Page 2

2 événement

1

lundi 24 juin 2013 www.metronews.fr

sur

VIDEO Un spectacle aérien aux Etats-Unis a tourné au drame. Le pilote de l’avion et une cascadeuse sont morts.

MONDE

Accusé d’avoir tué sa compagne, l’athlète sud-africain Oscar Pistorius assure avoir oublié le code PIN de l’iPhone qu’il a utilisé pendant la nuit du drame. La police n’est toujours pas parvenue à forcer le téléphone.

justice

AUDITION. Bernard Tapie est entendu aujourd’hui par la brigade financière dans l’affaire du Crédit lyonnais. ENJEUX. Il devra s’expliquer sur ses relations suspectes avec l’Elysée.

cas de Pierre Estoup. Ancien magistrat à la cour d’appel de Versailles, celui qui a rédigé l’arbitrage en 2008 dément tout lien avec l’homme d’affaires, et pourtant.

Une affaire d’Etat ?

L’enquête judiciaire a prouvé que les deux hommes se connaissaient. Selon Le Monde, les policiers soupçonnent même Pierre Estoup d’être julie mendel intervenu dans l’affaire des comptes ernard Tapie n’a pas dit son de l’OM, en 1998. Bernard Tapie avait dernier mot. Convoqué au- alors évité la prison. Une faveur qui jourd’hui par la police, il va expliquerait la mystérieuse dédicace devoir s’expliquer. Quel rôle a-t-il envoyée par l’homme d’affaires à joué dans l’arbitrage dont il a été le Estoup, la même année : « Votre soubénéficiaire en 2008 ? L’homme aux tien a changé le cours de ma vie… » 400 millions d’euros risque désor- Ajoutés à cela, les liens professionmais la mise en examen pour « escro- nels entre le magistrat et Mes Lanquerie en bande organisée ». Avec, à tourne et Chouraqui, deux avocats la clé, ses biens placés sous séquestre de Bernard Tapie. Pierre Estoup étaitet une coquette caution à verser. il, oui ou non, juge et partie ? Si oui, Les soupçons portent sur l’arbi- l’arbitrage est entaché de nullité. trage rendu en règlement du litige Mais le point le plus sensible du avec le Crédit lyonnais sur la vente dossier repose sous les ors de l’Elyd’Adidas, qui aurait été sée. Affaire Tapie, affaire biaisé au profit de Bernard Tapie ne d’Etat ? La question se réserve pas aux l’homme d’affaires. Les enquêteurs l’exclusivité pose plus que jamais. juges cherchent à savoir de ses explications. il Car Bernard Tapie a bel comment ce dernier a publie ce jeudi un livre et bien rendu visite au plaidé sa cause à l’Elysée et dans lequel il entend président de la Répu« dire toute lA vérité ». au ministère de l’Econo- Son titre ? Un scandale blique, avant et durant mie, et s’intéressent de d’Etat, oui ! Mais pas son mandat… à plus de près à ses liens avec les celui qu’ils vous dix reprises. L’homme, arbitres. Il y a d’abord le racontent. qui a affiché son soutien

B

jean-François Rocchi

Pierre estoup

Christine lagarde

Bernard Tapie

Claude Guéant jean-louis Borloo

nicolas Sarkozy

ChronologIE dE l’affaIrE TapIE 1993 2007 Tapie vend Adidas à un consortium (CDR) du Crédit lyonnais (CL) pour 315,5 millions d’euros.

1994

La ministre de l’Economie, Christine Lagarde saisit un tribunal arbitral.

2008

Le tribunal arbitral octroie à Tapie 403 millions d’euros. Adidas est revendu pour 701 millions d’euros à Robert 2011 Louis-Dreyfus. Tapie La Cour de justice de la dénonce la vente. République dénonce « de nombreuses anomalies et 1998 irrégularités » dans Tapie réclame 990 millions l’arbitrage et ouvre une d’euros au CL pour enquête pour « complicité « montage frauduleux ». de faux et de détournement 2005 de fonds publics » contre Le CDR est condamné à Christine Lagarde. verser 135 millions d’euros à Tapie. Arrêt cassé en 2006.

à Nicolas Sarkozy durant sa campagne, a-t-il conclu un accord avec ce dernier afin qu’il ordonne le recours à l’arbitrage, que l’on disait pourtant contraire aux intérêts de l’Etat ? Le témoignage clé de Stéphane Richard, alors directeur de cabinet au ministère de l’Economie, abonde en ce sens. Il raconte avoir été « convoqué » à l’Elysée par le secrétaire général, Claude Guéant, en juillet 2007. L’ordre est alors donné de

2013 24 mai : Christine Lagarde est placée sous le statut de témoin assisté. 29 mai : soupçonné d’avoir favorisé l’arbitrage au bénéfice de Tapie, le juge arbitre Pierre Estoup est mis en examen pour « escroquerie en bande organisée ». 12 juin : mises en examen pour le même motif de Stéphane Richard et de l’ancien président du CDR (structure en charge du passif du Crédit lyonnais) Jean-François Rocchi.

procéder à l’arbitrage. Présent ce jour-là, selon Stéphane Richard, Bernard Tapie, qui, lui, dit ne pas se souvenir. Des éléments qui pourraient accélérer la prochaine convocation de Claude Guéant dans ce dossier. Reste à savoir si ce dernier assumera seul cette décision, ou s’il évoquera, pour la première fois, la responsabilité de son « ami », l’homme à qui il vouait une dévotion que l’on disait sans bornes, Nicolas Sarkozy. §

phoTos afp

Affaire Tapie, un scandale d’Etat ?

Stéphane Richard

20130624_fr_languedoc  
20130624_fr_languedoc