Page 1


Grand Palais & hors les murs Paris 26 & 27 octobre 2013


EDITO! DIRTY SOUTH Le terme aurait été prononcé et inventé pour la première fois par Outkast dans leur premier album. Le style lui-même ne serait pas né avec le son de Lil’ Jon, mais serait vieux de plus d’une décennie. Le dirty south reflète la culture du sud des États-Unis : des clubs de strip-tease d’Atlanta (le son dirty south est en grande partie destiné au dancefloor) jusqu’au blues (que David Banner, entre autres, mélange à son rap). De très nombreux clips dirty south mettent en avant une imagerie du sud facilement reconnaissable (grillz, sizzurp, calice, voitures modifiées, villes noires et pauvres de campagne…). Il a réussi à développer une identité propre, très différente des deux grands styles de rap que sont le rap West Coast et le rap East Coast. DJ Screw est l’inventeur d’une pratique aujourd’hui très répandue dans le son du Sud qui consiste à créer des remix de chansons en les ralentissant (chopped and screwed). Ce type de son a été créé sous l’effet du sizzurp (boisson qui est constituée d’un mélange de sirop pour la toux à base de codéine et prométhazine, de sprite et de jolly ranchers (bonbon américain)). Le chopped and screwed est donc en partie destinée aux auditeurs étant eux-mêmes sous l’effet de ce mélange qui ralentit le corps et le cerveau.

LOGOTITRE MAG Chef de projet A/R magazine Hugo 3000 35 rue saint Blaise, 75020 Paris hugo.piedfer@gmail.com 0676564578 Rédacteur en chef www.autograf.fr Metalfeet Hugo internet

Merci à kosni GZB aartur kevin jamesblonde Ricky Josay

publication unique 3000€ SAS au capital de 0€ siège social Paris 20ième, Saint Blaise


SOM MAI RE juillet / ao没t 2013


MAG

INTERVIEW :

ÉDITO

Dj Screw

3

5

La playlist de CHRONIQUE : South is back ! 3000

11

17 22

CHRONIQUE : Dirty south style

13

Ou sortir à Houston ?


INTERVIEW

INTERVIEW : DJ SCREW Houston, hip-hop et screwed & chopped

HOUSTON

« DJ Screw a alors retourné la tête des hip-hoppers de Houston accrocs à la codéine et son style fera école. On a appelé cette «technique» de mixe Chopped and Screwed »

6 screwed mag - 2013


Dj Screw pionnier et devenue légende de la musique hip hop de Houston et du sud des États Unis en général. DJ Screw (Robert E.Davis) est un astronaute hip-hop de la planète lenteur. Il faut écouter la ouate lourde et cogneuse de ses basses, au fond des oreilles, très fort, dans un endroit hyperactif (heure de pointe, quai de gare ou de métro). Quelque chose se dérobe sous les pieds, une fuite, le cœur ralentit, semble fondre et se répandre dans un trou noir tentaculaire, une syncope matelassée, l’ouverture d’une absence, comme de glisser vers son rythme intime, sa vraie nature, et de voir s’éloigner dans un nuage plein d’échos toute l’agitation terrestre insensée. Mais ça ne coule pas de façon uniforme, la chute est bégayante, pleine de sursauts pulpeux, ressacs flageolants, rebonds scratchés. Cette

musique soustrait à la frénésie trépidante, elle rend invisible. Elle part à rebours comme si elle jouait à l’envers pour remonter vers un silence originel, fantasmé, pâteux. DJ Screw est un inventeur de sons, mythique. Pendant longtemps connus des seuls initiés, au départ du dirty south, dans la mouvance H-Town Music (Houston), ses mixtapes circulaient sous le manteau, avant de faire un tabac sur Internet. Il a inventé un style a priori immoral et invendable qui, aujourd’hui, cartonne, poussé même par les majors, le chopped & screwed. Littéralement, ralenti et haché. C’est sans doute guidé par son horloge biologique profonde que Dj Screw décide de ralentir son audition et de mettre au diapason tous les affects qui vont avec. Probablement qu’il a, dans un premier temps, pratiqué le frein sur ses vinyles préférés pour mieux assimiler les paroles et les subtilités des rappeurs. De fil en aiguille, il a probablement découvert ainsi une autre vérité cachée dans le verbe. En passant aux vitesses inférieures, élastiques, il comprenait mieux le texte, mais aussi il percevait des sens annexes cachés. Là, il touchait une étrange chimie des mots, des paroles, du son. Et il pouvait entrer dedans, porte d’entrée pour prendre en mains le son et l’adapter à ses pulsions cardiaques somnambules. Et à propos de chimie,

BEST TRACKS - Southside grooving - Pimpin Da Pen - June 27th - Codeine Feind - Freestyle Gulf Coast - Bone-T Crossroad

...

7 DJ SCREW screwed mag - 2013


justement, il était possible de recourir à d’autres substances pour baigner de façon plus radicale dans le bain amniotique de cette lenteur pleine de fantômes. DJ Screw était un grand amateur de sirops antitussifs contenant de la codéine si possible mélangés à d’autres boissons énergisantes. Cocktail contradictoire. Mais c’est en fait une musique d’une lenteur contradictoire aussi: un bolide figé en pleine course a beau ne plus bouger, il évoque toujours la vitesse extrême. J’ai cette impression avec la musique de DJ Screw et ses tempos bégayant. Ainsi boosté au freinage des particules élémentaires, il n’a plus supporté, autour de lui, c’est-à-dire au niveau de toutes les plaques musicales constituant les tranches de son univers mental, de laisser les choses en l’état, tout devait tourner en synchronie avec sa pensée en apesanteur. Il entreprit de transcrire toute

sa culture musicale, remixer selon ses couleurs et sa plasticité cérébrale imbibée de ralentisseurs pétillants. C’est la succession impressionnante de ses mixtapes, plusieurs centaines, qui s’érige en œuvre, comme l’accumulation ou la répétition chez certains plasticiens. Il a rassemblé ça comme

superpositions… Il vivait dans un univers où la manipulation des enregistrements relève de la virtuosité. Du pillage créatif et cannibale : il faut tout écouter, tout transformer, adapter, dévier, réorganiser… Une manière très active de se cultiver, d’apprendre sa musique. Comme jadis, les vrais amateurs et connaisseurs de musiques étaient ceux qui lisaient les partitions, ici, ce sont ceux qui remixent, donc comprennent l’alphabet sonore et technologique pour l’interpréter et en donner une version personnelle. Soit en l’occurrence un commentaire défoncé. Dans ses remixes, tout enveloppé de sa lenteur qui fait ressortir les détails, DJ Screw a développé une sensibilité exacerbée quoique pataude (il sent et exprime une grande diversité sans pour autant « faire dans la dentelle »), comme les aveugles dans leur nuit, captant sons et parfums qui nous échappent. Le chopped and screwed est en outre plutôt gangsta et déboule

« Le style sera repris par de nombreux DJ locaux comme Michael Watts ou OG Ron C jusqu’à devenir une véritable scène »

8 DJ SCREW screwed mag - 2013

un aveugle qui s’entourerait de l’histoire complète du monde en braille. Il y a bien ce côté physique parce ces musiques se retravaillent, se sculptent, manuellement, par une connaissance hypermatérielle des sillons ou autres fils conducteurs. En intervenant sur divers éléments de la syntaxe sonore, vitesse, écho, scratch, fractures, flash,


codéine en 2000 (à l’âge de 29 ans) et au cours de la décennie qui suivit, apparemment en grande partie grâce au P2P, le style est sorti de la scène locale pour investir toute la carte hip-hop. Tout le monde veut désormais son remix chopped and screwed et le son influencera directement la production rap globale. Le style sera repris par de nombreux DJ locaux, comme Michael «5000» Watts ou OG Ron C , jusqu’à devenir une véritable scène. ▲

DJ SCREW comme des hymnes voyous célébrant la recette pour supporter une vie qui marque méchamment, comme jadis certains avec l’absinthe (d’ailleurs la composition de John Zorn intitulé « Absinthe » recourt à certains procédés sonores et ralentisseurs psychiques). Voici brandie une nouvelle boisson postmoderne des bas-fonds houstonniens qui affranchit des obligations de vitesse et procure une vision personnelle du monde, mais qui, en même temps, littéralement, détruit et peut tuer l’organisme. Musique qui, forcément, a le charme des jeux dangereux, du morbide. DJ Screw a disparu en 2000 dans un grand bain de mixture à la codéine. DJ Screw, fort d’une petite célébrité locale, multiplie alors les mixtapes et ouvre un petit record shop (Screwed Up Records and tapes) où il vend des disques et ses cassettes qu’il produit en nombre.

9

DJ Screw est mort d’une overdose de

DJ SCREW screwed mag - 2013


CHRONIQUE

SOUTH IS BACK !

RIFF RAFF

Asap Rocky, représentant New Yorkais de la South musique.

10

Il fait partie avec d’autres rappeurs tels que A$AP Ferg ou A$AP Twelvy, du collectif A$AP Mob, dont il reste néanmoins le membre le plus connu.En 2011, il sort sa deuxième mixtape officielle, LiveLoveA$AP (en), qui est un succès critique1. Sa première mixtape Deep Purple reste néanmoins un classique. Son premier album, Long.Live.A$AP, prévu pour juillet 2012, puis reporté au 11 septembre 2012, puis au 31 octobre 2012 est finalement sorti le 15 janvier 20133. Rocky donne comme explication le fait qu’il a besoin de beaucoup de temps pour récupérer les droits d’auteur sur ses « instrus » et autres. Goldie, sorti au mois d’avril 2012, en est le premier single et Fuckin’ Problem, en featuring avec Drake, 2 Chainz et Kendrick Lamar, en est le second. Il y a déjà d’autres featuring annoncés, comme Lana Del Rey sur le

screwed mag - 2013

A$AP ROCKY


titre Ridin mais qui n’apparait finalement pas sur l’album3. En attendant la sortie de son album, il continue de faire des apparitions sur d’autres morceaux, comme dans Hands on the Wheel avec Schoolboy Q, le rappeur du collectif Black hippy, en avril 2012, ou encore dans Street Knock avec Swizz Beatz en mai 2012 et enfin dans Big Spender avec Theophilus London. Il fait également une apparition remarquée dans le clip de Lana Del Rey, National Anthem, qui retrace l’histoire de la relation entre le président Kennedy et Marilyn Monroe, et dans lequel il joue le rôle du président Kennedy lui-même.

WAKA FLOCKA FLAME

Waka Flocka, icône de la Trap musique d’Atlanta. Juaquin Bertholimule Malphurs naît dans le Queens en 1986 puis sa famille déménage à Riverdale, près d’Atlanta, en Géorgie. Sa mère est Debra Antney, l’ancienne manager de Gucci Mane et PDG de So Icey/Mizay Entertainment. Le nom « Wak » lui a été donné par son cousin, d’après une réplique de Fozzie (personnage du Muppet Show), et celui de « Flocka Flame », par Gucci Mane, qu’il connaît depuis ses 19 ans. Il devient membre de la 1017 Brick Squad aux côtés de Gucci Mane, OJ da Juiceman, Frenchie et Wooh da Kid1. Son premier album, Flockaveli, sort le 5 octobre 2010 et atteint la 6e place du Billboard 2002 durant la première semaine suivant sa sortie. Waka Flocka est désigné le huitième hottest MC de l’année 2010 par MTV. Waka Flocka sort plusieurs mixtapes en 2011, dont Salute Me, Shoot Me 3, Benjamin Flocka et Twin Towers 2. Le 9 août 2011

sort Round of Applause, premier single de son deuxième album. Argot infraunderground, nihilisme désespérant et paroles au ras du sol (I’mma ride, I’mma live, I’mma die /I’mma rob, I’mma steal, I’mma kill), on est au-delà du rap, dans un théâtre urbain aux moeurs sauvages, concentré de violence brute. Waka Flocka, c’est un peu la bêtise à bout portant, le degré zéro du lyricisme américain qui sort pourtant un des meilleurs disques du moment. Mais il possède surtout un style : véritables vidanges lyricales, ses versets réduisent à néant toute velléité poétique, tout ersatz de texte, au profit d’une énergie gangsta pure qui danse sur le son sale et clinquant du Sud. Que les contempteurs de je ne sais quelle poésie de rue cessent ici la lecture : ce verbe n’en est pas un, mélange d’interjections, de pulsions argotiques et de gimmicks guerriers que le rappeur répète jusqu’à la transe dans un déhanché unique, traversant les breaks avec l’aplomb d’un gangster outillé dans les rues de Compton.

...

11 ATLANTA screwed mag - 2013


2 CHAINZ

2 Chainz, nouveau chouchou de la DirtySouth ! 2 Chainz, né Tauheed Epps, reçoit de sa mère le surnom de « Tity Boy », surnom qu’il gardera pour le début de sa carrière musicale. Au début des années 90, Epps joue au basket-ball à l’université d’Alabama State puis à l’université d’Albany State où il poursuit également ses études.

12

En 1997, Tity Boy forme un groupe de hip-hop nommé Playaz Circle, avec son ami et ancien camarade de lycée, Dolla Boy. Le groupe sort en 2002 son premier album indépendant titré United We Stand, United We Fall1. Grâce à cet album le duo de College Park est repéré par la star du rap Ludacris. Le groupe commence alors à enregistrer plusieurs morceaux en vue de futurs projets. Mais le duo ne peut concrétiser ses projets car Dolla Boy est emprisonné pendant plusieurs mois, leur carrière en commun est donc en pause. Ludacris devient un des plus grands vendeurs de disques aux États-Unis, et crée un label musical appelé DTP (Disturbing tha Peace), en collaboration avec sa maison mère Def Jam Records. Ludacris propose alors à Epps de rejoindre le label, celui-ci accepte l’offre, même si celle-ci n’inclue pas son ami et partenaire de groupe Dolla Boy. À la sortie de prison de ce dernier, les deux hommes commencent à réaliser plusieurs mixtapes afin de faire la promotion de leurs futur albums. Leur premier album sort en 2007, avec comme titre Supply & Demand. L’album est une réussite et se classe premier dans les classements de vente d’albums de rap aux États-Unis. Le single phare de l’opus est Duffle Bag Boy avec le rappeur Lil Wayne. Fort de ce succès le duo sort en 2009, un deuxième album appelé Flight 360: The Takeoff. Après de nombreux désaccords, Epps décide de quitter le label de Ludacris. En 2011, pour lancer sa carrière solo, Epps décide de changer de nom d’artiste et deviens 2 Chainz, car beaucoup trouvaient que « Tity Boy » pouvait être pris pour un surnom féminin. 2 Chainz sort sa première mixtape, T.R.U. REALigion. Le succès est immédiat, aidé par les succès commerciaux de ses nombreuses apparitions aux côtés de rappeurs comme Kanye West, Young Jeezy, YG ou encore Nicki Minaj. En 2012, Epps apparaît sur le morceau Mercy aux côtés de Kanye West, Pusha T et Big Sean.

« Il existe aussi une phase sombre du dirty south basée principalement à Memphis dans le Tennessee via les artistes, 8 ball & mjg, et du label Hypnotize Mind Records regroupant Three 6 Mafia, Project Pat, Lil’Wyte, etc. Cette tendance garde les basses puissantes et violentes mais en les orientant de façon à ne pas donner un son uniquement destiné aux clubs mais à faire passer une atmosphère moins festive, plus angoissante... »

screwed mag - 2013


Le 24 mars 2012, 2 Chainz annonce que son premier album solo Based on a T.R.U. Story sortira le 17 août 2012 6. Le premier single de l’album est No Lie en collaboration avec Drake. En mai 2012 et après plusieurs semaines de rumeurs, 2 Chainz annonce enfin avoir signé avec le label de Kanye West GOOD Music.

Yelawolf, bercé entre rock et hip hop, il incarne un rap alternatif représentant le sud des Etats Unis Michael Wayne Atha passe une grande partie de son enfance à voyager dans plusieurs états du Sud des États-Unis, dont la Louisiane, la Géorgie ou encore le Tennessee. Son père veut faire de lui un militaire, mais Michael préfère le skateboard et la musique ; son amour pour le hip-hop grandit au fil de ses voyages. Alors que Yelawolf est plongé dans le monde du rock par ses parents, (AC/DC, Metallica)…, il se fait un ami, voisin de banlieue à la périphérie de Nashville qui le conduit dans le monde de la rue et du hip-hop. Yelawolf affirme être influencé par des artistes comme Snoop Dogg, Ice Cube, Three 6 Mafia, N.W.A., Wu-Tang

Clan, Souls of Mischief, Digable Planets, Cypress Hill et UGK. Dans sa jeunesse, il parcourt les scènes locales avec des groupes comme Southside Hustler et Haystack. Mais c’est à Antioch que Yelawolf devient fou de hip-hop et qu’il se met à écrire ses premiers textes de rap, basés sur ses influences. Mais c’est en voyageant que son style d’écriture mûrit : « Ce sont mes voyages, mes rencontres et mes fréquentations qui ont apporté cette créativité à mon esprit ». Avant de se consacrer pleinement au hip-hop, Yelawolf étai un skateur professionnel, avide de sensations fortes. Mais en 2005, suite à une blessure, il doit arrêter cette passion et se tourne donc vers son deuxième hobby, la musique, plus précisément le rap. Yelawolf a des origines cherokees. Le nom « Yelawolf » est une référence à ses racines amérindiennes (« Yela » signifiant le feu, la force, le courage, et « Wolf » le loup) Le 24 janvier 2012, Yelawolf publie un titre promotionnel, You Don’t Know (For Fuck’s Sake), avec le chanteur britannique Ed Sheeran, extrait de l’album collaboratif à venir des deux artistes, The Slumdon Bridge. Quelques jours plus tard, une bande-annonce montrant Yelawolf et Ed Sheeran en studio d’enregistrement est diffusée. Yelawolf y révèle que l’EP a été réalisé en dix heures seulement et qu’il comprend quatre morceaux. The Slumdon Bridge est proposé en téléchargement gratuit le 14 février 2012, jour de la Saint-Valentin, puis diffusé en CD chez Warner le 14 avril 2012. ▲

13 YELAWOLF screwed mag - 2013


Screwed Mag  

Projet scolaire

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you