Page 70

La filière bois

La filière bois/ameublement dans son ensemble La filière bois/ameublement se compose de trois grands segments. L’exploitation forestière correspond à la phase de récolte du bois. Il s’agit de l’étape initiale de la filière. Elle peut être complétée par des activités de sylviculture (culture de différents bois : peupleraies, hêtraies, etc.) et représente le plus petit segment de la filière (emplois et chiffre d’affaires). En 2006, son chiffre d’affaires est de 400 millions d’euros. L’industrie de première transformation comprend le sciage du bois et la fabrication d’emballages en bois (des palettes par exemple). Par commodité, on y inclut la vente de produits connexes, « déchets » du sciage. Les sciures et autres chutes de bois sont valorisées et utilisées dans la fabrication de granulés bois pour le chauffage et dans la fabrication de la pâte à papier. Elle totalise un chiffre d’affaires de 5,7 milliards d’euros. Enfin, l’industrie de la deuxième transformation inclut le bois en tant que matériau de construction (charpentes, menuiserie, panneaux, etc.), soit 4,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires, et 19 l’ameublement (4,2 milliards d’euros) . Les acteurs de ce segment ne travaillent pas uniquement le bois, il peut arriver que certains mobilisent d’autres matériaux comme le PVC tout en conservant les mêmes savoir-faire, les mêmes débouchés. Ces activités sont alors comprises dans la filière. Ainsi, le chiffre d’affaires de la filière bois/ameublement équivaut à 14,2 milliards d’euros en 2006, auxquels s’ajoutent 7 milliards d’euros dans l’artisanat. Elle emploie 173 000 salariés dans les entreprises de plus de 20 salariés, et 58 000 salariés dans l’artisanat et les très petites entreprises 20 (TPE) . En comparaison, la filière équivaut à l’industrie automobile stricto sensu en termes d’emplois. Par contre son chiffre d’affaires est trois fois moindre. Globalement, en France, la plus grande partie de la production est réalisée par des entreprises de petite taille. La production se trouve alors très atomisée entre de nombreux producteurs. Ceci est particulièrement vrai dans l’ameublement où 95 % 21 des entreprises comptent moins de 20 salariés . Impactée par la crise générale dans l’industrie manufacturière et le bâtiment, l’activité du travail du bois connaît un fort repli à partir de novembre 2008. Déjà fortement concurrencée par les produits importés, les productions de la filière sont limitées par le faible nombre de commandes enregistrées. Tous les secteurs sont touchés par la crise, certains plus que d’autres (la fabrication de charpentes, tirée par la demande du secteur de la construction qui redémarre, s’en sort mieux que l’emballage bois, par exemple). Par ailleurs, les exportations diminuent, accentuant le déficit commercial de la 22 France .

19

Données SESSI et SCEES – Enquêtes annuelles d’entreprises (établissements de plus de 20 salariés) ; cité dans SESSI (2008b), Le bois en chiffres – Edition 2008, p. 3. Ne comprend pas le secteur bois énergie granulés. 20 SESSI (2008b), Op. Cit., p. 3. 21 SESSI (2008a), Le meuble en chiffres – Edition 2008, p. 4. 22 SESSI (2009), Note de conjoncture – 9. Bois, papier, carton, mars ; disponible sur le site de l’INSEE : <http://www.industrie.gouv.fr/sessi/conjonct/fiches/page20.pdf>, consulté le 08/12/2010.

68

Prospective Nord Deux-Sèvres  

Rapport final de l'action de prospective territoriale conduite par les 3 MDE du Nord Dexu-Sèvres.

Prospective Nord Deux-Sèvres  

Rapport final de l'action de prospective territoriale conduite par les 3 MDE du Nord Dexu-Sèvres.

Advertisement