Page 1


2

Edito Voici la nouvelle année, et avec elle, la nouvelle Mauvaise Graine : un effort tant attendu par tous les lecteurs et critiques : un épaississement, une couverture différente et une mise en page effectuée sur micro-ordinateur. Ce n° représente pour moi un nouvel accomplissement sur ce chemin escarpé, entamé il y a 18 mois, et le bébé commence à parler. Je me souviens que monsieur Paul van Melle (encore lui !) souhaitait que « le bon lait de la vache pas folle donne à Mauvaise Graine de meilleures joues » : c’est chose faite aujourd’hui. Autre nouveauté, vous suivrez avec nous notre parcours sur le réseau Internet : les rencontres, les sujets intéressants et, un jour sûrement, la création de notre propre site. Vous pouvez d’ailleurs déjà nous laisser vos messages sur notre e-mail : mauvaisegraine@yahoo.com. Un n° consacré aux nouvelles et textes courts, genre littéraire dans lequel nous plongerons cette année, sans bien sûr oublier la poésie, qui nous a tout apporté dés notre création. Bonne année à toutes et à tous. Bonne lecture et à bientôt.

Here’s the New Year, and with it, the new Mauvaise Graine : an effort that has been so expected by all readers and critics : it’s got thicker, a new front cover and a pawning made via a computer. This issue is, to me, another fulfilment on this steep way we started walking on 18 months ago, and our baby starts talking. I remember that mr Paul van Mell (him again !) was willing that « the good milk of the not mad cow gives MG nicer cheeks » : it’s now done. Other novelty, you’ll follow with us, our way on the internet : meetings, interesting matters, and one day probably, our own web site. You already can leave your messages on our e-mail address : mauvaisegraine@yahoo.com. An issue consecrated to short texts and stories, literary gender we shall discover deeply this year, without forgetting poetry, which has given us everything since our creation. Happy New Year to everyone. Good reading, and see you soon..

2


-3-

Mauvaise Graine #18


4

HISTOIRE D’UN CRI. Il était fatigué parce qu’il s’était levé de bonne heure et parce qu’il avait beaucoup travaillé. Physiquement travaillé. Et cette fin d’après-midi, par ce temps d’octobre maussade, il était assis à son bureau. Il se sentait vraiment fatigué, intellectuellement et physiquement mais il n’était que 18 heures, mais il n’avait pas trente ans. Quelque chose lentement l’empoisonnait. Il étendit son bras gauche sur le bureau et coucha sa tête dessus. Puis il éteignit la lampe et observait droit devant, l’obscurité dans sa chambre. Un casque rafistolé distillait un air de musique classique. Il se laissait absorber par la musique, par l’obscurité et par la lassitude. Il faisait froid dans cette chambre et ses pieds avaient trouvé un peu de chaleur dans une couverture synthétique. Mais la couverture n’était pas assez grande pour envelopper et les pieds et le corps ensemble, en même temps. Il ne pensait à rien, il n’éprouvait même pas la joie simple de la chaleur diffusée dans ses pieds nus. Lorsque la musique cessa, il ôta la couverture des pieds, la roula en boule dans ses mains et plongea son visage dans ses bourrelets, comme s’il eût désiré étouffer. Puis il cria très fort, comme un animal. Le cri avait pour onomatopée AH. Il cria jusqu’à perdre haleine. Puis il reprit sa respiration et réitéra sa signature bestiale. Deux ou trois fois. Il ne hurlait pas l’interjection AH. On aurait dit cette syllabe, cette voyelle, mais ce n’était qu’une interprétation onomatopéique. Il cria de nouveau, deux phrases cette fois, à deux reprises, avec la même force d’expulsion. La première phrase hurlait la question suivante : « Quel est le sens de ce cri ? » La deuxième question hurlait : « Quelle est l’identité de ce cri ? » Ses questions semblaient expulsées de sa conscience par nécessité, par urgence, par blocage. Puis la tête toujours plongée dans cette couverture, il se mit à pleurer, soudainement et violemment, pendant quelques instants. Seul, jeune, pudique. C’était un homme qui pleurait.

Frédéric Maire

4


-5-

STORY OF A SCREAM. He was tired for he had got up early and worked a lot. Physically tired. And this late afternoon, in this sad October weather, he was sitting at his desk. He was feeling wasted, intellectualy and physicaly, but it was only 6 pm. But he wasn’t thirty. Something was poisoning him slowly. He stretched his left arm on his desk and laid his head on it. Then, he turned the light off and observed right before him, the darkness of the room. Patched up headphones were exuding a classical music tune. He let himself absorb by the music, darkness and boredom. It was cold in this room, and his feet had found a bit of heat in a synthetic blanket. But the blanket wasn’t large enough to wrap both feet and body. He wasn’t thinking at all, he wasn’t even feeling joy from having his naked feet wraped around in a warm blanket. When the music took end, he pulled off the headphones, and the blanket, which he rolled up in a bowl with his hands and thrusted his face in its rolls, as if he’d wished to smother. Then, he yelled as an animal. The scream was made of a AH. He screamed until he got breathless. Then, he took his breath again and repeated his beasty signature. Twice or three times. He was not yelling the AH interjection. It looked like this syllable, this vowel, but this was just an onomatopoeic interpretation. He screamed again, two sentences this time, twice, with the same strenght of ejection. The first one yelled the following question : « What is the sense of this scream ? » The second one yelled : « What is the identity of this scream ? » His questions seemed to be thrown out of his consciousness because this was needed, urgent, and part of a block. Then, with his face still thrusted in this blanket, he started crying, for a while, suddenly and violently. Alone, young, discreet. He was a crying man.

Frédéric Maire

Mauvaise Graine #18


6

Mr COE Mr Coe was a very fat man. He had red hair and a very funny smile. His lips were very thick and red. His hair was sort of curly. He always wore suspenders. They weren’t red. His pants fit tight in the rear in that he was rather big there. He wore a plaid shirt open at the neck. His suits were always dark green. Tennis shoes were the order of the day. Mr Coe lived in a large red apartement house. His apartement was on the top floor. All the rooms were painted yellow except the bathroom. It was orange. The living-room had a red couch. Next to it was a tape recorder. All the tapes were of trumpets. Trumpets, trumpets, trumpets. Mr Coe always rose at noon. He rose very slowly. He always slept naked, so when he got up one could see his skin was very white and blotched with feckles. First he put on his tennis shoes. Then he played his trumpet tapes. Breakfast was always four eggs sunnyside up, a juicy red steak and pineapple juice. Breakfast finished, Mr Coe dressed himself in his plaid shirt, suspenders, and dark green suit. Hands in pockets, he went forth. The golf course was near. Mr Coe walked there increasing his pace as he approached. The golf course was very green. This pleased him very much. He walked through the bushes to a point where the tee-off was. Here he waited anxiously in the bushes. When he saw the white golf balls roll by he would get very excited. Once in a while one would get quite near by. Then Mr Coe would bound out and nimbly pick it up and then return to his post. When all the golfers had passed and somewhat of silence descended, MrCoe took a golf ball in his left hand. He gazed intently at it, then masturbated, gushing semen all over it. White sperm... white golf ball. Always the last thing he heard in his enterprise was the twittering of the birds. His tasks done Mr Coe wandered dreamingly home. Once home he played his trumpet tapes, lunched, then turned on the water for a steaming hot bath. When the bath was drawn he grasped a bunch of Donald Duck comic books which he always had at the ready. These in hand, he immersed slowly in the tub. After reading a few dozen he dozzed off. When the water turned cold, he revived, put on a bath robe and slippers without drying off and adjourned to the living room to lie down on the red couch. He lay there listening to the blaring of the trumpets with stomach high and his hands clutching a huge goblet of beer. Then came his dinner of steaks, eggs, gobs of salad and pie. Afterward, he often went to the arcade. He usually rode the roller-coaster and the bumper cars... bumping everybody. The diving-bell and the twirl me ‘round were others of his fascination. He always ended up at the merry-go-‘round where, beer in hand, he listened to the happy grinding tunes. When all began to close he teetered home to hit the sack. Such was the merry life of Mr Coe and so it went. One day Mr Coe wasn’t at the golf course. No one missed him much. Someone in the apartement beneath noticed water dripping down. He gathered a number of neighbors who went up to investigate. They banged open the bathroom door. Water was everywhere They opened the bathroom door and gazed upon the orange walls. Golf balls and water gushed out. Golf balls all over the place. But in the toilet, shit and blood. And nude in the tub still with his tennis shoes and very funny smile, Mr Coe, his throat slit ear to ear. His balls torn off. And there amongst the golf balls his balls bleeding red. Mr Coe. Poor Mr Coe. Erich von Neff

6


-7-

Mr COE Mr Coe était un homme très gros. Il avait les cheveux roux et un sourire vraiment drôle. Ses lèvres étaient épaisses et rouges. Ses cheveux étaient un peu bouclés. Il portait toujours des bretelles qui, elles, n’étaient pas rouges. Son pantalon le serrait assez au derrière ce qui le faisait paraître plus gros encore de ce côté. Il portait aussi une chemise écossaise ouverte sur son cou. Ses vestes étaient toujours vert foncé. Des tennis étaient à l’ordre du jour. Mr Coe vivait dans un grand appartement rouge qui se situait au dernier étage. Toutes les pièces étaient peintes en jaune, sauf la salle de bain qui était orange. Il y avait un canapé rouge dans le salon auprès duquel se trouvait un magnétophone. Toutes les cassettes comportaient des airs de trompette. Trompette, trompette, trompette. Mr Coe se levait toujours à midi. Il se levait très lentement. Il dormait toujours nu, aussi lorsqu’il se levait, chacun pouvait voir que sa peau était blanche et mouchetée de tâches de rousseur. Il enfilait d’abord ses tennis puis il écoutait ses cassettes. Au petit déjeuner, il mangeait toujours quatre œufs avec le jaune en surface, un steak saignant et buvait du jus d’ananas. Une fois son petit déjeuner terminé, Mr Coe enfilait une chemise écossaise, ses bretelles et sa veste vert foncé. Les mains dans les poches, il sortit. Le parcours de golf n’était pas loin. Mr Coe s’y rendait en accélérant le pas alors qu’il en approchait. Le parcours de golf était très vert, ce qui lui plaisait énormément. Il marchait à travers les buissons en direction de l’autre côté d’une colline où se situait le point de départ. Alors, il attendait anxieusement caché dans les buissons. Lorsqu’il voyait les balles de golf blanches rouler près de lui, cela l’excitait beaucoup. Parfois, l’une d’entre elles roulait tout près de lui. Alors Mr Coe se penchait et la ramassait furtivement avant de retourner à son guet. Lorsque tous les golfeurs furent partis et qu’un semblant de silence se fût installé, Mr Coe prenait la balle de golf dans sa main gauche. Il la défigurait avec une vive attention avant de se masturber, déversant sa semence sur elle. Du sperme blanc... une balle de golf blanche. Ce qu’il entendait toujours à la fin de cet exercice, c’était le chant des oiseaux. Une fois sa tâche accomplie, Mr Coe rentrait nonchalamment chez lui en rêvant. Une fois rentré, il écoutait ses airs de trompette, déjeunait puis se faisait couler un bain bouillant. Une fois le bain prêt, il attrapait un paquet de bandes dessinées de Donald Duck qu’il gardait toujours à portée de main. Une fois ses bandes dessinées en main, il s’immergeait doucement dans la baignoir. Après en avoir lu une bonne douzaine, il s’assoupissait. Lorsque l’eau devenait froide, il emmergeait, enfilait un peignoir et des chaussons sans même se sécher et prenait congé dans le salon pour s ‘allonger sur le canapé. Il restait étendu là en écoutant le boucan des trompettes, l’estomac dressé et ses mains agrippées à un énorme verre de bière. Alors arrivait l’heure du dîner nanti d’un steak, d’œufs et de bouchées de salades et de tarte. Ensuite, il se rendait souvent au parc d’attraction. Il avait l’habitude de monter dans le roller-coaster et les auto-tamponneuses... tamponner tout le monde. La diving-bell et le twirl me ‘round étaient d’autres objets de sa fascination. Il finissait toujours au manège de chevaux de bois où, bière en main, il écoutait le joyeux crin-crin des mélodies. Lorsque tout commençait à fermer, il titubait jusque chez lui pour mettre la viande dans le torchon. Telle était la joyeuse vie de Mr Coe et ainsi fut elle encore longtemps. Un jour, Mr Coe n’était pas sur le parcours de golf. Il ne manquait à personne en particulier. Quelqu’un dans l’appartement au-dessous du sien remarqua une fuite d’eau. Il regroupa un petit nombre de voisins qui montèrent chez lui pour mener leur enquête. Ils défoncèrent la porte et découvrirent de l’eau dans toutes les pièces. Ils ouvrirent la porte de la salle de bain et restèrent bés devant les murs oranges. Des balles de golf et de l’eau jaillissaient de partout. Des balles de golf partout. Mais dans les toilettes : de la merde et du sang, et nu dans la baignoire, toujours ses tennis aux pieds et un sourire vraiment drôle, Mr Coe, la gorge ouverte d’une oreille à l’autre. Les couilles arrachées. Et là, parmi les balles de golf, ses couilles ensanglantées. Mr Coe. Pauvre MrCoe.

Erich von Neff

Mauvaise Graine #18


8

ÉVASION D’UN POULS Sans trop savoir pourquoi, animé par une interrogation secrète, deux doigts posés sur le poignet il voulut prendre son pouls. Après plusieurs essais, il constata qu’aucun battement n’était perceptible. Il se trouva face-à-face avec une réalité, il était tout bêtement décédé. L’évidence était aveuglante, il n’existait plus. Néanmoins, il avait conservé sa présence d’esprit, mais cet esprit n’est-il pas aussi l’âme d’un mort ? Il était donc logique que cette activité intellectuelle subsiste. Et, il se mit à réfléchir. Bien entendu, il était assez âgé. Mais pas trop. Un tour de piste dans sa mémoire, intacte, ne signala aucune maladie pouvant éventuellement provoquer sa disparition. Portant plus loin ses investigations, il dut admettre que depuis un certain temps déjà il passait inaperçu. Il vivait seul et pour des raisons inconnues, qu’il pouvait actuellement justifier, son entourage familial avait déserté sa demeure. Pour compléter le tableau, ses relations s’étaient effacées, et les personnes qu’il croisait avaient des regards d’aveugle. Son analyse confirmait sa disparition, qui de plus n’était pas récente. Ne possédant aucune expérience de la vie après la mort, il trouva son état normal, même si celui-ci était identique à celui qu’il occupait quand il vivait. Courageusement, il décida d’assumer pleinement sa métamorphose, d’autant plus qu’il n’avait pas le choix. Exister comme un mort. Ce qui finalement n’était pas désagréable et correspondait à des habitudes déjà prises. Aucun effort supplémentaire n’était à fournir, avec de surcroît un cadeau du ciel, il était devenu immortel. Max Laire

8


-9-

THE LOST PULSE Without knowing why, aroused by a secret interrogation, two fingers placed on his wrist, he wanted to feel his pulse. After he’d tried several times, he realized that no beating was perciptible. Alarmed, he faced a reality, he was simply dead. The evidence was striking, he was existing no more. Nevertheless, he had kept his presence of mind, but that mind was in fact also the spirit of a dead man. Thus, it was logical that his intellectual activity remained. And, he started thinking. Of course, he was quite old. But not too much. A lap in his intact memory didn’t give any room to any illness that could have caused his disappearance. Going forth in his investigations, he had to admit that since a little time he was going unnoticed. He was living on his own, and for unknown reasons, that he could justify eventually, his family had left him. To cap it all, his relationships had vanished away, and the few individuals he would meet were blind eyed. His analysis confirmed his disappearance, which wasn’t new. Having no experience of life after death, he found that his state was normal, even if this one remained the same as when he was alive. Courageously, he decided to cope fully with his metamorphosis, especially since he didn’t have the choice. To exist as a dead man. Which wasn’t so bad eventually and matched with usual habits. No extra effort was to be done, moreover with a gift from Heaven : he had become immortal. Max Laire

Mauvaise Graine #18


10

La Graine Dans la journée, Paul fit un détour chez Tom Peyne. La librairie Peyne n’était certainement pas ce qui se faisait de mieux dans le genre, mais on pouvait y commander les ouvrages qui n’existaient pas dans les rayons. C’était toujours le cas, en réalité. Paul avait l’habitude. Mais Peyne, comme tout bon paysan, adorait les livres de botanique et Paul trouva du premier coup ce qui l’intéressait : une encyclopédie consacrée aux plantes. Là, Paul pensait avoir tiré le bon numéro. Et même si l’étiquette indiquait cent vingt dollars, le titre - tout ce que vous voulez savoir sur les plantes - semblait promettre à Paul de trouver la clef de son énigme. « - Dis Tom, tu t’y connais en. .. graine ? - Ben, ça dépend quelle graine ! fit Tom en se fouillant le nez. - Une graine plutôt rouge et plutôt ronde. Presque ovoïde... - Comme ça ? dit Tom en montrant les trésors de son nez. - Déconne pas Tom... c’est sérieux ! - Ha oui ! Ca serait pas des graines de gratte-cul dont tu parles ? Tu sais, on les coupait en deux et on les frottait dans la nuque des filles quand on était gamin. Qu’est-ce que ça pique ces trucs là ! - Peut-être... ça démange en effet... Et ça fait du bruit ? Tom le regarda étonné, la lèvre en avant. - Ben, quel bruit tu veux que ça fasse ? C’est une graine, pas un tourne-disque. - J’sais bien, Tom, mais tu vois ce que je veux dire : un crissement ou un truc comme ça. - Faut qu’t’arrêtes de te soûler la gueule mon petit Paul. Ecoute, ça fait quarante-sept ans que j’vis ici, à la campagne et j’peux t’assurer qu’jai jamais entendu une graine chanter quoi que ce soit, même en rentrant du bal ou après une partie de carte chez William Brown. Et crois-moi qu’jai l’oreille fine. C’est pas pour rien que je joue de la trompette dans la fanfare. - C’est bien ce que j’me disais, fit Paul en souriant. C’est pas possible ! Tiens voilà ton fric. A plus tard... - C’est ça ! A plus tard ! » Paul commença sa lecture en fermant la porte de la librairie. Tom mit l’argent au frais et repartit à la chasse au trésor. Puis, il se mit à parler tout seul : « -Des graines qui chantent maintenant !... On aura tout vu ! » Frédéric Belin, extrait de « La Graine ». Retrouvez le sur son site: http ://wwwperso.hol.fr /~fbelin/

10


- 11 -

The seed. During the day, Paul called at Tom Peyne’s. The Peyne’s bookshop certainly wasn’t the utmost in its type but one could always order the books that didn’t exist on the stores. It was always the case, in truth. Paul was used to it. But Peyne, like all peasants, adored botanical books and Paul found straight away what he was looking for : an encyclopaedia about plants. There, Paul thought he’d won the bingo. And even if the sticker indicated one hundred and twenty dollars, the title - all you have always wanted to know about plants - seemed to make sure that Paul would find the issue to his problem. « - Tell me Tom, you know quite a lot. .. about seeds ? - Well, it depends on what seed you’re on about ! Tom said, searching in his nose. - A rather red and circle like one. Nearly egg-shaped. -Like that ? Tom said, showing off the treasures of his nose. - Don’t bullshit Tom, it is serious ! - Oh well ! Wouldn’t it be rose hip seeds you’re on about ? You know, we used to cut them in halves and rub them in the neck of the girls when we were just kids. How itchy they can be these damn things ! - Maybe... it’s itchy indeed... And is it noisy ? Tom looked at him, with his lip hanging. - Well, what kind of noise would you expect it to do ? It’s just a seed, not a record player. - I know Tom, but you see what I mean : a screeching or something like that. - You gotta stop pissing yourself up Paul. Look, I’ve been living here in the country side for forty seven years and I can swear you that I’ve never heard a seed singing anything, even coming back from a dance party, or after playing cards at William Brown’s. And believe me, I got good hearing. I don’t play the trumpet in the brass band for nothing. - Just like I thought Paul said smiling. It’s impossible. Here’s your cash. See ya ! - Yeah right ! See ya ! » Paul started his reading as he closed the bookshop door. Tom placed his money in a cool place and went back searching his treasures. Then, he said loud to himself : « - Singing seeds now ! That beats all... ! ! » Frédéric Belin, excerpt from « La Graine ». You can read his work on his web site: http ://wwwperso.hol.fr /~fbelin/

Mauvaise Graine #18


12

HYPERTENSION

Les tempes se fracassent de la douleur; et les yeux, je les voudrais arrachés, extirpés, qu’ils ne rongent comme d’acidité. Le cerveau monopolisé d’un hurlement, il brisera les os crâniens émiettés au sol, mélangés d’une gangue gelée de conscience; oui, sur les parois, il bute le cri; et je le castre, je l’arrête des mâchoires fermement bloquées. Le corps s’entête à l’explosion, il se tend, je le détends, il me tend, et je combats, je le muselle, et je résiste; viendra-t-il alors le relâchement mendié ? Un bonheur, il m’engouffrera dans sa nasse de fluidité. Le cri démet une à une les dents.

Jan Bardeau

12


- 13 -

HYPERTENSION

The temples smash from suffering; and the eyes, I’d like to know them ripped off, extracted, for they stop stapping like acidity. The brains are monopolized by a scream, it’ll break the skull, crumbling down on the floor, melted with a frosted strait jacket of consciousness; yes, on the sides, the scream stumbles; and I castrate it, stop it with my jaws firmly shut. The body persist in explosion, it stretches out, I relax it, it stresses me out, and I fight, I gag it, and I resist; will the begged relapse come then ? A happiness will swallow me up in its hoop net of fluidity. The scream dislocates the teeth one by one.

Jan Bardeau

Mauvaise Graine #18


14

MISS ARTEMIS Artémis est arrivée en ville et découvre le peuple qui grouille, toute cette vie qui ne demande qu’à exploser. C’est sans crainte qu’elle a pris le train ce matin de septembre en direction de la cité. Artémis a bien l’intention d’explorer tout ce que jusque là elle n’a eu ni le temps ni les moyens de connaître, si ce n’est au travers de revues, de livres, ou bien par le biais de l’image floue et le commentaire nébuleux de Télé, déesse des foyers modernes. Artémis écoute son cœur battre par dessus le balcon de sa chambre d’hôtel dans lequel elle est venue séjourner. Il bat si fort. Au-dessus d’elle, le ciel est dégagé et la lune pâle lui tend un sourire complice, un regard malicieux qui ne la laisse pas de glace. Elle commande une bouteille de San Peregrino et une corbeille de fruits exotiques. Le groom frappe à la porte, il lui sourit et lui paraît fort sympathique. Alors Artémis l’invite à passer la soirée avec elle, mais il ne peut accepter : il travaille et n’a pas le droit de quitter son poste comme ça. -Hey, little bell-boy, ne sois pas si traître face au désir de la femme. Le groom ne sait que répondre, alors il dépose juste un baiser sur les lèvres humides d’Artémis qui essaie de l’attirer un peu plus vers elle, mais il a déjà pris ses jambes à son cou. Tony, le bell-boy, est amoureux de Fab, le serveur du restaurant gastronomique au troisième étage. Artémis pèle une mangue et ne réussit pas à la découper. Alors elle sort et va se fondre dans la nuit, dans un club branché du quartier dans le vent et bouge son corps sur la piste de danse. Là, elle fait la connaissance d’une bande de garçon, le regard fier, la chemise unie, à rayures ou à carreaux, largement décolletée. Ils la prisent longuement sans se soucier de ce qu’elle peut penser. Elle a beau les narguer, Artémis n’en fait qu’à sa tête et se fiche pas mal de la leur. Elle va droit au bar et commande un autre whisky-coca avec de la glace pilée ; le troisième ; la tête lui tourne, elle est grisée. La femme en cuir et bottes cuirasses la regarde fixement sans oser lui parler. Artémis plonge sa main dans le seau à glaçons posé sur le bar et en sort une pleine poignée qu’elle colle fichtrement dans le dos de sa prédatrice qui écrase lamentablement son mégot dans le gros cendrier et va s’incruster sur Artémis. Viviane est une luxueuse brune vampire qui lui sucerait le sang jusqu’à plus soif, utilisant de ses charmes les plus secrets et d’un scalpel en titane pour donner un peu de piment, histoire d’envenimer la situation déjà bien assez glauque pour Artémis qui, malgré tout, susurre un gros « kiss me deep honey » à l’oreille suave de Viviane. Véhémente, sans filin de sécurité, Viviane s’exécute sans plus attendre, ni se faire prier. Le barman, estomaqué, plonge la tête dans le seau à glace : dans leur élan, Vivi et Artie ont échangé un cube de glace que chacune avait gardé dans la bouche. Après avoir consolé Herman, le barman, les deux femmes vont se rafraîchir au toilettes et en profitent pour échanger un long baiser langoureux sans attirer trop d’attention sur elles. Viviane propose d’héberger Artémis pour la nuit qui accepte sans hésiter; quitte à se retrouver enchaînée au mur par des menottes d’acier, entourée d’un doberman et d’une panthère aux dents et griffes acérées, et de se faire flageller et pincer les tétons par Viviane, sous les feux d’un Scialytique. Mais au lever du soleil, Artémis se trouve fort déçue. Viviane vieille frustrée, nympho romantique pathétique pathologique, ne lui a ni brûlé les fesses à la cigarette, ni tortillé les seins dans tous les sens, ni fait boire la ciguë, ni donné de viande pour chatte en chaleur à consommer, ni rien qui ait pu apporter un peu d’excitation à cette nuit fastidieuse, laborieuse et vraiment chiante ! Au petit matin, Viviane ronfle comme un loir qui aurait des végétations ; ce n’est pas très agréable pour Artémis qui décide de décamper avant que cette petite joueuse ne se réveille. Elle va dans le premier troquet venu pour se restaurer : café-crème-croissant et clin d’œil allumeur au garçon de café au passage, et pourquoi ne pas non plus lui pincer les fesses ? Il en profiterait sans doute lui14


- 15 même si les rôles étaient inversés ; non ? Comme il n’ose plus la regarder, elle se rapproche du comptoir imitation cuivre - pour faire rustique - et se mêle d’une conversation que le patron et son mitron tiennent sans trop se soucier du reste. Artémis ne pige que dalle au football et préfère se noyer dans le dernier ELLE magazine, partir rejoindre ses copines en image qui, elles au moins, la comprennent. Artémis quitte le troquet sur la pointe des pieds, un peu désespérée et rentre à l’hôtel dans le but de dormir toute la journée. Le bell-boy est là, à la réception, il lui demande si sa soirée s’est bien passée, ce à quoi elle répond par un vilain doigté. Tony ne répond rien, il n’en a plus le courage et puis il est bien triste depuis hier : Fab l’a quitté sans expliquer ni le comment ni le pourquoi. - Am I such a dumb ? pleure Artémis du haut du balcon alors qu’elle n’arrive n’arrive pas à dormir. Son cœur bat toujours aussi fort, peut-être plus. La lune pleure avec elle, un nuage en guise de mouchoir. On frappe à la porte et Artémis va ouvrir. C’est Tony le bell-boy qui lui apporte des fleurs. Il est en congé ce soir et pourra donc passer la soirée avec elle, mais mas de sucre dans l’eau tiède s’il vous plaît. Tony et Artémis parlent toute la nuit devant une bouteille de gin qu’elle conservait pour la nuit où elle prendrait son pied. Tony lui raconte ses nuits et Artémis ne peut y croire. Ils se couchent lorsque le soleil se lève. Artémis a trouvé un ami sur lequel compter. Et lorsqu’il sort pour aller travailler, elle pose sa tête sur l’oreiller, respire profondément avant de fermer les yeux et s’endormir pour rêver de doux célastracées qui l’enveloppent délicieusement. Artémis passe sa main entre ses cuisses et déborde de plaisir sans rougir et se laisse aller. Tony ne l’a pas oubliée : il reviendra dans la soirée, juste pour lui dire bonsoir et la border après qu’elle se soit couchée. Walter Ruhlmann

Mauvaise Graine #18


16

MISS ARTEMIS Artémis has arrived in town and discovers the people milling about, all this life that only wants to explode. Fearless, she took the September morning train to the city. Artémis is willing to explore all that she couldn’t because of time or means missing until now, except through magazines, books, or the blurred picture and nebulous commentary of Tv, the goddess of the modern homes. Artémis listens to her heart beating over the balcony of her hotel bedroom in which she’s staying. It’s beating so loud. Above her, the sky is clear and the moon gives her a friendly smile, and an impish look that doesn’t make her remain unmoved. She orders a bottle of San Peregrino, and a small basket of exotic fruits. The bell-boy knocks on the door, he smiles at her and looks quite nice. So Artémis invites him to stay over the evening with her, but he can’t accept : he’s working and not allowed to leave his shift just like that. - Hey little bell-boy, don’t be a coward towards woman’s desire. The bell-boy doesn’t know what to answer, so he just gives a kiss on Artémis’s wet lips, she tries to make him come closer to her, but he has already taken to his heels. Bell-boy Tony is in love with waiter Fab who works in the gourmet restaurant on the third floor. Artémis peels a mango and can’t cut it. So she goes out and merges into the night, in a switched on club from the neighbourhood and moves her body on the dance floor. There, she meets a boys band, with a proud look, plain or plaid or stripped shirt, widely opened. They value her intently without caring about what she can think. However much she teases them, Artémis goes her own and mocks on them openly. She goes straight to the bar and orders another whisky with coke and crushed ice - the third she’s dizzy, she’s gone tipsy. The woman with leather and higher boots on glares at her not daring to talk to her. Artémis plunges her hand in the ice bucket put on the bar, and takes an handful of cubes out of it she sticks dashed in her predator’s back who miserably stubs her fag in the huge ashtray and embeds herself onto Artémis. Viviane is a luxurious brown haired vampire who would suck her blood till her thirst’s quenched, using of her most secret charms, and a scalpel made of titanium to spice things up and just create a bitter situation, which is quite gloomy enough like that for Artémis, who whispers a big « kiss me deep honey » in Viviane’s smooth ear. Vehemently, with no security rope, Viviane does it waiting no longer, nor needing coaxing. The barman, staggered, plunges his head into the ice bucket : carried along by their own impetus, Vivi and Artie exchanged an ice cube that each of them had kept in their mouth. After hugging Barman Herman, the two women go into the ladies room to freshen up themselves and there give a languorous kiss to each other trying to keep unnoticed. Viviane suggests Artémis they could spend the night together, Artémis accepts without hesitation, does it mean finding herself chained onto a wall by iron handcuffs, between a Doberman pinscher and a panther with sharp teeth and claws, and being flogged and having her nipples nipped by Viviane, in the lights of a Scialytique. But as the sun rises up, Artémis just finds herself very disappointed. Viviane’s an old frustrated, pathological pathetic romantic nymphomaniac, and neither burnt her buttocks with a cigarette, nor twisted her breasts in every directions, nor gave her hemlock to drink, nor fed her with in-heat she-cat food, nor did anything that could have spiced up this tedious, pain staking and really bloody annoying night. At dawn, Viviane snores like a dormouse that would suffer from adenoids ; it’s not really nice for Artémis who decides to clear off before this lazy bugger wakes up. She goes in the first small café 16


- 17 she can find to have something to eat : white coffee-croissant, and a teasing blink to the waiter just like that ; and why wouldn’t she nip his buttocks as well, he would do it unscrupulously if the roles were reversed, wouldn’t he ? As he dares not watch her anymore, she gets closer to the bar, brass imitation - to look rustic - and takes part into a conversation between the landlord and the waiter, who don’t really care about others. Artémis can’t understand anything to soccer and prefers plunging into the last issue of ELLE magazine, joining her lady mates on the picture who can understand her at least. Artémis leaves the café tiptoeing, a bit desperate and goes back to the hotel aiming at a good day sleep. The bell-boy’s there, at reception, and asks her if she had a nice night out, what she answers with a disgusting erected finger to. Tony doesn’t answer anything, he can’t be bothered, and is ever so sad since yesterday : Fab dumped him without explaining neither how nor why. -Am I such a numb ? Artémis cries out from over her balcony as she can’t sleep. Her heart’s still beating, still as loud, maybe louder. The moon cries out with her, using a cloud as a tissue. Someone knocks on the door. Artémis goes to open it. It’s Bell-boy Tony who brings her flowers. He’s off this evening and so can spend the night with her, but no sugar in warm water, please. Tony and Artémis talk all night with a bottle of gin she’d kept when she would have had a steamy session. Tony tells her his nights and Artémis just can’t believe it. They rest when the sun rises up. Artémis has found a friend on which she can count. So when he leaves her to go working, she lays her head on the pillow, takes a deep breath before closing her eyes and falling asleep to dream of soft spindle-tree like plants that wrap her deliciously. Artémis rubs her hand between her legs and feels full up of joy, fearlessly and carelessly. Tony didn’t forget her : he’ll come back in the evening, just to give her a good night kiss and tuck her blankets after she goes to bed. Walter Ruhlmann

Mauvaise Graine #18


18

Notes Terre Promise. Harry R. Wilkens. Ed° Cahiers de nuit (10FF) - 33 rue de la Haie Vigné, 14000 CAEN - France Un éditeur caennais que je ne connaissais pas et qui m’a agréablement surpris. Terre Promise réunit le « best of » Harry R. Wilkens avec des extraits de son fameux recueil The Hit-Man (Le tueur à gages). C’est un ouvrage qu’il est bon d’avoir entre les mains, une réussite éditoriale et littéraire. Je dirai. Frédéric Maire. Ed° Press-Stances (20 FF) - 40 rue Gabriel Fauré, 33320 EYSINES France. Frédéric nous avait fait parvenir le manuscrit de Je Dirai, il y a quelques mois de cela. Ce recueil de textes poétiques sort ce moi-ci aux éditions PRESS-STANCES. Dans la lignée de Rédemption (Ed° Press-Stances 1997) et de son texte « Histoire d’un cri » que vous avez pu lire dans ce numéro, Je dirai tisse un lien entre Frédéric et lui-même. C’est dans toute la brutalité des mots et la finesse de leur agencement que Frédéric s’ouvre à nous... et à lui. Cahier d’épluches. Jan Bardeau. Auto-Ed° 1997. (50 FF) - Jan Bardeau, 3 rue Châteaubriand, 18000 BOURGES - France D’après l’auteur, je serais en quelque sorte le provocateur de ce recueil de textes courts ; eh bien j’en suis fort flatté car c’est une réussite. Il m’a été permis de le découvrir avant sa parution réelle et j’y ai trouvé de quoi ravir. Bizarrement, on entame la lecture par « Le terminus » puis c’est un univers que je ressens comme étant le domaine privé de Jan Bardeau dans lequel nous nous plongeons. C’est un univers décrit d’une façon un peu nébuleuse, pour en préserver les secrets intimes sans doute, par pudeur. Et comme d’un fait exprès, le dernier texte sera « L’initiation ». *** Je me plaignais de ne pas assez connaître les auteurs belges. Je reçois 2 revues belges : La Cigogne, sympathique... et Le Mensuel Littéraire et Poétique, qui livre des critiques et des comptes-rendus pertinents sur l’actualité culturelle de la communauté française de Belgique. De plus, Raymond Quinot m’a fait parvenir Le Dossier Littéraire de cette même communauté française de Belgique qui lui est consacré : enrichissant. *** Aux éditions Cahiers de nuit : La taille du monde de Jean-Luc Parant, Nico in camera de Serge Féray, etc... Leur catalogue sur demande à l’adresse suivante, contre une enveloppe timbrée je présume : 33 rue de la Haie Vigné, 14000 CAEN France.

18


- 19 -

Mauvaise Graine sur(f) le web. Planet Magazine, premier lien. Vous le connaissez déjà, c’est notre adresse électronique, notre e-mail: mauvaisegraine@yahoo.com Mauvaise Graine sème ses graines sur le Web, et ça lui plaît. Le Web ? Mais oui, vous savez, le miracle de cette fin de siècle qui permet à tous (ou presque) de pouvoir communiquer à moindre effort et à coût temporel vraiment ridicule. Nous avons donc nous aussi la chance de pouvoir y surfer, et bientôt, mais ce n’est encore qu’un projet, notre site avec plein de textes et d’infos sur la revue. En attendant cette naissance sur le réseau Internet, nous avons pu entrer en contact avec un certain nombre d’auteurs (dont Fred Belin que vous avez pu découvrir dans ce numéro et aurez un aperçu plus ample dans quelques mois) et de publications électroniques telles que Planet Magazine, une revue consacrée aux nouvelles et à la poésie de SF, de fantastique, d’humour et d’horreur. Animée par Andrew McCann, cette revue offre un panaché d’auteurs bien ancrés dans leur(s) genre(s) de prédilection. C’est une revue de qualité qui vaut réellement le détour si vous avez l’occasion de vous connecter sur le Web. L’adresse du site : http://members.tripod.com/~planetzine/ L’e-mail de A.G.McCann : mccann@hotmail.com

Planet Magazine, first link You know it already, it’s our e-mail adress: mauvaisegraine@yahoo.com MG sows its weeds on the web, and it pleases us. The web ? Of course you know it, this end of century’s miracle that allows nearly everyone to communicate effortless and at a very little time costing. We are lucky to be connected to it, and surf it, and soon, but it’s still be a project, our site full of information about the review and texts. Waiting for this creation on the web, we got in touch with several writers (such as Fred Belin that you had the opportunity to read in this issue, and will have a better picture in a few months), and electronic zines such as Planet Magazine, a review consecrated to SF, fantasy, horror, humour, short stories and poetry. Published on the web by Andrew McCann, this zine gives a motley of authors well aware of what they’re dealing with. It’s a first class e-zine that really deserves a good look at if you ever have the occasion to surf the web. Their site address : http://members.tripod.com/~planetzine/ The McCann’s email: mccann@hotmail.com

Mauvaise Graine #18


20

LE MOIS PROCHAIN DANS MAUVAISE GRAINE : HOMO ERECTUS PIÈCE DE THÉÂTRE EN UN ACTE DE DAVID G.TAYLOR.

MAUVAISE GRAINE - REVUE MENSUELLE ET BILINGUE DE LITTÉRATURE - N° 18. JANVIER 1998 ISSN : 1365 5418 DÉPOT LÉGAL : À PARUTION - IMPRIMERIE SPÉCIALE - DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : WALTER RUHLMANN, ASSISTÉ DE MORGANE ET BRUNO. ©MAUVAISE GRAINE ET LES AUTEURS, JANVIER 1998. FRANCE

20

Mauvaise graine #18  

issue 18 January 1998

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you