Page 80

mgv2_66

12_09

soucier de la dévastatrice impression qu‟elles dégageaient, ni relever les insidieuses réflexions s‟élevant sur leurs passages, selon leur habitude elles regagnaient leur table faisant face à celle occupée par l‟écrivain qu‟en première victime elles soumettaient à radiographie. Si leur accoutrement ne passait pas inaperçu, leurs lorgnons à épaisse monture d‟écaille en forme de cœurs, d‟un jaune fluorescent, ajoutaient une irréaliste touche à leur aspect de sorcières mal grimées. Dès leur première rencontre il en fut surpris, immédiatement fit un rapprochement avec cette réclame autrefois relevée dans une revue légère à laquelle son père était abonné –il la

feuilletait à son insu, quoique son facile accès lui permit de penser

qu‟intentionnellement ce dernier la laissait traîner, pensant ainsi se dédouaner de l‟éducation sexuelle de son rejeton –, proposant l‟achat de lunettes apparemment aussi fantaisistes d‟allure, mais de surcroît dotées d‟une capacité de déshabiller toute personne entrant dans le champ de vision de leurs acquéreurs. Adolescent, l‟avait troublé la suggestive illustration accompagnant le texte de présentation –représentant à gauche un homme saisi en buste, chaussé des dites lunettes magiques et portant son regard en direction d‟une femme, en pied mais de dos, située plus en profondeur sur sa droite, vêtue d‟une robe apparemment translucide puisque laissant apercevoir la totalité de ses formes (généreuses) dénudées –, seule son impécuniosité du moment l‟avait empêché de tomber dans les rets de cette racoleuse publicité, qu‟aujourd‟hui il pourrait juger mensongère, si à ses côtés les vieilles dames daignaient lui en faciliter la vérification... Au début il en sourit, mais vite se rendit compte qu‟affublées de leurs montures, ostensiblement ces mégères, de-ci, de-là, de bas en haut, surtout de par en dessous laissaient traîner leurs regards (lorgnons) sur les consommateurs attablés ou accoudés au zinc, puis se désignant l‟un ou l‟autre, notamment en direction de leurs génitales, se désopilaient d‟un spectacle qu‟elles seules semblaient apprécier. Ce manège l‟avisa d‟une incongruité sous-jacente, l‟amena à établir un possible rapport entre leurs extravagantes lunettes et un déshabillage en règle des clients soumis à leur inspection. Cet apparent sans-gêne de la part d‟épouvantails utilisant leurs binocles fluo, non pour palier une cataracte, une 80

Profile for Datura

mgv2_66 | 12_09  

The December 2009 issue of the magazine mgversion2>datura

mgv2_66 | 12_09  

The December 2009 issue of the magazine mgversion2>datura

Advertisement