Issuu on Google+

CLAIRE VERNEUIL P. 6

« Le Midi, c’est chez moi » L’ex-avocate niçoise et candidate de « Masterchef » 2012 officie désormais au Fairmont Monte Carlo en tant que chef pâtissière.

CITY Nice ÉVÉNEMENT P. 4

Supplément PRINTEMPS 2013

NE JETEZ PAS CE NUMÉRO SPÉCIAL SUR LA VOIE PUBLIQUE : OFFREZ-LE À VOTRE VOISIN !

La Coulée verte prépare sa rentrée Projet phare de la mandature de Christian Estrosi, le jardin urbain de douze hectares changera l’aspect de toute une partie de Nice.

BONS PLANS Restos, boutiques, bars, sports, balades, sorties nocturnes… Les bonnes adresses dénichées et testées pour vous [p. 14]

AGENDA Culture, sport, loisirs : tous les immanquables, comme le festival Crossover [p. 26]


SOMMAIRE

Nice se la coule douce La Coulée verte sera prête en octobre 2013. Ce jardin urbain de douze hectares ouvre le Vieux-Nice sur la Promenade des Anglais. Un peu d’air, de vert et d’eau fraîche. Page 4

INTERVIEW

GASTRONOMIE

AGENDA

Claire Verneil

La recette de Mauro Colagreco

Théâtre, concerts, expos

Rencontre avec la chef pâtissier du Fairmont Monte Carlo. p. 6

Le chef vous propose une salade d’asperges.

Un choix d’événements culturels à ne pas manquer. p. 26-32

p. 20

Le coin des pitchouns

BONS PLANS Carabacel, c’est dans l’air

Notre sélection Restaurants, bars, des adresses pour toutes les bouches. p. 16 Boutiques mode, déco, épiceries, livres... p. 22

Une sélection de lieux pour découvrir le quartier qui monte. p. 14 CRÉDIT COUV : PÉNA ET PEÑA / FAIRMONT MONTE CARLO / LIONEL BOUFFIER

Edité par : SAS Publications Metro France 35, rue Greneta, 75002 Paris SIREN 439 396 474 RCS Paris Président-Directeur de la publication : Edouard Boccon-Gibod Directrice générale : Sophie Sachnine Directeur commercial : Christophe Dufresne Publicité commerciale : 01 55 34 45 16

Relations médias : FHCOM Rédacteur en chef : Christophe Joly Rédacteurs en chef adjoints : Ulla Majoube, Alexis Picard E-mail : prenom.nom@ publications-metro.fr Adresse : 35, rue Greneta, 75002 Paris Directeur distribution : Fernando Prata

Agenda enfants : des idées de sorties en famille.

p. 34

CRÉDITS SOMMAIRE : PÉNA ET PEÑA / C. CHARVIN / P.-F. COUDERC / L. BOUFFIER / N. VAQUIER / DR

Responsable fabrication : Valérie Challet

Aude Lision (iconographe), Carine Loret (correction).

Site Internet : www.metrofrance.com

Ont participé à ce numéro : Audrey Bizouerne, Sabine Bouchoul, Magali Hamard, Marc Joyeux, Florence Patrie, Cécile Pinaud, Hélène Pouzet, Stéphanie Preisach, Judith Rablat, Hugo de Saint Phalle, Nicolas Vaquier.

Pages conçues et réalisées par Plurimedia (www.plurimedia.fr) : Michel Maurel (rédacteur en chef), Emmanuelle Dreyfus (chef de service, coordination), Jean-Baptiste Vadon (responsable maquette), Yoan Montagut, Stéphane Nicolas (maquette),

CITY

3


événement

Nice se la coule douce Projet phare de Christian Estrosi, le maire de la ville, la Coulée verte sera fin prête pour le mois d’octobre 2013. Ce jardin urbain de douze hectares ouvre le Vieux-Nice sur la promenade des Anglais. Un peu d’air, de vert et d’eau fraîche.

Création de l’esplanade de la Bourgada. PÉNA ET PEÑA

L

a ville azur s’offre une « coulée verte », un long ruban végétal qu’elle déroule depuis le Vieux-Nice jusqu’à la mer. Avec ce projet d’embellissement mis en place il y a un an, c’est le visage de Nice qui est métamorphosé. Les Niçois ont déjà pu dire au revoir à leur gare routière, bâtiment vétuste des années 1970, au parking à étages et aux jardins suspendus laissés très longtemps à l’abandon. Un mal nécessaire pour réintroduire la nature dans une ville asphyxiée par la cirCITY

4

Le futur jardin Albert 1er. PÉNA ET PEÑA

culation et les pots d’échappement. Ainsi, d’ici le mois de juin, la cinquième ville de France sera dotée d’un nouveau poumon. Ce ruban vert de douze hectares partira de derrière le Théâtre National de Nice (TNN) et se déroulera jusqu’aux jardins Albert I er et à la Promenade des Anglais réaménagée pour l’occasion. Une passerelle enjambant la voie offrira un point de vue inédit sur la baie des Anges. Ouverture naturelle vers la mer, la Coulée verte permettra aussi de recréer un lien entre le Vieux-Nice et la ville moderne, lien rompu depuis les années 1970, et de


ÇA BALANCE PAS MAL À NICE

La Coulée verte sera prête pour l’un des événements les plus importants de la ville : le Nice Jazz Festival. Cette année, la manifestation subit quelques changements importants. Un nouveau parrain, l’immense batteur André Ceccarelli, et surtout un nouveau directeur, Sébastien Vidal (programmateur du festival Django Reinhardt à Samois-sur-Seine). Depuis sa création, le festival, qui attire plus de 30 000 curieux, accueille la meilleure scène jazz actuelle grâce à des programmations exceptionnelles. L’ambition du directeur est de « proposer des choses nouvelles au sein d’une musique fédératrice et riche de sa jeunesse ». L’édition 2013, qui se déroulera du 8 au 12 juillet, s’annonce donc pleine de surprises.

PIERRE BEHAR

Un parc urbain unique de 12 hectares à la place de la gare routière et du parking. PÉNA ET PEÑA

L’espace Masséna. PÉNA ET PEÑA

redécouvrir les vieilles et authentiques façades du Nice d’autrefois.

JARDINS ET LOISIRS

C’est le paysagiste Michel Péna qui a été choisi pour penser le parc urbain. Le souhait de ce Parisien ? « Mettre de l’air avant la verdure » mais aussi et surtout faire de ce jardin aux centaines d’arbres « un voyage autour du monde ». Pour cela, il a arpenté les pépinières de l’arrière-pays provençal mais également d’Espagne et d’Italie afin de sélectionner les arbres les plus extraordinaires. Les passants

pourront se sentir dépaysés tout en ayant les pieds bien campés à Nice. Cette prairie urbaine sera l’occasion d’apporter aux Niçois en mal de calme un espace de sérénité mais pas seulement : certaines parties seront dédiées à l’art, aux sports urbains, aux jeux et à la culture. L’espace Masséna et le forum Jacques-Médecin, totalement revisités, serviront aux grandes manifestations comme le carnaval ou le Nice Jazz Festival. Nice renaît. SABINE BOUCHOUL

CITY

5


INTERVIEW

« En cuisine, la générosité n’est pas un vain mot » Claire Verneil, ancienne avocate et candidate de l’émission culinaire de TF1 Masterchef, est depuis janvier la chef pâtissier du Fairmont Monte Carlo. Rencontre avec la jeune femme, à l’orée de sa nouvelle vie.

P

endant longtemps, Claire Verneil, jeune et jolie avocate niçoise, a réservé ses talents culinaires à sa famille et ses amis. La proposition du chef exécutif Philippe Joannès (Meilleur ouvrier de France 2000) de le rejoindre dans son restaurant de Monaco a changé la donne. Depuis janvier, l’ex-candidate de Masterchef, arrivée quatrième de l’édition 2011, est à la tête d’une brigade de huit personnes. Avec passion, elle nous raconte son parcours atypique de la CITY

6

cuisine de sa grand-mère à celles du prestigieux Fairmont Monte Carlo. Comment est née votre passion de la cuisine ? Je la tiens de mes grands-parents. Quand j’étais petite, je passais toutes mes vacances chez eux, dans le Sud-Ouest. Ma grand-mère, qui avait étudié les arts ménagers, était une très bonne cuisinière. Dès l’âge de 3 ans, j’étais son principal commis ! Quant à mon grand-père, il m’emmenait avec lui chercher les champignons, les escargots, les truffes. On faisait aussi


FAIRMONT MONTE CARLO

des confitures avec les mûres et les framboises du jardin. Et quand on voulait faire une salade de fruits, on allait y cueillir les cerises. J’ai baigné toute mon enfance dans cet univers gastronomique qui place le produit frais au centre de tout. Pourquoi avoir attendu plus de trente ans avant d’en faire votre métier ? Je viens d’une famille de banquiers, notaires, pharmaciens... où tout le monde a fait au moins dix ans d’études ! On m’a toujours répété : « Fais de longues études, obtiens un

bon diplôme et après tu feras ce que tu veux. » J’ai donc passé un bac littéraire, puis je me suis inscrite en fac de droit parce qu’on me disait que ça menait à tout ! Finalement, je suis devenue avocate et j’ai adoré mon métier. Mais l’amour de la cuisine était toujours là… Il ne m’a jamais quittée ! J’assistais à tous les salons ouverts au public, je collectionnais les livres de cuisine, je regardais toutes les émissions culinaires à la télévision. CITY

7


INTERVIEW

Claire avec Xavier F. rugeroni, directeur général, Philippe Joannès, chef exécutif, et eric Daime, sous-chef pâtissier. FAIRMONT MONTE CARLO

Je pouvais passer une journée entière sur le détail d’un gâteau ! J’ai aussi pris des cours chez Lenôtre à Cannes. Et quelques mois avant le début des sélections Masterchef, j’ai même participé à un concours local, le concours des 3 Corniches, qui se passait entre Monaco et Nice et dont le jury était exclusivement composé de Meilleurs ouvriers de France. Je me suis dit : je vais tenter... et j’ai gagné ! Est-ce à ce moment-là que vous décidez de vous lancer dans l’aventure Masterchef ? J’avais regardé la première saison et j’avais adoré. Je voyais Masterchef comme un concours de cuisine au cours duquel on pouvait apprendre auprès de grands chefs et non pas comme une émission de télévision. Quand j’ai décidé de m’inscrire, je n’imaginais pas un seul instant changer de vie ! Je venais d’être nommée au Conseil de l’Ordre. Je ne me voyais pas renoncer à mon métier d’avocate ni abandonner mes clients. Je voulais juste tester mon niveau devant des professionnels. CITY

8

« Je n’ai rencontré que des chefs altruistes qui voulaient transmettre leur savoir. »

Que vous a apporté l’émission ? J’ai été éliminée en 4e position sur une recette de Michel Portos, chef doublement étoilé et sacré « cuisinier de l’année » en 2012. A la fin, je suis allée voir Yves Camdeborde pour lui demander si le chef pouvait me signer sa recette. Il m’a répondu : « Non, mais il veut ton adresse pour t’envoyer son livre. » Quatre jours plus tard, je recevais le livre avec une dédicace qui, pour moi, valait toutes les victoires. Elle disait : « N’abandonnez pas. Mes portes vous sont ouvertes, on reparlera de l’épreuve un jour. » Que s’est-il passé ensuite ? Après ma sortie, j’ai repris mon métier d’avocate, mais j’avais encore terriblement envie de continuer à travailler en cuisine. J’ai reçu énormément d’offres que j’ai déclinées. On me proposait tout et n’importe quoi, comme ouvrir un restaurant du jour au lendemain ! Or, on ne s’improvise pas chef d’un établissement comme ça ! Moi, je voulais continuer mon apprentissage. Je suis donc allée, très humblement, frapper aux portes des restaurants que je fréquentais et que j’aimais. Comme j’étais toujours avocate, je proposais aux chefs


INTERVIEW

de me faire travailler gratuitement. Ça m’a laissé la liberté de choisir les personnes auprès desquelles j’avais envie d’apprendre. C’est comme ça que j’ai intégré, en stage, L’Amandier à Mougins auprès de Denis Fétisson. Après la télé, je me suis confrontée à la réalité du métier ! Un jour j’étais aux légumes, le lendemain à la cuisson des poissons, le surlendemain à la pâtisserie. J’ai aussi participé au Salon du chocolat de Paris et aux Etoiles de Mougins ; et j’ai tenu les cuisines du Virgin Café des Champs-Elysées à Paris à deux reprises grâce à la générosité de Patrick Druart. Tout est allé très vite. Diriez-vous que Masterchef a été une bonne carte de visite ? Pour moi, cela a été très positif. L’image rendue par le programme me concernant était fidèle à ce que je suis dans la vie. Je n’étais pas la plus fun ! Mais on m’a vue comme j’étais dans l’émission : concentrée, sérieuse, appliquée, passionnée. Les chefs m’ont dit que ça leur avait donné envie de travailler avec moi. Peu de temps après l’émission, j’ai d’ailleurs rencontré Michel Roth. Il m’a dit : « Tu es sortie de Masterchef juste avant l’épreuve qui se déroulait dans mon restaurant au Ritz. Eh bien, je te propose de rattraper ça et je t’ouvre mes cuisines ! » Vous imaginez, pour une passionnée comme moi, d’avoir les cuisines du Ritz.

Lenôtre. Après l’émission, il m’a d’abord proposé de faire plusieurs démonstrations à quatre mains à diverses occasions, avant, finalement, de m’inviter à le rejoindre au Fairmont. C’est une offre qui ne se refuse pas... Même si j’ai longuement réfléchi avant d’accepter. Etre chef pâtissier du Fairmont signifie mener une brigade, avoir des objectifs humains, financiers, commerciaux... C’est une énorme responsabilité. Et puis il fallait que je renonce définitivement à mon métier d’avocate. J’ai finalement décidé de franchir le pas cette année. Que représente pour vous le Fairmont Monte Carlo ? C’est un hôtel quatre étoiles mythique. Je le connais depuis toujours ! Même du

Comment Philippe Joannès, justement, vous invite-t-il à prendre la tête de la pâtisserie du Fairmont Monte Carlo ? Je l’ai rencontré avant Masterchef, quand je prenais des cours chez CITY

10

« C’est très important pour moi de m’approvisionner chez les producteurs locaux et de respecter les saisons. »

TF1 / CHRISTOPHE CHEVALIN

Comment expliquez-vous que ces grands chefs vous aient ouvert si facilement leurs cuisines ? J’ai eu un accueil formidable de la profession. Je n’ai rencontré que des chefs altruistes qui voulaient transmettre leur savoir. Les plus généreux sont ceux qui n’ont plus rien à prouver. Ce fut le cas, notamment, de Michel Portos, Michel Roth et Philippe Joannès. A aucun moment, ils n’ont hésité à me faire confiance parce que j’étais amateur.


Claude Charvin

INTERVIEW

temps où il s’appelait le Loews. C’est amusant de revenir à Monaco : lorsque j’étais étudiante, j’y ai été traductrice pour la Direction du tourisme et des congrès ! Le Fairmont est un établissement qui fait rêver. C’est un immense honneur pour moi d’intégrer un groupe hôtelier qui détient aussi le Plaza à New York et le Savoy à Londres. C’était important de rester dans le Sud ? Soyons honnête, c’est d’abord ma rencontre avec Philippe Joannès qui a motivé mon choix. Mais je suis très contente de travailler dans le Midi. Je suis ici chez moi ! C’est ma région : le soleil, la mer... Je n’ai pas beaucoup le temps d’en profiter, mais cela m’inspire. Et puis, dans le Midi, les gens ont le sourire ! Sans parler de tous les magnifiques produits que nous avons ici à disposition. Justement, vos origines niçoises inspirentelles votre cuisine ? Certainement. Je suis par exemple une inconditionnelle des agrumes. J’utilise beaucoup le citron de Menton, de Nice, les fruits confits corses, le cédrat, la CITY

12

bergamote... C’est très important pour moi de m’approvisionner chez les producteurs locaux et de respecter les saisons. Mais ma cuisine n’est pas ancrée dans un terroir. J’aime marier les produits locaux avec les saveurs d’ailleurs comme le yuzu (agrume japonais), le sésame noir, le citron caviar originaire d’Australie. Comment définiriez-vous vos pâtisseries ? On me dit souvent qu’elles sont féminines. Et je suis d’accord avec ça ! En plus d’aimer la cuisine, je suis une fan de mode. Pendant mes études de droit, j’ai suivi pendant trois mois des cours à la Parsons, l’école de design de New York. Je suis aussi férue d’art moderne et j’adore peindre. Tout ça se retrouve dans mon travail. J’ai fait par exemple des petites pâtes d’amande en forme de sacs qui s’inspirent des plus grandes marques ; j’emprunte aussi à la bijouterie... Dès que j’ai le temps, je cours les expos. J’ai aussi la chance d’avoir beaucoup voyagé et tous mes séjours à l’étranger continuent de m’inspirer. Comme votre cuisine, vous êtes très féminine. Peut-on garder la ligne en dégustant vos créations ? Bien sûr ! Je n’aime pas les desserts trop lourds.


epi-Bazzoli

Aucun regret d’avoir échangé votre robe noire d’avocate contre la toque blanche de chef ? Absolument aucun ! Je suis très fière d’appartenir désormais à cette profession pour laquelle la générosité n’est pas un vain mot. Mes parrains dans ce métier sont des hommes, mais j’ai aussi de magnifiques modèles féminins, elles aussi d’une immense générosité, à suivre :

1

Claire Heitzler (chef pâtissier de Lasserre), Christelle Brua (chef pâtisser du Pré Catelan) ou encore Anne-Sophie Pic (trois étoiles au Guide Michelin). Quels exemples ! ProPos recueillis Par judith rablat

l’actualité de claire verneil En plus de ses nouvelles responsabilités au Fairmont Monte Carlo, Claire Verneil continue de tenir son blog sur le site de RTL, La Cuisine avec Claire. Elle y raconte ses rencontres avec les chefs, ses coups de cœur et y dévoile même ses recettes ! rtl.fr/ blog/le-blog-de-claire

niColas duBreuil

Mes pâtisseries sont légères, ni trop sucrées ni trop grasses. J’aime y mettre une touche d’acidité. Même dans un dessert au chocolat noir, je vais ajouter une pointe de citron vert. J’aime contrebalancer le goût sucré avec l’amertume des agrumes.

8

les lieux favoris de claire verneil

1

le Fairmont Monte Carlo, 12 av. des spélugues, Monte-Carlo, Monaco. Avant d’y travailler, j’étais cliente du restaurant de Philippe Joannès, chef exécutif et Meilleur ouvrier de France. Il fait une cuisine instinctive qui me parle. aphrodite, 10, bd dubouchage, nice. David Faure maîtrise à la perfection la cuisine moléculaire mais il n’en abuse pas. Il faut goûter son menu « “R…” évolution ». C’est un voyage indescriptible... restaurant luc salsedo, 14, rue Maccarani, nice. Jeune chef dynamique, service adorable, en plein cœur de Nice. pâtisserie lac, 18, rue Barla, nice. Pâtisseries, chocolats, macarons : tout est excellent. Mention particulière pour ses chocolats Pavés Masséna et son entremets Perle ! Boulangerie la lorraine, 24, rue alphonse-Karr, nice. Parce que c’est la meilleure baguette de Nice et que je fais un détour exprès depuis 20 ans !

2

3 4 5

6

Bistrot de la Marine, 96, promenade de la plage, Cagnes-sur-Mer. Jacques Maximin, Meilleur ouvrier de France, est notre père à tous. Il est LA référence. On mange dans son bistrot le meilleur cabillaud demi-sel aux haricots coco du monde ! la place de Mougins, 41, place du Commandant-lamy, Mougins. Denis Fétisson, ancien protégé de Yannick Alléno, propose une cuisine à la fois simple et très aboutie tout autour du produit. le Mas Candille, bd Clément-rebuffel, Mougins. Serge Gouloumès est un grand voyageur. De l’Asie aux Etats-Unis, on retrouve toutes ces inspirations dans sa cuisine. la vague d’or, la résidence de la pinède, plage de la Bouillabaisse, saint-Tropez. Nouveau 3 étoiles pour un moment. Exceptionnel ! Yoshi, hôtel Métropole, 4, av. de la Madone, Monte-Carlo, Monaco. L’excellence de Joël Robuchon revisitée par Christophe Cussac. C’est de l’Asie haute couture !

7

8

9 10


bons plans

Carabacel, c’est dans l’air

Bordé par la future Coulée verte au sud et la très commerçante avenue Jean-Médecin à l’ouest, Carabacel est le quartier qui monte à Nice.

mARché De LA mODe ViNtAge

la boutique Guitar maniac.

lépante, une rue à redécouvrir. NicOLAs VAquieR

a

u pied de Cimiez, les immeubles bourgeois de Carabacel côtoient ses racines populaires. Cherchant à se démarquer du Vieux-Nice, trop touristique à son goût, le quartier est devenu le repaire de la mode et du design.

Le quartier qui monte

Pourtant, ils étaient peu à croire en son succès. « Lorsque nous avons acheté notre commerce il y a presque 4 ans, pas grand monde ne pariait sur le quartier. A cette époque, il était encore boudé par la majorité des Niçois » explique Marie, dans sa boutique My Cut Concept. L’arrivée successive des échoppes chics, vintage ou décalées a créé l’émulation et attiré une clientèle diversifiée. CITY

14

le magasin ara.

StyLe and muSic

Charmée par sa convivialité, la Nice tendance ou hipster s’y donne ainsi rendez-vous comme dans un village, qui compte autant de rues que d’ambiances. Alberti, la gourmande, vous pousse à mille excès : les bonbons au chocolat de Xocoalt, les cupcakes maison d’Emilie’s cookies et la cuisine du marché de Charlotte ravissent vos papilles. La rue de Lépante est une mélomane : les musiciens en herbe ou confirmés achètent leurs cordes de ukulélé chez Guitar Maniac et foncent à Hit import pour se procurer un 33 tours de Bob Dylan. En fin de journée, tout le quartier se retrouve dans la rue Defly, la branchée. On y dégote le look parfait tout en écoutant les DJ pointus du Ara et on finit la soirée au son de l’électro au Smarties, ou du rock au Volume. niColas vaquier


NOTRE SÉLECTION

my Cut ConCept

my cut cONcept

Salon de coiffure tendance ou boutique éphémère de vêtements ? Les deux mon capitaine ! Marie Lavigne et son coiffeur de compagnon Sébastien Formaron ont installé ce concept store chic et malin dans un appartement design plein de cachet. Coupe hype à prix doux ou ventes privées de créateurs qui élisent domicile dans la boutique pour un jour ou pour deux semaines, c’est à vous de décider ! Vous n’en sortirez que plus looké.

guitAR mANiAc

Ouvert du mar. au sam. de 10 h à 20 h (RDV recommandés), 11, rue Defly, Nice. 04 93 01 53 19 ou 06 22 36 37 26 - mycut.tumblr.com

Hit import

Plus de 20 ans qu’on l’aime le magasin de disques de Jean-Paul Galliano. Chez Hit import, on écoute du rock et tout ce qui y ressemble. Mais on est surtout là pour vous aider à trouver le bon son. La recette pour résister à la concurrence des grandes enseignes et d’Internet quand on est un disquaire indépendant : l’innovation ! Pionnier de l’importation et de la vente par correspondance dans les années 1980, Hit import s’est mis sans complexe à la vente en ligne.

hit impORt

ARA

Ouvert du lun. au sam. de 9 h 30 à 19 h, 11, rue de Lépante, Nice. 04 93 62 38 54 - www.hitimport.com

XoCoalt

XOcOALt

Attention, remède puissant contre la morosité. Entrez à vos risques et périls dans la chocolaterie au nom aztèque de Fabrice Zuppo pour y découvrir confiseries, créations originales et bonbons raffinés. Fève de cacao sur le gâteau, Fabrice est respectueux de l’environnement : rapportez-lui 10 pots vides de sa somptueuse pâte à tartiner, et repartez avec un pot plein offert. C’est qu’il est un peu chaman, Fabrice… Ouvert du lun. au sam. de 10 h à 19 h, 10, rue Alberti, Nice. 04 93 91 29 54 - www.xocoalt.fr

CITY

15


bons plans

Où manger ?

Un japonais qui fait du niçois, un chef installé dans une ancienne école pour filles, la reine des quiches, une décoratrice cuisinière émérite sans oublier la meilleure socca, votre palais ne va pas s’en remettre.

au petit GaRi

au petit Gari

Dix ans que ce bistrot à la parisienne s’impose comme l’une des meilleures adresses de Nice. La recette ? Une cuisine familiale et généreuse à l’image d’un patron, Marc Chevalier, et d’un personnel à l’écoute des clients, pour ne pas dire habitués, ici en territoire conquis. Envie d’un plat canaille style rognons ? Passez donc commande. A moins que vous ne succombiez à la spécialité maison, le loup en croûte d’épices, ou à l’un des menus de la Mère Louzine, du Père Lapin ou de Lulu. Gratinée de Saint-Jacques, tartare de saumon, camembert au four, entrecôte à la tapenade ou foie gras, ses toasts de pain au maïs et sa confiture d’oignons maison seront alors convoqués et accompagnés d’une cave généreuse. Menus : de 13 à 40 €. Ouvert du lun. au sam. de 12 h à 14 h et de 19 h à 22 h, 2, place Garibaldi/66, boulevard Risso, Nice. 04 93 26 89 09 - www.aupetitgari.com

le soleil d’asmara

Ouvert du mar. au sam. (sf du 4 au 8 juin) de 12 h à 14 h et de 19 h à 22 h, 4, rue François-Zanin, Nice. 04 93 80 34 03 www.facebook.com/pages/la-table-alziari

Ouvert tous les soirs sauf le lun., 4, rue Delille, Nice. 04 93 76 84 18 - www.le-soleil-dasmara.com

la table alZiaRi

Ou l’histoire de la reconversion tardive du couple Alziari. Quinze ans plus tard, les spécialités niçoises de cette petite carte qui varie peu sont incontournables et toujours aussi savoureuses. Raviolis, pizzas, farcis, beignets de fleurs de courgette, daube d’agneau, tout y est de première fraîcheur comme les desserts faits maison. Sans oublier une carte des vins 100 % provençale. Carte : entre 6 et 17 €.

Voici le seul restaurant de cuisine éthiopienne et érythréenne de la Côte d’Azur. Au milieu d’une carte ensoleillée à souhait, le beyayennatou, copieux assortiment de spécialités, se partage et se déguste avec les doigts. Pour finir en beauté ce repas lumineux, Elsa, la douce patronne des lieux originaire d’Addis-Abeba, torréfie sous vos yeux le café moka d’Ethiopie lors d’une cérémonie traditionnelle. Plat : 9 €.

le sOleil D’asmaRa

la table alziari


bons plans

Joséphine Food & shop

JOSéphiNE FOOd & ShOp

A l’origine de ce concept store à la fois dépôtvente d’œuvres et de mobilier et restaurant, il y a Sylvie, cuisinière émérite et décoratrice de talent, rejointe par Martine, qui s’occupe de la salle. Proposant petit déjeuner dès 8 h 30 et déjeuner entre 12 h et 16 h, cet adorable endroit se transforme ensuite en salon de thé. Trois fois plus d’occasions de profiter d’une ambiance cosy et artistique en cédant à la gourmandise. Carte : de 4 à 13 €. Ouvert du lun. au sam. de 8 h 30 à 18 h, 35, rue Bonaparte, Nice. 04 93 89 02 76 - www.facebook.com/pages/Joséphine-Food-Shop

amada

l’école des Filles

Ambiance zen épurée et intime, Amada est clairement un restaurant japonais. Pourtant, les classiques sushis ne figurent pas au menu de cette échoppe fondée en 2005. Le chef Masaaki Amada les a abandonnés au profit d’une cuisine nippone traditionnelle et raffinée. Et il manie tout aussi bien les codes de la cuisine méridionale : les beignets niçois revisités à la japonaise sont une vraie découverte. Formule de 15 à 30 €.

socca d’oR

SOccA d’OR

Qui ne mange pas de socca n’est pas niçois ! Frédéric, le sympathique patron de cet établissement hautement apprécié, pourra ajouter à la liste pizzas, tartines, pissaladières, salades, pans-bagnats, dont même le pain est fait maison. Les desserts ne sont pas en reste avec clafoutis, fondants, tartes de blettes ou crèmes brûlées. Bonne nouvelle, le restaurant vient de s’agrandir mais il faut toujours réserver ! Carte : de 4 à 9,50 €.

L’écOLE dES FiLLES

Ouvert les mar., jeu. et ven. midi, et du lun. au sam. soir (sur réservation), 17, rue Tonduti-de-l’Escarène, Nice. 04 93 62 00 81

Premiers de la classe ou amoureux de la récréation, ici c’est l’école pour tous. Installé dans l’ancienne école communale pour filles du Bar-sur-Loup, à 15 minutes de Grasse, le chef Stéphane Lucas conjugue les produits de ses fournisseurs locaux dans une cuisine plaisir. Photos de classe épinglées aux murs, éternels tableaux noirs, les grands enfants goûteront à cette madeleine non sans une pointe de nostalgie. Formule déjeuner (le midi) : plat du jour + dessert du jour + café : 24 €. Menu entrée + plat + dessert : 39 €. Fermé dim. soir, jeu. midi et lun., 380, avenue Amiral-de-Grasse, Le Bar-sur-Loup. 04 93 09 40 20 - www.restaurantecoledesfilles.fr

la Reine des quiches

Entre le TNL et le Palais des expositions se trouve un autre palais, celui de la bonne humeur. L’enseigne rose bonbon de la Reine des Quiches vous invite pour la « dînette » ou le goûter. La reine Geneviève, la sympathique patronne de l’établissement, vous propose ses soupes, quiches, « gâteaux de mémé » ou gratins maison dans une déco kitsch et conviviale. On s’en lèche les doigts. Moins de 10 €. Ouvert du mar. au sam. de 11 h à 17 h, 7, rue Maraldi, Nice. 04 93 07 49 77 - www.facebook.com/pages/La-Reine-des-Quiches

LA REiNE dES QuichES

Ouvert tlj sauf le dim. de 10 h 30 à 14 h et de 17 h 30 à 22 h, 45, rue Bonaparte, Nice. 04 93 56 52 93 - www.facebook.com/soccador.soccador


bons plans

la recette de mauro colagreco

Juste avant l’italie, à une quarantaine de minutes en voiture du centre de nice, le Mirazur surplombe fièrement la Méditerranée. Depuis 2006, le chef argentin Mauro Colagreco, au CV rutilant (Loiseau, Passard...), y envoie des assiettes de haute voltige : techniques, graphiques mais aussi sincères et savoureuses. « Le produit est au centre de ma cuisine » précise-t-il, lui qui a doté son restaurant d’un jardin où il se fournit en légumes, herbes et autres plantes. Comme les asperges sauvages qui lui ont inspiré cette recette toute en fraîcheur et vivacité. « C’est le printemps qui arrive dans l’assiette ! » h. s.p.

Pierre-François CouderC

Virtuose à la frontière

SON ASTUCE. Pour que les asperges gardent une

belle couleur, les cuire dans une eau bouillante bien salée. A l’issue de la brève cuisson, les plonger très rapidement dans un bain d’eau glacée. Mirazur, 30, av. aristide-briand, Menton. 04 92 41 86 86

salade d’asperges sauce yaourt et pamplemousse, vinaigrette de miel et d’huile d’olive au citron de menton

ingrédients : 12 asperges vertes + 2 crues de décoration, 3 citrons de Menton, 25 g de miel (2 cuillères à soupe), 1 pamplemousse, 1 orange, 1 pomme verte, 1 yaourt nature, 1 gousse de vanille, 1 oignon cébette, 4 brins de menthe, huile d’olive au citron de Menton, fleur de sel, mâche.

Pour 4 personnes. Préparation : 15 minutes.

1

vinaigrette au citron : Réunir dans une casserole le jus de deux citrons, le miel et la gousse de vanille grattée. Réduire l’ensemble à feu doux des deux tiers. Refroidir rapidement et monter à l’huile d’olive au citron de Menton comme une vinaigrette. sauce aux agrumes de menton : Récupérer des zestes de citron, d’orange et de pamplemousse et les hacher finement. Dans un bol, mélanger le yaourt aux zestes, détendre avec un peu de jus de citron et assaisonner de sel. cuisson des asperges : Eplucher les asperges. Eliminer toute la partie dure. Cuire dans une eau bouillante salée, pendant 30 secondes. Les asperges doivent rester très al dente. Refroidir rapidement dans un bain d’eau glacée. eléments de décoration : Préparer quelques petites feuilles de menthe et de mâche. Emincer très finement la cébette. Réserver quelques zestes de citron. Préparer des copeaux d’asperges avec un épluche-légumes. Tailler des tranches de pomme verte très fines. Prélever quatre suprêmes du pamplemousse, tailler chacun d’eux en trois. Dresser la salade dans une grande assiette ronde.

2

José Luis LoPez de zubiria

3

4


bons plans

Où shopper ?

Photographes en herbe, férus de BD, vintage addicts, vinophiles ou locavores, votre bonheur est dans notre sélection. Mode & déco

LA VOix De L’ANGe

La Voix de l’Ange : A l’angle de Foch et de Lépante, Christine réveille votre âme d’enfant. La patronne très zen de cette jolie boutique de bijoux et accessoires décoratifs prête volontiers ses livres sur la pensée positive et conseille attentivement sa clientèle hétéroclite. Bagues, colliers, sacs, pochettes, bracelets, boucles d’oreille, pierres en tout genre made in Milan et Paris : tout ici n’est que féerie et bien-être.

CAPRiCe ViNtAGe SHOP

Caprice Vintage Shop et Le Chéri de Caprice : Le chic n’a pas de frontières. Et pas d’époque. Années 1930, 1950 ou 1960, tous les caprices sont permis dans cette boutique de vêtements et d’accessoires vintage. Pièces griffées et de créateurs en rez-de-chaussée, fripes de luxe au sous-sol. Monsieur a également le droit à la fantaisie puisque Caprice a un Chéri à quelques pas de là, qui fait dans le mobilier vintage et l’habillement. Pas de jaloux !

Caprice Vintage Shop (femmes), ouvert du lun. au ven. de 13 h à 19 h et le sam. de 11 h à 19 h, 12, rue Droite, Nice. 09 60 48 85 95 - www.capricevintageshop.com / Le Chéri de Caprice (hommes), ouvert du lun. au sam. de 15 h 30 à 19 h 30, 6, rue Martin-Seytour, Nice. 04 92 04 13 60 - www.facebook.com/pages/Le-Chéri-de-Caprice

Ouvert tlj sauf le mar. de 11 h à 19 h, 5, rue Rossetti, Nice. 04 93 82 99 47 ou 06 22 27 02 41 - www.elkacieva.com CITY

design

eLKA & CieVA

design

Elka & Cieva : Amoureux de la photographie vintage et du voyage, bienvenue dans le temple de la lomographie. Dans cet adorable petit magasin idéalement situé dans le Vieux-Nice, Sébastien et Elfie proposent des produits européens et cosmopolites qui se complètent : des appareils et les films qui vont avec mais aussi des carnets, des sacs, des chaussures et les fameuses « chaussettes de l’archiduchesse » (6 € 50). Unique en son genre.

Anésidora : Rien que par son nom, cette belle boutique à l’univers épuré invite à l’évasion. Son magasin, Emmanuelle l’a voulu unique, intime, à l’image de sa propre collection de bijoux et d’accessoires, à laquelle s’ajoutent d’autres créateurs européens. Les stocks sont petits, mais les choix, multiples, dans une gamme de prix des plus intéressantes. La boîte de Pandore n’a jamais été aussi attractive et peu dangereuse ! Ouvert du lun. au sam. de 10 h à 19 h, 11, rue Maréchal-Joffre, Nice. 04 93 80 05 29 - www.anesidora-deco.fr

ANéSiDORA

Mode

Le CHéRi CAPRiCe

Ouvert du mar. au sam. de 10 h 30 à 13 h et de 14 h 30 à 19 h (fermé du 15/08 au 01/09), 20, av. Maréchal-Joffre, Nice. 04 93 87 06 83


Ouvert du lun. au sam. de 10 h à 19 h, 31, rue d’Angleterre, Nice. 04 93 87 49 22 - www.bdfugue.com/librairie-bdfugue-nice

BD FuGue CAFé

Amour-Vinum : Lorsqu’un Bordelais, tombé dans les vignobles quand il était petit, vient s’installer à Nice, il crée cette « boutique contemporaine des vins et du goût », déclinée en 5 lieux différents à travers la ville. De la bouteille à 2,90 € au magnum au prix qui grimpe, champagne, vin ou liqueur, il y en a ici pour toutes les papilles à l’âme artistique et jazzy, chaque magasin disposant de son lot d’œuvres.

AMOuR-ViNuM

caviste

DAttA

bd

BD Fugue Café : Une halte en gare de Nice ? Descendez la rue d’Angleterre pour vous installer sur la petite terrasse de la librairie-café BD Fugue. Savourez un bon capuccino en piochant une BD parmi les coups de cœur mis à disposition des clients. Faites-vous aussi conseiller par des libraires experts et passionnés pour découvrir les nouveautés mangas ou comics parmi les 16 000 références présentes. Vous reprendrez bien un petit Joann Sfar pour la route...

Ouvert du lun. au sam. de 10 h à 20 h, 45, rue de l’Hôtel-des-Postes ou 27, rue Châteauneuf ou 24, rue Alphonse-Karr ou 1, av. Malausséna ou 4, rue Barla, Nice. 04 93 80 20 20 ou 04 93 44 06 44 ou 04 92 10 20 20 ou 04 93 88 78 33 ou 04 93 31 20 20 - www.amour-vinum.com

enfants

NiCOLAS VAquieR

L’Atelier des jouets : Assez des voiturettes en plastique et des jouets assourdissants de vos enfants ? Direction L’Atelier des jouets, boutique de jouets traditionnels au cœur du Vieux-Nice. Destinés aux petits pour la joie des plus grands, la plupart des jouets originaux présentés dans la boutique de Florence et Nils sont en bois. Fabriqués dans le respect de l’environnement, ils ont été assemblés à la main, en France ou en Allemagne.

Ouvert tlj de 10 h 30 à 19 h, 1, place de l’Ancien-Sénat, Nice. 04 93 13 09 60 - www.atelier-des-jouets.com

FALABRAC FABRiK

Ouvert du lun. au sam. de 10 h à 19 h, 3, rue Benoît-Bunico, Nice. 04 93 54 41 23 - falabrac.fabrik.free.fr

gourMandises

L’Amandine : Dans ce sympathique établissement familial à la fois pâtissier, chocolatier et traiteur, le maître-mot est l’équilibre des saveurs. Outre la fameuse tarte aux blettes et les petits choux à la crème, la spécialité de la maison tient dans la personnalisation des gâteaux. Exposez votre idée, Jean-Christophe Giraud vous dira si c’est faisable. Et le challenge est loin d’effrayer l’artiste. Tentez l’aventure !

L’AMANDiNe

éthique

La Falabrac Fabrik : Une boutique, un café, une cantine, une friperie… Bienvenue dans la caverne de Falabrac ! Vous pouvez presque tout faire dans ce lieu atypique et engagé, créé par l’association du même nom. Chinez une nouvelle veste à carreaux et faites vos courses bio dans son GASE (Groupement d’achat service épicerie). Cette échoppe d’un nouveau genre propose de la nourriture de qualité à moindre coût, en favorisant les liens entre producteurs et consommateurs. Engagé, vous dis-je !

23

Ouvert du mar. au sam. de 7 h 30 à 19 h, le dim. de 7 h 30 à 12 h, 7, bd François-Grosso, Nice. 04 93 41 46 80 - www.amandine-patisserie.com CITY


bons plans

Où boire un verre ?

Apéro-grignotage ou apéro-concert, sur un toit-terrasse ou dans une cave, laissez-vous surprendre par la diversité des afterworks niçois.

rosalina bar

ROsaLiNa BaR

Afterwork, bar à tapas et à apéros, appelez ça comme vous voudrez, le Rosalina est LE bar trendy où aller boire un verre entre amis. Installé dans un ancien garage, il ne renie en rien ses origines. De style forcément industriel avec ses poutres apparentes et ses murs blancs, il possède une atmosphère loft d’artiste. Assiette de charcuterie pour les grignoteurs ou, pour les plus gloutons, risotto tomate-mascarpone du chef. Ouvert du lun. au sam. de 18 h à 1 h, restauration jusqu’à 23 h 30, 16, rue Lascaris, Nice. 04 93 89 34 96 - www.facebook.com/bar.rosalina

N’ice cuBe

le romagnan

ooh poo pah doo

Ils sont du cru, les vins comme les artistes qui viennent se produire dans ce lieu atypique. Et ce n’est pas pour déplaire à Manu, capitaine illustre et passionné de cette institution du jazz à Nice. Derrière sa façade de bistrot de quartier se cache l’une des plus vieilles caves de la ville. Traditionnelle et décalée, elle sait mélanger les cultures et les générations autour de ses mythiques apéros-concerts ou de ses soirées slam.

Ouvert du lun. au sam. de 7 h 30 à 14 h et de 16 h à 21 h, 22, rue d’angleterre, Nice. 04 93 87 91 55 caveromagnan.free.fr

NicOLas vaquieR

le n’ice cube

Situé à l’une des entrées de la Vieille-Ville, ce lounge, avec canapé blanc à l’étage et petites tables intimes à l’entrée, propose de venir se détendre après le travail, entre amis ou en famille, autour d’une bière, d’une assiette de tapas ou de fromages et de charcuterie. Dès 22 h, l’ambiance clubbing prend le dessus avec un DJ tous les soirs. Atmosphère bon enfant et petits prix sont la clé de son succès. Ouvert tlj, restauration de 18 h à 2 h, clubbing de 22 h à 2 h 30, 1, rue de la Préfecture, Nice. 04 97 09 82 39 www.facebook.com/nice.cube.9

Dur dur de trouver un coin original dans le Vieux-Nice ? Allez plutôt faire un tour dans ce bar dont le nom sonne comme un vieux rock‘n’roll. Ambiance folk, soul ou garage : ici, on n’est pas sage et on l’assume. L’entrée est toujours gratuite, la musique, toujours forte. Ne manquez pas les soirées Twist all night pour se tortiller au sous-sol jusque tard dans la nuit. So sixties… Ouvert du lun. au sam. de 18 h à 0 h 30, 27, rue Benoit-Bunico, Nice. 06 51 80 15 70 www.facebook.com/groups

villa garibaldi

viLLa gaRiBaLdi

Dans la famille branchée, je demande le dernier-né. Inauguré en octobre 2012, le restaurant-bar Villa Garibaldi contemple les jardins du MAMAC du haut de son élégant toit-terrasse. Décoration précise, cocktails impeccables, ambiance glamour, le bar lounge de ce petit nouveau a tout pour plaire. DJ inspirés ou lives éclectiques à écouter du jeudi au samedi soir.

24

Ouvert du lun. au sam. de 12 h à 14 h et de 19 h à 2 h 30, happy hour et tapas offertes de 19 h à 21 h, 64, bd Risso, Nice. 04 97 19 36 21 - www.facebook.com/maisonblanche.nice CITY


DETOX & DETENTE

SPA SPLENDID 50 BOULEVARD VICTOR HUGO 06000 NICE 04 93 16 41 68

SPA@SPLENDID-NICE.COM

WWW.SPLENDID-NICE.COM


AGENDA

A la croisée des arts

Le festival Crossover est né en 2009 à la suite d’un constat simple : celui que Nice, cinquième plus grande ville de France, ne disposait pas d’événement dédié aux musiques actuelles digne de ce nom pour permettre à la métropole de rayonner à l’échelle internationale.

Le concert d’Under Kontrol en 2012. LIONEL BOUFFIER

D

epuis cinq ans, le festival Crossover s’est fait une place au soleil parmi les manifestations musicales estivales. Son point fort ? Sa transversalité. En effet, ce premier écofestival de Nice, organisé par l’association Panda 06 Production, créee en 2004, s’est donné comme principale mission de jouer la carte du métissage culturel. Il mêle les styles, les lieux et aussi les publics.

26

CITY

En 2013, le festival Crossover ne dérogera

pas à sa réputation. L’événement cuturel de la Côte d’Azur a une fois de plus mis les bouchées doubles. La manifestation sera construite en deux temps. Tout d’abord, le cœur du festival se déroulera au Chantier 109, soit aux anciens abattoirs de Nice, pour des concerts et des installations inédites, mais aussi dans des parcs pour le croisement avec le festival Culture en herbe, au cours duquel petits et grands seront invités à s’initier à la culture sous toutes ses formes (ateliers, expos...). Dans un deuxième temps, les désormais fameuses soirées X’over Sessions, symboles de


Kevin Saunderson. LIONEL BOUFFIER

Metronomy. LIONEL BOUFFIER

La soirée Hi Beach. LIONEL BOUFFIER

l’alliance de l’art contemporain avec les musiques actuelles, reprendront du service. Que ce soit au sein de la Villa Arson, avec le groupe Ame qui offrira un live exceptionnel, ou sur la plage du Hi Hotel pour la soirée Hi Beach, qui verra Pachanga Boys et Poni Hoax faire danser les foules, le festival Crossover n’a pas fini de vous surprendre ! HÉLÈNE POUZET De 17 à 25 € et entrée libre pour Culture en herbe. 7 mai au 6 juin 2013, Chantier 109, Les abattoirs, route de Turin et autres lieux à Nice. 09 83 87 03 49 www.panda-events.com/festival/crossover

CITY

27


AGENDA

danse

Soirées d’avril : Tout en ménageant les tenants du tout-tutu, Eric Vu-An tente de mettre sur les bons rails le Ballet Nice Méditerranée. La troupe fête avril avec un programme de trois pièces. Deux sont signées Oscar Araiz : Adagietto, un pas de deux assez anecdotique sur du Mahler, et Rhapsody, une création. Le clou de ces soirées reste la reprise Oceana, chorégraphie de Lucinda childs. D. JAUSSEiN d’Oceana de Lucinda Childs, pièce offerte en 2011 aux Niçois par la chorégraphe américaine.

5 à 22 €. Du 5 au 7 avril et du 12 au 14 avril, ven. et sam. à 20 h, dim. à 15 h, Opéra, 4-6, rue Saint-François-de-Paule, Nice. 04 92 17 40 00 - www.opera-nice.org

Gratuit à 7 €. Du 31 mars au 25 août, tlj sf lun. et mar. de 12 h à 18 h, puis à partir du 1er juillet tlj de 11 h à 19 h, L’Espace de l’art concret, Château de Mouans, place Suzannede-Villenneuve, Mouans-Sartoux. 04 93 75 71 50 - www.espacedelartconcret.fr

VALéRiE ARChENO

humour

Océane Rose Marie La Lesbienne invisible : Jolie trentenaire à l’allure très féminine, Océane Rose Marie a longtemps souffert d’une méprise : personne ne voulait croire qu’elle était homosexuelle. Dans La Lesbienne invisible, elle nous raconte son parcours de femme qui aime les femmes en évitant les clichés et les private jokes communautaires. Le résultat : 1 h 30 de rire pour tous ! 29 €. Le 12 avril à 20 h 30, casino du Palais de la Méditerranée, 15, Promenade des Anglais, Nice. 04 92 14 68 00 www.casinomediterranee.com

Peinture

Axel Pahlavi : On connaît ses œuvres sombres et touffues, mêlant réalisme et fantastique dans une palette de couleurs inattendues. A la galerie de la Marine, Axel Pahlavi partage une quinzaine de toiles aux compositions plus épurées prenant pour sujet sa femme et muse, la plasticienne Florence Obrecht, autour de thèmes récurrents comme la souffrance, les héros, floraison, 2012. la vie et la mort. Gratuit. Du 2 mars au 2 juin, tlj sf lun. de 10 h à 18 h, galerie de la Marine, 50, quai des Etats-Unis, Nice. 04 93 91 92 90 - www.nice.fr

chanson

Zoufris Maracas : Originaires de Sète, Vin’s et Micho parcourent le monde avant de faire leurs armes dans le métro parisien en 2007. Zoufris Maracas se définit par une musique populaire, qui mêle sonorités africaines, chanson festive et swing manouche. Leur création est une invitation à la fête et prend toute sa dimension sur scène. Gratuit (- 12 ans) à 20 €. Le 30 avril à 20 h 30, théâtre Lino-Ventura, 168, bd de l’Ariane, Nice. 04 97 00 10 70 - www.tlv-nice.org

LiSA ROzE

FRANçOiS LAUGiNiE

Yves Klein et Claude Parent : Au tournant des années 1960, l’architecte Claude Parent et le peintre Yves Klein œuvrent ensemble à des projets d’architecture de l’air. A la disparition d’Yves Mémorial Yves Klein, 1964-1965. Klein, sa famille commande un mémorial à Claude Parent, prévu pour être installé à Saint-Paul-de-Vence, qui devra interpréter architecturalement la pensée du peintre. Dessins et maquettes retracent l’histoire de ces recherches.

COURtESy GALERiE EVA hObER

architecture


musique cLassique

MARCO bORGGREVE

Alexandre Tharaud : Le fringant pianiste, dont l’audience dépasse le strict cercle des amateurs de classique, vient avec un concerto de Mozart (le 23e), dans lequel ce ravélien pur jus pourrait avoir bien des choses à dire. Pour l’occasion, Philippe Bender monte sur le podium de son orchestre régional de Cannes, formation à l’effectif idéal pour cette musique. Les bis devraient être surprenants, mais chut... 22 à 29 €. Le 14 avril à 16 h 30, théâtre Croisette-JW Marriott, 50, bd de la Croisette, Cannes. 04 92 98 62 77 - actualites.orchestre-cannes.com

manga

20e festival Cartoonist : Le festival dédié à l’animation et à la BD japonaise recevra l’auteur du manga Saint Seiya : The Lost Canvas. Aussi au menu : projections, cosplay, conférences sur Les Mystérieuses Cités d’or, une rétrospective Shingo Araki (Lady Oscar, Les Chevaliers du zodiaque, Goldorak), un hommage à Bruno Bianchi (Inspecteur Gadget)... 10 (prévente) à 11 €. Les 20 et 21 avril de 9 h à 18 h, Palais des congrès-Acropolis, 1, esplanade Kennedy, Nice. 06 01 33 57 52 ou 04 98 03 61 25 - www.cartoonist.fr

Loisir

ALExANDER WAGNER

danse

CARtOONiSt

Gratuit. Du 13 avril au 26 juin, tlj de 15 h à 18 h (avec périodes sur rdv), villa Cameline, 43, av. Monplaisir, Nice. 06 60 98 49 88 - www.villacameline.fr

FRANçOiS NUSSbAUMER

arts mixtes

Les 10 ans de la Maison abandonnée [villa Cameline] : Après quinze ans d’abandon, la bourgeoise villa Cameline devenait en 2003 un nouvel écrin – conservé dans son état – de promotion de la création contemporaine. Pour célébrer ses dix ans d’expérimentations artistiques, le lieu accueille une succession d’expositions monographiques marquées par une sélection entièrement féminine. L’installation des volumes abstraits d’Ingrid Maria Sinibaldi ouvre le bal...

Semi-marathon de Nice : Chaque année l’une des plus belles allées du monde est prise d’assaut par des marathoniens venus du monde entier. Une course de 21,1 km, un parcours à la fois sportif et touristique ! Les professionnels viennent chercher leurs qualifications pour les Championnats de France ; les amateurs, eux, tenteront de se surpasser.

7 à 30 €. Le 21 avril à 9 h 30, promenade des Anglais, Nice. 04 93 26 19 12 - www.nicesemimarathon.com/v13/FR

Benjamin Millepied : Connu comme le « Frenchie de New York », il deviendra le prochain patron de la danse à l’Opéra de Paris. Mais entre-temps, Benjamin Millepied a migré vers le soleil de la côte Ouest pour d’excellentes raisons : le cinéma et sa vie de couple avec une certaine Natalie Portman. En Californie, le jeune surdoué a monté le collectif LA Dance Project, une troupe informelle avec laquelle il présente un spectacle de haute virtuosité. 10 à 28 €. Le 27 avril à 20 h 30, Palais des festivals, 1, bd de la Croisette, Cannes. 04 92 98 62 77 - www.palaisdesfestivals.com

CITY

29


AGENDA

GALEriE MArTiNE ET ThibAuLT DE LA ChâTrE, PAriS.

Bd

Exposition : Dessinateur de presse et auteur de BD britannique renommé, Glen Baxter distille son humour satirique dans des dessins à la facture inspirée par les illustrations et les récits pour enfants d’avant-guerre. Ses personnages populaires sont mis en scène dans des situations caricaturales et absurdes, associées à des légendes décalées. Un univers irrésistible dans lequel s’entrecroisent grotesques explorateurs, virils cow-boys découvrant l’art moderne, chasseurs de tourteau fromagé et scouts à la débrouillardise toute relative... Gratuit. Du 28 juin au 7 septembre, tlj sf lun., mar., dim. de 13 h à 19 h, La Station, halle sud du chantier Sang-Neuf, 89, route de Turin, Nice. 03 93 56 99 57 - www.lastation.org

Festival

Photo

Gerard Malanga : Photographe, poète, réalisateur, le New-Yorkais Gerard Malanga fut le bras droit d’Andy Warhol entre 1963 et 1970, date à laquelle il quitte la Factory. La galerie Sandrine Mons réunit une vingtaine de photographies, dont plusieurs de très grand format, signées par ce personnage phare, témoin irremplaçable de la scène underground new-yorkaise des années 1960. Gratuit. Du 2 mai au 14 septembre, tlj sf dim. de 10 h à 18 h 30, Loft Design, 3, rue du Canada, Cannes. www.galeriemons.fr

Entrée libre. 1er, 12, 19 et 26 mai de 10 h à 17 h (dates et horaires sous réserve), parc des Arènes-de-Cimiez, 184, av. des Arènes-de-Cimiez, Nice. 08 92 70 74 07

danse-théâtre

La Maison des cerfs : Créée par Jan Lauwers et sa the velvet underground and nico Needcompany au festival de Salzbourg 2008, with andy Warhol, hollywoods hills, 1966 présentée par la suite à Avignon édition 2009 et sur les grandes scènes d’Europe, cette pièce foutraque, volontairement mal fagotée n’a pas toujours reçu l’accueil mérité. Il passe pourtant comme un souffle de vie dans cette « Maison », qui ménage des moments dansés.

GErArDDoWNS MALANGA robErT PhoToGrAPhy

ViLLE DE NiCE

La Fête des « mai » : Pour profiter des jours fériés et des week-ends du mois de mai, rien de tel qu’une fête en plein air. Au programme : spectacles folkloriques, bal musette et dégustations de spécialités niçoises sous les oliviers. Les enfants ne sont pas en reste avec de nombreuses animations (structures gonflables, manèges…). Cette manifestation offre de belles journées en famille !

M. VANDEN AbEELE

8 à 40 €. Les 3 et 4 mai à 20 h 30, Théâtre national de Nice, promenade des Arts, Nice. 04 93 13 90 90 - www.tnn.fr


PoP-rock

Depeche Mode : Dave Gahan et ses acolytes reviennent aux affaires, quatre ans après Sounds of the Universe, avec un nouvel album : Delta Machine. La recette n’a pas changé, on retrouve toujours ce son si particulier qui a fait la renommée internationale de Depeche Mode : des mélodies mélancoliques, froides et entêtantes. La marque de fabrique d’un groupe de légende à savourer en concert. Dr

67,50 €. Le 4 mai à 20 h, Palais Nikaia, 163, route de Grenoble, Nice. 04 92 29 31 29 - www.nikaia.fr

Jazz

théâtre

25 à 35 €. Le 11 mai à 20 h 30, théâtre communautaire d’Antibes, 260, av. Jules-Grec, Antibes. 04 93 13 90 90 - www.tnn.fr

humour

DANiEL ANGELi

AuTuMN DE WiLDE

Pink Martini : Ce groupe originaire de Portland se compose d’une douzaine de musiciens et propose depuis une dizaine d’années partout dans le monde un mélange de jazz latino et de musique rétro. Sympathique, leur premier album, les a fait connaître en France en 2007, grâce au single Je ne veux pas travailler. Universel et dépaysant.

… A la française ! : Redorer l’image de la France aux yeux du monde avant l’ouverture du sommet du G20 à Paris : telle est la mission que se sont fixée Edouard Baer et sa troupe. Pour son nouveau spectacle, le trublion des planches a réuni sa bande de comédiens fétiches (Lionel Abelanski, Léa Drucker, Philippe Duquesne, Atmen Kelif…) à laquelle vient s’ajouter la pétillante Leïla Bekhti. 8 à 40 €. Du 7 au 12 mai, Théâtre national de Nice, promenade des Arts, Nice. 04 93 13 90 90 - www.tnn.fr

Max Boublil : En 2007, cet humoriste crée un véritable buzz sur le Net avec sa chanson Ce soir tu vas prendre et devient la nouvelle coqueluche des jeunes. Depuis ce succès fulgurant, Max Boublil enchaîne les spectacles et sera même bientôt sur grand écran aux côtés d’Aïssa Maïga dans Max le millionaire de Nicolas Cuche. A travers des sketchs et chansons plutôt trash, il raconte sa vie depuis sa cybercélébrité et dévoile ses inspirations. Un one-man-show très énergique. 29 €. 24 mai, palais de la Méditerranée, 15 promenade des Anglais, Nice. 08 92 68 36 22

8 à 40 €. Les 17 et 18 mai, 20 h 30, Théâtre national de Nice, promenade des Arts, Nice. 04 93 13 90 90 - www.tnn.fr

AhMAD DAGhLAS

Dr

danse

Ce que le jour doit à la nuit : Hervé Koubi, RV pour les intimes, poursuit avec une belle obstination une double quête qui se résout sur le plateau de danse : celle de ses origines en terre algérienne et celle d’une danse contemporaine qui fonderait en elle les expressions venues de la rue, en premier lieu hip-hop et capoeira. Ce que le jour doit à la nuit forme un projet au long cours, né en Afrique et finalement éclos dans le Sud.


AGENDA

LioNEL BoUffiEr

fête

Hi Beach Party : Venez vous déhancher sur la Promenade des Anglais ! Hi Beach propose une programmation de musiques électroniques exigeante et pointue tout au long de l’été : house, électro, disco, funk… Ces nuits de fête offrent également la possibilité de profiter de barbecues, de jeux et d’animations de plage. Danser les pieds dans l’eau, que demander de plus ?

12 à 15 €. Du 8 juin au 22 août à 20 h, 47, Promenade des Anglais, Nice. 04 97 14 00 83 - www.hi-beach.net

Salon

Bionazur : Pour découvrir l’art de vivre bien, bon et bio, rendez-vous sur la Promenade des Anglais pour la 15e édition du salon bio et bien-être, Bionazur. Une centaine d’exposants sont répartis dans différents univers. De la gastronomie au bien-être en passant par l’éco-habitat, les vacances nature et même la mode, tous les produits présentés sont certifiés et labellisés bio. Entrée libre. Du 14 au 16 juin de 10 h à 20 h, Promenade des Anglais, quai des Etats-Unis, Nice. 04 92 00 20 80 - www.bionazur.com

6,50 à 8,50 €. Du 15 juin au 7 octobre, tlj sf mar. de 10 h à 18 h, musée Chagall, 36, av. du Docteur-Ménard, Nice. 04 93 53 87 20 - www.musee-chagall.fr

BioNAzUr

Peinture

Marc Chagall, devant le miroir, images d’un autoportrait : Inauguré en 1973, le musée national Chagall célèbre ses 40 ans par une succession d’expos Mon portrait, Marc chagall, 1910. et d’événements incontournables. Ne manquez pas l’accrochage d’envergure en mai, consacré aux nombreux autoportraits du peintre. Eclairant l’évolution du style de Chagall autant que ses interrogations d’homme et d’artiste, ce parcours s’annonce touffu et passionnant.

rock

Muse : Le petit trio anglais devenu machine de guerre interplanétaire vient de sortir un surprenant sixième album, The 2nd Law. Une voix unique, celle de Matthew Bellamy, et un son rock énergique aisément reconnaissable, auquel se mélange une pointe d’électro-dubstep, à découvrir pendant leur tournée des stades. Des stades qui ne désemplissent pas : deux passages complets à Paris, l’unique autre chance de chanter avec eux en 2013 ce sera à Nice.

32

WArNEr

56,30 €. Le 26 juin à 20 h, Nikaia, stade Charles-Ehrmann, 155, route de Grenoble, Nice. 04 92 29 31 29 - www.nikaia.fr

CITY


AGENDA

Le coin des pitchouns

Ils sont petits, ils sont mignons, et eux aussi ont droit à leurs sorties. Notre bouillon de culture pour les jeunes pousses niçoises. MAGIE

STAGE ENTERTAINMENT

Festival international de magie : La magie sous toutes ses formes se donne en spectacle le temps d’un week-end. Mentalisme (Viktor Vincent), manipulation (avec le Taïwanais Mike Chao), magie animale (Hugues Protat), entre autres, sont à l’affiche de ce grand rendez-vous de l’étrange organisé pour la première fois à Nice. (A partir de 10 ans).

219 à 41,50 €. Les 19 et 20 avril à 20 h 30 et le 21 avril à 16 h, Palais de la Méditerranée, 15, promenade des Anglais, Nice. 04 92 14 68 00 - vivelamagie.com

OPÉRA

Narcisse, Narcisse : Clément Althaus s’empare du mythe de Narcisse, relaté dans les Métamorphoses d’Ovide, qu’il monte sous la forme d’un « hybrid pop opera » à destination du jeune public. Plus que l’amour du personnage pour lui-même, c’est le thème du passage à l’âge adulte qui a inspiré le metteur en scène. (A partir de 4 ans). Gratuit (- 12 ans) à 7 €. Du 11 au 13 juin à 14 h 30, Opéra de Nice, 9, rue Raoul-Bosio, Nice. 04 92 17 40 00 - www.opera-nice.org

CLOWN

Les Joujoux enchantés : Et si les vieux jouets abandonnés dans leurs coffres se mettaient à chanter ? C’est ce que décident de faire un soldat de plomb, un clown et une poupée dépités de n’avoir plus personne à amuser ! Le collectif Mains d’œuvre signe ce spectacle de théâtre musical qui invite les petits à s’interroger sur la valorisation de leurs propres talents. (A partir de 4 ans). 3 à 5 €. Le 17 avril à 15 h, Espace Magnan, 31, rue Louis-de-Coppet, Nice. 04 93 86 28 75 - espacemagnan.com

FESTIVAL

Gratuit ou à partir de 2 € selon spectacle. Du 17 au 24 avril, différents lieux, Nice. 04 97 13 44 43 - www.nice.fr

THÉÂTRE

Éco-Logis : L’écologie à la maison, tel est le thème de cette pièce de Sébastien Delsaut et Nicolas Goubet. Mariant humour, musique, magie et vidéo, le spectacle montre aux petits toute l’importance du tri sélectif, du recyclage des déchets et de l’économie d’énergie. Ludique et instructif ! (A partir de 4 ans). 6 €. Le 15 mai à 14 h, Théâtre de la Cité, 3, rue Paganini, Nice. 04 93 16 82 69 - www.theatredelacite.fr

DR

Le Printemps des mômes : La création jeune public est à l’honneur de ce festival qui fête cette année sa 6e édition. Au programme : des spectacles de théâtre, de marionnettes, de magie mais aussi des ateliers et de nombreuses animations attendent les petits dans toute la ville. (A partir de 2 ans).



20120412_fr_frcca