Page 16

SPORTS

18

mardi 12 juin 2012 www.metrofrance.com

4

4

Jacek cichocki, ministre polonais de l’Intérieur.

afp

« Le Pologne-Russie d’aujourd’hui est le plus grand défi pour la police polonaise, en raison des craintes de débordements. »

Comme le nombre de clubs séduits par l’attaquant des Bleus Olivier Giroud. Après Malaga, l’Atlético Madrid et l’AS Roma, Arsenal lui fait aussi des appels du pied.

Polémique Ivica Olic en veut à son coach.

Renvoyé en Croatie par Slaven Bilic car il souffrait de la cuisse, l’attaquant regrette cette décision. « Je n’ai plus de douleur. S’il avait attendu un peu, j’aurais été prêt pour le match contre l’Italie jeudi. »

Football euro 2012

La France n’a pas osé mur. face à des anglais qui ont refusé le jeu et qui se sont massés en défense, les Bleus ont évité le piège. INVINCIBILITé. L’équipe de Laurent Blanc poursuit sa série : 22 matches sans défaite. Mais il lui faudra aussi penser à gagner.

1

France

En revanche, Samir Nasri a enfin fait son trou. Dans le trio offensif français, le milieu de terrain était le seul élément à ne pas s’être encore illustré. Difficile pour lui d’exister, durant la préparation à cet Euro, entre l’électron libre Ribéry et le tueur de sang froid Benzema. Mais hier, au meilleur moment, Nasri a rallumé la lumière (39e, 1-1). Celle de l’équipe d’abord qui, quelques minutes plus tôt, aurait pu se mettre à douter après avoir encaissé le premier but sur le premier coup de pied arrêté des Three Lions.

1

anGleterre

emmanuel bousquet, envoyé spécIal à donetsk

Nasri fait taire la critique

l

es Bleus n’ont pas tout gâché. Hier, pour leur entrée en lice dans l’Euro, ils ont partagé les points avec l’autre favori de ce groupe D, l’Angleterre. Ils ont même laissé une dernière impression positive et prometteuse, presque un début de regret... Pourtant, l’affaire a mal commencé. Des deux côtés, on se regarde, on tergiverse, on se craint. OxladeChamberlain et Welbeck vont vite, Ribéry et Benzema aussi.

Toujours friable sur corner

Mexès est encore lourdaud, Lescott soutient la comparaison dans le même genre. Sauf que le défenseur central anglais, sur le premier coup de pied arrêté de son équipe, dépose Diarra et place une tête à bout portant sur laquelle Lloris ne peut rien (30e, 1-0). Mexès, lui, comme depuis le début de la préparation, s’est montré encore un peu emprunté. Dépassé même parfois.

unique buteur des bleus, samir nasri (à droite), ici opposé à steven Gerrard, a permis à la France de revenir dans le match. geTTy

Et la sienne, individuelle, surtout. Profitant d’une passe en retrait de Ribéry, Nasri décoche, depuis l’extérieur de la surface, une frappe enroulée du droit pour remettre la France dans le coup. L’ancien Marseillais, qui n’avait plus marqué avec les Bleus depuis le 11 octobre 2011 a retrouvé les crocs. Face à la Bosnie-Herzégovine, grâce à son but, la France avait arraché son billet pour la phase finale de l’Euro. Hier, sur la pelouse de la Donbass Arena, il n’est pas parvenu à masquer son soulagement. Rageur, Samir Nasri s’est ensuite adressé à la tribune de presse : un doigt sur la bouche, pour dire à ses détracteurs – français – de se taire. Grâce à son but, la France continue sa série d’invincibilité (22 matches) et conserve toutes ses chances dans le groupe D. Mais, pour cela, il faudra gagner, et notamment contre l’Ukraine, vendredi, dans le chaudron de la Donbass Arena.§

20120612_fr_nantes  
20120612_fr_nantes