__MAIN_TEXT__

Page 1

Plumet�s magazine

tutoriels - inspiration - création - bazar - DIY - idées -

#11 juillet/août 2012

www.mespetitesmainsmagazine.net


Sommaire

22 40

5918 6

12

28

46

2 Sommaire 4

Contributions #11

6

Les Petits Pigmées, Florence Bories

5 12 18

Tie Shirt Tutorial

Maillot de bain femme

22

Ces doux moments, Virginie Clavier

36

Masque au concombre

28

Coiffe aérienne

38

Limonade de ƒleurs de sureau

46

Baume de gommage

40 2

Edito

Teintures végétales


76

52 48

72

66

50 56

58

80

Une recette de henné maison 48 Les savons homemade

50

La capeline

56

La pochette pour petite fille Chapeaux d’enfants

Chez Hélios et Sasha,9 et 3 ans Le sac range-tout Le sac néon

La panière en crochet Paper Bag Skirt

52 58 66 72 76 80 81

www.mespetitesmainsmagazine.net

3


Contributions #11

Aux petites canailles http://piquerat.canalblog. com

Ernest est Céleste http://ernestestceleste. canalblog.com/

Finley & Oliver www.finleyandoliver.com/

Claire Llinarés

Iris de Melo

Nous sommes heureux de nous associer au portail de référence des loisirs créatifs, Blue Marguerite, qui sélectionne à chaque parution, un tutoriel qui figure au sommaire de Plumetis. Pour ce numéro de juillet/août, c'est un projet personnel de Blue Marguerite qui est proposé.

Mademoiselle Louloute http://louloutefimote.overblog.com/

Mimosette http://brindemimosa. canalblog.com/ Popeline, les petites mains

Minabulle http://minabulle.canalblog. com/

Saltwater-kids www.saltwater-kids.com/

Merci de ne pas utiliser le contenu et/ou les images sans autorisation. Nous essayons de veiller à ce que tous les liens et références soient exacts, mais si vous constatez des erreurs, n’hésitez-pas à nous en faire part : mespetitesmains[at]gmail.com ©mespetitesmainsmagazine //juillet 2012

4

Aurélie Soligny

Benjamin Soligny


EDITO

La version

BELLES !

papier est là ! Print version out now! www.magcloud.com

PLUMETIS magazine Numéro 11 Juillet/Août 2012 Directrice de la publication et de la rédaction Aurélie Soligny Rédaction Claire Llinarés Iris de Melo - petit Karel&Co Popeline - lespetitesmains Photographe Benjamin Soligny

Belles à l’intérieur !

Oui, je sais, cela semble un cliché assez établi mais les rencontres et les reportages réalisés dans ce numéro m’assurent de cette promesse. Les créatrices et personnes interviewées sont belles à l’intérieur –aussi. Elles rayonnent, réellement, de projets, de douceur, de partage. Florence avec ses pigmées, Virginie qui dispense conseils et formation de massage bébé, Virginie, qui nous fait visiter la chambre que partagent ses deux enfants. Cela ne doit pas nous empêcher de penser à la plastique extérieure ^-^ Les bonnes vieilles recettes du masque au concombre ou des gommages au sucre ont fait leurs preuves. Et les cheveux de Mathilde se sont couverts d’une couronne en monnaiedu-pape. Ces fleurs qui, une fois séchées, faisaient mon bonheur de petite fille en remplissant les tiroirs de ma caisse enregistreuse métallique comme des petits sous cueillis au vent. Les projets se font au naturel dans le cahier créatif de ce numéro, avec les recettes de teinture d’Iris et les projets de soins photographiés comme des natures mortes par Benjamin. Et l‘on coud des maillots et chapeaux pour se protéger du soleil, on sort les crochets et les aiguilles. Une touche de rose fluo éclaire la maison ou les accessoires. Bel été à tous !

Aurélie Soligny

www.mespetitesmainsmagazine.net

5


Visite d’atelier

Les Petits Pigmées Rencontre avec Florence Bories, créatrice de la marque Pigmée par Aurélie Soligny

6


www.mespetitesmainsmagazine.net

7


8


Florence Bories travaille chez elle, au sixième étage d’un immeuble de la butte Montmartre. Une vue dégagée sur tout Paris. La lumière du sud éclate dans son appartement blanc et l’oblige souvent à filtrer la lumière pour ne pas être éblouie. Florence rayonne. Elle attend son deuxième enfant. Ses créations recouvrent la table familiale. Bien sûr, elle aurait pu utiliser la chambre de bonne qui lui sert de mini-studio pour travailler mais sa grossesse l’incite à se simplifier la vie. Tel est le credo et le conseil délivré par cette créatrice à succès, qui a monté sa marque Pigmée en 2009, à partir d’un simple cahier d’inspirations. Styliste-modéliste diplômée d’Esmod, Florence sait organiser ses idées et les présenter. Bien sûr ! Mais son univers est unique et cohérent, de sa tenue à son appartement. Un univers qui ne laisse pas beaucoup de place aux jouets en plastique et aux personnages de cinéma.

« Chaque enfant est unique. Pourquoi devrait-il baigner dans un univers standardisé ? » Partant de ce constat, Florence a commencé à créer des objets textiles à la naissance de Lucas, son aîné. Avec du linge ancien dans un premier temps. Puis avec des cotons fins du Maroc et des tissus indiens. Une première collection en blanc, gris, marine. Quelques motifs intemporels comme la toile à matelas. Aucune envie de plaire dans ce premier travail mais de l’inspiration et le désir de proposer des choses différentes. Son carnet de collages regroupe différents thèmes développés autour du travail artisanal piochés dans des savoir-faire millénaires et des tissus dits «ethniques» : de la broderie, des teintures, des perles, des motifs.

www.mespetitesmainsmagazine.net

9


Elle a commencé par présenter son travail aux propriétaires de la boutiques Serendipity qui l’ont encouragée. Puis incitée à développer cette petite poupée dessinée au coin d’une page. Une poupée sans devant ni dos, sans oreilles, aux longs bras et avec des ébauches de pieds... Son premier Pigmée. Un personnage ou un animal, un doudou certainement, que l’enfant peut s’approprier, assez neutre pour être adopté par tous. Une tribu. Les pigmées ont fait la vitrine de Serendipity peu après. Et les commandes se sont enchaînées. Une première participation au salon Playtime et des collaborations avec des marques reconnues comme Ketiketa.

La collection s’est étoffée d’une ligne de linge de maison. Des draps, turburlettes ou rideaux neutres, mais brodés de petits pois selon la technique indienne du mukesh. Des broderies qui tombent en pluie de façon aléatoire. Un motif d’étoiles imprimée également de façon aléatoire en argent. Mais Florence reste prudente, la conjoncture, est instable et même si les objets de décoration ont moins souffert de la crise que les vêtements pour enfants, rien n’est jamais acquis. Alors Florence se concentre sur ses modèles et reste fidèle à ses goûts et ses engagements : peu de couleurs, pratiquement pas de motifs mais des tissu de qualité. Et des poupées montées à la main, dans un atelier marocain qu’elle connaît bien pour avoir vécu dans le pays. Après avoir cousu elle-même près de 200 pigmées sur sa table de salle à manger. Elle simplifie, sereine, les étapes de sa petite entreprise pour enfin passer plus de temps à faire son métier. De la création. Dans un rayon de soleil. Lumineuse !

10

crédits photos  : Benjamin Soligny

Le succès est venu.


Cet été, Pigmée collabore avec plusieurs marques de prêt-à-porter : Le vestiaire de Jeanne, Livette la suissette ou Youji. A Noël, Florence sera de nouveau à l’honneur chez Seendipity.

Carnet d’adresses www.pigmee.com/ http://ketiketa.com/ www.levestiairedejeanne.com/ www.livettelasuissette.com/ www.serendipity.fr/ www.youji.fr/ www.mespetitesmainsmagazine.net

11


Ouvrages pour enfants

2 ans et +

http://www.saltwater-kids.com/

Tie Shirt Tutorial par saltwater-kids

Materials • tie pattern cut to desired size - (comes in 2T, 3T, 4T, but can be easily adjusted to any size you want)

• thrifted shirt (or other material ~ 14» x 5») • t-shirt • coordinating thread • 1 sheet of double stick fusible web (I used Steam-A-Seam2) • iron • sewing machine (with a zigzag stitch)

LE TUTO Le gabarit est à télécharger sur le site de l’auteur ICI

Pin (or if you are impatient like me, use washers to weight it down) and cut out the tie.

Trace the pattern on the fusible web and cut it out. Hint: cut inside the line so that your fusible web is slightly smaller that the fabric - no mess on your iron!

12

Position your pattern on the thrifted shirt to get the design effect you like (I like the stripes to run diagonally across the tie).


DIY n째1

www.mespetitesmainsmagazine.net

13


If you decide to go with the optional step above, you will also need to cut piece-A and B apart on the fusible web.

flipped it over to get the desired effect. This step is optional: I like the stripes to run in the opposite direction on the top portion of the tie (piece-A) - giving it a little more detail. In my case, because the thrifed shirt was woven and the design was the same on both sides - I simply cut off piece-A and...

...like this.

If your fabric is not the same on both sides, you will need to cut out a second piece-A from your thrifted shirt/fabric to get the effect you want.

14


Ouvrages pour enfants The next step is to place the fusible web onto the back of the tie. Simply peel one side of the paper off and stick it to the tie. If you need to adjust the placement, just peel it off and try again.

Following the instructions on the fusible web package, iron the tie into place.

and going...

Almost there...

Once it is in the correct position, peel off the other side of paper and line the tie up in the center of the t-shirt. Adjust as needed until it is just right. I usually just fold the t-shirt in half and crease it lightly with my finger to find the center.

The key to sewing all the way around the tie with out having to overlap your stitching (if you decided to go with the optional step) is to start in the middle of piece-A and B. Tip: I like to back stitch using a straight stitch first before starting the zigzag. Continue around the tie using a zigzag stitch.

keep going...

Finished! Now that was super easy, wasn’t it? More Shirts... These outfits were made for a beach wedding we attended last summer. The shorts were made from a thrifted gray linen dress, seen here. After making the tutorial, I decided the boys needed one in (nearly) every color of the rainbow - perfect for color day at school!

www.mespetitesmainsmagazine.net

15


shoppping

1

1. Boxer de Bain garçon princesse Ilou du 6 mois au 12 ans à partir de 32 € www.princesse-ilou.com

16

2. Valise Lalé rouge et blanche à vague 40 €, www.lale.fr

Réalisation  :Iris de Melo

DR

2


1

3

2

4

5 1. Maillot rouge pois blancs Asorba, tailles disponibles : du 2 au 14 A, à partir de 33 €, www.absorba.fr

2. Combinaison à volants Rose Desbois du 3 au 24 mois à partir de 57 € www.rosedesbois.com 3. Maillot de bain Princesse Ilou du 1 au 3 ans à partir de 32 €,www.princesse-ilou.com 4. Maillot liberty Lili Gaufrette, du 2 au 12 ans à partir de 47 €, www.liligaufrette.com

5. Bensimon par Bakker Made with love du 24 au 41 à partir de 45 €, www.bensimon.fr www.mespetitesmainsmagazine.net

17


Ouvrages pour femmes

36/38

http://monpetitpatron.com

Maillot de bain une pièce par Iris de Melo Fournitures • 80 cm de lucratif bi-extensible (c.-à-d. élastique dans les 2 sens) • 2 m de gomme élastique • 1 m d’élastique tubulaire

TUTOriel 1. Coupez les différentes pièces du patron. Assemblez le fond et le devant endroit contre endroit, puis le 2e fond endroit sur l’envers du devant (schéma 1), de façon à prendre le devant en sandwich entre les deux fonds. On pique à 0,7 cm du bord, au point zigzag ou à la surjeteuse. Rabattez ensuite le fond doublure et le fond (schéma 2).

18

Réalisation  : Iris de Melo - stylisme : Aurélie Soligny - photographe : Benjamin Soligny

• 1 bobine de fil mouse


DIY n째2

www.mespetitesmainsmagazine.net

19


2. Assemblez le dos avec les fonds, en insérant le dos entre les deux fonds (schéma 3) et en tirant le tout par l’espace sur le côté, entre les deux fonds (schéma 4).

point droit pour maintenir la couture et permettre le passage de l’élastique. Froncer légèrement les côtés du bandeau. Assembler le bandeau au devant par la ligne de sous poitrine en y insérant un élastique avec les 20% en moins. Piquer à 0,7 cm du bord au point zigzag ou à la surjeteuse. Rabattre la couture vers le bas et piquer sur l’endroit au point zigzag pour bien la maintenir.

3. Calculez la valeur de l’élastique : sur le modèle, mesurer le tour de cuisse, enlever 20% de cette valeur (par exemple, pour 80 cm de tour de cuisse, 80x20/100=16, vous avez donc besoin d’un élastique de 80-16=64 cm).

6. Reproduire les étapes 6,7 et 8 sur l’autre côté, en faisant bien attention de piquer l’élastique du devant vers le dos, même si c’est plus confortable de le faire dans l’autre sens ! (cette règle ne s’applique pas pour la deuxième piqûre sur l’endroit). 8. Assemblez un côté devant et dos, endroit contre endroit, à la surjeteuse ou à défaut au point zigzag en une seule opération à 0,7 cm du bord. Attention ! Les élastiques doivent être pris dans la couture ! Couchez la couture vers le dos, et faites deux petits points d’arrêt ( zigzag très serré) en haut et en bas de la couture

4. Laissez une marge de quelques centimètres de chaque côté. Épinglez l’élastique endroit contre envers, sur le haut de la cuisse du dvt à quelques centimètres du bord de l’élastique.

.

5. Puis, placez la mesure (ex : 64 cm) sur le haut de la cuisse dos, tendez le tissu et l’élastique pour bien répartir la valeur, et épinglez (schéma 6). Piquez du DEVANT vers le DOS au point zigzag, le plus près possible du bord (schéma 7). Retournez l’élastique envers contre envers et piquez, en tendant bien l’élastique, au point zigzag (largeur 2-3).

20

7. Assembler les devants bandeaux endroit contre endroit sur le milieu devant à 2 cm du bord au point droit, après avoir surfilé les bords devant. Ouvrir la couture en deux et piquer au

9. Placez l’élastique au décolleté de la même façon que sur les tours de cuisse. Terminez en faisant la deuxième couture côté telle que décrite dans les étapes précédente. 10. Passer l’élastique dans le tube à l’aide d’une épingle à nourrice.


MILIEU DEVANT

MAILLOT TAILLE M 36-38 DEVANT BANDEAU 2X TISSU

D.F

un clic sur l’image pour télécharger le pdf

Patron à télécharger

• 1 dos à couper 1 fois au pli • 1 devant à couper 1 fois au pli • 1 fond à couper 2 fois au pli • 1 devant bandeau à couper 2 fois Note: Toujours utiliser du fil mousse (fil à aspect duveteux) dans la canette ! Cela évite les coutures qui craquent. Pareil pour le surjet : le 3e fil -celui de dessous– doit être en fil mousse. On le trouve uniquement en grand format, et mieux vaut acheter un fil de couleur neutre (noir ou blanc). On vous ne le dira jamais assez : les tissus élastiques doivent être piqués Favec RONdes CE aiguilles jersey à bout rond ! Pareil pour les double-aiguilles, si vous n’avez pas de surjeteuse (elles sont plus difficiles à trouver donc faites un stock lorsque vous tombez dessus!). On n’utilise jamais de point droit, seul un point zigzag ou au pire un point droit stretch. On favorise la surjeteuse et la recouvreuse pour un résultat impeccable.

Carnet d’adresses • Mercerie Moline. http://moline-mercerie.com/

CM un très large choix de tissu lycra (pas de vente en ligne) • De Gilles :1propose 1 CM

• e-tissu : dispose d’une jolie gamme de lycras de couleurs unies • Fil 2OOO : pour la gomme élastique (pas de vente en ligne) • Fashion Resources : site dédié aux professionnels, qui vendent leurs stocks de bouclerie et d’élastiques aux particuliers, selon disponibilité. • Le fil de vos idées : large gamme de fil mousse. www.mespetitesmainsmagazine.net

21


Ces doux moments Rencontre avec Virginie Clavier, instructrice et animatrice d’ateliers de massage bébé Virginie Clavier nous présente son activité d’instructrice en massage bébé et partage avec nous ces doux moments. « J’anime des ateliers de massage bébé à Paris et en proche banlieue. Ces ateliers peuvent prendre la forme de séances collectives qui permettent les échanges entre mamans, ou de séances individuelles au domicile des parents. C’est une formule plus intime, à un ou deux couples parents/bébés.

«Dans tous les cas, l’idée est de passer un moment privilégié avec son bébé.» A l’issue des séances, les parents ont acquis un savoir-faire et ont souvent gagné en confiance. Afin de leur transmettre cet enseignement, je suis certaines règles : Je ne propose pas, en principe, de séance unique. En effet, aimer le massage n’est pas inné pour un bébé et il se peut que la première fois le bébé n’apprécie pas. Je rassure toujours le parent en lui disant qu’en prenant son temps, il finira par aimer. Demander de venir pour plusieurs séances, c’est aussi apprendre à prendre son temps dans une société qui va toujours plus vite. Certains parents sont déroutés au départ mais la plupart du temps, ils le comprennent très bien. Souvent même à la fin, ils sont tristes que ce petit rendez–vous soit terminé. Je travaille sur un poupon de démonstration fait exprès et je ne touche jamais leur bébé dans le cadre du massage afin de ne pas venir perturber leur échange.

22

Ainsi je leur montre les gestes comme si j’avais un vrai bébé et cela fonctionne très bien ainsi. Quand leur bébé n’est pas disposé, je peux leur prêter un poupon . Je fais toujours une mini séance de relaxation pour les parents avant le massage à proprement parlé et j’insiste sur « le rituel de permission » qui est le fait de demander l’autorisation à son bébé de le masser. Et surtout, ce cours est toujours fait dans le respect de leur relation. Ainsi j’insiste sur le fait que pendant la séance, les parents peuvent s’arrêter à tout moment pour répondre à un besoin de leur bébé (pleurs, faim, couche…). Je me cale sur leur rythme et même quand j’ai un groupe de plusieurs bébés, on arrive toujours à trouver un rythme et à faire la séance.» Les massages s’inscrivent-ils dans le domaine du soin ? Les massages dispensés dans le cadre de mes cours ne sont pas à but thérapeutique. Néanmoins, utilisé dans de nombreux pays du monde pour ses vertus, le massage bébé fait partie d’un processus de soin dans le sens de « prendre soin de » ou « take care of ». D’ailleurs, de plus en plus de services de néonatalogie se forment au massage bébé. Dans ce cas-là il est souvent enseigné par des personnels médicaux qui se sont formés. Les mouvements sont d’ailleurs issus de techniques reconnues comme le massage indien, le massage suédois, la réflexologie plantaire et le yoga. Ce ne sont donc pas n’importe quels mouvements.»

photo : davisanstudio

rencontre


www.mespetitesmainsmagazine.net

23


S’il ne s’agit pas de traitement thérapeutique, quels bénéfices peuvent retirer des ateliers les participants, tant les parents que les bébés ?

«S’’il n’a pas de vocation thérapeutique, le massage bébé a cependant de nombreux bienfaits. Le premier est incontestablement de favoriser la détente en abaissant notamment le stress à la fois chez le bébé et aussi chez le parent qui masse. En effet, des études ont montré que de l’ocytocine, appelée aussi hormone de l’amour, était sécrétée pendant le massage. De même, il abaisse l’hormone de stress. En favorisant le calme, il apaise le bébé et peut améliorer son sommeil. Le massage peut aider à améliorer les défenses immunitaires, les systèmes neurologique et nerveux. Il élimine les toxines et améliore la circulation. Il aide à soulager certains petits maux de bébés. Son effet sur les coliques et autres maux de ventre est assez spectaculaire et j’ai souvent vu en séance des bébés « soulagés » par le massage du ventre. Il peut aussi aider pour les poussées dentaires et certains petits rhumes. Enfin, sur le plan physiologique, il aide le bébé à comprendre son schéma corporel, ce qui va l’aider à mieux comprendre sa motricité. En « contenant » le bébé, le massage l’aide à intégrer le fait qu’il a des bras, des jambes… C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je propose toujours le même ordre dans les séances en commençant par les jambes et les pieds et en remontant le long du corps. Nous terminons toujours par le visage. Bien entendu, le massage bébé favorise l’éveil de bébé car il fait appel à tous les sens. Pendant les cours, les parents parlent à leur bébé, le regarde, je leur apprend des comptines et même des chansons. C’est un moyen pour le bébé d’apprendre car il

est complètement en lien avec son parent. Enfin, le massage bébé est avant tout une manière de renforcer ce qu’on appelle l’attachement, c’est-à-dire le processus qui unit le bébé à son parent et qui l’aide à grandir en confiance. C’est vraiment la vertu principale du massage bébé. C’est assez subtil et les parents le comprennent petit à petit. Créer un lien avec un bébé n’est pas toujours inné et certaines mamans peuvent avoir du mal à le créer soit parce qu’ils ont été séparés à la naissance (bébés prématurés mis en couveuse par exemple), soit que la maman souffre de baby blues ou de dépression post-partum, soit parce qu’encore une fois la vie est speed. Le congé maternité passe très vite et les mamans ne chôment pas. C’est d’ailleurs souvent à la fin du congé maternité que les mamans me contactent car elles se rendent compte qu’elles ont tissé quelque chose d’unique et qu’elles ont envie d’aller plus loin. De même, j’ai aussi beaucoup de papas qui ne profitent de leur petit bout que le weekend. On l’oublie souvent mais ils souffrent de ne pas pouvoir partager plus de temps avec leurs bébés. Du coup, c’est un temps pour eux ! C’est pour cette raison que je ne touche pas le bébé, je ne viens pas m’immiscer dans ces moments uniques. J’ai eu l’idée d’appeler mon concept et mon blog « Ces Doux moments » en référence à tous ses instants si courts et pourtant si riches qu’on passe avec ses enfants.» Qu’appelle t-on le « peau à peau » ? Le peau à peau, qui est cette tendance à privilégier le contact et notamment par le toucher avec son bébé, montre toute son étendue. Aujourd’hui on recommande vivement de mettre le bébé qui vient de naître contre la peau de sa maman afin de favoriser son développement. Le toucher est le premier sens à se développer in utero et le bébé est ultra sensible à cet organe qu’est la peau. De même pour les prématurés, on a constaté que les bébés qui avaient un contact physique avec leurs parents progressaient plus vite que les autres. Aujourd’hui beaucoup de maternités sont tombées d’accord sur les avantages de cette méthode. Comme dit Shantala, dans le livre de Fréderick Leboyer, «  les bébés ont besoin de lait mais plus encore d’être caressés…  ». Tout est dit dans cette merveilleuse phrase prononcée par une femme indienne qui a toujours massé son bébé. D’ailleurs en occident, le massage bébé revient sur le devant de la scène petit à petit alors qu’il est automatique dans de nombreux pays africains ou asiatiques. Cela est vu comme naturel et faisant partie du développement du tout-petit !»

24


le magasin dédié au maternage deux samedis par mois de 11h à 13h00. J’ai beaucoup de chance de travailler dans ces lieux magnifiques tenus par des personnes adorables et à l’écoute. Je me déplace aussi dans tout Paris et certaines villes de banlieue. Je travaille aussi parfois en crèche, lors de séances gratuites de découverte.» Quelles sont les recommandations et précautions à prendre vis-à-vis des bébés accueillis ? D’un point de vue technique, il faut une pièce bien chauffée avec un éclairage tamisé. Je recommande aux parents de mettre une tenue confortable et facile à enlever aux bébés. Il faut un endroit calme et éteindre son portable ou la télé quand on masse son Quel est le déroulement d’une séance ?

bébé !

La séance se déroule sur une heure trente et est décomposée en plusieurs temps : l’accueil et la présentation du massage, le temps de relaxation, le temps du massage, une discussion autour de la parentalité (les pleurs ou le sommeil) accompagnée d’une collation (un thé ou un café). A chaque séance, collective ou individuelle, on aborde une partie du programme.

Je m’assure toujours auprès des parents s’il y a des choses que je dois absolument savoir sur leurs bébés avant de commencer, afin d’adapter mon cours. Mais globalement, il n’y a pas beaucoup de contre-indications. Avant de commencer le massage bébé, le cordon ombilical doit être tombé.

Les séances collectives sont appelées « formule convivialité » car elles sont le terrain idéal pour les rencontres entre parents notamment quand ceux-ci sont du même quartier. Ils partagent aussi certains « petits soucis » de parents. Les ateliers comprennent entre 2 et 5 couples parent/bébé par séance. Au-delà c’est un peu trop !

A partir de quel âge et jusqu’à quel âge accueillez-vous les nourrissons ? «Je travaille avec des bébés de 1 mois à 10 mois en atelier car ensuite il est difficile de les faire rester en place ! Mais cela ne veut pas dire que le massage s’arrête à 10 mois, ce sont juste les cours. Utilisez-vous des produits particuliers ?

Les séances individuelles se font au domicile des parents et sont appelées la « formule confort ». C’est une de mes particularités de me déplacer à domicile. Cela respecte le rythme du bébé et permet aux parents d’avoir un moment de cocooning avec bébé. Cette formule, bien que plus chère, est assez appréciée des parents. Je peux aussi venir à domicile pour deux copines qui veulent une séance rien que pour elles ! Les séances durent 1H30 environ et nous abordons le massage bébé mais aussi des questions ayant trait à la parentalité. Ces discussions viennent enrichir leur expérience de massage.» Où cela se passe t-il ? Les ateliers collectifs se passent dans deux endroits parisiens dédiés à l’enfant. Le premier est le concept store salon de thé-atelier Une mère, une fille à Paris (www.unemereunefilleaparis.com), tous les jeudi matin de 10h30 à 12h. Les autres ateliers se passent chez APINAPI (www.apinapi.fr),

J’utilise de l’huile végétale bio première pression à froid, en général de tournesol, suivant ainsi les recommandations de l’IAIM (l’Association Internationale de Massage Bébé). Elle est bonne pour la peau, facilement assimilable, riche en stérols, peu allergène et sans odeur. Évidemment, les parents sont souvent interloqués quand je leur offre ce flacon d’huile car ils ont l’impression de faire leur salade. Mais après que je leur expose mes raisons, ils utilisent souvent cette huile. Ils peuvent aussi utiliser d’autres huiles végétales comme l’huile d’olive, d’amande douce, d’argan… Je mets d’ailleurs à leur disposition un livre sur les vertus des huiles végétales. Je déconseille les huiles minérales issues de la pétrochimie même si les fabricants inondent le marché en ce moment d’huiles de massage bébé au packaging attrayant. On sait aujourd’hui les dangers des produits chimiques sur la peau et nos bébés sont fragiles. Si les mamans me le demandent, je leur suggère une huile bio avec une composition simple. Enfin, je déconseille les huiles essentielles pour les bébés tout comme pour les femmes enceintes. www.mespetitesmainsmagazine.net 25


Aviez-vous un goût ou un intérêt particulier pour les massages avant de vous lancer dans cette activité ? J’ai toujours aimé les massages. J’ai une amie qui est praticienne de massage et qui m’a très tôt fait sentir la force du massage. Mais je ne souhaite pas du tout devenir masseuse pour adulte, car ce n’est pas tant l’aspect sensitif que la dimension psychologique qui m’intéresse. J’ai déjà senti la dimension incroyable du toucher mais je crois aussi dans la parole.

Je voulais quelque chose qui tienne la route et je n’ai pas été déçue. Cette formation, mise au point par Vimala MacClure, fait figure de référence dans le monde entier. Elle est présente dans 55 pays et divisée en chapitres. Son enseignement est riche et précis. Elle a d’ailleurs écrit un best-seller régulièrement réédité et traduit, le massage bébé à l’usage des parents aux éditions Tchou.

Vous êtes maman de deux enfants, les avez-vous massés ?

A qui s’adressent les ateliers ?

J’ai en effet deux enfants de 3 et 6 ans. Je n’ai pas massé mon fils bébé et je le regrette vraiment mais je ne connaissais pas cette discipline. Je l’ai découverte enceinte de ma fille et je l’ai pratiqué quand elle avait trois mois dans des séances individuelles avec une autre maman. J’ai beaucoup apprécié ce moment même si je n’ai pas été, je pense, assez assidue. Le massage bébé est un travail sur le long terme qui demande une certaine rigueur. Je continue de masser ma fille quand elle est fatiguée ou quand elle me le demande. Et depuis que j’ai fait cette formation, mon fils me demande aussi d’être massé. C’est un moment d’échange notamment le soir. J’ai beaucoup appris en faisant la formation de massage bébé y compris sur moi-même !

Le cours est ouvert à tous publics. J’ai travaillé avec des jumeaux, avec des enfants nés prématurés, des bébés hypersensibles ou des problèmes atopiques. Du côté des mamans, j’ai travaillé avec une maman sourde et des mamans ayant souffert de dépression post-partum… Bref le massage bébé est réellement un moyen pour tout le monde de passer un bon moment.

Comment avez-vous découvert cette discipline professionnelle ?

26

Je me suis sentie vraiment active, maître de mon destin. Après mon mémoire,…j’ai lancé mon activité !

Jusqu’à présent je me suis adressée uniquement aux parents mais je ne dis pas que dans l’avenir, je n’aimerais pas transmettre ce savoir à des professionnels de la petite enfance. Sinon, comme je l’ai dit plus tôt, je suis très franche dès le début de mon cours : ici, c’est le « Royaume des bébés », ils peuvent pleurer, rire, avoir faim, avoir envie d’être changé et même ne pas avoir envie d’être massé…

J’ai découvert le massage bébé et l’association française de massage bébé grâce à un article paru dans Parole de Mamans, le magazine fait par et pour les mamans pour lequel je suis consultante depuis 2008. J’ai dévoré cet article où l’on pouvait sentir à quel point la maman avait découvert son bébé grâce aux séances de massage. Cette maman me ressemblait un peu, voulant bien faire mais aussi un peu débordée par son nouveau rôle de mère. Avoir un nouveau-né n’est pas uniquement une période de grand bonheur. Ce n’est pas facile tous les jours et

Accueillez-vous ensemble les parents qui le souhaitent ?

on ne sait pas à quel saint se vouer. Il y a beaucoup de choses qu’on peut lire ou entendre et on ne sait pas toujours déceler le vrai du faux. J’ai eu l’impression que la maman avait gagné en confiance grâce aux massages et c’est ce que je recherchais. Aujourd’hui, c’est vraiment ce que j’essaie de transmettre aux parents qui suivent mon cours « Faites -vous confiance, vous êtes l’expert de votre bébé» ! J’ai attendu quelques années et je me suis finalement décidé à devenir « instructrice en massage bébé». J’ai tout de suite recherché une formation très solide et reconnue, notamment, par les professionnels de santé. C’est en cherchant sur internet que je suis tombée sur le site de l’AFMB (www.massage-bebe.asso.fr) et que le programme m’a convaincue. Des kinés, des psychomotriciens, des psychologues, des sage-femmes suivent cette formation. Je me suis inscrite à une session animée par Christel Proudhon, l’une des formatrices, qui est une femme exceptionnelle. Pendant 4 jours, j’ai vécu une expérience incroyable, extrêmement forte, très différente de tout ce que j’avais vécu jusqu’alors.

tués par les pères ?

Oui. Cela m’arrive même très souvent. J’ai des parents qui veulent l’atelier ensemble parce qu’ils sont devenus parents en même temps. Souvent, c’est un cadeau de naissance fait par des proches à des amis ou collègues. Je fais d’ailleurs des bons cadeaux. Avez-vous remarqué des différences dans les massages effec-

Je n’aime pas les clichés mais pourtant je dois reconnaître qu’il y a des différences entre le massage fait par le papa et par la maman. Tout d’abord, je dois dire que lors de mes ateliers j’accueille avec grand plaisir les papas, pour eux c’est même gratuit quand ils viennent avec leur femme. En revanche, je demande toujours aux parents qui viennent à deux de choisir qui va masser le bébé pendant la séance. La plupart du temps, la maman très fairplay laisse le papa commencer. Mais elles sont très inquiètes face aux réactions de leurs maris. C’est assez drôle à voir d’ailleurs ! Les papas se posent à la fois moins et plus de questions. Globalement, ils sont plus méfiants car ils ont une approche souvent scientifique. Ils me posent plus de questions, sont plus curieux sur les bienfaits. Les mamans sont dans l’interaction naturelle alors que les papas réfléchissent plus. Ils sont très investis et cherchent à bien faire. Parfois ils sont aussi plus maladroits car ils ont moins l’habitude de toucher leur bébé. Et quelquefois, il faut que je tempère leur


force ! Mais globalement ils repartent toujours très heureux d’avoir partagé ce moment avec leur bébé !

demande aux parents qui ont suivi mes cours de faire part de leurs impressions, cela est rassurant.

Avez-vous déjà remarqué des bébés peu réceptifs au massage ?

Et puis choisissez une personne qui donne des cours dans votre quartier ou région, vous rencontrerez des parents avec qui vous aurez des affinités.

« Les bébés n’aiment pas forcément tous les mouvements. Par exemple, très peu de bébés apprécient le massage du visage alors que la plupart adorent les jambes ! » Une fois, j’ai dû interrompre la séance car je voyais que la maman n’était pas, elle, en état de la faire. Elle était très nerveuse et son bébé, d’habitude très à l’écoute, le sentait. Je lui ai proposé de revenir une autre fois, ce qu’elle a fait et tout s’est alors bien passé ! Je me dois d’être très à l’écoute sans jamais porter de jugement de valeur sur les parents même si je vois que le bébé n’accroche pas !» Comment choisir sereinement un atelier près de chez soi ? «Franchement, je conseille vivement de prendre une instructrice certifiée par l’Association Française de Massage Bébé dont la liste figure sur le site internet. Il y en a dans toute la France. Sinon, vous pouvez choisir une personne qui est renommée ou qu’on vous a conseillée. Suivez les recommandations d’autres parents. J’ai créé sur mon blog une page « témoignages » car je

Mais je déconseille vraiment les personnes qui massent le bébé sauf s’il s’agit de kinés ou d’ostéopathes dans un but thérapeutique. Sinon, cela n’a aucun intérêt. Ni pour le bébé qui ne recherche que l’échange avec son parent, ni pour le parent qui n’a reçu aucun savoir-faire. Méfiez-vous d’internet et lisez bien les programmes. Après, c’est aussi un échange entre deux adultes qui est fait d’affinités ! Quels conseils donneriez-vous aux parents qui n’osent pas se lancer ? Tout d’abord le massage bébé n’est pas dangereux pour le bébé ! Il vaut mieux suivre un cours qui vous rassurera sur les bons gestes que de lire un bouquin seul dans son coin en doutant de ce que l’on fait ! Le massage bébé n’est pas seulement une activité ludique ou un moment de détente mais vraiment un moment d’échange unique avec votre bébé. Même si le bébé ne parle pas, il enregistre dans sa mémoire ces moments avec ses parents. C’est un lien indéfectible fondé sur la confiance et le respect mutuel. Ce n’est donc pas seulement un produit confort ou un effet de mode mais bien quelque chose utile pour les parents et les bébés ! Et puis, en tant qu’adulte on adore se faire masser alors imaginez le bonheur que pourrait ressentir votre bébé, surtout s’il est massé par les personnes qu’il aime le plus au monde, qui sont ses figures de référence ?! A.S.

Tarifs

Coordonnées

Séances individuelles 50 € la séance à Paris, Charenton, Maisons-Alfort, Vincennes, Saint-Mandé (minimum 2 séances). Le pack 4 séances est proposé à 170 € au lieu de 200€. Forfait déplacement autres banlieues : tarif selon secteur.

Virginie Clavier, instructrice en massage bébé 06 09 36 19 35 http://cesdouxmoments.blogspot.com

Séance « mon enfant grandit » 75 € la séance de 2 heures Séances collectives 30 € la séance avec obligation de suivre un cycle.

APINAPI 59 avenue du Dr Arnold Netter - 75012 Paris http://www.apinapi.fr/ Séances deux samedi par mois de 11h00 à 13h00 Se rendre sur la page des ateliers pour réserver. Une mère, une fille à Paris 43 boulevard de Garibaldi - 75015 Paris http://www.1mere1filleaparis.com Séances trois jeudis par mois de 10h30 à 12h00 Se rendre sur la page des ateliers pour réserver ouwww.mespetitesmainsmagazine.net par téléphone.

photo : davisanstudio

Je n’ai jamais rencontré de bébés insensibles au massage. En revanche, j’ai déjà eu des bébés très peu à l’aise lors de la première séance. Mais tous au final finissent par l’apprécier ! J’encourage toujours les parents à persister. Si cela ne marche pas pendant le cours, ce n’est pas grave. Il leur suffit de connaître les gestes que je leur apprends et de les refaire tranquillement chez eux en trouvant le moment idéal.

27


Coiffe

28

AĂŠrienne


Beauté et bien-être au naturel DIY - le cahier d’inspiration

D

es tresses encadrent le visage de Mathilde, ceint d’une couronne de monnaiedu-pape. C’est ainsi que s’ouvre notre cahier créatif de ce numéro d’été, ayant pour thème les soins et techniques .

au naturel

Du concombre, du sucre, du sel, des fleurs de sureau et des pelures d’oignon. Voici quelques-uns des ingrédients qui nous ont servi lors de la préparation des masques, teintures ou limonade.

www.mespetitesmainsmagazine.net

29


30


Deux tresses de part et d’autre de la tête sont réunies en une queue de cheval enroulée sur elle-même.

www.mespetitesmainsmagazine.net

31


Infusion Liquide dans lequel on a mis une plante à macérer à chaud. Teinture Liquide tenant une matière colorante en dissolution et dont on imprègne les tissus ou les cheveux.

32


www.mespetitesmainsmagazine.net

33


Les branches de lunaires séchées sont enroulées autour d’un fil de fer masqué par de la ficelle.

Monnaie-du-pape : nom usuel de la Lunaire 34


www.mespetitesmainsmagazine.net

Réalisation & Stylisme : Aurélie Soligny - photographe : Benjamin Soligny

35


Masque au concombre Le concombre a un véritable effet décongestionnant sur la peau. Appliquez sur une peau propre et sèche un blanc d’oeuf battu puis recouvrez votre visage de fines lamelles de concombre. Laissez agir une vingtaine de minutes. Rincez.

36


www.mespetitesmainsmagazine.net

37

Réalisation : Aurélie Soligny - photographe : Benjamin Soligny


DIY n°4

38

Réalisation : Aurélie Soligny - photographe : Benjamin Soligny

Limonade de ƒleurs de sureau


Recette • Une dizaine d’ombrelles de fleurs • Citron Au printemps, cueillez des branches de fleurs de sureau. Versez 10 ombrelles dans 5 litres d’eau. Ajoutez des rondelles de citron. Recouvrez d’un torchon et laissez macérer au soleil une semaine. Filtrez. Mettez la limonade dans des bouteilles aux bouchons mécaniques. La gazéification se fait en deux semaines. Conservez au frais dans un endroit sombre. Dégustez.


Teintures vĂŠgĂŠtales

40


Recette Mettre les ingrédients dans un grand récipient. Couvrir d’eau froide Faites bouillir l’eau. Laissez sur le feu pendant 1 heure environ en surveillant. Couper le feu lorsque le jus vous semble intéressant (plus cela cuit, plus intense est la couleur). Filtrer. Laisser refroidir. Mettre le tissu préalablement mouillé à bouillir dans l’eau teintée (endessous de 80° pour la laine pour l’empêcher de feutrer). Ajouter du gros sel. Laisser sur le feu de trente minutes à deux heures en fonction de l’intensité de la couleur désirée. Sortir la laine ou le tissu. Égoutter. Rincer. Laisser sécher à l’air libre.

Réalisation : Iris de Melo - Stylisme : Aurélie Soligny - photographe : Benjamin Soligny

DIY n°5

www.mespetitesmainsmagazine.net

41


Pour du jaune clair, choisissez des fleurs de Camomille, Anthemis tinctoria, le jaune des teinturiers.

42

Pour une couleur de jaune plus ou moins soutenu, choisissez quelques pistils de Safran.

Les Pelure sont parfaites allant du jau jaune m 30 g de pelur 100 g d


es d’oignon s pour des tons une moyen au moutarde. res sèches pour de laine.

Le Thé permet des teintures aux tons naturellement passés dans des tons de grège.

Avec du Thé vert, vous obtiendrez des couleurs plus douces qu’avec le thé.

www.mespetitesmainsmagazine.net

43


D 44

Êcoction :

Action de faire bouillir des plantes dans un liquide.


Les teintures végétales ont été testées sur trois supports : de la laine, de la dentelle et un morceau de gaze. La laine est la matière qui réagit le mieux à la teinture. En fonction de vos souhaits, vous laisserez les décoctions plus ou moins longtemps sur le feu. N’oubliez pas de fixer au gros sel la teinture et de rincer. Lavez séparément la première fois. Ces teintures naturelles ont été faites sans mordançage. Les passeront certainement et n’en seront que plus jolies. Les coloris sont montrés à titre indicatif www.mespetitesmainsmagazine.net

45


Baume de gommage Recette du gommage au sucre • 2 volumes de sucre de canne (corps) ou de sucre fin (visage). • 1 volume d’huile bio et végétale. Au choix, de l’huile de tournesol, de sésame, d’amande douce, d’argan ou de jojoba. • 1 cuillère à café de grains de pollen. Mouillez un peu de gommage au creux de votre main. Appliquez sur la peau en mouvements circulaires doux. Rincez.

DIY n°3

46

Réalisation : Aurélie Soligny - photographe : Benjamin Soligny

Ce gommage se conserve une semaine dans un pot stérilisé.


Pour résumer Consommables utilisés dans la réalisation du cahier créatif Sucre roux, sucre fin, huile de jojoba, pollen bio, concombre, oeuf, oignons, thé, thé vert, camomille, safran, monnaies-du-pape, ombrelles de fleurs de sureau, citron. Fil de fer, ficelle. Laine, dentelles, coton.

Outils

Fait-tout, bocaux, carafes avec bouchons mécaniques, bols, fouet.

Adresses

Nos remerciements à la mercerie Moline pour les consommables, tissu, laine vierge, élastiques et rubans nécessaires à la création des modèles de maillot et chapeaux. http://moline-mercerie.com/

www.mespetitesmainsmagazine.net

47


La sélection de Blue Marguerite http://www.bluemarguerite.com

t.u.

Une recette de henné maison par Blue Marguerite Ingrédients Pour un tatouage sur chaque main (ou un long tatouage sur tout le bras) au henné maison

• 2 cuillères à café de henné • 1 cuillère à café de citron • 2 cuillères de thé vert chaud (ou eau ou café chaud) • 1/2 cuillère à café d’huile essentielle d’eucalyptus (pour foncer la préparation) • 1 cuillère à café de sucre • Facultatif : quelques gouttes d’huile essentielle pour parfumer (fleur d’oranger ou de lavande)

Matériel • Cuillère à café • Bol

DIY n°6

LE TUTO

• Passoire • Recette du henné maison

Tamisez la poudre de henné dans le bol pour retirer les éventuels blocs compacts de poudre ou les petits cailloux. Ajoutez le citron, le sucre et l’huile essentielle. Mouillez avec de l’eau, du thé ou du café chaud. Mélangez jusqu’à ce que la pâte se lie, en veillant à éliminer tous les grumeaux. NB : La pâte doit être bien lisse et ne doit pas être trop liquide. Laissez reposer la pâte une dizaine de minutes. Appliquez sur le corps. Laissez poser au moins 1 heure. Le mieux est de le faire le soir avant de se coucher, le tatouage enveloppé d’un tissu. Enlevez la pâte avec un gant ou sous l’eau sans trop frotter. Massez avec un peu d’huile essentielle pour foncer et stabiliser le tatouage

48


La recette du henné blond capillaire maison est destinée à celles et ceux qui veulent avoir de beaux cheveux brillants aux reflets dorés. Le henné blond colore les cheveux clairs tout en nuance et en douceur avec des produits naturels. Attention avec cette recette le henné doit être immédiatement appliqué sur la tête et ne peut être conservé.

Cette recette du henné maison à appliquer sur le corps (principalement les mains et les pieds) est facile à réaliser. Il suffit d’acheter du henné en poudre et d’y ajouter des produits du quotidien (citron, thé vert, sucre...).

Une recette pour faire du henné blond capillaire Fournitures • 50 cl de bière blonde • 50 cl d’eau • 5 g camomille • 5 g de fleurs de soucis

DIY n°7

• 425 g de henné blond centifolia • 3 yaourts nature • 2 cuillères à soupe d'huile de coco

LE TUTO

Faisons bouillir pendant une dizaine de minutes le mélange eau + bière + camomille + fleurs de soucis. Filtrons cette décoction à l'aide d'un tamis ou d'un morceau de mousseline. Diluons la poudre de henné dans la décoction. Ajoutons trois yaourts et mélangeons. Ajoutons deux cuillères à soupe d’huile. Appliquons immédiatement le henné sur les cheveux une fois la pâte prête. Emballons les cheveux dans du film plastique. Gardons deux heures sur la tête. Rinçons longuement à l’eau. Appliquons de l’après-shampoing. www.mespetitesmainsmagazine.net

49


Accessoires

t.u.

http://annicanailles.canalblog.com/ http://auxpetitescanailles.bigcartel.com/

Les savons homemade par Aux petites canailles

Pour ces savons, une cuillère à café de cannelle en poudre a été ajoutée à la préparation de base Petit plateau Mini Labo

Savons colorés avec du colorant alimentaire. Boîte Maileg

50


DIY n°8

Ingrédients • Savon de Marseille non parfumé ou paillettes de savon • Huile essentielle pour parfumer • Colorant alimentaire • Eau (+ huile de noisette – facultatif) • Embellissements (type scrapbooking) - facultatif

Matériel • Râpe • Casserole et saladier pour bain marie • Cuillère en bois et cuillère à soupe • Petit récipient doseur • Moules en silicone

LE TUTO 1 Râper le savon (ou restes de savons). 2 Faire fondre au bain-marie en ajoutant ½ dose d’eau pour 1 dose de paillettes. 3 Ajouter quelques gouttes d’huile de noisette pour limiter l’effet de rétractation au séchage et une vingtaine de gouttes d’huile essentielle (lavande, etc.). Vous pouvez également mettre quelques gouttes de colorant alimentaire pour colorer vos savons. 4 Lorsque la pâte est homogène, remplir les moules en silicone. 5 Décorer de quelques embellissements si vous le souhaitez. 6 Laisser sécher pendant une semaine.

www.mespetitesmainsmagazine.net

51


Accessoires

t.u.

http://minabulle.canalblog.com/ http://www.minabulle.bigcartel.com/

La pochette pour petite fille par Minabulle

52

DIY n째9


Fournitures • Tissu extérieur : 40 cm x 30 cm (pour ma part, j’ai utilisé du coton d’épaisseur classique, on peut tout à fait opter pour du cuir souple • Tissu doublure : 40 cm x 25 cm • Vliseline épaisse : 40 cm x 25 cm (pour que la pochette se tienne, j’utilise une vliseline rigide. Si vous utilisez du cuir par contre, c’est bien entendu inutile !) • Passepoil : 42 cm • Environ 100 cm de chaîne pour sac (que vous pouvez trouver ici par exemple : http://www.creatissus.com/fr/37-chaine-pour-sac-en-bronze) –comptez 120 cm pour une pochette adulte. • Une attache-cartable (que vous pouvez trouver ici : http://www.creatissus.com/fr/ anses-et-accessoires-pour-sacs/546-attache-clip-pour-cartable.html)

Patron (les marges de couture sont comprises)

B/D

A/C

Préparatifs • Découpez les tissus extérieur (pièces A et B), intérieur (pièces C et D) et la vliseline, selon le schéma ci-dessus. Coupez une bande de 2 cm x 12 cm pour faire les brides. • Thermocollez la vliseline sur le tissu intérieur en posant la face brillante de la vliseline contre l’envers du tissu, en intercalant une feuille de papier cuisson entre le fer à repasser et la vliseline.

www.mespetitesmainsmagazine.net

53


LE TUTO C’est parti !

Commencez par coudre la bride en pliant la bande de tissu en trois : plier les 2 bords de 0,5 cm vers l’intérieur, puis replier le tout en 2. Piquez à 2 mm du bord. Vous obtenez une bride de 12 cm x 0,5 cm.

Épinglez le passepoil sur l’endroit du devant extérieur A, à 1 cm du bord (mon passepoil sur la photo est tout riquiqui, pas d’inquiétude !!), en prenant garde de laisser dépasser environ 1 cm de passepoil des 2 côtés.

Épinglez les devant et dos intérieurs C et D, en laissant une ouverture de 8 cm environ en bas.

Installez le pied de biche pour fermeture éclair de votre machine à coudre.

Crantez les arrondis des assemblages A-B et C-D.

Piquer à 1 cm du bord, en démarrant et terminant la couture à 1 cm du haut.

Coupez la en deux, de façon à obtenir 2 brides de 6 cm x 0,5 cm.

Prenez la partie B (tissu extérieur), retournez-la de façon à avoir votre motif à l’envers. Mesurez 12 cm depuis le bas de votre rectangle et placez-y une bride pliée en deux, de chaque côté du rectangle. Épinglez.

Piquez tout autour de la pièce A, en faisant attention de bien piquer sur la couture du passepoil.

Retournez la partie extérieure.

Piquez de quelques points à la machine pour les maintenir en place.

Épinglez les pièces A et B, endroit contre endroit, (en faisant attention au sens de la pièce B ! Les motifs doivent se retrouver la tête en bas par rapport à la pièce A !) Piquez à 1 cm du bord, sur la couture du passepoil, pour être sûr que l’on ne voit pas celle-ci une fois retournée !

54

Glissez la partie extérieure dans la doublure, de sorte qu’elles se retrouvent endroit contre endroit.

Ce tutoriel vous est gracieusement offert par Minabulle. Tous droits réservés. Toute utilisation à des fins commerciales est strictement interdite.


angles en soulevant le pied de biche, en couchant les côtés vers les pièces de devant.

Épinglez tout autour à environ 1 cm du bord. Faites bien attention à faire correspondre exactement les angles, en y faisant dépasser le surplus de passepoil.

Posez l’attache-cartable en la centrant. Crantez les arrondis, ainsi que les angles en formant un V avec vos ciseaux.

Retournez sur l’endroit par la fente laissée dans la doublure et fermez-la à points invisibles. C’est la partie délicate : coudre tout autour à 1 cm du bord, en faisant bien suivre les angles (et c’est délicat car rigide !!) : pivoter au niveau des

Repassez pour bien marquer le pli du rabat.

Installez la chaîne dans les brides sur les côtés, soit en glissant directement une maille s’il s’agit de mailles ouvertes comme moi, soit en insérant un système d’accroche (souvent fourni avec la chaîne, mais à vérifier quand même !) Et voilà, votre mini pochette pour petite coquette est terminée !

Vous pouvez bien entendu améliorer ce patron pour qu’il vous soit plus adapté : agrandir le patron pour en faire une pochette pour grande, mettre une bandoulière à la place de la chaîne, rajouter des poches ou compartiments, etc. www.mespetitesmainsmagazine.net

55


Accessoires

t.u.

http://monpetitpatron.com

La capeline

par Iris de Melo • 10 m de gros grain de 25 mm –minimum ou de 30 mn (plus le ruban est large, plus c’est facile). • Un ballon du diamètre du tour de tête.

LE TUTO

Mesurer votre tour de tête et ajouter un cm. Pour le chapeau : Tracer sur le ballon le tour de tête à 14,5 cm du sommet. Froncer le ruban des deux côtés sur toute la longueur (longueur du point 5 sur la machine) Enrouler le ruban tout autour du ballon en commençant par le bas. Épingler, pour plus de confort n’hésitez pas à bâtir avec un fil de bâti. Piquer au point zigzag au bord de chaque ruban. Pour la capeline : Tracer un cercle de la même circonférence sur une feuille de papier. Enrouler le reste du ruban jusqu’à la longueur désirée. Piquer au point zigzag comme précédant. Terminer en repliant le ruban sur lui-même et en le plaçant sur le rang précédant.

56

Assembler la capeline au chapeau endroit sur endroit au point droit à 0,5 cm du bord. Cranter légèrement si nécessaire.

DIY n°10

Réalisation : Iris de Melo - Stylisme : Aurélie Soligny - photographe : Benjamin Soligny

Fournitures


www.mespetitesmainsmagazine.net

57


http://les8petites8mains.blogspot.com

Chapeaux d’enfants

Par Popeline, les petites mains Il est des événements mondains qui réjouissent parce qu’ils annoncent l’été qui arrive, parfois plus sûrement que le beau temps ! Peut-être comme moi, en zappant sur votre écran de télé ou d’ordinateur, avez-vous été subjugués par les images des chapeaux du Grand Prix de Diane à Chantilly (17 juin) ou le Royal Ascot (19 au 23 juin) et vous êtes-vous demandé(e) si on n’assiste pas là à une survivance des traditions d’un autre âge. Il ne s’agit certes plus ici de se protéger la tête ! Je saisis le prétexte pour faire un petit tour du chapeau à travers les siècles, avec focus sur la mode des enfants, bien sûr.

Portrait de Marjorie (née Jenkins), marquise de Camden (1900-1989)

Document

formes très variées, les plus connues étant le béret basque et le béret marin, dit bonnet dans la Marine [Lire Pas de matelot sans son chapeau sur Les Petites Mains]. LE BONNET Dans les années 1820, sous la Restauration, se répand le béguin-bonnet en mousseline à broderies blanches.

C’est parti ! LE BÉRET

à g. : Portrait de Louis Philippe Joseph, duc de Montpensier enfant, par François Boucher, 1748-1752, Waddesdon Manor (Buckshire) sur Commons Wikimedia au centre : Bonnet d’enfant en soie brodée de fil d’or, XVIIIe siècle, Château-musée de Saumur sur Base Joconde à dr. : Petit garçon et son chien, par George Romney, 1757 sur artarchive. com

Portrait d’un homme et de ses trois fils (détail), par Bartholomaus Bruyn, 1530-1540, Musée de l’Hermitage Le béret est une toque ronde et souple, plate ou bouffante, très à la mode au XVe et XVIe siècles. Souvent réalisé en laine ou en velours, il emboîte la tête par une bande semi-rigide ou un rebord ourlé. Il se porte orné de plumes, de broderies et autres garnitures. À l’époque romantique, les artistes l’adoptent lorsqu’on redécouvre le Moyen Âge et la Renaissance, et que l’histoire devient à la mode. Le béret est censé s’inspirer des coiffures des Béarnaises.

58

Sous le second Empire, le béret écossais, porté avec le kilt par les enfants de la reine Victoria, influence la mode enfantine européenne via le goût pour les panoplies. Le béret prendra des

À la toute origine, le terme bonnet désigne le tissu dont on fait les coiffures (aujourd’hui encore le mot bonneterie qualifie l’ensemble de la production de tricot). Au Moyen Âge, seuls les hommes portent le bonnet, aux formes très diverses [Lire Histoire du tricot, du XIVe-XVIIe, Bonnets et chapeaux tricotés sur Les Petites Mains]. On appelle en fait bonnet tout chapeau souple et sans bords, parfois raidi par une pièce intérieure. Le bonnet va évoluer dans toutes sortes de directions. Le bonnet est le tout premier chapeau de l’enfant. Sous le bonnet, le bébé porte le béguin, censé protéger ses fontanelles. Le béguin est généralement réalisé dans la même toile fine de lin ou de coton que la chemise, comme elle, parfois bordé d’une étroite dentelle ; il est ajusté à la tête grâce à une coulisse nouée sur la nuque. Le bonnet se porte sur le béguin, pour éviter qu’il ne se salisse. À la Renaissance, le bonnet des garçons ressemble à un béret plat ou une toque, il est orné d’une


plume. Puis sa forme se rapproche de celle du béguin. En lin, en coton ou en soie, plus ou moins orné de ruban, de dentelle ou de broderie, le bonnet « signifie » la position sociale de la famille, par conséquent il suit la mode. À la fin du XIXe siècle, on se préoccupe soudain de la tête du bébé qui pourrait s’échauffer, on abandonne le couple béguin-bonnet pour un bonnet plus simple, assorti au manteau, à la cape, la douillette ou la pelisse. À partir des années 1925-1930, il est souvent en laine tricotée. On attribue longtemps à la crasse des vertus. La croûte qu’elle forme sur la tête des bébés est censée protéger ses fontanelles fragiles, on considère qu’elle fait partie de son corps. Les poux sont longtemps considérés comme bénéfiques pour les petits enfants, on pense qu’ils les soulagent de leurs humeurs viciées. Le dauphin, futur Louis XIII né en 1601, – dont on connaît les moindres faits et gestes de la naissance jusqu’à l’âge de vingtsix ans, grâce au registre précis rédigé par son précepteur, le médecin anatomiste Jean Héroard – ne prend son premier bain qu’à sept ans. A six semaines, on lui frotte la tête, à deux mois on lui lave le visage et le front avec du beurre frais et de l’huile d’amande douce. Un peu avant son premier anniversaire, on le peigne pour la première fois parce que sa tête lui démange trop. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle, grâce à l’Émile de Jean-Jacques Rousseau qui révolutionne l’éducation enfantine, que les classes aisées des villes commencent à laver régulièrement leurs enfants. Par ailleurs, le bonnet de baptême, qui a reçu les saintes huiles est considéré comme sacré. On peut considérer le bourrelet des enfants comme une variante du bonnet. À l’origine le bourrelet est un boudin d’étoffe rembourré de coton ou d’étoupe, destiné à divers usages: pour des coiffures, pour soutenir et gonfler les robes, pour des garnitures diverses… Le nom est aussi donné à des petits bonnets ronds et des couronnes pour enfants, réalisés en paille ou en étoffe, qui forment un bourrelet autour de la tête pour amortir les chocs en cas de chute, jusqu’à ce que l’enfant sache bien marcher. On trouve encore certains bourrelets en caoutchouc au XIXe siècle, avant qu’ils ne disparaissent tout à fait.

à g. : Portrait de Sophia Dumergue, par Johann Zoffany, 1779-1781, Victoria Art Gallery, Bath sur Wikipedia à dr. : Portrait de Charlotte Papendick enfant, par John Hoppner, 1788, Los Angeles County Museum of Art Suite à divers glissements d’usages et de mode à partir du XVIIIe siècle, on va appeler bonnet certaines coiffures féminines de lingerie. Ce bonnet d’intérieur est une sorte de dérivé du

bonnet de nuit porté par tous au Moyen Âge, dont l’usage est justifié par l’absence de chauffage dans les appartements. L’appellation s’étend au XIXe à toutes les coiffures de tulle, mousseline, dentelle, etc. que les femmes portent à l’intérieur, mais aussi parfois à la ville. Ces bonnets d’intérieur seront portés par les dames âgées jusqu’à la fin du XIXe siècle. Sous la Régence et au début du règne de Louis XV, le bonnet n’est qu’un minuscule élément de lingerie qui agrémente les boucles libres de la coiffure. Lorsque le tapé (petit coussin en taffetas) fera gonfler les coiffures, le bonnet ne sera plus porté par les élégantes qu’en négligé, le matin chez soi ou pour sortir, recouvert du coqueluchon, du mantelet ou de la mante, sortes de manteau à large capuche – ce sont là les reliquats d’une morale venue d’Orient, reprise par l’Église chrétienne, qui interdit longtemps à la femme de montrer sa chevelure, élément de séduction. La baigneuse, grand bonnet à petits plis porté d’abord pour la toilette, puis la promenade, et la dormeuse, à bords ruchés encadrant étroitement la tête et serré par un ruban noué au sommet de la tête, sont des bonnets. La dormeuse se porte la nuit, d’où son nom, mais aussi dans la journée, la passe est alors relevée sur la nuque. La reine Marie Leczinska porte pour lire dans ses appartements le bonnet à bec qui se termine en petite pointe au milieu du front, parfois recouvert d’une mantille ou d’un voile noué sous le menton. Tous ces bonnets, au fond rond froncé et à la passe volantée sont agrémentés de deux longues barbes, maintenues sur le haut de la tête pour ne pas gêner. Ces barbes sont souvent des petits chefs-d’œuvre de dentelle. Les élégantes abandonnent ce type de coiffure dans les années 1770, mais les bonnets sont adoptés par les bourgeoises et les domestiques, ils restent des coiffures populaires jusqu’à la Révolution. LA CAGOULE

à g. : Passe-montagne pour la chasse, La Mode illustrée, 17 novembre 1872, boutique Au Fil du Temps sur e-bay à dr. : Modèles de cagoules pour enfants à tricoter, vers 1940 The Retro Knitting Company Dans plusieurs langues européennes, la cagoule, ou passemontagne est parfois appelée balaclava, en référence à la guerre de Crimée (1853-1856). Selon le spécialiste de l’histoire du tricot, Richard Rutt, on tricote en Angleterre de nombreuses cagoules pour les soldats britanniques participant aux combats, www.mespetitesmainsmagazine.net

59


afin qu’ils se protègent du froid intense. Ce type de coiffure est jusqu’alors porté par les hommes pour les activités de plein air comme la chasse. La cagoule reparaît pendant la guerre des tranchées de la Première Guerre mondiale. Les tricoteuses prennent l’habitude de réaliser ce modèle. Elles continuent après la guerre, pendant les années 1920, lorsque la mode des vêtements en maille devient un style de vie. La cagoule entre alors dans le vestiaire des enfants pour devenir un classique de la mode enfantine.

de fleurs et de rubans, elle reste très en vogue jusque dans les années 1850. On la porte jusqu’à la fin du XIXe siècle, et même un peu au-delà pour les enfants, on finit par la confondre avec le bonnet tellement le volant de celui-ci s’élargit à la fin du XIXe siècle. On porte parfois un bonnet sous la capote, surtout si elle est en paille tressée. LA CASQUETTE

LE CANOTIER

à g. : Canotier de fille, Angleterre, 1870-1875 Victoria & Albert Museum, Londres à dr. : Jeunes filles barbotant sur la plage de Yarmouth, photographie de Paul Martin, 1892, Victoria & Albert Museum, Londres Le canotier est un chapeau de paille rigide, à fond et à bords plats. Quand il apparaît vers 1865, c’est un chapeau pour enfant. Il accompagne l’été le costume marin, on l’appelle aussi chapeau de matelot [Lire Pas de matelot sans son chapeau sur Les Petites Mains]. Les femmes l’adoptent, puis les hommes en 1880. Il est mis à la mode par les amateurs de canotage dans les années 1900. Il devient le chapeau d’été des hommes jusque dans les années 1930-1935. LA CAPOTE

à g. : Jeunes garçons en tenue de sport, portant des casquettes, année non renseignée, galerie lovedaylemon sur Flickr à dr. : Garçonnet en costume trois pièces et casquette, début XXe siècle, galerie DameBoudicca sur Flickr La casquette est une coiffure d’homme plate ou bombée, toujours munie d’une visière. D’abord de caractère populaire ou portée en négligé, elle est adoptée pour le voyage et le sport à la fin du XIXe siècle. On porte des casquettes plates et des képis inspirés des uniformes militaires avec les tenues de collégiens et de lycéens. La casquette bombée connaît un énorme succès dans la mode enfantine dans les années 1950-1960, puis à partir des années 1980 avec la version casquette de base-ball. LE CHAPEAU CLOCHE

à g. : Fillette avec pantalon de percale et capote, Costumes Parisiens, 1813, collection particulière à dr. : Capote de paille doublée, 1830-1840, Victoria & Albert Museum, Londres

60

La capote est d’abord un petit chapeau féminin porté à partir de l’extrême fin du XVIIIe siècle. Elle est influencée par la mode militaire du premier Empire. Cette coiffure féminine se définit par deux caractéristiques : elle emboîte le chignon et a un bord large et évasé encadrant le visage. Elle apparaît sous des formes extrêmement diverses, dans des matériaux tout aussi variés, avec d’innombrables détails. On la garnit abondamment

à g. : Chapeau cloche pour fillette, réalisé au crochet en laine angora ; les petits boutons évoquent des boucles d’oreilles, Angleterre, 1928-1929, Victoria & Albert Museum, Londres à dr. : Chapeau cloche pour petite fille, catalogue La Belle Jardinière, 1930, collection particulière On attribue l’invention du chapeau cloche à la célèbre et talentueuse modiste française Caroline Reboux. Il a un énorme succès dans les années 1920, quand il emboîte la petite tête aux


cheveux courts coupés à la garçonne. Les fillettes, comme leur mère, le portent aussi en l’enfonçant bien sur les yeux. LE CHAPEAU DE PAILLE

peau de jour, que vers 1898, il reste jusqu’à la guerre de 1914 le chapeau de demi-toilette. Le gris est plus habillé. Le chapeau melon devient le chapeau habillé – sauf pour les cérémonies – après la Première Guerre mondiale, lorsque les hommes cessent de porter le haut-de-forme avec le costume de ville. Rendu célèbre par les business men de la City à Londres, il est peu porté par les enfants. En porter un pour la première fois, généralement le jour de sa première communion, à sept ans, est pour un garçon un événement. LE CHAPERON

à g. : Chapeau de paille d’Italie, 1760, Victoria & Albert Museum, Londres à dr. : Portrait de Madame Royale et Louis Joseph, dauphin de France, par Elisabeth Louise Vigée Lebrun, 1784, Châteaux de Versailles et de Trianon sur Commons Wikimedia Le chapeau de paille est connu depuis les Grecs anciens. Porté surtout par les paysans, il est la seule protection contre le soleil jusqu’au XVIe siècle. Ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle, avec la découverte de la « Nature » via notamment les écrits de JeanJacques Rousseau, que le chapeau de paille d’Italie, un chapeau à larges bords souples réalisé dans une paille italienne tressée, orné de fleurs des champs et de rubans, deviendra un accessoire de la mode féminine. Marie-Antoinette l’adore, les dames le portent au Petit Trianon. L’impératrice Eugénie, qui adore le style Marie-Antoinette, le remet à la mode avec les crinolines sous le second Empire. À chaque siècle, c’est un grand classique qui accompagne les tenues d’été. LE CHAPEAU MELON

à g. : Tryptique de Jean des Trompes (détail), par Gérard David, 1505, Groeninge Museum, Bruges sur Wikimedia Commons à dr. : Chaperon en lin brodé de soie, Angleterre, vers 1600, Victoria & Albert Museum, Londres Le chaperon du Moyen Âge est une sorte de capuchon détaché de la chape, doté d’une pélerine courte, dont la visagière épouse la forme du visage. Une longue bande cousue tombe vers l’arrière, la cornette, qu’on enroule parfois comme un turban autour de la tête. Il apparaît à la fin du XIIe siècle, les hommes le portent jusqu’à la moitié du XVe siècle, avec des variations diverses. Il finit par devenir bonnet ou turban. Sous le règne de Louis XII (1498-1515), deux courants de mode féminine s’opposent : celui des modes de la Renaissance italienne et celui de la tradition française. Ce dernier est favorisé par la reine Anne de Bretagne, qui porte sur un béguin de soie blanche une sorte de chaperon de satin noir tombant sur la nuque. Cette coiffure va évoluer en bonnet-chaperon cerclé d’un rang de perles, avec un voile sur la nuque.

à g. : Garçon portant un chapeau melon, photographie Suter of Cheltenham, vers 1865, galerie Beauty of the Past, pool Vintage Kids sur Flickr à dr. : Garçon portant un petit chapeau melon, planche du London Art Fashions, 1889, Victoria & Albert Museum, Londres La mode du chapeau melon à calotte courte et ronde commence vers 1863. Il est porté aussi bien par les hommes, les femmes et les enfants. À partir de 1868, les hommes le portent en négligé, avec le complet. Ils ne l’adoptent pour la ville, comme cha-

Au début du XVIIe siècle, le chaperon est devenu une coiffure avec un bourrelet sur le haut de la tête et une queue pendante sur les épaules. La pélerine du Petit Chaperon rouge est donc déjà un archaïsme bien avant que Charles Perrault ne l’évoque dans son célèbre conte [Lire Le Petit Chaperon rouge sur Les Petites Mains]. Bientôt seulement porté par les dames âgées, le sens de chaperon glissera vers celui qu’on lui connaît, de « personne respectable, garante des convenances ». À la fin du XIXe siècle, lorsque les glissements de mode se confondent dans les formes et les appellations, certains bonnets pour bébés sont des chaperons.

www.mespetitesmainsmagazine.net

61


LA CHARLOTTE OU CHAPEAU À LA CHARLOTTE

à g. : Portrait de Simplicity Dawson, par Joshua Reynolds, vers 1750, collection particulière sur The Athenaeum

On doit cette mode aux Anglais, peu avant la Révolution française. Pour monter à cheval, les gentilhommes vivant à la campagne rétrécissent les bords de leur chapeau, qu’ils maintiennent par un lacet, et augmentent la calotte pour se protéger en cas de chute. Le haut-de-forme accompagne le port de la redingote le jour. La forme, la hauteur, la matière (le plus souvent en feutre ou en soie) et même la couleur ont changé au gré des modes pendant tout le XIXe siècle. Les femmes le portent pour chasser ou faire de l’équitation. Le haut-de-forme gris perle, apparu en Angleterre à la période victorienne, considéré comme plus élégant, est aujourd’hui encore apprécié pour les mariages et les événements mondains. Comme le chapeau melon, certains jeunes hommes le portent, surtout quand on veut mettre en avant leur statut d’héritier. Il accompagne l’uniforme du prestigieux Eaton College .

à dr. : Bonnet en coton, France, 1750-1850, The Metropolitan Museum of Art, New York

LE PANAMA

La charlotte est un grand chapeau de femme, en général en coton, de type bonnet, à calotte large très froncée, bordé d’un grand volant très fourni ; elle s’agrémente parfois de dentelles et de rubans. À la fin du XIXe siècle, elle s’allège. La charlotte est portée par les femmes et les enfants. En Angleterre, elle doit son nom à la reine Charlotte d’Angleterre (épouse de George III, grand-mère de Victoria) qui le porte dans les années 1780. En France, une autre Charlotte popularise ce chapeau : Charlotte Corday, lors de son procès, accusée d’avoir assassiné Marat en juillet 1793.

Les chapeaux dits Panama sont des chapeaux de paille très souples à calotte bombée. Ils sont à la mode pour les hommes à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Au début, ils sont réalisés dans les palmes d’un arbre exotique poussant en Équateur. Ensuite on fabrique des imitations avec du latanier ou du bois de peuplier finement travaillé. LA TOQUE

Les bébés filles portent une charlotte en broderie anglaise jusqu’à nos jours. LA COIFFE La coiffe est une pièce de lingerie ou d’étoffe qui moule la tête. Au Moyen Âge, on la porte sous le casque ou sous le chaperon. Par analogie, au XVIIe siècle, le mot désigne la doublure des chapeaux et des perruques, et aussi le bonnet de lingerie porté la nuit. Aujourd’hui on n’emploie le terme que pour les bonnets régionaux et la doublure légère de l’intérieur des chapeaux. LE HAUT-DE-FORME

à g. et au centre : Toque de garçon et toque de fille, La Mode illustrée, 10 janvier 1886, boutique Au Fil du Temps sur e-bay La différence est ténue entre le béret et la toque. La toque est une sorte de béret sans bord, ou à très petit bord, à calotte plissée ou froncée porté par les hommes et les femmes. Le béret est plus plat, la toque montant plus haut sur le front et la tête. Hommes et femmes portent la toque de soie dans la seconde moitié du XVIe siècle. Chez les enfants, c’est la coiffure des petits pages. Elle revient logiquement à la mode avec le néogothique dans les années 1840. La toque, comme par exemple la toque en fourrure, revient comme accessoire de mode à différentes époques. LE TRICORNE

à g. : Portrait de Duncan Grant, photographie Thomas Fall, 1895, National Portrait Gallery, Londres

62

à dr. : Chapeau haut-de-forme, 1900-1910, Victoria & Albert Museum, Londres

Les bords de chapeau du tricorne sont pincés à trois endroits, d’où son nom. Il est d’abord porté par les hommes sous le règne de Louis XIV, puis aussi par les femmes sous Louis XV,


à la chasse ou pour l’équitation. Partie de l’uniforme militaire et civil au XVIIe et XVIIIe siècles, il est remplacé par le bicorne à la fin du XVIIIe siècle. Les garçons commencent à le porter généralement à partir de sept ans, quand ils quittent le bonnet et la robe. LE TURBAN

et XVe siècles, on le parfume. Puis il disparaît pour ne réapparaître qu’au Directoire, les femmes aiment les robes légères en voile et mousseline, elles se font vestale. Au XIXe siècle on invente le tulle mécanique. Le voile abonde sur les robes blanches des mariées, puis sur les chapeaux noirs de deuil des veuves de la Première Guerre mondiale, pour devenir voilette jusqu’au milieu du XXe siècle. Les petites filles recouvrent leur tête d’un voile blanc le jour de leur communion. TOUS CHAPEAUTÉS

à g. : Portrait de jeune homme de profil, 1425, National Portrait Gallery of Art, Washington sur Wikipedia Chaperon ou turban ? à dr. : Portrait de la sœur et du jeune frère de l’artiste, par Marie Victoire Lemoine, vers 1795, sur Figuration féminine D’origine persane – le mot persan signifie « tissu de voile », celui que les Persans s’enroulent autour de la tête. Cette coiffure est reprise par les Arabes et autres peuples orientaux. Le turban arrive en Europe au moment des Croisades. On le porte au XVe et XVIe siècle à la cour de Bourgogne, à Venise, à Florence. Il revient au XVIIIe siècle avec la mode de l’exotisme, on continue de le porter sous la Convention et le Directoire. On aime organiser des fêtes où on s’habille à l’antique, avec des effets de drapés, et se faire ainsi représenter, les enfants aussi. LE VOILE

Aux Petites Dalles à Saint-Martin-aux-Buneaux : Henri, Germaine, Georges, Yvonne et François sur le perron, photographie de famille de Paul Lancrenon, 1902-1905, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine sur culture.gouv Voilà, mon tour des chapeaux d’enfants au fil des époques est bien loin d’être exhaustif. Que faut-il en retenir ? Pendant des siècles, qu’on soit riche ou pauvre, il est impensable de sortir tête nue. Cela concerne aussi les enfants. Même quand on joue dans le jardin, on porte un chapeau. Sortir tête nue, c’est certes s’exposer, selon la saison, à attraper un coup de chaud ou un coup de froid, mais c’est aussi surtout une affaire de convenances sociales. Le port du chapeau est codifié, à chaque âge, chaque circonstance correspond son chapeau. Les filles suivent les modes de leurs mères. Les garçons imitent les modes de leurs pères, mais se permettent des fantaisies. La disparition du port systématique du chapeau commence après la Seconde Guerre mondiale : les petites princesses anglaises Elizabeth et Margaret n’en portent pas, sauf pour les visites officielles. Longtemps, pour une tenue habillée, l’enfant continuera de porter un chapeau, parfois assorti au reste de sa tenue. L’accessoirisation des cheveux par des barrettes, nœuds, serre-têtes et élastiques fantaisie qui ordonnent la coiffure à partir du début du siècle peut être considérée comme le dernier avatar de ces convenances, avant de devenir, comme les chapeaux et bonnets, purs accessoires de mode.

Voile de communiante en tulle, 1949-1950, Wisconsin Historical Museum, Madison A l’origine, le voile, qui vient d’Orient, couvre tout le corps. C’est un rituel pour les chrétiennes des premiers siècles, il reste longtemps la coiffure des religieuses. A la fin du Moyen Âge, il décore le chapeau, on l’adore à la cour de Bourgogne aux XIVe www.mespetitesmainsmagazine.net

63


Ouvrages pour les plus petits

3 mois et +

http://www.finleyandoliver.com/

par Finley & Oliver

One of my most popular Finley and Oliver tees was my little love tee. I’m making a love one piece for a friend’s baby and thought I’d document the process and turn it into a tutorial. With a little practice and patience, making this little one piece (or tee or tank, etc.) is super easy. It makes a precious gift or cute little piece of clothing for your kiddos. If this is your first time appliqueing, this project will take you about an hour.

64


You’ll need the following:

DIY n°11

• blank t-shirt, one piece, or tank • felt or fabric piece for the applique (I prefer to use eco-fi felt by Kunin - it holds up great in the wash) • embroidery floss • scissors (small scissors with a pointy tip work best) • fusible webbing (I prefer to use heat ‘n bond) • template for the applique (download here) Since I use Heat n Bond, my instructions will follow Heat n Bond’s instructions. If you are using a different fusible web, simply change out my instructions with the instructions on the package. If you have any questions, don’t hesitate to contact me and I can help you. The first thing you’ll want to do is take your love template and place it under a sheet of your fusible webbing. Take your pencil and trace love on to the webbing so it looks something like this: Next you’ll want to iron your «love» webbing onto your felt or fabric. For Heat n Bond, set it on the «wool» setting (NO STEAM). Iron the design onto the felt or fabric for about 3 or so seconds so it looks like this: Carefully cut the applique out. This applique is a bit detailed so having small, pointy tip scissors will come in handy here. Take the applique and peel off the wax paper layer from the back. Place the applique exactly where you want it on the t-shirt with the glossy/fusible webbing side face down. Iron the applique on to the t-shirt pressing for about 10 seconds. Again be sure to use the wool setting with no steam. Check to be sure that the applique is firmly adhered to the shirt. Now that your love is attached to the t-shirt, you’re ready to start the applique process. You can do this with a machine or by hand. I’m a hand stitcher - I find it very relaxing and therapeutic. To stitch by hand, cut about 3-4 feet of your embroidery thread. Your skein of thread will have six strands. Separate two of the strands from the piece you’ve cut and thread them through your needle. For this t-shirt, I use a straight stitch. It’s a basic stitch and great for a beginner. You basically bring the needle up through the t-shirt and back down making straight little stitches about a 2 cm in from the edge of your applique. A great video tutorial for the straight stitch is available here. The nice thing about sewing coordinating thread (floss) on felt or fabric is that it’s hard to see so it’s very forgiving if you’re a beginning stitcher. If you’re an experienced hand stitcher, it is fun to experiment with contrasting threads and different stitches. Once you’ve finished stitching, you are done! Super easy, right?? Sky is the limit now! You can take these same principles and try out different fonts, words, animals, etc. If you give this a shot, I’d love to see the results! Please take a picture and email me at finleyandoliver@ gmail.com. And again, if any of you get stuck, please don’t hesitate to email me for help. (The template is backwards because the image will be reversed once you’ve put your applique together. This is important to remember any time you are appliqueing numbers and letters - not so much when you’re appliqueing other things.)

www.mespetitesmainsmagazine.net

65


Chez HĂŠlios et Sasha, 9 ans et 3 ans

66


Dans ma chambre à coucher

«Mes deux enfants partagent la même chambre. C’est assez courant dans les villes où les appartements financièrement accessibles sont souvent petits. Fille et garçon, ils ne sont pas de la même tranche d’âge et n’ont pas les mêmes horaires de coucher. Aussi ai-je choisi de séparer leurs espaces « nuit»par des panneaux coulissants mais j’ai renoncé à leurs créer deux surfaces bien distinctss dans la chambre. D’abord parce qu’ils aiment jouer ensemble. Ensuite parce que les jouets sont mieux rangés dans de grands placards communs que dans des étagères personnelles. Mon fils est l’aîné et dort dans une mezzanine qui lui dégage de l’espace pour travailler. Je lui ai peint un tableau noir qu’il adore. Ma petite fille aime le rose et les lapins. Alors je lui ai trouvé un lapin aux oreilles roses...»

www.mespetitesmainsmagazine.net

67


Virginie, leur maman architecte, a privilégié des tons neutres dans la chambre : murs blancs, rideaux gris, parquet au sol. Mais le linge de lit et les objets déco répondent aux goûts des enfants : fleurs et rose pour Sasha, 3 ans ; tableau noir, masques et marionnettes pour Hélios, 9 ans.

68


www.mespetitesmainsmagazine.net

69


http://roveroetdemallmann.com/

70

RĂŠalisation : AurĂŠlie Soligny - photographe : Benjamin Soligny

Virginie Rovero architecte D.P.L.G.


Palette : Lit mezzanine, bureau, bibliothèque : www.ikea.com/fr/ Commode : www.natalys.com/. Lit jeune enfant : http://www.laredoute.fr/ Stickers : http://mimilou.eu/?fr Lapin : www.egmonttoys.com/ Nattes en plastique : www.bonton.fr/ Mobile : www.flensted-mobiles.com/

www.mespetitesmainsmagazine.net

71


Ouvrages pour jouer

t.u.

http://louloutefimote.over-blog.com/

Le sac range-tout

par Mademoiselle Louloute Fournitures • Coton imprimé de 40 cm de longueur • Fermeture Éclair de 20 cm

Patron - Mesures en cm : DOS : 20 x 30 DEVANT HAUT : 20 x 5 DEVANT BAS : 25 x 20 COTES : cf dessin coupé deux fois FOND : 20 x 10

LE TUTO

DIY n°12

DESSUS : 20 x 5 ANSES : 20 x 3 (deux fois)

1) Coudre la fermeture éclair entre le devant haut et le devant bas en pensant à faire un petit rentré le long de la fermeture Éclair 2) Coudre endroit contre endroit le devant et les deux côtés. Puis les côtés et le dos. Ainsi on obtient les quatre côtés de notre sac ! 3) Coudre endroit contre endroit le sac avec le fond. 4) Former une anse en repliant une bande de tissu, puis la fixer sur le devant haut par un point zigzag bien serré. 5) Coudre le haut du sac avec le reste en veillant à laisser la fermeture Éclair ouverte afin de retourner le sac 6) Remplir son sac de trésors !

72


www.mespetitesmainsmagazine.net

73


shopping

1

2

3 1. Chapeau PAPI LUC 35 €,www.papiluc.fr 2. Kit pour apprendre les nœuds MOULIN ROTY 7,90 € www.moulinroty.fr 3. Cookies de sables, OXYBUL ÉVEIL ET JEUX 14,90 €, www.eveiletjeux.com

74


1

3 2

Réalisation  :Iris de Melo

4 1. Set de cannes à pêche EGMONT TOY 29,90 €, www.egmonttoy.com 2. Bateau en bois rouge BIANCA AND FAMILY 23 € www.bianca-and-family.com 3. Ballon de plage BIANCA AND FAMILY 5,10 € le lot de 2 www.bianca-and-family.com 4. Méduses BOUT’CHOU à partir de 9 €, www.monoprix.fr www.mespetitesmainsmagazine.net

75


Accessoires

t.u.

http://ernestestceleste.canalblog.com/

DIY n°13

Le sac néon

par Ernest est céleste

Il vous faut • Du tissu coloré pour le bas du sac : 20 *86 cm • Du tissu pour la partie haute du sac : 30 * 86 cm + 2 rectangles de 11*57  cm pour les anses du sac • Du tissu pour l’intérieur du sac : 46 * 86 cm • Environ 1 heure 30 devant vous.

76


Tutoriel ÉTAPE 1

ÉTAPE 5

Réaliser le patron de la partie basse du sac selon ce schéma :

Assembler ensemble, endroit contre endroit, une partie haute du sac et une partie basse. Retourner sur l’endroit et faire une surpiqûre le long de la couture sur la partie supérieure (toujours pour de jolies finitions). Recommencer cette étape avec la seconde partie du sac. Votre sac comprend maintenant deux parties.

ÉTAPE 2 Découper vos tissus (les coutures sont comprises) x 2 pour la partie basse 4 rectangles de 21 * 28 cm pour la partie haute 2 rectangles de 11 * 57 cm pour les anses Pour la doublure, il vous suffit de faire un rectangle de 44 * 28 cm et d’ajouter en dessous votre patron de la partie basse. ÉTAPE 6 Prendre vos 2 parties de tissu pour l’intérieur et les coudre endroit contre endroit. ÉTAPE 7 Glisser votre doublure à l’intérieur du sac, endroit contre endroit.

ÉTAPE 3 Coudre ensemble, endroit contre endroit, les deux rectangles du haut du sac. Faire une surpiqûre sur l’endroit du sac de chaque côté de la couture centrale (pour de jolies finitions). Recommencer cette étape avec des deux autres rectangles

ÉTAPE 8 Coudre les 2 tissus pour assembler le sac. Laisser une ouverture d’environ 10 cm qui vous permettra de retourner le sac.

ÉTAPE 4 Coudre les 4 pinces des 2 parties basses du sac.

ÉTAPE 9 Retourner le sac et bien positionner la doublure. Faire la surpiqûre tout autour du sac pour le fermer.

www.mespetitesmainsmagazine.net

77


ÉTAPE 11 Placer les anses comme sur le schéma en pliant les extrémités vers l’intérieur pour les coudre. Recommencer cette étape pour la deuxième anse.

ÉTAPE 10 Prendre 1 des rectangles des anses. Le plier en 2, endroit contre endroit. Piquer puis retourner. Placer la couture au milieu de l’anse et surpiquer le long des 2 côtés pour les finitions. Votre sac est maintenant terminé. Vous pouvez vous réjouir du travail accompli. Recommencer cette étape pour la deuxième anse.

78


www.mespetitesmainsmagazine.net

79


Ouvrages pour décorer http://brindemimosa.canalblog.com/

t.u.

La panière en crochet DIY n°14

par By Mimosette

Tutoriel Pour une panière d’environ 20 cm de diam. et 13 cm de hauteur. Avec du trapilho ou laine se crochetant en 10, faire une boucle et crocheter une maille en l’air. Rang 1 : Crocheter 6 mailles serrées en piquant dans la boucle. Fermer par une maille coulée dans la maille du début. Rang 2 : 1 maille en l’air et 2 mailles serrées dans chaque maille serrées du tour précédent (12 mailles). Fermez par une maille coulée. Note : Vous pouvez placer un anneau marqueur au début du rang pour vous éviter de compter toutes les mailles à chaque rang. Rang 3 : 1 maille en l’air *2 mailles serrées dans la même maille puis 1 maille serrée*. tout le rang et fermer par 1 maille coulée. Rang 4 : 1 maille en l’air *2 mailles serrées dans la même maille et 2 mailles serrées* tout le rang et fermer par une maille coulée. Rang 5 : 1 maille en l’air * 2 mailles serrées dans la même maille et 3 mailles serrées* tout le rang et fermer par 1 maille coulée. Rang 6 : 1 maille en l’air *2 mailles serrées dans la même maille et 4 mailles serrées* tout le rang et fermer par 1 maille coulée.

80


Rang 7 : 1 maille en l’air et piquer dans le brin arrière de la maille précédente A partir de là, crochetez 1 maille en l’air puis 1 maille serrée dans chaque maille et terminer chaque rang par une maille coulée. Note : faites bien attention de faire toujours le même nombre de mailles sur le rang (en les comptant ou plaçant un repère car sinon votre panière risque de gondoler) et de tenter de serrer vos mailles au mieux pour une meilleure tenue. Montez autant de rang que vous le souhaitez. Une fois la hauteur désirée, 2 mailles avant la fin de votre rang, monter 10 mailles chaînettes pour former les anses. Sautez 6 mailles et faire une maille coulée, repartez en aller-retour en piquant une maille serrée dans chaque maille de votre chaînette. Votre 1e anse est ainsi formée. Faire de même en vis-à-vis pour la deuxième anse. Pour plus de facilité, poser des anneaux marqueurs sur les milieux. Il ne vous reste plus qu’à rentrer les fils !! *Astuce : Si vous souhaitez faire des panières de différentes tailles, il suffit juste d’augmenter ou de diminuer le nombre de tour (rang) de votre cercle de départ (qui est le fond). Bon Crochet ! Et n’hésitez pas à me montrer≈!

Ici et là Okay, it’s not really a skirt made out of a paper bag. But it’s called a “paper bag” style skirt. (high-waisted, cinched in like a paper bag, a bit poofy, etc.)

Paper Bag Skirt

Kind of a fun little skirt style that can be made pretty easily. Well, unless you mess it up like I did the first time around. (But I’ll show you what I did wrong and then tell you the easier route…..don’t worry, it’s nothing huge.) I know, all paper bag skirts versions are a bit different…….but here’s my take on it. All cinched in with that flouncy bow tied in the front. And with plenty of pleats, which gives it a nice fullness. And yes, we need fullness around here. Because fullness allows for plenty of movement in the skirt…….you know, to help while gathering pine cones and such. The back is gathered with elastic (but is hiding underneath that waist tie), giving the skirt a nice snug fit. Why not make one or two? They are certain to put smiles on faces. http://www.makeit-loveit.com/

www.mespetitesmainsmagazine.net

81


Dans l e prochain numéro Tapisserie, point de croix et design

Notre actualité : www.mespetitesmainsmagazine.net facebook.com/mespetitesmains.magazine twitter.com/plumetismag pinterest.com/plumetis plumetisbazaar.tumblr.com

82

Sur la table de travail de Florence Bories - photographe : Benjamin Soligny

à découvrir vers le 25 septembre

Profile for Plumetis magazine

Plumetis magazine issue #11 - Summer 2012  

Issue 11 of Plumetis Magazine. Summer 2012. Featuring DIY and craffy projects - Naturally Beautiful!

Plumetis magazine issue #11 - Summer 2012  

Issue 11 of Plumetis Magazine. Summer 2012. Featuring DIY and craffy projects - Naturally Beautiful!

Advertisement