Page 10

10

bonus

lundi 9 décembre 2013 www.metronews.fr

Amazon, une jungle bien ordonnée

L’entrepôt d’amazon se signale par une grande tour jaune.

c’est dans ces grands linéraires que sont stockés les objets avant leur expédition.

Lætitia est chargée de vérifier que les livraisons correspondent aux commandes passées par amazon.

Dans ce hangar sont ouverts les cartons adressés par les fournisseurs.. Photos ANtoiNe ViNceNs de tAPol/MetroNews

CONTEXTE. A l’approche de Noël, la vente en ligne connaît un pic. REPORTAGE. Metronews a visité l’un des centres de stockage du revendeur Amazon pour mieux appréhender l’immense défi logistique que cela représente. Jean-sébastien zanchi

s

l’activité exponentielle du groupe, qui a ainsi créé 4 200 emplois. «Mais ce chiffre varie fortement avec les pics dus à l’activité saisonnière du groupe », précise Frédéric Duval. L’année dernière, le revendeur a ainsi livré 760000 colis pendant la seule journée du 17 décembre, alors qu’il ne disposait encore que de trois centres logistiques.

Une fourmilière d’employés

aran, un froid matin de novembre. Nous Dans les hangars, la seule comparaison qui nous retrouvons devant un immense han- vient à l’esprit est celle d’une fourmilière. gar qui domine une zone d’activité com- Chaque employé a une tâche bien précise, merciale. C’est dans cette commune du Loiret qui s’insère dans un processus très étudié. de 15000 habitants qu’Amazon a choisi d’ins- Lætitia est par exemple préposée à la réceptaller son tout premier centre logissur la seule journée tion de la marchandise en provetique en France en 2000. Depuis, nance des fournisseurs. « Je vérifie du 17 décembre 2012, que chaque carton contient bien succès oblige, un nouvel entrepôt, le revendeur a livré ce qui est précisé sur le bon de de la taille de 9 terrains de football, 760 000 colis. est venu remplacer l’ancien. « En livraison. Ensuite je classe les pro2007, nous avons transféré les activités dans duits par taille pour qu’ils partent au stoccette structure de 72 000 m² », explique à kage », explique l’employée. metronews Frédéric Duval, le directeur des opéCar l’essentiel des marchandises n’est pas rations du groupe américain en France. classé par type, mais par taille. «Nous procéTrois autres centres ont vu le jour par la suite dons plutôt selon une logique de rotation, les dans l’Hexagone: Montélimar (Drôme) en 2010 produits les plus demandés seront entreposés (36000 m²), Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) au même endroit, alors qu’ils peuvent être très en 2012 (40000 m²) et Lauwin-Planque (Nord) différents, l’idée est que l’employé qui vient les cette année (90000 m²). De quoi témoigner de chercher perde le moins de temps à se déplacer

dans nos hangars », détaille Frédéric Duval. Ainsi peuvent se côtoyer dans un même rayon des tondeuses à cheveux, des jeux de société ou encore des CD vierges.

Un casse-tête logistique

A chaque commande, le parcours du «picker» est déterminé par le système informatique qui gère les stocks et sait exactement où se trouve chaque produit. Ceux-ci sont ensuite amenés sur la chaîne d’emballage. C’est là que les employés se transforment en assistants du Père Noël : ils font à la main chaque paquet cadeau et choisissent le colis le mieux adapté. «Nous travaillons avec presque tous les transporteurs, de La Poste à UPS en passant par TNT, cela nous permet de choisir le mode de livraison le mieux adapté à chaque commande», explique le directeur des opérations. Car les centres français ne sont pas réservés aux seules livraisons dans l’Hexagone, et inversement. Un client français peut être livré depuis le Luxembourg, tandis qu’un client espagnol peut recevoir son colis envoyé depuis l’un des 4 centres français. La priorité est la rapidité de livraison, si le produit commandé est en stock, c’est le centre qui le possède qui se chargera de l’envoi. Un casse-tête logistique qu’Amazon gère presque aussi bien que le Père Noël.§

20131209_fr_rhonealpes  
20131209_fr_rhonealpes