Page 1


mgversion2>datura mgv2_81 | 07_15 Transverser Issue edited by Peter O'Neill & Walter Ruhlmann Š mgversion2>datura & contributors, July 2015


Contents Cover art: CeeJay, © by Maelström Editions Introduction by Peter O'Neill CeeJay Sommets – Summits Jourdain de sang – The Bloody Jordan Amours maghrébines – Love Under the Atlas 94. Chute libre – 94. Freefall 392. Parmi les prophétes – 392. Among the Prophets Brigitte Dumas Lignée 1 – Decendants 1 Peter O’ Neill meters – Des mesures Alain Lasverne Enregistré Saoul – A Drunken Recording Christophe Bregaint Le jour soutiens la nuit – The day supports the night Passé le champ de la desolation – Passing the field of desolation Peter O'Neill Res extensia Christophe Bregaint Tu peut effleurer – So you may brush until dawn Brigitte Dumas L’air, il est beau – It is beautiful Air Jamila Abitar A Marakeck, derrière la Koutoubia – Behind the Koutoubia, in Marakech YOUNISOS La Plénitude – Abundance Jack Grady La cuisine du diable – The Devil's Kitchen Les cents pas – The Hundred Steps Interview with Christophe Bregaint by Brigitte Dumas Bombe voyage, bombe voyage – A Review by Peter O' Neill


mg_81 | transverser | 07_15 L’oubli puissant habite sur ta bouche. Baudelaire Working on this 81st edition of mgversion2>datura has been such a journey of discovery for me, and I firstly wish to thank Walter for once again giving me the opportunity to reconnect with the French language, and so to be able to discover again the incredible writing which is currently being written today in French. I had just finished transversing Baudelaire so the opportunity came at the perfect moment. I can see his influence here, which is wonderful to see. Sometimes explicitly, as in CeeJay's poem 'Chute libre', or 'Freefall', and sometimes less overtly. But his presence is never too far off. Nor is Rimbaud, or any of the other great late nineteenth century French writers, who were to have such a profound influence on not only French literature, but to writing and writers all around the world regardless of their culture or language. This is a great thing to see. For these writers were visionaries, interested in revolt. The writing here is similarly concerned. It has been a great honour for me to get to know a little of their work here, and through the process of transversion share a little in their vision, share a little in their revolt – be it in Bruxelles, Paris, Marakech, Tangier, or here in Dublin. The vision would appear to be all the one. My deepest respect to all the writers who by sharing their work with me allowed me to journey a little with them. Peter O' Neill Skerries – June, 2015. Note: To transverse: a term employed in an attempt to demarcate a possible third zone, somewhere between a translation and a version, where the idea of movement, traversing, and change, transgressing, are accentuated. A transverser then being someone occupied with such a process ; a play also on the French infinitive. Some of the work which appears here first appeared in publications elsewhere : CeeJay's poems “Sommets”, “Jourdain de sang” and “Amours magrébines” all first appeared in Bomb voyage, bombe voyage published by maelstrÖm reEvolution, Bruxelles, 2014. “meters” by Peter O’ Neill and “Des mesures” by Brigitte Dumas first appeared in mg79 | Viral. ‘La Plénitude’ by Younisos is taken from Carnage Sensitif, Edilire, 2014. Unless indicated otherwise, transversions were carried out by Peter O'Neill.

5


mg_81 | transverser | 07_15 CeeJay Sommets Avec la volonté de me maîtriser. L’âme dans des gants de chamois. Dans l’anfractuosité du roc je me love, je me délove. Par moments là-bas sur la crête, Alors que je deviens très calme et silencieux, Je peux entendre le craquement de la pierre. Temps qui n’a ni commencement ni fin. Présent parallèle qui emplit les espaces vides. Les dimensions fluctuant imperceptiblement. Pétrifié mon corps cesse d’exister. Au creux profond du cervelet Seule la commande d’immobilité persiste. Mon cerveau, chaudron où bouillonne le trouble Jette l’anathème du bruit nu pour l’œil et l’âme. La tempête s’approche à toute vitesse, il n’y a pas d’abris. L’aigle passe et repasse à la recherche d’une proie.

6


mg_81 | transverser | 07_15 Summits After Cee Jay A soul in kid gloves, With the will to control myself, In the crevice of the rock I fall in and out of love. At times down on the ridge, When I become calm and silent, I can hear the gentle pulverisation of stone. Here, time has no beginning nor end. The present parallel fills the empty spaces Whose dimensions fluctuate almost imperceptibly. Petrified, my body ceases to exist. Only in the most profound hollow of the cerbullum The sole command of immobility persists. My brain, that cauldron where all trouble boils, Spurts anathema of raw sound for the soul’s eye. The tempest approaches rapidly, there is no refuge. Time ticks away in search of prey.

7


mg_81 | transverser | 07_15 Jourdain de Sang

La lune prend la vallée Nous devenons des cibles. Le Jourdain qui s’écoule A la couleur du sang. Nos corps vacants Y flottent nus et suivent le courant. Les étoiles une à une s’allument. C’est la féerie rouge! Une sorte de Noël à changer de croyance. Les dunes ont des yeux de rubis. Tu tombes, ton regard les croise Dernier signe avant les marécages de l’âme. C’est ton fusil d’assaut Qui vers le fond t’emmène Tant sous les privations tu as perdu de poids. L’air sent le soufre, il est léger Comme du fond de toi S’exhale la dernier haleine. Delà le sable, les villages rougeoient. Les lauriers roses sont devenus de feu. La vie entière défile sous tes paupières closes. Une unique vision globale y suffit: Les obus, le feu, les cris. Les corps des enfants et celui de ton frère. Ta mère qui agonise sous le ciment. Le tonitruant cataclysme des missiles en rafales. Le sifflement des balles. Les éclats de chair déchirées sur les mines anti-personnelles.

8


mg_81 | transverser | 07_15 Les jambes, les mains, les visages épars Et tout ce sang qui abreuve la terre Depuis près de soixante-dix ans. Sur ce sol les colons implanteront Des murs de béton en place d’oliviers. La lune s’est élevée. La brume de la guerre a cache les étoiles. Et c’est à contre-jour Que sur toi se referme les flots.

The Bloody Jordan The moon takes the valley And we become targets. The Jordan which flows Is the colour of blood. Our vacated bodies Float naked borne along by the current. One by one the stars alight. It is a blood féerie! A kind of alternative Christmas. The dunes have eyes like rubies. You fall, your look catches A last sign before the swamp of the soul. It’s your assault rifle Which drives you on Through such deprivations you have lost weight. The air smells of sulphur, it is light

9


mg_81 | transverser | 07_15 From deep within you You exhale your last breath. Beyond the sand, the villages redden. The rose laurels bloom fire. All of life passes before your closed eyelids. A unique global vision will suffice: The corpses of children and that of your brother. Your mother who agonises beneath the weight of the fallen concrete. And overhead, the thundering cataclysm of shells and gunfire. The whistling of bullets. The dull thud of fallen flesh; Legs, hands and other body parts Thrown up in the air like an obscene rainfall By the anti-personnel mines. All of the blood which this earth has gorged upon Over the last sixty or so years, On this soil where they plant Concrete walls in the place of the olive trees. The moon has risen. The fog of war has covered the stars. And it is against the day, And upon you when such tributaries stop.

10


mg_81 | transverser | 07_15 Amours maghrébines Cueillir sur ta rouge bouche Mon nom tout bas prononce. Voler de la pointe de la langue ta salive Comme le sang sur une plaie à la pulpe tendre. Quel peut être ton regard à mon regard masque? Tes yeux peut-être clos pour mieux se rappeler Et inlassables murmurer mon nom. Avec aux lèvres un goût de sable Qui nous fait un désert. Languissants, suave, lents et mesures Sont les gestes sages que nous n’osons poser. Retenus jusqu’au bout dans l’infranchissable. Inconnus l’un de l’autre et pourtant savourés. Effleurées à distance les lignes ignores des corps. Se sentir bête du peu de récolté: Le parfum d’aube de son air expire L’acidité des lèvres Le bleu de mon nom exhale Et ses yeux que je n’ai pu voir.

11


mg_81 | transverser | 07_15 Love under the Atlas My name pronounced gently Gathered from your painted mouth. Stealing from the tip of your tongue the spittle Which issues like blood from the tender pulp of some wound. What perhaps could your look at my look hide? Your eyes closed perhaps to better remember You tirelessly murmuring my name. Upon the lips a trace of sand Making up our desert. Languishingly, suave, slow and measured All the knowing gestures which we dare not make. Restrained to the very end to that which is unbridgeable. Unknown to one another and yet savoured. From a distanced brushed all of those lines of the body ignored. To feel beatitude from such meagre harvests: Dawns perfume from the very air expired The acidity of lips The blue notes of my name exhaled And his eyes which I can’t even see.

12


mg_81 | transverser | 07_15 94. Chute libre Tangue et plonge, tremble et cogne et vibre Lâche-toi en chute libre Trou d’air, c’est le déni, la rage De ce paradoxe tu t’envole Tangue et plonge, tremble et cogne et vibre Entendre la nature comme l’antilope la venue du lion Survole le pactole scintillant et doré Tangue et plonge, tremble et cogne et vibre N’avoir l’air de rien si tu es quelque chose Errer en rêve en ta vie infime toute cernée de sommeil Pisser sur le monde du haut des nuages Comme un requin te sentir victime du cruel océan Avoir la peur de te retrouver au four crématoire puni pour ton ADN Tangue et plonge, tremble et cogne et vibre Laisse Baudelaire t'envelopper de son douillet brouillage éthylique Même si la jalousie autour alourdi l’atmosphère Tu n’arrive plus à dire ce que tu ressens Tu ne sais plus si c’est bon ou si ça te fait mal Tangue et plonge, tremble et cogne et vibre

13


mg_81 | transverser | 07_15 Tu dévies hors la voie en dissident de la vie Tangue et plonge, tremble et cogne et vibre Chante la mélopée à faire danser les ours Pousse ton ut au-delà des étoiles Ouvre la bouche en silence Ne te lasse pas d’attendre, de poser, de prostrer Dans cette immobile envolée où tu planes Aléatoirement comme la plume de la palombe Tangue et plonge, tremble et cogne et vibre Lâche-toi en chute libre Trou d’air, c’est le no man's land enfin trouvé Dans la chute s'évanouit ton passé Aucune remembrance, de ce paradoxe d’où tu t’es envolé Il n’y plus de rage, ce n’est pas la félicité C’est seulement un état qui te permet de Tanguer et plonger, trembler et cogner et vibrer De te lâcher en chute libre Et d’un peu exister

14


mg_81 | transverser | 07_15 94. Freefall After Cee Jay

Pitch and plunge; tremble, vibrate and knock Let yourself freefall Through that black hole in space – denial. The rage of that paradox will send you Pitch and plunge; tremble, vibrate and knock Be as alert to nature as the antelope Is to the lion Survey the whole shimmering golden fortune Pitch and plunge; tremble, vibrate and knock Have only the aura of dispossession when you own Mistake in dreams your miniscule life Which is orientated to sleeping Piss on the world from a height Like a shark who feels victimised by the cruel sea Fear to find yourself one day In the crematorium oven As a fitting punishment for having the wrong DNA Pitch and plunge; tremble, vibrate and knock Let yourself be enveloped by Baudelaire His quilted alcohol- induced fog Even when jealousy charges the atmosphere Never again will you be able to say what it is you feel No longer knowing when things are good or bad for you Pitch and plunge; tremble, vibrate and knock You now an outlaw in dissidence with life Pitch and plunge; tremble, vibrate and knock Pitch and plunge; tremble vibrate and knock Sing the lament which makes bears dance Push your ‘Be-ing’ out beyond the stars Open your mouth in silence Do not let yourself wait, pose or prostrate

15


mg_81 | transverser | 07_15 In the immobile flight through which you now glide Randomly Like a pigeon feather But pitch and plunge; Tremble, vibrate and knock Let yourself go in a freefall Through the hole in space where no man’s land Is finally found In the fainting fall of your past Without even memory In this paradox Through which you have flown Where there is no rage, and it is not bliss But only one state which permits you to Pitch and plunge; tremble, vibrate and knock To let yourself go in a freefall In which you merely exist

16


mg_81 | transverser | 07_15 392. Parmi les Prophètes Je suis l’aune qui paye le passage La pièce d’or sur les yeux du défunt Dans sa bouche, serrée en sa main devenue pierre Je suis l’habit qui te vêt Le voile qui te cache Je suis le sabre qui vengera Sabra Le châtiment qui lavera Chatila Le sacrifice des égorgés Halal Je suis le sang qui engraisse les sillons Et les larmes qui abreuvent la terre Je suis la rose de la mariée Le sourire de l’enfant Le poigne qui te soulève Le pas qui te pousse avant Je suis celui qui n’est pas Qui n’existe qu’en rêve Je suis l’intransigeant!

17


mg_81 | transverser | 07_15 392. Among the Prophets After Cee Jay I am the yardstick through which you must pass The piece of gold in sightless eyes Once in the mouth or closed fists I become a stone I am the cloth which examines you The veil which covers. I am the avenging sands of Sebra The punishment washing over Shabila The requisite conditions for every Halal slaughter I am the blood spilt and which deepens your furrows And the tears which water this earth I am the rose of the bride The smile of the child The grip which lifts you The steps which push you forward I am the one who isn’t Existing only in dreams I am the intransigent

18


mg_81 | transverser | 07_15 Brigitte Dumas Lignée 1 Pour que le fou ne perde ses grelots Laisse glisser où bon te semblera la frappe agile de tes dix doigts Percute absorbe riposte en uppercut En déshérence le prince du palais ? J'irai bien plutôt boire mon petit lait Goûter à la fraîcheur d'un mot lascif Lacter mes lèvres au goupillon lettré Frappe, martèle, pince les mots à la lettre Graffe et griffe la matière littéraire Ma tête est prise et la vue de sa glaise Enfle mes synapses et me digitalise J'arrime à l'air mes ondes qui divaguent Folie en tête je contracte à outrance Le mot fait courir Dieu en mes veines Et si j'en crois le temps qui geint La marotte en main je dirige le monde !

19


mg_81 | transverser | 07_15 Descendants 1 After Brigitte Dumas So that the fool won’t lose his bells Leave it out as much as you can The agile slap from the back of your hand Strike absorbed and counter-punched with an uppercut The prince of the palace has been disinherited I would rather go drink milk Taste the freshness of a lascivious word Lick my lips on the sprinkling of the letters Hit, pound, pinch the words to a one Scrape and rip apart their literary matter My head is taken with the view from their clay Swelling my synapses, digitalising me To stow in the air these waves which diverge Folly in the head I contract in a rage The word strikes the god gene in my veins And if I believe in the time which yammers For with this prop I can steer my way through the world.

20


mg_81 | transverser | 07_15 Des mesures D’après Peter O’ Neill de Brigitte Dumas La température s'effondre et la luminosité croît Le déséquilibre est l'essence du perpétuel consensus Une agitation concentrique dans la plénitude tranquille Pourtant mes appréhensions sont légères comme mes pas On pense au choses du quotidien Toi, alors, rien moins que le comble de la survivance Des orifices suintants attendent d'être baignés comme l'est toute chose Dans le fracas éruptif de la grande déclinaison Les billes d'eau se devront d'envelopper mondialement Les signes infimes de la décadence coercitive Et avant à présent pleinement immergé Dans cette fragilité si définitive

21


mg_81 | transverser | 07_15 Peter O’ Neill meters temperature plummets luminosity increases disequilibrium is the continual consensus a focused riot in quiet plenitude yet my forebodings are as gentle as my steps one thinks about practical things you then but another marked case for survival sweaty orifices need to be bathed as with everything in the eruptive thunder of the great declension the beads of water must envelop globally the minute signs of decay and duress Be-ing now fully immersed in such eternal ephemera

22


mg_81 | transverser | 07_15 Alain Lasverne

Enregistré saoul La fête était un peu partie, On partait vite dans ces années-là Brel n'était pas encore de marbre scellé Jackson virevoltait son moonwalk Les dernières lueurs de l'ancien monde tremblaient devant Mordor Le Sud s'apprêtait pour sa vente à la découpe sur Paris Glacé et chaud, timide un brin Il a sauté sur la première bière tiède et dégoulinante Dominaient les noirs et ocres sur les tables rudes La grange était sans fards L'espérance urgente et le blasé de rigueur Tournaient les notes violentes et les alcools secs Il fallait la faire rêver cette nuit du Sud On ne savait pas ce qui guettait à l'horizon Au moins le travail, au pire l'âge adulte Elle est venue comme on s'abandonne Entre les volutes d'herbe elle tenait la dragée haute aux mirages Joli miracle sur l'autoroute d'une soirée mal partie A cet instant, il était vieux d'au moins quelques siècles Elle naviguait en blanc, la mode ne lui rendait pas hommage Son regard sur lui s'est posé Cartographiant cette terre perdue Sa main est venue, l'a levé du sol d'un geste infiniment lent Douloureusement gracieux, son sourire pleuvait sur lui comme baume sur une plaie Debout, matelot du dernier démembrement, debout Ses lèvres, mon dieu, se sont approchées, soudées Sa bouche a dit douceur, amour au cœur du monde Quelques décennies plus tard, reculant d'un souffle « Tu avais l'air si seul », elle a soufflé.

23


mg_81 | transverser | 07_15 Alors à deux, ils sont sortis La nuit titubait joyeusement L'herbe sentait la chaleur de fin d'été Et la pluie qui patientait La Terre n'avait plus d'heure au moins pour un moment Il s'est demandé une seconde s'il pourrait faire hommage A la blanche, noyée dans les éclats de lune Elle a entouré d'une main son cou et son regard s'est déposé Sur ses yeux pour caresser ce sexe mutant Qui enfoncerait toute barrière Tête en avant Soldat perdu d'une génération sans nom Toujours votant pour que jamais ne s'achève la nuit.

24


mg_81 | transverser | 07_15 A Drunken Recording After Alain Lasverne

The party had already started We started early those days Brel had not yet been sealed under the marble Jackson electro-charged by his Moonwalk The last proprietors of the ancient world trembled before Mordor And the South awaited to be sold piecemeal in Paris Frozen and cold, a timid blade Jumped upon the first warm trickling beer Dominating the blacks and ochres of the strewn table The barn at least was without any trace of eye shadow Blending violent notes and dry alcohol You had to dream again that night in the south We didn’t know what lay in wait for us upon the horizon At the very least a job, and at the very worst adulthood She entered the scene as if one abandoned Between the scrolls of the grass she erected her mirage A wonderful miracle skidding along the highway of a car crash of a night At that exact moment he was older by centuries She navigated in white, fashion was paying him not the slightest attention Her eyes held him a cartographer of lost earth Then her hand slowly advanced, coming slowly up from the earth With an almost painful grace her smile rained on him like a balm on a wound Up, a sailor from the last dismemberment, up! Her lips, my god, suddenly approached, closely knitted Her mouth speaking softness, some decades later Love entered the world, then stepping back in a breath, “You looked so lonely,” she sighed. And so they left together The night reeled joyously

25


mg_81 | transverser | 07_15 The grass smelt of the end of the summer And the rain waited patiently The earth had not one more hour, at least for a moment He asked if he could at least pay homage to the white Drowning in the light of the moon She wrapped a hand around his neck and her look disappeared From her eyes to caress the mutant sex Which enforces all barriers Headlong Like a soldier from a nameless generation Voting only so that the night will never truly expire

26


mg_81 | transverser | 07_15 Christophe Bregaint

Le jour Soutient La nuit De porte En porte Sans discontinuer Un cheveu

The Day Supports the Night

Vole

After Christophe Bregaint

Tu le vois the day A hauteur

supports

D’oubli

the night from door to door without interruption a hair sails past do you see it at the gates of oblivion

27


mg_81 | transverser | 07_15 Christophe Bregaint

Passé Le champ De la désolation

Passing the Field of Desolation

Il y eut

After Christophe Bregaint

Devant toi

passing the field

L’immobile

of desolation

Cathédrale

there appeared

Du fatalisme before you Constance Aux mille visages

the immobile cathedral

Dont le tien

of fatalism constantly and in a thousand faces that of yours

28


mg_81 | transverser | 07_15 Peter O’ Neill res extensia

res extensia

pour Christophe Bregaint

for Christophe Bregaint

tes micro mondes avec leur rigueur de réduction

your micro worlds with their rigorous reduction

me force à regarder de plus près

force me to re-look the circum

ma propre circum

force me to see again

me force ainsi à regarder de plus près la beauté du barbelé perdu dans le blé me force à devenir l’autre pour être moi-même me force à me perdre dans les langues des autres pour retrouver enfin

the beauty of the barb in the hay force me to become the other to in turn be force me through the language of others to find my own words

mes propres paroles

29


mg_81 | transverser | 07_15 Christophe Bregaint Tu peux Effleurer Jusqu’au jour La base De ta mélancolie C’est Une étrange Lumière Dans ton regard Toujours entraîné Vers d’autres lignes Avec ce terne Dans les yeux

So you May Brush Until Dawn the Origin of Your Gloom After Christophe Brégaint by Brigitte Dumas So you may brush until dawn the origin of your gloom It IS a strange light in your eyes Sequently turned To other lines with that dull look when you star

30


mg_81 | transverser | 07_15 Brigitte Dumas ADT1 L'air, il est beau, l'air d'aujourd'hui qui bruisse des milliards de mots l'air accÊlère la vie en rond comme une toupie folle quand sa gueule pue

ADT1 After Brigitte Dumas It is beautiful Air Today it rustles with a thousand words Air Accelerates life It goes round like a crazed spinning top When it screams It stinks

31


mg_81 | transverser | 07_15 Jamila Abitar A Marrakech, derrière la Koutoubia J'avais oublié ma ville, la mémoire des sucreries, des dents cassées, des bouches sans issues. J'avais oublié mes frères noyés sans avoir appris à nager, près des barques trouées de mon parcours de jeu. J'avais oublié ma ville sans terre, Marakech, c'est a toi que je revis. Koutoubia, ta pierre réveille un peuple, réveille mon être oublié. Ma mémoire, vivante, rougit de tes reflets. J'ai avalé ton sable et j'ai pleuré mes frères. Et trahi par mes frères, j'ai sursauté, combien des fois, depuis cent ans ! Lucide comme cette lumière que l'on voit, cette rencontre entre ces murs qui embrassent l'intemporel.

32


mg_81 | transverser | 07_15 Behind the Katoubia in Marakech Extract from a poem by Jamila Abitar I had forgotten my city, The memory of sweets, The broken teeth, And the hopeless mouths. I had forgotten my drowned brothers Beside the old boats riddled with holes, And who had never learned to swim Near the park where I used to play. I had forgotten my city without earth. Marakech, it is you who I see once again! My living memory reddened by your reflections, I swallow your sand and pray for all of my brothers. Betrayed by them, how many times I somersaulted In a hundred years! Lucid as the light which you can see with, Through this encounter between all of these walls And which embrace the intemporal.

33


mg_81 | transverser | 07_15 YOUNISOS Rien ! a hurlé l’affreuse plénitude — naissantes atrocités au creux des tiédeurs carnées de mars — lumières tranchant dans le cours gluant du mou urbain. Rien. Tout gicle accompli — présence du présent. L’immondice est parfaite, je chante la boue chante le carnage mécanique des cieux — calmes paniques du silence. Rien. Moult égorgements frétillent dans les gras boyaux du verbe — tripes dégorgeant leurs coutelas sensitifs GARRgouillis de syllabes assassines éclatées gorges gorgées d’hécatombes et fracas de sonores ossements acérés amples carcasses et carapaces écrabouillées flots de flammes flopées d’astres éclopés nuit foutraque — — vacuité pleine à craquer. Rien. Ainsi chantent les vifs éventrés.

34


mg_81 | transverser | 07_15 Abundance After YOUNISOS Void ! Roared the atrocious plenitudeBirthing atrocities in the hollowed lukewarm meat of Mars – sharp light cutting through the square illuminating urban lethargy. Void Every accomplished squirt – in the presence of the present. Impeccable foulness, I sing the mud sings exulting the mechanic carnage skywardOnly to ruminate then in the calm panic of the silence. Void Moult of cut-throats in the intestinal grease of the verb – disgorging the sensitive cutlass exploding in Garrrgoyles of sylables assasinating gorges of gorges in a hecatomb of fracas bone sonorities steeling ample carcasses squashed in the pools of still flame ghosting stars limping off now into the familiar night- vacuity brimful. Void

35


mg_81 | transverser | 07_15 Jack Grady La Cuisine du Diable On voit, sans fin, une plage sans la mer, Une terre sans les bois, usée par le temps Et par le maréchal ferrant--- le vent --Qui martèle le visage du monde Sous la forge d'un ciel Plus blanc que bleu, sans nuages, Et, comme les os abandonnés, -Le rebut des repas d'un cauchemar -Par une chaleur infernale, décolorée, Sous des fêtes du feu éternel, desséché, Dans une terre où Le blanc est noir et le noir est blanc, Dans la cuisine du diable où La nuit va bien et le jour va mal. Les voyageurs qui, pendant le jour, Traversent les sables sans fin Grillés cruellement par la plaque chauffante Qui s'appelle le soleil, sont sablés, Sont mordus par un vent ancien Qui n'aurait pas de dents S'il n'avait pas ces sables incessants. Mais, quand le soleil se couche derrière les dunes, La lune et les étoiles -- des amies -- se réveillent Pour peintre un tableau d'un ciel noir Pour ceux qui embrassent l'arrivée du soir, Habillé d'un air doux, et suivent Les panneaux dans le ciel au-dessus Et qui, pour faire ce long trajet Pour échapper à la matinée Et à la cuisine du diable, ils se lèvent

36


mg_81 | transverser | 07_15 Pour monter des chameaux en direction des rêves.

The Devil’s Kitchen Transversion by the author Here, without end, beach without sea, land without woods, worn by time and the blacksmith wind under the furnace of a sky more white than blue— white as bones bleached by an infernal heat, dried in feasts of eternal fire— in the kitchen of the devil where night goes well but day goes badly for those who dare cross this desert, stung by bites of wind and sand, grilled by incessant sun. But, when the sun goes to sleep behind dunes, moon and stars awaken with illuminations in the sky for pilgrims to follow constellations and escape in caravans of the night as they seek the oasis of Eden and seraglios of the divine.

37


mg_81 | transverser | 07_15 Les Cent Pas En mémoire d'Alun Lewis* On attend, on attend, On fait les cent pas. Qu'est-ce qu'on fera? Qu'est-ce qu'on peut dire Quand elle arrive et dit Les mots qu'on sait qu'elle dira? Qui? Elle, la mort d'un amour. Qu'est-ce qu'on fera? A Paris, en face du Palais de Chaillot, Ou devant une jungle en Birmanie, Ou en arrêt d'autobus en Arabie Saoudite, La scène change, mais Quelque chose ne change jamais: On attend, on attend, On fait les cent pas. Qu'est-ce qu'on fera? Il y avait un homme qui a dit <Au revoir> d'un coup de revolver, Et il y en avait un autre qui s'est caché Du visage de l'amour pendant seize ans, Et il y avait une femme qui a récité Le dernier poème d'un homme qui s'est tué Avant qu'elle était née. Et vous, qu'est-ce que vous ferez? Ecraser le cœur dans un poing de feu ? Le forcer à éclater en une pluie de sang Au-dessus du scarabée patient Dans la poussière à vos pieds? Boire les larmes du ciel Sous une tempête noire?

38


mg_81 | transverser | 07_15 Ronger la chair restante Des os de vos mémoires? Ou, comme moi, attendrez-vous? Ferez-vous les cent pas? Est-ce que vous demanderez-vous Qu’est-ce qu’on peut dire Quand elle arrive et dit Les mots qu'on sait qu'elle dira? Qui ? Elle, la naissance d’un amour Qu’est-ce qu’on fera? Les cent pas, les cent pas, On attend, on fait les cent pas. Et toi, la femme qui porte Des roses dans tes bras, Combien de temps est-ce que tu attends? Combien de pas est-ce que tu fais ?

*Alun Lewis était un poète Gallois qui, pendant la deuxième guerre mondiale et à la fin d'une déception sentimentale, a écrit un poème intitulé « Au Revoir ». Peu de temps après, avant de s'engager dans une bataille en Birmanie, il s'est tué avec son revolver.

39


mg_81 | transverser | 07_15 The Hundred Steps In Memory of Alun Lewis* Transversion by the author One waits, one waits, One takes the hundred steps, What will one do? What can one say When she arrives and says The words one knows she will say? Who? She, the death of a love. What will one do? In Paris, in front of the Palace of Chaillot, Or before a jungle in Burma, Or at a bus stop in Saudi Arabia, The scene changes, but Something never changes: One waits, one waits, One takes the hundred steps. What will one do? There was a man who said "Goodbye" with a shot from a revolver, And there was another who hid himself From the face of love for sixteen years, And there was a woman who recited The last poem of a man who killed himself Before she was born. And you, what will you do? Crush the heart in a fist of fire? Force it to burst apart into a rain of blood Above the patient scarab In the dust at your feet? Drink the tears of the sky

40


mg_81 | transverser | 07_15 Beneath a black storm? Gnaw the remaining flesh From the bones of your memories? Or, like me, will you wait? Will you take the hundred steps Will you ask yourself What one can say When she arrives and says The words one knows she will say? Who? She, the birth of a love. What will one do? The hundred steps, the hundred steps, One waits, one takes the hundred steps And you, a woman who carries Roses in your arms, How long do you wait? How many steps do you take?

*Alun Lewis was a Welsh poet who, during the Second World War and at the end of an affair, wrote a poem called â&#x20AC;&#x153;Goodbyeâ&#x20AC;?. Not long after that and before going into a battle in Burma, he killed himself with his revolver.

41


mg_81 | interview series | 07_15 Interview avec Christophe Brégaint Par Brigitte Dumas BD : Bonjour Christophe Brégaint. Merci de bien vouloir partager ce moment avec nous. Nous sommes dans une chambre, assez spacieuse. A côté d'un lit deux places , il y a votre espace d'écriture, un fauteuil italien rouge, enveloppant et confortable. Derrière, deux bibliothèques où ne se trouvent que des livres de poésie, presque exclusivement contemporaine, une très belle collection. En face, des BD et des livres d'enfant dans une troisième bibliothèque. À votre droite se trouve une très grande fenêtre dans le style des années 1930. Vos pieds sont étendus sur une chaise à l'assise garnie de tissu rouge, et votre ordinateur est sur vos genoux, protégés par un support et vous écoutez « Les hommes » de René Tachan (je n'ai pas promis de ne pas l'écrire). Vos racines sont en Vendée et en Bretagne, vous êtes aujourd'hui en voie de publier un recueil en juillet aux éditions Recours au poème éditeurs après avoir évolué au sein de la communauté des poètes internet. Dites moi, dans quelle situation préférez vous écrire ? CB : Tout d’abord merci à vous pour cet entretien. Il faut savoir que j’ai horreur de parler de moi et de théoriser sur mon écriture. Donc bon courage à vous pour me tirer les vers du nez… Je préfère écrire chez moi, dans mon fauteuil, en écoutant de la musique parfois, dans le silence de préférence. C’est là que j’assemble le désordre de mes pensées, le chaos des bouts de mots que j’ai notés en amont. Pour tenter de donner naissance à quelque chose de viable. BD : Donc vous êtes ici dans votre sanctuaire d'écriture, là. CB : Ca y ressemble. A l’abri du monde. Ce n’est pas une tour d’ivoire, c’est en quelque sorte un atelier, un atelier dans lequel sont assemblés les différents matériaux qui feront le texte… BD : Qu'est ce que vous décririez comme votre medium d'écriture ? CB : L’ordinateur, j’écris avant tout sur l’ordinateur. J’ai abandonné la feuille et le crayon il y a longtemps, j’étais incapable de me relire après avoir écrit. BD : Donc l'ordinateur n'est pas l'unique outil ? CB : Je prends parfois des notes sur mon téléphone portable, que j'ai toujours sur moi, et je les retranscris ensuite sur mon ordinateur. BD : Ca n'a pas toujours été le cas ?

42


mg_81 | interview series | 07_15 CB : J'ai eu comme tant d'autres avant moi un éternel petit carnet à pages détachables garni de mes pattes de mouches tracées au bic. Je ne l'ai abandonné qu'au profit de mon téléphone android, il n'y a pas si longtemps. C'est tellement pratique. BD : Votre ordinateur a une importance particulière ? CB : C'est un ordinateur comme un autre, il n'a pas de pouvoir magique. J'ai quand même tous mes textes dessus, et même si j'utilise un disque dur externe, tant qu'ils ne sont pas sauvegardés, cela m'ennuierait qu'ils aient quelque problème. Celui-ci ou un autre ferait l’affaire, je n’y attache pas de valeur sentimentale particulière BD : J'imagine. Vous êtes en train d'écrire en ce moment même ? CB : Non je cherchais quelque chose sur youtube, « Come join the murder » de The white Buffalo. BD : Pourquoi ce titre ? CB : C'était la dernière séquence de la série Sons of Anarchy. BD : Vous êtes amateur de séries Américaines ? Non, pas particulièrement mais de musique, de ce type de musique, particulièrement. Ce son country rock, blues rock… BD : Mais vous l'avez regardée jusqu'au bout, cette série ? CB : Oui.(il se frotte les cheveux et le Katogan du bout des doigts). Comme le disait Robert Desnos « En définitive ce n'est pas la poésie qui doit être libre, c'est le poète ». Il faut écouter son temps. BD : Vous écoutez de la musique en écrivant ? CB : Ca m'arrive mais c'est assez rare, pas souvent en fait. Les chansons en français me dérangent quand j’écris ça créé du parasitage avec le texte que je tente d’écrire. BD : Vous écoutez beaucoup de musique ? CB : Oui, pas mal, j'ai 500 morceaux dans mon lecteur MP3 et deux fois plus dans mon ordinateur. Ca me permet de me porter ailleurs, c’est aussi une source d’inspiration et un matériel, on y reviendra plus tard BD : Est-ce que vous en jouez vous-même ? Je n'en joue plus du tout, mais j'ai fait partie d'un groupe, j'étais guitariste, j’ai aussi tenté la basse. Mais ce n'est pas un souvenir marquant. Et cela date... beaucoup. (il se frotte un menton barbu mêlant le noir et le

43


mg_81 | interview series | 07_15 gris) Je me souviens avoir travaillé avec des rappeurs, j'avais écrit des paroles... Je n'ai gardé aucune trace de cette époque. BD : La musique a joué un rôle essentiel dans votre processus créatif, il y a quelques temps. CB : C'est vrai. J'ai fait une recherche d'écriture dans laquelle je retranscrivais les mots que j'entendais en écoutant un morceau. Comme si la musique dictait directement à travers moi. Je choisissais des chansons en langue étrangère, j'ai écouté du rock japonais, des groupes russes, d'Amérique latine pour varier la sonorité de la langue. C'était très riche. Ca a été une étape intéressante, mais je ne m'y suis pas arrêté. Ca n'a plus rien à voir avec mon écriture d'aujourd'hui. C'était une étape de recherche comme une autre. BD : Vous avez écrit du rap ? Pourriez-vous dire qu'il y avait déjà en vous ce côté poète du bitume ? Et cette lourde douleur du présent ? CB : J'ai passé mon enfance en ville, à Paris d'abord, puis en banlieue, après le décès de mon père. Une partie de moi reste marquée par la couleur gris/noir de la route, même si j'ai connu une vie moins citadine, plus tard. Le rap c'est du rythme, un infernal jeu de sonorités, une jonglerie de mots et de désespoirs assez proche de ce que je suis. BD : La route, c'est un thème récurrent de votre écriture. D'ailleurs, je crois savoir que vous avez écrit sous le pseudo poète vagabond pendant quelques temps ? Hit the road, Chris ! Est-ce que vous finissez toujours par reprendre la route ? Est-ce qu'on pose vraiment le pied à terre un jour ? Peut-être pour le mettre définitivement en terre. CB : La route, c'est le cheminement, et cheminer est plus important qu'aboutir, aller quelque part est plus fort qu'être quelque part. La route c’est une métaphore intéressante… Cheminer en soi, s’accepter, cheminer vers l’autre. Il y a de nombreuses routes, sur certaines il y a plus de checkpoint que sur d’autres. Certaines sont abandonnées d’autres encombrées L'ouvrier comme l'artisan se définissent dans l'importance du mouvement vers quelque chose. Il y a un échange fort entre l'homme et la chose en projet, un transfert de matière entre le poète et le texte. Arrivée à son terme, la création est un objet, un fait, et celui qui l'a produite n'est plus rien. Un être distinct de l'objet avec qui il s'est mêlé. Il en reste une émotion, et une envie de reprendre une nouvelle création, une nouvelle fabrication, une nouvelle route, vers un nouvel objectif. BD : Et cet emmêlement entre vous et les mots, y a-t-il un moment idéal pour qu'il se produise ? CB : Je préfère écrire en début d'après-midi mais je travaille, donc c'est plutôt le soir que j'écris. C'est très rare le matin. Mais il m’arrive aussi d’écrire le soir avant de dormir en état de demi-sommeil, comme si j’étais shooté... En règle générale quand l’inspiration est présente, elle ne doit pas attendre. De plus je n’aime pas me poser devant l’ordi à heure fixe, en me disant il faut que j’écrive. Là ça ne vient jamais.

44


mg_81 | interview series | 07_15 BD : Il vous faut quoi pour écrire ? CB : Le matériel c'est des notes que je prends et garde en tête. Je lis aussi beaucoup de poésie, je regarde les informations, je crois qu'il faut un bon sens de l'observation, et puis une bonne partie d'empathie, une part de soi, l'existence tout simplement. BD : Comment cela se passe-t-il quand vous allez écrire ? Est-ce que cela s'impose à vous, le poète de la route a-t-il une routine ? CB : On n'écrit pas à l'heure dite. Il y a des jours où je n'écris pas. C'est quand le matériel est là que cela se fait. Il faut une préparation au poème, ne serait ce qu'une idée. Je fais un parallèle avec la musique. Les musiciens font tourner une note jusqu’à arriver à la développer… Il en est de même pour moi. Une idée, un bout de phrase, le faire tourner jusqu’à ce qu’il prenne forme. BD : Donc ce qui vous fait vous asseoir à votre fauteuil d'écriture, c'est une idée ? CB : Oui et non. Cela peut aussi être un travail : une recherche sur le texte, une recherche sur une nouvelle façon d'écrire, observer les autres, lire les autres. Le fauteuil a une connotation psychanalytique, je ne parle pas à un psy, je parle à la machine et ça me revient moins cher. BD : Vous passez combien de temps par jour à ce travail qui n'est pas que d'écriture ? CB : Deux heures quotidiennes. Mais ce n'est pas quantifiable en unité de temps. BD : Derrière vous il y a des dossiers épais au bas de l'une des bibliothèques de poésie. Qu'est ce qu'il y a dedans ? CB : Mes trois manuscrits qui vont être publiés entre le printemps 2015 et l'été 2016, un dossier qui contient deux manuscrits sur lesquels je travaille et un dossier avec des notes à l'intérieur. BD : Vous avez été heureux du point de vue de la poésie, cette année. Vous avez même dû choisir entre des éditeurs. Racontez nous comment cela s'est passé, ce que ressent un auteur quand le oui n'est plus une surprise. CB : En fait j’ai été on ne peut plus agréablement surpris. Fin novembre, j’ai envoyé deux manuscrits Encore une nuit sans rêve et A l’avant-garde des ruines à une quinzaine d’éditeurs, dont Carnets du Dessert de Lune, Recours au Poème éditeurs, La Part Commune, etc.. Des éditeurs dont j’apprécie la ligne éditoriale et dans lesquels je me retrouve. J’ai eu une réponse de Recours au Poème et la Part Commune assez rapidement. De fait A l’avant-garde des ruines sortira début juillet chez Recours au Poème, et Encore une nuit sans rêve en juin 2016 à La Part Commune. J’espère aussi que Jean-Louis Massot acceptera de publier un autre recueil dans l’année. Enfin un troisième recueil verra le jour chez la Dragonne en septembre 2015… Je tiens à saluer mes éditeurs pour les risques qu’ils prennent.

45


mg_81 | interview series | 07_15 BD : Quels types de recherches faites-vous autour de l'écriture ? Je suis curieuse de comprendre. CB : Ce n'est pas vraiment des recherches, observer la vie, les gens, le monde en fait. La poésie doit être un réceptacle de ce qui se passe à l'extérieur. BD : J'ai cru comprendre que vous faisiez aussi un important travail sur la langue elle même, variété des mots, des expressions, recherches grammaticales (je vois le bon usage derrière vous) vous n'aimez pas en parler ? CB : En fait la musique surtout en langue étrangère m’apporte des rythmes, des sons… Je travaille sur les mots et je ne suis pas le seul, pour améliorer la fluidité du texte, et aussi pour faire ressortir au mieux ce que je veux exprimer et les émotions. On apprend toujours, le travail de la langue est nécessaire pour affiner son style, trouver d'autres façons d’exprimer les choses, qui ne soient pas redondantes. Encore un parallèle avec la musique. Les musiciens intègrent dans leur jeu ce qui était à premier abord improbable. Les peintres aussi font des recherches sur la couleur. Enfin il faut savoir qu’en tant qu’autodidacte, je dois encore apprendre, il ne faut pas rester sur des certitudes d'écriture, il faut se remettre en cause tout le temps. BD : Comme disait Cioran, « N'a de conviction que celui qui n'a rien approfondi » Vous n'êtes pas un homme de conviction ? CB : Saur erreur de ma part, les convictions en art font faire du sur-place. En art, se remettre en cause fait avancer. il faut toujours rester curieux pour progresser et avancer…. Malgré tout, cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas garder son style. Une fois le style acquis il reste à l’enrichir. BD : Vous aimez qu'on vous connaisse ? CB : Non, pas plus que ça, non, je ne vois pas pourquoi il y aurait une raison pour que je sois connu. BD : Avez vous un but en écriture ? CB : Gagner de l’argent, être publié chez Gallimard et entrer à l’Académie Française lol… BD : On vous décrit comme un poète du désespoir, ou désespéré, qu'en pensez vous ? CB : Ah ce sacro-saint espoir. J’aime assez cette citation de Nietzsche « L'espoir est le pire des maux, car il prolonge la souffrance de l'homme. » L’espoir n’est-il pas celui que l’on se créée soi-même… Do it yourself disaient les punk… Ne pas rester dans la file d’attente pour la distribution des places… Prendre une route c'est ne pas rester au milieu du gué. Désespéré ? Je dirai plutôt que je fais un constat de la désolation ambiante et je suis consterné par ce qu’il se passe un peu partout. La noirceur de mes textes est sans doute le négatif d’un jour qui doit bien être quelque part: Hans Magnus Enzensberger disait « qui veut voir le jour tel qu'il est doit s'enfoncer dans l'ombre »

46


mg_81 | interview series | 07_15 BD : Etes vous un auteur engagé ? Vous êtes connu sur le net pour exprimer parfois vivement vos opinions ? CB : Je suis plutôt un témoin de ce que je vois. Si retranscrire une certaine empathie pour ce qu’on voit est un engagement, alors oui pourquoi pas. Engagé est un mot qui porte une consonance militante. Concerné par ce qui est proche ou plus éloigné serait plus juste. BD : Que dit votre poésie ? CB : Elle ne dit rien de précis, qu'est ce qu'elle dit, qu'est ce qu'elle a à dire ? Ce sont des instantanés. Des témoignages. Bien sur il y a des réflexions mais à double interprétation. Comme disait Jim Morison, « la vraie poésie ne veut rien dire, elle ne fait que révéler les possibles ». BD : Que veut dire « révéler les possibles » ? CB : Tout ce qui peut être envisageable au delà de la vision qu'on a des choses. Montrer l'invisible en fait. BD : Vous parliez de votre objectif de progrès en écriture. Quel a été votre parcours ? CB : J'ai commencé à lire de la poésie sur le tard, par les classiques (qui peut y échapper?), puis Raimbaud, Apollinaire, Maiakovski, Brecht. Et la poésie contemporaine, Soupault, Charles Cros, un peu de toutes les écoles et tous les styles. Les surréalistes, la Beat Generation, et de plus en plus de contemporains français, au nombre desquels Eric Dubois, Guy Alix, Bernard Noel, Pascal Boulanger qui fait la préface de mon recueil publié par Recours Au Poeme, Antoine Emaz, Reverdy, Jacottet, Claude Vigée Yves Di Mano. Je découvre chaque jour d'autres auteurs. Lire un peu de tout, et écrire un peu chaque jour, c'est ce que disait Guillevic. Dernièrement j’ai découvert Marcelin Pleynet. BD : Vous parlez de vos lectures. Mais pour être comme aujourd'hui un auteur lu tous les jours sur le net, vous avez fait plus que lire, non ? CB : Il faut une bonne partie de persévérance, de patience, de folie aussi également. Voir les auteurs lire leurs textes autant que possible. il faut les entendre dire leurs textes lors de soirées poésie, écouter leur rythme, leur sonorité, leur voix. Il faut aussi savoir garder une humilité devant l'autre, pouvoir entendre les conseils, donnés par ceux qui sont plus loin sur le chemin. Et puis surtout écrire. Je disais que j’écris quand l’inspiration vient, mais prendre une note, faire tourner une phrase, cela est quotidien, c’est un travail quotidien, en dehors de la finalité du texte. BD : Lire, rencontrer les auteurs. Vous êtes habitué des soirées poésie ? CB : C'est selon les occasions. Au moment du printemps des poètes, il y a de vraies possibilités de rencontres. Je suis fidèle à quelques poètes organisateurs, Seyhmus Daktekin est un poète remarquable et son association Poètes en Résonnance propose régulièrement un niveau de qualité impressionnant. Christian Deudon et Nadine

47


mg_81 | interview series | 07_15 Lefébure, la dernière des surréalistes, que je remercie, m'ont permis de rencontrer Tristan Cabral et d'avoir la chance de prendre un verre avec lui, en l'écoutant raconter ses soucis de poète publié chez Le Cherche-midi. Ils reçoivent régulièrement des auteurs de grand talent. Il y a quelques temps j'allais assez souvent aux soirées de Slam, j’y vais moins, en ce moment. Il y a parfois aussi des slameurs très intéressants. Je pense bien sur au cheminement de Jay Cee, poète accompli qui a publié cette année un très beau livre. BD: Quelles rencontres vous restent en mémoire ? CB : Plusieurs ! Les rencontres avec les auteurs que j'aime lire, il y en a eu quelques-unes. Le marché de la poésie est un bon lieu pour rencontrer de grands contemporains. J'ai eu le bonheur de rencontrer Guy Alix, Pascal Boulanger, Eric Dubois, Thierry Gillyboeuf, Cécile A Holban, Fabien Sanchez, romancier poète et nouvelliste qui m’a d’ailleurs beaucoup aidé dans mon travail d’écriture Seyhmus Daktekin m'a permis de rencontrer et découvrir des auteurs très intéressants. J'ai aussi découvert Peter O'Neill, ses textes et son activisme littéraire. Il a eu la bonté de traduire certains de mes textes en anglais et n'a de cesse de connaître, faire connaître la poésie et les poètes. Tous se sont montrés des gens formidables. La communauté de la poésie est une petite communauté, à force on se connaît. Mais comme dans toutes les communautés il y a des gens dont on est plus proche humainement parlant. Au-delà du poète, c’est la personne qui est importante est c’est avant tout elle qui vous parle ou pas. BD : Christophe, merci pour ce moment passé ensemble, merci bien chaleureusement de nous avoir ouvert le coffre à secrets de votre plume, vous nous avez offert un peu de vous, je ne peux que vous souhaiter non pas d'être connu, j'ai bien compris, mais que le bon plaisir des éditeurs s'attache encore longtemps à votre univers si proche de notre quotidien, et qui le sublime, afin que nous puissions goûter le plaisir de vous lire encore et encore.

48


mg_81 | transverser | 07_15 Heautonomously Yours ! Bombe voyage, bombe voyage by CeeJay – maelström reEvoltion, Bruxelles, 2014 A Review by Peter O’ Neill ‘The statement has primacy only because the visible has its own laws, an autonomy that links it to the dominant, the heautonomy of the statement.’ Giles Deleuze What will be perhaps disconcerting to English speaking readers coming to the poetry of CeeJay for the first time is his use of statements, aligning them one upon another like bricks, building up the structure of his poems. It is a quality of his which evokes the great period of French literature of the nineteenth century, which I have already mentioned in the introduction to this magazine. Il est des paradis aux sommets des montagnes Restés inviolés comme sur des îles rares. The above couplet is taken from Mes montagnes occitanie. This voice is something you will rarely hear in the English speaking world, absolutes of any kind long having been banished from the post-post-modernist literary world, and I find it a welcome balm after having had to put up with decades reading existentialism posing as stylistic daring. L’ange aigle qui survole en cercles excentriques la paura arena circulaire ou s’épuisent les toros percés de banderillas. At times the meaning is all too clear, and at others… L’Occitane offre sa mer en transparence sur les galets roulés à blanc. Even… clearer ! ( taken from Occitania rebella ) Nature is ever present in Bombe voyage, bombe voyage. Que tu sois de sables ou de pierres, de monts ou de mers, je t’aime désert.

49


mg_81 | transverser | 07_15 It acts as a mirror to the poet ; whatever is outside being within a priori. Nu, en toi je me glisse et laisse émerger la tête pour donner à mon regarde le cercle de ton horizon. CeeJay not only delights in nature, human and otherwise, but language and words. He plays…delights in their games, which he gladly participates in. There is even a micro dictionary at the back of the book with a glossary of made-up and slang words. Being a poet, yet also a very fine rapper, it is a rare delight to HEAR ! Mes pensée secrètes lézardent les murs. L’ampoule s’est éteinte sans surprise à son heure. Le robinet fuit en tonnerre dans le silence L’éternité goutte à goutte ! (Lézardes) Myths ancient and urban conjoin. Je tiens bon, ne m’effraye pas et sortirai vainqueur Ou feu de moi et de mon rêve d’amour Á jamais séparés au sein même de l’Hadés Si proche sans se voir pour une éternité (Orphée) Baudelaire, Kant, Cocteau and Jay Z… all are invoked by CeeJay in this debut collection the first, happily, of many. For this man has written hundreds of great poems and I can’t wait for the next book of his to explode on my shelf.

50


contributors' biographies CeeJay: Né à Bruxelles 1946. Études à l’Académie Royale des Beaux Arts de Bruxelles. Parution le 6 décembre d’un recueil de poésie aux éditions Maelström Reevolution à Bruxelles. Born in Bruxelles 1946. Studies at the Royal Académie Des Beaux Arts in Bruxelles. Publication 6th of December Malström Edition of his debut book of poetry « Bombe voyage, bombe voyage Brigitte Dumas: Elle a été publiée dans Convergences n°2 par Kader Rabia, sur le site Oniris (missliltitch), dans FPDV numéro 15 (liltitch), dans la revue Francopolis sélection juin 2013. She was published in Convergences n°2 by Kader Rabia, on Oniris as Missliltitch, in FDPV n°15 as liltitch, in Francopolis where she was selected in June 2013. Peter O’ Neill: Né à Cork, 1967. Il a publié cinq receuils de poèmes et habite a Dublin. Born in Cork, 1967. He has published five collections of poetry. He lives in Dublin. Christophe Bregaint: Né en 1970 à Paris, ville dans laquelle il habite toujours. Il a publié dans de nombreuses revues. Born in 1970 in Paris, the city which he has always lived in. He has been published in many reviews. A book is due out shortly. Alain Lasverne: Né a Paris, il vit aujourd’hui en Normandie. ELP éditions vient de publier Web voyage, un roman. Born in Paris, he lives currently in Normandy. ELP Editions has just published his novel Web Voyage. Jamila Abitar: Poète née a Marakech en 1969, elle a publié quatre recueils de poèmes et dans des anthologies. Membre du Comité consultatif de la Fondation Alkalima, elle participe à de nombreuses lectures à travers la France et le Maroc. Born in Marakech in 1969, Jamila has had four collections of poems published and her work has appeared in numerous anthologies. A member of Alkalima she has read on numerous occasions in France and Marocco. YOUNISOS: Younisos est l’auteur de Carnage Sensitif (Edilivre, 2014). Il vit a Tanger. YOUNISOS is the author of Carnage Sensitif (Edilivre, 2014). He lives in Tangiers. Jack Grady est membre des poètes de l'Ox Montagnes, et il a eu sa poésie publié dans plusieurs revues littéraires aux ÉtatsUnis et en Irlande. Il vit dans le comté de Mayo, Irlande. Jack Grady is a member of the Ox Mountain Poets, and he has had his poems published in several literary reviews in the United States and in Ireland. He lives in County Mayo, Ireland.

51


Mg81final  

mgversion2>datura mgv2_81 | 07_15 Transverser Issue edited by Peter O'Neill & Walter Ruhlmann © mgversion2>datura & contributors, July 2015

Mg81final  

mgversion2>datura mgv2_81 | 07_15 Transverser Issue edited by Peter O'Neill & Walter Ruhlmann © mgversion2>datura & contributors, July 2015

Advertisement