Page 1

mgversion2>datura

mgv2_65 |06_2009

Featuring Artwork Norman J. Olson – Henri Cachau Poems & Stories Michael Rothenberg - Steve F. Klepetar - Henri Cachau Alex Galper - Joseph Armstead - Daniel Y. Harris G. David Schwartz – Christopher Barnes - Tendai R. MWanaka Dimtiris Lyacos - Jan Bardeau - Jan Oskar Hansen


mgversion2>datura

mgv2_65

2

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Mauvaise graine, revue créée à Cirencester, Grande-Bretagne, en 1996, publiée jusqu'en 2000. mgversion2>datura en ligne depuis 2002.

---

Mauvaise graine – a literary magazine – was created in Cirencester, UK in 1996 and printed until 2000. mgversion2>datura has been on line since 2002.

3


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

mgv2_65 | 06_2009 Illustration de couverture | Cover illustration: Norman J. Olson Illustrations intĂŠrieures | Inside illustrations : Henri Cachau Sommaire | Contents

Michael Rothenberg

First Thoughts

Steven F. Klepetar

In Your Veins Growing

Henri Cachau

Mister Hall

Alex Galper

The Devil’s Wheel

Joseph Armstead

Engine & Experimentation

Daniel Y. Harris

Defenestration

Christopher Barnes

The Phototherapist The Ridges Mother

G. David Schwartz

Crawling Toward the End of the Village

Tendai R. Mwanaka

I Remember

Dimitris Lyacos

18

4


mgversion2>datura

Jan Bardeau

mgv2_65

Confidences d’un troglodyte Didactique de l’ivrognerie Le renard apprivoisé La revanche de l’homme tronc

Jan Oskar Hansen

The Death of an Author The Psychopath The Hex Winter Algarve The Prophecy The Spirit of the Woods The Strength Hail to the Chief The Path The Clairvoyant Bleak Coast A Landscape

5

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

6

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

First Thoughts | Michael Rothenberg Flood of night toys Michael Rothenberg is an American poet, songwriter, editor, and active environmentalist in the San Francisco Bay Area.

Morning rain storm

In 1989, Rothenberg and artist Nancy Davis began Big Bridge Press, a fine print literary press, publishing works by Jim Harrison, Joanne Kyger, Allen Ginsberg, Philip Whalen and others. Rothenberg is editor of Big Bridge, a webzine of poetry. Rothenberg is also coeditor and co-founder of Jack Magazine

*

Who are these people twisting tongues in the kitchen? Why are they laughing in my sleep?

http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Rothenberg --Michael Rothenberg est un poète, parolier, éditeur et écologiste activiste américain qui réside dans la région de la baie de San Francisco.

*

En 1989, Rothenberg et l‘artiste Nancy Davis ont créé Big Bridge Press, une maison d‘édition de littérature et ont publié les œuvres de Jim Harrison, Joanne Kyger, Allen Ginsberg, Philip Whalen et d‘autres auteurs. Rothenberg est le directeur de publication d‘un webzine de poésie, Big Bridge. C‘est aussi le co-directeur et cofondateur de Jack magazine.

Coffee pot empty Boil water and they‘ll go away

*

Deluge at noon

High wind warning. Thunder lightning Hail & aquaplaning commuters Mudslides. Limbs down Orange trucks Highway crew in yellow parkas

*

7


mgversion2>datura

mgv2_65

Blah, blah, blah, jingle, jingle in my head Memorial service, Ft. Mason, 10am Rain blowing

*

Prime Minister Tony Blair Requests Seat Beside Barbara Streisand At Clinton White House Dinner Bash

Barbara Walters says, ―It was fabulous!‖

*

―If you had job, 9 to 5 you‘d know what it‘s like to try and keep a relationship working!‖

Walk in my shoes for a couple months, baby, then tell me what kind of job I‘ve got, exactly…

*

Then: ―I wish I could help but I want to stay friends‖ Could you explain that?

8

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Then: ―I don‘t want to get divorced until we get along better‖ Could you explain that? (It‘s getting harder)

Then: ―Hey,‖ I shout through naked bathroom door, ―Can‘t give you a ride to work. Sorry!‖ (run out the door)

Then: First clear day in exactly 7 days

*

Jog Highway 1 in gray sweats Get new bathroom light fixture Microwave cold coffee Pick poppy seeds from between my teeth Go back to morning journal 15 years ago

Was it any better…

(Mornings or writings ?)

*

9

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Eat tuna on toasted bagel Chewed a stick of Big Red gum Take ―Democracy In America‖ off shelf Feet cold, feel like crying Read experimental poetry book What kind of language is this?

*

Can‘t sleep. Call a friend. Need someone to talk to ―Sorry,‖ she replies. ―I‘m too tired to talk‖

*

Then:

Coffee and sexy makeovers on ―Sally‖ Ocean wavering under salmon mustard grape light of Fall

Long after midnight silent whir of clock Position telephone on electric blanket, call & call

Relapse into despair You don‘t work regular hours, she says, again

I don‘t understand (we already talked about that) 10

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Haven‘t you heard enough?

Make life over with new doo & new wardrobe What do we know?

Down the hall the dog scratches, stretches Maybe I‘m hard on myself

Today maybe wake up lose weight, get rich, wake up history Maybe if you ask. I‘m up to the task. Maybe you don‘t

* Here comes St. Valentine‘s... Arrows & hearts, hearts & arrows (Go away) Cherub slayer muckraker dreamer raising expectation Come back in a couple years with your enormous puffy pink innocence & barbed weaponry & romantic resurrection

Come back Broadcast this tense strung obituary with unfailing strike

(Go away) Point dipped in dark night of soul & rancid shrug

11

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

―Sally,‖ when bloody rouge spikes the gracefully thinning affliction Come back. I‘ll know what to do

*

Now that I‘m strapped for the long haul & all

12

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Premières pensées

Inondation de jouets nocturnes Pluie d‘orage matinale

*

Qui sont ces gens qui déblatèrent dans la cuisine? Pourquoi rient-ils dans mon sommeil ?

*

La cafetière est vide Faire bouillir de l‘eau et ils s‘en iront

*

Un déluge à midi

Avis de grand vent. Orage éclairs Grêle et aquaplanage de banlieusard Traces de boue. Membres arrachés. Camions orange Equipe d‘autoroute en gilets jaunes * 13

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Bla, bla, bla, tintent, tintent dans ma tête Messe du souvenir, Fort Mason, 10 heures du matin La pluie s‘abat

*

Au dîner de gala des Clinton à la maison Blanche Le premier Ministre Tony Blair Exige d‘être assis à côté de Barbara Streisand

Barbara Walters dit: ―C‘était fabuleux!‖

*

―Si tu travaillais du matin au soir tu saurais ce que c‘est d‘essayer de faire fonctionner une relation!‖

Prends ma place quelques mois, chérie, et dis-moi quel genre de travail j‘ai exactement…

*

Puis: ―J‘aimerais t‘aider mais je veux qu‘on reste amis‖ Pourriez-vous expliquer cela? 14

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Puis: ―Je ne veux pas divorcer avant qu‘on s‘entende mieux‖ Pourriez-vous expliquer cela? (Ca devient plus difficile)

Puis: ―Hé,‖ criai-je à travers la porte blanche de la salle de bain, ―Je ne peux pas t‘emmener au travail ! Désolé ! » (s‘enfuir par la porte)

Puis: Premier jour de beau temps depuis 7 jours

* Courir sur la première avenue en survêtement gris Acheter une nouvelle applique pour la salle de bain Réchauffer le café froid au micro ondes Retirer les graines de pavot d‘entre mes dents Retourner à mon journal intime du matin d‘il y a quinze ans

Etait-ce mieux…

(Les matins ou les mots ?)

*

15


mgversion2>datura

mgv2_65

Manger du thon sur un petit pain grillé Mâcher une tablette de Big Red Retirer Démocratie en Amérique de l‘étagère Les pieds froids, envie de pleurer Lire un recueil de poésie expérimentale Qu‘est-ce que c‘est que ce langage ?

*

Je ne peux pas dormir. J‘appelle une amie Besoin de parler à quelqu‘un. « Désolé » répond-elle « Je suis trop fatiguée pour parler »

*

Puis:

Du café et une transaction sexy sur ―Sally‖ L‘océan ondule sous du saumon à la moutarde au raisin lumière d‘automne

Bien après minuit, le ronron silencieux du réveil Mettre le téléphone sur la couverture électrique appeler, appeler

Se laisser aller au désespoir Tu n‘as pas un travail à heures fixes répète-elle

16

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Je ne comprends pas (nous en avons déjà parlé) N‘en as-tu pas assez?

Refaire sa vie avec une nouvelle coupe de cheveux et une nouvelle garde-robe Que savons-nous?

Dans le couloir, le chien se gratte, s‘étire Je suis peut-être dur avec moi-même

Aujourd‘hui peut-être me réveiller, perdre du poids, devenir riche, réveiller l‘histoire J‘en suis bien capable. Si tu le demandes. Peut-être pas.

* Voilà la saint Valentin... Flèches & cœurs, cœurs & flèches (Allez-vous en) Les angelots assassins fouilleurs de merdre rêveurs réveillent l‘attente Revenez dans quelques années avec votre innocence rose, énorme et touffue & vos armes de barbelés & votre résurrection romantique

Revenez Emettre ces obsèques tendus et serrés de pointes infaillibles

(Allez-vous en) Une pointe trempée dans la nuit noire de l‘esprit et le haussement d‘épaule rance 17

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

―Sally,‖ Quand le rouge sang contrarie la détresse s‘effaçant avec grâce Revenez. Je saurai quoi faire. * Maintenant que je suis harnaché pour le grand voyage et le reste.

18

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

19

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

In Your Veins | Steve F. Klepetar When you walk to the window light shivers along peeling paint. Nothing gives anything back, no shadows in your fist

Steve Klepetar teaches literature and writing at Saint Cloud State University in Minnesota. His work has appeared in many journals and has been nominated several times for the Pushcart Prize and Best of the Web. --Steve Klepetar enseigne la littérature et l‘écriture à l‘université de Saint-Cloud State dans le Minnesota. Ses œuvres ont paru dans de nombreux magazines et il a été nominé plusieurs fois pour le prix Pushcart et Le meilleur du web.

taste of wool and sweat bows your trembling tongue. ―Nightfall‖ the only song in your veins, empty cry beyond city walls. Here the ancients poured sweet libations in the dust, sent torchlight streaming above lidded leaves.

20


mgversion2>datura

mgv2_65

Dans tes veines Quand tu marches vers la fenêtre la lumière tremble le long la peinture écaillée. Le vide ne donne rien en retour, aucune ombre dans ton poing goût de laine et la sueur courbe ta langue tremblante. "Nightfall" la seule chanson dans tes veines une plainte vide au-delà des murs de la ville. Ici, les anciens ont versé de douces libations dans la poussière et envoyé des faisceaux de torches allumées sur des feuilles closes

21

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Growing | Steve F. Klepetar In an act of earth everyone hears a different noun, words slide like glycerin cough drops between tongue and the mouth‘s golden roof. That‘s where squirrels come in, and owls to finish their report. Teacups and spoons and rags. Moonlight leaves us nothing to lift. In that long night someone dreams of the school room, questioning. Old clothes upon old sticks upon old leaves.

22

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Grandir Dans un acte de terre Chacun comprend un nom différent, les mots glissent entre la langue et le toit doré de la bouche comme les gouttes de glycérines d‘un sirop. C'est là que les écureuils arrivent avec les chouettes pour terminer leur rapport. Des tasses à café et des petites cuillères et des chiffons. La lumière de la lune ne nous laisse rien à soulever. Dans cette longue nuit quelqu'un rêve de la salle de classe, interrogateur. De vieux vêtements sur de vieux bâtons sur de vielles feuilles.

23

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Mister Hall | Henri Cachau Peintre, sculpteur, Henri Cachau est aussi poète et écrivain. Il a publié un recueil de nouvelles intitulé "Le quotidien des choses".

Vous êtes un homme pressé, responsable, vivez dans le cercle du pouvoir, sous ses riches lambris, votre avenir est tracé, actuellement chef de cabinet, bientôt secrétaire d‘état puis ministre si... quel esprit ne bat pas la campagne, qui ne fait pas de châteaux en Espagne ? Votre puissance de travail, votre souplesse d‘échine, votre entregent, votre seigneuriale allure, votre intelligence – votre opportunisme, diront les mauvaises langues – semblent vous prédestiner à de hautes fonctions... Depuis des lustres vous avez oublié votre montée sur la capitale, votre départ depuis cette gare de Dordogne vibrionnant de chefs et de sous chefs, d‘agents à casquette étoilée, sa poussiéreuse salle d‘attente au-delà de l‘abri momentané des voyageurs, offrant une vaste palette de personnages, de caractères singuliers, bonhommes la plupart, devisant de la pluie et du beau temps, de leurs récoltes, soigneusement évitant les sujets qui fâchent, les femmes, les enfants, la politique... malgré un méfiant abordage, entre eux palabrent en attente de l‘express les conduisant sur Brive ou Limoges... Avec vos parents, émus, angoissés, pas peu fiers de voir le petit, en réalité un gaillard bien découplé à la chevelure rousse et au regard vif, s‘en aller grandir là-haut où la marche de l‘état et des évènements se décide... Qui aurait pu penser que ce ‗poil de carotte‘ bien planté disaient admiratives (jalouses) les autres mères, que ce fils de métayers, après l‘obtention de bourses un jour prochain assurerait la renommée du patelin... Ainsi que celle parisienne traversée au pas de course par d‘infortunés usagers pressés de rejoindre leurs activités, du fin fond de l‘Ile de France obligés à quotidiennement regagner la capitale, où lors de votre arrivée vous n‘avez eu aucun regard pour ces individus vivant en marge de la frénésie générale, à longueur de temps squattant les salles, le vaste hall, et plus tard lors de vos périodes d‘hyperactivité ministérielle, hormis un déplacement du conseil en province, jamais n‘avez-vous pris le temps de les prendre en considération, bien que celui-là, ce grand escogriffe dont la chevelure flamboyait telle un panache fauve au-dessus de cette cour des miracles, fugacement il vous sembla reconnaître votre sosie...

Cet homme au flamboyant, échevelé panache flottant au-dessus d‘une foule bigarrée s‘efforçant de regagner d‘hypothétiques activités ou pénates, si par le biais d‘informations privilégiées vous en connaissiez la statistique existence, jusqu‘à cet exceptionnel déplacement vous obligeant à utiliser, non les véhicules de fonction destinés à vous faciliter vos déambulations –de brefs trajets durant lesquels vous peaufiniez vos dossiers, sachant que dès votre arrivée un chambellan vous introduirait dans le saint du saint : « ce que l‘on peut dire, c‘est que face à l‘échec de la stratégie transnationale mise au point concernant ce délicat sujet... ! » diriez-vous au ministre à peine concerné –, mais le réseau ferré afin de vous rendre à un conseil des ministres se déroulant en province, à votre tour bénéficiant des matutinales bousculades, certainement ne pensiez-vous pas rencontrer votre sosie, avec lequel vous échangerez un bref mais interrogateur regard... soulevant une implicite, désagréable reconnaissance de fait... En ces temps-là vous viviez à cent à l‘heure, sabre au clair en casoar et gants blancs, officiant depuis votre sortie des hautes écoles en tant que chef de cabinet sous les dorures élyséennes, y suçant avec 24


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

gourmandise les mamelles de la République, toujours avec panache pensiez-vous, suivant en cela les préceptes enseignés dans cette illustre institution où faisant partie de la promotion Arcole vous en étiez ressorti primé et recommandé... Jamais jusqu‘à ce jour donnant sur votre irrémédiable descente aux enfers vous n‘aviez envisagé, comme n‘importe quel quidam traversant la gare du Montparnasse, un jour côtoyer ce genre de gueux, harassés, abattus par la tragédie de l‘insuffisance pouvant être connotée par un : ‗ni gîte ni couvert, ni affection ni sexe‘... Dès lors vous comprendrez que ni l‘apparat ni les avantages de l‘appareil, ni l‘illusoire protection d‘une garde rapprochée, ni votre rang de futur plénipotentiaire ne vous garantiraient de cette populace se bousculant aux portes de la société, souhaitant y occuper un inespéré rôle évidemment compris entre les portes d‘un nulle part et d‘un hypothétique ailleurs... Des, un individu, que malgré votre grand déplaisir vous tacherez de rencontrer lors de vos futures pérégrinations, au grand étonnement de vos collègues vous obligerez à passer par ces bruyantes, fourmillantes gares, pour de visu vous y assurer de leurs, de sa lamentable situation, l‘y remarquerez prostré mais non avachi, son regard vague correspondant à l‘humilité requise par son état d‘apparente détresse... S‘interdisant de vous dévisager, malgré l‘équivalente surprise imperceptiblement le faisant tressaillir –n‘êtes-vous pas son sosie, son presque jumeau, même stature, même chevelure, même regard, seul son aspect dépenaillé de ‗poil de carotte‘ monté en mauvaise graine, de surcroît désargenté ! – placé à quelques mètres d‘un trio de musiciens assurant leurs piges, un panonceau placé entre ses jambes par une saisissante et lapidaire formule indiquant : « j‘ai faim »... Néanmoins, sans vouloir me complaire dans un surfait misérabilisme concourant à vous culpabiliser durant cette période de fêtes où eut lieu cette improbable rencontre, permettant au consommateur lambda de se dédouaner de sa coutumière indifférence en jetant des pièces dans les sébiles de ces miséreux piétant aux entrées des grands magasin, je vous rappellerai que cet individu avec sa barbe fournie, son hirsute chevelure fauve branlant telle un flambeau au rythme d‘une foule saoule, tel un indécis fanal balisait la houleuse circumnavigation de ses congénères dont les limites d‘action atteignaient les périphériques parisiens... Vous l‘avez rencontré, bringuebalant sans ancrage à la surface d‘un monde sans consistance, accentué par l‘absence de formes et de contrastes réellement préhensibles ; son intemporelle canadienne, ses élimés croquenots, ses protubérants sacs étirant ses membres supérieurs, sa haute carcasse voûtée lui procurant l‘allure d‘un farouche hominien ; emprunté il nage dans des vêtements usagés, ses doigts sont noirs de crasse, jaunes de nicotine, son teint bilieux, verdâtre, il sent l‘urine, le mauvais vin, titube, ses gestes sont imprécis, du sang séché, trace d‘une récente rixe nocturne lui colle à la peau des avant-bras, le droit porte un surprenant tatouage, une portée musicale dont une adéquate éducation musicale vous permet le décryptage des premières notes du ‗Beau Danube bleu‘ !... Pour sa survie il quémande, manger, boire et fumer, certains cyniques, y ajoutent ‗baiser‘ ! sur le revers de sa veste est accroché un camée représentant un violon, peut-être un bijou de famille ayant échappé à la dispersion d‘un ancien patrimoine, le cadeau d‘une ancienne maîtresse ? Une ultime possession reliant son actuel propriétaire à un passé plus luxueux, culturel ?... Certains de ces pauvres hères malgré leurs déboires conservent d‘insignifiants bibelots, des jouets, des peluches les rattachant à une période heureuse, celle de l‘enfance, de l‘adolescence avant que la dépression, la récession, le désamour, etc., ne viennent les jeter à la rue, notamment ce trottoir ou ce couloir de métro où bien malgré lui, en passant à leur hauteur, brutalement le fonctionnaire s‘est confronté à leurs dérangeantes personnes, à ce cruel paradoxe assurant que dans ce siècle de forcenée mondialisation s‘élèvent d‘infranchissables barrières. Ce n‘est plus la société qui prend ses distances en 25


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

opposant ses mercantiles lois à un majeure partie de la minorité souffrante ; une tirade lui rappelant un brûlant dossier sur lequel il avait achoppé... Vous l‘avez rencontré, sa tête have, émaciée, dodelinant au rythme de la musique interprétée par ce trio d‘ambulants musiciens, assis à quelques mètres afin de ne pas troubler leur exécution, et durant le laps de temps de l‘interprétation de deux ou trois pièces avez été intrigué par le manège du pauvre type, accompagnant, soulignant du pied ou d‘un geste de main certains morceaux... Ce n‘est pas sans une certaine répulsion mêlée à une légitime crainte inhérente à la vue de cette décrépite (prophétique) figure humaine représentant l‘effroyable icône de la précarité, que vous vous êtes questionné sur cette insupportable sensation de vivre en un relatif confort, par procuration penserezvous, ici-bas, la terre ne paraissant pas ferme sinon houleuse, en perpétuelle agitation, semblable à cette foule par vagues successives vous ensevelissant... Alors vous penserez que la musique bénéficie d‘étranges pouvoirs, puisque elle canalise, fusionne et mouvements du corps et de l‘âme, ainsi imaginerez cette série d‘handicaps ayant fragilisé votre sosie, tremblerez en songeant à l‘interchangeabilité des rôles, bien avant que l‘actuelle société par le biais de ses innombrables conflits sans ménagement le marginalise... Dès lors vous idéaliserez son vécu, le qualifierez d‘orphelin de père et mère, dès sa naissance abandonné sous le porche d‘une maison maternelle d‘où il en ressortirait pour en gagner une autre dite d‘enfants, avant, pour cause de menus larcins ou d‘indiscipline dans une de redressement, enfin terminer ce cycle infernal dans une maison pénitentiaire...

L‘arrivée de la rame de métro correspondant à votre destination vous soustraira de vos sombres pensées, néanmoins, par intermittence elles se poursuivront avec la remémoration de cette portée tatouée sur l‘avant bras droit de celui que dorénavant vous nommez ‗le grand fauve‘ ! corroborant votre thèse préférée, celle d‘un génie précoce n‘ayant pas supporté l‘ignoble compétition régnant, non seulement dans le cercle du pouvoir, mais aussi entre virtuoses ?... Dorénavant vous êtes tellement obsédé par la vie de ce quidam que vous allez, au risque d‘irriter votre supérieur, sacrifier plusieurs journées de dossiers –demeurés en souffrance ils vous coûteront votre carrière – afin de filer ses zigzagantes déambulations : un cheminement ressemblant aux capricieux vols des mouches domestiques, sans buts apparents voletant entre poubelles et tas de détritus. Ce ‗grand fauve‘ dont vous n‘avez qu‘à suivre le flamboyant panache, assurant de-ci, de-là, d‘insignifiantes récupérations, s‘attardant à la lecture de vieux quotidiens, preuve tangible de son intérêt pour l‘information, de sa volonté de se maintenir au courant de la vie de cette société dont il représente l‘un des déchets ; son croisement avec une vieille dame en catimini lui glissant un sandwich, son arrêt prolongé afin de le dévorer, sa recherche d‘une fontaine publique en état de fonctionnement, qu‘il trouvera jardin du Luxembourg –ce Sénat proche où en dernier recours vous envisagiez un fauteuil –, d‘où après s‘être désaltéré il s‘attardera auprès des tables échiquetées ; un stationnement empreint de réflexion puisque attentivement il suit les parties, en suppute les enjeux, se risque vous semble-t-il, malgré l‘irritation des ‗pousseurs de bois‘ à suggérer d‘opportuns conseils à des joueurs en perdition... Un mouvement d‘intérêt ayant la force d‘une injonction qui, par votre connaissance de son haut prix, vous occasionne un pincement au cœur, une énième réflexion au sujet de ce mystérieux personnage, vite suspendue par sa reprise d‘une inégale marche, quelques rues en contrebas sa furtive entrée dans une caritative officine d‘où il en ressortira une bourse en mains, épisodiquement en retirera un fruit, une tartelette de loin vous faisant saliver, pénétrer dans la pâtisserie la plus proche... La fin d‘après-midi se signalant par un progressif assombrissement, il s‘assurera d‘un prompt repli en direction de la gare du Montparnasse, suite à un long 26


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

arrêt dans son vaste hall, semblera hésiter, piétera tel une phénoménale statue dont le socle est assuré par un hétéroclite fatras de bourses et sacs, au beau milieu de la cohue résultant des vagues de banlieusards, résistera à leurs assauts, à leurs invectives, vaguement attentif aux panneaux indicateurs dont les chiffres et lettres vertigineusement égrènent des horaires, des destinations, puis subitement comme s‘il avait un train à prendre, se hâtera non en direction des voies, mais leur tournant le dos vers cette salle d‘attente, déjà abritant d‘hirsutes, délabrés clochards parmi lesquels sans un mot il s‘installera, ses balluchons placés en dérisoire parapet, pour y passer la nuit... Depuis le début de votre filature le ‗grand fauve‘ aura accompli une dizaine de kilomètres, une course débridée, vaine, qu‘il reprendra dès l‘aube, une fois que les agents l‘auront, lui et ses semblables, délogés, chassés vers l‘extérieur. Durant cet indécis périple, alors que fréquemment vous l‘avez frôlé, quasiment touché, jamais vous n‘aurez osé l‘aborder, le questionner sur les raisons familiales ou sociales l‘ayant conduit à cet état d‘extrême misère, même lorsque se retournant, vous retrouvant nez à nez, presque s‘excusant il vous aura gratifié d‘une vague formule de politesse, alors que surpris, gêné, plutôt vous attendiez à des discourtois propos, de sourds grognements de la part de ce clodo... votre sosie !... Dès lors s‘établit un inquiétant chassé-croisé, puisque non content de le rencontrer, tel un vindicatif commandeur vous désignant dans vos cauchemars, il en ira de même lors de vos nouveaux, inhabituels déplacements, ex haut fonctionnaire déchu, à chaque coin de rue, de place, notamment dans ces divers halls, d‘administration, d‘entreprises, d‘aéroports, de gares – traversés au pas de charge avec votre attaché-case blotti contre votre poitrine, contenant ces brillants états de service dont vous essayez de vous prévaloir auprès d‘anciens collègues –, jusque dans cet hôpital où vous vous serez présenté, bénignement accidenté suite à une malencontreuse chute ou rixe, dans la salle des urgences le repérerez, inerte, sanguinolent : sa rousse chevelure débordant d‘un amoncellement d‘effets, de bandages, de compresses maculées... sans doute une altercation, son visage tuméfié, son cuir chevelu entamé, témoignant de la dureté de l‘échange, ou résultant d‘une mauvaise chute ?... Une nouvelle fois vous ne pourrez vous empêcher de supputer, tel un feuilletoniste, l‘incohérente biographie de l‘indigent dont vous êtes prêt à rejoindre le monde, sans encore en partager ni les misères ni tutoyer les incertains territoires. Ensuite, vous rapprochant de la civière sur laquelle gît le ‗grand fauve‘ afin de vous assurer de son identité, vous en lirez la fiche médicale : aucun patronyme n‘y serait indiqué, seule cette lapidaire inscription : ‗Mister Hall‘... En catimini vous vous emparerez des maigres affaires du défunt, puis vos blessures définitivement arborées telles des médailles vous vous glisserez à l‘extérieur, directement rejoindrez le hall de la gare du Montparnasse, les copains ne sembleront pas surpris, ils vous passeront la bouteille en circulation, en maugréant se tasseront afin de vous redonner place...

27


mgversion2>datura

mgv2_65

28

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

The Devil's Wheel | Alex Galper, translated from Russian by Mikhail Delibash 3 am. Speeding down an empty highway returning home from a fundraiser for "Devil Worshipers and Bikers for the Children of Broken Homes." How much steak did I stuff myself with...? not every pricey joint's got that kind of quality meat. Had 'bout a barrel of beer: falling asleep behind the wheel ... stay in lane, I'm praying. Friends? Enemies? Why did I have to stuff myself? I promised not to eat after 6pm… Where should I emigrate to next? Russia? Ukraine? Israel? The moon…?

Alex Galper was born in Kiev, Ukraine and has been writing poems and short stories since he could remember. Immigrating to America at the age of nineteen did not change it; to the contrary, majoring in Creative Writting at Brooklyn College and being mostly influenced by American poets created a fusion of Russian pessimism, Jewish humor and Western literary traditions and philosophy. Translations of his poems appeared in over thirty magazines in the USA and the UK. http://www.nyqpoets.net/dmca.php

The bikers didn't like my accent. I tried explaining that my works are translated But they didn't seem to believe that languages other than English exist. How'd I prove it to them? Which language do I perfect? English? Russian? Ukrainian? Hebrew?

---

Where did they find such juicy meat? Where the hell were those misfortunate children from those broken homes? Was it their meat we were eating? Who taught these bikers to make vodka sauce? The highway puts me to sleep. Stay awake! People in helmets tattooed head to toe enter the stage announcing: "there are old bikers there are fearless bikers

29

Alex Galper est né à Kiev en Ukraine et a écrit des poèmes et des nouvelles depuis de nombreuses années. Il a immigré aux Etats-Unis à l‘âge de dixneuf ans et a continué d‘écrire encouragé par ses études en production littéraire à Brooklyn College et inspiré par les poètes américains ce qui donne à ses œuvres un mélange de pessimisme russe, d‘humour juif et de traditions et de philosophie occidentales. Ses poèmes ont été traduits et publiés dans plus de trente revues aux ÉtatsUnis et au Royaume-Uni.


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

but there are no old and fearless bikers!" Mikhail Delibash is a Moscow born literary programmer of Russian translation. He holds degrees in unrelated fields from several undistinguished institutions around the U.S. After leaving Russia and settling in the U.S. on his own at the age of 16 and spending almost 10 years living and studying in the American Deep South, he now lives and works in New York City.

What am I doing here Among these fat men in rough leather? The devil's sweethearts painted like parading Indians reiterate about asylums, suicide, the devil... ... about death and how wonderful it is not to fear Death after Death. Then the unfortunate children of broken homes rave aloud deliriously nonsense Oh, the boys are so cute and so gay and the girls all wear mini-skirts. and the soiled tough men melt with smiles.

--Mikhail Delibash est né à Moscou et travail comme traducteur. Il détient plusieurs diplômes sans liens entre eux de plusieurs universités sans distinction à travers les Etats-Unis. Après avoir quitté la Russie seul et s‘être installé aux Etats-Unis à l‘âge de 16 ans, il a passé presque 10 ans à vivre et étudier au cœurs du sud américain. Il vit et travaille maintenant à New York City.

I awake: someone is honking at me. Shit! I'm in the opposite lane! Surrounded by a pack of my biker poets... I return quickly into my lane They saved me, damn it! I wave to them in gratitude and am escorted, with all the honors of a loved culinary poetic superstar to my doorstep I hope you boys will live to see my age... As I enter the lobby, and, perhaps, if I'm not dreaming or haven't died and do not fear death after death I see: fastened to the fat biker boys from behind sitting bitch the lovely fruits of unfortunate homes... their curls disappearing in the wind.

30


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Poètes et motards 3 heures du matin Je fonce sur une avenue vide Je reviens d‘un gala de charité « Satanistes et motards pour les enfants des familles défavorisées. » Combien ai-je avalé de steak… ? Ce ne sont pas les restaurants huppés qui peuvent servir une viande d‘une telle qualité. J‘ai bu au moins un fût de bière : je m‘endors au volant … je prie pour rester dans ma voie. Amis ? Ennemis ? Pourquoi ai-je dû me gaver ? J‘avais promis de ne plus manger après 18 heures. Où devrais-je émigrer après ça ? La Russie? L‘Ukraine? Israël? La lune? Les motards n‘ont pas aimé mon accent. J‘ai tenté de leur expliquer que mes poèmes sont traduits Mais ils n‘avaient pas l‘air de croire que d‘autres langues que l‘anglais existent. Comment leur prouver ? Quelle langue maîtrisé-je le mieux ? L‘anglais ? Le russe ? L‘ukrainien? L‘hébreu? Où ont-ils trouvé une viande si juteuse? Où diable étaient ces pauvres enfants de familles défavorisées ? Etait-ce leur chair que nous mangions ? Qui a appris à ces motards à faire une telle sauce à la vodka ? La monotonie de la route me fait cligner des yeux. Ne dors pas ! Des gens casqués tatoués des pieds à la tête entrent en scène et affirment : « Il y a de vieux motards Il y a des motards intrépides Mais il n‘y a pas de vieux motards intrépides. » Qu‘est-ce que je fous là parmi ces hommes trapus au cuir lourd. 31


mgversion2>datura

mgv2_65

Les mignons du diable peints comme des indiens de foire ne cessent de parler des asiles, du suicide, du diable… … de la mort et comme c‘est merveilleux de ne pas craindre la mort après la mort Alors les pauvres enfants des familles défavorisées délirent à voix haute des paroles insensées. Pourquoi les garçons sont si beaux si gays pourquoi les filles portent-elles toutes des mini jupes et pourquoi les hommes peints se mélangent tous avec un large sourire ? Je me réveille. On me klaxonne. Merde ! Je suis à contre sens ! Entouré par un groupe de mes motards poètes… Je rejoins ma voie rapidement. Ils m‘on sauvé la vie bon dieu ! Je leur fais signe en gratitude et ils m‘escortent jusqu‘à ma porte avec tous les honneurs d‘une superstar poétique et gastronome adorée. J‘espère que vous vivrez aussi vieux que moi les gars. En entrant dans le hall et peut-être si je ne rêve pas ou ne suis pas mort et ne crains pas la mort après la mort je vois : attachés à la nana assise à l‘arrière du gros motard les adorables fruits des familles pauvres leurs boucles disparaissant dans le vent.

32

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

33

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Engine and Experimentation | Joseph Armstead My head resounds with the noise of circuits frying... Joseph Armstead is a suspense-thriller author and computer technologist. He has authored ten novels, over two dozen short stories and been published in a dozen magazines and online journals. He is a member of the American Mathematical Society and the World Futurist Society. Joseph Armstead's poetry is an amalgamation of different influences where he evolves and mutates ideas or images that reflect the world around him, expressing things that can't be easily quantified via traditional means. He writes poetry because he loves words and language. His subject matter is often nontraditional and edgy. Mr. Armstead is sometimes scary.

Lungs pump and flex, each convulsing in throbbing rhythm to the fall of spectral devils falling from the depths of my internal universe of bloodless machine logic, nanites and micro-mimetic engines racing through my arteries, the memory of pulsing, hot blood, an unwelcome nostalgia, long forgotten and the architecture of my wire-frame musculature flexes, bends, pivots, gears intermeshing, electrical signals sparking change and mutation, but no growth, while the mind, the great and powerful ID, the psychosis of Oz, window on Reality, rejects this mathematical perfection ---

*** Joseph Armstead est auteur de livres à suspens et technicien informatique. Il a écrit dix romans, plus d‘une douzaine de nouvelles et a été publié dans une douzaine de revues et magazines en ligne. Il est membre de la Société de Mathématique américaine et de la Société futuriste mondiale. La poésie de Joseph Armstead est un amalgame de différentes influences dans lesquelles évoluent et mutent des idées ou des images qui reflètent le monde qui l‘entoure, expriment des choses qui ne peuvent pas être facilement quantifiables par les moyens traditionnels. Il écrit de la poésie car il aime les mots et le langage. Ses thèmes de prédilection sont hors du commun et désarmants. M. Armstead est parfois effrayant.

Grandly, the experiment fails. I fall down. You do not try to catch me. I forgive your fear of infection. When impact is achieved, I cry more from the surprise of the awful realization I can still feel pain, than from the damage done by the collision of concrete with flesh. My tears are parallel universes where more of my inner devils still reside, hiding, ready and eager to spread like a virus upon the earth on which they fall. Each drop mirrors a reflection of your face. Grandly, the experiment fails. 34


mgversion2>datura

mgv2_65

Moteur et expérience Ma tête résonne de bruits de circuits qui grillent... Mes poumons inspirent et expirent, chacun convulse au rythme rapide de la chute de spectres démoniaques tombant des profondeurs de mon univers intérieur d'une logique de machine exsangue, nanites et moteurs micro-mimétiques courent dans mes artères, le souvenir de la palpitation du sang chaud n'est qu'une nostalgie fâcheuse, oubliée de longue date et l'architecture de ma musculature en armature de câbles fléchit, se tord, pivote, mes engrenages s'emmêlent des signaux électriques annoncent telles des étincelles le changement et la mutation mais pas de croissance, tandis que l'esprit, l'identité grande et puissante, la psychose d'Oz, la fenêtre sur la Réalité, réfute cette perfection mathématique --Fort heureusement, l'expérience échoue. Je tombe. Tu n'essaies pas de me rattraper. Je te pardonne cette crainte de l'infection. Lorsque l'impact a lieu, je pleure plus de surprise de ressentir encore la douleur que des dommages causés par la collision entre le béton et la chair. Mes larmes sont des univers parallèles où plus de mes démons intérieurs résident toujours, se cachant, prêts et désireux de se répandre comme un virus sur la terre sur laquelle ils tombent. Fort heureusement, l'expérience échoue.

35

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Defenestration | Daniel Y. Harris Thrown through strata— moulds, cuts, and forges to encroach with correctives to keep the covenant: continue.

The freight of precedent needs transport. Overnight rapture.

Daniel Y. Harris, M.Div, holds a Master of Arts in Divinity from The University of Chicago, where he specialized in Jewish theology and comparative religion and wrote his dissertation on The Zohar. He is the author of the poetry chapbook, Unio Mystica (CrossCultural Communications Press, 2009), and the coauthor, with Adam Shechter, of the experimental chapbook, Paul Celan and the Messiah’s Broken Levered Tongue (Cervena Barva Press, 2009.) He was born in Paris, France and lives in Northern California. His wife, Tracy, is a Professor of French. ---

Next day advent.

The map is misread to stagger a pickup and stall. Unease of query, that history is less disposable, less hallow than the courier‘s stack.

Daniel Y. Harris est diplômé d‘un master de théologie de l‘université de Chicago où il s‘est spécialisé dans la théologie judaïque et les religions comparées. Il a écrit sa thèse sur le Zohar. C‘est l‘auteur d‘un recueil Unio Mystica (Cross Cultural Communication, 2009) et coauteur avec Adam Shechter d‘un recueil de poésie expérimentale Paul Celan and the Messiah’s Broken Levered Tongue (Cervena Barva Press, 2009.) Il est né en France, à Paris et vit dans le nord de la Californie. Sa femme, Tracy, est professeur de français.

Delivery is discolored. The cast of leaded tin cracking on the sidewalk.

36


mgversion2>datura

mgv2_65

Défenestration Jeté dans des strates: moules, découpes et forges pour avancer avec des correctifs pour conserver l‘alliance : continuer.

Cette dernière doit être transportée par fret. Enlèvement pendant la nuit. L‘avènement du lendemain.

La carte est mal lue pour bousculer le pickup et caler. Malaise d‘interrogation, Cette histoire est plus encombrante, moins sacrée que les paquets du messager.

La livraison est décolorée. le moulage de métal blanc craque sur le trottoir.

37

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

The Phototherapist | Christopher Barnes Her office is to gloss still-life, trace intumescences over murmuring skin, interpret the cysts, viscid pits, each wire-spiked dint and keep the flushing in spotlight. Light, the ellipsis of it, whits in the air, on magnetic wings, dead scales squalling the veer of a buttercup shaft, and fine fragments, the perpetual hover of molecules that all cells return to.

Christopher Barnes is an appraised and a many-timepublished and awarded British poets from Northumberland, UK. --Christopher Barnes est un poティte britannique remarquテゥ et publiテゥ de nombreuses fois. Il est originaire du nord de l窶連ngleterre.

She pets defects of bloated crimson, near-to-pus lesions, with a talon of scintillation, guards the tint of a prism in synthetic visa, blubbers not one magnolia tear as she obliterates human flesh. Undrawing stains is her trade, she is the artist going backwards, the power that lets in light.

The Ridges Mother | Christopher Barnes She sang trawling shanties, a parlance now gone. Sipped gin shop draughts, the grubby corner of The Wooden Dolly, modest below booming piano. Lingering spice of Tyne upon her, she washed clothes to its waves, stirred pots to its turnings. Some horizons were buoyant, a spot grew larger, becoming her husband, others empty, a returning keel. Winters cracked fingers stinging fish-gut, summers breezed sheets on a line. She could wring the neck of a pigeon, ignore gurgles in a sack of kittens, kiss a scuffed knee making it better.

38


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

La photo thérapeute Son cabinet lui sert à gloser sur la nature morte, pister des tumeurs sur la peau qui murmure, interpréter les kystes, les trous visqueux, chaque entaille aux poils pointus et garder les rougeur à la lumière. La lumière, toutes ses ellipses, se décompose dans l‘air, sur des ailes magnétiques, des squames hurlent au revirement de la lumière jaune renoncule et des fragments minuscules le cycle perpétuel des molécules vers lesquelles retournent toutes les cellules. Elle chérit les défauts des boursoufflures cramoisies, les lésions presque envahies de pus, avec une griffe experte, la teinte d‘un prisme lui sert de visa synthétique, elle ne laisse pas couler une seule larme magnolia tandis qu‘elle découpe la chair humaine. Effacer les tâches est son métier comme l‘artiste œuvrant à l‘envers, la puissance qui laisse entre la lumière.

La charpente maternelle Elle chantait des chansons de marins, un langage aujourd‘hui disparu. Elle buvait des pressions dans les troquets, du côté glauque du Wooden Dolly. Elle gardait des parfums du Tyne sur elle, elle lavait les vêtements dans ses remous, nettoyait des pots à ses méandres. Certains horizons étaient enchantés, une tâche grossissait, devenait son mari, d‘autres étaient vides, ce n‘était qu‘un bateau du Tyne de retour. Les hivers aux doigts gercés qui vidaient des poissons, les étés le linge séché par la brise sur le fil. Elle pouvait tordre le cou à un pigeon, ignorer les sursauts des chatons qu‘on noyait et embrasser un genou abîmé pour le guérir.

39


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Crawling Toward The Edge Of The Village | G. David Schwartz Crawling toward the edge of the village Seeking a way to peace Standing alone once again Turning round to look on back

G. David Schwartz is the former president of Seedhouse, the online interfaith committee. Schwartz is the author of A Jewish Appraisal of Dialogue. Currently a volunteer at Drake Hospital in Cincinnati, Schwartz continues to write. His new book, Midrash and Working Out Of The Book is now in stores or can be ordered.

Creeping into the end of the visage Skirled in the arms of peace Standing freely with only me Turning away to back only again

--G. David Schwartz est l‘ancien président de Seedhouse, un comité œcuménique en ligne. Schwartz est l‘auteur de A Jewish Apparaisal of Dialogue. Il est actuellement bénévole au Drake Hospital de Cincinnati, Schwarz continue d‘écrire. Son nouveau livre Midrash and Working Out of the Book est désormais en vente ou peut-être commandé.

Cramming thought the start of the tisanes Sheltering down the eyes of true visage Stoning only with the plans of peace In order to true forward *** Ramper vers les limites du village Ramper vers les limites du village Rechercher une route vers la paix Rester seul une fois de plus Se retourner pour regarder en arrière Se glisser à la fin du visage Hurler ce cri aigu dans les bras de la paix Je me tiens seul et libre Je me retourne seulement pour encore revenir Une pensée lourde le début des tisanes Accueillir les yeux du vrai visage Seulement pavé des plans de paix Afin d‘avancer vers le vrai

40


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Tendai MWanaka was born in Zimbabwe. He has published several poetry and short stories in UK, USA, Canadian, Australian, Indian, South African, French magazines He lives in Johannesburg, South Africa. ---

I Remember | Tendai R. Mwanaka

Tendai MWanaka est né au Zimbabwe. Il a publié plusieurs poèmes et des nouvelles dans différentes revues au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Australie, en Inde, en Afrique du sud – où il réside – et en France.

I remember I was a child onceSome years ago I loved one. Year, times I have been happy. I remember, weren‘t there sweet little Tappy, a friend, I dearly remember.

When I look back to those years, I remember the cheerful old ways. By break of dawn we are at the river. So chilly and cold we all shiver. I remember how serene and silverThe river is as we fetch water.

The sun brightly shinning over Mozi Mountains. Spreading his sparkling warm fingers. Over lush green hills and valleys lingeringBright blue mist sneaking from picturesque banks. We could hear the birds singing from the sky. A sweet lovely song from far away. Is it a song of a young man in love?

41


mgversion2>datura

mgv2_65

I remember sitting under our Mususu tree. A tree as old as grandma Helen. So immortal like the rock of ages. Eating from Grandma‘s black clay pots. Pumpkins, yams, sweet potatoes and nuts. I remember my sister, a garrulous glutton. Gire, do you still remember that tonnage, Of sweet eatings, aha I want to laugh-

At how you would brood over everything. Like mother hen over her little things. Jealous of any hands, eyes and mouthsDirected at your tonne of those full mouths. I remember me and my brother BernardGourmands are these two little brats. Aha, so sweet and funny are the times.

42

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

I remember playing in dusty fields and paths. A game of soccer during late winter days. Rhaka-rakha1, fish-fish, bottle dunhu2, till dusk. Never thinking of anything but play. And like angels in paradise, who is a girl? All equal-boys and girls enjoying gaily. Until we are hot and naught from play.

We are all swarming like bees for the river. All that shrieking, giggling, splatteringWater flown so far into the sky-high. I remember playing ―Chitsvare‖3 in Nyajezi. At deep sage green ―Tanganda‖ pool. Ask our fathers they swam there past. I remember diving from high aboveInto the cool sweet waters of Tanganda.

1

Rhakarhaka is a Zimbabwean children's game, in which four circles are joined together to form a rectangle, and the fifth circle will be inside this created rectangle, and team A will start counting from the inside circle. Each circle is worth a point, and they count up to 25 points for them to win the game, and restart again, and the other team, team B will divide into two groups, and one group will be on one side of the longest side created by the joined rectangle, and the other right across the other long side, and their game is to beat all members of group A with a ball as they cross from one circle to another that joins the longest sides of this created rectangle, so team B has to beat every member of team A before any member of team A has counted to 25 points, so that they will not win the game and restart again. 2

Bottle dunhu is when team A, is grouped in the middle of the field, and team B will divide into two groups, and one group will be at the end of the field and another at the other end, team A will have a 750ml bottle to fill with sand whilst they avoid being beaten by the balls from team B, and the idea is for team B to beat all of team A members before they fill the bottle up with sand, and once they have beaten each and every member team A, then it will be the turn of group B members to play the game 3 Chitsvare is another children's game where one person will start with a credit (chitsvare), and this game is played in a pool of water and all the other people will try to avoid this person with a credit (chitsvare), and this person will try to pass the credit to the next person by touching him or her, and then it will be passed and passed until everyone is tired of swimming, ducking, diving, and that’s when the game will be declared over, and the last person to remain with this credit will carry it forward to another day, and another game.

43


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Is it buttered pumpkin leaves and ―Sadza‖1? Is it goat‘s meat, fresh vegetables and sadza? Is it ―Rupiza‖2 or ―Mutakura‖3 from cowpeas? I remember eating delicious and tasty meals. Our stomachs bulging tightly and shiny, like honeyWe wash down with sweet sour ―Mahewu‖4. Cupfuls of sweet sour down our throats.

―Hwai, hwai huyai‖5, merry sweet little voices are calling on young innocent sheep that we are. ―Tinotya‖, what do they fear so clear a night? A full moon wonderfully probing and bright. Like distant campfires, stars sparkling untiring. ―Mhomhi‖, they are all gone to ―Mutare‖. The wolves will never come back, not for us. Do come please, ―Chiuyai henyu‖.

1

Sadza is a very thick porridge made especially from maize flour, and it is the staple dish of Zimbabwe.

2

Rupiza is syrup like food made from boiled and crushed cowpeas.

3

Mutakura is cowpeas boiled soft like baked beans.

4

Maheu is a food drink made from maize, rapoko, or sorghum flour.

5

Hwai hwai huyai (sheep sheep come), is another children's game which we played at night, during spring clear moon nights, and it's like one person will be a wolf (mhomhi), and everyone else will be a sheep (hwai), so the wolf will call the sheep (hwai hwai huyai) to come to this wolf using sheep's voices, and the sheep will answer Tinotya (we are afraid), and the wolf will ask Munotyei (what are you afraid of), and the sheep will answer Mhomhi (wolves), and the wolf will lie, Mhomhi dzakapera kuenda kwa Mutare, chiuyai henyu (all the wolves have left for Mutare, come please). Mutare is Manicaland province's (my province) capital city, to the eastern part of Zimbabwe. So all the sheep will start trickling through coming to the wolf, and the wolf has to catch as many sheep as it can, and once a sheep has been caught it will automatically change into a wolf, so that the game will continue again with more and more wolves chasing the depleting flock of sheep, until only one sheep has been left uncaught.

44


mgversion2>datura

mgv2_65

Trudging, treading, oh to thunder of flying legs, hello! Bumping against one another, a tiny blot of humanity. Here we come-, fast, deftly and cleverly. Oh thin air here! Aha Josephina is caught. Until left only is Ernie, our revered cat. But no, she can‘t go past us. Yet those times have gone past.

We change fastly, notice, we never! Swept along the tide like water in the river. With nostalgia we admire youths rover. What if we could go back, we all ponder? Do the waters in Nyajezi go back, up the terrain? Like dark flooding waters, big trunk trees and stonesThey make new pools, ravines, beaches and courses. These scars we have are notices of changes and timesRoads, paths and places we have gone through.

45

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Je me souviens | Tendai R. MWanaka Je me souviens d‘avoir été enfant ; Il y a des années j‘aimais quelqu‘un. Des années, une époque où j‘étais heureux. Je me souviens, n‘y avait-il pas ce cher petit Tappy, un ami, dont je me souviens tendrement.

Lorsque je repense à ces années, Je me souviens de nos vieilles coutumes. A l‘aube naissante nous étions à la rivière. Et nous avions si froids que tous nous tremblions. Je me souviens de la sérénité de la rivière D‘argent où nous nous abreuvions.

Le soleil brillait au-dessus des monts Mozi. Il étirait ses doigts chauds d‘étincelles. Sur les monts et les vallées calmes et verts à souhait ; Une brume bleue scintillait au-dessus des berges pittoresques. Nous entendions les oiseaux chanter dans le ciel. Un chant doux et adorable dans le lointain. Etait-ce le chant d‘un jeune homme amoureux ?

46

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Je me souviens m‘asseoir sous notre Mususu. Un arbre aussi ancien que grand-mère Helen. Aussi immortel que le rocher des siècles. Manger dans les gamelles en terre brune de grand-mère. Des citrouilles, des ignames, des patates douces et des noix. Je me souviens de ma sœur, une gloutonne loquace. Gire, te souviens-tu encore de toute cette nourriture, De ces doux repas, je veux rire, ah ah,

De ta façon de tout couver. Comme la mère poule surveille ses petits, Jalouse de toutes mains, de tous yeux, de toutes bouches, Dirigée à tes dizaines de bouches pleines. Je me souviens de mon frère Bernard et moi, Ces deux gamins là sont gourmands. Ah, ah ils sont si doux si drôles ces temps-là.

Je me souviens de jouer sur dans des champs et des chemins poussiéreux. De jouer au foot les longs jours d‘hiver. Rhaka-rakha, fish-fish, bottle dunhu1, jusqu‘au crépuscule. Ne pensant à rien d‘autre qu‘à jouer. Et comme les anges au paradis, qu‘est-ce qu‘une fille ? Tous égaux, garçons et filles s‘amusant gaiment. Jusqu‘à ce que nous ayons chauds et soyons épuisés. 1

Jeux traditionnels

47

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Nous sommes comme un essaim d‘abeilles dans la rivière. Tous ces cris, ces rires, ces jets d‘eau ; L‘eau jetée si loin tout en haut des cieux. Je me souviens jouer à « Chitsvare »1 dans le Nyajezi. Dans le bassin vert sauge de Tanganda. Demandez à nos pères, ils nageaient là par le passé. Dans les eaux douces et fraîches de Tanganda.

Est-ce des feuilles de citrouille au beurre et du « Sadza »2 ? Est-ce de la chèvre, des légumes frais et du « Sadza » ? Est-ce du « Rupiza »3 ou du « Mutakura »4 de doliques ? Je me souviens manger des repas savoureux et gouteux. Nos estomacs pleins à craquer brillaient comme du miel ; Nous arrosions tout cela de « Mahewu »5 aigre doux. Des tasses pleines de notre breuvage aigre doux.

« Hwai, hwai huyai »6 de petites vox douces et joyeuses Appellent les moutons jeunes et innocents que nous sommes. « Tinotya »7, que craignent-ils par une nuit si claire ? Une pleine lune merveilleusement pénétrante et éclatante. 1

Jeu traditionnel dans l’eau. Genre de porridge au maïs. 3 Sirop fabriqué à partir de haricots. 4 Haricots cuits. 5 Boisson du Zimbabwe. 6 Venez, venez les moutons : jeu du loup. 7 Nous avons peur 2

48

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Comme de lointains feux de camps, les étoiles étincellent sans relâche. « Mhomi »1, ils sont tous partis pour « Mutare »2. Les loups ne reviendront jamais, pas pour nous. Viens s‘il te plaît, « Chiuyai henyu »3.

Marcher péniblement, lourdement, oh au tonnerre des jambes légères, salut ! Se cogner les uns dans les autres, un petit bout d‘humanité. Nous voilà : rapide, adroits et brillants. Oh l‘air se fait rare ici ! Ah, ah, Josephina se fait attraper. Jusqu‘à ce que seul reste Ernie notre vénéré chatte. Mais non, elle ne peut pas nous devancer. Pourtant cette époque est dépassée.

Nous changeons, vite, mais nous en rendre compte, jamais ! Balayés au long des marées comme les eaux de la rivière. Avec nostalgie nous admirons les jeunes traîner. Nous nous demandons, et si nous pouvions refaire la route ? Les eaux du Nyajezi remontent-elles, jusqu‘à leurs sources ? Comme des eaux sombres en crue, de gros troncs d‘arbres et des pierres ; Ils forment de nouveaux bassins, des ravins, des plages et des cours. Ces cicatrices que nous avons sont les marques du changement et du temps. Des routes, des chemins et des endroits que nous avons traversés.

1

Les loups. Capitale de la région du Manicaland à l’est du Zimbabwe d’où est originaire Tendai R. MWanaka. 3 Viens/ Venez s’il te/vous plaît. 2

49

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Dimitris Lyacos was born in Athens in 1966. His trilogy Poena Damni (Z213: Exit, Nyctivoe, The First Death) has been translated into English, Spanish, Italian and German and has been performed extensively across Europe and the USA. For more information on the author visit www.lyacos.net Dimitris Lyacos est né à Athène en 1966. Sa trilogie Poena Damni (Z213 : Exit, Nyctivoe, The First death) a été traduit en anglais, en espagnol, en italien et en allemand et a été joué de nombreuses fois à travers l‘Europe et les Etats-Unis. Pour plus d‘informations, rendez-vous sur son site-web www.lyacos.net ----Shorsha Sullivan was born in Dublin in 1932. He studied Classics at Leeds and has spent most of his working life in England. He has an interest in Modern Greek theatre and poetry. Shorsha Sullivan est né à Dublin en 1932. Il a étudié les lettres classiques à Leeds et a passé la majeure partie de sa vie active en Angleterre. Il s‘intéresse au théâtre et à la poésie en grec moderne.

18 excerpt from Z213: Exit |Dimitris Lyacos | translated from Greek by Sorsha Sullivan We went up. A staircase behind the toilets, almost vertical, I scarcely saw anything else, followed almost blindly. Like a wave rearing, a gasp. As if it were not real until we went in and she closed the door. Chair, bed, didn‘t see anything else, they clustered about me. She drew the curtain, the bed softened, the chair to hold my trousers for a while. Half-open mouth. Half-open mouth above me. She took me I sat next to her leant back she came on top opened took my hand and put it to grope in her bosom. Her hand in between parting the hair. I raised myself a little to touch her, fell back again, her mouth on me. She was sucking powerfully, the chair, where could I fasten my eyes, everything melting, blurred, dissolved, I couldn‘t hold on, I was closing my eyes to hold myself together inside, but not even from there, she was sucking too strongly quickly, nothing, I couldn‘t, nothing would come. She was blowing her breath between my legs. I couldn‘t see outside. The curtain that she had drawn across the skylight. Wave standing. She sat, worked her hand up and down. I fancied I saw an extra finger on the underside of her palm. Strongly, too strongly. She was hurting me. I tried to keep my eyes on her mouth. I could no more, stood upright. Her hand on me, I sat again on her side, she started again, with her hand beating and squeezing, my hand wandering on breasts heavy without nipples, belly without navel. Lips I was keeping my eyes on, I leant back our tongues touched. Something was about to come out for a moment then nothing. Wave standing. A shadow behind, his shadow, the dread that he had followed me here. He will knock on the door, open it, he will find me half-naked, standing up in front of the bed. She was still striking her hand up and down on me. The bell heard outside, chiming for us. Empty between these strokes, nothing coming out from inside. Without her being able to draw anything out of me. She got up, 50


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

opened the curtain. No one. I went downstairs again into the street. Afterwards, I don‘t remember. Only that I woke up, with a knock on the door in the middle of the night, holding sperm and saliva out of her mouth.

18, extrait de Z213 : Exit | Dimitris Lyacos Nous sommes montés. Un escalier derrière les toilettes, presque vertical, je n‘ai à peine rien vu d‘autre, j‘ai suivi presque aveuglément. Comme une vague s‘élevant, un halètement. Comme si ce n‘était pas vrai jusqu‘à ce que nous soyons entrés et qu‘elle ait fermé la porte. Une chaise, un lit, je n‘ai pas vu autre chose, ils étaient tout autour de moi. Elle a tiré le rideau, le lit s‘est affaissé, la chaise tiendrait mon pantalon quelques instants. Sa bouche à demi ouverte. Sa bouche à demi ouverte sur moi. Elle m‘a pris je me suis assis à côté d‘elle je me suis cambré elle s‘est mise sur moi ouverte elle a pris ma main et l‘a mise entre ses seins pour que je les caresse. Sa main entre temps écartant les poils. Je me suis redressé pour la toucher, suis retombé en arrière, sa bouche sur moi. Elle me suçait si fort, la chaise, où pouvais-je poser mes yeux, tout fondait, se brouillait, se dissolvait, je ne pouvais pas continuer ainsi, je fermais les yeux pour me contenir, mais même de l‘intérieur ça ne marchait pas, elle me suçait trop fort, trop vite, rien, je ne pouvais pas, rien ne venait. Je sentais son souffle entre mes cuisses. Je ne voyais pas à l‘extérieur. Elle avait tiré le rideau sur la lucarne. Une vague tranquille. Elle s‘est assise, a fait aller sa main de haut en bas. J‘ai cru voir un doigt supplémentaire sur le côté extérieur de sa paume. Fort, trop fort. Elle me faisait mal. J‘ai essayé de garder les yeux sur sa bouche. Je n‘en pouvais plus, je me suis levé. Sa main sur moi, je me suis assis de nouveau à côté d‘elle, elle a repris son œuvre, avec sa main qui frappait et serrait, ma main errait sur ses seins lourds sans mamelon, son ventre sans nombril. Je gardais mes yeux sur ses lèvres, je me suis cambré nos langues se sont touchées. Un instant quelque chose était sur le point de venir puis plus rien. Une vague tranquille. Une ombre derrière, son ombre, la crainte qu‘il ne m‘ait suivi jusqu‘ici. Qu‘il frappe à la porte, l‘ouvre, qu‘il ne me trouve à moitié nu, debout devant le lit. Elle faisait toujours aller sa main de haut en bas. On entendait la cloche qui sonnait pour nous. J‘étais vide entre ces coups, rien ne sortait de moi. Et elle incapable de tirer quelque chose de moi. Elle s‘est levée, a ouvert le rideau. Personne. Je suis redescendu, suis sorti dans la rue. Après, je ne me rappelle pas. Seulement que je me suis réveillé parce qu‘on frappait à la porte au milieu de la nuit, maintenant le sperme et la salive hors de sa bouche.

51


mgversion2>datura

mgv2_65

52

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Jan Bardeau Né dans les brumes hivernales du Berry, entouré de loups hurlant à la Lune leur détresse et leurs sombres appétits de baballes, cerné par les sorcières qui préparent en leur chaudron d‘infernales potions et coursent les enfants, balai en main, lorsque ceux-ci leur ont pincé les fesses, affolé par le pas lourd d‘ogres rugissants, qui forgent en leurs ateliers d‘abominables machines, et font passer la chaleur du labeur à coups de picrate au bistrot, Jan Bardeau acquit très vite la certitude qu‘il ne partageait pas la vision qu‘ont du monde ses contemporains. Il eut une enfance normale, c‘est-à-dire que sa taille se situait sensiblement en dessous de celle de la plupart des adultes, une adolescence classique, puisqu‘il n‘en garde que le souvenir d‘une grande confusion, et devint un homme particulièrement conforme à la moyenne, quoique cultivant un goût singulier pour la bouteille et le saucisson sec. Il n‘écrit ni pour se divertir, ni pour parvenir à la notoriété, certainement pas pour l‘argent, encore moins pour exprimer son moi profond qui n‘a pas besoin de nouvelle excuse pour faire des siennes, et jamais pour dénoncer (qui ou quoi que ce soit). D‘ailleurs, le plus souvent, il n‘écrit pas.

Confidences d’un troglodyte Je vis dans une grotte ; oh non ! Pas comme vous l'imaginez : ruisselante d'humidité, chichement éclairée d'une bougie à la flamme vacillante, qui dessine sur les parois les ombres de créatures fantastiques et où, seul au milieu de la rocaille, je joue à compter mes poux en bavant fiévreusement d'incompréhensibles litanies dédiées aux dieux telluriques. Non, chez moi, tout clinque, tout brille et les angles aiguisés de mon domaine irradient d'une belle clarté artificielle qui vous transporte comme en un domaine hors du temps, de l'espace et de la vie. Je suis là, et je vous observe sournoisement, attentif au ballet de vos réceptions colloques remises de prix fiestas particulières grand-messes du processus démocratique vernissages pots de départs et d'arrivées pots de promotions pots pour les nouvelles années et Noël et l'épiphanie pots pour les succès personnels et les défaites des autres, pots pour dire dans des discours convenus tout le bien qu'on n'a jamais pensé et avec des gestes de bonté tous se féliciter et se congratuler. Moi, je suis là : lorsque vos souliers effleurent les marbres d'un cuir trop cher, en dessous je ricane, car je connais vos secrets. Je vous vois, dignes, cintrés dans vos costumes et vos tailleurs, et je sens et je constate le résultat de vos défécations ; vous l'ignoriez : vous n'êtes pas cachés. Je suis là, et je ne suis pas seul. Méfie-toi bourgeois, car notre nom est légion, efface tes traces, épie ton reflet : qui t'affirme que ce balayeur ne dissimule un poignard dans son habit ? Et cet éboueur ne lorgne-t-il pas les grâces défraîchies de ton épouse ?, si mûre pour l'aventure et les aventures canailles. Cet ouvrier qui peint ton mur ne songe-t-il pas à te dépouiller ?, comptant déjà tes biens, estimant leur valeur au cours des marchés parallèles. La femme de ménage ne te dérobe-t-elle pas quelques menus objets ? Et la cuisinière n'introduit-elle pas secrètement un poison dans ta nourriture ?

53


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Effraie-toi bourgeois, car tandis que tes filles miment les avanies pornographiques de ta culture et que tes fils se droguent en apprenant le métier de leur père, tandis que nos compagnes et nos compagnons meurent dans tes usines et que nos enfants naissent difformes pour ton enrichissement, nos veines impatiemment se gonflent de fiel et nos poumons gorgés de substances toxiques éructent encore des malédictions. Prépare-toi bourgeois, prépare-toi : de nos sabbats s'élèvent les chants furieux des laissés-pour-compte, et les borborygmes qui recèlent ton agonie. Et lorsque ton monde vacillera, lorsque la terre se tarira sous ton poids, nous jaillirons des égouts et des creux de l'enfer pour te saisir à la gorge — écoute-moi bourgeois : nous n'avons plus rien à perdre, tu nous as déjà tout pris.

54


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

La revanche de l’homme tronc Nous revenions de la guerre, la grande, celle qui nous avait saignés, petits sans prestige, plongés au cœur de la boue et de la mort, la sale mort. Nous marchions, hébétés, pas encore convaincus d'en avoir réchappé, nous et seulement nous. Dans les chariots progressant lentement, nos camarades aux visages vidés de larmes, dont les membres broyés les avaient grevés d'une vie. Tant de corps s'amoncelaient dans nos esprits que nous ne savions plus différencier qu'avec peine l'animé de l'inanimé ; pourtant ceux-là, au fond des charrettes, respiraient encore, j'en aurais juré. Quel plaisir que la ville ! L'activité incessante, les piétons qui se pressent, vers quelque urgence sûrement, quelque affaire grave assurément. L'odeur suffoque, certes, et l'agitation est souvent vaine, mais aussi quelle joie que de les revoir ici, en plus grand nombre même que dans ma mémoire : un peu maladroits, patauds dirait-on, la rage au cœur néanmoins ; ils se frôlent dans des grincements, ils se croisent et s'invectivent, ils ronflent, pout pout, et tonnent, pet pet, ils hurlent, ouin ouin, et cela crée un beau fouillis rehaussé de couleurs criantes. Compagnons ! Je vous retrouve ! Que vous voici beaux ! Carénés de métal flamboyant, car la technique vous a sauvés ! Vous crissez des pneus et vibrez du klaxon ; et s'il manque de grâce, votre ballet chauffe mes os, gonfle mes veines d'un sang de lave ! On ne vous a pas abandonnés frères ! Hourra ! On ne vous a pas abandonnés ! Quelle tristesse que la ville. Les bedonnants pétaradent dans leurs voitures, ils puent la morgue, la haine ; amis, camouflez vos haillons, ils vous mépriseraient ; nous ne voulions que la paix et l'abondance, pas cette colère, pas la dilapidation.

55


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Didactique de l'ivrognerie Dans quel sinistre trou de mémoire s'évanouirent nos outrances d'antan ? Lorsqu‘enfants encore nous fêtions Dyonisos et toute sa clique, la vigueur de nos corps et les dangers de l'existence. Nous ne redoutions alors qu'une chose : que nos folies ne soient pas assez grandes, que notre propre mesquinerie pétrifie nos agapes. Insidieusement, quelque chose changea, jusqu'à ce qu'un joug de fer s'abatte sur nous, jusqu'à ce qu'un grand froid saisisse nos existences. Nous n'eussions rien espéré de plus en ces temps que des plaisirs volés et de menues éclaircies. Ainsi les peuples en fureur, se levèrent-ils contre l'oppression ; leurs bras unanimes dressés contre les tyrannies, ils lavèrent de leur sang l'affront fait à leur liberté et sur les cimetières blanchis par leurs os brisés, engraissés par leurs chairs pourries, ils édifièrent un jardin aux fruits succulents, une cité nouvelle bâtie pour les aimer. Puis ils s'endormirent. Briser le carcan était un exploit ; ce fut la somnolence qui les vainquit. Nous vécûmes ces événements, nous demeurons vigilants et frissonnons lorsque s'installe le lourd silence de l'hiver, envahis d'indicibles pressentiments, honteux de voir ces hordes hier si fières maintenant si veules, affligés, nous, de connaître notre déchéance personnelle. Aussi, parmi eux, certains, héritiers d'un poids trop lourd, excédés de mémoire, se hasardent-ils aux tréfonds d'insalubres échoppes, où les accueille l'alcool pétillant ; quelle découverte ! et quelle avanies ! Leur corps bousculés, leurs esprits irradiés, ils apprennent cet autre monde, plus seulement régi par la nécessité, où les souvenirs se déforment et se transforment, où les règles physiques sont transcendées, où chaque miracle semble dicté par la nécessité et où chaque instant semble un miracle. Ici, rien n'est inéluctable, encore moins la chute ; car la chute n'est qu'une occasion de se relever, pour, toujours, à nouveau, chuter. Rien n'arrête le bel ivrogne — certainement pas la réalité — et l'on se confond à ses côtés d'éprouver également l'indifférence à la tempérance, l'accablement aux minauderies de la dignité, l'irritation des vies inutiles qui courent tant pour s'imposer. Les fièvres éthyliques nous emmènent loin, loin, et nous bercent bientôt, las de fureur, perclus de gaieté, plus beaux que nous ne le serons jamais, que nous ne l'étions jamais, plus vils et sales et moins honteux qu'on ne nous le permit jamais. Un rêve chaud, un piège cruel. Ce sont les mains tremblantes, c'est le front bas, qu'enfin s'abreuve l'égaré : l'ivresse coule dans l'habitude, l'hébétude momifie les songes, le cœur fatigué ne pompe plus que vacuité et la tristesse dissout les muscles. Il n'y a plus qu'à se recroqueviller, attendre ce long si peu pour que l'on revive à pleins poumons, tout en guettant ce soir rare qui proclamera, pour juste un soir rare, le couronnement de l'ivrogne-roi et l'exultation du fou comme norme du bon droit.

56


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Le renard apprivoisé Affamé, rampant de poubelle en poubelle, battu, pourchassé, hué, le cuir rongé de gale, frigorifié par le vent et la neige ; pétrifié : je suis le fugitif, depuis ton aube lorsque juste naissant tu me jetais des pierres avant que d'envahir jusqu'à mes dernières tanières. J'ai rendu les armes, petit maître sans gloire, courbé l'échine, dissimulé mon regard. Lentement, pansant mon courroux et redressant ma timidité, je m'insinuai dans tes grâces chiches et m'employai à ton service. Je gardai tes trésors, te protégeai de tes frères, mieux qu'un chien fidèle, plus vif, plus dévoué et plus cruel, courant fébrilement devant ta colère. Gavé de tes restes, poil luisant, presque obèse, les os fléchis à ton service, je te connais bien désormais, toi, tes vices et tes faiblesses : tu t'entoures de gens, d'objets et de verbiage, parles de toi, des mots des mots des mots, n'écoutes rien, n'écoutes personne, n'écoutes jamais, tu crois tresser ta vie et ne files que ta mort. Quand je te vois, mon petit maître, je me réjouis : tu dilapides, brasses du vent, tu parles et parles et parles, si fort gonflé de certitudes crachées comme des pets. Mais moi, mon petit maître, moi, je ne te crains plus, mon temps est court, mais sois confiant : je saurai bien un jour mordre cette main qui me nourrit.

57


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Jan Oskar Hansen Jan Oskar Hansen is a poet, story teller and seafarer, born in Stavanger, Norway. He joined the merchant navy at 15 and spent most of his life at sea until settling in the early 1990s in Portugal. His poetry has been widely published in hard copy and online, worldwide. --Jan Oskar Hansen est un poète, conteur et marin norvégien qui vit au Portugal. Il a été publié dans de nombreux formats à travers le monde et a écrit de nombreux ouvrages.

The Death of an Author John Updike is dead, can‘t say I know much about him I may have read one or two of his books but he didn‘t leave a lasting impression as Hemingway did. One of my neighbours has died too, I saw him every day walking past my house with his old dog and a basket in his left arm, with wine and a bit to eat. He was going to his little field, doing some weeding but mostly just drinking looking at the way birds flew, patting his dog‘s head and snoring gently under a tree. There was something about his eyes, like some inner suffering had made him look holy, say, as an idealized picture of Jesus on the cross. I‘m going to his funeral tomorrow morning, at 67 he was bit young for death I thought, a new face will come and take his place; but who is going to look after his old dog?

58


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

La mort d’un auteur John Updike est mort, je ne peux pas dire que je le connaissais beaucoup j'ai peut-être lu un ou deux de ses livres mais il ne m‘a pas laissé une impression aussi forte que Hemingway. L‘un de mes voisins est mort aussi, je le voyais tous les jours passer devant ma fenêtre avec son vieux chien portant au bras gauche un panier plein de vin et de nourriture. Il allait à son champ pour faire quelques semailles mais la plupart du temps il buvait en regardant voler les oiseaux, caressant la tête de son chien, et ronflait doucement sous un arbre. Il y avait quelque chose dans ses yeux, comme si une douleur intérieure lui avait donné un air de grâce, disons comme l‘image idéalisée d‘un Jésus sur la croix. Je vais à son enterrement demain matin à soixante-sept ans j‘ai pensé qu‘il était un peu jeune pour mourir, quelqu‘un d‘autre prendra sa place ; mais qui prendra soin de son chien.

59


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

The Psychopath The lane is siesta empty, meanders forever amongst olive trees and budding almond flowers, but afar I see a black clad man, an ominous shadow, marching towards me. He has got one hand in his pocket, a knife? Bet he is a psychopath out to see if he can kill someone without being caught. Nowhere to run fields are soggy and he‘s younger than me; he will catch up and plunge a knife in me when I‘m exhausted. When he stops and looks around to be sure there are no witnesses, I quickly bend down and pick up a big stone I can hit him over the head with it, I think I‘m stronger than him. He looks tense as he passes me on the opposite side of the lane, I stop pretend to look at the sky, can‘t let him thrust his knife in my back. He‘s running now, see him disappear around a sharp bend but I wait till sure he ain‘t coming back, I better arm myself with a kitchen knife next time I go out the world is full of bad people.

Le psychopathe La ruelle est vide à l‘heure de la sieste, des méandres toujours parmi les oliviers et les fleurs d‘amandiers en bouton, mais au loin je vois un homme vêtu de noir, une ombre sinistre qui avance vers moi. L‘une de ses mains dans la poche, un couteau ? Je parie que c‘est un psychopathe sorti pour voir s‘il peut tuer quelqu‘un sans être pris. Il n‘y a nulle part où fuir, les champs sont détrempés et il est plus jeune que moi ; il me rattraperait et enfoncerait son couteau dans ma chair alors que je serais crevé. Lorsqu‘il s‘arrête et regarde autour de lui pour s‘assurer qu‘il n‘y a aucun témoin, je me penche vite et ramasse une grosse pierre avec laquelle je pourrais l‘assommer je pense que je suis plus fort que lui. Il semble tendu alors qu‘il me croise de l‘autre côté de la ruelle, je m‘arrête, prétends regarder le ciel, je ne peux pas le laisser me planter son couteau dans le dos. Le voilà qui court, je le vois disparaître après un virage étroit, j‘attends jusqu‘à ce que je sois sûr qu‘il ne reviendra pas, je ferais mieux de m‘armer avec un couteau de cuisine la prochaine fois que je sortirai le monde est plein de gens mauvais.

60


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

The Hex Where the village lane meets the main road there was an ugly olive tree that looked like two crippled old men trying helping each across the road, petrified by cars, I used to stop and talk to the tree old but still bore fruit; now it has been chopped down and will end up as winter wood. No. I‘m not a tree hugger but it annoyed me that it was cut down as it was not in any ones way. An old woman came down the lane she had a long nose with a big hairy wart on and a sack of twigs slung on her crocked back. ―Tell me dear woman, why was this tree executed?‖ ―Because it was ugly looked like two old men trying to help each other across the road‖, she said and toothlessly laughed.

La sorcière Là où le chemin du village rejoint la grand-route il y avait un olivier très laid qui ressemblait à deux vieux infirmes qui essayaient de s‘aider à traverser la route, pétrifiés par les voitures, j‘avais l‘habitude de m‘arrêter et de parler à ce vieil arbre qui pourtant donnait encore des fruits. Il a été abattu depuis et finira comme bois de chauffage. Non. Je ne suis pas un adorateur d‘arbres mais ça m‘embêtait qu‘il fût coupé alors qu‘il ne gênait personne. Une vieille femme descendait le chemin elle avait un long nez, une grosse verrue velue et un sac de fagots jeté sur son dos bossu. « Dites-moi ma brave dame, pourquoi a-t-on descendu cet arbre ? » « Parce qu‘il était laid et qu‘il ressemblait à deux vieux infirmes qui essayaient de s‘aider à traverser la route, » dit l‘édentée en riant.

61


mgversion2>datura

mgv2_65

Winter Algarve The hills in the vale are stony and grey except where they have made a road up to a new house that looks shiny and bright for now, but will in time when paint fades look as it belongs. ―That old house you see up there was built in 2009,‖ a tourist guide will say. The Northerly flies low and cold today olive trees look silvery as big gorillas standing still contemplating a sky that has white, billowing clouds sailing across; a regatta were no one drowns and the winner turns into a miasma and never seen again The stones on the old wall look like grey skulls with holes in like another war mass grave found in Poland. Everything dies and lives, the grass is green and tiny flowers grow out of weed, paradise for wooly backs, but not for those- the human ones- from St. Helens. The vines in black soil look like dead soldiers held up by wire, not a hint of jollity to come. My wintery vale, wind gets cold my face is as frozen as a newscaster‘s botoxed face, but since I need not look young I hurry home to thaw it into familiar wrinkles.

62

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

Un hiver en Algarve Les collines dans la vallée sont rocailleuses et grises sauf où on a construit une route qui mène à la maison neuve qui semble briller et scintiller pour l‘instant mais qui avec le temps, quand la peinture passera, sera fondue dans le paysage. « Cette vieille maison que vous voyez là-haut fut construite en 2009. » Dira un guide touristique. Le vent du nord est froid et souffle bas aujourd‘hui, les oliviers ressemblent à de gros gorilles argentés, figés et contemplant un ciel que traversent des nuages blancs cotonneux ; une régate où nul ne se noie et où le vainqueur se transforme en miasme et disparaît à jamais. Les pierres du vieux mur ressemblent à des crânes gris troués comme après la découverte d‘un nouveau charnier en Pologne. Tout meurt, tout vit, l‘herbe est verte et courte des fleurs poussent dans les mauvaises herbes, un paradis pour les wooly backs, mais pas pour ceux – les humains – de Sainte-Hélène. Les vignes dans le sol noir sont comme des soldats morts maintenus debout par des câbles, rien ne paraît promettre de meilleurs jours. Ma vallée hiémale, le vent me glace le visage, figé comme celui d‘un présentateur météo refait au Botox, mais puisque je n‘ai guère besoin de paraître plus jeune, je me presse de rentrer pour qu‘il fonde à nouveau en rides.

63

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

The Prophecy The horses that drink water in the shallow river on the grassland look up spooked by a low flying plane its enormous wingspan is a shadow of ill omen, frightened the horses gallop till they are tired then begin grazing again. The far mountain is Canadian blue and hazy, like there should be a forest fire or another war on its other side. A lotus swarm of helicopter gunships appear, cross the flatland and jolt the horses into gallop again; and the sky darkens. Then on the far mountain appears a new sun, it shines bright for a while then dies like a comet, a storm blows the grass withers and when silence comes the river is empty, the horses are dead; and the mountain top is a cold diamond.

La prophétie Les chevaux qui boivent dans la rivière tarie lèvent les yeux, surpris par un avion rasant la prairie, son envergure énorme est l‘ombre d‘un mauvais présage, effrayés les chevaux galopent jusqu‘à ce qu‘ils soient fatigués puis se mettent de nouveau à brouter. La lointaine montagne est bleu canadien et embrumée comme s'il devait y avoir un feu de forêt ou une autre guerre sur l‘autre versant. Une patrouille d‘hélicoptères de combat surgit, traverse la prairie et remet d‘un coup les chevaux au galop : puis le ciel s‘assombrit. Enfin sur la montagne lointaine apparaît un nouveau soleil, il brille intensément pendant un moment puis meurt comme une comète, une tempête souffle l‘herbe sèche puis lorsque le silence tombe à nouveau la rivière est vide, le chevaux sont morts et le sommet de la montagne n‘est plus qu‘un diamant froid

64


mgversion2>datura

mgv2_65

The spirit of the woods The ash in the wood burner is still warm, white and esoteric as an unborn dream; a sin to shovel it into a sink bucket when it looks holy and ought to have been strewn upon the calm sea together with wreaths and individual red roses. With the first drops of rain on the ash, in the bucket, dust clouds arise and disperse like souls of the forest, but as the shower increases in strength the ash drowns and becomes silt; when rain stops and sun warms crops the grieving has passed.

L’esprit de la forêt La cendre dans le four à bois est encore chaude, blanche et ésotérique comme un rêve mort né ; ce serait un péché de la jeter dans le seau alors qu‘elle paraît bénie et aurait mérité d‘être répandue sur une mer calme avec des roses rouges en bouquets ou solitaires. Quand les premières gouttes d‘eau tombent sur la cendre dans le seau, des nuages de poussière se soulèvent et se dispersent comme des esprits de la forêt, mais tandis que l‘averse monte en puissance, la cendre se noie et se sédimente. Lorsque la pluie s‘arrête et que le soleil réchauffe les cultures, la tristesse s‘estompe.

65

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

The Strength I awoke as green, frothy sea angrily washed over The terrace robbing it of four white plastic chairs And ditto table. When a new bottle green and White topped wave came I grabbed it by its waist Squeezed and kissed it hard on its wet lips. Shocked the wave surged back to sea and threw Back my garden furniture, the sea now tamed and Mediterranean blue retreated, as the sun broke Through a steel band of bile and sent friendly rays Our way as the morning set sail bound for noon.

La force Je me suis réveillé alors qu‘une mer verte et écumeuse balayait méchamment La terrasse et nous dérobait les quatre chaises en plastique Ainsi que la table. Lorsqu‘une nouvelle bouteille verte et Blanche fut déposée par la vague, je l‘attrapais par la taille, La serrait et l‘embrassait avec fougue sur le goulot de ses lèvres humides. Choquée la vague reprit le large et vomit Mon mobilier de jardin, la mer maintenant apprivoisée et Recolorée bleu méditerranée, alors que le soleil se levait Traversant les restes gris du tumulte et jetait des rayons amicaux En notre direction tandis que le matin mettait cap sur midi.

66


mgversion2>datura

mgv2_65

Hail to the Chief Saw his shadow walk across the river I heard the roar, as the people called his name; I also heard cracks as ice split, saw his shadow drown alone in floes of driftwood rhetoric; Saw the disappointed masses, turned their back on a leader they said could walk on water.

Salut au chef J‘ai vu son ombre traverser la rivière à pieds, j‘ai entendu le grondement tandis que le peuple scandait son nom ; j‘ai aussi entendu des craquements alors que la glace cassait j‘ai vu son ombre se noyer seule entre les amas glacés de rhétorique pareils au bois flotté ; j‘ai vu les masses déçues se détourner d‘un dirigeant qui selon eux marchait sur l‘eau.

67

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

68

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

The Path Just off a ship I was going to meet friends at a hotel, no one there and the staff had gone; all rooms locked, I sat in the foyer and waited. In the late afternoon, getting dark, my sister came, I told her the rooms were locked, she went upstairs anyway but didn‘t return. Light came from the street, I sat by the window looked out, a party going on, lot of actions, and coloured lanterns, but windows, double glazed, I couldn‘t hear a thing. Tired, but didn‘t dare sleep in case lights disappeared and the street got as dark as the night behind me.

Le chemin A peine débarqué d‘un navire, j‘allais à la rencontre d‘amis dans un hôtel, il n‘y avait personne et le personnel était parti ; toutes les chambres étaient fermées, je m‘assis à la réception et attendis. En fin d‘après-midi, la nuit tombait, ma sœur arriva, je lui dis que les chambres étaient fermées, elle monta tout de même mais ne revint pas. De la lumière venait de la rue, je m‘assis à côté de la fenêtre et regardais à l‘extérieur, une fête était organisée il y avait beaucoup d‘action et des lanternes de couleur mais des fenêtres à doubles vitrage, je n‘entendais rien. J‘étais fatigué mais n‘osais pas dormir au cas où les lumières eurent disparu et que la rue devint aussi sombre que la nuit derrière moi.

69


mgversion2>datura

mgv2_65

The Clairvoyant Over a cold Nordic coast a seagull flies and sees the bay between the island and the coastal town. 40 minutes each way by ferry. It‘s an old gull and has a blind eye and one leg; yes, you are right, a real pirate I used to know years ago, it knew me too when I was a cook on that ferry boat, sat on the mast and waited for me to throw scraps of food into the sea shrieking harshly, it is the gulls way of wishing me well. This year has no ice in the bay, there was a time when the ferry was icebound islander folk had to walk on ice across to get to the shops, as they do now, there is a bridge now, ferry been sold and is plying its trade on the delta of Bangladesh. The day is clear I‘m a seagull and can see the past lucid as the day it is lucky that I can‘t see the future, but there is a name that warms my heart: Falluja. The down trodden, the raped, took up arms and fought the mightiest army the world has seen and won a moral victory that one day will bring peace, to Iraq. I‘m not a seer, but the old pirate is, flies beside me now and harshly shrieks, it is the way we seagulls greet each other.

70

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

L’extralucide Au dessus d‘un littoral nordique une mouette vole et voit la baie entre l‘île et la ville côtière. 40 minutes de ferry entre les deux. C‘est une vieille mouette qui est borgne et unijambiste ; oui, tu as raison c‘est un vieux pirate que je connaissais il y a des années, il me connaissait aussi lorsque j‘étais cuisinier à bord de ce ferry, il se posait sur le mat et attendait que je jette des morceaux de nourriture à la mer, poussant son cri strident, c‘est de cette façon que les mouettes me souhaitent bonne chance. Il n‘y a pas de glace dans la baie cette année, à une époque quand le ferry était pris dans les glaces comme une île, les gens devaient marcher sur la baie gelée pour aller faire leurs courses, ce qu‘ils font toujours, mais aujourd‘hui il y a un pont, le ferry a été vendu et termine sa carrière dans le Golfe du Bengale. Le jour est clair, je suis une mouette et je vois le passé clair comme le jour, une chance que je ne vois pas l‘avenir, mais un nom me réchauffe le cœur : Falluja. Celle qu‘on a piétiné, violé, qui a pris les armes et a combattu l‘armée la plus solide que le monde ait vu et a gagné une victoire morale qui un jour apportera la paix en Irak. Je ne suis pas extralucide mais le vieux pirate l‘est, il vole au-dessus de moi et pousse son cri strident, c‘est ainsi que nous les mouettes nous nous saluons.

71

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

Bleak Coast On a sea that is a clear green mirror the ship sails past sandy shore on a day the fierce wind that always rules this shore has taken a day off. Harmony and silence the sun has taken on an African hue, burning Nordic skin brown; a day dream perhaps, can a land so cold and remote be so sultry beautiful, dress up like a Mediterranean tart attracting tourists by the scores to swim in her tepid embrace? A sudden shadow casts a net the unseen‘s rest is over, the sea‘s skin cringes, heaves and slap the shore in a triple salty spray. Freedom, a dream; endless wind is back the cruel ruler of land and sea, the shoreline is misery as are the round shouldered, windblown people who makes a living tilling unwilling soil to produce pale carrots, small potatoes and white, hard cabbage which they eat with sour milk and many prayers.

Une côte sous le vent Sur une mer telle un miroir vert clair le navire passait au large d‘un littoral sableux un jour où le vent terrible qui domine toujours ce littoral a pris congé. L‘harmonie et le silence, le soleil a pris une teinte africaine qui brûle et brunit la peau nordique ; un rêve éveillé peut-être, un tel paysage - froid et lointain - peut-il être si beau et sensuel, vêtu comme une putain méditerranéenne qui invite les touristes en nombre à se plonger dans son étreinte tiède ? Une ombre soudaine jette un voile, le repos de l‘invisible n‘est plus, l‘épiderme marin se rétracte, souffle et bat la côte en trois coups salés. La liberté n‘est qu‘un rêve, le vent sans fin est de retour, cruel dictateur de la terre et de la mer, le littoral est miséreux comme le sont ces gens aux épaules courbées, fouettés par le vent, qui vivent d‘une terre récalcitrante et dont ils tirent de pâles carottes, de petites patates et des choux blancs et durs qu‘ils mangent avec du lait caillé et tant de prières.

72


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

A Landscape Here in this landscape of bushes and crippled trees, silence speaks of the final peace. Grotesque dead trees, daylight ghosts, stand there with grey boughs stretching upward appealing to a fairytale god, ―give us today a new life‖ but no, there is only one god he is almighty, and hears not your fearful whispered wishes, those who do not understand are doomed to a life of an empty pursuit for pleasures, crowding nightclubs and casinos trying to avoid being alone with the night and facing the truth: we are mortal and heaven is to be remembered for a while by other mortals. Faces in a black frame seeing you seeing through you and into a void. Yet I fear not this landscape as it is shunned by man and no harm can happen to me here except the inevitable

Un paysage Ici, dans ce paysage de buissons et d‘arbres tordus, le silence annonce le repos final. des arbres morts, grotesques, des fantômes diurnes, se tiennent là avec leurs branches grises s‘élevant vers les cieux suppliant un dieu de conte de fée « donne-nous aujourd‘hui une vie neuve » mais non il n‘y a qu‘un seul dieu tout puissant qui n‘entend pas vos vœux craintifs murmurés et ceux qui ne l‘entendent pas sont condamnés à vivre dans l‘attente sans fondement des plaisirs, des discothèques bondées et des casinos essayant de ne pas être seuls face à la nuit et face à la vérité : nous sommes mortels et d‘autres mortels doivent se souvenir du paradis quelques temps. Des visages dans un cadre noir te voyant et voyant à travers toi et dans le néant. Pourtant je ne crains pas ce paysage auquel l‘homme tient compagnie et aucun mal ne peut m‘arriver ici sauf l‘inévitable.

73


mgversion2>datura

mgv2_65

74

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

75

06_2009


mgversion2>datura

mgv2_65

06_2009

mgversion2.0>datura ISSN : 1365 5418 mgv2_65 | 06_2009 Editor: WALTER RUHLMANN. © mgversion2.0>datura & the authors E-mail : mgversion2@free.fr Web : mgversion2.free.fr

Prochain numéro | Next issue mgv2_66 | 12_2009

76

mgversion2>datura | mgv2_65 | 06_09  

June 2009 issue of mgversion2>datura

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you