Page 8

0

régions

www.metrofrance.com mercredi 25 janvier 2012

Sarkozy oublie Marseille 2013 A l’occasion de ses vœux au monde de la culture, hier, le chef de l’Etat n’a pas mentionné l’événement Une omission qui suscite le malaise à moins d’un an du coup d’envoi de “Marseille, capitale européenne de la culture” LauRent cipRiani/ap/sipa

Pas un mot. En visite sur le chantier du MuCEM, Nicolas Sarkozy a rendu hommage aux ouvriers des entreprises françaises pour que le projet phare de Marseille 2013 “soit au rendez-vous de la capitale européenne de la culture”. Mais sur le programme, dévoilé la semaine dernière, le président de la République n’a rien dit. Un oubli qui ne semble pourtant pas affecter le directeur général de Marseille-Provence 2013, Jean-François Chougnet. “J’ai un amourpropre raisonnable. Je remarque qu’il n’a pas trop parlé du MuCEM, pas plus que des autres équipements. On est encore au début de l’année, il aura le temps d’en parler. Et il reste les vœux 2013 !” Une manière de se rassurer, selon Sébastien Barles, conseiller municipal Europe écologieLes Verts à la mairie de Mar-

Mennucci boycotte tschaen/sipa

Invité aux vœux de Nicolas Sarkozy, le maire des Ier et VIIe arrondissements de Marseille, Patrick Mennucci (photo), ne s’est pas rendu hier à la cérémonie. Une façon pour le vice-président de la Région en charge de la culture de dénoncer l’utilisation “d’argent public pour la campagne du candidat Sarkozy”. Un peu plus tard, dans la matinée, une centaine de personnes ont manifesté devant le siège de Marseille-Provence 2013 pour défendre “une culture qui n’est pas à vendre”.

Nord

Condamné pour avoir voyagé aux frais de sa commune Justice. La chambre régio-

nale des comptes a condamné hier Gérard Dalongeville, l’ancien maire d’Hénin-Beaumont, son ex-premier adjoint ainsi qu’un homme d’affaires, à rembourser 101 512 euros à la commune d’Hénin-Beaumont pour avoir utilisé les deniers municipaux pour des trajets personnels à bord d’avions-taxis. Gérard Dalongeville a également été condamné à une amende de 15 000 euros. Il a évoqué d'autres déplacements aériens vers le Luxembourg “liés au financement du PS”.

seille, encore étonné par le discours du chef de l’Etat. “Il a fait un discours hors sol. On pensait qu’il allait parler, ici, à Marseille, de la capitale européenne de la culture, mais pas du tout. C’est étonnant de n’avoir aucun encouragement de l’Etat sur ce projet”. Un soutien que Bernard

Latarjet préfère voir dans la venue même de Nicolas Sarkozy à Marseille. Mais, à l’issue du discours, l’ancien président de la candidature marseillaise à la capitale européenne de la culture n’a pas souhaité s’exprimer.

malgré les efforts des pompiers et de spécialistes de la plomberie. L’enjeu est d’arriver, pour les besoins de l’enquête, à récupérer le corps en entier et dans le meilleur état possible, alors qu’il est coincé dans un coude au niveau du premier étage. “S’agit-il d’un sansdomicile fixe qui aurait cru pouvoir se mettre à l’abri ou d’une tentative de cambriolage qui a mal tourné ?”, a déclaré le procureur de la République de Lyon, Marc Désert, qui s’est rendu sur place dans la matinée. La banque en question, le Crédit Foncier, n’abrite aucun fonds.

mière, a été attribué hier, à Lyon, au film Polisse, de Maïwenn. Créé en 2005, ce prix récompense un film français dont l’origine ou le scénario s’inspirent du genre policier, rappelle l’association, qui porte le nom du réalisateur de Borsalino et d’Un papillon sur l’épaule.

Le prix Jacques-Deray pour Polisse dR

Lyon

Un corps toujours coincé dans une gaine d’aération

fait divers. Le cadavre en

état de décomposition découvert lundi à Lyon dans une conduite d’aération menant à une banque n’était pas encore extrait hier en milieu de journée,

cinéma. Le 8e prix Jacques-

Deray, remis par l’association des amis de Jacques Deray et l’Institut Lu-

éric miguet

www.MetROFRance.cOM

Aquitaine

Un avion destiné à Ben Ali en vente insolite. Un A340, initia-

lement destiné à l’ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali et stationné depuis plus d’un an à Mérignac (Gironde), est en vente, a indiqué hier Tunisair, confirmant une information du quotidien Sud Ouest. “Le gouvernement tunisien nous a autorisés à le mettre en vente en janvier, après la révolution”, a confirmé Soulefa Mokaddem, porte-parole de la compagnie tunisienne. L’appareil comprend un salon, une chambre à coucher, des sièges de type business. Il a fait l’objet d’un réaménagement classique “de jet pour les convenances de déplacement d’un chef d’Etat”, a précisé Soulefa Mokaddem.

20120125_fr_nantes