Page 1


mgversion2>datura

mgv2_68 Austral Winter 2011 [07_11]

Š mgversion2>datura & the contributors


Mauvaise graine, revue créée à Cirencester, Grande-Bretagne, en Mauvaise graine, a journal created in Cirencester, Great-Britain,in

Nassur Attoumani - Rosemay Nivard – Yussuf Kadel – Helen Hagemann 15th Anniversary I won't make a fuss about the anniversary. I must admit that it does make me something to have run this journal for such a long time though. First, it reminds me that the clock is ticking: 1996 seems like yesterday and I remember very well typing – at least five or six times because I am a clumsy typist – the 16 pages that used to make Mauvaise graine back then, sat on a stool in a damp bedroom, freezing cold in England. I can remember the time in Manchester, when I came back to France and found two co-editors Mrgane and Bzone with whom I worked until the end of the in-print era. Leaving Caen for Le Mans. Now in a place which is not quite as down-under as Australia is, yet where your head feels dizzy and your body gets drenched all day long, just to say that it is not really the northern weather I am accustomed to. Then it makes me want to carry it on another 15 years if I am able to go that far – I hope I could see mgv2's 20th anniversary at least. By the way, maybe some of you had not grasped the name given to this journal, I hope you now have. Datura? Just a poisonous plant as a second name...


1996, publiée jusqu'en 2000. mgversion2>datura en ligne depuis 2002. 1996 printed until 2000. mgversion2>datura on line since 2002.

Pradip Choudhuri – Jeanne Gerval ARouff - ect. 15ème anniversaire Je ne vais pas faire toute une histoire au sujet de cet l'anniversaire. Je dois admettre que cela me fait quand même quelque chose d'avoir tenu cette revue depuis si longtemps. D'abord, cela me rappelle que le temps passe vite: il me semble que 1996, c'était hier et je me souviens très bien de taper - au moins cinq ou six fois parce que je suis un dactylo maladroit - les 16 pages qui composaient Mauvaise graine à l'époque, j'étais assis sur un tabouret dans une chambre humide et froide, en Angleterre. Je me souviens du temps à Manchester, quand je suis revenu en France et ai trouvé deux co-éditeurs Mrgane et Bzone avec qui j'ai travaillé jusqu'à la fin de l'ère papier. Suivirent le départ de Caen pour Le Mans, puis pour un endroit qui n'est pas tout à fait aux antipodes comme l'Australie mais, où, pourtant, vous vous sentez étourdi et inondé toute la journée, juste pour dire que ce n'est pas vraiment le temps du nord auquel je suis habitué. Alors ça me donne envie de tenir pour encore 15 ans si je suis capable d'aller aussi loin – j'espère au moins voir les vingt ans de cette revue. Soit dit en passant, peut-être que certains d'entre vous n'avaient pas saisi le nom donné à cette revue, j'espère que c'est maintenant le cas. Datura? Juste une plante vénéneuse comme deuxième nom ...


Contents | Sommaire Indian Ocean Voices: From the West to the East Handsen Chikowore (Zimbabwe/United Kingdom) – a poem Tendai Mwanaka (Zimbabwe/South Africa) – poems Handsen Chikowore (Zimbabwe/United Kingdom) – a poem Guillaume Decourt (France) - poems Laughter Under A Pith Helmet – an interview with Mayotte writer Nassur Attoumani Students from Passamaïnty Secondary School (Mayotte) - poems Rosemay Nivard (Reunion) – poems Monique Mérabet (Reunion) – a prose poem (trilingual) Danièle Moussa (Reunion) – a poem Jeanne Gerval ARouff (Mauritius) – L'anniversaire | The Birthday Party - a short story Yussuf Kadel (Mauritius) – poems MK Sabir (Mauritius) – La fin de l'innocence|The End of Innocence - a scenario Patricia Laranco (Mauritius/France) - poems SK Iyer (India) – a poem Pradip Choudhuri (India) – Essence and Aroma of Asphodels in Inferno | L'essence et l'arôme des asphodèles infernaux – a poem Helen Hagemann (Australia) – a presentation of Western Australia and two poems Special feature Norman J. Olson (USA) – a travel diary and a poem about Singapore Photographs and translations by Walter Ruhlmann except the opening photographs of India, Pune Market © SK Iyer from his website and Asphodels © Jean Tosti, and Australia, © Helen Hagemann. Pradip Choudhuri's poem translated by Beatrice Machet with revisions by Didier Ober and Fabrice Petit. Revised by Walter Ruhlmann. All work © by respective authors. All rights revert to all contributors upon publication. © mgversion2>datura 2011, all rights reserved.


Mangroves in Longoni, Mayotte

We are starting this journey around the wonders of the Indian Ocean with two poets that cannot be said to be true Indian Ocean Voices – Zimbabwe is not bathed by this ocean. Yet, through their eyes and words, we are visiting the African countries on the eastern coast of the continent from which many inhabitants of the constellation of islands (Comoros, Madagascar, Reunion, Mauritius, Rodrigues) originate from. Whether they chose to migrate or not.

Nous commençons ce voyage autour des merveilles de l'Océan Indien avec deux poètes qui ne peuvent pas être considérés comme deux voix de l'Océan Indien à proprement parler - Le Zimbabwe n'est pas baigné par cet océan. Pourtant, à travers leurs yeux et leurs mots, nous visitons les pays africains sur la côte est du continent à partir de laquelle de nombreux habitants de la constellation d'îles (Comores, Madagascar, Réunion, Maurice, Rodrigues) proviennent. Qu'ils aient choisi de migrer ou non.


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Handsen Chikowore – Zimbabwe My name is Handsen Chikowore and I am a refugee from Zimbabwe. I was an asylum seeker for 5m years and have experienced the harsh reality of being an asylum seeker. My poems are published in different magazines and journals in many countries. I started writing poems at the age of 12 as a hobby. I like poetry because it helps me to inform, educate and entertain in a unique way.

Cry African Girl Up in the azure sky Shoots the sun’s rays Rises to meet another day Another promise To me it’s not yet any hope As each day brings more problems Which trouble a thirteen year old girl Setting alight fire early morning Sweeping the sheets of dust and dirt early morning A beast of burden for firewood so I am bound All those long distances I have to walk A throbbing ever throbbing pain to my foot With the baby clinging on my yonder back The thorn infested forests The meandering long walks to boreholes and wells The back breaking dreary buckets full of water Its so tiresome my body sweats Its so punishing my body cannot endure All African girls Cry for your rights The rape, torture and victimisation Our life an eerie furnace of denied paradise A sad song of denied education I am so weary, Oh weary, So weary A breath for fresh air cometh not Don’t fall African girls Up and fight Yearn for another life.

8


mgv2_68 | Indian Ocean Voices

Mon nom est Handsen Chikowore et je suis un réfugié en provenance du Zimbabwe. J'ai été demandeur d'asile pendant 5 millions années et j'ai connu la dure réalité d'être un demandeur d'asile. Mes poèmes sont publiés dans différents magazines et revues dans de nombreux pays. J'ai commencé à écrire des poèmes à l'âge de 12 ans comme un passe-temps. J'aime la poésie parce que ça m'aide à informer, éduquer et divertir d'une façon unique.

Pleure petite africaine Là-haut dans le ciel azur Les rayons du soleil éclatent Il se lève pour annoncer un autre jour Une autre promesse Pour moi ce n'est pas encore l'heure d'espérer Tandis que chaque jour transporte plus de soucis Qui bouleversent une fille de treize ans Allumer le feu tôt le matin Balayer les tas de poussière et de boue tôt le matin Une bête de somme pour le bois voilà ma tâche Je dois parcourir ces longues distances Une douleur toujours plus lancinante à mon pied Et cet enfant accroché sur mon dos courbé La forêt infestée d'épines Les longs parcours sinueux jusqu'aux différents puits Le dos cassé à porter des seaux pleins d'eau Une souffrance telle que mon corps n'en peut plus Vous les filles africaines Pleurez pour vos droits Le viol, la torture et le martyr Nos vies ne sont que la fournaise effrayante d'un paradis dénié Une chanson triste d'une éducation refusée Je suis si fatiguée, oh fatiguée, si fatiguée Un souffle d'air frais ne vient guère Ne tombez pas filles africaines Levez-vous et battez-vous Exigez une autre vie.

9


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Tendai Mwanaka – Zimbabwe I was born on 13 July 1973, in Nyanga, in the eastern highlands of Zimbabwe. I have published over 150 pieces of short stories, essays, memoirs, poems and visual art in over 100 magazines, journals, anthologies and websites in the following countries, the USA , UK , Canada, South Africa, Zimbabwe, India, Italy, France, Spain, Cyprus, Australia and New Zealand. I am also a songwriter. Keys in the river, a collection of short stories will be published by Savant Books USA, later this year, Voices from Exile (a collection of poetry on Zimbabwe’s political situation and exile in South Africa, was published by Lapwing publications, Northern Ireland in 2010). Logbook Written by a Drifter, a chapbook of poetry to be published for Canadian schools by Challenger International.

Careless Lovers Laughter spills like whiskey From a shot glass Laughing straight into the sun We rolled onto the ground Laughing like the world Hadn’t gone to shit Song birds, sunrise Delirious, we fell, a heap of Careless lovers, invincible Laughter bouncing from tree to Tree, in an open sky Her body split mine So we lie in copula. Lovemaking coming in many Forms: a chime rocks to and from Tinkling a random wind song Breaking the memory fragments.

10


mgv2_68 | Indian Ocean Voices

Je suis né le 13 Juillet 1973, à Nyanga, dans les hauts plateaux de l'Est du Zimbabwe. J'ai publié plus de 150 nouvelles, essais, mémoires, des poèmes et des arts visuels dans plus de 100 magazines, revues, anthologies et sites web aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, en Afrique du Sud, au Zimbabwe, en Inde, en Italie, en France, en Espagne, à Chypre, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Je suis aussi auteur-compositeur. Keys in the River, un recueil de nouvelles sera publié par Savant Books (Etats-Unis), plus tard cette année, Voices from Exile (un recueil de poèmes sur la situation politique du Zimbabwe et de l'exil en Afrique du Sud, a été publié par Vanneau Publications, en Irlande du Nord en 2010 ). Logbook Written by a Drifter, un receuil de poèmes sera publié pour les écoles canadiennes par Challenger International.

Les amants sans soucis Le rire se répand comme le whisky D'un verre bu d'un coup Rire à la face du soleil Nous roulions à terre Nous riions comme si le monde N'était pas ce tas de merde Le chant des oiseaux, le soleil levant Délirants, nous tombions, une paire d'amants sans soucis, invincibles Le rire sautant d'arbre En arbre, dans le ciel clair Son corps ouvrit le mien Accouplés à l'horizontal. Faire l'amour dans de nombreuses Formes: le va-et-vient d'un rocher bourdonnant Au hasard d'une chanson de vent tintée A rompre les fragments de nos souvenirs

11


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Tendai Mwanaka

Zimbabwe

Jewellery I love jewellery Pearly jewellery Luminescent jewellery Dark jewellery Tiny jewellery Tinkling jewellery Jewellery with handles Jewellery with holes in the Middle where their hearts Should be, jewellery Masquerading as beauty Jewellery desiring, jewellery Rejected, jewellery worn-out I feel the place where jewellery Have unhinged, was once a part Of something.

Les bijoux J'adore les bijoux Les bijoux à perles Les bijoux radieux Les bijoux sombres Les petits bijoux Le tintement des bijoux Les bijoux à poignées Les bijoux avec des trous Au milieu où leurs cœurs Devraient être, les bijoux Comme des masques de beauté Les bijoux envieux, les bijoux rejetés, les bijoux usés Je sais que l'endroit où les bijoux Sont portés fut autrefois le lieu d'autre chose.

12


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Tendai Mwanaka

Zimbabwe

The benched refugee I have decided to say the story But am I not too late? Misunderstood by our own leaders Unwanted by the other people Pushed away by both I am a Zimbabwean in South Africa I am a South African from Zimbabwe I am now in South Africa Hyphens divide, so also A leaky border And every time there is a crime He has to be a Zimbabwean That’s always the clue But don’t we pay good taxes To keep you To stay you from a sentence But seizing us upon a minute’s Sprint is the creature intended to Kill, built on hate and Conformity, diversity and Individuality unwanted I don’t want to be you I want to be free to be me I am neither fish nor fowl I am the benched refugee You have invented as a secret cave.

13


mgv2_68 | Indian Ocean Voices

Le réfugié au banc des accusés J'ai décidé de raconter l'histoire Mais n'arrive-je pas trop tard? Incompris par nos propres gouvernants Rejetés par les autres Refoulés par tous Je suis un Zimbabwéen en Afrique du Sud Je suis un sud-africain du Zimbabwe Je suis aujourd'hui en Afrique du Sud Les tirets séparent autant Qu'une frontière perméable Et chaque fois qu'un crime est commis Il faut que ce soit un zimbabwéen Qui en soit coupable Ne payons nous pas nos taxes Pour vous garder Vous préserver de la sentence Mais vous saisissant de nous après Une minute de course voici la bête destinée A tuer, construite sur la haine et la conformité, la diversité et L'individualité rejetées Je ne veux pas être vous Je veux être libre d'être moi-même Je ne suis ni un gros poisson ni une poule mouillée Je suis un réfugié au banc des accusés Cette caverne secrète que vous avez créée.

14


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Tendai Mwanaka

Zimbabwe

He is here An echo of the end of time is The hot amber needle of the wasp Leaving the house of negation Open to all. Leaping wherever he wishes Foam stretching thin without A whisper. Her voice broken A broken vase Expired from its term on earth. She opens a chasm into the ground To show that love is Sutured and abstinent.

Il est ici L'écho de la fin des temps est Comme l'ambre chaud de l'aiguillon d'une guêpe Et laisse la maison du dénie Ouverte à tous. Il saute partout où il veut La fine écume s'étire sans Un murmure. Sa voix cassée Un vase cassé Dont le temps sur terre est compté. Elle ouvre une faille béante dans le sol Pour montrer que l'amour est Cousu d'abstinence.

15


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Tendai Mwanaka

Zimbabwe

Their meeting It just happened They were going The same direction They never stopped to ask For directions Or go separately They did not compare notes Try to define the methods To get there or the end of things They never thought of love It just happened It was beyond time even Though time had other agents Ivy, stealthy, prising them They did not know what moment Tipped time into abandonment It just happened Like two dolphins caught In the shaft of the moon’s light. Leur rencontre Ca s'est passé comme ça Ils allaient Dans la même direction Ils n'arrêtaient jamais De demander leur chemin Ou partaient séparément Ils ne comparaient pas leurs notes Essayaient de définir les méthodes Pour aller là-bas ou à la fin des choses Ils ne pensaient jamais à l'amour Ca s'est passé comme ça C'était même en dehors du temps Bien que le temps ait eu d'autres agents Le lierre, sournoisement, les emprisonna Ils ne savaient jamais quand Le temps leur permettrait de s'abandonner Ca s'est passé comme ça Deux dauphins pris Dans le dédale des rayons de lune.

16


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Tendai Mwanaka

Zimbabwe

Squatter slums The not-yet-in-the-now The slums are still ghosts Of yesterday, the slums we never Left, demarcating boundaries of Safe travel for comma travellers Blinded, convulsing against mindsets At home electricity was cut In the dark of the candles’ flame We chew our nails, entertaining ourselves With smells of kerosene fires, dampening Our minds, sometimes eating cold Bread, heavy and stale, too much butter Tightening the vein that circled Our throats, the cold drinks We sleep in cold rooms Getting warmth from the cold Bodies, penetrating the night Clawing the night’s air We have done away with sleep Trying not to break Trying not to crash But still crying ourselves Into child-eyed dreams Freeing ourselves from the tyranny Of facts, flying is just another Embodiment of human exchange Like fluids to language, currency To meaning, sound to touch I will name my unconcieved child Hope, her hopes like morning dew Will float like soap bubbles Circling the cold air like streams Of oppression, skin flying The layered earth’s flies Singing sings of mother earth Till we find ourselves again when Slave becomes master, he will not Rule us by force, by favour, by Fear, he will not cage our hopes, Our dreams in prison, his power Will come by bestowing it on the Brave and the beautiful in heart.

17


mgv2_68 | Indian Ocean Voices

Les habitants des bas quartiers Ceux encore dans les limbes Les taudis demeurent les spectres D'hier, les taudis que nous n'avons jamais Quittés, les lignes de démarcation des Escales paisibles des voyageurs Eblouis que les mentalités font convulser A la maison les coupures d'électricité Nous laissaient dans la pénombre d'une bougie Nous nous rongions les ongles, nous nous divertissions Avec l'odeur du poêle Zibro, nos esprits étaient Humides et nous mangions parfois du pain Froid, lourd et rassi, trop de beurre Compressait l'artère située le long de notre gorge, les boissons froides Nous dormions dans des chambres froides Nous réchauffant sur les corps froids qui pénètrent la nuit, Griffent l'air nocturne Nous avons cessé de dormir Essayons de ne pas tomber Essayons de ne pas sombrer Mais nos larmes nous font encore croire En nos rêves aux yeux d'enfants Nous nous libérons de la tyrannie Des faits, voler n'est qu'une autre Personnification des échange humains Comme les fluides le sont au langage, la monnaie Au sens, le son au toucher Je baptiserai mon enfant à naître Espoir, ses espoirs sont la rosée matinale Qui flotte comme des bulles de savon Entourant l'air froid comme les courants De l'oppression, la peau vole Dans les couches aériennes terrestres Les chants encensent la terre mère Jusqu'à ce que nous nous retrouvions lorsque L'esclave deviendra maître, il ne Commandera pas par la force, le privilège, la Peur, il n'enfermera pas nos espoirs, Nos rêves en prison, son pouvoir Viendra en ce qu'il saura montrer La bravoure et la beauté de son cœur.

18


Squatter Slums, Mayotte

Views of M'Tsapéré, Mayotte


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Handsen Chikorowe - Zimbabwe To be an asylum seeker To be an asylum-seeker is like a jumbo jet Your presence always create noise To be an asylum-seeker is like a media telescope You are always in the media domain day by day To be an asylum seeker is like an unwelcome visitor Your departure date is always asked To be an asylum seeker is like a cow in the paddock Your movement and capabilities is strictly limited To be an asylum seeker is like to be under house arrest You report every week to the police station To be an asylum seeker is like an orphan No one likes to take the burden of protecting you. Etre un demandeur d'asile Etre un demandeur d'asile c'est comme être un avion gros porteur Ta présence cause toujours du vacarme Etre un demandeur d'asile c'est comme être un téléobjectif Tu es toujours dans le champ des média jour après jour Etre un demandeur d'asile c'est comme être un visiteur mal accueilli On te demande toujours la date de ton départ Etre un demandeur d'asile c'est comme être la vache dans son enclos Tes mouvements et tes possibilités sont extrêmement limités Etre un demandeur d'asile c'est comme être en maison d'arrêt Tu dois aller pointer toutes les semaines au commissariat Etre un demandeur d'asile c'est comme être un orphelin Personne n'a envie de prendre en charge ta protection.

20


Chadhouli's Bacoco: The Vanilla Man, Ouangani, Mayotte Our trip carries on in Mayotte where words are spoken rather than written. Yet, it is through the eyes of an ex expatriate, teenagers and the first and most popular playwright and writer of the island that we are going to learn more about this land of many shades and layers. Mayotte, which the Comoran people likes to think of as the stolen star. 1 Notre voyage se poursuit à Mayotte où les mots sont parlés plutôt qu'écrits. Pourtant, c'est à travers les yeux d'un ex expatrié, d'adolescents et les mots du premier et du plus populaire dramaturge et écrivain de l'île que nous allons en apprendre davantage sur cette terre aux nombreuses nuances et aux nombreuses facettes. Mayotte, que le peuple comorien considère comme l'étoile volée.2

1 The Comoran flag counts four stars each representing an island from the archipelago: Grande-Comore, Mohéli, Anjouan, and Mayotte. 2 Le drapeau comorien contient quatre étoiles, une pour chaque île de l'archipel des Comores.


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Guillaume Decourt – France Guillaume Decourt est né en 1985. Il a passé son enfance à l’étranger ; en Israël, en Allemagne et en Belgique ; son adolescence à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie, et dans les monts du Forez. Pianiste, il écrit et publie également des poèmes dans différentes revues littéraires.

Le jeune homme fatigué Je ne suis déjà plus au Gan Celui qui n'est pas circoncis Je ne suis que de nulle part Tout ça n'est plus vraiment précis Ma jeunesse je l'ai suspendue En haut d'un baobab Sur la plage de Sakouli

Guillaume Decourt was born in 1985. He spent his childhood abroad: Israel, Germany, Belgium. He then moved with his family from Mayotte to New-Caledonia and in the Forez Mounts (France). He is a pianist and also writes poems he started publishing in reviews and journals.

Tired Young Man At last I am no more at Gan That who is not circumcised I am but from nowhere All this is no more precise My youth, I hung it once At the top of a baobab tree On Sakouli beach

22


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Guillaume Decourt

France

Les Bwénis3 De la varangue des cent villas4 On voit les bangas5 en terre rouge Des bwénis suant en salouvas6 A la jumelle leurs seins gras Qui bougent Ewa7 Et plus elles sont grosses et plus c'est beau Et plus c'est beau et plus c'est alléchant Et quand elles portent un petit sur le dos Le petit semble tout petit Vraiment

The Bwenis8 From the veranda at the cent villas9 You can see the bangas10 made of red clay Sweating bewnis in saluvas11 With binoculars their fat breast Moving

Ewa Mais il faut encore les voir au marché Quand elles sont affalées sur le dos Bien étendues jambes écartées Ayant l'air de vous regarder De haut

Ewa12 And the fatter the more beautiful And the more beautiful the more enticing And when they carry a baby on their back The baby looks so tiny Really

Ewa

Ewa But you must see them at the market place When they are slumping Stretching legs pulled apart As if they were looking at you With scorn Ewa

3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Femmes en shimaoré Quartier de Mamoudzou où vit une majorité de fonctionnaires Habitat traditionnel Pièce de tissu coloré dans lequel les femmes s'habillent Oui en shimaoré Women in shimaore The Hundred villas District in Mamoudzou where a majority of whites lives A traditional hut A piece of cloth with which the women dress Yes in shimaore

23


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Le sourire d'un casque colonial – un entretien avec l'auteur Nassur Attoumani – Walter Ruhlmann Ces derniers mois, j'ai eu l'occasion de partager du

l'année où elle fut publiée par l'Harmattan14, nous

temps et des mots avec le premier dramaturge

avons fait une tournée en France, la jouant pendant

mahorais: Nassur Attoumani; “Lorsque j'ai écrit La fille

toute une année.

du polygame, j'ai écrit la première pièce de théâtre de Mayotte.”

WR: Si tu te souviens bien, je t'avais dit une fois

Nassur Attoumani est né en 1954 à Moroni (Grande

avoir entendu l'une de tes chansons sur Mayotte

Comore). Il a commencé ses études à Moroni puis les a

1ère, écrivais-tu à l'époque?

poursuivi à Mayotte et à la Réunion. Il a passé un diplôme en anglais à l'université d'Orléans puis a

NA: Non, si ce n'est les paroles des chansons que nous

soutenu sa thèse en Ecosse où il a également travaillé

jouions. À l'époque, il n'y avait pas réellement de

comme assitant à l'université de Perth. Il a commencé

chansons populaires. Lorsque je suis revenu d'Ecosse,

à enseigner l'anglais à son retour à Mayotte mais c'est

je voulais écrire des chansons en anglais. Mais je me

aussi là qu'il a commencé à chanter et à écrire des

suis vite rendu compte qu'ici, personne ou peu de

sketches parfois accompagnés de ses propres

personne ne les comprenaient. Aussi, avec mon frère,

compositions musicales. C'est là que nous avons

j'ai décidé de composer des chansons en shimaoré et

commencé.

nous avons monté un groupe: SPZ. Nous les jouions aux bals la poussière qui pouvaient durer dix heures:

Walter Ruhlmann: Comment es-tu devenu le premier

de vingt-et-une heures à sept-heures du matin.

dramaturge mahorais?

Maintenant, il faut se mettre dans le contexte de l'époque: Mayotte dans les années quatre-vingt.

Nassur Attoumani: J'écrivais des sketches que je jetais à

Lorsque je chantais La polygamie et moi, c'est fini, ça

la poubelle une fois que je les avais joués. Un soir, une

avait l'effet d'une bombe dans les villages de l'île et

compagnie de théâtre est venue me voir et m'a proposé

causait un grand émoi parmi la population.

de jouer avec eux. Je n'en avais pas très envie puisque je n'avais jamais pris de cours d'art dramatique. J'ai accepté

WR: Donc tu as été chanteur, tu es auteur de

leur offre et j'ai participé à leur projet. Quand j'ai lu la

théâtre entre autre. Ce choix est-il lié à la culture

pièce que nous devions jouer, je me suis dit: « Si cela

mahoraise principalement orale?

peut être joué, je dois pouvoir faire mieux ». C'est ainsi que tout a commencé et que j'ai décidé d'écrire ma

NA: Pas du tout. J'enseignais déjà lorsque j'ai

première pièce. Cette pièce fut jouée pour la première

commencé à écrire et je me lamentais de voir la

fois en 1989 à Mayotte et elle fut rejouée en 1991 lors du

jeunesse si peu curieuse de culture et de lettres. Je

150ème anniversaire du rattachement de Mayotte à la

me suis dit qu'avec le théâtre et le jeu, je réussirai

France. À cette époque, je ne pensais pas qu'elle aurait

peut-être à les y intéresser et ça a plutôt pas mal

autant de succès. Il y avait tellement de monde que j'en

fonctionné.

fus époustouflé. J'ai jeté un œil au secrétaire d'état à

Après que j'eus écris mes premières pièces, et qu'elle

13

l'outre-mer de l'époque , il était hilare et je savais alors

furent jouées, un universitaire m'a conseillé de passer

que la pièce avait eu l'effet escompté. L'année suivante,

à autre chose en me signifiant que le théâtre était

nous sommes allés à la Réunion pour la jouer et en 1992,

destiné à être joué plutôt que lu et que, si je voulais

13 Louis Le Pensec

14 http://www.editions-harmattan.fr

24


mgv2_68 | Indian Ocean Voices être lu plus largement, il fallait que je passe à la fiction.

NA: Il y a quelques troupes de théâtre à Mayotte

Mais je n'avais pas l'ombre du commencement d'une

mais très peu de dramaturges et très peu de pièces

histoire. J'ai pourtant pris un papier et un stylo et j'ai

locales.

commencé à décrire un baobab. C'est ainsi que j'ai écrit

« Les enfants de Mabawa » à Kani-Kéli combinent

Le calvaire des baobabs.

toujours danses et chants traditionnels avec des sketches. L'AJA de Acoua joue des pièces étrangères

WR: L'histoire d'un petit garçon qui découvre un

imposées par Alain-Kamal Martial qui est souvent

casque colonial – celui que tu portes toujours sur la

leur metteur en scène. Ambas Ridjali écrit des

tête... Revenons à La fille du polygame récemment

pièces, les met en scène et joue avec sa troupe

jouée par une troupe amateur. Tout le monde y prend

Comi-drame. Son théâtre s'apparente au mien

pour son grade. C'était vraiment culotté pour

puisqu'il puise ses sujets dans la société mahoraise.

l'époque et même encore maintenant.

Malgré une bonne volonté qui créé un dynamisme certain, le théâtre reste une activité très

NA: Les thèmes y sont toujours d'actualité mais c'est en

embryonnaire à Mayotte.

lisant la préface écrite par le professeur Claude Allibert (INALCO) qu'on peut se rendre compte du chemin

WR: L'autre fois tu me parlais des origines de la

parcouru par Mayotte depuis la fin des années 80. Avec

culture et du peuple mahorais, notamment par

l'amendement Kamardine, on a vu la fin de la polygamie

rapport au thème développé dans Le calvaire des

à Mayotte pour la jeune génération. Avec la création du

baobabs. Peux-tu t'expliquer?

CREC, on a vu l'instauration du nom patronymique. Il y a eu également une diminution des mariages blancs et

NA: Les contes traditionnels sont parfois d'origine

l'obtention de la nationalité française par le droit du sol

arabe (avec Banawasi, Ibn Wassiya) ou d'origine

(un enfant né à Mayotte qui devenait automatiquement

africaine car comme « véhicule », le héros utilise

français) n'est plus systématique. Vu l'exiguïté de

souvent un cheval et on tue des zébus lors des

l'archipel de Mayotte, c'est une grande victoire pour les

cérémonies de mariage. Les danses traditionnelles

élus.

sont d'origine soufi – le soufisme étant la voie la plus spirituelle pour atteindre la sagesse absolue dans le

WR: A la suite de cette représentation, Les gueux mis

respect de la religion musulmane.

en scène par Alain-Kamal Martial -un autre auteur mahorais – était jouée. Existe-t-il un groupe culturel

WR: Merci pour tout Nassur et bonne chance pour

ou littéraire mahorais?

toutes tes futures publications notamment le DVD de ta pièce Le turban et la capote.

Œuvres principales de Nassur Attoumani Romans: Le calvaire des baobabs. Paris: L'Harmattan, 2000. Nerf de bœuf. Préface de Henri Brouard. Paris: L'Harmattan, 2000. Mon mari est plus qu'un fou: c'est un homme. Paris: Naïve, 2006. Théâtre: La fille du polygame. Préface de Claude Allibert. Paris: L'Harmattan, 1992. Le turban et la capote. SaintDenis (Réunion): Grand Océan, 1997; Paris: L'Harmattan, 2009. Interview d'un macchabée. Préface de Ali Saïd Attoumani. Paris: L'Harmattan, 2000. Entre les mailles du diable. Paris: L'Harmattan, 2006. Autopsie d'un macchabée. Paris: L'Harmattan, 2009.

25


mgv2_68 | Indian Ocean Voices A Laughter Under A Pith Helmet – an interview with Nassur Attoumani by Walter Ruhlmann For the last few months, I have had the opportunity to

1992 – the date it was finally published by L'Harmattan

share time and thoughts with the first Mayotte

17

playwright: Nassur Attoumani. “When I wrote La fille

whole year.

- we toured mainland France, performing it for a

15

du polygame , I wrote Mayotte's first play.” Nassur Attoumani was born in 1954 in Moroni

WR: If you remember well, I told you once I had

(Grande Comore). He started his studies in Moroni,

heard a song you were singing on Mayotte 1ère18,

then carried them on in Mayotte and eventually

did you use to write at the time?

Reunion. He took his degree in English at Orléans University, France and finished his thesis in Scotland

NA: No, except the lyrics of the songs we used to play.

where he also worked as a French assistant at Perth

At the time, no proper songs existed. When I came

High School.

back from Scotland, I wanted to write songs in English.

He started teaching when he came back but

The problem I faced was that no one here in Mayotte

he also started singing and writing stands up

could understand a word of English. This is how my

sometimes with music of his own composition. This is

brother and I decided to compose songs in shimaore 19

what we started with.

and formed a band – SPZ. We would perform these songs at Bals poussières (Dusty Balls) which used to last

Walter Ruhlmann: How did you become Mayotte's

ten hours – from 9 pm to 7 am.

first playwright?

Now, you have to imagine that with my first song La polygamie et moi c'est fini!20, back in the mid 80s, this

Nassur Attoumani: I used to write sketches which

had the effect of a bomb on the island and caused

scripts I never kept and usually threw away after the

much outrage within the population.

performance. One day, a theatre company asked me to play with them and though I was reluctant to do it as

WR: So, you once were a singer-songwriter, you

long as I had never had drama lessons whatsoever, I

write and perform plays, has this choice got

agreed to join them and took part in the project. When I

anything to do with Mayotte oral traditions?

had read the play we were to perform on stage, I thought: “Well, if that's something worth playing, I

NA: Not at all. I was already a teacher then and I was

should be able to do as well if not better.” This is how it

desperate to see the teenagers reading and getting

all came to me and that I decided to write my first play.

involved in culture world-widely speaking. I decided

This play was set in 1989 in Mayotte and in 1991 we

that drama – as a way to read and perform – was

th

played it gain during the 150 anniversary of Mayotte's

probably the best way to make them read good books

affiliation to France. At the time, I didn't think it would

and I dare say it worked rather well.

be so successful. So many people came to see it that I

After I had started writing my first plays and they had

was astounded. When I glanced at the French Secretary

been put on stage and published, I was made thought

of State of the Overseas Territory16 and saw he was

by some scholar, who had told me that drama was not

hilarious, I knew the play had had the awaited effect.

meant to be read but performed only, to write a novel.

The year after, we went to Reunion to perform it and in

17 18 19 20

15 The Polygamist’s Daughter 16 In 1991 it was Louis Le Pensec

26

www.editions-harmattan.fr French public broadcast in Mayotte The local language, derived from Swahili I've had enough with Polygamy


mgv2_68 | Indian Ocean Voices So I decided to do so. The only problem was I had no

Mayotte's society. Despite a good will which creates a

story whatsoever to tell. No story, not a beginning, not

real dynamism, drama remains a minor activity in

an end. Nothing!

Mayotte.

I took my paper and my pen anyway, and started describing a baobab. This is how it all started for Le calvaire des baobabs.

WR: Last time you talked about the origins of

21

Mayotte's people and culture, especially in the theme developed in The Agony of the Baobabs. Can

WR: The story of a little boy who once finds a pith

you explain?

helmet like the one you always wear. Let's talk about The Polygamist's Daughter again. This play was

NA: The traditional tales may be from Arabic origin

performed by an amateur theatre troupe. Everyone

(Banawassi, Ibn Wassiya) or from African origin because

takes rank. It was quite audacious for the time, and

the hero may use a horse as a vehicle and there is

still is.

often some zebu slaughtered as an offering to God in the weddings. The traditional dances are from Sufi

NA: The themes are current ones but it is when your

origin – Sufism being the most spiritual way to reach

read the foreword to the play written by Professor

absolute wisdom in the respect of the Muslim faith.

22

Claude Allibert (INALCO ) one can realize all the way Mayotte has made since the end of the 80s. With

WR: Well thanks for everything Nassur and good

Kamardine's amendment, polygamy came to an end for

luck with all your forthcoming publications

23

especially Le turban et la capote25 released in DVD.

the young generation. With the creation of the CREC , the patronymic name was installed. There have been less white weddings and young children born in Mayotte

Nassur Attoumani's Main Works

were not directly given the French nationality – which makes the people's representatives happy.

Novels: Le calvaire des baobabs. Paris: L'Harmattan, 2000. Nerf de bœuf. Préface de Henri Brouard. Paris:

WR: After the performance of this play, there was

L'Harmattan, 2000. Mon mari est plus qu'un fou: c'est

another one directed by Alain-Kamal Martial

un homme. Paris: Naïve, 2006.

(another Mayotte playwright) Is there any cultural, literature bounds or groups even in Mayotte?

Plays: La fille du polygame. With a foreword by Claude Allibert. Paris: L'Harmattan, 1992. Le turban et la

NA:There are some theatre troupes but very few

capote. Saint-Denis (Réunion): Grand Océan, 1997;

playwrights and even less plays.

Paris: L'Harmattan, 2009. Interview d'un macchabée.

“Les enfants de Mabawa24” in Kani-Kéli combine

Préface de Ali Saïd Attoumani. Paris: L'Harmattan,

traditional songs and dances with short-plays. L'AJA

2000. Entre les mailles du diable. Paris: L'Harmattan,

d'Acoua perform foreign plays which Alain-Kamal Martial

2006. Autopsie d'un macchabée. Paris: L'Harmattan,

demands and directs. Ambas Ridjali writes plays, directs

2009.

them and plays along with the troupe Comi-drame. His drama is a bit like mine as far as he is inspired by 21 22 23 24

The Agony of the Baobabs Eastern Languages International Institute Civil Registration Commission Mabawa's Children

25 The Turban and the Condom

27


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Poems by Students from Passamaïnty Secondary School – Mayotte (no translation provided because these poems are acrostics) Faïdati Souldine - Cigarettes Fumer, c'est ce que tu faisais le plus souvent Un, deux ou trois paquets par jour Maman, tu es partie pour toujours Et je sais que je ne pourrai hélas, plus jamais Revivre une seule seconde avec toi ma bien aimée. Tu es partie en me laissant Un vide qui est tellement grand Et qui grandit avec le temps. Faïdati Souldine - Marguerite, mon lointain et habituel rêve Ma douce et belle inconnue Arrive chaque soir dans mes rêves Rien que de la voir je suis ému Gentille, de ma couette, elle m'enlève Un beau monde d'amour et d'aventure apparaît Et au moment où le coq chante, tout disparait Rien, je ne me souviens que de son nom Inoubliable, ni trop court ni trop long. Tous les soirs lorsque je m'endors Elle arrive et me jette le même sort.

Léo Galtier – Unis pour l'éternité Iseult ma bien aimée Souffrance et désespoir m'emportent, me soulèvent, m'envahissent Enchainés par un philtre d'amour Unis et désunis pour l'éternité Les couleurs du jours se ternissent Ton absence a éteint ma vie pour toujours Tristan, une vague funeste t'a emporté Rien ne pourra jamais nous séparer Ici bas je t'enlaçais dans mes bras Sans toi je n'existe pas Ton tombeau sera notre demeure éternelle Ange divin dans mon cœur immortel Nous serons ensemble pour l'éternité.

28


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Joyce Fortunée Rihube

Farsia Saïd – Les yeux interdits d'un amour impossible

Kévin Mutangana – Mon frère “Trésor”

Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire j'ai vu tous les soleils y venir se mirer, s'y jeter à mourir tous les désespérés.

Très émouvant comme la pluie qui tombe Rapide parfois courageux comme une bombe Et toujours triste quand je le laisse tomber Sans se rendre compte que je l'aime Oh! Mon frère tu as rempli mon âme Rien n'est comparable à tes larmes.

Tes yeux sont si profonds que j'y perds le mémoire, à l'ombre des visages c'est l'océan troublé paye le beau temps soudaine se lève et tes yeux changent. L'été taille la nue au tablier des nages. Le ciel n'est jamais bleu comme il est sur le blé, le vent chasse en vain les chagrins de l'azur, tes yeux plus clairs que lui lorsqu'une larme y coule tes yeux rendent jaloux le ciel d'après la pluie, le verre n'est jamais si bleu qu'à la brisure des anges.

29


mgv2_68 | Indian Ocean Voices

30


View of Saint Leu from the Heights, Reunion Taking a break from Maore (Mayotte) is a safety necessity for both the soul and body. Across the ocean, eastward, after flying above Madagascar (from which no author submitted – a shame really), you reach the Mascarene archipelago from which you probably know Reunion, Mauritius and Rodrigues. One is still French – and probably not ready for independence or some kind of autonomy – the two others are Mauritians. Seven authors share their work with us.

Faire une pause de Maoré (Mayotte) est une soupape de sécurité aussi bien pour l'esprit que pour le corps. À travers l'océan, vers l'est, après avoir volé au-dessus de Madagascar (dont aucun auteur n'a proposé de texte – c'est bien dommage), vous arrivez à l'archipel des Mascareignes dont vous connaissez probablement la Réunion, Maurice et Rodrigues. L'une est encore française - et probablement pas prête pour l'indépendance ou une quelconque d'autonomie - les deux autres sont mauriciennes. Sept auteurs partagent leurs textes avec nous.


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Rosemay Nivard – Reunion Née à l’île de la Réunion, elle y a vécu de sa naissance en 1961 jusqu’à l’age de 17 ans. Prix de l’Académie de Lyon, elle a écrit de nombreux recueils de poésie. Elle continue actuellement son métier d’infirmière, essence de la poésie de son dernier recueil, dont un des poèmes fait parti du corpus de textes de lancement du Printemps des poètes. Poème remède26 Le rhume était présent La sueur d’été riait à la sueur de la fièvre Mon père avait à arracher au pied tous les feuillages Les ramener en décoction Nous voilà parti parmi les col-col les traînasses et les bulbes de safran Dans un bruissement d’après-midi Après un civet de lapin délectable Je ne comprend pas pourquoi Tout tournait autour du chiffre fleurs de piquants ou cœur de cerise sept rondelles de benjoin ou safran La recette de combat était un peu secrète Puis mon frère qui frissonnait toujours avalait le liquide jaune bien chaud s’endormait d’un coup d’un sommeil paisible

26 Extrait de Barbès - La Goutte d’Or, éditions L'Almanach, 2008

32


mgv2_68 | Indian Ocean Voices

Born in Reunion, where she has lived from her birth in 1961 until the age of 17. Awarded by the Academy of Lyon, she has written numerous books of poetry. She is currently continuing her work as a nurse, the essence of her latest collection of poetry, from which a poem is part of the corpus of texts to have launched the 2011 Printemps des poètes. A Cure Poem The presence of a cold The summer sweat laughed at the fever sweat My father had to uproot all the leaves To bring them back for a decoction So there we are amongst the col-col the cynodon and the saffron bulbs In an afternoon murmur After a lovely rabbit stew I do not understand why Everything turned around figures flowers of spice or cherry heart seven slices of benzoin or saffron The recipe for the fight was somewhat secrete Then my brother who was still shivering would drink the yellow liquid so warm and fall asleep suddenly peacefully

33


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Rosemay Nivard

Reunion

Nénuphars27 Il est un bel endroit où il y a des galets ronds où la mer se fracasse et devient paquets de moutons où le ciel se cache un peu dans les embruns épais où les filaos s’éventent en riant, écoutant la poule d’eau de l’étang tapissé de nénuphars Les brindilles qui couvrent les pieds de patates à durant l’odeur de l’usine de cannes à sucre plus loin, un peu sucrée sont les mêmes qu’autrefois ma grand-mère était là taquinant le tilapia pêche du dimanche et pique-nique sous les bois après la traversée des tamarins de l’inde et des chokas Fleurs de nénuphars vous me semblez si pâle maintenant

Water Lilies There is a beautiful place where round shaped stones lie where the sea breaks itself and becomes white horses where the sky hides itself a little in the thick foam where the filaos in the wind smiling, listening to the moorhen of the pond covered with lilies The sticks that hide the beach morning glory roots the smell of the sugar cane factory further on, lightly sweetened are the same as before my grand-mother was there teasing the tilapia Sunday fishing and picnic in the woods after the crossing of the Indian tamarinds and the chokas Water lilies you now look so pale to me

27 Extrait de Douleurs et Poésie Créole, éditions Le Vert-Galant, 2004

34


A Flower in Cilaos, Reunion


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Monique Mérabet – Reunion Depuis toujours fan d'écriture et de poésie sous toutes ses formes, elle est entrée plus récemment dans l'univers du haïku et j'ai participé à diverses anthologies (Editions Liroli, AFH...) Has always been a fan of poetry and writing in all its genres, she has discovered lately the universe of the haiku and contributed to various anthologies (Liroli, AFH...) Koulër Kreol Kréol i shante sï lo banjo mon l’ame : in briz vëlour i joué kayanm ansanm flër d-kane. Mon kréol, kozman pami pou bann zétoil, pami pou lo mo na poin bornaj, lo mo an drajé la rozé, lo van la békay in pë partou, Kozman zanbrokal, toute péi lïnivèr iamay ène ti mo dou. Kréol i danse dan mon fonnkër konm in séga, in maloya, in guine polka, in zine skotish, mon kréol, la rénion toutr mïzik. Mon kréol, lo mo nésanse, moman la batiz lo lèv son bann zanfan, Mon kréol, lo mo l’ariv dëpï komansman, lo mo kashiète dann vante bato kondané, bato zésklav, bato pirate. Mon kréol, lo mo la mér la fé roulé, la karésé, la bien lïstré konm galé zagate, lo mo la mér la balansé dann krë la oul konm dann ti bér la ouate. Mon kréol, lo mo la bèss la tète, la ploye lo rin, lo mo la trap zot kouraj pou shap maron jïska Gran Lao, lo mo la singne son sèt doulër, lo mo la souplingne sou lo shabouk komandër, lo mo la ral la piosh pou défrish dë-troi golète bordïr la foré, lo mo la korsh zot fransé sï lo rosh santié malizé. Mon kréol , dan son jëne tan té joué tikaz, té joué kanète sou lonbraj pié tamarin, té ki rode vavang dann fon la ravine dérièr Ti-Jean, té i guingne kapkap lër k’in mèrkal shagrin i guète an misouk dann bransh filao lër le shate maron té i souk bann ti baba i dor dann bérso. Kréol i bate sï lo ravane mon kër lo mo maronër, lo mo sèt koulër lo mo pou oublié zistoir margoz amèr, lo mo pou ramasé, pou antasé, pou fé souvnanse in bal la pousièr, in bal la mémoir, i tourn, i tourn, i danse,

36


mgv2_68 | Indian Ocean Voices bann jïpe i vol, i voulvoul an kadanse sanm lo mo la libérté, lo mo lidantité, lo mo flanboiyan vin désanm la fane sou zot pié an plui la soi rouj volanté lo mo an bouké la joi, gatïr léspoir, lo mo pou révé, lo mo pou fé lëvé, pou éklèr dann fénoir. Kréol i bingne dann basin blë mon fonnkër : sa mon jarlor, mon létshi roz, mon gob mièl vér, mon sièl lorgandi mov.

Couleur Créole Le créole chante sur le banjo de mon âme, velours de la brise qui joue du caïambe28 dans les fleurs de canne. Mon créole, langage de joie pour les étoiles, joie pour les mots sans frontière les mots comme dragées de rosée recueillis aux quatre vents, paroles entremêlées où chaque pays apporte son petit mot. Le Créole danse au fond de mon cœur comme un séga, un maloya, un air de polka, un accent de scottish29, mon Créole, la réunion de toutes les musiques. Mon Créole des mots de naissance dont une mère baptise les lèvres de ses enfants Mon Créole des mots arrivés depuis les origines, les mots entreposés dans les flancs des bateaux de forçats, les bateaux négriers, les bateaux de pirates. Mon Créole Des mots que l’océan a roulés, caressés, lissés comme des agates, les mots que la mer a bercés au creux de la houle comme dans un nid douillet. Mon Créole des mots qui sont allés tête basse, qui ont courbé l’échine, des mots qui ont eu le courage de se réfugier, libres, jusqu’aux plus hauts ilets, des mots qui ont saigné de mille douleurs, des mots qui ont gémi sous le fouet du commandeur des mots qui ont trimé pour défricher quelques arpents de terre en bordure de la forêt, des mots qui ont estropié leur Français sur des chemins malaisés.

28 Instrument de musique traditionnel fait de tiges de fleurs de canne à sucre. 29 Danses traditionnelles à a Réunion.

37


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Mon Créole, celui de mon enfance, celui qui jouait à la dînette, aux billes à l’ombre d’un tamarinier, celui qui vagabondait dans les ravines à la suite de Tit Jean, celui qui tremblait de peur lorsqu’une Mèrkal redoutée guettait dans les branches des filaos alors que le chat marron30 venait attraper les bébés dans leur berceau. Le Créole bat au tambour de mon cœur, les mots des révoltés, les mots irisés, les mots pour oublier les mauvais moments de l’Histoire, les mots à recueillir, à engranger pour s’en souvenir, un bal la poussière31, un bal pour la mémoire… et tourne, et tourne, et danse les jupons s’envolent, ondulent en cadence avec les mots liberté, identité, les mots que les flamboyants du Vingt Décembre éparpillent à leur pied en pluie de corolles de soie rouge, les mots en bouquet de joie, enrubanné d’espoir, les mots qui font rêver, qui font tenir debout, qui éclairent dans l’obscurité. Le Créole s’immerge dans le bassin bleu de mon cœur : c’est mon trésor, mon letchi pourpre, mon rayon de miel, mon ciel d’organdi mauve.

Creole Colour Creole sings on the banjo of my soul, velvet of the breeze playing caïambe32 in the sugar cane flowers. My Creole, language of joy for the stars, joy for the words without boundaries the words as dew drops gathered to the four winds, a shamble of words where each country brings its own word. Creole dances in the depths of my heart like a séga, a mayola, a tune of polka, a Scottish accent33, my Creole, the reunion of every sounds. My Creole words of birth whose mother baptises the lips of her children My Creole words that have come since the origins, the layers of words on the flanks of the convict ships, the slave-trade ships, pirate ships. My Creole 30 31 32 33

Personnages des légendes créoles. Le bal des pauvres qui se donnait sur une aire de terre battue. A music instrument made of cane Sega, mayola, polka, scottish are common and traditional dances in Reunion.

38


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Words that the ocean rolled over, rubbed, polished like agates, the words that the sea rocked in the pit of the tide as in a soft nest. My Creole words that went head bent, back bent, words that were brave enough to take shelter, free, up to the highest islets, words that bled from a thousand pains, words that moaned under the whip of the commander words that worked like dogs to clear some lots of ground along the forest, words that crippled their French on uneasy ways. My Creole, that of my childhood, that which would play tea party, marbles in the shadow of a tamarind tree, that which would wander in the ravines after Tit Jean, that which would shiver with fright when a feared Mèrkal would watch from the branches of the casuarina as the chat marron34 would come to seize the babies in their cradle. Creole is like my heart beating as a drum, the words of revolt, the variegated words, the words to forget the bad times of History, the words to shelter, to gather to remember them, a bal la poussière35, a ball for memory... and round, and round, and dance the petticoats swirl, wave in rhythm with the words of freedom, identity, the words the flamboyant trees on December Twentieth spread at their feet like a rain of red silk corollas, the joy bunches of words, ribboned with hope, the words that make dreams come, that make one stands up, that set a light at night. Creole immerses itself in the blue pond of my heart: it is my bounty, my purple lichee, my honey ray, my mauve organdie sky.

34 Tit Jean, Mèrkal, Chat marron: legendary characters in children's rhymes 35 Dusty Balls: Ball organised by the poor on clay dance floors.

39


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Danièle Moussa – Reunion Retraitée de l'Education Nationale, Danièle Moussa vit à la Réunion où elle se consacre autant à la littérature qu'à l'éveil des jeunes et des personnes en difficulté. Elle a publié de nombreux poèmes et a remporté de nombreux prix littéraires.

Et la rivière… La nature entière exultait de joie. Un chaud alizé transportait des airs de fête La rivière bouillonnante coulait à flots Et s’offrait tel un cadeau. L’eau fraîche roucoulait un projet fou Tous y adhérèrent d’un même coup. Et la rivière chantait… Et nos amis riaient Et nos amis sautaient… Essayer de se stabiliser, de ne pas couler Telle était la règle de ce pacte démentiel Etablie par elle seule, rivière sans cervelle Subitement dangereuse et cruelle. Et la rivière montait… Et nos amis craignaient… Et nos amis hurlaient… Et ils s’interpellaient et ils s’entremêlaient Et ils s’entrechoquaient, et ils se disloquaient. Prisonniers de cette vasque tourbillonnante Leurs yeux scrutaient les nues indifférentes. Le soir d’un grand linceul s’enveloppait. Et la rivière dansait… Et nos amis glissaient… Et nos amis coulaient… Faisceau inquiet, la lune interrogeait les berges Le silence complice accompagnait la nuit. Interminable fut l’attente pour les « sans -nouvelles » Honteuse de sa conduite aux conséquences irréparables La rivière aujourd’hui, derrière les roches se défait en détours. Passants, vous qui longez les rivages déserts Ecoutez la confession de cette rivière coupable Qui transforme son flot en douces paroles Et regrette sa folle et macabre farandole. Passants, écoutez-la pleurer… Ecoutez-la pleurer…

40


mgv2_68 | Indian Ocean Voices

Retired from the Education Nationale, Daniele Musa lives in Reunion, where she spends as much time writing as awakening young and people in difficulty. She has published numerous poems and has won a lot of literary prizes. So The River The whole nature exulted joy. A warm wind carried happy tunes The bubbling river flowed thick And gave itself as a gift. The fresh water cooed a mad project They all agreed to be in it. So the river sang... So our friends sang... So our friends jumped... Trying to keep on their feet, not to fall So was the only rule of this mad contract Decided by the river only, brainless river Suddenly dangerous and cruel. So the river rose... So our friends feared... So our friends cried... So they would call after one another shambling So they would crash into the other, dislocating Held by this whirling cauldron Their eyes could watch the indifferent ether. The night as a shroud was wrapping around So the river danced... So our friends slipped... So our friends drowned... Disquiet ray, the moon would question the banks Guilty silence went along with the night. Endless was it to wait for the “no-news� Ashamed of its behaviour to irredeemable consequences Today the river undoes itself in meanders behind the rocks. Passers-by, you who walk along the desert banks Listen to the confession of this guilty river Which transforms its flow in sweet words And regrets its mad and deadly farandole36. Passers-by, listen to her crying... Listen to her crying...

36

A Provence traditional dance.

41


The Western Coast of Madagascar after Hurricane Bingiza Hit March 2011

Strangely, in spite of its wealthy culture and strong presence in literature, Madagascar kept silent and never answered any of my calls for submissions sent here and there. Sad really. Because I would have liked to read and translate work by malagasy writers. Unfortunately, no one was home...

Curieusement, en dépit de sa culture riche et de sa forte présence dans la littérature, Madagascar a gardé le silence et n'a jamais répondu à aucun de mes appels à contributions envoyés ici et là. Triste vraiment. Parce que j'aurais aimé lire et traduire les œuvres par des écrivains malgaches. Malheureusement, personne n'était là ...


Piton de la fournaise, Reunion You may see Mauritius from the top of that volcano, or not... Reunion's sister island – twin island even – like many other islands they have been taken apart one from the other. Like many other islands, the first to discover it were Arab sailors and traders in the 16 th century. Yet it is only over a century later that Dutch sailors landed and settled. It is finally in the mid-18 th century that the French took possession of the island to block their long-time enemy: England. This is where Napoleon won his only ship battle at GrandPort. Now if we consider Mauritius's literature, it all started with Bernardin de Saint-Pierre's Paul & Virginia a novel – but this author is not Mauritian and the linking of his works to the island is a controversial topic. The first genuine Mauritian writer to appear is Tomi Pitot in the late 18 th century. Since then, many writers have emerged and made themselves known. Following are the latest. Enjoy! Thanks to Yussuf Kadel Vous verrez peut-être Maurice du haut de ce volcan, ou pas... L'île sœur de La Réunion - île jumelle même - comme beaucoup d'autres îles, elles ont été séparées l'une de l'autre. Comme beaucoup d'autres îles, les premiers à la découvrir étaient des marins et des commerçants arabes au 16ème siècle. Pourtant, c'est seulement plus d'un siècle plus tard que les marins hollandais débarquèrent et s'installèrent. C'est finalement dans le milieu du 18ème siècle que les Français prirent possession de l'île pour bloquer leur ennemi de longue date: l'Angleterre. C'est là que Napoléon a gagné sa seule bataille navale à Grand-Port. Maintenant si l'on considère la littérature de l'île Maurice, tout a commencé avec Bernardin de SaintPierre Paul & Virginie, un roman - mais ce n'est pas un auteur mauricien et le rattachement de ses œuvres à l'île est un sujet controversé. Le premier véritable écrivain mauricien à apparaître est Tomi Pitot à la fin du 18ème siècle. Depuis, de nombreux écrivains ont émergé et se sont fait connaître. En voici quelques-uns à apprécier. Merci à Yussuf Kadel


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Jeanne Gerval ARouff – Mauritius Artiste plasticienne, en quête de l'Art Total, Jeanne Gerval ARouff a créé les Cours de Créativité en 1978 où se mêlent musiques, yoga, arts martiaux, danse contemporaine. Elle a publié Healing en 2010 et contribue à de nombreuses revues littéraires et artistiques. L'anniversaire Son père est une vraie rougaille de cultures. Coulent en lui le Nil, le Gange, le Tibre, le Fleuve Jaune, et que sais-je encore ? Sa mère, par contre, vient du Soleil Levant. Si la chevelure de leur fille dit bien les multiples boucles des civilisations qui ont façonné son père, ses traits ne nient en rien la terre ancestrale de sa mère. Elle est, dit-on, une panlaosie, ravissante créole-chinoise, qui fait, tantôt, les délices de ceux qui souhaitent un éventail multicolore des sources croisées qui peuplent l’île-point, prônant un certain mauricianisme au sang renouvelé, tantôt, le triste regret, la colère même de ceux qui croient encore à la pureté de la race. Quoi qu’il en soit, nul ne pourra ravir à la délicieuse petite fille ses deux moitiés d’âme, ce cachet particulier, cette allure unique, ce charme certain, qui font sa spécificité. Petit cœur de jade lustré, auréolé de boucles brunes, est à l’image magique de Saint Jean l’Évangéliste, peint par Pontormo, dans son tableau illustrant la descente du corps du Christ de la croix. L’on imagine bien ce peintre original, innovant même, faisant le portrait du petit bout de pierre hors du commun, ce peintre de la Renaissance, qui représenta la descente de la croix en omettant dans le tableau la croix elle-même. Pour sa part, la grand-mère maternelle de Petit cœur de jade lustré a du mal à prononcer son nom. Fouillant dans son subconscient, aux souvenirs de l’empire du milieu, elle lui a forgé un sobriquet dont la sonorité ramène au moins à 4000 ans avant Jésus Christ: Jingiyuketsuchi. Voilà qui pourrait paraître des plus fantaisistes. Il condense, pourtant, les cinq vertus cardinales dont la petite panlaosi de jade est porteuse, à savoir : l’amour du prochain, la modestie, le courage, la justice, et la sagesse. N’est-ce pas le jade que contemplait l’empereur pour élever son esprit ? Aussi, Petit cœur de jade lustré, alias Jingiyuketsuchi, porte ses deux prénoms avec la même allure qu’un empereur son sceau. Comme son père, qui ne l’aura pas souhaité, Jingiyuketsuchi est enfant unique. Comme son père, elle aura perdu le frère, ou la sœur, la compagnie tant souhaitée, mais partie avant même d’avoir jeté l’ancre dans notre dimension. Ses parents lui avaient offert alors un aquarium où un couple de petits poissons se courent après, faisant ses délices. Elle passe bien du temps à suivre les ébats rouges et or de ses Goldfish dans le petit aquarium devenu, pour elle, le centre même de la maison. Il lui arrive, toutefois, d’avoir envie de se dégourdir les jambes, de courir de long en large, de participer à cette effervescence particulière, faite de mouvements, de voix et de cris, qui sont à la fois une patrie commune, les pousses d’un germe commun, l’ambiance dynamique d’une famille nombreuse. ***

44


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Sa mère la surprend souvent à fouiller du côté du placard à provisions. Elle n’est pourtant pas de ces gosses qui, à toute heure, cherchent un petit morceau de chocolat, ou autre friandise, un bonbon, ou un chewing gum, pour apaiser un quelconque ennui. Que peut-elle bien faire, à rôder ainsi du côté de la cuisine ? Petit cœur de jade lustré s’enquiert du meilleur riz, quand, à chaque nouveau stock annoncé, les grandes surfaces inondent la place de leurs publicités. Le sachet rouge, paré du Taj Mahal, lui plaît bien. Mais elle tient aussi au sachet indigo et grenat, meilleur riz venant des vallées fertiles des Himalayas, dit la réclame. Elle montre un intérêt croissant à aider sa mère à vérifier les commissions au retour de Winners ou de London Supermarket. Il arrive parfois qu’un article choisi et réglé, figurant donc sur le reçu, ne se retrouve pas dans sa corbeille de retour chez soi. Et elle n’aimerait pas que ce soit le sort du basmati de son choix. Le petit carnet où elle gribouille parfois de petits dessins s’emplit, jour après jour, de multiples traits étranges, apparemment sans signification. A y voir de plus près, ces signes s’élaborent quelque peu à la manière de l’écriture millénaire de la terre des symboles par excellence, que lui a transmise sa mère. Ils pourraient s’apparenter à des oiseaux en vol, en conversation, dessins dynamiques, voltigeant à la manière de ces dessins animés si captivants. *** C’est en cueillant des goyaves de Chine à La Marie que Petit cœur de jade lustré, alias Jingiyuketsuchi, devait vivre sa première rencontre avec un petit oiseau tout rouge. Il se confondait presque avec les fruits. Elle ne pouvait le quitter des yeux. La petite bête semblait tout autant fascinée par elle. Nul n’avait surpris cet instant magique. Ses parents étaient fort occupés à choisir les belles goyaves, si tentantes. Suis l’autoroute, avait-elle dit au petit oiseau rouge. Vole tout au-dessus, jusqu’à une grande croisée. Puis, tourne à gauche. Tu reconnaîtras la voiture de papa. Tu peux emmener tes amis si tu veux. Dis-leur qu’ils pourront sautiller de liane en liane. Les belles tubéreuses blanches de papa sont en fleur. Elles recouvrent tout le mur de clôture. Tu aimeras leur parfum. Kuik, kuik, kuik… kuik, kuik, kuik… Une voiture freina bruyamment pour s’arrêter en bordure de la route, tout près du bosquet où ils étaient à l’abri. Le petit oiseau rouge s’envola pour se réfugier sur la branche d’un arbre qui planait bien au-dessus des goyaviers. *** Les jours qui suivirent leur sortie dominicale, ses parents, intrigués, étaient parfois surpris de voir la petite fille se lever subitement pour se rendre à la fenêtre qui s’ouvre sur la petite cour intérieure, tel quelqu’un qui ne voudrait en aucun cas être en retard à un rendez-vous, ou le rater. Prêtant l’oreille, ils surprenaient parfois comme une conversation, un échange étrange, sans trop comprendre. Sans voir quiconque, surtout. Ils avaient remarqué, à plusieurs reprises, quelques grains de riz insolites sur les dalles de la petite cour murée. La cuisine se trouvait à l’autre bout de l’entrée

45


mgv2_68 | Indian Ocean Voices principale de leur appartement, cependant. C’est à sa grand-mère paternelle que Petit cœur de jade lustré, alias Jingiyuketsuchi, contait ses rencontres insolites. C’est à elle qu’elle s’adressait pour mieux connaître ses amis, pour apprendre à les identifier. C’était leur petit secret. La grand-mère s’était constitué une petite collection d’oiseaux, à partir d’un calendrier. Ainsi, Petit cœur de jade lustré, alias Jingiyuketsuchi, put saluer le Cardinal tout rouge à sa première visite chez elle. Elle lui lança même une invitation adressée à tous ses cousins et cousines des îles voisines, La Réunion et Rodrigues, toute fière de pouvoir faire allusion à la famille Le Foudia. Quand venait un nouvel oiseau, entraîné par le Cardinal, la petite-fille surveillait de près le moment où sa mère se rendait à la salle de bain pour téléphoner rapidement à sa grand-mère. - Grand-mère, aujourd’hui Cardinal-Foudia est venu avec un ami marron. Son ventre est blanc. Sous sa queue, il y a des taches rouges. Il est très spécial. Il a un pompon tout noir sur la tête. Je crois qu’il y a une tache rouge près de son œil. Je vais bien regarder la prochaine fois. Je te dirai. Son cri est assez perçant. - C’est Condé, ma petite-fille. C’est sûr. Il a aussi un autre nom fort beau, Le Bulbul Orphée. Lui aussi a de nombreux cousins et cousines à L’île-Sœur. Les grains de riz se multipliaient dans la petite allée. Et le sachet rouge s’aplatissait dangereusement dans le placard à provisions, au risque d’attirer l’attention de sa mère. Ainsi vinrent-ils, les uns après les autres, de toutes grosseurs, de toutes couleurs. Ils s’arrangeaient pour attirer le moins possible l’attention des parents de la petite fille. - Il est tout à pois, tout à pois, Grand-mère, avait-elle dit, surexcitée. Il a comme une robe marron à poids blancs. Sa tête est marron. Ses ailes sont marron. Son ventre est tout couvert de petits pois blancs. Il est comme un carreau à damier. - Bravo, ma grande fille ! Tu l’as trouvé toute seule. C’est bien Le Damier. *** Vint l’anniversaire de Petit cœur de jade lustré, alias Jingiyuketsuchi. La veille du grand jour, elle attendit que ses parents soient couchés, faisant croire qu’elle dormait déjà. Elle quitta son lit et, sur la pointe des pieds, gagna à tâtons la cuisine, éclairée par on ne sait quelle faveur du ciel, par des rayons lunaires. Il lui fut facile de prendre le reste du sachet rouge, déjà à moitié vide. De retour à sa chambre, elle entrouvrit la fenêtre, versa tout le contenu au dehors, et se remit au lit, pour s’endormir aussitôt. C’est le plein été tropical. Le Soleil se lève tôt ; les oiseaux aussi. Des bruits de bec répétés contre les vitres de la fenêtre de sa chambre devaient réveiller l’enfant encore toute plongée dans le sommeil. Vite, la petite fille sauta du lit, ouvrit la fenêtre. Ils s’engouffrèrent d’un jet, tous venus accompagnés de leurs nombreux cousins et cousines des îles. La maison n’était plus qu’une volière.

46


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Les parents, déjà réveillés, en perdaient la parole, mais ils furent vite captivés par les belles couleurs, les cris divers, le concert inhabituel à l’atmosphère des plus festives. En maîtresse de cérémonie, Petit cœur de jade lustré, alias Jingiyuketsuchi, fit les présentations : Monsieur et Madame Condé-Bulbul Orphée. Exceptionnellement, ils sont aussi accompagnés d’un parent lointain, venu de la Grande Péninsule. La famille Bengali-Bec de Corail a fait le déplacement de l’île Rodrigues. Tous les Serins du Mozambique, des Mascareignes, au grand complet, les uns plus ensoleillés que les autres, rayonnants dans leur robe toute jaune, ont délaissé tout spécialement les filaos des plages. Jamais jour n’avait été aussi heureux sous ce toit. Les parents, à leur tour, gagnèrent la cuisine, à la recherche du meilleur basmati superfin pour ces visiteurs de marque, quand ils découvrirent……… tous pris d’un fou rire inextinguible…… *** En retard pour l’école, la petite fille tâche d’entrer sur la pointe des pieds dans la salle de classe, alors que la Miss écrit au tableau. Mais elle se retourne : Petit cœur de jade lustré, ne t’ai-je pas appris que la ligne droite était le moyen le plus court pour parcourir la distance entre deux points ? Tâche de t’en souvenir, au lieu de gambader de tous côtés quand tu te rends à l’école. Et ne t’avise pas d’être en retard à tes cours une autre fois. Autrement, je préviendrai tes parents. La remarque de la Miss glisse sur elle telle dilo lor fey sonz. Dans son cœur, Petit cœur de Jade lustré, alias Jingiyuketsuchi, se sait indestructible. Régénérée de bonheur, elle est le soleil même. Elle savoure encore ce cadeau d’anniversaire qui a tant émerveillé ses parents. N’est-ce pas son père, d’ailleurs, qui est venu la déposer à l’école, pour rattraper quelque peu son retard, luimême en retard, ce jour-là, à son travail ? Parents et enfant, si heureux qu’ils n’avaient pas vu passer l’heure.

47


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Jeanne Gerval ARouff – Mauritius Visual artist in search of the Art Total, Jeanne Gerval ARouff created the Creativity Course in 1978 that combine music, yoga, martial arts, contemporary dance. She published Healing in 2010 and contributes to many literary and art journals. The Birthday Party Her father is a genuine melting-pot of cultures. The Nile, the Ganges, the Tiber, the Yellow River, and what more, run in him. Her mother, on the other hand, comes from the Rising Sun. If their daughter's hair tells the multiple curls of civilisations that have carved her father, her traits never deny her mother's ancestral land. They say she is a Panlaotian – a lovely Chinese-Creole who is either the delight of those who wish the spot-island was a multicoloured palette of cross sources living here, demanding some Mauritianism with renewed blood, or makes others – still believing in the purity of the race – regret sadly, or even enrage. Anyway, no one may steal from the delicious little girl both halves of her soul, this particular style, this unique way, this absolute charm, which make her specificity. Sweet heart of shiny jade, with her halo of brown curls, is like the magical picture of Saint-John the Evangelist, painted by Pontormo, on his canvas showing the descent of the body of Christ from the cross. One can easily imagine this original – even avant-garde – artist, painting the portrait of the uncommon tiny bit of gem, this painter of the Renaissance presented the descent from the cross omitting to represent the cross itself. As for Sweet heart of shiny jade's grandmother – on her mother's side – who finds it hard to utter her name. Searching through her subconsciousness, from the memories of the Empire of the Middle, she has carved a nickname for her – it has a sound which leads us back 4000 years BC: Jingiyuketsuchi. This may look a total fanciness. Yet, it gathers the five cardinal virtues which the little jade Panlaotian carries along with her: fondness for the others, modesty, courage, justice, and wisdom. Wasn't it jade the emperor contemplated to lift his soul up? So, Sweet heart of shiny jade, aka Jingiyuketsuchi, bears both names as an emperor would carry his seal. Like her father, who had not wanted it, Jingiyuketsuchi is a single-child. As her father, she will have lost the brother, or sister, the long-awaited companionship, but gone before they had even cast the anchor in our dimension. Her parents offered her an aquarium in which a couple of fish chase one another, delighting her. She spends a lot of time following the red and gold elopement of her Goldfish in their tiny aquarium, which has now become the centre of the house. Yet, she sometimes feels like breathing some fresh air, running here and there, taking part into this peculiar effervescence, made of movements, voices and shouts, which are – all in one - a common homeland,the shoots of a common seed, the dynamic mood of a large family. *** Her mother often finds her digging around the goods cupboard. Yet, she is none of those kids who, at any time of the day, want a bit of chocolate, or any other tit-bits, a sweet, or a chewing-gum, to appease whatever boredom

48


mgv2_68 | Indian Ocean Voices comes. What can she be doing hanging around the kitchen? Sweet heart of shiny jade inquires about the best rice whenever a new stock is announced and the supermarkets flood the public place with their adverts. She likes the red packet stamped with the Taj Mahal. She is also fond of the indigo and garnet packet, the best rice coming right from the Himalayas fertile valleys, so says the ad. She shows a growing interest in helping her mother checking in the shopping when they come back from Winners or London Supermarket. Sometimes, a chosen and paid item, written on the receipt, is missing from the basket at home. She would not like it to happen to her favourite basmati. The little notepad in which she scribbles and draws is becoming full as days pass by, multiple strange lines, apparently insignificant. Looking closer at it, these signs look a little like the millenarian writing of the land of the symbols by excellence, that her mother showed her. They could have certain similarities to flying or talking birds, dynamic drawings, fluttering like these captivating cartoons. *** It was picking Chinese guavas from La Marie's that Sweet heart of shiny jade, aka Jingiyuketsuchi, was to live her first encounter with a little red bird. One could almost confuse it with the fruit. She could not help watching it. The small thing seemed as much fascinated by her as she was. No one had witnessed this magical moment. Her parents were so busy picking the nicest guavas, so enticing. 'Follow the highway', she said to the little red bird. 'Fly all above, to the cross-road. Then, turn left. You will recognize daddy's car. You may even come along with friends if you like. Tell them they can hop from vine to vine. Daddy's beautiful tuberoses are blooming. They cover the whole fence. You will like their perfume.' 'Chirp, chirp, chirp... chirp, chirp, chirp...' A car came braking loudly to stop along the road, close to the grove where they were safely in. The little red bird flew up to find shelter on a tree branch which hung high above the guava trees. *** The days following their Sunday outing, her parents, intrigued, were sometimes puzzled to see their little girl standing up suddenly to rush to the window which opens on the small inside yard, like someone who would not like to be late to a meeting, or miss it, whatsoever. Listening up, they would overhear some conversation, a strange exchange, not gathering the whole of it. Seeing no one above all. They had frequently noticed some unusual grains of rice on the tiles of the little walled yard. Though the kitchen was at the other end of the main entrance of their flat. It was to her grandmother on her mother's side that Sweet heart of shiny jade, aka Jingiyuketsuchi, would tell her unusual stories. It was to her she would turn to know her friends better, to learn how to identify them. It was their little secret. The grandmother had made herself some bird collection from a calendar. So, Sweet heart of shiny

49


mgv2_68 | Indian Ocean Voices jade, aka Jingiyuketsuchi, was able to greet the fully red Cardinal its first time at her home-flat. She even sent it an invitation for all its cousins from the neighbouring islands, Reunion and Rodrigues, so proud to be able to allude to the Fody family. When a new bird led by the Cardinal would come, the little girl was closely keeping a watch at the moment when her mother would go into the bathroom to give a quick call to her grandmother. 'Grandma, today, Cardinal-Fody came with a brown bird. Its breast is white. Under its tail, there are some red spots. It is very special. It has a black tassel on its head. I think it has a red spot near its eye. I shall look more closely next time. I will tell you. Its cry is quite strident.' 'This is CondĂŠ, sweet heart. For sure. It has another and nicer name, the Red-Whiskered Bulbul. It too has many cousins on the Twin-Island.' The rice grains multiplied in the small yard lane. The little red packet flattened dangerously in the goods cupboard which might call her mother's attention. So they came, one after the other, of all sizes and all colours. They would mind not to catch the little girl's parents' attention. 'It is all covered with spots, all covered with spots, grandma, she said over excited. It has like brown feathers with white spots. Its breast is all covered with white spots. It is like covered with rice grains.' 'Bravo, big girl! You've just found it on your own. It is the Ricebird.' *** Then came Sweet heart of shiny jade, aka Jingiyuketsuchi's birthday. On the eve of the d-day, she waited patiently for her parents to go to bed, making believe she was sound asleep. She left her bed and reached for the kitchen on the tip of her toes with a favoured light from the sky, moonlight. It was easy for her to grab the remains of the red packet, almost half empty. Back to her room, she half opened the window, spilled the contents outside and climbed back into her bed to fall asleep straight after. It was the full tropical summer. The sun rises early, so do the birds. Repeated beaks sounds against the window glasses of the bedroom woke the child up as she was still deeply sleeping. Quickly, the little girl jumped out of her bed, opened the window. They all came rushing in one row, all had come along with numerous cousins from the islands. The house was nothing more but a bird's cage. The parents had already got up and lost speech but they kept captivated by the beautiful colours, the variegated cries, the unusual concert with the most festive atmosphere. As the master of ceremony, Sweet heart of shiny jade, aka Jingiyuketsuchi introduced them: 'Mister and Misses CondĂŠ-Red-Whiskered Bulbul. Exceptionally, they came along with a distant cousin from the Great Peninsula.'

50


mgv2_68 | Indian Ocean Voices The Bengal-Coral Beak made all the way from the Rodrigues island. All the Yellow Canaries from Mozambique and from the Mascarenes, the whole of them, some more full of sun than the others, dazzling in their yellow feathers, left the beach filaos for the occasion. Never a day had been so happy under this roof. The parents too rushed to the kitchen to dig up the best Basmati rice for these very important guests, when they discovered... all laughing endlessly... *** Late for school, the little girl tries to step into the classroom on the tip of her toes, while the Miss is writing on the board. But then she turns over: Sweet heart of shiny jade, haven't I taught you that the most direct way to go from one point to the other is the straight line? Try remembering it, instead of wandering around when you come to school. Don't you be late in class once more. Otherwise, I'll warn your parents. The observation the Miss makes is like dilo lor fey sonz on her. In her heart, Sweet heart of shiny jade, aka Jingiyuketsuchi, knows she is unbreakable. Renewed with bliss, she is the sun itself. She is still enjoying this birthday gift, which amazed her parents so much. By the way, isn't it her father who gave her a lift to school so she would not be so late, being late for work himself that day? Parents and child so happy they had not seen the time fly away.

51


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Yussuf Kadel – Mauritius Né le 5 décembre 1970 à Beau-Bassin (île Maurice). Participe à la direction de Point barre, revue de poésie contemporaine. Ses poèmes ont été publiés dans différentes revues en France, à Maurice, à la Réunion, au Québec et en Angleterre. Il a publié Soluble dans l’œil, Éditions Acoria, 2010, Paris (sélection, prix Continental du jeune espoir littéraire africain). Pour Mariam Solim La télé est allumée : une femme Aux cheveux tressés et enduits de graisse Pile le grain… De la rue par la fenêtre ouverte M’interpellent les cris d’un enfant Sa mère le sermonne et le secoue Elle porte une veste à rayures Quelques chiens traversent l’asphalte Des voitures bifurquent… ralentissent D’autres auraient à peine bronché L’enfant et sa mère s’éloignent L’intérieur de la main me démange Excellent présage selon certains J’y crois sans y croire Qui sait ? Il est tellement de mystères ! La vie descend-elle des comètes ? Ça m’a juste effleuré l’esprit Très vieux souvenir de lecture Le titre de l’ouvrage ne me revient pas Un insecte remonte le long de ma jambe Son contact m’incommode Je voudrais le chasser mais il est si beau Rouge carmin tacheté de bleu Sur le trottoir des marchands se sont installés Ils parlent fort et rient de bon cœur Il me semble avoir entendu le mot « chapeau » Le plus âgé arbore un étrange couvre-chef Une odeur de poivre et de cannelle Chatouille mes narines… Ce soir les voisins Mangeront épicé Rien que d’y songer L’estomac me brûle Dans la télé Un planeur trace sa route Les marchands Causent et s’esclaffent toujours Sous le manguier une chaise vide

52


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Yussuf Kadel was born on December 5, 1970 at Beau-Bassin (Mauritius), he co-edits Point barre a review of contemporary poetry.Many of his poems were published in France, Mauritius, Reunion, Quebec, England. He published Soluble dans l'œil in 2010, Acoria editions. To Mariam Solim The TV set is on: a woman With plaited hair coated with grease Pounds the grain... From the street through the open window A child's yells hail at me His mother scolds and shakes him She is wearing a stripped jacket Some dogs walk across the asphalt Some cars turn off... slow down Others would have seldom made a noise The child and his mother go away The inside of my hand scratches An excellent omen to some people I believe in it unconvinced Who knows? So many mysteries exist! Does life come from the comets? It has just gone through my mind Old memories of reading The title of the book I forgot An insect crawls up my leg Its touch makes me feel uneasy I would like to chase it away but it is so nice Carmine red with blue spots On the side-walk sellers have settled They talk loudly and laugh kind-heartedly It seems to me I heard the word “hat” The eldest is sporting strange headgear A perfume of pepper and cinnamon Tickles my nostrils... This evening the neighbours Will have a spicy dinner Just the though of it Gives me a funny stomach On TV A glider tracks its route The sellers Chat and guffaw always Under the mango tree an empty chair

53


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Yussuf Kadel

Mauritius

Pour Sabir

…asymétrie des ombres trois nuages écarlates une lune diaphane quelques traces sur le sable la mer qui s’achève… On n’a jamais pied dans le silence Montmartre aux aurores un divan sous les combles des coussins moribonds la lueur d’une chevelure l’Angélus se retient… On n’a jamais pied dans le silence Un paquet de Gitanes deux chopes contre le mur les étoiles qu’on allume des jambes à n’en plus finir le sourire du frère… On n’a jamais pied dans le silence

Quelques planches d’Hergé la fenêtre entr’ouverte du soleil sur la vitre tant de guirlandes aux pupilles un parfum de carambole… On n’a jamais pied dans le silence Beach path Pondichéry le monument à Marianne la statue du Mahatma des exergues en file indienne les palmes comme suspendues… On n’a jamais pied De la ouate jusqu’aux tympans ces figures aux mains de marbre… une blouse qui s’avance… une aiguille qui dégorge… le souffle qui s’en va ?... jamais dans le silence

54


mgv2_68 | Indian Ocean Voices To Sabir ...the asymmetry of the shadows three scarlet clouds a diaphanous moon some steps on the sand a sea coming to an end...

You never touch the bottom in silence Montmartre at dawn a settee under the roofs moribund cushions the light of some hair the Angelus holds itself down... You never touch the bottom in silence A pack of Gitanes two pints against the wall the stars you lit up endless legs the brother's smile... You never touch the bottom in silence A few plates by HergĂŠ the half-opened window sunrays on the glass so many garlands in the eyes a fragrance of starfruit... You never touch the bottom in silence Beach path PondichĂŠry Marianne's monument the Mahatma's statue epigraphs in single file the palms dangling... You never touch the bottom Cotton-wool in the eardrums these shapes with marble hands... an overall coming closer... a needle oozing... the breath leaving?... never in silence

55


mgv2_68 | Indian Ocean Voices MK Sabir – Mauritius Romancier, essayiste et cinéaste, né en 1979, issu d’une famille mauricienne, est toutefois pétri de cultures hellénique, latine et allemande. MK Sabir a publié une nouvelle dans les Chroniques de l’Ile Maurice (Éditions Sépia, Paris, 2009) et une autre dans la revue L'Atelier d’écriture. Il est l’auteur d’un essai philosophique, La dixième époque, ainsi que d’un roman inédit, Étranges Attracteurs.37

La fin de l’innocence Extérieur jour. Sur une plage. Plan fixe sur la mer. VOIX OFF (qui est celle du protagoniste) Je crois que c’est Picasso qui disait qu’un petit artiste ça vole et qu’un grand artiste ça pille ! Les peuples, comme les hommes, ont besoin de mythe fondateur. Détruisez ce mythe et vous détruirez une partie d’eux-mêmes. La journée, en voiture. Chris est au volant. CHRIS Alors, ça avance ? MARLOWE Quoi donc ? CHRIS Ton projet de court-métrage ! MARLOWE Pas vraiment ! C’est le calme plat ! CHRIS Alors, pourquoi tu te ballades avec cette caméra ? MARLOWE C’est juste au cas où… on ne sait jamais quand l’inspiration peut frapper ! CHRIS Mais tu as quelques pistes tout de même ? MARLOWE Je balance… J’ai bien quelques idées, mais rien de précis. J’ai d’abord pensé raconter une 37 D'après son site web.

56


mgv2_68 | Indian Ocean Voices histoire qui se passerait dans un tribunal, décrire un procès mettant en scène un homme accusé de l’assassinat de sa femme, mais hélas, mes connaissances en droit sont assez lacunaires… CHRIS Personnellement, je trouve ça assez chiant… Raconte une histoire d’amour, au moins, tu seras sûr d’intéresser le plus grand monde. MARLOWE Oh ! surtout pas ! Je considère que les plus grandes œuvres du cinéma ou de la littérature ne parlent pas d’amour. Prends par exemple Apocalypse Now de Coppola ou encore Orange Mécanique de Kubrick… CHRIS Bon, peut-être… mais dans la littérature par contre… MARLOWE Détrompe-toi… le Jules César de Shakespeare ne parle pas d’amour, ni le Moby-Dick de Melville… et puis, je n’ai pas envie de réaliser un film de plus, un parmi d’autres… je veux une idée originale… C’est Nietzsche je crois qui disait que l’originalité c’est de voir quelque chose qui ne porte encore aucun nom, qui ne peut pas encore être nommé quoique tout le monde l’ait sous les yeux. CHRIS Bon ! laissons ici Nietzsche, on est arrivés. La voiture s’arrête, les deux amis en descendent et se dirigent vers des stands de livres d’occasion. Marlowe prend sa caméra avec lui… au fur et à mesure qu’ils marchent, il filme, puis il passe la caméra à Chris et lui demande de filmer à son tour. CHRIS Pourquoi tu aimes acheter ce genre de bouquins ? Tu préfères pas des livres neufs ? MARLOWE J’aime l’odeur des vieux livres. Et puis, parfois on découvre dans ce genre d’endroits des perles que l’on ne trouve pas dans les librairies… enfin, ce qui n’est pas négligeable en ces temps de crise économique, ici, les livres sont à bon marché ! Ils flânent à travers les différents stands. Et soudainement l’attention de Marlowe s’attarde sur un vieux livre, il le prend et le feuillète un instant, puis décide de l’acheter.

57


mgv2_68 | Indian Ocean Voices CHRIS Alors, t’as trouvé ton bonheur ? MARLOWE Peut-être bien… Intérieur jour. Le lendemain, dans l’appartement de Marlowe. Chris frappe à la porte. MARLOWE Super ! Je suis content que tu aies pu venir. CHRIS J’espère que ça en valait la peine. J’ai décommandé d’avec ma copine pour être ici. Qu’il y a-til de si urgent ? Est-ce que cette caméra au fond est en train de filmer ? MARLOWE D’abord, assieds-toi… je te serre un truc à boire ? CHRIS Une bière ne serait pas de refus… Marlowe lui apporte une bière. Ils s’assoient au salon. Marlowe allume une cigarette. MARLOWE Tu te souviens de ce vieux livre que j’ai acheté hier ? CHRIS De ce vieux bouquin poussiéreux ? Oui, et alors ? MARLOWE Ça parle d’une histoire d’amour entre un jeune homme et une jeune fille qui ont été élevés comme frère et sœur mais qui, à l’orée de l’adolescence connaissent leurs premiers émois amoureux… CHRIS Et toi qui disais ne pas aimer les histoires d’amour ! C’est pour me dire ça que tu m’as demandé de venir ? Et dire que j’aurais pu être en train de chevaucher ma copine à l’heure qu’il est et au lieu de ça, tu me barbes avec une histoire à l’eau de rose ! MARLOWE Attends ! écoute la suite… ils vivent sur une île idyllique et quand la jeune fille veut retourner sur le continent, elle se noie lorsque le navire qui la transporte s’abîme en mer… Tout ça ne te dit rien ?

58


mgv2_68 | Indian Ocean Voices CHRIS T’as acheté Paul et Virginie ! Et alors ? t’aurais pu l’avoir dans n’importe quelle librairie ! C’était pas la peine de me faire brûler de l’essence pour aller l’acheter aussi loin… MARLOWE Justement non ! Ce n’est pas Paul et Virginie ! Le texte s’intitule La fin de l’innocence et il est signé d’un obscur Friedrich Von Spiegel ! CHRIS Un connard de chleu aurait plagié notre Bernardin de Saint-Pierre national, c’est tout… il n’y a pas de quoi en faire toute une histoire ! MARLOWE Eh bien, si ! il y a de quoi en faire toute une histoire justement, et c’est bien ce que je compte faire. Regarde la date d’impression. Et il lui tend le livre. Alors ? CHRIS 1768 ! MARLOWE 1768… soit vingt ans avant la publication de Paul et Virginie ! CHRIS Et tu en conclus quoi ? MARLOWE C’est Sherlock Holmes qui dit qu’après avoir éliminé l’impossible, ce qui demeure, quand bien même cela paraisse improbable, doit être la vérité… et en l’espèce, qu’est-ce qui est impossible ? Que ce Spiegel ait plagié Bernardin de Saint-Pierre… qu’est-ce qui demeure ? Que ce soit ce dernier qui ait fait œuvre de plagiaire ! CHRIS Tu te rends compte des implications de ce que tu avances là ? MARLOWE Oui ! J’assassine un mythe !

59


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Intérieur soir – appartement de Marlowe, dans sa bibliothèque. Il est à son bureau, plusieurs ouvrages sont disposés dessus en vrac, un verre de whisky et un cendrier dans lequel fume une cigarette. Son téléphone sonne. MARLOWE Allô ! Oui, merci de me rappeler. Je vous ai contacté car on m’a dit que vous étiez le spécialiste de Bernardin de Saint-Pierre à Maurice. Je voudrais réaliser un documentaire sur cet auteur… est-ce que je peux m’entretenir avec vous ? Oui… demain, 15 heures… parfait, je vous remercie. Bonne soirée et à demain donc.

Le lendemain, dans un bureau. Le professeur agrégé de lettres classiques, Jean Gueydan reçoit Marlowe. Ce dernier a apporté sa caméra et enregistre toute la conversation. GUEYDAN Alors jeune homme, autour de quoi gravitera votre documentaire ? MARLOWE Sur ses influences littéraires et philosophiques… GUEYDAN Eh bien, d’abord, comme dit Hegel, on ne peut pas sauter son temps ; Bernardin de Saint-Pierre ne fait pas exception. Il est le produit de son époque. Sa première de ses influences est rousseauiste, comme vous devez vous en douter, avec sa théorie de l’homme naturel. MARLOWE Donc, c’est en France qu’il s’est converti au rousseauisme et pas à Maurice ? GUEYDAN Cela va vous surprendre, et peu de gens, même les spécialistes, sont au courant de ce fait, mais ce n’est ni en France ni à Maurice qu’il a rencontré la pensée de l’auteur des Confessions mais en Allemagne. C’est en effet le théologien Johann Gottfried Von Herder qui l’y a initié lorsqu’il avait été envoyé à Düsseldorf. MARLOWE Intéressant… et est-ce qu’il y a rencontré d’autres auteurs allemands là-bas ? GUEYDAN Sans doute, mais on ignore lesquels puisqu’une fois arrivé à Maurice, il a brulé le journal qu’il avait tenu lors de ses années de formation en Europe, et on ne retrouve aucune trace de sa période allemande… MARLOWE Et est-ce que le nom de Spiegel vous dit quelque chose ?

60


mgv2_68 | Indian Ocean Voices GUEYDAN Je connais le journal hebdomadaire allemand qui porte ce nom… mais sinon, ça ne me dit strictement rien. MARLOWE Eh bien, je vous remercie de m’avoir accordé un peu de votre temps, vous m’avez beaucoup éclairé… Environ un mois après, chez Dietmar, un ami d’origine allemande de Marlowe. MARLOWE Guten Tag ! Merci d’accepter que je te filme. Alors, tu as lu le texte de Spiegel… tu en penses quoi ? DIETMAR En effet, les correspondances entre les deux récits sont troublantes. Mais de là à en conclure qu’il y a eut plagiat, c’est peut-être hâtif ! MARLOWE Et les gens à qui tu as parlé en Allemagne, connaissent-ils ce Spiegel ? DIETMAR Désolé ! Il n’y a nulle trace de lui dans toute la littérature allemande… tu sais, Jung parlait d’archétypes. Ce sont des images primordiales qui contiennent des thèmes universels et que l’on retrouve dans toutes les cultures humaines… MARLOWE Où veux-tu en venir ? DIETMAR À ceci de tout simple que peut-être personne n’a plagié personne mais que tout simplement, deux écrivains de deux pays différents à deux époques distinctes ont eu la même idée ! MARLOWE Si j’étais Cyrano, je te répondrais que c’est un peu court jeune homme ! DIETMAR Mais tu n’es que Marlowe et tout ce que tu possèdes pour l’heure, c’est un faisceau de présomptions ! MARLOWE Mais je ne vais pas en rester là… Près d’une semaine plus tard, au bureau de Joseph Costanza, graphologue.

61


mgv2_68 | Indian Ocean Voices COSTANZA Oui, c’est troublant, je le reconnais. Mais je ne peux pas être catégorique… MARLOWE Mais accepteriez-vous tout de même de participer à mon documentaire et de donner votre opinion… peut-être en étant un peu plus enthousiaste que vous l’êtes en ce moment… COSTANZA Vous me demandez de mentir ? MARLOWE Non, j’ai pas dit mentir, mais « enthousiaste ». Voyons ! la graphologie n’est pas une science exacte… tout de fois, nous savons tous deux que ces pages sont de la main de Bernardin de Saint-Pierre… voyez la taille de ses « y », et l’inclinaison de son écriture, ou encore la sinuosité de la base de la ligne ; tout concorde ! Et puis, entre nous, cela vous conférerait de la gloire, sans quoi, qui parlera jamais de vous ? Alors que si vous déclarez que ces pages de Bernardin de Saint-Pierre dans lesquelles il déclare avoir rencontré à Düsseldorf un certain Spiegel, votre nom serait dans tous les journaux… ce serait, comme dit Warhol, votre quart d’heure de gloire ! COSTANZA Très bien, j’accepte… et puis, c’est vrai qu’en regardant de près, cela ne fait aucun doute, c’est bien l’écriture de Bernardin de Saint-Pierre. MARLOWE Je vous remercie de votre professionnalisme et de votre acuité. Près d’un mois plus tard, dans un restaurant touristique de la côte. CHRIS Tu connais le postulat de la théorie du chaos ? MARLOWE Comme quoi des modifications infimes des conditions initiales peuvent entrainer de grandes conséquences sur le long terme. Et alors ? Pourquoi parler de physique autour d’une bière ? Le seul physique qui m’intéresse est celui de cette jolie brune à l’autre table ! CHRIS Je parle de ça, car si jamais nous n’étions pas allés à cette vente de livres d’occasion il y a deux mois, tu n’aurais jamais remporté le concours de films documentaire ! Et non seulement tu as gagné mais aussi grâce à toi, ou plutôt, à cause de toi, une grande partie de l’histoire littéraire et culturelle de Maurice devra être réécrite… et je te parle même pas des effets

62


mgv2_68 | Indian Ocean Voices néfastes sur le tourisme ! Marlowe ne prête pas attention aux propos de Chris et continue à observer la brune de la table d’à côté. CHRIS Comme quoi, on ne peut pas tout prévoir dans la vie… MARLOWE (qui s’est lassé de regarder la fille se tourne à nouveau vers son ami) Certes ! on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses tout de même ! CHRIS C'est-à-dire ? MARLOWE Tu ne vois vraiment pas où je veux en venir ? Chris fait non de la tête. MARLOWE Tu ne trouves pas cela étrange que j’apporte ma caméra pour aller acheter des bouquins de seconde main ? CHRIS Eh bien, tu avais dit que… MARLOWE Ça ne te trouble pas non plus que l’on puisse découvrir aux puces un bouquin vieux de plus de deux siècles ? Bon admettons… mais que penses-tu du fait que La fin de l’innocence ait été imprimé en Allemagne, signé d’un allemand dont personne n’a jamais entendu parler, mais que le texte soit en français ? CHRIS Je sais pas trop… MARLOWE Enfin, tu trouves rien d’étrange que comme par magie, je découvre dans une bibliothèque municipale, cachées entre deux volumes, des feuilles écrites de la main de Bernardin de SaintPierre, dans lesquelles il révèle avoir connu un certain Spiegel à Düsseldorf, et cela près d’une semaine après que Gueydan m’ait appris qu’il avait séjourné dans cette ville ? CHRIS Est-ce que tu essaies de me dire que… ?

63


mgv2_68 | Indian Ocean Voices MARLOWE La vérité est une créature ailée mon ami… Assez bavardé, profitons de cette bonne bière mauricienne, puisque désormais, il n’y a plus que ça qui soit mauricien. À la tienne Étienne ! Et Marlowe lève son verre en direction de Chris. Ce dernier, après quelques secondes d’hésitation, lève lui aussi son verre. Et ils trinquent. FIN

M.K. Sabir is a writer and film-maker from Mauritius. Initially a lawyer, he works as a legal research associate for the Law Reform Commission. He has published a short story in ‘Chroniques de l’Ile Maurice’ (Éditions Sépia, Paris, 2009). He is the author of a philosophical essay, ‘The Tenth Era’. He also wrote a novel ‘Strange Attractors’. 38 The End of Innocence Exterior night. On a beach. Still shot on the sea. VOICE OVER (that of the character) I think it is Picasso who used to say that a small artist steals and a great artist pillages! The peoples, like the men, need a funding myth. Destroy that myth and you shall destroy a part of themselves. By day, in a car. Chris is driving. CHRIS So, it is going all right? MARLOWE What is? CHRIS Your short project! MARLOWE Not really! It is dead calm! CHRIS What are you carrying this camera for then? MARLOWE Just in case... you never know when I might get inspired!

38 From the author's website. 64


mgv2_68 | Indian Ocean Voices CHRIS You still have some clues, don't you? MARLOWE So-so... I have some ideas, nothing precise though. First I thought about telling a story that would be set in a court, showing a trial where a man is accused of murdering his wife, alas, I don't know about law enough. CHRIS Personally, I think it's boring to death... Tell a love story, at least you will be sure to touch a lot of people. MARLOWE Oh no! Certainly not. I consider the greatest work in cinema or literature don't deal with love. For instance, take Apocalypse Now by Coppola or A Clockwork Orange by Kubrick... CHRIS Ok,maybe... but in literature though... MARLOWE You're wrong... Shakespeare's Julius Caesar doesn't tell about love, neither does Melville's Moby Dick... besides, I don't want to shoot a film that would look like all the others... I want an original idea... Nietzsche used to say that originality is to see something that has no name yet, that can't be named though everybody can see it. CHRIS Well! Let's leave Nietzsche aside for now, we're there. The car stops, both friends get out and go towards a second-hand book stall. Marlowe takes his camera with him... As they walk, he shoots, then he hands the camera to Chris and asks him to shoot too. CHRIS Why do you like buying this kind of books? Don't you prefer fresh ones? MARLOWE I like the smell of old books. Besides, sometimes you can find rarities in this type of places, things you can't find in book stores... and what is quite important in this time of recession, here books are cheap! They wander through the different stalls. Suddenly Marlowe is attracted by an old book, he takes it and starts skimming through its pages for a while before he decides to buy it. CHRIS So, have you found something interesting? MARLOWE Maybe I have...

65


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Interior day. The following day, in Marlowe's flat. Chris knocks on the door. MARLOWE Great! I'm glad you could make it. CHRIS I hope it's worth it. I had a date with my girlfriend I postponed. What is so urgent? Are you shooting this with this camera? MARLOWE First, have a sit... Are you having anything to drink? CHRIS I could do with a beer... Marlowe gets a beer for him. They both sit down in the living-room. Marlowe lights up a cigarette. MARLOWE Do you remember that old book I bought yesterday. CHRIS This old dusty book? Yes, so what? MARLOWE It is a love story between a young man and a young girl who were raised as sister and brother but, when teenage has come, know their first love feelings. CHRIS Wasn't it you who used to say you didn't like love stories? Is that what you asked me to come here for? When I think I could have been riding my girl right now and instead of that you're boring me with your stupid soppy story! MARLOWE Wait a second! Listen to what comes next... They're living on this heavenly island and when the young girl wants to go back on ton the main land, she drowns when the ship she takes sinks. Doesn't that ring a bell?

66


mgv2_68 | Indian Ocean Voices CHRIS You bought Paul and Virginie! So what? You could have had this from any book-store really! I wasn't necessary to make me burn gas to go and get it so far... MARLOWE There we are! It is not Paul and Virginie! The novel's called The End of Innocence and some Friedrich Von Spiegel is the author! CHRIS A fucking Boche would have plagiarized our national Bernardin de Saint-Pierre, that's it... no big deal! MARLOWE Well, there is a big deal actually, and that's what I'm going to do. Look at the printing date. He hands the book out to him. Well? CHRIS 1768! MARLOWE 1768... that's twenty years before the edition of Paul and Virginie! CHRIS So what's your point? MARLOWE That's Sherlock Holmes saying, after discarding all the impossible, what remains, even so this seems improbable, must impossible? That

be the truth... and as a matter of fact, what is

this Spiegel has plagiarized Bernardin de Saint-Pierre... what remains?

That the latter wrote a plagiarized work. CHRIS Do you realize the consequences of what you're saying? MARLOWE Sure! I'm killing a myth!

67


mgv2_68 | Indian Ocean Voices MARLOWE Hullo! Yes, thanks for calling me back. I phoned you because I was told you were one of Bernardin de Saint-Pierre's scholars in Mauritius. I'd like to shoot a documentary about this author... Could I have an interview with you? Sure...Tomorrow, 3 p.m... That's great, thank you. Good evening and so we'll meet tomorrow.

The following day, in an office. The senior professor of classics, Jean Gueydan greets Marlowe. The latter brought his camera and shoots the whole interview.

GUEYDAN So my lad, what will this documentary of yours be about? MARLOWE About his literary and philosophical influences... GUEYDAN Well, first of all, as Hegel puts it, you can never avoid your time; Bernardin de SaintPierre is not an exception. He is the product of his own time The first of his influences is Rousseau, as you must surely know it, with the theory of man in nature. MARLOWE So, he converted to Rousseau in France, not in Mauritius? GUEYDAN This is going to surprise you, and few people know it – even the specialists – but it is neither in France nor in Mauritius he met the trend of the author of The Confessions but in Germany. Indeed, it is the theologian Johann Gottfried Von herder who initiated him to it when he was sent to Düsseldorf. MARLOWE Interesting... Did he meet other German writers there? GUEYDAN Probably, but no one knows who as long as when he arrived in Mauritius, he burnt the diary he had kept during his education in Europe – and no one could ever find any traces of his time in Germany...

68


mgv2_68 | Indian Ocean Voices MARLOWE Does the name Spiegel ring any bells? GUEYDAN Except for the German daily newspaper, nothing at all. MARLOWE Well, thank you for your time, you helped me a lot.

About one month later, at Dietmar's, one of Marlowe's German friends MARLOWE Guten Tag! Thanks for accepting I shoot this. So, have you read Spiegel's text... What do you think about it? DIETMAR Well, indeed, it strangely corresponds to Saint-Pierre's novel. Now concluding there was plagiarism is a bit hasty, I suppose! MARLOWE The people you talked to back in Germany, do they now anything about this Spiegel? DIETMAR Sorry! No traces of him in the whole of German literature... you know, Jung talked about archetypes. They're primordial images which contain universal themes and you can find in all human civilisations... MARLOWE What do you mean? DIETMAR To that simple fact that maybe no one was plagiarised by no one but that it's just two different writers, in two different countries and at two different times, who developed the same concept! MARLOWE If I were Cyrano de Bergerac, I would answer that this is a bit short young man! DIETMAR But you're only Marlowe and all you have there for now are only specks of presumptions!

69


mgv2_68 | Indian Ocean Voices MARLOWE Maybe, but I'm not at the end of this...

Nearly a week later, in Jospeh Costanza's office, a graphologist

COSTANZA Yes, this is puzzling, I must admit it. I can't be categorical... MARLOWE Yet, would you agree to take part in my documentary and give your opinion... maybe if you were a little more enthusiastic than you currently are... COSTANZA Are you asking me to lie? MARLOWE No, I never said lie, be 'enthusiastic'. Let's put it that way: graphology is not an exact science... yet, we both know these pages were written by Bernardin de Saint-Pierre... see the size of the “y”, and the inclination of his writing, or the meandering of the line base – everything is here! Besides, between you and me, who will ever talk about you? Unless you declare that these pages by Bernardin de Saint-Pierre in which he admits meeting some Spiegel in Düsseldorf, your name will be in all the newspapers... it would be, as Warhol says, your fifteen-minutes fame! COSTANZA Ok, I'll do it... anyway, when you look at it close, it is doubtlessly Bernardin de SaintPierre's writing. MARLOWE Thank you for your professionalism and acuity.

Nearly a month later, in a tourist restaurant on the sea-side.

CHRIS Do you know the postulate of the theory of chaos?

70


mgv2_68 | Indian Ocean Voices MARLOWE That the tiny modifications of the initial conditions may lead to bigger consequences on the long term. So what? Why would we talk about physics over a beer? The only physic I'm interested in is that of this nice brunette at the next table! CHRIS I'm talking about this because if we didn't go to this second-hand book stall two months ago, you wouldn't have won the documentary film contest! Not only you won, but it's also thanks to you - or rather because of you – that a large part of the literary and cultural history of Mauritius will have to be re-written. Not mentioning the bad effects on tourism!

Marlowe don't pay attention to his friend's talking and keeps on watching the girl at the next table. CHRIS As what, you can never foresee everything in life... MARLOWE (who got bored of watching the girl turns over to his friend) Indeed! You can't foresee everything, then you can anticipate some things though! CHRIS What do you mean? MARLOWE You really don't see what? Chris says no with his head. MARLOWE Don't you think that's strange that I would bring my camera with me to go and get some second-hand books? CHRIS Well, you'd said that.. MARLOWE Doesn't it feel strange either that we may find out a book more than two centuries old at the flee market ? Ok, let's say we may... what do you think of the fact that The End of Innocence was printed in Germany, written in French by a German writer no one has ever heard of.

71


mgv2_68 | Indian Ocean Voices CHRIS I'm not sure... MARLOWE Eventually, don't you thing that's strange that I discovered sheets written by Bernardin de Saint-Pierre in a public library, sheets hidden between two books, and in which he says he met some Spiegel in D端sseldorf, and this nearly a week after Gueydan told me he had been there? CHRIS Are you trying to tell me that...? MARLOWE Truth is a winged creature my friend... Enough with chatting, let's have this Mauritian beer as far as, from now on, this is the last of the Mauritian things. Cheers, mate! Marlowe raises his glass towards Chris. The latter, after a few second hesitation, raises his glass too. They cling their glasses.

THE END

72


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Patricia Laranco – Mauritius/France Née en 1955 en Afrique Noire, Patricia Laranco est moitié mauricienne, moitié française. Elle a publié à ce jour 7 recueils de poèmes. Elle a aussi été abondamment publiée dans des revues, anthologies, sites internet francophones. Membre du comité de lecture de la revue « Jointure », à Paris, elle est aussi critique littéraire et, à ses heures, photographe. Born in 1955 in Africa, Patricia Laranco is half Mauritian half French. She has published seven collections of poems. She has published poems in various anthologies, French websites. She is part of the reading board at the Parisian review “Jointure”. She is also a literature reviewer and photograph. Silence ensoleillé l'espace vient lécher le pied du lit, pareil à la haute marée. Dédoublé de soleil il passe à travers tout mais surtout il se tait; sur son inclinaison sur sa pente, je vois la lumière tinter, perpétrer sa douceur.

Sunny silence space comes licking the bed foot, like the high sea. Doubled with sun-light it goes across everything but above all it is quiet on its inclination on its dole, I can see the light tinkling, perpetrating its softness.

Le vide a les yeux clairs.

Emptiness has clear eyes

Dans les plis de la pluie, de la nuit excision l'île de mon exil et cette île exilée si loin, si loin de moi !

In the crusts of the rain, of the night excision isle my exile and that exiled isle so far, so far from me!

73


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Patricia Laranco

Mauritius/France

Le masque de mes mots, des mots, je l’ôte et je n’ai plus de face, mon non-visage et mes non-yeux deviennent de simples miroirs où s’engouffre un monde ténu, leurré par son propre mirage. The mask of my words, from the words, I take it off and have a face no more, my no-face and my no-eyes become mere mirrors where a tiny world rushes fooled by its own mirage.

La pluie appuie sur mes paupières sortirai-je de mon sommeil? Ses bruits d'insecte besogneux derrière les volets contrits à la lumière de lichen : immobilité renaissante ! The rain presses against my eyelids will I come out of my sleep? Its noises of hard-working insect behind the contrite shutters lichen light-coloured: new-born stillness.

74


A market place in Pune, India Well, yes, indeed. This ocean wouldn't be called that way if the sub-continent weren't bathed by it. India is probably one of the most difficult world's countries to present as a unity as far as it is divided in so many layers. When I was at school, I remember I had to present this project about India and unsure about how things should be working, I started going in every directions – history, geography, religion, literature – and ended with a 100-page file. Got a good mark though mind you. So, I won't start telling you about her people, her history or anything like that. I am not able to do it at this scale really. I'd rather let you read these two poets who contribute so well to this new stop in our trip almost over.

Eh bien oui, en effet. Cet océan ne porterait pas ce nom s'il ne baignait pas ce souscontinent. L'Inde est probablement l'un des pays du monde des plus difficiles à présenter en un seul morceau du fait de ses différentes couches superposées. Lorsque j'étais collégien en cinquième, je me souviens d'avoir eu à présenter ce pays dans la cadre d'un projet en histoire-géographie. Ne sachant pas comment m'y prendre exactement, j'étais parti dans toutes les directions – l'histoire, la géographie, la religion, les lettres – et m'étais retrouvé avec un dossier de 100 pages. J'avais eu une bonne note remarquez. Je ne vais donc pas commencer à vous parler de ce pays, son peuple, son histoire... Je n'en suis pas capable à ce niveau. Je préfère encore vous laisser lire ces deux poètes qui contribuent si bien à cette nouvelle étape de notre parcours bientôt achevé.


mgv2_68 | Indian Ocean Voices SK Iyer – India A commerce graduate, presently leading a retired but busy life in Pune, India. Published a few in print and on the Internet. Member of PK Poetry List, UK. Diplômé en commerce, il mène actuellement une vie de retraité mais très occupé à Pune, en Inde. Il a été un peu publié dans des revues papier ou en ligne. Membre de Poetry Kit List, Royaume-Uni. ponder in slumber silence responds from the soiled bed where in the stink somebody's soul dwells alongside the invisible wraiths beneath the tombstones forgotten by time the gulmohar knows nothing but never fails to scatter its red in every spring and cover the old tomb in silence breeze sings tongueless words a soundless poem of now unknown dead méditer dans le sommeil le silence répond au lit souillé où dans la puanteur l'âme de quelqu'un habite aux côtés des spectres invisibles sous les pierres tombales oubliées par le temps le gulmohar ne sait rien mais ne manque jamais de disperser son rouge à chaque printemps et couvrir la tombe ancienne dans la brise le silence chante mots sans langue un poème silencieux des morts maintenant inconnus

76


http://en.wikipedia.org/wiki/File:Asphodelus_ramosus7.jpg Asphodels, Cerbère, France April 2005, © Jean Tosti


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Pradip choudhuri – India Pradip Choudhuri is a Bengali poet and essayist born near Calcutta (now Kolkata) on February 5, 1943. He was first known as a leader of the movement of the "Hungry Generation". He writes in his mother tongue but also in English and French. Pradip Choudhuri spent most of his childhood and adolescence in Calcutta. He said in an interview with Alain Jégou that until the age of six his "first passion was to fly kites," count the goats, play and run on the rails of an abandoned railway. Having followed his father, teacher, over a variety of workplaces, he lived in Delhi and the state of Tripura. His first poetic compositions are love poems of traditional form and date back to the age of 13 or 14 years old. In 1962 he returned to Calcutta and became a student at the Visva-Bharati University in the spring of 1963. That's when his real journey in poetry will begin: he began to publish a quarterly journal of the art and literature, Swakal (Possess Time). In the late '60s, this publication will evolved into the trilingual journal - English, French, Bengali Pphoo. As a student, he often demonstrates and becomes a highly virulent poet. He is expelled from his university because of writings deemed obscene and subversive. It then binds to young poets and writers, including Subhas Saileswar Ghose and Ghose and finds himself considered one of the leaders of the "Hungry Generation", which will soon support the American "Beat Generation" in particular Allen Ginsberg and Lawrence Ferlinghetti. Since then, Pradip Choudhuri remained faithful to this ideal of poetics founded on freedom, even marginality, the rejection of the established social and literary order, of the bourgeois spirit. His spirit of brotherhood with Jack Kerouac has never wavered. http://fr.wikipedia.org/wiki/Pradip_Choudhuri From an interview given to Alain Jegou and published in Pphoo

Essence and Aroma of Asphodels in Inferno39

FIRST MOVEMENT … well, but then, you are obviously a bohemian; today you will hijack me, all my buds and roots, with your aggressive outpourings and the very next day you will surely disappear into the magic of a unique void…What is the percentage, O tell me, of our physical relationship in comparison to our LOVE…I’m sure I’ve practical knowledge of this absurd calculation…& then you’ll leave behind your lovely past to respond to an aimless, uncertain call of the road…seems you were with me long, long ago, in my previous life, perhaps…I can remember our conjugal life in Calcutta only as if in a dream…sometimes I can hardly remember your face…it appears, ceaselessly appears to me… as if we had lived together ages from now…(letter from Gouri) 1. The animal I desired Had failed to descend on this earth I still listen to its ceaseless cry While I’m seated alone In this shanty under a tree Outside the colorful walls and bridges of life 39 This poem appeared in The Assassin and The Dahlia, Pphoo Publishing, India

78


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Be music, O night So her endless sleep could Take to its heels To that theater-altar on the far side of existence… They’re there, the lustrous lewd personae With all their glory-begone musical instruments Awaiting a pristine dame freshly bathed in an ocean of sperm Integrate yourself, my Inner Core, an Ocean! inside my fist So her innumerable dreams are allowed to dream With eyes open and copiously see How again her lover is about to put his hands On the green flesh of the Earth Be a Voice, O sky That makes it possible to count aloud The every spark Coming out of her amazing form And, O look! How a horde of stars from above the sky Stooping to her somnolent face With one intention to see their faces Against the unique mirror of her face World, O eyeless world! Extend yourself like an unending path Sure enough, one day she’ll rise up from fire and ash-heaps And in a white morning she’ll guide you along through All the towns beyond time and space Busy alone to look at the outer space With heads erect Mother Earth; give her a piece of solar stone, pray, So her eternity remains luminous for ever … The primitive drawings of humans, Known and unknown Could guide you to your own abode 2. Look, please: In the air of your amorous Night How the white sheets of your writing block are turned automatically Now it’s time for you to put down your pen O hapless poet, tonight Allow me to throw you some tips On writing poems. Along with your futile imaginations Take away your colored spectacles -- with care & determination — Why should your face be so burnt and gone? Come on, shake off your fatigue

79


mgv2_68 | Indian Ocean Voices You’re but an adolescent, whereas I’m a complete woman… that is what I AM Look again, how the white pages Are on the point of taking a flight, rhythmically… Possible only from words turned-on, songs, Our lingering kisses Beyond an imaginary time and space. Poet, it’s maddening for me to bear this malformed urge Allow now these senseless pieces of white sheets to fly as they like Your only work of art is to take my weightless body On your lap This magic coitus, in fact, IS poetry you wanted to write All your life; For you know my love had never given in to any Rime or punctuation marks, bounded by any puny formulae. 3. Listen further, poet! You’ve been in the process of reincarnation From the very moment of your birth --- unaware! &THIS IS how I PUT DOWN ALL MY WORDS OF LOVE rhyme-less, punctuation-free passion sitting in the dark amidst starry light Foolish lover, great fool & baffled poet There’s no role whatsoever of words in poetry Love is poetry … even for trees and birds Now it’s time for you to throw away finally your fruitless block I don’t have anymore invisible worlds, any eternity … Like perfumed fluid I flow inside your veins, Poet! Time now, baby You’ve learned to isolate your carnal desires from women’s love I’m your dearest one, bed-mate, Night, Saraswati… Source of your inspiration, …your fathomless Fall, Aye!

SECOND MOVEMENT … your letter finally surfaced after a long wait; red and blue envelope like always. The arrival of the present one is no less dramatic! As if in a trance, I go to my workplace only to re-enter “our” home with one desire: getting your letters. Today, on opening the door, I don’t find a trace of your letter; indeed, an immediate writhing sensation! I at once drop down on the bed without even having a wash; not caring for changing my dress. No, no, this cannot go on any longer…now; this is the end of our relationship. No more correspondence, no more tormenting, no-no…I have drained myself out for your love, tolerated all your wistful pranks for our love’s sake. Goodbye, hey Goodbye, sweet memories as well the bitter ones! My mind is already poisoned by certain expressions of yours, by your bizarre life style … no more possible … ALL decided now.

80


mgv2_68 | Indian Ocean Voices I shot out of the bed … yes, the world itself is filthy. Love is not something out of the chains of the world. As a result, love, too, has to bear stains of this filth. Alone, O I’m just alone, I’m Ok, I’m free to do as I like ... A little before midnight, Sandhyarma suddenly appears from the other room. I had a talk with her re: your letters the previous day. “You got the letter?” says she. And immediately after, without waiting the conversation to prolong, she, as well as I, starts a frantic search for your letter. NO IT’S NOT THERE, nothing, anywhere. Where’s the letter???????? Sandhyarma suddenly starts reasserting: It’s me, myself, who has inserted it through the small empty space between the door and the floor, yes, I DID … finally your “helpless” letter was spotted at the far end of the room, under the cot, lain in red and blue dress … I am now tranquil when I’m through with your letter. The small band of chirping sparrows fly overhead. Now, how I remember that they are the same dear creatures who are evidences not only to your writing poems, but they are equally witnesses to many a nocturnal activity of yours. O dear, I cannot wait any longer. I’m taking the 10/04 flight to Calcutta, for sure. Both Dimi and you, dress yourselves properly while entering the tarmac of the air port. Madness takes hold of me during the changes of seasons. Attraction for Dimi also pulls me very hard …YOUR LOVE ALONE SHALL BE THE CAUSE OF MY END, please note …. (letter from Gouri) 1. I have plunged into the black and magic Night from inside the ultraviolet circle of light, the colorful spectrum inherent in flesh and blood. Grasshoppers start dancing intoxicated by my LOVE You have entrusted this mysterious death to me only ten days before you opted for death Will the red wine get redder On our marriage anniversary this year? Who had come to the drawing room this midnight? By whose blood has this mattress been soaked? It is as bloodstained as desert cries after delivery— Two camels keep on staring at the sky in an entranced intimacy while, a donkey is busy counting every stone chips in an embroidered mosaic. Reinstall the Earth between my formless breasts O, Poet!-The long winter with her soft and delicate surrender Love outlives itself by keeping its two huge feet on Life and on Death— It is perhaps the beginning of an unwritten epic.

81


mgv2_68 | Indian Ocean Voices 2. She stands upon the sky Like a brilliant name Even now she is a sparkling beauty; Today; and the next day…all our life, A small day. This hurricane ravaged interior This insignificant romping in the shadow of a short life Like her Like the sparkling white feather floating past the limits of the upper skies. But alas! Today, tomorrow perhaps, We have to be on the witness box of the COURT room I have to accept the punishment For my untrue exaggeration of her undone tresses of her golden locks, Yes, I have to live under the shadow of the sentence Now… This only is a short interval. Yes, whatever I said about her unique beauty Is all untrue --- lie, lie, As the Great Truth lies hidden in the bottomless Great Lie to undoubtedly sustain man in this Earth. In spite of everything she is a sparkling beauty everyday, today And the days that follow. The day of our life O such a short day. 3. Yes, give me that love like a tree, Where wind and birds Sing a chorus Although they’re aware What a real Night is: Engulfing eerie darkness of the creation… Love me at this backdrop Free from any conditions. Give me your love as if it’s rain The ageless rain on the move From a forgotten world A clear voice Of the wise and the foolish Of unfortunates and fools Yes, rain is my love Falling down as white flakes of the endgame of human relationship upon all of us Flowers! Love to learn the art of blooming Flowers grow grow grow Even around graves of enemies

82


mgv2_68 | Indian Ocean Voices I demand this endemic love from you.

THIRD MOVEMENT A BEACON …doesn’t know; neither sleep nor awakening… 1. Little after midnight … the third quarter, is it? I’m seated in this rectangular room … Silent … Music fading … Histories of my misadventure have all been hidden In the printed pages They’ll stay there a little while unmoved In the midst of the shrewd blood-thirst and then will be thrown into the half a thousand privies --- drains and latrines --- where reposes silence. Unique distractions, indeed! I don’t like to wake up these punctuation-free dead words Time forgets duties after midnight, and pries, Around the branches of the Acacia Suma, observes How winter leaves indifferently nip from the stalk on the lap of eternity knee down, weeping “Hard times, that’s who I am”. Dead souls sleep and dream in its vast territory: Broken horizons of consciousness Cruel sounds along the tide-torn riverbank … Creation. This song-fearing sound, these reverberations, Tell me Nature, are they so obligatory? I’m seated by this writing desk motionless For eleven days in the same trance now … The mode of a “search” or meditation is still unknown to me The tin can of poetry has been drained off By the contraction and expansion of this soul-less night My last poem was written in hunger without imagination that makes food savory … “Morning sun with your greed for Fire, Once, At least once, I’d seen you vanquished at that inauspicious dawn When, lying outside the morgue I marked my passionate kiss on the lips of A fully blossomed star, Reaching down to its knees” Today, a little after midnight, the plastic flowers in the vases Around me

83


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Are beaming in the vernal season Rose buds peep their heads from inside the cupboard A mysterious music-note from afar Being spread in my undying soul “My soul does not know; neither sleep nor awakening” Is this, then, the language of meditation? The language of union between The creations and the creator? A little after midnight the white waters that stream Down the Himalayas, Tides of the river Iravati, as well as the heart of a poet, Do not care; neither sleep nor awakening. 2. Even today I traverse along And finally cross the empty public thoroughfare An electrified horizon, A sky pregnant with memories Tinsel covered, golden. Mad pilgrim! What ephemeral human forms you are upon? Who you’re determined to join face to face? Or is it only the forgotten memory Of your long-lost community of tribes Of trees, birds and reptiles Maybe the echo of that gorgeous cry Of the gorilla or the yeti? Who visit the foothills during the total eclipse!! Naked boy! Sorry, you couldn’t do that. As a result, you’ve come back with bent head To your cannibalistic prison-hearth This end-December, You strange hunchback! Welcome, absolutely welcome!! You had a promise to plunge into the river Iravati From the peak of the Triund valley “O God!” with this sacramental screams. Ah ha! Later you shrieked from your promise Considering it irrational This dream-freedom is beyond your reach You popinjay! You are but a demi-adventurer, a movie model Merely paid for playing the role of an ascetic. You’re trapped, indeed! Now it’s time for you to look at your nakedness With care — at the alert pores of your skin Look again, look endlessly again For the last time, if you please! Come on, “My world is hidden somewhere here Alone, including the flaming fire This sacred flame, that never dies”.

84


mgv2_68 | Indian Ocean Voices 3. Every midnight I cross this public thoroughfare Someone, evidently a conman, pimp Comes near me and says, “Where’s the fun, buddy To be in disguise for so long a time While your home awaits you So eagerly Your garden of paradise --“In this heavenly garden all the prostitutes, Expert danseuses wait with both furry And clean shaven body As well, you’ll find all your ex-lovers, dead and alive You’ll be amazed to see how hang The seven worlds on the nipple of Suchitra That undying first flame of your life, Your blinding adolescence, thoroughfares, townships, Lightning or a mirage amidst the crowd, That’s for you to decide. “Poet, you’ll discover the oasis, soaked in Pubic perspirations of your muse Saraswati …” A valley, maybe a plateau, the tireless Fountain of desire Flows down the Himalayas; And if there still exists divinity Yes it exists, there there there --The roots of the navel of a dead man The furnace that gives refuse to celestial desires This midnight I traverse my own body All its trespasser’s lanes This Golden city inside flint glass... O, dear pimp! All that you say is true I know instinctively, I know Truth is an unending mirage, These eternal Truths slated for man. But tell me just once, Do they all reside only in female forms? Yes, perhaps; Another midnight, Before navigating another planet, It was a woman who enlightened me With all kinds of lies She calls me from the other side of the Iravati by night And she keeps me awake every night Beyond Truths and Falsities With her ferociously flashed eyes.

FOURTH MOVEMENT CANCER ORBIT

85


mgv2_68 | Indian Ocean Voices 1. Silence of this winter night Foggy and dense Formless and beyond the limits of wisdom: abstract, as if there never existed any music not even the sound of coitus of community people All invocations! Silence! God-gifted penis! After how many centuries Will you enter into the vagina of your personal Muse --Your creation-With the ferocity of a thousand fountain? When will you cross this dense desert sand? Which mystery, mysterious woman Of this cancer-orbit Will show you the road to the other planets? Your soul doesn’t need rest For, evidently you don’t have a soul There is no human land Between the sky and the human earth There is no more unexplored method of fucking In the Kama-Sutra So you could restore your lost virility Separated from a lifeless cunt --Basudeb is dead, so is Subhas Morning telegrams bring only death music Dry and colorless Fall Friendship and rancor Both sides of the coin are the same, alas! Gray imaginations The sun of this foreign land, an illusory flash! Visionary! Your illusions alone are true Here alone are the uncompromising adventures Of countless sperm. After the total devastation of men and women The sperm-river takes a different turn Sweeping the ashes With the movements of an imposter Just to end up in a “virgin” river --Who cares to know that it’s A war between just and unjust A long march --Gratification of a dream? This is, then the Mahabharata Born of a thousand fountains Oozing from those celebrated, Mensing women The source of which is love, The sperm flow of times? WISDOM Is it then In the glow of this invincible crematory We’ll look at each other with love

86


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Once again Differently, a million more times? Our intelligence will die But a new fiesta of retracing The scattered-about consciousness Will still continue to lull--A state of wakefulness between coitus And sleep? Or, Even before the extinction of human civilization --- and I’m three score years and three --I’ll lift you on my lap with brutal affection Never forget, Darling, although you’re still 14, And at 14 you have overcome the cycle of lives I too AM ready, dark night And hungry crematorium. You start yourself burning again In our collective prayer of the resurrection Open up the hissing tongue From inside your hissing cunt, source Of your virginity Roots of your navel from the underworld Tonight I’ll graft the living sexuality In a corpse The only witness is this cancer-orbit 3. This --- the cabin Where we are left alone To have a dialogue with infinity. But how long? There’s no answer. Flowers of the same garden left exacerbated At a distance of three yards Between our beds This cancer-orbit is inhabited By 5,300 and one That’s me; alone; temporarily … Open breasted Country women from playing cards’ joyland Keep vigil to me Their under clothes remain soaked Days in, days out. Times go past us unseen. We read the same books of life together We exchange the softest words of love We share the same pomegranate Red apples from Kinnor Healthy bananas Disobeying the eclipse of the cancer-orbit We often change beds While engaged in lengthy kisses

87


mgv2_68 | Indian Ocean Voices I put my hands in her furry regions The pink hole… “O press yourself harder if you like” She provokes, “Don’t be afraid of this puny death, Death, in fact, is but a myth, you’ll see Once you’ve been installed in this exciting orbit” This is what she says. I laugh; Sure enough, There’s no visible demarcation line Between life and death. Cigarette between my lips Her hand is a lighted matchstick Disobeying the eclipse of the cancer-orbit We often change beds While engaged in lengthy kisses I put my hands in her furry regions The pink hole … “O press yourself harder if you like” She provokes, “Don’t be afraid of this puny death, Death, in fact, is but a myth, you’ll see Once you’ve been installed in this exciting orbit” This is what she says. I laugh; Sure enough, There’s no visible demarcation line Between life and death. Cigarette between my lips Her hand is a lighted match stick This is how pass our days Sometimes, A little far from the cabin We sit near a mysterious lake With entwined fingers Interlaced, we reminisce, tell each other How love first befell us A few Inishfree ducks, swans at times, Carry on floating in the lake With mad desire they cut the lake waters into pieces I go back to my souvenirs Of the Buddha Of W.B.Yeats Of Barry Edgar Pilcher with his saxo-beavers I’m in a trance, maybe --In front of all around us I embrace my cancerous lover With all my might She shudders and yells a scream She weeps This ceaseless fountain-water Is it all a reality inside truth? This cry, this known woman These desire-prone ducks and swans Them, they too are true?

88


mgv2_68 | Indian Ocean Voices The devastated waters of the lake??? I’m in a unique spell of reality…trance! We again change our beds in that enchanting night I find myself on the other bed Kept embraced by two swans underneath their plumed wings My prick inside their giggling meat. That was all, which was the last act Just seven days after our magic coitus They brought out my devastated love From inside a city morgue Surprise, All the rules of haven and earth Are momentary surprises which last for a lifetime?

FIFTH MOVEMENT CRESCENDO CONSUMMATION OF LIFE HERE AND WHAT RESTS BEYOND 1. Yes, the cancer-orbit Even trees and creepers are harassed by death With it’s rumbling waves. Smoking cigarette is prohibited here, Yes, I know. It’s a common knowledge that forbidden fruits Are to be devoured By doctor and nurses… concubines of God Who always is so fond of Dionysian orgies! “We are sorry, but you know it well How smoking is prohibited in this Cancer-Orbit” The fairies add, “No problem, though, You could go out in the mango groves By the lake of the COP There really should be no problems” Everything is normal in this hungry orbit. Crossing its nocturnal threshold, I Come out first to the corridor prior to the empty terrace-And finally to the groves Asleep in December fog. Standing there I observe How the magic harlots, long-necked Vivacious Turkey swans Float on the dark waters of the lake As if, since long before the creation elsewhere.

89


mgv2_68 | Indian Ocean Voices “Forget, my soul! if you suddenly have a vertigo” I try regaining my strength. Taking a stick from the box of matches I pick out a cigarette from my black vest I’m almost ready to see it inflamed… But, amigo! What’s this in front of me? Why this road is so much covered with bokul, These milk-white flowers? This unending layer of “bokul”? At once surfaces before me My childhood, my adolescence The sprouting growth of my golden pubic hair Bokul…who are you, my fairy, at this hour of the night? SHE too likes bokul—O, what surprise! I forget my cigarette and like a madcap, Kneeling, I need to pick these flowers Down to the last one Freshly dropped from these magic trees I’m Hungry to pick them up What if they are innumerable? But no, I fail in my mission A woman covered in white apron Suddenly stands before me, says, “Please don’t touch them, I Demand you to go back to the cabin At once; Your patient is uncertain, really bad” “But why?” says I “she too loves bokul” “Sorry, no they’re not the flowers you imagine They are only parched rice. The patient of your next door cabin Passed away a half-hour ago This rice is offered to the departed soul” Difficult for me to recollect myself --- anymore, no more --Putting all my strength on the two knees, I start picking up all those parched rice And enter them inside my mouth, all, all… One after the other, After long centuries of hunger I’ve finally got my proper food, This heaven-sent sweet rice Offered to a cruel destiny and absurd god Ah! This taste, of Life and Death Together, all at once!

90


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Pradip Choudhuri (Inde) Pradip Choudhuri est un poète et essayiste bengali né près de Calcutta (aujourd’hui Kolkata) le 5 février 1943. Il s'est d'abord fait connaître comme un des leaders du mouvement de la "Hungry Generation". Il écrit dans sa langue maternelle mais aussi en anglais et en français. Pradip Choudhuri a passé l'essentiel de son enfance et de son adolescence à Calcutta. Il raconte dans un entretien accordé à Alain Jégou que jusqu'à l'âge de six ans sa "passion première était de faire du cerf-volant", de compter les chèvres, de jouer et de courir sur les rails d'une voie de chemin de fer abandonnée. Ayant suivi son père, enseignant, au fil de diverses mutations, il a notamment vécu à Delhi et dans l'état de Tripura. Ses premières compositions poétiques sont des poèmes d'amour de facture traditionnelle et remontent à l'âge de 13 ou 14 ans. En 1962 il rentre à Calcutta et devient étudiant à la Visva-Bharati University au printemps 1963. C'est à ce moment que va débuter son véritable parcours poétique : il commence notamment à publier une revue trimestrielle d'art et de littérature, Swakal (Posséder le temps). A la fin des années 60, cette publication deviendra Pphoo, revue trilingue, anglais, français, bengali. Etudiant et poète contestataire très virulent, il est exclu de son université, pour cause d'écrits jugés obscènes et subversifs. Il se lie alors à de jeunes poètes et écrivains, notamment Saileswar Ghose et Subhas Ghose et se retrouve considéré comme un des leaders de la "Hungry Generation", la "Génération affamée" qui recevra très vite le soutien de la "Beat Generation" américaine, en particulier d'Allen Ginsberg et Lawrence Ferlinghetti. Depuis cette époque, Pradip Choudhuri est resté fidèle à un "idéal" poétique fondé sur la liberté, voire la marginalité, le rejet de l'establishment social et littéraire, de l'esprit bourgeois. Sa fraternité d'esprit avec Jack Kerouac ne s'est jamais démentie. http://fr.wikipedia.org/wiki/Pradip_Choudhuri D'après un entretien accordé à Alain Jegou, publié dans le recueil Ratri

L’essence et l’arôme des asphodèles infernaux Traduit de l'anglais par Beatrice Machet revu par Didier Ober et Fabrice Petit. Premier mouvement ... bon, mais après, tu es évidemment un bohémien ; aujourd'hui tu me détourneras, tu pirateras tous mes bourgeons et mes racines de tes effusions agressives, et demain tu disparaîtras certainement dans la magie d'un vide unique.. quel est le pourcentage, ô dis-moi, de notre relation physique comparée à l'étendue de notre AMOUR... je suis sûre d' avoir une connaissance pratique de ce calcul absurde .. et puis tu laisseras derrière toi ton adorable passé pour répondre à l'appel sans but, incertain, du voyage... il me semble que tu es resté avec moi longtemps, depuis très longtemps, depuis ma vie antérieure peut-être.. je peux me souvenir de notre vie à Calcutta mais comme s'il s'agissait seulement d'un rêve... parfois j'ai du mal à me souvenir de ton visage... il m'apparaît ; sans cesse il m'apparaît... comme si nous avions vécu des siècles ensemble .. (lettre de Gouri) 1. L'animal que j'espère N'a pas réussi à descendre sur cette terre J'entends toujours ses pleurs incessants Alors que je suis assis seul Dans cette cabane Sous un arbre Dehors les murs colorés et les ponts de la vie

91


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Sois musique, Ô nuit Pour que son sommeil dernier sommeil Puisse conduire à sa guérison Jusqu'à ce théâtre-autel du côté lointain de l'existence ... Ils sont là, les personnages lustrés et lubriques Avec leurs instruments de musique dont la gloire a foutu le camp Ils attendent une dame immaculée Fraîchement sortie d'un océan de sperme Intègre-moi, un océan, dans mon poing Pour que ses songes innombrables soient autorisés à rêver Les yeux ouverts et puissent aussi voir Comment son amant encore une fois pose ses mains Dans la verte chair de la Terre Sois une voix, O ciel Qui autorise le comptage De chaque étincelle Jaillie de sa forme étonnante Et, O regarde ! Comment une horde d'étoiles au dessus du ciel Se penche sur son visage endormi Avec l'intention de contempler leurs faces Dans le miroir unique de la sienne

Monde, O monde solitaire Etire-toi pareil au passage infini C'est sûr, un jour elle se dressera Dans le feu et les tas de cendre Et un matin blanc elle t'emmènera à travers Les villes au delà du temps et de l'espace Occupée seule à regarder l'espace inter sidéral Les têtes droites Terre-Mère ; donne-lui un morceau de pierre solaire, prie, Pour que son éternité demeure illuminée... Les dessins primitifs des humains, Connus et inconnus Qu'ils puissent te guider vers ta propre demeure

2. Regarde, s'il te plait, Dans l'air de votre Nuit amoureuse Comment les feuilles blanches de ton carnet se tournent automatiquement Maintenant il est temps pour toi de poser ton crayon O malheureux poète, cette nuit Permets-moi de lancer quelque pourboire Sur les poèmes que tu es en train d'écrire De même que de tes inventions imaginaires futiles Débarrasse-toi de tes spectacles colorés

92


mgv2_68 | Indian Ocean Voices - avec soin et détermination Pourquoi ton visage doit-il être aussi brûlé et absent ? Allez, secoue ta fatigue Tu n'es qu'un adolescent, alors que Je suis une femme accomplie .. c'est ce que je suis Regarde encore comment les blanches pages Sont sur le point de s'envoler, rythmiquement... Possibles uniquement à partir des mots branchés, les chants, Nos baisers prolongés Au delà d'un temps et d'un espace imaginaires Poète, c'est exaspérant pour moi de supporter cette pulsion (envie) informe Permets à présent aux morceaux de feuilles de papier blanc de voler Comme ils le veulent Ton seul travail artistique consiste à prendre mon corps sans pesanteur Sur tes genoux Ce coït magique, en fait, EST la poésie, celle que tu as voulu écrire Parce que tu sais que mon amour n'a jamais été offert ni A une rime ni à la ponctuation

toute ta vie

3. Ecoute encore, poète ! Tu as participé au processus de réincarnation Depuis le moment même de ta naissance -ignorant! & C'EST ainsi QUE J'AI DEPOSE MES MOTS D'AMOUR sans rime sans ponctuation la passion est assise dans l'obscurité entourée de la lueur des étoiles Amoureux transi, fou complet, déconcertant poète Il n'y a aucun rôle quelque qu'il soit pour les mots en poésie L'amour est poésie ... même pour les arbres et les oiseaux A présent il est temps d'enfin jeter ton carnet stérile Je n'ai plus de mots invisibles, plus d'éternité ... .. Comme un fluide parfumé je coule dans tes veines, Poète ! C'est le moment, chéri Tu as appris à isoler tes désirs charnels De l'amour des femmes Je suis ta préférée, compagne de lit, Nuit, Saraswati ... Source de ton inspiration, ... ton insondable Chute, Mais oui !

Deuxième mouvement ... Ta lettre a finalement refait surface après une longue attente, enveloppe rouge et bleue comme toujours. L'arrivée de celle-ci fut assez dramatique . Comme dans une transe, je vais à mon travail uniquement pour mieux rentrer chez nous pleine du désir d'avoir reçu ta lettre. Aujourd'hui, en ouvrant la porte, je n'ai pas trouvé trace de ta lettre, une sensation immédiate de ventre noué crois-moi ! Je me suis jetée sur le lit sans même m'être lavée ; ne me préoccupant pas de changer de robe. Non, non , cela ne peut plus durer (pensai-je)... c'est à présent la fin de notre relation. Plus de correspondance, plus de tourment, non non... je me suis vidée de ton amour, j'ai toléré toutes tes fredaines mélancoliques au nom de notre amour. Au revoir, ohé salut souvenirs, les doux comme les amers, .. mon esprit est déjà intoxiqué par certaines de nos expressions, par ton style de vie bizarre .. ce n'est plus possible...

93


mgv2_68 | Indian Ocean Voices C'est tout décidé maintenant. J'ai bondi du lit.... oui, le monde lui-même est dégoutant. L'amour est impliqué dans tout ce qui enchaîne le monde. En conséquence, l'amour, lui aussi, doit supporter les salissures de cette cochonnerie, seul. O je suis simplement seule, je vais bien, je suis libre de faire ce que je veux... Un petit peu avant minuit Sandhyarma est soudainement apparue à l'autre bout de la pièce. J'avais discuté avec elle au sujet de tes lettres du jour précédent. " As-tu reçu la lettre ? ", dit-elle. Et tout de suite après, sans attendre que la conversation s'installe, elle comme moi, nous nous mettons à rechercher frénétiquement ta lettre. NON CE N'EST PAS LA, rien, nulle part. Où est la lettre??????? Sandhyarma affirma alors : " c'est moi, moi-même, qui l'ai glissée dans l'étroit espace sous la porte, oui, je l'ai bien fait " ... pour finir ta lettre " inutile " fut dénichée dans le coin le plus éloigné de la pièce, sous le petit lit, allongée dans sa robe rouge et bleue... Maintenant je suis tranquillisée, comme toujours en lisant ton courrier. La petite bande d'hirondelles gazouillantes me survole . Je réalise à présent que ce sont bien les mêmes chères créatures, des évidences pour toi qui écrit des poèmes, mais aussi les témoins de nombreuses de nos activités nocturnes. O chéri, je ne peux plus attendre plus longtemps. Je vais prendre le vol 10/04 pour Calcutta, c'est certain. Dimi et toi soyez bien mis quand vous entrerez sur le tarmac de l'aéroport. La folie s'empare de moi aux changements de saisons. Mon attirance pour Dimi me motive très fort... TON AMOUR SEUL SERA LA CAUSE DE MA MORT, prends- en bonne note ... (lettre de Gouri) 1. J'ai plongé dans la noire Nuit magique de l'intérieur du cercle de la lumière ultra violette du spectre coloré propre à la chair et au sang. Des sauterelles commencent à danser, droguées de mon AMOUR Tu m'as confié cette mort mystérieuse dix jours seulement avant de choisir de mourir. Le vin rouge devient-il plus rouge cette année, celle de notre anniversaire de mariage ? Qui est venu dans le salon en pleine nuit ? Par le sang de qui ce matelas a-t-il été trempé ? C'est aussi ensanglanté que le désert après la délivrance .. Deux chameaux continuent de fixer le ciel dans une extase intime pendant qu'un âne est occupé à compter chaque fragment de pierre dans une mosaïque chargée. Réinstalle la Terre entre mes seins informes O , poète ! L'hiver interminable avec sa douce et délicate reddition L'amour se survit en gardant ses deux pieds immenses sur la Vie et sur la Mort --C'est peut-être le début d'une épopée non écrite.

2. Elle se tient sur le ciel telle un nom brillant Encore maintenant elle est d' une beauté étincelante, Aujourd'hui, et demain .. toute notre vie, Un jour bien court.

94


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Cet ouragan ravageait l'intérieur cette insignifiante gambade dans l'ombre de cette courte vie comme elle comme la scintillante plume blanche flottant au delà des limites des cieux les plus élevés Mais hélas ! Aujourd'hui, demain peut-être Nous devrons nous présenter dans le box des témoins du tribunal Je dois accepter la punition pour mon exagération mensongère : des tresses pas faites dans sa chevelure dorée, oui je dois vivre à l'ombre de la condamnation Maintenant n'est qu'un court intervalle Oui, quoique j'aie dit à propos de sa beauté unique c'est archi faux ---- mensonge, mensonge, puisque la Grande Vérité se vautre cachée dans le Grand Mensonge sans fond pour indiscutablement maintenir l'homme sur Terre. Malgré tout elle est d'une beauté étincelante chaque jour, Aujourd'hui Et les jours qui suivent . Le jour de notre vie ô, une si courte journée. 3. Oui offre-moi un amour pareil à cet arbre, où le vent et les oiseaux chantent un refrain bien que conscients de ce qu'une Nuit réelle est : Engloutissement sinistre de la création ... Aime-moi sur cette toile de fond libre de toutes conditions. Donne-moi ton amour comme si c'était la pluie La pluie sans âge venant d'un monde oublié la voix claire du sage comme du fou des malheureux et des idiots Oui, la pluie est mon amour tombant en blancs flocons, ceux d'une fin de partie, la fin des relations entre humains, tombant sur nous tous Fleurs ! l'amour pour apprendre l'art de la floraison Fleurs grossissez grossissez grossissez Même autour de la tombe des ennemis je vous demande cet amour endémique Troisième mouvement Un Phare ... ne sait pas, ni ne dort ni ne s'éveille ...

95


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Un peu après minuit .... le troisième quart, n'est-ce pas ? Je suis assis dans cette pièce rectangulaire ... Silencieux ... Musique s'évanouissant .... Les histoires de ma mésaventure ont été dissimulées dans les pages imprimées Elles resteront là un moment inchangées au sein de la juste soif de sang et puis seront jetées dans le demi-millier de toilettes ... égouts et latrines .. où repose le silence. Distractions unique, vraiment !

Je n'aime pas réveiller ces ponctuations- libres mots morts Le temps oublie ses devoirs après minuit, et furète, autour des branches de l'acacia, observe comment l'hiver s'en va indifférent un saut sur le bord des genoux de l'éternité agenouillée, pleurnichant : " Des temps difficiles, voilà qui je suis ". Des âmes mortes dorment et rêvent en son vaste territoire : Les horizons brisés de la conscience Des bruits cruels tout au long de la rive déchiquetée par le courant .. . La création. Ce son de chant épouvanté, ces répercussions, dis-moi Nature, sont-ils vraiment obligatoires ? Je suis assis immobile au bureau d'écriture depuis onze jours dans la même transe... Une méthode de " quête " ou de méditation m'est inconnue La boîte de conserve de poésie s'est trouvée vidée par la contraction et l'expansion de cette nuit sans âme J'ai écrit mon dernier poème en colère sans l'imagination qui donne sa saveur à la nourriture .... " Soleil du matin, avide du Feu , une fois, au moins une fois, je t'ai vu vaincu en cette aube propice quand, allongé hors de la morgue j'ai imprimé un baiser passionné sur les lèvres d'une étoile pleinement épanouie, qui s'était agenouillée. " Aujourd'hui, un peu après minuit, les fleurs en plastique autour de moi Rayonnent en cette saison printanière Des boutons de roses sortent furtivement leurs têtes du placard Une mystérieuse note de musique venue de loin s'infiltre dans mon âme immortelle " Mon âme ne sait pas, ni ne dort ni ne s 'éveille " Est-ce là, le langage de la méditation ? Le langage de l'union entre les créatures et le créateur ? Un peu après minuit les eaux blanches qui dévalent les pentes de l'Himalaya, marées de la rivière Irabati, comme celles du cœur du poète s'en fichent ; ni ne dorment ni ne s'éveillent.

96


mgv2_68 | Indian Ocean Voices 2. Encore aujourd'hui je chemine pour finalement traverser l'avenue vide un horizon électrifié, un ciel enceint de souvenirs couvert de guirlandes, doré. Pèlerin fou ! Sur quelles humaines formes éphémères es-tu Qui es-tu déterminé à retrouver yeux dans les yeux ou bien est-ce seulement la mémoire oubliée de ton long passé communautaire tribal perdu, tribus d'arbres, d'oiseaux et de reptiles Peut-être l'écho de ce pleur magnifique du gorille ou du yéti qui visite les collines pendant l'éclipse totale ! Tout nu ! Désolé, tu ne pouvais pas faire cela En conséquence en cette fin décembre, tu es revenu tête basse à ton foyer-prison cannibale toi étrange bossu ! Bienvenue, absolument, bienvenue ! ! Tu tenais une promesse dans la rivière Irabati depuis le pic de la vallée de Triund40 " oh Dieu " accompagné de cris sacramentaux. Ah ha ! Plus tard les hurlements perçants de ta promesse considérée comme irrationnelle cette liberté-rêve t'est inaccessible freluquet ! Tu n'es qu'une moitié d'aventurier, un figurant de film payé chichement pour jouer le rôle d'un ascète Tu es pris au piège, vraiment ! C'est le bon moment pour examiner ta nudité avec attention - les pores de ta peau en alerte regarde encore, regarde encore sans cesse pour la dernière fois, s'il te plaît ! allez, " Ma parole est dissimulée quelque part ici seule, elle comprend le feu ardent cette flamme sacrée, qui ne meurt jamais ". 3. Chaque fois à minuit je traverse cette voie publique Quelqu'un, évidemment un mec pas fiable, un maquereau vient près de moi et me dit : " Quel plaisir trouves-tu, mon pote à te déguiser pendant si longtemps alors que ta maison t'attend avec impatience ton jardin du paradis --" Dans ce jardin d'Eden toutes les prostituées, des danseuses expérimentées attendent lavées, épilées de près, leurs corps veloutés tu y retrouveras aussi toutes tes anciennes amantes, mortes et vives tu seras étonné de voir comment les sept mondes sont suspendus au mamelon de Suchitra cette première flamme éternelle de ta vie, 40

17 Km de Dharamsala, 2100 mètres d'altitude environ

97


mgv2_68 | Indian Ocean Voices ton adolescence aveugle, avenues, bidonvilles, lumières ou bien mirage parmi la foule, c'est à toi d'en décider. " Poète, tu découvriras l'oasis, trempé des sueurs de Saraswati ta muse... " Une vallée, peut-être un plateau, l'infatigable fontaine du désir coule depuis les sommets de l'Himalaya ; et s'il existe encore une divinité oui elle existe, elle est là là là --Les racines du nombril d'un homme mort le fourneau qui accorde son refus aux désirs célestes cette nuit je traverse mon propre corps toutes ses lignes enfreintes cette ville dorée à l'intérieur d'un verre de silex ... Ö cher maquereau ! tout ce que tu dis est vrai Je sais instinctivement , je sais que la vérité est un mirage éternel, ces Vérités immortelles éreintées pour l'homme. Mais dis-moi juste une fois, est-ce qu'elles résident toutes dans les formes féminines ? Oui, peut-être ; une autre nuit, avant qu'elle ne dirige une autre planète, ce fut une femme qui m'éclaira avec toutes sortes de mensonges la nuit elle m'appelle de l'autre côté de l'Irabati et elle me tient éveillé chaque nuit au delà des Vérités et des Faussetés de ses yeux qui lancent des éclairs féroces.

Quatrième mouvement DOMAINE DU CANCER Silence sur cette nuit hivernale brumeuse et dense informe outrepassant les limites de la sagesse abstraite comme s'il n'avait jamais existé de musique ici pas même le bruit que font les gens de la communauté dans leurs coïts Rien que des invocations ! Silence ! Pénis cadeau de Dieu ! Au bout de combien de siècles pénètreras-tu dans le vagin de ta Muse personnelle, ta création avec la sauvagerie d'un millier de fontaines Quand traverseras-tu ce dense désert de sable Quel mystère, mystérieuse femme sortira de cette orbite-cancer Montreras-tu la route vers les autres planètes ton âme n'a pas besoin de repos car, évidemment tu n'as pas d'âme il n'y a aucun territoire humain

98


mgv2_68 | Indian Ocean Voices entre le ciel et la terre des hommes plus aucune manière inexplorée de baiser dans le Kama-Sutra qui permettrait de retrouver ta virilité perdue Séparé d'une chatte sans vie Basudeb est mort, ainsi que Subhas Les télégrammes matinaux n'apportent qu'une musique funèbre Chute sèche et incolore amitié et animosité, les deux faces de la médaille sont les mêmes, hélas ! Imaginaires gris, le soleil de ce pays étranger est un flash illusoire ! Visionnaire ! Tes illusions solitaires sont vraies seules ici, les aventures que ne compromet pas un innombrable sperme Après la destruction totale des hommes et des femmes la rivière de sperme prend un tour différent balayant les cendres avec les mouvements d'un imposteur juste pour se jeter dans une rivière " vierge " Qui ça intéresse de savoir qu'il s'agit d'une guerre entre juste et injuste une longue marche --récompense d'un rêve ? Voici ensuite le Mahabharata né d'un millier de fontaines suintant de celles célébrées, femmes menstruées la source de ce qu'est l'amour, le sperme coule-t-il du temps ? SAGESSE n'est-ce pas, puis dans le rougeoiement de ce crématoire invincible nous nous regarderons avec amour encore une fois différemment, un million de fois plus ? Notre intelligence mourra mais une nouvelle cérémonie festive de la reconstitution des miettes éparses de conscience continuera à endormir Un état d'éveil entre coït et sommeil ? Ou bien, même avant l'extinction de la civilisation humaine et j'ai soixante trois ans je te hisserai, affectueusement brutal, sur mes genoux N'oublie jamais, Chérie, même si tu n'as encore que quatorze ans, à quatorze ans tu as vaincu le cycle des vies moi aussi je suis prêt, nuit noire et crématoire affamé. Tu recommences à brûler Dans notre prière collective pour la résurrection ouvre la langue sifflante à l'intérieur de ta chatte chuintante, source de ta virginité racines de ton nombril émergeant des enfers cette nuit je grefferai la sexualité vivante

99


mgv2_68 | Indian Ocean Voices sur un cadavre le seul témoin est cette orbite-cancer Voici --- la cabane où l'on nous laisse seul pour dialoguer avec l'infini. Mais combien de temps ? Il n'y a pas de réponse. Les fleurs du même jardin qu'on laisse exaspérées à une distance de trois kilomètres entre nos lits cette orbite-cancer est habitée par 5300 plus un c'est moi ; seul ; temporairement. Les paysannes de jeux de cartes sont dépoitraillées elles me veillent leurs sous vêtements demeurent trempés jours avec, jours sans. Le temps va plus loin que nous, inaperçu. Nous lisons les mêmes livres de la vie ensemble nous échangeons les mots d'amour les plus doux nous partageons la même grenade les pommes rouges de Kinnor des bananes bonnes pour la santé Désobéissant à l'éclipse de l'orbite-cancer nous changeons souvent de lits pendant qu'occupé à de langoureux baisers je promène mes mains dans ses recoins pileux le trou rose .... " Ô serre toi plus prêt si tu veux " Elle provoque, " N'aie pas peur de cette petite mort, la mort en fait n'est rien qu'un mythe, tu le verras une fois installé dans cette orbite exaltante " C'est ce qu'elle dit. Je ris ; c'est sûr, il n'y a pas de ligne de démarcation visible entre vie et mort. Une cigarette entre mes lèvres sa main est une allumette incandescente c'est ainsi que se déroulent nos journées Parfois, Un peu plus loin que la cabane nous nous asseyons près d'un lac mystérieux les doigts emmêlés enlacés nous évoquons, nous nous racontons comment l'amour nous était survenu quelques canards en liberté, des cygnes quelques fois, passent en flottant sur le lac leur désir fou découpe le lac en morceaux je retourne à mes souvenirs du Bouddha de W.B Yeats de Barry Edgar Pilcher et son saxo-castor je suis en transe, peut-être... Devant et tout autour de nous

100


mgv2_68 | Indian Ocean Voices J'embrasse mon amour cancéreux de toutes mes forces elle frissonne et lance un hurlement elle pleure cette inépuisable fontaine d'eau est-ce là toute la réalité à l'intérieur de la vérité ? Ces pleurs, cette femme connue ces canards et cygnes enclins aux désirs eux, eux aussi sont-ils vrais ? Et les eaux dévastées du lac ? Je suis sous le charme unique de la réalité ... transe ! Nous changeons encore de lits en cette nuit enchantée Je me retrouve sur l'autre couche maintenu enlacé sous leurs ailes par deux cygnes ma queue dans leur chair gloussante Ce fut tout, ce fut le dernier acte Et sept jours après notre coït magique ils sortirent mon amour dévasté de la morgue surprise, toutes les règles célestes et terrestres sont une surprise momentanée qui dure ce que dure la vie

Cinquième mouvement CRESCENDO : VIE QUI S'ACHEVE ET CE QUI REPOSE AU-DELA Oui, le pavillon des cancéreux Même les arbres et les plantes grimpantes sont terrassées Par les rouleaux des vagues de la mort Fumer une cigarette est ici interdit, Oui je sais Un savoir ordinaire qui interdit aux fruits D'être dévorés par les médecins et les infirmières ... concubines de Dieu habituées et friandes des orgies Dyonisiaques ! " Nous regrettons , mais vous le savez bien, fumer est interdit dans ce pavillon " les fées ajoutent : " par contre aucun problème si vous allez aux bosquets de manguiers près du lac du PDLP41 vraiment aucun problème à cet endroit " tout est normal dans cette zone affamée en traversant son seuil nocturne, je quitte le précédent couloir et vais vers la terrasse vide et finalement arrive aux bosquets endormis dans le brouillard hivernal Me tenant là j'observe Comment les prostituées magiques, les cygnes Aux long cous pleins de vivacité

41 PDLP ( COP= Cottage Of Peace) Pavillon De La Paix , la morgue.

101


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Glissent sur les eaux noires du lac Comme si présents là depuis bien avant la création. " Oublie, mon âme si soudainement tu as le vertige " J'essaie de récupérer mes forces. Prenant une allumette de sa boîte J'attrape une cigarette dans ma veste noire Je suis quasiment près de l'allumer Mais amigo ! Qu'est-ce qui se trouve devant moi ? Pourquoi le route est-elle couverte de bokul42, Ces fleurs d'un blanc laiteux. ? Cette étendue infinie de bokul Revêt tout de suite devant moi Mon enfance, mon adolescence La rapide éclosion de mes poils pubiens dorés Bokul ... qui es-tu ma fée A cette heure de la nuit ? ELLE aussi aime le bokul - ça c'est une surprise ! J'oublie ma cigarette et comme un fou, Je me mets à ramasser toutes ces fleurs Jusqu'à la dernière à peine tombée de ces arbres magiques Je les ramasse avec fébrilité Que se passera-t-il si elles sont innombrables ? Mais non, je n'ai pas réussi ma mission Une femme en blouse blanche Se tient soudainement devant moi et dit : " S'il vous plait n'y touchez pas, je vous demande de rejoindre votre chambre tout de suite, votre malade est entre la vie et la mort, vraiment pas bien. " " Mais pourquoi " dis-je, " elle aussi aime le bokul " " Je regrette, ce ne sont pas les fleurs que vous croyez ce n'est que du riz43. La patiente qui était dans la chambre voisine de la votre Est décédée il y a une demie-heure Ce riz est une offrande pour son âme en partance " Difficile pour moi de retrouver mes esprits --plus rien, plus rien Concentrant mes forces sur mes deux genoux, Je commence à ramasser tout ce riz Et le rentre dans ma bouche, tout, tout. ... Petite à petit Après des siècles de famine Je finis par obtenir ma propre nourriture Ce doux parfum divin du riz Offert à une destinée cruelle et à un dieu absurde Ah ! ce goût, de Vie et de Mort Tout ensemble d’emblée!

42 Bokul : grand arbre à feuilles persistantes dont les fleurs blanches minuscules éclosent pendant les mois d'hiver et qui ont une odeur sucrée. 43 Riz (desséché) = Selon les rites funéraires Hindous, le « Khoi », le riz est éparpillé dans toutes les directions sur le trajet qu'emprunte le cadavre jusqu'au crématoire où il est confié aux flammes. Aujourd'hui des fourneaux électriques.

102


Marmion to Fremantle, Western Australia, © Helen Hagemann Well, this is it almost. We have crossed this ocean, visiting a few of its most representative parts. We are now landing in Western Australia that Helen Hagemann who has also two poems published in this issue – and another poem who appeared in the now closed English section: Left-Over Wine – introduces to us. Western Australia by Helen Hageman Western Australia is the largest state in Australia with a population of 2.5 million. The state is divided into five regions; the Kimberley, the North West, South West, the Interior, and the Wheat Belt. Currently known as the ‘Boom state’, Western Australia’s greatest exports are minerals and energy with its chief export being iron ore, recently reaching 1 billion tonnes to China. The capital Perth is situated between the Indian Ocean and the Darling Ranges. The Ranges known as “the Hills” is a bush lifestyle of weekend pubs and country music. In the many National Parks, especially Mundaring Weir, there are waterways and lakes for canoeing with picnic grounds and camping facilities. Further east is the Avon Valley with its historic towns of York and Toodyay - packed with galleries, craft shops, cafés and heritage museums. Something unique to Western Australia is the country’s only monastic town, New Norcia, which was founded by two Spanish Benedictine monks. Many people in Western Australia live along the coast, so the lifestyle is surfing, swimming, boating, fishing, sailing, and all manner of wind sports. The Swan River weaves its way from Fremantle to the capital. The river takes its name from the famous black swans which are a cultural symbol as well as part of the city’s coat of arms. Perth is quite small compared to other capitals, but there is no pollution in the Centre CBD or along the coast, due to heavy industry being strategically placed further down the coast. Holidaymakers to Perth can visit Rottnest Island, which is situated just nineteen kilometers from the mainland. The locals call the island “Rotto” and with its aquamarine waters, like the Basin, families can afford to relax, snorkel near the reefs, or swim in the many safe bays. Bike riding is a popular pursuit as there are no commuter cars on the island. Although there are luxury houses and units, an average family can afford to stay in shared bungalows, camp or opt for cabin-style accommodation in the camping ground. An Eagle Express ferry ride back to Fremantle and you can wander amongst the shops, partake of the many restaurants and cafés. A favourite outing for families is to eat fish & chips at the many dine-in or take-away outlets. A day in Fremantle is a day spent with the seagulls hovering around your packet of chips. Finally, a visit to Kings Park, overlooking the Swan River is a must for any visitor. The park has over 400 hectares of natural Australian bushland. Native plants and cultivated gardens are a popular feature, as well as the many picnic grounds, bike paths, observation towers and telescopes that can view the upper reaches of the river, across boats, surfcats and windsurfers, to the Perth Zoo. Western Australia has much to offer its residents and visitors with interesting mining towns, its odd land forms like Wave Rock, the Bungle Bungles, and the Pinnacles. But last but not least, its beautiful Mediterranean weather.


Cormorants, Western Australia, © Helen Hagemann Eh bien, ça y est presque. Nous avons traversé cet océan, en visitant quelques-uns de ses endroits les plus représentatifs. Nous allons maintenant atterrir en Australie occidentale que nous présente Helen Hagemann, qui a également deux poèmes publiés dans ce numéro - et un autre poème qui figurait dans mgv2_english_section maintenant fermée: Left-Over Wine. L'Australie occidentale par Helen Hageman L'Australie occidentale est le plus grand État d'Australie peuplé de 2,5 millions d'habitants. L'État est divisé en cinq régions, le Kimberley, le Nord-Ouest, le Sud-Ouest, l'Intérieur, et la Wheat Belt. Aujourd'hui connue sous le nom de «Boom State », la majorité des exportations de l'Australie occidentale se compose des minéraux, dont le minerai de fer qui a atteint récemment le milliard de tonne d'exportation vers la Chine, et de l'énergie . La capitale, Perth, est située entre l'océan Indien et la chaîne des Darling. Cette chaîne de montagne connue sous le nom "The Hills" offre un mode de vie typique du bush australien où l'on fréquente les pubs le week-end en écoutant de la musique country. Dans les nombreux parcs nationaux, en particulier dans le Mundaring Weir, il y a des voies navigables et les lacs pour faire du canoë avec des aires de pique-nique et de camping. Plus à l'est se trouve la vallée de l'Avon avec les villes historiques de York et Toodyay – où l'on trouve de nombreuses galeries, des boutiques d'artisanat, des cafés et des musées. Ce qui est unique en Australie occidentale c'est que s'y trouve le seul bourg monastique du pays: New Norcia, qui a été fondée par deux moines bénédictins espagnols. Beaucoup de gens en Australie occidentale vivent le long de la côte, de sorte que les activités tels que le surf, la natation, le canotage, la pêche, la voile, et tous les sports de vent y connaissent un grand succès. La rivière Swan s'écoule de Fremantle à la capitale. La rivière tire son nom des célèbres cygnes noirs qui sont le symbole culturel de l'Australie occidentale et sont aussi représentés sur les armoiries de la ville. Perth est très petite par rapport aux autres capitales, mais il n'y a pas de pollution dans le centre ou le long de la côte, du fait que l'industrie lourde soit placée stratégiquement plus bas sur la côte. Les vacanciers à Perth peuvent visiter l'île de Rottnest, qui ne se trouve qu'à dix-neuf kilomètres du continent. Les habitants l'appellent l'île "Rotto» et avec ses eaux turquoises, comme le Basin, les familles peuvent se permettre de se lâcher, plonger près des récifs, ou nager dans les nombreuses baies sécurisées. Faire du vélo est une activité populaire, car il n'y a pas beaucoup de circulation sur l'île. Bien qu'il existe des maisons et des résidences de luxe, une famille moyenne peut se permettre de séjourner dans des bungalows à partager, de camper ou opter pour l'hébergement en chalet dans le terrain de camping. Le ferry Eagle Express rejoint l'île à Fremantle et vous pourrez flâner dans les boutiques, découvrir de nombreux restaurants et cafés. Le sortie préférée des familles est de manger du poisson et des frites que ce soit sur place ou à emporter. Une journée à Fremantle c'est une journée passée avec les mouettes planant autour de votre paquet de chips. Enfin, une visite au Kings Park, donnant sur la rivière Swan est un passage obligatoire pour tout visiteur. Le parc compte plus de 400 hectares de bush australien. Les plantes indigènes et des jardins cultivés sont une attraction populaire, ainsi que les aires de pique-nique, les nombreuses pistes cyclables, les tours d'observation et les téléscope qui vous permettent d'observer le cours supérieur du fleuve, sur lequel voguent les bateaux, les planches à voile, les surfcats et les windsurfers, jusqu'au zoo de Perth. L'Australie occidentale a beaucoup à offrir à ses résidents et aux visiteurs: ses villes minières intéressantes, ses paysages aux formes étranges, comme Wave Rock, les Bungle Bungle, et les Pinnacles. Pour finir, et ce n'est pas rien, son climat méridional.


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Helen Hagemann – Australia Helen Hagemann has poetry & prose published in major Australian magazines, including Overland, Southerly, Island Magazine and Westerly. In 2009, her first literary collection "Evangelyne & other poems" was published by the Australian Poetry Centre, Melbourne in their New Poets Series. Paperbark Owl i Your view is a crimson evening sky, a day’s roost in hollows, banksia swamp. Quiet observer against the moon, you swivel your clockface, monocular. Some have called you wise, old whippoorwill. Others have listened for your inaudible wing. By day, a disturbance might open your shutters to the sounds of bells, bike wheels on a gravel road. In monsoon, you might be nudging in the nest, too sleepy to taste the black dots of butterflies. At night, eyes widen in the failing light chasing river wash; dense bladey grass full of morsels, not even hunger can abate. Tawny, pinto, as badge of mimicry, you covet the hour of sunset, primary wings silently batting above a scurrying path, your meal sending up leaves, to save appearances. ii Among the paintbrushes, Agavés, a ceremony of cars, we return to the carport from a nightly walk, and an owl crystallizes above. We have nothing to give, its slim body rigid in the moonlight, tiny beak clamped on sinuous string. ‘Look at that,’ we say, not seeing a nightjar in the suburbs before. Tiny face on eagle watch, motionless, calculates the distance between bush and escape. This relationship, we think, might be more than this one night's promise. We click the camera’s flash sending its eyes into orange alert, the bird’s impeccable plumage captured for a poem. In the absence of lizard or mouse, we scrounge for bits of bread, but in our haste to hold this grey and white chameleon, the nightjar shifts perspective, tail-rudder steering north, pulling away with the tilt of night. It’s good and bad in our streets, lawns squared in brick, yet there’s morality in two bush parks, trees bordering golf course with lake and waterfowl. In this fragility that shifts second by second the next night the owl returns.

105


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Helen Hageman a publié des poèmes et des textes en prose dans de nombreuses revues australiennes à portée nationale telles que Overland, Southerly, Island Magazine and Westerly. En 2009, son premier recueil “Evangelyne and Other Poems” a été publié par l'Australian Poetry Centre de Melbourne dans la collection nouveaux poètes. La chouette du paperbark44 i Ta vision n'est qu'un ciel du soir cramoisi, après une journée de sommeil dans le creux d'un banksia des marais Paisible observateur sur fond de lune, tu tournes la tête: un cadran cyclopéen. Certains te disent sage, vieil engoulevent. D'autres écoutent tes ailes silencieuses. De jour, quelque gêne te ferait ouvrir l'œil le son d'une cloche, les roues d'un vélo sur le gravier. A la mousson,tu restes dans ton nid, trop somnolente pour goûter aux papillons en suspension. La nuit, les yeux grand ouverts dans la lumière faible scrutant les bords de la rivière; l'herbe en épais brins où s'amoncèlent les proies ne découragera pas ta faim. Fauve, pie, des habits mimétiques, tu convoites l'arrivée du couchant, des ailes primaires affolés battent en silence au-dessus du chemin, ton repas projette des feuilles en l'air par simple pudeur. ii Parmi les pinceaux, Agavés, une procession de voitures, nous retournons au parking à pied dans la nuit lorsqu'une chouette se fige là-haut. Nous n'avons rien à offrir, son corps gracile et tendu dans la lueur lunaire, son bec fin accroché à un fil sinueux. « Regardez » disons-nous, n'ayant jamais vu d'engoulevent dans les parages avant. Petite tête au regard d'aigle, imperturbable, il évalue la distance entre le buisson et la fuite. Cette relation pourrait être plus que cette promesse nocturne pensons-nous. Nous déclenchons le flash de l'appareil photo irisant ces yeux de l'alerte orange, le plumage impeccable de l'oiseau capturé pour un poème. En l'absence de lézards ou de souris, nous dénichons de petits restes de pain, mais dans notre hâte de retenir ce caméléon gris et blanc l'engoulevent change de projets, sa queue-gouvernail mettant cap au nord, s'enfuyant à la faveur de la nuit. Notre rue recèle le bon et le mauvais, les pelouses bordées de murs au carré, pourtant la moralité prévaut dans ce parc aux deux buissons, ces arbres entourant le parcours de golf avec son lac et ses poules d'eau. Dans cette fragilité changeant à chaque seconde la nuit suivante la chouette réapparaît.

44 Arbre australien.

106


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Helen Hagemann

Australia

No-Ghost Mountain Blackwall, you are no longer a ghost but a green memory of youth. Clever mountain! What a surprise. You've kept developers from their view, only one road burning tyres at your base. It's been a while, as we climb a narrow slope, our breath deep and measured, until our bodies are intimate with each step. Brushing flies our hands sweep a course across jetties, oyster leases, a plethora of boats below. Tiny finches cut through the cracks of leaves, gracefully unseen. At intervals, we sit like chipmunks on a rock, dizzy with the heat, the weight of our packs. Huge shadowy forms arrive above our heads: geometric granite, cool caves and atoms of frogs beneath. High on the tabletop the greens and malachite blues of the bay leave us with nothing to say. We sit in the swishing, murmuring, pinnacle of silence. A stiff breeze rises, sidles into the cells of planets, into us.

Pas une montagne fantôme Blackwall, tu n'es plus un fantôme mais un souvenir vert de jeunesse. Montagne rusée! Quelle surprise. Tu t'es cachée des promoteurs, une seule route où des pneus brûlent passe à ta base. Il y a plusieurs années, alors que nous grimpions l'étroite pente, le souffle profond et régulier, jusqu'à ce que nos corps ne fassent plus qu'un avec nos pas. Ecartant les mouches nos mains balayaient à l'horizon des jetées, des parcs à huîtres, pléthore de bateaux en contre-bas. De minuscules pinsons traversaient comme des couteaux les lézardes entre les feuilles, avec grâce sans être vus. Parfois nous nous asseyions comme des écureuils sur un rocher, étourdis par la chaleur, le poids de nos sacs. D'énormes ombres se formaient au-dessus de nos têtes: du granite géométrique, des cavernes fraîches et des grenouilles comme des atomes en-dessous. Là-haut sur le plateau le vert et le bleu malachite de la baie nous laissaient sans voix. Nous nous asseyions dans le silence le plus profond, sifflant et murmurant. Une brise épaisse se levait, s'insinuait dans les cellules des planètes et en nous.

107


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Special Feature Norman J. Olson – USA Norman J. Olson, the artist, writer and poet lives in Maplewood, Minnesota. His images have been reproduced in dozens of art and literary magazines and publications throughout the world. A trip to Singapore February 26 to March 6, 201145 Singapore is an island, nation, and city at the tip of the Malay peninsula… getting there from Minneapolis, involved 12 hours on a big 747… we flew over the snowy fields of northern Minnesota and up across Saskatchewan… over the Great Slave Lake in North-western Canada and on to central Alaska… it was clear and sunny for almost the whole flight… the flight attendant wanted everybody to close their window shades and watch the movie, but, I was fascinated by the scenery… from more than thirty thousand feet in the air, the lakes and mountains of the Northwest Territory and of Alaska were sharply etched ridges of brown rock sticking up through the vast snow fields… the edges of the frozen lakes were bright sharp jagged lines in the white and I did see, at the edge of the sea ice, what looked like a small isolated village… a few straight lines in a grid of streets with no roads leading in or out… must have been an Eskimo village… amazing to think of people living in that kind of isolation… from the air, seeing the vast landscape of mountains and snow all around them… Then over the ocean, frozen to the horizon… occasionally the ice pack was cut by indigo lines, like a frozen Mondrian painting, which must have been open channels of water between the ice sheets… I felt very privileged to be able to see this uninhabited world of sea ice which was indescribably white and bright in the sunlight… soon the sea ice gave way again to the mountains of the Kamchatka peninsula… again serried rows of knife edges of rock sticking up through the snow… and with an occasional straight line showing that people had made their mark on that landscape… Getting off the plane in Tokyo one goes through a security screening run by polite and efficient Japanese men and women in dark blue uniforms… then a run through the airport to get on the flight to Singapore just before they closed the door… this leg was in a new Boeing 777 airplane… 7 hours in the air… it was a huge and beautiful airplane but there were thunderstorms over the South China Sea, so the flight was a bit rough at times… and it was dark, so I saw the empty blackness of the ocean and then patches of lights that must have been the Philippine Islands then landing after nearly twenty four hours of travel time at Changi airport in Singapore, at about one in the morning… Singapore is one of the worlds expensive cities…

some five million people live there, in a city of

skyscrapers and apartment blocks with the towering cranes and container movers of a huge port… a financial and business center, the nice hotels in the city were far too expensive for us, so on Hotels.com, I found a small hotel in what I was told was the “red light district” for $39… we often enough stay in really cheap hotels, so I was expecting something pretty seedy, but the hotel was actually clean with a flat screen tv, although the room was just big enough for the beds… Mary found the bed a bit hard, but I slept like a baby… 45 In spite of its extra regional position as regards to the Indian Ocean (Singapore is North of Indonesia), I thought this could also fit in the present issue as another invitation to tripping and decided to publish it. Walter Ruhlmann - editor

108


mgv2_68 | Indian Ocean Voices The green tiled bathroom was small and there was a shower without a curtain or shower stall, so, a shower included the sink and toilet, but, the linen was clean and the shower was hot and really felt good after all those hours in the air… and this was a long way from the seediest hotel we have ever stayed at… and it was only about a ten minute stroll to the Anjunied subway (MRT) station… the MRT has about five lines that criss-cross the island and is fast and efficient… and with a comprehensive bus system, we had no trouble getting everywhere we wanted to go for a few dollars each way… Singapore is a safe city, with virtually no crime and is really a beautiful place with lots of trees… the streets are clean and the traffic is a bit heavy, with the cars driving on the left, and lots of motorbikes… the red light district felt safe as we left and returned to the hotel any time of the night and day… there were prostitutes lined up along Sims Avenue… but there were other tourists, (cheap old white people like ourselves mostly) as well as lots of locals buying fresh fish and vegetables in the sidewalk shops or eating and drinking al fresco in the numerous and very cheap sidewalk restaurants… it was sad to see those beautiful young women being prostituted, presumably by the hard eyed and tattooed Malaysian men that were sitting keeping an eye on the women… it is hard to imagine anything more lonely and unsatisfying than paying someone who does not know or care about you for sex… but people do what people do I guess and who am I to judge either the women or their purchasers… and certainly nobody bothered us as we walked to the train station or bought a bottle of water at the vegetable store… We saw all of the tourist sites of Singapore, the glorious orchids, thousands of them, in the botanical garden, Chinatown (80 percent of the population of Singapore is Chinese) and Little India with their bazaars, street stalls and stores… an atmosphere of shops and restaurants… we had an amazing vegetable curry in a restaurant on Race Course Road in Little India, eating the veggies with chunks of fresh naan (tortilla like flatbread) like I saw the local people doing, using the naan for a spoon… we saw the Asian Civilization Museum where a lovely old docent gave us a tour…

I am especially fascinated by the Hindu religion about which I know almost nothing…

but

apparently there is a god who is dancing the reality of the universe into existence… fascinating way to look at things but I am so ignorant of Asian art and religion… that I do not begin to understand… we saw a huge and very beautiful, if a bit gaudy, Buddhist temple full of chanting monks, a drum and tiny cymbals tinkling… the air thick with incense… such a red on the walls… amazing… we saw a huge and magnificent hornbill bird wild on Palau Uben, a small wildlife island with walking paths… then we sat by the sea on a ruined concrete wall with some friends who met us in Singapore, talking and slapping the occasional mosquito… seeing the towers of Singapore in the distance… one gets to Palau Uben on what is called a “bumboat,” a small ancient wooden boat that will only sail when 12 people have showed up for the ride… cost of a dollar or two each… We ate satay, wood fire grilled lamb, beef and chicken on a skewer at about fifty cents a skewer… and more curry vegetables and naan in an old Victorian cast iron building full of food stalls, which sits amid the glittering skyscrapers at the edge of the financial district… tourists in shorts and tee shirts mingling with the Armani suits and high heels of the business people… under the gingerbread of ancient iron arches but of course the building has no walls so we sat enjoying the amazing food and watched a thunderstorm pass by… Every morning, I had breakfast at the little local restaurant in the subway station, a plate of noodles

109


mgv2_68 | Indian Ocean Voices topped with a fried egg for about a dollar… delicious and what the local people seemed to be eating… well, we spent six days traveling around Singapore, saw their zoo, all those amazing animals, orangutans living in the treetops… close to their native habitat… looking like beautiful old men and women as they hang from the branches thirty feet up… and the bird park… all well done but with the usual undertone of sadness those places have for the terrible things we are doing to the animals with whom we share this planet… And going everywhere on the subways and buses, we saw, met and talked to many many Singaporeans, mostly young, all well dressed and many with elaborate fashion statement hairdos swept this way and that… so many small and thin people… but it was interesting how few fat people we saw… compared with anyplace in the USA… also, except for a few enclaves of obviously rich people, most of the people on the island live in government housing which is generally huge complexes of apartment blocks… which looked well built and had laundry often on poles sticking out from the ubiquitous balconies… on occasion when we were on a corner studying our map, someone would come up and ask if we needed assistance and help us find whatever it was we were looking for… Well, I loved Singapore… I don’t know anything about the politics of the place but the people seemed very free spirited and happy, quiet and shy too… on the subway, young people would get up and offer us their seat… white hair will generally get you a seat on their subway, even when it is pretty crowded… and by the end of our time there, my feet were sore from all the miles that we walked… but the climate was gorgeous, temps in the upper 80s and almost always a nice breeze coming in from the ocean, so the sun was hot, but the shade pretty comfortable even on hot afternoons… three of the afternoons, we had thunder showers, which I guess is pretty typical for this time of year in that area and since Singapore is right on the equator, the climate is much the same all year… Then, on Saturday, we got on a Royal Caribbean cruise ship at Harbor Front Terminal in Singapore’s port area… it was interesting to have all the wonderful American food on the ship after eating the Singapore food for 6 days… sailing out of Singapore harbor in the evening, we saw the cranes and towers of the port area and of construction going on of yet more towers…

and the many many ships anchored in the harbor…

freighters,

container ships and oil tankers ranging in size from huge to gargantuan… and wondered how lucky we were to be on that beautiful ocean liner seeing those sights… The cruise ship stopped at two ports in Indonesia, Semarang on the north coast of Java and the Island of Bali which is just off the Eastern end of Java… the days at sea, I spent sitting in the shade of the life boats in a deck chair on the promenade deck, drawing and reading novels… my idea of a really good time… I love the sound of the waves crashing against the side of the ship and rolling back from the bow… the warm breeze across the South China Sea from Sumatra and later sailing along the coast of Java… in the Java Sea, seeing the ghostly cones of what must be enormous volcanoes and mountains going up into the clouds… Semarang is a huge industrial city and we hired a local taxi to tour the city and drive up the mountain a ways… the traffic was like nothing I have ever seen… no lanes, all the vehicles at all times within inches of each other and millions of motorbikes everywhere, often with mom, dad and babies one and two all piled on… the housing we saw ranged from ramshackle to almost middle class… with tons of people everywhere… and while it did

110


mgv2_68 | Indian Ocean Voices not have the prosperous look and feel of Singapore, people seemed to be getting on with their lives in one way or another… We saw coffee trees with flowers and coffee berries and coconut trees… stopped at a lovely park where we walked along the paths and climbed to a plantation of rubber trees with white sap oozing out on little metal spouts… and went to a market where the poorer classes shopped… there were also a number of shopping malls but they were supposed to be much like the Western style malls in Singapore, or any place in USA, so we did not go to them… the local market was amazing… just when we got there a great rainstorm started… the market was a roof or series of roofs, more accurately covering a warren of shops selling all kinds of goods, clothing, toys, watches, belts, jewellery, basically all of the stuff that people need to buy… in dozens and dozens of shops along narrow aisles, with the goods stacked on tables up ten or fifteen feet toward the ceiling where plastic bags and tarps made runnels for the rain water… to keep it off the goods… everybody was friendly, most spoke little English but were excited that we were from the USA… an old guy wanted me to sing “Hey Jude” with him, so I did that… and everybody was laughing and happy… showing us their babies and all of the goods for sale… we could not buy anything because all of the clothes were way way too small for us… as the Indonesians tend to be way shorter and skinnier than we are… but it was a really interesting experience and a chance to meet some of the Indonesian people on their turf… Bali was similar to Semarang but, a bit more affluent feeling, a smaller city but with the same crazy traffic… Bali gets lots of tourists, especially from Australia, so there are lots of shops selling arts and crafts, beautiful batik fabrics and other things the tourists would buy… we went to the shops, picked up a few souvenirs and saw the monkeys in the monkey park… weird little creatures that look for all the world like miniature people… outside the park, a vendor, an elderly lady and a four year old child, was selling bananas to feed the monkeys… the monkeys would come and hang around her stall and she would shoo them away with a broom… we saw a traditional Balinese house with a bed set up on a pedestal in a garden of flowers outside… it looked like a nice place to sleep… and a grandmother in the kitchen, also open to the outdoors preparing food… on the way back to the ship we got caught up in a Hindu procession… thousands of people dressed in fancy white outfits on foot and motorbike marching to a temple… I never did get straight what the festival was about but apparently it involved offerings to the Hindu gods… Well, after a couple of beautiful warm days on the ship, eating, lazing in a deck chair reading and drawing, we made it back to Singapore… spent the day seeing some of the sights we had not been able to fit in the week before and Sunday morning got back on the plane for Tokyo… going home, the flight to MSP was full, so we went from Tokyo to Portland, Oregon… a much less interesting flight as it was all at night during a dark moonless night over the inky black ocean all the way… until we basically flew into the sunrise just off the Oregon coast, flew into an orange and ultramarine sunrise and miles of fleecy pink clouds…. over the beaches of Oregon with lines of breakers, and the mountains of the coast range to plunge into the rain clouds and land in Portland… after a couple of spacey hours in the Portland airport, we took off for home and as soon as we broke through the clouds had a gorgeous view of 11000 foot Mount Hood poking its gray white volcanic peak into the robins egg sky… and then home… glad to see my bed…

111


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Impression from a vacation March 2011 by Norman Olson from jagged ice mountains to oceans of people who live among palm trees… we followed the spinning Earth five miles up, eating rice and drinking tea… corporations let us ride their amazing trains and ocean liners I saw ten dolphins and a few monkeys and tried not to think of the sad eyes and dusty thighs of the prostitutes who smiled shyly and said “hello” in response to our greeting, as we walked by, heading for the train station, a fried egg and a plate of noodles…

Souvenir de vacances mars 2011 Norman Olson depuis les montagnes couvertes de glace aux océans humains qui vivent sous les palmiers... nous avons suivi la rotation de la Terre à onze mille pieds, mangé du riz et bu du thé... les grandes compagnies nous autorisent à emprunter leur trains épatants et leurs longs courriers j'ai vu dix dauphins et quelques singes et essayé de ne pas penser aux yeux tristes et aux cuisses poussiéreuses des prostituées qui souriaient timidement et lançaient des “hello” en réponse à nos saluts, alors que nous passions, en direction de la gare, un œuf au plat et une assiette de nouilles...

112


mgv2_68 | Indian Ocean Voices Norman J. Olson – Etats-Unis Norman J. Olson, artiste, écrivain et poète vit à Maplewood, Minnesota. Ses illustrations ont été reproduites dans des dizaines de revues d'art et de littérature à travers le monde. Voyage à Singapour – 26 février – 6 mars 201146 Singapour est une île et une cité-état à la pointe de la péninsule malaisienne... y arriver depuis Minneapolis implique un vol de 12 heures dans un gros 747... nous avons survolé les champs enneigés au nord du Minnesota puis sommes passés au-dessus du Saskatchewan... au-dessus du Grand Lac de l'Esclave puis avons fait route vers le centre de l'Alaska... le temps fut clair et ensoleillé pendant la quasi totalité du vol... l'hôtesse de l'air insista pour que tout le monde fermât les volets des hublots et regardât le film mais la vue me fascinait... à plus de trente mille pieds au-dessus du sol, les lacs et les montagnes du Territoire du Nord-Ouest et de l'Alaska ressemblaient à des rochers

bruns aux crêtes aiguisées dépassant de larges étendues de neige... les berges des lacs gelées

dessinaient dans tout ce blanc des lignes découpées et lumineuses irrégulières et j'ai bien vu, au bord de la banquise, ce qui semblait être un petit village isolé... quelques lignes droites dans une grille de rues auxquelles nulle route n'arrive ni dans un sens ni dans l'autre... ce devait être un village Esquimau... c'est incroyable d'imaginer que des gens vivent dans un tel isolement... de là-haut, je voyais ce paysage de montagnes et de neige tout autour d'eux... Puis, nous nous trouvâmes au-dessus de la banquise à perte de vue... ici et là ces paquets de glace étaient zébrés de rayures indigo, comme une toile de Mondrian gelée, qui devaient en réalité être des cours d'eau à ciel ouvert coulant à travers la banquise... je me suis senti privilégié de pouvoir observer ce monde de glace marin inhabité qui était d'une blancheur et d'une luminosité incroyable... bientôt, la banquise laissa la place aux montagnes de la péninsule du Kamtchatka... encore un paysage de neige transpercé par des rangées de couteaux de roche en série... et, parfois, une ligne droite qui prouve que les gens ont laissé leur empreinte dans ce paysage... A la descente de l'avion en escale à Tokyo, on vous fait passer par un système de sécurité maillé d'hommes et de femmes japonais vêtus d'uniformes bleu foncé très polis et efficaces... c'est ensuite la course à travers l'aéroport pour embarquer dans l'avion à destination de Singapour avant que les portes ne se ferment... ce trajet se fit dans un autre appareil le Boeing 777... 7 heures dans les airs... c'était un avion magnifique et gigantesque mais les orages au-dessus de la mer de Chine méridionale ont rendu ce vol un peu difficile parfois... et il faisait noir, j'ai donc vu le vide ténébreux de l'océan parfois tâché de lumières qui devaient être l'archipel des Philippines nous avons atterri après presque vingt-quatre heures de trajet à l'aéroport Changi de Singapour à environ une heure du matin... Singapour est l'une des ville les plus chères du monde... environ cinq millions d'habitants dans une ville de grattesciel et de tours d'habitation avec les grues très hautes et les porte-conteneurs d'un port monstrueux... un centre financier et d'affaires, les grands hôtels de la ville sont de loin trop onéreux pour nous aussi avions-nous réservé un petit hôtel du « quartier rouge », m'a-t-on dit, sur Hotels.com, pour $39... nous avons souvent séjourné dans des 46 Singapour n'est pas dans l'océan Indien mais pour finir cette inviation au voyage, j'ai décidé de publier ce journal de voyage quand même. Walter Ruhlmann, directeur de publication.

113


mgv2_68 | Indian Ocean Voices hôtels bon marché et je m'attendais à ce que celui-ci soit plutôt miteux, mais en réalité il était plutôt propre avec écran plat, bien que la chambre fût juste assez grande pour y mettre les lits... Mary trouva que le lit était un peu dur, j'ai dormi comme un bébé pour ma part... La salle de bain carrelée de mosaïque verte était petite et la cabine de douche n'avait pas de rideau aussi prendre une douche voulait dire arroser les toilettes et le lavabo, mais le linge de toilette était propre et l'eau chaude, ce qui fut une bénédiction après toutes ces heures passées dans l'avion... et c'était surtout très loin de tous les hôtels que nous avions fréquentés jusque-là... en outre, il n'était qu'à dix minutes à pied de la station de métro MRT... la MRT a environ cinq lignes qui sillonnent l'île et sont rapides et agréables... ajoutée à cela une flotte de bus étendue, nous n'avons eu aucun mal à nous rendre là où nous souhaitions aller et ce pour quelques dollars chaque jour... Singapour est une ville tranquille avec pratiquement aucune criminalité et c'est un bel endroit arboré... les rues sont propres mais la circulation assez dense notamment en moto et la conduite se fait à gauche... le quartier rouge était plutôt tranquille que nous quittions ou revenions à l'hôtel à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit... les prostituées s'alignaient sur Sims Avenue.... et nous n'étions pas les seuls touristes (principalement des personnes âgées au budget modéré comme nous) et beaucoup d'autochtones qui achetaient des légumes et du poisson frais aux échoppes installées sur le trottoir ou mangeaient et buvaient à l'ombre dans les restaurants bon marché qui bordent également le trottoir... c'était assez triste de voir toutes ces jeunes et jolies femmes contraintes de se prostituer sous le contrôle sans doute de ces malaisiens tatoués au regard noir assis aux terrasses des restaurants... c'est difficile d'imaginer quelque chose de plus triste et insatisfaisant que de payer quelqu'un pour du sexe qui ne vous connait pas et ne se soucie pas de vous... mais voilà comment sont les gens et qui suis-je pour juger ces femmes ou ceux qui achètent leurs services... et personne ne nous importuna lorsque nous passions pour nous rendre à la gare ou pour acheter une bouteille d'eau au marchand de légume... Nous avons visité tous les sites touristiques de Singapour, les orchidées glorieuses, des milliers, au jardin botanique, Chinatown (80 pour cent de la population de la population de Singapour est chinoise) et la Petite Inde avec leurs bazars, les étales de rue, leurs boutiques... une atmosphère de marchands et de restaurants... nous avons mangé un curry de légumes incroyable dans un restaurant sur Race Course Road dans la Petite Inde, où l'on mange les légumes avec des morceaux de naan (un pain plat) comme j'avais remarqué faire les locaux qui utilisent le naan comme cuillère... nous avons visité le Musée de la Culture Asiatique dans lequel nous a guidé une ravissante guide d'un certain âge ... je suis plus particulièrement fasciné par la la religion Hindou au sujet de laquelle je ne connais pas grand chose... mais apparemment il y figure un dieu qui met au monde la réalité de l'univers en dansant... c'est une façon fascinante d'envisager les choses mais je suis si ignorant de l'art et de la religion Hindou... que je n'ai pas encore tout compris... Nous avons vu un temple bouddhiste gigantesque et vraiment beau, bien qu'un peu kitsch, où les moines chantaient et un tambour et de petites cymbales tintaient... l'air empli d'encens... un rouge incroyable sur les murs... nous avons vu un calao beau et énorme en liberté sur Palau Uben, une réserve naturelle sur une petite île jonchée de sentiers pédestres... puis nous nous sommes assis sur un petit mur décrépit avec des amis retrouvés à Singapour, nous avons bavardé et chassé les moustiques... observé les tours de Singapour au loin... on arrive à Palau Uben par

114


mgv2_68 | Indian Ocean Voices un canot, un ancien petit bateau de bois qui ne démarre qu'à l'arrivée de 12 passagers... qui paieront un dollars ou deux chacun... Nous avons mangé du satay, des brochettes d'agneau, de bœuf et de poulet grillé au feu de bois à environ cinquante cents la brochette... et toujours le curry de légumes avec son naan dans un vieux bâtiment d'acier de l'époque victorienne plein d'étals en bois, qui se tient au milieu des gratte-ciel étincelants aux abords du quartier financier... des touristes en short et tee-shirts qui se mêlent aux monde des affaires en costumes Armani et hautstalons... sous les anciennes arcades rouillées mais bien entendu le bâtiment n'a pas de mur aussi avons-nous mangé en appréciant cette nourriture exceptionnelle et regardé un orage passer... Tous les matins, je prenais mon petit-déjeuner dans un petit restaurant local situé dans la station de métro: une assiette de nouilles chinoises couvertes d'un œuf au plat pour seulement un dollar... c'était délicieux et tous les locaux semblaient en mangé aussi... enfin, nous avons passé six jours à nous promener autour de Singapour, avons vu le zoo, tous ces animaux fabuleux, les orangs-outans qui vivent dans les arbres... proches de leur habitat naturel... et ressemblent à de séduisants vieillards quand ils se suspendent aux branches à plusieurs mètres du sol... le parc aux oiseaux... bien aménagé mais toujours avec ce je-ne-sais-quoi de tristesse que l'on trouve dans ces endroits et qui rappellent toutes les atrocités que l'homme fait subir à ces créatures avec lesquelles nous partageons la planète... Nous baladant partout en métro ou en bus, nous avons rencontré beaucoup de singapouriens avec lesquels nous avons parlé. La plupart de jeunes gens, toujours bien habillés et aux coiffures à la mode, balayage à gauche, balayage à droite... tant de personnes petites et minces... mais c'est intéressant de réaliser le peu de personnes rencontrées... en comparaison de n'importe quel endroits aux Etats-Unis... et puis, mis à part une très maigre partie de la population plutôt nantie, la plupart des personnes qui habitent l'île vit dans des appartements d'état qui sont le plus souvent regroupés dans de grands ensembles... qui semblaient toutefois bien bâtis et d'où l'on voyait le linge sécher sur des poteaux placés sur les balcons qui se ressemblaient tous... de temps à autres, lorsque nous regardions notre plan pour retrouver notre chemin, quelqu'un venait à notre rencontre pour nous demander si nous avions besoin d'aide et nous indiquer le meilleur chemin à prendre pour nous rendre où nous voulions aller... J'ai vraiment aimé Singapour... je ne sais pas grand-chose de la politique du pays mais les gens semblaient être libres d'esprit et plutôt heureux, calmes et timides aussi... dans le métro, les plus jeunes se levaient pour nous céder leur place... les personnes âgées auront toujours une place pour s'asseoir dans le métro, même aux heures de pointe... et à la fin de notre séjour, j'avais mal aux pieds après tous ces kilomètres parcourus... mais le temps fut extraordinaire, la température au-dessus de vingt-cinq degrés et toujours cette légère brise marine, certes le soleil tapait et l'ombre était toujours un réconfort surtout les après-midi les plus chauds... trois fois nous avons assisté à un orage de mousson ce qui est plutôt typique à cette époque de l'année dans cette région, je suppose, et Singapour étant situé sur équateur, le climat ne varie pas beaucoup sur l'année... Puis, le samedi, nous avons embarqué sur un bateau de croisière de la Royal Caribbean au Harbor Front Terminal dans la zone portuaire de Singapour.... c'était agréable de retrouver la bonne vieille nourriture américaine après cette semaine passée à manger les produits locaux... en quittant le port de Singapour dans la soirée, nous avons vu

115


mgv2_68 | Indian Ocean Voices les grues et les tours de la zone portuaire et les chantiers en cours pour bâtir d'autres tours... et tous ces nombreux navires ancrés au port... des cargos, des porte-conteneurs, des pétroliers de toutes les tailles du gros au gargantuesque... nous nous sommes dits que nous étions bien chanceux d'être à bord de ce somptueux navire à contempler cette vue... Le paquebot a fait escale dans deux ports indonésiens: Sémarang sur la côte nord de l'île de Java et sur l'île de Bali qui se trouve à la pointe est de Java... les journées en mer, je les ai passées à dessiner et à lire des romans à l'ombre des canots de sauvetage sur un transat sur le pont avant... mon idée du bon temps... j'adore le bruit des vagues qui s'écrasent sur le bord d'un navire et qui sont refoulées par la proue... la douce brise en traversant la mer de Chine méridionale depuis Sumatra puis le long de la côte de java... dans la mer de Java, nous avons vu les cônes spectraux de ce qui doit être des volcans et des montagnes énormes qui montent jusqu'aux nuages... Semarang est une ville industrielle très importante et nous y avons pris un taxi pour en faire le tour et nous conduire jusqu'aux montagnes... la circulation ne ressemblait à rien de ce que je connaissais jusque-là... pas de voie, tous les véhicules roulant en même temps, les uns contre les autres, et des millions de moto tout autour, souvent montées par les pères, les mères et les bébés les uns serrés sur les autres... les maisons que nous avons vues allaient du taudis à l'habitat de classe moyenne... avec des tas de personnes partout... et bien que cette ville n'ait pas l'air aussi prospère que Singapour, les gens semblaient s'accommoder assez bien de ce qu'ils avaient, d'une façon ou d'une autre... Nous avons vu des caféiers en fleurs, des baies de café et des cocotiers... nous nous sommes arrêtés dans un joli parc dont nous avons arpenté les sentiers et sommes montés jusqu'à une plantation de caoutchoucs d'où l'on voyait les petites coulures blanches sortir de becs en métal... nous nous sommes rendus à un marché où la population la plus pauvre s'alimentait... il y avait aussi un certain nombre de centres commerciaux qui ressemblaient plus à ceux que nous avions vus à Singapour ou que nous trouverions aux Etats-Unis, aussi n'y sommes nous pas entrés... le marché local était incroyable... alors que nous y allions, un grand orage éclata... le marché était couvert de toute une série de toits qui couvraient bien savamment des rangées de boutiques où se trouvaient toutes sortes de produits: des vêtements, des jouets, des montres, des ceintures, des bijoux, en fait tout ce dont les gens ont besoin d'acheter... dans des dizaines et des dizaines de boutiques alignées le long d'allées, les produits étaient empilés sur des tables et montaient à plus de trois ou quatre mètres vers le plafond où des sacs en plastique et des bâches servaient de gouttière à l'eau de pluie... pour l'empêcher de tomber sur les marchandises... tout le monde ici était plutôt amical, la plupart des gens parlait un peu d'anglais et semblait très enthousiaste que nous soyons américains... un vieil homme voulut que je chantas « Hey Jude » avec lui, alors je m'y collai... et tout le monde rit joyeusement... ils nous montraient leurs marchandises et leurs bébés... nous n'avons rien pu acheter car tous les vêtements étaient bien trop petits pour nous... tous les indonésiens sont plus petits et maigres que nous... mais ce fut une expérience enrichissante et une vraie chance de rencontrer certains de ces indonésiens sur leur sol... Bali ressemble à Semarang, mais en un peu plus riche, c'est une petite ville mais avec la même circulation démente ... Bali accueille beaucoup de touristes, surtout en provenance d'Australie, donc il y a beaucoup de magasins où l'on trouve des œuvres d'art et de l'artisanat, des tissus de batik vraiment somptueux et d'autres choses que les touristes achètent... nous avons fait le tour des magasins, avons emmené quelques souvenirs et

116


mgv2_68 | Indian Ocean Voices avons vu des singes au parc des singes... de drôle de petites créatures qui aux yeux de tout le monde ressemblent à des personnes miniatures... A l'extérieur du parc, un marchand, une vieille femme et un enfant de quatre ans, vendaient des bananes pour nourrir les singes... ils venaient et traînaient autour de l'étal et elle les effrayait avec son balai... nous avons vu une maison balinaise traditionnelle avec son lit posé sur un piédestal dans un jardin de fleurs en extérieur... cela semblait être un bel endroit où dormir... et la grand-mère à la cuisine, qui donnait également sur l'extérieur, préparait à manger... au retour vers le paquebot, nous avons croisé une procession hindou... des milliers de personnes habillées pour l'occasion dans des costumes blancs à pied ou à moto avançant vers le temple... je n'ai jamais bien compris quelle était la raison de cette célébration mais apparemment cela impliquait des offrandes aux dieux hindou... Enfin, après quelques jours chauds passés à manger, faire la sieste dans les transats, à lire et dessiner à bord du bateau, nous sommes retournés à Singapour... nous avons passé la journée à visiter ce que nous n'avions pas pu voir la semaine précédente et le dimanche matin nous avons embarqué à bord du vol pour Tokyo... lors de ce retour, le vol pour Minneapolis étant plein, nous sommes partis de Tokyo vers Portland, dans l'Oregon... un vol sans intérêt d'autant qu'il faisait nuit, sans lune, au-dessus d'un océan d'encre... jusqu'à ce que nous arrivions à l'aube au-dessus de la côte de l'Oregon, volant au travers d'un ciel que la lumière du soleil levant teintait d'orange et de bleu marine et que traversaient de nuages roses cotonneux... par dessus les plages de l'Oregon, les vagues se fracassant contre les digues et les montagnes de la chaine côtière, avant de plonger dans les nuages et la pluie et d'atterrir à Portland... après quelques heures perdues dans l'aéroport de Portland, nous avons pris le vol pour rentrer à la maison et dès que nous avons traversé les nuages, nous avons pu admirer le mont Hood culminant à 3300 mètres qui jette son sommet volcanique blanc sur le ciel couleur d'œuf de rossignol... puis nous étions rentrés... et j'étais content de retrouver mon lit...

117


http://www.yourchildlearns.com/online-atlas/continent/images/indian-ocean.gif


mgv2_68: Indian Ocean Voices  

mgversion2>datura's 68th issue - July 2011

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you