Page 19

SPORTS

lundi 16 juin 2014 www.metronews.fr

Cristiano ronaldo (à gauche) au duel avec jérôme Boateng, en 2012. AFP

Ronaldo face à son pire cauchemar Allemagne - Portugal

Il y a six mois, Cristiano Ronaldo n’avait qu’un vœu. «Eviter l’Espagne, le Brésil

et l’Allemagne dans le groupe, car ce sont les candidats à la victoire finale», prophétisait le Portugais à l’occasion du tirage au sort. Manque de chance, il n’a pas pu éviter la Mannschaft, que les Lusitaniens rencontrent aujourd’hui à 18 heures pour leur entrée dans le tournoi. Un cauchemar pour le Ballon d’or 2013, toujours battu par les Germaniques: 3-1 au Mondial 2006 (match pour la 3e place), 3-2 à l’Euro 2008 (quart de finale) et 1-0 à l’Euro 2012 (1er tour). De quoi faire d’une victoire un défi personnel, ou presque. «Cristiano m’a dit: ‘‘Cette fois, c’est votre tour. Cette fois, c’est moi qui vous bats’’, a déclaré au quotidien allemand Bild Sami Khedira, son coéquipier au Real Madrid. Je sais qu’il est chaud. Il va

montrer dès le début qu’il fait partie des meilleurs joueurs du monde, il va s’arracher.»

Boateng sait l’arrêter

Encore faut-il qu’il puisse jouer. Et la tendinite au genou gauche qu’il traîne depuis un gros mois pourrait l’en empêcher, craignent les Portugais. « Il s’entraîne dur, en pleine santé, et nous sommes sûrs qu’il sera à 100% pour nous aider à faire un grand match», a néanmoins rassuré Eduardo, son partenaire en sélection. Il pourrait alors retrouver Jérôme Boateng, habituel défenseur central décalé sur une aile pour contenir Ronaldo. Le Munichois l’avait fait à l’Euro 2012, en faisant davantage parler son p hy s i q u e d e d é m é n a g e u r (1,92 m, 90 kilos) que sa vitesse. Le Lusitanien n’avait pas vu un ballon

L’Iran sous haute surveillance Groupe F

Dans un pays aux libertés étroitement encadrées, la fête, même celle du football, n’est pas vue d’un bon œil. Et si

Hassan Rohani, le président de la République islamique d’Iran, élu quatre jours après la qualification de l’équipe nationale pour le Mondial, s’est fendu d’un tweet de félicitations le 18 juin 2013, c’était surtout pour se mettre dans la poche la centaine de milliers de supporters qui avaient envahi les rues de Téhéran. Mais, depuis, l’ambiance s’est sérieusement refroidie et les scènes de liesse soigneusement évitées, le régime interdisant non seulement toute publicité autour de la Coupe du monde, mais aussi la retransmission des matches dans les cafés et même les drapeaux iraniens aux fenêtres des habitations. Une chape de plomb à laquelle le sélectionneur portugais de la Melli, Carlos Queiroz (photo), n’est pas habi-

19

tué. Lui qui est entre autres passé par Manchester United, le Real Madrid ou la sélection lusitanienne. Souvent, d’ailleurs, il s’accroche avec sa Fédération. Il la soupçonne de s’être allègrement servie dans le million d’euros qu’a touché l’Iran pour sa qualification à la 4e participation Coupe du monde de son histoire (1978, 1998, 2006 et 2014).

Maillots qui rétrécissent

Au Brésil, il sait qu’en plus de devoir s’entraîner avec des maillots qui rétrécissent au lavage, ses joueurs sont surveillés par le personnel de l’ambassade iranienne, chargé de veiller à leur comportement dans ce pays aux tentations multiples. Vraiment pas les conditions idéales pour vaincre le Nigéria, ce soir à 21 heures. Et pour espérer sortir d’un groupe F très relevé (Argentine, Bosnie) même si Ashkan Dejagah, la star de l’équipe, qui évolue à Fulham FC, estime que ses coéquipiers peuvent «créer la surprise». §séBAstIen CoCA

lors des vingt premières minutes et avait été contraint à l’anonymat, loin de ses standards habituels (49 buts en 111 sélections). «On va affronter le Portugal et non un joueur », relativise l’attaquant Lukas Podolski. Le sélectionneur, Joachim Löw, est un peu plus nuancé : « Je ne pense pas qu’à Cristiano Ronaldo. Mais oui, c’est vrai, le fait de le mettre en échec, ça pèse dans la balance. On n’a pas le droit de le quitter des yeux et celui qui l’affronte

doit se dire : ‘‘Où est Ronaldo ? Qu’est-ce qu’il fait ?’’ » Tout pour enfin battre l’Allemagne. §PIerre menjot

LE PROGRAMME DU JOUR >18 heures : Allemagne - Portugal (TF1 et BeIN Sports) >21 heures : Iran - Nigéria (BeIN Sports) >minuit : Ghana - Etats-Unis (BeIN Sports)

20140616_fr_rennes  
20140616_fr_rennes