) était jadis considérée comme l’un des principaux facteurs sous-jacents au bruxisme. Cependant, à l’heure actuelle, on associe le bruxisme davantage à de mauvaises habitudes au niveau de la bouche et à l’anxiété. Suivant l’exclusion de certains problèmes médicaux, le traitement du bruxisme comprend la gestion du stress (relaxation), la physiothérapie et le port d’une plaque occlusale. De plus, certaines recommandations peuvent être faites aux patients : Éviter de fumer en soirée, les excès d’alcool, de dormir sur le dos, ainsi que le bruit, l’ordinateur ou la télévision dans la chambre à coucher. LE PORT D’UNE PLAQUE OCCLUSALE

La plaque occlusale (gouttière de plastique dur) est fabriquée chez le dentiste à partir d’une empreinte des dents. Cette gouttière se place facilement en bouche et permet d’éviter que les dents du haut et du bas n’entrent en contact. Elle joue de multiples rôles. Elle absorbe, en partie, les contraintes des forces du bruxisme et relâche les muscles des mâchoires. Elle peut soulager les articulations et diminuer les symptômes de douleur. Enfin, la plaque occlusale limite la progression de la détérioration des dents ou des os. Finalement, certains produits prescrits par le dentiste peuvent être administrés au coucher pour diminuer la douleur musculaire et augmenter la relaxation durant les périodes de bruxisme intenses. Des injections de Botox, un bloqueur de la contraction musculaire, ont aussi été utilisées chez certains patients bruxeurs.

EMPRUNTER UN LIVRE À PARTIR DE VALCARTIER EST POSSIBLE Le personnel militaire et civil de la Garnison Valcartier peut désormais emprunter des livres à la bibliothèque Général-Jean-Victor-Allard de la Garnison Saint-Jean. L’envoi des livres s’effectue par le service de courrier interne. Pour réserver par Intranet, il suffit d’aller sur le site de la bibliothèque, de vérifier si les volumes recherchés sont disponibles, de procéder à la réservation des documents (si vous avez votre code d’accès) ou de noter l’information de base (auteur, titre et cote) et d’envoyer un courriel à +BIBLIOTHEQUE STJEAN@STJEAN. Vous pouvez également le faire par téléphone au (450) 3587099, poste 7816. Pour obtenir votre code d’accès, communiquer avec Réjean Messier au 359-7099, poste 7509, Claire Ménard, poste 7130, ou André Brunette, poste 7557.


Ginette Gariépy, écrivaine publique Par Gaëtane Dion Journal Servir

À LA DÉCOUVERTE D’ELLE-MÊME

En 1995, désireuse de rencontrer quelqu’un qui pourrait éventuellement écrire sur sa vie, elle participe à des ateliers d’écriture. Au lieu de trouver cette personne, c’est son talent pour l’écriture qu’elle redécouvre à travers la perception des autres. Elle compose quelques textes qui font pleurer les participants lorsqu’elle leur lit. Rapidement, elle réalise qu’elle a le don de toucher les gens. Elle aime particulièrement écrire sous forme de lettres. En 1995, un ouvrier travaillant à la construction de sa nouvelle maison lui fait part de sa peur de la mort. Quelques mois plus tard, comble de malheur, sa fille de 28 ans, maman d’un bambin de 15 mois, meurt dans un bête accident de bateau. Ginette envoie une carte de condoléances au père éprouvé. «Je le croise quelques mois plus tard et celui-ci, chagriné, me fait part de son désir d’aller rejoindre sa fille. À ma grande surprise cette nuit-là, je me réveille vers trois heures et me mets à l’écriture d’une lettre. Une lettre dans laquelle le petit-fils, orphelin de maman, s’adresse à son grand-papa», raconte-telle. Elle ne sait pas vraiment ce qu’elle en fera. Quelques jours plus tard, le hasard l’amène à rencontrer à nouveau cet ancien ouvrier. Voyant celui-ci toujours très attristé, elle lui demande s’il communique avec sa fille dans l’au-delà, s’il sollicite son aide. «Oui, mais elle ne me répond pas...», admetil. C’est à ce moment que Ginette décide de lui remettre la lettre. «Lorsque je le revois, quelque temps après, il me confie l’avoir lue quatre fois et l’avoir même fait laminer. Cette lettre lui a redonné le goût de vivre... pour son petit-fils», se remémore-t-elle. Cette correspondance donne aussi à Ginette le goût de mettre son talent au service des gens. DES LETTRES ET DES LETTRES

«Lorsque je le revois quelque temps après, il confie avoir lu la lettre quatre fois et l’avoir même fait laminer. Celle-ci lui a redonné le goût de vivre... pour son petit-fils», se remémore-t-elle. Cette correspondance donne aussi à Ginette Gariépy le goût de mettre son talent au service des gens. - Photo : Gaëtane Dion

que quelques exemples où le talent et la plume de Mme Gariépy sont sollicités par des tiers. FAIRE PARLER LES ENFANTS

Notre écrivaine rédige plusieurs lettres dans lesquelles elle se place dans la peau des enfants. C’est probablement le fait de l’avoir mentionné dans son dossier envoyé à Claire Lamarche qui lui vaut d’être jumelée à l’école St.John’s de Saint-Jean lors de l’émission diffusée en direct le 11 mai dernier. C’est d’ailleurs elle qui reçoit le plus de votes des téléspectateurs et qui lui a fait remporter la bourse de 5000$ offerte par Quebecor. Les recherchistes avaient d’abord pensé à jumeler Mme Gariépy avec l’Armée, mais de fil en aiguille, c’est Mme Lise Gendron de l’école St.John’s qui se montrée intéressée la première par les services de Mme Gariépy. À l’issue de l’émission, celle-ci est invitée à donner un atelier d’écriture à 12 élèves de 10 et 11 ans de cette école. L’idée était de les faire parler et les aider à écrire une lettre à leur parent militaire. Sans titre officiel, ni directrice, ni enseignante, la tête coiffée de plusieurs cheveux blancs, les jeunes voient en elle une confidente. Comme à une grand-maman, ils lui livrent leurs secrets, leur angoisse. Difficile en une heure de les faire écrire, ils avaient tellement à dire. Ginette se permet de vous livrer un de leur souhait, qui a fait l’unanimité : «Si vous aviez à partir en mission, à vous éloigner, ils rêvent d’en être avisés qu’à la dernière journée. La souffrance reliée à votre éloignement est si grande pour eux, qu’ils aimeraient tous pouvoir la retarder, non pas l’éterniser. On dit, qu’auprès des grands, l’écoute a le même effet, que bercer un enfant. Ce matin-là je peux vous affirmer que j’ai été très heureuse d’entendre les secrets de vos “grands”, que je sentais encore si petits en dedans». Maintenant à la semi-retraite, Mme Gariépy aime écouter les gens, prendre leurs mots et essayer de saisir et traduire ce qu’ils veulent exprimer. Elle aime écrire pour les autres, être en quelque sorte une confidente d’occasion. Lorsqu’on lui demande si finalement elle a l’intention d’écrire sa vie, elle nous répond : «Je vais commencer par la vivre ma vie, ensuite je l’écrirai!». Moyennant un montant forfaitaire d’environ 75$, Mme Gariépy offre son service d’écriture aux militaires, aux familles et à quiconque en ressentirait le besoin. Il suffit de la contacter au (450) 361-0881.

C’est maintenant une tradition : dans sa première édition de la nouvelle année, le journal Adsum présentera les photos des bébés de notre communauté qui sont nés au cours de l’année.

Comment participer? Photo imprimée : faire parvenir à journal Adsum, Garnison Valcartier, bât. 200, C.P. 1000, succ. Forces, Courcelette (Québec) G0A 4Z0. Photo numérique : faire parvenir à +adsum@forces.gc.ca Prière d’indiquer le nom des parents, le prénom de l’enfant, sa date de naissance et votre numéro de téléphone.

À gagner? Tous les participants seront éligibles au tirage d’un prix comprenant : - un ensemble-cadeau de couches Huggies, gracieuseté de CANEX - un chèque-cadeau à la boutique Clément d’une valeur de 50$, gracieuseté de Jean-Pierre Gamache, Agent immobilier affilié.

courtier immobilier agréé

chise Aucune fryaenr à pa -brise pare sur réparation de

Réparer, cer, rempla n’importe où! POUR VITRES, PARE-BRISE SUPER SERVICE MOBILE : NOUS PASSONS PRENDRE VOTRE VÉHICULE ET NOUS VOUS LE RAPPORTONS

À PARTIR DE

109$ * * Installation en sus

Ouvert le samedi 9545, boul. de l’Ormière

842-2332

PETITE FISSURE DEVIENDRA GRANDE 7 novembre 2007 / Adsum / Page 23

Par la suite, elle fait de même avec une jeune dame malheureuse d’avoir un bébé trisomique et constate un regain de vie chez la maman. Plusieurs lettres suivront dans lesquelles elle livre des messages d’amour, d’admiration, mais parfois aussi de déception ou de désapprobation. Mme Gariépy sait trouver les mots pour traduire les pensées de ses clients en décodant leurs témoignages et leurs émotions. Un jeune gai qui désire enfin révéler son secret à ses parents; une grand-maman accusée d’inceste qui souhaite faire le point avec ses enfants; des personnes âgées devant l’imminence de la mort qui veulent s’adresser une dernière fois à leurs proches; un mari qui brûle de témoigner son amour à son épouse après 25 années de mariage; des enseignants qui désirent exprimer leur amitié à leur collègue à l’heure de la retraite... ne sont

Un petit ange est venu agrandir votre famille cette année ou arrivera avant la fin de 2007? Envoyez-nous sa photo au plus tard le 8 janvier et elle sera publiée gratuitement dans notre édition du 17 janvier 2008.

1489522

«Vous avez été choisie pour participer à l’émission!», lui annonce la recherchiste de Claire Lamarr che en avril dernier. Ginette Gariépy avait soumis, quelques jours plus tôt, sa candidature à titrr e d’«écrivaine publique» pour l’émission «La chasse à l’emploi» présentée sur le réseau TVA, mais elle était loin d’être assurée que son dossier serait retenu. Cette émission consiste à jumeler de e s gens qui ont des services à offrir à d’autre s gens ou des employeurs éventuels intéressés par ces services. Toute jeune, Ginette Gariépy, maintenant résidente de Bromont, aime écrire. C’est sa force. C’est cependant beaucoup plus tard qu’elle en prend vraiment conscience. Vers l’âge de 40 ans, lorsque ses fils sont au secondaire, Mme Gariépy effectue un retour aux études. Ses cours en communication, en psychologie et en relation d’aide à l’approche de la mort l’amènent à travailler ensuite comme gérante d’une résidence pour personnes âgées.


LES

SPORTS

Les Lions retiennent l’attention au camp de recrutement annuel de taekwondo des FC Par le caporal Frank Boily Entraîneur-chef de taekwondo, Garnison Valcartier/12 RBC Du 11 au 14 octobre, à Kingston, 13 de nos Lions se sont présentés au camp de sélection annuel de taekwondo. Les dirigeants ont été impressionnés de cette belle et nombreuse participation. Le dynamisme de cette grande équipe n’est pas passé inaperçu, et nos Lions ont été couverts d’éloges, de félicitations et de reconnaissance. À Valcartier, nous avons débuté la saison le 13 août. Nous avons donc eu le temps nécessaire pour nous préparer adéquatement à cet important événement. La période du 13 août au 21 octobre a été consacrée à la préparation des phases générale et spécifique. Pendant la phase générale, nous avons fait des éducatifs d’agilité, de force-vitesse, de pliométrie, de force maximale et de coups de pied de base en taekwondo. Pour ce qui est de la phase spécifique, nous avons fait un peu plus de place au taekwondo plutôt qu’à la préparation physique en pratiquant des mouvements plus complexes, des combinaisons, des

contre-attaques et des techniques de combat. Nous avons également travaillé sur le maintien des acquis en ce qui a trait aux composantes majeures de notre sport, c’est-à-dire la force et la vitesse, autrement dit la force maximale. Une relève incroyable se dessine au sein de la garnison et pendant cette fin de semaine à Kingston, elle n’est pas passé inaperçue. Même si le taekwondo est une discipline individuelle, la relation entre chaque membre de l’équipe est si harmonieuse et positive que nous nous sentons soudés, unis les uns aux autres comme une famille!

LE CAMP DE SÉLECTION Le lendemain de leur arrivée, les athlètes ont effectué le test navette. Le meilleur résultat a été obtenu par le soldat Guillaume Noël du 55e Bataillon des services du Canada, des Lions de Valcartier. L’entraînement en soirée, axé sur les mouvements de base, a été dirigé par le Maître Choung. Le samedi a été consacré à la technique, la stratégie et la prise de décision, et en soirée, au combat. Le dimanche matin, j’ai préparé les athlètes à la demande du Maître Choung.

Prenez soin de vous, prenez un sauna

Page 24 / Adsum / 7 novembre 2007

Par Marie-Eve Rochette Monitrice en conditionnement physique PSP, Centre des sports Valcartier Le sauna est un outil de détente très efficace pour la majorité d’entre nous. Il provoque une gymnastique des vaisseaux sanguins par l’alternance de la chaleur du sauna (vasodilatation) et du froid de la douche (vasoconstriction). Il favorise également le nettoyage de la peau par le transfert de liquide de l’intérieur du corps vers l’extérieur sous l’effet de la transpiration. De plus, le sauna contribue aux défenses de l’organisme au niveau des voies respiratoires, certains virus étant sensibles à la chaleur. Enfin, en insensibilisant les terminaisons nerveuses, il favorise le relâchement et le sommeil. Toutefois, le sauna comporte certaines contre-indications en cas de troubles circulatoires. La vasodilatation des vaisseaux causée par la chaleur déclenche l’accélération rapide des battements du coeur et peut présenter un danger pour les personnes atteintes de maladie cardio-vasculaire. Le sauna est l’ennemi de la couperose, des varices et des petits vaisseaux sous-cutanés au niveau des membres inférieurs. Il est également déconseillé aux asthmatiques et aux personnes souffrant de troubles respiratoires, car il déclenche une accélération de la respiration et peut occasionner une sensation d’oppression. Il existe deux types de sauna : le sauna à chaleur sèche et les bains de vapeur. En règle générale, les saunas mis à la disposition des militaires, comme par exemple au Centre des sports de Valcartier, sont du type chaleur sèche. Dans ce genre de sauna, l’évaporation de la sueur est facilitée par le faible taux d’humidité dans l’air et ainsi le corps peut supporter des températures ambiantes élevées (de 80°C à 120°C). Le sauna pratiqué régulièrement favorise la capacité de refroidissement du corps par une perte en eau (1/2 litre pour un débutant jusqu’à trois fois plus pour un habitué et cela pour une séance de durée normale). Le sauna ne fait pas maigrir, la perte d’eau étant facilement comblée par le boire et le manger, pas plus qu’il n’élimine les toxines de l’organisme. Le fait d’asperger le système de chauffage d’eau d’un sauna à chaleur sèche est non seulement inutile, mais également dangereux (électrocution, brûlure par l’émanation des vapeurs, danger de coup de chaleur, etc.). Si vous apercevez une personne versant un liquide sur le système de chauffage, n’hésitez pas à l’informer des dangers et de l’inutilité de ce geste;vous éviterez ainsi d’être éventuellement témoin d’un accident.

Dans le sauna avec bain de vapeur, celui dont la conception permet l’arrosage des pierres chaudes, la sensation de chaleur est beaucoup plus intense, même si la température de la pièce ne varie pas. Cette perception est causée par le fait que la forte humidité de l’air ralentit l’évaporation cutanée provoquant une surchauffe corporelle. Une à deux utilisations par semaine du sauna est une bonne habitude. Le sportif l’utilisera de préférence le lendemain d’une compétition, lors des journées de repos ou de 15 à 30 minutes suivant un entraînement.

LE SAUNA EN 10 ÉTAPES 1. Douche chaude avec du savon pour un lavage de la peau. 2. Séchage. 3. Dans le sauna, s’allonger ou s’asseoir nu (sur une serviette de bain) en étant en contact avec aucun objet métallique (bijoux). Durée : 8-12 minutes sur le banc du milieu ou du haut (jambes sur le banc à la même hauteur que le corps). 4. Douche froide (les jambes en premier, les bras puis le tronc, pour favoriser le retour veineux vers le cœur), arrêter avant d’avoir des frissons. 5. Séchage. 6. Deuxième séjour dans le sauna et effectuer la même procédure que le premier en le prolongeant de quelques minutes (maximum de 15 minutes). 7. Douche froide identique à la précédente. 8. Séchage. 9. S’étendre 5 à 15 minutes dans un lieu calme et tempéré, et profiter de ce moment de détente. 10. Boire 0,5 litre d’eau fraîche ou de jus de fruit. Remarque : Possibilité d’intercaler, avant l’étape 9, un troisième séjour (jusqu’à 15 minutes en cabine) suivi d’une douche froide.

Le camp s’est finalement terminé par une période de questions fort appréciée des athlètes pendant laquelle il leur était permis de poser diverses questions à un champion de taekwondo. Il va de soi qu’un tel camp d’entraînement, de par son intensité mais aussi grâce à la possibilité qu’ont les athlètes de côtoyer des compétiteurs de niveau international, donne à l’équipe la meilleure des visions quant aux standards à atteindre, mais aussi une importante hausse de la motivation qui n’aurait pas été possible sans cette participation!

LE SOLDAT NOËL RETIENT L’ATTENTION Toute l’équipe de Valcartier s’est bien démarquée, mais l’athlète qui a retenu le plus l’attention est «Twister», le soldat Guillaume Noël du 55 Bn S du C. En plus d’avoir atteint le 13e palier du test navette, prouvant ses qualités cardiovasculaires exceptionnelles, il a su offrir une excellente résistance lors de combats contre des ceintures noires expérimentées. Il a également démontré beaucoup de détermination, de volonté et a même réussi à avoir le dernier mot en duel contre des athlètes internationaux! Pour couronner le tout, le soldat

Noël a même été approché pour planifier la passation de sa ceinture noire d’ici l’été prochain. En tant qu’entraîneur-chef de la garnison Valcartier et entraîneur adjoint des FC, je suis extrêmement fier de nos Lions. Ils ont tous été remarquables durant ce camp. Leur développement se déroule à une vitesse surprenante et tous sont déterminés à donner leur 110% dans le ring. Malgré l’absence de quelques athlètes qui font partie de notre superbe relève, l’équipe continue à bien se porter. Les heures d’entraînement de l’équipe ont connu une augmentation de 300% en ce début d’année. C’est une première dans l’histoire du taekwondo à Valcartier! Pour terminer, j’aimerais remercier la section des sports militaires du Centre des sports et les commandants d’unité, sans qui il m’aurait été impossible de déployer autant d’athlètes à ce camp annuel de taekwondo des FC. L’équipe de taekwondo salue les Lions en Afghanistan!

Intéressé à en connaître plus long sur l’équipe de taekwondo de la garnison? Communiquer avec le cpl Frank Boily au 844-5000, poste 3075.

L’exercice physique bénéfique pour les personnes souffrant de diabète de type 2 Par Tanya Moore Monitrice PSP, Centre des sports Valcartier Les personnes atteintes du diabète du type 2 devraient s’assurer d’accumuler chaque semaine au moins 150 minutes d’activité aérobique d’intensité modérée, réparties sur trois jours, tels la marche rapide, la bicyclette, le workout, la danse, l’aquaforme. L’idéal serait quatre heures ou plus d’activité physique par semaine. Le diabète de type 2 se développe quand le corps ne peut pas produire suffisamment d’insuline, une hormone produite par le pancréas, ou quand il n’utilise pas efficacement son insuline. Les diabétiques de type 2 qui augmentent leur activité physique peuvent mieux contrôler leur taux de sucre et améliorer leur sensibilité à l’insuline. Leur organisme utilise l’insuline plus efficacement pour gérer le taux de sucre. De plus, ils réduisent leur risque de maladies cardiovasculaire. L’exercice physique d’endurance permet d’augmenter le nombre de transporteurs de glucose dans le tissu musculaire. Le nombre de transporteurs étant augmenté, le muscle dispose d’une meilleure sensibilité à l’insuline. L’entraînement en endurance accroît donc la sensibilité des tissus à l’insuline et en diminue ainsi les besoins.

Les muscles utilisent le sucre pour tirer l’énergie nécessaire à leur fonctionnement. L’activité physique est donc très bénéfique puisqu’elle fait baisser la glycémie. De plus, si l’activité physique est régulière, l’insulinorésistance musculaire est plus faible et le diabète est plus facile à équilibrer. Avant de commencer un nouveau programme d’exercice, les diabétiques de type 2 devraient voir leur médecin de famille. Le médecin doit évaluer si l’activité convient à son patient et vérifier son état cardiaque et, dans la mesure du possible, lui faire subir une épreuve d’effort. Trop souvent les diabétiques de type 2 affirment que leur peur d’une réaction hypoglycémique est une barrière majeure qui les empêchent de faire de l’exercice régulièrement. Ces réactions sont très rares et surviennent en combinaison avec un exercice prolongé ou intense. Il est important de bien respecter les progressions données par l’entraîneur qui fait le suivi de votre programme d’entraînement et de bien doser votre effort. L’activité régulière aide non seulement à réduire votre risque de diabète, il améliore votre bien-être physique, émotif et social. Alors bon entraînement!

Le surentraînement Par Daniel Guimont Moniteur PSP en conditionnement physique, Centre des sports Valcartier Quel plaisir que de devenir «accros» au conditionnement physique! Tout paraît plus facile lorsque notre niveau de santé est à son meilleur. Le sommeil est plus récupérateur, nos réserves d’énergie ne semblent jamais se vider, l’appétit est orienté vers des mets santé, bref la vie quotidienne semble plus facile. Mais qu’arrive-t’il lorsqu’il y a abus d’entraînement et comment pouvons-nous percevoir ces signes qui annoncent ce déséquilibre? Le surentraînement est un concept bien réel qui n’est pas réservé qu’aux athlètes de pointe, n’importe quel individu peut en souffrir. En entraînement, nous soumettons notre corps à des épreuves qui améliorent graduellement certaines composantes physiques telles que l’hypertrophie musculaire, l’endurance musculaire, la force vitesse, l’endurance cardiorespiratoire, etc. Il y a cinq niveaux d’adaptation progressive en entraînement : 1-Niveau de forme physique de la personne avant l’activité. 2-Fatigue corporelle suite à l’entraînement. 3-Période de récupération de quelques jours après l’exercice. 4-Période de surcompensation, processus d’adaptation à l’effort.

5-Retour au niveau de forme physique avant l’activité. Tous ces niveaux doivent être bien respectés afin d’atteindre des résultats positifs. Le temps requis pour récupérer est important, si ce dernier n’est pas respecté, il n’y aura aucun bénéfice physique. Les symptômes d’un manque de repos vont se poursuivre et empirer si rien n’est fait. Les gens peuvent souffrir de somnolence, de sommeil non-récupérateur, d’un goût d’abandon, d’une baisse des fonctions immunitaires qui peut facilement détériorer l’état de santé. Ce n’est pas en abusant d’un entraînement qu’il y a nécessairement une amélioration de la condition physique. Au contraire, cela peut détériorer gravement l’état de santé d’une personne. Plusieurs recherches sur le sujet ont pu démontrer que l’absence d’entraînement allant jusqu’à 21 jours n’affecte pas le niveau de performance chez un athlète. Alors prenez le temps de bien retrouver la forme avant de commencer une séance difficile, car ces sensations s’amplifient avec le temps et ne vont pas en s’améliorant. Voilà pourquoi il est important de bien planifier nos entraînements en fonction de notre style de vie pour nous permettre de garder une bonne forme physique ainsi que de bien progresser sans sentir un manque d’énergie interminable.


LES

SPORTS

Six militaires de Valcartier aux 4e Jeux mondiaux militaires Par le caporal-chef Dennis Noël, le lieutenant Michelle Whitty et Sébastien Despars Respectivement du 3 R22eR, 5 RGC et Section des sports militaires S ix militaires de la Garnison Valcartier ont pris part aux prestigieux Jeux mondiaux militaires, dont la quatrième édition se tenait du 14 au 21 octobre à Hyderabad, en Inde. Regroupant l’élite militaire de plus de 100 pays pour un total de 5000 athlètes dans 15 disciplines, cette compétition est la plus relevée et prestigieuse après les Jeux Olympiques. C’était donc une chance unique pour nos Canadiens et surtout nos six militaires de Valcartier! Les représentants de Valcartier affirment que les cérémonies d’ouverture et de fermeture ont été grandioses et mémorables. Les participants ont été réunis en premier lieu par pays, pour procéder à une parade pendant laquelle chacun d’eux a été présenté officiellement. Il était très impressionnant de voir tous ces athlètes militaires défiler à l’intérieur d’un stade très coloré pour la cause! L’ouverture officielle des Jeux a été prononcée par l’arrivée du flambeau et la levée du drapeau. Tous ont assisté ensuite à un spectacle inoubliable où se sont succédés voltiges d’hélicoptères, parachutistes, jongleurs de feux, danses traditionnelles, groupes musicaux et fanfares militaires, le tout à la saveur indienne! De nos six représentants de Valcartier, trois étaient présents en tant qu’athlètes. Le caporal Jannick Vincent, du 430e Escadron tactique d’hélicoptères, qui en était à sa participation à ces Jeux, s’est illustré pour une première fois au niveau CISM avec l’équipe de soccer. Le cpl Vincent, ayant déjà participé à plusieurs championnats régionaux avec la Garnison Valcartier, s’était fait remarquer grâce à ses performances aux championnats de cette année, après lesquels il a été recruté par l’équipe CISM. En plus d’avoir eu la chance de participer aux Jeux de Hyderabad, il a aussi participé à un camp d’entraînement préparatoire en Allemagne. Belle façon de débuter une carrière à l’échelle

De gauche à droite, caporal Jannick Vincent (430 ETAH), lieutenant Charles Nadeau (55 Bn S du C), caporal-chef Dennis Noël (3 R22eR) et sergent Denis Cloutier (CI SQFT).

Quant au lieutenant Michelle Whitty (5e Régiment du génie de combat), elle était membre de l’équipe technique de natation et de plongeon. Son rôle principal était de s’assurer du respect des standards de la compétition tout en faisant le lien avec les diverses équipes et le comité organisateur indien. Elle déclare avoir vécu une expérience inoubliable en raison du calibre de la compétition de niveau olympique, sans compter la collaboration avec des militaires des quatre coins du globe. Le sergent Denis Cloutier (Centre d’instruction SQFT) en était à sa quatrième participation à ces jeux du monde. Ayant

participé aux trois premières en tant qu’athlète, cette fois-ci le coureur vétéran transmettait son savoir-faire à l’équipe CISM de course à pied en tant qu’entraîneur. Étant donné l’horaire chargé des compétitions, peu d’athlètes ont eu la chance de visiter le pays, mais ceux qui ont obtenu une journée libre ont été marqués par la grande différence qui y règne entre les classes sociales. Cependant, les Indiens rencontrés ont été très gentils et accueillants, indépendamment du fait qu’ils étaient riches ou pauvre. Les prochains Jeux mondiaux militaires se tiendront dans quatre ans, au Brésil. Avis aux intéressés!

Jouer au hockey balle pour «Centraider»

CLASSEMENT LIGUE INTER-UNITÉS (EN DATE DU 1 NOVEMBRE) ER

N 1 1 0 3 1 0

DÉF. 0 0 0 1 0 0

BP 22 25 18 26 20 15

BC 19 22 12 20 27 26

PEN. 36 50 44 31 41 50

PTS 12 12 11 12 9 7

QUOT. 2.40 2.40 2.20 2.00 1.50 1.40

HOCKEY SUR GLACE DIV.B ÉQUIPE PJ V D 2 R22ER 6 5 0 430 ETAH 6 4 1 5 RGC 6 4 1 3 R22ER 6 4 2 RES NAV/SNE 5 2 3 1 R22ER 6 2 4 5 AMB/POMPIERS 7 1 5 5 BNS C 6 1 5

N 1 1 1 0 0 0 1 0

DÉF. 0 0 0 0 0 0 0 0

BP 32 36 42 35 19 20 29 15

BC 11 24 22 29 30 30 35 36

PEN. 24 30 52 20 50 55 34 60

PTS 17 15 15 14 9 10 10 8

QUOT. 2.83 2.50 2.50 2.33 1.80 1.67 1.43 1.33

HOCKEY SUR GLACE DIV.C ÉQUIPE PJ V D 5 RGC (1) 5 5 0 CI SQFT 5 5 0 2 R22ER 6 4 1 SVC TRANS 5 3 1 5 RALC 5 3 2 5 BNS C (2) 5 2 3 5 RGC (2) 5 2 3 5 AMB/ALIMENTATION 5 2 3 QGET 5 2 3 12 RBC 6 2 4 5 BNS C (1) 5 0 5 3 R22ER 5 0 5

N 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0

DÉF. 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

BP 26 24 46 20 24 15 13 19 29 26 15 11

BC 10 8 17 11 17 34 14 28 32 26 39 32

PEN. 38 20 28 20 24 4 36 12 16 44 73 32

PTS 15 15 15 12 11 9 9 9 9 10 5 5

QUOT. 3.00 3.00 2.50 2.40 2.20 1.80 1.80 1.80 1.80 1.67 1.00 1.00

HOCKEY BALLE ÉQUIPE PJ 2 R22ER 6 5 BNS C 4 5 RALC 5 CI SQFT 7 CRFC 4 12 RBC 4 5 RGC 6 3 R22ER 6

V 5 3 3 4 2 2 1 1

D 1 0 2 3 2 2 4 3

N 0 0 0 0 0 0 0 0

DÉF. 0 1 0 0 0 0 0 2

BP 14 11 18 19 6 8 3 7

BC 8 3 12 11 9 7 24 12

PEN. 6 0 3 4 3 3 5 3

PTS 16 9 11 15 8 8 7 6

QUOT. 2.67 2.25 2.20 2.14 2.00 2.00 1.17 1.00

SOCCER ÉQUIPE 5 BNS C 2 R22ER 5 RGC 5 RALC QGET

V 7 4 3 3 0

D 0 3 4 3 5

N 0 1 1 0 0

DÉF. 0 0 0 1 1

BP 80 47 49 50 14

BC 30 48 58 47 57

PEN. -

PTS 21 17 15 12 5

QUOT. 3.00 2.13 1.88 1.71 0.83

Par Sébastien Despars Centre des sports Valcartier La campagne Centraide 2007 tire à sa fin et pour clore le tout en beauté, les employés des Programmes de soutien du personnel (PSP) du Centre des sports vous invitent à venir jouer dans un tournoi de hockey balle! Le tout se déroulera le vendredi 16 novembre de 8 h à 16 h. Toutefois, prenez note que toutes les équipes devront avoir un capitaine présent à une réunion obligatoire à 7 h 30. Chaque équipe doit être composée d’un minimum de cinq joueurs et d’un maximum de sept. Ces équipes peuvent être masculines, mixtes ou féminines, et les joueurs peuvent être des militaires de la Force régulière, de la Réserve (classe B & C) ou des employés civils travaillant à temps plein. Le coût est de 30$ par équipe qui devra être remis en argent comptant avec le formulaire d’inscription dûment rempli et signé par l’officier des sports. Vous pouvez vous procurer un formulaire auprès de votre officier des sports ou directement au bureau des sports militaires (bureau 109), endroit même où vous devrez remettre votre paiement et formulaire d’inscription. Les équipes finalistes recevront un super chèque-cadeau à la Cage aux sports! Si vous désirez participer à ce tournoi bénéfice, faites vite, car seules les 15 premières équipes inscrites se verront la possibilité de participer! La date limite d’inscription est le mardi 13 novembre à midi, s’il reste encore des places à cette date! Pour tout renseignement supplémentaire, veuillez communiquer avec Sébastien Despars à la section des sports militaires, bureau 109, par téléphone au poste 6535 ou par courriel à despars.s@forces.gc.ca

- Photo : Lyndon Goveas, CFPSA

L’ARMÉE NATIONALE AFGHANE REPRÉSENTÉE AUX 4E JEUX MONDIAUX MILITAIRES Une délégation de 32 athlètes de l’Armée nationale afghane était au rendez-vous des 4e Jeux mondiaux militaires du CISM qui se sont tenus du 14 au 21 octobre en Inde, dans les villes de Mumbai et de Hyderabad. La participation de l’équipe afghane, annoncée à la dernière minute, a été rendue possible grâce aux Forces canadiennes, qui ont payé les frais d’entrée de l’ANA, et à la nation hôte qui a assumé les coûts du voyage. Grands amateurs de soccer (qu’ils appellent football), les Afghans ont affronté dans un tournoi le Qatar, le Brésil et l’Inde. Même s’ils sont repartis sans trophée, le buteur Tahir Raufi a affirmé que ses coéquipiers et lui étaient très contents d’avoir eu la chance de participer à ces jeux et de côtoyer par la même occasion d’autres cultures. «Nous sommes heureux, nous nous amusons, grâce à vous Canadiens qui nous avez aidés à venir jouer au soccer ici, et cela nous suffit.» Source : article «Afghanistan National Army team participates in CISM Military World Games», par Charmion Chaplin-Thomas, CEFCOM Publics Affairs

7 novembre 2007 / Adsum / Page 25

HOCKEY SUR GLACE DIV.A ÉQUIPE PJ V D 1 R22ER 5 3 1 QGET 5 3 1 2 R22ER 5 3 2 VÉTÉRANS 6 2 0 5 BNS C 6 1 4 12 RBC 5 1 4

PJ 7 8 8 7 6

du CISM, même si ce beau parcours s’est terminé après avoir affronté la Nouvelle-Guinée, l’Égypte et l’Irlande. Du côté de la course à pied, le lieutenant Charles Nadeau (55e Bataillon des services du Canada) a lui aussi participé pour une première fois aux Jeux mondiaux militaires. Après avoir été le coureur le plus rapide lors du camp de sélection de 2006 à la Barbade, le lt Nadeau a terminé premier au 10 kilomètres au dernier championnat national de course à pied des Forces canadiennes. Sa participation aux Jeux mondiaux a été plus pénible pour lui en raison la chaleur et d’une fièvre dont il a souffert les jours précédant sa course. Malgré ces conditions très difficiles, il a terminé sa course avec un temps de 16 minutes et 26 secondes au 5 kilomètres. Au 10 kilomètres, un temps de 33 minutes 54 secondes a été enregistré au fil d’arrivée! Enfin, notre dernier athlète en était à sa deuxième participation aux Jeux mondiaux. S’illustrant au volleyball depuis 2002 au sein des Forces canadiennes, le caporal-chef Dennis Noël (3e Bataillon, Royal 22e Régiment) fait partie de l’équipe CISM depuis 2003. L’équipe se préparait cependant à ces jeux depuis longtemps et grâce à son expérience et à sa discipline à l’égard de l’entraînement, le cplc Noël a pu conserver sa place au sein de l’équipe malgré un congé parental d’un an. Malgré le fait que l’ensemble des sets du tournoi aient été très serrés, le Canada n’a malheureusement été en mesure de remporter les points lors des moments importants et de gagner ses parties contre les PaysBas, le Qatar, la Corée et le Brésil. Ce n’est que lors du match revanche contre les PaysBas que le Canada a enfin démontré son plein potentiel en remportant cette partie en trois sets consécutifs. Au terme du tournoi, le Canada a terminé en septième position sur huit équipes participantes. Une équipe de soutien formée de trois personnes accompagnait les athlètes. Le lieutenant Jean-François St-Amand (5e Ambulance de campagne) agissait en tant que thérapeute sportif de l’équipe féminine de volleyball féminin.


P E TITES AN N O N C ES 8 4 4 - 5 0 0 0 , p o s t e 5 5 9 8

MAISON À VENDRE Situé à Ste-Catherine! Joli bungalow de 8 ans, avec 4 c.c, 2 s.b, s-s complété, piscine et cabanon inclus. À QUI LA CHANCE? 168 000$ négociable. 875-0052. 07/11 LOGEMENT À LOUER 3 1/2 non chauffé et non éclairé. Balayeuse centrale, entrées laveuse / sécheuse/lave-vaisselle, cabanon, 2 stationnements. À 10 minutes de la Garnison St-Jean. Libre 1er janvier 2008. 385$/mois. 450-358-9651. 7/11

STONEHAM Hors du commun! Maison 3 cc, rénovée avec goût. Impressionnante ch des maîtres avec walk-in et balcon. Cuis et s.de b. délicieusement classique. Garage chauffé 20x20, vue sur les pentes de ski, terrain paysagé et piscine creusée. La visiter c'est l'adopter!

TERRE À BOIS TERRE À BOIS de 72 arpents avec droit de construire. Superbe vue panoramique. Seulement 97 000$. Laisser message au 844-9877. 7/11

Erwan Jouan Agent immobilier affilié, Remax Capitale

PLOMBERIE MEMBRE DE LA CORPORATION DES MAÎTRES MÉCANICIENS EN TUYAUTERIE DU QUÉBEC

CONSTRUCTION ENTRETIEN RÉNOVATION

VAL-BÉLAIR: 1345 GALIER

Pierrette Beaudoin 6 53-5353

Remax Fortin Delage Inc.

À LOUER

DEVENEZ MONITEUR DE MOTO FORMATION RÉNUMÉRÉE PAR L'ENTREPRISE

40%

de rabais* sur votre 1er soin d’ici Noël 2007. *Nouveaux clients seulement.

Vous pouvez nous rejoindre au numéro:

www.espace-sante-beaute.com

1-418-955-1649 STE-FOY

RBQ: 8232-7297-49 Prop. D. Daigle

ÉCOLE DE CONDUITE CENTRE VILLE

Sur unité neuve en inventaire. Modèles 2006-2007 de + de 8 000$. Sur présentation de votre carte militaire

Duberger, les Saules à Québec 2 1/2 480$, 3 1/2 580$, 4 1/2 680$, 5 1/2 750$ tout inclus. Pas de chien, grand, Tapis et Céramique, Promotion (Hors saison, logement repeint).

Rés.: 875-3828 cell : 265-3838

OFFRE D'EMPLOI

Chèque rabais de 200$ 25% de rabais sur les soins du visage

www.lesimmeublescaron.com

SERVICE 24H

À voir 3 1/2 à ValBélair. Moderne, demi s-s, résidentiel, chauffé, éclairé, insonorisé, stationnement, déneigement, entrée laveuse-sècheuse, lavevaisselle. Pas d’animaux. 1er décembre 615$/mois 845-8826 ou 871-6960. 7/11

418-264-3871

Unique! Cottage situé sur rue sans issue, 5cc, 2 s.b, 2 s. fam., armoires en érable, pisc. creusée int., verrière et garage. Poss. bureau pour trav. autonome ou professionnel. Peut se libérer rapidement. Prix sous l`évaluation munic. Il faut vendre.

TERRAINS À SHANNON, nouveau! Superbe développement + de 50 terrains disponibles. Une visite et vous serez conquis. 22 000 p.c. et +, boisé féérique! Taxes minimes, prix avantageux. 844-2956 ou 849-4496. 11/12.

Les petites annonces ne sont pas remboursables

MUSICIEN-INTERPRÈTE RECHERCHÉ

3 chambres, grand terrain, abrit d'auto, planchers de bois, bi-énergie. Près d'une école et terrain de jeux. Services. Possession juillet 2008.

Jacques Parent Agent Immobilier affilié Remax Fortin Delage inc.

Parolière de Québec recherche un musicien-interprète ou une musicienne-interprète pour collaboration afin de mettre des textes en musique. La personne convoitée doit être sérieuse, passionnée, disponible et être ouverte à aborder des thèmes profonds et variés.

Contacter Lucie au (418)380-0609 tous les jours entre 9h00 et 23h00.

653-5353

688-2221

Alexandra de Haas Sales Representative

Direct : Office : Fax : Home :

(613) (613) (613) (613)

484-1771 384-5500 384-6800 353-1320

E-mail : adehaas@sutton.com

PROCHAINE PARUTION : 21 NOVEMBRE

Sutton-group-masters realty inc., Brokerage Independently owned and operated 2557 Princess Street, Kingston, On, K7P 2W8

Réservez votre petite annonce au plus tard le jeudi 15 novembre. 844-5000, poste 5598

SERVICE EN FRANÇAIS

URGENT

NT GE UR

JE RECHERCHE POUR CLIENTS SÉRIEUX

JUMELÉ OU UNIFAMILIALE

CONTACTEZ-MOI Agnes G. Rivard 843-1151 / 576-9322

VAL-BÉLAIR

LAC BEAUPORT

BEAUPORT

VAL BÉLAIR

STE-CATHERINE

Belle maison aménagée sur 3 niveaux, 2 chambres à l'étage,1 salle familiale ou bureau au sous-sol. Unité sans voisin arrière, belle tranquilité, accès à l'autoroute.

NOUVEAU PRIX, TRANSFERT ! Pour amants de la nature et de l’intimité, toit cathédrale, 4 chambres, mezzanine, foyer de pierre au salon. Terrain de + de 20 000 pi2. Soyez chez-vous pour l’automne.

Très beau 4 logements (1x 3.5 + 1x 4.5 + 1x 6.5 & 1 x 7.5 pièces) avec un revenu supplémentaire. Garage 30 x 38 pour entrepreneur. Bien entretenu, locataires stables, secteur recherché. À VOIR!

À VOIR SANS FAUTE ! Tout près de la base militaire. Très beau cottage avec de belles grandes pièces bien éclairées et garage. Planchers de bois sur les 2 étages. Une visite vous convaincra.

Lise Lamontagne 843-1151

Benoit Nadeau 843-1151

Belle ancestrale avec tourelle, 3 chambres au même niveau, 2 salles de bains, bain sur pattes, douche en coin, plafond 9 pi., poêle au propane à la salle à manger. Magnifique cuisine. Terrain clôturé. CACHET D’ANTAN ! À VOIR SANS FAUTE ! POSSIBILITÉ DE POSSESSION AVANT DÉCEMBRE 07.

Sylvie Audet 843-1151

Page 26 / Adsum / 7 novembre 2007

IR VR OU ÉC ÀD

Denis Boivin 843-1151 U EA UV NO

U EA UV NO

Jean-Guy Lafrance 843-1151

U EA UV NO

ST-GABRIEL DE VALCARTIER

SHANNON

VAL BÉLAIR

SHANNON

VAL BÉLAIR

STE-FOY

Beau bungalow, idéal premier achat, aire ouverte, belle grande salle de bains, fenêtres en PVC. Cabanon 12 x 16 en 2007, grand terrain + de 45 000 pi.2, sans voisin arrière près de la rivière Jacques-Cartier. Taxes minimes. Possibilité de prise de possession très rapide.15 minutes de la Base.

Superbe maison neuve 37 x 30. Sous-sol entièrement fini avec 2 autres chambres + salle de bains et grande salle-familiale. Terrain de 23 875 pi2. Beau secteur, près de la base militaire.

SANS FAUTE ! Petit coin de paradis, très belle propriété avec 3 chambres, garage et beaucoup de rangements. Terrain + ou – 15 000 pi2. Prise de possession rapide.

Beau cottage champêtre situé dans un secteur paisible et boisé. Intérieur chaleureux. Tourelle au salon et chambre des maîtres. Poêle à combustion lente au soussol. Venez visiter….et laissez-vous charmer.

Superbe jumelé, 3 chambres, décoré au goût du jour. Faut voir ! Clé en main… Très beau secteur résidentiel près de tous les services. Il ne manque que vous !

UNE RARETÉ! Magnifique modulaire avec terrain. Décoration soignée, terrain paysager. Prise de possession rapide. Secteur en demande.

Jean-Pierre Gamache 843-1151

Mario Morin 843-1151 / 955-4418

Danielle Bélanger 843-1151

Entretien ménager résidentiel, 10 ans expérience. Mireille ou Marlène 8430171 ou 843-3659. 07/10

À Neufchatel, 3 1/2 à louer. 440$ / mois, inclue Lac à Truite et pas de voisin à l’arrière. 418-952-7737. 7/11

CARTE DE DÉBIT CHÈQUE

DIVERS NOUVEAU! Ste-Foy, Massage Suédois ou Californien. Info : 3533416. 21/11

VISA MASTERCARD

André Tessier 843-1151

Richard Gauthier 843-1151

Jason Laforest 843-1151

R OYAL LEPAGE INTER-QUÉBEC COURTIER IMMOBILIER AGRÉÉ

www.1000maisonsavendre.com


Avec les petites annonces de l’Adsum, l’affaire est classée!

Envoyez-nous votre petite

VAILLANCOURT ROBITAILLE SAVOIE BÉDARD ET ASSOCIÉS

VOUS ÊTES À L’ÉTROIT? MANQUE D’ESPACE? SOUS-SOL ENCOMBRÉ? SURPLUS D’INVENTAIRE?

annonce par courriel pour une soumission

A RPENTEURS-GÉOMÈTRES Tél.: (418) 628-5544

2680 D, BOUL. WILFRID-HAMEL OUEST, QUÉBEC, QC G1P 2J1 TÉLÉC.: (418) 681-4899 TÉL.: (418) 681-2969

nadeau.n2@forces.gc.ca • Les affections musculaires et articulaires • Rhume des foins, asthme allergique • Sinusites aigües ou chroniques • Migraines, insomnies, émotivité, stress • Céphalée de tension, perte de mémoire

MASSAGE THÉRAPEUTIQUE Si la vie prend votre énergie, le massage peut vous la rendre

659-7943

Reçus d’assurance

418 454-1616

www.erq.qc.ca/stmarc/

806-1484

BON SERVICE AVEC Confiance ET COMPÉTENCE 2054394

Depuis plus de 24 ans

544, rue Racine, Loretteville

842-9750

3 mois sans intérêt.

SPÉCIAUX POUR LES MILITAIRES

viens voir!

SOYEZ PRÊT POUR L’HIVER TRAITEMENT SPÉCIAL 4 PNEUS ANTIROUILLE CHANGEMENT posés et balancés

ADSUM 07-11

Semi-synthétique

29.99$

MC

39.63$

100% synthétiqueMC

52.47$

VAL-BÉLAIR

Gamache

N

V OU

EA

VAL-BÉLAIR

U N

V OU

EA

U TR

S AN

FE

N’ATTENDEZ PLUS

Pour la plupart des véhicules, mag 2$ de plus par roue, peut avoir d’autres frais pour un temps limité sur présentation de cette annonce. Voir politique en magasin.

20% 40% sur tous les pneus à

www.jeanpierregamache.com

Jean-Pierre

de réduction

14” et 15” = 38$ 16” et 17” = 46$

• Puisque RUST CHECK repousse l’eau, il peut être appliqué en tout temps de l’année, peu importe le temps qu’il fait.

INCLUANT CHANGEMENT D’HUILE, FILTRE ET VÉRIFICATION VISUELLE

Maximum 4 litres d’huile. Pour la plupart des véhicules et pour un temps limité. Sur présentation de cette annonce.

10%

12” et 13”

ADSUM 07-11

Peak PerformanceMC

32$

ADSUM 07-11

D’HUILE

FORFAITS QUAKER STATE

Pour la plupart des véhicules et pour un temps limité. Sur présentation de cette annonce.

SHANNON

VAL-BÉLAIR

RT

Agent Immobilier Affilié

Notre priorité... votre satisfaction

843-1151 ESTIMATION GRATUITE de la valeur de votre propriété

IMPECCABLE! Propriété cottage avec tourelle et foyer au salon. Clé en main et qui dit mieux, un terrain de 12,564 pi2, près de tous les services.

Superbe cottage de 28x27 construit en 2005 sur un un très beau terrain de 28 319 pi2. Faut voir l'intérieur. Prise de possession flexible. Près de la base militaire et de l'autoroute.

Clé en main! Belle propriété de 28x34 avec garage détaché de 18x24 chauffé. Elle offre beaucoup. Terrain clôturé avec aucun voisin à l'arrière. Il ne manque que vous....

SHANNON

NEUFCHATEL

VAL-BÉLAIR

LAC ST-CHARLES

urgent de

U ND VE

PROPRIÉTÉS!» courtier immobilier agréé

Superbe maison neuve 37x30 à découvrir. Sous-sol entièrement fini avec 2 autres chambres, salle de bain et grande salle familiale. Terrain de 23 875 pi2. Située dans un beau secteur près de la base militaire. UN APPEL SUFFIT...

Magnifique cottage de 27 x 40. UNIQUE. Faut voir sans faute! Offrez-vous une belle qualité de vie à 2 pas de tous les services. Terrain intime. Ne faites pas l'erreur de ne pas la visiter! Un appel suffit!

Propriété de 38 x 31 x 16, terrain 20 000 pi2, sur la rue Gaboury. À qui la chance? Très bien entretenu, même propriétaire depuis sa construction. Soyez les premiers!

Superbe secteur de maison modulaire récente, propriété offrant 3 chambres, belles grandes pièces bien éclairées. Cabanon avec électricité à proximité de tout. Pourquoi payer un loyer...

7 novembre 2007 / Adsum / Page 27

«BESOIN

Superbe jumelé offrant 3 chambres. Décoré au goût du jour. Faut voir! Clé en main.... Très beau secteur résidentiel, près de tous les services. Il ne manque que vous!


33 NOUVEAUX TERRAINS • SERVICE DíAQUEDUC • ÉCLAIRAGE DES RUES • TRÈS GRANDS TERRAINS BOISÉS • COURS D’EAU ARRIÈRE

14 13 12 11 10 9

8

7

6

5

4

3

2

• 22 000 À 89 000 PI2 • À 2 MINUTES DE LA BASE MILITAIRE • TAUX DE TAXATION MINIME

34

33

32

RUE DONALDSON

Page 28 / Adsum / 7 novembre 2007

15 16 17 18 19 20 21 22 23

24 25 26 27 28 29 30

31

WWW.DOMAINEDESSEIGNEURS.COM 844-2724 • 931-1446

VOL_36_NO_11_ADSUM_2007-11-07  

http://www.journaladsum.com/ftp/journaux/Archives/2007/VOL_36_NO_11_ADSUM_2007-11-07.pdf

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you