Page 77

// La 911 doit rester supérieure à la Cayman, c’est une règle immuable… // Matthias Mueller

d’admission d’air surdimensionnées, d’un large aileron arrière fixe et de magnifiques jantes de 20 pouces… soit les attributs de sa grande sœur la GT3. Il n’y a pas à dire, cette GT4 dégage quelque chose de puissant, de bestial et presque intimidant ! A l’intérieur ça fleure bon la compétition avec des sièges sport de série (les baquets carbone optionnels sont plus radicaux), la sellerie cuir / alcantara rehaussée de superbes surpiqures rouge et le ciel de toit en alcantara noir. A son volant je trouve de suite une position de conduite parfaite et je suis ravi de la présence d’un levier de vitesse classique… oui, à l’inverse de la GT3, la GT4 est exclusivement disponible en boîte manuelle. Mais il parait que tout cela pourrait changer aussi bien pour l’une que pour l’autre ! Contact, démarreur, roar ! Le son émanant de l’échappement est magnifique et laisse augurer d’extraordinaires moments sur nos belles routes de campagne. Les premiers instants à son volant sont déconcertants tant le niveau de confort distillé par cette sportive pur jus est étonnant. Siège et suspension sont d’une douceur inattendue quand on a l’habitude de rouler dans ce genre de voiture. Et que dire du plaisir rare de manier sa boîte six vitesses via

le court levier qui sélectionne et verrouille les rapports avec précision et fermeté, quel bonheur ! En quittant la ville, j’emprunte une petite portion d’autoroute histoire de faire chauffer la mécanique en douceur pour ensuite attaquer les petites routes de campagne. Là, je commence à prendre la mesure de l’auto... Sa direction précise et consistante me permet de faire virevolter la GT4 de virage en virage, son agilité me rappelle que sa légèreté est l’une de ses qualités mais aussi qu’elle dispose du train avant et des éléments de suspension de la GT3. Pourtant je suis un peu surpris du manque de tranchant de sa direction, c’est que mon exemplaire ne dispose pas des extraordinaires semi-slicks Michelin Cup 2. Ses freins proviennent, eux aussi, de la GT3 et cela se sent même si je reste relativement sage puisque que la belle est en rodage et… que j’évolue sur route ! A ce propos, le moteur 3,8l de la 911 Carrera S est un véritable joyau même en restant sous 5000 tours. Quel coffre et quel son ! Une sonorité amplifiée en mode sport par un système d’échappement qui libère le passage des gaz brûlés pour le plaisir des sens… Les pétarades au « levé de pied » sont tout simplement jouissives ! Cette voiture est un véritable remède anti-stress dans la morosité

PREMIUM 77

ambiante des voitures modernes de plus en plus aseptisées et avares en sensations. Les clients Porsche ne se sont pas trompés puisque toute la production GT4 s’est vendue en un temps éclair. Quand on sait que la prochaine génération de Cayman/Boxster délaissera le « flat six » atmosphérique au profit d’un « flat four » turbo, je me dis que j’ai probablement conduit une des dernières vraies Porsche modernes…

FICHE TECHNIQUE Cylindrée (cm3) : 3800 Puissance (ch./kW @rpm) : 385 / 283 @ 7400 Couple (Nm@rpm) : 420 @ 4750-6000 Boîte de vitesse : Manuelle 6 Entraînement : Propulsion 0-100 km/h (s) : 4,4 Vitesse Max (km/h) : 295 Consommation (l/100 km) : 10,3 (annoncée) Emissions CO2 (g/km) : 238 Poids (kg) : 1340 Prix de base (EUR) : 84.793

Premium 17 web  
Premium 17 web  
Advertisement