Page 8

ACTU FRANCE

8

vendredi 14 février 2014 www.metronews.fr najat Vallaud-Belkacem s’est montrée confiante pour les municipales. metRoNews/VINCeNt IsoRé

EN BREF

Politique

Le non-cumul entrera en vigueur, mais seulement en 2017. Le Conseil constitutionnel a

validé hier la loi rendant impossible de cumuler un mandat parlementaire avec une fonction exécutive locale. Le texte avait été définitivement voté le 22 janvier au Parlement malgré l’hostilité de la droite et d’une petite partie de la gauche.

Social

Nouvelle réduction des effectifs du site de Florange. Il y aura

une « suppression de 48 postes en 2014 et de 38 postes en 2015 », a déclaré hier Sylvie Dumaine, la porte-parole d’ArcelorMittal, qui emploie encore un peu plus de 2 000 salariés sur le site. Ces suppressions seront le fait du non-remplacement de départs naturels.

L’INVITÉ

BRuno le maIRe, député uMP de l’eure.

« Nicolas Sarkozy est un atout fort de notre famille politique. » AUJOURD’HUI, L’INVITÉ DE GUILLAUmE DURAND est Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale. A 8 h 15 sur LCI.

Fait divers

Un vol qui aurait mal tourné. Un

chasseur de 68 ans a été trouvé mort mercredi soir à Benon (CharenteMaritime), près d’une cabane de chasse, a-t-on appris hier. Il pourrait avoir surpris un ou plusieurs voleurs qui l’auraient tué lors d’une bagarre.

Agriculture

Stéphane Le Foll vent debout contre les OGM. « Il y a un projet de loi qui va être discuté dès lundi au Sénat. Il va permettre d’interdire en France l’usage de tous les maïs OGM », notamment ceux en passe d’être autorisés en Europe, a expliqué hier le ministre de l’Agriculture.

Energie

Le nucléaire n’est pas mort pour le PDG d’EDF. La construction de nouvelles centrales nucléaires sera inévitable en France pour remplacer les infrastructures existantes, car l’atome conservera une part importante de la production électrique française, a estimé, hier, Henri Proglio.

«Les résultats vont arriver» Interview

Najat Vallaud-Belkacem, ministre du Droit des femmes et porte-parole du gouvernement, était hier l’invitée de metronews, LCI et les Indés Radios. Le gouvernement a décidé de geler l’immatriculation des VTC le temps de la médiation avec les taxis. Est-ce pour gagner du temps ? Les choses peuvent se régler par le dialogue. Il faut trouver un compromis dans l’intérêt premier des usagers eux-mêmes, pour une plus grande mobilité. Alors oui, c’est difficile, tellement difficile que le gouvernement précédent a laissé faire. Je comprends le mécontentement des taxis, qui ont une patente à payer pour exercer. Par ailleurs, l’ar-

rivée des VTC correspond à un besoin. Il faut juste prendre le temps d’analyser les contraintes qui pèsent sur les taxis. Chacun doit prendre sa place, il y en a pour les deux. La Belgique a adopté hier l’euthanasie pour les mineurs. Alors que le Conseil d’Etat va se prononcer sur le cas Lambert (lire p. 4-5), pourquoi ce sujet suscite-t-il autant de tensions en France ? C’est une matière à manier avec beaucoup de prudence. Il est toujours difficile d’y voir clair et d’enfermer les personnes dans des choix dont elles n’auraient pas voulus à cause d’une législation trop abrupte. En France, nous n’avons pas «rien fait», la loi Leonetti a déjà permis aux médecins de trouver un certain nombre de réponses. Sans doute

faut-il aujourd’hui en apporter davantage pour leur permettre de se sentir plus à l’aise. Les déclarations sont contradictoires au sein de la majorité sur le gel de l’avancement du salaire des fonctionnaires. Qu’en est-il ? Il faut écouter la parole du Premier ministre, il n’y a pas de doute à avoir. Il n’y aura donc pas de gel des salaires dans la fonction publique. On a même décidé d’un coup de pouce pour les salaires les plus bas. La cote de popularité du président est toujours très basse, combien de temps cela est-il supportable ? Je ne vais pas vous dire que cette situation nous remplit d’aise, mais on s’y attendait. Nous sommes arrivés dans un contexte pas anodin, avec beaucoup de promesses non tenues par le gouvernement précédent. Donc, avec un discrédit de la classe politique en général. De notre côté, des réformes ont été menées, dont les Français ne perçoivent pas toujours les fruits. Mais je suis optimiste, car nous avons une obligation de résultats. Et ils vont arriver. Les élections municipales approchent, pensez-vous qu’il y a un risque de vote sanction ? Ce qui compte dans le cas des municipales, c’est le bilan du maire sortant et la question du concurrent. Comme il se trouve que les maires PS ont quand même d’excellents bilans, j’avoue que j’aborde ces élections avec plutôt de la confiance. §ProPos recueillis Par Hélène RIsseR,

CHRIstopHe Joly et FRédéRIC delpeCH

Au tribunal pour avoir filmé Nancy avec un drone

société

N’est pas Yann Arthus-Bertrand qui veut.

Un jeune Nancéien de 18 ans vient de l’apprendre à ses dépens. Convoqué par la gendarmerie, il devra se présenter au tribunal correctionnel pour « mise en danger d’autrui » après avoir filmé Nancy à l’aide d’un drone équipé d’une caméra, rapporte hier L’Est républicain. Sa vidéo, qui se contente de refléter les splendeurs de la ville, a été vue plus de 400 000 fois sur la Toile. Un succès au goût amer pour le lycéen qui, sans s’en rendre compte, a enfreint plusieurs règles. A sa

décharge, ces appareils en plein essor, relevant de l’aéromodélisme, attirent de plus en plus d’amateurs généralement étrangers au cadre législatif auquel ils sont soumis.

Autorisation administrative

Car le problème est multiple. L’arrêté du 11 avril 2012 encadre l’usage des drones. En dehors de l’espace purement privé, tout vol de l’un de ces engins est soumis à l’autorisation de la Direction général de l’aviation civile, qui délivre une réponse «après étude du dossier de demande en s’assurant en priorité

que la sécurité des personnes et des biens est assurée, explique l’organe de contrôle à metronews. Dans le cas nancéien, cependant, aucune autorisation n’aurait été donnée au lycéen parce qu’il projetait de survoler une zone peuplée. Mais ce dernier tombe également potentiellement sous le coup d’une autre infraction relative, cette fois, à la collecte de données et de respect de la vie privée. En fonction des images tournées en pleine ville, ce dernier peut donc contrevenir à la loi Informatique et Libertés. §nIColas Vanel

20140214_fr_provence  
Advertisement