Page 8

ACTU FRANCE

8 EN BREF

Economie

Surcouf placé en liquidation judiciaire. Aucun candidat ne

s’est présenté pour la reprise de l’enseigne de distribution hightech, en redressement judiciaire depuis février. Le groupe emploie encore 379 personnes.

8 % des Français déjà victimes d’une usurpation d’identité Délinquance

On peut être première dame et se faire voler son identité. Le 3 octobre, Valé-

poursuivi pour tentative d’assassinat et violence sur un agent de la force publique. Il aurait agi sous le coup d’un « dépit amoureux », selon le procureur de la République de Dijon. Le pronostic vital de la victime est toujours engagé.

rie Trierweiler a déposé plainte contre X pour « usurpation d’identité » après qu’une demande de permis de construire eut été déposée à son nom dans le Morbihan. Une mésaventure qui n’est pas l’apanage des célébrités. Selon une étude CSA rendue publique hier, 8 % des Français déclarent en effet avoir déjà été victimes d’usurpation d’identité au cours des dix dernières années. Ils n’étaient que 4,2 % en 2009.

Frappé par le père d’une élève.

200 000 euros de prêt contractés

Faits divers

Lycéenne poignardée en Côted’Or : son camarade mis en examen. L’adolescent de 15 ans est

Un professeur d’éducation physique d’un lycée de Lyon a été agressé mardi par un homme qui lui a porté plusieurs coups au visage et au thorax, a-t-on appris hier. Le père était mécontent des remontrances faites à sa fille. Il a été placé en garde à vue.

jeudi 11 octobre 2012 www.metrofrance.com

Cette forme de délinquance est en passe de devenir la deuxième en France avant les cambriolages et après le vol de véhicule. Pour autant, 34 % des personnes interrogées estiment que ce risque est

« C’est usant de devoir prouver ma bonne foi. » BlAnDine, victime d’une usurpation d’identité auprès d’organismes de crédit.

« peu élevé ou totalement nul », 45 % qu’il est « assez élevé » et 18 % qu’il est « très élevé ». Depuis sa mésaventure, Blandine, une Parisienne de 32 ans, invite tout le monde à la prudence. Fin septembre 2011, elle a reçu un appel d’un organisme de crédit. On lui réclame près de 10 000 euros. Vérification faite, c’est bien son passeport, qu’elle croyait égaré chez elle, qui a été utilisé pour contracter un prêt cinq mois plus tôt. Mais la photo n’est pas la sienne. Depuis, les injonctions d’huissiers s’enchaînent. « La personne qui a usurpé mon identité a ouvert une vingtaine de comptes pour des organismes de

crédit », raconte Blandine, qui estime le montant total à 200 000 euros. La jeune femme soupire. « C’est usant de devoir prouver chaque fois ma bonne foi. » Elle donne un conseil : « Si vous ne retrouvez pas vos papiers, portez plainte tout de suite, même si vous pensez les avoir simplement égarés. »§ADrien CADorel et Gilles DAniel

papiERs au maRché NoiR La hausse des usurpations s’explique notamment par l’apparition de « packs identitaires » sur le marché noir il y a cinq ans, selon le criminologue Christophe Naudin. Ils regroupent plusieurs documents « cohérents » pour tromper l’administration et obtenir un document officiel.

20121011_fr_grand est  
20121011_fr_grand est