Page 1

PROJET FÉDÉRAL Le rassemblement dans l’action Michaël Cortot Après les belles victoires collectives de ce printemps, les Français attendent beaucoup des socialistes désormais au pouvoir nationalement et dans une majorité de collectivités locales. D’un côté, le gouvernement a la mission de redresser la France et de l’autre le Parti socialiste a la responsabilité de mener la bataille culturelle en faisant vivre ses idées au sein de la société. Dans cette perspective, le futur premier secrétaire de notre fédération doit se donner les moyens de la remettre au travail. Lorsque j’ai adhéré au Parti Socialiste il y a 10 ans, plusieurs actions étaient mises en œuvre : accueil et accompagnement des nouveaux adhérents, conférences citoyennes thématiques ouvertes aux sympathisants, université fédérale de formation pour les futur-e-s cadres du parti et candidat-e-s aux élections, commissions fédérales de réflexion animées par les secrétaires fédéraux. Il est plus que jamais nécessaire de remettre en place ces dispositifs et d’en créer de nouveaux. Par ailleurs, je ne veux plus d’une fédération qui réunisse son conseil fédéral une fois par trimestre et où ne sont abordés, les sujets d’importance que tardivement dans la soirée, quand la plupart des militants sont déjà partis. De même, les relations avec toutes les sections devront être repensées et ne pas se limiter à une réunion annuelle des secrétaires dans une salle de l'agglomération. C’est pour cela que je propose aujourd’hui un projet de rassemblement de tous les socialistes dans l’action militante. Il se décline à travers 5 axes :

1

RETISSER LES LIENS ENTRE LE PARTI SOCIALISTE ET LES TOURANGEAUX

Pour expliquer les réformes mises en œuvre par le gouvernement, être à l’écoute des réactions de nos concitoyens et relayer leurs attentes, nous devrons organiser plus régulièrement des campagnes sur le terrain (présence sur les marchés, dans les quartiers, porte à porte…) et pas seulement à l’occasion des campagnes électorales. Au-delà, dans le cadre de conférences citoyennes organisées dans tous les territoires du département, une personnalité du PS débattra avec des personnes issues de la société civile, des militants associatifs, des syndicalistes etc. Celles-ci auront lieu deux fois par trimestre, et pas seulement à Tours. Les thèmes à aborder dans les prochains mois sont nombreux : quel accès aux soins pour demain ? Comment mettre en œuvre le redressement productif ? Pourquoi permettre le mariage pour tous ? Comment faire vivre la solidarité territoriale ? Quelle politique de gauche en faveur des couches moyennes et populaires ? Oui au droit de vote des étrangers aux élections locales ! Dès le mois de décembre une première conférence sera organisée sur un thème décidé en bureau fédéral.

2

FAIRE DE LA FÉDÉRATION UN INTERLOCUTEUR POLITIQUE INCONTOURNABLE

Aujourd’hui, seuls nos élus sont identifiés. Ils sont nombreux et talentueux et nous ne pouvons que nous en féliciter. Mais la fédération doit trouver sa place dans le paysage politique local. L’année devra être rythmée par des temps forts ouverts au public :  Notre université de rentrée doit être un grand moment d’échanges et de formation en septembre.  Une cérémonie des vœux à la population sera organisée chaque année en janvier.  Une « fête de la rose », moment de rassemblement politique et festif, sera instaurée chaque année avant l’été.  Une lettre d’information trimestrielle à large diffusion sera publiée. Enfin, des communiqués sur les sujets d’actualité seront régulièrement adressés à la presse, après validation en conseil ou en bureau fédéral


3

REDONNER DU SENS AUX INSTANCES FÉDÉRALES

Le conseil fédéral est le parlement de notre parti, dont la composition est issue du vote sur les motions du 11 octobre dernier. Ce doit donc être le lieu du débat et de la transparence. Il doit se réunir toutes les cinq à six semaines. Le budget de la fédération doit y être présenté chaque année et adopté par un vote. La direction fédérale doit y rendre compte de ses actions, expliquer leur mise en œuvre et préparer les suivantes à l’aune des remarques et propositions des membres du conseil fédéral. Le bureau fédéral est l’émanation du conseil fédéral. Toutes les motions y sont représentées. Majorité et minorité y débattent de l’action fédérale et de la préparation du conseil fédéral. Il doit donc se réunir régulièrement, au moins deux fois par mois. Le secrétariat fédéral est l’instance où la majorité du parti siège et met en œuvre le projet fédéral. Toutes les sensibilités du parti qui souhaitent agir en ce sens doivent y être représentées. Il incarne le rassemblement dans l’action. Il doit se réunir si possible chaque semaine.

4

ACCUEILLIR POUR FIDÉLISER

C’est en sachant accueillir les nouveaux militants et leur expliquer en quoi consiste l’engagement militant que nous saurons les fidéliser.

Chaque année, nous enregistrons plusieurs dizaines d’adhésions mais nous voyons également partir des dizaines de militants. Cela doit nous interroger sur notre fonctionnement. Nous disposons maintenant avec la fédération rénovée au 50 rue de la Fuye d’un outil que nous devons faire vivre. En lien avec les sections, chaque trimestre, nous organiserons une réunion d’accueil et d’échange pour les nouveaux adhérents.

5

FORMER POUR PRÉPARER

Nous devons mettre en place une véritable université fédérale de formation qui aura plusieurs missions :  Accompagner les secrétaires de section dans l’animation des réunions, l’organisation des campagnes et l’accueil des nouveaux militants,  Permettre aux camarades qui veulent s’investir et prendre des responsabilités futures de développer leurs compétences,  Préparer nos candidat-e-s qui le souhaitent aux campagnes électorales. Cela demandera du temps et de l’énergie, mais ce travail est indispensable pour garantir les réussites futures.

La mise en œuvre de ce projet, je l’assurerai suivant trois principes : le respect, l’écoute et l’action. C’est en effet selon ces mêmes principes que j’ai œuvré pendant sept ans en tant que secrétaire de section à Tours centre. Durant cette période, le nombre de militants y a doublé. En 2005, dans une section où toutes les sensibilités de notre parti ont toujours été représentées, le dialogue était devenu impossible. En permettant à chacun de s’exprimer, de s’investir, de proposer, nous avons su nous remettre au travail. Lors de la campagne des législatives de 2007 que j’ai dirigée, près d’une centaine de camarades et de sympathisants ont contribué à la victoire de Jean-Patrick Gille sur une circonscription détenue par la droite depuis 49 ans. Dernièrement, lors de la réunion de présentation des motions en section, une cinquantaine de militant-e-s sont venus débattre, alors même que les réunions organisées par la fédération dans chacune des circonscriptions réunissaient au mieux quelques dizaines de camarades. C’est cette méthode, cette expérience ainsi que ma connaissance du département, de ses militants et de ses élus que je veux mettre au service de la fédération dans la mise en œuvre du projet que je vous propose aujourd’hui. Je vous invite à venir en débattre avec moi à l’occasion d’une rencontre

Jeudi 8 novembre à 19h30, au centre de vie du Sanitas, Place neuve à Tours (face au centre municipal des sports) Je vous y attends nombreux pour y préparer le changement et le rassemblement de tous les socialistes dans une dynamique renouvelée.

Projet fédéral de Michaël Cortot  

Voici le projet fédéral de Michaël Cortot, candidat au poste de premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste en Indre-et-Loire.