Page 1


Édito Souvenez-vous du 24ème numéro de MG qui vous arrivait tard dans le mois... La raison de ce retard : Mrgane. Pour la châtier, car ce retard méritait bien un châtiment, nous l'avons exilée un mois durant dans les âpres atmosphères du milieu S.M., d'où elle nous revient sous le pseudo de Slaughty Mrgane; c'est à dire Mrgane la garce. Non contente de son sort, elle a proposé à Mauvaise Graine, qui cette fois encore montre à quel point l'adjectif de son titre est justifié, les textes de ses différentes rencontres : certains visages lui étaient familiers, tels ceux de Erich Von Neff, d'autres lui ont fait tourner la tête et l'ont rendue complètement incontrôlable. N'ayant pas besoin de ça pour tourmenter le lecteur, elle a, elle aussi, proposé ses propres textes. C'est donc dans un univers angoissant et terriblement sensuel que vous allez entrer, un monde dans lequel il est aussi difficile d'entrer que de sortir, un espace de jeux pour adultes avertis, jeux cruels et jeux de domination, jeux sans scrupule aucun, menant toujours à une guerre des nerfs sans merci, lieu où la souffrance côtoie le plaisir, l'un découlant de l'autre, et vice versa. Slaughty Mrgane: ne pouvait-elle rêver de meilleur compliment, car c'est tel qu'il faut le prendre lorsque son désir le plus " chair " est de se retrouver sous le joug d'une maîtresse fouetteuse et cuirée. " Different Loving " écrit Gloria Brame dont le site sera dépouillé en dernière page par l'instigateur et inspirateur du châtiment susnommé qui nous conduit ce mois-ci à vous convier chez les pervers ! Oui, un amour en marge et quelque peu dérangeant que l'on accepte ou non, mais qui doit être connu, nous en faisons tous preuve sans même nous en apercevoir dans nos vies de couples ; croyez-moi. Je vous laisse donc en bonne compagnie, dites oui à ses envies, ne la contrariez surtout pas et sachez que c'est elle la dominatrice, la maîtresse du jeu, celle par qui tout arrive, le pire comme le meilleur, elle vous mène là où vous n'auriez jamais ne serait ce qu'oser penser vous rendre seul un jour.

Remember the 24th issue of MG that was reaching you late in the month... reason for that : Mrgane. To forfeit her, for this lateness deserved a forfeit, we exiled her during one month in the harsh atmospheres of the SM scene, where she comes back to us nick named Slaughty Mrgane from. Not content of her fate, she proposed to Mauvaise Graine - that prove how justified the adjective of his title is once again - the texts by the different people she met : some faces were familiar to her, like Erich von Neff's, some other made her feel dizzy and completely uncontrollable. Not needing this to torment the reader, she suggested her own texts be published. So, it's in a harrowing and terribly sensual universe that you're going to enter in, a world in which it's as difficult to get in as to get out, an explicit game space, cruel and domination games, scrupulousless games always guiding to a merciless war of nerves, a place where suffering rubs shoulders with joy, the one ensuing from the other, and vice versa. Slaughty Mrgane: couldn't she dream of a better compliment ? For this is how it should be heard when her most " fleshing " desire is to to find herself under the yoke of a whipping and leathered mistress. " Different Loving " Gloria Brame writes. Yes, a fringe loving and disturbing somehow that we accpet or not, but that must be known, we all experince it in our love relationships, without even noticing it ; believe me. I leave you then in good company, say yes to her desires, do not vex her and be warn that she is the dominant one, the game mistress, the one from which everything happens, the best as the worst, she takes you where you would have never even thought going on your own one day.

Walter


Portrait

Slaughty Mrgane... Hum, cela me plaît assez. Ainsi, comme vous avez pu le remarquer, ce numéro est en retard ; et alors ? Vous l'avez attendu ? Grand bien vous fasse. Comme nous l'enseigne Gloria Brame, l'attente a du bon... Ce n'est en tout cas pas le Viking entravé à mes pieds qui affirmera le contraire. Fétichisme, punitions, humiliations, plaisirs brûlants des mégots sur la peau, rien ne vous sera épargné. Laissez vos préjugés de côté, ce mois-ci MG flirte avec vos fantasmes les plus sombres. Ceux qui vous donnent envie de murmurer "Attachemoi. Insulte-moi. Frappe-moi. Donne-moi du plaisir différemment." Dans ce numéro MG laisse libre cours aux fantasmes de différents auteurs qui ont chacun leur propre conception du plaisir, car c'est bien là l'intérêt du SM : il est à multiples facettes. Il empruntera aussi bien la voie du fétichisme comme pour Serge Féray et sa fascination pour une " mini rouge " que celle du bondage amoureux que promet Gloria Brame à son futur élu. Mais il pourra également laisser des souvenirs cuisants de vacances à Derek ou être à l'origine de photos comme notamment celles de Philippe Pissier. Ses seules limites sont celles de notre imagination, passée l'entrave de nos inhibitions et de notre propre censure morale. À vous ensuite, lecteurs, de trouver dans cette fête de la jouissance, celle qui pourrait vous séduire. Le SM, pour moi, ce pourrait être le plaisir mortel, le plaisir poison, celui apporté par les femmes de Von Neff, qu'elles soient d'étain ou de barbelés... Trois coups zébrant le dos de mes esclaves, les portes de l'antre de la jouissance ultime s'ouvrent.

Slaughty Mrgane... Well, it suits me quite well. Thus, as you probably noticed, this issue is late ; so what ? Have you been waiting ? Good may it do you. As Gloria Brame teaches us, waiting is good... Anyway, the Viking, fettered at my feet won't say the contrary. Fetishism, punishments, humiliations, burning joy of the fags on the skin, you won't be spared anything. Leave your prejudices aside, this month MG flirts with your darkest fantasies. The ones that make you want to whisper "Bond me up. Insult me. Hit me. Give me pleasure differently." In this one issue MG gives free vent to the fantasies of several authors who each have their own conception of the pleasure, for this is there where the interest of SM lies : it has multiple faces ; It might as well take the side of fetishism like Serge Féray and his fascination over a " mini red " ,as the one of the loving bondage Gloria Brame promises to his man to be. But it could leave bitter holiday memory of Derek or be at the spring of pictures such as Philippe Pissier's. Its only limits are those of our imagination, once our own moral censorship hindrance broken. SM, to me, could be the mortal pleasure, the poison pleasure, the one brought by Von Neff's women, whether they're of tin or barbs... Three hits striping the back of my slaves, the doors of the ultimate joy cave open up. Have a good descent.

Mrgane

Bonne descente.


Erich von Neff Tinfoil Woman Tinfoil woman with your tinsel hair And wrinkled breastsTinfoil woman embrace me Hold me close Let me feel Your metal body.

Tendances Printemps The cutting edge of the barbed wire brassiere Padded inside Where camouflage just won't do Beneath the skylight gallery Frieda was a dealer herself So many lives unwrapped Page after page Tearing lovers up with Brassiere scratches From her fashion manifesto Terrorism was her beat She was lethal She was poison.

Femme de papier d'étain Femme de papier d'étain aux cheveux de lamé Et poitrine frippée Femme de papier d'étain, enlace-moi serre-moi tout contre Fais-moi sentir Ton corps de métal.

Tendances printemps Le nec plus ultra de la guêpière en fil de fer barbelé Coussinée à l'intérieur Là où le camouflage ne suffit pas Sous le ciel vitré de sa galerie Frieda était elle-même une marchande d'art Tant de vies déballées Une page après l'autre D'amants déchirés au Fil d'une guêpière Extraits de son manifeste sur la mode Le terrorisme, c'était son filon Elle était mortelle Elle était poison.


Derek A Learning Holiday It's great to be driving along, without a care in the world and knowing that there is nothing to do for the next week, except enjoy yourself! That's the way Jim and I were that evening, on our way to visit friends who had a holiday home by the sea. We knew the next week would be plenty of sunshine and party! Even when the car broke down, we refused to let our spirits sink. Jim was very proud of his car, but a quick look under the hood convinced him that he would need the services of a mechanic. As it was a lovely summer evening, we decided to walk in search of help. After a few miles, we came on a large country house, with a big driveway leading up to it. The door was answered by the butler, who received us politely and when informed of our predicament, went to find the master of the house. Lord Dougby welcomed us cordially, the mechanic was summoned, but the bad news was that the car would take at least three days to fix (problem with getting parts, in such an isolated area). Lord Dougby insisted that we remain as his guests, so we rang our friends and told them we would be a few days late. After supper, Lord Dougby asked us if we played cards. Evidently he, his butler and his Chef, often played cards in the evenings so we agreed to join them. We were all around the same age (28) so it was a very pleasant, relaxed evening, with plenty of drink from our generous host. Lord Dougby introduced us to a new game. However he said that instead of playing for stakes, the loser had to pay a forfeit, and the winner decided the forfeit. We played, and I lost the first game, with our host the winner. "Now, what forfeit should you pay," mused our host. "Make it difficult, he can be a real cheeky beggar", said Jim cheerfully, slapping me on the back. "Cheeky - really?" said our host. "Well then maybe what Derek needs is a good spanking!" "Great idea!", said Jim. I tried to get away but I was smaller than the rest and in any event was no match for the four of them. The butler and the chef both looked like they were ex-fighters, strong muscular types. I still struggled plenty, but in no time found myself in a most undignified position, lying across the lap of Lord Dougby. "As you've struggled, you'll have to get more spanks, so first of all twenty from me, then twenty from everyone else!" By the time I had been across everyone's lap and had received twenty hard spanks from Dougby, the butler, the chef and, finally, from Jim, (who really entered into the spirit of things and even gave me an extra spank for good luck), my bottom was really sore. I stood up, mortified, rubbing my posterior and glaring at them all as they laughed at my discomfort. Jim just laughed and said I was lucky they hadn't taken my trousers down, as I had struggled so much. I said nothing. Jim had given me an idea. The next game I won and Jim was the loser. He smiled (a bit anxiously?) at me. "Now you get your own back, I guess," he said, probably anticipating a spanking. "Right folks" I said. "Jim's forfeit is to lose his trousers!" Jim paled, but again he was no match for four of us, and although he struggled plenty, we soon had his belt open and the trousers started to come down.


Derek As his silk boxer shorts came into view, Lord Dougby laughingly warned him: "Better stop struggling, or those boxer shorts will be coming down too!" Jim soon stopped struggling, and so we removed his trousers completely and sat laughing, looking at him in his polka dot shorts! His teeshirt was short, so it didn't cover them too well. "Okay, okay, " he growled, "you've had your fun. Now give me back my trousers." "Remember", said Lord Dougby, that Derek got extra punishment because he struggled. You don't get your trousers back until tomorrow!" Jim didn't like it, but I suppose to be polite he didn't complain further. The cards were over, so Jim had to sit there in his boxer shorts while we had supper. I kept on making cracks about his legs and his shorts and did he make a habit of losing his trousers in front of strangers? Jim glared at me, but said nothing. After supper we retired to our rooms. Ten minutes later I heard a knock at my door. It was Jim. "Can I come in for a minute, please" he whispered politely through the door. I unlocked the door and let him in. Jim was still in his boxers and tee shirt. "What's up" I said, still smiling at his predicament. "You know what's up and you're to blame. Now you're going to pay! Jim grabbed me and soon had me on the floor and was opening my belt. Jim is much stronger than me, so I was no match for him. However I was able to grab at his boxer shorts and they came down. This made him madder, so after he had my trousers off, he went for my briefs. Again I couldn't stop him and soon the two of us were naked. "Now you're going to suffer some", he said, as he pulled me up off the ground and across his knee. Holding me down securely, he got his belt and leathered my ass. Of course I was soon roaring crying and woke up the whole house. The butler and the chef arrived in and soon we both found ourselves, totally naked, again in the presence of our host. "What's this, I hear?" he said, really annoyed. "The game is over and you're fighting? Acting like children? This will not do! Take them to the children's wing and deal with them as children! Immediately we were taken to another part of the house and I was literally thrown into what looked like a child's bedroom - except that all the furniture (including the bed) were adult size. The door was locked from the outside and then Jim was taken into the next room. I could hear him getting a very severe spanking from the two men and soon his cries were loud. After they finished, they came back to me and I got another spanking, but not as bad as Jim's as they saw the evidence of his handiwork. When they were gone, I crawled on to the bed and eventually fell asleep. I woke the next morning with the butler shaking me. He told me to use the toilet, while he ran my bath. When I came into the bathroom (still naked all this time), he said that Lord Dougby had decided that as we were acting like children, we were to be treated accordingly. With that, he lifted me up and put me in the bath and washed me, instructing me to do nothing myself. At this stage, I thought it better to obey, so I said nothing even when he soaped round my dick and balls and then pushed his fingers up my ass to clean that out with the soap. He then lifted me out of the bath, dried me and put me across his knee for my morning spanking. This wasn't too severe and he even rubbed my ass afterwards. The next


Derek

shock was when I saw my clothes! A young boy's school outfit, except in a bigger size! The butler dressed me and soon I was standing there, as if ready for school! The shorts were very tight on my bottom, with my bubble butt showing itself off! He brought me to the breakfast room, where Jim was waiting in the same kind of outfit! The chef was with him and it was obvious that he had got the same treatment. Lord Dougby entered. "Have these boys got their morning bath and spanking? Yes? Good, let's see the evidence. Drop your shorts and underpants boys." Not wanting more spankings, we both immediately dropped our short pants and underpants and stood to be examined. "Good, good. Well done men. Right boys stay as you are for the moment. Men, please bring in the breakfast." So we stood there, with our pants and underpants at our ankles, 000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000 0000000000000000000000000005b0200000000000088000000000000008800000000000000000000000000000000000000000000000000000000000 while Lord Dougby walked round us and told us that he had been ready to treat us as adult 7ff2ffbfe0b75a66f8544aceb913f025fcbfe1c3c2b763653fe794e84f2e1904fc2e80f73fda1f534dff5701af860e7cba5814f54bfb5ffdff0bf097ba1d2b1ffa3 guests, but instead we had acted like children. And so we would be treated as naughty children. de6f9a0f2ff882caf28fbb7e3b23f6232eefb26e2a5ab3ce4ee8a36c5a3fe0f3c64af1824f6e80cc7e7ac559f0f9b90696a54bc727c1278e5c453ccf2acfc9feca Any disobedience would be treated most severely (we knew that from last night). Lord Dougby 199f4f7df66d5bc3779f79efeb6f6d56b8f3111fe364cd36fe0dff547c4bfe32b587e72fede3b0598e1fbdbeafd165ed2701fac1fe20d5a239ad0fbc58cbf45cf 000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000 then gave each of us a warm-up spanking across his knee, the butler and the chef brought in the 000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000 breakfast, and we sat down to eat. Well actually Jim and I requested permission to stand, and 22220557559999b9999bb999898873222000222000222222222222222222222222222222252530977777777777777777777775339dbbbdddbbb99989 Lord Dougby agreed. It was going to be a long three days!

Des vacances claquantes C'est génial d'être au volant d'une voiture et de conduire sans se soucier le moins du monde de quoi que ce soit et de savoir qu'il n'y a rien à faire la semaine suivante, à part s'éclater ! c'est ainsi que Jim et moi-même étions ce soir là sur la route pour aller rendre visite à des amis qui avaient une villa au bord de la mer. Nous savions que la semaine à venir serait pleine de soleil et de fête ! Même lorsque la voiture tomba en panne, nous refusâmes de nous laisser envahir par l'inquiétude. Jim était très fier de sa voiture, mais un coup d'œil sous le capot le convainquit qu'il aurait besoin de l'aide d'un mécanicien. C'était une ravissante soirée d'été, aussi nous décidâmes de marcher un peu jusqu'à ce que nous trouvions de l'aide. Après quelques miles, nous parvînmes à une grande maison de campagne, à laquelle on accédait par une longue voie privée. La porte nous fut ouverte par le majordome, qui nous reçu de façon très polie et qui, une fois informé de nos ennuis, alla trouver le maître de la maison. Lord Dougby nous accueillit cordialement, le mécanicien fut contacté, mais la mauvaise nouvelle était qu'il fallait compter trois jours complets pour que notre voiture soit réparer (vu les problèmes à trouver les pièces nécessaires dans un endroit aussi isolé). Lord Dougby insista pour que nous soyons ses invités, aussi nous appelâmes nos amis afin de les prévenir que nous serions quelques jours en retard. Après le dîner, Lord Dougby nous demanda si nous aimions jouer aux cartes. Visiblement, lui, son majordome et son Chef jouaient souvent aux cartes le soir ; nous acceptâmes donc de nous joindre à eux. Nous avions tous à peu près le même âge (28 ans) aussi ce fut une soirée agréable et détendue, avec ce qu'il fallait à boire de la part de notre généreux hôte. Lord Dougby nous proposa un nouveau jeu. Quoi qu'il en soit, il proposa également qu'au lieu de jouer pour des prunes, le perdant aurait à payer un gage, et le gagnant déciderait de ce que serait ce gage. Nous jouâmes et je perdis le premier jeu, Lord Dougby étant le gagnant.


Derek " Alors, quel genre de gage aurez-vous, " dit-il sur un ton moqueur. " Il faut que ce soit difficile, il peut se comporter en véritable petit vaurien ", dit Jim amusé, me donnant un tape dans le dos. " Un vaurien - vraiment ? " dit notre hôte " Eh bien, peut-être ce dont Derek a besoin est une bonne fessée ! " " Très bonne idée ! ", dit Jim. Je tentai de m'échapper mais j'étais bien plus petit que tous les autres et dans tous les cas n'avait rien d'insurmontable pour eux quatre. Le majordome et le chef ressemblaient tous les deux à d'anciens catcheurs, d'une carrure fort musclée. Je me suis encore beaucoup débattu, mais en un rien de temps me retrouvai dans une posture bien humiliante, allongé sur les genoux de Lord Dougby. " Puisque tu ne t'es pas laissé faire, tu auras droit à une fessée plus longue, alors vingt de ma part pour commencer, puis vingt de la part de chacun des autres ! " Après que je sois passé sur les genoux de tous et aie reçu vingt claques de la part de Dougby, du majordome, du Chef et enfin de Jim, (qui se prit vraiment au jeu et me donna une claque supplémentaire pour me souhaiter bonne chance), mon derrière me faisait souffrir. Je me levai, mortifié, en me frottant le postérieur et les dévisageant l'un après l'autre pendant qu'ils se moquaient de mon inconfort. Jim se mit à rire et dit que j'avais eu de la chance qu'ils ne m'enlèvent pas mon pantalon, puisque je m'étais tellement débattu. Je ne répondis rien. Jim m'avait donné une idée. Je gagnai le jeu suivant et Jim perdit. Il me sourit (un peu anxieusement ?) " Voilà le moment de ta vengeance, je suppose, " dit-il, probablement anticipant une fessée. " Très bien les amis " dis-je " Jim doit être fessé sans son pantalon ! " Jim devint blême, mais encore une fois, il n'avait pas le dessus contre nous quatre, et bien qu'il se débattit beaucoup, nous arrivâmes bien vite à faire céder sa ceinture et à baisser son pantalon. Lorsque son caleçon en soie apparut, lord Dougby le prévint en rigolant : " Tu ferais mieux d'arrêter de te débattre, ou ce caleçon va lui aussi finir par t'être enlevé ! " Jim s'arrêta bien de gigoter, nous lui otâmes entièrement son pantalon et nous assîmes en riant, le regardant dans son caleçon en point de polka ! Son tee-shirt était court et ne le recouvrait pas du tout. " Okay, okay, " grogna-t-il, " vous vous êtes tous bien amusés. Alors maintenant rendez-moi mon pantalon. " " Souviens-toi, " dit Lord Dougby, " que Derek a eu droit une punition supplémentaire parce qu'il s'est débattu. Alors tu ne récupéreras pas ton pantalon avant demain matin ! " Jim n'apprécia pas, mais je suppose que par politesse il ne se plaignit pas plus. Le jeu de cartes était terminé et nous nous retirâmes dans nos chambres. Dix minutes plus tard, j'entendis frapper à la porte ; c'était Jim. " Est-ce que je peux entrer une minute, s'il te plaît ?" murmura-t-il poliment à travers la porte. J'ouvrai la porte pour le laisser entrer. Jim était encore en caleçon et en tee-shirt. " Que se passe-t-il ? " dis-je en souriant encore de son gage. " Tu sais ce qu'il y a et tu en es le fautif. À présent tu vas payer ! " Jim m'attrapa et me flanqua rapidement par terre, pendant qu'il défaisait ma ceinture. Jim est bien plus fort que moi, aussi ne fais-je pas le poids face à lui.


Derek N'importe comment, j'arrivai à agripper son caleçon et à le lui arracher. Cela le rendit encore plus fou, aussi lorsqu'il eut ôté mon pantalon, il me fit ma fête. Je ne pus l'arrêter, une fois de plus, et bientôt, nous nous retrouvâmes nus tous les deux. " Tu vas dérouiller mon vieux ", dit-il tandis qu'il me tirait vers lui pour me poser sur ses genoux. Me maintenant serré contre lui, il attrapa sa ceinture et la fit goûter à mon cul. Bien sûr, je me mis à hurler de douleur et réveillai toute la maison. Le majordome et le chef arrivèrent rapidement et nous nous trouvâmes en présence de nos hôtes, complètement nus. " Qu'est-ce que c'est que tout ce bazar ? " dit-il, vraiment énervé. " Le jeu est terminé et vous vous battez ? Vous agissez comme des enfants ? Ça ne va pas se passer comme ça ! Emmenez-les dans l'aile des enfants et occupez-vous en comme des enfants ! " Nous fûmes emmenés dans une autre partie de la maison et je fus littéralement jeté dans ce qui ressemblait à une chambre d'enfant - excepté que tout le mobilier (y compris le lit) était fait pour des adultes. La porte était verrouillée de l'extérieur et Jim fut emmené dans la chambre voisine. Je pouvais entendre qu'il était en train de se faire fesser par les deux hommes et ses cris devinrent vraiment forts. Après qu'ils eurent terminé avec lui, ils revinrent à moi et j'eus droit à une autre fessée, mais pas aussi dure que celle de Jim car ils furent témoins de ce qu'il avait été capable de me faire. Une fois qu'ils furent partis, je rampai jusqu'au lit et m'endormis enfin. Je me réveillai le lendemain matin, secoué par le majordome qui me demandait d'aller aux toilettes pendant qu'il me faisait couler un bain. Lorsque j'arrivais dans la salle d'eau (toujours nu à ce moment), il me dit que Lord Dougby avait décidé que puisque nous nous étions comportés comme des enfants, nous devions être traités comme tels. En disant ceci, il me souleva et me mit dans la baignoire pour me donner mon bain, en me conseillant de ne rien faire par moi-même. Je pensai donc qu'il valait mieux obéir à ce qu'il disait, et je ne dis rien, pas même lorsqu'il passa du savon autour de ma bite et de mes couilles, puis poussa ses doigts dans mon anus pour nettoyer tout ça. Puis, il me tira de l'eau, me sécha et me plaça sur ses genoux pour me donner la fessée du matin. Elle ne fut pas trop sévère et il me caressa même le cul après. Le choc suivant fut lorsqu'il me montra mes vêtements ! un uniforme d'écolier, excepté pour la taille ! Le majordome me les enfila et je fus bientôt habillé comme prêt pour partir à l'école ! Le bermuda était très serré sur mon arrière-train pommelé bien en évidence. Il me conduisit jusqu'à la salle de petit déjeuner, où Jim attendait dans le même genre d'uniforme ! Le chef était avec lui et il était évident qu'il avait subi le même traitement. Lord Dougby entra. " Est-ce que ces garçons ont pris leur bain et leur fessée du matin ? Oui ? Bien, voyons ce qu'il en est. Baissez vos bermudas et vos slips les garçons. " N'ayant pas vraiment envie de recevoir une autre correction, nous baissâmes l'un et l'autre nos bermudas et nos slips et restèrent ainsi, attendant d'être examinés. " Bien, bien. Bien joué messieurs. Très bien les garçons, restez où vous êtes pour le moment. Messieurs, s'il vous plaît, apportez le petit déjeuner. " Alors nous restâmes ainsi, avec nos bermudas et nos slips sur les chevilles, pendant que Lord Dougby nous tournait autour et nous disait qu'il avait été prêt à nous traiter comme des adultes, mais que nous avions agi en enfants. Aussi serions-nous traités comme de vilains enfants. Toute désobéissance serait traitée encore plus sévèrement (nous avions compris cela depuis la nuit passée). Lord Dougby nous donna alors à chacun une fessée pour nous échauffer ; le majordome et le chef apportaient le petit déjeuner, et nous nous assîmes pour petit déjeuner. En fait, Jim et moi demandâmes à rester debout ; Lord Dougby accepta. Ça allait être trois jours particulièrement longs ! Traduit de l'américain par Walter Ruhlmann


Mrgane

Poignets entravés, jouissance capturée. Tes ongles découvrent ma chair rosée. Sang perlé, à peine goutté, pulpe savourée. Écume carminée de tes baisers sur ma peau bleutée. Tendresse brûlée de tes mégots sur mes seins ados. Après ébats. Des feulements. Et l’orgasme. Abîmé.


Mď ?rgane

Held up wrists, captured joy. Your nails uncovered my pinky flesh. Beads of blood hardly tasted, savoured pulp. Carminated foam off your kisses on my bluish skin. Burnt tenderness of your cigarette ends on my teen breasts. After the frolics. Growls. And the orgasm. Damaged.


Mrgane

Sylphide aux yeux vides. Un goût de métal dans la bouche lorsque tu m’embrasses. Ce n’est rien. Juste un peu de sang. Empty eyed sylph. A taste of metal in my mouth when you kiss me. It’s nothing. Just a little of blood.


Mrgane Silence zébré par des halètements, nos corps sont figés comme l'amour nous a laissées. Le monde renaît dans nos esprits embrumés, temps matérialisé par le battement de son sang. Elle glisse sur le matelas, le contact de l'air frais remplace celui de son corps moite. Je frissonne. Je ne veux pas ouvrir les yeux, pas encore. Je la devine dans l'absence post-orgasmique, près de moi. Froissements de draps. J'observe son dos, mes mains se souviennent de cet épiderme brûlé, caressé à satiété. Un battement de cil, elle est debout. Je l'admire, bête magnifique ne redoutant pas la clarté assassine de la chambre. Je me lève. M'approche. Mes bras se referment sur cet animal. Mes mains errent dans le creux de ses épaules, sur son ventre, ses seins, pour redescendre vers ses cuisses. Elle presse son corps contre le mien, comme pour tenter de se fondre en moi. Mes lèvres caressent sa nuque. Elle renverse sa tête et m'offre sa gorge sur laquelle je pose mes lèvres. Son pouls, prisonnier des veines, joue sous ma langue. Une main sur son front pour la maintenir, mes dents essaient de le capturer. Goût de métal dans la bouche, ses ongles tracent des lignes rouges de vie sur mes avant-bras. Lame enfoncée, métal dans sa gorge. Son sang encore chaud de plaisir coule sur mes mains, mes seins, mon ventre. Et les spasmes de son corps agonisant m’entraînent dans la jouissance ultime, un voile pourpre sur les rétines. Silence zébré par mes halètements, son corps est figé

comme mon amour l'a laissé. Silence stripped by puffing, our bodies are stiffed like when love left us. The world is reborn in our foggy souls, time materialised by the beating of my blood. She slides on the mattress, the contact of the fresh air replaces the one of her moisten body. I get shivers. I don’t want to open my eyes, not yet. I guess her in the post orgasmic absence, by me. Creasing of the bed sheets. I observe her back, my hands remember this burnt epidermis, caressed to satiety. A fluttering, she is up. I admire her, magnificent beast fearing not the assassin bright light of the room. I get up. Get closer. My arms shut on this animal. My hands wander in the curve of her elbows, on her belly, her breasts, to go down again to her thighs. She presses her body against mine, as if trying to enter me. My lips brushes her neck. She tilts her head back and offers me her throat on which I put my lips. Her pulse, the vein prisoner, plays on my tongue. My hand on her forehead to maintain her back, my teeth trying to capture it. A taste of metal in my mouth, her nails trace red life lines on my forearms. Blade driven well in, metal in her throat. Her blood still hot from pleasure runs on my hands, my breasts, my stomach. And the spasms of her agonising body drive me in the ultimate joy, a purple veil on my retina. Silence stripped by my puffing, her body is stiffed like my love left her.


Serge Féray Mini rouge Elle avait une minijupe, un microscopique chiffon stretch, qui moule sans entraver, qui souligne les formes et glisse bien sur les cuisses. Ce qu'on appelle une jupe-alibi - le genre qu'on ne prend pas la peine d'enlever, qu'on retrousse à peine, une jupe sous laquelle on s'immisce. Une taille 36 avec couture sur la hanche, qui lui mettait le cul en valeur et cachait à peine le haut de ses bas. C'était sa panoplie de pute, l'accessoire obligé de nos jeux amoureux. Elle la portait en toutes occasions, jambes nues ou voilées (on voyait le relief des jarretelles dessinées par l'étoffe), avec ou sans culotte. Elle aimait se balader la fourrure offerte à la bise. Je la léchais dans cette jupe, je la doigtais dans cette mini, je me branlais en la matant dans cet écrin ultra serré. Quand je la prenais par derrière, je rabattais la mini sur ma queue. Je ne savais plus si je la baisais, elle, ou si je me tapais sa jupe. Elle avait la jambe française : les chevilles fines, le mollet légèrement galbé mais haut, les cuisses fuselées et fermes - les fameuses cuisses à minijupes, avec le quadriceps joliment dessiné. En les voyant, on n'avait qu'une idée : enfouir sa tête entre elles, bien au chaud, loin de monde. Elle savait les montrer. À sa naissance, en 1964, Mary Quant, la fée de l'Érotisme, s'était penchée sur son berceau et avait inventé la mini, rien que pour elle. En l'honneur de son incarnation précédente, Wallace Carothers, l'Oppenheimer du sexe, avait synthétisé le premier bas nylon. Elle s'est reculée, mains sur les hanches, en tournant sur elle-même : " Je me suis acheté une jupe. Tu aimes ? " Ses collants diaphanes teintaient nuit ses jambes chaussées de bottines, et là-haut, tout là-haut, à deux doigts de son entrecuisse, ces ridicules quarante centimètres de textile couleur de honte la rendait plus désirable que si elle avait été nue. " Tu aimes, constata-t-elle en lissant sa jupe sur ses fesses. C'est le rouge qui t'excite ? Ou la matière ? 100% acrylique. Polymère de l'acrylonitrile. Les qualités de résistance, de solidité des fibres acryliques leur ont valu de nombreuses applications, notamment dans le domaine de l'habillement, pour la fabrication de lingerie, de blouses, ou de jupes. Tu en as devant toi la plus charmante illustration ! " Je suis tombé à genoux, en embrassant ses jambes, le visage pressé contre ses cuisses : " Fais un peu attention ! Tu n'es pas rasé ! tu vas filer mes bas ! - Ce sont des collants, mon amour... " J'allais lui fourrer la main sous la jupe, mais elle m'a arrêté : " Calme toi. Tu sais bien que je n'ai pas le temps. " On l'attendait. Une soirée entre amis, apéro, souper fin. Elle croiserait les jambes dans un canapé, sa mini remonterait sur ses cuisses. C'est pour cela qu'elle avait mis un collant. Avec une jupe aussi courte, il était hors de question qu'elle porte des bas en société. La blancheur de sa peau découverte au-dessus du nylon noir aurait aveuglé ses hôtes. Résigné, je la regardais aller et venir dans l'appartement, se maquiller devant son miroir, pester contre ses cheveux qui ne voulaient pas se laisser coiffer. Je bandais dans son dos, en regardant ses jambes. Le noir luisant de son Well contrastait à merveille avec la rouge de sa mini. Rouge sang. Rouge bordel. J'en ai eu marre. Alors qu'elle prenait son manteau dans le couloir, je l'ai coincée contre la porte, en lui collant ma verge dans la main. Une main très fine, adroite. Le poignet leste. Elle a pompé deux trois fois en riant, me complimentant sur les dimensions de l'objet que je venais de lui offrir. Sa jupe n'était pas tellement plus longue que ma bite. Elle voulait juste me chatouiller un peu, mais en me tordant contre elle, j'ai posé mes mains sur la ligne exacte où se rencontraient jupes et cuisses, et je suis tombé le nez dans son cou. J'ai explosé entre ses doigts. Une larme blanche s'est écrasé sur le haut de la mini rouge. Défloration en négatif. Ça lui a coulé le long de la couture, ça a dépassé l'ourlet de la jupe, c'est venu faire briller son collant. De la main, j'ai étalé mon foutre sur la maille ; ses cuisses étaient chaudes ; " C'est malin ! je n'ai plus rien à me mettre maintenant ! " Elle ne m'en voulait pas vraiment. Elle savait l'effet que ses cuisses avaient sur moi. Elle avait pris le risque de me les exhiber, elle assumait. Elle a annulé son rendez-vous, et nous avons étrenné la jupe toute la soirée, toute la nuit.


On a encore vécu deux ans ensemble. Quand elle s'est imaginée que sa mini était passé de mode, un peu usée aussi, elle a voulu la jeter. Cette fille n'avait aucun respect pour ses propres parures. Elle se servait de ses jarretières pour tenir ses cheveux, de ses bas filés pour filtrer son café. J'aimais le goût très fort de son Arabica, mais je trouvais qu'il y avait là une sorte de sacrilège. Elle m'a quitté, mais j'ai gardé la jupe. Elle n'a pas perdu l'odeur de son corps. C'est moi qui la porte, maintenant. Pas trop souvent, je n'aime pas la bosse que fait mon truc sous la ceinture. La première qui acceptera de l'enfiler pour moi sera la femme de ma vie

Serge Féray Minired She had a miniskirt, a microscopic stretch cloth, that hugs without hampering, underlines the shapes and slides deliciously on the thigh. This is what you call an alibi-skirt - the kind you don't need putting off, you hardly tuck up, a skirt under which you interfere in. A 36 size one with the seam on the hip that made her ass look better and hardly hid the top of her stocking.That was her whore panoply, the necessary accessory of our loving games. She wore it in every circumstances, with her legs bared or veiled (you could see the relief of the garter drawn by the cloth), with or without a panty. She liked walking by, her fur offered to the wind. I used to suck her in this skirt, fingered her in this mini, wanked me off watching her in this ultra tight casket. When I used to take her from behind, I would fold her mini over my dick. I didn't know anymore if i was fucking her, or the skirt. She had French legs : thin ankles, her calf slightly rounded but high, slender and firm thighs - the well-known miniskirt thighs, with the quadriceps nicely shaped. When you saw them, you only had one idea : stick your head between them, in warm, far from the outer world. She knew how to show them off. When she was born, in 1964, Mary Quant, the Eroticism fairy, had laid over her cradle and invented the mini, just for her. In honour of her previous incarnation, Wallace Carothers, the Oppenheimer of sex, had synthesise the first nylon stocking. She took a step back, hands on hips, turning over herself : " I bought myself a skirt. Do you like it ? " Her diaphanous tights gave her legs a night shade ; she was wearing short boots, and up

there, all up there, at two fingers of her crotch, these ridiculous forty centimetres of shame coloured cloth made her more desirable than if she had been naked. " So you like it, she noticed while smoothing out her skirt on her buttocks. Is it the red colour that excites you ? Or the material ? 100% acrylic. Polymer of the acrylonitrile. The resistance and toughness of the acrylic fibres earned them many uses, especially in the cloth trade, to make lingerie, overalls or skirts. You've got before you one of the most charming examples ! " I fell on my knees, kissing her legs, my face pressed against her thighs : " Watch out ! You didn't shave ! You're going to make a run in my stockings ! - They're tights, my love... " I was gonna stick my hand under her skirt, but she stopped me " Calm down. You know I ain't got time for that." She was waited for. A private evening apéritif, fine supper. She would cross her legs in a sofa, her mini would up on her thighs. That was why she hadn't put tights on. With such a short skirt, it was out of question that she'd wore stocking while out. The whiteness of her skin uncovered above the black nylon would have blinded her hosts. Resigned, I was watching her pacing up and down the flat, putting make-up on before her mirror, cursing her hair that wouldn't let itself brushed. I was horny in her back, watching her legs. The gleaming black of her Well wonderfully contrasted with the red of her mini. Red blood. Red brothel. I got fed up. So, as she was taking her coat in the hall, I hung her up against the door, sticking my penis in her hand. A very thin hand with


a light wrist. She pumped up two or three times laughing, congratulating me about the dimensions of the object I had just offered her. Her skirt wasn't that much longer than my dick.

Philippe Pissier

She just wanted to tickle me a little bit, but as I was rubbing myself on her, I put my hands on the precise line where the skirt and legs met, and I fell in her neck. I exploded in her fingers. A white tear went smashing on the top of her red mini. Defloration in negative. It run down along the seam, it past the hem of the skirt, it came made her tight shine. I spread my sperm on the stitch ; her thighs were hot. " Bright, isn't it ? I have nothing more to wear ! " She wasn't that angry after me. She knew what effect her thighs had on me. She had taken the chance to show them off, she had to take it upon herself. She cancelled her rendezvous, and we used the skirt all through the evening and night. We lived together two years longer. When she considered her skirt was out ,a bit worn out as well, she wanted to throw it away. This girl had no respect for her personal fineries. She used to use her garters to hold back her hair, her worn out stockings to seep through her coffee. I adored the very strong test of her Arabica, but I reckoned there was some sort of sacrilege. She left me, but I kept the skirt. It has kept the smell of her body. I'm wearing it, now. Not so often, I don't like the swelling my thingy does under the belt. The first one that accept to wear it for me will be the woman of my life. Translated from French by Walter Ruhlmann


Gloria Brame I'm Waiting (excerpts) I have been waiting for you all my life. I just didn't know it until we met. Then, it happened quickly--a brief introduction, a casual conversation, a few hastily blurted confessions. Without warning, we were seized by an all-consuming, unthinking passion that neither of us wanted to control. Those dark fantasies you have revealed--mine are much worse. I warned you: I am the most perverse woman in the world. And the most demanding. Right now, you couldn't hope to satisfy a woman like me. But I will teach you and train you and MAKE you satisfy me. I will punish you and confine you and whip you until you perform to my expectations, until you live out all of my fantasies, no matter how twisted. When you don't satisfy me, I will whip you even harder, and degrade you beyond your wildest fantasies. I can already see you, naked and prone on the floor at my feet. I will tell you what a whore you are and dig my heel into your groin, slowly pressing it deeper and deeper into your howling flesh. If you scream, I'll show no remorse. Your scream excites me. Your scream makes me wet. I'll make you scream even more. I will grind the sharp heel between your legs, I will run it up and down the crack of your ass, I will wedge it between your cheeks and explore your throbbing asshole as you writhe, naked and sweating on the cold floor. I am capable of anything: any punishment, any humiliation, any cruel game. Don't try to predict what I'll do next. You can only experience it. You cannot stop me. You cannot control me. You are HELPLESS now. That is how I want you. I will make you wait for it. I will make you wait in this vulnerable position, exposed, humiliated, trembling, overwhelmed by fearful, unknowing anticipation. I want you to speculate wildly about my next move. I want you to understand how powerless you are with me now. I want you to contemplate all the possibilities, including your worst nightmares and your most shameful fantasies. I want you to feel so lost that you sink inexorably into the ecstasy of your submission to me. But until then, you will wait. You will wait to see me. You will wait to serve me. You will wait to kneel at my feet humbly--and you will have to beg for the privilege. I won't even consider seeing you until you CRAWL to me. After all, I have been waiting for you all my life. And I don't like to be kept waiting. Now I will make you pay for it.

J'attends (extrait) Je t'ai attendu toute ma vie. Je n'en savais rien jusqu'à ce que je te rencontre. Alors, c'est vite arrivé - une brève présentation, une conversation banale, quelques confessions lâchées rapidement. Sans nous y attendre, nous fûmes saisis par une passion mordante et insensée qu'aucun de nous deux n'aurait pu contrôler. Ces sombres fantasmes que tu m'as révélés sont bien moindres que les miens. Je t'avais prévenu : je suis la femme la plus perverse au monde. Et la plus exigeante ; Pour l'instant, tu ne pourrais espérer satisfaire une femme comme moi. Mais je t'apprendrai, je t'entraînerai, je FERAI en sorte que tu me satisfasses. Je te punirai et t'emprisonnerai, te flagellerai jusqu'à ce que tu saches répondre à ma demande, jusqu'à ce que tu concrétise tous mes fantasmes, aussi tordus soient ils. Lorsque tu ne me satisferas pas, je te fouetterai encore plus fort, et t'avilirai au delà de tes fantasmes les plus sauvages. Je peux déjà te voir, nu et prostré sur le sol, à mes pieds. Je te dirai combien pute tu peux être et enfoncerai mon talon dans ton groin, l'enfonçant de plus en plus, tout doucement, dans ta chair meurtrie. Si tu cries, je n'éprouverai aucun remords. Ton cri m'excite. Ton cri me fait mouiller. Je te ferai crier encore plus. Je broierai ton entrejambe avec mon talon acéré, je le ferai courir du haut en bas de la fissure de ton trou du cul alors que tu te tordras, nu et en nage, sur le sol froid. Je suis capable de n'importe quoi : toute punition, toute humiliation, tout jeu cruel. N'essaie pas de prédire ce que je ferai. Tu ne peux que le subir. Tu ne peux pas m'arrêter. Tu ne peux pas me contrôler. Tu es IMPUISSANT maintenant. Je te ferai attendre avant d'en arriver là. Je te ferai attendre dans cette position de vulnérabilité, exposé, humilié, tremblant, secoué par une anticipation effrayante et inconnue. Je veux que tu spécules amplement sur ma prochaine action. Je veux que tu comprennes à quel point tu es impuissant avec moi maintenant. Je veux que tu puisses entrevoir toutes les possibilités, y compris tes pires cauchemars et tes fantasmes les plus honteux. Je veux que tu te sentes si perdu que tu plonge inexorablement dans l'extase de m'être soumis. Mais pour l'instant, tu attendras. Tu attendras pour me voir. Tu attendras de me servir. Tu attendras pour t'agenouiller humblement à mes pieds - et tu devras me supplier pour avoir ce privilège. Je ne daignerai même pas te regarder tant que tu ne RAMPERAS pas à mes pieds. Après tout, je t'ai attendu toute ma vie. Et je n'aime pas que l'on me fasse attendre. Dès lors, je te ferai payer pour ça. Traduit de l'américain par Walter Ruhlmann.


Notes Un gros paquetage suisse de la part de Harry WILKENS et de sa coéquipière Christine ZWINGMANN comprenant : le bon de commande du dernier recueil de Christine, La fureur des mots, paru chez ÉDITINTER BP 15 - 6 square Frédéric Chopin 91450 SOISY SUR SEINE. France. (Bon à retourner à l'adresse indiquée après). Ainsi qu'un exemplaire du recueil de Harry, The HitMan, en version arabe et son dernier ouvrage, Zombies, textes publiés en bilingue, traduits de l'américain par Frédéric MAIRE, Serge FÉRAY (que je salue) et Paul VAN MELLE, illustrations remarquables de Karine Pezzani, tout ceci publié aux éditions CLAPÀS rue de la plume, 12520 AGUESSAC, près MILLAU. France. http://www.mygale.org/~mirra Pour tout renseignement, s'adresser à Harry WILKENS 86 rue Montbrillant 1202 GENÈVE. Suisse ou Christine ZWINGMANN 3, chemin des Lupins 1292 CHAMBESY. Suisse. Également, le dernier numéro de Dockernet, le net des dockers (?), n°13, septembre 1998 : Harry Wilkens, Christine Zwingmann, Erich von Neff... le cri désespéré de la poésie violente et franchement humaine.10 poèmes écrits par Lucien Suel. S.U.E.L. 102, rue de Guarbecque - 62330 Berguette. France. Comment ne pas résister devant tant de nonsense et d'underground ? Lucien Suel prouve encore une fois qu'il en est bien l'un des maître ; au moins en France. Aidé de son ami britannique William Brown pour les illustrations, il nous offre dans ces 10 poèmes en version bilingue (anglais/français) un panaché de phrases toutes aussi déconcertantes, exemple des plus frappant : " Dans l'aquarium grillagé la morue blême

filtre un vinaigre épais à travers ses branchies de chair à nourrir les victimes des avortements commerciaux. " Relisez-moi ça deux fois de suite, plus si vous êtes de nature lente, et donnez-m'en des nouvelles. Les hirondelles s'écrivent dans le ciel, de Michèle CAUSSAT. Librairie galerie Racine, 1998. Il m'avait déjà été donné de lire des recueils de Michèle Caussat qui m'avaient certes séduits, mais qui étaient loin de ce que j'ai pu lire dans Les hirondelles s'écrivent dans le ciel ; sous forme de prose poétique, ces petits textes d'allure simple cachent un cri, un élan, celui d'une femme peline de vibration et d'envie. ce sont aussi des soupirs, du désir, de l'amour. Michèle Caussat (dont me parle souvent Erich von Neff) m'a définitivement envoûté. Terpsichore n°24, juin 1998. Marie Andrée Balbastre 1, allée des violettes 78250 Meulan. France. L'association nous fait parvenir son dernier numéro. C'est bien gentil à Marie Andrée Balbastre ; Mauvaise Graine et les fleurs (thème du numéro) ne pouvaient faire que bon ménage. Pour ce qui est des poèmes... je m'abstiens. Petit communiqué de presse de Frédéric Maire : les éditions Press-Stances souhaitent publier en 1998-99 des recueils de poèmes cohérents, sous la forme de plaquettes (25 pages de poésie maximum). Illustrations bienvenues. Petit tirage à 100 exemplaires, à compte d'auteur, sans contrat. Éditions Press-Stances, 40 rue Gabriel fauré, 33320 Eysines. France. Walter


Surf Où l’on apprend que si l’habit ne fait pas le moine, une faute de goût peut prêter à confusion… Mrgane m’avait assuré que pour aller vendre ce numéro de Mauvaise Graine sur le marché, comme chaque premier dimanche du mois, j’avais intérêt à me saper un peu… D’abord, il faut bien le dire, un peu vexé par cette remarque quelque peu désobligeante, je demandai conseil au directeur de ladite publication. “ Tu es beau naturellement, regarde comme je suis tout ému ! ” Si ça fait toujours plaisir, ce genre de réponse ne fait pas vraiment avancer le schmilblick… Un quart d’heure plus tard, le temps d’aider mon directeur à faire passer son émotion, je décidai donc d’enfourcher ma combinaison de surfeur et d’aller rechercher sur le web quelques conseils vestimentaires. Car le web, c’est comme la Samaritaine, on y trouve tout ! Et en effet, bien m’en prit puisque je fis ainsi connaissance avec un garçon d’un fort beau gabarit, répondant au nom de Mark THIBIERGE, MarkosM pour les intimes dont votre webchroniqueur est flatté de faire désormais partie. Ce gay hardeur (sic) m’indiqua tout de go que les bandanas ne se portent pas n’importe comment, sous peine de s’exposer à quelques mésaventures ; je cite…

“ dress code (histoire de connaître les couleurs des bandanas et pas trop se planter)Je n'ai pas inscrit toutes les couleurs car il y en a une tétrachiée mais voici les plus courantes de façon à être sur de ton coup quand tu dragues : Couleurs Signification Couleurs Signification Bleu sodomie * Gris : bondage * marine : fellation * Blanc : masturbation * Bleu ciel : fist * Fuchsia : fessée * Rouge : (rouge foncé = double Vert uniforme * fist) armée : gigolo / micheton Rose : godes * Vert olive : ** Jaune : uro * Moutarde : + de 20 cm * Marron : scato * Orange : quand tu veux, Violet : piercing * ce que tu veux, Noir : sado maso * où tu veux * * Poche arrière gauche : actif ; poche arrière droite : passif ** Interdit ! Juste pour info mes bandanas sont : - à gauche : rouge, rose, jaune, fuchsia - à droite : bleu marine, bleu ciel, rouge, rose, jaune, violet, noir, gris, fuchsia, orange,... Je suis un vrai slave et j'assume alors... Et comme ce serait débile de porter tous ces bandanas en même temps je mets un Noir ou un Jaune autour du cou en attendant d'avoir un truc pour avoir en même temps toutes les couleurs qui me concernent, si tu as le tuyau ce serait sympa de me le donner. Merci. ”

Pour tout renseignement complémentaire, je vous renvoie au site de MarkosM:http://altern.org/markosm/qui devrait semble-t-il déménager prochainement sur sa propre planète:http://www.markosm.come-mail : markosm@altern.org Bruno


En octobre dans MG

MAUVAISE GRAINE - REVUE MENSUELLE ET BILINGUE DE LITTÉRATURE TENDANCE UNDERGROUND - N°26_ SEPTEMBRE 1998 - ISSN : 1365 5418 - DÉPÔT LÉGAL : À PARUTION - IMPRIMERIE SPÉCIALE_ DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : WALTER RUHLMANN, ASSISTÉ DE MMRGANE & BRUNO BERNARD_ © MAUVAISE GRAINE & LES AUTEURS, SEPTEMBRE 1998 ADRESSE FRANCE E-MAIL SUR LE WEB

71 RUE DE BERNIÈRES 14000 mgraine@mygale.org www.mygale.org/~mgraine

CAEN

ABONNEMENT POUR UN AN (12 NUMÉROS)_FRANCE : 150 FF - ÉTRANGER : 200 FF_ INDIVIDUELLEMENT, LE NUMÉRO_FRANCE : 15 FF ÉTRANGER : 20 FF_ RÈGLEMENT PAR CHÈQUE OU MANDAT POUR LA FRANCE_PAR MANDAT INTERNATIONAL POUR L’ÉTRANGER_

Mauvaise graine # 26  

September 1998 issue.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you