Page 1

mgversion2>datura

mgv2_53 | 07/08_05


mgv2_53 | Girls | 07/08_05

Alexandra Bouge Arlette Homs Mari-Eve Guillon Cathy Garcia Ghalia El Boustami

3


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 Alexandra Bouge Macho Il ne t'aime pas, ami cherche à se faire plaisir en te faisant du mal par n'importe quel moyen, celui qu'il a sous la main, il fout sa bouche dans la mienne et son sperme s'arrête dans ma bouche, et il me pourrit, quand je passe le voir il m'accueille avec une affreuse grimace, il n'a rien à faire à me l'enfoncer et agresser, il va niquer ailleurs ; il m'interdit de me donner du plaisir seul à me construire, d'être bien, il me fout violemment dans des schémas de femme, il me rabaisse et me persuade que je cours après lui.

Le tertre Un homme poilu avança vers elle, il la lécha de sa langue rouge, ensanglantée, les yeux d'abord, puis les joues, il descendit sur le cou, ses poils tombèrent, il s'assit puis la prit dans ses bras puis il se leva, ses larmes avaient couvert de cire le sol, il s'éloignait, ses poils avaient adhéré au tertre face à elle, il pleurait.

Le chemin Un abur plutea sur le sir de calatori, ils s'accrochent à genoux, les mains ensanglantés de sang et de terre, iesit din pamînt, ils avancent sur le chemin boueux, ils forment des boucles et l'on entend le son des fers împrejur qui s'entrechoquent, dealuri cultivés, ils ferment les lanturi et bouchent le passage, ils s'arrêtent ; ils les repede et leur ordonnent de passer sur la gauche, neclintit attend un ordre pour repartir, sur le chemin au bout il y a la mort ; ou : se trouve le chemin qui mène à la mort ; ou : qui les mènent sur le chemin de mort (des morts); leurs pas poudroient le sol, ils serrent les lanturi.

- Un abur plutea : en roumain se prononce [oune aboure ploutéa] : de la vapeur flottait - sir de calatori : en roumain se prononce [chire dé qualatorï] : sur la file des voyageurs - neclintit : en roumain se prononce [nequelinetite] : immobile - lanturi : en roumain se prononce [lanetzourï] : fers

4


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 Arlette Homs La fleur de vigne La tisane d'armoise au goût gris refroidi dans le blanc de la tasse pour les lunes taries... Les noirs bosquets de buis qui dans la nuit serinent le souvenir d'urine dans un bleu petit lit... La graisse de marmotte pour que la douleur sorte du muscle endolori... Morue blanche, eucalyptus, encaustique... ces parfums de souffrance mêlent une odeur tragique à mes songes d'enfance. Mais effaçant l'horreur de ces poids de senteur en ma tête et mon cœur, Luc le marin m'a dit qu'aux premiers jours de juin le chaud parfum du foin parvient jusqu'à la mer... et que la fleur de vigne, a une odeur de sperme qui porte en lui le germe d'un fringuant désir vert jusque devant les portes du plus lointain désert.

5


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 Arlette Homs Où sont donc nos vingt ans ? Le temps s'est écoulé sans qu'on y prenne garde, Nos rêves les plus fous ne sont que souvenirs, Ils mettaient sur nos cœurs une jolie cocarde, En gardant le secret qui allait nous unir. Nous avons eu vingt ans, un rien nous faisait rire, Tout était enchanteur, nous étions si heureux, Le soleil, les parfums, les oiseaux en délire, Lorsque main dans la main, nous partions tous les deux. Puis, petit à petit, la vivante lumière, Éclaira un peu moins le tracé de nos pas Vers le jardin fleuri ; et la rose trémière Poussa près du vieux mur attendant le trépas. Où sont donc nos vingt ans ? Mais que veut dire l'âge ? Nous avons devant nous, plein de petits bonheurs, Du livre de la vie, il faut tourner les pages, Et mordre à pleines dents au monde et ses saveurs.

6


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 Mari-Eve Guillon Femme Le soleil jetait Des giclées d'or Au cou des femmes Langoureuses. Furtif amant, Il effleurait L'épiderme luisant Des belles endormies. Il caressait la peau Tiède et ambrée, Glissant et sculptant Les formes assoupies, Léchant tel un amant Les fines perles salines Qui gonflaient Sous son dard. Puis il disparaissait! Comme happé, Comme éteint; Lassé de ses ardeurs. A sa traîne flottaient Des effluves amères Ennuyées de regrets. L'astre sacré a déserté. Ephémère quiétude! Parcimonieux, Il distilla Ses gouttes d'or Irisées, D'un seul bref éclat. Et les voilà flétries et asséchées! Versatile spectre De lumière, Fugitif indomptable, Tu prives ces femelles d'une essence vitale, Tu les fait suffoquer, leur dérobant leur gaz sans scrupule elles agonissent aux cieux

7


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 Soudain nébuleux. Mais parfois le roi Musardait. Il s'attardait, dardant Ses longs rayons graciles, Peignant la chevelure Défaite de sa muse terrestre. La déesse est élue! Le voilà qui couronne Son chef de rais Luminescents. Alors comme un enfant gâté Ou comme un petit singe, Il s'accroche et oscille Au cou de son aimée. Diaphane encor' Elle titube et chancelle, grisée Par ce divin succès. Amoureux énergique, Il frappe comme un tambour De ses rais acérés La peau encore tendue De la grue couronnée. Et puis, Epuisé par ce rythme Endiablé, Il se blottit tel un serpent usé Au creux de ses entrailles, Bercé de volupté, Il dépose sur ses lèvres

8


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 Mari-Eve Guillon Naturel artifice Les gens, Juste pour déambuler, S'embarrassaient D'effluves Acérées.(1) Rivaliser Avec la nature Pour mieux l'empuantir, Et d'un talon, Rageur, Ecraser ses senteurs... Car qui est la plus belle? (2) A qui cette sereine Saveur? Aux arômes Là-bas... Ou à moi? En France et en Navarre, En Chine... Et même ailleurs, Les promeneurs Aisés ( 5) Abandonnaient Quelques notes Ambrées A l'ombre des rosiers. Eau de parfum, musc Ou patchouli, L'origine diffère...(3) Mais pas la connerie! (4) Explications 1 : meurtri la nature 2 : rivalité homme / nature ( artifice du parfum et odeur naturelle ) Parallèle : contes de fée : qui est la plus belle en ce miroir?...Qui sent le meilleur? 3 : musc : origine animale, patchouli : origine végétale. 4 : Nécessité d'empuantir un lieu magique : universelle...Connerie. 5 : parfum : distinction sociale Fin

9


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 Mari-Eve Guillon Lune de glace Au loin mais si près Des voitures agressives, Ecorchées et sanglantes, Nature morte Etranglée, Mais vive. Au loin mais tout près, Un grouillement monstrueux : La nationale. Une artère infinie Qui sans cesse charrie Les déchets gris D'un sang souillé. Parmi eux : Les véhicules du délit. Tubulures de plastic A feu et à sang, Fondues. Pare-chocs Ecumants, Avides de fraîcheur, Bombes incendiaires Au goût amer Si ordinaire! La lune bienveillante Voit les jeunes s'exciter; Ils courent à leurs affaires, Pressés de dégager. Les fins de semaines Sont faites pour grincher! Grisés par la fraîcheur Nocturne, Ils avalent la route, Et boivent la vitesse Qui les enivre aussi. Le charmant satellite Ressemble au batracien. Ses gros yeux globuleux Sont plus gros

10


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 Que son ventre.

A briqué son décor. Lugubre et impulsive La voici donc Parée!

L'ogresse démoniaque, Est affamée, Ce soir, De sens interdits.

De son balcon de lumière, Appuyée à sa balustrade nacrée, Elle contemple la terre Et s'apprête au spectacle; Un peu d'animation Ne lui déplairait pas.

La furie s'est levée Gonflée de haine Prête à décapiter L'astre sacré. Eblouissante, Dans ses habits De lumière, Elle a pris le relais.

Quelques automobiles Qui tapent la discute, La jeunesse fébrile Qui fringante s'agite.

Avec les ombres, Ses canines s'allongent. Pleine de bonnes intentions, Ménagère avisée, Elle astique les routes Et polit les chemins; Les lacs sont gelés Et les hauts pins frissonnent.

Et puis un bruit De tôle Qui s'arrache Ou se froisse Et puis… Un cri aussi. Et sur la route blanche Pierrot verse alors Une larme sanguine.

Minutieuse, L'assassine

11


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 Cathy Garcia Extraits de Jardin du Causse Mai I jardin du causse la pluie la pluie des jours des jours entiers suçant des bonbons gelés de grêle et aujourd'hui enfin le ciel revient en tenue de mai mais comme on dit : " fait frais pour la saison " jardin du causse vert dominant myosotis bleu confetti quelques soucis plus jolis au jardin que dans la tête dans la serre couveuse courges et tomates font une percée mais au potager les radis peinent les semis restent cachés et moi tête ailleurs trop d'émotions trop vives jardin intérieur dévasté trombes d'eau trop salée pas assez de rires de soleil pour sécher mon cœur détrempé nulle éclaircie

12


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 II jardin du causse écrin de sérénité l'enfant et moi toutes deux bercées terre mère éternelle éternelle vraiment ? jardin du causse nuque offerte caresse d'un soleil consolateur le chat nous rejoint Giboulée joueur bon chat patience infinie envers sa tortionnaire en herbe. entre l'enfant et l'animal une connivence vieille comme le monde il grogne elle éclate de rire jardin du causse vives palabres de chiens l'enfant trébuche à quatre pattes passent des promeneurs du dimanche l'enfant réclame le sein je lui donne de bon cœur laissant mes yeux voguer au ciel nuages douces dodues peluches

13


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 III jardin du causse l'air est doux fine pluie entre gouttes de soleil chants d'oiseaux goût de paradis flammes vives coquelicots calendulas jaune effiloché du laiteron des champs le mauve plus discret du géranium robert de la vesce dont la signature s'achève en langue de papillon jardin du causse petit bijou bleu roi la fleur de mouron sertie dans son calice à pointes effilées ses étamines roses dorées de fin pollen tapis d'aspérules collerettes étoilées leurs menues fleurs en croix pâlichonnes jardin du causse beauté de l'infiniment simple simplicité de l'infinie beauté jardin du causse les roses en secret se préparent les pivoines défroissent leur robe

14


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 bientôt le bal des abeilles chaque fleur unique grande ou petite cœur en offrande délicieusement impudique

IV jardin du causse pris le chemin qui mène de Varaire à Limogne seule douce saveur de vraie solitude pierres fleurs en multitudes le vent et la chorale des arbres danse des blés quelques champs cultivés dans leurs écrins sauvages marcher marcher respirer songer à quel point cela me manquait marcher sentir la sueur m'imprégner humer le monde marcher encore jusqu'à l'oiseau étincelle l'oiseau jaune dans les sous-bois qui lance un cri pour m'avertir le moment est venu de faire une pause

15


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 alors surgit devant mon nez un écriteau de bois " dolmen du Joncas " sourire passer la clôture suivre le petit sentier de terre rouge atteindre le monticule bosquet sacré cornouillers s'imprégner de la beauté au centre le large dolmen mémoire minérale je pose mon sac m'étend sur la pierre plate ferme les yeux picotements dans les bras corps entier envahi l'énergie dont j'ai besoin connectée à la source immémoriale puiser la force mater éternelle renouer le lien me faire du bien loin des hommes je suis sauvage je suis . Jardin du causse sérénité simplicité unité il fait chaud je suis au cœur jardin du causse ou d'ailleurs à ma place

16


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 V jardin du causse crépuscule d'oiseaux journées chaudes nuits douces beau mois de mai les radis ont les joues bien roses les salades épanouies les fraisiers font de l’œil patience patience nouveaux semis haricots beurre haricots verts la tétragone déplie ses premières feuilles jardin du causse palmier yucca cactées ont regagné à leur tour les quartiers estivaux la serre transformée en casa pastèques et piments jardin du causse paisible solitude les grillons se frottent en chœur les cloches dix coups le ciel est clair à l'ouest il fait encore jour Vénus y resplendit deux chauve-souris en chasse passent rasant le sol me frôlent presque le bourdon sourd d'un avion me fait lever la tête toujours cela me rappelle avant l'autre vie

17


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 celle où je ne touchais pas terre n'en reste t-il qu'une araignée gonflable crevée dont les pattes pendent piteusement hors d'une bassine orange ? jardin du causse tant de douceur une invitation à l'amour ce souvenir nommé nostalgie plénitude printanière juste la chance inouïe d'être là vivante

VI jardin du causse fin d'après-midi roulements de tonnerre grosses perles de pluie sur les carreaux brassées d'éclairs qu'il fait bon être à l'intérieur l'enfant à la sieste le chat à sa toilette bien-être au goût d'enfance une certaine enfance rêvée peut-être ciel gris luminescence électrique jardin du causse la maison ses vieux murs

18


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 en pierre tic tac de la pendule la langue râpeuse que le chat passe repasse sur son pelage gris fauve pantouflard chasseur de gamelle jardin du causse derniers semis carottes radis la pluie de ses caresses fait jouir le potager

VII jardin du causse ciel doux couvert mes mains calleuses noires ampoulées satisfaction du travail accompli savoureuse fatigue jardin du causse tomates concombres aubergines courgettes potimarrons et autres cucurbitacées à chaque plant sa place au potager à chacun sa pelletée de compost maison sa lampée de purin d'ortie jardin du causse les cloches six coups l'enfant marche court trébuche

19


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 se relève heureuse de maîtriser son corps et l'espace ramasse des fleurs inspire à plein nez haaaaaaa ! dit-elle rayonnante armée d'un bambou elle adoube sa mère petite pèlerine en son royaume de lutin mais soudain la géante mère gronde le bambou fait mal dans la figure jardin du causse rayons de soleil l'enfant s'échappe vers la serre l'endroit interdit ô combien attirant du coin de l’œil la mère surveille sourire posé sur les lèvres l'enfant revient se nicher sur elle le chat fait toilette il fait bon vivre dans un jardin du causse ou d'ailleurs où l'enfant aime prendre le sein de sa mère aux yeux bateaux arrimés aux nuages toutes deux bercées par la houle musicienne gazouillis chuintements frottements stridulations jardin du causse

20


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 parfum de sauge l'enfant plonge la tête dans le buisson puis vient offrir inestimable trésor un caillou à sa mère un autre encore puis une feuille de sauge et une autre encore rituel d'enfant rituel vivant

VIII jardin du causse hier soir l'orage a pleuré de joie fait danser le jardin au rythme des percussions célestes de ces larmes est née une rose ancienne d'un rouge presque fluorescent je peux la voir de la fenêtre splendide je sais son parfum enchanteur jardin du causse derniers repiquages tout est en place les derniers plants de basilic rejoindront les tomates cerise les jaunes qui mettent l'or à la bouche

21


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 vu quelques cerises rougissantes pas beaucoup quant aux fraises elles disparaissent dans la bouche d'une lutine et sa mère à peine ont-elles le temps de mûrir jardin du causse les mouches sont là pas la peine d'espérer un été sans elles

22


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 Juin I jardin du causse fin de journée mère et fille encore à déguster des fraises Giboulée fait du charme espoir de gamelle les journées sont très chaudes mais à cette heure l'air est léger de papillons cloches du soir sept d'un coup mère et fille ont fait longue sieste le potager assoiffé implore le tuyau l'herbe s'est teinte en blonde décolorée seul le liseron colonial persiste à porter du vert l'enfant hume la lavande une tourterelle s'accorde au timbre des cloches la mère trompe à goût de fraise l'amertume l'absence d'amitié de famille sans parler d'amour

23


mgv2_53 | Girls | 07/08_05

II jardin du causse mère et fille inlassablement engloutissent des fraises assises à l'endroit même où le jardin hier a avalé un bracelet de jade. finira bien par le rendre toute verdure a tourné paille le vent soupire un message de pluie ? les plantes ont soif le cerisier a porté peu de fruits tous raflés sitôt mûris par la gente ailée jardin du causse robe de l'enfant maculée de rose jus de fraise jolie bouille barbouillée lavande en fleurs l'enfant imite le vent d'un sourire radieux salue le papillon jardin du causse où se dressent les pampres bleues des vipérines dans l'écrin d'un souci

24


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 somnole un chrysomèle aux reflets irisés dans la serre trouvé mort un flambé grand papillon jaune pâle longue queue ornée de demi-lunes bleues deux taches rousses point bleu au centre jardin du causse piérides blancs vulcains noir et fauve jouent avec le vent se saoulent de subtils parfums une rose trémière déploie ses jupons de crépon rose pâle jardin du causse la mère écrit regard posé sur une lutine qui butine son sein une lutine en sandales roses fleuries robe blanche à pois verts et bleus taches rouges attrapées dans les fraisiers jardin du causse une fourmi traverse la page traîne une graine vient un moucheron puis une autre bébête minuscule à y regarder de plus près elles est deux

25


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 je viens de surprendre deux mouchettes en train de faire l'amour ! jardin du causse allons ma fille ramasser des radis pour le souper ! la fille chute et rechute un oiseau chante pour la consoler

26


mgv2_53 | Girls | 07/08_05 Ghalia El Boustami Tourbillon Roulée en boule dans ma tête Qui me dira d'où je vais Où naître au bonheur À quelle langue me vouer Mon cœur est gouttes de soie Le chocolat me donne la nausée Pas de quoi perdre un chat, au fond Au fin fond du monde Une silhouette en haut-de-forme S'évade en rires Les maisons tournent en rond Sur le pont d'Avignon J'aimerais m'arrimer quelque part Mais je ne fais que danser sur un pied Good night Ladies, good night Sourions Nous sommes brisés L'envers du décor Au large de moi Il y a une île Bleu pirogue Malmenée par les vagues à l'âme À l'envers de toi Il y a des bras qui se tendent Des ciels bas Drapés d'étoiles qui dansent Au-delà Ce ne sont que brisures de mots Ramassées aux lèvres des passants Qui ne se doutent de rien Le mystère est si fragile

27


mgversion2>datura ISSN: 1365 5418 mgv2_ edited by: Walter Ruhlmann Š mgversion2>datura & the contributors mgversion2datura@gmail.com http://mgversion2datura.hautetfort.com

mgv2_53 | Girls | 07/08_05  

mgversion2>datura mgv2_53 Summer 2005 issue

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you