Page 1

Le RDV « Coups de cœur des lecteurs » Chaque trimestre

Découvrez les coups de cœurs présentés le 23 mars 2018


Marie-Thé présente…

L’art de perdre Zeniter, Alice Flammarion

R ZEN Alors que la France est traversée par une crise identitaire, l'auteure s'interroge sur ses origines algériennes, son grand-père, un harki, et le silence de sa famille. Elle raconte le destin des générations successives entre les deux pays. Prix des libraires de Nancy et des journalistes du Point 2017, prix littéraire du Monde 2017, prix Landerneau des lecteurs 2017, prix Goncourt des lycéens 2017. « Trois personnages, trois générations, trois parties : ce roman m’a beaucoup plu car il parle du sujet de la transmission de l’histoire familiale, qui peut parfois être difficile. Chaque membre de la famille de la narratrice a un rapport particulier avec la terre de ses ancêtres, l’Algérie ».

Fabien présente…

Ce qui se dit la nuit Roch, Elsa Calmann-Lévy

R ROC A1 & 2 Usé par la violence qu'il côtoie au quotidien dans son métier, le commissaire Marsac veut tout arrêter. Mais son patron lui impose de prendre du recul. Il part se ressourcer dans l'Indre, en vallée Noire, dans le village de son enfance. La réalité le rattrape rapidement : Marianne, une vieille dame bienveillante dans le jardin de laquelle il jouait petit, a été retrouvée égorgée et tondue.

Suivi de

Oublier nos promesses Paris, été 2010. La journaliste Emma Loury est retrouvée sauvagement assassinée. Jérôme Pieaud, son amant, un militaire qui a perdu pied depuis l'Afghanistan, fuit la police, constituant ainsi le coupable idéal. Le commissaire Marsac se plonge dans l'histoire de cette journaliste indépendante et engagée qui se battait pour les femmes. Une chasse à l'homme s'engage. « Ces deux 1ères aventures du commissaire Amaury Marsac sont très bonnes. On fait sa connaissance alors qu’il est en vacances dans son village d’origine. J’ai bien aimé l’aspect huis-clos de l’enquête, qui m’a rappelé les romans d’Agatha Christie. J’ai cependant préféré le 2nd roman, plus en prise avec notre société et son actualité. Elsa Roch introduit beaucoup d’humanité dans ses romans, ce qui fait qu’on s’attache facilement aux personnages. Et l’auteure, rencontrée à Bloody Fleury, est en plus très sympa ! »

Marie-Paule présente…

No et moi Vigan, Delphine de Le Livre de poche

Pas encore en livre papier (présent sur le réseau) CD LU : R VIG Lou Bertignac a 13 ans. Enfant précoce et fantaisiste, elle rencontre un jour, à la gare d'Austerlitz, No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu'elle. Elle décide alors de sauver No, de lui donner un toit et une famille et se


lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Prix des Libraires 2008. « J’ai beaucoup aimé ce roman. C’est l’histoire d’une amitié très insolite entre Lou et No. Le roman est assez court et bien écrit. Les thématiques abordées sont très fortes, très puissantes. Une belle histoire de vie. » « No et moi » a été adapté au cinéma en 2011, par Zabou Breitman. Sur un des thèmes abordés (prostitution), on recommande également : « Un verre de lait s’il vous plaît » de Herborg Wassmo et « Purge » de Sofi Oksanen.

Fabien présente…

Fantazmë Tackian, Niko Calmann-Lévy

R TAC T2 Janvier 2017. Dans une cave du XVIIIe arrondissement de Paris, le corps d'un homme battu à mort est retrouvé. Beaucoup d'empreintes et un ADN sont prélevés sur place. Cet ADN est celui découvert sur le corps d'un dealer albanais retrouvé lui aussi battu à mort dans une cave. Pendant que le commandant Tomar Khan mène l'enquête, la rumeur d'un tueur, un Fantazmë, ou spectre en albanais, se répand. « J’ai beaucoup apprécié de polar car il est ancré dans la réalité : l’action se passe à Paris en 2017, il est fait référence aux attentats, l’auteur évoque la difficulté des forces de l’ordre à effectuer leur travail sous état d’urgence. Il aborde également des thématiques très actuelles : les migrants, les mafias qui en

profitent, l’accueil des migrants en France. Enfin, Tomar Khan est un commandant malade et tourmenté. Ce roman est donc tout sauf manichéen »

Michèle présente…

Bakhita Olmi, Véronique Albin Michel

R OLM Bakhita, née au Darfour au milieu du XIXe siècle, est enlevée par des négriers à l'âge de 7 ans. Revendue sur un marché des esclaves au Soudan, elle passera de maître en maître et sera rachetée par le consul d'Italie. Placée chez des religieuses, elle demande à y être baptisée puis à devenir sœur. Prix du Roman Fnac 2017, prix Patrimoines 2017. « J’ai été bouleversée par l’histoire envoûtante de Bakhita, un personnage attachant et fort sensible. Moi qui ai un faible pour l’Afrique, j’ai senti très tôt dans ma lecture que ce roman serait un véritable coup de cœur » Sur des thèmes similaires, on recommande également : « Racines » d’Alex Haley (esclavage) et « La couleur des sentiments » de Kathryn Stockett (lutte pour les droits civiques)

Fabien présente…

Aliss Sénécal, Patrick Fleuve éditions

RMI SEN


Aliss, 18 ans, décide de quitter sa petite ville natale du Québec pour vivre sa vie à Montréal. Elle s'installe dans un quartier où les gens sont très bizarres. Cela ne l'étonne pas, dans une grande ville, de rencontrer des excentriques et des illuminés, mais certains sont beaucoup plus inquiétants. Elle découvre bientôt que l'expression "prêt à tout" a un sens très particulier. « J’ai adoré la façon dont l’auteur détourne l’histoire d’Alice au Pays des merveilles. Ici on est plutôt chez « Alice au pays de la débauche ». On retrouve, de façon détournée, tous les personnages de l’histoire de Lewis Carroll : le lapin blanc (Charles), la chenille (Verrue), la reine de cœur (la reine rouge). L’histoire est assez loufoque, à l’image des personnages. Un roman pour public averti (sexe, drogue et tortures de toutes sortes au programme) »

Les Gens Heureux #8 - Le 23 mars 2018  
Les Gens Heureux #8 - Le 23 mars 2018  
Advertisement